Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Avant-Propos

Claude Gauvard et Jean-Louis Robert

Texte intégral

1Au temps où historiens et géographes étudiaient « les fonctions d’une capitale » ou le Paris des révolutions, Louis Chevalier publiait en 1971 un petit livre qui n’eut que peu d’échos dans la communauté historienne, Les Parisiens. Il y ouvrait un champ de réflexions qui n’eut guère de postérité immédiate. Cet « esprit parisien » qui était au cœur de son livre paraissait alors un concept bien archaïque et bien pauvre. Mais depuis de grands travaux d’histoire sociale ont rencontré le peuple de Paris. Une capitale, un Peuple ?

2Ce livre voudrait ainsi faire le point sur une histoire qui s’est développée en suivant les contraintes de la périodisation académique. Or l’hypothèse doit être avancée que cette histoire ne prend sens que sur la longue durée. Comme il y a un temps long de la Méditerranée de Fernand Braudel, il y a un temps long de Paris. Et ce, à deux niveaux : d’abord n’y a-t-il pas une forte dimension structuraliste ou structurante du Paris-capitale qui réifie, reconstruit une même identité parisienne ? Du Paris de Philippe Auguste à celui de Mitterrand, les rêves, les mythes, les modes de vie des Parisiens ne relèvent-ils pas de grands traits constants ? En ce sens d’ailleurs le passage de la ville antique à la ville capitale aurait mérité d’être examiné davantage pour en mesurer les éventuels effets sur les habitants de la cité. A contrario, l’évolution de la fin du xxe siècle qui retire à Paris certaines de ses fonctions dirigeantes au profit de Bruxelles ne joue-t-elle pas dans la perte d’une identité des Parisiens ?

3Ensuite nous ne pouvons ignorer que Paris est une ville-mémoire, mémoire des événements, du bâti, des espaces, des rues. Certes la construction de la mémoire parisienne a été l’objet de procédures, d’enjeux sociaux, politiques ou culturels que nous ne prétendons pas étudier dans ce livre, mais la présence de cette mémoire est au cœur de l’esprit parisien qu’évoquait Louis Chevalier.

4Cette question structuraliste ne doit pas être unilatérale et bien évidemment nous devons nous poser les questions liées à l’évolution de la ville et de la nation. Deux grands axes sont ici envisagés : quels sont les effets de la croissance urbaine ? Finalement la croissance de Paris est -presque - de tout temps, et le Parisien pourrait bien être caractérisé par ce dynamisme urbain, mais n’y a-t-il pas des temps de ruptures, des seuils qui voient la transformation profonde de la population, de l’espace et de la société parisienne ? Par exemple la capacité des Parisiens à s’approprier leur ville n’est-elle pas liée aux mutations de l’espace de la ville ? Les structures sociales jouent-elles toujours dans le sens d’une riche mobilité sociale ascendante, facteur de l’ambition prêtée au Parisien ? Le second axe paraît celui de la formation de l’État français et de la tendance à la centralisation accrue des pouvoirs à Paris jusqu’au milieu du xxe siècle. En quoi les Parisiens sont-ils affectés par cette tendance longue ?

5Une des originalités de ce livre est donc le temps long qui ne doit pas être un artifice mais qui est au cœur de la problématique des textes dont l’intérêt prend vraiment sens par l’examen commun des périodes.

6Être parisien est une histoire des identités, c’est-à-dire une histoire des sensibilités et des pratiques sociales, des représentations et des modes de vie et les textes que nous présentons visent à ne pas séparer, quelles que soient les contraintes liées à tout découpage, le Parisien réel du Parisien symbolique et imaginaire.

***

7Les communications que présente ce livre sont le fruit d’un colloque organisé par l’École doctorale d’histoire de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris-Ile-de-France avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du xxe siècle, les 26-28 septembre 2002, et tenu à la Sorbonne et à l’Hôtel de Ville de Paris. Les organisateurs tiennent à remercier la Ville de Paris, l’Institut universitaire de France, le CNRS et l’Université Paris I pour leur aide. La coédition de ce livre entre les Publications de la Sorbonne et la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques montre la volonté commune du partage des savoirs historiques.

8Ce volume est organisé en trois parties, chacune faisant l’objet d’une introduction propre. La première, « Qui sont les Parisiens ? », permet de réfléchir sur les articulations entre société et identité parisienne. La seconde, « Vivre “parisiennement” », pose le problème de l’exemplarité, qu’elle soit politique, artistique ou quotidienne ; la troisième, « Se sentir parisien », ouvre sur l’imaginaire construit tant par le passant que par le regard de l’autre.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter