Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Les pauvres étudiants à l’Université de Paris

Serge Lusignan

Texte intégral

1La notion de « petites gens » implique l’idée d’une comparaison : il existe des petites gens parce que dans une même société on trouve des mieux nantis, des plus puissants, des mieux considérés. Comme le rappelait Robert Fossier dès le début de nos travaux, on est « petit » par le manque de moyens matériels, par la précarité du statut social et des droits personnels, par la faiblesse de ses moyens d’action. Les petites gens souffrent généralement d’un déficit de considération sociale. Ils sont « petits » parce qu’ils sont réputés tels.

2Les « petites gens » se retrouvent parmi diverses catégories sociales. La notion peut servir alors à évaluer la situation de personnes, non par rapport au reste de la société, mais relativement à leur groupe d’appartenance. Je vais tenter d’approcher les « petites gens » à l’intérieur du groupe social bien défini des étudiants de l’Université de Paris. Le Moyen Âge leur a donné un nom : les pauperes scolares, les pauvres étudiants. Au même titre que les professeurs et les autres étudiants, ces pauperes scolares étaient membres de l’université et ils bénéficiaient des mêmes privilèges. On sait que très tôt les autorités publiques, Frédéric Barberousse au milieu xiie siècle, les papes au xiiie siècle, et les rois de France à partir du xive siècle, ont gratifié de privilèges les personnes engagées dans la voie ardue des études. En effet, les maîtres et écoliers parisiens furent assimilés à des clercs, dès la fin du xiie siècle, et en France ils bénéficièrent explicitement de la sauvegarde royale à partir du xive siècle. Des privilèges économiques permettaient également la circulation, en toute franchise, de leurs biens de consommation, depuis le lieu de départ jusqu’à l’arrivée dans la ville d’étude. Ils jouissait également du jus non trahi, c’est-à-dire du privilège de ne pas être cités en justice en dehors de leur ville d’étude.

Les petites gens dans le milieu universitaire : position du problème

  • 1 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1991 (Coll. Champs).
  • 2 C. Gauvard, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., (...)

3Plusieurs avant moi ont tenté de décrire le phénomène des « petites gens » dans le milieu universitaire. Deux approches ont dominé l’historiographie récente. Une première est centrée sur les personnes mêmes. Elle est illustrée par Bronislaw Geremek, dans son chapitre « Les clercs et la bohème » dans Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles1. Celui-ci prend le parti tout à fait défendable de réunir dans une même catégorie les clercs, les étudiants et les jongleurs, des gens qui, au niveau social le plus bas, sont effectivement difficiles à dissocier, surtout dans une ville scolaire comme Paris. Les résultats de son travail doivent être utilisés avec prudence. Il s’appuie essentiellement sur le registre criminel du Châtelet Y 10531. Claude Gauvard a démontré qu’il s’agit d’un recueil de causes composé peut-être dans un but didactique par Aleaume Cachemarée, clerc criminel de la cour2. Cela en fait un document pas du tout représentatif du profil général de la criminalité parisienne de la fin du xive siècle. L’autre inconvénient est que le concept de marginalité s’y trouve trop fortement infléchi par cette source criminelle qui met davantage en contact avec ceux qui ont décroché du système, qu’avec ceux qui s’y maintiennent de justesse. Sous ce rapport, les marginaux de Bronislaw Geremek ne sont pas exactement nos « petites gens ». Cela dit, le registre du Châtelet nous fait connaître des types de comportements qui correspondent à une certaine réalité et qui peuvent être utilisés comme point de comparaison pour la présente analyse.

  • 3 G. Post, « Master’s Salaries and Student Fees in the Medieval Universities », Speculum, 7 (1932), (...)
  • 4 On citera entre autres : F. Peges, « Royal Support of Students in the xiiith Century », Speculum, (...)
  • 5 A. Gabriel, « The Motivation of College Founders », dans Garlandia. Studies in the Hitory of Media (...)
  • 6 P. Rebuffi, De scholasticorum, bibliopolarum atque caeterorum Universitatum omnium ministrorum jur (...)
  • 7 N. Gorochov, « La notion de pauvreté dans les statuts de collèges fondés à Paris de Louis IX à Phi (...)

4La seconde approche s’intéresse à la condition matérielle des pauperes scolares. Les études universitaires coûtaient cher. Leurs coûts tenaient d’une part au voyage et au séjour de plusieurs années dans une ville étrangère et, d’autre part, aux diverses contributions exigées par l’université (frais d’examens et de diplômation, collectes diverses, etc.). Des deux catégories de frais, c’est certainement la première qui pesait le plus lourd, car de nombreuses dispositions dans les statuts universitaires dispensaient les pauperes scolares des contributions universitaires. L’idée que le savoir était un bien spirituel qui devait rester accessible à tous et dont on ne saurait faire le commerce sous peine de simonie était inscrite dans les structures mêmes de l’université3. Les travaux sur les étudiants pauvres se sont principalement intéressés aux sources de revenus de ceux qui ne pouvaient compter sur le support familial ou sur une charge ecclésiastique4. Ils ont mis en relief les différentes activités auxquelles ceux-ci pouvaient se livrer sans entacher leur image, comme la copie de livre, ou le service d’un riche confrère. On s’est également penché sur les collèges universitaires expressément fondés pour recevoir des pauperes scolares, qu’on a souvent désigné comme le principal moyen d’accès aux études pour les pauvres et, de ce fait, comme des institutions favorisant la mobilité sociale5. En effet, comme l’affirme un adage médiéval, liber enim liberat studentem in eo ab ignorantia et paupertate (« le livre libère l’étudiant de l’ignorance et de la pauvreté »)6. Nathalie Gorochov a toutefois mis un bémol à cette thèse en montrant que ces institutions recevaient sans doute un nombre important d’étudiants venant de familles aisées7. Je reviendrai plus loin sur ce problème.

  • 8 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, op. cit., p. 165.
  • 9 J. Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d’après (...)

5Bronislaw Geremek a souligné avec raison que l’étude impliquait une fragilisation de leur situation sociale pour plusieurs qui ne pouvaient plus compter, ni sur les liens familiaux, ni sur les liens de voisinage, pour pallier les aléas de la vie8. Les travaux récents sur le recrutement des universités françaises montrent effectivement que très peu d’étudiants étaient originaires de leur ville d’étude et que la majorité devait vivre loin de leur milieu familial9. Vincent de Beauvais pouvait vanter les mérites de cette rupture :

  • 10 S. Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais : réfraction et diffraction, Montréa (...)

« quitter son lieu natal est très bénéfique, car cela détourne l’esprit de l’attachement aux parents et des préoccupations quant aux choses familiales. C’est ainsi que nous voyons à Paris des étudiants venant de très loin poursuivre assidûment des études et en tirer un très grand bénéfice »10.

6Il était facile pour un dominicain, dont l’ordre disposait d’infrastructure d’accueil à Paris, de tenir un tel propos. Mais qu’en était-il des clercs séculiers qui devaient pourvoir eux-mêmes à leur subsistance ?

  • 11 Voir à ce sujet : G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, t. II, Pari (...)

7Outre la coupure avec le milieu d’origine, il me semble qu’un autre facteur, beaucoup moins souvent remarqué, contribuait à fragiliser la situation sociale et économique de celui qui décidait de prendre le chemin des écoles. En s’installant en milieu urbain, l’étudiant s’inscrivait dans un système économique de survie fondé essentiellement sur l’argent. Il ne pouvait plus compter sur les ressources de son milieu rural qui permettait une économie domestique d’autosuffisance. Les ordres mendiants furent confrontés exactement au même problème. Refusant le support économique de la propriété foncière et vivant dans les villes, ils s’inscrivaient nécessairement dans un système économique fondé sur le numéraire que, pour leur part, ils se procuraient par la mendicité11.

  • 12 Ch.H. Haskins, « The Life of Mediaeval Students as Illustrated by their Letters », Studies in Medi (...)

8La nécessité pour l’étudiant de se procurer de l’argent en espèces sonnantes et trébuchantes est souvent évoquée dans les modèles de lettres à leur parents, jadis étudiés par Ch. H. Haskins12. L’importance du numéraire est également attestée par les privilèges royaux accordés aux universitaires. Dès Philippe le Bel, les étudiants étrangers avaient le droit de conserver leur monnaie étrangère à Paris. On sait également que les universitaires possédaient entre autres privilèges de faire venir, en toute franchise de droit, les denrées nécessaires à leur subsistance. Lorsqu’à la suite de ses prédécesseurs, Charles V confirma ce privilège, il ajouta, dans deux lettres royaux, que l’exemption fiscale touchait :

  • 13 Chartularium Universitatis Parisiensis, 4 vol., H. Denifle et E. Châtelain éd., Paris, 1888-1897 ( (...)

« ce qu’il vendront de vins, grains et autres biens, venanz et croissanz en leurs benefices ou patrimoines pour leurs vivres et nécessites de l’estude ; c’est assavoir de ce qu’il vendront à Paris en gros et à détail, et en autre lieu en gros »13.

9Ma récente étude sur les procès universitaires au Parlement civil m’a fait découvrir que les étudiants et les maîtres s’adonnaient largement au commerce de produits venant de leur patrimoine familial ou ecclésiastique, sans doute dans le but de se procurer l’argent indispensable à la vie urbaine. La vie à Paris contraignait l’étudiant à composer avec une forme d’économie complexe passant par la médiation du numéraire. Cette exigence contribuait également à fragiliser la situation du nouveau venu en ville.

La jouissance des privilèges de l’étude : petits et grands à l’Université de Paris

  • 14 Voir R. Génestal, Le procès sur l’état de clerc aux xiiie et xive siècles, Paris, 1909, p. 1-39 (É (...)

10Le registre criminel du Châtelet étudié par Bronislaw Geremek montre qu’il existait aux limites du monde clérical et scolaire des individus ayant des comportements criminels, parfois de longue date, qui se réclamaient du statut de clerc. Il pouvait s’agir d’individus ayant reçu naguère un premier ordre canonique et la tonsure, ou de personnes s’étant fait abusivement tonsurer. L’enjeu, pour les uns et les autres, était d’échapper à la justice laïque plus rigoureuse que la justice ecclésiastique dont ils se réclamaient. Certains, sachant lire, parvenaient à convaincre le tribunal qui les remettait à l’évêque, mais d’autres, moins crédibles, demeuraient entre les mains du prévôt de Paris14. Clercs criminels et abuseurs de privilèges constituaient une population qui se situait au bas de l’échelle de la catégorie sociale des clercs, ou à ses marges.

11Comment se présentent les faux étudiants et les abuseurs de privilèges lorsqu’on interroge plutôt les sources de la justice civile ? De nombreux litiges concernaient un différend quant à l’usage d’un privilège de l’étude. Une parade était de contester le statut d’universitaire de l’adversaire, afin de le priver de la jouissance du privilège à la source du litige. Les quelques remarques qui suivent s’inspirent de l’étude de 633 procès impliquant des universitaires, débattus devant le Parlement civil de Paris, au xive siècle et durant la première moitié du xve.

  • 15 Paris, Archives Nationales (désormais AN), Xla 1469, f° 120.

12L’accusation de revendiquer indûment les privilèges universitaires dans les procès civils nous met en contact avec une population bien différente de celle que décrit Bronislaw Geremek. Examinons deux cas typiques. Le 11 novembre 1365, commence un procès entre Pierre de Braly et Watier de Mazelandre, le valet de messire Riflard de Flandre. Ce dernier était en guerre avec le sénéchal de Hainaut dont Pierre Braly était un partisan. Au pays, Watier avait attaqué physiquement Pierre Braly qui étudiait à Paris. Cela constituait un bris de la sauvegarde royale qui protégeait tous les étudiants. L’affaire se retrouva donc au Parlement. À un certain moment de sa défense, Watier tenta de soutenir que : « ne se peut porter corne escolier le dit Pierre, car il estoit en habit difforme », entendons qu’il n’avait pas l’habit de couleur sombre, sans ouverture, dont le port était imposé aux clercs15. L’argument n’eut aucun poids car Pierre Braly bénéficia d’interventions de l’Université de Paris et du procureur du roi qui lui furent favorables.

  • 16 AN, Xla 4790, f° 45v.

13Dans les temps troublés de la guerre de Cent ans, particulièrement au début du xve siècle, il arrivait qu’un étudiant, même religieux, se déplace armé. Le port d’armes était interdit aux clercs, mais les procès attestent d’une certaine tolérance qu’explique le contexte de l’époque. Bien entendu, la partie adverse tentait de tirer profit de la situation. C’est le cas, en 1414, à propos de Pierre Pasquier, titulaire d’un prieuré et étudiant à Orléans. Ses opposants, des écuyers qui l’avaient attaqué, affirmèrent que : « l’Université en ceste cause se face partie n’est pas receu, car le dit prieur n’estoit point lors comme escolier, mais comme homme d’armes portans lance et armeures et chevauchant en habit d’omme »16. Mais l’avocat de l’Université minimisa les faits, le procureur du roi prit la défense du prieur, et c’en fut fait de l’argument.

14On pourrait multiplier les exemples. La plupart mettraient en scène des étudiants qui avaient des accointances avec des personnages d’une certaine importance – comme Pierre Braly – ou qui bénéficiaient d’un statut – comme frère Pasquier – dont leur université prenait la défense et qui, assez souvent, recevaient l’appui du procureur du roi. Néanmoins, les arguments qu’on leur opposait quant au vêtement ou au port d’armes incompatibles avec leur état, étaient les mêmes que ceux retrouvés par Bronislaw Geremek dans les procès criminels. La contestation du statut de clerc ou d’étudiant pouvait donc viser des notables comme des petites gens. Les sources civiles sont surtout riches d’exemples concernant les premiers.

  • 17 Pour une étude plus approfondie de cette question, voir : B. Guenée, Tribunaux et gens de justice (...)

15Aux criminels, on reprochait d’abuser du privilège de la cléricature pour échapper aux conséquences de leurs actes. Pour ma part, je relève un grand nombre de procès civils au cours desquels, sans contester le statut d’un universitaire, on lui reproche d’avoir abusé de ses privilèges pour obtenir un profit indu. On trouve par exemple plusieurs cas de transferts de créances d’un père à son fils étudiant que ses privilèges plaçaient en position plus avantageuse pour poursuivre le débiteur. Le fils utilisait dans ces circonstances son privilège du jus non trahi qui lui permettait de citer en justice le débiteur dans la ville universitaire. Cette tactique imposait souvent à l’adversaire de longs déplacements vers Paris et l’obligation de plaider devant des justices plus coûteuses que les justices locales. En compliquant de la sorte la procédure, on augmentait ses chances, soit d’en arriver à un accord avec l’adversaire, soit d’obtenir un défaut devant le tribunal et de gagner automatiquement sa cause17.

  • 18 AN., Xla 1473, f° 314.

16Le même reproche d’abus était adressé à ceux qui utilisaient leurs privilèges pour augmenter leur marge de profit dans de véritables opérations commerciales. Citons un cas parmi d’autres. Le 22 mars 1387, Me Jacques de Pronerville, chanoine de Sens et « escolier a Paris et frans de tout peages » poursuivit le prévôt de Paris. Celui-ci, sans doute suite à une plainte des poissonniers de la ville, avait fait saisir les 500 carpes que le chanoine avait puisées dans ses étangs pour les amener à Paris. Ils les avaient vendues, en toute franchise, à des marchands. Ceux-ci avaient rassuré la conscience de Me Pronerville en lui disant que s’il « y eust peril, ce seroit pour les acheteurs, non pas pour les vendeurs »18. Cette fois, le procureur du roi n’accorda pas son appui à l’universitaire qui n’avait pas bien fait la distinction entre le transport de biens à Paris pour sa subsistance et le commerce à grande échelle.

17Ces exemples nous tiennent loin des petites gens de L’Université, mais ils nous rappellent qu’il existe des catégories d’actions délictueuses davantage propres à leurs confrères bien nantis, comme la fausse représentation et la fraude fiscale. C’est vraisemblablement la notabilité des contre-venants et les moyens dont ils disposaient pour se défendre qui font paraître cette criminalité saisie en filigrane des procès civils si différente de celle dont le registre du Châtelet nous trace le portrait.

  • 19 AN, Xla 1469, f° 357.

18Est-ce dire que la défense des privilèges universitaires au Parlement civil nous cache complètement les « petites gens » ? À considérer le statut des gens que nous venons de rencontrer, on pourrait croire que seuls les notables parmi les universitaires étaient en mesure de défendre leurs droits à cause des coûts impliqués. Il arrivait cependant que l’Université de Paris entreprenne elle-même des actions pour défendre les siens. Ainsi, le 14 août 1369, elle vint demander justice au Parlement pour le meurtre d’un certain Jean de Force par des bouchers de Sainte-Geneviève. Les bouchers soutinrent qu’ils ne pouvaient être accusés d’avoir enfreint la sauvegarde royale, car, à cause de sa vie dissolue, la victime ne « pouvoit ou [ne] devoit jouir des privilèges de l’Université »19. Puis, ils ajoutèrent cette remarque éclairante pour notre propos : « quant a la mere et au frere du mort qui sont adjournés pour veoir la delivrance des prisonniers et y ne dient aucune chose ». Autrement dit, la famille ne posa aucun geste afin que les bouchers fussent poursuivis. D’autres procès nous prouvent qu’habituellement la famille entreprenait elle-même la poursuite dans ce type d’affaire. Il y a fort à parier ici que Jean de Force venait d’un milieu peu fortuné. Aussi, l’université prit elle-même l’initiative de la poursuite, car elle ne tolérait aucune attaque grave contre ses privilèges, même sur la personne d’un petit étudiant.

  • 20 CUP, t. III, no 1454 ; S. Lusignan, « Vérité garde le roy »..., op. cit., p. 214-216.

19Cet exemple n’est pas le seul. Lors des funérailles de Charles V, en 1380, on assista à une violente altercation entre le prévôt, Hugues Aubriot, les sergents, le recteur et plusieurs universitaires, à propos de la place protocolaire de ceux-ci dans le cortège funèbre. L’acte d’accusation de l’Université de Paris énumère en premier lieu les injures et violences faites au recteur et aux maîtres. Mais il n’oublie pas pour autant les « petits » et cite par leur nom plusieurs « escoliers » qui « furent batus, tirez, boutez et chaciez »20. Ici encore, l’Université témoigna de son souci de défendre tous ses suppôts, du notable jusqu’au plus humble. L’événement provoqua la déchéance d’Hugues Aubriot.

  • 21 Paris, AN, Xla 1478, f° 166v et A. Tuetey éd., Journal de Nicolas de Baye greffier du Parlement de (...)

20Le même scénario se répéta, en 1404, lorsque les hommes de Charles de Savoisy chargèrent des écoliers au cours d’une procession. L’Université de Paris porta plainte au Parlement. Cette fois, aucun membre notable de l’institution ne fut nommé. On dit simplement que les hommes de Savoisy : « avoient batu d’espées et trait de ars et saïettes pluseurs escoliers ». Empêchés de se réfugier dans l’église Sainte-Catherine : « les enfans escoliers leur giterent pierrette »21. Cette fois, ce fut uniquement à la défense de « petits » que l’Université se porta.

21Cette première approche des « petites gens » à l’Université de Paris, par le biais de la justice civile, me semble très riche d’enseignements historiques et méthodologiques. Formellement, au civil comme au criminel, on trouve utilisés les mêmes arguments pour miner la position d’un clerc ou d’un étudiant. On l’accuse de revendiquer des privilèges auxquels il n’a pas droit ou d’utiliser abusivement ses privilèges. Mais ces arguments n’ont pas du tout la même résonance ni les mêmes effets selon qu’ils sont utilisés devant l’une ou l’autre juridiction. Le clerc criminel avait le plus souvent été capturé en situation jugée louche par les sergents royaux et conduit par eux devant le tribunal du Châtelet, alors que l’universitaire rencontré au civil avait les moyens de citer son adversaire devant le Parlement de Paris et de se payer les services d’un bon avocat. Le premier comparaissait seul, alors que le second recevait souvent l’appui de l’Université de Paris, et même du procureur du roi. Les deux partageaient la même passion de convaincre le tribunal de leur bon droit, mais pour l’un sa vie était en cause, pour l’autre son bien-vivre.

  • 22 CUP, t. I, no 1. Voir également : J. Verger et Ch. Vulliez, « Cartulaires universitaires français  (...)

22Les sources de la justice civile nous ont également mis en présence d’une Université de Paris sourcilleuse quant au respect de ses privilèges. Certains procès suggèrent que la solidarité corporative jouait en faveur des « grands » comme des « menus ». L’avocat des bouchers de Sainte-Geneviève ne s’y trompait pas lorsqu’il tenta de défendre ses clients en suggérant à l’Université que Jean de Force n’était pas digne d’être considéré comme l’un des siens. Si modeste que fût la condition de la victime, il savait qu’une fois admis son état d’étudiant, le poids des privilèges scolaires allait peser lourdement contre ses clients. La mémoire parisienne médiévale savait que les écoles avaient manifesté très tôt leur vigilance à défendre chacun des leurs. La plus ancienne charte que l’on retrouve dans les cartulaires universitaires était celle de 1200, par laquelle Philippe Auguste accordait la protection royale aux étudiants. Elle avait été promulguée à la suite des protestations du milieu scolaire, à l’occasion du meurtre d’écoliers restés anonymes, perpétré par des sergents royaux22. Toute infraction touchant ses privilèges, même à l’endroit des plus modestes écoliers, constituait pour l’Université un préjudice inacceptable. Le Parlement civil nous met donc en contact avec des « petites gens » que défend l’université. Mais, à la différence de leurs confrères qui venaient plaider en leur nom propre, leur identité et leur histoire nous restent inconnues.

23Pouvons-nous mieux saisir ces étudiants pauvres en franchissant le seuil des collèges, ces institutions officiellement créées pour permettre aux plus démunis de poursuivre des études ?

Les collèges et les pauperes scolares

24L’historiographie ne manque jamais de souligner que la multiplication des collèges au xive siècle facilita l’accès aux pauvres à l’Université de Paris. Il faut en effet rappeler qu’à l’exception de ces institutions, les universités ne comptaient que sur de très modestes ressources financières et qu’elles ne possédaient presque aucun bien foncier, sauf parfois quelques bâtiments pour l’enseignement. L’Université de Paris ne disposait d’aucune salle suffisante pour tenir ses réunions et devait utiliser les églises du Quartier latin. Nous ne disposons pas de comptes pour Paris, mais Lise Roy note, pour l’Université de Caen, des revenus d’à peine 200 livres, au début du xvie siècle, alors qu’elle comptait peut-être 700 étudiants. L’université n’était aucunement en mesure d’aider les étudiants pauvres, sauf, à la fin du Moyen Âge, à dresser des rotuli de plusieurs centaines de noms de maîtres et d’étudiants, pour solliciter auprès du pape un bénéfice ecclésiastique en leur faveur.

25Les collèges étaient les seules institutions académiques capables d’aider directement les étudiants pauvres. Chaque collège constituait une entité autonome dotée d’un patrimoine suffisamment important, dont il tirait les revenus nécessaires pour offrir le gîte, le couvert et un certain encadrement académique, moral et religieux, à cinq, dix, quinze étudiants, ou un peu plus. Ces places dans les collèges étaient le plus souvent réservées à des jeunes natifs de la ville, du diocèse ou de la région d’origine du fondateur. Outre les pièces nécessaires pour loger les étudiants, le bâtiment collégial comptait habituellement un réfectoire, une bibliothèque et une chapelle. L’une des premières fondations fut le collège de Sorbonne, en 1257. Celle-ci fut suivie de quelques autres avant 1300, mais le xive siècle demeura la grande période de création de collèges. À Paris, on en comptait une bonne cinquantaine à la fin de ce siècle. Deux collèges ont été fondés par des reines de France ; les autres sont nés de l’initiative de grands ecclésiastiques ou de grands officiers royaux, certains parmi eux remplissant les deux fonctions à la fois.

  • 23 N. Gorochov, « La notion de pauvreté dans les statuts de collèges... », op. cit.

26Nathalie Gorochov est revenue récemment sur la fonction caritative des collèges dans un article très stimulant23. Qu’on se penche sur le testament du fondateur ou sur les statuts qu’il a pu rédiger pour son collège, on dénote une intention claire : le collège est une fondation charitable pour recevoir des écoliers pauvres. Très souvent, les statuts prévoient l’exclusion des étudiants dont les revenus viendraient à dépasser une certaine somme. Au collège de Navarre fondé en 1305 par la reine Jeanne de Navarre, on limite ce revenu à 30 livres pour les grammairiens, 40 livres pour les artiens, et 60 livres pour les théologiens. Nathalie Gorochov souligne pourtant un certain nombre de paradoxes dans l’histoire des collèges, qui la font s’interroger sur la finalité réelle de ces institutions. Par exemple, on trouve au collège de Sorbonne un règlement de 1329 traitant des serviteurs personnels des étudiants. Ses propres études prosopographiques sur le collège de Navarre, et celles qu’elle entreprend sur le collège de Sorbonne lui font retrouver des amis ou des descendants des fondateurs qui sont souvent des neveux de prélats ou de clercs du roi. Elle conclut donc que les restrictions quant aux revenus ne se rapportaient qu’aux bénéfices ecclésiastiques, sans tenir compte de la richesse réelle de l’étudiant ou de sa famille. Elle avance l’hypothèse tout à fait intéressante que les collèges séculiers, s’inspirant des studia mendiants, avaient pour fonction de fournir à leurs membres un environnement dégagé de tout souci matériel pour leur permettre de se consacrer totalement à leurs études.

27L’étude de Nathalie Gorochov suggère que les notions de pauvreté et de pauperes scolarium n’avaient pas le sens que nous sommes tentés aujourd’hui de leur attribuer. Je voudrais poursuivre sa réflexion sur ce sujet en évoquant un certain nombre de réalités historiques qui mériteraient d’être approfondies.

  • 24 Pour le collège de Boissy : P. Féret, La Faculté de théologie et ses docteurs les plus célèbres. M (...)
  • 25 Illis tamen de genere nostro, si sint vel de linea parentum et amicorum nostrorum carnalium presen (...)

28Revenons d’abord sur les descendants du fondateur parmi les étudiants d’un collège. Malgré le vocabulaire de la pauvreté et de la charité qui émaille de nombreuses chartes de fondation, il arrive que celles-ci prévoient que la priorité sera accordée aux descendants du lignage du fondateur. Une enquête incomplète m’a déjà fait trouver de telles clauses dans les statuts des collèges de Boissy, de Dormans-Beauvais, de Mignon et de Tréguier24. Prenons l’exemple du collège de Dormans-Beauvais, fondé en 1370-1372 par Jean de Dormans, alors chancelier de France et cardinal. Les statuts prévoient que les douze étudiants du collège se recruteront en premier lieu dans la ville de Dormans ou, sinon, dans le diocèse de Soissons. Une phrase précise toutefois que : « ceux de notre descendance, qu’ils soient du lignage de nos parents ou de nos amis charnels présents et futurs, toujours seront choisis les premiers, pourvu que leurs capacités [pour les études] soient bien établies »25. On lit bien pourtant dans le préambule d’un paragraphe subséquent que : istud collegium est per nos institutum ex opere et intentione caritatis et elemosine. Notre sens commun moderne voit mal comment les descendants du riche et prestigieux lignage des Dormans pouvaient éveiller la compassion que suscite normalement la pauvreté. Mais comprenons-nous bien le sens des mots utilisés dans ces statuts ?

  • 26 AN, Xla 9807. A. Tuetey a édité 48 de ces testaments, dans Testaments enregistrés au Parlement de (...)
  • 27 J. Engelmann, Les testaments coutumiers au xve siècle, Paris, 1903.

29Un retour aux testaments parisiens du tournant du xive et du xve siècle, tels que nous les connaissons par un registre conservé aux Archives nationales, pourrait éclairer notre problème26. Il contient 236 testaments, dont un grand nombre avait été rédigé par de grands officiers royaux laïques ou ecclésiastiques, des gens du même milieu que les fondateurs de collèges. Jacques Engelmann, qui en a fait l’étude juridique, a montré que l’un des buts premiers de ces testaments d’inspiration religieuse était de planifier les actes charitables qui devaient assurer le salut de l’âme du défunt et perpétuer sa mémoire auprès des vivants27. Il est important de souligner que ces testaments sont rédigés pour la plupart dans un contexte de droit coutumier. C’est dire qu’ils ne concernent la dévolution que d’une toute petite partie des biens du testateur, le plus souvent un cinquième, puisque la transmission de l’essentiel de son patrimoine, la réserve, est réglée par la coutume.

  • 28 D. Courtemanche, Œuvrer pour la postérité. Les testaments parisiens des gens du roi au début du xv(...)
  • 29 D. Courtemanche, Le statut de clercs du roi sous Charles VI : un métier ou une profession ?, thèse (...)
  • 30 Quod scolastici non tenentur etiam computare in legitimam libros a patre illis datos, quia paterna (...)

30Effectivement, un grand nombre de dispositions de ces testaments tombent dans la catégorie de ce que nous reconnaissons sans difficulté comme des actes charitables. À côté, on trouve des legs charitables plus surprenants, comme les nombreuses dispositions pour permettre à un membre du lignage, un neveu ou un frère, de poursuivre des études. Comme l’a montré Danielle Courtemanche, le plus souvent celui-ci se verra gratifié par le testament de dons en argent ou de livres28. Ces legs à des membres du lignage se trouvaient mis dans le testament sur le même pied que d’autres dons faits cette fois à des institutions scolaires comme les collèges. Il se dégage des testaments parisiens que les dons pour favoriser les études tombent sous la catégorie générale de la charité, indépendamment de la situation économique du bénéficiaire ou de son lien de parenté avec le donateur. Un neveu que son oncle ecclésiastique gratifiait de la sorte se trouvait grandement avantagé puisqu’il pouvait participer, en vertu des règles coutumières, à la dévolution de la réserve, c’est-à-dire à l’essentiel du patrimoine de son oncle, et qu’il recevait en surplus par testament les sommes nécessaires pour poursuivre des études29. Cette réalité est confirmée par P. Rebuffi, un juriste du xvie siècle, qui a consacré un ouvrage aux privilèges scolaires. Tl explique entre autres que les livres donnés par le père à l’un de ses fils aux études ne doivent pas être comptabilisés dans le partage des biens du père, car ce don : « a été fait par piété paternelle »30. Les sommes consacrées à l’étude étaient de nature caritative, mais cet état ne préjugeait en rien de la fortune des bénéficiaires. C’est ce qui explique, à mon avis, que les chartes de collège pouvaient user du vocabulaire de la charité et de la pauvreté, et néanmoins désigner les descendants du lignage du fondateur comme premiers bénéficiaires de l’institution.

  • 31 Voir la charte de fondation dans le cartulaire du collège, AN, MM 356, f° 4 et suiv.

31Olivier Martin ajoute une dernière précision quant aux ressources données pour les études. Il note en effet que la coutume parisienne voulait que celles-ci soient puisées dans les acquêts, c’est-à-dire les biens acquis par le donateur de son vivant, et non dans le patrimoine familial. C’est bien la règle que semble suivre Jean de Dormans dans la charte de fondation de son collège. Rappelons que la famille était de Dormans, une ville située sur la Marne, à la frontière des actuels départements de l’Aisne et de la Marne, alors que les domaines et les maisons donnés au collège étaient tous situés dans l’actuel département de Seine-et-Marne et à Paris31.

  • 32 Sur la vie de Nicolas de Baye, voir : A. Tuetey éd., Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. I (...)
  • 33 On attend avec impatience la thèse de Thierry Kouamé qui poursuit une étude prosopographique sur l (...)

32Ces considérations sur la nature des ressources financières données aux institutions scolaires, dont j’ai pu vérifier le bien-fondé par un examen rapide de la fondation du collège de Dormans-Beauvais, devraient faire l’objet d’une enquête approfondie à partir des sources des différents collèges parisiens. Cette question s’avère fondamentale pour comprendre le système économique des études et de la reproduction du groupe social des clercs du roi et des élites ecclésiastiques, qui occupa une place si importante dans la société française de la fin du Moyen Âge. Certains d’entre eux bénéficièrent d’avantages destinés aux pauperes scolares. Mais on sait maintenant que cette désignation ne permet pas de distinguer, parmi les élèves du collège Dormans-Beauvais, un membre du lignage du fondateur, d’un Coleçon de Baye, né vers 1364 dans un village près de Dormans. Celui que l’histoire retient comme Nicolas de Baye, humaniste et greffier du Parlement de Paris, était serf de naissance et il fut affranchi en 1373 pour pouvoir accéder à la cléricature32. Seules des études prosopographiques sur les étudiants des collèges permettent l’étude du profil social des bénéficiaires de ces institutions33.

  • 34 Quintinus cum 12 sociis, Petrus de Mano Opere cum 3 sociis et 7 grammaticis, Gillelmus de Sillinia (...)

33Les collèges ne peuvent donc pas être retenus d’emblée comme des lieux où trouver les « petites gens » à l’Université de Paris. Il reste un dernier lieu où l’on serait susceptible de trouver des « menus ». On sait depuis longtemps qu’un maître ou un étudiant pouvait loger chez lui un ou quelques étudiants qui ne pouvaient se payer un logis, contre une modeste rétribution ou des services. Un livre tout récent de William J. Courtenay montre qu’il s’agissait le plus souvent d’une association entre un maître ou un étudiant pas très fortuné, mais suffisamment pour posséder ou louer un logement, et des étudiants sans moyens. Il constate en effet que les maîtres des facultés supérieures et les riches étudiants ne s’adonnaient que très rarement à cette pratique. Un rôle de taxation de l’Université de Paris de 1329-1330 fournit, rue par rue, les noms de centaines de maîtres et d’étudiants, dont plusieurs hébergeaient des écoliers. Avançons au hasard. Rue de la Juiverie, on trouve : « un certain Quentin vivant avec 12 compagnons, Pierre de Main-d’œuvre avec 3 compagnons et 7 grammairiens, Guillaume de Silligny avec 8 enfants, etc. »34. Encore une fois, les « menus » restent dans l’anonymat.

34D’une certaine façon décevante par ses résultats, mon enquête aura au moins eu le mérite de montrer que les « petites gens » sans histoire ont laissé bien peu de traces écrites, même dans un milieu si fortement imprégné de culture écrite comme l’Université de Paris. Elle montre également, je l’espère, l’intérêt de ne jamais dissocier les enquêtes sur les « menus » de celles sur les plus « grands » par rapport auxquels leur condition se définit.

Notes

1 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1991 (Coll. Champs).

2 C. Gauvard, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Age, 2 vol., Paris, 1991, t. I, p. 34-45.

3 G. Post, « Master’s Salaries and Student Fees in the Medieval Universities », Speculum, 7 (1932), p. 181-198. L’étude de M. Tanaka, La nation anglo-allemande de l’Université de Paris à la fin du Moyen Age, préface d’A. Tuilier, Paris, 1990, est riche d’informations sur le paiement effectif des différents frais universitaires par les étudiants.

4 On citera entre autres : F. Peges, « Royal Support of Students in the xiiith Century », Speculum, 32 (1956), p. 454-462 ; É. Mornet, « Pauperes scolares. Essai sur la condition matérielle des étudiants Scandinaves dans les universités aux xive et xve siècles », Le Moyen Âge, 84 (1978), p. 53-102 ; J. Paquet, « L’universitaire “pauvre” à la fin du Moyen Âge : problèmes, documentation, questions de méthode », dans Les universités à la fin du Moyen Âge, J. Paquet et J. Ijsewijn éd., Louvain, 1978, p. 399-425 ; J. Paquet, « Recherches sur l’universitaire “pauvre” au Moyen Âge », Revue belge de philologie et d’histoire, 56 (1978), p. 301-353 ; J. paquet, « Coût des études, pauvreté et labeur : fonctions et métiers d’étudiants au Moyen Âge », History of Universities, II (1982), p. 15-52 ; P. trio, « Financing of University Students in the Middle Ages : A New Orientation », History of Universities, IV (1984), p. 1-24 ; P. Trio, « A Medieval Students Confraternity at Ypres : The Notre Dame Confraternity of Paris », History of Universities, V (1985), p. 15-53 ; R.C. Schwinges, « Student Education, Student Life », dans A History of the University in Europe, 1. Universities in the Middle Ages, H. de Ridder-Symoens éd., Cambridge, 1991, p. 195-243.

5 A. Gabriel, « The Motivation of College Founders », dans Garlandia. Studies in the Hitory of Mediaeval Universities, Francfort, 1969, p. 211-223.

6 P. Rebuffi, De scholasticorum, bibliopolarum atque caeterorum Universitatum omnium ministrorum juratorumque privilegiis, Paris, 1540, p. 118.

7 N. Gorochov, « La notion de pauvreté dans les statuts de collèges fondés à Paris de Louis IX à Philippe le Bel », dans Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge, J. dufour et H. platelle éd., Paris, 1999, p. 119-128.

8 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, op. cit., p. 165.

9 J. Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve siècle d’après les suppliques de 1403 », dans J. Verger, Les universités françaises au Moyen Âge, Leyde-New York-Cologne, 1995, p. 122-173. É. Mornet et J. Verger, « Fleurs et malheurs de l’étudiant étranger », dans L’étranger au Moyen Âge. Actes du XXX congrès de la SHMESP (Götingen, 1999), Paris, 2000, p. 217-232.

10 S. Lusignan, Préface au Speculum maius de Vincent de Beauvais : réfraction et diffraction, Montréal-Paris, 1979, p. 18.

11 Voir à ce sujet : G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, t. II, Paris, 1964, p. 459-461, et A. Vauchez, « Les ordres mendiants et les villes », dans Histoire du christianisme, t. 5, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), A. Vauchez dir., Paris, 1993, p. 785-793.

12 Ch.H. Haskins, « The Life of Mediaeval Students as Illustrated by their Letters », Studies in Medieval Culture, New York, 1929, p. 1-35.

13 Chartularium Universitatis Parisiensis, 4 vol., H. Denifle et E. Châtelain éd., Paris, 1888-1897 (cité par la suite sous le sigle CUP), t. III, no 1367 ; pour le privilège de 1369, voir CUP, t. III, no 1357. Sur le commerce par les étudiants, voir la remarque de J. Favier, Paris au xve siècle, 1380-1500, p. 308 ; également S. Lusignan, « Vérité garde le roy ». La construction d’une identité universitaire en France ( xiiie-xve siècle), Paris, 1999, p. 140-149.

14 Voir R. Génestal, Le procès sur l’état de clerc aux xiiie et xive siècles, Paris, 1909, p. 1-39 (École pratique des Hautes Études – Section sciences religieuses) ; C. Gauvard, « De Grace especial »..., op. cit., t. I, p. 392-400.

15 Paris, Archives Nationales (désormais AN), Xla 1469, f° 120.

16 AN, Xla 4790, f° 45v.

17 Pour une étude plus approfondie de cette question, voir : B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Sentis à la fin du Moyen Âge, Paris, 1963, p. 456-460 ; S. Lusignan, « Vérité garde le roy »..., op. cit., p. 149-168.

18 AN., Xla 1473, f° 314.

19 AN, Xla 1469, f° 357.

20 CUP, t. III, no 1454 ; S. Lusignan, « Vérité garde le roy »..., op. cit., p. 214-216.

21 Paris, AN, Xla 1478, f° 166v et A. Tuetey éd., Journal de Nicolas de Baye greffier du Parlement de Paris, 1400-1417, 2 vol., Paris, 1885 et 1888, t. I, p. 93-94 ; S. Lusignan, « Vérité garde le roy »..., op. cit., p. 204-207.

22 CUP, t. I, no 1. Voir également : J. Verger et Ch. Vulliez, « Cartulaires universitaires français », dans Les cartulaires, O. Guyotjeannin, L. Morelle et M. Parisse éd., Paris, 1993, p. 423-449.

23 N. Gorochov, « La notion de pauvreté dans les statuts de collèges... », op. cit.

24 Pour le collège de Boissy : P. Féret, La Faculté de théologie et ses docteurs les plus célèbres. Moyen Âge, t. III, Paris, 1896, p. 611-632. Pour Dormans-Beauvais, voir la charte citée à la note suivante. Pour Mignon et Tréguier, voir : M. Félibien et G.-A. Lobineau, Histoire de la ville de Paris, t. I, Paris, 1725, p. 545 et 540.

25 Illis tamen de genere nostro, si sint vel de linea parentum et amicorum nostrorum carnalium presentium et futurorum, semper preassumptis dumtamen ad hoc habiles debeant reputari (AN, MM 356, f° 1 v).

26 AN, Xla 9807. A. Tuetey a édité 48 de ces testaments, dans Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880.

27 J. Engelmann, Les testaments coutumiers au xve siècle, Paris, 1903.

28 D. Courtemanche, Œuvrer pour la postérité. Les testaments parisiens des gens du roi au début du xve siècle, Paris, 1997.

29 D. Courtemanche, Le statut de clercs du roi sous Charles VI : un métier ou une profession ?, thèse de doctorat, Université de Montréal, 1991, p. 216-217, qui s’appuie pour cette question sur O. Martin, Histoire de la coutume de la prévôté et vicomté de Paris, Paris, 1922 et 1930, p. 380 et 384-394.

30 Quod scolastici non tenentur etiam computare in legitimam libros a patre illis datos, quia paterna pietate hoc factum videtur, P. Rebuffi, De scholasticorum, bibliopolarum..., op. cit., p. 144.

31 Voir la charte de fondation dans le cartulaire du collège, AN, MM 356, f° 4 et suiv.

32 Sur la vie de Nicolas de Baye, voir : A. Tuetey éd., Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. I, p. i et suiv.

33 On attend avec impatience la thèse de Thierry Kouamé qui poursuit une étude prosopographique sur les étudiants du collège de Dormans-Beauvais, sous la direction de Claude Gauvard.

34 Quintinus cum 12 sociis, Petrus de Mano Opere cum 3 sociis et 7 grammaticis, Gillelmus de Silliniaco cum 8 pueris, etc., cité par W.J. Courtenay, Parisian Scholars in the Early Fouteenth Century. A Social Portrait, Cambridge UK, 1999, p. 86 et 230.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540