Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Le « petit peuple » lainier à Vérone de 1425 à 1502 : artisans indispensables, cives allivrés et pauvres laborieux

Raoudha Guemara

Texte intégral

1Le « petit peuple » lainier à Vérone est constitué par l’ensemble des artisans qui remplissent les tâches nécessaires mais souvent ingrates du travail de la laine à partir de la matière première jusqu’au produit fini, commercialisable, sans avoir les honneurs de s’adjuger le mérite des actes dits importants parce que les plus connus et les plus décisifs dans la transformation du flocon de laine en drap. Il est appelé ainsi à cause de ses revenus et de son statut socio-économique, qui le placent aux derniers rangs dans l’échelle des valeurs des Arts de la laine véronais. Ces derniers jouissent d’une situation particulière puisqu’ils ont leurs propres statuts, qui réglementent leur vie associative et traitent les aspects de leur vie professionnelle dans les moindres détails. Ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres villes d’Italie où l’Arte della lana enferme dans leur globalité tous les stades du travail lainier.

2Nous essayerons de montrer dans cette intervention ce que représente le « petit peuple » dans la chaîne du travail drapier véronais ainsi que la manière dont ce groupe est pressuré par la fiscalité et comment il subit le coût, lui en premier lieu, du « réajustement » structurel de la draperie véronaise puis vénitienne aux xive et xve siècles.

Des travailleurs indispensables

  • 1 Les opérations relatives à la laine brute, filée ou tissée, l’usage des produits et moyens d’affin (...)
  • 2 L’artisanat médiéval véronais était constitué de 45 artes, chacun d’eux se référant à un misterio (...)

3Le processus du travail de la laine est divisé en quatre phases : la préparation de la matière première, son filage et son tissage, sa teinture et enfin le finissage1. À Vérone, ces différentes phases sont couvertes par neuf Métiers organisés dans les formes traditionnelles de l’artisanat et du salariat, tout en ayant chacun une tâche bien spécialisée2.

  • 3 L. Simeoni, Misterium Batariorum lane Verone et districtus..., op. cit., p. 40-50 : c’est le Métie (...)
  • 4 Les lavatores lanae recensés à Vérone sont au nombre de trois en 1425, un en 1482, un en 1492 et q (...)
  • 5 R. Guemara, Les arts de la laine à Vérone aux xive et xve siècles, Tunis, 1987, table no 19 de l’a (...)

4Les opérations préliminaires s’effectuent sur le flocon de laine et constituent le premier travail requis par la matière première. Elles nécessitent des outils rudimentaires et simples que l’ouvrier peut transporter facilement. Généralement, cette phase du travail est accomplie auprès de l’entrepreneur, sous le contrôle du marchand ou sous celui de salariés payés à la tâche ou à la journée et étroitement liés au patron. Dans certains cas, ce dernier peut être le même drapier qui commande le travail. Le lavage et le séchage sont les seules opérations préliminaires qui font exception à cette règle3. Assez souvent elles sont faites dans les lieux de production ou, surtout, près des zones d’exportation de la matière première, dans la campagne ou dans certains quartiers périphériques de la ville, là où l’eau est abondante. Les lavatores lanae recueillis dans les recensements véronais de 1425, 1482, 1492 et 15024 habitent effectivement à l’extérieur du centre, à savoir : à Beverara, Ferrarobus, Insulo Infra, San Giorgio, San Nazaro el San Vitale5 (voir plan de la ville).

  • 6 Ibid., tables nos 7 et 20 de l’appendice VIII, p. 417 et 510.

5Après le lavage qui n’est pas toujours obligatoire (la laine étant vendue lavata, lavée sur le lieu de production, ou sudicia, en suint), on procède au triage. Celui-ci permet d’écarter la trop grosse laine et les résidus tels que la bourre. En dépendent la résistance et la valeur du drap. Ainsi des lois fort précises réglementent-elles cette tâche qui incombe toujours et partout aux hommes6, vue la grande force physique qu’elle requiert. La laine triée qui garde encore des déchets est étendue sur des claies. L’ouvrier batteur, muni d’un arc – une sorte de baguette souple appelée « verge » (d’où le nom vergezinus) – la bat afin d’en séparer les flocons, c’est-à-dire les brins trop courts qui tombent sous le treillage. À ce stade, on procède au graissage de la laine pour obtenir une draperie ointe, à l’aspect soyeux, préférable à la draperie sèche. Cette opération appelée « droussage » en Flandre et faite au beurre, n’est autre que le « huilage » italien (qui utilise l’huile), comme cela se fait communément dans les autres pays méditerranéens.

Les contrade urbaines et suburbaines aux xive et xve siècles

Les contrade urbaines et suburbaines aux xive et xve siècles

© Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis

6Le peignage et le cardage achèvent d’éliminer les impuretés et égalisent les brins en écartant ceux qui sont trop courts. Le peignage qui se fait à l’aide de deux peignes en fer, est un travail très pénible, mais préféré par les gens du métier au cardage, car il donne le fil de chaîne pour les meilleures étoffes et s’adapte mieux aux laines longues. Quant au cardage, pratique tardive et mal acceptée par une opinion traditionaliste parce que soupçonnée de mauvais rendement, il s’effectue à l’aide de planchettes garnies de chardons, remplacés plus tard par des dents en fer. Il donne les fils de trame des draps de qualité supérieure, ainsi que la laine utilisée par la draperie moyenne.

7Le peignage et le cardage sont-ils des prérogatives féminines comme c’est le cas en Flandre et même ailleurs ? Ou des spécialités peu courantes en ville ? Les recensements véronais nous mettent devant une réalité locale évidente et particulière qui vient infirmer des thèses jusque-là admises par la plupart des historiens qui se sont penchés sur ce problème. À Vérone, le peignage ainsi que le cardage ne sont pas du ressort des femmes et encore moins des femmes rurales. Au contraire, ils sont pratiqués par des hommes – pectinatores et scartezinos – résidant, pour la plupart, dans les quartiers périphériques et, en particulier, dans les contrade occidentales situées sur la rive gauche de l’Adige.

  • 7 Ibid., histogrammes nos 2 et 8, appendice VII, p. 420 et 426.
  • 8 G. Fourquin, Histoire économique de l’Occident médiéval, Paris, 1969, p. 243.

8L’exemple de Vérone ne ressemble pas exactement au modèle général décrit par Guy Fourquin : non seulement les peigneurs et les cardeurs véronais sont nombreux mais leur situation matérielle n’est pas aussi misérable7 que celle des « peigneresses » et les « carderesses » flamandes. Celles-ci font partie d’un sous-prolétariat particulièrement mal payé, travaillant à la tâche ou au forfait, ne possédant pas la matière première (mises à part les paysannes travaillant leur propre laine). Fréquemment, peigner et carder représentait pour elles une occupation d’appoint pendant la saison morte du travail agricole8. Cette main-d’œuvre féminine travaillait « au noir » pour un entrepreneur propriétaire de la laine. Un salaire très bas, un nombre d’heures illimité de labeur et aucune sécurité morale ou matérielle garantie par une législation quelconque : telles étaient les conditions de ces femmes. En plus de l’exploitation pure et simple, elles souffraient de la menace latente et permanente du chômage relatif.

9Une telle situation est d’autant plus étrange que leur rôle est primordial dans l’industrie drapante. Elle est compréhensible seulement si nous la plaçons dans son contexte médiéval où seuls les artisans affiliés à un Métier pouvaient se prémunir contre certains abus. Leur malheur provient de leur indépendance forcée de toute structure statutaire. Ce sont les premières formes des industries rurales, qui cherchaient à se débarrasser des contraintes salariales et du contrôle du système corporatif en Europe.

10Comme nous le remarquons, au niveau de l’organisation du travail, le fractionnement très prononcé des opérations produit un affaiblissement de la position de ces artisans. N’appartenant à aucun Art, ceux-ci se trouvent

  • 9 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978, p. 202.

« face à un employeur qui contrôlait toute la chaîne de production, depuis la fourniture des matières premières jusqu’à la commercialisation des produits finis. Cet exemple de pratiques apparemment courantes éclaire la condition dépendante et précaire d’une main-d’œuvre exposée à tomber de la précarité dans l’indigence »9.

11Une main-d’œuvre locale, donc, travaillant à façon, pour un drapier entrepreneur qui lui vend la matière première et rachète sa production. De ce fait, elle n’est pas liée à ce fournisseur par un rapport salarial fixe, mais par une rétribution irrégulière, au gré des prestations. Il n’est même pas certain qu’elle dépende d’un seul patron. Peigneurs et cardeurs n’ont pas besoin de posséder un atelier. Seuls ou aidés par les membres de leurs famille, ils travaillent chez eux, n’utilisant que des instruments rudimentaires. Pour cette raison, la rémunération de leurs actes ne concerne pas uniquement leur service, mais aussi la consommation de la laine (les déchets et les impuretés sont à défalquer du poids de la matière brute), celle des outils (l’usage des dents en fer et celui des chardons) tout comme l’huile utilisée dans le cardage. Ainsi, la rétribution est globale car elle concerne l’opération en entier, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui puisque les coûts sont diversifiés (matière première, outils, main-d’œuvre, installation des machines, locaux, etc.). Il nous est malheureusement impossible d’effectuer une recomposition des prix au Moyen Âge et d’évaluer la part du prix du labeur de nos artisans. Il est indéniable, cependant, qu’ils ne pouvaient que vivoter avec leurs petits moyens, grossissant les rangs du « petit peuple », cette « pauvreté laborieuse » dont parlaient leurs contemporains,

  • 10 Ibid., p. 198.

« faite, selon l’étymologie même du terme, de travail et de peine insuffisants à assurer la subsistance, l’indépendance et le bonheur. Ceux-là connaissaient et même pratiquaient un métier, possédaient quelquefois un petit peu de biens, mais la faiblesse de leurs ressources, leur dépendance à l’égard d’un employeur les mettaient à la merci du moindre accident personnel ou conjoncturel qui leur faisait franchir le seuil de l’indigence »10.

Une présence abondante de cives allivrés

Les artisans recensés au sein de la communauté des lainiers

12Dans les dénombrements des citoyens véronais, entre 1425 et 1502, les peigneurs et les cardeurs occupent, respectivement, la deuxième et la troisième place après les tisserands, groupant ensemble 35,6 % de l’effectif des artisans lainiers de la ville (soit 20,15 % pour les premiers et 15,46 % pour les seconds). Ils sont ainsi répartis :

Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs à Vérone de 1425 à 1502

Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs à Vérone de 1425 à 1502

13Ce qui correspond au graphique suivant :

Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs de 1425 à 1502

Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs de 1425 à 1502

14Ces indications nous montrent une évolution presque en parallèle de deux groupes de travailleurs : une diminution brutale entre 1433 et 1443, puis un certain ressaisissement entre 1456 et 1465 et, depuis, une progression qui culmine en 1492, atteignant plus de trois fois le nombre de 1425 pour les peigneurs et plus de deux fois celui des cardeurs. Il est certain que la cause de ce phénomène n’est pas inhérente à la profession mais à une conjoncture générale favorable à la draperie véronaise. Afin de surmonter sa crise, l’artisanat lainier a peut-être plus investi dans les opérations préliminaires du travail de la matière première. Il les a davantage implantées dans la ville afin de se garantir les revenus de cette industrie, limiter le travail dans la campagne et, par-là, mieux contrôler et mieux assujettir l’économie rurale à celle de la ville. C’est vraisemblablement une solution plus favorable et plus commode pour le drapier-entrepreneur qui n’aura plus à se rendre dans le contado pour faire travailler la laine, mais pourra suivre toutes les phases de production dans la ville même.

Des cives allivrés

15Les cives véronais sont allivrés à la suite d’une estime de leurs revenus et de leurs patrimoines dans le but

  • 11 M. Mollat, op. cit., p. 212-213.

« de les taxer proportionnellement à leur importance, sur la base d’un minimum imposable, variable selon les besoins de (Venise). Au-dessous de ce minimum se trouvent les pauvres, mais la définition du « pauvre fiscal » varie selon le niveau du minimum. D’autre part, les non-imposables ne figurent pas régulièrement sur les états des dénombrements... (La qualification de nihil habentes) ne signifie pas une totale indigence, mais exprime une notion purement fiscale, variable et applicable à ceux qui, en telle année, n’ont rien qui tombe sous le coup de l’impôt. Ces gens n’étaient pas des mendiants. Ignorés par le fisc, ils n’étaient astreints ni à déclaration ni à contrôle »11.

Taxe des peigneurs et des cardeurs de 1425 à 1502

Taxe

Peigneurs

 %

Cardeurs

 %

5 sous

9

1,7

10

2,5

6 sous

64

12,2

44

10,5

7 sous

264

50,4

211

52,5

8 sous

131

25,0

100

24,9

9 sous

30

5,7

23

5,7

10 sous

15

2,9

8

2,0

15 sous

9

1,7

3

0,7

20 sous

1

0,2

0

0,0

Total

523

99,8

399

98,8

Taxes des peigneurs et des cardeurs de 1425 à 1502

  • 12 A. Tagliaferri, L’economia Veronese secondo gli estimi dal 1409 al 1635, Milan, 1966.
  • 13 Ibid., tableaux nos 18-20, p. 65.

16Les résultats du tableau ainsi que le tracé du graphique, nous montrent plus clairement les pointes de la charge fiscale propre, que supportent les peigneurs et les cardeurs ainsi que les groupes d’estime auxquels appartiennent ces derniers. Ce qui révèle une prédominance de l’effectif qui est allivré à 7 sous et ce, pour les deux catégories : 50,4 % pour les peigneurs et 52,5 % pour les cardeurs. Si nous regroupons cette classe avec celle qui la précède (6 sous) et aux deux qui lui succèdent (8 et 9 sous), nous remarquons que presque la totalité des contribuables se trouve dans cette fourchette : 93,3 % des peigneurs et 93,6 % des cardeurs. Un résultat qui atteste un niveau économique général presque homogène pour les deux professions, reflétant des revenus moyens faibles, sans incidence particulière sur le patrimoine. Ce qui les situe au deuxième degré de la classification faite par Amelio Tagliaferri lors de son étude des « classes d’estime » dans la société véronaise de 1409 à 163512. À ce niveau, l’historien place « une bonne partie des citoyens exerçant un Art ou métier ». Les statistiques qu’il a élaborées révèlent un gonflement progressif et frappant au fil des années étudiées : en 1409, ils représentent 11,8 %, en 1456, 40,6 % et en 1502, bien 61,9 %13. En considérant les tableaux qu’il a élaborés, l’auteur constate qu’au cours de la première année,

  • 14 Ibid., p. 67.

« la contribution des différentes classes d’estime à la finance de la ville est presque uniforme... la classe inférieure de 6-9 sous se trouve à la quatrième place de l’échelle des valeurs, ce qui signifie une distribution plus harmonieuse de la charge fiscale entre les différentes catégories des citoyens d’après des classes d’estime moyenne. La situation change sensiblement en 1456 : la classe de 6-9 sous monte à la première place avec un grand écart par rapport aux autres. Cela signifie que la majorité des contribuables est maintenant à chercher parmi les classes d’estime inférieures »14.

  • 15 Ibid., p. 70.

17Avec l’année 1502, cette classe d’estime se détache franchement des autres niveaux, puisqu’elle englobe 62 % environ des chefs de famille allivrés qui supportent la plus grande charge fiscale et participent amplement à satisfaire la fiscalité vénitienne. En réalité, ce cadre représente une aggravation sensible de la situation des couches laborieuses et révèle, automatiquement, un appauvrissement progressif dont il faut tenir compte ainsi qu’une « stratification de la société véronaise au plus bas niveau de l’échelle fiscale et financière »15. Nos résultats ne décrivent pas une évolution mais une vue panoramique sur toute la période. Il n’y a certes pas lieu d’effectuer un parallèle entre la situation de nos artisans et celle de tous les cives estimés. Toutefois, nous pouvons tenter un agrandissement d’un détail pour relever l’existence d’une ultérieure « stratification » à l’intérieur d’une strate fiscale. Qui pourrait nier l’existence d’une « stratification » même à l’intérieur du « petit peuple » ?

Des artisans vivant leur siècle

  • 16 M. Mollat, op. cit., p. 202.

18Nous pouvons parfaitement appliquer aux générations des xive et xve siècles ce qu’écrivait Michel Mollat à propos de celles de la fin du xiiie siècle : « sans en avoir conscience, [elles] expérimentaient certains problèmes du travail, des salaires et des prix qu’on s’imagine parfois nés avec l’ère moderne »16.

Des artisans en désarroi

  • 17 R. Guemara, op. cit.
  • 18 Les anagrafi de Vérone intéressent, plus ou moins, toutes les contrade de la ville. Ils sont effec (...)
  • 19 R. Guemara, op. cit., tableaux p. 178.
  • 20 Plusieurs livrets des anagrafi sont manquants aux Archives d’État de Vérone. Pour cette raison, no (...)
  • 21 Voir R. Guemara, « Un document inédit de l’histoire véronaise (Descriptiones textorum et aliarum p (...)
  • 22 En réalité, l’enquête débute plus tôt, lundi 7 octobre (le document étant amputé au début, nous ne (...)
  • 23 À l’époque, la ville en comptait 58.
  • 24 E. Rossini et M. Fennel Mazzaoui, « Società e tecnica nel Medioevo (la produzione dei panni di lan (...)

19Il est intéressant de suivre le « petit peuple » lainier dans la société véronaise de l’époque étudiée. Nous essayerons de fixer les contours de ce groupe d’abord sur le plan démographique. Nous procèderons par une mise en perspective d’abord avec la démographie véronaise en général, ensuite par rapport au milieu du travail. Ainsi, nous les placerons dans un environnement global, celui de la société véronaise ensuite dans leur milieu particulier de travailleurs dans un secteur précis, frappé par une crise illustrée par une enquête ponctuelle. Pour ce faire, nous nous réfèrerons d’abord aux résultats de certains tableaux élaborés dans le cadre d’une étude antérieure que nous avons effectuée17 à partir des anagrafi – dénombrements de tous les cives ainsi que les membres de leurs familles – et campioni d’estimo sur une période s’étalant de 1425 jusqu’à 150218, ensuite à un recensement plus spécifique de 1477. Il est à préciser que si ce dernier acte notarié couvre 16 des 58 contrade de la ville19, les dénombrements de 1472 en intéressent 17 (sur 39) qui ne sont pas forcément les mêmes20. Le « document de 1477 » s’intitule Descriptiones textorum et aliarum personarum diversarum contradarum21. Il nous dresse un tableau de la situation de certains artisans lainiers véronais dans un certain nombre de quartiers urbains. Frappés par la crise de la draperie locale, ils ont été acculés au chômage ou à l’émigration. En trois jours (mercredi 8, vendredi 10 et mardi 14 octobre)22, ils seront recensés dans seize contrade de la ville23 par différentes commissions composées de jurés et de comptables des contrade respectives. Ces « préposés » circulaient d’une maison à une autre, accompagnés par certains compagni ou « députés ». De cette enquête, nous ne retiendrons ici que ceux qui constituent le « petit peuple » lainier, à savoir les peigneurs et les cardeurs. Ces artisans sont cités indifféremment sous leurs appellations dialectales (petenador ou schartezin) ou latines (pectinator ou scartezinus). Parfois, le terme batilana est utilisé en tête de la liste regroupant ces spécialités avec les batteurs qui, eux, sont des artisans immatriculés qui appartiennent à l’un des Arts de la laine véronais : le Misterium Batariorum lanae. Contrairement à ce qu’affirme Egidio Rossini et Maureen Fennel Mazzaoui, ce dernier ne contient aucun article se rapportant au peignage ou au cardage24.

  • 25 Il est bon de rappeler l’épidémie qui a sévi à Vérone durant le mois d’avril 1473 (sources : Rizzo (...)
  • 26 Cette crise sera aggravée par la famine de 1478 (sources : Dalla Corte et Fracastoro, citées par E (...)

20Il convient de préciser que, contrairement aux anagrafi qui ne se penchent que sur une tranche de la société véronaise, c’est-à-dire les cives (et parmi eux les artisans qui ne peuvent être immatriculés dans un Métier que s’ils sont citoyens à part entière), le recensement de 1477 s’intéresse, lui, à tous les lainiers en difficulté. Ce qui nous permet de déduire que seul un certain nombre d’entre eux peut être signalé sur les livrets d’état civil et les gros livres d’estimes que nous avons consultés. Ce nombre est bien limité, si nous en jugeons par les résultats des confrontations faites entre les noms des artisans de ce document et ceux des anagrafi de 1472 et du campione d’estimo de 1472-147325. Comment donc expliquer l’existence de toutes ces personnes touchées par la crise de 147726 et qui n’ont pas été régulièrement dénombrées au sein de la population de la ville cinq ans plus tôt ? Nous savons que le droit de cité demeure la condition première afin d’être recensé. Or si la majorité des lainiers émigrés ou chômeurs en 1477 n'ont pas été régulièrement recensés en 1472, comment ont-ils pu l’être cinq ans plus tard ? Ont-ils bénéficié au cours de cet intervalle de temps de la citoyenneté, devenant ainsi citoyens de Vérone à part entière ? C’est peu probable. L’unique explication s’attacherait aux pratiques d’évasion suivies couramment et aux déclarations fallacieuses des contribuables qui préfèrent oublier leur profession dans le but de rentrer dans la tranche économique non imposable. Connaissant l’esprit de l’enquête de 1477, les artisans lainiers y ont trouvé une raison valable pour se manifester ouvertement sans essayer d’omettre de déclarer leur état réel et leur identité authentique.

21Un comptage minutieux des artisans touchés par la crise révélée par ce document nous donne l’image suivante :

Professions

Artisans émigrés

Artisans en chômage

Peigneurs

55

62

Cardeurs

28

47

Total

83

109

22La distribution topographique des artisans représentés dans le tableau est un peu étrange : en réalité, seulement douze contrade sur les seize concernées par l’enquête abritent simultanément des peigneurs et des cardeurs (Beverara, Ferraboi, Ognissanti, S. Giorgio, S. Maria in Organo, S. Nazaro, S. Pietro Incariano, S. Polo, S. Silvestro, S. Stefano et S. Zeno Supra). En outre, douze peigneurs émigrent de San Giovanni in Valle alors qu’un cardeur chôme à San Giovanni in Foro. Les deux dernières, San Salvaro et San Zeno ne semblent pas touchées par les deux phénomènes étudiés. À bien observer ce cadre, nous ne remarquons pas une logique géographique qui pourrait nous donner une explication rationnelle de l’émigration ou du chômage : ceux-ci seraient probablement dus à une reconversion probable des quartiers eux-mêmes, dérivant d’un choix plutôt politique pour y implanter une économie différente, afin d’en sortir certaines activités professionnelles et les remplacer par d’autres. Si à San Giovanni in Valle nous trouvons douze peigneurs immigrés sur un total de cinquante-cinq (21,8 %), par contre, nous n’y trouvons aucun cardeur (le plus grand nombre des cardeurs émigrés se trouve à Santa Maria in Organo : sept sur vingt-huit, soit 25 % de l’effectif). De même pour ce qui est des artisans en chômage : c’est San Zeno Supra qui vient en tête pour la première catégorie professionnelle (14 chômeurs sur 62, soit 22,6 %), suivie par Beverara et San Giorgio (chacune 9 chômeurs sur 47, soit 19,1 %) pour la seconde. Si nous cumulons les effectifs des artisans touchés d’une façon ou d’une autre par la crise, nous remarquons que les contrade lésées diffèrent là aussi : San Zeno Supra pour les peigneurs avec 7 émigrés sur 55 et 14 chômeurs sur 62 et San Giorgio pour les cardeurs avec 2 émigrés sur 28 et 9 chômeurs sur 47. Ces quartiers se trouvent tous situés à l’extérieur du centre. Y aurait-il là une explication plausible ou un rapport direct entre la localisation géographique et l’impact immédiat de la crise ? Aucune réponse ne semble convaincante tant que le choix des lieux de ce recensement effectué par les enquêteurs à l’origine nous reste obscur. A-t-il été un choix délibéré des quartiers où l’on trouvait une condensation de ces artisans, ou tout simplement un échantillonnage préalablement défini de façon réfléchie ? Malheureusement, le document ne l’explique pas.

Un « petit peuple » en crise

23Au cours de la deuxième moitié du xve siècle, l’artisanat lainier véronais traverse une véritable crise au point d’acculer plusieurs artisans non seulement à l’inactivité, mais carrément à l’exode vers d’autres régions que, malheureusement, nous ne pouvons identifier. Les causes de cette crise sont difficiles à déceler. Celles-ci ne découlent certes pas d’événements historiques exceptionnels ou de phénomènes naturels accidentels (guerre, pestilence, mortalité dans l’élevage ovin...), mais la crise a l’aspect caractéristique des effets d’un mouvement de longue durée : une crise qui devient permanente dans la draperie véronaise. C’est cet aspect d’agonie qui ressort du document de 1477. Ce dernier ne traduit pas un phénomène passager. Il est bel et bien le fruit d’une situation qui ne cesse de s’aggraver avec le temps. Cette crise a constitué un coup de semonce sérieux pour l’artisanat et, par conséquent, pour le petit peuple lainier qui se trouvaient sur une frontière, une limite sensible dont les autorités ont dû tenir compte. Ces dernières, ou bien une conjoncture particulière, ont présenté des solutions efficaces, si nous en croyons le retour massif de nos deux catégories de travailleurs qui présentent un accroissement impressionnant de leur effectif vers la fin du siècle. Mais il ne faut pas se leurrer : ce ne sont sans doute pas ceux qui ont vécu la crise de 1477 qui sont revenus en masse pour repeupler leur profession. De plus, le dernier quart du xve siècle n’a pas favorisé le retour de la croissance de la production des draps qui ont fait la célébrité de Vérone, mais l’implantation de la fabrication des bérets. Étant de laine, ils nécessitent, forcément, les opérations préliminaires pour la transformation du flocon en fil, d’où l’emploi des peigneurs et des cardeurs. Il s’agit d’une reconversion de la production et des travailleurs.

  • 27 R. Guemara, op. cit., tableau no 12, p. 75, app. VI, p. 399-410.

24Il est vrai que la crise de 1477 est grave, mais il ne faut pas l’exagérer outre mesure. L’arrêt massif du travail est à considérer par rapport avec des phénomènes qui commencent à se profiler dès le début de la deuxième moitié du xve siècle. Il s’agit d’une orientation des investissements vers la terre et la rente foncière, d’un détournement de l’activité artisanale vers Venise qui sacrifie celle de Vérone et d’une reconversion des artisans lainiers dans d’autres branches d’activité ou dans d’autres secteurs, mais dans la même spécialité que celle où ils se trouvaient antérieurement27. Ces trois phénomènes ne sont indubitablement pas des conséquences immédiates, mais des réactions pensées et réfléchies à la suite de la longue et lente décadence de la draperie véronaise que le document de 1477 nous dévoile.

25Bien sûr, il s’agit là d’un phénomène général concernant tous les artisans, mais qui s’applique, aussi, à nos peigneurs et nos cardeurs qui ont dû se reconvertir et subir les aléas de la politique vénitienne. Un changement complet de secteur de travail est aussi possible. Cette reconversion est à envisager aussi bien à l’intérieur du secteur lainier qu’en dehors de lui. Si en 1465, sur 95 artisans recensés, aucun n’a un second emploi, ni dans la draperie ni ailleurs, la situation n’est plus la même dans les années qui suivent. En effet, en 1472, des 303 artisans dénombrés, 34 (9,09 %) exercent une deuxième profession : dix de ces derniers (soit 29,41 %) restent dans l’Arte della lana et les autres choisissent d’autres branches d’activité. Dix ans plus tard, la dispersion est moindre mais la proportion des reconversions n’est pas très différente : des 258 lainiers, seulement 3 (1,16 %) exercent une deuxième profession dans la draperie et 14 (5,42 %) arrondissent leur fin de mois ailleurs.

26La reconversion est-elle une conséquence de la crise drapière ou une réaction individuelle et immédiate des artisans ?

  • 28 R. Guemara, art. cit., p. 209.

27En 1477, dans la contrada de Ognisancti, les enquêteurs enregistrent deux cardeurs, Sozzo et Avanzo : Uno di loro deventato osto, précisent-ils28. Même si le document nous apprend que « l’un d’entre eux est devenu aubergiste », nous pouvons supposer qu’il est devenu un garçon ou un serveur plutôt que patron d’auberge : de quelle manière un cardeur en chômage se trouverait-il en mesure d’avoir le capital indispensable pour acquérir ou ouvrir une auberge ? L’opération nécessitait une préparation professionnelle mais surtout matérielle qu’un membre du « petit peuple » ne pouvant assurer en si peu de temps et, à plus forte raison, en période de crise économique. Néanmoins, cet exemple est à relever parce qu’il s’agit bien de l’unique fois où le document nous parle de la reconversion d’un artisan en chômage. Jusque-là, nous avons toujours vu la main-d’œuvre du secteur primaire se déverser dans le secteur secondaire. Le prolétariat et le sous-prolétariat urbains ne sont-ils pas constitués par les fuyards des campagnes, attirés par les promesses de la ville et cherchant une place dans l’artisanat ? Après une expérience vouée à l’échec, certains de ces anciens paysans auraient pu retourner vers leur passé sécurisant, la campagne, d’autant plus que celle-ci connaissait, au cours de la deuxième moitié du xve siècle, une transformation dans ses structures et qu’elle redevenait un pôle d’attraction pour les travailleurs. La singularité du cas de ce cardeur se trouve dans le fait qu’il abandonne une qualification technique, artisanale, pour s’insérer dans le monde du travail, spécifique et généré par la ville : les activités du service.

28Néanmoins, il existe des cas où même ces solutions de repli ne sont pas possibles pour le petit peuple constitué par les brassiers de l’artisanat. Il ne lui reste que le chômage. D’après le dénombrement de 1477, nombreux sont ceux qui ont subi ou choisi cette situation : un artisan peut la subir quand les conditions conjoncturelles ou le bon vouloir de son employeur l’y acculent. Mais il peut aussi la choisir quand il l’envisage comme une coupure provisoire, en attendant des jours meilleurs, ou comme un temps de préparation à une reconversion professionnelle ou encore, à une retraite anticipée, même si cette notion semble anachronique en parlant du Moyen Âge.

  • 29 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978, p. 14.
  • 30 La consultation des registres des introitus et exitus du Monastère de Santa Maria della Scala nous (...)

29Il est certain que l’émigration véronaise est une conséquence normale du chômage dans le secteur lainier. Le désœuvrement s’accompagne très souvent d’un corollaire tout aussi fâcheux, à savoir l’endettement. Quand le spectre de ces deux éléments se présente à l’horizon, l’exode s’avère l’unique solution pour ne pas franchir cette « ligne de démarcation fragile entre la vulnérabilité aux agressions de l’infortune et la déchéance sans recours »29. Comme partout ailleurs en Europe occidentale médiévale, malgré l’interdiction de l’Église, le prêt à usure est pratiqué à plusieurs niveaux de la société. Même les religieux y ont recours30. Que dire alors des pauvres artisans, en proie à toutes les difficultés que nous pouvons imaginer ? Une autre raison pour eux de s’échapper et émigrer.

Conclusion

  • 31 M. Mollat, op. cit., p. 257.

30Michel Mollat considère que les « regrets, rancunes, souffrances composent un état analogue à une infection et il suffit d’un accident pour crever l’abcès »31. En réalité, cette occasion ne s’est jamais présentée dans l’artisanat lainier véronais, même pas au xive siècle quand, ailleurs, « les artisans de l’Art de la laine avaient pris la parole », comme l’écrivait le chroniqueur Donato di Neri. À Vérone, le « petit peuple » semble avoir été un isolat épargné par les soubresauts qui ont marqué le monde ouvrier du xive siècle européen. Ce n’est certes pas la raison qui a retardé sa déchéance. Mais le pas entre l’« indigence permanente » et « le dénuement total » est vite franchi. Il suffit d’un grain de sable pour gripper la machine de la vie misérable des miséreux. Que faut-il pour passer de « la pauvreté laborieuse » à « la pauvreté professionnelle » ? Presque rien : un simple hasard de la conjoncture.

31Par la nature de son travail, le « petit peuple lainier » a été à Vérone, comme partout ailleurs, l’indispensable maillon dans la chaîne du travail artisanal. Grâce à sa citoyenneté véronaise, il a été allivré comme l’ensemble des cives et même plus, puisque, avec les gens de son groupe économique, il a supporté la plus grande part de la charge fiscale. À cause d’une évolution structurelle de la draperie, il s’est vu projeté sur la scène de la misère sociale, de la pauvreté, avec en prime le chômage, l’endettement, l’indigence et le départ. Sûrement pas pour des lendemains meilleurs !

Notes

1 Les opérations relatives à la laine brute, filée ou tissée, l’usage des produits et moyens d’affinage (tels que l’huile, le beurre, le savon, la farine, la terre à foulon...) ainsi que l’organisation technique du travail sont bien décrites dans le Trattato dell’Arte della lana, traité florentin du début du xve siècle (ms. 2580 de la Biblioteca Riccardiana de Florence), édité par A. Doren dans Die Florentiner Wollentuchindustrie vom xiv. Jahrhundert, Stuttgart, 1901.

2 L’artisanat médiéval véronais était constitué de 45 artes, chacun d’eux se référant à un misterio unique dans la ville. Leurs statuts ont été publiés par L. Simeoni sous le titre GU antichi statuti delle Arti veronesi, secondo la revisione scaligera del 1319, Venise, 1914.

3 L. Simeoni, Misterium Batariorum lane Verone et districtus..., op. cit., p. 40-50 : c’est le Métier qui regroupe tous les processus de la phase préliminaire du travail de la laine, art. XLIII. p. 47 : Item quod nullus de dicto misterio lane audeat vel presumat batere in aliquo loco nisi in Domo seu habitactione draperii cuius est lana banno pro quoque et quaque vice de XL sol. medietas Domus et alia accusatiris.

4 Les lavatores lanae recensés à Vérone sont au nombre de trois en 1425, un en 1482, un en 1492 et quatre en 1502.

5 R. Guemara, Les arts de la laine à Vérone aux xive et xve siècles, Tunis, 1987, table no 19 de l’appendice VIII, p. 507.

6 Ibid., tables nos 7 et 20 de l’appendice VIII, p. 417 et 510.

7 Ibid., histogrammes nos 2 et 8, appendice VII, p. 420 et 426.

8 G. Fourquin, Histoire économique de l’Occident médiéval, Paris, 1969, p. 243.

9 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978, p. 202.

10 Ibid., p. 198.

11 M. Mollat, op. cit., p. 212-213.

12 A. Tagliaferri, L’economia Veronese secondo gli estimi dal 1409 al 1635, Milan, 1966.

13 Ibid., tableaux nos 18-20, p. 65.

14 Ibid., p. 67.

15 Ibid., p. 70.

16 M. Mollat, op. cit., p. 202.

17 R. Guemara, op. cit.

18 Les anagrafi de Vérone intéressent, plus ou moins, toutes les contrade de la ville. Ils sont effectués suivant une certaine périodicité, respectée, elle-même, par les campioni d’Estimo qui résultent des premiers.

19 R. Guemara, op. cit., tableaux p. 178.

20 Plusieurs livrets des anagrafi sont manquants aux Archives d’État de Vérone. Pour cette raison, nous n’avons pu regrouper tous les recensements de la même année pour la totalité des quartiers de la ville.

21 Voir R. Guemara, « Un document inédit de l’histoire véronaise (Descriptiones textorum et aliarum personarum diversarum contradarum) », Mélanges de l’École Française de Rome, 109/1 (1997), p. 161-224.

22 En réalité, l’enquête débute plus tôt, lundi 7 octobre (le document étant amputé au début, nous ne pouvons être certain de la date exacte : voir R. Guemara, op. cit., p. 161-162) et elle n’intéresse au départ que les tisserands ainsi que leurs métiers à tisser. Ce n’est qu’à partir du lendemain que les autres lainiers en difficulté retiennent l’attention des enquêteurs (p. 163-170).

23 À l’époque, la ville en comptait 58.

24 E. Rossini et M. Fennel Mazzaoui, « Società e tecnica nel Medioevo (la produzione dei panni di lana a Verona nei secoli xiii-xv) », Atti dell’Accademia di Agricoltura, Commercio ed Arti di Verona, 20 (1968), p. 571-624 (p. 586).

25 Il est bon de rappeler l’épidémie qui a sévi à Vérone durant le mois d’avril 1473 (sources : Rizzoni et Saronzo, citées par E. Concina, « Verona veneziana e rinascimentale », dans Ritratto di Verona, Vérone, 1978, p. 272).

26 Cette crise sera aggravée par la famine de 1478 (sources : Dalla Corte et Fracastoro, citées par E. Concina, art. cit., p. 272).

27 R. Guemara, op. cit., tableau no 12, p. 75, app. VI, p. 399-410.

28 R. Guemara, art. cit., p. 209.

29 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978, p. 14.

30 La consultation des registres des introitus et exitus du Monastère de Santa Maria della Scala nous permet d’affirmer que les frères de la communauté servite véronaise n’ont seulement aucune gêne à recourir à des usuriers locaux, mais dans leur comptabilité, ils n’hésitent pas à séparer le montant exact du prêt remboursé du taux d’usure appelé mala moneta.

31 M. Mollat, op. cit., p. 257.

Table des illustrations

Titre Les contrade urbaines et suburbaines aux xive et xve siècles
Légende © Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs à Vérone de 1425 à 1502
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Évolution du nombre des peigneurs et des cardeurs de 1425 à 1502
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/14010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540