Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Le « petit peuple » des villes : indispensables mesures et mesures impossibles ?

Quelques réflexions à propos des anciens Pays-Bas méridionaux (xiiie-xve siècles)

Jean-Pierre Sosson

Texte intégral

  • 1 Les recherches menées par E. Maschke, « Die Unterschichten der mittelalterlichen Städte Deutschland (...)
  • 2 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 83 (Collection hi (...)
  • 3 On sera aussi attentif au poids des courants historiographiques. A. Stella, La révolte des Ciompi. (...)
  • 4 À cet égard, trois colloques confrontant sources administratives et littéraires, colloques organisé (...)
  • 5 Ce qui est très loin d’être le cas. Outre, ici même, les contributions de Sandrine Thonon et Tania (...)

1Le « petit peuple » au Moyen Âge1 : « celui qui n’a ni qualité ni épithète »2, « gens sans état » ou « de petite étoffe », illi de communitate par opposition aux majores, popolo minuto... Même à propos des sociétés contemporaines, qui ne saisit combien l’appellation est floue, biaisée par les topoi ; susceptible en tout cas d’innombrables définitions prenant appui sur autant de mentalités3, de « vécus » concrets4, voire de fantasmes. L’apport de la lexicographie devrait être ici premier5.

  • 6 Voir ici-même les réflexions très éclairantes de Robert Fossier, en guise d’introduction générale a (...)
  • 7 Encore que les sources, parfois exceptionnellement riches, permettent à l’occasion des approches pa (...)
  • 8 Touchant les réalités industrielles qui, en l’occurrence, compliquent encore un peu plus le concept (...)
  • 9 Ceux-ci ont été au centre de deux colloques organisés à Louvain-la-Neuve et d’un colloque organisé (...)

2La difficulté est en tout cas grande de sélectionner des « indicateurs » pertinents, de les quantifier et de les organiser dans la durée6. Et cela quel que soit le cadre géographique retenu7 : ici quelques villes des anciens Pays-Bas méridionaux aux xive et xve siècles. D’autant que les recherches, en leur état actuel, montrent un extraordinaire foisonnement des « quotidiennetés » qu’accentue l’infinie variété des cadres urbains, artisanaux et industriels8, sans parler du déroulement des « vécus »9.

  • 10 Les secteurs du bâtiment et des artisanats d’art, pour ne citer que ceux-là, en témoignent (voir, p (...)
  • 11 On serait tenté de dire même surtout ! Voir les travaux cités dans la note 6. Pour les anciens Pays (...)
  • 12 Pour Mons, par exemple, on citera l’excellente analyse de W. De Keyzer, « L’évolution de la ville, (...)
  • 13 L’exemple de Florence est de ce point de vue très parlant : A. Stella, La révolte des Ciompi..p. 12 (...)
  • 14 Très utiles réflexions dans Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien : apports et limites des sou (...)

3L’absence de critères sûrs saute également aux yeux. Guère de critères « professionnels » vraiment pertinents : les jeux du capital autant que les réseaux de relations peuvent ici surprendre10. Guère de critères juridiques pour définir ce qui est à l’évidence un ensemble socio-économique à géométrie variable, sinon peut-être et assez paradoxalement leur absence et sans doute un impossible ( ?) accès au pouvoir. De ce point de vue, on sait que le cadre corporatif ne favorise qu’une minorité d’« apparatchiks »11 Guère de critères socio-topographiques vraiment indiscutables. Même si, comme le suggèrent, sans surprise et parmi d’autres, les exemples montois et yprois12, les « grosses » fortunes sont concentrées davantage dans certains quartiers plutôt que dans d’autres13. Guère de seuils de taxations vraiment convaincants14, à moins d’y inclure les nichil habentes des rôles fiscaux.

4Au reste, chacun sera conscient des anachronismes que risquent d’introduire dans le débat, face à l’extraordinaire diversité des lieux et des temps sociaux, sans parler des aléas conjoncturels, le nécessaire recours à des concepts élaborés par les sciences économiques et sociales contemporaines.

  • 15 Un livre récent, faisant, il est vrai, l’économie de toute approche chiffrée, se garde bien de les (...)
  • 16 Certains rôles les distinguent. C’est le cas, par exemple, à Paris : J. Guerout, « Fiscalité, topog (...)
  • 17 Notamment U. Dirlmeier, Untersuchungen zu Einkommensverhältnissen und Lebenshaltungskosten in oberd (...)
  • 18 J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie au bas Moyen Âge : en guise d’introduction », dans Les niveaux d (...)

5Quant à l’éternel problème des « seuils », quantitatifs et qualitatifs, susceptibles de cerner, à défaut de déterminer, l’appartenance ou non à cette « catégorie » de population15, les « menus »16, le résoudre s’apparente aux travaux d’Hercule17. On s’en est expliqué récemment18.

  • 19 Sauf tous ceux qu’éclairent, par exemple, les ricordanze. Encore que Chr. Klapischzuber, La maison (...)

6Mais il y a plus. Faute d’avoir voix au chapitre, les « petites gens » ne peuvent être qu’exceptionnellement rencontrés par des approches prosopographiques approfondies19. Or celles-ci permettraient sans doute par une sorte d’analyse factorielle de combiner les concepts d’« aisance », de « précarité », voire de « pauvreté », de tenir compte de variables aussi diverses que les « salaires réels », le « taux de l’emploi », la « possession de biens meubles et/ou immeubles », les « fonctions et emplois exercés », etc.

  • 20 L’expression est de H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 62. À cet égard, les trois colloques or (...)

7Même si d’autres sources, littéraires notamment, « laissent filtrer le bruissement de la vie quotidienne »20 – mais quelle est la nature du filtre et de quelle vie quotidienne s’agit-il ? –, faut-il pour autant renoncer à dénombrer, mesurer, peser ? De tenter d’indispensables mesures avec des chiffres « impossibles » ? Bref et en l’occurrence, à tirer parti des documents fiscaux et des salaires.

  • 21 On attend avec impatience la parution annoncée prochaine du volume consacré aux archives des villes (...)
  • 22 Il faut citer ici M. Mollat dir., Études sur l’histoire de la pauvreté, Moyen Âge xvie siècle, Pari (...)
  • 23 E. Maschke, « Die Unterschichten... », p. 345-454.
  • 24 Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien... », p. 93.
  • 25 Ibid., p. 95.
  • 26 Ibid.
  • 27 A contrario, et en prenant appui sur les inventaires après décès, des recherches menées dans le cad (...)
  • 28 W. Prevenier, Le prince et le peuple..., p. 75.
  • 29 Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien... », passim.

8Si la réponse va de soi, les résultats n’en sont pas pour autant assurés. Notamment dans les anciens Pays-Bas méridionaux21. Certes les rôles d’impôt permettent d’établir vaille que vaille des « échelles » de contribuables et touchent tout ou partie de la population « fiscalisable » et seulement « fiscalisable » d’une ville. Mais à quelle fortune mobilière et immobilière correspondent-elles ? Où situer la barre ? Et en vertu de quels critères ? En-dessous de la moyenne, de la médiane, du mode ? Ou autour de ceux-ci ? Juste au-dessus du seuil de pauvreté, mais quel est-il22 ? On connaît, par exemple, le parti adopté par nombre d’historiens des villes de l’« espace allemand » : en-dessous d’une « fortune » de 100 florins, les Unterschichten23. Est-ce tenable ? On en peut douter si l’on sait Philippe Braunstein l’a souligné récemment24 qu’à Bâle, « 51 % des contribuables sont dans la catégorie la plus basse de la population enregistrée, celle dont les biens sont estimés à moins de 30 florins ». L’on pourrait aussi s’inspirer, mais a contrario, de la loi fiscale de Florence en 1342 définissant les démunis, non les « menus », par deux notions : l’absence d’un bien propre sur lequel asseoir une capacité contributive25 (à Strasbourg en 1429, ceux-là ne sont même pas pris en compte car wan sy niergent zuo nütze sint26), et celle d’un travail régulier qui fait vivre27. Dans cette optique, le fait, par exemple, d’être ou non propriétaire de sa propre maison pourrait peut-être constituer un critère intéressant dès lors qu’on veut apprécier l’importance numérique du « petit peuple » : à Bruges, en 1382, 31 % des habitants ne sont que locataires, 61 % à Gand en 1492, 48,5 % à Furnes en 146928. Chiffres intéressants. Mais en l’occurrence qu’en faire ? Si le témoignage des seuls chiffres s’avère, à l’évidence, déjà peu convaincant en ce qui concerne les « pauvres » – Philippe Braunstein l’a opportunément souligné il y a peu à propos de l’« espace allemand »29 – que devra-t-on dire à propos du « petit peuple » ?

  • 30 Le phénomène apparaît clairement lorsqu’on compare la tension fiscale des courtiers, des changeurs (...)

9De surcroît, en fonction du rang démographique des villes qu’ils touchent, de l’assiette fiscale retenue (biens meubles ou immeubles), des conjonctures et des topographies locales, les images que livrent ces documents risquent d’être changeantes. Très contrastées aussi : de l’aurea mediocritas d’une « villette » de quelques centaines d’habitants à la société « duale » d’une métropole, qui en compte plusieurs dizaines de milliers. Et cela ne serait-ce qu’en raison de l’étendue, au sens statistique du terme, des séries qu’ils permettent de constituer. Dans des villes à « monoculture industrielle » ou de très petites villes, celle-ci risque en effet d’être moindre que dans des cités très peuplées et à « polyculture industrielle et commerciale »30. Au reste comment apprécier les biais qu’introduit la fraude, sport pratiqué de tout temps ?

  • 31 P. Vilar, « Remarques sur l’histoire des prix », dans Id., Une histoire en construction. Approche m (...)
  • 32 J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie... », p. 23.
  • 33 Il est des exceptions notables : Ch.-M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au xive siècle, (...)

10Quant à utiliser les salaires, notamment les salaires réels, voie d’accès privilégiée aux niveaux de vie, pierre de touche de leur fébrilité à court terme, pour parlant qu’il puisse être, le parti n’est pas non plus sans poser des problèmes. Le moindre n’est pas – Pierre Vilar le soulignait naguère – que le salaire « n’est une donnée économiquement et socialement fondamentale que dans les sociétés où domine le salariat »31. Au reste, sa prise en compte et les calculs qui le définissent supposent implicitement le plein emploi, ce qui est totalement utopique pour le plus grand nombre et en toute hypothèse difficile à établir. C’est aussi privilégier en matière de consommation, indûment sans doute, le marché : que sait-on, par exemple, de l’autoconsommation chez tous ceux qui n’y ont pas accès ou qui peuvent s’en passer32 ? De plus, faiblesse statistique majeure et biais de taille, les séries constituées n’intéressent le plus souvent33 et par la force des choses que le secteur du bâtiment – comptabilités publiques obligent – sans que l’on s’interroge trop sur sa représentativité et ses spécificités. Le risque d’une synecdoque socio-économique est ici bien réel.

  • 34 Parmi les nombreux travaux touchant plus ou moins directement les impôts directs, base de toute rec (...)

11En prenant appui sur quelques rôles de taille, d’emprunt forcé, sur des séries de salaires aussi, on tentera cependant d’engranger quelques constats – ils ne diffèrent guère de ce qui peut être observé ailleurs et parfois beaucoup mieux – touchant l’une ou l’autre ville – métropoles, villes moyennes, petites villes – des anciens Pays-Bas méridionaux au bas Moyen Âge34.

  • 35 On en saura plus lors de la parution de l’inventaire dû à R.-H. Bautier, J. Sornay et Fr. Muret (cf (...)

12On voudra donc bien ne voir dans ces quelques pages que l’aveu d’une profonde perplexité et quelques « coups de projecteur » sur un problème qui se laisse difficilement saisir, faute d’une définition ou de définitions vraiment convaincantes – répétons-le, des approches lexicographiques systématiques seraient ici nécessaires (comment nommait-on le « petit peuple » et surtout ressentait-on le besoin de le nommer ?) – du fait aussi de sources sérielles relativement rares35 et posant sans doute plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

Quelques constats

  • 36 Soit Damme, Hoeke et Monnikerede. La population de Damme s’élève à ca 1 930 habitants en 1469 (W. P (...)
  • 37 Soit Mons et Calais. Pour Calais, une population de 5 000 à 7 000 habitants au minimum à la fin du (...)
  • 38 Soit Bruges, Gand et Ypres. La population de Bruges peut être estimée, en 1338-1340, entre 36 738 e (...)

13À partir de rôles de taille, de pointinghen, souvent partiels d’ailleurs, quelques constats, à défaut d’être neufs, sont possibles sinon éclairants. Qu’il s’agisse de petites36, moyennes37 ou grandes villes38, la « tension fiscale » est toujours considérable, ce que confirment, lorsqu’on les possède, les évaluations de biens meubles et immeubles des contribuables. Elle l’est bien davantage dans les grandes que dans les petites villes :

Tableau I. Tensions fiscales

Tableau I. Tensions fiscales

Sources : Bruxelles, Archives générales du Royaume, Chambre des Comptes, no 33545-33547 (Damme) ; 36400, 36402, 36404, 36408 (Monnikerede) ; P. Bougard et C. Wyffels, Les finances de Calais au xiiie siècle. Textes de 1255 à 1302, Bruxelles, 1966 (Pro Civitate. Coll. Histoire, sér. in-8°, 8) ; Studien betreffende de sociale strukturen te Brugge, Kortrijk en Gent in de 14e en 15e eeuw, par W. Blockmans, I. De Meyer, J. Mertens, C. Pauwelyn en W. Vanderpijpen, Heule, 1971 (Standen en Landen, LIV) ; Chr. Piérard, Les plus anciens comptes de la ville de Mons (1279-1356), Bruxelles, 1971 (Commission royale d’histoire).

14De surcroît, bien qu’avec des intensités variables, elle est sans doute toujours forte de rue à rue, de quartier à quartier. L’exemple yprois en 1325-1326 est à cet égard très parlant :

Tableau II. Ypres, 1325-1326. Taille par rue et/ou quartier. Tension fiscale. BANLIEUE (25 rues/quartiers)

Tableau II. Ypres, 1325-1326. Taille par rue et/ou quartier. Tension fiscale. BANLIEUE (25 rues/quartiers)

Ξ = 22,4 ; médiane : 19,5
<Ξ = 72 % ; <médiane = 56 %

INTRA MUROS (31 rues/quartiers)

INTRA MUROS (31 rues/quartiers)

Ξ = 19,7 ; médiane : 30
<Ξ = 70,9 % ; <médiane = 74,19 %
Sources : G. Des Marez et E. De Sagher, Comptes de la ville d’Ypres de 1267 à 1322, II, Bruxelles, 1913.

15Celui de Mons, à la fin du xiiie siècle, l’est bien davantage.

Tableau III. Mons (av. 1279-1281). Évaluations immobilières et mobilières, rôles de taille par quartier : tensions fiscales

Date et quartiers

Tension fiscale

Avant octobre 1279. Quartier du Pont de la Trouille.
Évaluation des biens meubles

835

1279. Quartier du Pont de la Trouille.
Évaluation des biens immeubles

870

Avant 1285. Quartier de la rue de Nimy.
Évaluation des biens

2 770

1279-1281. Quartier de la rue de Nimy. Rôle de taille

640

1279-1281. Quartier de la rue d’Havré. Rôle de taille

580

1279-1281. Quartier de Bertaimont. Rôle de taille

225

Sources : Chr. Piérard, Les plus anciens comptes de la ville de Mons (1279-1356), Bruxelles, 1971 (Commission royale d’Histoire).

16À ces égards donc, les chiffres parlent clair et portent témoignage, sans pouvoir à ce stade en apprécier le poids, de l’existence de couches de population fiscalement nettement plus faibles que d’autres. Ce qui est une évidence, voire une lapalissade... Appartiennent-elles pour autant au « petit peuple » ?

  • 39 Les graphiques sont reproduits en fin d’article.

17Par rapport à l’ensemble d’une population, ou plus exactement d’une population « fiscalisable », que représentent-elles ? À cet égard, les très classiques courbes de Lorenz qu’il est possible de dresser à partir des séries existantes, affinent l’image en révélant un phénomène d’observation il est vrai constante (cf. graphiques I-XVI)39. Lourd de conséquences en tout cas : généralement 50 % des imposés ne représentent que 20 % ou moins du total de l’impôt perçu ou supposé tel. L’inégalité est profonde. À nouveau, le phénomène est plus accusé dans les grandes que dans les petites villes, intra muros qu’extra muros. L’exemple yprois est à cet égard parlant (cf. graphiques XV et XVI). Une petite minorité fournit l’essentiel de l’impôt. Quelques courbes et chiffres parmi beaucoup d’autres en témoignent (cf. graphiques I-XVI).

  • 40 Pour les anciens Pays-Bas et dans le contexte de ce colloque, voir M. Boone, « Sources juridiques, (...)

18Dans ces occurrences, où situer le ci-devant « menu peuple » et comment en mesurer l’importance au sein d’une population donnée ? Sans doute au bas de l’échelle... Même pour Monsieur de La Palisse, ce constat, « statistique » ou pas, est un peu court. En l’état actuel des recherches et sauf les sources judiciaires – je songe aux lettres de rémission40 –, les textes de nature administrative permettent-ils d’en dire davantage ? À l’exception des ordonnances somptuaires, on en peut douter. De surcroît, les sources littéraires, au moins dans le cadre géographique dont il est question et en l’état actuel des recherches, ne permettent guère ou très difficilement de révéler en pleine lumière le « petit peuple ». Ou, à tout le moins, suggèrent-ils l’extraordinaire volatilité du concept.

19Force est donc de tenter d’affiner les chiffres. À moins d’admettre qu’en-dessous de rien, il y a moins que rien, on ne tiendra pas compte des nichil habentes, sauf comme limite aval. Cela posé, il n’est peut-être pas totalement dénué d’intérêt de noter le pourcentage d’imposés sis en-dessous de la moyenne et de la médiane. Commençons d’abord par quelques petites villes de l’estuaire du Zwin : Damme, Hoeke, Monnikerede :

Tableau IV Damme, Monnikerede, Hoeke. Tailles. % du total des contribuables en dessous de la moyenne et de la médiane

Tableau IV Damme, Monnikerede, Hoeke. Tailles. % du total des contribuables en dessous de la moyenne et de la médiane

Sources : Bruxelles, Archives Générales du Royaume, Chambre des Comptes, no 33545-33 547 (Damme) ; 35 679, 35 686, 35 687 (Hoeke) ; 36 400, 36 402, 36 404, 36 408 (Monnikerede).

20C’est tout sauf anodin... Ce l’est moins encore dans de grandes ou moyennes villes : Ypres, Gand, Bruges, Mons, Calais.

Tableau V. Tailles. % du total des contribuables en-dessous de la moyenne et de la médiane

Ville

Dates

 % du total en-dessous de la moyenne

 % du total en-dessous de la médiane

Calais

1299

71,13

88,61

Bruges

1490

65,95

71,38

Gand

1492-93

75,89

86,71

Mons (foncier) Pont de la Trouille

1279

73,04

14,16

Mons (meuble) Pont de la Trouille

1279

70

48,32

Mons (Bertaimont)

1279-1281

80,28

67,30

Mons (Nimy) Evaluation des biens

avant 1283

84,18

67,50

Mons (Nimy). Taille

1279-1281

83,88

85,53

Mons (Havré)

1279-1281

81,87

76,12

Ypres (banlieue)

1325-1326

88,26

95,27

Sources : cf. les tableaux supra.

21Le phénomène ne paraît pas s’estomper lorsque l’analyse se fait par rue ou par quartier... Certes, ces pourcentages recouvrent des niveaux de vie différents, ne serait-ce qu’en raison d’effectifs par rue ou par quartier très variables. Ne serait-ce aussi qu’en fonction du métier exercé. Un cas concret : par exemple Damme en 1394-1395.

Tableau VI. Damme, 1394-1395. Taille. Moyenne générale : 958 d.

Profession

Tension fiscale

Moyenne de la profession

 % des contribuables en-dessous de la moyenne générale

 % des contribuables en-dessous de la moyenne de la profession

Lombards

3

3 915

0

71,42

Bourgeois

24

582

87,50

58,75

Forains

15

805

70,37

48,14

Courtiers

9

1 747

20

50

Scroders

4

1 141

42,10

42,10

Poissonniers

3

707

100

60

Tonneliers

3

1 170

37,5

37,5

Boulangers

3

1 092

75

75

Forgerons

9,75

1 097

42,85

42,85

Tailleurs

12,01

639

71,42

71,42

Ciergiers

4

520

100

33,33

Bateliers

4,5

554

100

33,33

Cordonniers

1,66

1 248

25

25

Grue

1,6

650

100

25

Mesureurs

2,66

826

60

50

Charpentiers

6

802

85,71

64,28

Maçons

6

884

73,33

26,66

Sciplieden

9

531

100

50

En italiques : en-dessous de la moyenne générale.
Sources : Bruxelles, Archives Générales du Royaume, Chambre des Comptes, no 33 545.

22Il n’empêche. Près des trois quarts d’une population urbaine donnée pourraient relever du ci-devant « petit peuple ».

  • 41 Pour Florence, l’étude de Ch. De La Roncière, « La condition des salariés à Florence au xive siècle (...)
  • 42 J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 230-231 ; ID., « Les xive et xve siècles : un ‘âge d’or de (...)

23Les salaires, notamment les salaires réels, sont-ils plus éclairants ? Dans l’absolu sans doute41. À Bruges et dans le secteur du bâtiment, par exemple, on connaît le fossé séparant le maître du compagnon42. Même en supposant le plein emploi – ce qui est parfaitement utopique – on sait que le niveau atteint par le salaire réel des compagnons (le critère ici employé est le quintal de froment exprimé en salaires horaires, le seuil critique étant de cent salaires horaires pour un quintal) non seulement ne leur évite pas une soixantaine d’années difficiles sur un siècle et demi (cf. graphique XVII) mais ne leur permet pas non plus d’économiser, par exemple en 1479, les 180 à 244 journées de salaires nécessaires à l’acquisition de la maîtrise (tableau VII), celle-ci étant le seul moyen d’améliorer substantiellement le niveau de leurs rémunérations, partant la possibilité de se constituer quelque patrimoine. Les chiffres brugeois – chiffres moyens soulignons-le – sont à cet égard parlants.

Tableau VII. Compagnon brugeois du bâtiment. Prix moyen du quintal de froment exprimé en salaires horaires

Dates

Prix moyen

Tendance de la période

1400-1439

100,18

Hausse (PA<)

1439-1449

95,24

Baisse (PA>)

1476-1486

143,62

Hausse (PA<)

En italiques : en-dessous de la ligne critique des 100 heures.
PA = pouvoir d’achat.
Sources : J.-P. Sosson, « Corporation et paupérisme aux xive et xve siècles. Le salariat du bâtiment en Flandre et en Brabant, et notamment à Bruges », Tijdschrift voor Geschiedenis, 92 (1979), p. 566.

  • 43 L’exemple classique : le secteur du bâtiment (cf. J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 172-175) (...)

24Mais ils ne peuvent faire oublier que certains artisans ont bel et bien réussi à se transformer en « gros entrepreneurs »43. Et surtout que la plupart du temps, on ignore le pourcentage que les compagnons représentent dans une population urbaine donnée.

25Que conclure au terme de ces quelques réflexions ? Qu’en l’occurrence les chiffres ne sont guère révélateurs ? Sans doute. La rareté et l’insuffisance des documents de nature statistique sont ici en cause. Partiellement en cause. Car faute d’une définition ou de critères opérationnels – le renfort de la lexicographie serait ici le très bienvenu, répétons-le à nouveau – comment quantifier l’indéfini, voire l’indéfinissable ?

Graphique I. Bruges, 1490. Impôt sur la bourgeoisie. Montant : 2 029 300 gr. Nombre d’individus : 955

Graphique I. Bruges, 1490. Impôt sur la bourgeoisie. Montant : 2 029 300 gr. Nombre d’individus : 955

Graphique II. Calais, mai 1299. Emprunt forcé pour le paiement de 10 000 Ib. p. Montant de la taxe : 280 320 d.p. Nombre d’individus : 246

Graphique II. Calais, mai 1299. Emprunt forcé pour le paiement de 10 000 Ib. p. Montant de la taxe : 280 320 d.p. Nombre d’individus : 246

Graphique III. Damme, 1394-95. Taille. 270 individus. Montant de la taxe : 245 603 d.p.

Graphique III. Damme, 1394-95. Taille. 270 individus. Montant de la taxe : 245 603 d.p.

Graphique IV. Damme. 1395-96. Taille. Contribuables : 243. Total de l’impositon : 219 384 d.p.

Graphique IV. Damme. 1395-96. Taille. Contribuables : 243. Total de l’impositon : 219 384 d.p.

Graphique V. Damme, 1397-98. Taille. Nombre de contribuables : 200. Montant de la taxe : 172 264 d.p.

Graphique V. Damme, 1397-98. Taille. Nombre de contribuables : 200. Montant de la taxe : 172 264 d.p.

Graphique VI. Gand, 1492. Paroisse Saint-Jacques. Contribuables : 512 personnes. Montant de la taxe : 117 053 gr. FI.

Graphique VI. Gand, 1492. Paroisse Saint-Jacques. Contribuables : 512 personnes. Montant de la taxe : 117 053 gr. FI.

Graphique VII. Gand, 1492-93. Taille. 1 979 contribuables. Produit de l’impôt : 346 480,75 d.p.

Graphique VII. Gand, 1492-93. Taille. 1 979 contribuables. Produit de l’impôt : 346 480,75 d.p.

Graphique VIII. Hoeke (1410-1411). « Pointinghe » (129 contribuables)

Graphique VIII. Hoeke (1410-1411). « Pointinghe » (129 contribuables)

Graphique IX. Hoeke (1427-1428). « Pointinghe » (127 contribuables)

Graphique IX. Hoeke (1427-1428). « Pointinghe » (127 contribuables)

Graphique X. Monnikerede (1407-1408). « Pointinghe » (84 contribuables)

Graphique X. Monnikerede (1407-1408). « Pointinghe » (84 contribuables)

Graphique XI. Monnikerede (1410-1411). « Pointinghe » (112 contribuables)

Graphique XI. Monnikerede (1410-1411). « Pointinghe » (112 contribuables)

Graphique XII. Monnikerede (1418-1419). « Pointinghe » (115 contribuables)

Graphique XII. Monnikerede (1418-1419). « Pointinghe » (115 contribuables)

Graphque XIII. Monnikerede (1422-1423). « Pointinghe » (134 contribuables)

Graphque XIII. Monnikerede (1422-1423). « Pointinghe » (134 contribuables)

Graphique XIV. Ypres, 1325-26. Assises extra muros. Nombre d’imposés : 1 071. Total de l’assise : 47 832 d.gr.

Graphique XIV. Ypres, 1325-26. Assises extra muros. Nombre d’imposés : 1 071. Total de l’assise : 47 832 d.gr.

Graphique XV. Ypres, 1325-26. Assises intra muras. Nombre d’imposés : 699. Total de l’assise : 55 104 d.gr.

Graphique XV. Ypres, 1325-26. Assises intra muras. Nombre d’imposés : 699. Total de l’assise : 55 104 d.gr.

Graphique XVI. Bruges (1362-1486). Maître et compagnon charpentier. Le quintal de froment exprimé en heures de travail.

Graphique XVI. Bruges (1362-1486). Maître et compagnon charpentier. Le quintal de froment exprimé en heures de travail.

Notes

1 Les recherches menées par E. Maschke, « Die Unterschichten der mittelalterlichen Städte Deutschlands », dans Gesellschaftliche Unterschichten in den südwestdeutschen Städten, E. Maschke et J. Sydow éd., Stuttgart, 1967 (Verôffentlichungen d. Kommission f. geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, Reihe B, 41), p. 1-74 (rééd. dans Die Stadt des Mittelalters, C. Haase éd., III : Wirtschaft und Gesellschaft, Darmstadt, 1976, p. 345-454 [Wege der Forschung, 245]), demeurent tout à fait fondamentales en ce domaine.

2 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982, p. 83 (Collection historique).

3 On sera aussi attentif au poids des courants historiographiques. A. Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes. Les lieux. Le travail, Paris, 1993 (Recherches d’histoire et de sciences sociales, 57), l’a très opportunément montré à propos des Ciompi.

4 À cet égard, trois colloques confrontant sources administratives et littéraires, colloques organisés par le Laboratoire UCL du Pôle d’Attraction interuniversitaire « La société urbaine au bas Moyen Âge » : Les métiers au Moyen Age. Aspects économiques et sociaux, Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 7-9 octobre 1993, éd. P. Lambrechts et J.-P. Sosson, Louvain-la-Neuve, 1994 (Université catholique de Louvain. Publications de l’Institut d’études médiévales. Textes, études, congrès, 15) ; La vie matérielle au Moyen Age. L’apport des sources littéraires, normatives et de la pratique. Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve, 3-5 octobre 1996, E. Rassart-Eeckhout, J.-P. Sosson, C. Thiry et T. Van Hemelryck éd., Louvain-la-Neuve, 1997 (ibid., 18) ; Les niveaux de vie au Moyen Age. Mesures, perceptions et représentations, Actes du Colloque international de Spa, 21-25 octobre 1998, J.-P. Sosson, C. Thiry, S. Thonon et T. Van Hemelryck éd., Louvain-la-Neuve, 1999.

5 Ce qui est très loin d’être le cas. Outre, ici même, les contributions de Sandrine Thonon et Tania Van Hemelryck, on prendra connaissance de l’excellente mise au point de H. Martin, Mentalités médiévales, xie-xve siècle, Paris, 1996, p. 54-62 (Nouvelle Clio). Et des possibilités qu’offre cette approche : en témoigne pour les marginaux de tout poil l’étude de B. Geremek, Les fils de Caïn. Pauvres et vagabonds dans la littérature européenne (xve-xviie siècle), Paris, 1991 (Champs).

6 Voir ici-même les réflexions très éclairantes de Robert Fossier, en guise d’introduction générale au Colloque.

7 Encore que les sources, parfois exceptionnellement riches, permettent à l’occasion des approches particulièrement fines. Il suffit, pour s’en convaincre, de citer trois exemples, toscans il est vrai : D. Herlihy et Chr. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles : une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978 (Ecole pratique des Hautes Études en Sciences sociales) ; A. Stella, La révolte des Ciompi... ; Fr. Franceschi, Oltre il ‘Tumulto’. I lavoratori fiorentini dell’Arte della Lana fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993 (Biblioteca di storia toscana moderna e contemporanea. Studi e documenti, 38). On y ajoutera le passionnant recueil d’articles de Chr. Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, 1990 (École des Hautes Études en Sciences sociales. Civilisations et sociétés, 81).

8 Touchant les réalités industrielles qui, en l’occurrence, compliquent encore un peu plus le concept « petit peuple », les propos très bienvenus de Ph. Braunstein, « L’industrie à la fin du Moyen Âge : un objet historique nouveau ? », dans L. Bergeron et P. Bourdelais dir., La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, 1998, p. 25-40.

9 Ceux-ci ont été au centre de deux colloques organisés à Louvain-la-Neuve et d’un colloque organisé à Spa : voir note 4.

10 Les secteurs du bâtiment et des artisanats d’art, pour ne citer que ceux-là, en témoignent (voir, par exemple, J.-P. Sosson, « L’artisanat bruxellois du métal. Hiérarchie sociale, salaires et puissance économique », Cahiers bruxellois, 7 (1962), p. 225-258 ; Les travaux publics de la ville de Bruges, xive-xve siècles. Les matériaux. Les hommes, Bruxelles, 1977 [Crédit communal de Belgique. Coll. Histoire Pro Civitate, sér. In-8°, 48]). Et cela même si Christine de Pizan nous dit que « Es métiers sont plus honnestes les uns que les autres, si comme orfèvre, brodeur, serrurier, armurier, tapissier et autres, plus que ne sont maçons, cordouanniers ou tels semblables » (cité d’après B. Chevalier, Les bonnes villes..., p. 76).

11 On serait tenté de dire même surtout ! Voir les travaux cités dans la note 6. Pour les anciens Pays-Bas, on prendra connaissance de l’article pionnier de R. Van Uytven, « Plutokratie in de ‘oude demokratieën der Nederlanden’. Cijfers en beschouwingen omtrent de korporatieve organisatie en de sociale struktuur der gemeenten in de late middeleeuwen », Handelingen van de Koninklijke Zuidnederlandse Maatschappij voor Taal-en Letterkunde en Geschiedenis, 16 (1962), p. 373-409.

12 Pour Mons, par exemple, on citera l’excellente analyse de W. De Keyzer, « L’évolution de la ville, de 1200 à 1365 », dans Images d’une ville. Mons, de 1200 à 1815, Bruxelles, 1997, p. 7-23 (Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les Provinces, 3).

13 L’exemple de Florence est de ce point de vue très parlant : A. Stella, La révolte des Ciompi..p. 125 et suiv., analyse et cartographie admirablement la formation de quartiers prolétaires. Pour les anciens Pays-Bas méridionaux : Sociale structuren en topografie van armoede en rijkdom in de 14de en 15de eeuw, W. Prevenier, R. Van Uytven et E. Van Cauwenberghe éd., Gand, 1986 (Studia Historica Gandensia, 267).

14 Très utiles réflexions dans Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien : apports et limites des sources médiévales », dans Les niveaux de vie au Moyen Âge..., p. 91-103.

15 Un livre récent, faisant, il est vrai, l’économie de toute approche chiffrée, se garde bien de les aborder : Le prince et le peuple. Images de la société du temps des ducs de Bourgogne, 1384-1530, sous la dir. de W. Prevenier, Anvers, 1998. L’occasion était pourtant belle de le tenter.

16 Certains rôles les distinguent. C’est le cas, par exemple, à Paris : J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des Chartes, 130 (1972), p. 116 et suiv. (à propos de J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent Ans. Les rôles d’impôt de 1421, 1423 et 1438, Genève-Paris, 1970 [Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe Section de l’École pratique des Hautes Études. Hautes études médiévales et modernes, 5]).

17 Notamment U. Dirlmeier, Untersuchungen zu Einkommensverhältnissen und Lebenshaltungskosten in oberdeutschen Städten des Spätmittelalters (Mitte 14. bis Anfang 16. Jahrhundert), Heidelberg, 1978, et Ch. Dyer, Standards of living in the later Middle Ages. Social change in England c. 1200-1500, Cambridge, 1989.

18 J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie au bas Moyen Âge : en guise d’introduction », dans Les niveaux de vie au Moyen Âge..., p. 13-17. D’un point de vue plus général, voir les réflexions fondamentales de M. Livi-Bacci, Population and nutrition. An essay on European demographic history, Cambridge, 1991 (Cambridge Studies in Population, Economy and Society in Past Time, 14).

19 Sauf tous ceux qu’éclairent, par exemple, les ricordanze. Encore que Chr. Klapischzuber, La maison et le nom..., p. 9, souligne qu’ils « parlent surtout de privilégiés ». On notera à cet égard les recherches exemplaires et très suggestives d’A. Stella, La révolte des Ciompi...

20 L’expression est de H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 62. À cet égard, les trois colloques organisés par le Laboratoire de Louvain-la-Neuve du Pôle d’attraction interuniversitaire « La société urbaine au bas Moyen Âge » ont montré l’intérêt qu’il y a à confronter sources d’archives et sources littéraires : voir note 4. Voir à ce propos ici même les communications de Sandrine Thonon et Tania Van Hemelryck.

21 On attend avec impatience la parution annoncée prochaine du volume consacré aux archives des villes de R.-H. Bautier, J. Sornay et Fr. Muret, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Les Etats de la Maison de Bourgogne, qui sera édité par le Centre national de la Recherche scientifique dans les collections de l’Institut de recherche et d’histoire des textes. Cet instrument de travail tout à fait essentiel permettra de faire le point quant à l’heuristique des sources.

22 Il faut citer ici M. Mollat dir., Études sur l’histoire de la pauvreté, Moyen Âge xvie siècle, Paris, 1974, 2 vol. (Publications de la Sorbonne. Série « Études », 8) et, en particulier pour son excellente bibliographie sélective, R. Jütte, Poverty and Deviance in Early Modem Europe, Cambridge, 1994 (New Approaches to European History).

23 E. Maschke, « Die Unterschichten... », p. 345-454.

24 Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien... », p. 93.

25 Ibid., p. 95.

26 Ibid.

27 A contrario, et en prenant appui sur les inventaires après décès, des recherches menées dans le cadre des villes du Haut-Rhin révèlent l’importance vitale des petits travaux d’appoint : K. Simon-Muscheid, « Les documents normatifs et les “vécus”. Le cas de Bâle et de la région du Haut-Rhin », dans Les métiers au Moyen Age..., p. 317-334.

28 W. Prevenier, Le prince et le peuple..., p. 75.

29 Ph. Braunstein, « La pauvreté au quotidien... », passim.

30 Le phénomène apparaît clairement lorsqu’on compare la tension fiscale des courtiers, des changeurs et des lombards à Bruges et à Damme (J.-P. Sosson, « Courtiers, changeurs et lombards à Bruges et à Damme à la fin du xive siècle », dans Les Pays-Bas bourguignons. Histoire et institutions. Mélanges André Uyttebrouck, Bruxelles, 1996, p. 403-411 [Archives et Bibliothèques de Belgique. Numéro spécial, 53]).

31 P. Vilar, « Remarques sur l’histoire des prix », dans Id., Une histoire en construction. Approche marxiste et problématiques conjoncturelles, Paris, 1982, p. 175.

32 J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie... », p. 23.

33 Il est des exceptions notables : Ch.-M. De La Roncière, Prix et salaires à Florence au xive siècle, 1280-1380, Rome, 1982 (Collection de l’École française de Rome, 59).

34 Parmi les nombreux travaux touchant plus ou moins directement les impôts directs, base de toute recherche quantitative pour le sujet qui nous occupe, on signalera surtout les études d’A. Rigaudière, L’assiette de l’impôt direct à la fin du xive siècle, Paris, 1977 (Publications de l’Université de Rouen), pour l’Occident méditerranéen La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen). 2. Les systèmes fiscaux, éd. D. Menjot et M. Sânchez Martinez, Toulouse, 1999, et pour les anciens Pays-Bas, parmi beaucoup d’autres, celles de R. Van Uytven, Stadsfinanciën en stadsekonomie te Leuven van de xiie tot het einde van de xvie eeuw, Bruxelles, 1961 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wettenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Kl. Der Letteren. Jaargang XXIII, 44), M. Boone, Geld en macht. De Gentse stadsfinanciën en de Bourgondische staatsvorming (1384-1453), Gand, 1990 (Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent. Verhandelingen, XV, 1990), et D. Clauzel, Finances et politique à Lille pendant la période bourguignonne, Lille, 1982.

35 On en saura plus lors de la parution de l’inventaire dû à R.-H. Bautier, J. Sornay et Fr. Muret (cf. note 21).

36 Soit Damme, Hoeke et Monnikerede. La population de Damme s’élève à ca 1 930 habitants en 1469 (W. Prevenier, « La démographie des villes du comté de Flandre aux xiiie et xive siècles. Etat de la question. Essai d’interprétation », Revue du Nord, 65 (1983), p. 264). Pour Hoeke et Monnikerede, on peut avancer ca 550 habitants dans le premier tiers du xve siècle pour la première, entre un peu plus de 500 et un peu plus de 600 pour la seconde (J.-P. Sosson, « Les “petites villes” du Zwin [xive-xve siècles] : des “espaces urbains” » inviables ? », dans Commerce, finance et société [xie-xvie siècle]. Recueil de travaux d’histoire médiévale offert à Henri Dubois, Ph. Contamine, T. Dufour et B. Schnerb éd., Paris, 1993, p. 176 [Cultures et civilisations médiévales, 9]).

37 Soit Mons et Calais. Pour Calais, une population de 5 000 à 7 000 habitants au minimum à la fin du xiiie siècle (A. Derville, « Le nombre d’habitants des villes de l’Artois et de la Flandre wallonne (1300-1450) », Revue du Nord, 65 (1983), p. 294). Sur base d’une très soigneuse analyse de la taille de 1365, la population montoise s’élèverait à 7 500 habitants à cette date (W. De Keyzer, « L’évolution de la ville, de 1200 à 1365 », dans Images d’une ville. Mons de 1200 à 1815, Bruxelles, 1997 [Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les Provinces. Images d’une ville, 3]).

38 Soit Bruges, Gand et Ypres. La population de Bruges peut être estimée, en 1338-1340, entre 36 738 et 45 921 personnes, celle de Gand, en 1356-1358, à environ 64 000 personnes, celle d’Ypres à 10 489 personnes en 1412 (W. Prevenier, « La démographie des villes du comté de Flandre... », p. 255, 256, 259).

39 Les graphiques sont reproduits en fin d’article.

40 Pour les anciens Pays-Bas et dans le contexte de ce colloque, voir M. Boone, « Sources juridiques, sources littéraires : reflets de la vie politique et sociale dans le comté de Flandre à l’époque bourguignonne », dans La vie matérielle au Moyen Âge..., p. 11-28.

41 Pour Florence, l’étude de Ch. De La Roncière, « La condition des salariés à Florence au xive siècle », dans Il Tumulto dei Ciompi. Un momento di storia fiorentina ed europea, Florence, 1981, p. 13-40, paraît bien l’indiquer, même si, en l’occurrence, la démonstration suscite quelques réserves de la part d’A. Stella, La révolte des Ciompi..., p. 23.

42 J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 230-231 ; ID., « Les xive et xve siècles : un ‘âge d’or de la main-d’œuvre’ ? Quelques réflexions à propos des anciens Pays-Bas méridionaux », dans Aspects de la vie économique des pays bourguignons (1384-1559) : dépression ou prospérité ? Rencontres de Douai, 25-28 sept. 1986, Bâle, 1987, p. 27 (Publications du Centre européen d’études bourguignonnes, xive-xvie s., 27).

43 L’exemple classique : le secteur du bâtiment (cf. J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 172-175). L’importance des « petits » entrepreneurs a été soulignée de manière générale par J.-P. Sosson, « L’entrepreneur médiéval », dans S. Cavaciocchi éd., L’impresa. Industria, commercio, banca, secc. xiii-xviii, Atti della Ventiduesima Settimana di Studi, 30 aprile-4 maggio 1990, Florence, 1991, p. 290-293 (Istituto internazionale di storia economica « F. Datini ». Prato. Serie II, 22), et lors de la discussion qui a suivi (p. 336).

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search