Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Un peuple?

La reconstitution sociale des quartiers parisiens d’après les biens des gens de mainmorte

Preston Perluss

Texte intégral

  • 1 Sur l’étude des quartiers administratifs : R. Pillorget, J. De Viguerie, « Les quartiers de Paris (...)
  • 2 Sur la question de l’identité subjective du quartier : A. Cabantous, « Le quartier, espace vécu à (...)

1La reconstitution sociale des quartiers soulève maintes questions, certaines sont d’ordre pratique, d’autres d’ordre méthodologique. Parmi les dernières, c’est surtout la définition d’un quartier qui reste l’objet des débats, car ce mot « quartier » recouvre plusieurs acceptions tant administratives que pratiques1. Si l’unité administrative est facile à saisir, l’idée d’un espace vécu reste beaucoup plus fugitive2. Tenant compte des réserves émises, définissons un quartier comme un espace d’habitat contigu, regroupant à la fois un ou plusieurs îlots d’habitation ainsi que les rues qui séparent ces îlots.

2D’où la question de la méthodologie destinée à recenser les membres de la société des quartiers d’autrefois. Un moyen existe-il pour connaître les noms et les qualités des individus qui habitaient des ensembles de maisons contiguës ? Mieux, exigeons de notre méthodologie de reconstruction sociale qu’elle fournisse des renseignements diachroniques, à savoir, les noms et les qualités successifs de tous les habitants sur une longue durée.

  • 3 Les habitants intra muros furent exemptés de la taille à la suite de l’occupation anglaise : J. Fa (...)
  • 4 « La propriété privée connaît à Paris de très fréquentes mutations ». J.-P. Babelon, Demeures pari (...)

3Quels types de documents subsistent pour effectuer une telle reconstitution ? Essentiellement il s’agit de divers relevés fiscaux. Évidemment, pour la période moderne, nous ne disposons pas d’un équivalent des anciennes listes des tailles dressées sous Philippe le Bel3. Il est clair que pour une région (ou quartier donné) les livres censiers nous mettent au fait des propriétaires des maisons à des périodes distinctes, mais la principale difficulté de cette approche réside dans l’incertitude qui entoure les habitants puisque les propriétaires n’habitaient pas nécessairement leurs biens-fonds urbains. De même, l’aspect ponctuel des relevés pose des problèmes de continuité, quoique tout acte de mutation eût dû être consigné dans un livre d’ensaisinement en vue de la perception du droit des lods et ventes. Des sondages dans le Minutier central des notaires parisiens nous permettent de glaner quelques baux de location concernant un même immeuble ou ses subdivisions, encore faudra-t-il savoir retrouver des informations semblables pour tout un groupe de maisons. Cela ne paraît possible que lorsque les biens avaient le même propriétaire. Derechef, toutefois, le chercheur se heurte aux moyens de retrouver ces personnes nanties de parcs immobiliers. De surcroît, rien ne garantit la pérennité de ces parcs. Suite au décès des propriétaires, les parcs se désagrégeaient au gré des partages entre héritiers4.

LES BIENS DES GENS DE MAINMORTE

  • 5 Dans les rares cas contraires, ils réinvestissaient les recettes d’une vente dans un autre placeme (...)

4À part les propriétaires privés, et mortels, il importe de reconnaître une tout autre classe de propriétaires : connus sous le vocable des « gens de mainmorte ». Ceux-ci étaient des institutions dont l’existence était en principe éternelle. Il s’agissait des hôpitaux, des collèges, des corporations et, surtout, des fondations ecclésiastiques tels les chapitres, les couvents et les abbayes. Les revenus des biens-fonds immobiliers dont étaient dotées ces institutions garantissaient leur pérennité financière. Les gens de mainmorte ne se dessaisissaient guère de leurs patrimoines5.

  • 6 Expilly, art. « Paris », dans Dictionnaire Géographique Historique et Politique des Gaules et de l (...)
  • 7 Arch. nat., Q1* 1099 56.

5Dans son Dictionnaire géographique, L’abbé Expilly estimait que vers 1755 la ville de Paris comprenait « 23 565 maisons et 538 boutiques ou échoppes dont 3140 maisons & 103 boutiques ou échoppes étaient entrées dans les possessions des gens de mainmorte ou des hôpitaux »6. D’après l’illustre géographe, 13,3 % des immeubles parisiens auraient appartenu aux gens de mainmorte ainsi que 19 % des boutiques ou des échoppes. Ces chiffres concernant les biens des gens de mainmorte provenaient, en toute vraisemblance, d’un État des maisons boutiques et échoppes dans la ville de Paris appartenant à la mainmorte jusqu’à la fin du mois d’août I7497. D’après cette source, en 1749, à Paris, 19 963 maisons et 435 étaux ou échoppes appartenaient à des particuliers tandis que 3 140 maisons et 103 boutiques ou échoppes appartenaient aux gens de mainmorte, soit un total de 23 103 maisons. Qu’il s’agisse des chiffres extraits du célèbre Dictionnaire ou ceux du document de la série Q, tous nous portent à croire qu’au milieu du xviiie siècle environ 13,6 % des maisons parisiennes appartenaient aux gens de mainmorte.

6Parmi les biens immobiliers des communautés de mainmorte, évoquons les traits principaux de ceux dont les communautés régulières d’hommes étaient propriétaires. Ces possessions comprenaient environ 250 immeubles locatifs à Paris. En effet, la location était devenue la source principale de revenu pour le deux tiers des communautés masculines. Au cours du xviie siècle les communautés régulières adoptèrent une politique de construction immobilière. Il faut y voir la conséquence à la fois de l’expansion urbaine qui exerçait une pression sur les communautés à mettre en valeur les terrains claustraux, et d’un redéploiement des rentes fondées. Cette politique aboutit à la création d’un fort lien de dépendance financière entre les communautés et leurs maisons de rapport.

7En 1789, les Carmes déchaussés recevaient 78 % de leurs revenus de leurs immeubles de rapport, les Petits Augustins du Faubourg Saint-Germain, 80 %, les Dominicains du même faubourg 80 %, les Théatins, 80 %, les Pères de la Doctrine Chrétienne 72 %, l’institut de l’Oratoire 47 %. En 1756, six ans avant leur suppression, les Jésuites déclarèrent que 80 % de leurs revenus bruts provenaient des loyers de quatorze immeubles.

  • 8 Ces statistiques proviennent soit des déclarations des décimes remises au bureau diocésain, soit d (...)

8Il en était de même dans le cas des collèges réguliers : en 1790, le collège des Grands Augustins tirait 74 % de son revenu brut de son parc locatif, le collège des Jacobins, 68 %, celui des Grands Carmes 54 %, le collège de Grandmont (jusqu’à sa suppression en 1768) 71 %, le collège de Cîteaux, 75 %, le collège de Cluny, 59 %. Seul le collège des Prémontrés ne vivait pas essentiellement de ses revenus locatifs (ceux-ci ne figurent que pour 5 % de son revenu global)8.

9Le trait primordial de ces immeubles est leur distribution spatiale : ils ne sont que très rarement dispersés à travers la ville, le plus souvent ils forment des groupes situés sur un même îlot d’habitation, parfois accolés à même le cloître, voire imbriqués dans les bâtiments claustraux, comme l’on voit chez les Grands Carmes où un appartement dans un immeuble locatif avoisine le parloir des moines, à l’étage inférieur.

10Toutefois, la présence des parcs locatifs compacts dans les patrimoines monastiques n’exclut pas l’existence d’immeubles locatifs isolés. Parfois une communauté régulière détenait un ou plusieurs immeubles à l’écart de tout autre bien. Les Grands Carmes de la place Maubert possédaient une seule maison rue de Temple, rive droite. Le collège de Cluny et les Pères de l’Oratoire détenaient chacun une maison locative rue de la Harpe. Les Théatins louaient une maison de compagne à Vaugirard. Les Chartreux avaient un semis de maisons situées rive droite, dont un groupe compact sur la rue Maubuée. Le couvent des Célestins (implanté sur la rive droite) détenait une quarantaine d’immeubles disséminés dans les quartiers de Saint-Paul, de Saint-Merri, de Notre-Dame, de la Grève et des Halles (avec des boutiques sous les piliers des halles).

  • 9 M. Fosseyeux. L’hôtel-Dieu de Paris au xviiie et xviiie siècles, Paris, 1912, surtout pour le doma (...)

11Il faut signaler la présence d’importants parcs locatifs dispersés chez d’autres instituts de mainmorte. Les biens immobiliers de L’Hôtel-Dieu, qui comportaient à la fois un parc dispersé d’une cinquantaine d’immeubles, plus un parc compact sur l’île de la Cité, rapportaient à l’hôpital 287 657 livres tournois, sur un revenu global moyen de 1412 713 l.t., soit environ 20 % du total, un pourcentage non négligeable étant donné l’importance de ses biens-fonds ruraux9.

12Mais ces contre-exemples viennent confirmer la règle générale : les ensembles locatifs étaient en grande partie formés de groupes compacts d’immeubles. Les configurations exactes de ces groupes compacts méritent un bref examen.

LES CONFIGURATIONS

13Nous pouvons donc distinguer entre plusieurs types de parcs immobiliers : tout d’abord entre les parcs dispersés (cas plus rare) et les parcs compacts (cas fréquent) ; et à l’égard de ces derniers : entre les ensembles ordonnancés et les ensembles hétéroclites. Évoquons rapidement cette dernière distinction.

  • 10 Arch. nat. Min. Central, XCI 736, 24 juin 1732, quittance de 92 107 l.t. : Arch. nat. Min. Central (...)
  • 11 M. Dumolin, « Los maisons du noviciat des Jacobins et leurs locataires », dans Annexe au procès-ve (...)
  • 12 I. Farguell, La construction d’ensembles locatifs à Paris par des communautés ecclésiastiques sous (...)

14Les ensembles ordonnancés constituent des groupes d’immeubles bâtis selon un plan général, souvent élaboré par un seul architecte. L’archétype est fourni par les constructions locatives des Carmes déchaussés de la rue de Vaugirard. Entre 1720 et 1741 ils construisirent six hôtels aristocratiques le long de la rue de Regard entre la rue de Vaugirard et la rue de Cherche-Midi. Le coût total de l’ensemble dépassait les 376 395 livres tournois10. À partir de 1682 le noviciat des Dominicains réalisa un ensemble de 17 maisons ou hôtels au pourtour du couvent situé rue de Bac11. Les frères mendiants empruntèrent environ 271 400 l.t. pour financier leur projet de construction12.

  • 13 Arch. nat. Min. Central, XCI 630, pour le devis et marché de 1715.
  • 14 Arch. nat, S 4340, déclaration du 3 mars, 1790 ; Arch. nat. Min. Central, I 281, 27 mars 1719. Il (...)

15L’exemple d’un autre type d’ensemble locatif ordonnancé se trouve chez les Bénédictins mauristes de Saint-Germain-des-Prés. Les religieux de Saint-Germain entreprirent à trois reprises la construction des ensembles locatifs dans leur enclos : les projets s’étalèrent sur une période de presque cent ans. Un premier groupe de bâtiments fut érigé en 1696, un chantier très ambitieux, sous la direction de l’architecte Dailly, fut commencé en 1715, et un dernier projet acheva les travaux en 178613. Ces ensembles formaient des immeubles d’appartements, loués par étage. Les Prémontrés réformés de la Croix-Rouge bâtirent également 11 immeubles à loyer de part et d’autre de leur couvent sur les rues de Sèvres et du Cherche-Midi14, ces bâtiments formaient un ensemble harmonieux, même si leur construction s’étala tout au long du xviiie siècle.

16Les autres ensembles, non ordonnancés, résultent le plus souvent des achats ou des dons faits au profit des communautés. Sans doute le meilleur exemple de ce type de domaine est celui du collège des Grands Carmes de la place Maubert. Le collège possédait 14 immeubles situés au pourtour du couvent. Les Petits Augustins du faubourg Saint-Germain possédaient 18 maisons qui ceignaient leur cloître. Les Théatins avaient créé par voie d’achat un parc immobilier de 7 bâtiments autour de leur couvent : 3 immeubles donnaient sur la rue de Bourbon, derrière leur église ; quatre autres immeubles flanquaient leur couvent sur le quai Malaquai. Les immeubles avaient été acquis à des dates différentes. Plusieurs campagnes de construction avaient été entreprises depuis 1720 afin de renouveler ce parc. Les Théatins firent construire vers 1774 un bâtiment à loyer sur le quai et ensuite un autre sur la rue de Bourbon. Des cas semblables se retrouvent chez les Grands Carmes et les Petits Augustins qui avaient construit des immeubles à des époques différentes. Signalons l’ensemble « partiellement » ordonnancé du noviciat des Feuillants. Ce dernier ensemble comprenait cinq unités locatives dont deux faisaient partie intégrale du couvent. C’était l’unité formelle de celui-ci qui nous autorise de parler d’un ordonnancement.

17Si les partis architecturaux nous permettent de différencier les parcs locatifs selon leur forme, il est tout aussi intéressant de saisir les variations entre eux qui tenaient à la qualité de leurs locataires. Les grands ensembles ordonnancés des Dominicains et des Carmes déchaussés accueillaient un monde aristocratique dont témoigne la présence du duc de Saint-Simon, locataire des Dominicains. En 1743, les Carmes déchaussés comptaient parmi leurs locataires Thomas de Dreux, le marquis de Brezé, le duc de Mirepoix, le comte de Rottembourg, Louis de Brancas, et un certain Mylord Bateman.

  • 15 Il faut insister sur le fait que les communautés donnaient leur pratique à une étude de prédilecti (...)

18Il est possible, à partir d’un dépouillement systématiquement des études notariales dont se servaient les communautés, de reconstituer la filiation des locataires des ensembles compacts sur de longues périodes15. Or, ces recherches longues et difficiles seront d’autant plus gratifiantes qu’elles révèlent la vie d’un quartier entier. Pour monter un exemple d’une reconstitution, prenons comme objet d’étude le parc locatif des Grands Augustins.

LES LOCATAIRES DE LA RUE DAUPHINE

19Les Grands Augustins ont fait bâtir sur les deux cotés de la rue Dauphine, ainsi que sur le côté oriental de la rue de Nevers, un ensemble de 30 maisons locatives. Ces bâtiments furent construits lors de plusieurs compagnes qui commencèrent en l’an 1608 et s’achevèrent vers 1718. Les religieux possédaient également deux maisons, accolées au couvent, sur la rue des Grands-Augustins.

20La population de la zone occupée par les locataires des Grands Augustins était nombreuse. Les immeubles comportaient en moyenne quatre étages carrés, ils étaient coiffés soit de greniers soit de galetas.

21En supposant que chaque étage ne logeait que 4 personnes (un taux d’occupation plutôt bas), 512 âmes formeraient la population de base. Signalons également que la rue Dauphine, qui connaissait une circulation intense, avait une forte vocation commerciale grâce à l’enfilade de boutiques de chaque côté. Population dense et importance commerciale se conjuguent face à un type d’occupation du sol plus lâche dans le quartier environnant où de grands hôtels prédominaient, pour mettre en exergue le rôle primordial que jouait dans la vie quotidienne des riverains la zone locative des Grands Augustins.

Les maisons sises rue Dauphine qui appartenaient aux Grands Augustins en 1790 (La partie inférieure du plan correspond au quai des Grands-Augustins. Tous les immeubles avaient cinq étages)

Les îlots des Grands Augustins vers 1735 d’après le plan de Louis Bretz dit « de Turgot » © Photothèque des musées de la Ville de Paris. Cliché Joffre.

LES LOCATAIRES PRINCIPAUX

22D’emblée il convient de signaler que l’état documentaire n’autorise une connaissance détaillée que des locataires principaux. Malgré cette lacune, en recoupant les diverses sources—qu’il s’agisse des répertoires de titres, des déclarations remises par les religieux au bureau diocésain ou à la municipalité, ou des baux déposés au Minutier central des notaires parisiens—nous pouvons remonter la filiation des locataires jusqu’au début du xviie siècle. Dans le courant du xviiie siècle, les renseignements devinrent pléthoriques.

23Qui furent les locataires principaux de ce parc locatif ? Nous possédons les noms et les qualités de 252 d’entre-deux. La majorité écrasante furent des artisans ou des commerçants : parmi ces 252 individus nous avons constaté plus de 52 métiers différents. Le lieu n’attira qu’une poignée d’officiers royaux : Adrien Trepine, chef d’office de l’échansonnerie du Roi, louait la maison n° 23 en 1614, un juge de Bercy, André Auzani, l’avait précédemment louée en 1611, trois ans après sa construction. En 1707, Michel Robillard, « officier de la monnaie » louait une maison rue de Nevers portant la cote n° 2 sur notre plan.

  • 16 Cristoforo Contugi, natif d’Orvieto, réussit à obtenir l’approbation royale de sa panacée « Lorvié (...)

24Nous avons trouvé un seul locataire de l’administration royale, Pierre Boquet, « commis dans les fermes du roi », qui louait la maison cotée n° 10 rue Dauphine. Un seul noble, Jean-Louis Contugny, qui se qualifiait « écuyer-valet garde-robe de Mgr le Duc d’Orléans », a honoré le parc de sa présence, et celle-là tient à l’ennoblissement du petit-fils de Christophe Contugy, créateur et fabriquant de Lorvietan16. On trouve un seul médecin, le professeur Dionis de la Faculté de Médecine, deux chirurgiens, mais une foison d’« opérateurs du roi » ou « experts pour les dents », entendons des experts de l’extraction dentaire. Or au xviiie siècle, le Pont Neuf était fréquenté par de tels praticiens vantant leurs méthodes. Parmi les artisans, il faut signaler la présence de nombreux fourbisseurs ; ceux-ci étaient certainement liés à la communauté des Grands Augustins par une confrérie puisque les fourbisseurs célébraient la fête de leur saint patron, saint Jean-Baptiste, le 24 juin dans l’église des Augustins.

  • 17 Arch. nat., LL 1471, fol. 218.

25C’étaient surtout les libraires qui dominaient l’univers de boutiques au pourtour du couvent, 19 résidents qualifiés de « libraire » sont énumérés dans les documents, en deuxième lieu figuraient les marchands de vin, avec 14 noms, les rôtisseurs, 12 noms, les épiciers, 10 noms, les merciers, 9 noms, des marchands perruquiers, dont nous avons décompté 8, 7 cordonniers, 6 pâtissiers, 6 marchand limonadiers, et 5 experts pour les dents aussi affublés du titre « opérateurs du roi ». A part les marchands perruquiers, l’on retrouve également 3 barbiers-perruquiers-étuvistes qui assuraient la propreté des Parisiens dans l’immeuble formant l’encoignure de la rue Dauphine et du quai de Conti. En 1711, c’était Charlotte Bonnelle, « fille propriétaire d’une place de l’un des 200 barbiers perruquiers étuvistes et baigneurs à Paris, léguée par Legendre son beau-père »17. A partir de l’an 1717 ce fut Louis Rolland, barbier-perruquier, qui louait l’immeuble. En 1761, lors de la signature du bail, ce Rolland fut indiqué comme « Lieutenant du premier chirurgien du Roy dans la communauté des Maîtres Perruquiers », nous ne savons pas s’il s’agit du même Rolland ou du fils.

26La période moyenne d’habitation était de 15 ans. Comme toute moyenne, elle cache d’importantes variations. Il arrivait qu’une même famille louât l’immeuble pendant un long intervalle. Si les Jaillot nous présentent le cas le plus frappant, avec une période d’occupation de 140 ans, il n’est pas le seul. Les Contugy occupèrent la maison n° 4 pendant 90 ans. Une famille d’horlogers, les Voisins, habita la maison n° 6 pendant 68 ans. La maison n° 7 fut pendant 53 ans l’habitat des Laumiers, une famille de marchands de fer ou quincailliers. L’immeuble répondant à la cote n° 9 accueillit la famille Leblanc, des orfèvres, pendant 54 ans (de 1696 à 1750), ensuite une famille de fourbisseurs, les Pasques, habita le même immeuble de 1750 à 1790. Une famille de rôtisseurs habita la maison n° 6 pendant 44 ans. Ce dernier cas est d’autant plus intéressant que la continuité d’occupation par la même famille fut assurée grâce à deux alliances de la dame Genteau, épouse en premières noces de Edme Ruet et en deuxième noce de Pierre de Mousty, la famille Ruet-Mousty occupa la maison de 1706 jusqu’en 1761.

  • 18 La maison fut construite en 1688. donc il se peut qu’une autre profession s’y pratiqua pendant une (...)

27Une seule maison garda le même métier depuis sa construction : il s’agit de l’immeuble n° 12, où 6 pâtissiers exercèrent leur vocation depuis 169818.

28Enfin constatons la présence de 13 veuves et un veuf, avec des cas assez fréquents de remariage. Les cas de veuvage sont d’autant plus importants que certains cas de veuvage durent donner lieu à des inventaires après décès. Le décès du partenaire n’entraînait que rarement une rupture de métier ; c’est la veuve qui continuait dans l’exercice du métier du mari.

  • 19 Arch. nat. Min. central, LXVI 536.

29Il est clair que les Grands Augustins, par leur choix de locataires ainsi que les conditions qu’ils imposaient à leurs locataires, influaient profondément sur la structure sociale du quartier. Un bail accordé à Jean Nöel Bigand spécifiait qu’il « ne pourront... louer lad. maison ou portion d’icelle à gens travaillans de marteaux, comme marechaux, serruriers, chaudronniers, taillandiers, batteurs de ressorts, artificiers ; farceurs et joueurs de marionnettes, ni permettre aucun assemblées en ladite maison »19.

Quelques exemples détaillés

30La rangée de quatre maisons sur le quai (numérotées 1 à 4 sur le plan ci-dessus) fournit un point de départ. Nous disposons des noms et qualités de 36 locataires de ces maisons. Les dates des premiers baux remontent à 1642 (dans le cas de deux maisons), à 1650 et à 1649 pour les autres.

  • 20 Un bail de l’an 1671 lui attribue la qualité de « sculpteur ».

31Des libraires, des graveurs et des géographes renommés occupèrent les maisons n° 1 à n° 3 presque dès leur construction jusqu’à la Révolution. Un distillateur, Jean Aumont, loua la première maison de 1642 à 1656, soit 14 ans. Ensuite, le marchand imagier, Nicolas Berey l’occupa pendant 15 ans. Le gendre de Nicolas Berey fut le géographe Alexis Hubert Jaillot20, fondateur d’une dynastie de géographes et dont le petit-fils, Jean-Baptiste Renou de Chauvigné, figure parmi les plus célèbres topographes parisiens. Alexis Hubert Jaillot dut reprendre le bail à la mort de son beau-père, dont le décès se situe entre 1669 et 1671. Son fils, Bernard Jean Hyacinthe, continua le bail en 1715. En 1727 c’est la veuve d’Alexis Hubert en deuxième noce, Charlotte Orbanne, qui reprit le bail. Or, en 1731, Charlotte Orbanne vendit le fonds de commerce de son mari à Bernard Antoine, fils de Bernard Jean Hyacinthe, et petit-fils de Hubert Jaillot par son premier mariage. Bernard Antoine dut mourir vers 1749 ; l’une de ses quatre sœurs signa le bail cette année-là. La cadette des sœurs, Françoise Jaillot, épousa le 6 février 1755, son cousin germain Jean-Baptiste Renou de Chauvigné qui reprit le bail en 1758 jusqu’à sa mort 1780. La famille Berey-Jaillot occupa la maison pendant 110 ans. Ensuite, la maison fut reprise par Sieur Louis-Pierre Florimond Lennel, « ingénieur du Roi et de la Marine et fabriquant d’instruments mathématiques ».

  • 21 Arch. nat. Min. Central. LXVI 536, 31 mars, 1762.

32La maison n° 2 avait également connu une grande stabilité de locataires. Pendant 61 ans, de 1650 à 1711 un certain Bernard Vaultrer qualifiée de « bourgeois de Paris » y habita. En 1711, Pierre Riboux, marchand libraire, signa le bail. Riboux y resta jusqu’en 1727 lorsque Jean-Baptiste Claude Bauche, marchand libraire, et son épouse, Marie-Anne de May, la prirent en location. Bauche, qui loua la maison jusqu’en 1773, épousa en deuxième noces Thérèse Françoise Rollin dont le nom figure sur un bail passé en 176221. Bauche fut locataire donc pendant 46 ans. En 1773, c’était un autre libraire, Pierre Denis Couturier, qui s’y installa. Il y demeurait encore en 1790, soit 17 ans après. Les locataires principaux furent des libraires pendant au moins 79 ans.

33La maison n° 3 connut une longue période de 130 ans où se succéda une série de libraires. Dès son achèvement en 1642 jusqu’en 1650 ce fut Nicolas Le Quint, opérateur du Roi, qui y habita. Ce même Le Quint prêta 10 000 l.t. aux Grands Augustins en 1641. A partir de 1650 ce fut un bourgeois de Paris, Jean Demay, qui occupa la maison. En 1660, ce fut Denis David, libraire, qui signa le bail. Vingt ans plus tard, en 1680, un autre libraire, Laurent Dhoury, reprit la location. Dhoury décéda deux ans plus tard, sa veuve, Madeleine Bauples, signa le bail suivant. La veuve Bauples semble avoir épousé un autre libraire, Claude Jombert, à la suite. Ce même sieur Jombert, ou l’un de ses fils, renouvela le bail au même loyer de 700 l.t. jusqu’en 1722. Nous savons que les Jombert furent une famille de libraires, car déjà en 1637 un Jean Jombert, libraire, louait une maison sise rue des Augustins. En 1722 un nouveau bail fut signé par Marie Marguerite Rivet veuve du libraire Etienne Papillon. La veuve Rivet épousa-t-il le libraire Jacques Langlois entre 1722 et 1728 ? Ceci semble fort probable puisque le bail passé en 1728 avec ce dernier ne connut aucune augmentation tandis que le bail suivant, signé en 1731, connut une hausse de 12 %. Le nouveau locataire, Pierre Michel Brunet, y resta à peine 11 mois, en 1732 le libraire Pierre Gandouin reprit la maison. Gaudouin et son épouse, Marie Charpentier, y demeurent jusqu’en 1750, au moins. Ce fut à cette date qu’une Madeleine Gaudouin devint le locataire principal. Nous ne savons pas s’il s’agit de la fille des précédents ou de la veuve de Pierre Gandouin. En 1761, le signataire du bail est un Monsieur Gilbert, libraire ; en 1778, c’était Jean-François Merigot et en 1790 un autre libraire, M. Royer.

***

34En guise de conclusion, j’insiste sur la méthodologie esquissée ici. Pour comprendre bien la société des quartiers, il nous incombe de connaître la distribution spatiale des habitants. Les localiser n’est pas une chose facile avant l’ère des bottins. Or nous voici devant une méthode qui permet de situer au moins une partie des habitants d’un quartier dans leur contexte géographique. De surcroît, nous pouvons suivre l’évolution des occupants sur des périodes assez longues. A l’aide des inventaires après décès, et des rapports des commissaires de police, l’on devrait arriver à cerner de plus près la vie des personnes ainsi localisées. C’est le début de la reconstitution sociale des quartiers d’autrefois. Une fois les qualités et les rapports familiaux des habitants établis, nous serons en mesure d’élaborer des hypothèses sur tout un pan de la vie urbaine qui jusqu’à présent nous échappe en grande partie : les noms et les coordonnées des riverains.

Annexes

ANNEXE

La liste de métiers recensés

La liste de métiers recensés

Notes

1 Sur l’étude des quartiers administratifs : R. Pillorget, J. De Viguerie, « Les quartiers de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’Histoire Moderne el Contemporaine, t. XVII, avril-juin 1970, p. 253-277 ; R. Descimon et J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie siècle, évolution d’un espace plurifonctionnel », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1979, p. 956-974.

2 Sur la question de l’identité subjective du quartier : A. Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne : ambiguïté et perspectives d’une histoire », Histoire, Économie et Société, n° 3, 1994, p. 427-439. Le professeur Cabantous émet une quantité de réserves sur l’identité strictement topographique d’un quartier.

3 Les habitants intra muros furent exemptés de la taille à la suite de l’occupation anglaise : J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin Je la Guerre de Cents Ans. Les rôles d’impôts de 1421, 1423, 1438, Genève, 1970. Certaines taxes levées ponctuellement aux xvie et xviie et xviiie siècles apportent des informations détaillées sur les habitants : J.-P. Babelon, « Les quartiers de Paris au xvie siècle », dans Les quartiers de Paris du Moyen Âge an début dit xxe siècle, Paris, Cahiers du Crépif, n° 38, 1992, p. 55.

4 « La propriété privée connaît à Paris de très fréquentes mutations ». J.-P. Babelon, Demeures parisiennes sous Henri IV et Louis XIII, 3e éd., Paris, 1991. p. 65. Un exemple d’un parc locatif privé est celui des maisons sur le Pont-au-Change construit par l’entrepreneur Maréchal, H. Ballon, The Paris of Henry IV, New York, 1991.

5 Dans les rares cas contraires, ils réinvestissaient les recettes d’une vente dans un autre placement considéré plus rémunérateur. Dans le cas des communautés ecclésiastiques, leurs patrimoines étaient souvent grevés des obligations spirituelles à l’égard des donateurs ; surtout l’obligation de célébrer des messes à l’intention des défunts. Les fonds pour assurer l’acquit de ces rites souvent en forme de rentes constituées étaient réinvestis dans des biens immobiliers.

6 Expilly, art. « Paris », dans Dictionnaire Géographique Historique et Politique des Gaules et de la France, t. V. Amsterdam. 1768, p. 401.

7 Arch. nat., Q1* 1099 56.

8 Ces statistiques proviennent soit des déclarations des décimes remises au bureau diocésain, soit des déclarations remises au greffe des Gens de mainmorte pour acquitter les droits d’amortissement, soit des déclarations remises à la municipalité parisienne au cours des années 1789 et 1790. Sur les diverses sources de ces données, P. Perluss, Les Communautés régulières d’hommes de la rive gauche dans l’univers urbain parisien au xviiie siècle, thèse, Université de Paris IV, 2003, surtout les chapitres 3 et 4.

9 M. Fosseyeux. L’hôtel-Dieu de Paris au xviiie et xviiie siècles, Paris, 1912, surtout pour le domaine urbain, p. 136-142 et 353-375.

10 Arch. nat. Min. Central, XCI 736, 24 juin 1732, quittance de 92 107 l.t. : Arch. nat. Min. Central, XCI 801, 22 juillet 1744, quittance par Claude Bonneau aux Carmes déchaussés de 188 102 l.t. 14 s. en acompte sur le prix des travaux faits pour la construction de deux hôtels rue de Regard et rue du Cherche-Midi ; Arch. nat. Min. Central, XCI 805, 30 septembre 1744, quittance de 86 897 1. 6 s. pour solde du prix des travaux.

11 M. Dumolin, « Los maisons du noviciat des Jacobins et leurs locataires », dans Annexe au procès-verbal de la séance du 23 février 1929 de la Commission du Vieux Paris.

12 I. Farguell, La construction d’ensembles locatifs à Paris par des communautés ecclésiastiques sous Louis XIV, thèse de l’École nationale des Chartes, 1997, p. 161.

13 Arch. nat. Min. Central, XCI 630, pour le devis et marché de 1715.

14 Arch. nat, S 4340, déclaration du 3 mars, 1790 ; Arch. nat. Min. Central, I 281, 27 mars 1719. Il s’agit d’un marché pour la reconstruction de leur église, ce qui permit l’élévation de plusieurs bâtiments à loyer.

15 Il faut insister sur le fait que les communautés donnaient leur pratique à une étude de prédilection ; mais il arrivait que des actes fussent passés devant d’autres notaires que ceux habituellement employés : les Carmes déchaussés déposaient la plupart de leurs actes chez l’étude cotée XCI, les Feuillants furent des fidèles de l’étude XLVI, les Chartreux et les Grands Augustins confiaient les leurs à l’étude LXVI.

16 Cristoforo Contugi, natif d’Orvieto, réussit à obtenir l’approbation royale de sa panacée « Lorviétan ». Contugi se serait d’abord affublé de l’appellation Lorvietano : les origines et la dérivation du nom de la thériaque sont plus claires que sa composition qui comprenait, selon A. Franklin (citant Pomet, Histoire des drogues, 2° part., p. 67), « vingt-sept substances dont les plus utiles paraissent avoir été la thériaque vieillie et "des vipères sèches garnies de leur cœur et de leur foie" », A. Franklin, Dictionnaire Historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le xiiie siècle, Marseille, 1990 (réimp. de l’éd. de 1905-1906), t. II, p. 527-528.

17 Arch. nat., LL 1471, fol. 218.

18 La maison fut construite en 1688. donc il se peut qu’une autre profession s’y pratiqua pendant une dizaine d’années.

19 Arch. nat. Min. central, LXVI 536.

20 Un bail de l’an 1671 lui attribue la qualité de « sculpteur ».

21 Arch. nat. Min. Central. LXVI 536, 31 mars, 1762.

Table des illustrations

Légende Les maisons sises rue Dauphine qui appartenaient aux Grands Augustins en 1790 (La partie inférieure du plan correspond au quai des Grands-Augustins. Tous les immeubles avaient cinq étages)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Les îlots des Grands Augustins vers 1735 d’après le plan de Louis Bretz dit « de Turgot » © Photothèque des musées de la Ville de Paris. Cliché Joffre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre La liste de métiers recensés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter