Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Deuxième partie. Approche économique et sociale du petit peuple. Critères, catégories, hiérarchies

Conscience et perception de la condition sociale chez les gens du commun dans les anciens Pays-Bas des xiiie et xive siècles

Walter Prevenier

Texte intégral

Essor précoce de l’économie et des structures sociales en Flandre

  • 1 La meilleure synthèse est celle de J.H. Munro, « Industrial Transformations in the North-West Euro (...)
  • 2 Sur le déterminisme géographique, voir H. Pirenne, Les anciennes démocraties des Pays-Bas, 2e éd., (...)
  • 3 L’étude fondamentale reste celle de H. Van Werveke, « Essor et déclin de la Flandre », dans Studi (...)

1L’économie médiévale a connu en Flandre dès l’an mil un démarrage précoce, comme d’ailleurs en Italie du Nord. Le xiiie siècle montrait une ascension assez spectaculaire de l’industrie textile de luxe et du commerce international de ces produits1. La Flandre, comme le Brabant, la Hollande et le pays de Liège, était située dans un coin privilégié de l’Europe, tant au niveau du climat, qu’au plan de la géographie2, des routes et des matières premières3.

  • 4 L’idée du succès de ces aventuriers et nouveaux riches (homines novi) vient de H. Pirenne, Histoir (...)
  • 5 W. Prevenier, « La bourgeoisie en Flandre au xiiie siècle », Revue de l’Université de Bruxelles, 4 (...)

2Il ne faut donc pas s’étonner du parallélisme d’une évolution également précoce dans le secteur social, et de l’apparition dans les années 1240 de zones de tension entre groupes sociaux, longtemps avant que cette problématique ne se pose dans des régions moins développées de l’Europe. Il ne faut pas s’étonner non plus du fait que ces conflits n’apparaissent que peu avant le milieu du xiiie siècle. Avant les années 1240, les tensions étaient sans doute inexistantes ou simplement sous-jacentes puisque la mobilité et l’ascension sociale y étaient de rigueur. Entre l’an mil et 1240, des travailleurs ambitieux, des aventuriers de tout bord, même d’origine obscure, pouvaient plus ou moins facilement « faire carrière » et être promus homines novi, selon la thèse d’inspiration hegelienne et weberienne de Henri Pirenne4. Il s’agissait plus ou moins d’une genèse spontanée. Cette hypothèse est une nécessité historique pour expliquer l’apparition et la formation d’une élite économique. Ce qui change en ce milieu du xiiie siècle, c’est la volonté et la stratégie de cette élite de bourgeois, d’arrivistes et d’arrivés, de se muer en caste close, afin de se réserver les privilèges et les avantages. C’est la technique classique du protectionnisme social et de la monopolisation de la décision politique et économique5.

  • 6 Définition des viri hereditarii : G. Des Marez, Étude sur la propriété foncière dans les villes du (...)
  • 7 R. Haepke, Brügges Entwicklungzum mittelalterlichen Weltmarkt, Berlin, 1908, p. 187. Le privilège (...)
  • 8 F. Blockmans, Het Gentsche..., op. cit., p. 329-341.

3Ce phénomène de caste fermée constitue d’abord un fait social informel. Au xiiie siècle, il a été formalisé et protégé par diverses formules juridiques. À Gand, la différence entre les bourgeois optimo jure (poorter) et les habitants ordinaires de la ville (la grande majorité) est basée, comme à Cologne, sur la possession intégrale d’une parcelle du sol urbain, droit auquel était lié le titre de vir hereditarius6. À Bruges, le critère juridique était l’appartenance à la « Hanse de Londres », une association professionnelle de marchands qui se réservait le droit de faire commerce avec l’Angleterre, point essentiel pour l’industrie flamande7. Le textile dépendait fondamentalement de l’importation de la laine anglaise. Ces monopoles sociaux et économiques ont mené tout droit à une mentalité de « classe » et à un instrument de pouvoir, c’est-à-dire la monopolisation par ces quelques familles bourgeoises de l’appareil politique par excellence, le banc échevinal8.

  • 9 L. Gilliodts Van Severen, Coutumes de la ville d’Ypres, Bruxelles, Comm. royale des anciennes lois (...)
  • 10 L.A. Warnkoenig et A.E. Gheldolf, Histoire de la Flandre, Bruxelles, 1846, t. 3, p. 263-265.

4En effet, depuis 1100, les mandats d’échevins étaient pour la vie. Dès le début du xiiie siècle, à Ypres en 12099, à Gand en 122810, les patriciens des villes flamandes ont su introduire le système de cooptation, qui réservait l’accès à l’échevinage à ce patriciat clos, sans aucune intervention, ni du prince, ni d’autres groupes de la population urbaine. Cela impliquait que 95 % des habitants des villes, souvent appelés « le commun », étaient exclus de facto et de jure du pouvoir politique. D’où un grand nombre de gens « frustrés », de types fort divers : des marginaux, des travailleurs non qualifiés, des membres de métiers, des petits commerçants, des entrepreneurs, petits, moyens et grands, des marchands internationaux provenant d’autres familles que les familles traditionnelles.

Prise de conscience du commun

5Chacun de ces groupes de gens « frustrés » avait ses motivations particulières. Mais ils étaient conscients en tant que groupe de leur condition inférieure, conscients aussi de l’origine et des mécanismes de leur discrimination. Et nous connaissons ces motifs de frustration par un nombre considérable de textes de protestation, de lettres, de notes, voire de vrais cahiers de doléances, rédigés en Flandre entre 1275 et 1300. Les problèmes concrets que les auteurs de ces textes y formulent concordent d’ailleurs parfaitement avec les thèmes et les motifs dont témoignent (selon les récits de chroniqueurs contemporains) les travailleurs dans la réalité des insurrections et des troubles sociaux qui se sont produits en Flandre dès l’année 1252.

  • 11 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Fl (...)
  • 12 G. Espinas, Les origines du capitalisme. I. Sire Jehan Boinebroke, patricien et drapier douaisien,(...)
  • 13 S.K. Cohn JR., « Florentine Insurrections, 1342-1385 », dans R.H. Hilton et T.H. Aston dir., The E (...)
  • 14 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2, p. 379-381 (n° 401).

6Ces chroniques et ces textes de protestation nous apprennent plusieurs données intéressantes. En 125211, les travailleurs, qui étaient embauchés à la semaine par les entrepreneurs du textile de Gand, se mettent en grève, dans une révolte brutale et radicale, exactement comme dans le takehan à Douai, peu avant, en 124512, et dans une forme proche de celle des Ciompi en 1378-1382 à Florence13. Vingt ans plus tard, en 1274, survient un autre coup de théâtre : les travailleurs, les tisserands et les foulons gantois quittent leur ville en bloc, dans le but de forcer leurs patrons à adapter les salaires. Malheureusement pour eux, leur tactique n’eut que peu de succès. Les patrons ne bougèrent pas. Les travailleurs ne voulaient pas perdre la face non plus et refusaient de rentrer à Gand. Mais leurs efforts assidus pour trouver du travail ailleurs échouèrent totalement. Les patriciens gantois leur avaient en effet barré la route par une contre-tactique perfide. Ils conclurent des accords défensifs avec les échevinats d’autres villes en Flandre et en Brabant. Ces accords prévoyaient d’une part de ne pas donner asile aux fugitifs gantois et, d’autre part, de ne pas embaucher des grévistes gantois dans les autres villes. Un véritable « lock-out »14.

  • 15 F. Blockmans, Het Gentsche..., op. cit., p. 248.
  • 16 L.A. Warnkoenig, Flandrische Staats-und Rechtsgeschichte bis zum Jahr 1305, Tubingen, 1836, Abt. 1 (...)
  • 17 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2,p. 382-384 (n° 403). L’interpr (...)
  • 18 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits relatifs à l’histoire des Trente-Neuf de Gand », Messager des (...)
  • 19 C. Wyffels, « Nieuwe gegevens betreffende een xiiide eeuwse “democratische” stedelijke opstand : d (...)
  • 20 A. De Smet, « De klacht van de “Ghemeente” van Damme in 1280 », Bulletin de la Commission royale d (...)
  • 21 Archives générales du Royaume, Bruxelles, Trésor de Flandre, 1re série, 867, édité par R. Degryse, (...)

7Dès 1275 apparaissent des textes de protestations. En 1275, la comtesse de Flandre s’était permis de révoquer l’ensemble des trente-neuf membres du banc échevinal de Gand. Elle avait eu le courage de les remplacer par trente-neuf autres15. On parlait désormais des anciens et des nouveaux Trente-Neuf. Les anciens allèrent en appel auprès du roi de France dans le but de restaurer leur pouvoir. C’est à ce moment politique décisif que le « commun » de Gand envoya une lettre au roi pour défendre la mesure de la comtesse. Le renouvellement annuel était positif pour Vutilitas communis de la ville, disaient-ils, tout en énumérant les multiples abus des échevins déposés16. Un deuxième texte, sans date, mais à situer entre 1275 et 1277, propose une nouvelle réglementation du secteur textile quant aux conditions de vente et aux conditions de travail17. Le troisième texte gantois, daté de 1297, est basé sur une enquête auprès de cent trois bourgeois de la ville. Il fait un bilan impressionnant des abus des échevins, qui exerçaient une terreur sociale sur les « povres gens » qui prit plusieurs formes. Les échevins ne payaient pas leurs dettes. Ils manipulaient constamment le cours normal de la justice. Aussi le texte exigeait-il la révocation du banc échevinal, et le remplacement du système de la cooptation par celui d’un renouvellement annuel, plus démocratique18. Deux autres textes, qui émanent du commun de Bruges19 et de celui de la petite ville de Damme20, datent de 1280, et formulent avec une clarté identique la mauvaise gestion par l’élite au pouvoir, et le manque total de contrôle de la part des habitants de Damme et de Bruges. Le dernier texte que je veux citer provient du commun de Nieuport, vers 1295, et révèle un tout autre type de fraude : des abus de la part d’un régisseur qui, au nom du comte de Flandre, a l’autorité d’attribuer des terrains à bâtir, et qui profite de sa position pour exiger des candidats-citoyens le double ou le triple de la somme que le comte avait prévu, afin d’encourager de nouveaux bourgeois à venir s’établir dans la ville de Nieuport21.

  • 22 G. Espinas et J. Buntinx, Privilèges et chartes de franchise de la Flandre, Bruxelles, Commission (...)
  • 23 C. Wyffels, De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319), Eerste deel (1280-1302), Eerste stuk, Br (...)
  • 24 W. Prevenier, « Quelques aspects des comptes communaux en Flandre au Moyen Âge », dans Finances et (...)
  • 25 L. Gilliodts Van Severen, Coutumes de la ville de Bruges, op. cit., t. 1, p. 307-313 ; G. De Poerc (...)
  • 26 P. Rogghé, « De samenstelling der Gentse schepenbanken in de 2e helft der 14de eeuw », Handelingen (...)

8Ces révoltes et ces textes n’ont pas toujours abouti à des effets immédiats, mais leur impact à long terme est indéniable. En juillet 1279, le roi de France Philippe le Hardi, inspiré et motivé par le comte de Flandre, Gui de Dampierre, oblige toutes les villes de Flandre à rendre compte annuellement de la gestion de leurs finances, soit à la demande du comte, soit à la demande des habitants22. Il est bon de noter que ce contrôle s’effectuait donc en deux directions, par le haut, et par la base. L’ordonnance royale ne resta pas lettre morte. En 1281 apparut à Bruges le premier compte communal avec bilan23. En 1297 le comte de Flandre renforçait le document royal par une mesure complémentaire en ajoutant au contrôle annuel une audition des comptes par un expert financier du comte24. Dans le secteur de la participation au gouvernement de la ville, et donc à la décision politique, il y a eu un effet pareil. En 1304 les métiers de Bruges ont pu forcer l’entrée à l’échevinage25. À Gand, le système de cooptation des anciens Trente-Neuf, émanation de la caste close, fut remplacé en 1301 par un renouvellement sur une base plus démocratique26. À côté des patriciens siégeaient désormais des représentants des foulons et des petits métiers. C’était la fin de la caste fermée.

Connotations diverses de la notion de « commun »

  • 27 F. Funck-Brentano éd., Annales Gandenses, Paris, 1896, p. 19.

9La plupart des textes de protestation cités émanent du commun. Les chroniqueurs du début du xive siècle sont assez précis dans leur usage du mot « commun », ou de son équivalent latin communitas. En fait ils font usage de deux définitions, mais dans la plupart des cas le contexte permet de trancher sans peine. L’auteur anonyme des Annales Gandenses, vers 1310, employait simultanément deux connotations du terme : d’une part la définition de « l’ensemble de la population urbaine », et d’autre part celle de « la classe populaire », autrement dit les travailleurs ou le « petit peuple ». Dans le second cas, il met en contraste ce commun avec les majores, c’est-à-dire les gens aisés, les bourgeois27. « Gens aisés », cela signifie en 1300 : les marchands, les entrepreneurs, les rentiers, une classe supérieure par le prestige social et par la fortune de ses membres. Mais je répète que la notion de « gens aisés » réfère en 1300 en fait à deux types de bourgeois : d’une part les bourgeois aisés du patriciat classique, la caste close du xiiie siècle, d’autre part les familles devenues riches au cours du xiiie siècle, mais exclues de ce cercle fermé.

  • 28 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 112-113.
  • 29 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2, p. 382-384.
  • 30 Sur la pauvreté dans les anciens Pays-Bas, voir W. Blockmans et W. Prevenier, « Poverty in Flander (...)
  • 31 Sur cette dichotomie, du moins dans les sources littéraires, voir E. Rassarteeckhout, « L’expressi (...)
  • 32 N. Rodolico, I Ciompi : una pagina di storia del proletario operaio, 3e éd., Florence, 1980 ; S.K. (...)

10Regardons de plus près la terminologie des textes de protestation. Ils dénoncent les abus de la caste close, dirigeante, appelés les anciens Trente-Neuf à Gand. Il est clair qui est l’ennemi, qui proteste également. Ces protestataires s’appellent eux-mêmes en tête de leur texte de 1297 « li bourgois et li communs »28. « Bourgois » n’est certainement pas la caste fermée de patriciens, car ce sont les ennemis que l’on dénonce. « Bourgois », ce n’est pas les travailleurs non plus. « Bourgois » signifie donc dans cette juxtaposition : des gens aisés, mais qui n’appartiennent pas à la caste fermée. Le texte de 1275-1277 exige une adaptation des règlements du textile, « por le porfit de le vile et pour le preu dou coumun »29. J’incline à décoder « le vile » comme l’ensemble de la population urbaine, et « coumun » comme les travailleurs. Dans ce même texte l’auteur affirme qu’un nouveau règlement serait « boin as povres gens ». Je dois avouer que je suis incapable de dire si ces « povres gens » peuvent être identifiés avec le commun (i.e. les travailleurs), ou si l’auteur se réfère plutôt ici aux vrais pauvres, aux indigents qui relèvent des Tables de pauvres30. Mais je me tournerais vers la première hypothèse : « pauvres » comme synonyme de « commun ». En fait, il me paraît évident qu’aux alentours de 1300, la connotation de « commun » est synonyme de la classe des travailleurs et désigne tous ceux qui n’appartiennent pas à l’élite bourgeoise. Cette dichotomie de « riches » et « pauvres »31 ressemble fort bien à celle dont les citadins de Florence font usage durant la révolte des Ciompi de 1378, où l’on oppose populo minuto et populo grasso32.

  • 33 Voir par exemple la création de réseaux d’assistance sociale par les organisations des travailleur (...)
  • 34 M.H. Voordeckers-Declercq, « De St. Veerlescholen en de schoolstrijd te Gent tot het einde der XII (...)
  • 35 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 112-113.

11Reste le problème de la rédaction de ces cahiers de doléances, car il n’est pas facile de savoir qui parle et qui parle au nom de qui. On pourrait prétendre que les gens de métier, vers 1300, étaient incapables de rédiger (intellectuellement) et d’écrire (matériellement) ces textes sophistiqués33. Or une telle affirmation serait parfaitement naïve, car peu après 1300 ces mêmes travailleurs participent sans problème à la gestion de la ville, avec sa comptabilité écrite et sa rédaction de milliers d’actes de juridiction gracieuse et administratifs. La ville de Gand dispose d’ailleurs déjà en 1191 d’écoles laïques, qui initient les habitants à la technique de l’écriture et de la comptabilité34. Néanmoins je suggère que les auteurs de ces cahiers de doléances se trouvent parmi les homines novi, ces ambitieux hommes d’affaires, qui étaient riches sans toutefois être parvenus à s’introduire dans la caste patricienne, et qui sont donc toujours restés, à la fin du xiiie siècle, exclus de la gestion politique de la ville. Mon argument principal se trouve dans la formulation même des lettres. J’ai tendance à croire que si les rédacteurs de ces cahiers avaient été les seuls travailleurs, ils s’en seraient réservé l’intitulé. Or le texte ne dit pas « li communs », il dit « li bourgois et li communs »35. Ma supposition est donc que des bourgeois nouveaux-riches sont les auteurs intellectuels de ces textes, sans doute après consultation de gens de métier. Nous nous trouvons donc devant un front commun de travailleurs et de commerçants-entrepreneurs qui luttaient ensemble contre le patriciat de l’ancien régime.

  • 36 H. Pirenne, Histoire économique et sociale du Moyen Âge, op. cit., p. 177.
  • 37 Au plat-pays aussi l’antagonisme entre riche et pauvre n’est pas évident. Les registres des dénomb (...)
  • 38 R.S. Duplessis, « Class and Class Consciousness in Western European Cities, 1400-1650 », Radical H (...)
  • 39 R.J. Morris, Class and Class Consciousness in the Industrial Revolution, 1780-1850, Londres, 1979.
  • 40 Je réalise qu’il y a plusieurs auteurs qui refusent de considérer des conflits de classe au Moyen (...)

12Cela vient corroborer la thèse formulée en 1933 par Henri Pirenne sur ces événements : « La lutte prend de plus en plus l’apparence d’une guerre de classe entre les riches et les pauvres. Pourtant ce n’est là qu’une apparence »36. Où est l’apparence ? Y a-t-il « deux classes » ou « des classes » ? Comme Pirenne, je ne crois pas que les conflits sociaux de la fin du xiiie siècle puissent être réduits à une dichotomie simple et pure de « riches » contre « pauvres ». Les partis en jeu formaient un éventail plus large de groupes sociaux et professionnels, chacun ayant ses intérêts contradictoires, ses propres ambitions37. Mais comme Robert Duplessis, je suis convaincu qu’il ne faut aucunement hésiter à accepter l’existence de la notion de « classe sociale » au xiiie siècle38. Si l’on définit « classe sociale » comme « une catégorie de personnes qui occupent une même position dans le processus de la production, et qui en empruntent une identité commune », une notion scientifique basée aussi bien sur la position économique que sur le pouvoir politique39, il n’y a, malgré le tabou qui entoure toujours ce concept aux États-Unis (sauf, curieusement, pour la notion de middle class, qui implique pourtant des « classes » au-dessus et en-dessous), aucune raison de douter de l’existence de « classes » et même d’une « conscience de classe » autour de 1300 dans les anciens Pays-Bas. Il est indéniable que les travailleurs présentaient une conscience collective par laquelle ils s’opposaient nettement à une « classe possédante »40. Les multiples textes de protestation que je viens de citer la révèlent nettement. Quant à une « conscience de classe » chez l’élite bourgeoise, elle apparaît implicitement en 1274 dans les accords défensifs entre échevinats des villes de la Flandre et du Brabant contre les travailleurs en grève. Mais l’idéologie de classe transpire explicitement d’un document émanant des « patriciens » de la ville d’Ypres, non daté (vraisemblablement écrit entre 1320 et 1332), qui témoigne de la peur collective des bourgeois, « li boine gent », face à la force politique, à l’agressivité et aux conspirations des couches populaires :

  • 41 H. Pirenne, « Documents relatifs à l’histoire de Flandre pendant la première moitié du xive siècle (...)

« Et est notoire cose que les portes sunt de nécessité de le ville [...] car l’effort du commun de le ville d’Ypre demeure dehors les portes, qui maint outrageus et horrible fait et conspiration ont fait sour les boins de le ville [...], par le ayuwe et enhortement des communs des autres villes, [...] si que se les portes fussent ostées, li boine gent de la ville seroient en peril de estre mourdri par nuit et de desrobeir leur avoir »41.

  • 42 H. Pirenne, Histoire économique..., op. cit., p. 177.
  • 43 Sur les lieux bruxellois où Karl Marx a travaillé depuis son arrivée le 1er février 1845 jusqu’à s (...)

13Notons que la peur des patriciens d’Ypres ne concerne pas seulement la « populace » de leur propre ville, mais également le potentiel révolutionnaire du prolétariat (« les communs ») des autres villes flamandes. Il est assez amusant de constater que Pirenne qui, à raison, prétend que la « guerre des classes » n’a pas eu lieu vers 1300, n’hésite pas à dire que dans les révoltes du xive siècle en Flandre et en Italie « les révolutionnaires ont voulu imposer à leurs adversaires la dictature du prolétariat »42. Comme si Karl Marx avait rédigé son Manifeste communiste à la Cour Saint-Georges de Gand en 1300, et non dans un café de la Grande Place de Bruxelles en 184843.

  • 44 H. Van Werveke, « Vlaanderen en Brabant, 1305-1346. De sociaal-economische achtergrond », dans J.A (...)
  • 45 C’est sans doute à cette opposition que réfère l’auteur anonyme des Annales Condenses (F. Funck-Br (...)
  • 46 H. Van Werveke, Gand. Esquisse d’histoire sociale, Bruxelles, 1946, p. 52. À Bruges, la « poorteri (...)
  • 47 Une étude exhaustive et récente du système représentatif des « classes » sociales à Gand revient à (...)
  • 48 Une discussion de ces multiples structures médiévales pour les anciens Pays-Bas est présentée par (...)
  • 49 W. Prevenier et M. Boone, « Quatorzième et quinzième siècles... », op. cit., p. 80-105. Pour l’exe (...)

14En 1951, Hans Van Werveke, le meilleur connaisseur des conflits sociaux autour de 1300, accepte dans une synthèse de l’histoire sociale de la Flandre, l’existence d’une « classe populaire » (volksklasse) et d’un « état des possédants » (gegoede stand). Il est évident que la volksklasse de Van Werveke correspond au « li communs » des auteurs contemporains. Pirenne emploie le terme « prolétariat » dans ce contexte. La notion gegoede stand est pour Van Werveke synonyme de « poorterie »44. Avant 1302, « poorterie » signifie la caste close de l’ancien patriciat, en opposition avec les « gens aisés » qui n’étaient pas parvenus à s’intégrer dans la « classe possédante » close45. Après 1302, la « poorterie » comporte aussi bien les anciens patriciens que les nouveaux riches, ceux notamment qui s’étaient alliés à la classe populaire dans l’opposition à l’ancien patriciat. On parle parfois de « deuxième patriciat »46. En outre, Van Werveke signale l’existence d’une classe moyenne, les « petits métiers » (kleine neringen) qui, après 1302, formaient en effet une collectivité politique nettement distincte aussi bien de la « poorterie » que de la classe populaire (distincte des métiers de la grande industrie textile), une collectivité qui participait comme formation politique et sociale spécifique à la gestion de la ville de Gand47. En fait, on peut distinguer comme couches sociales dans les Pays-Bas du xive siècle plusieurs structures et systèmes, qui parfois se juxtaposent, parfois se complètent : les catégories juridiques (les trois états, l’élite des viri hereditarii, la poorterie en tant que groupe privilégié), les classes patrimoniales (selon les catégories de fortunes et patrimoines, et les catégories fiscales), les organisations professionnelles (métiers, organisations de patrons), les fraternités, les classes sociales (les « communs » et les « bourgeois »)48. Sans doute la socialisation était la plus visible dans les métiers : ce que les témoins oculaires que sont les chroniqueurs remarquent à chaque événement important dans les villes, ce sont en effet les drapeaux des métiers et le son de leurs campaniles49.

La perception de l’inégalité et des injustices

  • 50 A. De Smet, « De klacht... », op. cit., p. 9.
  • 51 W. Blockmans, « Finances publiques et inégalité sociale dans les Pays-Bas aux xive-xvie siècles », (...)

15Les textes de protestation font preuve d’une lucidité et d’une perspicacité remarquables, en particulier dans le domaine de la fiscalité. Le texte de Bruges (1280), comme celui de Damme de la même année, critique avec force le poids exagéré des assises, c’est-à-dire des taxes indirectes sur la consommation des produits vitaux, tels le pain et les boissons. Il m’apparaît fort significatif que le texte mette parfaitement à nu le caractère fondamentalement asocial de la formule fiscale des assises : « les gens pauvres qui travaillent avec leurs mains paient plus que les riches »50. Autrement dit, le poids relatif des assises est supérieur pour les revenus modestes. Ce qui veut vraiment dire, selon notre terminologie, que chaque citadin, pauvre ou riche, consomme à peu près les mêmes quantités de vivres, et que pour ces pauvres ces dépenses et taxes identiques en termes absolus pèsent en fait plus lourdement, vu leurs revenus modestes ; c’est-à-dire que les coûts représentent une partie relativement plus grande de leur maigre budget. Il n’y a pas de doute que les auteurs de la plainte savaient de quoi ils parlaient, et qu’ils connaissaient ceux qui profitaient de la situation. Ils mettent en effet l’accent sur une deuxième inégalité devant le fisc51 : la ville de Damme n’impose pas de taxes sur les rentes, ni sur les activités commerciales. Ils dénoncent en plus qu’il n’existe aucune justification par les échevins de la gestion des finances urbaines. Ils critiquent également le fait que les revenus de ces assises n’ont pas servi au pavement de la ville et autres travaux publics, comme les échevins l’avaient pourtant promis.

  • 52 L.A. Warnkoenig, Flandrische, op. cit., p. 68-69.
  • 53 Les termes « clientèle » ou « clan » ne figurent pas explicitement dans les textes. Je soupçonne c (...)
  • 54 L. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 113.
  • 55 A. De Smet, « De klacht... », op. cit., p. 12.

16Les auteurs de ces textes sont également conscients des mécanismes de la décision politique. Dans le texte gantois de 1275, la communitas villae Gandensis signale qu’elle a entendu les clamores horribiles et qu’elle a appris les supplicationes miserabiles des habitants de la ville ; elle dénonce les abus de pouvoir, proches de la dictature, de la part des échevins : les Gantois quasi servi suberant et opprimebantur quotidie per scabinos52. Le texte de 1297 énumère les plaintes de cent trois Gantois, et constate que ceux qui appartiennent à la clientèle53 des anciens Trente-Neuf peuvent, sans risque de poursuites judiciaires, se permettre un large éventail de crimes et d’abus « suer les povres gens et suer les gens ki ne estoient mie de si grant pooir comme il estoient »54. L’auteur du texte distingue de nouveau ici deux groupes de victimes : les pauvres d’une part, et d’autre part un groupe mixte, composé aussi bien de marchands que de travailleurs, qui sont mis « dans un seul panier », car aucun n’a de voix au chapitre politique. Cette dernière forme de frustration se retrouve explicitement dans le cahier de doléances de Damme de 128055.

La théorie de l’égalité et la réalité de l’inégalité

  • 56 Sur la société d’ordre : G. Constable, Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cam (...)
  • 57 Voir les contributions de L. Van Holk, J. Gilissen et M. Magits, dans J. Gilissen dir., L’individu (...)
  • 58 A.E. Imhof, Lost Worlds, Charlottesville, 1996, p. 73 ; L. Cowie, The Black Death and the Peasant’ (...)
  • 59 Texte édité par L. Verriest, « Le registre de la Loi de Tournai de 1302 », Bulletin de la Commissi (...)
  • 60 J. Vuylsteke, Uitleggingen tot de Gentsche Stads- en Baljuwsrekeningen, 1280-1315, Gand, 1906, p.  (...)
  • 61 L. Warnkoenig, Flandrisch Staats-, op. cit., p. 68-69.
  • 62 R. Degryse, « ’s Graven domein... », op. cit., p. 111.
  • 63 G. Duby, Rural Economy and Country Life in the Medieval West, Columbia, 1968, p. 335.
  • 64 R.H. Hilton, Bond Men Made Free..., op. cit., p. 210-213, 228-229 ; Hilton met les sermons de Bull (...)
  • 65 P. Gregg, Black Death to Industrial Revolution : A Social and Economic History of England, New Yor (...)
  • 66 O. Dann, « Gleichheit », dans O. Brunner, W. Conze et R. Koselleck dir., Geschichtliche Grundbegri (...)
  • 67 W. Ullmann, Principles of Government and Politics in the Middle Ages, 2e éd., Londres, 1966, p. 67 (...)

17L’idée de l’isonomia, dans la tradition et la logique de l’égalitarisme de l’apôtre Paul, reste bien présente tout au long du Moyen Âge, notamment dans les textes des théologiens56 et des juristes57. Le concept des « êtres humains tous égaux devant la mort » était particulièrement présent pendant et après la peste noire de 1347-134858. Il est fascinant de voir apparaître, autour de 1300, ce concept d’égalité, et même une certaine idéologie d’égalitarisme, en dehors des milieux « élitistes » d’ecclésiastiques et de juristes, notamment dans un grand nombre de textes émanant des couches populaires. Les « prolétaires » de Tournai proclament en 1302 : « caskuns devroit avoir autant d’avoir li uns que li autres »59. Plusieurs auteurs des cahiers de doléances de la fin du xiiie siècle en Flandre, dont ceux que je viens de citer, font état du même concept pour justifier leurs actions et leurs critiques. Le droit et la justice ne devraient, proclament-ils, nullement introduire des discriminations entre riches et pauvres. Un texte gantois de 1297 (entre le 9 janvier et le 4 avril) le dit explicitement : « par quoi li povres soit autresi bien soustenous en son droit comme li rikes »60. La lettre de protestation de 1275 réfère plutôt à la notion d’utilitas communis61. Mais le texte le plus intriguant est celui de Nieuport de 1295. Non seulement il invoque le concept du « commun pourfit de le ville », il proclame surtout nettement que les intérêts de la communauté d’une ville doivent avoir priorité absolue sur ceux d’un individu : « si comme il leur samble, uns communs pourfis doet aleir et miex valoer de une singuliere personne »62. Cette idéologie d’égalitarisme a connu un lendemain spectaculaire dans les conflits ultérieurs du xive siècle, notamment en Angleterre, dans la révolte des paysans de 138163. Le chroniqueur Thomas Walsingham attribue au prêtre itinérant John Ball ce sermon cynique : when Adam delf and Eve span, whare was than the pride of man ?64. Ce discours sur l’égalité fondamentale de tous les enfants de Dieu trouve d’ailleurs un écho contemporain chez l’évêque anglais Brunton dans un exposé sur l’égalité des riches et des pauvres65. Il est évident qu’on peut faire remonter, dans la longue durée, l’usage du concept d’égalité dans les mouvements protestataires de la fin du Moyen Âge, à la notion d’aequalitas de Thomas d’Aquin, au principe de Billigkeit des juges médiévaux, aux idées des franciscains66. Le principe d’égalité est assez proche d’un autre concept, la notion de l’utilitas publica, fort répandue au Moyen Âge, surtout dans le discours des princes médiévaux67.

  • 68 N. De Pauw, Ypre jeghen Poperinghe angaende den verbonden. Gedingstukken der xive eeuw nopens het (...)
  • 69 Sur ce concept, voir A. Vanderjagt, « Qui sa vertu anoblist ». The Concepts of « noblesse » and «  (...)
  • 70 En 1388, le duc Philippe le Hardi explique dans une note personnelle à son chancelier Jean Canart (...)
  • 71 C. Gauvard, «  De Grace especial ». Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 72 W. Prevenier et M. Boone, « Les villes des Pays-Bas méridionaux au bas Moyen Âge : identité urbain (...)

18Le terme « commun » est donc un mot-clé pour le contemporain. Il apparaît comme substantif, parfois pour indiquer l’ensemble des habitants d’une ville, surtout pour indiquer le groupe des travailleurs. Il apparaît comme adjectif avec la connotation de « bien commun » et d’« utilité publique ». Quand, en 1373, les communs (tGhemeene volc) de la ville de Poperinge doivent se défendre contre les tisserands d’Ypres pour garantir leur droit au travail, ils se réfèrent à ce principe, dans leur propre langage : bi generalen rechte, elc es even vry loyalike sijn broot te winne met alsulke labeure als hi doen can (« par le droit général, il est permis à chacun de gagner sa vie loyalement avec tout le labeur dont il est capable »)68. C’est un écho parfait du « communs pourfis » du texte de Nieuport de 1295. À l’autre extrême, aussi bien les ducs de Bourgogne69, en 1388 notamment70, que les rois de France71 ont amplement fait usage de l’expression « bien commun » comme moyen et comme forme de légitimation de la politique princière. Mais les grandes villes de la fin du Moyen Âge en ont fait également largement usage, comme dans le poème La vierge de Gand, qui a eu son effet mobilisateur dans la révolte gantoise de 1379-138572.

  • 73 Sur les théories de l’égalité et de l’inégalité, voir : P. M. Blau, Inequality and Heterogeneity. (...)
  • 74 H. Schilling, « Gab es im späten Mittelalter und zu Beginn der Neuzeit in Deutschland einen städti (...)
  • 75 L’hypothèse de Schilling a été vérifiée par M. Boone pour le cas de Gand : M. Boone, « Les gens de (...)

19Je considère ce double emploi du concept « bien commun » comme significatif pour le sens aigu des intérêts collectifs de la communauté urbaine, une communauté, qui est en même temps une solidarité, sens aigu dont témoignent les auteurs des textes critiques du xiiie siècle. Je suis conscient toutefois qu’il ne s’agit que d’une théorie sociale73. Il est sans doute sage d’ajouter à cette théorie du contemporain, celle que Heinz Schilling a surnommé, en 1988, le « républicanisme urbain implicite »74. Schilling croit que, dans la pratique, les oligarchies qui ont dominé les villes du xive siècle n’ont pas trop encouragé l’idée de l’égalitarisme. Dans une ville comme Gand, les corps de métiers (tisserands, foulons, petits métiers) ont été, informellement après 1302, puis formellement à partir de 1360 environ, les structures-clés et les hiérarchies de la vie sociale et politique (spécifiques à chaque profession), dans lesquelles les différentes couches sociales se reconnaissaient et se sentaient protégées dans les luttes qui continuaient à les opposer, en même temps, mais pas toujours ensemble, à l’élite bourgeoise75. Ce pluralisme de structures a remplacé, tout de suite après 1302, le très éphémère front commun des « li bourgois et li communs » de la révolte contre les anciens Trente-Neuf de Gand. La formation d’une nouvelle « poorterie », composée d’éléments de l’ancienne élite (celle d’avant 1300) et de nouvelles élites, scellait la fin d’une expression qui possédait l’impact mobilisateur et le charme efficace d’une dichotomie claire et nette. Cette « guerre de classe » potentielle avait connu son moment de gloire entre 1280 et 1302.

  • 76 À Bruges en 1394-96, 10 % des habitants les plus riches paient 40 % des impôts urbains ; en 1490 c (...)
  • 77 Une merveilleuse synthèse, avec une riche bibliographie : J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie au ba (...)
  • 78 Voir, par exemple, sur les multiples formes d’inégalité dans la société américaine actuelle : D.L. (...)

20Il est évident que cette théorie de l’égalité et de la solidarité n’exclut aucunement la réalité d’une inégalité patente. L’inégalité est en fait omniprésente dans la société médiévale, et cela au moins dans trois secteurs essentiels : celui de la fiscalité76, celui de la participation au pouvoir politique et celui des échelles du niveau de vie et du succès dans la vie économique77. Mais cela est aussi vrai à la fin du xiiie qu’à la fin du xxe siècle78.

Notes

1 La meilleure synthèse est celle de J.H. Munro, « Industrial Transformations in the North-West European Textile Trades, c. 1290 - c. 1340 : Economic Progress or Economie Crisis ? », dans B.M.S. Campbell dir., Before the Black Death, Manchester-New York, 1991, p. 110-148 ; voir également P. Chorley, « The Cloth Exports of Flanders and Northern France during the 13th c. : A Luxury Trade », Economic History Review, 40 (1987), p. 349-379 ; sur l’évolution après 1300 : M. Boone et W. Prevenier dir., La draperie ancienne des Pays-Bas : débouchés et stratégies de survie (14e-16e siècles), Leuven-Apeldoorn, 1993.

2 Sur le déterminisme géographique, voir H. Pirenne, Les anciennes démocraties des Pays-Bas, 2e éd., Paris, 1917, p. 83.

3 L’étude fondamentale reste celle de H. Van Werveke, « Essor et déclin de la Flandre », dans Studi in onore di Gino Luzatto, Milan, 1949, p. 152-160. Pour des synthèses récentes sur cette évolution, voir W. Blockmans, « Vers une société urbanisée », dans E. Witte dir., Histoire de Flandre des origines à nos jours, Bruxelles, 1983, p. 43-73 et D. Nicholas, Medieval Flanders, Londres-New York, 1992, p. 110-123, 128-139, 164-179.

4 L’idée du succès de ces aventuriers et nouveaux riches (homines novi) vient de H. Pirenne, Histoire économique et sociale du Moyen Âge, nouv. éd. revue par H. Van Werveke, Paris, 1969, p. 39-44 ; elle remonte en fait à une étude antérieure de H. Pirenne : « Les périodes de l’histoire sociale du capitalisme », Bulletin de la Classe des Lettres de l’Académie Royale de Belgique, 1914, p. 258-299 (version anglaise : « The Stages of the Social History of Capitalism », American Historical Review, 19 (1914), p. 494-515). Pour le contexte historiographique, voir W. Prevenier, « Henri Pirenne et les villes des anciens Pays-Bas au bas Moyen Âge (xive-xve siècles) », Archives et Bibliothèques de Belgique, n° spécial, 28 (1986), p. 27-50.

5 W. Prevenier, « La bourgeoisie en Flandre au xiiie siècle », Revue de l’Université de Bruxelles, 4 (1978), p. 407-428.

6 Définition des viri hereditarii : G. Des Marez, Étude sur la propriété foncière dans les villes du Moyen Âge, et spécialement en Flandre, Gand-Paris, 1898 (Université de l’État de Gand, Travaux Faculté de Philosophie et Lettres), p. 1-5. Pour l’effet social, voir F. Blockmans, Het Gentsche Stadspatriciaat tot omstreeks 1302, Antwerpen, 1938 (Rijksuniversiteit Gent, Werken uitgegeven door de Faculteit van de Wijsbegeerte en Letteren), p. 288-302, 399-419.

7 R. Haepke, Brügges Entwicklungzum mittelalterlichen Weltmarkt, Berlin, 1908, p. 187. Le privilège comtal de 1241 pour Bruges interdisait formellement l’accès à l’échevinage pour les travailleurs manuels (manuperarius quicumque fuerit) : L. Gilliodts Van Severen, Coutumes de la ville de Bruges, Bruxelles, Commission royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 1874, t. 1, p. 196-197.

8 F. Blockmans, Het Gentsche..., op. cit., p. 329-341.

9 L. Gilliodts Van Severen, Coutumes de la ville d’Ypres, Bruxelles, Comm. royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 1908, t. 2, p. 14-15.

10 L.A. Warnkoenig et A.E. Gheldolf, Histoire de la Flandre, Bruxelles, 1846, t. 3, p. 263-265.

11 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre, Bruxelles, Commission royale d’histoire, 1909, t. 2, p. 22, 380 ; F. Blockmans, op. cit., p. 247-248.

12 G. Espinas, Les origines du capitalisme. I. Sire Jehan Boinebroke, patricien et drapier douaisien, Lille, 1933, p. 171-194.

13 S.K. Cohn JR., « Florentine Insurrections, 1342-1385 », dans R.H. Hilton et T.H. Aston dir., The English Uprising of 1381, Cambridge, 1984, p. 143-164.

14 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2, p. 379-381 (n° 401).

15 F. Blockmans, Het Gentsche..., op. cit., p. 248.

16 L.A. Warnkoenig, Flandrische Staats-und Rechtsgeschichte bis zum Jahr 1305, Tubingen, 1836, Abt. 1., t. 2, p. 68-69.

17 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2,p. 382-384 (n° 403). L’interprétation d’Espinas et de Pirenne (p. 383, 1. 29) diffère de celle de F. Blockmans, Het Gentsche..., op. cit., p. 249.

18 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits relatifs à l’histoire des Trente-Neuf de Gand », Messager des Sciences et des Arts de la Belgique, 1 (1833), p. 112-113.

19 C. Wyffels, « Nieuwe gegevens betreffende een xiiide eeuwse “democratische” stedelijke opstand : de Brugse “Moerlemaye” (1280-1281) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 132 (1966), p. 104-107 (date : entre le 28 septembre et le 5 octobre 1280).

20 A. De Smet, « De klacht van de “Ghemeente” van Damme in 1280 », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 115 (1950), p. 3-4. De Smet date le document entre le 1er et le 5 octobre 1280.

21 Archives générales du Royaume, Bruxelles, Trésor de Flandre, 1re série, 867, édité par R. Degryse, « ’s Graven domein te Nieuwpoort », Handelingen van het genootschap – Société d’émulation de Bruges, 85 (1948), p. 110-111.

22 G. Espinas et J. Buntinx, Privilèges et chartes de franchise de la Flandre, Bruxelles, Commission royale des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 1959, vol. l, p. 6-7, n° 3.

23 C. Wyffels, De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319), Eerste deel (1280-1302), Eerste stuk, Bruxelles, Commission royale d’Histoire, 1965, p. 16-52 ; en fait il y a eu des comptes pour 1280, qui ont brûlé dans l’incendie de 1280 (ibid., p. XIII).

24 W. Prevenier, « Quelques aspects des comptes communaux en Flandre au Moyen Âge », dans Finances et comptabilité urbaines du xiiie au xvie siècles. Colloque International, Blankenberge, 6 septembre 1962, Bruxelles, 1964, p. 119-120 (Collection Histoire, 7).

25 L. Gilliodts Van Severen, Coutumes de la ville de Bruges, op. cit., t. 1, p. 307-313 ; G. De Poerck, « Note critique sur le grand privilège brugeois de 1304 », Annales de la Société d’émulation de Bruges, 74 (1931), p. 139-157.

26 P. Rogghé, « De samenstelling der Gentse schepenbanken in de 2e helft der 14de eeuw », Handelingen Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde, n.s., 4 (1950), p. 22-31.

27 F. Funck-Brentano éd., Annales Gandenses, Paris, 1896, p. 19.

28 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 112-113.

29 G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 2, p. 382-384.

30 Sur la pauvreté dans les anciens Pays-Bas, voir W. Blockmans et W. Prevenier, « Poverty in Flanders and Brabant from the Fourteenth to the Mid-Sixteenth Century : Sources and Problems », Acta Historiae Neerlandicae, 10 (1978), p. 20-57.

31 Sur cette dichotomie, du moins dans les sources littéraires, voir E. Rassarteeckhout, « L’expression des concepts “riche” et “pauvre” en moyen français », dans J.-P. Sosson et al. dir., Les niveaux de vie au Moyen Âge. Mesures, perceptions et représentations, Louvain-la-Neuve, 1999, p. 249-275.

32 N. Rodolico, I Ciompi : una pagina di storia del proletario operaio, 3e éd., Florence, 1980 ; S.K. Cohn JR., The Laboring Classes in Renaissance Florence, New York, 1980, p. 179-210 ; Istituto nazionale di studi sul Rinascimento, Il tumulto dei Ciompi : un momento di storia fiorentina ed europea, Florence, 1981 ; A. Stella, La révolte des Ciompi, Paris, 1993 ; F. Franceschi, Oltri il Tumulto. I lavoratori fiorentini dell’Arte della lane fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993 (Biblioteca di storia toscana moderna e contemporanea).

33 Voir par exemple la création de réseaux d’assistance sociale par les organisations des travailleurs gantois : A.M. De Vocht, « Het Gentse antwoord op de armoede : de sociale instellingen van wevers en volders te Gent in de late middeleeuwen », Annalen van de Belgische Vereniging voor Hospitaalgeschiedenis, 19 (1981), p. 3-32.

34 M.H. Voordeckers-Declercq, « De St. Veerlescholen en de schoolstrijd te Gent tot het einde der XIIIe eeuw », Collationes Brugenses et Gandavenses, 3 (1963), p. 382-393 ; H. Pirenne, « L’instruction des marchands au Moyen Âge », Annales d’histoire économique et sociale, 1 (1929), p. 13-28.

35 L.A. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 112-113.

36 H. Pirenne, Histoire économique et sociale du Moyen Âge, op. cit., p. 177.

37 Au plat-pays aussi l’antagonisme entre riche et pauvre n’est pas évident. Les registres des dénombrements des feux de 1469 révèlent plutôt un large éventail de couches sociales : A. Zoete, « De haardtelling van 1469 in Veurne ambacht », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 156 (1990), p. 55-133.

38 R.S. Duplessis, « Class and Class Consciousness in Western European Cities, 1400-1650 », Radical History Review, 3/1-2 (1975), p. 74-91.

39 R.J. Morris, Class and Class Consciousness in the Industrial Revolution, 1780-1850, Londres, 1979.

40 Je réalise qu’il y a plusieurs auteurs qui refusent de considérer des conflits de classe au Moyen Âge (par exemple : G. Fourquin, Les soulèvements populaires au Moyen Âge, Paris, 1970, p. 52-54). D’autres l’acceptent en revanche volontiers, tel R.H. Hilton, Bond Men Made Free : Medieval Peasant Movements and the English Rising of 1381, Londres, 1973 (repr. 1988), p. 106, 124, 131-134.

41 H. Pirenne, « Documents relatifs à l’histoire de Flandre pendant la première moitié du xive siècle », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 5e sér., 7 (1897), p. 28-29 (cité par H. Pirenne, Histoire économique..., op. cil., p. 176, note 1).

42 H. Pirenne, Histoire économique..., op. cit., p. 177.

43 Sur les lieux bruxellois où Karl Marx a travaillé depuis son arrivée le 1er février 1845 jusqu’à son départ forcé le 28 février 1848, voir B. Andréas, Marx’ Verhaftung und Ausweisung Brüssel, Februar-März 1848, Trèves, 1978 ; H. Elsner et al., Fragmente zu internationalen demokratischen Aktivitäten um 1848, Trèves, 2000.

44 H. Van Werveke, « Vlaanderen en Brabant, 1305-1346. De sociaal-economische achtergrond », dans J.A. Van Houtte et al. dir., Algemene Geschiedenis der Nederlanden, Utrecht, 1952, t. III, p. 5-13.

45 C’est sans doute à cette opposition que réfère l’auteur anonyme des Annales Condenses (F. Funck-Brentano éd., Annales Condenses, op. cit., p. 13), quand il mentionne que les majores de Gand font usage de deux types de manteaux, quia dissidebant inter se.

46 H. Van Werveke, Gand. Esquisse d’histoire sociale, Bruxelles, 1946, p. 52. À Bruges, la « poorterie » d’après 1302 a englobé plusieurs gens de métiers, drapiers et brasseurs, qui, à Gand, appartiennent nettement aux classes moyennes (kleine neringen) (C. Wyffels, « Nieuwe gegevens... », op. cit., p. 46).

47 Une étude exhaustive et récente du système représentatif des « classes » sociales à Gand revient à M. Boone, Gent en de Bourgondische hertogen ca. 1384-ca. 1453. Een sociaalpolitieke studie van een staatsvormingsproces, Bruxelles, 1990 (Verhandelingen Kon. Acad. voor Wetensch., Kl. der Lett.), p. 47, 49-53, 58-93. Pour une version synthétique, voir W. Prevenier et M. Boone, « Quatorzième et quinzième siècles. Le rêve d’un État urbain », dans J. Decavele dir., Gand. Apologie d’une ville rebelle, Anvers, 1989, p. 93-96.

48 Une discussion de ces multiples structures médiévales pour les anciens Pays-Bas est présentée par W. Blockmans, G. Pieters, W. Prevenier, R.W.M. Van Schaik, « Tussen crisis en welvaart : sociale veranderingen 1300-1500 », dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, D. P. Blok, W. Prevenier et al. dir., Haarlem, 1980, t. IV, p. 60-70.

49 W. Prevenier et M. Boone, « Quatorzième et quinzième siècles... », op. cit., p. 80-105. Pour l’exemple de 1301 (grève des Gantois), voir F. Funck-Brentano, Annales Gandenses, op. cit., p. 18-19.

50 A. De Smet, « De klacht... », op. cit., p. 9.

51 W. Blockmans, « Finances publiques et inégalité sociale dans les Pays-Bas aux xive-xvie siècles », dans J.-Ph. Genet et M. Le Mené dir., Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, Paris, 1987, p. 77-90.

52 L.A. Warnkoenig, Flandrische, op. cit., p. 68-69.

53 Les termes « clientèle » ou « clan » ne figurent pas explicitement dans les textes. Je soupçonne cependant le phénomène, déguisé, dans l’enquête des 103 bourgeois de Gand de 1297, dans des expressions tel « cil ki ont esteit del amour des trente neuf » (L.A. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 113). Le phénomène de la corruption des élites médiévales a été étudié dans : B. Hanawalt, « Fur-Collar Crime, the Pattern of Crime among the 14th Century English Nobility », The Journal of Social History, 8(1976), p. 1-17. Sur le clientélisme au Moyen Âge, voir W. Prevenier, « Les réseaux en action », dans W. Prevenier dir., Le prince et le peuple. Images de la société du temps des ducs de Bourgogne, 1384-1530, Anvers, 1998, p. 294-319.

54 L. Warnkoenig, « Documents inédits... », op. cit., p. 113.

55 A. De Smet, « De klacht... », op. cit., p. 12.

56 Sur la société d’ordre : G. Constable, Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1995. Sur le fossé entre la réalité des conditions sociales et l’idéal de communion et d’égalité devant Dieu : D. Iogna-Prat, « Ordre(s) », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt dir., Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. 853-856.

57 Voir les contributions de L. Van Holk, J. Gilissen et M. Magits, dans J. Gilissen dir., L’individu face au pouvoir. 3e partie : Europe Occidentale, Bruxelles, 1989 (Recueils de la Société Jean Bodin, 48), p. 483-549.

58 A.E. Imhof, Lost Worlds, Charlottesville, 1996, p. 73 ; L. Cowie, The Black Death and the Peasant’s Revolt, Londres-New York, 1972, p. 27 ; R. Horrox, Fifteenth-Century Attitudes : Perceptions of Society in Late Medieval England, Cambridge, 1994, p. 202 ; A. Tenenti, Il senso della morte e l’amore della vita nel Rinascimento, Turin, 1957, p. 163-165.

59 Texte édité par L. Verriest, « Le registre de la Loi de Tournai de 1302 », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 80 (1911), p. 445 ; H. Pirenne, Histoire économique..., op. cit., p. 175, cite le texte en le qualifiant de « rêves confus d’égalité ».

60 J. Vuylsteke, Uitleggingen tot de Gentsche Stads- en Baljuwsrekeningen, 1280-1315, Gand, 1906, p. 78-79.

61 L. Warnkoenig, Flandrisch Staats-, op. cit., p. 68-69.

62 R. Degryse, « ’s Graven domein... », op. cit., p. 111.

63 G. Duby, Rural Economy and Country Life in the Medieval West, Columbia, 1968, p. 335.

64 R.H. Hilton, Bond Men Made Free..., op. cit., p. 210-213, 228-229 ; Hilton met les sermons de Bull en rapport avec « the Christian radical tradition », mais émet des doutes cependant sur le fait que le témoignage de Froissart reflète parfaitement les sermons de Bull (it is unlikely that it was believed that all things should be held in common).

65 P. Gregg, Black Death to Industrial Revolution : A Social and Economic History of England, New York, 1974 (en fait : 1976), p. 86, mentionne la citation en question de l’évêque Brunton : All Christians, rich and poor alike, without distinction of persons, are from one father Adam [...] In these and many other things the rich and the poor are alike and equal.

66 O. Dann, « Gleichheit », dans O. Brunner, W. Conze et R. Koselleck dir., Geschichtliche Grundbegriffe, Stuttgart, 1975, vol. 2, p. 997-1046, et plus spécialement pour le Moyen Âge, les p. 1002-1006.

67 W. Ullmann, Principles of Government and Politics in the Middle Ages, 2e éd., Londres, 1966, p. 67, 133-135. L’originalité du texte de Nieuport est son usage dans un milieu urbain.

68 N. De Pauw, Ypre jeghen Poperinghe angaende den verbonden. Gedingstukken der xive eeuw nopens het taken, Gand, 1899 (Koninklijke Vlaamsche Academie voor Taal-en Letterkunde), p. 12 ; repris avec commentaires par G. Espinas et H. Pirenne, Recueil de documents..., op. cit., vol. 3, p. 177.

69 Sur ce concept, voir A. Vanderjagt, « Qui sa vertu anoblist ». The Concepts of « noblesse » and « chose publicque » in Burgundian Political Thought, Groningen, 1981, p. 45-74.

70 En 1388, le duc Philippe le Hardi explique dans une note personnelle à son chancelier Jean Canart qu’il ne peut tolérer les actions d’un rebelle flamand, mettant en cause la Paix de Tournai de 1385, car il s’agit d’une « esmeuterie contre la paix », mais aussi parce que cette révolte était dirigée « non pas contre nous seulement, mais contre tout le bien commun de tout nostre pais de Flandres » (O. Cartellieri, Philipp der Kühne, Herzog von Burgund, Leipzig, 1910, p. 138, édition d’un texte du 8 mars 1388). La fonction de légitimation de la politique ducale et la théorie sous-jacente de ce texte, et d’autres textes analogues, sont discutées dans W. Prevenier et W. Blockmans, Les Pays-Bas Bourguignons, Anvers, 1983, p. 234.

71 C. Gauvard, «  De Grace especial ». Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, vol. 1, p. 222.

72 W. Prevenier et M. Boone, « Les villes des Pays-Bas méridionaux au bas Moyen Âge : identité urbaine et solidarités corporatives », Bulletin du Crédit Communal, 183 (1993), p. 40.

73 Sur les théories de l’égalité et de l’inégalité, voir : P. M. Blau, Inequality and Heterogeneity. A Primitive Theory of Social Structure, New York-Londres, 1977 ; D. D. Raphael dir., Political Theory and the Rights of Man, Londres-Melbourne-Toronto, 1967 ; C. Morris, The Discovery of the Individual, 1050-1200, Londres, 1973 ; W. Blockmans, « Finances publiques... », op. cit., p.77-90 ; R. Van Uytven, « Classes économiques, hiérarchies sociales et influence politique aux Pays-Bas du sud du xive au xviie siècle », dans A. Gauarducci dir., Gerarchia economiche e gerarchie sociali secoli xii-xviii , Florence, 1990, p. 365-386. Sur l’inégalité dans les villes, voir : M. Boone, « Droit de bourgeoisie et particularisme urbain dans la Flandre bourguignonne et habsbourgeoise (1384-1585) », Revue belge de philologie et d’histoire, 74 (1996), p. 707-726. Sur l’inégalité au plat-pays : A. Zoete, « De haardtellling... », op. cit., p. 55-133.

74 H. Schilling, « Gab es im späten Mittelalter und zu Beginn der Neuzeit in Deutschland einen städtischen “Republikanismus” ? », dans H. Koenigsberger dir., Republiken und Republikanismus im Europa des frühen Neuzeit, Munich, 1988, p. 136-143.

75 L’hypothèse de Schilling a été vérifiée par M. Boone pour le cas de Gand : M. Boone, « Les gens de métiers à l’époque corporative à Gand et les litiges professionnels (1350-1450) », dans M. Boone et M. Prak dir., Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes, Louvain-Apeldoorn, 1996, p. 23-47.

76 À Bruges en 1394-96, 10 % des habitants les plus riches paient 40 % des impôts urbains ; en 1490 ces mêmes 10 % paient 43,7 % du total (W. Blockmans, « Sociale stratifikatie in de late middeleeuwen », Anciens Pays et Assemblées d’Etats, 63 (1973), p. 204).

77 Une merveilleuse synthèse, avec une riche bibliographie : J.-P. Sosson, « Les niveaux de vie au bas Moyen Âge : en guise d’introduction », dans J.-P. Sosson, C. Thiry, S. Thonon, T. Van Hemelryck dir., Les niveaux de vie au Moyen Âge. Mesures, perceptions et représentations, Louvain-la-Neuve, 1999, p. 9-29.

78 Voir, par exemple, sur les multiples formes d’inégalité dans la société américaine actuelle : D.L. Bender, Inequality. Opposing Viewpoints in Social Problems, San Diego (CA), 1998, p. 9-10 : Justice, liberty, and equality remain American goals [...] But the American dream often does not mirror the American society. Many people [...] feel that they are denied the fruits of the American dream. To them, equal opportunity is a myth. Sur le même problème dans la Grande-Bretagne actuelle : A. Adonis, St. Pollard, A Class Act. The Myth of Britain’s Classless Society, Londres-New York, 1997, p. 3 : une enquête Gallup de 1995 révèle que 81 % de la population a répondu « oui » à la question « Y a-t-il une lutte de classe en ce pays ? ».

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540