Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Serviteurs et domestiques à Marseille au xive siècle

Francine Michaud

Texte intégral

1Le souci de concevoir la réalité des petites gens au Moyen Âge engendre des thèmes infiniment riches et variés. Il apparaît légitime que parmi les activités journalières du commun, celle qui assure la survie, qui consomme la plus grande partie du temps humain, et qui de surcroît définit la place du non-noble dans la société médiévale, reçoive un peu d’attention, à savoir le travail. Bien évidemment, le problème est de circonscrire quel type de travail, ou plutôt, quel type de travailleurs sied le mieux à l’idée que l’on se fait du « petit peuple ». Dans la mesure où le statut social d’un individu est en partie lié à son travail, le degré d’humilité qui lui est associé, à commencer par le travail manuel, me semble le critère le plus adéquat pour limiter le champ de mon étude. Or, puisque mes travaux se confinent à Marseille aux xiiie et xive siècles, j’ai retenu parmi les travailleurs de condition libre ceux et celles dont le pain quotidien fut assuré par des gestes et des tâches serviles, propres aux gens de basse condition, c’est-à-dire le service domestique.

  • 1 L’étude des testaments donne une certaine idée de l’ampleur de la crise dans la cité phocéenne : F (...)

2À la fin du Moyen Âge, c’est bien connu, les travailleurs, de l’Angleterre à la Méditerranée, ont profité de la crise démographique de 1348 pour améliorer leurs conditions d’emploi. La question qui nous occupe aujourd’hui est d’estimer et de comprendre cette évolution dans toute sa complexité, à l’échelle d’une cité de transit durement éprouvée par l’épidémie pesteuse1. En particulier, il importe d’élucider non seulement l’ampleur des gains obtenus par les serviteurs et les domestiques, mais il faut aussi s’interroger sur l’étendue de l’amélioration des conditions d’embauche de ces travailleurs à l’intérieur même de leurs rangs, et d’en suivre prudemment la chronologie au milieu des malheurs du xive siècle.

  • 2 « La condition des salariés à Florence au xive siècle », dans Il tumultuo dei Ciompi. Un momento d (...)
  • 3 J.-P. Barraqué, « Serviteurs et domestiques à Saragosse au début du xive siècle », dans Les sociét (...)

3Hélas, les sources marseillaises nous donnent qu’une bien pauvre perspective sur les activités ancillaires avant 1348. Si les séries notariales remontent jusqu’au milieu du xiiie siècle, elles ne révèlent qu’une poignée d’actes relatifs à la domesticité sur plus de 100 ans ; ainsi, dans ce secteur de l’économie, on ne dénombre que 9 contrats de travail sur un total de 175, ce qui constitue à peine 5 % du corpus. Puis, à partir de 1350, les sources se gonflent précipitamment pour épouser une courbe plus ou moins régulière jusqu’à l’orée du siècle suivant. Cet état de chose reflète vraisemblablement, comme le suggère Charles de La Roncière pour Florence, l’effet de la Peste noire sur la diffusion du salariat parmi les serviteurs2. Mais peut-être sommes-nous aussi victimes des sources puisque ce développement paraît survenir plus tôt en d’autres régions méridionales, notamment à Saragosse où les contrats de travail domestique se multiplient par dizaines au seuil du xive siècle3.

  • 4 Livre V art. 2 et Livre VI, art. 48 : Les statuts municipaux de Marseille, éd. R. Pernoud, Paris-M (...)
  • 5 J. Billioud, « De la Confrérie à la Corporation : les classes industrielles en Provence aux xive e (...)

4Même lorsque l’information existe, son traitement pose quelques limites d’interprétation, à commencer par le problème de définition du travail domestique. Ainsi, dans les articles relatifs aux métiers provenant des statuts municipaux rédigés au xiiie siècle, « ouvrier » (operarius) et « serviteur » (ille serviens) sont des termes interchangeables4. Pourtant, une hiérarchie certaine existe au sein de l’atelier : au-dessous du compagnon se trouve le manœuvre ou l’homme de peine, que l’on voit qualifié à partir du xive siècle de « serviteur » (servitor, nuncius, famulus, etc.)5. Or pour notre propos, il nous faut dissocier l’ouvroir de la maison. Ainsi, les valets d’ateliers, compagnons ou ouvriers subalternes, furent exclus de l’étude afin de porter l’objectif sur ceux dont l’aire d’action oscille davantage autour de la domus que de l’operatorium. Les serviteurs de maison ne forment pas pour autant un tout homogène : se dégagent à travers les sources des catégories fonctionnelles que déterminent des critères plus ou moins objectifs tels que le sexe, l’âge, l’expérience et l’expertise de type professionnel.

5Commençons par la gente féminine. La nature les voulant plus près de l’âtre que de l’atelier, les femmes et les filles forment un groupe facilement identifiable : elles vaquent à des tâches prédéterminées et proprement ancillaires, relatives à l’entretien de la maison et de ses occupants ; à l’exception des filles impubères, elles servent à l’occasion de nourrices au dernier-né des maîtres. Les activités des garçons et des hommes se laissent en revanche moins bien saisir, puisqu’elles sont, par définition, d’ordre général (opera seu négocia omnia). Mais une hiérarchie au premier regard subtile se dessine parmi ceux qui, sans formation artisanale apparente, font office d’hommes-à-tout-faire ; en effet, au-dessus de simples engagés, se trouvent des laboureurs qui louent leurs bras à l’année pour exécuter des travaux divers – et pas forcément de nature agricole.

  • 6 En effet, quatre impétrants reconduisent leur contrat.

6Les 175 actes compilés représentent plus de 16 % de l’ensemble de tous les contrats d’embauche rassemblés en vue d’une étude plus large sur le travail à Marseille aux xiiie et xive siècles (1 075 contrats). Ces actes permettent néanmoins de jeter l’éclairage sur 171 individus6 : 41 servantes et nourrices, 92 engagés et 38 laboureurs. Bien évidemment, ce corpus aux dimensions assez modestes ne forme qu’une fraction des ententes conclues, non seulement celles qui furent scellées par le sceau notarial, mais également celles qui échappent à l’acte écrit, sans doute parce qu’elles se dispensent de versement de gages. De plus, parmi les nombreux professionnels des écritures juridiques qui ont rédigé ces accords, certains sont singulièrement plus prolixes que d’autres, notamment les frères Aycard qui, à eux seuls, se partagent 55 % des contrats de service domestique, alors qu’ils ont apposé leur sceau sur seulement 37 % de l’ensemble des contrats d’embauche. Détail non négligeable dans l’économie des rapports entre maîtres et serviteurs qui se rendent à leur boutique, celle-ci se trouve contiguë à la prison royale.

  • 7 F. Michaud, « Travail et mouvements migratoires avant et après la peste noire à Marseille », Prove (...)
  • 8 É. Baratier, Le commerce de Marseille, de 1291 à 1423, Paris, 1951, t. II, p. 304-316.

7Nouveauté de l’après peste, au sein de la main-d’œuvre marseillaise, ce sont les étrangers qui dominent7. Parmi les 171 domestiques et serviteurs, 65 % ne sont pas fils ou filles du pays. Se confinant à une aire culturelle et linguistique qui leur est familière, ces itinérants proviennent en nette majorité de villages, bourgades et villes provençales (72 %), qui se situent à moins de 100 kilomètres de Marseille. Le flux d’immigrants s’intensifie d’ailleurs avec les années. En effet, à la fin de notre période, c’est-à-dire à partir de 1380, les migrants de fraîche date passent plus de 78 % des contrats. C’est aussi à cette époque que les garçons arrivent sur le marché de l’emploi en plus grand nombre. Il faut par conséquent comprendre que la crise de main-d’œuvre qui secoue de la cité après 1348, se poursuit dans les dernières décennies du siècle – ce que corrobore par ailleurs la chute des revenus fiscaux8.

8Qu’ils soient riches ou momentanément à l’aise, les employeurs ont tout intérêt à retenir leurs serviteurs le plus longtemps possible, ce qui du reste contribue à maintenir les salaires relativement bas, puisque ceux-ci sont, en règle générale, inversement proportionnels à la durée du contrat de travail. Par conséquent, l’embauche d’individus économiquement et socialement vulnérables, tels les jeunes et les femmes, peut présenter une alternative avantageuse. Bien que le profil statistique du domestique qui se dégage de notre corpus correspond au mâle adulte d’origine étrangère qui loue ses bras sur une base annuelle, il n’en reste pas moins que les enfants forment plus du quart de la main-d’œuvre (26 %) – proportion qui reste probablement en deçà de la réalité compte tenu de l’inconsistance des sources à révéler l’âge des mineurs.

9Si les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles, celles-ci composent toutefois le tiers du groupe des servantes. Notons, sans grande surprise, que plus de la moitié des enfants sont orphelins de père au moment de passer contrat, ce qui explique leur besoin de sécurité et de protection par le truchement du service domestique qui leur assurera pendant de longs mois, en fait, plus souvent des années, non seulement un gîte et un couvert, mais aussi la promesse de gages.

10Des différences saisissantes se manifestent entre les sexes, suivant le lieu d’origine, l’âge d’entrée au service des maîtres, la durée du contrat et les émoluments offerts. Les filles sont surtout issues du petit artisanat local, alors que deux garçons sur trois, d’extraction également modeste, appartiennent au peuple des migrants. Ce qui néanmoins étonne au premier regard, c’est la différence d’âge entre les filles et les garçons au moment de se placer chez un patron. Les garçons ont en moyenne 14,9 ans (écarts de 12-20), alors que les filles, presque toutes impubères, sont âgées d’environ 10 ans (écarts de 6-14).

11L’entrée relativement précoce des filles au service de maison contribue aussi à expliquer pourquoi leurs parents ou gardiens optent pour une durée moyenne de contrat de quatre ans, alors que les garçons se placent pour moins de trois ans. Quoi qu’il en soit, c’est du côté des enfants qu’il faut chercher une certaine permanence de la main-d’œuvre domestique dans les familles marseillaises, puisque les adultes ne s’engagent qu’à l’année. Remarquons toutefois que dans les dernières décennies du siècle, les maîtres tendent à embaucher en moyenne des garçons légèrement plus matures (16 ans), et sur une plus courte durée (deux années et demie), facteurs qui favorisent l’amélioration de leurs gages.

  • 9 Alors qu’en 1319 le menu vaut par rapport au florin 24 sous et 4 deniers (Archives départementales (...)
  • 10 Bien qu’il n’existe aucune liste de prix permettant l’étude précise du taux d’inflation en Provenc (...)

12Pour apprécier valablement la signification des salaires alloués aux jeunes, notamment dans les années qui suivent la Peste noire, il faut les mettre en relation avec ceux obtenus par l’ensemble des travailleurs adultes. Bien qu’ils expriment les gages en « bons florins d’or de Florence », les notaires marseillais prennent soin d’en donner la valeur correspondante dans la monnaie locale, c’est-à-dire le menu marseillais. Bien que la monnaie du pays ait perdu presque la moitié de sa valeur par rapport au florin au cours du siècle, elle demeure relativement stable dans la seconde moitié du xive siècle9. Or la faible dépréciation monétaire dissimule le taux d’inflation réel qui mine l’économie provençale à partir des années 1350, et affecte par conséquent la condition des humbles, d’autant plus si les salaires, eux, restent également stables ou, pire, s’ils déclinent10.

  • 11 Seulement quatre des neuf contrats d’embauche indiquent un salaire en espèces.

13À première vue, les salaires moyens calculés en versements mensuels s’accroissent sensiblement dans le second versant du xive siècle par rapport aux années 1330 et 1340 ; s’il faut en croire l’échantillon bien mince dont on dispose pour ces années11, ils augmenteraient après la peste de plus de 50 % (Tableau 1). Cette estimation reste bien entendu toute relative. Quoi qu’il en soit, les salaires révèlent dans l’ensemble une hiérarchie qui s’établit non seulement entre les sexes (hommes gagnant deux fois plus que les servantes) et les groupes d’âge (les garçons ne récoltant que 43 % des émoluments des hommes), mais aussi selon les catégories fonctionnelles (Tableau 2). Ainsi, l’échelle salariale dont les écarts extrêmes sont, en moyenne, de 4,5 à 42,6 sous, se répartit comme suit : au sommet se tiennent les nourrices avec des gages de 42,6 sous, suivies de près par les laboureurs, avec 38,3 sous, ensuite par les engagés qui gagnent 31 sous ; puis, beaucoup plus bas, figurent les servantes, se contentant de la moitié de ce salaire, à 16,4 sous, et non loin derrière, les garçons avec 14,2 sous ; et tout à fait au pied de l’échelle se trouvent les jeunes filles avec 4,5 sous.

  • 12 3 janvier 1352, AD, 355 E 4, f° 123v ; 10 novembre 1354, AD, 355 E 292, fos 22 et 22v.
  • 13 Ibid.

14En fait, il est difficile de parler de salariat parmi les jeunes filles, puisque les maîtres n’allouent un pécule qu’à une fillette sur trois. Sans grande surprise, les deux salaires les moins médiocres sont assignés au lendemain de la grande peste12. Mais un seul maître promet explicitement à sa servante des espèces sonnantes pour son mariage13. S’il faut s’étonner que les employeurs marseillais négligent la constitution de dot comme forme d’assistance sociale, ils ne destinent cependant le salaire en numéraire, si modeste soit-il, qu’aux orphelines, geste qui procède peut-être d’un sentiment caritatif. En revanche, il est tout aussi révélateur que des pères impécunieux – cordonniers, gippiers, laboureurs – placent gratuitement leur progéniture féminine au service de concitoyens, contre la promesse de leur entretien complet. Le travail ancillaire de toutes jeunes filles s’avère ainsi pour les familles frappées par la misère un recours de dernière nécessité.

Tableau 1. Distribution décennale de la moyenne mensuelle des salaires nominaux parmi les 158 serviteurs et domestiques salariés (1240-1400)

Tableau 1. Distribution décennale de la moyenne mensuelle des salaires nominaux parmi les 158 serviteurs et domestiques salariés (1240-1400)

sol. : solidi.
# : nombre d’actes.

Tableau 2. Moyenne des salaires mensuels versés aux 158 domestiques et serviteurs salariés (en solidi)

Tableau 2. Moyenne des salaires mensuels versés aux 158 domestiques et serviteurs salariés (en solidi)

15On hésite en revanche beaucoup moins à louer le labeur des garçons puisqu’il représente un revenu presque assuré : non seulement les adolescents et les garçons reçoivent les bénéfices coutumiers du gîte, du couvert et du vestiaire normalement impartis aux mineurs, mais ils sont aussi salariés dans une proportion de plus de 90 %. En fait, ceux qui ont la chance d’être accompagnés de leur père au moment des négociations se dotent de salaires de 20 % supérieurs à ceux des orphelins. Enfin, rappelons que dans le dernier quart du siècle, l’âge moyen des travailleurs juvéniles s’élève, ce qui permet aussi d’expliquer l’amélioration relative de leurs gages.

  • 14 Toutefois, cette forme d’emploi ne peut être qu’occasionnelle, les nourrices ne pouvant en faire é (...)
  • 15 C. Klapisch-Zuber, « Women Servants in Florence during the Fourteenth and Fifteenth-Century », dan (...)
  • 16 Nous avons relevé deux contrats biennaux concernant l’allaitement d’infans : 29 décembre 1351, AD, (...)

16Ce sont néanmoins les nourrices qui obtiennent les meilleurs émoluments14. Bien que l’échantillon fort mince dont nous disposons ne nous autorise à en tirer aucune conclusion définitive, l’allaitement mercenaire paraît connaître une demande constante après la Peste noire. Ces « aristocrates de la domesticité », suivant l’heureuse formule de Christiane Klapisch-Zuber15, prodiguent leurs soins aux nouveau-nés pendant une période de un à deux ans. Le contrat annuel semble davantage profiter aux employées, puisqu’il leur assure des gages de 23 % supérieurs à ceux du contrat biennal qui correspond à la durée souhaitée de l’allaitement du nourrisson16. L’avantage revient aussi à celles – les plus nombreuses qui optent pour la résidence du maître, ce qui accroît d’environ 30 % leurs gages.

  • 17 Il s’agit de Monette Lambert du village Les Arcs : 3 décembre 1375, AD, 351 E 44, fos 83-84v.

17Or, l’échelle salariale des nourrices révèle un écart beaucoup plus important, oscillant de 25 à 67 sous mensuels. L’une d’entre elles, de toute évidence mère célibataire, ne reçoit même aucune rétribution monétaire17. En fait, ce sont les circonstances personnelles, ou plus précisément la place de la femme dans la famille, et par conséquent dans la société, qui semblent sceller son sort : la présence d’une figure masculine, l’époux en l’occurrence, et parfois même le père, demeure un facteur essentiel dans l’octroi de conditions décentes. Faute de protection familiale, ces femmes risquent d’être l’objet d’abus de l’employeur.

  • 18 29 juillet 1380, AD, 355 E 27, fos 16v-19v.
  • 19 28 novembre 1366, AD, 351 E 28, f° 241r. Détail révélateur, lorsque les gages sont distinctement a (...)

18En outre, la situation des servantes ordinaires est de toute évidence liée à leur statut matrimonial. En effet, les épouses – qui se trouvent, notons-le bien, en nombre égal aux femmes seules (veuves et célibataires confondues) – gagnent 17 % de plus que ces dernières. Mais lorsqu’elles travaillent aux côtés de leur mari chez un même employeur, leurs gages diminuent sensiblement. Deux cas de figures permettront de souligner ce contraste marqué. Jean Barnoin, originaire d’Aix, réussit à placer sa femme comme nourrice chez un citoyen marseillais au salaire mensuel de 67 sous, alors qu’il trouve à louer ses bras chez un autre maître au salaire de 53 sous18. Un autre couple, Alice et Hugues Barrai – dont les gages sont les plus élevés parmi les couples conjointement employés-se partagent 59 sous, soit la moitié du revenu gagné par les Barnoin19.

  • 20 28 novembre 1366, AD, 351 E 28, f° 24lr.
  • 21 21 mai 1366, AD, 351 E 28, fos 70-70v.

19Il est vrai que l’engagement conjoint permet d’éviter l’éclatement de la famille, à une époque où le dispersement de ses membres placés au service domestique d’autrui constitue la norme. En effet, des seize femmes mariées du corpus, seulement quatre sont à l’emploi du patron de leur mari. Et même en ce cas, la continuité et la stabilité de l’unité conjugale ou familiale ne sont pas pour autant assurées. Prenons une fois de plus l’exemple d’Alice Barrai : alors que son époux doit vaquer à l’entretien de la bastide du maître située dans le territoire marseillais, elle se voit confinée à la résidence urbaine20. Il n’est d’ailleurs pas inintéressant de constater que l’engagement du couple coïncide avec le départ prématuré d’un ancien employé, un laboureur dont les gages n’étaient que de quelques sous inférieurs au salaire global des époux21.

20Indéniablement, l’adulte mâle indépendant qui se qualifie de laboureur détient les atouts essentiels pour se ménager les meilleures conditions d’emploi. Bien que les laboureurs louent leurs bras pour des travaux divers, c’est assurément leur expertise de la terre qui explique leur bonne fortune ; en effet, on les voit se placer régulièrement auprès de l’élite marseillaise, détentrice de biens fonciers. Ils paraissent particulièrement en demande après le second passage de la peste au début des années 1360 jusqu’au milieu des années 1370, période où leurs gages s’accroissent de plus de 35 % par rapport aux années 50, pour ensuite décliner dans les deux dernières décennies du siècle.

21En cette fin de siècle, l’affaissement des gages affecte beaucoup plus durement le simple engagé, qui alors ne peut espérer que les trois quarts de la valeur des salaires offerts au lendemain de la Peste noire ; il se contente en revanche d’un complément en nature sous forme de vêtements et de chaussures, et dont la valeur – lorsque l’on peut l’apprécier – représente environ un mois de revenus en espèces. Cette tendance d’ailleurs coïncide avec la présence accrue de la main-d’œuvre étrangère dans la cité. Il est bien sûr possible que les employeurs pratiquent une politique de discrimination envers les immigrants. Pourtant, la rareté de la main-d’œuvre paraît se maintenir sinon s’aggraver, puisque l’on recourt davantage au labeur des jeunes. Ce paradoxe pourrait cependant trouver un élément d’explication dans la conjonction de deux nouveaux développements observables à partir de la fin des années 1370 : alors que les maîtres ont de plus en plus de difficulté à offrir les gages d’antan, un nombre appréciable de serviteurs se révèlent dans un état d’endettement tel, qu’ils n’ont d’autre choix qu’accepter des conditions d’emploi moins brillantes qu’autrefois. Cette évolution suggère sans doute le renchérissement du coût de la vie qu’occasionna la hausse des salaires au lendemain de la Peste noire.

22Il faut en effet remonter à l’aube des années 1350 pour comprendre cette transformation. La chute brutale de la population, en créant soudainement de nombreux débouchés d’emploi, stimule alors fortement l’accès au crédit des travailleurs, fussent-ils même gens de maison. En fait, la crainte du débauchage de leurs employés conduit d’abord les patrons à desserrer leurs bourses. Certes, de bons gages favorisent la loyauté des serviteurs ; en effet, ce sont les impétrants les mieux payés qui reconduisent leur contrat. Mais dans l’atmosphère concurrentielle qu’engendre le manque de main-d’œuvre, 20 % des maîtres doivent recourir à un moyen d’attraction encore plus irrésistible : l’avance salariale, portant jusque sur la moitié de la totalité des gages promis – le versement du tiers étant à Marseille coutumier. Or muni de garanties suffisantes (caution réelle et personnelle) – sans lesquelles il serait une incitation au bris de contrat – ce type de créance s’avère à terme une arme efficace contre la fugue toujours redoutée du travailleur. À la faveur du retournement de conjoncture qui survient à la fin des années 1370, les débiteurs insolvables forment ainsi une main-d’œuvre à bon marché, se trouvant alors dans une position fort délicate pour exiger des salaires faramineux. Ils se voient en outre contraints de louer leur labeur au-delà d’une année, voire jusqu’à deux ans dans l’espoir de régler leurs dettes. Enfin, dans un contexte inflationniste, les salaires fixés sur une plus longue période risquent de mener à un état d’endettement chronique. Ainsi donc s’établit le rapport entre la prison municipale et l’étude des notaires Aycard. Si l’ouverture du marché de l’emploi favorise la réinsertion sociale de petits délinquants, tout en évitant à de nombreux emprunteurs l’incarcération pour dettes, l’insolvabilité de maints travailleurs augmente d’autant leur état de dépendance envers les maîtres.

  • 22 15 avril 1385, AD, 351 E 40, f° 27 ; 10 septembre 1385, AD, 351 E 40, f° 112 ; 2 septembre 1386, A (...)

23L’impécuniosité grandissante des employeurs semble aussi avoir encouragé ces derniers à plus de prudence et de parcimonie dans les conditions d’embauche qu’ils accordent à leurs serviteurs. À titre d’exemple, le juriste Amel Boniface, n’arrivant plus à honorer ponctuellement le règlement d’arrhes dues à ses engagés, prend l’habitude à la fin des années 1380 de n’embaucher plus qu’une seule et même personne pour vaquer à l’entretien de sa bastide et de sa propriété urbaine22. De nombreux autres témoignages trahissent la tendance des maîtres à reporter au terme du contrat le versement entier des gages promis ; ils retranchent même de ceux-ci la valeur du vestiaire octroyé, et ne s’engagent à procurer les nécessités de la vie que suivant l’état d’indigence du serviteur et de sa prestation de travail. Cette évolution rapide et contrastée des relations entre maîtres et serviteurs dans le second versant du xive siècle, se poursuit néanmoins dans un contexte de crise économique continue, si bien qu’au seuil du siècle suivant, les humbles n’ont guère d’autres alternatives que de se contenter de conditions de travail certainement plus médiocres que celles dont bénéficia la génération précédente.

  • 23 Op. cit., p. 364 et 369.

24Jean-Pierre Barraqué a récemment suggéré, à l’issue de ses recherches sur Saragosse, que « les serviteurs constituent un groupe intéressant par lui-même », car la domesticité représente « l’une des premières étapes de l’intégration sociale des nouveaux arrivants, hommes jeunes ou mal intégrés »23. À Marseille, dans la seconde moitié du xive siècle, il n’en est rien. La mobilité au sein de ces travailleurs a très peu à voir avec un phénomène d’ascension sociale ou professionnelle : elle est essentiellement d’ordre économique, motivée par un souci bien pragmatique, l’urgence d’améliorer les conditions essentielles de vie, particulièrement dans le contexte d’instabilité et d’incertitude de l’époque. Autant qu’on puisse en juger, elle n’assure pour le grand nombre que des gains à court terme, que favorise une conjoncture limitée dans le temps. Tout au mieux, la progression du salariat dans le secteur domestique permet-elle, sans l’assurer, la réhabilitation de débiteurs insolvables.

25Ce qu’il faut au contraire retenir de l’échantillon documentaire dont nous disposons, c’est précisément le caractère éphémère de la fortune qui sourit aux petites gens attachées au service domestique des plus grands, et ce au sacrifice de la stabilité et de l’unité familiale. Sans doute les maîtres ont-ils nourri une véritable angoisse à l’idée de ne pouvoir s’assurer une main-d’œuvre stable à bon marché après 1348. Mais les conditions qu’ils ménagèrent dans l’ensemble à leurs employés reflètent sans l’ombre d’un doute leurs propres besoins et moyens. C’est cette réalité qui donne en retour la mesure des tensions qui émanent du rapport de force entre maîtres et valets.

26Plusieurs facteurs contribuent à établir les fondements de ce rapport. Extrinsèques d’abord : la crise de la main-d’œuvre qui s’insinue au cours du siècle ; l’accès libéral au crédit facilitant l’endettement chronique des humbles, et à terme leur dépendance accrue envers les créateurs d’emploi ; l’inflation galopante qui finit par essouffler les finances de ces derniers après 1375 ; enfin, les maux des temps qui aggravent l’économie locale : épidémies, disettes, et surtout dans les dernières décennies, l’état de guerre quasi permanent. En revanche, des facteurs intrinsèques permettent d’expliquer les conditions de travail différentielles parmi les serviteurs et les domestiques : les qualifications professionnelles – nourrices et laboureurs –, le sexe, l’âge, la protection familiale, le lieu d’origine, l’expérience, la personnalité, etc.

27En somme, l’histoire du secteur domestique à Marseille au cours du second versant du xive siècle, est celle du passage de l’opportunité à la nécessité, du moins pour les loueurs de bras et leurs familles, processus au terme duquel les maîtres auront beau jeu de dicter à une main-d’œuvre plus jeune, étrangère et moins expérimentée, leurs conditions d’emploi, voire même, d’existence.

Notes

1 L’étude des testaments donne une certaine idée de l’ampleur de la crise dans la cité phocéenne : F. Michaud, « La peste, la peur et l’espoir. Le pèlerinage jubilaire de romeux marseillais en 1350 », Le Moyen Âge, 104 (1998), p. 399-434.

2 « La condition des salariés à Florence au xive siècle », dans Il tumultuo dei Ciompi. Un momento di storia fiorentina ed Europa, Florence, 1981, p. 14.

3 J.-P. Barraqué, « Serviteurs et domestiques à Saragosse au début du xive siècle », dans Les sociétés urbaines en France méridionale et en péninsule Ibérique au Moyen Âge. (Actes du Colloque de Pau, 21-23 septembre 1988), Paris, 1991, p. 363-372. Il se pourrait néanmoins que dans l’Espagne de la Reconquista, le salariat se soit répandu plus tôt au sein de la main-d’œuvre domestique qu’ailleurs en Occident.

4 Livre V art. 2 et Livre VI, art. 48 : Les statuts municipaux de Marseille, éd. R. Pernoud, Paris-Monaco, 1949, p. 165 et p. 225.

5 J. Billioud, « De la Confrérie à la Corporation : les classes industrielles en Provence aux xive et xve siècles », Mémoires de l’Institut historique de Provence, 6 (1929), p. 258.

6 En effet, quatre impétrants reconduisent leur contrat.

7 F. Michaud, « Travail et mouvements migratoires avant et après la peste noire à Marseille », Provence historique, 195-196 (1999), p. 367-383.

8 É. Baratier, Le commerce de Marseille, de 1291 à 1423, Paris, 1951, t. II, p. 304-316.

9 Alors qu’en 1319 le menu vaut par rapport au florin 24 sous et 4 deniers (Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD), liasse 6 G 47), en 1350 on l’estime à 30 sous (AD, 355 E 2, fos 160-161v), puis il s’établit à 32 sous en 1366 (AD, 355 E 14, f° 26), pour enfin se stabiliser jusqu’en 1400 où il apparaît à 40 sous (Bibliothèque nationale de France, Nouvelles acquisitions latines, P 43v). Cette évolution se conforme au courant monétaire dans l’ensemble des pays européens de l’époque : É. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident, Paris, 1970, p. 97-126 ; P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, Cambridge, 1988, p. 289-318.

10 Bien qu’il n’existe aucune liste de prix permettant l’étude précise du taux d’inflation en Provence au xive siècle, il convient néanmoins de consulter l’ouvrage de N. Coulet sur les tendances inflationnistes de l’après-peste, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale, t. I, Aix-en-Provence, p. 136.

11 Seulement quatre des neuf contrats d’embauche indiquent un salaire en espèces.

12 3 janvier 1352, AD, 355 E 4, f° 123v ; 10 novembre 1354, AD, 355 E 292, fos 22 et 22v.

13 Ibid.

14 Toutefois, cette forme d’emploi ne peut être qu’occasionnelle, les nourrices ne pouvant en faire évidemment une carrière à long terme : L. Otis, « Municipal Wet-Nurses in Fifteenth Century Montpellier », dans B. A. Hanawalt éd., Women and Work in Preindustrial Europe, Bloomington, 1986, p. 87 et 89.

15 C. Klapisch-Zuber, « Women Servants in Florence during the Fourteenth and Fifteenth-Century », dans B.A. Hanawalt éd., Women and Work in Preindustrial Europe, op. cit., P-57.

16 Nous avons relevé deux contrats biennaux concernant l’allaitement d’infans : 29 décembre 1351, AD, 355 E 4, fos 122v-123 ; 17 octobre 1369, AD, 355 E 18, f° 65r. Ces témoignages corroborent les conclusions de C. Klapisch-Zuber sur cette question : « Parents de sang, parents de lait : la mise en nourrice à Florence (1300-1530) », Annales de démographie historique (1983), p. 39 et p. 53-58.

17 Il s’agit de Monette Lambert du village Les Arcs : 3 décembre 1375, AD, 351 E 44, fos 83-84v.

18 29 juillet 1380, AD, 355 E 27, fos 16v-19v.

19 28 novembre 1366, AD, 351 E 28, f° 241r. Détail révélateur, lorsque les gages sont distinctement attribués au mari et à la femme, la valeur du travail de cette dernière ne représente qu’un peu plus du tiers de celle de son époux. Ainsi le juriste Primat Mirepoix alloue à sa servante un salaire mensuel de 13 sous, alors qu’il en offre plus de 35 à son mari : 20 février 1378, AD, 355 E 24, fos 131-132v.

20 28 novembre 1366, AD, 351 E 28, f° 24lr.

21 21 mai 1366, AD, 351 E 28, fos 70-70v.

22 15 avril 1385, AD, 351 E 40, f° 27 ; 10 septembre 1385, AD, 351 E 40, f° 112 ; 2 septembre 1386, AD, 351 E 41, fos 35-35v.

23 Op. cit., p. 364 et 369.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution décennale de la moyenne mensuelle des salaires nominaux parmi les 158 serviteurs et domestiques salariés (1240-1400)
Légende sol. : solidi.# : nombre d’actes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau 2. Moyenne des salaires mensuels versés aux 158 domestiques et serviteurs salariés (en solidi)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540