Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Le peuple des migrants. Analyse préliminaire des migrations vers Manosque à la fin du Moyen Age

Andrée Courtemanche

Texte intégral

Cet article s’inscrit dans un programme de recherche plus vaste sur les mouvements migratoires vers Manosque à la fin du Moyen Âge qui bénéficie du soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Que cet organisme soit remercié.

  • 2 Pour une description générale à ce sujet, consulter S. Phillips, « The Medieval Background », dans (...)

1La mobilité géographique reste une donnée essentielle de l’étude des populations médiévales. Cette mobilité procède entre autres de grands mouvements de population comme les croisades ou les pèlerinages. Toutefois, dans ces mouvements, la migration et la quête d’une vie meilleure dans un nouvel environnement ne constituent pas nécessairement les buts premiers2.

  • 3 Pour un exemple parmi d’autres voir A. Higounet-Nadal, Périgueux au xive siècle. Étude de démograph (...)
  • 4 Consulter, par exemple, N. Gonthier, Délinquance, justice et société dans le Lyonnais médiéval de l (...)

2La compréhension du phénomène migratoire s’inscrit plutôt dans une autre perspective. En effet, les médiévistes intéressés au fait urbain n’ont pas manqué d’effectuer des études ponctuelles sur les migrants, éléments incontournables du peuplement des villes médiévales3. De même, les historiens de la criminalité ont rarement fait l’économie de développements sur la place des étrangers parmi les criminels qui hantent les cours de justice. Les résultats de ces analyses présentent souvent ces individus comme des marginaux, des déracinés ou des solitaires, incapables de nouer des relations sociales ou familiales dans la société d’accueil en l’absence de solidarités. D’ailleurs, cette vision de l’immigration vers la ville a longtemps coloré une large part des études concernant les migrants4.

  • 5 A. Courtemanche, « Women, Family, and Immigration in Fifteenth-Century Manosque : The Case of the D (...)

3J’ai montré ailleurs que cette vision ne correspond pas totalement à la réalité migratoire à Manosque. Ainsi, des individus, hommes et femmes, franchissent parfois des distances importantes et viennent s’installer à Manosque en Provence à la fin du Moyen Âge. Ces microanalyses tentaient d’analyser le processus d’intégration de ces migrants dans la société d’accueil. Elles s’intéressaient à des groupes de taille variable : une famille, des personnes originaires d’une région les Piémontais – ou les habitants d’un village ayant envoyé des immigrants à Manosque sur une longue période. Elles permettent de constater la création de véritables chaînes de migration entre les zones de départ et la société d’accueil ; chaînes de migration qui engendrent la solidarité et facilitent l’installation puis l’intégration des migrants à Manosque5.

  • 6 A. Courtemanche, « De l’Italie à Manosque... », op. cit. ; N. Coulet, « Mutations de l’immigration (...)

4Dans le texte qui suit, je souhaite modifier l’échelle d’observation pour passer de la microanalyse à la macro-analyse. Cette dernière s’attachera ainsi au grand nombre. Mon intention est d’élargir les perspectives issues des conclusions de l’analyse des mouvements migratoires des Italiens en Provence, la mienne et celles de Noël Coulet sur Aix-en-Provence6. Ces conclusions suggèrent que les migrants venus prendre racine en Provence au cours du xve siècle ne constituent plus une élite de marchands et de juristes, comme ce fut le cas au cours de la première moitié du xive siècle. Ils appartiennent plutôt au monde de l’artisanat et des travailleurs de la terre, ceux que l’on pourrait inclure dans une définition large du petit peuple.

5Dans cette perspective, je m’intéresserai tour à tour au nombre, à la provenance et aux activités des migrants et migrantes pour la période allant de 1370 à 1480. Mais avant d’aborder ces éléments, il importe de fournir quelques réflexions méthodologiques sur la constitution de la base de données.

Méthodologie

6Le repérage des migrants et migrantes pose d’emblée certains problèmes de nature méthodologique. En effet, il impose de distinguer les individus qui viennent à Manosque chercher un établissement à long terme, de ceux qui y viennent ponctuellement pour participer aux échanges commerciaux de ce centre économique régional, se livrant à l’achat ou la vente de produits de première nécessité ou de produits finis ou cherchant à avoir accès à certains services tels les prêts ou la rédaction d’un acte notarié. Dans ces conditions, des critères stricts apparaissent essentiels pour effectuer cette distinction.

  • 7 Pour un essai de définition de ce terme, voir A. Courtemanche, ibid., en particulier p. 129-132 ; e (...)

7Le premier concerne le substantif habitator qui suit le patronyme de certains individus. Même en l’absence d’un lieu de provenance spécifique, ce terme indique qu’il s’agit d’un migrant en voie d’établissement dans la ville. En général, il a fait l’acquisition de biens fonciers et immobiliers, de même qu’il paie des impositions. Dans ce contexte, ce terme ne recèle pas un contenu juridique mais constitue plutôt un indice d’une reconnaissance sociale de l’intégration7.

8Le second critère touche le mariage. Pour les femmes, le doute n’est guère permis surtout lorsqu’elles épousent un natif de la ville ou un habitator. Elles prennent racine à Manosque alors qu’elles forment un nouveau ménage. En contrepartie, pour les hommes, ce critère s’avère moins assuré. L’hypothèque est levée lors de l’établissement en gendre d’un immigrant dans la maison de la nouvelle épouse ou des beaux-parents. Parfois, le contrat de dot contient une clause interdisant au futur époux de poursuivre sa migration ailleurs. Pour les autres, il faut retrouver des mentions de leur présence dans la documentation.

9Enfin, il existe un dernier critère, celui de l’octroi des franchises et libertés de la ville. Pour bénéficier des privilèges s’y rattachant, en particulier des exemptions de taxes, les personnes qui les obtiennent doivent promettre de résider à perpétuité à Manosque.

  • 8 Les actes de la pratique notariale sont conservés aux Archives départementales des Alpes de Haute-P (...)

10À partir de ces critères, un relevé systématique a été effectué dans les différentes sources disponibles, en particulier les actes de la pratique notariale et les délibérations communales. Les données ainsi colligées offrent dès lors la possibilité de suivre l’évolution du phénomène migratoire entre 1370 et 14808.

Qui sont les immigrants et les immigrantes ?

Combien sont-ils ?

11Au total, 1 404 individus répondant aux critères énoncés plus haut ont été repérés. Malgré l’importance du nombre, il semble que ce résultat soit un minimum. En effet, des individus ont pu échapper au relevé pour différentes raisons comme les lacunes documentaires ou une apparition unique, entraînant leur élimination en vertu des critères retenus, alors qu’ils ou elles se sont établis durablement.

  • 9 G. Audisio, « Une grande migration alpine en Provence (1460-1560) », Bolletino storico-bibliografic (...)
  • 10 Ce phénomène a été mis en lumière dans A. Courtemanche, « Women, Family... », op. cit. et EAD. « De (...)

12Après répartition selon le sexe, un constat intéressant apparaît [Tableau 1]. Ainsi, près du tiers des immigrants sont en fait des immigrantes. Ce résultat est supérieur à celui qu’obtient G. Audisio analysant les migrations alpines des xve et xvie siècles vers le Luberon, soit un quart de femmes9. Comme dans ce cas, les immigrantes retrouvées à Manosque deviennent visibles grâce aux constitutions dotales. Si cette documentation était éliminée, elles retourneraient sans doute dans l’ombre. Cette observation éclaire cependant le rôle qu’elles peuvent jouer dans les stratégies d’établissement de leurs familles ou les liens de solidarité que ces familles cherchent à nouer à Manosque10.

  • 11 É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1962, p. 28-29 et 83.
  • 12 J.-J. Letrait, « Les actes d’habitation en Provence, 1460-1560 », Bulletin philologique et historiq (...)

13Ce nombre total n’a en soi qu’un intérêt relatif, sauf s’il est mis en relation avec les données numériques de la population de la société d’accueil. Ces dernières s’avèrent toutefois difficiles à obtenir. Selon les estimations d’Édouard Baratier, Manosque compte au moment du plein démographique, au début du xive siècle, environ 1 000 feux – environ 5 000 personnes – alors que l’affouagement de 1471 n’en indique que 262-environ 1 400 personnes. La chute apparaît trop importante, de l’ordre des deux tiers, pour refléter la réalité, compte tenu du fait que la reconstruction est largement entamée en 147111. Quoi qu’il en soit des chiffres exacts de la population, la venue de ces 1 404 individus correspond à une nécessité pour le repeuplement de la ville aux lendemains des principales épidémies de peste. D’ailleurs, ce constat ne constitue en rien une caractéristique manosquine. Les actes d’habitation étudiés par J.-J. Letrait montrent que de nombreux villages de la plaine provençale doivent leur repeuplement à l’apport d’immigrants12.

14Pour mieux juger de ce repeuplement à Manosque, il importe de se pencher sur le rythme d’arrivée de ces individus. À ce point, une précision s’impose. La date d’arrivée des immigrants n’est pas toujours connue, loin s’en faut. Il s’agit plutôt de la date de première apparition dans la documentation. Pour plusieurs, la mention d’habitator montre bien que l’arrivée à Manosque a pris place dans un passé qu’il demeure impossible de préciser.

  • 13 Il s’agit des résultats obtenus par G. Audisio (op. cit.) pour les villages du Lubéron.

15La répartition décennale de l’immigration montre bien que le mouvement reste relativement modeste jusqu’à la décennie 1430-1439. Il ne prend une réelle ampleur que par la suite et, en particulier, au cours des deux dernières décennies à l’étude. Ainsi, près de 63 % des immigrants s’établissent entre 1430 et 1480 et 35 % pendant les vingt dernières années. Ce constat ne saurait étonner puisque, ailleurs en Provence, pareil mouvement se dessine pour prendre une dimension considérable entre 1490 et 152013 Par ailleurs, la part de l’immigration féminine demeure relativement stable pour l’ensemble de la période bien qu’elle semble en croissance au cours de la dernière décennie pour une raison qui demeure sans explication dans l’état actuel des recherches.

D’où viennent-ils ?

16Le deuxième élément de compréhension du mouvement migratoire concerne la provenance géographique de ces individus. Il convient toutefois de souligner qu’il ne saurait ici être question de zone d’attraction vers Manosque. En effet, les migrants demeurent muets sur leur motivation dans le choix de Manosque comme lieu d’établissement définitif sur les chemins de la migration. En revanche, cette dimension géographique pourrait permettre d’expliquer les raisons pour lesquelles ils auraient quitté leur patrie d’origine.

17L’origine géographique de l’ensemble des migrants n’est cependant pas connue. Pour environ 12 % d’entre eux, seule la mention de leur qualité d’habitator permet de déterminer qu’il s’agit d’un individu non originaire de Manosque. Sont inclus dans cette catégorie ceux et celles pour lesquels le lieu d’origine n’a pu être localisé avec précision. Pour les autres, le diocèse ou la région d’origine suit le patronyme.

  • 14 Voir la liste des lieux d’origine en fin d’article.

18La répartition d’ensemble frappe par sa très grande diversité. En effet, les migrants et migrantes proviennent de 53 diocèses et de 7 régions allant de la Belgique et du nord de la France à l’Italie septentrionale en passant par le centre et le centre-ouest de la France. Ainsi, pour beaucoup, les distances franchies apparaissent considérables, bien au-delà de cent kilomètres14.

19Plusieurs de ces diocèses ou régions ne comptent naturellement qu’un seul représentant ; d’autres des groupes plus importants. Ainsi, plus d’un immigrant sur cinq proviennent du diocèse de Sisteron alors que 15 % et 8 % sont originaires de diocèses limitrophes comme Aix ou Riez [Tableau 2]. Toutefois, des diocèses ou régions plus lointains regroupent un nombre non négligeable de migrants, comme les diocèses de Turin (9 %), d’Embrun (8 %), de Gap (7,4 %), Genève (4,5 %), Grenoble (3,5 %) ; ou la Savoie (3 %).

20Ces résultats s’expliquent en partie par le fait que les habitants des villes et villages à proximité de Manosque, dans les diocèses de Sisteron, Aix et Riez, maintiennent depuis longtemps des liens avec la ville. D’ailleurs, la disparition des notaires dans plusieurs villages avoisinants et l’obligation d’avoir recours aux notaires manosquins permettent de croire que ces derniers ont pu jouer le rôle d’intermédiaires, surtout lors des alliances matrimoniales. Ce fait explique la raison pour laquelle plusieurs femmes dépourvues de famille à Manosque y trouvent malgré tout un conjoint.

21Ces données globales masquent l’évolution qui se fait jour si une césure est opérée en 1430. Ainsi, pour la période allant de 1370 à 1429, les diocèses limitrophes – Sisteron, Aix, Riez et Apt – fournissent près de 70 % des contingents migrants. Pour leur part, la Savoie, le Dauphiné et l’Italie du Nord, constituent la zone de départ d’environ 18 % des migrants. Pour la période suivante, le changement est considérable puisque les premiers diocèses ne comptent que pour 37 % alors que la Savoie et le Dauphiné se haussent à 33,6 % et l’Italie du Nord atteint presque 20 %.

  • 15 À ce sujet voir R. Comba, « La mobilità geografica delle popolazioni montane : l’esempio delle Alpi (...)

22Cette importante modification de la zone de provenance des migrants ne correspond pas à une cause unique. Pour le Piémont, il semble que les changements dans l’exploitation des terres en soient la raison. En effet, les montagnes deviennent des terres de pâturage louées par les seigneurs aux propriétaires de troupeaux d’ovins de la plaine. Les paysans éprouvent alors des difficultés à y maintenir l’agriculture15. Ils apprennent probablement des bergers menant les bêtes en transhumance estivale que des terres en friche existent dans la plaine provençale.

  • 16 M.-T. Sclafert, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, 1926, p. 556.

23En Savoie et en Dauphiné, les contingences liées à l’écosystème montagnard avec ses maigres moissons et sa trop brève saison des récoltes forcent les paysans à rechercher une embauche saisonnière dans la plaine. Pour plusieurs, l’embauche saisonnière se transforme, avec le temps, en migration permanente. Les doléances maintes fois répétées des habitants de cette région sur la dureté de la vie et les nombreux départs pendant la période qui nous occupe éclairent bien ce processus. Ainsi, en 1450, les habitants d’un village de l’Oisans se plaignent que plures cum sua familia ad alias partes extra Dalphinatum recesserunt. En 1457, d’autres soutiennent que nequerent vivere nisi ad alias patrias irent laborandum. Plusieurs de ces individus, avec ou sans leur famille, ont vraisemblablement trouvé à Manosque une vie moins rigoureuse que dans les montagnes16.

Quelles sont leurs occupations ?

24Le troisième élément d’analyse des migrations concerne les activités exercées par les migrants. Toutefois, malgré l’intérêt de cette donnée, la documentation constitue une source constante de frustrations car les mentions de métier demeurent beaucoup moins fréquentes que les indications de provenance géographique. Ainsi, seulement 291 ont pu être relevées. Seules deux d’entre elles concernent des femmes, des servantes dotées par leur maître lors de la rédaction de la constitution dotale.

  • 17 N. Coulet, « Quelques aspects du milieu médical en Provence au bas Moyen Âge », dans Vie privée et (...)

25La répartition des différentes occupations exercées par les hommes permet de dégager un constat global sur l’importance des métiers artisanaux face aux professions liées à la marchandise et celles qu’on peut qualifier avec quelque anachronisme de « libérales », soit le droit et la médecine. Malgré tout, ce dernier groupe conserve une place non négligeable pour l’ensemble de la période, en particulier les individus liés au monde du droit et parmi eux les notaires qui constituent le gros du contingent. La présence de cours criminelle et civile n’est certes pas totalement étrangère à leur venue. Ces derniers y font souvent office de greffiers. Pour le domaine de la santé, médecins et barbiers viennent en nombre plus réduit. Pour les médecins, il est utile de rappeler, à l’instar de Noël Coulet, que leur nombre semble si restreint après 1348 qu’il oblige les communautés provençales à se livrer à une lutte farouche et à des surenchères constantes pour s’attacher leurs services de manière permanente17. Enfin, l’attrait de Manosque comme centre de redistribution des denrées de première nécessité et de la production artisanale explique sans doute la venue de marchands, merciers et apothicaires.

  • 18 H. Amouric, « Les tuiliers de Manosque à la fin du xive siècle et au début du xve siècle », Provenc (...)

26Dans le monde des métiers artisanaux, la première place revient au bâtiment. Ce résultat s’inscrit certainement dans le contexte de la reconstruction après les destructions de la fin du xive siècle. D’ailleurs, leur présence se fait sentir avec plus d’intensité après 1430. Ensuite viennent les artisans du textile dont plusieurs sont originaires de l’Italie du Nord et de la Savoie. Il faut également souligner la présence de tuiliers-tisserands d’origine piémontaise au sujet desquels H. Amouric a fait remarquer la diversification les occupations au gré des saisons18. En relation avec le textile, se retrouve également un ensemble de métiers axés sur l’élevage des ovins tels que les nourriguiers et bergers ; et la transformation des peaux avec les cordonniers, bâtiers, tanneurs, pelletiers ainsi que l’inévitable intermédiaire en ce domaine, le boucher.

  • 19 G. Audisio, op. cit., p. 50.

27Enfin, une donnée étonne, à savoir le faible contingent d’hommes clairement identifiés comme laborator, ce travailleur de la terre. En effet, si les motifs du départ de la zone d’origine sont bien les problèmes liés à l’exploitation agricole, ils devraient alors être plus nombreux. Dans cette perspective, je reprendrai volontiers à mon compte la conclusion de G. Audisio face à un constat similaire pour les migrants du Lubéron. L’auteur soutient que « l’absence de mention professionnelle indiquait un paysan »19. Il apparaît, en effet, que, sauf pour certaines professions « libérales », les notaires ont tendance à utiliser la mention du métier de manière irrégulière, souvent pour identifier clairement un individu en cas d’homonymie.

Conclusion

28Cette analyse préliminaire des données générales concernant les migrations vers Manosque à la fin du Moyen Âge fournit des indications sur trois aspects du phénomène migratoire. Elle éclaire d’abord l’évolution du flux migratoire vers la ville. À cet égard, la décennie 1430 constitue un moment important, celui qui voit le nombre des migrants commencer à s’accroître pour atteindre son niveau plus élevé à la fin de période considérée. En outre, il faut signaler que les hommes ne prennent pas seuls les routes car les femmes se pressent nombreuses à leur côté.

29Le second aspect ressortit à la dilatation de la zone de provenance des migrants. Si, entre 1370 et 1429, une nette majorité des migrants proviennent des diocèses limitrophes, au cours de la période subséquente, ils sont originaires de diocèses ou de régions plus éloignés, la montagne fournissant un contingent important.

30Enfin, le troisième aspect, celui des métiers exercés par les migrants, éclaire la diversité sociale de ces migrants. Toutefois, la place prépondérante des artisans et, fort probablement, des travailleurs de la terre, permet de constater qu’au-delà du cas italien déjà étudié, les migrations du xve siècle ne concernent pas uniquement une élite mais plutôt un groupe plus diversifié, celui du petit peuple qui se serait en route en quête d’une vie moins rude dans un environnement plus favorable.

Tableau 1. Répartition décennale des immigrants et immigrantes

Hommes

Femmes

Total

 % ensemble de la période

1370-1379

55 (76,4 %)

17 (23,6 %)

72

5,1

1380-1389

70 (79,5 %)

18(30,5 %)

88

6,3

1390-1399

59 (67,8 %)

28 (32,2 %)

87

6,3

1400-1409

65 (64,4 %)

36 (35,6 %)

101

7,2

1410-1419

83 (78,3 %)

23 (21,7 %)

106

7,5

1420-1429

47 (70,1 %)

20 (29,9 %)

67

4,8

1430-1439

80 (64,5 %)

44 (35,5 %)

124

8,8

1440-1449

83 (70,3 %)

35 (29,7 %)

118

8,4

1450-1459

104 (71,1 %)

42 (28,9 %)

146

10,4

1460-1469

173 (67,4 %)

83 (32,6 %)

256

18,2

1470-1480

136 (56,9 %)

103 (43,1 %)

239

17,0

Total

955 (68,0 %)

449 (32,0 %)

1 404

100,0

Tableau 2. Provenance des immigrants et immigrantes

Diocèses limitrophes

1370-1429

1430-1480

Sisteron

153

126

Aix

97

91

Riez

42

65

Apt

24

12

Total

(68,4 %)
316

(37,7 %)
294

Savoie/Dauphiné

Genève

1

55

Grenoble

3

41

Embrun

28

72

Gap

34

58

Valence

0

4

Belley

0

2

Savoie

3

30

Total

69
(14,9 %)

262
(33,6 %)

Italie du Nord

Turin

13

88

Novare

1

22

Mondovi

0

18

Bergame

1

2

Verceil

0

2

Ivrée

0

2

Asti

0

1

Gênes

0

2

Albenga

1

4

Piémont

0

7

Total

16
(3,5 %)

148
(19,0 %)

Autres provenances

61
(13,2 %)

75
(9,7 %)

Tableau 3. Occupations des immigrants (1370-1480)

1370-1429

1430-1480

Total

Médecin, barbier

4

8

12

Marchand, mercier, apothicaire

6

13

19

Notaire, juriste, bachelier en droit

14

16

30

Métiers du bâtiment (1)

14

34

48

Métiers du cuir (2)

14

17

31

Métiers du textile (3)

6

39

45

Métiers de l’alimentation (4)

7

10

17

Métiers du métal (5)

6

16

22

Laborator

5

30

35

Berger

2

4

6

Nourriguier

4

4

Hôtelier

1

2

3

Domestique

3

3

Charretier

2

2

Porcher

1

1

2

Indéterminés

4

6

10

(1) Gipier, maçon, fustier, lapicide, tuilier.
(2) Bâtier, cordonnier, tanneur, pelletier, boursier.
(3) Tisserand, sartre, cardeur, foulon, pareur.
(4) Boucher, meunier, boulanger.
(5) Fabre, broquier, serrurier.

Liste des diocèses et régions de provenance des immigrants (1370-1480)

Sisteron

279 (22,5 %)

Chartres

6

Aix

188(15,1 %)

Lyon

6

Riez

107 (8,6 %)

Albenga

5

Turin

101 (8,1 %)

Autun

5

Embrun

100 (8,1 %)

Carpentras

5

Gap

92 (7,4 %)

Vaison

5

Genève

56 (4,5 %)

Arles

4

Grenoble

44 (3,5 %)

Besançon

4

Apt

36 (3 %)

Marseille

4

Savoie

33 (2,7 %)

Valence

4

Digne

28 (2,3 %)

Vence

4

Novare

23(1,9 %)

Bergame

3

Mondovi

19(1,5 %)

Lorraine

3

Fréjus

8

Metz

3

Senez

8

Saint-Flour

3

Avignon

7

Nice

3

Piémont

7

Auvergne, Verceil, Nice, Belley, Ivrée, Clermont, Gênes, Bourges, Cahors, Nîmes, Paris, Bourgogne :

2 chacun

Bretagne, Toulon, Thoun, Asti, Chalon-sur-Saône, Troyes, Rodez, Tréguier, Reims, Liège, Picardie, Agen, Majorque, Alès, Sens, Thérouanne :

1 chacun

Notes

2 Pour une description générale à ce sujet, consulter S. Phillips, « The Medieval Background », dans Europeans on the Move : Studies on European Migration, 1500-1800, N. Canny dir., Oxford, 1994, p. 9-25.

3 Pour un exemple parmi d’autres voir A. Higounet-Nadal, Périgueux au xive siècle. Étude de démographie historique, Bordeaux, 1978.

4 Consulter, par exemple, N. Gonthier, Délinquance, justice et société dans le Lyonnais médiéval de la fin xiiie siècle au début du xvie siècle, Lyon, 1993, surtout le chapitre III « Les étrangers », p. 147-158.

5 A. Courtemanche, « Women, Family, and Immigration in Fifteenth-Century Manosque : The Case of the Dodi Family of Barcelonnette », dans Urban and Rural Communities in Medieval France, Provence and Languedoc, 1000-1500, K. Reyerson et J. Drendel dir., Leyde, 1998, p. 101-127 ; EAD., « De l’Italie à Manosque : aspects des migrations italiennes en Provence à la fin du Moyen Âge », European Review of History/Revue européenne d’histoire, 3/2 (1998), p. 127-150 ; EAD., « De Bayons à Manosque. Une expérience migratoire en Provence à la fin du Moyen Âge », dans Prendre la route. L’expérience migratoire en Europe et en Amérique du Nord du xive au xxe siècle, A. Courtemanche et M. Pâquet dir., Hull, 2001, p. 55-80.

6 A. Courtemanche, « De l’Italie à Manosque... », op. cit. ; N. Coulet, « Mutations de l’immigration italienne en Basse-Provence occidentale à la fin du Moyen Âge », dans Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, R. Comba et al. dir., Naples, 1984, p. 493-507.

7 Pour un essai de définition de ce terme, voir A. Courtemanche, ibid., en particulier p. 129-132 ; et M. Hébert, « Les étrangers à Manosque aux xiiie et xive siècles : intégration ou exclusion ? », dans Forestieri e stranieri nella città basso-medievali, Florence, 1988, p. 98-102.

8 Les actes de la pratique notariale sont conservés aux Archives départementales des Alpes de Haute-Provence, série 2E ; registres 2819 à 2923, 2937 à 2941, 3736 à 3860,3862 à 3882, 3894 à 3903. Les délibérations communales sont conservées aux Archives communales de Manosque, série Ba25, registres 1 à 15.

9 G. Audisio, « Une grande migration alpine en Provence (1460-1560) », Bolletino storico-bibliografico subalpino, 77 (1989), p. 1-129.

10 Ce phénomène a été mis en lumière dans A. Courtemanche, « Women, Family... », op. cit. et EAD. « De l’Italie à Manosque... », op. cit.

11 É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1962, p. 28-29 et 83.

12 J.-J. Letrait, « Les actes d’habitation en Provence, 1460-1560 », Bulletin philologique et historique (1965), p. 183-226. Pour un exemple plus près de Manosque, voir A. Courtemanche, « S’établir à Sainte-Tulle. Un exemple d’immigration piémontaise en Provence au xve siècle », Provence historique, 164 (1991), p. 185-204.

13 Il s’agit des résultats obtenus par G. Audisio (op. cit.) pour les villages du Lubéron.

14 Voir la liste des lieux d’origine en fin d’article.

15 À ce sujet voir R. Comba, « La mobilità geografica delle popolazioni montane : l’esempio delle Alpi Marittime », dans Contadini, signori e mercanti nel Piemonte medievale, Rome, 1988, p. 85-99.

16 M.-T. Sclafert, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, 1926, p. 556.

17 N. Coulet, « Quelques aspects du milieu médical en Provence au bas Moyen Âge », dans Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Âge. Etudes sur Manosque, la Provence et le Piémont (1250-1450), M. Hébert dir., Aix-en-Provence, 1987, p. 119-138.

18 H. Amouric, « Les tuiliers de Manosque à la fin du xive siècle et au début du xve siècle », Provence historique, 155 (1989), p. 17-34.

19 G. Audisio, op. cit., p. 50.

Auteur

Université de Moncton

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540