Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Les stratégies de mariage dans la Provence rurale : la région de Trets, 1292-1350

John Drendel

Texte intégral

  • 1 Cela est sans doute dû à la concentration urbaine des sources notariales, qui constituent les meil (...)
  • 2 Les références aux actes notariaux qui suivent renvoient, à quelques exceptions près, à la série 3 (...)

1La dot était une obligation qui pesait fort au début du xive siècle dans les régions méditerranéennes, on le sait, mais la façon dont ce fardeau a été porté par les paysans a reçu moins d’attention que son impact sur les citadins et les classes aisées1. Quel était le poids de la dot sur le petit peuple des campagnes, et quelles étaient les stratégies matrimoniales qu’elle leur dictait ? Quelques réponses à ces questions se décèlent dans les actes de mariage contractés en Provence par les habitants de la haute vallée de l’Arc2.

  • 3 R.H. Bautier et J. Sornay, Archives ecclésiastiques, communales et notariales des marchands et des (...)
  • 4 J. Drendel, Society and Economy in a Medieval Provençal Town : Trets, 1296-1347, Ph. D. Diss., Uni (...)
  • 5 Richesse trompeuse : le fonds contient encore plus d’actes de mariage, autour de 400, mais l’état (...)

2Sous l’ombre du Mont Saint-Victoire, cette vallée entoure pendant trente-cinq kilomètres la via aurelia entre Nice et Aix, à quarante kilomètres au nord-est de Marseille. Fermée aux deux extrémités par des passages étroits qui débouchent de part et d’autre sur Aix et Saint-Maximin, elle constitue une unité géographique et économique. Les habitants de ses six villages et du bourg de Trets ont laissé un précoce et abondant fonds d’archives notariales, peut-être le plus riche qui existe pour une région rurale en France3. La documentation est éparse au début du siècle : le premier registre date de 1297 et le second de 1307, mais à partir de 1319 la série documentaire devient dense et continue : 38 registres, presque 6 000 actes, décrivent une population d’environ 600 familles, dont la plupart (375) vivaient à Trets4. Le corpus documentaire sur le mariage est composé de 122 contrats de mariage, 21 testaments, 186 quittances de versement de dot et 37 mentions diverses5.

  • 6 F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit., p. 92-94 ; A. Courtemanche, La richesse des femmes, o (...)
  • 7 E21 f° 29v, déc. 1326 ; Guilhem Fruger devait, lui, faire une aliénation définitive pro retrohacti (...)

3La moitié de ces 122 contrats de dot spécifiait, comme paiement, un trousseau et une somme d’argent, et les trois quarts des versements mentionnés dans les quittances se font en liquide. Seulement quatorze promesses de dot spécifiaient des paiements en biens non monétaires uniquement, et seulement quatre dots excluaient et l’argent et les grains. Dans ce pays rural, comme à Marseille et à Manosque, la majorité des pères promettaient des dots en argent, et ces promesses ont été tenues6. Ils se sont donné pour but de limiter l’éclatement de la fortune familiale en évitant d’aliéner la terre, l’élément producteur de la richesse. Les actes de tenezon, où les pères et frères ont remis un bien immobilier entre les mains de leur gendre ou de leur beau-frère comme vif-gage en constituent la preuve. Ainsi Durand Pascal, fils d’un très riche habitant de la ville de Trets, a reçu trois terres et une maison (ou plutôt le quart de ces biens en indivis), parce que ses beaux-frères n’avaient pas les moyens de régler le versement annuel7. Par ailleurs, les contrats de dot constitués par des biens immobiliers font état d’un échelonnement des paiements très court, tandis que les versements allongés amortissaient le fardeau d’une dot constituée en argent, souvent sur dix ans. Dans cette campagne provençale, le mariage impliquait des liquidités ou le financement, soit tout ce qui caractérise une économie commerciale.

  • 8 L’exclusion des filles dotées en Provence a instauré un principe d’inégalité, que la notion d’équi (...)

4Le montant négocié lors du contrat d’une première fille établit l’étalon duquel on ne dévie que rarement. Les autres sœurs reçoivent toujours un montant égal, que ce soit dans des contrats de mariage ou dans des testaments8. Dans six cas seulement j’ai relevé un montant réellement versé lors d’un mariage, mais différent de celui prévu pour la dot des sœurs, et cette différence peut être comblée par la valeur des articles versés dans les trousseaux. Cette rigidité s’explique par une notion d’équité dictée par le droit romain mais soutenue également par les mœurs. Cette contrainte modifiait la liberté d’action des pères, qui décidaient ainsi lors du mariage d’une première fille du montant de la dot reçue par les autres, quitte à jouer sur le trousseau, si besoin était, par la suite. Par contre, le montant des dots est très variable. Les 164 actes qui mentionnent des dots en argent promises entre 1297 et 1347 montrent un très fin dégradé entre les plus petites et les plus grandes dots, jalonné par quelques plafonds, où les nombres ronds suggèrent les limites des bourses. Les dots importantes, toujours échelonnées en paiements, normalement sur dix ans, affectionnent des sommes spécifiques, des versements de 10 livres, 100 et 50 sous. Les dots plus modestes, par contre, se règlent en versements annuels aussi diversifiés que les montants. Le système dotal s’ajustait précisément aux possibilités des participants ; il permet ainsi de les mesurer.

  • 9 C. Klapisch-Zuber, « Les corbeilles de la mariée », dans La maison et le nom, Paris, EHESS, 1990, (...)
  • 10 La valeur du trousseau est difficile à évaluer. Dans le procès intenté devant la cour de Trets par (...)
  • 11 Pour des trousseaux « riches », voir Archives Départementales du Vaucluse, Enjoubert 1054f3 6, 8 a (...)
  • 12 E1A P 42v, 4 fév. 1321 ; E8 f° 21v, 16 mai 1334.
  • 13 E7 f° 70, 22 janv. 1331 ; E8 f° 22, 16 mai 1334 ; E2 f° 24, 30 avril 1339 ; E141a f° 30, 19 janv. (...)
  • 14 Christiane Klapisch-Zuber souligne l’importance du contre-don dans l’habillement offert par le mar (...)

5Au contraire de ce qu’on attendrait dans l’échange des objets d’une valeur symbolique, les trousseaux avaient un contenu très régulier, voire coutumier9. Ils comportaient toujours une robe de vair, un manteau garni de fourrure d’écureuil, et un lit avec ses draps et un coffre10. Mais la fortune faisait augmenter la qualité et les choix : dans les dots d’argent plus élevées, le drap de robe coûtait plus cher, la mariée recevait une couronne d’argent, un deuxième lit, et parfois des objets inhabituels, un coffre peint par exemple, une « robe d’écarlate », ou plusieurs robes11. À l’autre extrême, la description des trousseaux plus modestes se transforme parfois en inventaire méticuleux d’un grand nombre d’objets domestiques12. Cela est particulièrement vrai pour les dots modestes et sans élément monétaire. On ne peut pas déceler dans la diversité de ces objets personnels un contre-don qui équilibrerait la transaction univoque, qui est la fille et sa dot. Pourtant, il y a un jeu ; certains objets ont parfois été versés avant le contrat de dot verba de presenti : un coffre en noyer, des lits, et surtout de beaux manteaux13. Mais on ne sait pas en échange de quoi14.

  • 15 E13 f° 11, début 1323.

6Pour saisir le « petit peuple » dans ces villages on ne peut se contenter d’étudier les dots en argent. Il faut aussi évaluer les dots composées de biens – les grains et, surtout, les terres, parce que la terre est souvent, on le verra, la dot des pauvres. Faire une telle évaluation s’avère une tâche difficile et discutable. Parfois on connaît la valeur des terres dotales parce qu’elle est mentionnée dans le contrat de dots, ou ailleurs. Ainsi la dot que Hugua Biet a reçue en 1323 comprenait une terre et une vigne d’une valeur de 7 livres 20 sous en liquide, deux ovins qui valait 15 sous, un lit, un coffre, et un vêtement de drap vert15.

  • 16 G. Levi, Inheriting Power, The Story ofan Exorcist (trad. de L’eredità immateriale, la carriera di (...)
  • 17 Le sous tournois de saint Louis a le plus souvent servi comme étalon monétaire pour des notaires d (...)
  • 18 L’achat le plus important dans notre documentation, 30 livres pour la vente d’une terre, a été fai (...)
  • 19 N. Coulet, « Pour une histoire du jardin », Le Moyen Âge, 73 (1967), p. 257.
  • 20 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des hospitaliers dépendantes du grand p (...)

7Mais en règle générale, on n’a que la mention du type de terre, et le prix d’une terre peut évidemment beaucoup varier, selon sa qualité, sa localisation, sa superficie, et des contraintes familiales difficiles à évaluer16. Les superficies ne sont décrites que dans douze actes de dot. Pour les maisons, on peut trouver le prix d’une ou de plusieurs maisons décrites dans les délimitations du contrat de mariage. Malgré ces incertitudes et au risque de devoir accepter une large marge d’erreur, il est nécessaire d’assigner une valeur moyenne aux terres qui paraissent dans les dots ; sinon il faut abandonner l’étude des dots du « petit peuple ». Faute de mieux, j’ai établi une valeur moyenne des différents types de biens immobiliers en examinant les ventes dont l’unité monétaire peut être convertie en sous tournois17. Nous ne considérons que les ventes, transactions qui, comme les dots, concernent le plus souvent des paysans eux-mêmes, plutôt que les acaptes, plus nombreux, mais impliquant le plus souvent un échange entre des acteurs de rang social très inégal. Pour 37 maisons vendues à Trets entre 1325 et 1346, le prix a varié entre 12 sous et 14 livres 8 sous. Si on enlève les ventes de quelques sous, soit qu’il s’agisse de taudis ou de maisons cédées sans doute pour des considérations non monétaires, la moyenne est de 5 livres 2 sous. Pendant la même période, le prix moyen de 77 transactions de terre était de 4 livres 2 sous. Là, il faut écarter quelques aliénations massives qui résultent de condamnations juridiques ou de transactions en partenariat avec des marchands, ce qui fait tomber la moyenne à 3 livres 3 sous18. En fait, 58 de ces ventes comportaient des lotissements qui valaient moins de 5 livres. Dans 38 ventes de vignes, le prix moyen était de 3 livres 7 sous 6 deniers. Les ferrages, riches terres cultivées intensivement, avaient une valeur beaucoup plus élevée : la moyenne de 49 transactions de ferrages était de 9 livres 4 sous. Pour ventes de jardins, le montant équivalent est de 1 livre 16 sous. La différence entre le prix des ferrages et des jardins relève de la très petite superficie de ces derniers19. Donc pour les terres dotales sur lesquelles on ne possède aucun indice, j’assignerai la valeur moyenne. Lorsque les superficies sont indiquées, voici les prix utilisés par unité : terra, 2 livres 2 sous 8 deniers (moyenne par émine dans 17 ventes) ; ferrage, 10 livres 3 sous 2 deniers (moyenne par émine dans 15 ventes) ; vigne, 1 livre 7 sous 8 deniers (moyenne par quartérée dans 5 ventes). Ces chiffres constituent, au mieux, une évaluation grossière. Je ne prétends pas trouver le prix des terres contenues dans les dots, mais, à condition qu’une terre n’ait pas été découpée d’un morceau plus grand (ce qu’on peut contrôler en regardant les propriétaires des confronts). On peut obtenir une idée de grandeur. Les prix des grains sont encore plus variables que ceux de la terre et, en outre, il n’y a que deux indices locaux qui ne sont pas affectés par le crédit. Au moins sont-ils convergents : le setier de blé valait 3 sous 1 denier dans le domaine tretsois des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1338, et 3 sous 4 deniers dans le marché de Trets en octobre de 134520. Onze dots mentionnent des quantités de grains spécifiques, et pour celles contractées après 1330, nous avons pu évaluer à 3 sous le setier de blé.

  • 21 E21 f° 67, 11 déc. 1327.

8Ces indices nous permettent de faire une ventilation grossière de l’ensemble des dots dans quatre enveloppes : les « grandes », les « riches », les « moyennes » et les « petites ». Lorsqu’on y regarde de plus près, ces approximations de prix fournissent des indices plus sûrs qu’on l’a d’abord cru. Le contraste n’est pas subtil entre les petites dots, qui comportaient une vigne, une terre et une maison, et les dots plus libérales qui énuméraient une douzaine de terres de composition diverse. Cela est particulièrement évident dans les dots des biens tenus en indivision qui révèlent l’ensemble du patrimoine familial. Si nous comparons par exemple la dot de Huga Biet (qu’on vient de voir) avec celle promise à Hugon Pairoler, nous remarquons que ce dernier, outre 20 livres en argent, a reçu douze biens immobiliers, quatre censives, et la part de sa future épouse dans un litige avec ses tuteurs, litige qui explique, par ailleurs, que le tout soit en indivis21.

  • 22 Sur la corrélation entre richesse et dots dans la haute vallée de l’Arc, voir J. Noguès, « Le vill (...)

9La valeur des contrats de dots composées uniquement d’argent (à part le trousseau) se trouve exprimée dans le graphique 1. Si on prend pour acquis que la dot constitue un indice de la richesse, ce graphique exprime l’inégalité de la société rurale22. Ainsi on peut l’utiliser pour faire une simple division de ce monde en quatre groupes. Notre division ne tient pas compte du niveau de vie, qui serait difficile à quantifier, mais simplement des plafonnements qui surviennent dans les montants des dots elles-mêmes ; il s’agit ici de trouver le « petit peuple » de cette vallée et non de le définir. Sur 161 dots, seules treize filles de l’aristocratie locale et des marchands du petit bourg de Trets ont reçu de « grandes » dots, qui dépassaient 100 livres. À l’autre extrémité, un plafond existe à 15 livres ; 39 filles, soit le quart des filles dotées en argent, ont reçu ce montant ou moins. Ce sont les « petites » dots. Dans la vallée, les dots « moyennes » sont partagées par 71 filles, dont plus de la moitié ont reçu plus de 15 livres et moins de 46 livres. Entre 46 livres et 100 livres, se situent 38 dots « riches ».

  • 23 D. Herlihy, « The Medieval Marriage Market », op. cit. ; F. MICHAUD, Un signe des temps..., op. ci (...)
  • 24 À Manosque, la hausse a été d’environ 50 % pendant la même période, voir A. Courtemanche, op. cit. (...)

10Tout cela ne tient pas compte de l’inflation. Or l’inflation des dots touchait les villes de la Provence, comme celles de l’Italie23. Elle frappait également, et peut-être plus fort, les paysans de la haute vallée de l’Arc. Le montant moyen des dots exprimé dans une monnaie stable, le sou tournois de saint Louis, est passé de 17 livres entre 1272 et 1310 à 28 livres entre 1311 et 1320, à 40 livres entre 1321 et 1330 pour atteindre un sommet de près de 60 livres entre 1331 et 134024. Dans la décennie qui a suivi, il a baissé à 52 livres. Le plafonnement des petites dots s’est haussé après 1330 à 22 livres 10 sous et après 1331, un important groupe de dots a atteint un deuxième plafond de 50 livres. Ces considérations nous amènent donc à augmenter le nombre de « petites » dots en argent à 48, celui des dots « moyennes » à 70, et à réduire le nombre des dots « riches » (à l’exclusion des « grandes ») à 33.

  • 25 E1A, 4 janv. 1320 ; E4 f° 28, 24 sept. 1323 ; E7 P 66v, 23 déc. 1330 ; E8 f° 1v, 1er mai 1332 ; E1 (...)

11Discuter des causes de cette inflation nous mènerait hors de notre sujet. Cela dit, il convient de préciser un certain nombre d’éléments. D’abord, l’inflation monétaire n’en est pas responsable et les montants relevés sont dans une monnaie constante. Il n’empêche que les gens étaient parfaitement conscients de l’instabilité monétaire, et les problèmes de la monnaie ont permis une certaine libéralité, du moins sur le lit de mort. En effet, à partir de 1320, au moment où les monnaies évoluent rapidement, certains testateurs négligent d’établir une équivalence des sommes promises en dots dans la bonne monnaie : ils indiquent tout simplement une valeur dans la monnaie qui aurait cours au moment du versement25. L’inflation des dots a pu être encouragée par des gens qui faisaient le pari que le montant glorieux prévu sur le lit de mort serait effectivement versé dans une monnaie avilie. Mais les dots mentionnées dans les testaments sont plus élevées en moyenne que celles mentionnées dans les contrats ; elles réfléchissent les calculs d’un groupe plus aisé, celui des marchands et des artisans. En effet, les gens qui établissaient les dots plus modestes ne faisaient pas de spéculation sur les devises.

  • 26 E. Riemer, « Women, Dowries, and Capital Investment in Thirteenth-Century Sienna », Women and Hist (...)

12La montée des dots en argent a touché presque tous les milieux. Seules les dots les plus faibles, de moins de 10 livres, en furent exemptes. Par contre l’inflation ne touchait pas tout le monde de façon égale. La dot la plus élevée de la période 1300-1330 était de 275 livres ; dans la période suivante, elle passera à 330 livres, soit une augmentation d’environ 19 %. Mais la dot moyenne passera de 20 livres à 36 livres pendant la même période, soit une augmentation de plus de 75 %. Si la flambée des dots peut s’expliquer par une hausse générale des prix, ou par d’autres causes macroéconomiques, les groupes moyens la supportaient mieux que les très riches et les très pauvres26.

  • 27 F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit.
  • 28 Sur l’économie locale, voir J. Drendel, Society and Economy..., op. cit., p. 63-91 ; sur les thèse (...)

13Ce qui nous amène à la situation économique. L’inflation dotale n’a pas ici été jugulée par une économie en défaillance, pas plus qu’à Marseille27. De toute façon, rien n’indique que, dans ce pays de l’Arc, l’économie dans les années vingt et trente était en crise : au contraire, la montée des dots était plutôt soutenue par une augmentation de la richesse des gens « moyens » dans ses villages. Les difficultés de Marseille, pour autant qu’elles se répercutaient dans la haute vallée de l’Arc, auraient bien pu être compensées par la croissance d’Avignon. Par contre, la baisse des dots après 1340 signifie, à mon avis, le véritable retournement de la conjoncture, dont la cause se trouverait non pas dans une crise démographique, mais plutôt dans une montée effrénée de la fiscalité comtale28.

14À côté de ces filles dotées en argent, il faut maintenant ranger celles qui ont reçu des terres ou d’autres biens non monétaires. La zone de flou est large, mais on peut contrôler les résultats par d’autres indices qui concernent les gens : leur niveau d’endettement, leur rôle comme garants d’autres emprunts, ou leur engagement politique. On connaît bien les familles importantes dans la vallée par leur rôle dans les instances villageoises de gouvernement.

  • 29 Certaines quittances mentionnent une somme versée pour l’extinction de la dette globale, mais pas (...)

15Le graphique 2 affiche les résultats de 171 contrats de dots. Dans ce calcul, nous avons écarté 17 actes, notamment des quittances, qui ont pu laisser dans l’ombre les biens immobiliers29. Mais en incluant les dots des biens immobiliers on a pu récupérer 56 nouveaux actes, laissés de côté, parce que totalement ou en partie composés de biens immobiliers. Les dots mixtes (terre et argent) suivent une courbe qui est le décalque, en miniature, de la courbe qui représente l’ensemble des dots, à l’exception du groupe des « grandes » dots. Par contre, les dots entièrement composées de terres et de d’autres biens non monétaires sont presque toutes de « petites » dots ; sur 34, aucune ne dépasse un montant estimé de 21 livres, 27 ne dépassent pas 10 livres, et huit s’élevaient à 5 livres ou moins : la cohorte des « petites » dots est pratiquement doublée. Le rapport entre terre et argent dans les dots mixtes dévoile une tendance plus équilibrée entre les « moyennes » et les « petites » dots : cela dit, trois des sept dots inférieures à 10 livres n’ont qu’un apport minime en liquide, tandis que les dots supérieures à 20 livres ont un apport immobilier plutôt modeste. L’exception dans ce dernier groupe est constituée par des dots en indivis. Les chiffres suggèrent donc que la pauvreté dans cette société rurale a obligé les pères à doter leurs filles en terres ou en d’autres biens non monétaires.

  • 30 A. Courtemanche, La richesse des femmes, op. cit., p. 114.
  • 31 Pour la période d’avant 1340, voir J. Chiffoleau, « L’espace urbain et l’espace régional de Cavail (...)
  • 32 C. Barnel, « Town and Country... », op. cit., p. 244.
  • 33 Et aussi les Juifs (qui ne sont pas inclus dans notre échantillon de dots), voir F. Menkes, « Une (...)

16À Manosque, la situation familiale des filles orphelines explique en grande partie les dotations en terres, qui allaient dans 70 % des cas à des filles orphelines de père, mais ici les choses ne sont pas aussi nettes : sur 58 dotations mixtes ou en terre, neuf allaient à des orphelines de père et quatorze à des filles seules ou accompagnées seulement par leurs frères et oncles30. Mais ce n’est qu’un aspect du phénomène. Lorsqu’on regarde de plus près les familles où l’on verse de petites dots, on est frappé par un autre élément qu’elles partagent en commun avec les dots en terres : l’exogamie géographique. Dans cette période d’avant la peste, les mouvements migratoires n’ont pas l’envergure qu’ils prendront dans la deuxième moitié du xive siècle31. À Trets, 23 patronymes sur un total de 251 trouvés dans les archives notariales entre 1297 et 1347 disparaissent après 1330 ; ils sont remplacés par 18 nouveaux noms de familles seulement, dont trois ne paraissent qu’une fois. L’endogamie à Trets, comme dans la région toulonnaise, était donc très forte32. Onze mariées et seize maris, moins de 10 % des époux qui convolaient en noces à Trets entre 1292 et 1350, venaient d’un autre lieu. Ainsi est-il significatif que cinq de ces filles et huit de ces garçons provenaient de ce groupe de familles qui accordait des dots en terre. Cela s’explique en partie par le fait que la dot en terre était une dot pauvre. Dans l’ensemble des 171 actes de dots donnant un montant quantifiable, 33 personnes seulement (22 maris et 11 mariées) n’habitent pas la même localité que leur promis : 14 ont donné de « petites » dots, et 13 des dots « moyennes » dont l’une, en argent, était de 17 livres 5 sous seulement. Trois de ces mariages exogamiques concernaient des « riches » et trois autres des « grands », dont deux nobles. L’exogamie géographique caractérise donc l’aristocratie locale et le « petit peuple »33.

  • 34 Le désavantage des registres de la haute vallée de l’Arc est leur piètre état de conservation, qui (...)
  • 35 À condition qu’ils soient du même lit : F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit., p. 85.
  • 36 Guilhem Boysset a écarté son fils Hugon de l’héritage par un legs d’un ferrage et d’une vigne ; ma (...)
  • 37 Il faudrait bien examiner l’ensemble des ventes, baux de cheptel et donations afin de déterminer s (...)

17Pour comprendre les stratégies qui motivent ces petites dots en immobilier qui nouaient des alliances au loin, il convient de regarder de plus près les gens qui se dissimulent derrière nos chiffres, dans la spécificité de leur situation individuelle. Ces cas sont exceptionnels. La situation ordinaire est celle où un jeune homme prendra une femme de son village, qui apporte une somme en liquide. Le manque de mention des terres ou des maisons dans la plupart des dots suggère que le jeune ménage s’installe dans la maison de l’époux, situation normale dans une société patrilinéaire : la vaste majorité des contrats de dots se taisent sur une situation qui peut-être va de soi, mais qui devrait être mieux connue. Encore que le père de l’époux ne soit pas présent dans le ménage dans peut-être la moitié des cas34. Le manque de mentions des terres tenues en indivision dans les confronts, des terres vendues ou des baillies en acapte suggère que l’indivision du patrimoine est inhabituelle lorsque les enfants ont atteint la majorité. Ainsi la « famille souche », constituée par un couple, leurs enfants, et un ou deux de leurs parents, a pu être une étape habituelle dans la vie d’un ménage – mais cela reste aussi à être exploré. En effet, l’étude de 124 testaments démontre une égalité entre héritiers mâles qui est bien attestée ailleurs en Provence à cette époque35. Les garçons sont toujours nommés héritiers universaux sans distinction, à une exception près36. Comment se fait, alors, le partage de la maison du père ?37 Dans l’attente de réponses plus précises à ces interrogations, prenons cette maison patrilinéaire regroupant les ascendants et les jeunes époux au lendemain du mariage, comme une toile de fond qui met en relief les stratégies du « petit peuple ».

  • 38 E32B f° 4, 10 mai 1336.
  • 39 E32C f° 21, 8 août 1337.
  • 40 E28 f° 18, 7 août 1331.
  • 41 E32B f° 24v, 24 nov. 1336 ; E32C f° 49v, 2 mars 1338.

18La pauvreté de ces petites gens les a obligées à faire des manipulations de ce système social pour préserver leur maigre patrimoine. Le recours à des étrangers du terroir s’avère être le premier recours. Les gendres immigrants l’emportent numériquement un peu sur les mariées d’en-dehors. Ce sont des gens qui cherchent une « situation », qui ne sont pas entourés de parents, ce sont littéralement des marginaux, qui apportent leur travail et n’exigent en retour qu’une « situation ». L’une des plus minces dots rapportées par notre documentation est une seule terre, promise au mari de Dulciana Baiul, orpheline avec son jeune frère. La dot était promise par trois frères, oncles maternels38. Son mari, Bertran Gacharon, est venu d’Aix pour cette fille et une terre qu’il ne possédera pas vraiment, puisqu’elle est tenue en indivision, une indivision qui inclut les articles du trousseau. Une indivision avec qui ? Le frère, mais aussi avec la sœur, Dulcelina, que leur frère Pons a donné en noces un an plus tard à Guilhem Martell de Marseille, autre gendre étranger, avec une dot de sept émines de terres en indivis également39. La terre et les trousseaux en indivis constituent des dots « virtuelles » qui ne sont pas versées, ce qui implique le déplacement des gendres dans la maison de la mariée s’ils veulent en jouir. Ainsi naît une communauté de biens de deux gendres étrangers, deux pauvres filles, et un frère à peine majeur. Il s’agissait bien d’un mariage entre « la faim et la soif », mais cette communauté a réuni les ressources de main-d’œuvre dans une famille qui est pauvre sans être dans le dénuement. Les oncles maternels sont les relais d’un premier signe de soutien, un legs de 20 sous fait à chacune des filles par un quatrième oncle maternel, Andreas Gayhon, en 1331. Or cette famille du côté de la mère n’est pas si pauvre, puisque dans le même testament, Andreas reconnaît avoir reçu une dot de 30 livres de sa femme, et qu’il laisse son héritage tout entier à ses frères, puisqu’il n’a pas d’enfants40. Le matrilignage compte encore dans ce petit bourg de Trets, et elle est représentée par plus que des biens dotaux dévolus à la mère. Il ne se manifeste peut-être que dans des circonstances exceptionnelles, mais alors qui, chez le « petit peuple », n’est pas dans le besoin et ne tire pas sur toutes les cordes de secours ? Le matrilignage se manifeste ailleurs dans des situations analogues. Aycarda Bardoyn de Trets est beaucoup moins pauvre, mais tout aussi orpheline de père en 1336, quand sa mère lui fait une dot de 6 livres, 20 setiers de blé, 5 setiers d’amandes, 30 setiers de conségal, trois vignes, deux terres, et un ferrage. La dot en indivis est composée en grande partie des biens que sa mère a elle-même reçus comme dot. En outre, ses oncles lui font cadeau de sa robe. Le mari, Raimund Catalan, n’est pas un étranger, mais pour jouir des biens en indivision il doit déménager dans la maison de sa femme, qui est en effet partagée avec la mère. Deux ans plus tard, un accord met fin à l’indivis, mais la mère garde pour elle l’usufruit de l’étage supérieur de la maison, ce qui implique que le jeune ménage vivra toujours au rez-de-chaussée41. L’indivision constituait donc une stratégie de fond pour les familles qui ne disposaient pas d’argent ; elle devait empêcher l’éclatement du patrimoine – pour certaines le « matrimoine » au – lendemain des noces. Elle est en même temps une occasion à saisir pour des gendres sans ressources.

  • 42 [...] In domo predicto habitare debeant tam ispiproles Aycardi et Maria quant Raymundus, Alasaxia (...)

19Le rapport de force entre un gendre et la famille de la mariée était variable selon la richesse de cette dernière et la faiblesse du premier. L’obligation de faire ménage commun dans la maison de la mariée est explicite dans trois actes, dont deux concernent des gendres étrangers qui s’installent chez la mariée. Aycard Crédenq n’était peut-être pas un étranger lors du contrat qui le liait à Iohan, le père de Miriam Finand de Trets, mais son nom de famille ne paraît dans aucun acte local avant son mariage en 1336. Il était orphelin de père et il se présentait sans parents à ses côtés. Par contre, la mariée, Miria, avait un frère et deux sœurs. La partie était belle – la dot, en terre, était composé de trois ferrages, quatre terres, une vigne et une terre connexe, ainsi qu’un âne –, mais elle était toute en indivis. Aycard a promis à Johan de faire ménage commun pendant quatre ans avec sa femme, et de partager la nourriture, le vêtement, et « tout ce qu’ils acquerraient ». Le notaire référait aux jeunes époux comme des proies, vocable inédit dans le lexique notarial de mariage, qui indique ici que les époux auront le même statut que les autres liberi de Johan42.

  • 43 E9 f° 19v, 13 août 1340.

20Cela implique que Aycard et Miriam étaient tout jeunes, et que Johan les prenait en charge. Puisque Johan n’a qu’un fils pour travailler ses terres, l’installation du gendre constituait un apport de main-d’œuvre appréciable. Dans l’autre contrat de dot avec cohabitation explicite, la partie était des plus typiques, celle d’une héritière. Ainsi le rapport de force était davantage en faveur du gendre. Peyre Hugon de Trets était représenté par son père auprès de son futur beau-père, et la dot de Splendosa Bernard de Pourcieux était, justement, splendide – 19 parcelles de terre d’une valeur estimée, selon mon barème, à 35 livres. Elle était certes en indivis, mais comme Splendosa était héritière, la dot ne devait pas se partager. Les beaux-parents s’engageaient à vêtir et à nourrir dans leur maison le gendre, sans aucun délai ou terme prévu. Au contraire, le contrat impliquait une durée jusqu’à l’extinction naturelle de l’indivis, puisque les beaux-parents s’engageaient à ne pas dissiper en legs pieux plus que six setiers d’annone chacun. Peyre partagerait la moitié de tous les gains, avec pour seules contraintes le devoir de partager également les dettes du ménage et de ne rien faire qui déshonorerait (calumpniam) sa future épouse43.

  • 44 L. Stone, The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, New York, 1977, p. 89.
  • 45 Si les notaires de la haute vallée de l’Arc étaient très itinérants, copiant des actes dans tous l (...)
  • 46 E6 f° 46, l0 nov. 1327.

21On peut se poser la question à savoir comment ces gendres marginaux, dans le sens littéral, puisqu’ils sont le plus souvent d’un autre terroir, ont pu avoir la connaissance de ces occasions plus ou moins belles, mais avantageuses pour les gens pauvres et seuls. Qui avait le rôle d’entremetteur itinérant, averti, détenant une connaissance des parties ? On pense bien sûr aux prêtres qui, comme dans les campagnes anglaises au xviie siècle, arrangeaient les mariages entre catholiques44. On pense aussi aux notaires, ces gardiens de l’écrit au courant des affaires de tous, dont certains circulaient de village en village dans cette région45. Mais l’un des actes met en valeur d’autres « courtiers » de mariage. Les parties du mariage conclues entre Peyre Graper de Trets et Dulcia Martin étaient très modestes. Cette dernière venait de Roquevaire, un village situé à 25 km de là, sur la route menant à Marseille. La dot, comprenant 4 livres 10 sous 4 deniers, dix émines de conségal, une terre et un jardin, fut confiée par deux parents de Dulcia de surnom différent : elle était donc orpheline. Mais l’assistance était de qualité dans la maison de Noble Aycard de Marseille où le mariage fut conclu. S’y sont réunis comme témoins, Aycard lui-même, Audebert, un noble seigneur de Roquefeuille, Giraud Hugolen, damoiseau, ainsi que le seigneur Jaucme de Nans46.

  • 47 Comme le propose L. STONE, op. cit., p. 90, précisé et amplifié par H. Bresc, « L’ère féodale », d (...)
  • 48 ...Ut amor coniugalis inter dictos futuros coniuges augmentetur Gantelmus Audini amore Dei dedit di (...)

22Ces nobles sont-ils simplement les exécuteurs d’un acte formel de charité et de protection dont l’initiative leur échappe, où parmi eux y en avait-il un ou plusieurs ayant l’intime connaissance de leurs seigneuries et de ses habitants, comme le rôle d’entremetteur le suggère ?47 On ne sait pas. L’assistance habituelle aux autres mariages n’est pas aussi facile à caractériser, mais le rôle structurant des élites sociales se décèle ailleurs. En 1345, un petit paysan de Trets, Saornin Chafornin, a confié sa fille Aycarda à Raymund Aymeric, avec une quartérée de vigne et un jardin, là même peut-être où avait lieu l’acte juridique. L’assistance était moins huppée dans ce jardin que dans la maison d’Aycard de Marseille, mais elle était plus généreuse : Gantelm Audin a donné une terre comme augment de dot « pour que l’amour conjugal accroisse entre les époux futurs et pour l’amour de Dieu », et Iohan d’Alesto lui a donné un setier de blé48.

  • 49 J. Rossiaud, « Prostitution, jeunesse et société dans les villes du Sud-Est au xve siècle », Annal (...)
  • 50 D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les toscans et leurs familles, Paris, 1978, p. 479-491.
  • 51 R. Aubenas, « Réflexions sur les “fraternités artificielles” au Moyen Âge », dans Études historiqu (...)

23Les mariages des petites gens dans les campagnes provençales se distinguent donc de ceux des autres. Le climat économique est le même, mais les enjeux sont néanmoins plus forts, puisque pour eux il s’agit non pas de préserver le patrimoine, mais de survivre. Le sort des cadets et des orphelins pauvres n’est pas enviable ; celui des filles qui n’arrivent pas à se doter est pire49. Pour le petit peuple, dont les ménages n’ont pas la capacité d’exploiter une main-d’œuvre en surplus, aussi bien que pour les riches, le mariage est essentiel pour l’insertion sociale et la préservation de l’honneur50. Ainsi les pères, les oncles, les orphelins et les élites exécutent des pratiques qui divergent de l’ordinaire, sans le transgresser, puisqu’ils exploitent les capacités virtuelles du système social : le lignage matrilinéaire, ménage uxorilocale, patrimoine et surtout matrimoine en indivision. Roger Aubenas a déjà mis en valeur la façon dont la frayresqua provençale, archaïsme de droit mais toujours présent jusqu’à l’acte de division qui rompt la communauté des biens après la mort du patriarche, renaît après la Grande Peste. Ce n’est qu’alors qu’elle devient une structure artificielle capable de réunir « les misérables, les déracinés, les étrangers »51. Or cette habitude communautaire archaïque se révèle ici comme un mode extrêmement vivace et utile pour contourner le versement des dots et encadrer le gendre étranger dans une communauté de ressources maigres, mais de tradition solide.

Graphique 1. Dots en argent 1292-1350

Graphique 1. Dots en argent 1292-1350

Source : 164 contrats de dot

Graphique 2. Ensemble de dots, 1292-1350

Graphique 2. Ensemble de dots, 1292-1350

Source : 171 actes de dot

Notes

1 Cela est sans doute dû à la concentration urbaine des sources notariales, qui constituent les meilleures sources pour une telle étude. Pour la question générale, voir D. Herlihy, « The Medieval Marriage Market », Medieval and Renaissance Studies, 6 (1976), p. 1-27. Parmi les études urbaines sur notre région, voir F. Michaud, Un signe des temps : accroissement des crises familiales autour du patrimoine à Marseille à la fin du xiiie siècle, Toronto, 1994 ; A. Courtemanche, La richesse des femmes, Montréal-Paris, 1992 (Cahiers d’études médiévales, 11) ; G. Laribière, « Le mariage à Toulouse aux xive et xve siècles », Annales du Midi, 79 (1967), p. 335-361 ; D. Hughes, « From Brideprice to Dowry in Mediterranean Europe », Journal of Family History, 3 (1978), p. 262-296 ; S. Chojnaki, « Dowries and Kinsmen in Early Renaissance Venice », dans S.M. Stuard éd., Women in Medieval Society, Philadelphie, 1976, p. 173-198. Pour quelques études plus ciblées sur les campagnes, voir M.-T. Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, 1974 ; C. Barnel, « Town and Country in Provence : Toulon, it’s Notaries, and their Clients », dans K. Reyerson et al. éd., Urban and Rural Communities in Medieval France, Provence and Languedoc 1000-1500, Leiden, 1988, p. 239-252.

2 Les références aux actes notariaux qui suivent renvoient, à quelques exceptions près, à la série 396E des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône. Les actes seront identifiés par le folio et la date.

3 R.H. Bautier et J. Sornay, Archives ecclésiastiques, communales et notariales des marchands et des particuliers, II. Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Age. Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, Savoie, Paris, 1971, p. 1183-1184.

4 J. Drendel, Society and Economy in a Medieval Provençal Town : Trets, 1296-1347, Ph. D. Diss., University of Toronto, 1991, p. 8-25 ; Baratier estime la population de Pourrières et de Peynier à 70 et 58 familles en début de siècle, mais la population de Trets avoisinait 375 familles en 1332 plutôt qu’en 1330 ; les populations des autres lieux qui paraissent dans cette documentation, les villages (Puyloubier, Rousset) et les habitats qui ne sont peut-être que des hameaux (Castellar, Châteauneuf-le-Rouge, Roquefeuille) sont difficiles à estimer. La majeure partie de la vallée constituait une enclave des vicomtes de Marseille que la fiscalité comptale, qui constitue la source principale de Baratier, ne touchait que partiellement au début du siècle : voir É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, 1966, p. 134-136 et 148-149 ; J. Drendel, Society and Economy…, op. cit., p. 52-54.

5 Richesse trompeuse : le fonds contient encore plus d’actes de mariage, autour de 400, mais l’état avancé de détérioration de ces registres rend la consultation très difficile ; ces chiffres résument le nombre maximal d’actes dont j’ai pu tirer des renseignements.

6 F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit., p. 92-94 ; A. Courtemanche, La richesse des femmes, op. cit., p. 113 ; à Allauch, la totalité des vingt-quatre dots étudiées par F. Michaud était en argent, ibid., p. 93.

7 E21 f° 29v, déc. 1326 ; Guilhem Fruger devait, lui, faire une aliénation définitive pro retrohactis solutionibus dicte dotis soluisse debuisse nec haberet quod ad presens... : E4 f° 47r, 13 déc. 1323.

8 L’exclusion des filles dotées en Provence a instauré un principe d’inégalité, que la notion d’équité dotale tâche de restaurer ici, cf. R. Aubenas, Testaments et successions, dans Cours d’histoire du droit privé. Anciens pays de droit écrit (xiiie-xvie siècles), Aix-en-Provence, 1956, t. 3, p. 97 et N. Didier, « Les dispositions du statut de Guilhaume II de Forcalquier sur les filles dotées (1162) », Le Moyen Âge, 56 (1960), p. 247-278.

9 C. Klapisch-Zuber, « Les corbeilles de la mariée », dans La maison et le nom, Paris, EHESS, 1990, p. 1-16 (Civilisations et sociétés, 81).

10 La valeur du trousseau est difficile à évaluer. Dans le procès intenté devant la cour de Trets par Alasaxia Arcufelli, celle-ci estimait la valeur de son coffre à 28 sous, et celle des autres éléments du trousseau à 100 sous, soit un quart environ de la valeur d’une dot de 20 livres, vingt sétiers de conségal et cinq millaroles de vin pur (E32B f° 23v, 19 nov. 1336).

11 Pour des trousseaux « riches », voir Archives Départementales du Vaucluse, Enjoubert 1054f3 6, 8 avril 1307 (robe d’écarlate estimée à 4 livres), E14 f° 13v, 30 sept. 1330 (coffre de noyer), E32B f° 41v, 13 mars 1337 (plusieurs robes).

12 E1A P 42v, 4 fév. 1321 ; E8 f° 21v, 16 mai 1334.

13 E7 f° 70, 22 janv. 1331 ; E8 f° 22, 16 mai 1334 ; E2 f° 24, 30 avril 1339 ; E141a f° 30, 19 janv. 1347 ; E32C f° 21, 2 oct. 1337 ; E783, 8 janv. 1340 ; E2 f° 39, 24 janv. 1340 ; E7 f° 77v, 18 janv. 1330.

14 Christiane Klapisch-Zuber souligne l’importance du contre-don dans l’habillement offert par le mari, mais les sources ne laissent pas apercevoir une telle pratique ici. Pourtant, on sait que les pratiques populaires de mariage au Moyen Âge, comme à l’époque moderne, impliquaient des échanges symboliques, dont la complexité de jeu dans les campagnes anglaises du xviie siècle dépasse de loin la simple offre d’un « menu objet » en guise de promesse : voir C. Klapisch-Zuber, « Le complexe de Griselda », Mélanges de l’École Française de Rome, 94 (1978), p. 262-266 ; A. Burguière, « Le rituel de mariage en France : pratiques ecclésiastiques et pratiques populaires(xvie-xviiie s.) », Annales ÉSC, 33 (1978), p. 637-649 ; Ph. Lévy, « L’officialité de Paris et les questions familiales à la fin du xive siècle », dans Études d’histoire de droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, Paris, 1965, p. 1280 et suiv. ; D. O’hara, « The Language of Tokens and the Making of Marriage », Rural History, 3 (1991), p. 1-40.

15 E13 f° 11, début 1323.

16 G. Levi, Inheriting Power, The Story ofan Exorcist (trad. de L’eredità immateriale, la carriera di un esorcista nel Piemonte del seicento, par L.G. Cochrane), Chicago, 1988, p. 83 et suiv.

17 Le sous tournois de saint Louis a le plus souvent servi comme étalon monétaire pour des notaires de la région ; ainsi toutes les données monétaires sont exprimées en livres, sous et deniers tournois (ou en livres avec les fractions en décimales) dont la bonne pièce de saint Louis valait 12 deniers, et le florin de Florence autour de 12 sous, voir J. Drendel, Society and Economy..., op. cit., appendice 2.

18 L’achat le plus important dans notre documentation, 30 livres pour la vente d’une terre, a été fait en partenariat entre le roturier le plus riche de Trets et un notaire : E3 f° 35v, 25 août 1320.

19 N. Coulet, « Pour une histoire du jardin », Le Moyen Âge, 73 (1967), p. 257.

20 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des hospitaliers dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles (1338), Aix-Marseille, 1982, p. 456 ; E10 f° 39v, 18 oct. 1345.

21 E21 f° 67, 11 déc. 1327.

22 Sur la corrélation entre richesse et dots dans la haute vallée de l’Arc, voir J. Noguès, « Le village de Pourrières de 1377 à 1407 d’après les registres de notaires », mémoire de maîtrise, Université de Provence, 1970, p. 71, n. 57 ; à Arles, L. Stouff (La ville d’Arles à la fin du Moyen Âge, Université de Provence, 1978, p. 3, n. 87) a noté que la corrélation précise entre dot et cote cadastrale ici établie a été omise dans l’édition publiée de sa thèse, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-Lille, 1986, mais le tableau est reproduit dans E. Le Roy Ladurie, L’argent, l’amour et la mort en pays d’Oc, Paris, 1980, p. 169. Voir aussi G. Laribière, « Le mariage à Toulouse... », op. cit., p. 360 et, de façon générale, N. Coulet, « Dot et société en Provence au xve siècle : une approche quantitative », dans P. Brezzi et E. Lee éd., Sources of Social History. Private Acts of the Late Middle Ages, Toronto, 1984, p. 120-122 (Papers in Mediaeval Studies, 5).

23 D. Herlihy, « The Medieval Marriage Market », op. cit. ; F. MICHAUD, Un signe des temps..., op. cit., p. 117-123 ; A. Courtemanche, La richesse des femmes, op. cit., p. 106 ; C. Klapisch-Zuber, « Le complexe de Griselda », op. cit., p. 186 ; S. Chojnaki, « Dowries and Kingsmen... », op. cit.

24 À Manosque, la hausse a été d’environ 50 % pendant la même période, voir A. Courtemanche, op. cit., p. 107.

25 E1A, 4 janv. 1320 ; E4 f° 28, 24 sept. 1323 ; E7 P 66v, 23 déc. 1330 ; E8 f° 1v, 1er mai 1332 ; E1C f° 44v, 23 mai 1338 ; E1C f° 37, 1338 ; E2 f° 16, 8 janv. 1339 ; E33B f° 22v, 21 oct. 1340.

26 E. Riemer, « Women, Dowries, and Capital Investment in Thirteenth-Century Sienna », Women and History, 19 (1985), p. 59-79.

27 F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit.

28 Sur l’économie locale, voir J. Drendel, Society and Economy..., op. cit., p. 63-91 ; sur les thèses malthusiennes de la crise en Provence et l’impact de la fiscalité angevine sur l’économie rurale, voir J. Drendel, « Jews, Villagers and the Count in Haute Provence : Marginality and Mediation », Provence historique, 49 (1999), p. 217-231.

29 Certaines quittances mentionnent une somme versée pour l’extinction de la dette globale, mais pas le trousseau dont on sait qu’il a dû être aussi versé, et celui-ci a été mis de côté. Le don des terres et du trousseau a toujours lieu incontinenti matrimonio celebrato, sauf en cas d’indivision.

30 A. Courtemanche, La richesse des femmes, op. cit., p. 114.

31 Pour la période d’avant 1340, voir J. Chiffoleau, « L’espace urbain et l’espace régional de Cavaillon vers 1320-1340 », Provence historique, 19 (1976), p. 287-300 ; C. Barnel, « Town and Country... », op. cit., p. 246-248. Les études pour la période suivante foisonnent : É. Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle avec chiffres de comparaison pour le xviiie siècle, Paris, 1961, p. 122 ; E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, 1966, t. 1, p. 160-162 ; N. Coulet, « Le migrant nécessaire », dans Y. Lequin dir., La mosaïque France, Paris, 1988, p. 155-192. Voir surtout, pour notre région, N. Coulet, « Population et société à Pourrières 1368-1430 », Études rurales, 51 (1973), p. 107-109 ; ID., « La survie des communautés d’habitants des villages disparus : l’exemple d’Aix et du pays d’Aix aux xive et xve siècles », Annales de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université de Nice, 9 (1969), p. 81-91.

32 C. Barnel, « Town and Country... », op. cit., p. 244.

33 Et aussi les Juifs (qui ne sont pas inclus dans notre échantillon de dots), voir F. Menkes, « Une communauté juive en Provence au xive siècle : étude d’un groupe social », Le Moyen Âge, 77(1971), p. 290-295.

34 Le désavantage des registres de la haute vallée de l’Arc est leur piètre état de conservation, qui laisse souvent l’en-tête des actes illisibles : or les actes de mariage verba de presenti débutent toujours avec le nom de l’époux suivi de celui de son père ; tout juste peut-on affirmer que, pour les actes où ces noms sont lisibles, la mention du père décédé apparaît dans sept cas, le père reçoit lui-même la promesse de dot dans seize cas ; dans douze autre cas, c’est l’époux qui agit seul.

35 À condition qu’ils soient du même lit : F. Michaud, Un signe des temps..., op. cit., p. 85.

36 Guilhem Boysset a écarté son fils Hugon de l’héritage par un legs d’un ferrage et d’une vigne ; mais ce fils n’était-il pas alors plutôt favorisé ? Dans le même testament, Guilhem a déclaré avoir de sa bru, la femme du fils héritier, une maigre dot de dix setiers de blé et un sou. (E2 f° 57, 16 sept. 1341).

37 Il faudrait bien examiner l’ensemble des ventes, baux de cheptel et donations afin de déterminer si l’un des héritiers n’est pas favorisé en dehors du testament.

38 E32B f° 4, 10 mai 1336.

39 E32C f° 21, 8 août 1337.

40 E28 f° 18, 7 août 1331.

41 E32B f° 24v, 24 nov. 1336 ; E32C f° 49v, 2 mars 1338.

42 [...] In domo predicto habitare debeant tam ispiproles Aycardi et Maria quant Raymundus, Alasaxia et Ayucelena liberi ipsius Iohannis et <illisible> et omnes simul victum et vestitum <illisible> per dictum totum tempus habeant sine personarum distinctione... ; proies n’est pas un descripteur de l’âge habituel dans le vocabulaire notarial provençal, voir G. Veyssière, Vivre en Provence au xive siècle, Paris, 1998, p. 85.

43 E9 f° 19v, 13 août 1340.

44 L. Stone, The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, New York, 1977, p. 89.

45 Si les notaires de la haute vallée de l’Arc étaient très itinérants, copiant des actes dans tous les villages de la région et même au-delà (Johan Mayorgas, par exemple, a travaillé en 1307 à Auriol et, quelques années plus tard, près d’Avignon, aussi bien que dans la vallée de l’Arc), les notaires de Toulon étaient, eux, sédentaires (ce sont les clients des villages qui venaient à eux) : voir C. Barnel, « Town and Country... », op. cit., p. 242-244.

46 E6 f° 46, l0 nov. 1327.

47 Comme le propose L. STONE, op. cit., p. 90, précisé et amplifié par H. Bresc, « L’ère féodale », dans A. Burguière et al. dir., Histoire de la famille, t. 1, p. 400.

48 ...Ut amor coniugalis inter dictos futuros coniuges augmentetur Gantelmus Audini amore Dei dedit dicto Raymundo terram suam..., E34, 15 mai 1345 : les Alesto et les Audins sont deux familles de savetiers. Chez les Alesto, le prénom Raymund se porte depuis la fin du xiiie siècle ; un premier Raymund exerce l’office d’estimator à Trets en 1297, et les gens qui portent ce nom sont identifiés comme des savetiers qui font des affaires pendant toute la première moitié du siècle (El f° 44v, 21 mai 1297 ; E12A f° 4r, 16 août 1325 : achat de terres en acapte). En 1345, Raimund d’Alesto donne à sa fille Iohanna une dot de 45 livres (E34, 23 oct. 1345) ; Gantelm Audin a acheté une partie d’un atelier de cuir pour 7 livres en 1337 (E32C, 5 avril 1337). Les savetiers étaient les marchands-artisans les plus riches de Trets : voir J. Drendel, Society and Economy..., op. cit., p. 57-150 ; voir aussi M. Dupanloup, « La corporation des cuiratiers à Marseille dans la première moitié du xive siècle », Provence historique, 77 (1969), p. 207-209.

49 J. Rossiaud, « Prostitution, jeunesse et société dans les villes du Sud-Est au xve siècle », Annales ÉSC, 31 (1976), p. 289-325 ; J. Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, 1960 ; Lavoie, « Justice, morale sexuelle et sexualité à Manosque (1240-1430) », dans Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Âge. Études sur Manosque, la Provence, et le Piémont (1250-1450), Aix-en-Provence, 1987, p. 9-21.

50 D. Herlihy et C. Klapisch-Zuber, Les toscans et leurs familles, Paris, 1978, p. 479-491.

51 R. Aubenas, « Réflexions sur les “fraternités artificielles” au Moyen Âge », dans Études historiques à la mémoire de Noël Didier, Paris, 1960, p. 8. Parmi une énorme bibliographie, voir aussi ID., « La famille dans l’ancienne Provence », Annales d’histoire économique et sociale, 8 (1936), p. 523-540 ; E. Le Roy Ladurie, L’argent..., op. cit., p. 163 et C. Klapisch-Zuber et M. Demonet, « A uno pane et uno vino : structure et développement de la famille rurale toscane (début du xve siècle) », Annales ESC, 27 (1972), p. 873-901.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search