Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Troisième partie. Culture du petit peuple. Systèmes, conduites, valeurs

Les « petits » à la première croisade

Franco Cardini

Texte intégral

  • 1 Pour l’aspect « populaire » de la première croisade, voir F. Cardini, « Le “crociate popolari”. Pr (...)

1Pauperes, populares, pauperes et populares ; pauperes et peregrini ; parfois parvi, parvuli, minores…, c’est ainsi que les sources narratives (et à l’occasion les sources documentaires) appellent habituellement ce que nous désignons comme le « petit peuple » à la fin du xie siècle, pendant cet événement particulier, extraordinaire mélange d’expédition militaire et de pèlerinage, connu comme « la première croisade »1.

2Nous nous passerons ici de toute polémique au sujet de l’utilisation de ce mot douteux et ambigu, cruciata en latin, que les sources n’emploient que tardivement et qui demeure d’origine « bureaucratique », juridique et financière. D’ailleurs, il faut bien reconnaître que si le mot est relativement « nouveau », ses racines sont, elles, bien ancrées dans l’humus des sources les plus anciennes, à l’origine de l’expédition de 1095-1099. Dans ces textes, lorsqu’on fait allusion aux participants, on trouve en effet très souvent les mots cruce signati, ou crucesignati, qu’il nous est évidemment impossible de ne pas considérer comme les ancêtres du mot « croisés ».

3Ces cruce signati avaient tous, de quelque manière, entendu et accepté l’appel lancé par le pape Urbain II au mois de novembre 1095 à Clermont en Auvergne. Le pape avait incité ceux qui l’écoutaient à porter secours aux communautés chrétiennes d’Orient, menacées par de redoutables « païens », les Turcs. Les volontaires qui avaient accepté de répondre à cet appel étalaient, comme symbole de leur engagement, une croix d’étoffe cousue sur leurs vêtements. Il s’agissait de la tradition des enseignes de pèlerinage, les signa super vestem. Cette croix d’étoffe nous rappelle, au niveau de la typologie des enseignes, la coquille des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

4Les sources désignent l’expédition de 1095-1099 par les mots iter et peregrinatio. Ce sont de véritables mots-clés, très souvent traités ensemble, de façon endïadique. En nous appuyant sur ces deux mots-clés, nous tenterons de déceler, dans ce que nous appelons désormais « la première croisade », la ligne de séparation qui distingue les « petits » des autres participants. À ce propos, on a parfois parlé de « pèlerinage armé » : une définition forte, paradoxale (qui relève de l’oxymore), qui a provoqué bien des réactions. Mais, étant donné que le terme iter était, au xie siècle, réservé à l’expédition militaire, et le terme peregrinatio, au voyage dévotionnel et pénitentiel, on peut se demander où, dans l’expérience concrète des voyageurs signés par la croix, aboutissait l’iter et où commençait la peregrinatio ?

5À Clermont, le pape ne s’était pas adressé à tout le monde. Il avait invité à partir pour l’Orient une catégorie de gens élargie et composite, mais bien déterminée cependant. Il leur avait certes proposé un voyage de pénitence pour leurs péchés passés, mais aussi une activité qui cadrait avec leur profession et leurs habitudes.

6Ce n’était pas la première fois, en ce siècle, que l’Église réformée et son chef s’adressaient de façon spécifique aux milites, ou, en d’autres termes, à ceux qui avaient été condamnés, quelques années auparavant, par les conciles, comme tyranni, latrones ou infractores pacis. Ils s’adressaient aussi à cet ensemble composite de couches sociales constitué de maiores, potentes et barons, qui étaient tous impliqués à différents niveaux de la société « vasso-bénéficiaire ». Ils s’adressaient enfin aux libres possesseurs de terre exerçant la profession de guerriers, parfois seigneurs d’hommes (domini, seniores), dont certains faisaient partie des escortes plus ou moins importantes des « grands » (comitatus, trustis, masnada, armata manus).

  • 2 L’enrôlement de mercenaires normands, par exemple, était fort pratiqué dans ce but.
  • 3 Nous pensons ici aux milites sancti Petri en Angleterre, en Espagne, en Sicile, mais surtout en Fr (...)

7On est désormais d’accord sur le fait que cette extraordinaire aventure – et ce grand malentendu – que constitue la première croisade est née de l’appel pontifical de Clermont, provoqué par une proposition avancée par l’empereur de Byzance. Par exemple, Alexis Comnène, Basileus ton romàion, avait besoin de plusieurs de ces barbares frankoi ou keltai, qu’il savait féroces, audacieux et lourdement armés, afin de faire entrave à la progression des Turcs en Anatolie2. De leur côté, le pape et les vainqueurs de la lutte qui s’était déchaînée en plein cœur du xie siècle pour le contrôle de l’Église et de la société occidentale avaient besoin, à la fin du siècle, de paix et d’ordre, ce qui les obligeait à éloigner d’Occident, autant que possible, les turbulents groupes de guerriers qui avaient été jusque-là très utiles3 pour s’opposer aux adversaires de la réforme de l’Église, mais qui, une fois leur mission accomplie, demeuraient un dangereux obstacle à ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui « la normalisation ».

8Mais y avait-il aussi des « petits » parmi la foule à laquelle l’appel de Clermont s’était adressé ? Pour répondre à cette question, il nous faut distinguer soigneusement les plans du discours et les étapes de l’analyse, c’est-à-dire relativiser le concept de « petitesse ». À Clermont, le pape avait proposé un iter militaire aux guerriers qui étaient disposés à militer en tant que mercenaires au service de l’empereur de Byzance. Ceci avait été demandé de façon solennelle et explicite par les ambassadeurs mêmes du basileus quelques mois auparavant, lors du concile de Plaisance. Les buts du pontife étaient doubles : tout d’abord, favoriser le basileus de manière à rétablir au mieux les relations entre les deux Églises compromises par le schisme de 1054 ; puis se libérer de la plus grande quantité possible de guerriers turbulents et dangereux, même si ces derniers se présentaient comme des dévots alliés.

9Les guerriers, de leur côté, avaient besoin d’argent : jusqu’alors, ils s’en étaient procuré en guerroyant contre les ennemis de l’Église, même s’ils étaient rangés dans des societates et des fraternitates qui garantissaient la Pax et la Tregua Dei, tout en faisant guerre aux infractores pacis. C’est la vieille idée d’« une guerre pour en finir avec toutes les guerres ». Or, il faut ici percer l’obscurité et le silence de nos sources et essayer d’identifier les niveaux les plus bas de cette « société guerrière » qu’on peut déjà appeler, si l’on veut, « société chevaleresque ».

10À Clermont, le pape s’était surtout adressé aux princes, domini, seniores et aux anciens Raubritter, soucieux qu’il était de se conformer au nouvel ordre hégémonique de l’Église réformée. Son appel envisageait un iter militaire pouvant rapporter non seulement des avantages matériels, mais aussi spirituels. On lui reconnaissait une valeur particulière en ce qui concernait la foi et le service de l’Église, jusqu’à aboutir à des effets similaires à ceux de la peregrinatio.

  • 4 Cette bulle a d’ailleurs servi de modèle à toutes les « bulles de croisade ».

11Le modèle de cette « guerre sainte », de cette « guerre aux effets sanctifiants », était déjà implicite dans les nombreux exemples de remise, de la part des pontifes, du vexillum sancti Petri aux conquérants d’Angleterre, d’Espagne et de Sicile. Cette pratique avait été formalisée avec l’offre de privilèges matériels et spirituels, tels qu’ils sont décrits dans la bulle Eos qui in Hispaniam, fulminée en 1063 par le pape Alexandre II en faveur des participants à l’emprise de Barbastro à Aragon4.

12Il nous est possible de déceler, parmi les « petits » de la première croisade, trois niveaux différents. Le premier groupe est celui qui correspond au concept de pauper miles (un autre oxymore). Aux xe et xie siècles, la condition de miles et celle de pauper sont inconciliables : il s’agit de deux situations opposées, tant au niveau institutionnel que social. Être miles exclut en effet toute possibilité d’être pauper, puisque pour combattre il faut disposer d’une certaine abondance de moyens économiques, mais aussi et surtout parce que le caractère de la paupertas, à ce moment-là, ne se bornait pas à la seule dimension économique. Le pauper n’est pas tant celui qui ne dispose pas de richesses, qu’un « faible » qui a besoin de protection. Mais au xie siècle, au fur et à mesure que la valeur socio-économique du mot pauper grandit, entra en jeu, graduellement, l’idée de la faiblesse des couches inférieures du monde des bellatores, que ces derniers fussent de condition « féodale », « allodiale », ou mixte.

  • 5 Peut-être le chroniqueur anonyme des Gesta peregrinorum a-t-il été l’un d’entre eux, petit chevali (...)

13Contrairement aux sources narratives, où on a peine à déceler leur présence, les chroniques et les chansons de geste nous décrivent assez bien la condition de ces pauperes milites. Les « pauvres chevaliers » constituent le premier niveau de « petitesse » socio-économique et socio-politique rencontré pendant la première croisade5. Mais qui sont-ils ? Il s’agit de guerriers disposant d’un modeste équipement militaire – leurs armes, quelques chevaux formant une équipe de deux à cinq hommes environ, et qui font partie, à titre de vassaux ou de mercenaires, de la suite d’un dominus, partageant avec ce dernier son univers mental tout autant que sa considération du monde ; partageant, pourrait-on dire, son mode de vie. L’égalitarisme et la hiérarchisation de l’expérience chevaleresque sont en effet très présents dans ce contexte.

14Pourtant, à la différence de leurs seigneurs, ils sont « pauvres » : d’une pauvreté relative bien sûr, mais très contraignante, qui les oblige à accumuler richesses en raflant et en saccageant. Le pillage est le droit de guerre du pauper miles, son droit tout court, mais aussi sa gloire, sa nécessité et son rêve. Dans les sources qui nous concernent, les pauperes milites apparaissent assez souvent comme les protagonistes de beaux exploits, mais on nous les présente aussi grognant, grommelant, voire protestant de façon violente, enragée. Cette attitude se produit chaque fois que les princes signent un accord avec les infidèles ou qu’ils s’emparent d’une ville de manière pacifique. C’est ainsi que se profile la politique des chefs, du moins à la fin de la croisade, au moment où ils commencent à saisir le sens de la vie et de la politique de l’Orient. En effet, si les princes doivent régner, s’ils désirent régner dans les territoires qu’ils viennent de conquérir, il est préférable qu’ils s’abstiennent de les saccager brutalement. C’est justement cette attitude adoptée par les princes qui plonge les pauvres chevaliers dans la rage et le désespoir. Ils se sentent trahis et crient très fort : les « prophètes », les prêcheurs populaires, ainsi que les pauvres pèlerins sont d’accord avec eux. Ils croient que les grands risquent de devenir amis des infidèles ; ils craignent également que cela constitue un danger, une véritable trahison. Comme il leur faut saccager, chaque accord pacifique se retourne inévitablement contre eux, leur enlevant un droit, une source de rente, une parcelle d’espoir pour le lendemain…

15Ces intérêts, mais aussi cette « vision radicale » de la lutte contre l’infidèle qui en découle, vont éloigner les « pauvres chevaliers » de leurs nobles patrons pour les rapprocher des non-combattants de la croisade. Les chroniqueurs d’ailleurs, qui sont presque toujours des clercs au service des princes, avec la tâche d’en exalter les hauts faits, nous illustrent fort bien tout cela : ils soulignent que la magnanimité des chefs s’exerce même vis-à-vis les infidèles, tandis qu’ils décrivent avec mépris et horreur la brutalité des « petits », présentés comme des rustres violents.

16Ainsi, la croisade s’est graduellement transformée en une affaire politique réservée aux « grands ». Selon l’avis des chevaliers, qui ont continué à voler et à saccager, elle est toutefois demeurée une affaire militaire et économique (mais aussi politique). La magnanimité des seigneurs vis-à-vis des Turcs et des Arabes est un luxe dont l’accès est interdit aux « petits ».

17Ce sentiment, qui raccroche les petits chevaliers aux participants de la croisade – et qui transforme la nécessité du saccage en valeur morale de lutte sans merci contre l’infidèle – n’est pas le seul aspect qui va permettre de relier tous les « petits de la croisade », de quelque niveau qu’ils soient. De fait, près des « pauvres chevaliers » se tiennent parfois quelques compagnons chevaliers de diverses origines. Il s’agit également de « pauvres chevaliers », mais cette fois leur pauvreté est volontaire, ou du moins est-elle présentée comme telle.

  • 6 Pierre l’Ermite, par exemple, est l’un de ces prédicateurs populaires. Voir J. Flori, Pierre l’Erm (...)
  • 7 Tel le chevalier Gautier, dit « Sans-Avoir ».

18Le menu peuple avait peut-être accueilli la parole de Clermont, mais seulement par l’intermédiaire des prédicateurs populaires, c’est-à-dire de façon indirecte6. Il avait aussi rencontré, au cours de sa longue expédition vers Jérusalem, entreprise dès le printemps 1096, des chefs de guerre qui avaient su l’encadrer et l’organiser7.

19En réalité, pendant la première croisade, ont défilé des dizaines, des centaines, voire des milliers de prédicateurs, tel « Pierre l’Ermite ». Il en est de même des chevaliers, tel Gautier dit « Sans-Avoir » qui, à la différence des chevaliers des princes, ne se trouvaient pas pauvres « par condition », mais bien pauvres « par choix » : un choix pénitentiel. Les chevaliers comme Gautier étaient liés aux membres des societates qui appuyaient le mouvement de Pax et de Tregua Dei. Parmi ces chevaliers, certains menaient une vie commune de prière, de pauvreté et de combat. À Jérusalem, au début du xiie siècle, des projets semblables sont à l’origine de la Militia Christi, autrement appelée l’ordre du Temple.

20Ces chevaliers, ces « pauvres volontaires », aidèrent Pierre d’Amiens et les autres « chefs de la croisade populaire » ; ils ont su encadrer et discipliner, dans la mesure du possible, la foule des pèlerins qui leur emboîtait le pas. Ils avaient tous fait l’expérience de la lutte contre les infractores pacis et les adversaires des réformateurs de l’Église : mais parmi eux, il s’en trouvait aussi quelques-uns qui avaient participé à la guerre contre les Moros, au-delà des Pyrénées, en terre d’Espagne.

  • 8 Voir C. Colafemmina, « I martiri ebrei della prima crociata », Nicolaus, 1-2 (1997), p. 107-126 ; (...)

21Ces chevaliers « convertis » à la piété de l’Église reformée ont joué un rôle bien ambigu au printemps 1096, au moment où les pèlerins exterminèrent les communautés juives des vallées du Rhin et du Danube. Ce terrible épisode demeure très obscur dans ses causes profondes et dans son déroulement8. Ainsi, sur la scène du massacre, on rencontre un Raubritter, personnage mi-diabolique mi-légendaire, qui fait même office de figure eschatologique : Emicho de Leiningen.

22Mais on rencontre aussi souvent, par la suite, plusieurs « pauvres chevaliers » pendant la marche des troupes princières et des groupes de pèlerins qui progressaient près d’elles, sillonnant la péninsule Anatolique. Ce sont ces « pauvres chevaliers » qui donnent aux pèlerins le minimum indispensable de discipline militaire dont ils ont besoin et qui, jour après jour, non seulement les guident dans la bataille, mais leur apprennent à devenir de véritables combattants.

23Le troisième et dernier groupe de « petits de la croisade » est sans doute le plus nombreux, mais aussi celui sur lequel on possède le moins de témoignages ; c’est le groupe le moins décelable à la lumière des sources, le plus anonyme : il s’agit des pauperes et populares. Qui étaient ces gens ? D’où venaient-ils ? Combien étaient-ils ? Combien pouvait-on compter, parmi eux, de femmes, de personnes âgées, d’enfants ? Ce sont des paysans à la recherche de terre. On connaît leurs principales régions d’origine : le centre et le nord de la France, la Provence, les pourtours des frontières de la France et de l’Allemagne ainsi que l’Italie du Nord.

  • 9 Sur l’évaluation qualitative du phénomène, l’ombre des « croisades populaires » des périodes succe (...)

24Pour connaître leur nombre, on ne peut appliquer les méthodes de l’histoire sérielle : l’état et la qualité des sources ne le permettent pas. Des recherches conduites à la lumière d’intéressantes méthodes et de très judicieuses hypothèses ont abouti à des résultats fort différents : les « minimalistes » ont évalué le groupe à 10 000 personnes environ, alors que les « maximalistes » vont jusqu’à parler d’un groupe pouvant atteindre 150 000 personnes9.

25Ces pauvres pèlerins s’étaient ralliés en grande partie à Pierre d’Amiens, à d’autres « prophètes » (qui sont presque toujours des clercs marginaux) ou à des chefs rustici, comme Gottschalk ; mais ils avaient également suivi les différentes colonnes militaires qui traversèrent l’Europe entre 1096 et 1097. Certains auraient aussi accompagné les croisés français, languedociens, allemands et lombards de l’an 1100, mais nous sommes encore moins bien renseignés sur ce fait.

26La traversée de la péninsule Anatolique, entre 1097 et 1098, donne l’impression que les pauvres pèlerins n’arrivent pas à préserver leur identité (s’ils en avaient une) vis-à-vis des troupes princières : ils rejoignaient les différentes colonnes, les suivaient, devenaient de plus en plus organiquement intégrés à chacune d’elles et à la politique de leurs chefs. Pierre l’Ermite, par exemple, qui avait perdu presque toute son autorité charismatique à la suite de plusieurs erreurs et de malchances, a sans doute mieux réussi à la recouvrer auprès des princes qu’auprès du peuple.

27Au cours du voyage asiatique, les « petits de la croisade » ont échangé leur « inertie » contre une attitude plus dynamique et plus engagée, même s’ils ne sont pas encore devenus de véritables guerriers. Ils ont néanmoins combattu, et souvent de façon acharnée.

  • 10 Ils restent à étudier, sans écarter les moyens et les méthodes proposées par les sciences humaines (...)
  • 11 D’autres cas d’anthropophagie pendant la première croisade nous sont par ailleurs signalés par des (...)
  • 12 Voir L. Rossi, « Notula sul Re dei Ribaldi », Cultura neolatina, 33 (1973), p. 217-221.

28La tentation est grande d’exploiter à fond des textes plus tardifs, et tirés de surcroît de sources qu’il faut considérer avec la plus grande prudence : on se réfère ici aux « chansons de croisade », et surtout à la production de Graindor de Douai. Ces textes, qui datent du milieu du xiiie siècle, évoquent les événements avec la fascination propre au souvenir. Graindor nous présente, par exemple, une confrérie de pauvres combattants fort singulière, les « Tafurs »10. En effet, on peut lire, en outre, que les Tafurs combattaient nus ; qu’ils mangeaient de la chair humaine (de celle des infidèles, bien sûr11) ; qu’ils obéissaient à un « roi », le « roi Tafur », qui présente des caractères quasi messianiques, à côté d’autres qui le font ressembler plutôt à un « roi des ribauds » ou à une sorte de Bettlemaister12. On pourrait éviter de discuter de ces personnages assez déroutants, en prétextant que les sources les plus anciennes, les plus proches chronologiquement de la première croisade, ne laissent pas échapper un mot à leur sujet. Ainsi, on pourrait supposer que les Tafurs sont une invention du xiie siècle : le siècle des Cathares, de la turbulente vie urbaine, des croisades d’enfants et de pastoureaux, de l’arrivée des Mongols sur la scène européenne, de la découverte des monstres de l’Asie, du début de la démonologie scolastique. Somme toute, ces Tafurs s’apparentent tout aussi bien aux gesates gaulois qu’aux berserkirs et aux úlfedhnars des sagas germaniques, voire même aux homines sylvatici, les « hommes sauvages ».

29Par ailleurs, les « chansons de croisade » sont habituellement assez bien renseignées sur la première croisade. Leurs auteurs connaissent bien Albert d’Aix, par exemple. Nous ne pouvons vraiment exclure qu’elles connaissaient également les sources orales, destinées à nous échapper à jamais.

30De toute façon, les « petits » ne se bornaient pas à suivre les « grands ». Il va sans dire, naturellement, que dans la plupart des cas les événements se passaient de cette manière. Les pauperes, rangés à la suite des différents chefs, prenaient parti pour leurs princes respectifs et en soutenaient, parfois avec violence, l’image et la ligne politique. Ils se mêlaient aux discussions et aux bagarres ; en fait, ils nous donnent l’impression d’accepter le rôle de « masse de manœuvre » au service des princes et de leur propagande.

31À ce propos, nous nous bornerons à rappeler le cas de la douteuse relique de la Sainte Lance d’Antioche, dont le culte est soutenu par Raymond, marquis de Provence et par le peuple occitan, mais qui répugne aux Normands, les adversaires du marquis. Chacun dispose de ses populares. C’est ainsi que les « pauvres du marquis », engagés à soutenir l’authenticité de la relique afin de s’assurer qu’elle est miraculeuse, pleurent d’une pieuse émotion lorsqu’elle est montrée pour soutenir une ordalie par le feu visant à la légitimer. À l’inverse, les « pauvres » de Bohémond de Hauteville raillent avec une violence très grossière et blâment de façon vulgaire la crédulité de leurs adversaires. Derrière cette polémique à coups de iudicia Dei, de miracles, de visions, d’apparitions, de rêves et de prophéties, on décèle une lutte acharnée pour l’hégémonie de la part des chefs de l’armée.

32Et pourtant, ici et là, la foule des petits donne l’impression de retrouver quelque chose qui s’apparente à une indépendance et à une identité à l’égard des princes. Par exemple, pendant le terrible hiver de 1098-1099, en Syrie, les princes sont, comme à leur habitude, engagés dans de violentes discussions ; ils font le double et le triple jeu entre Byzantins, Turcs, Arabes, Sunnites de Bagdad et Fâtimides du Caire ; ils vont immobiliser l’armée à cause de ces rivalités. À ce point, ce sont les petits qui s’insurgent au nom de la mission pour laquelle ils voyagent. On pourrait penser que ce sont les prophetae qui les y ont entraînés. Mais le contraire peut aussi être vrai : ce sont les petits qui ont obligé leurs trop timides porte-parole à prendre des positions très fermes, au nom du populus, du vulgus. Que les grands cessent de discuter et de se chamailler, qu’ils se rappellent la sainte cause pour laquelle ils se sont mis en route ; dans le cas contraire, le populus ira incendier les villes conquises, qui constituent l’objet de la convoitise et de la lutte entre les princes.

33Mais le problème fondamental reste de savoir s’il y avait vraiment, au début de 1099, un objectif commun, partagé par tous les pèlerins ? Et dans l’affirmative, depuis combien de temps le partageaient-ils ?

34Persuadés que nous sommes aujourd’hui que la croisade n’a été qu’une croisade, dans le sens strict du terme, les choses sont claires : il s’agissait de prendre la Ville Sainte. Au moins depuis l’appel des princes au pape, aux lendemains de la prise d’Antioche, à l’été 1098, le but d’arriver à Jérusalem paraît confirmé clairement, et les intentions des chefs semblent concorder quant à cet objectif. Un doute persiste toutefois aujourd’hui. On se demande en effet à partir de quel moment la conquête de la Ville Sainte est vraiment devenue le but des cruce signati.

35A posteriori, bien des sources indirectes nous donnent l’impression que les objectifs de la mission étaient clairs depuis le début du « mouvement croisé ». Mais on sait que ces sources ont été écrites, justement, a posteriori. Dans les relations que les différentes sources nous ont laissées à propos du discours d’Urbain II à Clermont – et aucune d’entre elles n’est fiable de manière particulière – il n’y a aucun moyen de nous assurer que le pape songeait à une conquête de la Terre Sainte au moyen des armes.

36Mais on ne pourrait affirmer la même chose à l’examen de la prédication de Pierre l’Ermite et des autres prêcheurs populaires : de ces discours, à vrai dire, on ne sait pratiquement rien, mises à part les relations, parfois remplies de haine et de mépris, des clercs-chroniqueurs. Ces « prophètes » ne parlaient certes pas d’armes et de guerre : mais c’est à travers leur parole qu’un mélange explosif entre l’image de la Jérusalem historique et celle de la Jerusalem coelestis se superpose à l’idée de l’iter proposé par le pape. Voilà le propos eschatologique (pourrait-on le qualifier de « millénariste » ?) qui a déchaîné un pèlerinage « de masse » conçu comme un véritable assaut au ciel. Violenti rapiunt illud !

37Dans les rapports entre iter et peregrinatio, entre milites et pauperes, la « croisade » a été bâtie jour après jour, in ewigen Bewegung, surtout à travers les discussions qui ont eu lieu dans les misérables campements des « petits », écartés bien sûr des pavillons des « grands », mais pourtant proches d’eux.

38Il y avait sans doute bien des sentiments communs aux peregrini, aux petits et aux grands, dans la grande expédition. Des sentiments qui ne coïncidaient pas totalement, mais qui étaient tous enracinés dans la dimension du pèlerinage et du martyre. Toutefois, les princes pensaient à la gloire et à la conquête de nouveaux royaumes : ce pouvait bien être la voluntas Dei qui les concernait. Les chevaliers n’oubliaient pas la dimension du pèlerinage qu’ils connaissaient bien, ni ne se passaient de la conscience de porter des épées bénites, mais ils rêvaient de retourner chez eux les bras chargés de richesses provenant du pillage. Ils vivaient l’aventure.

39Mais ce sont les « petits » qui ont pensé, depuis le début, à Jérusalem, aussi bien à l’historique qu’à l’éternelle. Ce sont les petits qui, au-delà du pèlerinage, songeaient à l’image de la fin des temps et au Royaume des cieux. Et c’est bien à cause de cela que ce furent les petits, et pas du tout les chevaliers mis à part quelques Raubritter ou quelques marginaux – qui massacrèrent les juifs. On a dit qu’avec la croisade, les masses ont fait leur première apparition dans l’histoire. Ce qui frappe et déconcerte, c’est qu’avec les foules (on ne peut pas encore parler de « masses »), dans la croisade se profile déjà l’ombre de la shoah. Voilà donc le doute destiné à n’être jamais résolu au niveau critique, celui qui demeure et grandit inexorablement dans nos consciences : le doute que ce furent les petits, toujours les petits, à « inventer » la croisade – cette réalité demeurée si longtemps sans un terme spécifique pour la désigner – et à l’imposer, aux princes et aux prélats, dans ses aspects positifs et ses aspects négatifs.

Notes

1 Pour l’aspect « populaire » de la première croisade, voir F. Cardini, « Le “crociate popolari”. Proposta per un’indagine tipologica », Ricerche storiche, 18/2 (1988), p. 217-233 ; Id., « Per una ricerca sulle crociate popolari », Quaderni medievali, 30 (1980), p. 156-160 ; AA. VV., Journeys Toward God. Pilgrimage and Croisade, B.N. Sargent-Baur éd., Kalamazoo, 1992.

2 L’enrôlement de mercenaires normands, par exemple, était fort pratiqué dans ce but.

3 Nous pensons ici aux milites sancti Petri en Angleterre, en Espagne, en Sicile, mais surtout en France et en Italie.

4 Cette bulle a d’ailleurs servi de modèle à toutes les « bulles de croisade ».

5 Peut-être le chroniqueur anonyme des Gesta peregrinorum a-t-il été l’un d’entre eux, petit chevalier normand à la suite de Tancrède de Hauteville ?

6 Pierre l’Ermite, par exemple, est l’un de ces prédicateurs populaires. Voir J. Flori, Pierre l’Ermite et la première croisade, Paris, 1998.

7 Tel le chevalier Gautier, dit « Sans-Avoir ».

8 Voir C. Colafemmina, « I martiri ebrei della prima crociata », Nicolaus, 1-2 (1997), p. 107-126 ; G. Musca, Il Vangelo e la Torah, Bari, 1999.

9 Sur l’évaluation qualitative du phénomène, l’ombre des « croisades populaires » des périodes successives a pesé de façon très lourde. Nous discuterons de ce thème un peu plus loin.

10 Ils restent à étudier, sans écarter les moyens et les méthodes proposées par les sciences humaines, notamment l’anthropologie culturelle.

11 D’autres cas d’anthropophagie pendant la première croisade nous sont par ailleurs signalés par des sources fiables.

12 Voir L. Rossi, « Notula sul Re dei Ribaldi », Cultura neolatina, 33 (1973), p. 217-221.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search