Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Troisième partie. Culture du petit peuple. Systèmes, conduites, valeurs

Littérature didactique à l’usage des laïcs aux xiie et xiiie siècles

Elisabeth Schulze-Busacker

Texte intégral

  • 1 Cf. La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, R.-H. Bautier dir., Paris, 1982.

1La seconde moitié du xiie siècle – et ce n’est qu’à partir de ce moment-là que nous trouvons des textes didactiques en langue vernaculaire – compte pour la littérature française d’Outre-Manche autant que pour la continentale parmi les périodes les plus créatrices et les plus influentes du Moyen Âge. Tous les genres ont attiré l’attention ; tous semblent profiter de cet élan novateur qui suit en Angleterre les années dites d’anarchie et l’avènement au trône d’Henri Plantagenêt et qui accompagne, sur le Continent, le succès économique des trois principautés du Nord-Est (Flandre, Champagne, Bourgogne) et, un peu plus tard, le « temps des mutations » sous Philippe Auguste1 Cette période qu’on perçoit, à ses débuts au xiie siècle, comme un moment d’invention et de grand progrès, est non seulement une époque éminemment « littéraire » mais aussi celle d’une intense réflexion éthique, théologique et philosophique, d’une affirmation des langues vernaculaires face au latin et d’un essor inconnu jusqu’alors dans l’éducation des laïcs en latin et de plus en plus dans leurs langues propres.

  • 2 Cf. Ph. Delhaye, « L’organisation scolaire au xiie siècle », dans Enseignement et morale au xiie s (...)
  • 3 Ibid., p. 231 ; voir aussi A. Wendehorst, « Wer konnte im Mittelalter lesen und schreiben ? », ibi (...)
  • 4 M.T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Londres, 1979, p. 149-265.
  • 5 Dom J. Leclercq observe d’ailleurs une tendance comparable à propos des besoins spirituels des laï (...)

2Au cours de cette période, l’instruction des laïcs réajuste en effet son orientation en passant de la formation essentiellement religieuse et morale dans les « écoles canoniales » à laquelle participent quelques rares laïcs, à un enseignement toujours déterminé par les artes liberales, par le trivium en particulier, mais dispensé de plus en plus dans des écoles libres qui se forment un peu partout à côté des écoles capitulaires et cathédrales2. On sait que le nombre des élèves ne cesse d’augmenter, surtout à la parva schola ; le degré d’instruction qu’on y atteint reste toutefois difficile à préciser3. Ce que Michael T. Clanchy a observé à propos de la literate mentality dans l’Angleterre des premiers siècles après la conquête normande4 vaut certainement autant, sinon plus, pour le Continent : au cours de la seconde moitié du xiie et tout au long du xiiie siècle le désir de s’instruire et de participer à la vie de l’esprit va en grandissant5.

  • 6 Voir M. Boas, « De librorum Catonianorum historia atque compositione », Mnemosyne, ns, 42 (1914), (...)
  • 7 Voir à ce propos B. Bischoff, « Elementarunterricht und probationes pennae in der ersten Hâlfte de (...)

3En parallèle avec l’instruction qui continue à se servir au niveau élémentaire du Psautier, des Disticha Catonis, des fables d’Avien et d’Ésope et d’un canon changeant d’auctores minores comme ceux du Liber Catonianus6 dont on extrait, traduit (en thème et version) et mémorise les messages moraux sous forme de sentences, proverbes, expressions proverbiales et locutions7, on se tourne maintenant - pour inclure dans ce mouvement didactique aussi ceux qui ignorent le latin – vers la traduction des principales œuvres considérées comme utiles et divertissantes par un public de plus en plus large et exigeant, conscient de ses besoins et préférences esthétiques et morales et même de son statut social.

  • 8 Sanson de Nanteuil, Les Proverbes de Salemon, C. Isos éd., Oxford, 1988 et 1994 (Anglo-Norman Text (...)
  • 9 Il suffit de se référer aux prologues et épilogues de ces textes pour s’en rendre compte : à titre (...)

4Si la traduction commentée du livre biblique des Proverbes que Sanson de Nanteuil fit vers 1160-1165 pour sa noble patronne Aeliz de Condé, et le commentaire français du Psautier, écrit vers la même époque à la demande de Laurette d’Alsace, fille du comte Thierry de Flandre, témoignent des aspirations spirituelles et intellectuelles de leurs instigatrices appartenant à la haute noblesse8, il en est autrement pour les nombreuses versions françaises des Disticha Catonis, le remaniement de la Consolatio de Boèce par Simon de Freine, les adaptations normande et anglo-normande de la Disciplina clericalis, les écrits du type des Diz et proverbes des sages et du Livre de moralité d’Alard de Cambrai. Ceux-ci reflètent l’intérêt grandissant parmi les laïcs qu’ils soient nobles ou bourgeois, à être initiés aux sources du savoir, morales surtout, sans le détour par les textes latins9.

5Dans le cadre des réflexions engagées par ce congrès, on est amené, en effet, dès qu’on se tourne vers les sources littéraires, à inclure dans la notion de « petit peuple » les groupes de laïcs qui reçoivent une instruction élémentaire, ceux qui savent lire et ceux qui sont prêts à suivre la lecture à haute voix d’un texte structuré comme un petit traité moral ou un conte, par exemple.

6Le but que je me suis fixé pour aujourd’hui, se trouve justement là : interroger certains textes didactiques français écrits d’environ 1150 à 1300, de facture simple et destinés à l’usage des laïcs, pour tenter de préciser à quel public ils s’adressaient et quel type de message ils comptaient transmettre.

7Les documents didactiques que j’ai choisis appartiennent au niveau de l’instruction élémentaire, autant dans la parva schola qu’en dehors du cadre scolaire : il s’agit des dérivés vernaculaires des Disticha Catonis qu’on rencontre depuis la seconde moitié du xiie siècle en Angleterre anglo-normande et par la suite aussi sur le Continent dans des traductions, adaptations et réécritures françaises et occitanes. Ce corpus d’une dizaine de documents reflète, à mon avis, d’une manière exemplaire des aspects importants dans l’évolution de l’éducation morale des laïcs aux xiie et xiiie siècles.

  • 10 Disticha Catonis, M. Boas éd., Amsterdam, 1952.
  • 11 Un bon aperçu de la situation est donné par G. Glauche, Schullektüre im Mittelalter. Entstehung un (...)
  • 12 Pour les sources, voir P. Roos, Sentenza e proverbio nell'Antichità e i « Distici di Catone ». Il (...)
  • 13 Ceci a été particulièrement mis en évidence par R. Hazelton, « The Christianisation of “Cato”. The(...)
  • 14 Voir R.B.C. Huygens, Accessus ad auctores. Bernard d’Utrecht, Conrad d’Hirsau « Dialogus super auc (...)

8On sait que depuis l’époque carolingienne au plus tard, les Disticha Catonis représentent pour toute l’Europe occidentale le manuel le plus important dans l’enseignement scolaire de base10 ; ils figurent au programme de la parva schola tout de suite après l’apprentissage de l’alphabet, des premières prières et du Psaltarium puerorum et constituent ainsi le premier contact d’un élève avec les règles d’une morale universelle mais non chrétienne, du moins par ses origines11. Composé au iiie siècle en tant que manuel de morale pratique, le recueil réunit en effet des maximes tirées des grands auteurs classiques de Plaute à Quintilien12, mais il a subi au cours du Moyen Âge de nombreuses transformations et réécritures qui atténuent largement le côté païen en faveur d’un rapprochement aux valeurs et interprétations chrétiennes13. Malgré certaines réserves à l’égard d’un manuel d’origine païenne, qui ont été formulées surtout aux xe et xie siècles, la place du Pseudo-Caton dans le programme scolaire n’a jamais été sérieusement mise en question comme le confirme entre autres la recommandation de Conrad d’Hirsau, dans son Dialogus super auctores écrit vers 1130, qui vante en particulier cette combinaison de l’utile et de l’agréable propre à Caton14.

  • 15 Cf. N. Orme, Education and Society in Mediaeval and Renaissance England, Londres-Ronceverte, 1989, (...)

9Dans les écoles anglaises, par exemple, l’utilisation du recueil comme premier manuel scolaire est attestée depuis le xe siècle et continue encore bien après le Moyen Âge15.

  • 16 Cf. R.B.C. Huygens, op. cit., p. 8, ainsi que E. Ruhe, Untersuchungen zu den altfranzösischen Über (...)
  • 17 Ibid., p. 34-38 (pour la version anonyme), p. 98-101 (pour la version d’Everard), p. 119-122 (d’ap (...)

10À l’époque qui intéresse ici, le texte circule accompagné de différents commentaires qui remontent tous d’une manière directe ou indirecte à celui de Remi d’Auxerre, écrit à la fin du ixe siècle16 ; pour certaines adaptations, on a même réussi à identifier les versions latines correspondantes17.

11Dans la période historique choisie, cinq adaptations vernaculaires des Disticha Catonis ont circulé : les traductions anglo-normandes par Everard le Moine, un auteur anonyme et Elie de Winchester, qui datent toutes les trois de 1150 à 1180 environ, et deux versions continentales, la fameuse adaptation par Adam de Suel écrite vers 1250 et la réécriture par Jehan de Chastelet (ou de Paris) qui s’inspire d’Adam de Suel et qui appartient au dernier tiers du xiiie siècle.

  • 18 Ibid., p. 93-98, 107-116.
  • 19 « Caton esteit paen / E ne saueit ren / De crestiene lei / Ne pourchant ne dist / Ren en sun escri (...)

12Tous les chercheurs s’accordent à considérer le premier traducteur, Everard le Moine, comme le plus intéressant des trois adaptateurs anglo-normands, influant autant en Angleterre qu’en France18. Everard est le seul à évoquer le problème de l’auteur païen dans une école chrétienne pour le contourner aussitôt à la manière de saint Jérôme en déclarant que rien dans l’œuvre saurait être en contradiction avec la foi chrétienne car Caton était inspiré par la grâce du Saint-Esprit19.

  • 20 E. Stengel, op. cit., p. 145 [188a-f].

13Le fait de présenter le texte latin suivi d’une traduction en langue vernaculaire, est justifié par les difficultés de la langue latine ; les enseignements sont rendus dans leur essence et non à la manière d’une traduction moderne : « de danz Catun la trace / Si pres cum la grace / Deu mad e[n]seine / Ai partut sui / E le sens delui / En rumanz tresturne »20.

  • 21 Ibid., p. 145 [190d-f et 191a-b],
  • 22 E. Ruhe, qui examine de près le rapport entre le texte de base et la traduction, arrive à la concl (...)
  • 23 L’insistance sur la valeur des bonnes lectures et de l’apprentissage qui mènent au bon jugement et (...)

14Le recueil et sa traduction sont destinés à ceux qui savent les lire, les comprendre et les expliquer à ceux qui veulent bien l’entendre et en tirer des leçons morales, c’est-à-dire « li sages killurrunt », « tut cil ki lorrunt » et tous ceux, dit le texte, qui « en oes mettrunt » (« qui les mettront à profit »21. Sans vouloir trop extrapoler, j’aimerais suggérer de voir dans l’adaptation d’Everard un complément aux Disticha Catonis en latin22, une sorte de compendium qui sert au maître dans sa préparation de l’enseignement dispensé à ceux qui sont prêts et aptes à apprendre23.

15Les messages moraux, tant latins que français, appartiennent à une sorte de morale pratique ; il s’agit d’une mise en garde comparable en contenu et style à l’Ecclésiaste et l’Ecclésiastique, contre le mal en général, les personnes de mauvaise foi, les mauvaises habitudes (trop de sommeil, trop de boisson, trop de nourriture, trop de curiosité, trop de franchise, etc.), bref, contre les malheurs inhérents à la condition humaine.

  • 24 Le Livre de Catun, T. Hunt éd., Londres, 1994 (Plain Texts Series, 11), p. 2-3.
  • 25 E. Voigt, Egberts von Lüttich « Fecunda Ratis » zum ersten Mal herausgegeben, auf ihre Quellen zur (...)

16L’adaptation d’Everard est suivie, peu de temps après (vers 1160-1170) et toujours en Angleterre, par une autre version bilingue, celle d’un auteur anonyme qu’on cherche toujours dans le milieu des écoles24 – son insistance sur la fréquentation des écoles, sur la morale chrétienne et la bonne doctrine semblent le confirmer ; mais il y a plus : l’auteur anonyme est le seul à donner à son œuvre une véritable coloration d’époque. Il évoque entre autres les difficultés de plaider devant les juges (strophe 93), le comportement approprié à l’égard des seigneurs (strophes 6, 11, 54), le traitement des serfs (strophes 147, (strophes 147, 37), les problèmes de succession dans l’héritage terrien (strophes 86,13), la nécessité des assemblées pour résoudre les problèmes dans une commune (strophes 33-34). La version latine commentée des Disticha Catonis qui a servi de base à l’Anonymus fournit des éléments pour de tels développements mais le texte français tel qu’il a été transmis va bien plus loin. Il rappelle la Fecunda ratis d’Egbert de Liège qui est l’œuvre d’un vieux maître d’école ; son manuel de 1024 contient déjà des réflexions semblables25.

17Il me semble que les Distiques de Caton dans la version de l’Anonymus anglo-normand ont dû servir à la fois à l’enseignement scolaire et à la lecture privée, car l’auteur insiste sur les deux pratiques de formation. Il dit à propos de l’école :

  • 26 L’auteur insiste donc sur le profit à tirer de la fréquentation des écoles, de l’apprentissage sel (...)

Le escole dais haunter
Pur tai ben exercer,
En arte tut seez sage  ;
Kar exercice pur veir
Te fra bon sen aveir,
Cum overain fet usage, (strophe 124)26

18Quant à la lecture individuelle, l’auteur précise que c’est la mise en pratique des bons conseils lus, compris et mémorisés qui compte :

Tu ki voes apprendre
E a mes diz entendre,
Lisez mes ditez
Ke sunt mut profitables
E a ta vie cuvenables,
Si fer les volez, (strophe 76)

19Il ajoute même qu’il faut en faire profiter les autres, directement autant qu’indirectement, par l’exemple donné :

  • 27 Voir aussi les strophes 18, 122, 130 et 132.

A sages dais entendre
E de eus graunt bens apprendre
Pur fous endoctriner ;
La doctrine te vaudra
E de taunt plus te crestra,
Si la voes publier. (strophe 126)27

20Malgré ces précisions, fournies par l’auteur même, le public visé reste difficile à saisir ; il est tentant toutefois de le chercher dans les milieux relativement aisés, nobles et bourgeois à la fois, qui ont suffisamment de loisirs pour chercher à s’instruire à l’école ou en privé. De tels milieux ne manquent pas dans le royaume d’Henri Plantagenêt, comme le démontre entre autres l’éclosion de la littérature didactique vernaculaire à cette même époque.

  • 28 E. Stengel, op. cit., p. 111-144. Voir aussi E. Ruhe, op. cit., p. 118-119, 122-136.
  • 29 Ibid., p. 125-136.
  • 30 E. Stengel, op. cit., respectivement p. 130 [469] ; p. 110 [14] ; p. 136 [615] ; p. 130 [474-475].
  • 31 Ibid., p. 144 [743].
  • 32 Ibid., respectivement p. 10 [3-4] et p. 130 [482].

21Le cas du troisième traducteur anglo-normand est à bien des égards différent de ses deux prédécesseurs. Tout d’abord, Elie de Winchester est le premier à ne plus joindre le texte latin à sa version vernaculaire28. Il profite largement des traductions d’Everard et de TAnonymus, mais s’efforce d’écrire un texte agréable à lire ; il regroupe, transpose et réajuste les distiques dans un agencement qui respecte l’essence des messages moraux tout en les rendant acceptables pour différents milieux29. Il n’y a plus l’insistance sur le rôle du seigneur ou du serf, à la cour ou dans la gestion d’un fief, mais plutôt « cest utle ditet » (« ce petit traité utile »), qui apprend à respecter la droiture, l’honnêteté, l’amitié, bref, à saisir en quoi consiste la respectabilité, « ce que a honur apent », et qui incite à « oster sun curage de vices », à renoncer aux vices pour gagner la « cointise », la sagesse, car l’homme se distingue de l’animal justement par ce désir d’apprendre, « hom senz doctrine [a la] semblance ad bestine »30. Ce nouvel idéal, un certain raffinement de moeurs, autant dans le comportement que dans l’attitude morale, permet de s’éloigner de ceux qu’on considère comme rustres et méprisables, « custus u pautenier »31. Un tel idéal vise bien entendu toujours un public qui a le loisir de lire, et l’auteur insiste à plusieurs reprises sur ce fait, mais il importe peu, si on lit en latin ou en langue vernaculaire, « Si en latin nel set entendre, Cil poet en rumanz apprendre » ; ce qui compte, c’est vivre honorablement, « dreiturelement »32. En tant que tel, cet idéal n’est donc plus lié à une classe sociale spécifique.

22Cette nouvelle tendance à considérer les Disticha Catonis comme une lecture édifiante, même divertissante, mais plutôt privée et loin de l’enseignement scolaire, se perpétuera avec les versions continentales.

  • 33 « Der Cato des Adam de Suel », J. Ulrich éd., Romanische Forschungen, 15 (1904), p. 107-140 ; voir (...)

23Adam de Suel qui revient vers 1250 à une traduction complète et ordonnée des quatre livres de la source latine33, insiste explicitement sur le fait que les conseils de morale pratique, que Caton note pour son fils, s’adressent en fait à tous, pour que « li grant et li meneur Peüssent vivre a grant honeur » ; il ajoute même explicitement :

  • 34 J. Ulrich, Adam de Suel, respectivement p. 109 [v. 49-50] et p. 125 [v. 485-486].

Il [Caton] a apris son filz par nom,
Mais nous en sommes compaignon,
Quar ce qu’il enseigne a cellui,
Puet chascun entendre de lui.34

24Par conséquent, il y a des conseils pour tous les états : les seigneurs et les serfs, les parents, les époux et les enfants, les riches et les pauvres, les jeunes et les vieux, pourvu qu’ils sachent lire ou du moins comprendre, car, ajoute-t-il, « Qui riens ne scet, il ne vault rien » (v. 508). Une telle appréciation du savoir qui place l’individu hors de l’échelle sociale – les apostrophes « seigneurs », « amis », « beaux amis » alternent avec « beau filz » et « filz » sans viser un groupe social spécifique – ne semble guère possible avant le milieu du xiiie siècle.

  • 35 « Die Übersetzung der Distichen des Pseudo-Cato von Jean de Paris », J. Ulrich éd., Romanische For (...)

25Jehan de Chastelet ou de Paris qui écrit quelques années plus tard, vers 126035, pousse la même réflexion encore plus loin en attribuant à Caton et à ses lecteurs le statut de « preudomme », non au sens d’une position sociale spécifique mais bien au sens de la noblesse de coeur, « l’afaitement et cortoisie » qui, comme le disait Adam, signifie vivre « a honor » pour les « plus haut et li menor ».

Qui mes commandemenz tendra,
Et honor et preu l’en vendra,
Car du siecle commant qu’il prenge
Et de dieu aura la loange,

  • 36 J. Ulrich, Jean de Paris, op. cit., p. 56 [v. 443-446].

26affirme aussi Jehan36.

27Ici, le détachement du milieu scolaire est complet ; le lien avec un cadre social spécifique semble s’estomper au profit d’une élévation générale de l’être humain. Le code moral exposé reste toutefois dans son essence le même, tel qu’il l’est depuis un siècle dans les versions vernaculaires, anglo-normandes et continentales ; les conseils transmis sont toujours aussi concrets, applicables autant dans un milieu noble que bourgeois ou même paysan et dépendant. Mais il y a plus, je crois. L’évocation de termes comme « preudomme », « afaitement et cortoisie », « honor et preu » n’est pas un choix du hasard ou un dicté par la mode courtoise qui est déjà loin ; deux textes contemporains, l’un occitan et l’autre italien, expriment des notions comparables : l’Ensenhamens d’onor écrit vers 1250 par le troubadour italien Sordello et Il Tesoretto par Brunetto Latini qui date de 1265 environ. Sordello développe dans un grand poème didactique, qui s’inspire surtout des Disticha Catonis, des Proverbia Senecae et de la Formula vitae honestae de Martin de Braga, une vaste réflexion sur l’essence de l’onor ou sur la question fondamentale du rapport entre noblesse de rang et noblesse de cœur, pour conclure en disant :

  • 37 Sordello, Le Poesie. Nuova edizione critica con studio introduttivo, traduzioni, note e glossario,(...)

E nulz oms bos, al meu parer,
no deu el mon viure voler
mas sol per gauh e per onor ;
qu’autre vida non a sabor
a orne pro ni conossen.37

  • 38 A. Roncaglia, « Civiltà cortese e civiltà borghese nel Medio Evo », dans Concetto, storia, miti e (...)

28Brunetto Latini exprimera la même idée quelques années plus tard. Chez ces deux poètes italiens, il s’agit bien de la réécriture d’un code moral, une sorte de « miroir » de l’homme respectable qui porte plus les empreintes d’une universalità umanistica38 que d’un code moral destiné à un groupe social spécifique.

29Jehan de Paris ne rejoint évidemment pas cet idéal humaniste mais le désir de dépasser les cadres établis me semble évident.

  • 39 Doctrinal Sauvage publié d’après tous les manuscrits, A. Sakari éd., Jyväskylä, 1967 (Studia Philo (...)
  • 40 Ibid., p. 63, v. 7-8.

30Cet élan vers un nouvel humanisme se maintiendra et trouvera une expression plus libre quoique fermement liée à la tradition des Disticha Catonis dans le Doctrinal Sauvage écrit, lui aussi, peu après le milieu du siècle par le trouvère arrageois Sauvage39. Son œuvre, qui naît dans ce milieu particulièrement favorable à l’éclosion d’une poésie bourgeoise, a connu un succès remarquable pour les deux siècles à venir ; de nombreux manuscrits, remaniements et ajouts en témoignent. Sauvage la place dans le même contexte que Jehan de Paris : « Courtois enseignemens fait vivre sagement/Et sage vie doune hounour et sauvement »40. Malgré cette affirmation et un plan qui reprend de près les préceptes des Disticha Catonis, Sauvage réussit à introduire dans son traité une juxtaposition entre riche et pauvre, puissant et dépendant, qui mérite l’attention. Une strophe comme la suivante me semble nouvelle dans la littérature didactique française, car elle est bien plus que la reprise d’un thème biblique ; elle prône à mon avis l’avancement social par les connaissances et aptitudes acquises :

  • 41 Ibid., p. 90, v. 265-268.

Or devons-nous moustrer le povre aucun savoir :
Li povres hom doit tant et apprendre et savoir
Et tant de bones teches et tenir et avoir
Que il en puist conquerre et hounour et avoir.41

  • 42 Ibid., p. 25.
  • 43 A. Sakari donne un bref aperçu du contexte politico-social et littéraire du Doctrinal (ibid., p. 7 (...)

31Sauvage va même encore plus loin et déclare que « la vraie vaillance […] n’est pas incompatible avec le bas parage »42, car un pauvre homme respectable sera autant accepté par Dieu qu’un riche qui a obtenu son statut sans effort. Ce qui compte pour le riche comme pour le pauvre est le bon discernement ; aussi longtemps qu’ils servent Dieu et la commune, la place au ciel est assurée aux deux (strophes XXIII, XXXI-XXXII, XXXVI, IL-LI). L’esprit d’indépendance et la fierté de la ville commerçante Arras ne sont certainement pas loin d’une telle affirmation43.

  • 44 Le Facet en françoys, édition critique des cinq traductions des deux « Facetus » latins avec intro (...)
  • 45 Ibid., p. xiv.
  • 46 Ibid., p. 20, v. 11-22 : « Si q’un autre clerc qui fut sage,/Pour le preu de l’humain lignage / Fi (...)
  • 47 Ibid., p. xxvi-xxvii, version française p. 81-112 ; texte latin dans « Mélanges de littérature cat (...)
  • 48 J. Morawski, op. cit., p. xxvi-xxvii. Le texte s’inspire à la fois d’Ovide et du Pamphilus.

32Passons pour finir ce tour d’horizon à un autre dérivé des Disticha Catonis qui date dans sa rédaction latine de la fin du xiie siècle mais dont l’adaptation vernaculaire qui intéresse ici, appartient à la fin du siècle suivant. Il s’agit du Facetus en hexamètres44, écrit probablement par un maître parisien45 qui s’était proposé de compléter les enseignements du Pseudo-Caton par un Supplementum Catonis. Il traite selon l’auteur de tout ce que Caton avait omis, en particulier des manières de se tenir à la maison, à l’église et au lieu du travail46. Ce Facetus en hexamètres se distingue d’un autre, le Facetus en distiques, qui est un bréviaire pour tous les états47. Après des conseils sur l’éducation et le choix d’une carrière, l’auteur passe en revue d’abord les clercs et les jeunes laïcs, en insistant notamment sur les devoirs de l’amant et de l’ami, pour parler ensuite des devoirs des juges, des médecins et des militaires et pour finir par donner des conseils aux vieillards48.

  • 49 Cf. la version latine : Assint ergo rudes sicientes pocula morum (ibid., p. 3, v. 5, et p. x).
  • 50 Ibid., p. xxx.
  • 51 Cf. dans le Facetus en hexamètres (ibid., p. 20-39) les passages suivants : « Quant sers au Roy de (...)

33Contrairement à ce Facetus en distiques qui a été traduit en français et en catalan, le Facetus en hexamètres et sa traduction française de la fin du xiiie siècle qui nous concernent ici sont d’une toute autre facture. Il s’agit d’un « manuel de civilité à l’usage des rudes »49, des ignorants ou des grossiers, qui a été extrêmement populaire et qui a servi de modèle au Speculum puerorum et aux Contenances de tables, en français et occitan. L’auteur de la version française de la fin du xiiie siècle est très probablement un religieux50. Contrairement au Facetus en distiques, les préceptes visent ici les petits gens, les serviteurs, les dépendants de tout genre, leurs femmes et enfants51. Les préceptes concernent souvent justement ce statut de dépendance :

Se ton maistre ou ta maistresse
est courrouceux ou tenceresse,
Ne leur respons point par mos lours, (« grossièrement »)
Devant que leur ire soyt hors. (strophe 93)

34ou encore :

Si tu portes aucun message
Devant ung homme noble et sage,
Parle a loisir et briefment,
Sagement et courtoisement, (strophe 95)

35Mais malgré ce statut de dépendance qui est celui du public, ni l’auteur du traité ni son traducteur ne recommandent une attitude trop servile. Un conseil comme le suivant le souligne :

Soyes humble moiennement,
Car qui trop l’est, certainement
Ou il en est pour fol tenus
Ou d’aultre vice mescreus. (strophe 10)

36Ailleurs, les conseils reprennent largement les Distiques de Caton, le respect devant Dieu, ses représentants, l’amour des parents, de la bonne épouse et des enfants, la loyauté envers les amis, l’attachement au lieu d’origine ; nouvelles sont toutefois les règles pratiques qui vont du bon choix d’une épouse (à chercher hors des métiers mal famés) aux soins corporels et aux bonnes manières à table :

Ne prens point fille d’usurier,
De prestre ne de messagier,
De chanoine ne de justice,
Leur avoir fine en male guise. (strophe 29)

Si tu veulx vivre nettement,
Nettie ton hostel souvent ;
Tes dens, tes yeulx, tes mains laver
Doibs le matin a ton lever. (strophe 106)

Se le morcel en la bouche as,
Garde que tu ne boives pas
Devant que l’ayes avalé,
Car tu en seroyes blasmé. (strophe 51)

Le pain que mes en t’escuelle
Ne mors, car pas n’est chose belle ;
Ton nez ne tes yeux ne ters mie
A ta nappe, c’est villenie. (strophe 52)

37Ce tour d’horizon qui est parti du manuel d’école par excellence, autant pour l’Antiquité tardive que pour le Moyen Âge et même pour les siècles plus proches de nous, a permis de parcourir une longue période dans l’histoire de l’éducation élémentaire. Il est évident, il me semble, que cette formation de base qui au xiie siècle ne touche que les milieux les plus aisés de la société, qu’ils soient nobles ou bourgeois, touchera avec la mise en langue vernaculaire un public nettement plus large. Aussi longtemps que les versions vernaculaires des Disticha Catonis transmettent le texte latin à côté de la traduction, on est en droit d’affirmer qu’il s’agit d’un document lié au contexte scolaire. La situation change toutefois quand le manuel scolaire gagne le statut d’un texte indépendant, traité par certains auteurs même comme une œuvre littéraire. Ceci est certainement le cas pour Elie de Winchester, Adam de Suel et Jehan de Paris. Avec le détachement progressif de la source se prépare lentement un réajustement des messages moraux, également. Les Distiques de Caton resteront toujours un petit traité de morale pratique mais le texte se prête désormais à des réécritures qui permettent de le rendre attrayant pour les milieux bourgeois d’abord, pour les citadins dépendants par la suite. Aucun autre manuel scolaire n’a connu une telle fortune.

Notes

1 Cf. La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, R.-H. Bautier dir., Paris, 1982.

2 Cf. Ph. Delhaye, « L’organisation scolaire au xiie siècle », dans Enseignement et morale au xiie siècle, Fribourg e. S.-Paris, 1988 (Vestigia, 1), p. 1-58, et R. Köhn, « Schulbildung und Trivium im lateinischen Hochmittelalter und ihr möglicher praktischer Nutzen », dans Schulen und Studium im sozialen Wandel des Hohen und Spâten Mittelalters, J. Fried dir., Sigmaringen, 1986 (Vorträge und Forschungen, 30), p. 203-284.

3 Ibid., p. 231 ; voir aussi A. Wendehorst, « Wer konnte im Mittelalter lesen und schreiben ? », ibid., p. 9-33.

4 M.T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Londres, 1979, p. 149-265.

5 Dom J. Leclercq observe d’ailleurs une tendance comparable à propos des besoins spirituels des laïcs aux xiie, xiiie et xive siècles, cf. J. Leclercq, « Les traductions de la Bible et la spiritualité médiévale », dans The Bible and Medieval Culture, W. Lourdaux et D. Verhelst dir., Louvain-Paris, 1979, p. 263-277. Les observations à l’exemple d’un texte anglo-normand apportent les mêmes résultats, cf. U. Schemmann, Confessional Literature and Lay Education. The « Manuel dé Pechez » as a Book of Good Conduct and Guide to Personal Religion, Düsseldorf, 2000 (Studia humaniora, 32).

6 Voir M. Boas, « De librorum Catonianorum historia atque compositione », Mnemosyne, ns, 42 (1914), p. 17-46, et Y.-F. Riou, « Quelques aspects de la tradition manuscrite des Carmina d’Eugène de Tolède : du Liber Catonianus aux Auctores octo morales », Revue d’histoire des textes, 2 (1972), p. 11-44.

7 Voir à ce propos B. Bischoff, « Elementarunterricht und probationes pennae in der ersten Hâlfte des Mittelalters », dans Mittelalterliche Studien. Ausgewâhlte Aufsätze zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, Stuttgart, 1966, t. 1, p. 74-87 ; E. Voigt, « Das erste Lesebuch des Triviums in den Kloster-und Stiftsschulen des Mittelalters (11.-15. Jahrhundert) », Mitteilungen der Gesellschaft für deutsche Erziehungs-und Schulgeschichte, 1 (1891), p. 42-53 ; J. Morawski, « Les recueils d’anciens proverbes français analysés et classés », Romania, 48 (1922), p. 481-558, en particulier p. 498-501 (le cahier de l’écolier d’Arbois) ; T. Hunt, Teaching and Learning Latin in Thirteenth-Century England, Cambridge, 1992, t. I, p. 59-79.

8 Sanson de Nanteuil, Les Proverbes de Salemon, C. Isos éd., Oxford, 1988 et 1994 (Anglo-Norman Texts, 44, 45, 50) ; pour plus de détails à propos du rôle de ce texte dans l’éducation, voir mes articles, « Proverbes anglo-normands : tradition insulaire ou héritage européen ? », Cahiers de Civilisation médiévale, 37 (1994), p. 347-364 ; « Les débuts de la littérature didactique anglo-normande », dans Atti del XXI Congresso di Linguistica e Filologia Romanza, Palermo 1995, G. Ruffino dir., Tübingen, 1998, t. 6, p. 803-815.

9 Il suffit de se référer aux prologues et épilogues de ces textes pour s’en rendre compte : à titre d’exemple, la version des Distiques de Caton par Elie de Winchester : « Ki uolt saueir l’afaitement / Que Catun a sun fiz aprent, / S(i)’en latin nel set entendre / (i) Cil(e) poet en rumanz aprendre… » (Elie’s de Winchester, eines Anonymus und Everarts Übertragungen der « Disticha Catonis », E. Stengel éd., Marbourg, 1886, p. 106-158, ici p. 110 [Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie, XLVII]).

10 Disticha Catonis, M. Boas éd., Amsterdam, 1952.

11 Un bon aperçu de la situation est donné par G. Glauche, Schullektüre im Mittelalter. Entstehung und Wandlungen des Lektürekanons bis 1200 nach den Quellen dargestellt, Munich, 1970 (Münchener Beiträge zur Mediâvistik und Renaissance-Forschung, 5) ; voir aussi R. Köhn, op. cit., p. 203-284. Pour une analyse détaillée de l’utilisation des Disticha Catonis en Allemagne, voir N. Henkel, Deutsche Übersetzungen lateinischer Schultexte. Ihre Verbreitung und Funktion im Mittelalter und derfrühen Neuzeit, Munich, 1988 (Münchener Texte und Untersuchungen zur deutschen Literatur des Mittelalters, 90).

12 Pour les sources, voir P. Roos, Sentenza e proverbio nell'Antichità e i « Distici di Catone ». Il testo latino e i volgarizzamenti italiani, Brescia, 1984.

13 Ceci a été particulièrement mis en évidence par R. Hazelton, « The Christianisation of “Cato”. The Disticha Catonis in the Light of the Late Mediaeval Commentaries », Mediaeval Studies, 19 (1957), p. 157-173.

14 Voir R.B.C. Huygens, Accessus ad auctores. Bernard d’Utrecht, Conrad d’Hirsau « Dialogus super auctores », Leyde, 1970, p. 82-84.

15 Cf. N. Orme, Education and Society in Mediaeval and Renaissance England, Londres-Ronceverte, 1989, p. 29, 113-121, 232.

16 Cf. R.B.C. Huygens, op. cit., p. 8, ainsi que E. Ruhe, Untersuchungen zu den altfranzösischen Übersetzungen der « Disticha Catonis », Munich, 1968, p. 16-32 (Beiträge zur romanischen Philologie des Mittelalters, 2).

17 Ibid., p. 34-38 (pour la version anonyme), p. 98-101 (pour la version d’Everard), p. 119-122 (d’après Ruhe, Elie ne se serait pas servi d’une version latine spécifique mais plutôt des versions vernaculaires de ses prédécesseurs).

18 Ibid., p. 93-98, 107-116.

19 « Caton esteit paen / E ne saueit ren / De crestiene lei / Ne pourchant ne dist / Ren en sun escrit / Encuntre nostre fei / Par tut se concorde / E rens ne se descorde / A seint escripture / Amender en purrat / Celi ki voudrat / Metre j sa cure / Isi cum io quid / Del seint espirit / La grace en li estoit / Kar sens ne sauers / Nul nen est pur veirs / Ke de deu ne seit. » (E. Stengel, op. cit., p. 111 [1a-3f]). Cette déclaration se base sur une allusion de Rémi d’Auxerre à l’auteur païen (cf. E. Ruhe, op. cit., p. 96).

20 E. Stengel, op. cit., p. 145 [188a-f].

21 Ibid., p. 145 [190d-f et 191a-b],

22 E. Ruhe, qui examine de près le rapport entre le texte de base et la traduction, arrive à la conclusion qu’Everard utilise une version latine qui combine les distiques avec le commentaire d’une telle manière que les deux paraissent indissociables (op. cit., p. 98-108).

23 L’insistance sur la valeur des bonnes lectures et de l’apprentissage qui mènent au bon jugement et à la sagesse peut en servir d’indice, ainsi : « … sen e mesure / Voiliez apprendre / Par unt c[um] sage / Puises ton curage / De vices defendre. /Ven dunc auant / Si orras en lisant/Si tu j vous entendre/Sens e queintise / Kar en tute Guise / Le voil en tei despendre. » (E. Stengel, op. cit., p. 125 [75b-76f] ; voir aussi p. 131 [109a-111f], p. 135 [129a-f]).

24 Le Livre de Catun, T. Hunt éd., Londres, 1994 (Plain Texts Series, 11), p. 2-3.

25 E. Voigt, Egberts von Lüttich « Fecunda Ratis » zum ersten Mal herausgegeben, auf ihre Quellen zurückgeführt und erklârt, Halle a. S., 1889, p. xlix-liii.

26 L’auteur insiste donc sur le profit à tirer de la fréquentation des écoles, de l’apprentissage selon le canon des arts libéraux et de la pratique de l’exercice répété qui caractérise la pédagogie de l’époque.

27 Voir aussi les strophes 18, 122, 130 et 132.

28 E. Stengel, op. cit., p. 111-144. Voir aussi E. Ruhe, op. cit., p. 118-119, 122-136.

29 Ibid., p. 125-136.

30 E. Stengel, op. cit., respectivement p. 130 [469] ; p. 110 [14] ; p. 136 [615] ; p. 130 [474-475].

31 Ibid., p. 144 [743].

32 Ibid., respectivement p. 10 [3-4] et p. 130 [482].

33 « Der Cato des Adam de Suel », J. Ulrich éd., Romanische Forschungen, 15 (1904), p. 107-140 ; voir aussi E. Ruhe, op. cit., p. 48-174, qui se base sur M. Boas, Der Cato van Adam de Suel, Leyde, 1935.

34 J. Ulrich, Adam de Suel, respectivement p. 109 [v. 49-50] et p. 125 [v. 485-486].

35 « Die Übersetzung der Distichen des Pseudo-Cato von Jean de Paris », J. Ulrich éd., Romanische Forschungen, 15 (1904), p. 41-69 ; cf. aussi E. Ruhe, op. cit., p. 175-192.

36 J. Ulrich, Jean de Paris, op. cit., p. 56 [v. 443-446].

37 Sordello, Le Poesie. Nuova edizione critica con studio introduttivo, traduzioni, note e glossario, M. Boni éd., Bologne, 1954 (Biblioteca degli « Studi mediolatini e volgari », 1), p. 198-273, ici p. 234, v. 1261-1265. Selon Sordello, aucun homme de valeur, aucun bon ne doit vouloir vivre sur terre, si ce n’est pour gagner gloire et honneur, c’est-à-dire gagner du respect par les bonnes mœurs et l’honnêteté, puisqu’une vie autre n’a pas de sens pour un homme de qualité et d’instruction.

38 A. Roncaglia, « Civiltà cortese e civiltà borghese nel Medio Evo », dans Concetto, storia, miti e immagini del Medio Evo, V. Branca dir., Florence, 1973 (Civiltà europea e civiltà veneziana, Aspetti e problemi, 7), p. 269-286, ici p. 283-286. La version occitane des Disticha Catonis, qui est fragmentaire et difficile à dater, exprime d’ailleurs le même concept, par exemple dans les strophes qui paraphrasent les distiques II, 19 ; III, 13-15 ; cf. Die altprovenzalische Version der « Disticha Catonis », R. Tobler éd., Berlin, 1897 (Romanische Studien, III).

39 Doctrinal Sauvage publié d’après tous les manuscrits, A. Sakari éd., Jyväskylä, 1967 (Studia Philologica Jyväskyläensia, III).

40 Ibid., p. 63, v. 7-8.

41 Ibid., p. 90, v. 265-268.

42 Ibid., p. 25.

43 A. Sakari donne un bref aperçu du contexte politico-social et littéraire du Doctrinal (ibid., p. 7-18).

44 Le Facet en françoys, édition critique des cinq traductions des deux « Facetus » latins avec introduction, notes et glossaire, J. Morawski éd., Poznan, 1923 (Société scientifique de Poznan, Travaux de la Commission philologique, t. II, fasc. 1), p. x-xxxi ; texte français, p. 20-37 ; texte latin du xiie siècle, p. 3-19.

45 Ibid., p. xiv.

46 Ibid., p. 20, v. 11-22 : « Si q’un autre clerc qui fut sage,/Pour le preu de l’humain lignage / Fist ung livre moult petitet, / Lequel nons apellons Facet, / Qui parle bien de courtoisie, / De noblesse et de seignourie, / Comment on se doibt maintenir / Pour saige et courtois devenir, / Et de pluseurs enseignemens / De quoy Chaton fut negligens / Ou il ne voult du tout traictier, / Par ce le peult il bien laissier. »

47 Ibid., p. xxvi-xxvii, version française p. 81-112 ; texte latin dans « Mélanges de littérature catalane », A. Morel-Fatio éd., Romania, 15 (1886), p. 224-235.

48 J. Morawski, op. cit., p. xxvi-xxvii. Le texte s’inspire à la fois d’Ovide et du Pamphilus.

49 Cf. la version latine : Assint ergo rudes sicientes pocula morum (ibid., p. 3, v. 5, et p. x).

50 Ibid., p. xxx.

51 Cf. dans le Facetus en hexamètres (ibid., p. 20-39) les passages suivants : « Quant sers au Roy de paradis […] Et se tu sers devant aultre homme » (strophe 6, v. 49 et 51) ; « Quant tu sers le prestre a l’autel » (strophe 7, v. 53) ; « Garde que honnoures ton maistre » (strophe 37, v. 174) ; « Si’il te vient homme de value » (strophe 59, v. 261) ; « Si tu veulx parler a grant homme » (strophe 88, v. 377).

Auteur

Université de Montréal

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search