Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Petites et grandes gens : un discours des origines dans les témoignages autobiographiques allemands de la fin du Moyen Âge

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 Ph. Lejeune, Je est un autre : l’autobiographie, de la littérature aux médias, Paris, 1980 et Le pa (...)

1Les réflexions ici proposées tournent autour de questions soulevées par l’approche sociologique et terminologique de la notion historienne de « petit peuple », c’est-à-dire la façon dont les groupes et les individus englobés par l’appellation large de « petit peuple » se sont eux-mêmes perçus et ont perçu les autres, et si ces deux perceptions sont liées. L’un des axes de réflexion peut être ici constitué par le problème de l’ascension sociale ou de la peur de déchoir, mais aussi par celui de l’aménagement de son état, représentation sans doute plus proche de la société médiévale. Pour ce faire, on a retenu une source a priori un peu décalée par rapport au thème d’un colloque consacré aux petites gens (source en quelque sorte prise ici « à rebrousse-poil »), celle des témoignages de nature autobiographique que l’on trouve dans de nombreuses villes de l’Empire à la fin du Moyen Age. Il s’agit là d’une source difficile à manier pour le propos annoncé, si l’on songe que face à la question de ses origines et de son identité, personne n’est obligé de dire la vérité, ce que résume en partie le célèbre « Je est un autre » repris par Philippe Lejeune1 en titre d’une étude célèbre sur le discours autobiographique. Partons simplement du supposé que l’historien peut être autant intéressé par le « je » que par « l’autre » et que c’est précisément dans l’observation du décalage que peut résider l’appréciation de la portée et de la fonction sociale d’un discours.

Quelle place pour les « petits » dans une parole sur soi et sur ses origines ?

  • 2 On rappellera ici le rôle important qu’a pu jouer le livre « classique » de H. Wenzel, Die Autobiog (...)
  • 3 W. Schulze, « Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte ? Vorüberlegungen für die (...)
  • 4 Voir sur ce point la critique exprimée par Kaspar von Greyerz envers un élargissement de la catégor (...)

2L’autobiographie est décidément à la mode2. Bien des raisons peuvent l’expliquer : le linguistic turn, le retour du sujet, la diversité des approches culturelles en histoire, l’attention plus soutenue accordée à la diversité des modes d’écriture, la focalisation sur la mémoire. Il ne peut être ici question, faute de place, d’entrer plus avant dans les débats actuels sur la meilleure manière de désigner ces textes, témoignages de soi pour les uns, ego-documents3, fragments de vie, « potentialités autobiographiques » ou littérature de l’expérience personnelle pour les autres. Il importe cependant de relever le mérite d’une telle discussion, consistant pour l’essentiel dans l’élargissement de la catégorie d’écrits à (re)considérer, c’est-à-dire non seulement les histoires consciemment construites de sa vie, mais aussi les journaux, les lettres, les livres de famille, les registres d’affaires, les testaments, les oraisons, les récits de voyage, et même les dépositions et les procès-verbaux de justice, ces « autobiographies » provoquées. Parallèlement, le risque d’une telle entreprise a été vite reconnu : celui de diluer l’autobiographie dans une masse de documents dont le seul dénominateur commun serait l’émergence d’un « moi » quelconque4. Toutefois, et même en concédant qu’on ne peut parler d’autobiographie que si un contexte spécifique de récit et d’écriture se manifeste, on aura soin de noter que c’est en élargissant la définition du genre de T auto-témoignage, en examinant la pratique avant de qualifier le projet (qui est alors loin d’être encore normé), que l’on a pu élargir la palette sociale des auteurs à considérer. Par ce biais, on peut alors prêter attention à une parole de petites gens ou de gens décrivant leurs origines modestes, construction qui permet au moins d’observer une forme d’introspection et de jugement sur soi, peut-être même une image de soi, différents (ce qui ne veut en rien dire qu’ils seraient plus « objectifs ») de ceux, souvent caricaturaux et en même temps formalisés, qui purent être portés par les dominants sur le petit peuple.

  • 5 H. Tersch, Österreichische Selbstzeugnisse des Spätmittelalters und der Frühen Neuzeit (1400-1650). (...)
  • 6 Les actes du colloque qui s’est tenu en 1998 à Ascona sous la direction de K. von Greyerz, H. Medic (...)
  • 7 U.M. Zahnd, Die autobiographischen Aufzeichnungen des Ludwig von Diesbachs. Studien zur spätmittela (...)
  • 8 Kl. Arnold, S. Schmolinsky, U. M. Zahnd dir., Das dargestellte Ich.,., op. cit.
  • 9 B. von Krusenstjern, Selbstzeugnisse der Zeit des Dreißigjährigen Krieges. Beschreibendes Verzeichn (...)

3Quoi qu’il en soit, ce genre de l’écriture de soi et sur soi (si tant est que la notion de genre ait un sens au Moyen Âge) fait actuellement l’objet de nombreuses recherches. Dans l’espace germanique, plusieurs inventaires sont actuellement en voie de constitution ou d’achèvement, suivant ainsi l’exemple montré dès 1993 par la recherche hollandaise : autobiographies autrichiennes autour de Harald Tersch à Vienne5, autobiographies suisses autour de Kaspar von Greyerz à Bâle6 après les entreprises d’Urs Martin Zahnd7, autobiographies allemandes autour des groupes de recherche de Hambourg8, mais aussi de Gottingen où parut récemment un répertoire des autobiographies composées pendant la Guerre de Trente Ans9.

  • 10 J. Ellermeyer, « Sozialgruppen, Selbstverständnis, Vermôgen und stadtische Verordnungen », Blatterf (...)
  • 11 On renverra ici aux travaux pionniers d’Erich Maschke sur les couches sociales urbaines au Moyen Âg (...)

4Très divers sont également les angles de lecture choisis pour leur interprétation. On trouve ainsi des analyses de type littéraire pour élucider la question des genres, révéler les influences, étudier l’évolution des dialectes, mais aussi dessiner des publics potentiels ; des analyses de type historiographique pour démêler histoire de soi et histoire du monde, évaluer les jeux de la mémoire et du mensonge ; des analyses de type culturel pour observer l’ajustement ou la distance entre le collectif et l’individuel, le public et le privé, le soi et l’autre ; des analyses relevant de l’histoire des mentalités pour discerner la conception et l’expérience de structures telles que le temps ou l’espace ; des analyses de nature politique pour entrevoir la conscience civique et les enjeux de pouvoir exposés ou bien étudier la réaction de l’individu face aux diverses autorités ou encore face à la guerre ; des analyses de type démographique et anthropologique pour étudier les renseignements fournis sur la famille, sa taille et son organisation, mais aussi sur les voisins et les amis ; des analyses relevant de l’histoire religieuse et des pratiques culturelles pour observer la piété, le culte des ancêtres, la memoria ; des analyses économiques enfin pour tenter de fixer des niveaux de fortune, d’observer l’emploi des richesses... Cette dernière piste, notons-le, est celle qui a le plus souvent croisé ou rejoint une étude plus sociale des sources autobiographiques souvent comprises comme la manifestation d’une conscience de l’aisance et de la domination, et comme le produit d’une culture des élites, noble ou bourgeoise10. Le modèle interprétatif qui a ainsi longtemps prévalu reposait, tout au moins pour le Moyen Âge, sur la lecture de ces récits de vie comme l’expression d’une domination culturelle et sociale associée à la notion d’otium et de disponibilité11. Trois facteurs semblaient éliminer d’emblée l’intrusion des petites gens dans ce genre : le niveau d’éducation et d’écriture, la conscience politique et la conscience de soi, le niveau de fortune. Dans un tel schéma, c’est seulement sur la base de la réunion de ces trois facteurs que l’individualité était à même de se reconnaître et d’aboutir à une identité.

5De fait, les journaux et mémoires rédigés dans le sud de l’Allemagne mais aussi dans de nombreuses cités italiennes à la fin du Moyen Âge semblent abonder en ce sens : le récit de sa vie, consigné dans une œuvre propre ou bien inséré dans une chronique plus large (chronique de groupe ou chronique de ville), ne semble pas pouvoir s’accompagner de la description d’origines modestes. On retrouverait alors l’application du modèle parfaitement mis en place par l’autobiographie de Benvenuto Cellini (1500-1571) écrivant dès les premiers mots de son récit :

  • 12 H. Conrad éd., Leben des Benvenuto Cellini von ihm selbst geschrieben, Munich, 1993, p. 21.

« Tous les hommes ayant accompli quelque chose de remarquable ou bien s’approchant de l’apparence véritable du remarquable devraient composer fidèlement et sincèrement le récit de leur existence, quoique l’on ne devrait pas entamer une telle entreprise avant l’âge de quarante ans [Y] Et si quelqu’un a accompli ce remarquable et est reconnu comme tel par le monde, cela devrait bien être suffisant. Mais comme l’on doit également vivre comme l’on voit les autres exister, une telle description de sa vie ne peut aller sans une évidente courtoisie qui ne s’incarne pas dans chaque être. Aussi importe-t-il de faire avant tout savoir que l’on provient d’un antique et honorable lignage »12.

  • 13 C. Hegel éd., Ulman Stromers ‘Püchel von meim geslechet und von abentewr’. Chroniken der deutschen (...)
  • 14 J.-M. Moeglin, « Les élites urbaines et l’histoire de leur ville en Allemagne (xive-xve siècles) », (...)
  • 15 B. Greiff éd., Tagebuch des Lucas Rem aus den Jahren 1494-1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte d (...)
  • 16 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance alle (...)
  • 17 P. Monnet, « Élites dirigeantes et distinction sociale à Francfort-sur-le-Main (xive-xve siècles) » (...)
  • 18 J.S. Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, 1998.
  • 19 Kl. Bergmann, Lebensgeschichte als Appell. Autobiographische Schriften der « kleinen Leute » und Au (...)

6De nombreuses œuvres de ce type, à commencer par le journal autobiographique rédigé par le Nurembergeois Ulman Stromer (1329-1407)13, véritable matrice du genre en Allemagne, renvoient ainsi plutôt l’image d’une parole non seulement sûre d’elle-même mais également soucieuse de gommer de l’itinéraire restitué toute trace d’une extraction simple. L’accent est volontiers placé sur la réussite sous la plume de ces grands patriciens et de ces riches marchands qui n’hésitent pas, si besoin, à travestir leurs origines et à recomposer un arbre généalogique flatteur14. Bien des noms pourraient ici être cités : l’Augsbourgeois Lucas Rem15, les Francfortois Bernhard et Job Rohrbach16, et combien d’autres médecins, bourgmestres, diplomates, riches entrepreneurs, artisans aisés et contents17. Tous ne furent pas gens d’élite, mais à première vue le ton d’ensemble parle en faveur d’une narration centrée sur la réussite, l’importance, bref sur les gens de valeur (c’est-à-dire qui ont des valeurs et de la valeur). Faudrait-il attendre, en milieu urbain, le temps des Réformes18 et, plus loin encore, l’industrialisation19, pour voir les petites gens mettre par écrit le récit de leur existence, preuve nouvelle de la sempiternelle séparation entre le Médiéval et le Moderne ?

Discours des origines et origines du discours

  • 20 Kl. Arnold, « Bildliche Selbstzeugnisse in Mittelalter und Renaissance », dans Kl. Arnold, S. Schmo (...)

7Pourtant, il est des mémoires qui, dès l’époque qui nous occupe, en milieu urbain et sans que l’on ait affaire à des groupes marginalisés ou bien guidés par un propos théologique, mystique ou lyrique, portent la trace d’origines humbles et obscures, et portent témoignage de la précarité, de la menace de la pauvreté, soit par le souvenir (familial essentiellement), soit par l’expérience. Ceci doit être d’autant plus relevé, semble-t-il, que la force des modèles, particulièrement dans les villes, était plutôt de relever son état, de s’assimiler aux couches dirigeantes. Cette pente presque naturelle n’a donc pas partout réussi à gommer l’insécurité, l’humilité du départ de sorte qu’il est possible de se demander si, dans des circonstances données, la conscience du danger, de la déchéance, du malheur évité de peu (conscience en outre enrichie par la mise en avant, honorable, de la capacité à avoir surmonté une passe difficile) n’avait pas finalement constitué une des motivations principales du récit de sa vie20.

  • 21 Voir sur ce point les remarques de J. Morsel, « L’éducation de Burkard Zink (début xve siècle) », d (...)
  • 22 Parmi une abondante littérature, citons Le siècle des Platter d’E. Le Roy Ladurie et F.-D. Liechten (...)

8On peut dire au préalable que l’on doit peut-être une telle réévaluation, c’est-à-dire cette approche d’une « autobiographie » plus ordinaire (à défaut d’être, tout à fait populaire), à un changement plus général de vue sur la société urbaine. En effet, on a mieux appris à redéfinir, pour souvent l’estomper, la coupure entre bourgeoisie et noblesse en ville, et l’on a compris ce faisant que bien des autobiographies nobles rejoignaient les patriciennes par exemple. Ce faisant, le genre de l’autobiographie bourgeoise en est devenu bien plus hétérogène. Cela se remarque surtout dans la description des origines qui paraît bien moins formalisée que la suite du récit, d’autant qu’en l’absence d’avant-propos les premières pages en font souvent office. On ne doit bien entendu pas ignorer, comme il a été récemment relevé à propos du livre de l’Augsbourgeois Burkard Zink (1396-1475)21, qu’il faut naturellement compter en cette matière avec une exagération du modeste niveau de départ pour mieux montrer l’ascension et le tour de force accomplis par l’autobiographe devenu grand. Il y a ici un peu la même part d’affectation que chez Benvenuto Cellini (fils d’un artisan charpentier et lui-même apprenti pendant un an chez un joaillier bolonais) déclarant tirer « plus de fierté de mes humbles origines que si j’étais né d’une ancienne et noble famille que j’eusse souillée par une mauvaise nature... ». Il n’empêche, si l’on relève dans les textes examinés une incontestable prise en charge de la position et de l’identité sociales atteintes, cette revendication n’efface pas toujours et partout les origines. Il est ainsi des blessures, familiales, professionnelles ou privées, que le récit autobiographique est en quelque sorte chargé de réparer en produisant un discours qui manifeste justement une extraction/soustraction des couches inférieures. Il existe bien des précurseurs des Platter, entendons ici le père, Thomas, dont le récit de sa vie de petit chevrier du xvie siècle est célèbre22, vie d’errance et de labeur encore très médiévale.

  • 23 E. Maschke, « Der wirtschaftliche Aufstieg des Burkard Zinks in Augsburg », dans O. Brunner, H. Kel (...)
  • 24 Page 126 de l’édition de Greiff citée en note 21, renvoyant au fol. 189 de l’original (extrait repr (...)

9Parmi les exemples que l’on peut citer figure un nom bien connu, celui de Burkard Zink (1386-1474). Sur ce personnage a longtemps pesé le qualificatif de « petit bourgeois » représentatif d’une ascension sociale besogneuse par la marchandise23. Pourtant, son roman des origines, qu’il prend soin de faire encadrer par deux chroniques officielles de sa ville d’adoption (organisation qui, à notre sens, réduit un peu la perspective personnelle et individuelle), revêt une certaine violence que ni les conventions d’écriture, ni la déformation du souvenir, ni la progression sociale réussie ne parviennent à atténuer. Il s’agit d’abord d’un enfant précocement orphelin de mère, bientôt privé de son héritage à la mort de son père et condamné bon gré mal gré à l’itinérance. Dans cette première partie plutôt pessimiste de son texte, on peut suivre la description assez construite de la perte progressive des repères et des structures de secours : ses parents d’abord, l’argent ensuite, la défiance de sa parentèle et de ses amis, le déracinement géographique enfin. La description de cette errance qui lui fait connaître le monde des petits apprentis, des places temporaires et des écoliers voyageurs, prend la forme d’une véritable descente au plus bas de l’échelle sociale (ou plutôt ce que Zink, âgé de quelque 50 ans au moment de la rédaction et bien arrivé socialement, considère comme tel) exprimée à travers le motif topique du jeune écolier mendiant. À chaque nouvelle station en effet, ses scrupules à mendier son pain d’écolier disparaissent. Au début encore, il en éprouvait de la honte (schmet mich zu petlen), sans doute parce que provenant d’un milieu de petits artisans, la mendicité le propulsait à ses yeux dans un autre monde (tout aussi organisé mais aux règles et aux valeurs radicalement différentes) que celui du travail. Puis le récit progresse : nouvelle ville, nouvelle approche. Il se résout alors à mendier mais en compagnie de trois compagnons d’infortune et il prend soin de noter qu’il n’en éprouve plus de honte (und schemet mich nicht mer). Il semble que la compagnie et l’organisation de ce petit groupe ont sans doute beaucoup fait pour redonner au solitaire Zink un semblant de vie sociale qui a donc atténué sa vergogne. Troisième étape, il atterrit cette fois chez un « pauvre homme » forgeron villageois de son état : il s’agit là de la seule occurrence, sous bénéfice d’inventaire exhaustif, de l’expression armer mann qui ne renvoie pas explicitement dans son texte à une qualification d’ordre politique dans un contexte urbain tel qu’on en retrouvera de nombreuses occurrences dans la partie de la chronique consacrée à Augsbourg24. Cet artisan d’un petit village donne au chroniqueur une portion suffisante de nourriture pour ne plus avoir momentanément besoin de mendier : on retrouve sous sa plume l’écho d’une réintégration, par le labeur, dans le monde du petit travail artisanal radicalement opposé à celui de la mendicité. Mais bientôt Zink repart et, quatrième étape, dans la ville d’Ulm, il doit mendier de nouveau son pain : ich petlet das brot.

  • 25 Page 128 de l’édition de Greiff citée en note 21, renvoyant aux fos 191r et 192 de l’original (extr (...)
  • 26 V Groebner, Ôkonomie ohne Haus. Zum Wirtschaften armer Leute in Nürnberg am Ende des 15. Jahrhunder (...)

10L’ensemble du passage est très frappant car c’est réellement la mendicité, ou du moins son souvenir et sa remémoration par l’écriture, qui semble rythmer le récit des quatre étapes de l’itinérance du jeune Zink jusqu’en 1415. Parallèlement, on aura naturellement reconnu le thème de l’itinéraire, véritable topos de l’autobiographie de la Renaissance, qui traduit dans l’espace du voyage l’accomplissement du cours temporel de la vie. Parvenu à Augsbourg, Zink relate un autre événement qui va contribuer à mettre en péril une stabilité (il n’est pas encore question de richesse) retrouvée. Il s’était en effet engagé chez un certain Jos Kramer, « un homme riche qui était ici puissant, un maître de construction, mais qui ne faisait pas d’ouvrage artisanal, car il n’en avait pas besoin puisqu’il se livrait au grand commerce avec la Styrie et Venise ». C’est la première fois que Zink entrevoit le chemin de son enrichissement. Mais, au même moment, il se marie avec une pauvre femme (arme fraw) qui, dit-il, ne lui apporta qu’un petit lit et de bien maigres affaires (klein pettlin und klain arm dinglach)25. Dans le même paragraphe se construit pour la première fois une dichotomie entre le couple riche et puissant d’un côté et pauvre et petit de l’autre. Cette alliance était risquée car, c’est Zink qui parle à nouveau, « j’étais le serviteur de mon maître et je n’avais pas reçu l’accord favorable (huld) de ce dernier. Il regrettait donc que j’aie pris femme sans avoir pris son conseil et ne voulut plus me garder ni m’aider ». Zink perd donc sa place, faute du consentement de l’employeur, autre forme de dépendance (la vraie pauvreté médiévale) et de domesticité qui marque bien la différence entre un petit et un grand, distinction qui va bien au-delà, on le voit, des rapports de travail. Zink allait-il retrouver l’itinérance forcée de sa jeunesse ? Sa jeune épouse lui lance alors ce cri admirable : « Mon Burkard, ne renonce pas, je travaillerai et filerai ». L’écriture insiste alors sur une dimension essentielle du travail d’ascension qui va désormais commencer, c’est-à-dire l’engagement de la femme à sauver le ménage. Ce point confirme bien ce qu’une étude récente, joliment intitulée « Une économie sans maison »26, a montré du petit peuple et des marginaux de la société nurembergeoise aux xive et xve siècles, à savoir que dans cette économie des petits, le travail féminin est primordial pour la survie ou la consolidation de son état. Mais Zink avait au moins une maison, et dans son autobiographie il ne sera plus ensuite question de pauvreté et de précarité, sauf lors de son remariage avec une « pauvre femme » qui, comme sa première, ne lui apporta que deux petits lits (à nouveau l’emploi du klein), ceux de ses deux enfants que Zink dut habiller de pied en cap, tout comme sa nouvelle épouse d’ailleurs, car ils étaient tous arrivés à Augsbourg sans vêtements ni chaussures.

  • 27 H. Michelant éd., Gedenkbuch des Metzer Bürgers Philippe von Vigneulles aus den Jahren 1471 bis 152 (...)
  • 28 U.M. Zahnd, Die Autobiographie des späten Mittelalters..., op. cit., fi 2 et p. 33.

11On retrouve curieusement ce motif de la pauvre femme sans habits ni chaussures dans l’introduction des mémoires du drapier messin, Philippe de Vigneulles (1471-1527), qui évoque les modestes origines de sa mère, une orpheline transférée de Nocroy à Vigneulles (et c’est à cette occasion que, pour la première fois, apparaît le toponyme anthroponymique, c’est-à-dire à l’occasion de l’origine maternelle) « norie pouvrement et rudment tellement que alors en l’espace de XIII ans qu’elle fut mariée, jamais n’avoit porté souliers aux pieds ni coiffrechie sur la teste »27. Comme Zink d’ailleurs, Philippe de Vigneulles accompagnera ce récit personnel d’une chronique officielle de la ville. Comme Zink encore, il met souvent l’accent sur les dangers que représentent la perte des parents et l’itinérance, forcée dans son cas puisqu’il connut la captivité comme otage puis l’incertitude de la libération. On retrouve aussi chez Ludwig von Diesbach (1452-1527), homme de bien plus belle condition, qui relate dans son autobiographie comment il fut séparé de sa mère à la naissance et confié à une nourrice de Cologne pendant huit ans, car la mort de son père, peu avant sa naissance, avait plongé sa mère dans les plus grandes difficultés matérielles28, cette menace de l’arrachement et du départ synonymes non seulement de déracinement mais d’ébranlement de la personne et de son état. À la différence cependant de Zink, Vigneulles ne va pas jusqu’à thématiser une élévation d’un petit à un grand état, conseillant au contraire dans les premières lignes de son livre de se garder d’une sorte d’hybris :

  • 29 H. Michelant éd., Gedenkbuch des Metzer Bürgers Philippe von Vigneulles, op. cit., p. 1.

Et pour ce que je veux écrire le temps de ma nativité et de quels gens je suis extrait et venus, afin que ceux qui venront après moy ne se enorgueillissent de leur généalogie et de leurs anciens parens, mais en toute humidité ils veullent vivre comme ils ont fait sans vouloir prendre plus grand estat29.

  • 30 Texte édité par A. Beriger, Johannes Butzbach Odeporicon, Weinheim, 1991.
  • 31 Id., f° 3va, p. 140.
  • 32 Id., f 4rb, p. 142.
  • 33 Ibid.
  • 34 Id., fos 12ra et 12rb, p. 178-179.

12C’est aussi une forme de croisement entre nomadisme social et nomadisme géographique que propose une autre autobiographie, celle de Johannes Butzbach né en 1477, qui intitule Odeporicon son récit composé en 150630. Avec Butzbach, c’est non seulement la figure « zinkienne » du pauvre écolier gyrovague que l’on retrouve mais ausi celle de l’otage comme le fut Philippe de Vigneulles. À la différence des deux précédents, Butzbach introduit cependant une plus grande violence dans son récit : violence exercée à son encontre par des pieds poudreux rencontrés dans les auberges, par des écoliers affamés, par des apprentis de ville ou par des valets de ferme. Mais aussi une violence qui crée une hiérarchie au sein de ce petit monde où les plus faibles doivent travailler pour les plus forts, ou bien aller mendier et voler en cachette pour leur compte. Comme Zink, Butzbach est un fils de petit artisan habitué au travail réglé (et à la solidarité du métier quand elle existe) et qui répugne à ces formes de mendicité et de dépendance qu’il côtoie. Pourtant, sa vie avait bien commencé puisque jusqu’à l’âge de 10 ans il avait été placé chez une tante qui lui servait de nourrice (récit parallèle à celui que livre Ludwig von Diesbach) bien plus riche que la famille de Butzbach : Erat enim abundans in divitiis, adeo ut a paucis de tam humili nostra familia esse credetur31. Butzbach est donc entré comme par effraction dans un milieu qui le dépasse au point que, rédigeant son autobiographie à l’âge de 30 ans, il fait de ces dix premières années un véritable âge d’or interrompu par la mort brutale de sa bienfaitrice et par le rejet paternel qui le jette sur les routes. « Alors je mangeais des petits pains (semellam tund edebam), quand si peu de temps après il ne me resterait plus qu’à me jeter sur les miettes du pain le plus grossier sous la table des maîtres (lecturus baud multo post sub mensis dominorum micas grossissimi panis) »32 ; « Alors le regard de mes amis brillait à la vue de mes chausses rouges et de mes longs vêtements, quand si peu de temps après j’allais suivre mon chemin d’exilé auprès d’inconnus (post breve exul futurus apud ignotos) »33. Devant en effet quitter le toit paternel, Butzbach est confié à un écolier cheminant d’abord vers Nuremberg puis vers la Bohême afin de trouver une école qui voulût bien les accepter. Comme Zink, l’itinérant, Butzbach, le déraciné, est bientôt forcé à la mendicité, ce qui lui répugne : « j’étais moins affligé par la fatigue du voyage que par l’obligation de mendier mon pain »34, un pain qu’il doit en outre quémander pour un autre (on retrouvera ce motif chez Thomas Platter), c’est-à-dire son compagnon de voyage qui en fit son souffre-douleurs et qui l’envoyait à sa place dans les villages car, écrit Butzbach, ce méchant « redoutait que les paysans ne se moquent d’un garçon si âgé et répugnant à travailler et ne lui proposent du labeur plutôt que du pain ». En cours de route, Butzbach est capturé par des chevaliers de Bohême qui en font de force leur valet de pied, encore une profession à cent lieues de son origine. On retrouve en outre le thème familier du petit propulsé par erreur dans le monde des Grands, soit par la contrainte comme ici, soit par choix et ambition ainsi qu’on le voit à plusieurs reprises dans la littérature depuis le xiiie siècle (Helmbrecht le Fermier). L’intéressant tient au fait que, chez Butzbach, c’est par un renversement de la dichotomie Grands/Petits qu’il parviendra à sortir de son état de dépendance prisonnière. En effet, il profite du passage de marchands dans une ville pour prendre la fuite. Mais, afin que l’un de ces marchands, qui s’étonnait de la présence parmi eux d’un homme si modeste et si peu connu, ne le dénonce auprès des chevaliers qui s’étaient mis en quête du fuyard, Butzbach doit lui promettre une récompense une fois de retour au pays, au prétexte qu’il est filius cujusdam magni et que son père était un riche homme de sa ville natale de Miltenberg, devenu puissant pour avoir accueilli plusieurs fois l’empereur chez lui. Mais le marchand se méfie et, dès qu’il rencontre en chemin d’autres marchands originaires de Miltenberg, il leur demande si ce que Butzbach raconte est bien vrai. Ce dernier ajuste le temps de murmurer à l’oreille de ses compatriotes de bien vouloir confirmer qu’il est fils d’un magnus, même si ces derniers savent pertinemment qu’il n’est, là-bas, que le fils d’un petit tisserand. Il est d’ailleurs remarquable que Butzbach emploie au cours de cette confrontation avec les marchands une distinction entre grand et petit qui, en réalité, n’a guère de sens dans le contexte social et politique de sa petite ville natale de Miltenberg... Cette cascade de fictions, au sein d’un récit autobiographique qui en constitue également une, a le mérite de montrer la conscience, même travestie, des niveaux sociaux ainsi que leur perception par un homme qui, depuis le temps de la riche tante, ne cesse d’éprouver la dureté du déracinement et la précarité du voyage et de la captivité. L’autre intérêt réside dans le fait que Butzbach, à l’occasion de sa propre biographie et du récit de ses origines, réfléchit sur ces catégories alors même qu’il a changé d’état (et de la sorte enfin trouvé la paix), puisque depuis 1501 il est entré comme novice au couvent de Maria Laach.

  • 35 W. Herborn, « Hermann von Weinsberg (1518-1597) », Rheinische Lebensbilder, 11 (1988), p. 59-76. W.(...)
  • 36 J.J. Hàsslin éd., Das Buch Weinsberg..., op. cit., p. 9.
  • 37 Présentation de l’auteur et de la source dans H. Tersch, Österreichische Selbstzeugnisse, op. cit.,(...)
  • 38 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort, op. cit., p. 65-69. Chronique publié par R. Froning éd., Fran (...)

13On pourrait convoquer d’autres exemples pour nourrir une réflexion sur la place accordée à la modestie des origines et à l’évocation de la précarité dans les témoignages autobiographiques allemands de la fin du Moyen Âge. Ce serait encore le Colonais Hermann von Weinsberg, né en 1518 et rédigeant son œuvre vers le milieu du siècle mais rappelant que son grand-père Gottschalk (né en 1439) avait osé quitter une famille de petits paysans riche de douze enfants pour monter en ville en 1458 et s’engager comme garçon d’écurie parce que, comme Weinsberg le dit dans ses mémoires à propos de Cologne, « on y voit tellement de pauvres enfants s’y rendre qu’il pensait lui aussi y trouver un maître gagne-pain (Brotherr) »35. Le récit de la survie du grand-père Gottschalk occupe plusieurs pages et l’on voit cet homme « seul, sans parents ni amis », vivoter en offrant sa main-d’œuvre à tout faire : « Il portait de l’eau dans les maisons, allait chercher du vin, servait à table, apportait des messages »36. On pourrait également citer le cas de l’anonyme viennois qui vécut entre 1380 et 1450 et raconte sa vie tout en enregistrant les faits marquants de sa cité entre 1402 et 144337. Son témoignage livre le parcours d’une montée lente et laborieuse depuis les activités de petit revendeur de métal et de quincaillerie jusqu’à entrer enfin dans le corps des monnayeurs de la ville. Mais la peur de chuter est bien là, chaque épidémie ou chaque cherté le rappellent, ramenant sur la scène un armes Volk d’autant plus condamnable qu’il rappelle à l’anonyme ce qu’il aurait pu être et pourrait redevenir. On peut aussi penser à ce Johann Heise de Francfort38, d’abord facteur à tout faire puis commissionnaire de la société de commerce des Rohrbach et des Blum (deux des plus grandes et riches familles de la place), chargé par le chroniqueur Bernhard Rohrbach de faire en quelque sorte le pont de mémoire entre lui et son fils Job, et qui s’acquitte de cette tâche en retraçant fidèlement les événements familiaux et urbains, en n’hésitant pas toutefois à insérer des renseignements très personnels. On a là comme un petit chroniqueur des autres et de soi pris dans l’étau de deux grands. Et l’on trouve en effet sous sa plume une vision du petit peuple francfortois qu’il côtoie et connaît, que l’on ne retrouve ni chez Bernhard ni chez Job Rohrbach. Plusieurs passages relatent ainsi des épisodes que l’on retrouve par exemple chez Burkard Zink, notamment le fait que, parmi les petits, ce sont les plus faibles qui sont livrés à la merci des plus forts, ou bien que la criminalité et les vols de survie s’exercent avant tout au sein même des couches inférieures.

Discours sur soi et considération des états de la société

14On a vu plusieurs figures surgir à la lecture de ces récits : le petit artisan qui veut changer d’état, le pauvre apprenti, le migrant qui vient s’installer dans une autre ville, le voyageur de gré ou de force, l’otage ou l’orphelin. Sous leur plume, un même constat semble émerger : la misère et la déchéance sont accentuées par le déracinement, par l’absence des parents et des amis (c’est bien parce que la famille et son entourage sont placés au centre de ces descriptions de soi que leur absence définitive ou momentanée cristallise l’appréciation de la situation sociale et l’appréhension des menaces), par la perte également de la petite part d’indépendance que peut assurer, même dans la dépendance, le travail qui peut bien se révéler comme une caractéristique fondamentale d’une définition sociale du petit peuple urbain.

  • 39 P. Braunstein, Un banquier mis à nu. Autobiographie de Matthäus Schwarz bourgeois d’Augsbourg, Pari (...)
  • 40 J.L. Koerner, The Moment of Self-Portraiture in German Renaissance Art, Chicago, 1993.
  • 41 St. Hugue, éd. et trad., Albrecht Dürer, Chroniques familiales. Écrit sur des dessins suivi des let (...)
  • 42 Ibid., p. 21.

15Il convient naturellement de faire la part des conventions auxquelles ne manque pas de céder une présentation de sa vie privée dont la publicité se trouve d’autant plus accentuée qu’elle peut être intégrée à une chronique visant un plus large public. On retrouve en tout cas, d’un texte à l’autre, des motifs communs : l’écolier battu, le mendiant, le garde-troupeau. Ne retrouve-t-on pas cette construction dans l’autobiographie costumée de Matthäus Schwarz d’Augsbourg qui, pour l’année 1506, à l’âge de 9 ans, prétend avoir mené une vie d’aventure au milieu d’une nature en vérité très « urbanisée » et « policée », « en mendiant le pain et marchandant avec les pâtres pour qu’ils me laissent garder les vaches avec eux »39. Il suffit cependant de regarder l’image décrivant cet épisode pour voir que Matthäus (en tout cas celui que l’adulte Schwarz a commandé à l’artiste) porte un long vêtement à col, un bonnet de laine, de bonnes chaussures et même un livre à belle reliure négligemment posé là, et pour comprendre par conséquent que Matthäus « joue » au pauvre garçon vacher. Dans un même ordre d’idées, Albrecht Dürer, si avide de considération au point de faire de ses autoportraits la clé de voûte de son œuvre40, écrivait en 1506 à son ami Willibald Pirckheimer depuis Venise : « Ici je suis un seigneur, là-bas [à Nuremberg] un parasite », Hier bin ich ein her daheim eyn schmarotzer41, lointain écho de la description qu’il faisait des débuts de son propre père dont il rapporte : « Albrecht Dürer l’ancien passa sa vie à de pénibles travaux et à de durs labeurs, n’ayant d’autres subsistances à attendre pour lui, sa femme et ses enfants, que celles que lui procurait le travail de ses mains. C’est dire s’il vivait de peu »42. Parole de vérité dans la bouche du grand peintre : on est toujours en effet, selon les lieux, le « petit » d’un « plus grand ». Mais Dürer, le prétendu « maraud », n’est pas resté à Venise. C’est dans la ville patricienne de Nuremberg qu’il est retourné pour s’approcher de Maximilien et des Fugger, et partager la table des Grands. Ces exemples sont extrêmes, mais ils invitent à se demander si chez Zink, chez Butzbach et quelques autres, la description d’origines ou d’un passage de vie qui les jettent au contact des plus modestes de la société n’est pas perçue comme une sorte de parenthèse vite refermée. Cette écriture en effet ne paraît pas aboutir à une vision particulière du petit peuple : l’intervention d’origines modestes, le côtoiement personnel des petites gens ne produisent pas un discours qui différerait sensiblement de celui tenu par les élites naturelles de la cité.

  • 43 Chronique de Burkard Zink publiée dans les Chroniken der deutschen Städte, 5 (Die Chroniken der sch (...)
  • 44 R.H. Lutz, Wer war der gemeine Mann ? : der dritte Stand in der Krise des Spätmittelalters, Munich, (...)
  • 45 P. Johanek dir., Städtische Geschichtsschreibung im Spätmittelalter und in der Frühen Neuzeit, Colo (...)

16N’aurait-on pas deux histoires se côtoyant sans se parler, une histoire personnelle d’un côté et une autre, en quelque sorte collective, qui prend le relais une fois le chemin-de l’ascension sociale parcouru ? Le discours sur soi n’aiderait-il nullement à formaliser le discours sur les autres, en tout cas sur ces autres dont on dit s’être arraché par la culture, par le travail, par la fortune et le pouvoir ? Cela vient peut-être du fait que l’on touche là à l’appréciation des valeurs ou plutôt au déni de valeurs chez les petites gens par ceux qui non seulement parlent sur eux, depuis « le haut », mais aussi par ceux qui auraient été, par expérience personnelle, le plus à même d’en parler. Burkard Zink sépare ainsi sa vie de la chronique de sa ville et les deux systèmes ne semblent pas vraiment se répondre. La raison en est peut-être encore plus profonde et tiendrait plutôt à la force même de la conception de la cité (car dans la plupart des textes évoqués nous avons affaire à des urbains) comme communauté politique et corps social fondé sur le serment, la paix et une forme de lien qui rend indivisible, parce que relevant de la caritas (permettant précisément une pensée de l’intégration du petit peuple), le couple pauvre-riche, arm-reich, petit-grand. On voit bien sous la plume de Zink, exemple parmi d’autres, se côtoyer et en même temps s’enrichir deux acceptions de pauvre / arm : en parlant par exemple d’une agitation survenue à Augsbourg en 1442, il raconte que le prix du pain était devenu insupportable pour les arme leute. Le Conseil de ville avait alors bloqué le prix de la farine, ce qui fit du bien à tous, écrit-il, arme leute und auch andern, arm und reich, « les pauvres gens et tous les autres, pauvres comme riches »43. Le citoyen arm und reich des textes normatifs de la cité se retrouve ici. Dans le contexte urbain, arm et gemein ne se déploient pas dans un système social structuré par haut et bas, mais au sein d’une même société politique qui établit un lien entre l’homme du commun - le commun peuple (armer mann peu à peu devenu gemeiner mann44 et, à terme, Gemeinde Mann, par un glissement en partie favorisé d’ailleurs par les chroniques urbaines de la fin du Moyen Âge45) – et le Bien Commun remis aux mains des oligarques, des élites peu nombreuses du Conseil, des grandes gens : si l’homme du Commun tient sa place, alors le Bien Commun est assuré. Cette pensée en même temps ne se révèle en rien exclusive d’une fluidité des états ressentie dans un cas individuel rapporté par tel ou tel témoignage autobiographique, qui renvoie d’ailleurs souvent la preuve d’une socialisation réussie.

  • 46 Édition latine du texte : K.D. Hassler éd.,Fratris Felicis Fabri Evagatorium in Terme Sanctae, Arab (...)
  • 47 U. Dirlmeier, « Merkmale des sozialen Aufstiegs und der Zuordnung zur Führungsschicht in süddeutsch (...)
  • 48 G. Veesenmeyer éd., Fratris Felicis Fabri Tractatus de civitate Ulmensi, de ejus origine, ordine, r (...)
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.
  • 51 Ibid., p. 123.
  • 52 Ibid., p. 124.

17Un témoignage rend probablement plus parlant l’écart qui peut séparer la mise en forme d’un discours sur soi et la pensée de la cité dans laquelle précisément, à la fin du Moyen Âge, le témoignage autobiographique se développe avec aisance : celui du moine Felix Fabri qui, d’un côté, dans son Evagatorium en Terre Sainte, que l’on peut sans équivoque ranger dans la catégorie des grandes autobiographies allemandes de la fin du Moyen Âge, s’apitoie sur les petits rencontrés au cours de ses voyages, se mélange à eux, décrit les mœurs rudes et ordinaires des gens du voyage, la violence des apprentis dans les villes, la tromperie des épiciers et des aubergistes, et emploie souvent le terme d’arme leute pour les désigner46. Mais c’est le même auteur qui, d’autre part, écrit une description de la constitution sociale et politique de sa ville d’Ulm en sept ordres fixes qui repose cette fois sur le couple fondateur arm-reich au sens politique et communautaire du terme47, et sans possibilité de passer d’un état à l’autre au risque de perturber l’harmonia civitatis. Le découpage de cette harmonia civitatis en sept ordres est très intéressant pour saisir les possibilités d’ajustement et de perméabilité entre les états et pour élucider les associations entre petit et pauvre ou grand et riche. Il décrit ainsi le cinquième ordre des marchands comme l’ordre au sein duquel petits et grands se rencontrent : Quintus ordo cum omnibus participat, in nobilitate, divitiis cum superioribus, in laboribus vero et angustiis cum inferioribus48. La richesse et la supériorité sont donc fondées sur la noblesse tandis que l’infériorité est associée à la peine et aux besoins. Vision classique certes mais plus subtile toutefois si l’on considère qu’aux yeux de Fabri, le noble riche qui tombe ne peut pas déchoir plus bas que le cinquième niveau décrit : Dum aliquis de secundo, tertio aut quarto ordinibus deficere incipit, mox in hunc quintum ordinem descendit, ut resipiscat49. L’étage des marchands est donc comme un purgatoire où l’on refait ses forces. Ce barrage joue dans l’autre sens, car si un homme du commun s’élève, il ne pourra jamais dépasser ce cinquième étage : et si quis de sequentibus ordinibus proficit, in hunc statim ordinem se sursum tollit ut magis proficiat50. Fabri reconnaît aussitôt les difficultés d’élévation pour les membres des sixième et septième états : isti de duobus sequentibus [ordinibus] non possent commode adire terras ad emendas res, nec industriam nec peritiam ad hoc habent. Ainsi se profile en creux la description de ce qui fait défaut à un petit pour se grandir : il ne peut voyager pour ses affaires, il n’en a pas le génie ni l’expérience. Fabri complète ce portrait par la mention suivante : mechanicis et aliis non vacat, c’est-à-dire que le commerce de marchandise ne convient pas aux gens mécaniques et aux autres des sixième et septième étages parce qu’ils n’en ont pas le loisir... Quant au sixième étage des mécaniques, de mechanicis, il regroupe les artisans et gens du labeur, un refugium omnium51 de tous ceux qui n’ont pu tenir ensemble la tripartition gagnante nec nobilitas, nec potentia, nec negotiatio, sans tomber toutefois dans l’indigence sine indigentia. Qui reste-t-il dès lors pour peupler le septième état ? Il s’agit des cohabitantes parmi lesquels, en dehors des juifs qui en font partie, on trouve pêle-mêle nobiles, divites, ignobiles et pauperes52.

Conclusions

18Entre l’ordre simple et structuré de la cité idéale, refuge du bien commun dans le cadre duquel il revient aux grands et aux puissants de gouverner les petits et les dépendants, et le parcours parfois fragmenté de l’existence individuelle retranscrit par le témoignage autobiographique, se tisse tout un réseau de liens qui peuvent aider à comprendre, par représentations et valeurs interposées, les contours et les revendications des petites gens par lesquels commence parfois tel ou tel récit de sa vie : précarité, insécurité et dépendance des conditions demandent la protection, la fixation et la charité que l’ordre de la cité, aux mains des Meilleurs, est par essence à même de fournir, particulièrement en un temps où, dans les villes des xive et xve siècles, une distinction s’opère entre bons et mauvais déplacements, entre bons (protégés) et mauvais pauvres (délaissés), entre faiblesses valorisées et dévalorisées.

19Il nous semble que les quelques parcours de vie qui, entre introspection et représentation de soi, tentent de restituer un itinéraire, une progression depuis les origines difficiles et obscures jusqu’à l’homme fixé et arrivé, font comprendre combien l’honneur des personnes, le prestige de l’état et la considération de l’ordre politique sont indissociables. Si ces textes traduisent bien l’envie de se raconter (quelle que soit par ailleurs la force des modèles repris), ils témoignent aussi d’un désir puissant de s’identifier à un ordre, en l’occurrence celui de la cité, qui fut particulièrement propice à l’éclosion même de ce discours.

Notes

1 Ph. Lejeune, Je est un autre : l’autobiographie, de la littérature aux médias, Paris, 1980 et Le pacte autobiographique, Paris, 1975. Voir également G. Niggel dir., Die Autobiographie. Zu Form und Geschichte einer literarischen Gattung, Darmstadt, 1989.

2 On rappellera ici le rôle important qu’a pu jouer le livre « classique » de H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, Munich, 1980. Voir ensuite A. Buck, Biographie und Autobiographie in der Renaissance, Wiesbaden, 1983.

3 W. Schulze, « Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte ? Vorüberlegungen für die Tagung “Ego-Dokumente” », dans Id. dir., Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte, Berlin, 1996, p. 11-30.

4 Voir sur ce point la critique exprimée par Kaspar von Greyerz envers un élargissement de la catégorie à toutes les manifestations involontaires (actes de procès) ou fragmentaires (lettres) d’un moi en situation : K. von Greyerz, « Deutschschweizerische Selbstzeugnisse als Quellen der Mentalitätsgeschichte », dans Kl. Arnold, S. Schmolinsky, U. M. Zahnd dir., Das dargestellte Ich. Studien zu Selbstzeugnissen des späteren Mittelalters und der frühen Neuzeit, Bochum, 1999, p. 147-163, ici p. 149.

5 H. Tersch, Österreichische Selbstzeugnisse des Spätmittelalters und der Frühen Neuzeit (1400-1650). Eine Darstellung in Einzelbeiträgen, Vienne, 1998.

6 Les actes du colloque qui s’est tenu en 1998 à Ascona sous la direction de K. von Greyerz, H. Medick et P. Veit paraîtront en 2001 chez Böhlau à Vienne sous le titre Von der dargestellten Person zum erinnerten Ich. Europäische Selbstzeugnisse als historische Quellen (1500-1800). On y trouvera la présentation de la banque de données des textes autobiographiques suisses.

7 U.M. Zahnd, Die autobiographischen Aufzeichnungen des Ludwig von Diesbachs. Studien zur spätmittelalterlichen Selbstdarstellung im oberdeutschen und schweizerischen Raume, Berne, 1986.

8 Kl. Arnold, S. Schmolinsky, U. M. Zahnd dir., Das dargestellte Ich.,., op. cit.

9 B. von Krusenstjern, Selbstzeugnisse der Zeit des Dreißigjährigen Krieges. Beschreibendes Verzeichnis, Berlin, 1997.

10 J. Ellermeyer, « Sozialgruppen, Selbstverständnis, Vermôgen und stadtische Verordnungen », Blatterfür deutsche Landesgeschichte, 113 (1977), p. 203-275. C.-H. Hauptmeyer, « Problème des Patriziats oberdeutscher Städte vom 14. bis 16. Jahrhundert », Zeitschrift fur bayerische Landesgeschichte, 40 (1977), p. 40-58. U. Dirlmeier, « Merkmale des sozialen Aufstiegs und der Zuordnung zur Führungsschicht in süddeutschen Städten des Spätmittelalters », dans H.-P. Becht dir., Pforzheim im Mittelalter. Studien zur Geschichte einer landesherrlichen Stadl, Sigmaringen, 1983, p. 77-106.

11 On renverra ici aux travaux pionniers d’Erich Maschke sur les couches sociales urbaines au Moyen Âge parus dans son recueil d’articles Städte und Menschen. Beiträge zur Geschichte der Stadt, der Wirtschaft und der Gesellschaft,Wiesbaden, 1980. On y trouvera « Verfassung und soziale Krafte in der deutschen Stadt des spâten Mittelalters, vornehmlich in Oberdeutschland », p. 170-274 (accessible en français sous le titre « Continuité sociale et histoire urbaine médiévale », Annales ÉSC, 15 (1960), p. 936-948) ;« Die Unterschichten der mittelalterlichen Städte Deutschlands », p. 306-380 (appartenant au recueil dirigé par E. Maschke et J. Sydow, Gesellschaftliche Unterschichten in den südwestdeutschen Stadten, Stuttgart, 1967) ; « Die Schichtung der mittelalterlichen Stadtbevôlkerung Deutschlands als Problem der Forschung », p. 157-169. Se reporter enfin à sa contribution « Soziale Gruppen in der deutschen Stadt des späten Mittelalters », dans K. Stackmann, J. Fleckenstein dir., Über Bürger, Stadt und stadtische Literatur im Spätmittelalter, Gottingen, 1980, p. 127-145.

12 H. Conrad éd., Leben des Benvenuto Cellini von ihm selbst geschrieben, Munich, 1993, p. 21.

13 C. Hegel éd., Ulman Stromers ‘Püchel von meim geslechet und von abentewr’. Chroniken der deutschen Städte, 1, Leipzig, 1862 et rééd. Stuttgart, 1961. Reproduction partielle du manuscrit par L. Kurras éd., Puechel von mein geslecht und von abentewr : zur 600Jahrfeier der Gründung der ersten Papiermühle Deutschlands, Stuttgart, 1990. Sur la chronique et son auteur : W. Stammler, K. Langosch dir., Die deutsche Literatur des Mittelalters. Ein Verfasserlexikon, Berlin, 1995, t. 9, col. 457-460.

14 J.-M. Moeglin, « Les élites urbaines et l’histoire de leur ville en Allemagne (xive-xve siècles) », dans Les élites urbaines au Moyen Âge (XXVIIe Congrès de la Shmes, Rome 1996), Paris, 1997, p. 351-383.

15 B. Greiff éd., Tagebuch des Lucas Rem aus den Jahren 1494-1541. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte der Stadt Augsburg, Augsbourg, 1861.

16 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande, Genève, 1997.

17 P. Monnet, « Élites dirigeantes et distinction sociale à Francfort-sur-le-Main (xive-xve siècles) », Francia, 107 (2001), p. 71-99 et qui donne une bibliographie d’ensemble sur cette question dans les grandes villes de l’Empire tardo-médiéval.

18 J.S. Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, 1998.

19 Kl. Bergmann, Lebensgeschichte als Appell. Autobiographische Schriften der « kleinen Leute » und Aussenseiter, Opladen, 1991.

20 Kl. Arnold, « Bildliche Selbstzeugnisse in Mittelalter und Renaissance », dans Kl. Arnold, S. Schmolinsky, U.M. Zahnd dir., Das dargestellte Ich..., op. cit., p. 201-221, ici p. 221.

21 Voir sur ce point les remarques de J. Morsel, « L’éducation de Burkard Zink (début xve siècle) », dans R Gilli dir., Former, enseigner, éduquer dans l’Occident médiéval (1100-1450), Paris, 1999, t. 1, p. 238-242. La source est publiée dans les Chroniken der deutschen Stadte, 5 (Die Chroniken der schwäbischen Städte Augsburg, 2), Leipzig, 1866.

22 Parmi une abondante littérature, citons Le siècle des Platter d’E. Le Roy Ladurie et F.-D. Liechtenhan, Paris, 1995 (t. 1)-2000 (t. 2).

23 E. Maschke, « Der wirtschaftliche Aufstieg des Burkard Zinks in Augsburg », dans O. Brunner, H. Kellenbenz dir., Festschrift Hermann Aubin zum 80. Geburtstag, Wiesbaden, 1965, t. 1, p. 235-267.

24 Page 126 de l’édition de Greiff citée en note 21, renvoyant au fol. 189 de l’original (extrait reproduit par H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters, op. cit., p. 55).

25 Page 128 de l’édition de Greiff citée en note 21, renvoyant aux fos 191r et 192 de l’original (extrait reproduit par H. Wenzel, ibid., p. 57).

26 V Groebner, Ôkonomie ohne Haus. Zum Wirtschaften armer Leute in Nürnberg am Ende des 15. Jahrhunderts, Gottingen, 1993.

27 H. Michelant éd., Gedenkbuch des Metzer Bürgers Philippe von Vigneulles aus den Jahren 1471 bis 1522 nach der Handschrift des Verfassers, Stuttgart, 1852, p. 2.

28 U.M. Zahnd, Die Autobiographie des späten Mittelalters..., op. cit., fi 2 et p. 33.

29 H. Michelant éd., Gedenkbuch des Metzer Bürgers Philippe von Vigneulles, op. cit., p. 1.

30 Texte édité par A. Beriger, Johannes Butzbach Odeporicon, Weinheim, 1991.

31 Id., f° 3va, p. 140.

32 Id., f 4rb, p. 142.

33 Ibid.

34 Id., fos 12ra et 12rb, p. 178-179.

35 W. Herborn, « Hermann von Weinsberg (1518-1597) », Rheinische Lebensbilder, 11 (1988), p. 59-76. W. Schmid, Kölner Renaissancekultur im Spiegel der Aufzeichnungen des Hermann Weinsberg (1518-1597), Cologne, 1991. J.J. Hässlin éd., Das Buch Weinsberg. Aus dem Leben eines Kölner Ratsherrn, Cologne, 1997, p. 8. B. Studt, « Der Hausvater. Haus und Gedâchtnis bei Hermann von Weinsberg », Rheinische Vierteljahrsblâtter, 61 (1997), p. 135-160.

36 J.J. Hàsslin éd., Das Buch Weinsberg..., op. cit., p. 9.

37 Présentation de l’auteur et de la source dans H. Tersch, Österreichische Selbstzeugnisse, op. cit., p. 35-38. Publication par H. Pez éd., Anonymi Viennensis breve Chronicon Austriacum, dans Scriptores Rerum Austriacarum, t. 2, Leipzig, 1725, col. 547-550.

38 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort, op. cit., p. 65-69. Chronique publié par R. Froning éd., Frankfurter Chroniken und annalistische Aufzeichnungen des Mittelalters, Francfort-sur-le-Main, 1884, p. 233-236 en particulier.

39 P. Braunstein, Un banquier mis à nu. Autobiographie de Matthäus Schwarz bourgeois d’Augsbourg, Paris, 1992, p. 13.

40 J.L. Koerner, The Moment of Self-Portraiture in German Renaissance Art, Chicago, 1993.

41 St. Hugue, éd. et trad., Albrecht Dürer, Chroniques familiales. Écrit sur des dessins suivi des lettres d’Italie, Paris, 1996, p. 15.

42 Ibid., p. 21.

43 Chronique de Burkard Zink publiée dans les Chroniken der deutschen Städte, 5 (Die Chroniken der schwäbischen Städte, Augsburg, 2), op. cit., p. 180-181.

44 R.H. Lutz, Wer war der gemeine Mann ? : der dritte Stand in der Krise des Spätmittelalters, Munich, 1979.

45 P. Johanek dir., Städtische Geschichtsschreibung im Spätmittelalter und in der Frühen Neuzeit, Cologne-Weimar-Vienne, 2000.

46 Édition latine du texte : K.D. Hassler éd.,Fratris Felicis Fabri Evagatorium in Terme Sanctae, Arabiae et Aegypti peregrinationem, Stuttgart, 1843-1849. Traduction abrégée en allemand : H. Wiegandt éd., Felix Fabri. Galeere und Karawane. Pilgerreise ins Heilige Land, zum Sinai und nach Ägypten 1483, Darmstadt, 1996. Récemment : W. Carls éd., Felix Fabri. Die Sionpilger, Berlin, 1999.

47 U. Dirlmeier, « Merkmale des sozialen Aufstiegs und der Zuordnung zur Führungsschicht in süddeutschen Städten des Spätmittelalters », op. cit., p. 173 et suiv.

48 G. Veesenmeyer éd., Fratris Felicis Fabri Tractatus de civitate Ulmensi, de ejus origine, ordine, regimine, de civibus ejus et statu, Tübingen, 1889, p. 121.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Ibid., p. 123.

52 Ibid., p. 124.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search