Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métro, dépôts, réseaux

 | 
Noëlle Gérôme
, 
Michel Margairaz

Archives, transports urbains et recherche

La Seine-Saint-Denis et les transports en commun : une mémoire commune

Agnès Magnien

Texte intégral

1Les relations entre la RATP et la Seine-Saint-Denis ont longtemps été très distendues. Le métro ne vint desservir la préfecture qu’en 1985, vingt ans après sa création. Pourtant, qui sait encore maintenant, qu’il y a quelques dizaines d’années, le tramway existait dans près d’une demi-douzaine de villes ? Ces journées d’étude nous réunissent cependant en Seine-Saint-Denis, entre le canal de Saint-Denis et le dépôt d’autobus d’Aubervilliers... preuve que l’histoire des transports en commun ne peut être dissociée de celle du département.

2Dans un premier temps seront présentées quelques pistes de recherche à partir des archives conservées qui ne proviennent pas directement des services de la RATP, comme il a déjà été dit auparavant. Ensuite, sera évoqué l’état de la réflexion menée autour de la question de cet archivage et les solutions proposées.

Des sources indirectes à exploiter

3Les sources complémentaires, identifiées dans les collections des archives départementales de la Seine-Saint-Denis, révèlent la RATP comme un acteur du département, un partenaire.

4Entreprise sous tutelle, les procès-verbaux de son conseil d’administration, ceux des commissions techniques du Syndicat des transports parisiens, ceux des réunions de travail chez le directeur de cabinet du préfet se retrouvent dans les fonds de la préfecture. Depuis les années vingt, s’y trouvent, notamment, les multiples autorisations accordées par le contrôle de légalité pour la réalisation du tracé des lignes, tracés qui impliquèrent souvent de longues négociations avec les propriétaires des terrains (préfecture : direction des Affaires communales, puis direction des Relations avec les collectivités territoriales).

5La question des choix de desserte apparaît comme faisant partie intégrante de l’aménagement du territoire. Ainsi, les archives de la direction de l’Équipement (groupe d’études et de programmation-infrastructure, transports et environnement), celles du conseil général (direction de l’Aménagement et du Développement) éclairent sur les partis pris. Pourquoi avoir tant attendu pour prolonger les lignes jusqu’à Bobigny, jusqu’à l’université Paris VIII à Saint-Denis ? L’absence de « villes nouvelles » en Seine-Saint-Denis explique-t-elle le fait que bon nombre des centres de villes importantes ne soient pas reliés au réseau métropolitain (Aubervilliers, Épinay-sur-Seine, Pantin ou Romainville...), alors que d’autres le sont depuis les années quarante (Montreuil ou Saint-Ouen par exemple) ? En revanche, des pôles d’activités internationales ou de prestige (aéroport Roissy-Charles de Gaulle, Stade de France) ont bénéficié, en un temps record, de dessertes multiples. Les archives de la Sanem-Stade de France seront d’une grande utilité.

6Dans les fonds de la direction de l’Équipement (arrondissement territorial de La Plaine-Saint-Denis, ancienne Seine), dévolus aux archives départementales de Seine-Saint-Denis, on découvre une évolution sur quelques décennies : de la notion de « transports parisiens », dominante jusque dans les années cinquante, on s’oriente peu à peu vers une approche régionale, portée par des enjeux politiques et économiques. Les divers travaux universitaires, consacrés aux transports et déposés aux archives départementales (sous-série 9 J), développent ce thème du transport en commun intégré au sein d’un espace géographique : la commune, la région ou, plus récemment à l’honneur, les transports « interbanlieues ».

7Autres enjeux : la répartition des charges et les tarifications. Comment évolue la position du conseil général sur la question de la répartition des charges liées au syndicat des transports parisiens entre les différents départements partenaires ? Les archives mettent en évidence le rôle du conseil général dans les choix des tarifications et leur financement : le budget départemental réservé à la carte Améthyste ou, plus récemment, à la carte Imagine’r illustre des orientations politiques en faveur des populations âgées et de la jeunesse.

8Autre volet de la place occupée par les transports en commun dans les préoccupations collectives : la sécurité du personnel et des usagers. Si les archives des justices de paix fourmillent d’allusions aux déplacements des personnes, la question, très actuelle, de la sécurité des personnes dans les transports transparaît au travers des archives de la direction départementale de la Sécurité publique et du partenariat police-RATP dans la recherche de solutions adéquates (les « grands frères »). Se trouvent aussi dans les archives du cabinet du préfet des études sur l’amélioration des conditions de transport des usagers.

9Enfin, on retrouve les salariés de cette entreprise importante du département dans les fonds des archives de la direction du Travail (Inspection du travail), du cabinet du préfet encore (relevés et informations sur l’implantation syndicale et les mouvements sociaux) et dans ceux de la direction de l’Équipement (l’étude de la profession des demandeurs de permis de construire serait à faire sous cet angle).

10Entreprise innovante (les archives de la direction de l’Équipement ont gardé traces des opérations d’électrification des lignes ou encore d’un projet de métro aérien entre Livry-Gargan et Clichy-sous-Bois en 1967), la RATP achève, en 1992, la ligne de tramway Saint-Denis/Bobigny grâce à la volonté et à l’efficacité d’un partenariat exemplaire (RATP, État et conseil général). Depuis lors, le tramway est vécu comme un facteur d’identité départementale comme en témoignent les campagnes de communication successives menées sur ou grâce à ce moyen de communication ressuscité en région parisienne (conseil général : direction de la Communication ; archives de la société de production Périphérie).

La sauvegarde de cette mémoire collective

11Outre le rôle économique de l’entreprise, d’autres éléments viennent enrichir la perception des transports en commun au sein du département. On se souvient de l’engagement des salariés du dépôt d’autobus d’Aubervilliers dans le mouvement social d’octobre-novembre 1995. On découvre, dans une gare routière séquano-dionysienne, la même animation aux heures de pointe que dans les gares ferroviaires parisiennes, et même un rythme inhabituel entre ces heures. Le dimanche matin, le tramway ne désemplit pas entre les marchés qu’il relie et contribue à faire vivre. L’utilisation et l’utilité de ces modes de transports témoignent d’une réelle implantation géographique, urbaine, sociale et quotidienne. Le souci des archives départementales de Seine-Saint-Denis en découle. Il existe une réelle nécessité de préserver cette mémoire et d’y consacrer le maximum de moyens.

12La collecte des archives publiques correspondantes s’intègre dans la réalisation des missions réglementaires des archives départementales. Elle n’est cependant pas toujours aisée, compte tenu des réticences qu’ont parfois les administrations publiques à se séparer de documents relatifs à de longues négociations (tracés ou tarifications), à des tracés toujours en vigueur (équipement, aménagement ou politique foncière) ou à des sujets dits « sensibles » (maintien de l’ordre). Ainsi, les seules sources accessibles aux archives sont souvent des sources de « seconde main », pour lesquelles une collecte particulière a été mise en œuvre. Il s’agit, en Seine-Saint-Denis, d’un choix délibéré de collectes, validé en plus haut lieu. Pour mémoire, citons deux axes privilégiés dans le département depuis plusieurs années et toujours d’actualité à ce jour.

13D’une part, la mise en place en 1988 d’un secteur consacré aux archives audiovisuelles, doté de moyens humains, financiers et techniques, ayant permis par exemple de préserver la mémoire visuelle de la construction de la ligne du tramway (Périphérie). D’autre part, la signature d’une convention de partenariat avec l’Institut CGT d’histoire sociale pour le traitement, la conservation et la valorisation de ses archives a servi de moteur. Cet intérêt particulier pour les archives du monde du travail et la création d’un poste spécifique nous permet d’offrir aux associations, entreprises, syndicats ou particuliers qui le souhaitent notre savoir-faire en matière de conseils à l’organisation, de tri, de classement et de mise en valeur.

14Enfin, l’accueil in situ de telles archives est relayé non seulement par l’intégration de cette valorisation dans les projets propres des archives (publication et diffusion des inventaires, organisation de tables rondes ou activités éducatives) mais encore par des contacts étroits entretenus avec le milieu de la recherche (convention de partenariat « Mémoires d’usines, mémoires ouvrières » pour l’exploitation de ces sources avec l’Université Paris XIII, création d’une association « Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis » en relation avec le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier).

15L’histoire des transports touche à de nombreuses disciplines. Les efforts de préservation doivent s’orienter dans tous les domaines de l’histoire sociale ou politique, économique ou administrative, celle de l’urbanisme ou encore de la géographie humaine. Il reste un travail à poursuivre autour des enjeux politiques, facteurs d’identité et parfois de cohésion sociale qui constituent l’histoire des transports en commun dans le département de la Seine-Saint-Denis. C’est dans cet esprit que nous proposons nos services et que nous attendons et contribuerons à la parution du second tome du Guide des sources de l’histoire des transports publics urbains à Paris et en Île-de-France, xixe-xxe siècles, publié par la RATP.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540