Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Des peuples?

La presse parisienne du second empire aux années 1970

Un quartier, des métiers et des sociabilités

Patrick Eveno

Texte intégral

1Durant plus d’un siècle, la presse parisienne, qui concentre longtemps l’essentiel de la presse française, a élu domicile dans un petit périmètre autour des Grands Boulevards. Ce quartier de la presse constitue un microcosme original et par bien des aspects parfaitement représentatif de l’exception architecturale, sociale et culturelle parisienne. Constituée graduellement à partir de la Restauration, la presse quotidienne parisienne connaît un développement considérable sous le Second Empire, notamment avec la création de la presse populaire (Le Petit Journal) et grâce à la loi de 1868, puis sous la IIIe République avec la loi du 29 juillet 1881. Pour l’essentiel, elle conserve ses caractéristiques géographiques, économiques et sociales jusqu’à la fin des années 1960.

UN QUARTIER

2Alors que jusqu’en 1815 la presse demeurait liée à l’imprimerie, dont le siège historique se situe sur la rive gauche autour de l’Université, dès la Restauration, la presse parisienne commence à migrer vers la rive droite, tandis que l’édition et l’impression des livres restent implantées au quartier latin. Rompant les liens avec le Paris des intellectuels de la rive gauche, la presse rejoint le Paris populaire et marchand de la rive droite. C’est sans doute dans ce divorce que l’on peut situer une des origines de la hargne anti-médiatique des intellectuels parisiens. Dès les années 1830, deux conceptions du journalisme s’affrontent dans la géographie parisienne : alors que Le Journal des Débats, emblème de la presse politique d’influence, demeure au quartier latin, 17 rue des Prêtres Saint-Germain l’Auxerrois, Emile de Girardin établit La Presse, symbole de la presse populaire naissante, au 16 de la rue Saint-Georges.

  • 1 P. Frédérix, De l’agence d’information Havas à l’Agence France Presse, Paris, 1959.

3La presse quotidienne se fixe d’abord à proximité de la Poste centrale établie rue Jean-Jacques Rousseau (actuellement rue du Louvre), où arrivent les dépêches télégraphiques et d’où partent les exemplaires pour les abonnés. Cette situation géographique permet de satisfaire conjointement les deux composantes vitales de la presse, qui travaillent toujours dans l’urgence, la rédaction et la fabrication. En 1832, l’agence Havas s’installe 3 rue Jean-Jacques Rousseau, puis elle s’agrandit, en 1875, 34 rue Notre-Dame des Victoires et en 1896, 14 place de la Bourse1. Le palais Brongniart, à moins de 500 mètres de la Poste centrale, contribue également à la fixation de la presse dans le quartier.

  • 2 E. Peloille, L’imprimerie parisienne de 1881 à 1914, thèse, Université Paris 1, 1993.

4Les imprimeries de presse s’installent alors le long de l’axe rue Montmartre-rue du Faubourg-Montmartre : sous le Second Empire, les plus importantes d’entre elles établissent leurs ateliers 16 rue du Croissant, 5 rue Coq-Héron, 123 rue Montmartre, 10 rue du Faubourg-Montmartre, 41 rue Jean-Jacques Rousseau, 12 rue Grange-Batellière, 9 rue d’Aboukir, 20 rue Bergère. A la Belle Époque, le quartier de la presse recense une centaine d’imprimeries typographiques de dimensions diverses2.

  • 3 En 1880, le principal central de la Société française des téléphones est situé 45 avenue de l’Opér (...)

5C’est à partir de ce noyau originel que se développe le quartier de la presse à la fin du Second Empire et dans les premières décennies de la IIIe République. Le 2e arrondissement est d’abord privilégié, mais la presse franchit rapidement les Grands Boulevards pour s’installer dans le sud du 9e et le sud-ouest du 10e. De la Porte Saint-Martin à l’Opéra, de Saint-Eustache aux gares Saint-Lazare, du Nord et de l’Est, le quartier de la presse ne cesse de se densifier jusqu’aux années 1930. Dernier point qui explique cette localisation, la presse cherche à se protéger du pouvoir politique, dont elle fuit la proximité. En développant la couverture rédactionnelle de l’actualité culturelle, notamment théâtrale, et en se liant au monde des affaires, la presse trouve des alliés de poids contre les pressions gouvernementales. Or, les théâtres, la Bourse, les banques, les grands magasins, les gares de chemins de fer et bientôt les principaux centraux téléphoniques3 ont également leurs sièges dans le quartier des Boulevards.

6Mettant à profit les réalisations haussmanniennes, les principaux quotidiens s’installent dès la fin du Second Empire dans des immeubles prestigieux construits à leur intention et dans lesquels peuvent être intégrés les différents métiers et activités de la presse, la rédaction, l’administration et l’imprimerie. En effet, dans la presse quotidienne, la production à flux tendus impose une proximité entre la rédaction, la composition, la mise en page et l’impression. La grande presse pratique alors une architecture ostentatoire dont nous verrons quelques réalisations. La presse quotidienne s’inscrit dans le paysage parisien, en dépit d’une géographie contraignante, en imposant un modèle architectural qui regroupe des sites industriels et des bureaux, ainsi que des infrastructures commerciales et de transport.

7Une étude des architectes qui ont bâti ces immeubles permettrait sans doute des développements transdisciplinaires fructueux : par exemple, Sauffroy, qui a réalisé la construction de l’immeuble du Figaro rue Drouot est également l’architecte du Casino de Paris et de la Banque de Paris. Il résidait lui-même dans le 9e arrondissement, où il concentra l’essentiel de son activité.

8Le mouvement, initié en 1868 par Le Siècle au 14 rue Chauchat et en 1869 par Le Petit Journal au 59-61 rue de Lafayette, prend de l’ampleur dans les années suivantes : en 1874, La France s’installe 123 rue Montmartre et Le Figaro 26 rue Drouot, en 1875, La Petite République française investit le 53 rue de la Chaussée d’Antin, en 1878, Le Petit Parisien quitte le 11 faubourg Montmartre pour le 18 rue d’Enghien et s’étend dans les années suivantes sur les numéros voisins. En 1892, Le Journal s’installe 100 rue de Richelieu, en 1893, Le Matin s’établit 2-6 boulevard Poissonnière, en 1902 L’Écho de Paris libère le 2 rue Tait-bout pour rallier le 6 place de l’Opéra, enfin, en 1912, Le Temps quitte le boulevard des Italiens pour l’immeuble du 5-7 rue des Italiens, que Le Monde occupe ensuite de 1944 à 1990.

  • 4 Ainsi que La Lanterne, 5 rue Coq-Héron, L’Avenir National 125 rue Montmartre, L Information, 10 pl (...)
  • 5 Comme Le Dépêche de Toulouse au 4 de la rue du Faubourg-Montmartre en 1900. Voir F. Torres, La Dép (...)

9Pour mesurer le poids de la presse dans le quartier, on peut encore citer La Presse 12 rue du Croissant, Le Gaulois à l’angle du boulevard des Italiens et de la rue Drouot, L’Illustration au 15 rue Saint-Georges, L’Aurore au 142 rue Montmartre, immeuble qui accueillait également L’Humanité avant que Jean Jaurès ne l’installe 16 rue du Croissant4. Les grands quotidiens régionaux participent aussi à l’animation du quartier. La plupart d’entre eux installent de somptueux bureaux de représentation sur les Boulevards5, puis, en 1912, établissent un « Hall des grands régionaux » au 25 boulevard Poissonnière.

10Dans l’entre-deux guerres, commence le déclin du quartier : certes, en 1921 L’Intransigeant quitte le 112 rue Montmartre pour s’installer dans un immeuble somptueux 98-100 rue Réaumur, immeuble qui est repris par France-Soir après la Seconde Guerre mondiale, tandis que, en 1932, Paris-Soir quitte le 11 boulevard Montmartre pour le 34 rue du Louvre. Mais, dans le même temps, la rédaction et l’administration du Figaro s’installent en 1925 au 14 Rond-Point des Champs-Elysées, tandis que, en 1934, le quotidien économique Les Échos quitte le 4 rue Martel pour gagner les Champs-Elysées.

  • 6 Toutefois, pour les fabricants d’encre et de machines, le 15e arrondissement, qui accueille nombre (...)
  • 7 Les principaux dépôts des messageries Hachette sont situés rue Paul Long (future rue Réaumur) et r (...)

11Pour mesurer cette prégnance de la presse dans le quartier, il faudrait encore mentionner la kyrielle des entreprises de l’aval et de l’amont : fondeurs de caractères, papetiers, fabricants d’encre et de machines6, affichistes, lithographes, messageries7, transporteurs, etc., qui se dispersent dans les interstices du tissu urbain du quartier, s’agglomèrent autour du canal Saint-Martin et le long des voies de chemin de fer du Nord et de l’Est pour finir par gagner Saint-Ouen, Aubervilliers ou la Plaine Saint-Denis.

  • 8 Le Parisien à Saint-Ouen, Le Figaro à Roissy, Le Monde à Ivry. Voir P. Eveno, « Une industrie méco (...)

12Si la presse, sauf exception, n’a pas glissé vers le triangle d’or du 8e arrondissement, les nouveaux moyens d’information apparus au xxe siècle, la radio puis la télévision, n’ont pas investi le quartier de la presse. Ainsi, chaque jour, durant plus d’un siècle, plusieurs millions d’exemplaires sortent des imprimeries de la presse parisienne. Toutefois, dans les années 1970, la photocomposition et la transmission par fax viennent rompre cette proximité géographique entre le monde ouvrier et le monde intellectuel. Le mouvement de déconcentration des imprimeries vers la banlieue parisienne8 conduit inévitablement les rédactions à quitter des bâtiments surdimensionnés.

DES MÉTIERS

  • 9 En 1883, le seul Petit Journal dispose de 3 000 crieurs à son service.

13Néanmoins, pendant plus d’un siècle, la presse a rythmé la vie des Grands Boulevards. Jour et nuit, une armée d’ouvriers, de journalistes, d’employés, à laquelle s’ajoute une multitude de représentants des petits métiers annexes de la presse, les porteurs, crieurs9, kiosquiers, cyclistes, etc., s’affaire dans les immeubles de bureaux, dans les ateliers, envahit les rues et les trottoirs, pour approvisionner Paris et la province des nouvelles les plus récentes. La presse conserve longtemps cette particularité de réunir en un espace restreint des métiers fort divers, des activités manuelles et intellectuelles et des conditions de fortune fortement contrastées. Les différentes composantes de ce peuple de la presse parisienne commencent à être connues grâce aux travaux de plusieurs historiens.

  • 10 M. Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, 1997.
  • 11 Ch. Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Paris. 1999.

14Le monde des journalistes, analysé par Marc Martin10 et Christian Delporte11 est sans doute le mieux connu, grâce aux annuaires des associations et aux mémoires rédigés par de nombreux rédacteurs. Selon

  • 12 M. MARTIN, « Structures de sociabilité dans la presse, les associations de journalistes en France (...)
  • 13 Notamment les annuaires de l’Association syndicale professionnelle des journalistes parlementaires

15Marc Martin12, les journalistes parisiens représentent environ 55 % de l’ensemble des journalistes français : 3 400 des 6 000 rédacteurs français en 1910. D’après mes propres sondages dans des annuaires des associations de journalistes13, près de la moitié des journalistes travaillant pour des quotidiens parisiens habitaient le quartier de la presse ou dans les quartiers proches. On peut donc estimer grossièrement à deux ou trois milliers le nombre des journalistes qui arpentent chaque jour les Boulevards et les rues adjacentes.

  • 14 P. Chauvet, Les ouvriers du livre et du journal, Paris, 1971 ; M. Rebérioux, Les ouvriers du livre (...)
  • 15 Avec 30 000 ouvriers dès 1896 et encore 82 000 en 1971, l’imprimerie parisienne représente 10 % de (...)
  • 16 Fr. Amaury, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République, Le Petit Parisien, 1876-1944, (...)
  • 17 P. Eveno, Le Monde, Histoire d’une entreprise de presse, Paris, 1996.

16Pour les ouvriers, la bibliographie est essentiellement constituée d’une littérature hagiographique émanant du Syndicat du livre14. Comme les recensements confondent généralement les ouvriers de la presse avec les effectifs de l’ensemble du secteur de l’imprimerie, il reste difficile d’évaluer les effectifs15. Toutefois, les chiffres des adhérents de la Fédération française des travailleurs du livre (FFTL), qui établit graduellement un monopole d’embauche dans les imprimeries de presse, permettent de recenser les ouvriers de la presse parisienne : 10 000 adhérents en 1914, 28 000 en 1936 et encore 31 000 en 1968. Dans les entreprises de presse, les ouvriers constituent généralement la moitié du personnel et sont trois fois plus nombreux que les journalistes : en 1914, Le Temps (tirage 30 000 exemplaires) emploie 33 rédacteurs et 101 ouvriers ; en 1930, Le Petit Parisien (tirage 1 500 000 exemplaires) compte 1 386 salariés, dont 663 ouvriers et 105 rédacteurs16 ; en 1976, Le Monde emploie 1 225 personnes, dont 589 ouvriers et 178 rédacteurs17, Le Figaro recense 817 ouvriers et 320 rédacteurs sur 1 730 salariés et France-Soir 856 ouvriers et 155 rédacteurs sur un total de 1 393 salariés.

  • 18 L’expression « syndicat du Livre » est une commodité de langage. La FFTL, fondée en 1885, est une (...)

17Toutefois, les ouvriers, en dépit de leur appartenance quasi obligatoire au syndicat du Livre18, sont divisés en corporations fortement individualisées. Correcteurs et typographes se sont longtemps considérés comme l’élite intellectuelle du mouvement ouvrier qui avait conquis ses lettres de noblesse lors des émeutes de 1830 et de 1848, tandis que les rotativistes et leurs auxiliaires (clicheurs, bobiniers, etc.), par leur force physique et leur cohésion, constituaient le fer de lance des services d’ordre de la CGT puis du Parti communiste français.

  • 19 En 1990 encore, les trois quarts des rédacteurs des quotidiens nationaux étaient des hommes ; Inst (...)

18Faute de travaux historiques, le monde des employés et des cadres administratifs est très mal connu. Il ne cesse pourtant de prendre de l’ampleur au cours du xxe siècle : représentant moins de 30 % des effectifs des entreprises de presse au début du siècle, les « cols blancs » dépassent fréquemment les 40 % à la fin des années 1970. Les employés introduisent une touche originale dans le peuple de la presse : alors que les rédacteurs et les ouvriers sont essentiellement des hommes19, les employés sont surtout des femmes : au Monde, en 1978, 3 % des ouvriers et 22 % des rédacteurs sont des femmes alors que 55 % des employés sont de sexe féminin.

DES SOCIABILITÉS

19Les sociabilités dans le quartier de la presse sont fortement influencées par ce déséquilibre des sexes. Et cela d’autant plus que le Boulevard, la vie parisienne, avec leurs théâtres, leurs cafés, leurs restaurants et leurs maisons closes sont en symbiose totale avec la presse. C’est cette proximité qui marque sans doute la plus grande originalité du quartier de la presse à Paris. Alors que par bien des aspects, la vie économique et sociale du quartier londonien de la presse ressemble à celui de Paris, Fleet Street demeure un lieu de travail séparé des lieux de plaisirs de la capitale anglaise, situés plus à l’ouest. En outre, la City a connu un dépeuplement beaucoup plus rapide et beaucoup plus important que le centre de Paris, dont la population résidente reste importante jusqu’au milieu du xxe siècle. Ainsi, à Paris, du Second Empire aux années 1930 ou 1950, la vie parisienne demeure concentrée autour des Boulevards, dans un quartier qui est également un lieu de travail et un secteur résidentiel.

  • 20 20 000 pour le lancement du Journal en 1892.

20La presse participe à l’animation du quartier : les journaux mettent en scène en permanence l’information, par leurs multiples éditions diffusées par les crieurs et par l’affichage des nouvelles dans les vitrines de leurs immeubles. La foule se presse rue du Croissant, rue Réaumur ou rue Lafayette. Lors de la construction des « hôtels » de la presse, les patrons de journaux prévoient d’installer de vastes halls pour y recevoir le public venu consulter les annonces, regarder les gravures et les photographies et acheter à l’occasion des objets siglés (brochures, estampes, médailles, etc.). Les campagnes d’affiches apposées sur les murs20, les hommes-sandwich et les véhicules revêtus de calicots et de bannières qui parcourent les rues, contribuent encore à l’animation du quartier. Le patron du Matin, Maurice Bunau-Varilla, fait peindre en rouge les façades de ses immeubles du boulevard Poissonnière pour attirer le chaland. En 1909, il fait accrocher l’aéroplane de Blériot au-dessus du trottoir du Boulevard.

  • 21 Depuis le plus modeste d’entre eux, le Bouillon Chartier. me du faubourg Montmartre, jusqu’aux plu (...)
  • 22 Le chant des ouvriers du Livre, « A la santé du confrère, qui nous régale aujourd’hui... ». chanté (...)

21Les multiples bistrots, cafés, restaurants et brasseries21 contribuent également à l’animation du quartier ; journalistes et ouvriers forment une clientèle privilégiée, avide de ragots et de blagues, dépensière par nature et cultivant, grâce à des ressources financières relativement importantes, une sociabilité bruyante et bon vivante22. En effet, la presse paye bien ses salariés. Les journalistes pratiquent la note de frais, tandis que les ouvriers jouissent de revenus nettement supérieurs à ceux des autres Français : en 1911, un linotypiste du Temps gagne 320 francs par mois alors que le traitement mensuel d’un instituteur est de 100 francs. Dans les années 1960, un ouvrier du Monde gagne six fois le SMIG. En outre, les salaires sont longtemps payés en liquide, à la semaine ou à la quinzaine, ce qui favorise la dépense rapide dans les multiples estaminets.

  • 23 M. Martin, La presse régionale, Paris, 2002.

22Marc Martin souligne qu’« avec le déclin des journaux du soir, le journaliste devient un oiseau de nuit qui commence sa journée en fin d’après-midi et la termine parfois quand la dernière édition est mise sous presse. [...] Ainsi se développe une sociabilité typiquement masculine, dont le cadre est un café proche de la rédaction qui reste ouvert tard pour accueillir ces clients particuliers »23. La proximité des Halles, à la lisière sud du quartier de la presse, contribue sans doute à l’épanouissement de cette sociabilité gastronomique. Parfois, cette sociabilité masculine tourne à l’aigre : à la fin du xixe siècle, l’Annuaire de la presse française recense chaque année les duels entre journalistes, tandis que les rixes auxquelles participent des ouvriers du Livre laissent parfois quelques « Sarrasins » (les « jaunes » en termes typographiques) sur le pavé du Boulevard.

  • 24 Pour un développement sur les fortunes et les salaires de la presse, voir P. Eveno, L ‘argent de l (...)
  • 25 Les linotypistes de presse travaillent 7 heures par jour à partir de 1906, puis 6 heures 30 en 191 (...)

23Cependant, entre le crieur qui gagne quelques francs par jour et le patron de presse riche à millions24, entre l’obscur « fait-diversier » et le typographe anarchiste, une solidarité, tissée du même humour typiquement parisien, d’anecdotes et d’indiscrétions, s’affiche en dépit de la différence des conditions. Ainsi, des sociabilités communes s’affirment entre les différents métiers de la presse. Toutefois, les divisions s’étalent également. Les ouvriers du Livre, organisés en corporations jalouses de leurs prérogatives et dans une fédération syndicale monopolistique, obtiennent à force de grèves des avantages salariaux et sociaux25 que bien des journalistes et bien des employés leur envient.

24La grève est sans doute le principal point de discorde : les journalistes, toujours déchirés entre leur condition de salariés et leur idéal de profession libérale, n’y recourent quasiment jamais. En revanche, les ouvriers du Livre la pratiquent à de multiples reprises, entreprise par entreprise, catégorie par catégorie, ou, lors des grandes mutations technologiques, collectivement. En 1906, 1909, 1919 et 1947, les ouvriers paralysent la presse afin d’obtenir des réductions d’horaires et des augmentations de salaires. Mais, en 1974-1975, la grève du Parisien libéré, la dernière grande grève du syndicat du Livre, signe le début de son déclin.

  • 26 S. Arbellot, J’ai vu mourir le Boulevard, Paris, 1950.

25Elle signe également la fin du quartier de la presse à Paris. Certes, dès 1950, Simon Arbellot, un des derniers journalistes boulevardiers, avait vu mourir le Boulevard26. Toutefois, il faut attendre les années 1970, pour assister à la délocalisation des rotatives vers la banlieue, tandis que le passage à la photocomposition fait disparaître les linotypes dans les années 1980. Avec l’informatisation des processus de composition et d’impression, avec la transmission des données par fil téléphonique, la nécessité de réunir dans un même lieu les différents métiers de la presse disparaît. Alors, les rédactions peuvent se disperser dans Paris.

  • 27 P. Eveno, « L’empire Hersant », L’Histoire. n° 226, nov. 1998.

26Seul Le Figaro, par un étrange retour aux sources qui résulte des spéculations de Robert Hersant27, revient au 37 rue du Louvre dans un quartier de la presse maintenant déserté par les journaux. En revanche, depuis quelques années, les activités liées à Internet retrouvent le chemin du vieux quartier de la presse.

Notes

1 P. Frédérix, De l’agence d’information Havas à l’Agence France Presse, Paris, 1959.

2 E. Peloille, L’imprimerie parisienne de 1881 à 1914, thèse, Université Paris 1, 1993.

3 En 1880, le principal central de la Société française des téléphones est situé 45 avenue de l’Opéra, tandis que celui de la Société française de correspondance téléphonique est situé rue Neuve des Petits-Champs. En 1881, après la fusion des deux compagnies, un nouveau central est construit 27 avenue de l’Opéra. P. Aulas, Les origines du téléphone en France, 1876-1914, mémoire de maîtrise. Université Paris I, 1998.

4 Ainsi que La Lanterne, 5 rue Coq-Héron, L’Avenir National 125 rue Montmartre, L Information, 10 place de la Bourse, La Victoire. 24 boulevard Poissonnière, etc., la liste exhaustive serait fastidieuse.

5 Comme Le Dépêche de Toulouse au 4 de la rue du Faubourg-Montmartre en 1900. Voir F. Torres, La Dépêche du Midi. Histoire d’un journal en République, 1870-2000. Paris, 2002.

6 Toutefois, pour les fabricants d’encre et de machines, le 15e arrondissement, qui accueille nombre d’industries chimiques et mécaniques, demeure attractif, d’autant plus qu’il est proche des imprimeries travaillant pour les éditeurs.

7 Les principaux dépôts des messageries Hachette sont situés rue Paul Long (future rue Réaumur) et rue d’Hauteville, entre Le Petit Parisien et Le Petit Journal, et à proximité des gares du Nord et de l’Est, tandis que le dépôt de Flammarion est 64 rue Montmartre. Le vaste ensemble de la rue Réaumur, réalise au tournant du siècle, héberge les messageries Hachette puis les Nouvelles messageries de la presse parisienne de 1947 à 1996. J. Mistler, La Librairie Hachette de 1X26 à nos jours. Paris. 1964 et K. Taveaux-Grandpierre. La diffusion de la presse quotidienne en France, Hachette et les quotidiens à grand tirage, 1X70-1914, thèse, Université Paris III, 1999.

8 Le Parisien à Saint-Ouen, Le Figaro à Roissy, Le Monde à Ivry. Voir P. Eveno, « Une industrie méconnue, la presse parisienne au xxe siècle », dans Paris et Ile de France, Mémoires publiés par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ille de France, t. 51, 2000.

9 En 1883, le seul Petit Journal dispose de 3 000 crieurs à son service.

10 M. Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, 1997.

11 Ch. Delporte, Les journalistes en France, 1880-1950, Paris. 1999.

12 M. MARTIN, « Structures de sociabilité dans la presse, les associations de journalistes en France à la fin du xixe siècle (18X0-1910) », dans Actes du colloque Sociabilités, pouvoirs et société (1983) ; « La Grande famille, l’Association des journalistes parisiens 1885-1939 », Revue Historique, janvier-mars 1986 ; « Les journalistes retraités de la République, 1880-1930 », Centre d’histoire de la France contemporaine, 7, 1986.

13 Notamment les annuaires de l’Association syndicale professionnelle des journalistes parlementaires.

14 P. Chauvet, Les ouvriers du livre et du journal, Paris, 1971 ; M. Rebérioux, Les ouvriers du livre et leur fédération, un centenaire, 1881-1981, Paris, 1981.

15 Avec 30 000 ouvriers dès 1896 et encore 82 000 en 1971, l’imprimerie parisienne représente 10 % des emplois industriels de la ville ; elle est le troisième employeur industriel après la confection et les constructions mécaniques. Recensements de 1896, 1911, 1936, Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, Enquête de 1974.

16 Fr. Amaury, Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République, Le Petit Parisien, 1876-1944, Paris, 1972.

17 P. Eveno, Le Monde, Histoire d’une entreprise de presse, Paris, 1996.

18 L’expression « syndicat du Livre » est une commodité de langage. La FFTL, fondée en 1885, est une des constituantes de la CGT en 1895 ; devenue en 1984 Fédération des industries du livre, du papier et de la communication (FILPAC), elle regroupe depuis l’origine trois syndicats : la Chambre syndicale typographique parisienne (syndicat des typographes, linotypistes, compositeurs et metteurs en page), le Syndicat des correcteurs et le Syndicat général du livre, lui-même divisé en sept sections professionnelles (rotativistes, électro-mécaniciens, clicheurs et photograveurs, ouvriers du départ, ouvriers des messageries, enfin ouvriers du labeur).

19 En 1990 encore, les trois quarts des rédacteurs des quotidiens nationaux étaient des hommes ; Institut français de Presse, Les journalistes français en 1990. La Documentation française, 1991. Le syndicat du Livre, quant à lui, demeure longtemps misogyne. Il faut attendre 1919 pour que les femmes soient acceptées, mais le nombre des apprenties ne doit pas être supérieur au quart de l’effectif total des apprentis d’une entreprise de presse.

20 20 000 pour le lancement du Journal en 1892.

21 Depuis le plus modeste d’entre eux, le Bouillon Chartier. me du faubourg Montmartre, jusqu’aux plus cossus, comme le Café Riche, Tortoni ou le Café Anglais.

22 Le chant des ouvriers du Livre, « A la santé du confrère, qui nous régale aujourd’hui... ». chanté en chœur, le verre à la main, se termine par « pas d’eau, pas d’eau ».

23 M. Martin, La presse régionale, Paris, 2002.

24 Pour un développement sur les fortunes et les salaires de la presse, voir P. Eveno, L ‘argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, 2003.

25 Les linotypistes de presse travaillent 7 heures par jour à partir de 1906, puis 6 heures 30 en 1919 ; en 1936, les ouvriers de la presse quotidienne parisienne passent aux 35 heures hebdomadaires.

26 S. Arbellot, J’ai vu mourir le Boulevard, Paris, 1950.

27 P. Eveno, « L’empire Hersant », L’Histoire. n° 226, nov. 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter