Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Troisième partie. Culture du petit peuple. Systèmes, conduites, valeurs

Hygiène, pathologies et médicalisation du « petit peuple » : discours et pratiques médicales à la fin du Moyen Âge

Marilyn Nicoud

Texte intégral

Je remercie Laurence Moulinier-Brogi et Catherine Verna pour leurs amicales suggestions.

  • 1 Pour une mise au point récente sur le soi-disant abîme entre les positions médicales et le point de (...)
  • 2 Il suffirait de citer ici les maints chapitres de statuts communaux qui visent à empêcher la pollut (...)
  • 3 V Nutton, « Continuity or Rediscovery ? The City Physician in Classical Antiquity and Medieval Ital (...)
  • 4 Voir pour les origines médiévales de ces formes de contrats G. Pomata, La promessa di guarigione. M (...)
  • 5 M.D. Grmek, « Le médecin au service de l’hôpital médiéval en Europe occidentale », History and Phil (...)

1Depuis quelques années, les historiens ont souligné l’attention grandissante portée à la fin du Moyen Âge par les autorités urbaines, et plus largement par les élites, à l’activité des médecins, aussi bien d’un point de vue individuel que dans l’intérêt de la collectivité. Si les recherches récentes ont montré le rôle fondamental joué par la peste de 1348 dans les premières mesures de protection de la santé publique et dans la cohérence de vue entre gouvernants et praticiens sur ces questions1, les prémisses d’une « médicalisation » de la société se manifestent déjà dans les décennies qui précèdent l’épidémie2 : l’enrôlement de médecins par les communes3, la fondation de nouvelles facultés de médecine, l’augmentation du nombre d’étudiants et de docteurs formés dans les universités, la multiplication des contrats passés entre praticiens et patients4, les législations sanitaires ou encore les transformations progressives d’un système hospitalier à vocation caritative en lieu d’assistance partiellement thérapeutique et médicalisé5 reflètent à la fois la laïcisation et la professionnalisation croissante des médecins et l’évolution de l’attitude des pouvoirs publics à l’égard des questions de santé publique.

  • 6 Dans certaines cités italiennes, anglaises ou provençales, le rapport est parfois d’un médecin pour (...)

2La santé et la maladie sont des phénomènes non seulement naturels mais aussi économiques, sociaux et culturels ; elles ne sont pas la seule résultante de données naturelles immuables, mais sont conditionnées voire transformées par l’environnement qui les abrite, par l’action du praticien ou encore par les mesures prophylactiques qui visent à les contrôler. Pourtant, dans une société médiévale où le rapport entre le nombre de praticiens et la population totale pouvait atteindre, dans certaines villes, des taux approchant les chiffres contemporains6, la diversité des revenus et la faiblesse des systèmes sanitaires n’autorisaient guère la prise en charge globale des habitants, défendue pourtant par certains au nom du bien public. Entre une médecine des élites et une assistance hospitalière aux plus pauvres, y avait-il, dans les faits mais aussi dans le discours médical, une place pour un ars medica des humbles, ces économiquement dépendants qui, n’ayant souvent pour unique ressource que leur force de travail, n’avaient guère d’autre bien à conserver que leur santé ?

3Excluant toute forme de médecine empirique ou magique, cette enquête repose sur une double documentation, empruntée aux sources savantes et aux actes de la pratique, dans les domaines italien et français.

Discours médical et catégories sociales

  • 7 Cette évolution tient à l’attention plus grande accordée au rapport entre la théorie et les conditi (...)
  • 8 Sur l’évolution des types de classification de la société médiévale, voir G. Constable, « The Order (...)
  • 9 À quelques exceptions près (Taddeo Alderotti à Venise, Giacomo Albini à Moncalieri, Bartolomeo da V (...)

4À la fois science et art, la médecine est constituée par trois disciplines (la diététique, la pharmacologie et la chirurgie) qui ont pour but d’aider à conserver ou à recouvrer la santé. Fondés sur l’enseignement universitaire, les ouvrages de la pratique résultent aussi de l’expérience7 et peuvent, à ce titre, introduire dans leurs explications des phénomènes pathologiques, des distinctions ou des contraintes extérieures de type social, tel le mode de vie, l’hygiène, le degré de richesse, le métier ou, plus largement, les occupations des hommes du Moyen Âge, qui sont autant de critères servant à définir des groupes sociaux8. Notons d’emblée que l’auteur de traités est souvent une autorité reconnue que son statut de professeur et de praticien des élites (notamment à partir du xive siècle, lorsque se développe la médicalisation des cours occidentales) éloigne de facto de la pratique auprès des plus humbles9. Toutefois, l’ouvrage médical, adressé à un public savant, servait souvent de manuel à des confrères de moindre renommée qui, eux, soignaient une clientèle moins fortunée.

La terminologie employée

  • 10 Henri de Mondeville évoque ces « gens du peuple qui ne savent distinguer l’homme expérimenté de cel (...)
  • 11 « Nous avons enduré bien des dédains et des paroles honteuses de la part du peuple ; et de la part (...)
  • 12 Guy de Chauliac, dans l’introduction de sa Grande chirurgie, précise les trois règles que doit suiv (...)
  • 13 « Les salaires des chirurgiens, en effet, ne sont pas tarifés et déterminés, ni égaux pour tout le (...)
  • 14 La recette d’un électuaire pour soigner l’épilepsie n’est par exemple valable que si le patient est (...)

5Le discours médical n’utilise pas de critère juridique pour définir les groupes sociaux, ce qui rend la perception d’un « petit peuple » malaisée. L’appréhension des niveaux de richesses apparaît souvent grossière : les oisifs s’opposent à ceux qui travaillent, les riches (divites, magnates) aux pauvres ou aux gens du peuple (pauperes, plebs), les nobles (nobiles) aux paysans (rustici), ou encore les dominae aux simples mulieres. Ces distinctions, fondées sur la naissance ou sur des critères économiques ou professionnels, ne sont pas exclusives, le riche étant aussi un oisif, et le pauper ou le vulgus celui qui travaille de ses mains. Elles conduisent à des regroupements très génériques qui ne rendent guère compte de la complexité de la société médiévale, mais témoignent d’une vision très schématique, voire simpliste, de son organisation et d’une distance évidente entre l’intellectuel et le commun. Les critiques d’Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, à l’encontre des « gens du peuple » et de la « foule », incapables de distinguer le professionnel du charlatan, montrent le mépris qu’affiche parfois l’homme de science devant la majorité de la population10. La méfiance du peuple à l’égard des innovations thérapeutiques ou devant des guérisons qui lui paraissent prodigieuses11 contribue à créer un rapport contraire à la relation de confiance que le médecin doit instaurer avec son client12. À travers les attitudes incriminées, se marque aussi l’opposition entre une médecine savante et des pratiques empiriques, voire magiques, auxquelles préfère recourir tout un pan de la population médiévale. Pourtant, lorsqu’il s’agit de définir la rétribution que le chirurgien peut exiger, Henri de Mondeville distingue les riches qu’il faut taxer fortement (ne serait-ce que pour utiliser l’argent à secourir les pauvres), l’homme à fortune moyenne, le pauvre qui paie en nature et le « vrai pauvre », soigné gratuitement13. De même, le montpelliérain Bernard de Gordon (actif au tournant des xiiie- xive siècles), qui dit soigner tous les publics, distingue à l’usage de ses confrères auxquels s’adresse son œuvre, les ingrédients d’un médicament destiné à un riche et ceux qui suffiront à un patient démuni14.

Les conceptions médicales

  • 15 Ces res non naturales sont l’air, l’alimentation et la boisson, la réplétion et l’inanition, l’exer (...)

6Si la terminologie sociale en œuvre dans le discours médical se révèle imprécise, son importance dans l’explication des phénomènes pathologiques paraît faible, à première vue. D’après les conceptions médiévales, la santé résulte de l’équilibre, à l’intérieur du corps, des proportions des qualités premières (chaud, froid, sec et humide), tandis que les maladies (à l’exception de celles causées par un accident extérieur) sont la résultante d’un déséquilibre produit par les « choses non naturelles »15. Le niveau de santé d’un individu est donc directement lié à son environnement. Quoique non explicitement mentionnés, la richesse ou l’extrême pauvreté, le type d’occupation ou les conditions de vie se manifestent ainsi de manière incidente parmi les res non naturales, d’autant que le recours à l’expérience, à l’observation et aux données de la pratique permettent au discours médical des xive et xve siècles de s’enrichir de particularismes. L’air, le mouvement et les habitudes sont les paramètres les plus susceptibles de recouvrir des distinctions sociales, permettant au médecin d’expliquer des différences d’états physiologiques et pathologiques.

  • 16 Circumpicere debet igitur medicus dispositionem civitatis et domus, et si fuerit in parte declivior (...)
  • 17 Parmi les conseils du Piémontais Antonio Guainerio (actif dans la première moitié du xve siècle) po (...)
  • 18 Cf. É. Carpentier, Une ville devant la peste : Orvieto et la peste noire de 1348, 2e éd. revue, Bru (...)
  • 19 Le maître parisien Pierre de Saint-Flour (actif dans le deuxième quart du xive siècle) pense ainsi (...)
  • 20 Differebat tamen ab alia preterita quia in prima plures recesserunt populares, in secunda vero plur (...)

7Parce qu’il pénètre dans le corps humain sans intermédiaire ni transformation et atteint directement le cœur, l’air est un facteur essentiel de l’équilibre sanitaire. Dans son De decent ingeniis morborum, Bernard de Gordon conseille à ses confrères d’être attentifs à l’environnement, d’examiner la situation de la ville et des maisons où habitent leurs patients. Ces derniers doivent si possible éviter la proximité de certains métiers : les échoppes d’artisans, d’ouvriers qui frappent monnaie, de tanneurs ou encore celles des fondeurs de métaux16. Lorsqu’ils légifèrent sur les métiers polluants pour l’environnement ou sur l’évacuation des déchets domestiques, les statuts urbains ne disent pas autre chose mais, pas plus que les médecins, ils ne soulèvent le problème de la santé des ouvriers concernés. Aux dires des praticiens dans leurs régimes prophylactiques, la putréfaction de l’air est également responsable de la peste. Les lieux traversés de fumées nocives et d’odeurs pestilentielles, là où précisément vivaient les plus humbles, sont donc à fuir17. Les professionnels médiévaux rejoignent ici les conclusions des modernes qui accusent le surpeuplement, les mauvaises conditions d’hygiène et la sous-alimentation de favoriser la diffusion de l’épidémie18. Ils observent aussi qu’une sélection s’opère au sein de la population : la maladie touche en effet différemment les habitants d’un même quartier ou d’une ville. Sans recourir à des causes d’ordre sociologique, ils expliquent par des prédispositions naturelles diverses cette mortalité différentielle19 : les sanguins, les pléthoriques, les colériques, les oisifs et les débauchés, les faibles, ceux qui ont des pores dilatés et les grands consommateurs de fruits sont les premières victimes d’un air saturé de chaleur et d’humidité. À propos des deux crises de 1348 et 1360, le chirurgien Guy de Chauliac († 1368) constatait que si, lors de la première « mourait la populace, les laborieux et ceux qui vivaient mal », la seconde « différait cependant de la précédente, parce que dans la première, le peuple mourut en nombre, tandis que dans la seconde [succombèrent] de nombreux riches, nobles, des enfants en nombre infini et peu de femmes »20.

  • 21 Et imo labores carpentiorarum, agricolarum et mercatorum et ita de aliis non sunt exercitium, quod (...)
  • 22 Chirurgie de maître Henri de Mondeville..., op. cit., p. 169.

8Sous le terme motus, les auteurs médiévaux entendent généralement l’exercice physique auquel l’on s’adonne par plaisir et non par obligation. Aussi le travail et les efforts accomplis dans le cadre d’une activité professionnelle ne sont-ils que rarement pris en compte par ceux qui soignent les pathologies internes21, à la différence des chirurgiens. Henri de Mondeville oppose ainsi « d’un côté, des paysans, des agriculteurs campagnards et tous ceux qui travaillent à un métier pénible, tels que les teinturiers, et de l’autre des bourgeois, des nobles, des délicats, des chanoines et autres oisifs »22. En préalable à toute intervention, il s’attache à examiner le type de mouvement effectué et la partie du corps qui travaille :

  • 23 Ibid.

« On doit en effet traiter autrement et avec d’autres remèdes un forgeron ou un boulanger qu’un pêcheur de rivière et autrement un teinturier en étoffes qu’un coupeur de vêtement, cela pour plusieurs raisons : 1. Le teinturier exerce son métier debout, le coupeur assis ; 2. Le teinturier travaille péniblement avec tout le corps ; le coupeur n’exerce que de ses mains. De même, le couvreur de maison travaille dehors, sous le soleil, dans un lieu élevé, dangereux et vacillant, tandis que le barbier exerce son office à l’intérieur, dans un lieu bas, sûr et solide »23.

  • 24 Consuetudo autem est varia et diversa secundum diversitatem climatum et regionum et montium et vall (...)
  • 25 Notons ici, qu’à la différence de la citation précédente, Bernard de Gordon distingue marchands et (...)
  • 26 À propos des viandes de bœuf, le Padouan Michele Savonarola († 1466) déclare que sunt enim carnes r (...)
  • 27 Cf. D. Jacquart, « Le regard d’un médecin sur son temps : Jacques Despars (1380 ? - 1458), Biblioth (...)
  • 28 Michele Savonarola, auteur de deux ouvrages d’hygiène alimentaire (Le libretto de tutte le cosse ch (...)

9Mais plus que l’exercice, la consuetudo entendue comme un ensemble d’habitudes (usages alimentaires, lieu d’habitation ou encore activités physiques24) qui diffèrent selon les climats, les régions ou les métiers, livre les informations les plus nombreuses sur la vision qu’ont les médecins des réalités sociales25. À l’image de facteurs physiologiques propres à chaque individu, elle influence en effet la complexion de chacun ; tandis que le vieillissement accentue le déficit en chaleur et en humidité, le mouvement tend à échauffer le corps. De ces transformations quotidiennes, découle, dans les conceptions médicales, la nécessaire observance de principes d’hygiène, différents selon les individus, qui aident à maintenir l’équilibre des complexions. Dans une stratification sociale où l’appartenance à un groupe se définit aussi par l’obligation ou non à exercer une profession, les conseils diététiques suivent une ligne de crête qui oppose les aristocrates, les intellectuels et les hommes d’Eglise à ceux qui se livrent à une activité manuelle. Les premiers jouissent d’une complexion délicate que régénère une alimentation légère, alors que les seconds ont besoin de nourritures plus grossières. Les ouvrages médicaux proposent une diète sociale qui qualifie par exemple les viandes blanches (souvent les plus chères) de mets faciles à digérer, aux faibles qualités nutritives, principalement destinés aux tables des riches, tandis qu’aux moins fortunés sont réservées les chairs rouges (bœuf, porc), moins coûteuses26. Le commentateur du Canon d’Avicenne, Jacques Despars († 1458), distingue même les consommations des humbles paysans (rustici, terre cultores, viri campestres) à base de pain de seigle et de légumes, et celles des laboureurs (laboratores) qui les enrichissent de viandes et de fromages27. Quoique prioritairement adressés aux élites sociales et donc conformes à leur mode de vie, les régimes de santé (titre par lequel la littérature diététique est communément désignée) s’efforcent de corriger parfois les habitudes des moins fortunés28.

L’ébauche d’un concept de maladies professionnelles ?

  • 29 Jean de Mirfeld, Breviarium, Cambridge, Corpus Christi College, ms. 177, fo 54rb.

« Nul ne peut suivre un régime de santé comme il convient, si ce n’est celui qui n’est pas absorbé dans une occupation par nécessité. Il convient en effet qu’il dispose des choses nécessaires de la vie, sans travail corporel et qu’il soit de libre condition en tout »29.

  • 30 Nimia circa rem aliquam sollicitudo, ut in mercatoribus et studentibus assidue et in devotis religi (...)
  • 31 Intelligendum quod paralisis frequentius advenif cum particularia conveniunt ut quia frigidus de co (...)
  • 32 [...]propter vehementem frigiditatem congelantem et indurantem in malam complexionem debilitatis si (...)
  • 33 Multi quoque artificialespotus insunt qui sitim intensam inducunt. Et idem bibite aque sulfuree atq (...)
  • 34 Estpassio consueta evenire his, quipedibus multum laborant ut sunt cursores, viatores, portantes on (...)
  • 35 Pour les femmes, le médecin opère une semblable distinction entre les femmes oisives aux appétits s (...)
  • 36 Cf. note 25.

10Cette définition exclut a priori d’une possible conservatio sanitatis toute personne non oisive. Par nature, celui qui travaille à une complexion déséquilibrée. Ce malade en puissance est donc un patient par excellence, auquel les médecins s’intéressent d’autant plus qu’ils commencent à établir des corrélations entre l’environnement, le mouvement et certains types d’affections. Les maladies s’attaquent plus facilement aux corps déjà affaiblis et rendus plus chauds par des activités, qu’elles soient intellectuelles ou physiques. Ceux qui se livrent à trop d’exercitium, motus, labor ou sollicitudo sont les cibles favorites des fièvres et des passions stomachales30. En revanche, les formes de paralysie touchent principalement les hommes de complexion froide, les gens âgés, ceux qui habitent dans des régions septentrionales ou subissent des climats rigoureux, les oisifs (car sans activité, leurs corps refroidissent), et ceux qui travaillent en milieu humide31. Les métiers de la mer ou la fréquentation de ce milieu provoquent des douleurs rhumatismales32 et des affections liées à la soif33, tandis que les professions qui nécessitent de longues stations debout favorisent l’apparition de varices34. Critères professionnels, physiologiques, climatiques et géographiques se mêlent donc sans souci de hiérarchisation des causes35 et motivent un choix différencié des procédés thérapeutiques, selon que le praticien soigne un riche ou un pauvre, un homme à la constitution robuste, habitué aux travaux manuels, ou quelqu’un voué à des activités plus intellectuelles et à rester assis36.

  • 37 Ulrich Ellenbag, Von den Gilftegen Besen Tempfen und Reuchen, eine gewerbehygienische Schrift des x (...)

11À partir de la seconde moitié du xve siècle, en Allemagne notamment, s’affirme un courant médical plus préoccupé par certaines maladies professionnelles. Si l’intérêt n’est pas neuf (Hippocrate, Galien ou encore Pline l’Ancien avaient déjà observé ces phénomènes), il est cependant lié au développement de l’extraction minière et du travail des métaux37, dans la région d’Augsbourg notamment. Ulrich Ellenbag, qui fut médecin de l’évêque et du chapitre de la ville avant d’enseigner à l’université d’Ingolstadt, est l’auteur, en 1474, d’un traité sur l’empoisonnement causé par les métaux. Dans ces mines de plomb et de cuivre argentifère, les émanations de mercure occasionnaient en effet des formes de saturnisme. Cet ouvrage, où sont examinées les causes et les caractéristiques de l’affection, ne délivre cependant aucun conseil préventif.

12Si le discours médical intègre à ses explications des phénomènes pathologiques, des observations qui témoignent d’une certaine appréhension de la diversité sociale, il ne les érige toutefois pas en catégorie à part entière. Il demeure dans l’ensemble peu sensible à la complexité des niveaux de richesse, se contentant d’établir des distinctions plutôt grossières entre les individus. Plus encore, il paraît presque exclure de la jouissance de la santé et de sa conservation la majeure partie de la population, c’est-à-dire les catégories « laborieuses » pour lesquelles se créent, à la fin du Moyen Âge, les premières formes d’assistance sanitaire.

L’émergence de structures sanitaires

  • 38 Sur cette question, voir M. Nicoud, « Médecine, prévention et santé publique en Italie à la fin du (...)
  • 39 A. Chiapelli, « Gli ordinamenti sanitari del Comune di Pistoia contro la pestilenza del 1348 »,Arch (...)
  • 40 Statuti urbanistici medievali di Lucca. Gli statuti delle vie e de’ pubblici di Lucca nei secoli xi (...)
  • 41 Gli statuti del collegio dei fisici di Cremona, L. Belloni éd., Crémone, 1957, p. 13 (Bolletino sto (...)

13Dans les années qui suivent la peste noire, s’inscrit dans les législations urbaines notamment italiennes, le concept de sanitas publica dont le prince ou les élites communales seraient les garants, au même titre qu’ils ont en charge la conservatio civitatis38. C’est pour Pistoia, dès 1348, que sont conservées les premières mesures super sanitate humani corporis conservanda et replimendo et resistendo variis et diversis pistolentiis, que de cetero possent in humanis corporibus devenire39. Quelques années plus tard, à Lucques, les statuts de la Curia del Fondaco, police d’entretien de la voirie, sont légitimés « pour le bien et la santé des hommes et des personnes de la cité de Lucques »40. À Crémone, à la fin du xve siècle, Ludovic le More fonde un collège des médecins afin « de conserver la santé et l’utilité commune »41. Si les documents soulignent une attention nouvelle de la part des autorités publiques, quelle était en fait la demande médicale et la réponse fournie ?

Les médecins communaux

  • 42 Ordonnance de Turin datée du 25 août 1462, citée par I. Naso, « La pubblica assistenza... », op. ci (...)
  • 43 C. Santoro, Gli offici del Comme di Milano e del dominio visconteo-sforzesco, 1216-1515, Milan, 196 (...)
  • 44 Cf. I. Naso, « La pubblica assistenza... », op. cit., p. 1152, n. 32. Le même auteur souligne toute (...)

14Dès la fin du xiiie et le début du xive siècle, en Italie du moins, apparaît l’une des formes caractéristiques de l’assistance médicale médiévale aux plus démunis. En recrutant des praticiens qu’elles salarient, les communes proposent à leurs habitants un service sanitaire minimum qui pallie le faible nombre de professionnels ou les rétributions trop élevées qu’ils exigent. Les contrats d’embauche, qui évoquent parfois « le pauvre malade incapable de payer », obligent souvent le praticien (« s’il est réclamé ») à visiter « les pauvres et les personnes misérables... gratuitement, pour l’amour de Dieu et par piété »42. À Milan, les membres du collège des médecins, seuls autorisés à exercer leur art, sont tenus de soigner les pauvres gratuitement. La cité emploie depuis la dernière décennie du xive siècle un praticien chargé des pauvres et des prisonniers43. Le terme pauper désigne plutôt dans ces cas une population marginale sans ressources, hormis celle que permet le recours à la mendicité ; elle bénéficie, au nom de la charité chrétienne, d’une assistance gratuite, souvent limitée aux premières visites. Aussi les communes prévoient-elles, de leur côté, de dédommager leurs praticiens mal ou non rémunérés44.

  • 45 Dans l’ensemble, la tarification des visites dépend non seulement du statut du patient et de ses re (...)
  • 46 P. Pansier, « Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 », Annales d’Avignon et du comtat Venais (...)

15Mais le service des médecins communaux ne se limite pas aux malades sans ressources et leurs contrats stipulent souvent les rétributions qu’ils sont en droit d’exiger en fonction du degré de richesses des patients45. Dans le Comtat Venaissin, le médecin de Pernes, embauché en 1365, peut réclamer aux maiores fortunés quatre gros par visite, aux communes trois et aux minores deux46. Un siècle plus tard, à Ivrée et Savigliano en Piémont, sur la base du registre cadastral, les divites ou maiores imposés pour plus de huit lires paient trois gros au médecin, les mediocres, taxés entre 4 et 8 gros, en versent deux et les inferiores ou minores, contribuables de moins de quatre lires, un.

  • 47 Sur le problème d’autorisation d’absence de ces employés communaux, voir I. Naso, Medici e struttur (...)
  • 48 J. Shatzmiller, « Notes sur les médecins juifs en Provence au Moyen Âge », Revue des Études juives,(...)
  • 49 P. Kibre, « The Faculty of Medicine at Paris, Charlatanism and Unlicensed Medical Practice in the L (...)

16Moins bien payés que leurs confrères plus illustres, ces medici condotti lorsqu’ils ne s’absentaient pas47, représentaient donc l’un des moyens d’accès aux soins médicaux, pour ceux que leur imposition fiscale excluait de l’assistance gratuite, mais n’autorisait pas pour autant à recourir aux autres professionnels, si ce n’est aux juifs48 et aux empiriques (théoriquement interdits d’exercer49)

Praticiens et patients

  • 50 Sur cette littérature, J. Agrimi et C. Crisciani, Les consilia médicaux, Turnhout, 1994 (Typologie (...)
  • 51 D. P. Lockwood, Ugo Benzi, Medieval Philosopher and Physician. 1376-1439, Chicago, 1951, p. 136. Su (...)
  • 52 Antonio Benivieni, De abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis, Florence, Philip (...)
  • 53 In vero i poveri e i bisognosi non si devono opprimere nè denunziare per riguardo almeno alla pietà (...)

17Si la législation urbaine de la fin du Moyen Âge prévoit un minimum d’assistance sanitaire pour les plus démunis, elle ne rend guère compte de ce qu’était la réalité du service médical. Du côté des sources savantes, les consilia (prescriptions médicales qui sont le résultat écrit d’une visite ou d’une consultation entre médecins50) livrent peu d’informations sur la médicalisation des plus humbles51. Seul le Florentin Antonio Benivieni (1443-1502), pourtant médecin à la cour des Médicis et professeur à la faculté de Florence, n’hésite pas à évoquer parmi ses patients, un menuisier, l’épouse de son boulanger, un teinturier ou encore un paysan52. Si, « d’un point de vue charitable, le médecin ne doit pas opprimer ni dénigrer les pauvres et les hommes dans le besoin, car de là naît sa louable réputation »53, l’élite médicale où se recrutaient les auteurs de consilia ne songea guère à bâtir sa réputation et sa fortune sur ce type de clientèle, et préféra souvent à la pratique en milieu communal, le service à la cour et l’enseignement, sources de profits et de prestige.

  • 54 Les statuts des collèges des médecins fixent cependant souvent le montant des consultations exigibl (...)
  • 55 Cf. G. Pomata, Lapromessa di guarigione..., op. cit. ; voir aussi pour des éditions de documents, l (...)
  • 56 Raimundus Saunerii engage le médecin juif Isaac à titre privé et pour un salaire annuel de quatre s (...)
  • 57 Pour des exemples de clientèle particulière dans le royaume de France, voir D. Jacquart, Le milieu (...)
  • 58 Voir par exemple les cas de pratiques illégales déboutées par le Parlement de Paris et étudiés par (...)
  • 59 D. Jacquart, Le milieu médical..., op. cit., p. 124.
  • 60 À l’occasion d’un accident survenu dans l’une des mines du Lyonnais appartenant à Jacques Coeur, de (...)

18Les archives notariales fournissent des exemples de contrats passés entre un médecin et son patient qui protègent ce dernier d’honoraires trop élevés (notamment en cas d’échec de la thérapie) et assurent au premier sa juste rétribution54. Ces actes précisent généralement la nature de la maladie et le salaire exigé par l’homme de métier si son traitement réussit55. Joseph Shatzmiller signale même l’embauche par un habitant de Manosque d’un praticien juif, qui s’engage pour quatre ans à assurer le suivi médical de sa famille. Ce document de 1310 constituerait l’une des premières formes de médecine de prévoyance56. Mais ces actes qui font intervenir l’homme de loi nous éloignent des groupes les plus défavorisées de la société médiévale qui avaient plutôt recours aux empiriques, à moins d’être pris en charge, dans le cas d’esclaves, par le maître de maison57 ; à défaut de toujours connaître les ouvrages savants, les barbiers et chirurgiens, qui se vantaient parfois aussi de soigner les pathologies internes, offraient une alternative aux pratiques des médecins58. Les salariés pouvaient parfois avoir accès à la pratique médicale dans le cadre d’une forme très embryonnaire de « médecine du travail ». Des documents conservent la trace d’embauches de praticiens ou, plus simplement, d’interventions ponctuelles. La saunerie de Salins en Franche-Comté appointait par exemple à plein temps deux « physiciens » « pour la visitation des officiers, ouvriers et ouvrières »59, tandis qu’ailleurs, on faisait appel aux services d’un professionnel lors d’accidents survenus sur le lieu de travail60.

  • 61 Sur la distinction des métiers au Moyen Âge, voir J. Le Goff, « Métiers licites et métiers illicite (...)

19Dans l’ensemble cependant, le rapport au médecin n’allait pas de soi ; l’homme de savoir avait souvent besoin de convaincre le patient de ses aptitudes et de sa guérison car, à la différence du traitement chirurgical, la cure médicale ne donne pas toujours des résultats d’une parfaite évidence : la conception de la santé selon le praticien n’est pas toujours identique à celle que s’en forge le malade. Ayant plus facilement recours, pour toutes sortes de soins, aux chirurgiens ou aux barbiers dont le prestige était terni par les caractéristiques manuelles de leur profession61, les plus humbles avaient aussi tendance, en période d’épidémie, à considérer le médecin comme un instrument de répression sociale, chargé de dénoncer aux autorités tout cas suspect.

  • 62 Sur la clientèle des apothicaires, voir J.-P. Bénézet, Pharmacie et médicament en Méditerranée occi (...)
  • 63 A.M. Nada Patrone, Il cibo el ricco ed il cibo del povero. Contributo alla storia qualitativa dell’ (...)

20Tandis que se dessinent les prémisses d’un réseau d’assistance sanitaire dont les autorités communales sont les principaux promoteurs et que s’élaborent les premiers concepts de santé publique, le discours que tiennent les médecins sur la santé et la maladie semble encore, à la fin du Moyen Âge, peu engagé dans la voie d’une réflexion sociale. Quoique conscients des disparités qu’ils observent, ils n’échappent pourtant pas aux critères d’explications plus traditionnels. Les mêmes faiblesses se font jour du côté de la pratique, car recrutés par les cités pour venir en aide aux nécessiteux, quelle cure ces praticiens pouvaient-ils leur proposer quand il aurait fallu des médecines coûteuses62 et un changement de régime de vie63 pour espérer guérir ?

  • 64 M. Mollat, « En guise de préface : les problèmes de la pauvreté », dans Études sur l’histoire de la (...)

21Si l’on distingue le travail du barbier ou du chirurgien de celui plus aléatoire (et aux résultats plus difficiles à appréhender) du médecin, la maladie, surtout lorsqu’elle était longue, constituait d’évidence un facteur de déclassement qui expédiait l’infirmus devenu pauper dans les rangs des « frustrés de la santé », pour reprendre une expression de Michel Mollat64.

Notes

1 Pour une mise au point récente sur le soi-disant abîme entre les positions médicales et le point de vue des autorités municipales, voir J. Henderson, « Epidemics in Renaissance Florence : Medical Theory and Government Response », dans Maladies et société (xiie-xviiie siècles), Actes du colloque de Bielefeld, novembre 1986, Paris, 1989, p. 165-186.

2 Il suffirait de citer ici les maints chapitres de statuts communaux qui visent à empêcher la pollution des lieux publics et des lieux d’approvisionnement en eau, ou encore qui réglementent la vente de denrées non périmées.

3 V Nutton, « Continuity or Rediscovery ? The City Physician in Classical Antiquity and Medieval Italy », dans The Town and State Physician in Europe, from the MiddleAges to the Enlightenment, A.W. Russel éd., Wolfenbüttel, 1981, p. 9-46 (Wolfenbütteler Forschungen, 17), rééd. dans V Nutton, From Democedes to Harvey, Londres, 1988 (Variorum reprints) ; pour la Savoie, voir I. Naso, « La pubblica assistenza medicale nel basso Medio Evo. I medici dei Comuni di Torino e di Pinerolo nel xiv e nel xv secolo », Minerva Medica, 68 (1977), p. 1149-1166.

4 Voir pour les origines médiévales de ces formes de contrats G. Pomata, La promessa di guarigione. Malati e curatori in antico regime. Bologna xvi-xviii secolo, Rome-Bari, 1994.

5 M.D. Grmek, « Le médecin au service de l’hôpital médiéval en Europe occidentale », History and Philosophy of the Life Sciences, 4 (1982), p. 25-64. Pour le cas des léproseries, F. Touati, Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du xive siècle, Paris-Bruxelles, 1998, p. 455-461 (Bibliothèque du Moyen Âge, 11).

6 Dans certaines cités italiennes, anglaises ou provençales, le rapport est parfois d’un médecin pour 450 à 500 habitants. Voir I. Naso, « Il collegio dei medici di Novara negli ultimi anni del Quattrocento. Contributo allo studio dei gruppi professionali al termine del medioevo », Il plataneo, 1977, p. 265-361, plus part. p. 283-284 ; K. Park, Doctor and Medicine in Early Renaissance Florence, Princeton, 1985,p. 54-58 ;R.S. Gottfried, Doctors and Medicine in Early Renaissance England 1340-1530, Princeton, 1986, p. 42-48 et p. 253 ; J. Shatzmiller, Jews, Medicine and Medieval Society, Berkeley-Los AngelesLondres, 1994, p.104-108 ; A. Prudhomme, « Notes et documents sur les juifs de Dauphiné », Revue des Études juives, 9 (1884), p. 230-263, plus part. p. 251 ; E. Cotturi, « Medici e medicina a Pistoia nel medioevo », Incontri pistoiesi di storia, arte, cultura, 13 (1982), p. 1-14, plus spéc. p. 3-4 ; L. Garcia Ballester, M. R. McVaugh et A. Rubiovela, Medical Licensing and Learning in Fourteenth-Century Valencia, Philadelphie, 1989, p. 20-21 (Transactions of the American Philosophical Society, 79, no 6).

7 Cette évolution tient à l’attention plus grande accordée au rapport entre la théorie et les conditions particulières de sa mise en pratique et à l’idée de plus en plus affirmée qu’une partie de la médecine ne peut être vraiment enseignée mais acquise à travers l’habitus. Cf. D. Jacquart, « Theory, Everyday Practice, and Three Fifteenth-Century Physicians », Osiris, 6 (1990), p. 140-160.

8 Sur l’évolution des types de classification de la société médiévale, voir G. Constable, « The Orders of Society », dans Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cambridge, 1999, p. 251-341.

9 À quelques exceptions près (Taddeo Alderotti à Venise, Giacomo Albini à Moncalieri, Bartolomeo da Varignana à Bologne, Barnabas Riatinis à Venise...), les praticiens employés par les communes ne sont pas des hommes d’écriture. De fait, si un Pietro d’Abano au xive siècle recommandait au praticien de visiter les malades des hôpitaux ou encore les hospices, peu nombreux étaient ceux, parmi les auteurs de manuels, à mettre ces conseils en pratique. En outre, la production intellectuelle de ces praticiens s’adresse pour l’essentiel, à l’exception des ouvrages diététiques et de certaines practicae, à un public de confrères. Cf. J. Agrimi et C. Crisciani, Edocere medicos. Medicina scolastica nei secoli xiii-xv, Naples, 1988, p. 194 (Hippocratica Civitas, 2).

10 Henri de Mondeville évoque ces « gens du peuple qui ne savent distinguer l’homme expérimenté de celui qui ne l’est pas ; mais croient que tous, tant lettrés qu’ignorants, ont également de science, du moment qu’ils s’appellent chirurgiens » (Chirurgie de maître Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, roi de France, composée de 1306 à 1320, trad. fr. d’É. Nicaise, Paris, 1893, p. 183).

11 « Nous avons enduré bien des dédains et des paroles honteuses de la part du peuple ; et de la part de nos confrères, les chirurgiens, bien des menaces et des périls. [...] Si la guérison survient, les grands chirurgiens et la foule diront que c’est pas hasard ou que le patient n’aurait pas été délivré dans un aussi bref délai, s’il avait été blessé comme il semblait au premier abord ; et si le résultat est mauvais, le chirurgien sera éternellement diffamé » (ibid., p. 188-189).

12 Guy de Chauliac, dans l’introduction de sa Grande chirurgie, précise les trois règles que doit suivre le bon malade : Condiciones que requiruntur in infirmo sunt tres : quod sit obediens medico velud servus domino (primo Terapeutice) ; quod bene confidat de ipso (primo Pronosticorum) ; quod pacienciam habeat in se ipso, quia paciencia vincit maliciam, ut in alia dicitur scriptura (Guigonis de Chaulhiaco, Inventarium sive Chirurgia Magna, vol. 1 : Text edited by M. McVaugh, Leyde-New York-Cologne, 1997, p. 10).

13 « Les salaires des chirurgiens, en effet, ne sont pas tarifés et déterminés, ni égaux pour tout le monde, comme ceux des autres artisans [...]. Aussi le chirurgien peut très équitablement et la conscience tranquille, prendre au riche cent livres, en prendre cinquante à un homme de fortune moyenne, et à un pauvre une oie, un canard, une poule, des poulets, un fromage ou des œufs. Mais si le patient est vraiment pauvre, il ne prendra rien de tout cela, car il est plus lourd pour le pauvre de donner une oie, que pour le riche de donner une vache » (Chirurgie de maître Henri de Mondeville..., op. cit., p. 201).

14 La recette d’un électuaire pour soigner l’épilepsie n’est par exemple valable que si le patient est riche (Bernard de Gordon, Practica Gordonii, Venise, 1577, fo 33va).

15 Ces res non naturales sont l’air, l’alimentation et la boisson, la réplétion et l’inanition, l’exercice et le repos, le sommeil et la veille ainsi que les passions de l’âme ou émotions. Cf. P. Gil Sotres, « Les régimes de santé », dans Histoire de la pensée médicale en Occident, vol. 1 : Antiquité et Moyen Âge, M.D. Grmek dir., trad. fr., Paris, 1995, p. 257-281.

16 Circumpicere debet igitur medicus dispositionem civitatis et domus, et si fuerit in parte decliviore civitatis, quodfaciat ipsum mutare a superiore parte ville cum cautela quod sit cautus in portando a labore et calore et frigore. Et debet advertire medicus si est officium iuxta pacientem consistons ipsum, sicut suntfabres et malleatores, etparatores coriorum et fundentes sepum et qui operantur de sulphure. (Bernard de Gordon, De decem ingeniis morborum, Cité du Vatican, B.A.V, PL 1174, fo 283r).

17 Parmi les conseils du Piémontais Antonio Guainerio (actif dans la première moitié du xve siècle) pour éviter la peste : primo sit itaque domus tua ampla eventati aeris quam a lacunarum superfluitatibus et similium super aqua ductus vel aliter bene mundetur, et a macello stagnis et a locis ubi coria conficiuntur, et inter cetera a cimiteriis et aliis huiusmodi fetorem habentibus in aere inducere remota. (Antonio Guainerio, Opus preclarum ad praxim non mediocriter necessarium, Lugduni, in Biblioteca Scipionis de Fabiano, 1534, fo 207ra).

18 Cf. É. Carpentier, Une ville devant la peste : Orvieto et la peste noire de 1348, 2e éd. revue, Bruxelles, 1993, p..166. Voir aussi J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol., Paris-La Haye, 1976 (Civilisations et Sociétés, 35-36).

19 Le maître parisien Pierre de Saint-Flour (actif dans le deuxième quart du xive siècle) pense ainsi la peste inévitable, mais ses effets peuvent être empêchés « car une cause n’agit que sur un patient prédisposé, et l’inégalité des prédispositions explique que certains sont malades et meurent, d’autres non ». Cité par D. Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, xive-xve siècles, Paris, 1998, p. 246-247 (Penser la médecine).

20 Differebat tamen ab alia preterita quia in prima plures recesserunt populares, in secunda vero plures divites et nobiles etpueri infiniti et mulierespauce (Guigonis de Caulhiaco, Inventarium..., op. cit., p. 119).

21 Et imo labores carpentiorarum, agricolarum et mercatorum et ita de aliis non sunt exercitium, quod propterea non est motus voluntarius, sed quodammodo coactus. Praeterea mercatores, burgenses et claustrales et multi consimiles bene ambulant et diu et longe, sed non est proprie exercitiorum, nisi aliquis ex voluntate propria tantum ambulet (Bernard de Gordon, Regimen sanitatis, dans De vite humane, Leipzig, 1570, chap. 7, p. 41). Le Montpelliérain reprend ici une définition du Canon d’Avicenne : Dicemus itaque quod exercitium est motus voluntarius, propter quern anhelitus magnus, et frequens est necessarius (Avicenne, Canon, Venise, 1608, livre I, fen III, doc. 2, cap. 1, p. 170).

22 Chirurgie de maître Henri de Mondeville..., op. cit., p. 169.

23 Ibid.

24 Consuetudo autem est varia et diversa secundum diversitatem climatum et regionum et montium et vallicum, maris, stagnorum, aerium et officiorum (Bernard de Gordon, Regimen sanitatis, op. cit., p. 70).

25 Notons ici, qu’à la différence de la citation précédente, Bernard de Gordon distingue marchands et charpentiers qui ne relèvent pas de la même catégorie : Sunt marinati et homines armorum et agricole etpastores et consimiles. In quibus autem tota caro est rara et mollis sicut mulierum. Illis debites medicina competit, sicut omnium eorum qui consueverunt esse in umbra et quiete, sicut sunt scolares, studentes et religiosi et mercatores, quidam sunt draperii et carpentarii et consimiles qui quotidie sedent in operatoris (B.A.V., PL 174, fo 285r).

26 À propos des viandes de bœuf, le Padouan Michele Savonarola († 1466) déclare que sunt enim carnes robustis corporibus et multum exercitantibus convenientes et delicatis etiam. En revanche, les chairs de chevreaux ne conviennent pas aux habitants des campagnes et à ceux qui travaillent beaucoup car elles ne les nourrissent guère (Michele Savonarola, Practica maior, Venise, 1560, fos 32va, 33va).

27 Cf. D. Jacquart, « Le regard d’un médecin sur son temps : Jacques Despars (1380 ? - 1458), Bibliothèque de l’École des Chartes, 138 (1980), p. 25-86, plus spéc. p. 49, rééd. dans Ead., La science médicale occidentale entre deux Renaissances (xiie-xve siècles), Londres, 1997, XIV (Variorum reprints).

28 Michele Savonarola, auteur de deux ouvrages d’hygiène alimentaire (Le libretto de tutte le cosse che se magnano et le De regimine pregnantium et noviter natorum usque ad septennium), distingue les possibilités des fortunés (désignés comme les riches) et celles des moins nantis (classés parmi les pauvres) : I cibi convenienti a le pregnante suono questi. Incomenzando dal pane, che vole essere di fior di farina di formento, se essere può [...]. Dico se essere può per lepoverete, che non hanno il muodo come le riche ; ilperchè quando elpane è cum la remola mescolato, cussi se rende molto abstersivo, apto ad fare disperdere. [...] O povereta pregnante che manzi el pane di repozuolo, biem ti ho compassione, ma pur ti aricordo che è pericoloso specialiter l’uxo di quello quando sei pregnante ; si che se puoi, guardate da quello, e quanto più tu poi (Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare Ad mulieres ferrarienses de regimine pregnantium et noviter natorum usque ad septennium di Michele Savonarola, L. Belloni éd., Milan, 1952, p. 67).

29 Jean de Mirfeld, Breviarium, Cambridge, Corpus Christi College, ms. 177, fo 54rb.

30 Nimia circa rem aliquam sollicitudo, ut in mercatoribus et studentibus assidue et in devotis religiosis ex corde continue contemplantibus sepe accidit ac pauperculis nimium philocaptis qui continue ex corde tantum de amasia sua cogitant ut omnis in talibus operatio naturalis omnino cesset (Antonio Guainerio, Opus preclarum, op. cit., fo 83vb).

31 Intelligendum quod paralisis frequentius advenif cum particularia conveniunt ut quia frigidus de complexione, et senex et tempus frigidum et regio frigida, et quia vivit in ocio et in crapula et in vino multo et quia officium suum est frigidum et quia piscator... (Bernard de Gordon, Practica, op. cit., fo 35ra).

32 [...]propter vehementem frigiditatem congelantem et indurantem in malam complexionem debilitatis sicut accidit viatoribus, nautis, piscatoribus (Michele Savonarola, Practica maior, op. cit., fo 274vb).

33 Multi quoque artificialespotus insunt qui sitim intensam inducunt. Et idem bibite aque sulfuree atque salse faciunt ut per mare navigantibus plerumque evenit, quibus deficiente aque dulci, propter aque maris potationem tamen siti screvit, ut non potu satiati mortui sint (Antonio Guainerio, Opuspreclarum, op. cit., fo 98va).

34 Estpassio consueta evenire his, quipedibus multum laborant ut sunt cursores, viatores, portantes onera et his qui stant longo tempore, ut sunt servitores regum (Michele Savo Narola, Practica maior, op. cit., fo 273va).

35 Pour les femmes, le médecin opère une semblable distinction entre les femmes oisives aux appétits solides dont les menstrues sont abondantes, et celles qui travaillent et se nourrissent peu, aux menstrues quasi inexistantes : Intelligendum quod mulieres iuvenes que vivunt in ocio et repleut se cibis abundant plus in menstruis, pro tanto quia habent plurima superflua ; hoc etiam patet ex contrario, quoniam mulieres que multum laborant et utuntur modico cibo menstrua habent modica, aut nulla (ibid., fo 86vb). De même, celles qui se livrent à de nombreux travaux agricoles peuvent souffrir de manque de lait en période de lactation : Causae diminutionis sumuntur, aut ex parte exercitii, aut alicuius talis sanguinem resolventis, ut accidit in ruralibus multum laborantibus (ibid., fo 142rb).

36 Cf. note 25.

37 Ulrich Ellenbag, Von den Gilftegen Besen Tempfen und Reuchen, eine gewerbehygienische Schrift des xv. Jahrhunderts, Munich, 1927.

38 Sur cette question, voir M. Nicoud, « Médecine, prévention et santé publique en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Religion et société urbaine. Études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, P. Boucheron et J. Chiffoleau éd., Paris, 2000, p. 483-497 (Histoire ancienne et médiévale, 60).

39 A. Chiapelli, « Gli ordinamenti sanitari del Comune di Pistoia contro la pestilenza del 1348 »,Archivio Storico Italiano, 20 (1887), p. 3-24 et plus spéc. p. 7-8.

40 Statuti urbanistici medievali di Lucca. Gli statuti delle vie e de’ pubblici di Lucca nei secoli xii-xiv, Curia del fondaco : statuto del 1371, D. Corsi éd., Venise, 1960, p. 56, 69.

41 Gli statuti del collegio dei fisici di Cremona, L. Belloni éd., Crémone, 1957, p. 13 (Bolletino storico Cremonese, Biblioteca Storica Cremonese, 15). Les statuts du collège reprennent ceux de Milan de 1381 où n’apparaissait toutefois pas la légitimation publique.

42 Ordonnance de Turin datée du 25 août 1462, citée par I. Naso, « La pubblica assistenza... », op. cit., p. 1153. Les obligations du praticien sont parfois précises comme dans l’acte du conseil de Pignerol daté du 20 avril 1450, qui mentionne qu’ils doivent videndo eius signa et urinam.

43 C. Santoro, Gli offici del Comme di Milano e del dominio visconteo-sforzesco, 1216-1515, Milan, 1968, p. 182-183 (Fondazione italiana per la storia amministrativa).

44 Cf. I. Naso, « La pubblica assistenza... », op. cit., p. 1152, n. 32. Le même auteur souligne toutefois les retards fréquents de paiements que subissent les medici condotti. Cf. Ead., Medici e strutture..., op. cit., p. 42-55.

45 Dans l’ensemble, la tarification des visites dépend non seulement du statut du patient et de ses ressources, mais également du lieu où il habite – les prix augmentant lorsque le médecin doit sortir de la cité –, de la maladie dont il souffre et du moment de l’intervention (période de pestilence ou calme épidémique).

46 P. Pansier, « Inventaire de la pharmacie de Pernes en 1365 », Annales d’Avignon et du comtat Venaissin, 14 (1928), p. 111-123, plus spéc. p. 114, n. 1.

47 Sur le problème d’autorisation d’absence de ces employés communaux, voir I. Naso, Medici e strutture..., op. cit., p. 37-41.

48 J. Shatzmiller, « Notes sur les médecins juifs en Provence au Moyen Âge », Revue des Études juives, 128 (1969), p. 259-266.

49 P. Kibre, « The Faculty of Medicine at Paris, Charlatanism and Unlicensed Medical Practice in the Later Middle Ages », Bulletin of the History of Medicine, 27 (1953), p. 1-20.

50 Sur cette littérature, J. Agrimi et C. Crisciani, Les consilia médicaux, Turnhout, 1994 (Typologie des Sources du Moyen Âge occidental, 69).

51 D. P. Lockwood, Ugo Benzi, Medieval Philosopher and Physician. 1376-1439, Chicago, 1951, p. 136. Sur les 108 consilia que rédigea le Siennois au début du xve siècle, ou bien l’appartenance sociale du destinataire n’est pas précisée, ou bien il s’agit de nohilis ou d’egregius vir, de mulier ou de domina.

52 Antonio Benivieni, De abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis, Florence, Philippus Giunta, 1507, fos 49v, 63v, 81r, 87v.

53 In vero i poveri e i bisognosi non si devono opprimere nè denunziare per riguardo almeno alla pietà, poichè da qui nasce la lodevole fama del medico (Gabriele Zerbi, De cautelis, cité par K. Park, op. cit., p. 141, n. 73).

54 Les statuts des collèges des médecins fixent cependant souvent le montant des consultations exigibles. Ainsi, à Milan en 1397, les praticiens peuvent réclamer de six à seize sous par consultation, et de seize à deux livres et dix sous s’il s’agit d’un malade de peste (A. Bottero, « I più antichi statuti del collegio medici di Milano », Archivio Storico Lombardo, 70 (1943), p. 72-112, plus spéc. p. 101-102).

55 Cf. G. Pomata, Lapromessa di guarigione..., op. cit. ; voir aussi pour des éditions de documents, les contributions d’H. Bresc, pour la Sicile, de L. Stouff et de N. Coulet pour la Provence dans le numéro Le corps souffrant : maladies et médications de la revue Razo : Cahiers du centre d’études médiévales de Nice, 4 (1984). Pour la Catalogne, M. Mcvaugh, Medicine before..., op. cit., p. 174-181. Pour la Sicile, G. Pitré, Medici, chirurgi, barbieri e speziali antichi in Sicilia (secoli xiii-xviii). Curiosità storiche, Palerme, 1910.

56 Raimundus Saunerii engage le médecin juif Isaac à titre privé et pour un salaire annuel de quatre setiers de blé pour que ce dernier prenne en charge sa famille pour les quatre années à venir. Tout en soulignant le caractère unique de ce document, l’auteur pense que ce type de pratique était répandue. Il évoque un autre exemple contemporain pour la Catalogne. Cf. J. Shatzmiller, Médecine et justice en Provence médiévale : documents de Manosque 1262-1348, Aix-en-Provence, 1989, p. 123-124, doc. 29 et Id., Jews, Medicine..., op. cit., p. 124 et n. 14. M. McVaugh (Medicine before..., op. cit., p. 175-176) en donne d’autres exemples pour la Catalogne.

57 Pour des exemples de clientèle particulière dans le royaume de France, voir D. Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, p. 120-127. Sur les soins médicaux payés aux esclaves, voir H. Bresc, « Documents siciliens », Razo, 4(1984), p. 109-114, plus part. p. 110, no 13, p. 111, no 20, p. 113, no l, p. 114, no 12.

58 Voir par exemple les cas de pratiques illégales déboutées par le Parlement de Paris et étudiés par L. Guarrigues, « Les professions médicales à Paris au début du xve siècle : praticiens en procès au parlement », Bibliothèque de l’École des Chartes, 156 (1998), p. 317-369.

59 D. Jacquart, Le milieu médical..., op. cit., p. 124.

60 À l’occasion d’un accident survenu dans l’une des mines du Lyonnais appartenant à Jacques Coeur, deux barbiers de Lyon intervinrent et reçurent la somme de 15 livres pour « avoir guéry et tenu en cure durant le temps de ce présent compte plusieurs maneuvres et jeunes enffans servans dedens ladite montaine, blessez et navrez en icelle » (M. Mollat, Les affaires de Jacques Cœur. Journal du procureur Dauvet, t. 1, Paris, 1952, p. 299).

61 Sur la distinction des métiers au Moyen Âge, voir J. Le Goff, « Métiers licites et métiers illicites dans l’Occident médiéval », rééd. dans ID., Pour un autre Moyen Âge, Paris, 1977, p. 162-180 (Bibliothèque des Histoires). Pour une étude des rapports entre médecine et chirurgie, D. Jacquart, La médecine médiévale..., op. cit., p. 14-115.

62 Sur la clientèle des apothicaires, voir J.-P. Bénézet, Pharmacie et médicament en Méditerranée occidentale (xiiie-xvie siècles), Paris, 1999, p. 220-243 (Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières, 3).

63 A.M. Nada Patrone, Il cibo el ricco ed il cibo del povero. Contributo alla storia qualitativa dell’alimentazione ; l’area pedemontana negli ultimi secoli del Medioevo, Turin, 1981 (Biblioteca di Studi piemontesi).

64 M. Mollat, « En guise de préface : les problèmes de la pauvreté », dans Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Âge-xvie siècle), M. Mollat dir., Paris, 2 vol., vol. 1, 1974, p. 12. Sur le flou entourant les distinctions entre l’infirmus et le pauper dans la caritas chrétienne du haut Moyen Âge, voir J. Agrimi et C. Crisciani, « Charité et assistance dans la civilisation chrétienne médiévale », dans Histoire de la pensée médicale..., op. cit., p. 151-174, plus spéc. p. 153-156.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search