Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Bourgeois ruraux, serfs barons, un petit peuple du duché de Berry à la fin du Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville

Full text

  • 1 T. Bressan, « La mainmorte dans la France du xviiie siècle, le cas des provinces du Centre », Hist (...)
  • 2 Graçay, com. et canton, arr. de Vierzon, Cher.

1Au premier abord, le titre de cet essai peut paraître sibyllin, paradoxal. La présence de deux apparents oxymorons offre un effet sensationnel qui, disons-le immédiatement, va bien vite se dégonfler à la lecture. Il s’agit bien d’un petit peuple qui a vécu dans un modeste terroir du Berry médiéval et dont seule Fortune, comme on disait alors, a permis de conserver de remarquables traces écrites. L’évolution particulière de la France du Centre, on le sait, s’est accompagnée du maintien d’un servage relativement important à côté de groupes et d’individus dotés de franchises collectives ou personnelles1. Pour la terre de Graçay2 la conservation des archives ducales puis du chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges permet de retracer l’évolution des familles libres serviles pendant cent vingt-cinq ans. Ces sources inestimables offrent non seulement la possibilité d’étudier les catégories sociales d’une seigneurie moyenne mais aussi d’y réintégrer la moitié féminine de l’humanité, celle qui est généralement laissée dans l’ombre par la documentation. Nous obtenons finalement, me semble-t-il, une reconstitution plausible d’un petit peuple des campagnes à une époque précise de la fin du Moyen Âge français. Il reste à mesurer la valeur exemplaire de ces quelques centaines de foyers rustiques.

  • 3 A. Gandhillon, « Les terres de Vatan et de Graçay et Jean de France duc de Berry, 1370-1405 », Mém (...)
  • 4 Ces fondations sont difficiles à étudier dans leurs relations avec les seigneurs de Graçay. Le car (...)
  • 5 G. Thaumas De La Thaumassière, Les anciennes et nouvelles coutumes locales de Berry et celles de L (...)

2Les petites gens dont il est question ici sont des dépendants du duché de Berry, principauté distraite en 1364 du domaine royal pour Jean de Berry, terre qui devint le cœur des possessions du dauphin Charles après 1418 et dont ses ennemis tirèrent le surnom voulu dépréciatif de « roi de Bourges ». Un bref moment (de 1461 à 1465) donné en apanage à Charles, frère de Louis XI, le duché fut repris par le roi après la guerre du Bien Public. Louis XII en fit duchesse son épouse répudiée, Jeanne de France (de 1498 à 1502). Le duc Jean dont le domaine de l’Ordinaire était assez réduit avait contraint Renaud de Graçay en 1371 à lui vendre, pour 7 500 francs d’or, sa terre patrimoniale et éponyme de Graçay3. La seigneurie s’étendait sur une dizaine de paroisses, englobait une trentaine de fiefs de très médiocre grandeur. Trois abbayes y avaient été installées au cours des temps : Barzelles et Olivet (cisterciennes), la Vernusse (bénédictine) ; on y trouvait en sus une collégiale régulière, Saint-Outrille de Graçay, une séculière, Notre-Dame, des prieurés : Sainte-Cécile, Saint-Loup (SaintMartin de Tours), Glatigny (Fontevrault), Fontblanche (Grandmont), Orçay (Sainte-Croix d’Orléans), un hôpital (Saint-Sylvain à Genouilly), toutes fondations et dotations effectuées en très grande partie par les seigneurs du lieu depuis le xie siècle4. Une charte de franchise réservée aux habitants (manentes) du bourg, dans un espace strictement délimité par un circuitum et excluant nommément une quinzaine de familles, avait été accordée en 1246 par Pierre de Graçay5. Jean de Berry, lors de la fondation de la Sainte-Chapelle de Bourges fit don de toute la terre de Graçay à la nouvelle communauté canoniale. Les chanoines furent donc après 1405 les seigneurs d’un territoire d’un peu plus de 50 000 ha, aux deux tiers vallonné, coupé de ruisseaux, largement boisé, et pour le dernier tiers en champagne horizontale et crayeuse. Ce qui le caractérisait davantage encore était sa situation au point de rencontre des trois influences berrichonne, blésoise et tourangelle, tripartition qui se retrouve aujourd’hui puisque l’ancienne terre des chanoines est répartie sur les trois départements du Cher, du Loir-et-Cher et de l’Indre.

  • 6 Archives dép. Cher, 8 G 2119 à 8 G 2156.

3Les chanoines avaient, si l’on ose dire, chaussé les pantoufles ducales : de 1405 à 1466 les divers administrateurs recopièrent servilement leurs prédécesseurs et suivirent dans leur comptabilité le schéma administratif adopté par Jean de Saint-Germain, receveur-capitaine du duc en 13726. Des officiers sans initiatives apparentes se contentèrent ensuite de noter avec un scrupule parfois méticuleux les variations des perceptions et redevances, mais sans modifier en rien une structure comptable sur certains points assez vite totalement périmée. Pour l’historien, ces registres se révèlent des sources précieuses qui permettent de prendre la mesure des variations démographiques depuis le dernier quart du xive siècle, de localiser des abandons d’exploitation et des réoccupations des terroirs, de relever les modifications dans la répartition des cultures. De fait, nous ne savons pratiquement rien de la période antérieure à l’arrivée du prince et nous sommes obligés de prendre comme point de départ et de comparaison une période où le Berry était encore sous la menace des ennemis anglais, des bandes de mercenaires et des compagnies et comme partout en proie à des poussées de « mortalités » difficilement quantifiables. Le redémarrage se fit lentement et la population rurale de la seigneurie, c’est-à-dire hors du bourg de Graçay, ne s’accrut pratiquement pas jusqu’en 1419. Les difficultés du royaume de Bourges, les épidémies successives et peut-être la fuite devant l’impôt firent que de 1419 à 1436 le nombre des hommes payant des redevances personnelles diminua de presque deux tiers. On ne retrouve une population fiscale comparable à celle de 1389 que dans les premières années du règne de Louis XI. J’insiste particulièrement sur le caractère essentiellement financier de nos sources qui, sans en être à l’origine, a dû aggraver le déficit humain apparent par une fuite systématique devant les redevances et donc a abouti à un sous-enregistrement des individus.

  • 7 La liquidation des troubles de la Guerre du Bien Public y est sans doute pour quelque chose, des t (...)
  • 8 Archives dép. Cher, 8 G 2101 et 2102.
  • 9 Ibid., 8 G 2103.

4Le retour à une certaine « normalité », vers 1465 s’est accompagné d’une refonte de l’ordonnancement des comptes7. Nous disposons en conséquence d’un ensemble de documents assez exceptionnels sur lequel s’appuie cette étude. Le nouveau receveur, Pierre Seurrat, était un autochtone, mais pas tout à fait du « petit peuple ». Il avait fait une carrière de notaire depuis la fin des années trente du xve siècle ; marié à une bourgeoise de Graçay, il résidait dans l’enceinte du château en la censive des chanoines de la Sainte-Chapelle au service desquels il officiait. Un de ses frères était chanoine de Saint-Oustrille et l’autre curé. Nous avons donc affaire à une famille de spécialistes de l’écrit, encore que leur niveau d’instruction nous soit inconnu. Il se lança dans une entreprise de remise à jour des vieilles rubriques des receveurs d’un passé presque séculaire. Le résultat de son action est consultable encore de nos jours : à un compte-terrier en deux volumes de 346 et 269 folios qui décrit le terroir depuis le sud dans le sens des aiguilles d’une montre8 est adjoint un gros registre de 350 folios : la première partie consiste en la recension des « Partages et nouveaux advenues des hommes francs et serfs » jusqu’au folio 80, ensuite viennent des séries de généalogies de familles de dépendants des chanoines, et leurs alliances, en fonction des paroisses, selon le parcours de la seigneurie effectué dans le livre-terrier9. Le tout représente une masse de données non négligeable pour qui veut s’attacher à cerner ce qu’est un petit peuple rural à la fin du xve siècle : 480 aveux de bourgeoisies, 272 partages de serfs, 902 généalogies dont certaines sur sept générations. En dénombrant plus finement on relève 1 127 patronymes (plus 234 si l’on considère les confronts, mais là toutes les catégories sociales se retrouvent). Pierre Seurrat permet finalement de rencontrer plus ou moins brièvement 7 410 Berrichons du xve siècle !

5Qui appartient au « petit peuple » ? L’expression est anachronique pour le royaume de France, qui connaît plutôt des formules simples : la personnification paysanne « Peuple parle » du Quadriloge invectif, le commun peuple ou le commun des Ordonnances royales sans connotation laborieuse particulière. Ce « commun » apparaît dans nos documents, réparti en réalité en plusieurs catégories : les bourgeois, les serfs et les barons.

  • 10 Nullus eorum biennum sive corveiam nobis [...] de cetera reddat, La Thaumassière, op. cit., p. 87- (...)

6Le Berry est terre de servage à moins qu’on ne puisse prouver le contraire, c’est-à-dire l’appartenance à un groupe particulier dont les droits et libertés et les devoirs et charges sont régis par une charte. Celle-ci n’est pas forcément de franchise ou de liberté, mais bien le plus souvent dispensatrice de certaines libertés moyennant un rachat originel et une contribution annuelle relativement importante. Au printemps de 1246, la charte accordée par Pierre de Graçay, et confirmée par saint Louis en juillet de la même année, est une manumission (in perpetuum manumittimus), elle ne concernait que la seule ville de Graçay, et excluait les deux bourgs qui la flanquaient au sud (Coulon, bourg rural autour d’une maison forte) et à l’ouest (Saint-Oustrille, bourg ecclésiastique). La charte instaurait une nouvelle catégorie de dépendants, les bourgeois, libres moyennant le versement d’une taxe d’entrée de 5 sous tournois et d’une franchise annuelle de deux taux possibles : 2 sous, et 5 sous tournois. La distinction était faite entre les laboureurs avec train d’attelage auxquels étaient joints les marchands et artisans avec charrette qui payaient la taxe haute et les laboureurs et artisans « de bras », taxés à 2 sous tournois. À l’origine, il est clair que les bourgeois de Graçay sont bien les habitants semi-urbains et semi-ruraux d’un bourg castrai planté en milieu campagnard, jouissant d’aménagements particuliers en matière de moulins et de fours, de facilités commerciales, de dispenses militaires, et enfin exemptés de toutes corvées10. Le propos de ces libertés était surtout de lutter, victorieusement si possible, avec la concurrence du bourg canonial de Saint-Oustrille en attirant de nouveaux venus dans un espace circonscrit. Le reste de la seigneurie demeurait peuplé d’une paysannerie non libre, sans discussion possible.

  • 11 Répartition des 480 aveux de nouveaux arrivants dans la terre de Graçay d’après Arch. dép. Cher, 8 (...)

7La prise de possession de la seigneurie par Jean de Berry s’est marquée après 1372 par l’accueil d’assez nombreux « étrangers » attirés par la protection ducale. Sur le modèle déjà ancien de l’entrée en bourgeoisie royale pratiquée à Issoudun et Bourges, le duc étendit à Graçay, désormais terre ducale, la possibilité pour les nouveaux arrivants de se faire inscrire comme bourgeois, c’est-à-dire en fait de devenir « bourgeois du duc » en terre de Graçay. On échappait ainsi à l’intégration obligatoire dans la catégorie servile au bout d’un an et un jour de résidence sans déclaration. Ce qui apparaît ici comme une nouveauté n’avait pas sans doute pour seul but d’attirer de nouvelles familles de travailleurs du sol ; il s’agissait aussi de surveiller les mouvements de population à l’époque où s’amorçait la reconquête du Poitou par les armées venues du Berry. Entre 1373 et 1389, rapidement, les nouveaux venus s’étaient répartis sur tout le territoire, dans les villages et les hameaux. Les receveurs notaient consciencieusement les noms nouveaux. Ensuite, Pierre Seurrat, grâce à la collecte des actes passés depuis 1422 qu’il a pratiquée dans les archives des notaires de ses maîtres, nous a non seulement livré les noms des arrivants mais aussi la cadence de leur enregistrement et leur origine géographique. Il nous permet donc de mesurer le rythme de cette immigration rurale, aux pires moments de la crise comme aux premiers temps de la reconstruction : sur les 480 aveux de bourgeoisie faits entre 1422 et 1467 plus de 50 % ont été enregistrés après 145011. On ne peut cependant trouver une explication simple par le seul retour à la paix générale, car la décennie du recouvrement de la Guyenne est au contraire celle qui montre un des plus faible accueil de bourgeois. Je crois plutôt que les chanoines, après avoir reconstitué une bonne part de leurs dépendants, ont essayé un temps d’enrayer le mouvement de bourgeoisie en se montrant moins favorables aux nouveaux venus. Mais le mouvement migratoire était en vérité impossible à limiter. La majeure partie de ces nouveaux bourgeois est définitivement rurale. Les familles sont installées dans toutes les paroisses de la seigneurie et, après avoir versé la taxe d’entrée de 5 sous, sont imposées selon les deux catégories précitées.

  • 12 Arch. dép. Cher, 8 G 2119, f° 4v : « Coustumes d’autres avenes des bourgoisies de la franchise de (...)
  • 13 Ibid., f° 136v.

8Une place à part doit être faite pour des ruraux jouissant de franchises qui demeurent cependant en dehors de cette bourgeoisie des nouveaux venus, tout comme de la vieille bourgeoisie issue de la charte urbaine de 1246. Depuis 1372 au moins, puisque nous ne pouvons remonter au-delà, apparaissent sur les listes les gens de la « franchise de Vonnes », catégorie ancienne, héritée des anciens seigneurs, peut-être liée à une colonisation par des hôtes d’un espace particulier situé à l’ouest de Graçay et dont les habitants résidants jouissent de droits de pacages particulièrement avantageux12. Les redevances corrélatives de cette franchise sont des avenages, comme bien souvent en pareil cas, les taux d’avoine étant différents selon la possession ou non d’un train de labour (avec un demi-tarif pour les non-laboureurs). En 1374-1375 on comptait vingt-quatre laboureurs et trente sans attelages13. Les droits de pâturages sont très étroitement liés à la résidence dans un périmètre déterminé et non à la seule possession d’une ou plusieurs parcelles dans la franchise. Si les généalogies notent scrupuleusement les mariages entre les gens de cette franchise et ceux des autres lieux et paroisses, c’est pour bien distinguer ceux qui vont, à la suite d’une union, aller habiter « en Vonnes » et en acquitter les droits en échange des usages, et les pièces rapportées dans les autres communautés villageoises dont le seul héritage n’ouvre pas aux droits de pacage.

  • 14 Balloffier, hameau. Autrefois dans la paroisse de Coulon ; Coulon est actuellement inclus dans la (...)
  • 15 Arch. dép. Cher, 8 G 2101, fos 62 et 63v : l’exploitation, dans la paroisse de Coulon, autour de « (...)
  • 16 Arch. dép. Cher, 8 G 2101, f° 110. Le Fay, ham., com. Saint-Pierre de Jards, c. Vatan, arr. Issoud (...)

9De véritables serfs subsistent dans nos sources, mais en l’espèce ce sont des individus isolés : Perrette Pannon est taillable et mortaillable tout comme Jean Tureau de Balloffier14, Michau Marguerite se retrouve in servitute, Jean Boireau, sur la terre de feu Renoux Boireau homme de corps, finit par être appelé Jean Boireau alias Renoux, serf15. On rencontre l’échoîte de Bertommier Baude homme de Messeigneurs, une exploitation de huit hectares au Fay16. Huguet Riffault est affranchi moyennant vingt écus d’or. Il est difficile, faute de sources antérieures, de savoir si nous sommes en présence d’ancienne servitude ou, au contraire, devant des arrivants du xive siècle qui n’ont pu ou voulu faire aveu de bourgeoisie avant l’expiration de l’an.

  • 17 La charte de 1246 désigne Pierre et ses successeurs comme domini. Il en est de même pour la série (...)
  • 18 Arch. dép. Cher, 8 G 2103, fos 182-183v. À Avexi, act. com. de Graçay.

10Enfin il y a les barons ou hommes de baronnie. La terre de Graçay est en effet désignée couramment comme « baronnie » dans de nombreux textes de la fin du Moyen Âge, malheureusement tous en français. On ne peut encore une fois que déplorer la perte accidentelle du Cartulaire seigneurial qui nous empêche de connaître l’expression latine correspondante. L’origine du terme utilisé en cette région est loin d’être claire. Les seigneurs de Graçay ont bien été, semble-t-il, des alleutiers, des domini totalement libres, hors de toute sujétion vassalique majeure. Cette situation était sans doute favorisée par leur position géopolitique en marge des grandes mouvances du premier âge féodal, le comté de Blois, la vicomté de Bourges et la « principauté » de Déols. En aucun cas cependant cette famille n’a été vraiment puissante, ni n’a joué un rôle de premier plan dans les événements politiques de la région, et surtout le qualificatif de « baron », ou encore moins de « haut et puissant baron » n’est jamais accolé à leur dénomination dans les actes, rares, qui les mentionnent17. Je propose une autre explication : ce n’est pas la famille seigneuriale qui était baronniale mais l’ensemble, ou la grande majorité, des habitants qui se composait de familles libres (ber = l’homme libre). Ces hommes libres sont passés au statut d’hommes tout court, puis au stade d’hommes dépendants ; ironie du sort, nos barons sont des non-libres soigneusement distingués des serfs dans la terminologie locale. Le titre de cet essai est, au sens propre des mots, inexact. À quand remonte le glissement social ? Il est encore impossible de le dire. J’aurais plutôt tendance à soupçonner une période ancienne, soit donc la fin du premier millénaire, antérieurement à la venue des hôtes de Vonnes. En 1467 deux familles Baron, avec trente-cinq membres vivants, sont au nombre des mieux dotées en terres et maisons tout en étant gens de baronnie et de statut et d’anthroponyme18. Ces non-libres se distinguent des serfs par l’absence de mortaille et d’échoîte, en revanche ils paient une taille en moyenne de deux sous tournois, très inférieure cependant à la taxe de bourgeoisie. La non-liberté est sanctionnée par l’affirmation sur eux d’un droit de suite, sauf en certaines terres comme Vatan ou les terres du chapitre cathédral de Bourges (Paudy et Chéry). Ces droits de suite furent réaffirmés par le duc Jean au moment même où il faisait revivre ces mêmes prérogatives dans l’ensemble du Berry pour les dépendants du domaine royal.

  • 19 F. Michaud-Fréjaville, « Baux et dépendances personnelles en Berry au xve siècle », dans Contrats (...)
  • 20 Ceci est d’ailleurs confirmé par plusieurs dizaines de généalogies qui précisent que tel ou telle (...)
  • 21 Arch. dép. Cher, 8 G 2103, f° 77, partage des enfants du couple Alaire-Bruère : trois enfants et d (...)

11La recherche des nuances sociales est encore compliquée pour l’historien qui constate que toutes les personnes qui paient une taxe personnelle au seigneur de Graçay sont dites indifféremment « de la condition de Messeigneurs... » Cette condition leur assure au xve siècle la protection vigilante des chanoines de la Sainte-Chapelle de Bourges et leur procure également des avantages certains pour obtenir des terres à cens et des exploitations, qu’elles soient anciennes ou nouvelles19. Pour renforcer une cohésion que la juxtaposition de tant de catégories pourrait rendre difficile, la liberté de mariage est absolue, ce que prouve l’abondance des unions mixtes, au-dedans comme hors de la seigneurie. La contrepartie de tout cela – mariages libres et diversité des conditions personnelles – fut la nécessité de connaître de façon précise la situation de chaque personne, tant juridique, pour percevoir la juste redevance, que géographique, afin de ne pas laisser de trous dans le filet protecteur. Il fallut également garder un souvenir des unions en vue de répartir les dépendants entre les divers seigneurs, sans léser personne. Les 272 « partages d’enfants » recopiés par Seurrat sont le résultat de ces contraintes. Le nom est plus terrible que la chose, soulignons-le. De temps en temps les administrateurs des différents seigneurs se réunissaient, le plus souvent avec des procureurs ad hoc, et déterminaient à l’amiable à qui chaque individu devait payer sa taille ou sa bourgeoisie. Comme seuls les chefs de famille étaient nominalement responsables des versements, ces partages prenaient place après la dissolution d’un couple mixte, le plus souvent au décès du survivant, parfois alors que les enfants étaient déjà mariés et eux-mêmes parents, ce qui n’est pas sans laisser supposer qu’il n’en n’étaient pas pour autant chefs de feu20. Nous avons pu ainsi examiner les partages effectués avec une trentaine d’autres seigneurs. Les enfants étaient répartis en nombre égal, sans qu’une prééminence réelle apparaisse pour la dévolution des premiers nommés, dont nous ne savons jamais s’ils sont les aînés. En cas de cascades de mariages mixtes on peut trouver des tiers ou des quarts d’individus relevant de deux, trois ou quatre seigneurs. Les listes de redevances attestent de la réalité de ces divisions purement fiscales, évidemment, en rapportant les demi ou les quarts de sommes21. Les nécessaires et minutieux repérages des filiations font alors surgir à la grande satisfaction de l’historien la moitié féminine de l’humanité si peu présente d’habitude dans les sources médiévales.

  • 22 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services : les contrats d’apprentissage en Orléanais (1380 (...)
  • 23 F. Michaud-Fréjaville, « Hommes et femmes dépendants de Déols au xiiie siècle, l’apport de l’anthr (...)

12Trop souvent la documentation écrite ne laisse apparaître que les femmes de l’aristocratie qui sont amenées à figurer comme cosignataires ou témoins d’actes importants. En ce qui concerne une société moins relevée, j’ai personnellement pu constater d’une part l’infime proportion des contrats d’apprentissage féminins dans une documentation pourtant abondante22, et d’autre part la perte d’identité propre qui les caractérise quand elles sont désignées dans les listes sous la forme du type : Johannes X et uxor ejus...23 On peut comprendre alors l’intérêt que présente une série de généalogies, d’aveux et de partages qui permet, tous doublets éliminés, de mettre en face de 3 812 garçons pas moins de 3 598 filles, soit 48,6 % des individus signalés. Ce ratio est un peu plus élevé en faveur des garçons par rapport à ce que nous en savons par les travaux de certains démographes. La différence me semble due au sous-enregistrement des femmes des générations les plus anciennes, la patrilinéarité étant très nettement privilégiée, tout au moins dans l’enquête telle qu’elle fut menée par le receveur et qui doit bien correspondre à une certaine pratique culturelle au sein de ce petit peuple berrichon.

  • 24 Ibid.

13Ces femmes de nos listes ont des noms et des surnoms, une désignation anthroponymique complète et personnelle, quand elles apparaissent comme chefs de famille dans les listes de redevances ou dans les confronts et même dans quelques généalogies comme épouses. La centaine de celles qui sont ainsi nommées, ce qui ne représente à première vue que 3 % de l’ensemble, porte le nom du père féminisé par une désinence en -e ou -elle : Philippe Rousselle, femme de Jean Viguier, fille de Jean Rousseau, Guillemette Poucard(e), Julliane Charron(ne), Catherine Belin(ne), femme de Jean Baron, Jeanne Piat(e), femme de Bernard Pottier, Estiennette Seurrat(e), Macée La Brune, fille de Macé Le Brun, Laurence Barbot(e), fille de Jean Sauvegrain alias Barbot. Rares sont dans cette région celles qui sont simplement désignées dans ces sources par un simple sobriquet précédé d’un article, du type La Rousse ou La Rethorée, formes en usage deux siècle auparavant dans le sud du Berry24.

  • 25 En réalité, alors que nous disposons de 7 410 noms, seuls 5 717 peuvent avec une certaine fiabilit (...)
  • 26 Il n’y a pour cette première génération que 19 couples ne totalisant que 24 enfants dont la moitié (...)
  • 27 On dénombre 148 mariages de ce type, soit 12 % des mariages, c’est-à-dire entre frères et sœurs de (...)

14Si l’on considère maintenant les générations, telles que les généalogies permettent de les calculer, avec une marge d’erreur possible, car certains recoupements permettent de constater que la dernière génération relevée par Pierre Seurat n’est pas toujours celle qui est contemporaine de la rédaction25, on constate que cette dernière génération énumère presque uniquement des célibataires dont on peut même penser qu’il s’agit d’enfants ou de jeunes adultes : garçons et filles y sont à égalité totale26. Pour les générations antérieures, le mariage n’est avéré que pour 55 % seulement des filles repérées, ce qui laisse clairement percevoir des stratégies de protection des héritages par maintien du célibat (des filles comme des garçons, d’ailleurs) en cas de trop abondante descendance. On note également le nombre non négligeable de mariages croisés27, eux aussi facteurs de cohésion des exploitations, et le faible nombre de remariages, moins de 5 %, alors que les veufs se remarient relativement plus souvent ; nous avons néanmoins des exemples de femmes ayant eu plus de deux époux, et nous ignorons tout de la vie antérieure des couples arrivant dans la seigneurie et faisant aveu de bourgeoisie.

  • 28 Elle compte 1 893 enfants.
  • 29 Soit 1 490 enfants.
  • 30 Voir tableau 1 en annexe.

15Ces femmes mariées ont eu, de plus, relativement peu d’enfants ayant vécu assez longtemps pour être jugés dignes de figurer dans les générations anciennes des généalogies. Ici la période contemporaine des registre est d’évidence privilégiée. Nous devons redoubler encore de prudence, car la compilation ne semble retenir à chaque génération que la descendance des enfants intéressants, c’est-à-dire celle qui relève d’une façon ou d’une autre de la « condition de Messeigneurs ». Cependant les récupérables, ceux qui sont partis « hors suite », les mariés lointains (Châteauroux, Bourges), les enfants perdus qui ont mal tourné (filles publiques et garçons partis à la suite des armées), tous ceux-là peuvent un jour retrouver le bercail et méritent d’être répertoriés. Les mères de famille n’apparaissent donc pas à la tête de hordes d’enfants : la génération de 1437, soit 670 couples, n’a que 2,8 enfants par couple28, encore est-elle sans doute susceptible de procréer encore, celle des grands-parents (455 couples) en aurait eu 3,2729, les arrière-grands-parents guère moins, ou pas plus, 3,23 enfants en moyenne pour 118 couples30. Les familles très nombreuses sont en général des familles « recomposées » incluant la descendance de plusieurs mariages, les ménages ayant eu huit enfants ou plus ne représentent qu’entre 1 et 3 % du total selon les générations, ce qui est presque négligeable.

16Dans ces sources la place des femmes n’est pas minorée : les filles ne sont pas sous-enregistrées car elles transmettent en tous les cas leur condition personnelle en cas de mariage mixte à au moins la moitié de leur progéniture. Aucune condition ne prévalut sur une autre, toutes les combinaisons furent représentées. La coutume roturière de Berry, qui ne connaissait pas de préférence masculine légale, prônait l’égalité absolue de chaque enfant dans l’héritage des biens, des bourgeois comme des barons, et a ainsi facilité grandement la considération-juridique apportée aux femmes, tout en renforçant peut-être des vocations forcées au célibat tant des filles que des fils cadets en surnombre. La libéralité mûrement calculée, n’en doutons pas, pour attirer des sangs neufs de la part des seigneurs de Graçay a favorisé la multiplication des mariages mixtes. Par l’apport des migrants la part des bourgeoisies n’a fait alors que croître, sans faire cependant totalement disparaître les gens de baronnie. Ceux-ci, parvenus à un niveau minimum de la population (6 % en 1498) perdurèrent entre autres par la rigoureuse pratique de partages d’enfants.

17On doit finalement se demander quel était l’intérêt pour les populations aussi bien des seigneuries voisines que des régions plus lointaines de venir partager le sort du menu peuple de Graçay. En Blésois comme en Bas-Berry et même dans les campagnes de Vierzon, la condition servile rustique demeurait beaucoup plus sévère que dans la baronnie, en particulier les mortailles et les échoîtes y étaient encore au premier tiers du xve siècle systématiques et rigoureuses. On peut penser que certains pauvres ou cadets ont eu la démarche suivante : on émigre en couple ou individuellement, et après avoir fait aveu de bourgeoisie on peut bénéficier des terres et des baux consentis par les chanoines à des taux préférentiels à leurs seuls dépendants. À la génération suivante les mariages sur place, c’est-à-dire dans l’espace relativement large de la seigneurie, scellaient dans 80 % des cas un ancrage territorial solide. Les séries anciennes des comptes, confrontées avec le compte-terrier de 1467 et les généalogies, montrent que rapidement les familles s’éparpillaient sur toute la surface du territoire, et formaient même un réservoir de jeunes gens et jeunes filles disponibles pour les seigneuries enclavées (Saint-Oustrille, Maison-Fort), ou périphériques (Massay, L’Ormeteau, Sainte-Croix).

  • 31 On dénombre près de soixante exemples de ce type pour la génération des adultes en 1467.
  • 32 Se rencontrent également : la terre-aux-Meuniers, le désert-aux-Garins, Les Poislets, Les Gendrons (...)

18Ce petit peuple s’adapta avec une étonnante souplesse aux conditions nouvelles créées par la réorganisation des terroirs, les regroupements des vignes autour des villages et l’expansion remarquable de l’élevage ovin. Des frères et beaux-frères s’associèrent pour prendre des « métairies » à ferme tout en menant de front la mise en valeur de leur chesal familial, et de leurs lopins personnels31. Des fils restent chez leur père ou vont « faire gendre », réduisant d’autant le total des taxes tant de bourgeoisie que les tailles des barons, les chanoines sachant bien que tôt ou tard ils ne perdraient rien lors du passage de génération, car il ne s’agit pas ici de communautés taisibles. La toponymie de l’habitat relève l’apparition de ces groupes familiaux : des hameaux acquièrent un nom collectif qui ne figurait pas dans les registres du xive siècle comme Les Jolys, Les Milliets, Les Roys32.

  • 33 Arch. dép. Cher, 8 G 2097. L’affaire était partie de l’installation d’exploitations isolées au sei (...)

19Tout n’est cependant pas idyllique, les solidarités entre paysans et la protection des chanoines trouvèrent leurs limites quand les ambitions personnelles rejoignirent les besoins financiers de seigneurs. Les attaques aux droits d’usage, à Graçay, comme dans bien d’autres contrées du royaume de France, font voler en éclat l’harmonie de façade : en 1498 le lotissement de zones revenues à la friche et surtout celui de la franchise de Vonnes provoquèrent de graves troubles. On assista à des assemblées de paroisses, des élections de procureurs des communautés, un procès fut promu jusqu’en Parlement de Paris. Les exploitations nouvelles, nichées dans les bois et entourées de haies, furent attaquées et les barrières « dépecées et abattues ». Les auteurs des méfaits, arrêtés par les sergents royaux, furent enlevés en cours de transfert à Bourges par une bande de ruraux bien décidés à ne pas céder. Les chanoines, en vérité, récusaient toute organisation collective du petit peuple rural au nom de sa dépendance même, toutes catégories confondues, envers les seigneurs du chapitre. Indistinctement les bourgeois, les barons, les gens de Vonnes et les ultimes serfs étaient des infantes, non susceptibles de se dresser valablement contre eux, leurs défenseurs et tuteurs naturels. Convocation, assemblées, procureurs, tout cela était illégal, et bien sûr les expéditions armées avec fourches et haches étaient pure et simple rébellion33.

20La crise fut brève, elle avait pourtant remué plus d’un demi-millier de chefs de familles lors des réunions de désignation des procureurs paroissiaux. Mais les avantages de la condition de messeigneurs garantissaient en fait le menu peuple de Graçay des empiétements des gens des villes d’alentour, de la concurrence des établissements religieux et des nobles voisins. Pour gagner des terres, avoir du travail salarié sur ces mêmes terres, et tant que leurs seigneurs gardaient avec fermeté leurs prérogatives, les habitants de la seigneurie restèrent dépendants et presque contents de l’être.

21L’exemple de la baronnie de Graçay, telle que nous le présentent les documents exceptionnels rassemblés par le receveur de 1467 permet de comprendre comment ont pu perdurer et même se conforter ces zones persistantes de non-liberté de la France du Centre et de l’Est, qui pour certaines ne disparurent que la nuit du 4 août 1789. Encore ne me permettrai-je pas de faire de cette terre des chanoines de la Sainte-Chapelle de Bourges un modèle exclusif du conservatisme social médiéval.

  • * Calcul sur 1 262 couples. Dates estimées : 1377-1467.
    La première génération est la plus récente.

Tableau I. Nombre d’enfants par couples*.

Nombre d’enfants

1 re génération (1467)

2 e génération (1437)

3 e génération (1407)

4 e génération (1377)

1

12

151

98

25

2

5

140

95

25

3

1

115

77

23

4

1

88

63

17

5

73

56

2

6

51

34

3

7

29

12

8

8

12

11

3

9

9

7

2

10

2

2

Notes

1 T. Bressan, « La mainmorte dans la France du xviiie siècle, le cas des provinces du Centre », Histoire et sociétés rurales, 6 (1996), p. 51-76.

2 Graçay, com. et canton, arr. de Vierzon, Cher.

3 A. Gandhillon, « Les terres de Vatan et de Graçay et Jean de France duc de Berry, 1370-1405 », Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, 30 (1906), p. 55-86.

4 Ces fondations sont difficiles à étudier dans leurs relations avec les seigneurs de Graçay. Le cartulaire laïc de la seigneurie, signalé par H. Stein a malheureusement brûlé au début du xxe siècle. On consultera : G. Devailly, Le Berry du xe siècle au milieu du xiiie siècle, Paris-La Haye, 1973, p. 283 et suiv.

5 G. Thaumas De La Thaumassière, Les anciennes et nouvelles coutumes locales de Berry et celles de Lorris commentées, Bourges, Toubeau, 1679, p. 87.

6 Archives dép. Cher, 8 G 2119 à 8 G 2156.

7 La liquidation des troubles de la Guerre du Bien Public y est sans doute pour quelque chose, des troupes ont logé à Graçay en août 1466 et le receveur a entrepris une visite générale de la seigneurie.

8 Archives dép. Cher, 8 G 2101 et 2102.

9 Ibid., 8 G 2103.

10 Nullus eorum biennum sive corveiam nobis [...] de cetera reddat, La Thaumassière, op. cit., p. 87-88.

11 Répartition des 480 aveux de nouveaux arrivants dans la terre de Graçay d’après Arch. dép. Cher, 8 G 2103 (1422-1468).
Image

12 Arch. dép. Cher, 8 G 2119, f° 4v : « Coustumes d’autres avenes des bourgoisies de la franchise de Vonnes qui est telle que quiconque tient chesau et fait laborage il doit chascun an I setier avene XII d. t. et une geline ; et s’il tient autre chesau ou plusieurs en ladite franchise oultre la premiere coustume, il doit pour chacun cheseau mine d’avene, VI d. et une geline ; et qui ne fait pas laborage il ne doit que mine d’avene, VI d. et une geline. »

13 Ibid., f° 136v.

14 Balloffier, hameau. Autrefois dans la paroisse de Coulon ; Coulon est actuellement inclus dans la commune de Graçay.

15 Arch. dép. Cher, 8 G 2101, fos 62 et 63v : l’exploitation, dans la paroisse de Coulon, autour de « l’hostel aux Boireaux » avait une superficie d’environ 8 ha.

16 Arch. dép. Cher, 8 G 2101, f° 110. Le Fay, ham., com. Saint-Pierre de Jards, c. Vatan, arr. Issoudun, Indre.

17 La charte de 1246 désigne Pierre et ses successeurs comme domini. Il en est de même pour la série d’actes auxquels dut souscrire Étienne de Graçay en 1143 à la suite des amendes honorables qu’il dut assumer avec son complice Renaud de Montfaucon pour avoir incendié l’abbaye de Saint-Satur (cf. L. Raynal, Histoire du Berry, Bourges, 1844, t. II, p. 349-350 (Pièce justificative XII).

18 Arch. dép. Cher, 8 G 2103, fos 182-183v. À Avexi, act. com. de Graçay.

19 F. Michaud-Fréjaville, « Baux et dépendances personnelles en Berry au xve siècle », dans Contrats agraires de l’Antiquité à nos jours, Caen, 2001.

20 Ceci est d’ailleurs confirmé par plusieurs dizaines de généalogies qui précisent que tel ou telle est marié(e) « chez Untel » et donc ne doit pas payer tailles ou bourgeoisies, ce qui est vérifiable dans les comptabilités : par exemple, Arch. dép. Cher, 8 G 2103, f° 107v. Chez Étienne Placat est marié Pasquet Pasquet, fils d’un premier mariage du gendre de Placat, Jehan Pasquet.

21 Arch. dép. Cher, 8 G 2103, f° 77, partage des enfants du couple Alaire-Bruère : trois enfants et demi pour les chanoines et trois enfants et demi pour Pierre Charnay, seigneur de Quindray (com. de Parpeçay, c. Saint-Christophe-en-Bazelles, arr. Issoudun, Indre).

22 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services : les contrats d’apprentissage en Orléanais (1380-1480) », dans Les entrées dans la vie, initiations et apprentissages, XIIe Congrès de la SHMES, Nancy, 1981, p. 184-208.

23 F. Michaud-Fréjaville, « Hommes et femmes dépendants de Déols au xiiie siècle, l’apport de l’anthroponymie », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace, Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 313-325.

24 Ibid.

25 En réalité, alors que nous disposons de 7 410 noms, seuls 5 717 peuvent avec une certaine fiabilité être replacés dans une chronologie approximative des générations.

26 Il n’y a pour cette première génération que 19 couples ne totalisant que 24 enfants dont la moitié d’enfants uniques, pour 2 227 individus recensés...

27 On dénombre 148 mariages de ce type, soit 12 % des mariages, c’est-à-dire entre frères et sœurs de deux familles ou entre deux branches de deux familles.

28 Elle compte 1 893 enfants.

29 Soit 1 490 enfants.

30 Voir tableau 1 en annexe.

31 On dénombre près de soixante exemples de ce type pour la génération des adultes en 1467.

32 Se rencontrent également : la terre-aux-Meuniers, le désert-aux-Garins, Les Poislets, Les Gendrons, Les Doulcets.

33 Arch. dép. Cher, 8 G 2097. L’affaire était partie de l’installation d’exploitations isolées au sein des « Tailles » de Ruines (com. La Chapelle Montmartin, c. Mennetou-sur-Cher, ar. Romorantin-Lanthenay, Loir-et-Cher).

Endnotes

* Calcul sur 1 262 couples. Dates estimées : 1377-1467.
La première génération est la plus récente.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540