Version classiqueVersion mobile

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Première partie. Perception du petit peuple. Analyses, classifications, jugements

Le troubadour Marcabru et les paysans

Vincent Pollina

Texte intégral

1Les paysans jouent un rôle capital dans l’univers moral du troubadour Marcabru. Poète et musicien de génie, protégé par d’illustres nobles de son temps, Marcabru lui-même fut tenu pour l’enfant illégitime d’une femme pauvre. Lorsqu’il chantait la critique de la noblesse méridionale, cet auteur bien instruit invoquait volontiers, sous guise de contre-exemple, la culture paysanne.

2Les paysans incarnent, à ses yeux, la sagesse des Anciens. Ce sont les avocats de Tordre de Nature ; le dépôt de nombreux « proverbes au vilain » ; les critiques les plus perspicaces d’une fin’amor trop « littéraire » et, par là même, vouée à l’échec. Mais la classe paysanne peut fournir également un exemple négatif. Une fois corrompue par les prétentions des nobles, elle est amenée, en certains cas, à trahir ses origines, contribuant ainsi à la décadence sociale de l’époque.

  • 1 Pour plus de précisions sur la situation de l’œuvre de Marcabru dans l’histoire poétique occitane, (...)

3L’activité poétique de Marcabru s’étend de 1130 à 1149 environ. Quarante-deux de ses poèmes subsistent, dont quatre textes accompagnés de leurs mélodies. Il nous a légué le premier exemple de la pastorela, genre qui dépeint la rencontre d’un chevalier avec une bergère ; la première tenso (poème-débat) conservée dans ce répertoire ; la première attestation du terme-clé fin’amor. Il a, par ailleurs, posé certains des fondements du trobar clus, le style hermétique occitan. Marcabru n’a sans doute pas inventé chacun des traits littéraires que Ton trouve pour la première fois chez lui, mais l’usage original qu’il en a fait a grandement contribué à l’élaboration de la poétique troubadouresque1.

4Ses principaux mécènes furent Guilhem X d’Aquitaine – fils du premier troubadour connu – et Alfonso VII, roi de Léon et Castille, qui fut, plus tard, élu empereur d’Espagne. Le poète a quitté la cour de ce dernier après d’amères déceptions quant à la largesse du souverain.

  • 2 Sauf indication contraire, nous citons Marcabru dans le texte de J.-M.-L. Dejeanne éd., Poésies co (...)
  • 3 Selon la vida transmise par le ms. K : « Marcabruns si fo de Gascoingna, fils d’una paubra femna q (...)

5Plusieurs traits littéraires appuient l’hypothèse des origines paysannes de Marcabru : la polémique contre la noblesse corrompue ; la recherche constante de ressources matérielles ; l’emploi délibéré d’un vocabulaire rustique et de termes empruntés aux métiers manuels. Les humbles origines du troubadour sont suggérées, en effet, dans une strophe de Dirai vos senes duptansa (293,18)2, qui est citée, à son tour, dans l’une des versions de la vida3 :

67 Marcabrus, fills Marcabruna
Fo engenratz en tal luna
69 Qu’el sap d’amor cum degruna,
– Escoutatz ! –
71 Quez anc non amet neguna,
Ni d’autra non fo amatz.

Marcabru, fils de Marcabru, / fut engendré sous telle lune / qu’il sait comment Amour s’égrène ; / – Écoutez ! – / Jamais il n’aima nulle femme, ni d’aucune il ne fut aimé.

6Tout est là : la lune, décor naturel, qui donne lieu aux enchantements ; la vocation prophétique, conçue comme une malédiction ; le monde végétal, qui, comme la lune, se trouve lié aux affaires humaines, car l’amour « s’égrène » et, même dans sa décadence, suit le chemin de la nature. Enfin et surtout : l’origine uniquement maternelle du troubadour, sa naissance implicitement illégitime.

  • 4 La version du ms. A affirme que « Marcabrus si fo gitatz a la porta d’un ric home, ni anc non saup (...)

7Selon la vida transmise par le ms. A, Marcabru fut un enfant abandonné. Redouté pour sa langue, les châtelains de la Guyenne, qu’il avait critiqués, l’auraient mis à mort4. En se désignant « fils de Marcabruna », le troubadour souligne son statut de marginalisé ; orphelin, poète, et prophète, il invente ainsi, peut-être, sa propre mère. La blessure de cette naissance, qu’il porte toujours en lui, a toutefois fécondé son art, dont l’un des thèmes principaux est le relâchement, parmi les nobles, de la morale sexuelle. Aux yeux de Marcabru, le cycle de naissances illégitimes qui en résulte devra, à la longue, rendre irréversible la dégénérescence des mœurs.

8La solidarité de Marcabru avec la paysannerie se manifeste également par la plénitude, la spécificité, et la coloration stylistique donnée à des notations provenant de la vie matérielle et agricole. On pourrait toutefois objecter que, dans la vie chevaleresque et la vie de château, les arts manuels et la connaissance de la nature étaient, sans doute, autant de mise que dans la vie du petit peuple. Cependant, l’abondance, chez Marcabru, de ces traits concrets, et leur association à l’identité littéraire du troubadour, leur confère un statut unique. Parfois même, ils créent le ton prophétique par lui adopté, et mènent à la « signature » qui consiste en l’intégration du nom du poète dans ses propres vers.

9L’œuvre de Marcabru porte les marques des métiers populaires, des occupations agricoles, et du savoir qui en découle. Il s’agit, entre autres, de l’apiculture ; la viticulture ; la bergerie et la garde des animaux ; la construction domestique et le travail du bois ; la puissance du feu ; la taille des pierres et la maçonnerie ; les pratiques et les lois du marché ; les phases de la lune, si bien connues des personnages rustiques ; le stockage des produits agricoles, source fondamentale de « richesse ».

10Le paysan, dont les activités sont régies par le cycle saisonnier, incarne fréquemment les leçons données par la nature. Les « proverbes au vilain » en témoignent – ceux qui étaient déjà traditionnels à l’époque de Marcabru, ainsi que ceux qui furent, peut-être, inventés par lui. Les formes figées du style axiomatique paraissent, elles-mêmes, refléter l’immuabilité de la loi morale, celle-ci étant conçue, à son tour, comme une force naturelle.

11Le bestiaire de Marcabru est ample. Le comportement des animaux, ainsi que leur tempérament symbolique, sont proposés, tantôt in bono, tantôt in malo, comme barème du comportement humain. Parmi les animaux cités, on trouve le hérisson, l’âne, le serpent, le chien, le chat, la grenouille, les insectes (la mouche, l’abeille), les oiseaux (le rossignol, l’étourneau, le coucou). Le poète fait allusion à la propagation animale ; aux lignées et aux hiérarchies de l’ordre créé ; aux différents bruits des animaux ; aux venins légendaires ; aux leurres, aux hameçons, et à la glu, qui servent à prendre les bêtes.

12Le monde végétal, lui aussi, est compris au sens symbolique. Marcabru renvoie, dans ce contexte, aux plantes, aux fruits, aux moyens de germination, à l’arboristique et à la culture de la terre. Ses images de prédilection – images qui subissent, dans son œuvre, un traitement allégorique – sont, sans doute, celles des chevaux et des arbres. Grâce à l’extension temporelle prêtée par l’allégorie, l’usage de tels symboles permet de retracer les progrès du mal.

13Certaines des « strophes printanières » (ou hivernales, estivales, automnales) de ce compositeur paraissent plus allusives dans leurs renvois aux phénomènes naturels que ne le sont les exordia contemporains ; cependant, d’autres exordia du même poète sont, à cet égard, plus élaborés et plus spécifiques que la norme. C’est ainsi que, dans les strophes initiales comme par ailleurs, l’ampleur des connaissances du troubadour est à la base de sa liberté artistique.

14Le tempérament littéraire de ce poète se distingue, en effet, par une certaine prédilection pour les styles mixtes et les genres mixtes. Bien souvent, c’est en ajoutant des notations populaires à des notations courtoises ou savantes que l’auteur parvient à ses fins.

  • 5 Sur ce dernier point, voir A. Roncaglia, « Il moralismo cristiano di Marcabru », dans M. Mancini é (...)

15Parmi les traces de la culture savante, on trouve chez Marcabru des renvois à Ésope, Virgile, Ovide ; aux conquêtes de César ; à la Bible en général, et notamment aux livres sapientiaux ; à certains personnages de l’Ancien Testament (Caïn, Samson, Salomon, David) ; aux épîtres de saint Paul ; aux lois du péché et du repentir ; aux titres honorifiques du Christ ; à la vénalité légendaire de Rome ; à la pratique chorale liturgique ; à la terminologie musicale et à divers instruments de musique. On voit aussi certaines formules latines, une allusion apparente au Lai d’Aristote et, de façon plus diffuse, des références à la doctrine de saint Bernard et à celle de Guillaume de Saint-Thierry5.

16Aux frontières de la culture paysanne et de la culture savante se situent des références à la science des lapidaires ; à l’observation des dents et des yeux ; à la toilette et à la coiffure, au tondre et au raser ; à la danse, sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir.

17Souvent, à la suite de sa récupération par la culture savante, un savoir populaire est conservé surtout dans les milieux cultivés ; c’est le cas de certaines des fables d’Ésope ou de certaines des images agricoles employées dans l’Évangile. Mais les allusions paysannes de Marcabru sont, en général, moins obliques que ses renvois au savoir livresque qui, eux, s’adressent, sans doute, aux membres les plus sophistiqués de son auditoire.

18Pour bien tenir et régir cet univers littéraire, l’auteur met en scène des dramatis personæ tirées du petit peuple. Et parmi celles-ci : le jardinier, le portier, la bergère, le berger, la mancipa (une jeune fille, implicitement de souche populaire). Dans l’œuvre de Marcabru, le peuple murmure des critiques ; le laboureur, derrière la charrue, récite des proverbes ; le vilain prononce des dictons ; le meunier « juge » au moulin en citant la sagesse proverbiale.

19Néanmoins, certains personnages de souche populaire se dénaturent entièrement : le villan (vilain) se fait cortes (courtois) ; le girbaut (goujat) trafique avec sidons (sa dame). Dans les deux cas, il y a ironie verbale : le vilain, le goujat montent plus haut que ne le permettrait normalement leur statut social naturel.

  • 6 On trouve dans L’autrier jost’una sebissa (293,30) cette affirmation de la pastora :
    82 En tal loc (...)

20Et pourtant, ce n’est pas en s’abaissant que l’on peut s’acquérir les mérites de la classe inférieure. Marcabru émet, par conséquent, des mises en garde contre le villanejar (se faire vilain, au sens moderne du mot) : c’est le cas de tout noble qui n’est pas fidèle aux valeurs de son rang. D’autre part, il affirme la nécessité de garder la mezura (mesure), surtout dans le comportement amoureux : en effet, dans le cadre de la pastorela, Marcabru trouve à cet idéal courtois des antécédents paysans6.

21Marcabru se fait partisan de la loi naturelle, celle qu’il croit pouvoir déduire de sa propre observation. Sa philosophie est pragmatique : la nature extérieure – tant animale que végétale – fournira, en certains cas, le modèle de la vie humaine. Ceci est surtout vrai dans le domaine de lafin’amor, concept vivement débattu à cette époque formatrice de la tradition occitane.

  • 7 À propos de cette école poétique, voir V. Pollina, op. cit., p. 100-109.
  • 8 Bel m’es quart la fuelh’ufana (293,21), v. 13-16.

22Parallèlement, Marcabru voit dans la poésie chantée, dont les attraits sont multiples et puissants, un instrument de la réforme ou de la corruption des mœurs. Lorsqu’il s’en prend aux troubadours qui, à ses yeux, induisent en erreur le public littéraire – il s’affronte, notamment, à l’école d’Ebles II de Ventadorn7 – Marcabru pose souvent en contre-exemple la nature animale et végétale. Il cite, entre autres, le cas des oiseaux8 :

13 Sesta creatura vana
D’amor s’aparilha,
15 Lur joys sec la via plana
El nostre brusilha ;

Ces simples créatures / s’accouplent pour l’amour ; / leur joie suit le droit chemin / et la nôtre est chancelante.

23Le passage met en œuvre une rime plutôt rare (-ilha), qui flatte l’oreille, en alternance avec une rime plus commune (-ana). Au moyen d’un exemple et d’un contre-exemple, une syntaxe parallèle (v. 15-16) exprime le regret ; le vocabulaire, essentiellement simple, est néanmoins serti de deux termes inhabituels : s’aparilha, brusilha. Par de tels moyens artistiques, dignes véhicules d’une conviction intime, le poète transmet un puissant enseignement moral.

24Mais un principe universel, tel que la loi naturelle, doit aussi pouvoir rendre compte des infractions à la norme. À cette fin, Marcabru incorpore, dans sa vision de la nature même, l’œuvre du mal.

  • 9 Pus s’enfulleysson li verjan (293,41), v.5. Voir à ce propos V. Pollina, op. cit., p. 68-69, n. 17
  • 10 Parmi les chansons de Marcabru qui présentent cette tension dualiste, on peut citer, à titre d’exe (...)

25Cette démarche est résumée par la formule segon natura et estiers (selon nature et hors nature)9. La décadence est donc conçue de deux façons : tantôt le phénomène du mal paraît se situer à l’extérieur (estiers) de la nature ; tantôt on peut déduire qu’il existe, au sein même de la nature, une sorte d’anti-nature. Marcabru voudrait sans doute se préserver ainsi – ne serait-ce que par moments – d’un dualisme explicite qui poserait la notion du mal comme principe autonome. Il n’en échappe pas moins, pour autant, à une certaine tendance de type manichéen, qui figure parmi les caractéristiques de ce répertoire en général10.

26Marcabru fait l’éloge de tout ce qui, dans la nature, est harmonieux et bien ordonné ; il critique dans l’humanité tout ce qui ne suit pas l’exemple positif fourni par l’ordre naturel ; mais, parallèlement, il compare tout ce qu’il réprouve chez les êtres humains avec les incongruités et les échecs apparents que l’on peut observer dans la nature.

27En termes de hiérarchie sociale, il s’agit, essentiellement, de l’attaque du haut par le bas. À cette fin, Marcabru s’arme bien souvent du sermo humilis, dont les ressources principales, chez lui, sont, d’une part, le vocabulaire agricole et, d’autre part, les mots obscènes et les rimes jugées rudes ou laides. En ce sens, les techniques stylistiques du troubadour ne sont pas sans ressembler, toute proportion gardée, à celles qu’on peut trouver dans certains passages de la Comédie de Dante.

28Nous en venons maintenant à trois pièces qui, grâce à certaines caractéristiques partagées, forment, dans l’œuvre de Marcabru, un groupement à part : L’autrier jost’una sebissa (293,30), L’autrier, a l’issida d’abriu (293,29), et A la fontana del vergier (293,1). Le premier de ces textes, dont on trouvera ci-dessous la strophe initiale, est, sans doute, le plus développé. Il s’agit d’une pastorela d’une rare qualité :

1 L’autrier jost’una sebissa
Trobei pastora mestissa,
3 De joi e de sen massissa,
Si cum filla de vilana,
5 Cap’e gonel’e pelissa
Vest e camiza treslissa,
7 Sotlars e caussas de lana.

L’autre jour, près d’une haie, / je trouvai une humble pastoure, / pleine de gaieté et de sens ; / elle était fille de vilaine ; / vêtue d’une cape, d’une gonnelle et d’une pelisse, / avec une chemise maillée, / des souliers et des chausses de laine.

  • 11 Les pastorelas occitanes conservées en manuscrit sont rassemblées par J. Audiau dans La pastourell (...)

29Quoiqu’il s’agisse de la première pastourelle connue de la tradition, un examen attentif du texte laisse supposer que les règles du genre avaient déjà été établies au préalable. En un certain sens, L’autrier jost’una sebissa fait la critique du genre littéraire auquel il appartient. Aucune autre bergère de la tradition occitane ne fait preuve d’une telle intelligence, ni, dans une tentative de résister aux démarches d’un chevalier, ne présente des arguments si complets11. Les répliques de la pastoure pourraient faire honneur à un avocat ou à un dialecticien : ce n’est donc pas sans une certaine ironie qu’elle se présente, en quelque sorte, comme porte-parole de la sagesse populaire.

  • 12 Voir V. Pollina, op. cit., p. 89-90 ; 136-137 ; 153-154.

30Le poème – qui consiste, dans son ensemble, en douze strophes et deux tornadas – est rempli de dictons prononcés par la bergère. Dans une tentative de repousser les avances du chevalier errant, elle cite, successivement, son propre bien-être social ; la sagesse des Anciens ; la loi naturelle ; le désir de préserver son honneur personnel ; la nécessité de garder la mesure ; les injonctions traditionnelles contre le mélange des classes12.

31Le narrateur propose à la bergère de lui tenir compagnie et, pour parvenir à ses fins, il n’hésite pas à lui attribuer des origines nobles : son père aurait été chevalier, sa mère une corteza vilana (courtoise vilaine), formule bien ironique. La pastora rétorque que son interlocuteur est lui-même, sans doute, un faux chevalier ! Mais en réalité, le rôle assumé par le poète est une imposture ; bien peu d’auteurs de pastourelles étaient d’origine noble. En l’occurrence, Marcabru ne fait qu’endosser le rôle du chevalier séducteur, tel qu’on le trouvait, sans doute, dans le genre préexistant de la pastorela.

  • 13 Ms. R (Paris, Bibl. Nat., Fonds Français 22543), f° 5r a-b.
  • 14 Voir, à ce propos, V. Pollina, « Les mélodies du troubadour Marcabru : Questions de style et de ge (...)

32À la différence des trois autres pièces musicales conservées de Marcabru, la mélodie de la pastourelle13 semble porter en elle les traces de la danse ; elle pourrait même, à notre avis, évoquer un air de danse paysanne14. La première strophe de ce poème – et, en un certain sens, la musique aussi – représente un cas d’exotisme artistique, ou, pour le moins, de couleur locale. Cet exordium est presque entièrement consacré à une description des vêtements de la pastoure, vêtements paysans dont Marcabru connaît la terminologie, et qu’il énumère maintenant devant son public courtois.

33L’aspect vestimentaire aura, par la suite, un rôle à jouer dans l’entreprise de séduction. Par le vent glacial qui règne en cette saison, la pastoure porte des habits qui tiennent chaud ; et néanmoins, lui dit le chevalier, elle doit avoir froid. Il lui proposera donc, dès la deuxième strophe, une méthode infaillible pour se réchauffer – méthode qu’elle refusera d’adopter, en citant la bonne santé et l’allégresse des paysannes qui, selon elle, confèrent une certaine résistance au froid.

  • 15 Nous avons établi notre transcription musicale de la pastorela selon le système de notation qui, à (...)

34La pastourelle de Marcabru incarne le principe, cité ci-dessus, de la critique sociale du haut par le bas. Le chevalier se dénature en voulant séduire la pastoure, mais la jeune fille – au contraire de certains autres personnages créés par cet auteur – ne se laisse pas corrompre par les prétentions des nobles. Somme toute, aux yeux de Marcabru, une certaine forme d’intelligence pratique – et, pour ainsi dire, de noblesse d’âme – subsistent davantage chez le petit peuple que parmi les maîtres féodaux de l’époque. Cette leçon, transmise par le texte de la pastorela, est accompagnée d’une mélodie qui, à elle seule, suffirait pour garantir la réputation du compositeur15.

P-C (293,30), Ms R (Paris, Bibl. Nat., Fonds Français 22543), f° 5r a-b Transcription : Vincent Pollina

Notes

1 Pour plus de précisions sur la situation de l’œuvre de Marcabru dans l’histoire poétique occitane, voir V. Pollina, Si cum Marcabrus declina : Studies in the Poetics of the Troubadour Marcabru, Modène, 1991 (« Subsidia » al « Corpus des Troubadours », 14 ; Studi, Testi e Manuali, 16), Introduction, p. 9-41.

2 Sauf indication contraire, nous citons Marcabru dans le texte de J.-M.-L. Dejeanne éd., Poésies complètes du troubadour Marcabru, Toulouse, 1909 ; réimpr. New York, 1971 (Bibliothèque Méridionale, 1re série, 12). Pour un relevé d’éditions critiques de textes particuliers de Marcabru, voir V. Pollina, op. cit., p. 263-264. Nous n’avons pu consulter la récente édition de S. Gaunt, R. Harvey et L. Paterson éd., J. Marshall, conseiller philologique, avec l’assistance de M. Florence, Marcabru : A Critical Edition, Cambridge [Angleterre]/Rochester [NY], 2000, qui ne nous est pas encore parvenue.

3 Selon la vida transmise par le ms. K : « Marcabruns si fo de Gascoingna, fils d’una paubra femna que ac nom Marcabruna, si com cl dis en son cliantar... » (« Marcabru fut de Gascogne, fils d’une pauvre femme qui eut nom Marcabruna, comme il le dit lui-même en son chant... »). Le « chant » en question est, en effet, Dirai vos senes duptansa (293,18) ; la vida cite la strophe reproduite ci-dessus. Voir J. Boutière et A.-H. Schutz éd., Biographies des troubadours, 2e éd. par J. Bouttère et I.-M. Cluzel, Paris, 1964 (Les Classiques d’Oc, l), p. 10-11.

4 La version du ms. A affirme que « Marcabrus si fo gitatz a la porta d’un ric home, ni anc non saup hom qu’il fo ni don ». (« Marcabru fut abandonné à la porte d’un homme riche, et jamais personne ne sut qui il fut ni d’où »). Et plus loin : « E fo mout cridatz e ausitz pel mon, e doptatz per sa lenga ; car el fo tant maldizens que, a la fin, lo desfeiron li castellan de Guian[a], de cui avia dich mout gran mal ». (« Il fut fort renommé et écouté pour sa langue, car il fut si médisant que, finalement, les châtelains de Guyenne, dont il avait dit beaucoup de mal, le mirent à mort »). Ibid., p. 12-13.

5 Sur ce dernier point, voir A. Roncaglia, « Il moralismo cristiano di Marcabru », dans M. Mancini éd., Ilpunto su : I trovatori, Rome-Bari, 1991 (Biblioteca Universale Laterza 338), p. 143-152 ; extrait de A. Roncaglia, « Riflessi di posizioni cistercensi nella poesia del XII secolo », dans I Cistersensi e il Lazio : Atti delle giornate di studio dell’Istituto di Storia dell’Arte dell’Università di Roma, 17-21 maggio 1977, Rome, 1978, p. 11-20.

6 On trouve dans L’autrier jost’una sebissa (293,30) cette affirmation de la pastora :
82 En tal loc fai sens fraitura
On hom non garda mezura,
84 So ditz la gens anciana.
Là où mesure n’est pas observée, / la sagesse fait défaut, / ce dit la gent ancienne. Voir
V. Pollina, op. cit., p. 136-137.

7 À propos de cette école poétique, voir V. Pollina, op. cit., p. 100-109.

8 Bel m’es quart la fuelh’ufana (293,21), v. 13-16.

9 Pus s’enfulleysson li verjan (293,41), v.5. Voir à ce propos V. Pollina, op. cit., p. 68-69, n. 17.

10 Parmi les chansons de Marcabru qui présentent cette tension dualiste, on peut citer, à titre d’exemple, Doas cuidas ai compaignier (293,19) et L’iverns vai el temps s’aizina (293,31). Pour une étude de ce dernier texte, en comparaison avec Lo vers comensa (293,32), voir V. Pollina, op. cit., p. 105-109, et surtout les n. 57 et 59 ; p. 156-158 ; 184-185.

11 Les pastorelas occitanes conservées en manuscrit sont rassemblées par J. Audiau dans La pastourelle dans la poésie occitane du moyen âge, Paris, 1923. Pour une étude de ce même genre littéraire dans ses versants septentrional et méridional, voir M. Zink, La pastourelle, Paris-Montréal, 1972 (Études : Littérature française 67). À propos de la pastorela de Marcabru, voir E. Kohler, « Marcabrus L’autrier jost’una sebissa und das Problem der Pastourelle », Romanistisches Jahrbuch, 5 (1952), p. 256-268, et A. Biella, « Considerazioni sull’origine e sulla diffusione della pastorella », Cultura Neolatina, 25 (1965), p. 236-267.

12 Voir V. Pollina, op. cit., p. 89-90 ; 136-137 ; 153-154.

13 Ms. R (Paris, Bibl. Nat., Fonds Français 22543), f° 5r a-b.

14 Voir, à ce propos, V. Pollina, « Les mélodies du troubadour Marcabru : Questions de style et de genre », dans Actes du deuxième Congrès international de l’Association Internationale d’Études Occitanes, Turin, 1993, vol. I, p. 289-306, et surtout les p. 295-296.

15 Nous avons établi notre transcription musicale de la pastorela selon le système de notation qui, à notre connaissance, fut pratiqué d’abord dans ce domaine par Carl Appel, et dont l’usage s’est généralisé depuis (voir C. Appel éd., Die Singweisen Bernarts von Ventadorn, Halle, 1934). Afin de respecter les données manuscrites, aucune indication rythmique n’est fournie. Cependant, les groupements neumatiques sont indiqués et la seconde note de la plica, figurée par un signe d’une dimension plus petite que la première, est rattachée à celle-ci au moyen d’un trait barré. Les altérations qui se trouvent sur les manuscrits sont les seules notées ici. La fin de chaque ligne d’écriture sur le codex est indiquée par un « V » au-dessus de la portée. Les paroles transcrites sont celles associées, dans la version manuscrite, à la notation musicale ; cependant, dans notre discussion nous citons, pour des raisons de commodité, le texte de l’édition critique Dejeanne.

Auteur

Tufts University, Medford, USA

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search