Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Troisième partie. Culture du petit peuple. Systèmes, conduites, valeurs

Alphabétisation et définition du petit peuple à la fin du Moyen Âge

Le cas des libraires parisiens

Kouky Fianu

Texte intégral

1Lorsqu’on évoque le petit peuple médiéval, il est communément entendu que l’on parle d’individus dans une situation économique modeste (pauperes), impliqués dans un travail manuel (laboratores), baignés dans une culture orale (illitterati) et sans statut juridique particulier. Mais, comme l’ont montré la plupart des participants à ce colloque, la définition de ces groupes sociaux particuliers n’est pas aussi aisée qu’elle y paraît, les éléments à prendre en compte étant nombreux et les situations très variées. C’est à l’une des dimensions de cette définition que je me propose à mon tour de m’arrêter : celle de l’oralité, ou plutôt de sa contrepartie, l’écrit. On sait que les études garantissaient aux universitaires un statut particulier et des possibilités de promotion sociale. Peut-on en dire autant de l’écrit ? Est-ce que savoir lire et écrire permettait à de modestes travailleurs de quitter les rangs du petit peuple ? Le cas des libraires parisiens offre un poste d’observation privilégié pour comprendre quel rôle a joué, entre le xiiie et le xve siècle, la maîtrise de l’écrit aux mains de petits artisans laïcs.

2À partir du xiie siècle, la fabrication du manuscrit déborda du monastère pour se répandre dans le siècle. Cela entraîna la multiplication d’artisans laïcs, œuvrant à une ou plusieurs des étapes de la production livresque. Ce phénomène est contemporain, et étroitement lié, à l’expansion de l’écrit aux mains de professionnels aux compétences de plus en plus prisées. Universités, administrations, chancelleries ou tribunaux, mais aussi simples particuliers, tous recouraient, et de façon toujours croissante, à ces individus liés d’une façon ou d’une autre à la production et à la diffusion de l’écrit.

  • 1 Cette question a été abordée récemment dans Le statut du scripteur au Moyen Âge – Actes du XIIe co (...)

3Les études socio-économiques des agents de l’écrit restent rares et partielles, à l’image peut-être des sources dans lesquelles ils figurent. Si la recherche s’est intéressée ces dernières années au personnel des chancelleries et à son importance culturelle ou politique, si l’on connaît bien certains auteurs ou certains artisans du livre en particulier, il reste beaucoup à dire sur les agents de l’écrit1 Ma communication repose donc sur une connaissance en chantier, mais à laquelle je consacre mes recherches depuis plusieurs années, et doit être entendue davantage comme une série d’hypothèses destinées à stimuler la recherche que comme un bilan de la question.

  • 2 Joseph Morsel a proposé le mot « scripturalité » comme équivalent français des termes literacy et (...)

4Les agents de l’écrit que j’ai retenus sont les libraires, en exercice dans la capitale française. Il s’agit de professionnels alphabétisés, vivant de l’écrit et de sa diffusion. La période choisie est celle qui s’étend du xiiie au xve siècle. Elle correspond au moment d’une sensibilisation croissante à l’écrit (literacy ou scripturalité), un phénomène déjà abondamment souligné2. Or l’augmentation de la literacy, l’influence de l’écrit conquérant, ne pouvait qu’avoir un impact sur ceux qui en faisaient leur gagne-pain. Je m’attacherai donc à mesurer cet impact et à comprendre son rôle dans la définition du statut socio-économique des libraires entre xiiie et xve siècles.

Les gens du livre à Paris au xiiie siècle

  • 3 Dans la chancellerie royale par exemple. Voir à ce sujet R.-H. Bautier, « Le personnel de la chanc (...)
  • 4 Pour la lecture comme trait distinctif des clercs, voir R. Génestal, « Le procès sur l’état de cle (...)
  • 5 K. Fianu, « La réglementation des métiers du livre à Paris au xve siècle, un indice de l’emprise c (...)

5Ce n’est pas avant la seconde moitié du xiiie siècle que l’on voit clairement se multiplier à Paris des agents de l’écrit. Ce sont souvent des clercs, au service de diverses chancelleries3, ou des artisans occupés à l’un des métiers du livre, au service de l’université. A priori, on se trouve ici face à des individus qui, par leur activité même, relevaient de la catégorie des litterati. Ils faisaient partie de ceux à qui la fréquentation de l’écrit, voire des études, avait conféré l’image positive et valorisante de clercs4. Les artisans du livre, quant à eux, entrèrent pleinement dans la sphère du savoir au tournant du xive siècle : à partir de 1307 ils furent inclus dans les privilèges accordés aux universitaires (exemption de taille, de guet et de taxe de transport de leurs biens)5. Même les parcheminiers, dont le travail pourtant mécanique et artisanal les distinguait nettement des lettrés, profitaient au xive siècle de faveurs fiscales au nom de leur association au monde de l’écrit et des études. Le statut inférieur généralement perçu lorsqu’on parle de petit peuple ne s’appliquait donc pas, à Paris, aux gens du livre ou de l’écrit aux xiiie et xive siècles. Ils étaient au contraire dotés d’un statut distinctif. Bien que laïcs (laici) et travailleurs (laborantes), les artisans du livre, et sans doute plus globalement les agents de l’écrit, ne relevaient pas de la sphère de l’oralité. Qu’en était-il de leur situation économique ?

  • 6 K. Fianu, « Les professionnels du livre à la fin du xiiie siècle : l’enseignement des registres fi (...)

6On peut se faire une idée du statut économique des artisans du livre grâce aux précieux documents fiscaux que sont les rôles de taille parisiens de la fin du xiiie siècle. Ces individus contribuaient de façon variable à l’impôt, signe de situations économiques diverses6. La majorité des libraires (85 %) était classée dans la catégorie médiévale des « gros » (c’est-à-dire de ceux qui payaient annuellement au moins 5 sous d’impôt). Mais un examen plus attentif et une comparaison avec les merciers montrent que les vendeurs de livres restaient des contribuables modestes. Ils n’atteignent jamais, loin s’en faut, le niveau de contribution des Parisiens les plus imposés. Les autres artisans du livre présentent des situations économiques encore plus modestes : plus de la moitié des parcheminiers et des enlumineurs, tous les relieurs et les écrivains appartenaient à la catégorie des « menus » (payant entre 1 et 4 sous).

7Par ailleurs, dans l’ensemble de ces métiers, il existait des disparités parfois importantes entre artisans pratiquant une même activité : aux marges d’un petit noyau de gros contribuables, figurant dans les registres année après année, gravitait une majorité d’artisans à faible imposition.

8Afin de mieux comprendre la situation fiscale des gens du livre, je l’ai comparée avec celle d’autres artisans impliqués dans des activités connexes : aux merciers déjà mentionnés se sont ajoutés les peintres et les mégissiers. Cette comparaison a confirmé que les gens du livre étaient des contribuables dont la situation fiscale correspondait parfois à celle de commerçants moyens, mais le plus souvent à celle de petits artisans. La pratique d’un métier du livre n’assurait donc pas, loin de là, la fortune. Seule l’activité commerciale des libraires pouvait leur permettre d’atteindre, occasionnellement, un niveau de fortune plus élevé, mais qui demeurait inférieur à celui de marchands comme les merciers. L’écrit à la fin du xiiie siècle pouvait nourrir son homme, mais souvent de façon précaire. Les artisans du livre de cette période apparaissent donc comme de modestes professionnels que l’on pourrait aisément associer au petit peuple urbain. Si leurs compétences en matière d’écriture ou de fabrication du livre leur permit quelques années plus tard d’acquérir un statut particulier, sans doute valorisé, ces spécialistes n’en connaissaient pas moins une situation fiscale qui ne les distinguait pas des petits artisans ou commerçants parisiens. Transportons-nous maintenant au xve siècle pour comprendre l’impact qu’a pu avoir l’extension de la literacy sur les libraires.

Les libraires à Paris au xve siècle

9Le xive siècle a connu une emprise croissante de l’écrit. De l’augmentation de la production de livres à la multiplication des collèges, de l’explosion de la chancellerie royale à l’accroissement des bibliothèques privées, la recherche a montré que ce sont là autant d’indices d’un écrit conquérant. Cette période correspond aussi à l’apogée des privilèges accordés aux artisans du livre. Mais si la literacy poursuivait sa conquête au siècle suivant, les libraires eux voyaient leur statut changer.

  • 7 Cette année-là, les papetiers, nouveaux venus dans le monde du livre, lurent placés sous l’autorit (...)
  • 8 K. Fianu, « La réglementation des métiers du livre… », op. cit., p. 10-18.
  • 9 En 1466, on procéda à la traduction des statuts des libraires universitaires du latin au français, (...)
  • 10 L’ordonnance de 1489 qui limita le nombre total des artisans du livre concernait 24 libraires, 4 p (...)

10Ce qui frappe d’emblée au xve siècle, c’est la modification intervenue dans la perception des artisans du livre. Leur statut et leurs avantages universitaires furent remis en cause dès 13987. Les pouvoirs civils contestèrent leur statut clérical et exercèrent des pressions croissantes pour ne plus les intégrer automatiquement dans la sphère universitaire8. L’argument utilisé était double : d’une part l’instruction, élément caractéristique des clercs, d’autre part le commerce, activité interdite aux clercs. Les libraires savaient sans doute lire, mais les sources indiquent que tous ne maîtrisaient pas le latin9. De plus, leur activité première était bien le commerce, fut-il de biens essentiels aux études. La raison de cette offensive réside aussi bien dans l’histoire complexe des relations entre université et pouvoirs publics, que dans l’histoire de la literacy. L’écrit ayant débordé la sphère du savoir universitaire pour investir l’administration, les affaires, voire la vie quotidienne, il n’était plus légitime de garder les gens du livre dans le monde universitaire. Après une longue période de contestation, les autorités civiles eurent finalement gain de cause : à partir de 1489, le nombre des professionnels du livre fut limité à 45 individus (dont 24 libraires) reconnus comme universitaires10. En perdant son statut universitaire, le groupe des gens du livre perdait l’élément qui le démarquait du monde laïc des commerçants et des artisans. La plupart des artisans du livre retrouvaient donc au xve siècle le statut du petit peuple, tout en gardant des liens évidents avec le monde de l’écrit. Mais cet élément ne semble plus avoir joué, au xve siècle, un rôle aussi déterminant qu’il l’avait fait 100 ans plus tôt. Qu’en est-il de la position économique des gens du livre ? A-t-elle aussi subi des changements ?

11La question est cette fois difficile à aborder. Il n’y a pas pour le xve siècle de sources équivalentes aux rôles de taille de la fin du xiiie siècle. Mais l’identification de libraires dans une vaste catégorie de sources légales ou administratives permet d’illustrer une situation économique très variable. Je m’arrêterai maintenant au cas de trois libraires bien différents. Peut-être ne sont-ils pas représentatifs, ni même typiques, de l’ensemble de leurs confrères, mais ils dévoilent des mécanismes de vente du livre jusque-là invisibles. Ils illustrent aussi une nouvelle place de l’écrit dans la définition du petit peuple.

Olivier de l’Empire, un libraire universitaire (1382-1424)

12Le premier libraire est Olivier de l’Empire, un des quatre responsables du métier auprès de l’université, en exercice entre 1382 et 1424. Les sources ont retenu son titre de « maistre », laissant entendre qu’il avait une formation universitaire. D’ailleurs ses liens avec le monde universitaire furent nombreux et durables.

  • 11 Paris, Archives Nationales (désormais citées AN), H3* 2785-1 : juillet-décembre 1382.
  • 12 En 1410, Olivier accorda son expertise pour l’achat d’un ouvrage (AN, H3* 2785-6 : compte de 1410- (...)

13La première trace du libraire date de 1382 et figure dans les comptes du collège de Dormans-Beauvais : le collège offrit du vin à « maistre Olivier le libraire » lorsque celui-ci vint livrer trois ouvrages que le collège lui avait achetés11. Les rapports professionnels du libraire avec le collège se poursuivirent jusqu’en 1414 au moins12.

  • 13 Comme le suggère un compte de maçonnerie du collège datant du 6 mai 1392 : « A Philippot de Grigny (...)
  • 14 AN, H3* 2785-5 : 1402-1403.
  • 15 Ibid. : compte de 1404-1405.
  • 16 AN, H3* 2785-7 : compte de 1424-1425.

14Mais Olivier de l’Empire entretenait avec le collège de Dormans-Beauvais des relations allant au-delà d’un simple rapport commercial. Tout d’abord, le libraire était un proche voisin de l’établissement13. En 1402 ou 1403, il lui arriva aussi de partager le repas des maîtres du collège14. Le motif de cette invitation est inconnu ; peut-être y prépara-t-il l’acceptation de son neveu Olivier, qui entra comme boursier au collège le 24 octobre de l’année suivante15. Un second boursier, Colin Morel, fut reçu en 1424 sous le parrainage d’Olivier de l’Empire16.

  • 17 H. Denifle et É. Châtelain éd., Auctarium chartularii Universitatis Parisiensis : Liber procurator (...)
  • 18 Ibid., p. 8 : selon le livre de la nation, le 13 mars de cette année-là Olivier participa à une as (...)
  • 19 AN, M 73, no 18.

15Le libraire était aussi un personnage apprécié par la nation anglaise de l’université. En plus de le choisir pour priser ses livres17, elle lui confia en 1407 un rôle de médiateur pour résoudre un problème interne18. Quelques années plus tard, le 12 juillet 1415, c’est à la nation anglaise qu’Olivier vendit sa maison rue du Clos-Bruneau. Une indication contenue dans l’acte de vente souligne que la maison comportait des objets « pertinans à fait d’escolage, comme chaires, bancs, fourmes et letrins »19. Voilà une confirmation supplémentaire de l’intérêt indéniable du libraire pour l’école.

  • 20 L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne. Études sur les lettres, les arts et l’industrie pendant le x (...)
  • 21 L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale, t. I, Paris, 1868, p. 103.
  • 22 Hormis l’évaluation entreprise pour le duc d’Orléans, il estima en 1387 les livres cédés par Jean (...)

16Comme d’autres libraires de l’université, Olivier de l’Empire eut pour client Louis d’Orléans. Le 9 septembre 1394, il recevait en effet 240 écus d’or du duc pour la vente de plusieurs livres, dont deux richement reliés20. Trois ans plus tard, en 1397, le duc faisait à nouveau appel à lui pour priser des livres provenant de la succession de Jacques Bauchant21. Le libraire agissait en cela conformément aux règles universitaires qui n’autorisaient que les grands libraires (chefs de métier) à évaluer le prix des livres22.

  • 23 J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans, Paris, 1970 (Hautes Étud (...)

17Enfin, en 1421, Olivier de l’Empire faisait partie des quelques libraires enregistrés parmi les Parisiens qui devaient contribuer à la taille23. À l’occasion il est aussi qualifié d’étudiant de l’université. Bien qu’il n’ait pas cotisé en raison des liens qu’il entretenait avec les écoles, Olivier de l’Empire fut assis pour un montant considérable, 20 marcs d’argent. La fortune que reflète cette somme place le libraire au nombre des contribuables parisiens les plus riches et loin devant ses confrères. Il ne pouvait dès lors être ignoré des asséeurs. Sa position fiscale ne surprend pas, d’après ce que l’on sait de ses transactions commerciales, mais aussi de sa réputation auprès de Louis d’Orléans, du collège de Beauvais et de la nation anglaise.

18Pendant plus de vingt ans Olivier de l’Empire occupa donc une place de choix parmi les libraires parisiens. Grand libraire de l’université, sans interruption semble-t-il, il avait une formation universitaire reflétée par le titre de maître et entretenait des liens particuliers avec des institutions scolaires. Par ailleurs, sa situation économique était, de toute évidence, bien supérieure à celle de ses confrères 150 ans plus tôt, tandis que sa clientèle comprenait des universitaires aussi bien que des grands du royaume. Ce cas montre qu’un vendeur de livre pouvait compter, dans les années 20 du xve siècle, parmi les contribuables parisiens les plus importants. Il maintenait aussi un statut juridique particulier lié à l’université. Olivier de l’Empire n’appartenait assurément pas au petit peuple parisien.

Pierre de Vérone ou de Saco, un libraire illégal (1397-1421)

19Le deuxième cas est celui de Pierre de Vérone ou de Saco, un contemporain d’Olivier de l’Empire. Étudiant, puis maître ès arts et bachelier en théologie, il était, comme son nom l’indique, originaire de Vérone en Vénétie. Les sources universitaires relatives aux libraires ne portent pas une seule fois son nom. En revanche, un précieux document du début du xve siècle lui donne la parole, jetant un éclairage nouveau à la fois sur son histoire personnelle et sur ses activités de commerce du livre.

  • 24 Les dépositions de Regnault du Montet et de Pierre de Vérone comptent parmi les trop rares témoign (...)

20En 1415, les autorités parisiennes interceptèrent une correspondance suspecte entre l’évêque de Norwich, conseiller d’Henri V et un mystérieux Parisien. Elles entamèrent alors une enquête destinée à apporter toute la lumière sur ce troublant échange de lettres. Elles s’intéressèrent rapidement aux personnes qui avaient rencontré l’évêque lors de ses séjours dans la capitale, en août 1414 puis en janvier 1415, alors qu’il participait à une ambassade venue négocier les termes du mariage de Catherine de France avec Henri V On doit à Léon Mirot l’édition complète des nombreuses pièces de cette enquête24.

  • 25 Ibid., p. 190-191.

21Dès leur premier voyage, les ambassadeurs anglais attirèrent rapidement à l’hôtel de Bourbon, où ils étaient logés, différents marchands qui voyaient là une occasion de faire de fructueuses transactions. Ce fut le cas de Pierre de Vérone. En effet, Régnault du Montet, un libraire universitaire lui aussi interrogé, affirmait avoir vu Vérone vendre « plus de vint volumes de livres montant à grans sommes de denier »25. Du Montet soulignait, plus grave encore, que Vérone avait reçu chez lui plusieurs membres de la délégation, dont l’évêque, à qui il avait offert à boire et à manger.

  • 26 Ibid., p. 192-194.
  • 27 Ibid., p. 193.
  • 28 Ibid., p. 194.
  • 29 Pierre de Vérone lut libéré du Châtelet où il séjournait quatre jours plus tard, faute de preuves (...)

22Au moment de sa déposition26 Pierre de Vérone s’explique. Âgé de trente-six ans, il est à Paris depuis vingt-trois ans. Il fait des études tout en assurant la direction de la bibliothèque du duc de Berry et possède une cure dans le diocèse de Toulouse, à Montgiscard, qui lui rapporte un revenu annuel de 800 écus. Il est bien allé en Angleterre, dit-il, mais il y a de cela quinze ans, afin de récupérer une Bible qu’il y avait envoyée pour Richard II et dont il n’avait pas reçu paiement. Depuis, son seul contact avec des Anglais se résume à avoir vendu des livres aux ambassadeurs venus à Paris – en particulier à l’évêque de Norwich – lors de leurs deux précédents séjours. En effet, « il qui se mesle et entremet de vendre livres, s’est transporté pour et adfin de leur en vendre, tant en l’ostel de Bourbon dessusdit, comme en l’ostel de Navarre, ou a esté derrainement logé l’evesque de Norwich »27. Voilà qui explique ses nombreuses visites aux Anglais. Mais il n’a pas étendu ses rapports au-delà de cette limite, refusant même la demande de l’évêque de se faire envoyer des livres en Angleterre. Sa précédente expérience avec la Bible lui suffit. Enfin, Pierre de Vérone avoue que des membres de la délégation sont venus chez lui à l’occasion de leur dernier passage. C’était, dit-il, « pour et afin de veoir un livre appelé Mappemonde et aultres livres estans en son hostel »28, dont pas un ne fut vendu. Il ne revit plus les Anglais après cela29.

23Le principal intérêt de ce témoignage est de montrer l’activité d’un libraire qui officiellement n’en était pas un. Pierre de Vérone en effet n’est jamais qualifié de libraire et ses liens avec l’université se limitaient à la formation qu’il y suivait. Pourtant son appartenance au monde du livre ne fait aucun doute.

  • 30 L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne…, op. cit., no 5800.
  • 31 V. Gerz-von Büren, R. Hubschmidt, G. Ouy et C. Regnier, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbay (...)

24Déjà en 1397, peu avant son aventure londonienne, il avait vendu à Louis d’Orléans deux livres pour la somme de 337 livres 10 sous tournois30. Après l’épisode du procès, son activité se poursuivit tout autant puisqu’il fut un important fournisseur de manuscrits auprès de l’abbaye de Saint-Victor31. Le prieur Jean Lamasse acheta de lui pas moins de 12 livres en l’espace d’une année, entre 1422 et 1423, sans jamais que le terme « libraire » n’accompagne le nom du vendeur dans les comptes victorins.

  • 32 F. Robin, « L’artiste de cour en France : le jeu des recommandations et des liens familiaux (xive- (...)
  • 33 C’est le cas des célèbres frères Raponde, membres d’une riche famille lucquoise, qui s’adonnaient (...)
  • 34 La tradition veut que l’on considère les sommes perçues par Christine de Pizan en échange du « don (...)
  • 35 J. Delalain, Étude sur le libraire parisien du xiiie au xve siècle d’après les documents publiés d (...)

25Le cas de Pierre de Vérone révèle l’existence d’un commerce florissant, qui s’est développé, au tournant du xve siècle, en marge de la réglementation universitaire. À l’instar de Pierre de Vérone, les acteurs de ce commerce répondaient à la demande de grands du royaume ou d’institutions, sans pour autant être libraires32. Les sources nous montrent des exécuteurs testamentaires, des fournisseurs d’objets de luxe33, voire des auteurs34, occupés à vendre des ouvrages pour des sommes non négligeables. L’université n’ignorait pas ces activités commerciales et sans doute tenta-t-elle d’y mettre un frein. C’est du moins ainsi que l’on peut interpréter une ordonnance royale de 1411 qui rappelait, au nom de l’université, que le monopole de vente des livres, tant latins que français, était réservé aux libraires assermentés par l’institution35. Les vendeurs incriminés relevaient cependant davantage des petits métiers que des marchands de produits luxueux.

26Le cas de Pierre de Vérone permet donc de rencontrer un libraire illégal, non assermenté par l’université. Il indique que la clientèle des libraires du xve siècle s’était diversifiée. Elle comprenait de riches acquéreurs de manuscrits qui permettait à leurs fournisseurs de fréquenter les plus fortunés de la société. Avec Pierre de Vérone on quitte une fois de plus le monde des humbles marchands pour entrer dans celui de commerçants que l’écrit enrichit.

Robin Meriot, un libraire populaire (1390)

  • 36 H. Duplès-Agier éd., Registre criminel du Châtelet de Paris, du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, t (...)

27Le dernier libraire qui nous intéresse est Robin Meriot. Il est cité en date du 30 avril 1390 dans le seul registre conservé de la chambre criminelle du Châtelet comme « vendeur de livres, demourant devant Saint-Innocent »36. On ignore pendant combien de temps Meriot y a exercé son office, mais on sait qu’il n’appartenait pas aux rangs des universitaires. L’affaire qui l’a amené à être cité en cour concerne un bréviaire volé à l’abbaye de Saint-Victor par Jehannin Brigon. Après avoir mis la main sur le livre richement relié, le voleur avait tenté d’en vendre les différents éléments au cimetière des Saints-Innocents : les fermoirs d’argent furent vendus pour 7 s.p. et les cahiers maintenant détachés furent proposés à Robin Meriot qui, se méfiant de leur origine douteuse, les refusa.

  • 37 Cité par A. Tuetey, Inventaire analytique des livres des couleurs et bannières du Châtelet de Pari (...)
  • 38 P. Delalain, op. cit., p. 55.

28Si Brigon s’était dirigé vers le cimetière pour écouler son butin, c’est sans doute qu’il savait trouver là des revendeurs de livres. Le cimetière est d’ailleurs identifié quelques années plus tard comme un lieu où exerçaient des libraires : en 1402, l’official de Paris émit une lettre demandant que soit mis un terme aux activités commerciales des libraires, des merciers et des ferronniers sur les tombes du cimetière37. En 1411, l’ordonnance qui tentait de protéger le monopole des libraires universitaires incriminaient sans doute ce même type de commerçants, puisque les vendeurs qui y étaient accusés de commerce illégal de livres étaient identifiés comme fripiers, merciers, pelletiers, ferrons et autres « jeunes venderesses de plusieurs denrées »38.

  • 39 Ibid. L’ordonnance précise que les libraires non universitaires peuvent vendre des livres pourvu q (...)

29Le cas de Robin Meriot confirme l’existence de libraires professionnels sans statut universitaire. Mais à la différence de Vérone, Meriot et ses confrères du cimetière vivaient dans une situation financière modeste, voire précaire. Ils vendaient leurs manuscrits non pas dans une boutique ou un hôtel, mais sur les tombes, associant la vente de livres à celle d’autres produits. Installés à l’écart des universitaires, ils vivaient parmi les petites gens auxquelles s’adressait leur commerce39. Sans statut et sans fortune apparente, ces libraires n’en maîtrisaient pas moins l’écrit.

30L’étude des trois cas précédents suggère que l’expansion de l’écrit a entraîné à la fois sa valorisation et sa banalisation. Précieux, l’écrit attirait les délinquants : voleurs de manuscrits et faussaires d’actes profitèrent de la literacy croissante pour exercer leurs pratiques frauduleuses. Valorisé, l’écrit stimulait le développement des bibliothèques privées et la multiplication des officiers de chancellerie. Banalisé, il atteignait les couches les plus modestes de la société. L’histoire des métiers du livre illustre cette évolution.

31Au xve siècle, le nombre des artisans du livre a augmenté et leur répartition dans la ville s’est étendue au-delà de la rive gauche et de la Cité qui les avaient hébergés au siècle précédent. Fin xive déjà, on voit des libraires installés dans le cimetière des Saints-Innocents et des enlumineurs sur le pont Notre-Dame reliant la Cité à la rive droite. La multiplication des artisans du livre et leur expansion dans la capitale explique que l’université ait dû renoncer à les contrôler, ne conservant dans ses rangs que quelques représentants, chefs de métier. La répartition topographique des gens du livre est le signe d’une literacy accrue dans l’ensemble de la société et d’une certaine banalisation de l’écrit.

32La valeur de l’écrit, quant à elle, a permis à des libraires, soumis ou non à la réglementation universitaire, de s’enrichir. Les cas d’Olivier de l’Empire et de Pierre de Vérone montrent des individus en possession de biens immeubles, fournissant à des clients fortunés ou à des institutions de savoir des livres en nombre appréciable. Ces deux libraires ne relèvent assurément pas du petit peuple des artisans et des commerçants modestes identifiés aux gens du livre à la fin du xiiie siècle. Ils se distinguent aussi de Robin Meriot, le petit libraire du cimetière. Tandis que les uns gravitaient dans les cercles princiers et épiscopaux, l’autre pratiquait son métier au sein des couches populaires. La fortune et l’insertion dans des réseaux particuliers jouèrent vraisemblablement ici un rôle essentiel. Et expliquer cette position nécessiterait une connaissance plus approfondie du destin de chacun. On peut cependant avancer que l’alphabétisation était une condition favorable mais non suffisante à la mobilité sociale.

33Pour en revenir à la question de départ, faut-il, comme on l’entend communément, exclure du petit peuple ceux qui maîtrisaient l’écrit ? Les contributions à ce colloque de Michel Hébert, Christiane Klapisch-Zuber, Serge Lusignan ou Pierre Monnet montrent déjà que le sujet mérite d’être étudié. Le cas des libraires indique que la réponse varie au cours du bas Moyen Âge. À la fin du xiiie siècle cette compétence leur ouvrait les rangs universitaires et leur assurait un statut distinctif, sans pour autant leur garantir une position économique élevée. Dès la fin du xive siècle, en revanche, elle contribua à l’enrichissement de quelques-uns alors que, quelques années plus tard, l’ensemble du groupe perdait les privilèges universitaires et regagnait les rangs des artisans parisiens. Prendre l’oralité comme élément de définition du petit peuple appelle donc une attention particulière à l’évolution de la literacy dans la société médiévale. En tout état de cause, l’écrit est peut-être moins important dans cette définition que d’autres considérations (économiques, politiques ou autres). Mais il demeure qu’à la fin du Moyen Âge, l’alphabétisation n’était plus une caractéristique de l’élite, même si elle restait celle d’une minorité.

Notes

1 Cette question a été abordée récemment dans Le statut du scripteur au Moyen Âge – Actes du XIIe colloque du Comité International de Paléographie Latine (Cluny, 1720 juillet 1998), réunis par M.-C. Hubert, E. Poulle et M. Smith, Paris, 2000.

2 Joseph Morsel a proposé le mot « scripturalité » comme équivalent français des termes literacy et Schriftlichkeit, qualifiant ainsi « le recours à l’écriture pour communiquer des informations au lieu de le faire de manière purement orale » (J. Morsel, « Le cartulaire de Sigmund I von Thüngen (Franconie, 1448/49) », dans O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse éd., Les cartulaires, Paris, 1993, p. 411). La réflexion reste ouverte cependant, dans la mesure où, ainsi défini, le terme « scripturalité » insiste sur l’acte d’écriture, laissant dans l’ombre l’aspect sensibilisation à l’écrit que véhicule en revanche le mot anglais literacy. Pour l’instant j’utiliserai donc le qualificatif anglais, tel qu’il est entendu dans les travaux anglo-saxons comme ceux de M.T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Cambridge, 1979, de B. Stock, The Implications of Literacy. Written Language and Models of Interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries, Princeton, 1983 et de R. Mckitterick, The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, Cambridge, 1990. Joseph Morsel pour sa part continue de mener une réflexion attendue sur la scripturalité. Voir « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge… Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini – Travaux et documents, 4 (2000), p. 3-43.

3 Dans la chancellerie royale par exemple. Voir à ce sujet R.-H. Bautier, « Le personnel de la chancellerie royale sous les derniers capétiens », article publié en 1986 et repris dans R.H. Bautier, Chartes, sceaux et chancelleries, Paris, 1990, t. 2, p. 853-877.

4 Pour la lecture comme trait distinctif des clercs, voir R. Génestal, « Le procès sur l’état de clerc aux xiiie et xive siècles », École pratique des Hautes Études – Section des sciences religieuses, 1909-1910, p. 13. Pour le statut des universitaires, voir S. Lusignan, « Vérité garde le roi ». La construction d’une identité universitaire en France (xiiie-xve siècle), Paris, p. 101-127. Pour l’extension du statut clérical, voir R.-H. Bautier, « “Clercs mécaniques” et “clercs marchands” dans la France du xiiie siècle », Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1980, Paris, 1981, p. 209-242.

5 K. Fianu, « La réglementation des métiers du livre à Paris au xve siècle, un indice de l’emprise croissante du pouvoir royal sur le monde universitaire », LIAS. Sources and Documents Relating to the Early Modern History of Ideas, 23/1 (1996), p. 3-6.

6 K. Fianu, « Les professionnels du livre à la fin du xiiie siècle : l’enseignement des registres fiscaux parisiens », Bibliothèque de l’École des Chartes, 150 (1992), p. 185-222.

7 Cette année-là, les papetiers, nouveaux venus dans le monde du livre, lurent placés sous l’autorité des pouvoirs royaux, plutôt que sous celle de l’université. L. Le Clert, Le papier. Recherches et notes pour servir à l’histoire du papier à Troyes et aux environs depuis le xive siècle, Paris, 1926, p. 43-45.

8 K. Fianu, « La réglementation des métiers du livre… », op. cit., p. 10-18.

9 En 1466, on procéda à la traduction des statuts des libraires universitaires du latin au français, signe probable d’une laïcisation de ces artisans. N. Quintaine, Partie des pièces et actes qui concernent l’estat present et ancien de l’Université de Paris, Paris, 1653, p. 25

10 L’ordonnance de 1489 qui limita le nombre total des artisans du livre concernait 24 libraires, 4 parcheminiers, 2 enlumineurs, 2 relieurs, 2 écrivains, 4 marchands de papier, 7 producteurs de papier hors Paris (Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. XX, p. 118-121).

11 Paris, Archives Nationales (désormais citées AN), H3* 2785-1 : juillet-décembre 1382.

12 En 1410, Olivier accorda son expertise pour l’achat d’un ouvrage (AN, H3* 2785-6 : compte de 1410-1411). En 1414, il se chargea, moyennant 72 s.p., de la vente d’un dictionnaire en quatre volumes, légué au collège par Pierre d’Orgemont (compte de 1414-1415).

13 Comme le suggère un compte de maçonnerie du collège datant du 6 mai 1392 : « A Philippot de Grigny, maçon, lequel a refait et réparé tout de neuf un mur entre le vieux collège et l’ostel maistre Olivier de Lempiree, appartenant au collège de Praelles… » : Paris, AN, H3* 2785-3 : novembre 1391 - juin 1392.

14 AN, H3* 2785-5 : 1402-1403.

15 Ibid. : compte de 1404-1405.

16 AN, H3* 2785-7 : compte de 1424-1425.

17 H. Denifle et É. Châtelain éd., Auctarium chartularii Universitatis Parisiensis : Liber procuratorum Nationis anglicanae (alemaniae) in Universitate Parisiensi, Paris, 1899, t. II, p. 251.

18 Ibid., p. 8 : selon le livre de la nation, le 13 mars de cette année-là Olivier participa à une assemblée générale au cours de laquelle il arbitra avec Pierre Cauchon le débat portant sur trois maisons appartenant à la nation.

19 AN, M 73, no 18.

20 L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne. Études sur les lettres, les arts et l’industrie pendant le xve siècle et plus particulièrement dans les Pays-Bas et le duché de Bourgogne, Paris, 1852, t. III, no 5626.

21 L. Delisle, Le cabinet des manuscrits de la bibliothèque impériale, t. I, Paris, 1868, p. 103.

22 Hormis l’évaluation entreprise pour le duc d’Orléans, il estima en 1387 les livres cédés par Jean Girart au collège de Dormans (É. Pellegrin, « La bibliothèque de l’ancien collège de Dormans-Beauvais à Paris », article publié en 1947 repris dans E. Pellegrin, Bibliothèques retrouvées. Manuscrits, bibliothèques et bibliophiles du Moyen Age à la Renaissance, Paris, CNRS, 1988, p. 21), en 1394 la bibliothèque du défunt Pierre Fortet (É. Pellegrin, « La bibliothèque du collège de Fortet au xve siècle », ibid, p. 96), et en 1416 les bibliothèques laissées à leur décès par Jean Durant, chanoine de Notre-Dame de Paris (AN, S 851B, n. 17) et par Jean de Berry (L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits…, op. cit., p. 64).

23 J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent ans, Paris, 1970 (Hautes Études Médiévales et Modernes, Epha, 11), no A 183. Les autres libraires mentionnés sont Jean Merles imposé pour 1 marc d’argent, Denisot Courtillier pour 2 marcs d’argent, Charles Guermeau et Jean de Saintigny pour 4 onces d’argent, Jacquet Lescuier pour 2 onces d’argent.

24 Les dépositions de Regnault du Montet et de Pierre de Vérone comptent parmi les trop rares témoignages de l’exercice de la librairie médiévale. L. Mirot, « Le procès de Me Jean Fusoris, chanoine de Notre-Dame de Paris (1415-1416), épisode des négociations franco-anglaises pendant la guerre de Cent ans », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 27 (1900), p. 137-287.

25 Ibid., p. 190-191.

26 Ibid., p. 192-194.

27 Ibid., p. 193.

28 Ibid., p. 194.

29 Pierre de Vérone lut libéré du Châtelet où il séjournait quatre jours plus tard, faute de preuves permettant de démontrer sa responsabilité dans l’échange épistolaire entre l’évêque de Norwich et un habitant de la capitale.

30 L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne…, op. cit., no 5800.

31 V. Gerz-von Büren, R. Hubschmidt, G. Ouy et C. Regnier, Le catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris de Claude de Grandrue, 1514, Paris, 1983 : manuscrits numérotés G 4, G 18, H 1, Q 19, AA 6, CC 14, MM 4, AAA 11, FFF 1, HHH 2, KKK 1, LLL 6.

32 F. Robin, « L’artiste de cour en France : le jeu des recommandations et des liens familiaux (xive-xve siècles) », dans Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, Paris, 1986, p. 466-490.

33 C’est le cas des célèbres frères Raponde, membres d’une riche famille lucquoise, qui s’adonnaient principalement au commerce des produits de luxe. Dine, qui était aussi conseiller et maître d’hôtel de Philippe le Hardi, vendit au duc des tissus pour des reliures de manuscrits, en même temps qu’un livre (P. Cockshaw, « Mentions d’auteurs, de copistes, d’enlumineurs et de libraires dans les comptes généraux de l’État bourguignon (1384-1419) », Scriptorium, 23/1 (1969), p. 128, 131, 133). Son frère Jacques fut un important fournisseur des ducs de Bourgogne entre 1399 et 1405 (B. Buettner, « Jacques Raponde, marchand de manuscrits enluminés », Médiévales, 14 (1988), p. 23-32.

34 La tradition veut que l’on considère les sommes perçues par Christine de Pizan en échange du « don » de ses œuvres comme des cadeaux, des récompenses, plutôt que comme le résultat d’une transaction commerciale. Mais personne n’est dupe, à commencer par le scribe qui inscrivit, dans l’inventaire de la bibliothèque de Jean de Berry, qu’un certain livre avait été fait et composé par « damoiselle Cristine de Pizan, […] lequel monseigneur a acheté à la dite damoiselle 200 escus ». L. Delisle, Le Cabinet des manuscrits…, op. cit., t. 3, no 291.

35 J. Delalain, Étude sur le libraire parisien du xiiie au xve siècle d’après les documents publiés dans le cartulaire de l’université de Paris, Paris, Delalain frères, 1891, p. 55.

36 H. Duplès-Agier éd., Registre criminel du Châtelet de Paris, du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, t. 1, Paris, 1861, p. 214.

37 Cité par A. Tuetey, Inventaire analytique des livres des couleurs et bannières du Châtelet de Paris, Paris, 1899, p. 23 : AN, Y 2, fo 217.

38 P. Delalain, op. cit., p. 55.

39 Ibid. L’ordonnance précise que les libraires non universitaires peuvent vendre des livres pourvu qu’ils soient d’une valeur de moins de 10 s.p.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540