Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Le petit peuple du royaume de Navarre à la fin du Moyen Âge

Béatrice Leroy

Texte intégral

1Le royaume de Navarre à la fin de l’époque médiévale est un État très exigu, où tout le monde semble se connaître, qui a perdu (sans l’oublier) sa gloire de jadis, du temps où, en l’an Mil, le royaume couvrait les terres chrétiennes du Val d’Aran à la Castille incluse. Les rois des dynasties de Champagne (1234-1275), de France (1275-1328) et d’Évreux (1328-1425) gouvernent environ 100 000 habitants répartis surtout en zones rurales, où les villes principales, Pampelune, la capitale et Tudela, la forteresse du sud, ont environ 8 000 habitants, les autres « bonnes villes » de Navarre comme Estella, Sangüesa, puis Olite grandie autour du palais royal, n’étant que bourgades ou gros villages.

2Un passé historique, original, donne néanmoins un tableau ethnique et démographique très complet à ce petit royaume. Tudela, née vers 800, fut une citadelle musulmane de la frontière d’Al Andalus et n’a été reconquise qu’en 1119. Une communauté de Maures vit toujours dans ses murs, ainsi que dans les villages de la région, la Ribera de l’Èbre. Des juifs andalous se trouvent également en une forte communauté (1 200 habitants, dit-on ?) dans Tudela, comme dans les localités environnantes. Les juifs peuplent également les agglomérations qui ont vu leur essor au temps des pèlerinages à Santiago et au moment de l’éveil socio-économique de la Reconquista, Pampelune, Estella, Sangüesa, Puente-la-Reyna, ailleurs encore. Les pèlerins eux-mêmes et les Francos de la Reconquista et de la Repoblacion ont pu faire souche dans les villes, portant les noms de Cruzat, Caritat, Pons, Baldouin... Mais ces Francos se sont élevés au-dessus du petit peuple, très loin au-dessus même, jusqu’à former une aristocratie urbaine en passe d’entrer dans la noblesse ou déjà incluse dans la hidalguia.

3Il reste que le fond ethnique de la Navarre, dans ses campagnes et dans ses villes, est gascon et basque dans le Nord, basco-navarrais dans les Montagnes, aragonais autant que navarrais dans la Ribera, et juif et musulman parmi lesquels toutes les facettes sociales et économiques se distinguent. Au bas de l’échelle sociale figurent enfin quelques esclaves, témoins de ce grand commerce méditerranéen qui alimente en bras orientaux les villes du Bassin. On vend des esclaves sur le marché de Tudela vers 1340 ; Charles II affranchit en 1381 un « jeune homme né en Tartarie » ; Charles III en achète depuis Valence, Barcelone, Perpignan, avec du corail et des caisses d’orangers pour le château royal d’Olite.

  • 1 B. Leroy, Le royaume de Navarre. Les hommes et le pouvoir, xiiie-xve siècles, Biarritz, 1995. Les (...)

4Comme l’administration de ces rois de dynasties françaises est très développée, et comme toute parole, tout acte, tout geste, tout événement, passent rarement sans laisser une trace écrite, les sources navarraises sont denses, variées, explicites sur ce petit peuple comme sur la haute société qui le dirige1.

Heurs et malheurs de la vie quotidienne

  • 2 J.-R Barraqué, « La mise en valeur du Termino de Saragosse à la fin du Moyen Âge », Revue de Pau e (...)
  • 3 La violence a été telle, en 1345, entre Alfaro en Castille et Tudela et sa région, que Corella ne (...)
  • 4 En 1316, le conseil de Tudela loue ses prés, de janvier à avril, pour 2 500 moutons des conseils d (...)

5La vie paysanne est vouée aux activités agro-pastorales, surtout consacrées à l’élevage ovin dans les Montagnes, à la céréaliculture et la viticulture dans la Ribera. Le travail de l’irrigation et de l’entretien des regadios est séculaire, et demande une vie communautaire réglée par les mayorales et les alumines des agglomérations, qui gardent les clés des vannes du regadio et distribuent l’eau à tel ou tel village selon les jours, les heures et les saisons (c’est le système de l’adula de l’Aragon)2. Une sourde concurrence peut opposer ces villages de l’intérieur de la Ribera (Cascante, Pedriz, Tulebras prennent de l’eau réservée à Tudela) ou des frontières entre la Castille et la Navarre (sur l’Alhama, entre Agreda et Fitero) et entre l’Aragon et la Navarre (sur le Queiles entre Tarazona et Tudela). La guerre de l’eau est une réalité déjà ancienne avec laquelle il faut composer, et qui permet des réunions, des accords intervillageois qui peuvent être aussi internationaux, qui tranchent sur les petits règlements de comptes quotidiens3. L’eau du bassin de l’Èbre permet la vie en toutes saisons. Les villageois des montagnes du Val de Roncal et du Val d’Isava, au Nord-Est de la Navarre, font descendre leurs troupeaux en hiver dans les plaines de Tudela, et les accords de pâturage sont scellés par des échanges de fromages des montagnes et de vin de la Ribera4.

  • 5 En 1362, une alcabala (taxe généralisée en Castille par Alfonse XI levée sur les marchés, calculée (...)

6Dans Tudela, Pampelune, Estella, toutes les activités artisanales traditionnelles se retrouvent. Le petit monde des villes de Navarre construit, tisse et teint le drap, travaille le cuir et la corde (la bourrellerie, la sparterie, la cordonnerie sont très développées), vend les chevaux et les convoie par hardes, vers l’Aragon, vers la Castille ; au xive siècle, nombreux sont les Français qui viennent chercher sur place ces montures. Les péages des frontières révèlent les entrées et les sorties du blé, du vin, du bois, du chanvre, de la laine, des chevaux, du drap, du lin et de tous les produits de l’horticulture de la Huerta de l’Èbre5.

7Dans la Navarreria de Pampelune, le quartier des Basco-navarrais qui entoure la cathédrale, le peuple semble garder ses activités de la campagne périphérique, revenant pour la nuit dans le haut quartier de la ville. Dans les bourgs des Francos qui ont grandi aux xiie et xiiie siècles, San Cernin et San Nicolas, derrière une oligarchie de changeurs et de négociants, le peuple vit de l’artisanat de toute ville ibérique, comme le peuple d’Estella plus loin vers l’Ouest sur le chemin de Santiago. Les Maures de Tudela, parmi les meilleurs maçons du royaume, travaillent aussi le fer, les outils, le chanvre, lorsqu’ils ne sont pas irrigateurs et éleveurs dans les villages de la périphérie. Les juifs de tout le royaume, qui ont eux aussi leurs aristocraties de négociants, intellectuels et médecins, prêteurs aux hautes clientèles ou orfèvres, travaillent le drap, le cuir, et possèdent eux aussi leurs terres, leurs droits d’irrigation, leurs vignes qu’ils doivent travailler de leurs mains.

  • 6 B. Leroy, Les Juifs du bassin de l’Èbre, témoins d’une histoire séculaire, Biarritz, 1997.

8Les registres des comptes du xive siècle gardent des pages particulièrement consacrées aux amendes levées sur ces minorités6. On a l’impression d’une vie trépidante, au verbe haut et au geste prompt, les juives se poussant dans les escaliers, ou perdant leur robe au moulin, les hommes se donnant des coups de poing au sortir de la synagogue ou y invectivant les chantres et les rabbins ; des juifs se tuent dans l’abattoir communautaire ; un Maure de Tudela entre de force chez le voisin et crie par toute la ville qu’il est cocu.

9La population navarraise traditionnelle n’est pas à l’abri de cette violence de voisinage. Voici ce qu’on peut lire à propos de Pampelune en 1345, ce qu’on peut traduire du navarrais :

  • 7 B. leroy, « Tudela en 1381-1383 à travers le registre du notaire Martin Don Costal », Principe de (...)

« Justices de l’Amirat du Bourg San Cernin, Miguel Cruzat : Dépenses de trois hommes à cheval et dix hommes à pied, qui ont accompagné l’amirat sur l’ordre du gouverneur, pour faire brûler Pascala, femme d’Ochoa Garcia d’Undiano, le savetier de Pampelune, sur le marché de Pampelune ; car il est notoire qu’elle avait dit et conseillé à Marico de Zizur de voler deux manteaux dans la maison de Miguel Cruzat, et qu’elles mirent toutes deux ces manteaux en gage chez un juif pour 10 livres Sanchetes. La dite Pascala et sa mère se rendirent avec la dite Marico dans une maison attenante, et quand la dite Marico fut endormie, la dite Pascala lui baillonna la bouche et sa mère l’égorgea et la tua avec un coutelas. Il faut compter 8 sous les sept charges de bois et une charge de sarments secs, et la chaine de fer qui a servi pour ligoter par la ceinture la dite Pascala à un poteau, et encore 5 sous donnés à celui qui l’a menée de par la ville et a allumé le feu au bûcher. Et avec les 48 jours pendant lesquels elle a mangé le pain du roi, jusqu’au jour de sa crémation, avec 12 deniers par homme à cheval et 6 deniers par homme à pieds, 25 sous »7.

10Ce sont là les moments troublés de toute vie quotidienne, de toute vie resserrée dans des espaces densément peuplés, où se coudoient des sociétés assez mélangées.

  • 8 Il s’agit de la juive Jamilla, femme de Jento Franco : Arch. Nav., R.C. t., f° 230. Voir B. Leroy,(...)
  • 9 Arch. Nav., comptes, caj. 69, no 39, II.
  • 10 Arch. Nav., comptes, caj. 69, no 56, V

11Mais en 1400, une juive de Sangüesa s’est suicidée en se noyant dans un puits8. En 1393, un Martin Ferrandez de Calahorra s’est pendu dans la maison de Sancho Ruiz de Larraona ; ce dernier, sans le dire à personne, l’a détaché et jeté dans un puits dans la montagne, alors que la justice de l’Église et la justice du roi demandaient de laisser le corps en exposition d’infamie, et se devaient de juger ce villageois au comportement douteux. Mais le roi se veut miséricordieux et laisse la vie sauve à Sancho Ruiz moyennant 100 florins d’or, qu’il est bien incapable de payer9. La même année, en 1393, on trouve un bébé à Olite, et le roi Charles III le fait baptiser sous le nom de Nabuchodonosor, et accorde 15 livres au villageois Pero Galocha qui a trouvé l’enfant et le garde un an dans son foyer10.

12En cette fin du xive siècle, des signes de violence, de découragement, secouent cette société traditionnelle. Le xive siècle est bien sûr pénible à traverser.

Les malheurs des temps

  • 11 M. Berthe, Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Pari (...)

13Ils sont très vrais en Navarre, et Maurice Berthe et Juan Carrasco ont su parler de misère, de mort et de dépeuplement à propos de la démographie navarraise11. Dans le détail de ces témoignages écrits de la vie des gens de Navarre, quelques traits peuvent être mis en valeur.

  • 12 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 20.
  • 13 Ibid., comptes, caj. 3, no 37. La pecha ou la taille, impôt de quotité, est fixée selon l’importan (...)

14Il est un fait que dès les rois de Champagne-Navarre, ou bien la terre trop exploitée et surpeuplée se dégarnit déjà, ou bien (plutôt ?) les souverains et responsables préfèrent abandonner dans les frontières des hameaux menacés, pour regrouper la population en agglomérations mieux défendues. En 1263, Thibaut II veut favoriser ses paysans du Val de Santesteban (au Nord-Ouest, face au Guipuzcoa) et commue des redevances. Ceux qui payaient la pecha devaient lui fournir un peón (un brassier) par an, pour toutes les obligations sur les terres royales, charge sans doute trop lourde pour des villages comptant peu de bras masculins. Le roi commue cette corvée en une taxe annuelle de deux sous et demi, en exemptant bien sûr les veuves et les orphelins, et promet aux localités que personne ne sera enrôlé en corvée de construction et d’entretien dans les châteaux royaux de la province12. En 1270, Thibaut II remet encore des pechas aux plus démunis du village de Murillo près de Tudela, qui se dépeuple13.

  • 14 J. Carrasco, F. Miranda Garcia et E. Ramirez Vaquero, Navarra Judaica. 4. Los Registros del Sello, (...)
  • 15 Arch. Nav., comptes, 1318 : caj. 5, no 89 ; 1322 : caj. 6, no 22 ; 1324 : caj. 6, no 32.

15Dès le début du xive siècle, les Navarrais des campagnes et des villes prennent l’habitude d’emprunter, en prêts de soudure et en prêts à la consommation. Les juifs sont les meilleurs créanciers, du moins les plus sollicités. Tout au long du siècle, les registres du sceau royal, apposé sur chaque créance, témoignent de cet endettement très généralisé dans toutes les sociétés. Des chrétiens prêtent aussi, mais les juifs sont les plus demandés par les nobles, les clercs, comme par tous les artisans et les villageois de leur entourage ; ils se prêtent aussi entre eux, même sur gage, malgré tous les interdits talmudiques. Les registres du sceau sont désormais publiés14. Mais les chartes intégrales des prêts d’argent, de blé et de vin, révèlent les détails de ces transactions entre ces petites sociétés. Dès 1318, bien avant peut-être les années dramatiques, Pero Sobrino, villageois de Sesma, emprunte 20 sous et 3 arrobos de blé au juif Abraham Levi d’Estella ; en 1322, le conseil tout entier de Sesma contracte à son tour un autre emprunt ; en 1324, tout le village d’Iza, mené par son curé, emprunte à Miron de Bergerac, juif de Pampelune, 7 livres 4 sous15. Les remboursements se font en général dans les six mois, avec des intérêts de 5 pour 6 par an (25 %) et sous la menace de 2 sous par jour dépassant le terme. Il en est ainsi tout au long du siècle.

  • 16 B. Leroy, « Une bastide frontière navarraise du xive siècle, Echarri-Aranaz », Annales du Midi, 86 (...)
  • 17 B. Leroy, « Ruina y reconstrucción. Los campos y las ciudades de Navarra, en la segunda mitad del (...)

16Mais le dépeuplement est le grand drame du xive siècle. Les fondations de villages neufs et de bastides du début du siècle sont certainement des réponses à ce mal, car ce sont des replis de la population dans des lieux mieux défendus. En 1312 est fondée Labastide-Clairence, à la pointe septentrionale de la châtellenie de Saint-Jean. La même année est fondée également la bastide d’Echarri-Aranaz, dans le Val d’Araquil, au pied du mont Aralar, et de 1315 à 1350, avec sa voisine Huarte Araquil, la nouvelle agglomération de paysans et de hidalgos, travaillant la terre, les bois, ayant marchés et foires, mais devant tous le service de garde, est édifiée à la place de plusieurs hameaux des alentours, rasés et vidés d’importance16. Il en est de même en 1317 pour des villages de la Merindad d’Estella, en frontière de Castille, du Val de Berrueza, Val de Ega et Val de Lana ; Azedo, Sarta, Mirafuentes, Mendaza, Suruslada, Villamera, sont trop attaqués par les Guipuzcoans et se dépeuplent inévitablement. Le gouvernement fait édifier San Cristobal de la Berrueza, et le fortifie de pierre, le dote du Fuero de Viana qui attire la population, et y regroupe les gens. Ainsi tout au long du règne de Charles II (1349-1387, surtout présent après 1365) qui prend très à cœur la sauvegarde de ses campagnes menacées ; le roi va lui-même visiter les villages des frontières castillanes en péril, et fait créer de nouvelles agglomérations, toujours fortifiées, toujours regroupant des petits villages périphériques trop avancés. C’est ce qu’il fait en 1373 à Aguilar, où il faut réunir les gens d’Azuelo, et encore à Viana, Laguardia, et San Vicente17.

  • 18 B. Leroy, Les Juifs de l’Èbre..., op. cit.
  • 19 Arch. Nav., R.C. tome 151 pour l’année 1374, fos 22 et 23 :[...] e antes de la grant mortaldal de (...)
  • 20 Arch. Nav., comptes ; Sesma et Rada : caj. 178, no 23, VIII et XVI ; Cortes : caj. 78, no 10, II ; (...)
  • 21 Arch. Nav., comptes, caj. 71, no 36, XIII. Le kafiz vaut 1 hectolitre 20, l’arrobo (ou le rove) en (...)
  • 22 Arch. Nav., comptes, caj. 67, no 35, XIV
  • 23 Arch. Nav., comptes, caj. 76, no 32, I.

17La peste de 1348, les pestes et pestilences revenues en 1361 et en 1373, sont les coups dramatiques du mauvais sort. Dès 1350 à Tudela, Charles II fait remettre une partie de la pecha des juifs, qui auraient perdu la moitié de leur communauté18. Le roi décrète pour tous les Navarrais les mêmes remises de pecha et des moratoires de dettes. Les mêmes plaintes et les mêmes mesures reviennent sous Charles II et sous Charles III. En 1374, le Val d’Ayechu dans les Montagnes, dit que le climat est trop rigoureux pour le blé, et pas du tout apte à la viticulture, et que depuis 1348 et les retours de peste, à peine le tiers des habitants a survécu, ne pouvant assurer la pecha de 50 livres annuelles19. En 1395, le village de Sesma se dépeuple. Le village de Rada de même, car la terre est devenue stérile ou au contraire trop inondée par l’Aragon, et on ne peut plus ni payer ni travailler dans le regadio. De semblables plaintes viennent cette année-là de Cortès, de Tafalla, de Valtierra, où les pestilences, la sécheresse et la stérilité menacent autant les hidalgos que les paysans20. En 1396, il s’agit des Maures de Corella, qui doivent une redevance en blé, 40 kafizes par an habituellement ; on ne leur demande que 10 kafizes depuis 1387 à cause de leur misère21. En 1392, Labastide-Clairence est très dépeuplée, or, c’est la bastide de frontière face au Labourd22. En 1398 encore, tout le conseil de Gongora, mené par les jurats et le curé, vient pleurer misère auprès de la reine Leonor (le roi Charles III est alors à Paris), qui fait remettre au village les trois quarts de sa part d’aide octroyée par les Cortès cette année-là (un total de 50 000 florins pour tout le royaume), soit 36 sous par quart, le village en ayant payé un seul et ne pouvant payer plus23.

  • 24 Arch. Nav., comptes, caj. 54, no 3, I.
  • 25 Arch. Nav., comptes, la rébellion : caj. 67, no 35, XIII ; la condamnation : caj. 69, no 17, XX ; (...)

18Car les aides se surajoutent aux pechas ordinaires et achèvent souvent de ruiner les gens. Déjà, en 1388, Charles III, levant une aide pour payer le mariage de sa sœur l’infante Jeanne, qui devient duchesse de Bretagne, provoque la ruine et la fuite (en Castille !) des juifs de Laguardia ; mais le roi averti limite leur part, pour les faire revenir dans cette bourgade essentielle en frontière de la région de Logroño24. En 1393, les Maures de Tudela se rebellent violemment contre la fiscalité. Ils n’en retirent qu’une lourde amende collective supplémentaire, 3 000 florins, à répartir. La rébellion s’est déroulée en avril ; dès ce moment, le gouvernement royal remet les parts d’amende, selon des cas individuels. Abdulaziz (« Adolaziz ») devait 50 florins, le roi les lui remet, car il l’avait naguère servi au Portugal ; Marrachan et Audailla devaient chacun 20 florins, mais ne pouvant payer, ils travaillent dans l’édification du château de Tudela jusqu’à concurrence de leur amende ; en juin, ils ont déjà œuvré pour la moitié de leur part, mais les femmes et les enfants pleurant misère et sur l’intervention du maréchal Martin Henriquez de Lacarra, le gouvernement leur remet ce reste et les fait désormais payer sur le chantier au prix des journaliers25.

19L’action royale serait-elle la sauvegarde du petit peuple, s’il sait gémir quand il le faut et comme il faut ?

Des reprises

  • 26 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 70.
  • 27 B. Leroy, « Vie et mort à Tudela en 1380-1383, le testament de Bernarda de Pimbo », dans Les Espag (...)

20La charité est un remède à la misère, certes, elle est vécue au quotidien dans toutes les sociétés. On en voit les objectifs dans les statuts des confréries (San Pedro de Lizarra d’Estella, en 1253-1274, par exemple26) ; dans les legs pieux et les fondations des testaments, tel celui de Bernarda de Pimbo de Tudela, qui meurt en 1383 et demande de nourrir 90 pauvres en trois ans27, ou tous les testaments des Navarrais bien nés et nantis, qui demandent un cortège de pauvres vêtus de noir et tenant bougie, le jour de leur enterrement, moyennant le sou ou la soupe. On voit Charles III nourrir les « pauvres honteux » et distribuer des aumônes, dont on tient la liste détaillée.

  • 28 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 74.
  • 29 Arch. Nav., comptes, caj. 4, no 117.

21Mais la charité est tout de même un pis-aller, même si elle concerne ceux qu’on pourrait appeler les pauvres professionnels, qui vivent d’un enterrement à l’autre. Mieux vaut l’exemption fiscale. En 1275, depuis Sens, la reine mère Blanche de Navarre, au nom de la petite reine Jeanne, affranchit le peuple de Viana de son cens de 12 deniers annuels par maison, pour le récompenser de sa bonne résistance lors de la guerre contre la Castille, livrée dix ans avant, et pour donner le bon exemple dans le futur à tout le peuple de Navarre28. En 1298, tout le village de Larraga reçoit la charge de l’entretien et de la garde du château royal de la localité, sans avoir à payer la moindre taxe ni livrer les corvées habituelles ; le conseil s’y engage devant le gouverneur Alfonse de Rovray29.

  • 30 B. Leroy, Le royaume de Navarre xiiie-xve siècles..., op. cit.

22La cour, la présence du roi et de son aristocratie, fouettent le dynamisme de son peuple. La demande et l’offre sont désormais assurées. Il faut fournir la cour : de 1360 environ à 1425 (la mort de Charles III) et plus sporadiquement par la suite, car les rois de Navarre sont plus souvent en Aragon, en Castille, en Béarn, tout le petit peuple navarrais, les Basco Navarrais, les artisans des villes, les gens de la Ribera, les juifs et les Maures, tous vivent dans les services domestiques de la cour d’Olite, dans la cuisine, dans l’écurie, dans la fourrière, partout où l’on a besoin d’eux, et ils sont plus de 200 à y toucher des gages. Les gens des villes œuvrent pour habiller la cour, l’orner, la restaurer, et aussi la divertir ; le roi offre des cadeaux aux danseurs de corde, ou aux matadors des courses de taureaux ; même si ces derniers viennent de l’extérieur du royaume, les Navarrais sont enrôlés dans ces divertissements, et chantent, jonglent, jouent des instruments de musique30.

  • 31 B. Leroy, « Les grands chantiers publics en Navarre sous la dynastie d’Évreux (1328-1430) », Cahie (...)

23Le roi fait construire et fait armer. Les Maures sont maçons et sont spécialistes du travail du fer, employés dans les chantiers de la cathédrale de Pampelune comme dans ceux des châteaux royaux, où se trouvent aussi les juifs et les juives de Tudela (qui entretiennent le four à chaux et portent les couffins de sable), au milieu de tous les brassiers navarrais. De 1392 à 1396 au moins, le grand chantier du château de Tudela est une richesse peut-être, un emploi continu assurément pour tous les artisans ou tous les manœuvres de la ville, qui reçoivent de 1 à 10 sous par jour selon leur spécialité31.

  • 32 B. Leroy, El Cartulario del Infante Luis de Navarra del año 1361, Pampelune, 1981, fos 6 et 7, no  (...)
  • 33 Ibid, f° 7, no 27, p. 48-49.

24La guerre elle-même, qui apporte tant de ravages, est contrôlée sévèrement sur le sol navarrais, du moins lorsque le souverain est présent et qu’il est capable de prendre les mesures nécessaires. L’infant Louis, qui remplace en Navarre son frère Charles II en 1361, apprend que la Compagnie du comte d’Armagnac veut traverser le royaume pour guerroyer en Castille. L’infant ne peut qu’accepter ; mais, le 10 mai 1361, il intime l’ordre à tous les responsables de surveiller ces compagnies, de les parquer hors des villes, par groupes de cent hommes, désarmés la nuit, et fait savoir au comte que ses hommes devront avoir leur propre ravitaillement. Sa Navarre est alors trop appauvrie pour supporter les inévitables pillages des gens de guerre32. À la même date, apprenant que des bandits de grand chemin rançonnent le village d’Isava, l’infant autorise les montagnards à former leur propre troupe de défense, et invite tous les villageois des vallées de Roncal et de Sarasas à rejoindre leurs frères d’Isava33.

  • 34 Arch. Nav., comptes, caj. 79, no 3, XXIII : le 8 septembre 1395, à Isava : [...] Seppan todos que (...)
  • 35 Arch. Nav., comptes, caj. 79, no 5, XXVIII.

25Et puis la guerre a son bon côté. Les Maures de Navarre sont ouvriers des armes, arbalétriers, y travaillent sur place en 1353 et, avec Charles II, tiennent garnison dans ses places fortes de Normandie. Charles III emmène ses Navarrais au Portugal, alors qu’il n’est encore que l’infant Charles en 1385 (on sait qu’il récompense Adolaziz en 1393 de son service). Il les emmène à Cherbourg. En 1395, Condor, femme d’Aznar Mege d’Isava reçoit 10 kafizes de blé que le roi avait offerts à son mari lors de la campagne de Cherbourg, pour elle et ses enfants ; c’est son fils Aznarot qui souscrit la quittance, car elle ne sait pas écrire34. De même, en 1395, Toda de Valtierra, femme de Miguel de Andia le lormier, reçoit 10 kafizes de blé par an pour élever les enfants de son frère Juan de Valtierra, qui est alors au service du roi à Cherbourg35.

  • 36 J.A. Fernandez de Larrea Rojas, Guerra y sociedad en Navarra durante la Edad Media, Bilbao, Univer (...)

26Les « Navarrais » sont nombreux dans les Grandes Compagnies, depuis les guerres de Charles II. Ils se battent en France, mais ils peuvent ne pas être tous de véritable naissance navarraise, et plutôt originaires de Bretagne, de Gascogne, ou d’Angleterre, d’ailleurs encore, même s’ils sont dits « Navarrais » du fait de leur employeur. Beaucoup d’entre eux sont allés en Albanie avec l’infant Louis, marié à Jeanne de Durazzo, et partis là-bas au service de Charles de Duras36. Tous ces Navarrais sont-ils partis faire la guerre ailleurs, parce qu’ils n’avaient pas de quoi manger en Navarre ? Peut-être et peut-être pas, nul ne l’a dit ; dans cette seconde moitié du xive siècle, le métier des armes est un métier comme un autre, et de plus en plus ouvert au petit peuple, qui y voit une rémunération régulière, la solde, autant que les profits multiples qui s’y rajoutent.

27Il est difficile d’approcher la mentalité de ce petit peuple. Pero Galocha recueille le bébé trouvé, Nabuchodonosor, les juifs de Navarre sont prompts à se donner des coups de poing comme à s’entraider dans leur communauté. Ils savent tous crier misère quand il le faut et où il le faut, et savent surtout se faire enrôler dans les services de la cour et les chantiers urbains, et à choisir la guerre rémunérée, même loin de chez eux. La guerre civile de la fin du xve siècle est une affaire de nobles. Le petit peuple navarrais a certainement perduré au-delà des troubles politiques.

Notes

1 B. Leroy, Le royaume de Navarre. Les hommes et le pouvoir, xiiie-xve siècles, Biarritz, 1995. Les esclaves négociés et éventuellement libérés en Navarre : 1340 – Archives Navarraises (désormais Arch. Nav.) R.C. tome 43, f° 17 ; 1381 – Arch. Nav., comptes, caj. 43, no 57 ; 1409 – Arch. Nav. R.C. tome 301, f° 20 et suiv.

2 J.-R Barraqué, « La mise en valeur du Termino de Saragosse à la fin du Moyen Âge », Revue de Pau et du Béarn, 16 (1989), p. 273-292 ; Id., « Vigne et irrigation à Saragosse au début du xive siècle », Revue historique, 278/2 (1990), p. 193-204.

3 La violence a été telle, en 1345, entre Alfaro en Castille et Tudela et sa région, que Corella ne peut plus rien irriguer, car tout son regadio a été saccagé. Il faut une rencontre internationale pour trouver une solution, entre Jean de Conflans, le gouverneur de Navarre et Juan Ruiz de Gauna, garde du corps d’Alfonse XI de Castille : Arch. Nav., comptes, caj. 9, no 94.

4 En 1316, le conseil de Tudela loue ses prés, de janvier à avril, pour 2 500 moutons des conseils d’Isava et de Vidangoz : Arch. Nav., comptes, caj. 2, no 10.

5 En 1362, une alcabala (taxe généralisée en Castille par Alfonse XI levée sur les marchés, calculée sur les poids, les mesures, et la valeur marchande) est levée en Navarre sur les ordres de Charles II. On garde le « registre du Vingtième » de Tudela : N. Ongay, El Registro del Veinteno en Tudela, 1362, Mendoza, 1997. Le lundi 13 juin, par exemple (p. 197-198), Salomon Miñon vend de la viande pour 100 sous, la taxe est de 5 sous ; Johan Iniguez de Corella l’épicier vend ses épices (40 sous ; 2 sous de taxe), Azath Laquef deux douzaines de « cordouan » (52 sous ; 2 sous 6 deniers), Urraca de Tarazona du pain cuit (50 sous ; 2 sous 6 deniers), Pero Semenez de Verde du vin blanc (50 sous ; 2 sous 6 deniers), Audella Allozeyra, mercier, une livre d’orge avec ses articles de mercerie (30 sous ; 18 deniers). Chrétiens, juifs (Salomon, Azath) et musulmans (Audella) se rejoignent dans les mêmes activités économiques, du moins soumis à cette même taxe cumulative du marché. Pour mieux connaître les sorties et les entrées du royaume, voir A. Martin Duque, J. Zabalo Zabalegui et J. Carrasco Perez, Peages navarros, Pamplona (1351), Tudela (1365), Sangüesa (1362), Carcastillo (1362), Pampelune, 1973 ; la revue Principe de Viana a publié la plupart des autres registres de péages du xive siècle, entre 1987 et 1990.

6 B. Leroy, Les Juifs du bassin de l’Èbre, témoins d’une histoire séculaire, Biarritz, 1997.

7 B. leroy, « Tudela en 1381-1383 à travers le registre du notaire Martin Don Costal », Principe de Viana, Al (1986), no 179, p. 723-739 ; à propos de Pascala en 1345 : Arch. Nav. R.C., t. 54, f° 185.

8 Il s’agit de la juive Jamilla, femme de Jento Franco : Arch. Nav., R.C. t., f° 230. Voir B. Leroy, « Les difficultés de la communauté juive navarraise, observées par les officiers du royaume, au xive siècle », dans Exile and Diaspora, Studies in the History ofthe Jewish People Presented to Professor Haïm Beinart, Jerusalem, 1991, p. 44-55.

9 Arch. Nav., comptes, caj. 69, no 39, II.

10 Arch. Nav., comptes, caj. 69, no 56, V

11 M. Berthe, Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1984 ; J. Carrasco Perez, La población de Navarra en el Siglo xiv, Pampelune, 1973.

12 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 20.

13 Ibid., comptes, caj. 3, no 37. La pecha ou la taille, impôt de quotité, est fixée selon l’importance démographique de la localité puis répartie selon les possibilités de chacun à l’intérieur du groupe.

14 J. Carrasco, F. Miranda Garcia et E. Ramirez Vaquero, Navarra Judaica. 4. Los Registros del Sello, 1339-1387, Pampelune, 1995.

15 Arch. Nav., comptes, 1318 : caj. 5, no 89 ; 1322 : caj. 6, no 22 ; 1324 : caj. 6, no 32.

16 B. Leroy, « Une bastide frontière navarraise du xive siècle, Echarri-Aranaz », Annales du Midi, 86/117 (avril-juin 1974), p. 153-163.

17 B. Leroy, « Ruina y reconstrucción. Los campos y las ciudades de Navarra, en la segunda mitad del siglo xiv », Hispania, 44 (1984), p. 237-261.

18 B. Leroy, Les Juifs de l’Èbre..., op. cit.

19 Arch. Nav., R.C. tome 151 pour l’année 1374, fos 22 et 23 :[...] e antes de la grant mortaldal de anno XLVIII avia novanta labradores e mas, en la dita mortaldat morieron los demas tanto que non fincaron el tercio... e empues ha avido dos mortaldades e son tantos diminuydos e mengoados que non finca mas de XIIII° o XV° peyteros en IIII° aldeas mezquinas e aqueyllos muytpobrespor los fuertes tiempos...

20 Arch. Nav., comptes ; Sesma et Rada : caj. 178, no 23, VIII et XVI ; Cortes : caj. 78, no 10, II ; Tafalla : caj. 78, no 5, IV ; Valtierra : caj. 78, no 16, II.

21 Arch. Nav., comptes, caj. 71, no 36, XIII. Le kafiz vaut 1 hectolitre 20, l’arrobo (ou le rove) en vaut la moitié.

22 Arch. Nav., comptes, caj. 67, no 35, XIV

23 Arch. Nav., comptes, caj. 76, no 32, I.

24 Arch. Nav., comptes, caj. 54, no 3, I.

25 Arch. Nav., comptes, la rébellion : caj. 67, no 35, XIII ; la condamnation : caj. 69, no 17, XX ; Adolaziz : caj. 69, no 16, V ; Marrachan et Audeilla : caj. 69, no 23, IV

26 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 70.

27 B. Leroy, « Vie et mort à Tudela en 1380-1383, le testament de Bernarda de Pimbo », dans Les Espagnes médiévales. Mélanges offerts à Jean Gautier-Dalché, Annales de la Faculté des Lettres de Nice, 46 (1983), p. 141-152.

28 Arch. Nav., comptes, caj. 3, no 74.

29 Arch. Nav., comptes, caj. 4, no 117.

30 B. Leroy, Le royaume de Navarre xiiie-xve siècles..., op. cit.

31 B. Leroy, « Les grands chantiers publics en Navarre sous la dynastie d’Évreux (1328-1430) », Cahiers de la Méditerranée, 31 (1985), p. 55-71.

32 B. Leroy, El Cartulario del Infante Luis de Navarra del año 1361, Pampelune, 1981, fos 6 et 7, no 26, p. 47-48 :[...] Et que proveades en esta manera que digades al dicto Conte o a los capitanes que verran con eill, que por razon que en el Regno ay grant carestia de viandas e ay muchos logares chicos do muchas compaynnas non podrian ser albergados, ni vitallados, que ordenen su passada en esta manera que en una compaynnia non vayan si non C hombres darmas con lures bestias, maietas et arnes aguisa de gentes darmas et que aqueillos C sean acugidos en los logares cerrados una noche, proveydo que a la entrada de la villa dexen las armas al Alcalde et jurados et hombres buenos de la villa qui a esto fazer seran ordenados, et al otro dia maynnana fuera de la villa lis seran renditas sin diminucion alguna...

33 Ibid, f° 7, no 27, p. 48-49.

34 Arch. Nav., comptes, caj. 79, no 3, XXIII : le 8 septembre 1395, à Isava : [...] Seppan todos que Yo Coyndor muger de Aznar Mege vesina de Ysava, otorgo aver ovido e recebido de Vos Pero Periz Dacs, recebidor de la Merindat de Sanguesa, diez kafizes de trigo por el dono que li fiue dado a mi marido mientre que fuese en el servicio del Seynnor Rey en Chiriborc pora mi la dicta Coyndor e pora mis criaturas. En testimonio desto, Vos do ente mi reconoçimiento. Et fizi poner a mi fijo Aznarot su nombre en testimonio de verdat. Escripta en Ysava VIII°° dia de Septiembre Anno Domini M° CCC° Nonagesimo Quinto. Aznarot.

35 Arch. Nav., comptes, caj. 79, no 5, XXVIII.

36 J.A. Fernandez de Larrea Rojas, Guerra y sociedad en Navarra durante la Edad Media, Bilbao, Universidad del Pais Vasco, 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search