Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Réactions des Andalusiens face à la conquête chrétienne

Maria J. Viguera Molins

Texte intégral

Réactions face à l’idéologie de la Reconquête

1C’est au Ve/XIe siècle que l’expansion chrétienne aux dépens d’al-Andalus s’intensifie et touche le Tage, en plein cœur de la Péninsule, modifiant ainsi définitivement le rapport de forces entre musulmans et chrétiens. Le XIe siècle, que Ramón Menéndez Pidal qualifie avec justesse de « siècle du grand tournant », amorce la période des consolidations et des avancées définitives de cette expansion chrétienne des XIe-XVe siècles, à laquelle le présent congrès a consacré trois journées de réflexion.

2Pendant la seconde moitié du XIe siècle, les aptitudes des Andalusiens à apporter des réponses aux conquêtes chrétiennes se transforment, de même que les manifestations de ces répliques : la prise de Barbastro, en 1064, par des Francs, des Catalans et des hommes d’Urgel, provoque encore une grande réaction andalusienne. On saisit cette réaction dans la circulaire que le secrétaire Abû Muhammad Ibn cAbd al-Barr rédige afin de susciter la solidarité de tout al-Andalus. Le commanditaire de la lettre, Ahmad, roi de Saragosse, prend le surnom honorifique d’al-Muqtadir après avoir récupéré Barbastro, quelques mois après.

  • 1 Reproduite par Ibn Bassâm, al-Dakhîra fi mahâsin ahl al-Djazîra, I. cAbbâs éd., 8 vol., Beyrouth, 1 (...)

3Dans cette circulaire1, l’auteur fait dire aux habitants de Bobastro les atrocités qu’ils ont endurées et leur fait réclamer la solidarité des musulmans et leur entrée en djihâd ; se plaignant des fautes que les Andalusiens ont commises, ils avisent des graves conséquences qui peuvent en découler, et exigent une ferme réaction :

Si vous aviez vu, oh ! vous nos frères musulmans, comment nous avons été dépouillés de nos richesses et de nos familles ; les épées ont pris le dessus, la mort a partout régné ; les croix se sont élevées, les cloches ont sonné, les démons se sont abattus sur leurs proies, les chefs des cochons ont mis le feu à tout et les maisons ont brûlé comme une torche enflammée. Partout le sang a coulé, les voiles se sont déchirés, les femmes ont été violées, les biens détruits et pillés, les cous forcés sous les talons, les membres mutilés, les manuscrits abîmés et les mosquées incendiées. Si vous, les musulmans, aviez vu tout ce désastre, vos cœurs se seraient déchirés de peine et vos yeux n’auraient pas trouvé le repos jusqu’à ce que vous ayez découvert le moyen d’aider les serviteurs du Clément, ceux qui connaissent le Coran, et trouvé la forme de prendre la vengeance de ceux qui sont au service du tyran et portent la croix. Dans plusieurs versets de son Livre sacré, Dieu appelle les musulmans avec véhémence pour qu’ils répondent à son appel et Il les menace s’ils n’obéissent pas. Si nous n’avions pas commis tant de fautes, cette tempête n’aurait pas soufflé avec cette violence sur nos têtes. Si nous avions vécu en harmonie et en accord, tous unis, nos flèches auraient atteint leur but, nos étoiles auraient scintillé éternellement et nos armes seraient restées bien préparées. Si les ennemis s’emparent des régions extrêmes, cela ne veut pas dire qu’ils prennent aussi les régions centrales. Maintenant il est indispensable que les yeux fermés s’ouvrent, que les paresseux s’efforcent, que les endormis se réveillent et que les lâches oublient leur lâcheté.

4On ne retrouve plus, ensuite, de textes andalusiens similaires incitant à une réaction générale et solidaire et l’obtenant. On constate également que les récupérations de places ou de territoires ont cessé, à l’exception de quelques éphémères conquêtes dues aux Almoravides ou aux Almohades. La prise de Tolède par Alphonse VI, en 1085, effraya les Andalusiens, mais ne provoqua pas de contre-attaque de leur part.

5Leur littérature commença alors à célébrer l’émigration depuis ce territoire perdu de Tolède, comme l’avoue dans ses Mémoires l’émir cAbd Allâh :

  • 2 É. Lévi-Provençal, « Un texte arabe inédit sur l’Histoire de l’Espagne musulmane dans la seconde mo (...)

[...] la nouvelle de la chute de cette ville eut dans al-Andalus un énorme retentissement, remplit ses habitants d’épouvante et leur ôta l’espoir de pouvoir continuer à vivre dans le pays2.

  • 3 V. Lagardère, Le Vendredi de Zallâqa. 23 octobre 1086, Paris, 1989, et Les Almoravides. Le dhijâd a (...)
  • 4 J. Ben Elhaj Soulami, « La Batalla de Alarcos en la mitología árabe », dans Alarcos 1195. Congreso (...)

6Il n’y eut pas non plus de tentatives pour récupérer Huesca, conquise par Pierre Ier d’Aragon en 1096. À propos de Valence occupée par le Cid Campeador en 1094, les textes andalusiens commencent à développer, sur un ton dramatique, les thèmes suivants : les clichés de la douleur et de la nostalgie pour les territoires perdus, l’examen douloureux des fautes commises par les Andalusiens eux-mêmes, l’espoir déçu qui avait été mis dans un secours venu de l’extérieur, espoir que les Almoravides3 représentaient à la fin du XIe siècle et que représenteront ensuite les Almohades4, puis, de moindre manière, les Mérinides.

7En cette fin du XIe siècle, les Andalusiens commencent non seulement à ressentir de facto l’assurance et le triomphe de l’expansion chrétienne, mais aussi à connaître des manifestations directes de l’idéologie de la reconquête, à travers des témoignages qui avaient commencé à être élaborés, en latin, un peu plus de deux siècles auparavant.

8Ceux-ci s’attachaient à reproduire les propositions élaborées par les chrétiens à propos du caractère légitime de leur possession de la Péninsule et relatives aussi à leur représentation d’un al-Andalus illégitime. Ibn Bassâm, au début du XIIe siècle, dans son anthologie historique et littéraire, al-Dakhîra. rapporte :

  • 5 Ibn Bassâm, op. cit., V, p. 89-103 ; M. J. Viguera-Molins, « El Cid en las fuentes arabes », dans E (...)

[...] Celui qui l’a entendu m’a raconté que lui [le Cid Campeador Rodrigue, lui-même] disait, lorsque son ardeur était au plus fort et sa convoitise extrême : « À cause d’un Rodrigue cette Péninsule fut conquise [par les musulmans] et [cet autre] Rodrigue la sauvera ». Et cette phrase remplissait d’épouvante le cœur des Andalusiens qui pensaient que cette terrible menace deviendrait réalité5.

  • 6 R. Menéndez Pidal, La España del Cid, Madrid, 7e éd., 1969, t. II, p. 573 ; I. Burshatin, « Narrati (...)
  • 7 A. P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von (...)
  • 8 É. Lévi-Provençal, op. cit., notamment p. 35-36.

9Ibn cAlqama, repris dans la Primera Crónica General de España6, transmet de manière plus prolixe encore la comparaison que le Cid établissait entre sa propre personne et le roi wisigoth. Nous ne nous y attarderons pas, mais nous constatons que les sources arabes ne répondent pas à la théorie continuiste de récupération territoriale d’al-Andalus, que les chrétiens ont élaborée autour de leur Reconquête7, en se faisant même l’écho de cette représentation, comme Ibn Bassâm qui appelle « wisigoths » (Qût) les chrétiens hispaniques dans la préface de son al-Dakhîra, en signalant la pression de ces Qût contre al-Andalus. Mais aucune réplique de sa part ni d’autres de ses contemporains ne s’oppose aux arguments continuistes, comme dans les Mémoires ci-dessus évoquées de l’émir cAbd Allâh8, qui narre la façon dont le comte mozarabe Sisnando Davídiz (mort en 1091) le prévient de « vive voix » :

C’est aux chrétiens qu’au début appartint al-Andalus, jusqu’au moment ou ils furent vaincus par les Arabes qui les refoulèrent en Galice, la région du pays la moins favorisée par la nature. Mais maintenant que c’est possible, ils désirent recouvrer ce qui leur a été ravi par la force ; pour que le résultat soit définitif, il faut vous affaiblir et vous user avec le temps : quand vous n’aurez plus ni argent ni soldats, nous nous emparerons du pays sans la moindre peine !

10Ces passages, et d’autres encore, montrent bien que les Andalusiens connaissaient la manière légitimiste dont les chrétiens présentaient leur possession de la péninsule Ibérique, dans une véritable idéologie de « Reconquête », sans leur opposer d’arguments contradictoires, par un enrichissement de leur propre résistance idéologique. Dans les sources andalusiennes, seule l’invasion militaire initiale, tant célébrée dans les textes arabes, permet aux musulmans de justifier leur acquisition de Hispanialal-Andalus, mais après cela, les Andalusiens n’ont pas remanié leur discours, basé non sur le contenu des anciens pactes – si significatifs – avec les populations autochtones, mais sur la conquête armée ; or, c’est précisément dans ce dernier trait que les chrétiens plaçaient l’argument rendant la conquête illégitime, comme on le voit dans les passages arabes que nous avons cités.

  • 9 Sur le sentiment profond d’appartenance à la Umma, on peut voir le magistral article de Cl. Cahen, (...)
  • 10 A. A. M. al-Zayyât, Riṯa al-mudun fi l-shicr al-andalusî [Élégies sur les villes perdues dans la po (...)

11Cette absence de réponse de la part des Andalusiens, c’est-à-dire d’une véritable construction idéologique, qui aurait légitimé leur possession territoriale, s’expliquerait aussi en partie par le sentiment d’appartenance à l’ensemble de la communauté islamique, la Umma9, qui n’a pas favorisé le développement d’entités locales ou « nationales ». Il y a là une question complexe, à la confluence entre régionalisme et univers islamique, entre la perception de la « terre / pays d’al-Andalus » (ard / bilâd al-Andalus) comme « patrie » (watan)10 et l’intégration de plus en plus forte des Andalusiens au monde musulman dans son ensemble. C’est précisément à partir du XIe siècle que cette position se renforce, lorsque les Almoravides reconnaissent le Califat abbaside et lorsqu’al-Andalus se trouve fondu dans l’ensemble maghrébin, fusion qui dure, avec des intermittences et sous des dynasties différentes, jusqu’au milieu du XIVe siècle.

  • 11 R. W. Brauer, Boundaries and Frontiers in Medieval Muslim Geography, Philadelphie, 1995.
  • 12 Η. Yanagihashi, The Concept of Territory in Islamic Law and Thought, Londres, 2000.

12Les Andalusiens ont, en général, prétendu être comme les Arabo-musulmans d’Orient, et une certaine logique de reconnaissance les a toujours reliés à la Umma, comme cela se passait dans le reste du monde musulman médiéval, ainsi que R. W. Brauer l’a démontré dans ses Boundaries and Frontiers in Medieval Muslim Geography11 : il constate, à l’examen de vingt-trois œuvres de géographes musulmans, rédigées entre le IXe et le XIVe siècle, que le sentiment de l’unité est profondément enraciné au sein de la Dâr al-Islâm. Il nous manque encore des analyses sur la conscience islamique médiévale de territoire local / territoire général, malgré le livre très récent, mais incomplet, édité par Hiroyuki Yanagihashi12.

13La pression idéologique des chrétiens et leur pression guerrière provoqua chez les Andalusiens un sentiment aigu du danger et celui d’une insécurité insurmontable ; un seul exemple : un passage du secrétaire et chroniqueur Ibn Sâhib al-Salât, qui, arrivé au Levant d’al-Andalus avec les soldats almohades, raconte :

  • 13 Ibn Sâhib Al-Salât, Ta’rikh al-mann bi-l-imâma, cA-H. al-Tâzî éd., Beyrouth, 1964, 3e éd., 1987, pp (...)

[...] Ils s’avancèrent jusqu’à la ville de Valence pour y trouver de quoi se nourrir et avoir ainsi la vie sauve, après ces difficultés [celles du retour de la campagne de Cuenca] [...] je me rendis là-bas [...] je manquai de nourriture jusqu’à mon arrivée à Valence. J’entrai dans la ville qui m’apparut supérieure à ce qu’on en décrit quant à ses jardins d’agrément et à ses potagers. Ses eaux courraient continuellement et ses jardins resplendissaient de beauté, unique et parfaite. Le matin l’enveloppa de sa tunique et sa beauté se déploya alors dans toute sa splendeur. Mais sa fragilité commençait à apparaître et la peur des révoltes à se répandre13.

14C’est une référence à l’année 1172.

  • 14 cA. A. Ibn Ṯaqafa_n, al-Shakwà min al-cilla fi adab al-andalusiyyîn [Plaintes sur l’adversité dans (...)

15Face au sentiment de « fragilité » et au « pressentiment » de la chute le seul recours final demeure la plainte14 et l’appel au secours divin, réponses obsessionnelles de tant de textes andalusiens, comme celui d’al-Nubâhî, grand cadi de Grenade au XIVe siècle notant, dans sa somme biographique de jurisconsultes andalusiens :

  • 15 Μ. I. Calero Secall, « La peste en Málaga, según el malagueño al-Nubâhî », dans Homenaje al Prof. J (...)

Au-delà de toute prévision, que Dieu – louanges à Lui – se montre bienveillant avec les habitants de cette Péninsule [d’al-Andalus], encerclée d’une mer tourmentée et d’un ennemi infidèle15.

Réponses institutionnelles : les possibilités tronquées du djihâd

  • 16 P. Guichard, Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), 2 vol., Damas, 1990-199 (...)

16Les Andalusiens n’ont pas formulé de réponse à la prétendue illégitimité de leur possession d’al-Andalus, en contrepartie à la puissante construction idéologique chrétienne de la Reconquête. Ils n’ont pas non plus renforcé les faiblesses structurelles de leur organisation politico-militaire, dont Pierre Guichard a dressé des analyses fondamentales, dans lesquelles il souligne le caractère relatif de cette faiblesse face à l’expansion chrétienne16.

17L’armée, dans l’histoire andalusienne, n’est qu’une institution de l’État parmi d’autres, et non un élément remarquable structurellement ou économiquement. L’existence d’une formulation forte et d’une puissante pratique défensive et offensive autour du djihâd aurait pu permettre, en al-Andalus aussi, de structurer des actions et des réactions face à l’expansion chrétienne.

  • 17 A. M. al-cAbbâdî, Suwar min ayât al-harb wa-l-djihâd fi l-Andalus [Images de la vie guerrière et du (...)
  • 18 A. Noth « Les culamâ’ en qualité de guerriers », dans Saber religiose y poder politico en el Islam,(...)

18Cela s’est réalisé, en partie, autour de formulations et d’entreprises officielles17 ; néanmoins, la volonté permanente manifestée par tous les États andalusiens, de monopoliser l’ensemble des structures et des fonctions, a inhibé l’épanouissement spontané et général du « combat pour la Foi », en clair les mouvements nés en marge de l’État. Al-Andalus a ainsi eu recours à des mercenaires étrangers au lieu de développer une militarisation globale, d’inspiration pieuse, de telle sorte que, très tôt, les réponses spontanées des Andalusiens en faveur du djihâd se sont retrouvées étouffées. Les sources textuelles officielles consacrent toute leur attention aux gestes du pouvoir politique, sans mentionner, ou presque, les pieux combattants, ces savants et ces dévots devenus combattants, dont l’accomplissement modèle du djihâd interférait de diverses manières avec les entreprises belliqueuses de l’État, comme Albrecht Noth l’a bien exposé18.

19En al-Andalus, cette pratique d’ulémas et d’hommes pieux menant un combat « privé » aux confins du territoire est attestée très tôt dans les textes arabes, mais certes au compte-gouttes : c’est en plein VIIIe siècle que la chronique anonyme des Akhbâr madjc a situent l’affaire d’Abû l-Fath al-Sadfûrî, « le dévot » (al-câhid) qui

  • 19 Ajbar machmuá [Colección de tradiciones], E. Lafuente y Alcántara trad., Madrid, 1867, p. 82.

[...] était si dominé par le désir de guerre sainte qu’il passait son temps à se battre contre les infidèles tantôt sur la frontière aragonaise, tantôt sur la frontière de Colomera [dans la juridiction de Séville], où il résidait. Il était très ami avec Fárkad, homme habile à prédire les succès à venir ; quand il se rendait jusqu’à la frontière, il y guerroyait avec lui et Fárkad l’accompagnait ensuite à Colomera, de telle sorte qu’ils étaient toujours ensemble19.

  • 20 Op. cit. p. 190.

20Un autre cas, et le seul exemple andalusien cité par Albrecht Noth20, est celui de Waṯûq b. Maysara : ce savant, formé à Cordoue, qui passe une partie de son temps à émettre des réponses juridiques à Badajoz, est également un ascète pieux (zâhid) et, selon sa biographie,

  • 21 Ibn al-Zubayr, Silat al-sila, cA.-S. al-Harrâs et S. Acrâb éd., Rabat, 1994, t. IV, no 332.

[...Un] vaillant guerrier qui prit part à de célèbres combats en Galice (Djillîqiya), auxquels il se rendait avec des groupes de combattants (sarâyâ), à cheval ou à pied, ou comme c’était possible21.

21Il meurt en 315 de l’hégire, 927 de l’ère chrétienne.

22Dans d’autres cas, les textes andalusiens, dans le but d’insister sur la puissance du pouvoir officiel, signalent les risques pris par ces combattants volontaires et improvisés, et leurs sanglantes défaites : les batailles de Polvoraria (en 263/878) et de Cutanda (en 514/1120) sont ainsi comparables par le grand nombre d’ulémas combattants, qui y trouvèrent le martyr.

23On ne peut manquer d’être frappé, à propos de al-Andalus, par une prétendue censure officielle autour des combattants du djihâd (les mudjâhidûn ou « volontaires »), qui nous a privé des récits de ses gestes de frontière et qui, surtout, a privé les Andalusiens d’une littérature exaltante des gestes héroïques de ces mudjâhidûn ou « volontaires » ; mais les textes andalusiens la réservent aux activités guerrières mis en oeuvre par le Pouvoir étatique, à la différence de ce qui se passe dans l’Orient musulman, où ce genre de contenu littéraire héroïque populaire fut parfois conservé, en particulier dans le contexte syrien, comme l’a signalé J. Chabbi, mettant en relief comment

  • 22 S. Zakkâr, éd., Damas, 1991.
  • 23 J. Chabbi, S. v. « Ribât », dans Encyclopaedia of Islam, 2e éd.

[...] the aristocratic historiographer of Aleppo, Ibn al-cAdîm (who died in Egypt in 660/1262), included in his biographical history of Aleppo, the Bugyat al-talab22, long passages attributed to an individual, apparently a native of Tarsus, the qâdî cUtmân b. cAbd Allah al-Tarsûsî, who lived in the 4th/10th century, shortly before the city fell, for three centuries, under Byzantine domination. This person, otherwise little known, was apparently the author of a text intitled Siyar al-tughû_r, a compilation of traditions and anecdotes regarding the frontier city23.

  • 24 E. Lourie, « Spain in the Middle Ages : A Society organised for War », Past and Present, 5 (1966), (...)

24Comme on l’a dit et redit, al-Andalus n’a pas été une société organisée pour la guerre, malgré sa confrontation avec la société du nord chrétien, organisée, elle, à cet effet24 : le combattant andalusien, en conséquence, n’a pas obtenu à travers cette activité un statut social ni lucratif exceptionnel ; il est, ou doit être, un des « serviteurs » de l’État et les témoignages littéraires ne le placent même pas parmi les plus prestigieux d’entre eux.

  • 25 M. J. Viguera-Molins, « El ejército », dans El reino nazarí de Granada (1232-1492), M. J. Viguera M (...)

25À nos yeux, au fur et à mesure que les amputations territoriales rognent al-Andalus, la situation de guerre intense et continue dans laquelle elle se trouve offre un saisissant contraste avec une inertie idéologique et institutionnelle bien perceptible ; cette situation atteint son paroxysme dans la Grenade nasride, surtout durant le dernier siècle, le XVe, qui montre, non pas pour la première fois mais dans ses ultimes conséquences, le caractère obsolète de son système défensif, l’insuffisant développement de son armement et sa faible militarisation25.

  • 26 H. A. R. Gibb, Studies on the Civilization of Islam, Londres-Boston, 1962, p. 45.
  • 27 V. van Rentergheim, « La réaction des pays d’Islam face aux Croisades et aux Etats latins, fin du X (...)
  • 28 S. Tsugitaka, State and Rural Society in Medieval Islam. Sultans. Muqta s and Fallahun, Leyde, 1997

26Mais tout cela, bien sûr, ne constitue pas un ensemble de symptômes isolés, ressortissant exclusivement de l’organisation militaire : celle-ci fait en effet partie d’un système politique et administratif, qui est lui-même le reflet de la civilisation musulmane médiévale dans son ensemble. Or celle-ci, comme de pertinentes analyses l’ont bien montré, échoue à cause de son incapacité à intégrer des éléments contradictoires : en ce qui concerne notre thématique, nous retrouvons là l’opinion de H. A. R. Gibb26 sur la « tragédie politique » de l’État musulman, dont le rôle exclusiviste a subordonné d’autres développements. En ce qui concerne les réactions des Andalusiens face à la conquête chrétienne, cela renvoie aux décalages idéologiques et institutionnels des Andalusiens, qui semblent démesurés par rapport à ces conquérants, mais aussi par rapport à une certaine dynamique des musulmans orientaux face aux Croisades : ces derniers s’avèrent capables de développer et d’utiliser systématiquement des arguments religieux et de déclencher l’enthousiasme populaire du djihâd27, ainsi que de multiplier le système de concessions territoriales pour les combattants, axe d’une prééminence économique et sociale28.

27Dans cette double perspective de comparaison, avec les chrétiens et avec leurs propres coreligionnaires d’Orient, on peut qualifier d’extrême la manière dont se sont figées les réactions idéologiques et institutionnelles des Andalusiens face à la conquête chrétienne.

Notes

1 Reproduite par Ibn Bassâm, al-Dakhîra fi mahâsin ahl al-Djazîra, I. cAbbâs éd., 8 vol., Beyrouth, 1979, III, p. 173-179 ; traduite par T. Garulo, La literalura árabe en al-Andalus durante el siglo XI, Madrid, 1998, p. 142-145.

2 É. Lévi-Provençal, « Un texte arabe inédit sur l’Histoire de l’Espagne musulmane dans la seconde moitié du XIe siècle. Les Mémoires de cAbd al-Allâh, dernier roi Zîride de Grenade », Al-Andalus, III/2 (1935), p. 233-344 et IV/1 (1936), p. 29-146, notamment p. 71.

3 V. Lagardère, Le Vendredi de Zallâqa. 23 octobre 1086, Paris, 1989, et Les Almoravides. Le dhijâd andalou (1106-1143), Paris, 1998.

4 J. Ben Elhaj Soulami, « La Batalla de Alarcos en la mitología árabe », dans Alarcos 1195. Congreso Internacional Conmemorativo del VIII Centenario de la Batalla de Alarcos, R. Izquierdo et F. Ruiz éd., Cuenca, 1996, p. 283-288.

5 Ibn Bassâm, op. cit., V, p. 89-103 ; M. J. Viguera-Molins, « El Cid en las fuentes arabes », dans El Cid, Poema e Historia. Actas del Congreso Internacional, C. Hernández Alonso coord., Burgos, 2000, p. 55-92, en particulier p. 63 et 87.

6 R. Menéndez Pidal, La España del Cid, Madrid, 7e éd., 1969, t. II, p. 573 ; I. Burshatin, « Narratives of Reconquest : Rodrigo, Pelayo, and the Saints », dans Saints and their Authors : Studies in Medieval Hispanic Hagiography in Honor of John K. Walsh, J. Connolly, A. Deyermond et B. Dutton éd., Madison, 1990, p. 13-26.

7 A. P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von den Westgoten bis ins frühe 12. Jahrhundert, Münster, 1998 ; J. Flori, La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001.

8 É. Lévi-Provençal, op. cit., notamment p. 35-36.

9 Sur le sentiment profond d’appartenance à la Umma, on peut voir le magistral article de Cl. Cahen, « Réflexions sur la connaissence du monde musulman par les historiens », Folia Orientalia, XII (1970), p. 41-49 (repris dans son livre : Les Peuples musulmans dans l’historiographie médiévale, Damas, 1977, p. 1-7).

10 A. A. M. al-Zayyât, Riṯa al-mudun fi l-shicr al-andalusî [Élégies sur les villes perdues dans la poésie andalusienne], Benghazi, 1990.

11 R. W. Brauer, Boundaries and Frontiers in Medieval Muslim Geography, Philadelphie, 1995.

12 Η. Yanagihashi, The Concept of Territory in Islamic Law and Thought, Londres, 2000.

13 Ibn Sâhib Al-Salât, Ta’rikh al-mann bi-l-imâma, cA-H. al-Tâzî éd., Beyrouth, 1964, 3e éd., 1987, pp. 504-505 (trad. A. Huici Miranda, Valence, 1969, p. 223).

14 cA. A. Ibn Ṯaqafa_n, al-Shakwà min al-cilla fi adab al-andalusiyyîn [Plaintes sur l’adversité dans la littérature andalusienne], Riyâd, 1417/1996 ; Dj Shaykha. al-Fitan wal-hurûb wa-ataru-hu fi I-shicr al-andalusî min suqût al-khilâfa (V/XI) ilà suqût Garnâta (IX/XV) [Désordres et guerres dans la poésie andalouse depuis la chute du Califat (V/XI) jusqu’à celle de Grenade (IX/XV)], M. Talbi, éd., Tunis, 1994-1999, t. I : al-Fitan [Désordres], t. II : al-hurûb [Guerres].

15 Μ. I. Calero Secall, « La peste en Málaga, según el malagueño al-Nubâhî », dans Homenaje al Prof. Jacinto Bosch Vilá, Grenade, 1991, t. I, en particulier p. 90.

16 P. Guichard, Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), 2 vol., Damas, 1990-1991.

17 A. M. al-cAbbâdî, Suwar min ayât al-harb wa-l-djihâd fi l-Andalus [Images de la vie guerrière et du djihâd dans al-Andalus], Alexandrie, 2000.

18 A. Noth « Les culamâ’ en qualité de guerriers », dans Saber religiose y poder politico en el Islam, M. Marín et M. García-Arenal éd., Madrid, 1994, p. 175-195.

19 Ajbar machmuá [Colección de tradiciones], E. Lafuente y Alcántara trad., Madrid, 1867, p. 82.

20 Op. cit. p. 190.

21 Ibn al-Zubayr, Silat al-sila, cA.-S. al-Harrâs et S. Acrâb éd., Rabat, 1994, t. IV, no 332.

22 S. Zakkâr, éd., Damas, 1991.

23 J. Chabbi, S. v. « Ribât », dans Encyclopaedia of Islam, 2e éd.

24 E. Lourie, « Spain in the Middle Ages : A Society organised for War », Past and Present, 5 (1966), p. 54-76 ; J. F. Powers, A Society organised for War. The Iberian Municipal Militias in the Central Middle Ages, Berkeley-Londres, University of California Press, 1988.

25 M. J. Viguera-Molins, « El ejército », dans El reino nazarí de Granada (1232-1492), M. J. Viguera Molins coord., t. VIII/3 de l’Historia de España [fondée par R. Menéndez-Pidal], Madrid, 2000, p. 431-475.

26 H. A. R. Gibb, Studies on the Civilization of Islam, Londres-Boston, 1962, p. 45.

27 V. van Rentergheim, « La réaction des pays d’Islam face aux Croisades et aux Etats latins, fin du XIe-milieu du XIIIe siècle », Cahiers d’Histoire, 78 (2000), p. 37-59, notamment p. 45.

28 S. Tsugitaka, State and Rural Society in Medieval Islam. Sultans. Muqta s and Fallahun, Leyde, 1997.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540