Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le petit peuple dans l’Occident médiéval

 | 
Pierre Boglioni
, 
Robert Delort
, 
Claude Gauvard

Préface

Pierre Boglioni, Robert Delort et Claude Gauvard

Texte intégral

1L’idée d’organiser une rencontre scientifique internationale sur le thème Le petit peuple dans la société de l’Occident médiéval, avec comme préoccupation initiale une étude des terminologies, des perceptions et des réalités, est née de plusieurs constatations. La première tient au désir d’affirmer l’unité des préoccupations scientifiques des médiévistes francophones qui, entre Genève, Louvain-la-Neuve, Montréal et Paris ont organisé ce Congrès international qui a eu lieu à l’Université de Montréal, du 18 au 23 octobre 1999. La seconde tient au choix d’un sujet volontairement placé à contre-courant d’une historiographie plutôt portée à traiter des élites ou des marginaux que des catégories sociales ordinaires, mais inférieures, qui constituent le peuple. Du même coup, celles-ci sont étudiées de façon partiale ou fragmentaire. En effet, le discours historique acquiert mal son autonomie à leur égard, tant il est imprégné par l’image que véhiculent des sources médiévales écrites par et pour les clercs, les nobles et les bourgeois. Or, cette image est dévalorisante et globale, tout simplement parce que les élites ont peur du groupe, voire de la foule que constitue le peuple. Et, de nos jours, les historiens ne parviennent pas toujours à se défaire de ces jugements de valeur qui continuent à fausser leur analyse et ils incluent volontiers ces populations ordinaires dans un procès de civilisation inachevé : les mœurs du peuple sont grossières, sa violence est brutale. Quand il s’agit de pousser plus loin l’analyse et de dresser les catégories qui constituent hiérarchiquement le peuple, sa partie inférieure, celle qui peut recevoir le nom de « petit peuple », est globalement classée comme « marginale », ce qui revient à exclure du fonctionnement de la société la plus grande partie de la population. Ces a priori et ces analyses cavalières viennent de ce que des critères efficaces manquent pour comprendre les clivages sociaux de l’époque médiévale.

2Pourtant, le petit peuple est bien une réalité de la société médiévale, comme il l’est de toute société traditionnelle où il vient grossir la catégorie des gens ordinaires. Cela apparaît de prime abord par l’importance et par la variété extraordinaire des termes qui le désignent dans les diverses langues : populus, vulgus, vulgares, plebs, minores, laborantes, laïci, rustici, simplices, illitterati, pauperes, « menus gens », « simples gens », « pauvres gens », common man, simplefolk, die armen Leute, der gemeine Mann, popolino, popolo minuto, etc. Que cachent ces termes qui, dans l’ensemble, n’ont guère fait l’objet d’une exploration systématique visant à en discuter le sens et la valeur, sauf, encore une fois, pour les catégories de la pauvreté et de la marginalité ?

3Le but était de commencer cette histoire avec les mots, mais la traque s’est révélée singulièrement piégée. L’objet même de notre rencontre fuit, à commencer par le mot « peuple ». Comment distinguer, dans l’usage même de ce mot, ce qui relève de l’ensemble d’une communauté comprenant éventuellement les bourgeois, comme il est courant d’utiliser ce terme dans un sens global en milieu urbain à partir du xiie siècle, et ce qui se réfère à une catégorie sociale défavorisée que le terme « petit » ou « menu » ne précise pas toujours ? « Peuple » ne veut pas dire « petit peuple ». Par ailleurs, si l’historien se saisit du concept « petit peuple » qu’il a volontairement construit, comme il est en droit de le faire et comme il en a le devoir, il faut se rendre à l’évidence : les mots eux-mêmes ne disent rien de la réalité du petit peuple dont les composants ne savent guère se nommer par eux-mêmes. Les mots qui désignent le petit peuple sont obligatoirement insérés dans un système de valeurs qui juge ces hommes et ces femmes ordinaires en même temps qu’il les nomme. Il était alors inutile de proposer une simple étude lexicographique ou une banale critique des sources. Le défi était autrement plus délicat : il fallait comprendre ce que voulait signifier le locuteur quand il nommait le petit peuple, lui dont la situation était en général hiérarchiquement supérieure, qui se situait justement en pouvoir de commandement, politique, économique, spirituel, etc. sur l’ensemble du petit peuple. De ce fait, la perception du petit peuple est inséparable d’une réflexion sur les classifications et sur les jugements que portent les autres éléments du corps social. Ces jugements donnent au petit peuple son existence en même temps qu’ils permettent à ceux qui les émettent de s’affirmer et de cerner leurs propres contours. Malgré la sûreté qu’apportent les privilèges juridiques, on peut aller jusqu’à dire qu’il n’y a point de noblesse, de bourgeoisie, voire de clergie, sans l’existence de ce sentiment de domination. Il s’imposait donc de commencer la publication du colloque par cette rhétorique des distinctions sociales qui nous décrit quel regard les potentes portent sur leurs inférieurs et comment, éventuellement, ils peuvent les faire glisser jusqu’à l’exclusion du corps social, au point que les historiens, du Moyen Âge jusqu’à nos jours, ont pu eux-mêmes être dupes de ce processus qui, par laminages successifs des regards, conduit de pauvreté en marginalité.

4Mais le petit peuple ne se réduit pas à un enjeu dans une dialectique des pouvoirs. Le petit peuple existe : il vit, il souffre, il bouge, il se reproduit... Y a-t-il des critères qui permettent de le mieux cerner et de mieux cibler les couches sociales qu’il comporte ? Il a paru essentiel de définir, à côté des termes employés, des critères économiques qui mesurent la faiblesse ou l’absence de revenus, les seuils de pauvreté et de mendicité, des critères politiques et sociaux que manifestent la possibilité d’action politique, la représentation et la présence effective de ces hommes et de ces femmes dans les structures du pouvoir, ainsi que des critères culturels et religieux d’où se dégagent des types de culture, des normes de comportement et des valeurs. Notre ambition était effectivement d’intégrer à une analyse socio-économique et politique, des exposés portant sur des thèmes plus précis, plus proches de la vie concrète et de la culture du petit peuple. Il n’était pas souhaitable de reprendre en le prolongeant le débat actuellement dépassé sur l’existence d’une culture populaire spécifique. En revanche, il était indispensable de cerner les réalités biologiques du petit peuple, son hygiène, ses types de maladie, son alimentation et ses façons culinaires, sa vie sexuelle et ses rapports entre les sexes, son insertion et ses initiatives dans les lieux ou les temps de socialisation. Dans ces conditions, la religion du petit peuple devenait un élément important de son étude : la perception du sacré, la hiérarchie des puissances surnaturelles, les fêtes et dévotions lui sont-elles spécifiques ? Ses manifestations, voire ses attitudes envers la vie, pouvaient et devaient être traitées à partir des recueils de miracles, des récits de pèlerinages ou de croisades et autres.

5L’attention apportée aux sources suffisait à convaincre que l’entreprise était possible. Certaines sources peuvent se présenter en séries à peu près homogènes, qui permettent de préciser des méthodes d’approche et de cerner quelques aspects circonscrits du thème général. Il en est ainsi des contrats d’embauche, des mentions de salaires, des déclarations fiscales, etc. Les sources normatives, qu’elles soient ecclésiastiques, urbaines ou royales, les sources pastorales, les sources privées que sont les testaments ou les mémoires permettent d’autres approches que viennent nuancer les témoignages littéraires, des romans aux fabliaux. L’archéologie, dans ses dimensions interprétatives et anthropologiques, est essentielle pour étudier la vie quotidienne du petit peuple. L’iconographie, moins communément exploitée, apporte aussi sa dimension descriptive et documentaire, qu’elle soit ou non étudiée en relation avec les textes qu’elle accompagne ou l’imaginaire qui la porte. Son regard a d’ailleurs l’avantage d’être au confluent de la réalité et de la perception, de la vision normée ou stéréotypée et de l’interprétation personnelle de l’auteur. Aucune de ces sources n’a été négligée pour donner un aperçu des réalités sociales les plus typiques vécues par ces couches inférieures. Encore fallait-il garder à l’esprit que le petit peuple est loin de former un ensemble lisse. Il a donc paru important de toujours distinguer les diverses couches qui le composent, en ville comme à la campagne, dans tous les milieux déterminés et suivant les époques. Les esclaves ruraux ou urbains y avaient leur place aux côtés du petit peuple des travailleurs de la laine dans les villes, le petit peuple des armées y côtoyait celui des pauvres étudiants ou des officiers de justice des basses œuvres. Tant il est vrai que, même dans les couches les plus défavorisées et peut-être surtout chez elles, se secrète une hiérarchie aux contours subtils, qui ne se mesure pas seulement en termes de revenus.

6Pour traiter ce programme fourni et ambitieux, il a été fait appel à des spécialistes confirmés et mondialement connus, aussi bien qu’à de jeunes doctorants qui ont pu tester là les premiers éléments de leur recherche. Le but était de faire le point sur les acquis et d’explorer de nouvelles pistes pour l’avenir. Il n’était pas de composer une encyclopédie sur le petit peuple, un projet d’ailleurs impossible, mais de rappeler aux médiévistes l’intérêt d’un domaine d’études que l’historiographie contemporaine a trop souvent délaissé ou biaisé.

7Nos remerciements vont donc à ceux qui ont cru cette entreprise possible et en ont appuyé le projet, en particulier Jean-Pierre Sosson, de l’Université catholique de Louvain, et Franco Morenzoni, de l’Université de Genève. Sans l’aide matérielle de l’Université de Montréal, du Conseil de recherches en Sciences humaines du Canada, de l’Université de Genève, du Centre National de la Recherche Scientifique française et en particulier du Laboratoire de Médiévistique de Paris (UMR 8589), et celle de l’Institut universitaire de France, l’organisation de ce Congrès international n’aurait pas été possible. Le Conseil scientifique de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne a permis que les actes soient publiés aux Publications de la Sorbonne. Que ces différentes institutions soient remerciées pour leur contribution. Des remerciements tout particuliers vont à Marthe Bouchard qui a contribué à préparer ce manuscrit. Sans Élisabeth Mornet, il ne serait pas devenu ce livre, qui témoigne avec bonheur des liens étroits que nourrit la recherche dans nos différents pays.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540