Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Le peuple de la farce. Jalons pour une approche littéraire des activités urbaines à la fin du Moyen Age1

Sandrine Thonon

Texte intégral

  • 1 Ces recherches ont été menées dans le cadre du programme du Pôle d’Attraction Interuniversitaire P (...)
  • 2 Sur la question – épineuse et controversée – de la farce comme genre « populaire », nous renvoyons (...)

1Genre théâtral couramment défini comme populaire et ancré dans la réalité quotidienne2, la farce médiévale constitue a priori une matière susceptible de fournir un regard particulier sur la société du temps. En effet, née sur la place publique pour être jouée devant le peuple, elle sélectionne de préférence ses personnages dans la foule urbaine.

2Afin de pondérer les éléments récoltés dans l’analyse qui suit, rappelons brièvement les caractéristiques et fonctionnements du genre. La farce est un genre bref qui se développe essentiellement en région parisienne, entre 1450 et 1550. Sur un décor sommaire mais réaliste, elle inflige à ses protagonistes une situation de conflit relationnel, dont la nature peut être conjugale (au sens large du terme), sociale ou professionnelle. Ainsi, dans l’unique but de faire rire franchement et spontanément (par opposition à la satire), il lui arrive de renverser l’ordre établi, à grands coups de parades, mauvais tours et déguisements. Dans ce jeu de dupes, le trompeur n’est pas toujours celui que l’on croit, car la hiérarchie des rusés prend fréquemment le contre-pied de la pyramide sociale, sans pour autant traduire un désir de bouleversement des structures de la société médiévale. Quant aux personnages farcesques, dont le nombre se limite souvent à trois ou quatre par pièce, ils se réduisent inlassablement à des « types », incarnant essentiellement un trait moral, un défaut faussant les rapports avec autrui. Ils appartiennent à la vie familiale ou à la vie sociale urbaine : maris, femmes, valets, voisins, amants ou bien marchands, artisans, gens de justice, médecins, mais aussi moines et soldats. Remarquons que la farce représente peu la noblesse, tout comme elle s’intéresse moins volontiers aux marginaux et aux mendiants. Elle leur préfère donc le « commun », à l’intérieur duquel on soupçonne déjà un étagement des statuts.

  • 3 B. Faivre, Répertoire des farces françaises, des origines à Tabarin, Paris, 1993 (Le spectateur fra (...)
  • 4 Nous avons délibérément écarté la célèbre farce de Maistre Pathelin, souvent étudiée, qui demandera (...)
  • 5 J. Delumeau, « Les mentalités religieuses saisies à travers les farces, les sotties et les sermons (...)
  • 6 T. Van Hemelryck, « Grandeurs et misères des ancêtres de Figaro. Bénéfice d’une étude littéraire po (...)
  • 7 Citons surtout C.P. Pinet, « The Cobbler in French Farce of the Renaissance », The French Review, 4 (...)

3Dans le cadre de ce Congrès centré sur le « menu peuple », il nous a semblé opportun de limiter notre étude aux métiers et petites activités urbaines, dont la présence au sein des farces est notable. En effet, sur un corpus de 176 pièces défini par B. Faivre3, 45 (soit environ un quart de la production) mettent en scène un ou plusieurs personnages dotés d’un métier ou d’une activité professionnelle4. En outre, si des travaux ont déjà abordé les mentalités religieuses5 ainsi que la domesticité6, il en est peu7 qui se sont concentrés de manière approfondie sur les gens de métier présents dans la production théâtrale profane. Pour notre part, nous tenterons, grâce à une étude scrupuleuse – sous-jacente – de chaque pièce, de prouver que ce type de texte, dans un but qui lui est propre, intègre dans son discours des informations, explicites ou implicites, réelles ou imaginées, touchant le monde des artisans et marchands. Quels métiers sont ciblés de préférence et pourquoi ? La source décrit-elle des modes de vie, des gestes quotidiens ? Dans quelle mesure cette partie de la population appartient-elle ou non au « petit peuple » ? Et de quelles connotations ou perceptions fait-elle l’objet ? Autant de questions auxquelles les pages qui suivent tenteront modestement et partiellement d’apporter des réponses.

Tableau de fréquence des activités urbaines8

  • 8 Voir le tableau fourni en fin d’article.

4Le relevé des différentes activités professionnelles mentionnées dans notre corpus de textes suscite quelques premiers constats : sur un total de 45 pièces, 71 personnages exerçant 27 métiers différents ont été recensés. La quantité et la variété sont à souligner. La catégorie la plus prisée est sans conteste celle du textile et de l’habillement. Viennent ensuite les secteurs alimentaire et marchand. Les palmes du métier le plus représenté sont décernées de manière spectaculaire au savetier (avec pas moins de 14 occurrences), puis à la poissonnière. Par ailleurs, on distingue dans la liste un certain nombre de métiers ambulants, a priori « petits » – lingère, porteur d’eau, bateleur, triacleur (charlatan vendant des remèdes douteux) – à côté d’autres qui suggèrent des occupations plus qualifiées – couturier ou chaussetier, par exemple.

5Dans un premier temps, une introduction sur la situation socioéconomique de ces personnages permettra d’approcher leurs conditions de vie du moins, celles que les farces leur octroient. Ensuite, deux grands volets semblent devoir être abordés : la représentation des activités, d’une part, leur perception, d’autre part.

Argent m’y fault. Les données socio-économiques

6Les informations matérielles, sociales et économiques ne sont ni foisonnantes ni précises dans les textes. Il s’agit le plus souvent de déboires financiers : l’argent manque, pour diverses raisons.

  • 9 Voir notamment le meunier harcelé par ses propriétaires dans Le poulailler à six personnages (Tissi (...)
  • 10 Le thème de la femme insatisfaite et du savetier buveur apparaît notamment dans : Le savetier Calba (...)
  • 11 Le savetier Audin, Tissier XII, v. 161 ; Martin de Cambrai, Tissier XII, v. 230.
  • 12 Les queues troussées, Cohen, no 6.
  • 13 Tissier XII.
  • 14 Cohen, no 20.

7Lorsque des plaintes pécuniaires sont formulées, la faute en incombe le plus souvent au métier, devenu peu rentable ou moins rentable qu’avant : cela concerne tant le meunier, le chaudronnier, le ramoneur et le bateleur que le couturier9, lequel dénonce le coût croissant de la vie, l’augmentation du prix du pain ainsi qu’un profit en baisse en raison des changements de la mode. Seul le cas des savetiers est ambigu. D’une part, les épouses blâment leur avarice lorsqu’il s’agit de renouveler leur garde-robe et leur prodigalité en matière de consommation vinicole10 ; les savetiers Audin et Martin de Cambrai reconnaissent eux-mêmes que « nostre mestier ne vault plus rien »11. Et d’autre part, cet artisan fait parfois montre d’une aisance matérielle12, mais tout en restant conscient qu’à métier égal, la fortune peut varier : la farce des Deux savetiers13 en fournit l’exemple : l’un des artisans y est pauvre, sans sou, sans nourriture et sans habit, mais heureux et son confrère possède le tout, à l’exception de la bonne humeur. Pareillement, le savetier des Drois de la porte Bodès14 se qualifie d’« homme de renom » (v. 87) et estime que « C’est ung mestier bon et propice, / Mais c’on y gainast de l’argent. » (v. 3-4), lorsqu’on y gagne de l’argent...

  • 15 Tel est le sort des marchands dans : Les coquins (Cohen, no 53), La tripière (Cohen, no 52), Un ave (...)

8L’argent vient également à faire défaut à la suite d’un vol ou d’une ruse farcesque. Les métiers liés au commerce et à la redistribution alimentaire sont naturellement les plus touchés par les rapines : taverniers et tavernières, en premier lieu, mais aussi pâtissier, tripière ou marchand de volaille15.

  • 16 Les épouses des savetiers dans Le savetier qui ne respont que chansons, Les queues troussées et Les (...)

9Quant à l’estat social, il est surtout revendiqué par les femmes d’artisans sous la forme d’apparat vestimentaire. Nombreuses sont en effet celles qui recherchent le port d’un habit riche, fut-ce sans le consentement du mari ! À ce propos, l’épouse du savetier se révèle particulièrement coquette16.

10L’apport réel de ces informations est cependant difficile à estimer : plusieurs éléments servent l’intrigue et le comique : la mise en scène de taverniers et marchands systématiquement dupés constitue un pied de nez aux situations réelles, dans lesquelles le client incarne le plus souvent la proie des tromperies et fraudes commerciales. Quant aux autres données sur la fortune des gens de métier, il serait imprudent de se prononcer sur leur véracité. Globalement, nous pouvons estimer que ces textes, loin de décrire le niveau de vie réel propre à l’artisan, s’attachent à doter sommairement leurs personnages d’une épaisseur « matérielle ». Ces propos économiques servent les besoins du récit et relèvent d’un procédé de caractérisation du personnage. Néanmoins, il importait à l’auteur de présenter des correspondances assez vraisemblables pour le public. Et de fait, on imagine aisément que des métiers tels que porteur d’eau, lanternier ou ramoneur devaient évoquer pour l’assistance une condition modeste, sinon médiocre. Quoi qu’il en soit, l’image renvoyée par les farces est celle d’une population que nous serions tentée de définir comme « menue », c’est-à-dire ni riche ni vraiment pauvre, parce qu’elle travaille pour s’offrir tant bien que mal son pain – ou son vin – de tous les jours.

Les éléments de la représentation17

  • 17 Les exemples et extraits de textes cités dans la présente analyse ne constituent évidemment pas un (...)

11Nous avons pu constater que nos sources décrivent tantôt sommairement tantôt lucidement des comportements, des éléments réels du monde du travail, lesquels interviennent dans l’action et le comique. Ces emprunts au quotidien concernent surtout la parole, la gestuelle, les outils et le décor.

La parole

12Les farces reproduisent souvent les pratiques orales des hommes de métiers, qu’ils s’agissent de cris et boniments de métier ou de lexique technique.

Les cris

  • 18 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier.
  • 19 Les langues esmoulues, Le Roux de Lincy et F. Michel, Recueil de farces, moralités et sermons joyeu (...)
  • 20 Le marchant de pomme et d’œufs, Le Roux De Llncy IV, no 70.
  • 21 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier ; Le savetier, le sergent et la laitière ; le patinier(...)
  • 22 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier.
  • 23 La farce connaît deux versions : Trois commères et un vendeur de livres et Un vendeur de livres et (...)
  • 24 Le trocheur de maris, Le Roux de Lincy III, no 59.
  • 25 Voir A. Tissier, « Le rôle du costume dans les farces médiévales », Fifteenth-Century Studies. Le t (...)
  • 26 Voir à ce sujet : V Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petit (...)
  • 27 Viollet Le Duc, Ancien théâtre-françois, t. II, Paris, 1854, p. 303-325.

13« Chaudrons à reffaire18 / Y a il qu’esmouldre ? Aportes forches et forchetes19 / Qui en veult ? a mes beaulx eulx frais20 / Souliers vieulx, houseaulx vieulx !21 / J’ai moust, vin vermeil et cleret »22 : telle est la variété des cris ; nous avons recensé 10 métiers exerçant le cri dans le corpus : le chaudronnier (4 fois), le savetier (4 fois), la laitière, la poissonnière (2 fois), le vendeur de livres23, le marchand de pommes et d’œufs, le troqueur de maris24 (métier imaginaire), le tavernier, le ramoneur et le rémouleur. Le plus couramment, le cri est placé en début de texte et permet au public, tout en renvoyant à l’exercice quotidien auquel se livrent les petits métiers – en plus du costume supposé, mais sur lequel les pièces ne livrent que peu de choses25 – d’identifier le personnage qui entre en scène. Cette pratique orale, que les spectateurs entendaient chaque jour est dotée ici d’une fonction dramatique de reconnaissance. Son insertion dans les farces offre par conséquent moins un tableau fidèle des bruits de la ville qu’elle ne s’approprie à des fins dramatiques un élément imprégné dans les esprits. D’autant plus qu’à l’époque, les cris, que l’on connaît par les traditions littéraires, iconographiques et musicales des Cris de Paris, semblent déjà empreints de stéréotypie et de parodie. Il suffirait de comparer nos pièces aux textes contemporains des Cris de Paris26 pour se rendre compte que ces réclames sont en proie au figement et aux exercices de parodie ce que prouvent par ailleurs la Farce des cris de Paris27, qui transpose les boniments en contexte amoureux, ainsi que la création farcesque de métiers fantasmés (avec leurs cris) sur le modèle des vrais (les toujours utiles troqueur de maris et fondeur de maris, ou encore le rémouleur de mauvaises langues). Il semble par conséquent que les cris de métiers étaient déjà passablement « confits » à la fin du Moyen Âge.

Le lexique technique

  • 28 Nous livrons à titre d’exemple en fin d’article les termes spécifiques liés à l’activité du savetie (...)

14Dans certains cas, la représentation des activités urbaines s’agrémente de termes techniques, touchant tant à l’action qu’à la marchandise ou aux outils. Si toutes les pièces ne sont pas aussi scrupuleuses des jargons, plusieurs témoignent de connaissances précises, appartenant majoritairement au savetier, personnage le plus et le mieux représenté28.

  • 29 Citons ainsi quelques vocables équivoques : housser cheminées, housseurs, boys du ramon, gaule, bro (...)

15En outre, les lexiques propres au ramoneur et au chaudronnier ont ceci de particulier qu’ils sont équivoques, puisque leurs vocables renvoient tant aux instruments des artisans qu’aux attributs sexuels. La farce ne manque évidemment pas de construire tout son jeu sur cette double entente29.

Les « déformations professionnelles »

  • 30 Pièce de cuir qui servait à raccommoder les souliers : Tissier XII p. 159, n. v. 1.

16Toujours dans le domaine de la parole, nous avons remarqué que les répliques de certains personnages trahissaient leur activité. Il s’agit de tics langagiers, qui contribuent à renforcer la caractérisation professionnelle des protagonistes. Nous citerons quelques témoignages amusants de ces déformations professionnelles orales. Tandis qu’un savetier déclare : « Ma voix est a[u]ssi enroullée / Comme est Tantrée d’un vieil patin » (Le savetier, le sergent et la laitière, v. 7-8), et que dans la même pièce, la laitière crie au sergent qui veut l’emprisonner : « Va aillieurs humer du caillé » (ibid., v. 254), un couturier désireux de qualifier l’embonpoint de son valet s’exclame : « En son habit ne (se) peult tourner, / Tant est gras » (Le cousturier et Esopet, v. 49-50). Pareillement, les termes d’affection comme les menaces prennent l’accent de la profession : « mon quarelet »30 (Martin de Cambrai, v. 1) susurre un savetier à sa femme, avant de la menacer avec des propos tels : « Se je metz dessus toy mes pates, / Je te mectray en la[r]ge couroie. » (ibid., v. 71-72). Ou encore, un couturier de gronder son valet : « Sang bieu ! vous vous ferez bailler / De l’aune et bastre de mesure » (Le cousturier et son varlet, v. 114-115). Mais la déformation professionnelle peut aller jusqu’au malentendu lorsque, dans la farce de Mimin le Goutteux, un chaussetier, imprégné de son activité, répond en termes de chausses, quelle que soit la question posée : un véritable dialogue de sourds s’élabore alors pour sous-tendre le comique.

Le geste, l’activité

17L’organisation du travail et les rapports parfois difficiles entre maître et apprenti constituent un autre thème abordé par les farces.

L’apprenti (varlet) et son maître : tâches respectives, conditions de travail, organisation de l’activité

18Notons préalablement la confusion fréquente des termes « apprenti » et « varlet » dans notre corpus, employés indifféremment pour qualifier le même personnage, alors que la réalité les distingue. Le valet de métier a pour tâche de ranger l’atelier, de préparer les outils du maître, d’assurer la garde de la boutique ou simplement d’enfiler les aiguilles :

Esopet, que je ne m’oublie,
Boute moy sus mon establie
Mes cizeaulx, mon fil et mon dé,
Affin, que si j’estoye mandé
Pour aller un habit tailler,
Il ne me faillist rien bailler.

Aussi ne me sers-tu de rien
Que à garder l’hostel, d’aventure,
Si querir vois de la cousture,
Quant mandé suis pour y aller.

  • 31 Le couturier et Esopet, v. 1-6 et 26-31.

Esopet
Au moins vous sers-je de enfiler
Voz aiguilles.31

  • 32 Le savetier qui ne respont que chansons, v. 45-48.

Sandrin
Or tu me la corne bien sore,
Naudet, tu as trop de langaige,
Parpoincte moy tout ce mesnaige
Et mectz tous mes hostilz appoint.32

19Les conditions de travail du subalterne font le plus souvent l’objet de plaintes : il n’est pas ou peu payé, mais dispose de nourriture, du moins quand les rentrées le permettent.

  • 33 Le cousturier et Esopet, v. 24-25.

Aussi [suis-] je vostre allloué
Deux ans sans loyer.33

  • 34 Le ramoneur de cheminées, v. 273-274.

Depuis que je suis compaignon,
Je n’ay pas gaigné mes despens.34

  • 35 Le cousturier et Esopet, v. 46.
  • 36 Le couturier et Esopet, v. 52-53.

Puis ce garson [que] je nourry35
Et, je ne vy en la maison
Mettre pot au feu de sepmaine ;36

  • 37 Le bateleur, v. 33-34.

Je desjunes souvent de vent :
Mon ventre est plus cler que veriere ;37

  • 38 « Quans escus voulez-vous gaigner ? / Le Badin / Hé ! vous me verrez besongner, / Puis après nous f (...)
  • 39 Par exemple dans Le cousturier et Esopet (v. 36-37), Le cousturier et son varlet... (v. 109 et 114- (...)

20Tandis que d’aucuns valets, dociles, se ravisent honnêtement à l’estimation salariale de leur maître38, d’autres provoquent tensions, remarques désobligeantes, voire même coups de bâton : tel est notamment le triste sort des valets de couturiers et de fripiers39.

21Quant aux tâches du maître, elles sont rarement décrites. Il arrive toutefois que les artisans commentent leurs gestes et leur technique en termes précis. Par exemple, le diagnostique que pose le savetier sur les chaussures que le sergent lui donne à réparer est implacable :

  • 40 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 44-47.

Monstrés çà : un rivet cy fault
Et une piece par cy hault ;
En cestuy cy fault ung quarreau,
Et cy endroit [fault] ung barreau.40

22En outre, aux femmes qui veulent faire refondre leur mari, le fondeur de cloche conseille savamment :

Affin qu’ilz soyent plus fort rouges,
Il vous fauldroit mener les vouges
Et souffler à toute puissance.

  • 41 Les femmes qui font refondre leurs maris, Tissier VI, v. 388-390, 405-406.

Soufflez, soufflez ; nous aurons cloche,
Car la matière prent très bien.41

  • 42 Le cousturier et Esopet, v. 26-29 ; Mimin le Goutteux et les deux sourds, Tissier V, v. 201, 224-22 (...)
  • 43 Le savetier qui ne respont que chansons, v. 133-134 ; L’Antéchrist et les trois femmes, p. 77.

23La farce apprend par ailleurs que le couturier comme le chaussetier peuvent être appelés à se déplacer à domicile pour prendre les mesures du client42. D’autres artisans ou marchands déclarent avoir une activité liée aux saisons : ainsi, un savetier estime son métier bon et propice par temps de gel et des poissonnières déclarent faire une bonne partie de leurs affaires en période de Carême43.

24Des allusions à la réglementation et à la répression des fraudes parsèment également les pièces :

  • 44 Le ramoneur de cheminées, v. 262-270.

Je t’ay au moins faict tant d’honneur
Que tu es maistre ramonneur,
Passé par les maistres jurez.44

  • 45 Le pardonneur, le triacleur et la tavernière, v. 92-93.

Le Triacleur
Laisse moy faire mon mestier.
Suis-je pas en ville jurée ?45

  • 46 L’Antéchrist et les trois femmes, p. 79-80. Cf. C. Brunet, Recueil de pièces rares et facétieuses a (...)

Hamelot [une poissonnière]
Mais toy, tu vends puant poisson
Gardé long temps en la maison,
Que n’en est iustice informee,
La chose serait reformee
On t’empescheroit de ce faire.46

25De plus, quelques détails touchant les délais de livraison/confection sont fournis : pour la confection de chausses ou de robes, il faut attendre le lendemain matin (Le cousturier et son varlet, v. 237, 247-248, Mimin le goutteux..., v. 247) et pour une réparation de savates, à peine une heure (Le savetier, le sergent et la laitière, v. 66), ce qui n’est pas loin de nos cordonneries express !

  • 47 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 52 et 115.

26Et puis, à titre indicatif, vu les nombreuses précautions à prendre à ce sujet dans l’approche des textes littéraires – a fortiori lorsqu’ils sont rimés-, nous livrons quelques indices de prix, qui se marchandent toujours : un blan donne droit à cinq poissons (Les femmes qui font accroire..., v. 6) ou un verre de vin (Le chaudronnier, le savetier et le tavernier, v. 55-57), des souliers à réparer nécessitent 15 deniers ou 16 tournois47 et une semelle de cuir 3 sous parisis et demi (Le savetier Calbain, v. 195-196). Un savetier détaille son prix de la manière suivante :

  • 48 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 218-223.

[...] Seize tournois
Pour cuir et paine demandoys.
Mais elle, de mal toute plaine,
Sy m’en offrit six parisis,
Dont pour le cuir en y est dix,
Et fut-il d’un cheval venu.48

27Quant au mode de paiement, un pot de vin ou des victuailles ont souvent tôt fait d’amadouer un ramoneur, un couturier, un savetier ou un chaudronnier. Un sergent ne déclare-t-il pas à son savetier : « Tu auras deux blans et une choppine. » (Le savetier ; le sergent et la laitière, v. 60).

Les mouvements, les positions, les maux et les traits physiques

  • 49 Le cousturier et Esopet.

28Amusants aussi et souvent très développés sont les passages se focalisant sur une attitude, une manie, une position, voire des maux et traits physiques propres à une activité professionnelle. Par exemple, la laitière est naturellement évoquée avec son pot sur la tête, étant entendu que ce qui intéresse la farce, c’est que, dans une position aussi inconfortable que celle-là, une maladresse peut avoir de fâcheuses conséquences. Le savetier, le sergent et la laitière enchaîne par conséquent sur des rebondissements et altercations en série. En outre, une incompréhension d’un geste banal de couturier peut provoquer le comique : l’artisan frappant rageusement sur son établi afin de faire résonner sa craie et ses ciseaux, que l’on imagine enfouis sous un amoncellement de tissus, passe pour fou auprès de sa clientèle49. La farce de Mimin le goutteux joue de manière semblable sur l’inintelligibilité d’un comportement professionnel : le valet assimile les mouvements du chaussetier prenant mesure à ceux d’un médecin :

Ma foy, mon maistre, il pretend
Tirer de vous je ne sçay quoy.
Voyre, et ce congnoist autant
En medecine comme moy. (v. 260-263)

  • 50 Tissier II.

29À évoquer aussi la farce des Trois galants et Phlipot50, dans laquelle un brave idiot se met en quête de travail. Apercevant un cordonnier dans son atelier, le niais Phlipot est séduit par sa position assise, posture qui lui semble convenir à sa paresse. Il décide donc de s’essayer à la tâche, mais découvre rapidement que l’activité est plus ardue que la position ne veut bien le laisser croire. Aussi se sent-il accablé des maux de la profession :

Helas ! se mestier ne vault rien.
An ! Jesus, mes bras sont transis.
Le cul me faict mal d’estre asis,
Les mains du lignon empongner.
Je n’y veulx jamais besongner :
Le mestier est trop grand peine. (v. 227-232)

30Les poussières générées par le ramonage des cheminées constituent un autre inconvénient professionnel, mais celui-ci devient une parfaite excuse lorsqu’il s’agit de justifier des yeux « doublés d’escarlate » acquis par maints séjours aux tavernes (Le ramoneur de cheminées, v. 195-198).

31En ce qui concerne les désagréments physiques dus à la pratique d’un métier, une laitière ne se gêne pas pour faire allusion par antiphrase aux mains abîmées et sales qui caractérisent le savetier :

  • 51 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 138-140.

Regardez quel homme honnorable,
Quelles mains pour servir à table
Ou au menger du grant seigneur !51

32L’exclamation est complétée par une kyrielle d’insultes ciblant la saleté et l’odeur nauséabonde de cet artisan couvert d’infamie : « Fy de toy et de ton mestier ! / Tu es si ort que tu pus tout. » (ibid., v. 159-160), « Savetier plain de punaysie(s) / Ort savestier, lait et infect, » (ibid., v. 187), « Ort savetier, plain de poix, » (ibid., v. 197), « Vieulx savetier breneux » (Le savetier Audin, v. 41), « Tres ort savetier pugnais » (Le chaudronnier, le savetier et le tavernier, v. 9), « Savetier infame » (ibid., v. 41). Les tripières n’ont rien à envier aux malheurs du savetier, car on recueille à leur propos maintes allusions injurieuses comme celles-ci : « Cabas infaict » (La trippière, Cohen no 52, v. 67), « faulce loudière sale et ordure et fière » (v. 77-78), « orde et sale trippière » (v. 290), « loudière nez infect » (v. 298).

33Les textes sont donc conscients de certaines gestuelles, de certaines caractéristiques physiques propres à telle ou telle activité et y glanent des éléments comiques, quand ils ne les muent pas en fondement même de l’intrigue.

  • 52 Voir Tissier V, n. v. 164.

34Quant à l’habit, les farces n’en laissent rien voir : nous n’avons relevé que deux minces évocations : au sujet d’un chaussetier, qui semble porter une robe de couleur distinctive52 : « Il dit vray, il n’y a pas ris ; Sa robe est de la couleur. » (Mimin le Goutteux, v. 163-164), et d’un cordonnier, pour lequel on suppose un vêtement particulier dans ces vers : « Nous yrons tous troys abiller / En cordonnyer. » (Trois galants et Phlipot, v. 129-131).

Les instruments de travail

  • 53 Le cas n’est pas propre aux gens de métier : voir M. Rousse, « Les objets facétieux dans les farces (...)
  • 54 Ceci concerne essentiellement les instruments des chaudronniers et ramoneurs, cf. supra vocabulaire

35Il arrive que les artisans soient montrés avec leurs instruments de travail, mais là non plus, ce n’est pas indifféremment, puisque la plupart des outils servent à identifier le personnage et bien souvent à faire rire. Ce procédé comique connaît deux variantes : soit l’objet (ou la marchandise) est détourné de son emploi, falsifié, gaspillé ou dérobé53 de sorte qu’il soit à la source du rire ou de l’action ; soit le terme désignant cet objet est détourné de son sens : le vocable permet dans ce cas un glissement de sens vers le registre grivois54.

  • 55 Tissier III.

36La farce du Chaudronnier55 en fournit un bel exemple : le crieur, confronté à un couple muet, s’amuse à ridiculiser le mari en le déguisant en saint Nicolas au moyen de ses « oustieulx » (v. 117) : le chaudron devient diadème (v. 90), la belle cuillère sert de crosse (v. 130), le « pot pissoir » est donné en guise de livre (v. 132), et le foin (v. 126), initialement utile pour récurer les chaudrons, forme la barbe. Les objets sont ainsi indirectement énoncés et risiblement employés.

  • 56 Fil enduit de poix utilisé pour coudre le cuir.
  • 57 Le savetier, Marguet, Jaquet, Proserpine, Le Roux De Lincy IV, no 73, p. 3.

37Indépendamment de ces jeux, le personnage émet parfois des considérations « gratuites » sur son matériel : ainsi le fondeur déclare-t-il avoir besoin de « charbon » (Les femmes qui font refondre..., v. 304), « vouge » (ibid., v. 305) et « fournaise » (ibid., v. 313), tandis que la poissonnière ne se sépare pas de son baquet puant, la tripière de son pot, le rémouleur de sa meule, ni le lanternier de son marteau ; le savetier emploie « chief gros »56 (Le savetier Audin, v. 26 ; Martin de Cambrai, v. 14 ; Le savetier Calbain, v. 212), « ligneuil »57 ou « lygnon » (Trois galants et Phlipot, v. 199-200 et 230) et « alaisne » (Le savetier Calbain, v. 217), ou se plaint de sa matière première, en particulier de la mauvaise qualité du cuir et de la soie :

  • 58 Les queues troussées, v. 3-10, v. 42, v. 49-51.

He ! que vecy mauvaise soye ;
Elle vient d’ung mauvais pourceau.
Qu’esse si, bon gré sainct Marceau,
Comment se paillart s’il se lie ?
Ha ! j’entens bien ; c’est cuir de veau ;
C’est la cause qui ce amolie,
Et vecy terrible folie
Sesi ne vault pas ung denier.
Ce n’est que meschant cuir de veau.
Vecy de la soye de pourceau
Aussi molle comme ma couille.
Si le mouille.58

Le décor

  • 59 Le cousturier et Esopet, v. 15.

38Il est encore un autre élément à aborder, celui de l’environnement dans lequel les métiers évoluent, leur lieu de travail. Les informations à ce sujet sont sommaires – peut-être parce que les réalités l’étaient aussi. Nous distinguons trois types de décor selon le degré de sédentarité et le type d’activité : pour les marchands itinérants, c’est naturellement la rue (chaudronnier, savetier, ramoneur, pardonneur, triacleur, porteur d’eau, laitière, vendeur de livres, troqueur de maris, rémouleur) et la place de marché (bateleur, marchand de pommes) qui constituent les rudimentaires, mais inévitables décors. D’autres disposent d’un étal où reposent les marchandises, qu’il soit explicitement évoqué ou simplement supposé : c’est le cas du pâtissier, de certains savetiers, des poissonnières et tripières et du marchand de volaille. Enfin, d’aucuns travaillent à domicile, dans un atelier, une boutique (comme l’ouvrouer du couturier59,) ou tout au moins dans une pièce (ou partie) qu’ils destinent selon le cas à la confection de robes, souliers, chausses, lanternes ou patins. Par ailleurs, à plusieurs reprises, le savetier et le lanternier, le couturier et le chaussetier, exercent leur activité en commun, au domicile de l’un des deux. Mais est-ce là un fait réel ou une disposition scénique adoptée pour les besoins de la farce ?

39Quant à la représentation théâtrale de ces lieux, elle restait, semble-t-il, très dépouillée et se résumait sans doute à la présence d’objets clés tels qu’une table et des pichets de vin pour signaler la taverne, ou un établi, des ciseaux et des draps pour l’atelier de couture.

Cas particulier : la fileuse

40Le filage n’est pas une activité présente dans le tableau d’occurrences fourni en annexe, parce qu’on la trouve en filigrane dans les textes. En effet, nous avons observé que plusieurs pièces du corpus y font référence de manière presque anodine, mais néanmoins intéressante. Ce travail est réservé dans les farces – comme sans doute dans les faits – aux femmes, et plus particulièrement aux épouses de savetier. Le filage y apparaît comme complément de revenu ou comme activité connexe à la réparation des souliers :

  • 60 Le savetier Calbain, v. 315-319.

Vous ne pensez point d’aller vendre
Voz vieulx soulliers parmy la ville ?
Vrayement, si n’estoit que je fille
A chascune fois ung tantinet,
Vous mourriez de faim, marmouset.60

41Dans trois pièces différentes, l’artisan s’adresse à son épouse lorsque le fil vient à manquer : Les drois de la porte Bodès, v. 45, Le patinier, v. 221-222 et

  • 61 Le savetier, Marguet..., p. 3.

Le savatier
Aportes moy tost du fille
Un bon carteron et demy.
Marguet !
Marguet
Que vous plaist mon amy ?
Le savatier
Du ligneuil n’ay pas a demy.
Marguet
Atendes que i’en ais fille.61

42Mais la quenouille – comme tout accessoire farcesque – sert en outre à prodiguer quelquefois des coups aux maris difficiles, de préférence s’ils sont savetiers {Les queues troussées, v. 53-54) : « Il doit avoir de la quenoull / Deux ou trois coups sans contredire » stipule une ordonnance parodique (Les droits de la porte Bodès, v. 357-358).

  • 62 Voir les travaux de D. Cardon sur la fileuse médiévale : « Arachné ligotée : la fileuse du Moyen Âg (...)

43De plus, un vers de la farce du Chaudronnier, du savetier et du tavernier renvoie au thème iconographique de la fileuse ridicule, lorsqu’un chaudronnier compare précisément un savetier à « la tryue qui fille »62.

Les indices de la perception

44Comment les divers métiers étaient-ils perçus par la population ? Y a-t-il des stéréotypes, des idées récurrentes, fondées ou non, les concernant ? Nous avons constaté en effet que, bien que la farce ne soit pas un genre satirique, elle présente toutefois quelques indices de perception, qui paraissent ancrés dans les mentalités médiévales et se retrouvent dans d’autres littératures, plus moralistes et didactiques. Il est par exemple constructif ici d’étudier les scènes de discorde, et principalement les injures, car elles sont souvent le lieu où les vérités – ou tout au moins, les topoï – se disent !

  • 63 A. Hindley, « Une pièce inédite du xvie siècle : la farce de Ragot, Musarde et Babille », Revue d’h (...)

45La débauche : les marchands ambulants, et davantage encore les marchandes, sont particulièrement ciblés par les accusations de débauche : la laitière est assimilée à une femme de mauvaise vie (Le savetier, le sergent et la laitière, v. 145, 151, 167, 179-180). Les poissonnières (Les femmes qui font accroire...) comme les lingères (Ragot, Musarde et Babille63) avouent se déplacer chez des clients qui semblent davantage intéressés par leurs atouts que par leurs marchandises. Même entre elles, les poissonnières usent d’un vocabulaire aussi fleuri que « paillarde », « putain » (L’Antéchrist, p. 82), « Tu es plus commune / Que ne sont celles du bordeau » (ibid., p. 93) ou encore : « Les maquereaux / Tu entretiens, si les vends » (ibid., p. 93). Ce langage querelleur, peu soucieux de correction, paraît leur être en outre associé (Les femmes qui font accroire..., L’Antéchrist), ce qui outrage les honnêtes bourgeoises (L’Antéchrist, p. 85). Le blâme se fait explicite et sévère dans la farce de Ragot, Musarde et Babille :

Comme sont mercieres, lingieres,
Poissonnières et chamberieres
Lavandières et couturières,
Chicquetieres et bonnetières,
Sont putani generis. (v. 218-222)

46Et puisque ces termes sont mis dans la bouche d’un personnage nommé Ragot, n’est-ce pas à travers lui la pensée collective qui s’exprime ?

47De-ci de-là, l’un ou l’autre extrait s’essaie à une critique de métier, mais toujours timidement :

48Le couturier : un noble souhaite assister à la confection de la robe qu’il a commandé, soupçonneux par ouï-dire des pratiques de couturiers :

  • 64 Le cousturier et Esopet, v. 88-95.

Le Gentil homme
Des habitz, le drap porterons
Et devant nous tailler ferons ;
Car cousturiers et cousturieres
Ont tousjours à faire banieres,
Comme j’ay ouy autresfoys
Racompter.64

49Un autre de la profession avoue lui-même un profit en baisse en raison de la mode :

  • 65 Le cousturier et son varlet..., v. 9-22.

Et si subtilement je guigne,
A bien souvent remplir mes poincts,
Autre foys ay-je fait sans points,
Sans piece et sans cousture, habit
Qui ne me faisoit grand labis.
J’en sortissoys honnestement ;
Et si Dieu sait certainement,
Comme j’y faisoys ma banniere
Grande, planturesse et plainiere,
Selon l’habit que pouvoit estre.
Mais ce jour d’huy on y fait mettre
Si peu de drap en bonne foy,
Qu’on n’en sauroit grumer un doy,
Pour refaire un talon de chausse.65

50Le boulanger : les boulangers, qu’il est étonnant de ne pas voir en personnages de farces, recueillent eux aussi les plaintes populaires :

  • 66 Le savetier Audin, v. 19-23.

Je me plains fort des boulengiers
Qui font si petit pain.
Audette, sa femme
C’est pour croistre leur butin
Et leur estat faire braguer,
Et pour leurs filles marier.66

51Le meunier : le meunier est l’un des très rares personnages à faire véritablement l’objet d’une satire. Celle-ci prend la forme d’une confession, essentiellement axée sur le plan professionnel : sur son lit de mort, le meunier reconnaît ses fraudes sur la marchandise et la quantité (Le meunier de qui le diable emporte l’âme en enfer, Tissier IV, v. 410-426).

  • 67 Sur l’importance des anthroponymes dans les farces, voir H. Lewicka, « Le langage populaire et la n (...)

52L’approche des perceptions et du rôle tenu par les artisans dans les farces gagnerait certainement à se compléter d’une étude des noms propres et sobriquets. Ceux-ci stigmatisent en effet quelque attitude ou défaut : « Fin-Verjus » (Le savetier, le moine...) et « Grant Gosier » (Les femmes qui font accroire...) désignent des savetiers, dont l’intérêt n’est pas tant le métier que le penchant pour la boisson avec les vices de paresse et de niaiserie que cela implique ; « Babille » et « Musarde » (Ragot, Musarde et Babille) réduisent les lingères à d’amusantes bavardes ; de plus, de nombreux prénoms ont acquis des significations péjoratives, c’est le cas de « Michault / Gaultier » (savetier dans Les queues troussées et pâtissier dans Le pâté et la tarte), qui dénomment d’éternels idiots67.

Conclusion

53Les gens de métier sont bel et bien présents dans le théâtre comique de la fin du Moyen Âge, et tiennent selon les types de conflits farcesques un rôle plus ou moins marqué par leur activité. Tandis que plusieurs personnages ne possèdent de la spécialisation professionnelle que le nom et se contentent d’incarner n’importe quel homme avec ses qualités et surtout ses défauts, il en est d’autres, mieux décrits, qui prêtent à l’intrigue et au comique leurs paroles, leurs gestes, leurs instruments de travail, bref, leur environnement quotidien. Ces clichés pris sur le vif et filtrés par le genre laissent l’impression d’un peuple, que nous oserions qualifier de « menu », bruyant et grouillant, sale et odorant, que la rue ne cesse de donner en pâture aux regards et aux préjugés de leurs pairs.

54Quant aux raisons qui motivent l’insertion de tel ou tel métier dans les farces, elles sont diverses et partielles ; on admet couramment que les marchands itinérants sont prédisposés à des aventures et situations en tous genres et constituent par ce biais un matériau exploitable par les textes dramatiques. Par ailleurs, des artisans tels que chaudronnier et ramoneur contribuent au relief grivois dont se délecte tant le public des farces. D’aucuns encore, réels ou fantasmés, ont le pouvoir de transformer : le fondeur de maris et le peintre.

55À l’inverse, on peut justifier l’absence des artisans de la construction par le fait qu’ils n’interviennent pas tous les jours dans la vie sociale du peuple : leur activité reste ponctuelle. Et puis, il reste tous les autres, issus des secteurs textile et alimentaire, qui pimentent nos textes et pour lesquels les explications manquent. En particulier, le cas du savetier, si souvent montré, intrigue : il est représenté chantant et bon buveur, c’est-à-dire en joyeux zigue incontournable dans une pièce comique. Réalité ou folklore ? Notons que le savetier a connu ultérieurement un succès littéraire et musical exceptionnel – en témoignent les œuvres de La Fontaine et Offenbach. Ce qui nous amène à penser que certaines activités et caricatures d’activités renvoient à des bribes de l’imaginaire collectif médiéval, imaginaire dont nous avons perdu aujourd’hui le fil d’Ariane. Quelque chose d’intrinsèque parlait aux gens de l’époque, mais nous laisse à cette heure résolument muets.

Annexes

Annexe 1 : Fréquence des personnages de farces exerçant un métier

Annexe 2 : Lexique du savetier d’après les farces

Métier

savetier(e), savestier, savatier

Activité

savaterie

Étapes du travail

Façonner / tailler / faire

(re)coudre / reffaire / raffaicter

} soulliers / bobelin

Vendre / acheter / crier

Matériel/matériau utilisé

alaisne, barreau

cuyr/cuir (— de veaulx, de cheval) : rivet, piece, quarreau/quarelet, contrefort, semelle

soye (— de pourceau)

ligneuil, lygneul, fil(le), chief gros

poix/poys, pot au noir

patin, so(u)l(l)iers/sollés, houseau(l)x, bobelin, savates, selle

Notes

1 Ces recherches ont été menées dans le cadre du programme du Pôle d’Attraction Interuniversitaire P IV/14 « La société urbaine au bas Moyen Âge », financé par l’État belge.

2 Sur la question – épineuse et controversée – de la farce comme genre « populaire », nous renvoyons aux travaux suivants : H. Lewicka, « La farce est-elle un genre populaire ? », dans A. Gendre, Ch.-Th. Gossen et G. Straka éd., Travaux de linguistique et de littérature. Mélanges d’études romanes du Moyen Age et de la Renaissance offerts à M. Jean Rychner, 16/1 (1978), p. 335-340 ; Id., « Le langage populaire et la nature sociale de la farce », dans Réforme, Humanisme, Renaissance. La littérature populaire aux xve et xvie siècles. Actes du 2e colloque de Coutelas (21-23 septembre 1979), 11/1 (1980), p. 13-18 ; L.C. Porter, « La farce et la sottie », Zeitschrift für Romanische Philologie, 75 (1959), p. 89-123 ; K. Schoell, Das komische Theater des französischen Mittelalters. Wirklichkeit und Spiel, Munich, 1975 ; Id., « La vie quotidienne selon la farce », Cahiers de l’Association Internationale des Etudes Françaises, 37 (1985), p. 39-54 ; Id., Lafarce du quinzième, Tübingen, 1992, p. 121 et suiv. ; B.C. Bowen, Les caractéristiques essentielles de lafarce française et leur survivance dans les années 1550-1620, Urbana, University of Illinois, 1964 (Illinois Studies in Language and Literature, 53) ; J.-Cl. Aubailly, Le théâtre médiéval profane et comique, Paris, 1975 ; Id., Le monologue, le dialogue et la sottie. Essai sur quelques genres dramatiques de la fin de Moyen Âge et du début du xvie siècle, Paris, 1976 (Bibliothèque du xve siècle, XLI).

3 B. Faivre, Répertoire des farces françaises, des origines à Tabarin, Paris, 1993 (Le spectateur français). Un grand nombre de farces ont été éditées par A. Tissier, Recueil de farces (1450-1550), Genève, Droz, 13 vol. parus, t. I, 1986 (Textes littéraires français, 336) ; t. II, 1987 (TLF, 350) ; t. III, 1988 (TLF, 358), t. IV, 1989 (TLF, 367) ; t. X 1989 (TLF, 374) ; t. VI, 1990 (TLF, 391) ; t. VII, 1993 (TLF, 432) ; t. VIII, 1994 (TLF, 441) ; t. IX, 1995 (TLF, 456) ; t. X, 1996 (TLF, 471) ; t. XI, 1997 (TLF, 482) ; t. XII, 1998 (TLF, 495) ; t. XIII, 2000 (TLF, 526) [nous utiliserons dans la suite de notre article l’abréviation Tissier pour désigner ce recueil],

4 Nous avons délibérément écarté la célèbre farce de Maistre Pathelin, souvent étudiée, qui demanderait une analyse particulière, et exclu les fonctions ecclésiastiques ainsi que les activités militaires, médicales et juridico-administratives (sergent, juge, avocat), qui nuiraient à l’homogénéité du propos.

5 J. Delumeau, « Les mentalités religieuses saisies à travers les farces, les sotties et les sermons joyeux (xve-xvie s.) », dans La piété populaire au Moyen Âge. Actes du 99e Congrès national des sociétés savantes (Besançon, 1974), t. I, Paris, 1977, p. 181-195.

6 T. Van Hemelryck, « Grandeurs et misères des ancêtres de Figaro. Bénéfice d’une étude littéraire pour le bas Moyen Âge », dans Les niveaux de vie au Moyen Âge. Mesures, perceptions et représentations, Actes du Colloque international de Spa (octobre 1998), J.-P. Sosson, Cl. Thiry, S. Thonon et T. Van Hemelryck éd., Louvain-la-Neuve, 1999, p. 395-420.

7 Citons surtout C.P. Pinet, « The Cobbler in French Farce of the Renaissance », The French Review, 48/2 (1974), p. 308-320 et H. Legros, « Professions et métiers dans les farces : types, caricatures, satire », dans Jeux de carnaval et Fastnachtspiele. Actes du Colloque du Centre d’Études Médiévales de l’Université de Picardie Jules Verne (14 et 15 janvier 1994), D. Buschinger et W. Spiewok éd., Greifswald, 1994 (Wodan. Études médiévales de Greifswald, 40. Série 3 : Actes de colloques et ouvrages collectifs, 23), p. 63-75.

8 Voir le tableau fourni en fin d’article.

9 Voir notamment le meunier harcelé par ses propriétaires dans Le poulailler à six personnages (Tissier I) ; les chaudronnier, savetier et tavernier qui s’écrient tour à tour « Argent m’y fault » dans Le chaudronnier, le savetier et le tavernier (Tissier II, v. 15, 52, 128) ; le vieux ramoneur sans revenus dans Le ramoneur de cheminées (Tissier IV) ; le bateleur et son valet, qui « desjunes souvent de vent » dans Le bateleur (Tissier IV, v. 33) ; le couturier plaintif dans Le couturier et Esopet (Tissier II) et Le cousturier et son varlet, deux jeunes filles et une vieille (E. Mabille, Choix de farces, soties et moralités des xve et xvie siècles recueillies sur les manuscrits originaux, Genève, 1970).

10 Le thème de la femme insatisfaite et du savetier buveur apparaît notamment dans : Le savetier Calbain (Tissier III), Les femmes qui font accroire a leurs maris de vecies que ce sont lanternes [G. Cohen, Recueil de farces françaises inédites du xve siècle, Cambridge, Massachusetts, 1949 (The mediaeval Academy of America, 47), no 15], Le savetier qui ne respont que chansons (Cohen, no 37) et Le savetier, le moine et la femme (Tissier IX).

11 Le savetier Audin, Tissier XII, v. 161 ; Martin de Cambrai, Tissier XII, v. 230.

12 Les queues troussées, Cohen, no 6.

13 Tissier XII.

14 Cohen, no 20.

15 Tel est le sort des marchands dans : Les coquins (Cohen, no 53), La tripière (Cohen, no 52), Un aveugle, son valet et la tripière (Mabille), Le pardonneur, le triacleur et la tavernière (Tissier V), Le chaudronnier, le savetier et le tavernier (Tissier II), Le valet qui vole son maître [P. Aebischer, « Quelques textes du xvie siècle en patois fribourgeois », Archivum romanicum, 7 (1923), p. 288-336)], Le marchand de volaille et les deux voleurs (ibid), Le pâté et la tarte (Tissier III). De manière générale, nous avons observé que les rapports socio-professionnels dans les farces s’organisaient selon ce schéma : lorsque le texte met en présence un homme de métier et son valet, c’est le subalterne qui trompe invariablement son maître ; lorsque la farce oppose un marchand (au sens large du terme) et son client, ce dernier dépouille immanquablement le vendeur ; lorsque les protagonistes appartiennent à plusieurs métiers (le plus souvent 3 au maximum), le « perdant » prend les traits d’un tavernier ou d’un sergent. Par conséquent, les tréteaux ne constituent-ils pas dans une certaine mesure un moyen pour le « menu » d’obtenir une victoire momentanée sur son supérieur ?

16 Les épouses des savetiers dans Le savetier qui ne respont que chansons, Les queues troussées et Les drois de la porte Bodès le prouvent. La dernière s’estime d’ailleurs « femme notable / Pour tenir varlet et servante » (v. 57-58).

17 Les exemples et extraits de textes cités dans la présente analyse ne constituent évidemment pas un répertoire exhaustif des ressources farcesques. Ils ont été choisis de sorte à illustrer de manière parlante et diversifiée notre propos. Les recherches doctorales que nous menons actuellement à l’Université catholique de Louvain (sous la co-direction des Professeurs Cl. Thiry et J.-P. Sosson) sur les métiers et les activités urbaines dans la littérature française des xive et xve siècles (étude thématique et lexicologique) fourniront l’ensemble des données récoltées.

18 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier.

19 Les langues esmoulues, Le Roux de Lincy et F. Michel, Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, Paris, 1837, 4 vol., t. IV, no 64.

20 Le marchant de pomme et d’œufs, Le Roux De Llncy IV, no 70.

21 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier ; Le savetier, le sergent et la laitière ; le patinier (Cohen, no 35).

22 Le chaudronnier, le savetier et le tavernier.

23 La farce connaît deux versions : Trois commères et un vendeur de livres et Un vendeur de livres et deux femmes, Mabille II, p. 191-205 et 209-223.

24 Le trocheur de maris, Le Roux de Lincy III, no 59.

25 Voir A. Tissier, « Le rôle du costume dans les farces médiévales », Fifteenth-Century Studies. Le théâtre et la cité dans l’Europe médiévale, J.-Cl. Aubailly et E.E. Dubruck éd., 13 (1988), p. 371-386.

26 Voir à ce sujet : V Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècles), Paris, 1995 (Histoire moderne, 30).

27 Viollet Le Duc, Ancien théâtre-françois, t. II, Paris, 1854, p. 303-325.

28 Nous livrons à titre d’exemple en fin d’article les termes spécifiques liés à l’activité du savetier tels qu’ils jalonnent les pièces.

29 Citons ainsi quelques vocables équivoques : housser cheminées, housseurs, boys du ramon, gaule, broche, etc.

30 Pièce de cuir qui servait à raccommoder les souliers : Tissier XII p. 159, n. v. 1.

31 Le couturier et Esopet, v. 1-6 et 26-31.

32 Le savetier qui ne respont que chansons, v. 45-48.

33 Le cousturier et Esopet, v. 24-25.

34 Le ramoneur de cheminées, v. 273-274.

35 Le cousturier et Esopet, v. 46.

36 Le couturier et Esopet, v. 52-53.

37 Le bateleur, v. 33-34.

38 « Quans escus voulez-vous gaigner ? / Le Badin / Hé ! vous me verrez besongner, / Puis après nous ferons du prix » (Le cousturier et son varlet..., v. 81-83).

39 Par exemple dans Le cousturier et Esopet (v. 36-37), Le cousturier et son varlet... (v. 109 et 114-115) – ou encore Le fripier et la fripière [P. Lacroix, Bulletin des Arts, VI (1847-1848), p. 380-387],

40 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 44-47.

41 Les femmes qui font refondre leurs maris, Tissier VI, v. 388-390, 405-406.

42 Le cousturier et Esopet, v. 26-29 ; Mimin le Goutteux et les deux sourds, Tissier V, v. 201, 224-225.

43 Le savetier qui ne respont que chansons, v. 133-134 ; L’Antéchrist et les trois femmes, p. 77.

44 Le ramoneur de cheminées, v. 262-270.

45 Le pardonneur, le triacleur et la tavernière, v. 92-93.

46 L’Antéchrist et les trois femmes, p. 79-80. Cf. C. Brunet, Recueil de pièces rares et facétieuses anciennes et modernes, t. I, Paris, 1872, p. 77-95.

47 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 52 et 115.

48 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 218-223.

49 Le cousturier et Esopet.

50 Tissier II.

51 Le savetier, le sergent et la laitière, v. 138-140.

52 Voir Tissier V, n. v. 164.

53 Le cas n’est pas propre aux gens de métier : voir M. Rousse, « Les objets facétieux dans les farces françaises des xve et xvie siècles », Réforme, Humanisme, Renaissance. Facétie et littérature-facétieuse à l’époque de la Renaissance. Actes du colloque de Coutelas (29 sept.-1er oct. 1977), 7 (1978), p. 25-30.

54 Ceci concerne essentiellement les instruments des chaudronniers et ramoneurs, cf. supra vocabulaire.

55 Tissier III.

56 Fil enduit de poix utilisé pour coudre le cuir.

57 Le savetier, Marguet, Jaquet, Proserpine, Le Roux De Lincy IV, no 73, p. 3.

58 Les queues troussées, v. 3-10, v. 42, v. 49-51.

59 Le cousturier et Esopet, v. 15.

60 Le savetier Calbain, v. 315-319.

61 Le savetier, Marguet..., p. 3.

62 Voir les travaux de D. Cardon sur la fileuse médiévale : « Arachné ligotée : la fileuse du Moyen Âge face au drapier », Médiévales, Les dépendances au travail, 30 (1996), p. 13-22 et surtout La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, 1999.

63 A. Hindley, « Une pièce inédite du xvie siècle : la farce de Ragot, Musarde et Babille », Revue d’histoire du théâtre, 19 (1967), p. 7-23.

64 Le cousturier et Esopet, v. 88-95.

65 Le cousturier et son varlet..., v. 9-22.

66 Le savetier Audin, v. 19-23.

67 Sur l’importance des anthroponymes dans les farces, voir H. Lewicka, « Le langage populaire et la nature sociale de la farce », Réforme, Humanisme, Renaissance, La littérature populaire aux xve et xvie siècles. Actes de 2e colloque de Coutelas (21-23 sept. 1979), 11/1 (1980), p. 16 ; Id., « Un prénom spécialisé de l’ancienne farce : Jean et consorts », Marche romane, 19/1 (1969), p. 63-69. Cf. aussi plus largement : G. Doutrepont, Les prénoms français à sens péjoratif, Bruxelles, 1929 (Académie royale de Belgique. Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. Mémoire, 2e série, t. 27).

Auteur

Université catholique de Louvain

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search