Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Troisième partie. Culture du petit peuple. Systèmes, conduites, valeurs

La vie domestique et ses conflits chez un maçon bolonais du XVe siècle

Christiane Klapisch-Zuber

Texte intégral

1Le lecteur des livres de famille et des ricordanze florentines a souvent le sentiment que le monde familial de la bonne société marchande du Quattrocento était parfaitement policé et ses mécanismes bien huilés. Ou, s’il n’est pas trop naïf, il soupçonne vite que, derrière la glaçure des comportements rituels, des formules consacrées et des notices sur les opérations patrimoniales, professionnelles ou « amicales », il pouvait se cacher des aspérités, des tensions, des cassures, transitoires ou irrémédiables, que rituels et contrats avaient justement pour mission de résorber.

  • 1 Sur les livres de famille italiens, voir F. Pezzarossa, « La memorialistica fiorentina tra Medioev (...)

2Il faut ici rappeler que « livres de famille » ou ricordanze ont pour première mission de rassembler à l’intention de l’écrivant et de ses successeurs et de mettre « éternellement » à leur disposition les informations qui leur permettront de tenir leur rang dans la société, de conserver ou d’améliorer leur statut, d’honorer leurs engagements et d’exiger leur dû1. Les livres de familles tiennent avant tout le registre des obligations matérielles et morales entre ancêtres et descendants, proches et parents, amis, voisins, clients et dépendants. Le vernis du prêté/rendu escamote la réalité des conflits. L’auteur d’un tel livre ne se propose que très secondairement, au xve siècle, de dire par l’écriture son intériorité, de faire retour sur lui-même, de décrire, au-delà de la réalité de ses rapports avec ses proches, ses amis ou ses ennemis, les sentiments qu’il nourrit à leur égard.

  • 2 Il n’est pas facile de savoir comment se faisait appeler notre héros, si Pelacan est un nom de fam (...)
  • 3 L’original autographe est conservé à la Biblioteca Comunale de Bologne. Une copie du xviiie siècle (...)

3Le livre qu’a laissé un maçon bolonais, Guasparre di Filippo di Domenico di Nadi Pelacan (1418-1504), que nous appellerons plus simplement Gaspare Nadi2, donne une image bien différente de celle que les classes aisées nous ont laissée d’une vie familiale soi-disant apaisée. Le Diario de Gaspare a deux avantages exceptionnels3. Il permet une incursion hors des milieux favorisés – aristocratie marchande et, parfois, monde de la boutique ou de l’artisanat coutumiers, au moins en Toscane, de l’écriture au quotidien dès le xive siècle. D’autre part, Gaspare a certes ouvert son livre à une date imprécise – à la différence de ses éditeurs qui placent vers 1460 le début de l’écriture, je soupçonne qu’il a commencé le Diario vers l’âge de 35 ans, quand il assume la direction de sa famille au retour d’une longue expatriation en Toscane (1445-1452), et c’est peut-être de la société toscane qu’il reprend ses habitudes d’écriture comptable et personnelle. Or, si ses premiers ricordi récapitulent les événements de ses trente premières années de vie plutôt qu’ils ne les enregistrent au jour le jour, Gaspare a ensuite tenu assidûment son livre pendant une cinquantaine d’années, et il s’est montré de plus en plus prolixe au fil des ans. Dans les deux dernières décennies de sa vie, quand il compte entre 65 et 85 ans, cette partie du Diario, qui couvre la période des Guerres d’Italie, regroupe les deux tiers des ricordi.

  • 4 Diario bolognese di Gaspare Nadi, a cura di C. Ricci e A. Bacchi Della Lega, Bologna, Gaetano Roma (...)
  • 5 Ibid., p. vii-xvi, où les éditeurs ne font qu’une bouchée des prétentions de leurs prédécesseurs à (...)

4La chronique politique et militaire occupe une place importante dans ce journal. Les observations de Gaspare sur la marche du monde, vue depuis sa paroisse bolonaise, deviennent même vers la fin de sa vie la matière dominante de son livre, où elles occupent jusqu’aux trois quarts des ricordi, contre le tiers ou la moitié avant l’âge de 60 ans. C’est évidemment cet aspect qui a retenu l’attention de l’historiographie ancienne et, de ce point de vue, les éditeurs de notre maçon ont su reconnaître, en 1886, le caractère exceptionnel de son livre4. Ils ont eu aussi le mérite de rendre à Gaspare sa vraie identité en dénonçant les érudits qui, avant eux, avaient refusé qu’un humble maçon ait pu tenir un « journal » à l’image des élites citadines et en avaient fait un architecte de renom en lui attribuant plusieurs des meilleures constructions érigées dans la Bologne de la seconde moitié du xve siècle5.

  • 6 R. A. Goldthwaite, The Building of Renaissance Florence. An Economic and Social History, Baltimore (...)
  • 7 Diario, p. 5. Il se place à l’âge de seize ans comme domestique chez un certain Gaspare di Guido q (...)
  • 8 Du moins n’en parle-t-il guère ; voir cependant p. 39, 83, 229.
  • 9 Le Diario couvre à peu d’années près la seigneurie de Giovanni II Bentivoglio (1462-1507). Outre l (...)

5Gaspare Nadi n’est de fait qu’un pauvre homme qui gagne petitement sa vie, un travailleur manuel qui tombe plusieurs fois des échafaudages et ne réchappe que par miracle de ces accidents du travail, en en gardant cependant de lourdes séquelles physiques6. C’est un simple maçon, mais, avant d’apprendre sur le tas son métier, il était dans son adolescence entré en service à la condition qu’on lui apprît à lire et à écrire7 ; signe qu’il aspirait à disposer de cet outil de l’écriture si chichement réparti au-dessous du niveau des artisans et des boutiquiers et plus tard, lorsqu’il tiendra son livre, il jugera digne de rappeler une décision si judicieuse, qui nous a valu son livre. Gaspare, toutefois, est un maître qui ne possède que son savoir-faire et ses outils manuels ou intellectuels, et qui sa vie durant ne semble avoir dirigé ni boutique ni équipe permaente8 ; un travailleur du bâtiment qui doit s’expatrier quand les chantiers de sa ville tombent en léthargie pour une raison politique ou économique ; un bâtisseur évidemment client de la famille des seigneurs de la ville, les Bentivoglio, pour lesquels il travaille souvent, dont il rapporte les menus faits et gestes dans son livre9 et dont il endosse les yeux fermés les positions politiques – ce qui lui vaut peut-être ses élections successives à la charge de massaro dans la corporation des maçons et, à ce titre d’officier corporatif, quelques charges communales inférieures. Mais, somme toute, c’est quelqu’un que j’inclurais volontiers dans cette population des « petits », un vaste groupe fait non pas d’exclus ni de marginaux, mais d’« humbles », de non-possédants, de travailleurs manuels – des gens qui ne refusent pas de s’engager dans la vie de leur cité, par le canal de la vie associative, des confréries, des fêtes et des manifestations publiques, par l’urbanisme aussi dans le cas de notre maçon, et qui se passionnent pour sa vie politique, bien qu’ils soient maintenus à la lisière de son exercice réel et n’y participent guère que par le regard : bref, des citoyens de deuxième, voire de troisième zone.

  • 10 Sont rapportés 26 naissances vivantes (plus neuf fausses-couches ou enfants mort-nés), 19 décès et (...)

6En baptisant Diario ce que Gaspare appelle simplement son « livre », ses éditeurs du xixe siècle ont évidemment souligné son caractère de chronique citadine tenue au jour le jour ; mais ils lui ont aussi conféré par ce titre un statut qui reflète le penchant de leur propre époque pour le « cher journal ». Ils lui ont en somme attribué d’emblée un caractère intimiste, lequel demande à être vérifié. Les ricordi, je le répète, ne sont, par nature, orientés ni vers l’introspection ni vers l’autobiographie. En revanche, ils sont traditionnellement consacrés aux événements de la vie domestique et privée. Pendant la plus grande partie de sa vie et jusqu’au seuil de la vieillesse, Gaspare réserve en effet entre 50 et 60 % de ses notices à des faits ressortissant de la sphère privée ; mais ces ricordi sont secs et consignent rarement ses réactions personnelles10. En revanche, s’ils deviennent relativement moins nombreux dans ses vingt dernières années, ils s’enrichissent alors de notations affectives.

  • 11 Sur le notaire ser Cesare Nappi (ASB, Arch. Notarile, Notaio Cesare Nappi seniore, 1483-1501), voi (...)

7Le « journal » de Gaspare ouvre donc un foyer fort modeste à nos inquisitions sur la vie domestique au xve siècle. Il permet d’en confronter les rapports internes et les conflits familiaux avec ceux des maggiori de Gaspare, des gens plus haut placés que lui sur l’échelle sociale – les notables florentins bien sûr, gros producteurs de livres de famille, mais aussi des bolonais puisqu’il survit dans cette ville quelques livres de notaires et d’autres citoyens11. De 1480 à sa mort, le Diario en dit long sur l’harmonie des relations conjugales, l’autorité des parents sur les enfants, la soumission des jeunes à leurs aînés dans ce milieu populaire. Aspects qui méritent certainement plus ample discussion et la comparaison avec les attitudes courantes chez les riches : je ne ferai qu’en esquisser quelques traits, en cherchant à voir comment les comportements des membres de cette famille de petites gens répondent aux contraintes spécifiques de l’organisation familiale et aux espérances professionnelles individuelles propres à ce groupe social.

***

  • 12 Diario, p. 22, 23, 25-27, 56, 63-64.
  • 13 Ibid., respectivement p. 106-107, 110, 112, et p. 47-48.

8Partons du mariage. Il n’occupe certainement pas la même place chez ce « petit », ce minore, que dans les bonnes familles toscanes ou bolonaises. Le rituel est simplifié, quelques allusions à peine sont faites à son déroulement, que nous voyons comme en accéléré12. Gaspare évoque neuf mariages ou remariages, dont ses trois unions, mais il ne s’étend un peu que sur ceux de ses trois filles, parce qu’ils comportent des clauses particulières dont il faudra reparler, et sur le remariage de la veuve d’un demi-frère, parce que la rapidité de sa conclusion, après la mort du premier mari, fit jaser le voisinage13. Dans leurs rituels comme dans leurs suites, à peine évoquées à l’occasion des quitus de dots, les noces s’effacent dans le livre de Nadi devant les formes de la vie domestique et les aléas de la vie conjugale qui, eux, occupent le devant de la scène.

  • 14 Ainsi en va-t-il en Toscane au xve siècle ; voir D. Herlihy et Ch. Klapisch-Zuber, Les Toscans et (...)

9Ce qui chez ce maçon différencie les formes d’organisation domestique de celles des Bolonais ou des Florentins plus riches, c’est d’abord la souplesse des formules de co-résidence. Les lignages de l’aristocratie citadine, et même les milieux de plus menus possédants excluent résolument toute forme d’organisation domestique qui ne se plierait pas aux contraintes de la fondamentale patrilinéarité, laquelle règle la transmission des biens symboliques – le nom, les armoiries, les sépultures et chapelles, etc. – ou des possessions et des droits matériels : biens patrimoniaux, parts de maisons et de tours, participations dans les sociétés commerciales, droits aux aliments, etc. Dans ces couches favorisées de la société, le mariage ne se fait jamais en gendre, la préférence va sans conteste à la résidence patri-virilocale, le « feu » bannit alliés, affins et collatéraux maternels, les « beaux » et leurs descendants14.

10À l’inverse, Gaspare Nadi confirme les rares observations faites à partir de données globales sur le petit peuple de Toscane. Dans ces milieux, la diversité des configurations domestiques est très grande et le cycle de développement familial, c’est-à-dire la suite des formes qu’affecte le feu sur une ou plusieurs générations successives, diffère sensiblement de celui des lignages citadins respectés.

11Comme le représente la figure I-3, à Prato où il a suivi la famille de sa femme, Gaspare semble avoir cohabité avec ses parents par alliance. De retour à Bologne, après la mort de son beau-père, il accueille chez lui pendant trois ans sa belle-mère (fig. I-4 et 5). Sa première union a donc été un mariage « en gendre », et son ménage bolonais, après son retour, en a gardé la trace. Il faut insister sur la possibilité, dans le milieu de Nadi, de ces formes, pleines ou résiduelles, de cohabitation d’un homme avec sa belle-famille, qui sont au contraire hautement honnies dans la bonne société citadine.

12On ne constate non plus aucune exclusion des parentés indirectes, acquises par le remariage d’un parent. Enfant, puis adolescent, entre deux placements en service ou en apprentissage, Gaspare avait suivi sa mère et habité chez son parâtre, le brave cordonnier auquel elle s’était remariée, situation qui reste exceptionnelle dans les bonnes familles de Florence (fig. I-1). Plus tard, c’est lui, Gaspare, qui aura à jouer le rôle de parâtre, puisque ses troisièmes noces introduiront les deux fils du premier lit de sa nouvelle épouse dans sa propre maison, où il les élèvera pendant une douzaine d’années (fig. I-6). Et finalement, lui-même sera recueilli pour de longues années au foyer de ses beaux-fils, ses fiastri, avant de finir sa vie sous le toit d’un gendre (fig. I-8 et 9). Aucune des diverses formes de parenté par alliance ne semble ainsi exclure la cohabitation.

13Il est enfin remarquable que les parents par les femmes soient traités à l’égal des consanguins patrilatéraux. Peu avant son mariage, Gaspare a constitué une frérèche, mais c’est avec un demi-frère utérin, Pierantonio, né du remariage de sa mère ; une association qui dans les familles de bonne naissance plus pleinement respectueuses des principes de patrilinéarité est à peu près impensable (fig. I-2). À son retour de Prato, il reconstituera cette frérèche pendant quatre ans encore (fig. I-4). Trois ans après sa dissolution, il acceptera quelque temps à son foyer les enfants orphelins de ce demi-frère avant d’en assurer simplement la tutelle.

  • 15 Sur ces notaires, voir ci-dessus la note 11. Je me permets de renvoyer à une étude que je prépare (...)

14Toutes ces combinaisons feraient frémir d’horreur des Florentins et des Bolonais de bonne naissance. Pour rester dans la ville de Nadi, les notaires Cesare Nappi et Eliseo Mamelini, par exemple, ne paraissent pas construire leurs foyers sur un mode différent de leurs collègues florentins ; ici et là ils privilégient des foyers conjugaux acceptant parfois un parent patrilatéral15. Tout indique au contraire qu’un membre du « petit peuple » peut cultiver les liens avec les « beaux » de toute espèce, avec sa parenté par voie féminine, sans voir ni désavantage matériel ni déshonneur à partager un toit avec elle.

***

  • 16 Diario, p. 90 et 92.
  • 17 Diario, p. 106-107.
  • 18 Ibid., p. 110, 112.
  • 19 Ibid., p. 107 et 110.

15La situation domestique des deux dernières décennies de la vie de Gaspare me semble plus encore riche d’enseignements sur les rapports conjugaux et parentaux. Alors qu’il arrive, en 1481, à l’âge de 63 ans, sa troisième femme lui joue un fort mauvais tour. Elle le quitte après une douzaine d’années de mariage pour aller vivre chez ses deux fils, ceux qu’il a élevés et qui, devenus maçons eux aussi, l’ont quitté et volent désormais de leurs propres ailes16. Gaspare, qui a perdu un fils aîné à l’âge de 16 ans, reste seul avec cinq enfants de ses trois lits : trois filles à marier et deux garçons en pleine crise d’adolescence (fig. I-7). Trois ans plus tard, il case les filles en mariage. La seconde, Taddia, est promise avant T aînée, Maria, peut-être parce qu’elle a fauté (la première conception semble prématurée) ; mais, pour des raisons de convenance, les noces sont célébrées en même temps17. La troisième fille, Bernardina, suit quelques mois plus tard l’exemple des premières18. Or, lors de la conclusion de deux de ces unions, Gaspare semble avoir voulu s’assurer un peu de confort domestique en se faisant promettre à tour de rôle par ses gendres qu’ils viendraient vivre chez lui « comme un fils » : deux mariages en gendre, une fois encore, mais qui capotent presque aussitôt – Gaspare, qui a 66 ans, est de tempérament grondeur et devient peut-être un peu radoteur19.

  • 20 Ibid., p. 113.

16Ainsi, Gaspare se retrouve seul avec ses deux fils des deuxième et troisième lits. Les garçons ruent dans les brancards et, en l’absence de leurs mères, sœurs ou demi-sœurs, le plantent bientôt là. Le plus âgé, Geronimo, s’engage chez les Florentins qui guerroient contre Gênes et le second, Antonio, claque bientôt la porte pour rejoindre le foyer de ses demi-frères utérins et de sa mère (fig. I-7). Dans la période d’absolue solitude qui s’ouvre alors, Gaspare reprend son bâton de maçon migrant ; il part travailler sur le chantier siennois de San Francesco pendant six mois, ce qui lui rapporte un gain net de 72 lires – l’une des seules indications, au demeurant, que livre son journal sur ses gains20.

  • 21 Ibid., p. 118-119.

17Cette période de solitude prend fin avec la mort deux ans plus tard du benjamin, Antonio, à Rome. Pour le père, l’événement a d’heureuses conséquences, si l’on peut dire, car la séance de lamentations qui prend place chez la mère séparée provoque aussi la réconciliation des époux : Gaspare est invité par ses beaux-fils à les rejoindre, eux et leur mère son épouse ; ils jurent de le traiter à l’avenir « comme leur père »21. Voici notre Gaspare installé pour le reste de sa vie, du moins le croit-il, chez ses fiastri. Son livre enregistre désormais les naissances et les décès de petits-enfants qui surviennent chez ses filles et ses beaux-fils, ainsi que les maladies, les bobos et les hauts faits scolaires de Ressemin, son préféré, le petit dernier de ce beau-fils Felipo chez qui il vit.

  • 22 Le montant des dots parmi ses proches est mal connu. Gaspare évoque les 100 lires de la dot de sa (...)
  • 23 Ibid., p. 103-104 et 148.
  • 24 Ibid., p. 114, en 1486 pour Maria ; p. 176, en 1493 pour Bemardina.
  • 25 Ibid., p. 161-162.
  • 26 Ibid., p. 239-240.
  • 27 Il est encore massaro dei muratori en 1499, à l’âge de 80 ans, et en 1501, à l’âge de 82 (ibid., p (...)
  • 28 Ibid., p. 174, 222, 251, 282-283, 304.
  • 29 Ibid., p. 213-214.

18Réconciliation générale ? Effacement des heurts entre générations ? Paix des ménages ? Certes non. La configuration domestique dans laquelle vit Gaspare est grosse de conflits. Financiers d’abord. Comme dans les familles de la haute société citadine, le problème des dots, à payer ou à restituer, reste crucial22. Après avoir cédé en 1484 sa maison de Pozale contre 200 lires, sans doute pour payer les dots de ses filles, il la cède contre 150 lires une deuxième fois en 1489 et restitue peu après sa dot à son épouse avec laquelle il a repris la vie commune23 ; durant leur séparation, cette femme avait probablement vécu aux dépens de ses fils, et l’on se prend à mettre en doute le caractère désintéressé de la réconciliation familiale et de l’insistance des fiastri pour que Gaspare s’établisse chez eux ! Par ailleurs, notre maçon finit péniblement de payer les dots de ses filles, dont il reçoit quittance jusqu’à neuf ans après leur mariage24. Bien qu’il aide en 1491 ses beaux-fils à libérer une maison jadis hypothéquée par leur propre père, il semble de plus en plus dépendant de sa famille recomposée25. Sans doute fait-il tout ce qu’il peut pour ne pas apparaître comme un poids mort et pour mériter son couvert. On le voit continuer à travailler entre deux maladies ou accidents : ainsi, il se blesse en 1497 (il a 79 ans) en sciant du bois pour les chantiers Bentivoglio, où les travaux sont dirigés par ses fiastri, et l’année suivante, à 80 ans, il paie encore de ses deniers le pain et le vin pris dehors, quand malade il écrit « ne pouvoir gagner sa vie » (non poso la vita)26. Ayant lui-même atteint les plus hautes dignités professionnelles auxquelles il ait pu prétendre (masaro dei muratori), il favorise comme il peut la carrière de ses filiâtres sur les chantiers et au sein de la corporation27. Ses bienfaits sont souvent payés de retour dans la vie quotidienne et il le note en fondant de gratitude : à diverses reprises, il signale par exemple les attentions dont ses beaux-fils, l’épouse de l’un d’eux, ses filles ou ses gendres l’entourent quand il est alité et qu’il reçoit d’eux visites, petits plats mitonnés et cadeaux de vieux manteau ou de menue monnaie28. Même sa femme fait preuve de bonne volonté. Le ricordo le plus touchant relate un événement dérisoire en date du 23 décembre 1496. Il fait froid et quand Gaspare rentre, il « monte comme à son habitude se mettre à l’aise », avant de redescendre se fourrer au lit, « à trois heures le soir » (c’est-à-dire vers sept heures). Stupeur ! Il « trouve sa femme en train de bassiner le lit, ce qu’elle n’avait jamais fait. Dieu en soit éternellement loué ! »29

  • 30 ... E vene in lo chamin dal fuogo e fe de le soe ussanze de cridare chon tuti e spezialmente chon m (...)
  • 31 Elle serait partie sur l’ordre de Felipo,... Idio me guardi da piezo, e zaschaduno se guardi da mu (...)

19Mais s’il porte au crédit de ses beaux-fils l’heureuse initiative de son épouse, il a plus souvent à rapporter à son livre leurs sautes d’humeur et leurs coups de gueule, qui sont à l’origine des mille petites misères de la vie commune. L’aîné de ses beaux-fils, Felipo, est le chef d’un ménage composite qui héberge, outre sa femme et les enfants du couple, la vieille mère et son époux (notre Gaspare), ainsi qu’un frère célibataire, Zambattista. Felipo n’est pas un homme commode ; il « crie contre tout le monde à son habitude » ; il peut même être violent et rouer de coups sa femme pour ne pas avoir surveillé leur gamin qui s’est brûlé, ou menacer du même sort son beau-père qui n’a pas su fixer une toile à la fenêtre30. Mais Gaspare en veut bien plus au second de ses beaux-fils, Zambattista. Si dans un premier temps il a pensé que Felipo était pour beaucoup dans le départ de son épouse en 148131, il en accuse plus souvent le célibataire – et nous touchons ici au cœur de son problème familial. De l’avis – et au grand dam – de Gaspare, Zambattista voudrait monopoliser une mère qui n’aurait d’yeux que pour son fils cadet. En août 1497, quelques mois après l’épisode fameux de la bassinoire, Catelina décide de dormir avec son fils,

  • 32 Ibid., p. 229-230.

pour son confort, pas pour mon bien, et moi je reste fort mécontent à dormir avec les valets [li garzuni], le lit est tantôt fait et tantôt pas et je fais comme je peux, Dieu me prête patience32.

20Aussi réitère-t-il son avertissement à d’éventuels lecteurs. Ne suivez pas mon exemple, écrit-il,

  • 33 Ibid., p. 230.

ne chevauchez jamais une cavale qui a un poulain, elle retourne souvent en arrière, ergo ne prend pas pour épouse une femme qui a des fils car elle ne s’occupera jamais correctement de toi, et crois-moi, moi qui suis passé par là – Dieu soit loué –, elle [ma femme] s’est querellée maintes fois avec ses fils parce qu’elle voulait qu’ils me chassent de chez eux, et plusieurs fois ils m’ont donné mon congé, mais moi, pour mon honneur, je n’ai pas voulu quitter la maison, car beaucoup de gens savent comment j’habite avec mes beaux-fils, pour mon honneur je n’ai pas voulu partir. Dieu sait la patience qu’il m’a fallu pour préserver mon honneur33.

  • 34 Ibid., p. 310.
  • 35 Gaspare est un gros consommateur d’indulgences (ibid., p. 125, 129, 132, 134, 135, 140, etc.) et d (...)

21La fin de vie de Gaspare offre l’image d’un vieillard dépourvu de toute autorité, remisé dans une retraite indigne et une situation inacceptable dans la bonne société où les hommes même très âgés gardent en main la gouverne du domestique. Comment Gaspare peut-il endurer cette situation trop souvent humiliante ? Une réponse me paraît aller de soi : cette séparation que sa femme lui a imposée et qui l’a si fort blessé, pour rien au monde le vieil homme ne veut la voir se reproduire. Il ne cédera pas à l’invitation de son entourage à déguerpir. Gaspare n’aime pas l’affrontement et dans un conflit il choisit presque toujours de s’effacer ; ici, il oppose une résistance passive particulièrement obstinée face aux injures et il fait la sourde oreille aux menaces. Car, il le répète en 1502 à l’occasion d’une autre querelle avec Zambattista, c’est « pour son honneur » qu’il supporte tout cela et qu’il reste, bien qu’il sache que son beau-fils n’attend que sa mort et celle de Catelina sa mère34. Mais il préfère encaisser en silence ces avanies et les injures de ses filiâtres ; quand il n’en peut plus, il court se réfugier à l’église du coin pour y remâcher sa rancœur ou écouter un prédicateur35.

  • 36 C’est-à-dire depuis l’époque où Zambattista était rentré de Rome ; ibid., p. 175.
  • 37 Ibid., p. 250.
  • 38 Ibid., p. 317, 324-325.
  • 39 Le dernier ricordo de sa main est daté du 2 novembre 1503 ; ibid., p. 333.

22Le ciel si souvent invoqué ne récompensera pourtant pas sa patience et une dernière séparation ne lui sera pas épargnée. Il y avait depuis longtemps quelque tirage entre les deux frères, qui étaient associés sur les chantiers bolonais depuis au moins 149336. En 1499, ils conviennent à la demande de Zambattista, le célibataire, de faire bourse séparée tout en maintenant la cohabitation37. Mais en décembre 1502 ils vendent leur maison pour 1 000 lires et se séparent après avoir divisé leurs meubles. La maison est bientôt vidée. Or que fait Zambattista, le cadet ? Il part vivre avec sa mère dans une maison de location, tandis que son frère, avec femme et enfants, loue une autre maison. Gaspare « avec grande douleur et mélancolie » n’est invité à faire partie d’aucun de ces nouveaux foyers. Il note que Zambattista promet avec bonne garantie de lui transférer la moitié de la dot de sa mère, évidemment pour assurer son entretien et dédommager le gendre qui le recueille. Mais, ulcéré, il confie derechef à son livre que ce même beau-fils « a été par deux fois la cause de ma séparation avec sa mère »38. Il meurt à peine un an plus tard, en janvier 1504, âgé de 85 ans, probablement chez celle de ses filles mariées chez qui il a échoué – nouvelle configuration domestique incongrue pour un Florentin ou un Bolonais bien nés39 (fig. I-9).

***

  • 40 Ibid., p. 47-48.

23Pour Gaspare, vivre avec ses beaux-fils c’est donc préserver son « honneur ». Qu’entend-il par là ? Comme pour Niccolosa, la femme de son demi-frère qui s’était vue blâmée pour avoir, à peine veuve, quitté maison et enfants et rejoint son nouvel époux sans attendre les « épousailles » publiques40, l’honneur de Gaspare repose sur le qu’en dira-t-on et sur la triste réputation qui par cette voie risque de lui être faite. Que craint-il donc ? L’ébruitement de ses difficultés familiales, la fama de mari battu ou maltraité qui menace de l’accompagner montrent assez à quoi s’est réduite son autorité dans les décennies qu’il passe sous le toit de ses beaux-fils.

24Tout au long de sa vie, il est vrai, Gaspare a dû affronter les rébellions de ses fils, leurs foucades, leurs brusques départs sans son autorisation, leurs choix professionnels pris sur un coup de tête – Antonio, qui à onze ans veut être prêtre, fugue à Ferrare peu après, repart pour Rome à treize ans comme serviteur d’un Malvezzi (la famille ennemie des Bentivoglio dont Gaspare est client), quitte ce maître sans son accord, s’en va vivre chez sa mère après une dispute et entre en apprentissage chez un charcutier sans en informer son père, avant de finir à Rome sa courte vie à 17 ans ; l’autre, Gironimo, qui va et vient à travers l’Italie, fugue lui aussi et revient en haillons de Ferrare, prétend successivement apprendre les métiers de tailleur, de boucher puis de militaire, sans toujours demander son consentement à son père ou après s’être disputé avec lui ; quand il se range enfin et entame une carrière de maçon dans le sillage de Gaspare, il a 21 ans – l’âge de mourir. Un petit-fils, Felipo, fils de sa fille Tadia, s’en va aussi à l’aventure « Dieu sait où », à peine atteints ses quatorze ans...

  • 41 Le 27 avril 1451, ibid., p. 27. La violence est partout, et pas seulement sur la scène de la grand (...)
  • 42 Ibid., p. 8, 29, 63, 118-119.

25Les jeunesses, dans le petit peuple, sont vagabondes et se terminent souvent abruptement. Gaspare, qui dès l’âge de neuf ans entrait en apprentissage ou en service, est lui-même un survivant : le survivant de nombreux voyages professionnels et de deux pèlerinages à Vienne, de six accidents de chantier, d'une rixe armée à Prato41, de la peste (dont il réchappe à 18 ans comme plus tard sa première femme, mais qui en 1467 emporte son fils aîné à l’âge de 16 ans ainsi que sa deuxième épouse et, en 1486, son troisième fils qui l’attrape à Rome)42.

26Le Diario fait sentir combien ces apprentissages pleins de risques obligent les jeunes – dans un milieu que définissent non pas le patrimoine et sa transmission, mais les capacités individuelles durement acquises – à revendiquer leur autonomie et leur faculté de décision face à leurs aînés. L’autorité paternelle en pâtit, en tout cas elle ne prend certainement pas les formes qu’on lui connaît dans les milieux plus aisés. Car si des jeunes de bonne famille font des frasques, ils ont généralement assez de bon sens pour ne pas aller jusqu’au point de non-retour et courir le risque d’être déshérités ; de leur côté les vieux n’abdiquent pas leur autorité et ne prennent pas de retraite avant leur mort. Ici, chez les riches, les querelles opposent surtout des frères, et les conflits intergénérationnels sont soit étouffés soit si durs qu’ils en deviennent irrémédiables et provoquent des rejets de parenté. En revanche, les disputes de Gaspare avec ses fils ne mettent pas en cause un héritage bien lourd, et les garçons se heurtent librement au père sans risquer gros à lui désobéir. Gaspare finit toujours par leur pardonner, et il avale toutes ces couleuvres pour préserver l’essentiel.

  • 43 Sa femme fait cinq fausses-couches, met au monde un enfant mort-né et deux enfants ondoyés et sitô (...)
  • 44 Ibid., p. 52.

27L’essentiel, c’est bien sûr le toit et le couvert assurés à ses vieux jours, c’est aussi l'affection des siens : son enregistrement maniaque des attentions qu’on lui prodigue de loin en loin montre qu’il tient très fort à ce chapitre de la vie de famille. C’est peut-être plus encore la fiction d’une autorité patriarcale. Dans son âge adulte, elle ne lui a guère été contestée et son premier mariage semble avoir été heureux en dépit des espoirs de progéniture longtemps et souvent déçus43 ; quand sa première femme meurt en couches après dix-huit ans de vie commune en lui laissant trois enfants vivants, ses regrets sont criants de sincérité44. Dans les années 1450 et 1460, après son retour dans sa ville, Gaspare jouit de toute l’autorité d’un chef de famille pleinement actif et subvenant honnêtement aux besoins des siens. Mais, la vieillesse venant et la fuite de la troisième épouse aidant, cette place et cette autorité lui sont contestées de toutes parts : par les gendres qui refusent de s’y soumettre après l’avoir promis, puis par les fils qui sont restés avec lui mais ne songent qu’à partir – jusqu’au jour où Gaspare accepte enfin d’intégrer, « comme père », non pas comme chef, le groupe domestique dirigé par un fils de sa femme : résignant du même coup le pouvoir réel ou symbolique sur une épouse et des enfants, dont il avait jusque-là maintenu la fiction.

28On ne s’étonnera donc pas qu’il ne parle de son honneur, ou même d’honneur tout court, qu’à propos de ses rapports avec sa femme et ses beaux-fils. Car cette troisième épouse, en somme, l’a trahi avec son fils, et elle bafoue sa prétendue autorité dans le couple et sur le groupe familial. Il y a gros à parier que Gaspare fit tout pour donner à croire, dans le quartier ou le métier, qu’aux côtés de sa femme il tenait encore les rênes du ménage et que ses beaux-fils qui lui devaient beaucoup se comportaient en fils obéissants. Mais qui était dupe dans les voisinages surpeuplés où résonnaient les échos des querelles quotidiennes ? Déchu et malcontento après une vie de labeur, le vieil homme se retrouve sur le tard dans le même dénuement que l’enfant ou l’adolescent qu’il avait été : sans femme, sans maison, sans travail, sans rien pour survivre que la moitié de la dot d’une épouse à nouveau envolée, à nouveau confisquée par son fils.

***

  • 45 Là-dessus, voir I. Chabot, La dette des familles, thèse de doctorat de l’Institut Universitaire Eu (...)

29Peut-être devons-nous voir dans l’épouse volage la grande gagnante de ces péripéties peu glorieuses pour Gaspare. Les arrangements domestiques successifs ont permis à cette femme de préserver un lien dont le système familial des élites italiennes nous montre au contraire combien il était fragile : celui entre la mère et son fils45. Dans le milieu social où évoluent Gaspare et ses parents, les femmes, défiant souvent les jaseries, obligent leurs parents à passer outre leurs réticences et à entériner leurs mouvements et leurs choix de vie. Du reste, la force du lien maternel s’exprime d’autant plus ouvertement chez les petites gens que la survie des orphelins est souvent en jeu. Comme sa propre mère, comme la femme de son demi-frère, trop vite remariée selon les voisins, sa troisième épouse n’a peut-être eu d’autre choix, pour échapper à la misère du veuvage, que de se remarier au plus vite. La liberté dont elle fait preuve par la suite peut étonner, mais elle se comprend dans la mesure où un remariage de raison n’a d’autre but que d’assurer le quotidien et l’éducation des enfants. En abandonnant un mari ronchonneur pour aller vivre chez des fils devenus autonomes, puis en l’acceptant à nouveau dans son lit contre restitution de sa dot, et en choisissant enfin le fils cadet au détriment de l’époux légitime, quitte à céder à ce dernier la moitié de la dot, la troisième épouse de Gaspare paraît autant maîtresse de ses armes financières que de ses préférences affectives.

  • 46 L’expression revient souvent sous la plume de Gaspare dont la première femme portait aussi ce prén (...)

30Une femme comme la « seconde Catelina »46, fille de meunier, veuve de tailleur et troisième femme d’un maçon, doit à la malléabilité des structures domestiques et à la multiplicité des affiliations de parenté admises dans les couches populaires, d’avoir réalisé son rêve : un tête-à-tête avec son fils bien-aimé. Comme en contrepoint, le pauvre Gaspare n’a connu qu’une progressive déchéance des rôles jadis pleinement occupés dans son métier, ses couples successifs, ses relations de père à enfant. L’historien s’afflige volontiers des misères liées au veuvage des femmes. Mais peut-être la situation du vieillard, patriarche manqué ou déçu amené à abdiquer toute autorité, était-elle plus dure encore dans un monde qui faisait si grand cas du pouvoir masculin.

Figure 1 : Formes des ménages où vécut G. Nadi

Figure 1 : Formes des ménages où vécut G. Nadi

Notes

1 Sur les livres de famille italiens, voir F. Pezzarossa, « La memorialistica fiorentina tra Medioevo e Rinascimento. Rassegna di studi e testi », Lettere italiane, 31 (1979), p. 96-138 ; Id., « La tradizione fiorentina della memorialistica », dans G.M. Anselmi, F. Pezzarossa et L. Avellini, La « memoria » dei mercatores, Bologne, 1980, p. 39-149. A. Cicchetti et R. Mordenti, « La scrittura dei libri di famiglia », dans Letteratura italiana, 3. Le forme del testo, (2) La prosa, Turin, 1984, p. 1117-1159 ; I libri di famiglia in Italia, 1. Filologia e storiografia letteraria, Rome, 1985 (La memoria familiare, 1), avec une notice consacrée à Nadi, p. 174, no 8801. Et pour un exemple d’écriture venu du milieu paysan, D. Balestracci, La zappa e la retorica. Memorie familiari di un contadino toscano del Quattrocento, Florence, 1984.

2 Il n’est pas facile de savoir comment se faisait appeler notre héros, si Pelacan est un nom de famille ou de métier, ou si Nadi est déjà de son vivant considéré comme un cognome, un nom de famille fixé et transmissible.

3 L’original autographe est conservé à la Biblioteca Comunale de Bologne. Une copie du xviiie siècle en existe à la Biblioteca Universitaria de Bologne.

4 Diario bolognese di Gaspare Nadi, a cura di C. Ricci e A. Bacchi Della Lega, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1886 (Scelta di curiosità letterarie inedite o rare dal secolo XIII al XIX in appendice alla Collezione di Opere inedite o rare. Dispensa CCXVI) ; réimpr. anastatique, Bologna, Ed. Forni, Commissione per i testi di lingua, 1981.

5 Ibid., p. vii-xvi, où les éditeurs ne font qu’une bouchée des prétentions de leurs prédécesseurs à voir dans Nadi un grand architecte. On notera que la surestimation des compétences de Nadi se perpétue de nos jours ; M. G. Muzzarelli, dans Gli inganni delle apparenze. Disciplina di vesti e ornamenti alla fine del medioevo, Turin, 1996, p. 94, fait de lui un notaio bolognese.

6 R. A. Goldthwaite, The Building of Renaissance Florence. An Economic and Social History, Baltimore, 1980, p. 210 et 296, s’est justement intéressé à certains aspects de la vie professionnelle de Gaspare. À des titres différents, des notices lui sont aussi consacrées par A. Cicchetti et R. Mordenti dans I libri di famiglia in Italia, op. cit., p. 174, no 8801 ; et par J. S. Amelang, The Flight of Icarus : Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford University Press, 1998, p. 320-321.

7 Diario, p. 5. Il se place à l’âge de seize ans comme domestique chez un certain Gaspare di Guido qui paie un maître à la maison pour ses deux fils.

8 Du moins n’en parle-t-il guère ; voir cependant p. 39, 83, 229.

9 Le Diario couvre à peu d’années près la seigneurie de Giovanni II Bentivoglio (1462-1507). Outre les nombreuses pages dédiées aux aléas souvent violents de la vie publique de la famille dominante et aux événements de sa vie familiale et rituelle (les noces princières sont relatées sur quatre pages, p. 120-124), voir la p. 207 du Diario où il récapitule en 1496 la composition de la famille des Bentivoglio.

10 Sont rapportés 26 naissances vivantes (plus neuf fausses-couches ou enfants mort-nés), 19 décès et neuf mariages ou remariages.

11 Sur le notaire ser Cesare Nappi (ASB, Arch. Notarile, Notaio Cesare Nappi seniore, 1483-1501), voir L. Frati, « Un notaio poeta bolognese del Quattrocento », La rassegna nazionale, 25 (1903), vol. 130, p. 26-43. Ser Eliseo Mamelini, Memoriale (1490-1530), dans Cronaca e storia bolognese del primo Cinquecento, éd. V Montanari, Quaderni culturali bolognesi, III, 9 (1979). Voir aussi L. Frati, « Ricordanze domestiche di notai bolognesi », ASI, serie V, t. XLI, a. LXVI (1908), p. 371-383, sur les livres des Mathesselan, 1500-1612 (Bibl. Univ. di Bologna, ms. 1749) sur lesquels je n’ai pu encore travailler, non plus que sur celui des Gozzadini (Bologna, Biblioteca comunale dell’Archiginnasio, Archivio Gozzadini) ; voir « Il “Liber recordationum” (1389-1437) di Gozzadino di Simonino Gozzadini, giureconsulto bolognese. Note biografiche e di cronaca politica in un diario familiale », éd. V Valentini, dans Studi urbinati. Scienze giuridiche ed economiche, n. s., 38 (1969-1970).

12 Diario, p. 22, 23, 25-27, 56, 63-64.

13 Ibid., respectivement p. 106-107, 110, 112, et p. 47-48.

14 Ainsi en va-t-il en Toscane au xve siècle ; voir D. Herlihy et Ch. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978.

15 Sur ces notaires, voir ci-dessus la note 11. Je me permets de renvoyer à une étude que je prépare sur la vie familiale et les comportements démographiques des notaires à Florence et Bologne.

16 Diario, p. 90 et 92.

17 Diario, p. 106-107.

18 Ibid., p. 110, 112.

19 Ibid., p. 107 et 110.

20 Ibid., p. 113.

21 Ibid., p. 118-119.

22 Le montant des dots parmi ses proches est mal connu. Gaspare évoque les 100 lires de la dot de sa demi-sœur Benvenuda mariée en 1445 à un épicier (ibid., p. 26).

23 Ibid., p. 103-104 et 148.

24 Ibid., p. 114, en 1486 pour Maria ; p. 176, en 1493 pour Bemardina.

25 Ibid., p. 161-162.

26 Ibid., p. 239-240.

27 Il est encore massaro dei muratori en 1499, à l’âge de 80 ans, et en 1501, à l’âge de 82 (ibid., p. 293, 304) ; ses beaux-fils le relaient dans ce genre de fonction (p. 304 et passim).

28 Ibid., p. 174, 222, 251, 282-283, 304.

29 Ibid., p. 213-214.

30 ... E vene in lo chamin dal fuogo e fe de le soe ussanze de cridare chon tuti e spezialmente chon mi [...] me dise non iera sone da manzare inbegriannon epoltoron e manegoldo, me vose dare d’un zampin [...], ibid., p. 227-228 ; pour l’épouse battue, p. 241.

31 Elle serait partie sur l’ordre de Felipo,... Idio me guardi da piezo, e zaschaduno se guardi da mugiere che abia fioli perchè non starà mae in passe e questo dicho perché l’ho porvado (Que Dieu me garde du pire, et que chacun se garde d’une épouse qui a des fils, parce qu’il n’aura jamais la paix, et je dis cela parce que j’en ai fait l’expérience) ; ibid., p. 92-93,26 août 1481.

32 Ibid., p. 229-230.

33 Ibid., p. 230.

34 Ibid., p. 310.

35 Gaspare est un gros consommateur d’indulgences (ibid., p. 125, 129, 132, 134, 135, 140, etc.) et de prêches, dont il rapporte parfois succinctement la teneur (p. 164, 179, 194, 309-310, etc.).

36 C’est-à-dire depuis l’époque où Zambattista était rentré de Rome ; ibid., p. 175.

37 Ibid., p. 250.

38 Ibid., p. 317, 324-325.

39 Le dernier ricordo de sa main est daté du 2 novembre 1503 ; ibid., p. 333.

40 Ibid., p. 47-48.

41 Le 27 avril 1451, ibid., p. 27. La violence est partout, et pas seulement sur la scène de la grande politique : son demi-frère Pierantonio est pris dans une autre rixe dont il meurt en 1459 (p. 46) ; son beau-fils Felipo en 1500 (p. 289).

42 Ibid., p. 8, 29, 63, 118-119.

43 Sa femme fait cinq fausses-couches, met au monde un enfant mort-né et deux enfants ondoyés et sitôt morts ; des quatre enfants nés vivants, l’un meurt à deux mois ; ibid., p 26 29, 30, 31, 32, 34, 35, 36, 42, 44, 51.

44 Ibid., p. 52.

45 Là-dessus, voir I. Chabot, La dette des familles, thèse de doctorat de l’Institut Universitaire Européen, à paraître à l’École Française de Rome, 2002, et, pour une vision sensiblement différente, G. Calvi, Il contratto morale. Madri e figli nella Toscana moderna, Bari, 1994.

46 L’expression revient souvent sous la plume de Gaspare dont la première femme portait aussi ce prénom, une première femme qui apparaît comme l’antithèse de la troisième. Autre coïncidence : le premier fils de cette première Catelina, mort à seize ans, s’appelait Felipo comme l’aîné de ses fiastri, fils de la seconde Catelina.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Formes des ménages où vécut G. Nadi
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540