Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusion

Pierre Guichard

Texte intégral

1En concluant ce congrès, je dois évidemment remercier les institutions qui nous reçoivent, en premier lieu la Casa de Velázquez à laquelle est due l’organisation de cette rencontre, et l’Université de Castilla-La Mancha qui nous a invités à tenir dans ses locaux cette séance de clôture. En présence de Ricardo Izquierdo Benito et de Patrice Cressier, je me sens obligé de constater que cette réunion d’historiens, ne pouvant tout embrasser ni tout traiter, n’a peut-être pas suffisamment pris en compte tout le secteur d’informations archéologiques que l’un et l’autre ont contribué à enrichir. Si le temps ne nous avait pas été à ce point compté, nous aurions pu effectuer, outre Tolède, une visite au très remarquable site de Vascos, emblématique de la Reconquête, que Ricardo Izquierdo étudie depuis de nombreuses années. Ce n’est que de façon fugitive, à travers les mentions qu’en a faites Geneviève Bührer-Thierry pour les pays slaves, ou indirectement par le biais de la numismatique traitée par Cécile Bresc, que nous avons touché aux données matérielles, pourtant si importantes pour l’étude de ces fronts de contact et de recouvrement entre l’Occident latin et les territoires et les civilisations qu’il a progressivement intégrés au cours de son expansion.

  • 1 Pierre Chaunu, L’Expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, 1969, p. 70.
  • 2 Ibid, p. 235.

2On doit à Pierre Chaunu un livre classique sur l’expansion européenne. Bien qu’il fasse une large place aux derniers siècles médiévaux, il s’en dégage cependant, me semble-t-il, l’idée qu’en dépit de ces antécédents, la charnière essentielle dans l’histoire de cette dernière est à placer à la fin du Moyen Âge. « Rien d’apparent, de positif ni de durable, écrit-il, ne se produit avant le milieu du XIVe siècle » ; c’est seulement alors, en effet, que « le centre de gravité des entreprises atlantiques passe de la Méditerranée italienne et catalane à l’Atlantique méditerranéen »1. Quant à un nouveau contexte idéologique, dans le sens d’un évident intérêt pour les découvertes, il ne se dégagerait guère avant la fin du XVe siècle ou le début du XVIe, avec l’imprimerie, « la machine de Gutenberg, au service d’une littérature exotique »2. Sans contester pour l’essentiel ces analyses, ni l’importance des changements qui introduisent l’époque moderne, il est légitime, dans ce cadre d’un colloque médiéviste consacré à cette même « expansion occidentale », de souligner au contraire l’importance du Moyen Âge dans la définition d’un Occident « découvreur » autant qu’expansionniste.

  • 3 Ibid., p. 87 ; il faut sans doute noter que le dominicain Jean de Plan Carpin a antérieurement eff (...)
  • 4 Ibid., p. 235 ; Olof ou Olaus Magnus (1490-1554), parcourt la Finlande et les contrées septentrion (...)

3Ce qui empêche parfois de donner leur juste place aux siècles pré-modernes dans le processus d’expansion, c’est que les axes géographiques des conquêtes latines des XIIe-XIIIe siècles, orientées presque autant vers le nord que vers le sud, sont différents de ceux de l’époque suivante, et probablement aussi que l’accroissement des connaissances de l’Europe se fait alors davantage par l’appropriation du « savoir arabe » que par un effort d’appréhension intellectuelle de nouveaux mondes, encore que celui-ci ne soit pas inconnu du Moyen Âge, et commence incontestablement à l’époque du premier mouvement missionnaire. Centré sur les aspects méridionaux et occidentaux de la dilatation de l’Europe latine, évidemment les plus spectaculaires aussi bien en Afrique qu’en Europe, l’ouvrage de Pierre Chaunu ne fait que très peu de place aux aspects septentrionaux et orientaux de l’expansion européenne, dont notre rencontre a au contraire rappelé l’importance avec les communications de Geneviève Bührer-Thierry, de Sylvain Gouguenheim, de Jean-Marie Maillefer. Pierre Chaunu lui-même, d’ailleurs, donne quelques indications qui montrent le poids des préoccupations « septentrionales » dans l’équilibre de l’Europe des XIIIe-XVIe siècles. Ainsi rappelle-t-il que dans l’Historia Mongolorum de Jean de Plan Carpin – la première description ethnographique des peuples d’Asie, écrite vers 1250 à la suite de l’ambassade de ce dernier auprès des Mongols – se manifeste devant la force de ces envahisseurs une vive inquiétude pour les marges les plus septentrionales de la Chrétienté latine, la Prusse et la Livonie3. Plus loin, il fait bien figurer parmi les premiers intellectuels inscrits « au tableau d’honneur des curieux de la découverte » l’évêque suédois de Dantzig Jean Magnus : avec son frère Olaf, ces deux auteurs seront les premiers, au début du XVIe siècle, à tenter une description des peuples et des choses de l’Europe du Nord, sans doute moins prometteuse de grandioses nouveautés que les ouvrages bien plus connus qui commencent à faire découvrir aux Européens l’immense domaine ouvert par les grandes découvertes, mais révélatrice du même esprit, et prolongeant l’expansion latine des siècles précédents dans l’espace baltique4.

  • 5 Ibid., p. 87.
  • 6 Voir le compte rendu de la Géographie (Physische Geographie) d’Emmanuel Kant (traduit de l’alleman (...)

4Sans doute toute la littérature de « merveilles » proprement médiévale rejoint-elle souvent le mythique ou l’imaginaire. Mandeville et son « exotisme fabuleux », qui connurent un succès immense, sont du XIVe siècle, donc postérieurs à Jean de Plan Carpin. Mais la confusion entre les merveilles imaginaires des mondes rêvés et la réalité de l’univers que l’Occident se donne très tôt pour objectif de découvrir et de dominer n’est pas qu’un fait « médiéval ». Comme le constate encore Pierre Chaunu, « à peine moins que Marco Polo, Mandeville a alimenté l’imagination de Colomb »5. Et n’a-t-on pas redécouvert récemment des cours de géographie dispensés par Kant entre 1756 et 1796, qui peuvent apparaître aux yeux d’un lecteur actuel comme « un invraisemblable fatras de remarques hétérogènes, de connaissances sans système, de curiosités dépourvues de liens » devant lesquelles on peut hésiter entre l’étonnement, le rire, et parfois l’indignation6. S’il peut y avoir une connaissance objective de Tailleurs et de l’autre, à laquelle chaque époque croit sans doute être parvenue, elle ne peut être qu’une conquête longue et difficile, sur la voie de laquelle le Moyen Âge devrait prendre toute sa place.

  • 7 Robert Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization and Cultural Change (950-1350), Lond (...)

5Pour conclure valablement ce colloque, axé plutôt sur le Moyen Âge central – la grande phase de l’expansion latine – que sur le début du processus d’expansion ou sur la période difficile des XVe-XVIe siècles, et mettre correctement en perspective les communications qui y ont été présentées, il faudrait être capable d’embrasser avec une compétence suffisante tous les terrains d’expansion et toute la période considérée. Dans son très suggestif ouvrage intitulé The Making of Europe, Robert Bartlett étend territorialement ses perspectives, vers le nord, des marges celtiques du domaine anglo-saxon, puis anglo-normand – l’Irlande, l’Ecosse et le pays de Galles – aux extrémités livoniennes et finnoises du domaine des Teutoniques et de la domination suédoise, et vers le sud, du Portugal aux établissements génois de la mer Noire, en passant bien sûr par les conquêtes provisoires de Terre sainte et de Grèce7. Damien Coulon nous a présenté l’activité des marchands occidentaux dans le bassin oriental de la Méditerranée, et la « modernité » de leurs pratiques, mais on n’oubliera pas qu’à la même époque, les marchands « latins » de la Hanse développent un commerce tout aussi actif le long des côtes de la Baltique et vers l’intérieur jusqu’à Novgorod et au-delà.

  • 8 Voir Pierre Chaunu, op. cit., p. 93-98 (sur les tentatives génoise de 1291 et majorquine de 1346), (...)
  • 9 Charles-Emmanuel Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghreb aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1966 (...)
  • 10 Pierre Chaunu, op. cit., p. 96.
  • 11 Voir ibid., p. 127 (Henri le Navigateur) et 288 (la caravelle). Sur les rapports entre navigation (...)

6À l’extrême sud et à l’intérieur même de ce qu’il est convenu d’appeler le Moyen Âge, on pensera aussi que l’expansion des Européens a atteint les Canaries et les Açores, découvertes et cartographiées dès le milieu du XIVe siècle, et dont l’occupation commence dans la première moitié du XVe siècle. Elle est largement engagée sur la côte occidentale de l’Afrique, depuis Ceuta que les Portugais occupent en 1415. La grande expansion vers le Nouveau Monde et l’Asie sera la suite logique de ces premières avancées. On sait que les nécessités de la navigation sur l’Atlantique provoquèrent à cette époque les transformations bien connues dans les types de navires ; mais l’idée de l’aventure océanique était depuis longtemps dans l’air en Méditerranée, au moins depuis l’échec des frères Vivaldi qui, partis de Gênes en 1291 – l’année même de la chute de Saint-Jean-d’Acre – avaient voulu franchir le détroit de Gibraltar avec leurs deux galères pour se diriger ad partes Indiae per mare oceanum. Et l’on ne peut séparer les problématiques méditerranéenne et atlantique : un demi-siècle plus tard, en 1346, le majorquin Jaume Ferrer, qui ne revint pas non plus, atteint vraisemblablement le Sénégal, à la recherche du riu de l’or qu’un autre majorquin, Angelino Dulcert, avait représenté sur les cartes en 13398. Charles-Emmanuel Dufourcq suggère que le passé musulman de l’île et les contacts de Majorque avec l’émirat de Tlemcen, pourvoyeur d’or soudanais, expliquent ces connaissances ou ces intuitions cartographiques9. C’est, semble-t-il, au milieu du même siècle que l’on commence à utiliser dans cette région les cocas bayonescas venus des côtes plus septentrionales10, préfigurant les caravelles qui, à partir de l’époque d’Henri le Navigateur (mort en 1460), permettront les découvertes décisives11.

  • 12 Voir dans Geneviève Bührer-Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue », dans L’Étra (...)

7Le processus d’expansion qui débouche ainsi sur le grand essor de l’époque moderne semble commencer à la fin du Xe ou au début du XIe siècle. Au nord, les peuples slaves limitrophes de la Germanie ottonienne, comme les Abodrites évoqués par Geneviève Bührer-Thierry, ont commencé à faire l’objet d’une pression à la fois missionnaire et militaire à partir des années 950. Mais cette ébauche d’expansion a été remise en cause par la défaite d’Otton II en 982 face aux musulmans et sa mort quelques jours plus tard. Se produit alors un soulèvement général des tribus slaves païennes, qui éliminent les garnisons allemandes et chassent les évêques installés dans leur pays. Les espoirs de domination impériale ne sont pas abandonnés : une enluminure de l’évangéliaire d’Otton III à la bibliothèque de Munich, présente la Sclavonia apportant des présents au souverain. Des contacts tantôt pacifiques tantôt violents continuent à avoir lieu au XIe siècle12, époque de la vigoureuse résistance et réaction païenne évoquée par Geneviève Bührer-Thierry, mais il faut attendre le XIIe siècle pour que se produise au-delà de l’Elbe la reprise définitive de l’expansion.

  • 13 Description de l’Afrique septentrionale par Abou-Obeïd-el-Bekri, traduite par Mac Guckin de Slane, (...)

8Dans les dernières décennies du Xe siècle, l’Europe méridionale est encore menacée par de notables attaques musulmanes, aussi bien en Espagne qu’en Calabre et en Pouille. On ne note pas toujours la coïncidence chronologique entre la défaite de l’empereur Otton II au Cap Colonne en 982 devant l’armée des Kalbites de Sicile et les succès amirides que constituent la prise de Barcelone en 985 et le sac de Saint-Jacques-de-Compostelle en 992 par al-Mansûr, l’Almanzor des textes espagnols. Avec peine, les Provençaux se sont depuis peu de temps (972) débarrassé des pirates du Freinet, que les Omeyyades de Cordoue alors absorbés surtout par leur politique maghrébine n’ont sans doute pas cherché à soutenir. Cette agressivité musulmane se marque encore, après le déclenchement de la crise du califat en 1009, avec la célèbre attaque de la Sardaigne en 1015 par l’émir Muḏjâhid de Denia, le « Muget » des chroniques italo-germaniques. Mais Pisans et Génois – ces derniers tout à fait impuissants lors du sac de la ville par la flotte fatimide en 934 ou 935 – ont depuis quelques années commencé à réagir aux raids musulmans. La première date connue d’une attaque italienne semble être le raid pisan de 1005 contre Reggio. Dix ans plus tard, les deux villes sont en mesure de faire échec à la tentative de Muḏjâhid, puis, dès 1034, Pise s’enhardit à mener un raid contre Bône, qui était au XIe siècle, d’après al-Bakrî, une base très importante de la piraterie maghrébine en direction des côtes du pays des Rûm, de la Sardaigne et de la Corse13.

9On n’a que peu évoqué dans cette rencontre la question des origines et des causes de l’expansion. Peut-être aurait-il fallu leur consacrer davantage d’attention, même s’il est difficile d’évaluer le rôle respectif des motivations religieuses, politiques, démographiques, économiques. Sans doute, une fois le mouvement engagé, est-il assez aisé d’identifier et de hiérarchiser les différents ordres de causes. Ainsi les marchands italiens en Méditerranée et en mer Noire n’ont-ils guère d’autres motivations qu’économiques. Mais qu’en est-il initialement ? On aimerait pouvoir saisir le moment exact où, se libérant des menaces multiples qui l’avaient assailli, l’Occident latin commence son expansion et les motivations précises des premiers artisans de l’expansion. Il y eut sans doute des foyers plus dynamiques que d’autres. Dans son intervention, non reprise dans ce volume d’actes, Michel Parisse a posé la question d’un « épicentre » et rappelé la centralité de la Lorraine, du point de vue de la créativité religieuse et culturelle. Mais il est sûr que d’autres régions manifestèrent très tôt une incontestable puissance d’expansion, et en particulier la Normandie, où se manifeste certainement le plus tôt, et ensuite avec le plus de constance et de visibilité, un étonnant dynamisme militaire. Il faudrait sans doute disposer d’une documentation moins fragmentaire pour pouvoir saisir les différentes manifestations de cette vigueur expansionniste surprenante qui va, en quelques décennies, projeter à ce point l’Occident hors de ses frontières.

10Là où les sources sont un peu plus abondantes, on peut faire des constatations assez suggestives : ainsi dans les actes notariés catalans étudiés par Pierre Bonnassie, voit-on brusquement, dans les quelque quinze années qui précèdent le départ de la première croisade, les pèlerins se diriger presque exclusivement vers Jérusalem, abandonnant pratiquement les destinations internes à la chrétienté, largement prédominantes auparavant. Que plusieurs années avant la prédication d’Urbain II les fidèles de la région de Barcelone – et, on le notera, des fidèles qui sont la plupart du temps bien loin de se situer dans les premiers rangs de la société – aient de façon aussi exclusive aspiré à faire le voyage au tombeau du Christ semble éclairer d’un jour assez nouveau le déclenchement même du phénomène majeur de l’époque, et les conditions de mise en route de ce qui fut longtemps l’un des moteurs les plus évidents et les plus forts de l’expansion, la croisade.

  • 14 Voir à cet égard un texte très éclairant du géographe andalou al-Zuhrî, qui vit au milieu du XIIe  (...)

11L’essor de l’Europe latine qui s’engage ainsi au XIe siècle est en tout cas un phénomène multiforme. Les Pisans et les Génois sont à la fois des guerriers et des marchands14. Quant à l’expansion au nord, elle sera à la fois militaire et missionnaire. Sans doute cette avancée, ainsi que nous l’a rappelé Michel Balard, n’est-elle ni absolument continue, ni linéaire. Territorialement, elle connaîtra des reculs. Les Normands seront chassés en 1160 des positions qu’ils avaient occupées depuis une trentaine d’années sur les côtes ifrîqiyennes, il ne restera plus trace des États croisés dès la fin du XIIIe siècle, l’empire latin de Constantinople ne durera que quelques décennies, et les Ottomans s’empareront des possessions génoises de Mer Noire aussi bien que du duché catalan d’Athènes avant la fin du Moyen Âge. Mais au total, sous une forme ou sous une autre, l’avancée des Occidentaux – prélude à ce qui, à travers de multiples avatars comme la conquête du nouveau Monde et la colonisation, deviendra la « mondialisation » – apparaît dès lors inéluctable.

12La diversité des modalités de cette expansion, et la spécificité de chacun des différents fronts sur lesquels elle se développe attirent cependant l’attention. On ne pouvait, à Madrid, que donner une certaine priorité au rappel des caractères particuliers de la Reconquête, dont nous ont parlé Patrick Henriet et Philippe Josserand. Sur le front ibérique, l’avancée territoriale qui commence un peu après le milieu du XIe siècle, est sous-tendue par une idéologie particulière, où les facteurs politiques prennent généralement le pas sur les considérations religieuses. Elle est dominée, comme l’a rappelé Miguel Angel Ladero Quesada, par l’idée d’une recuperatio de terres ayant anciennement appartenu à la chrétienté latine, associée au « néogothicisme » de la première monarchie « reconquérante », le pouvoir castellano-léonais. On trouve encore dans ces territoires des communautés chrétiennes dont le degré de latinité culturelle – et corrélativement d’arabisation – est d’ailleurs discuté, mais il va s’y établir surtout une coexistence avec les minorités mudéjares évoquées par Jean-Pierre Molénat. La légitimité de l’utilisation par les historiens du terme même de « Reconquête » a été contestée, mais il est consacré par l’usage, et il n’y en a guère d’autre pour désigner clairement, dans son ensemble, le phénomène historique d’importance que représente le rattachement, des environs de 1100 à 1492, de la totalité de la péninsule Ibérique aux pouvoirs chrétiens du nord.

  • 15 Le caractère parfois un peu incantatoire de l’invocation du « dialogue des cultures » me paraît bi (...)

13L’avancée de la chrétienté à cet extrême Occident du bassin Méditerranéen n’est qu’un élément de la bien plus vaste et séculaire confrontation entre les deux grandes aires de civilisation que représentent le monde latin et l’Islam, séparés par de profondes différences culturelles qui rendent, globalement sinon à titre individuel, le dialogue difficile ou impossible, en dépit de l’intensité croissante des contacts que les fidèles des deux religions vont, tout au long du Moyen Âge, être amenés à entretenir du détroit de Gibraltar à la mer Noire. Le caractère profondément conflictuel de ces relations ne saurait être dissimulé, même si, au nom d’une volonté de dialogue des cultures, on cherche souvent à l’exorciser en le minimisant15.

  • 16 Je me réfère ici à son mémoire d’habilitation, non encore publié.

14La vision de l’autre que musulmans et chrétiens entretiennent réciproquement pèse lourdement sur cette incompréhension réciproque. Comme John Tolan l’a bien montré16, dans les siècles qui suivent la grande avancée musulmane des VIIe-VIIIe siècles, l’Occident latin ne pouvait appréhender l’Islam, par ailleurs expansionniste et agressif à cette époque, qu’avec les instruments culturels et intellectuels dont il disposait, c’est-à-dire comme un paganisme ou une hérésie, l’affectant de ce fait d’un signe profondément négatif. La « diabolisation » de l’Islam souvent dénoncée prend ses racines dans cette vision négative antérieure à la croisade. Pour le simple fidèle, il n’était sans doute pas besoin d’autre justification à un engagement militaire contre une religion honnie, même s’il en allait autrement pour les canonistes auxquels il fallait trouver des motifs pour légitimer l’interminable guerre menée par la Chrétienté contre un Islam qui, à l’inverse de ce qui s’était passé dans les siècles antérieurs, n’apparaissait plus vraiment comme agressif, surtout en Orient où ce n’est qu’avec la croisade que le contact guerrier entre Latins et Musulmans allait s’établir et s’intensifier. C’est alors que la notion de recuperatio des territoires perdus s’appliquera à la Terre sainte. Inversement la notion de guerre sainte initialement forgée au feu de la croisade tendra, sous sa forme véritablement religieuse, comme nous l’a indiqué Philippe Josserand, à s’appliquer plus tardivement au processus de reconquête.

15L’avancée de la chrétienté latine aux dépens des païens septentrionaux pose moins de problèmes idéologiques. Il ne fait vraisemblablement guère de doute aux yeux des chrétiens de l’empire qu’ils doivent être convertis à la vraie foi, dans le prolongement d’une action missionnaire engagée depuis les temps mérovingiens et carolingiens, action à laquelle une bonne part des terres germaniques devaient déjà leur rattachement à la chrétienté romaine. Mais il s’agissait maintenant de populations principalement slaves, qu’il fallut souvent réduire par la force pour les rattacher à l’empire et les christianiser.

16Les peuples non germaniques, Slaves ou non, dont les chefs, conscients du danger, avaient su se convertir à temps, étaient parvenus à s’organiser en royaumes indépendants ou reliés de façon très lâche à l’empire, comme les Polonais, les Tchèques et les Hongrois. Sauf dans le cas des Lituaniens, qui bénéficièrent de circonstances favorables et conservèrent leur autonomie politique sous des princes nationaux hésitant entre le paganisme traditionnel, le christianisme latin et l’orthodoxie, l’avancée chrétienne des XIIe-XIIIe siècles se produisit, dans l’ensemble, d’une façon différente, ne convertissant les populations que dans le cadre d’une conquête associée à une colonisation paysanne et à une expansion commerciale.

17La progression latine trouvait sa justification dans l’insoumission des païens ou même dans leurs attaques. Ainsi est-ce pour se protéger des violentes incursions des Prutènes que le duc polonais Conrad de Mazovie fit appel aux chevaliers teutoniques en 1225. Sylvain Gouguenheim nous a présenté une très claire synthèse de la conquête emblématique de la Prusse par les chevaliers, montrant bien que même dans le cas de cette occupation souvent considérée comme particulièrement brutale, il n’y avait pas eu destruction de toutes les structures existantes. Et il restera longtemps, à ces limites nord-orientales du monde latin, des populations païennes à convertir, ainsi que nous l’a montré Jean-Marie Maillefer pour le XIVe siècle, époque de Brigitte de Suède et de la croisade de Novgorod.

18Spécifiquement médiéval est le rôle majeur joué dans cette avancée latine par les motivations et les institutions religieuses. On ne pouvait envisager que quelques exemples de ce dynamisme de l’Église. Michel Parisse a ainsi évoqué l’expansion des ordres religieux vers l’Europe centrale, et Stéphane Boissellier le rôle majeur de la création des lieux de culte nouveaux liés au peuplement chrétien dans la structuration spatiale de l’Algarve portugais. D’avantage que d’une restauratio d’anciens évêchés, dont la renaissance est souvent soumise à des considérations politiques, il s’agit d’une colonisation qui fait en maints endroits table rase du passé, et qui servira de base à la constitution d’un nouveau réseau paroissial.

19Évidemment, l’institution religieuse qui attire le plus fortement l’attention sur ces marches militaires de la Chrétienté latine, ce sont les ordres militaires. En une époque de relative inorganisation des pouvoirs politiques, leur naissance et leur développement marquent une remarquable capacité d’adaptation de la Chrétienté aux nécessités du temps. L’Occident latin sécrète en quelque sorte ces organisations nouvelles nécessaires à la défense de ses conquêtes, et leur évolution manifeste la même faculté de répondre aux conditions particulières de chaque époque. Philippe Josserand a rappelé à cette égard une classification chronologique des ordres, qui se situent successivement dans des perspectives universelles – les ordres du Temple et de l’Hôpital –, territoriales – les ordres espagnols sous leur première forme, qui s’organisent dans le cadre de la Péninsule – et enfin « nationales », lorsque la force croissante des monarchies prénationales leur impose de s’en tenir à ce cadre : on voit alors apparaître, parfois sur les décombres des anciens, des ordres nouveaux comme Montesa en Aragon et Avis au Portugal. Le cas de l’ordre teutonique est particulier, puisqu’il se maintient à travers cette évolution, en venant à constituer lui-même en Prusse un État en quelque sorte « national », et même, selon Sylvain Gouguenheim, « l’un des premiers États modernes de la fin du Moyen Âge ». L’étude précise que Kristjan Toomaspoeg consacre aux possessions des Teutoniques en Sicile montre bien l’appui humain, logistique et financier apporté par l’ordre au ravitaillement de la Terre sainte, mais aussi la progressive « nationalisation » de ses perspectives dans l’État angevin du Bas Moyen Âge.

20Les dernières communications ont été consacrées aux réactions des peuples périphériques au détriment desquels se faisait l’expansion, elles aussi multiformes : peu structurée lorsqu’il s’agissait des Slaves et des autres populations païennes de l’Europe septentrionale, ou au contraire fortement encadrée politiquement et idéologiquement par les pouvoirs en terre d’Islam. Il faudrait évidemment mettre en parallèle avec les faits andalous évoqués par Pascal Buresi et Maria Jesús Viguera, la « contre-croisade » orientale, plus heureuse pour l’Islam dans ses résultats que la résistance finalement inefficace des empires berbéro-andalous. Un même durcissement idéologique, dû en grande partie au renforcement de la lutte contre les chrétiens, s’observe de part et d’autre, qui conduit à des comportements envers les « hétérodoxes » assez proches aux deux extrémités du bassin Méditerranéen. Ainsi voit-on en 1191, sous le pouvoir de Saladin, le mystique Suhrawardî exécuté à Alep, et sous celui de l’Almohade al-Mansûr, en 1197 l’étude des « sciences des anciens » interdite et Averroès disgracié à Cordoue. La première condamnation a lieu quatre ans après la victoire de Hattîn et la reprise de Jérusalem, la seconde deux ans après la défaite chrétienne d’Alarcos.

21Si l’Islam pouvait encore à la fin du XIIe siècle, par ses succès militaires, retarder l’avancée chrétienne à l’ouest, ou même reconquérir la Terre sainte à l’est, il n’est déjà plus en mesure, et le sera de moins en moins aux siècles suivants, de résister à la pénétration économique des Européens, appuyés comme nous l’a bien montré Damien Coulon, sur une démarche industrielle et commerciale novatrice, qui leur permet de dominer efficacement les marchés orientaux, et ce faisant, sans doute, d’affaiblir les artisanats et les industries locales plus traditionnelles et globalement moins performants. Il faudrait sans doute mener plus avant l’étude du thème « essentiel mais délicat de la balance commerciale entre Occident et Levant », ce qui impliquerait aussi une analyse plus poussée des problèmes monétaires dont Cécile Bresc nous a rappelé l’importance. On souscrira en tout cas à l’idée que « ces éléments tendent à faire éclore des structures capitalistes, et préfigurent certaines modalités de l’expansion occidentale, lors des grandes découvertes ».

  • 17 Philippe Sénac, La Frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle). Le peuplement musulman au nord de (...)

22En Prusse avec les Teutoniques, en Espagne au fil de la « Reconquête », se renforcent ou se constituent des États qui s’organisent territorialement selon la tendance alors dominante dans l’Europe latine, à l’intérieur de ces frontières de mieux en mieux délimitées qui représentent l’un des éléments de structuration les plus importants de l’Europe en train de se constituer. Il n’est peut-être pas sans signification de rappeler que le terme même de « frontière » naît dans la péninsule Ibérique, de la réalité du « front » de contact avec l’Islam17, et se diffuse ensuite aux limites entre les États chrétiens. La progression chrétienne a pu prendre au cours du Moyen Âge diverses formes, éventuellement plus privées que proprement étatiques. Il en va ainsi par exemple lorsqu’en 1129 le chevalier normand Robert Bordet entreprend, en accord avec le comte de Barcelone, de repeupler Tarragone, ville antique alors abandonnée à la frontière du comté de Barcelone et du territoire islamique, ou lorsque en 1402 l’aventurier normand Jean de Béthencourt reçoit du roi de Castille l’investiture du gouvernement des Canaries dont il a entrepris la conquête l’année précédente. Ces formes intermédiaires de colonisation ne dureront pas très longtemps et, dans les deux cas, c’est un État territorial et dynastique en formation qui récupérera le territoire concédé initialement à un particulier. D’autres États très fortement constitués naissent de la « Reconquête » elle-même ; le plus remarquable est le Portugal, le premier aussi à se lancer dans l’aventure de l’expansion atlantique. Gabriel Martinez-Gros a attiré notre attention sur la façon dont Ibn Khaldûn interprétait l’expansion « franque », c’est-à-dire celle de la latinité. Lorsque le grand auteur maghrébin du XIVe siècle, avec le bagage culturel arabo-islamique qui est le sien, réfléchit à l’avancée des Occidentaux aux dépens de l’Islam dans le domaine méditerranéen, il ne perçoit que confusément – en s’étonnant de leur capacité expansionniste alors qu’ils sont fondamentalement des sédentaires – cette dimension déjà « nationale » des États dynastiques et territoriaux européens en voie de consolidation.

Notes

1 Pierre Chaunu, L’Expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, 1969, p. 70.

2 Ibid, p. 235.

3 Ibid., p. 87 ; il faut sans doute noter que le dominicain Jean de Plan Carpin a antérieurement effectué des missions en Saxe, et voyagé en Pologne et en Hongrie.

4 Ibid., p. 235 ; Olof ou Olaus Magnus (1490-1554), parcourt la Finlande et les contrées septentrionales de la Scandinavie, et publie en 1539 à Venise la Carta marina et descriptio. septentrionalium terrarum ac mirabilium rerum in eis contentarum, et en 1557 une Historia de gentibus septentrionalibus. Son frère Jean ou Johannes Magnus écrit en 1557 une Historia de omnibus Gothorum Suenonumque regibus.

5 Ibid., p. 87.

6 Voir le compte rendu de la Géographie (Physische Geographie) d’Emmanuel Kant (traduit de l’allemand par Michèle Cohen-Halimi, Max Marcousi et Valérie Seroussie, Paris, 1999) par Roger-Pol Droit, dans Le Monde du vendredi 5 février 1999 (p. VI du supplément littéraire).

7 Robert Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization and Cultural Change (950-1350), Londres, 1993.

8 Voir Pierre Chaunu, op. cit., p. 93-98 (sur les tentatives génoise de 1291 et majorquine de 1346), et 284-288 (sur la caravelle).

9 Charles-Emmanuel Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghreb aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1966, p. 138 et 453.

10 Pierre Chaunu, op. cit., p. 96.

11 Voir ibid., p. 127 (Henri le Navigateur) et 288 (la caravelle). Sur les rapports entre navigation septentrionale et méridionale, voir par exemple Jacques Paviot, « Les Portugais à Bruges au XVe siècle », Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, 38 (1999), p. 1-122, et l’habilitation inédite du même auteur.

12 Voir dans Geneviève Bührer-Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue », dans L’Étranger au Moyen Âge. XXXe congrès de la SHMES (Gottingen, juin 1999), Paris, 2000, p. 259-270, ici p. 269, l’histoire de Gottschalk, prince des Abodrites, qui, fils d’un roi slave et d’une princesse danoise, et élevé dans un monastère de la région frontalière (Lünebourg), franchit l’Elbe pour se révolter à la suite de l’assassinat de son père par un Saxon, et se livre à des massacres de chrétiens. Capturé, il finit par revenir au christianisme et restaure les églises situées au-delà de l’Elbe avec l’appui de l’évêque de Hambourg, avant de mourir en 1060.

13 Description de l’Afrique septentrionale par Abou-Obeïd-el-Bekri, traduite par Mac Guckin de Slane, Paris, 1965 (reprod. de l’éd. d’Alger, 1911-1913), p. 169 de la traduction.

14 Voir à cet égard un texte très éclairant du géographe andalou al-Zuhrî, qui vit au milieu du XIIe siècle, et rédige une description de Pise où il présente les Pisans comme des guerriers particulièrement redoutables (voir la traduction de ce texte dans Pierre Guichard, L’Espagne et la Sicile musulmanes aux XIe et XIIe siècles, Lyon, 2000, p. 66).

15 Le caractère parfois un peu incantatoire de l’invocation du « dialogue des cultures » me paraît bien souligné dans un tout récent article de Hubert Védrine dans Le Monde du 18 juillet 2002 : s’inquiétant d’un possible « clash Islam-Occident », il y évoque « un aimable et académique dialogue des cultures, qui n’est trop souvent qu’un complaisant dialogue de sourds » insuffisant pour écarter la menace d’un telle confrontation.

16 Je me réfère ici à son mémoire d’habilitation, non encore publié.

17 Philippe Sénac, La Frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle). Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.