Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les « réactions païennes » dans le nord de l’Europe au milieu du XIe siècle

Geneviève Bührer-Thierry

Texte intégral

  • 1 On trouvera les meilleures cartes de localisation de cette « enclave » païenne dans l’ouvrage de J (...)

1En Europe centrale et orientale, la christianisation apparaît dès le Haut Moyen Âge comme la forme privilégiée de l’expansion occidentale : on peut dire qu’avant toute forme de « colonisation », l’évangélisation et l’enracinement du christianisme toujours plus loin vers l’est caractérisent l’expansion occidentale d’abord vers les terres du monde germanique dans une première vague qui se termine au début du IXe siècle avec l’implantation définitive du christianisme en Saxe, ensuite vers le monde slave dans un processus assez long et particulièrement compliqué chez les Slaves du nord de l’Europe, notamment entre l’Elbe et l’Oder, là où sont établis les Abodrites et les Liutizes et où alternent du Xe au XIIe siècle des phases de christianisation et des phases de réaction païenne, alors même que la région est enclavée dans le monde déjà chrétien de l’empire germanique à l’ouest, du royaume de Pologne à l’est et même des royaumes Scandinaves au nord1.

2Je m’en tiendrai ici à la christianisation comme forme « d’action » c’est-à-dire de pénétration dans les mœurs religieuses et dans les mentalités – œuvre sans nul doute de longue haleine – mais aussi, et ce beaucoup plus rapidement, œuvre de pénétration dans les structures politiques et sociales avant toute tentative de colonisation systématique ou de « croisade ». Nous sommes en effet dans une région dont la résistance à la christianisation s’est finalement soldée par l’appel à la « croisade contre les Wendes » qui s’est déroulée de 1136 à 1147, et par la colonisation systématique de cet espace à partir du milieu du XIIe siècle sous la protection du margrave de Brandebourg Albert l’Ours et du duc de Saxe Henri le Lion. Je me placerai résolument avant toutes ces entreprises pour essayer de comprendre d’une part quelles sont les formes que prend la christianisation de cette société slave et d’autre part quelles sont les formes de résistance – les « réactions » – qu’elle provoque.

3Pour des raisons de cohérence géographique, je parlerai ici seulement des Abodrites au sens large, c’est-à-dire des populations qui occupent l’espace compris entre l’Elbe et l’Oder dans la partie la plus septentrionale, sur lesquelles nous sommes assez bien renseignés par deux sources des XIe-XIIe siècles :

  • d’une part la Geste des évêques de Hambourg, rédigée par Adam de Brême2 dans les années 1060 à la demande de l’archevêque Adalbert en charge de la mission et de l’organisation ecclésiastique de cet espace ;
  • d’autre part la Chronique des Slaves d’Helmold de Bosau3, rédigée vers 1163-1168, qui reprend en partie des éléments du texte précédent mais le complète par d’autres informations et permet d’aller plus loin dans la chronologie. Helmold est un des prêtres au service de l’évêque Gerold d’Oldenbourg-Lübeck qui tente toujours de christianiser cet espace rebelle où certains princes sont déjà chrétiens mais sans pouvoir imposer la nouvelle religion à leur population comme on le verra.

4L’œuvre d’évangélisation de la région est liée en effet à l’histoire de la famille des Nakonides, princes abodrites, chrétiens et alliés des Saxons depuis le Xe siècle.

  • 4 Annales qui dicitur Einhardi, anno 798 - Annales Regni francorum, anno 789 et 798, Fr. Kurze éd., (...)
  • 5 Oldenbourg a été fondé en 968 (et non pas en 948) comme diocèse suffragant de l’église de Hambourg (...)
  • 6 W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Stammes- und Reichverfassung und ihrer Entwicklung vom (...)
  • 7 Adam de Brême raconte les deux événements en les mélangeant : II, 42-44.
  • 8 Thietmar de Mersebourg, Chronicon, R. Holtzmann et W. Trillmilch éd., Berlin, 1957, VIII, 5 : libe (...)
  • 9 Sur les caractères des Liutices, W. Brüske, Untersuchungen zur Geschichte des Lutizenbundes. Deuts (...)

5Les Abodrites sont depuis longtemps alliés des puissances occidentales et en premier lieu des Francs dès la fin du VIIIe siècle4. Le premier prince des Abodrites connu est Nakon, éponyme de sa dynastie, qui a vécu au milieu du Xe siècle († vers 965/967), vassal de l’empereur Otton Ier. Cette famille étend sa domination sur la région et notamment sur les Wagriens grâce à l’appui du margrave Hermann Billung, mais sans doute pas au point de pouvoir organiser une politique religieuse de christianisation continue : ainsi l’évêque d’Oldenbourg5 s’est-il replié à Mecklembourg qui est le centre du pouvoir des Nakonides6, seuls princes chrétiens de la région. À deux reprises, en 983 puis en 10187, on assiste à un soulèvement des païens qui chassent les princes nakonides lesquels se réfugient alors sur les terres des Billung et notamment dans la région de Lünebourg : la raison de la révolte invoquée par Thietmar de Mersebourg, un évêque contemporain des événements, est « qu’ils revendiquaient de retourner à la liberté des mœurs des Liutices »8, c’est-à-dire à la fois au paganisme et à une organisation sociale qui ne connaît pas de princes, hormis d’occasionnels chefs de guerre9.

6Cependant, c’est avec la prise du pouvoir de Gottschalk vers 1043 que commence une réelle tentative de construire un État princier entre Elbe et Oder avec l’appui des Billung, du roi des Danois, mais surtout de l’archevêque de Hambourg-Brême.

Gottschalk et la tentative de construire un État princier

7Écoutons Adam de Brême qui a bien connu Gottschalk :

  • 10 Adam de Brême, III, 19-20.

[...] Gottschalk, en homme dont on doit louer la sagesse et le courage, prit pour épouse la fille du roi des Danois [la fille de Sven Estridsen] et dompta si bien les Slaves que, le craignant comme un roi (quasi regem), ils lui offrirent en échange de la paix, un tribut et leur soumission. En ces circonstances, la paix fut assurée à Hambourg, et le pays slave s’emplit d’églises et de prêtres. Pieux et craignant Dieu, Gottschalk était en effet un proche de l’archevêque, et honorait Hambourg comme il l’eût fait d’une mère. Il y venait souvent pour s’y acquitter de ses vœux. Jamais il n’y eut prince plus puissant ni plus dévoué à la propagation de la religion chrétienne de ce côté-ci du pays slave. Car, s’il lui avait été accordé de vivre plus longtemps, il aurait, selon ses projets, contraints tous les païens à embrasser le christianisme, et il gagna à la foi presque le tiers de ceux qui, sous son grand-père, étaient autrefois retombés dans le paganisme. Ainsi donc, sous ce prince, tous les peuples slaves appartenant au diocèse de Hambourg – Wagriens, Abotrides, Polabes – cultivèrent la foi chrétienne avec dévotion10.

  • 11 W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Stammes- und Reichverfassung », art. cit., p. 183.

8L’autorité de Gottschalk est donc établie sur un ensemble de peuples qui reconnaissent sa supériorité par le versement d’un tribut, mais aussi par l’ouverture du pays à la christianisation. Il faut en fait distinguer le centre du pouvoir de Gottschalk, le pays abodrite au sens étroit dont la « capitale » est Mecklembourg où Gottschalk a fondé trois monastères, et les peuples soumis aux Abodrites : notamment les Wagriens et les Polabes qui sont directement englobés dans la construction politique et religieuse du prince Gottschalk. Chacun dispose en effet d’un siège épiscopal : Oldenbourg pour les Wagriens, Ratzebourg pour les Polabes, qui sont aussi des forteresses correspondant à d’anciens centres du pouvoir politique et religieux de chacun de ces peuples11.

  • 12 K.W. Struve, « Die slawischen Brugen in Wagrien », Offa, 17/18 (1959/1961), p. 57, repris par W. L (...)

9Il semble que, comme en Bohême ou en Pologne, l’évolution politique vers un État princier se marque par la suppression des nombreux petits points fortifiés qui quadrillaient l’espace, au profit de forteresses plus imposantes et nettement moins nombreuses : cette évolution a été bien montrée par l’archéologie surtout en pays wagrien12. On peut donc y lire une certaine volonté de « hiérarchisation » du pouvoir qui fonctionne à deux niveaux : supériorité du pouvoir des Abodrites et de leur prince sur l’ensemble des peuples de la région, mais aussi réorganisation des pouvoirs au profit du prince et de ses représentants y compris chez les Abodrites eux-mêmes.

  • 13 Adam de Brême, III, 33 et III, 59. La création de ce patriarcat qui a occupé l’archevêque Adalbert (...)

10On constate facilement, grâce au discours d’Adam de Brême qui est essentiellement tourné vers l’œuvre de christianisation, que cette réorganisation de l’espace politique est superposée à une organisation ecclésiastique soutenue par l’archevêque de Hambourg-Brême : en effet, la création de trois diocèses suffragants de l’église de Hambourg par partition de l’ancien diocèse unique d’Oldenbourg entre dans le plan de l’archevêque Adalbert qui vise à la constitution d’un patriarcat coiffant douze diocèses du nord de l’Empire et dont l’église de Hambourg prendrait bien sûr la tête13.

  • 14 Adam de Brème, II, 79, et Helmold de Bosau, I, 20.
  • 15 En particulier Adam de Brême, III, 22.

11L’autorité, plus forte que jamais selon Adam de Brême, que Gottschalk a étendue sur l’ensemble des peuples établis à l’est de l’Elbe repose donc sur l’alliance à la fois politique et militaire des Nakonides avec les Saxons – en particulier les Billung – et les Danois ; Gottschalk a passé quinze ans au service de Cnut le Grand puis de son neveu Sven Edrivsen dont il a épousé la fille : tous deux l’ont aidé militairement à récupérer l’héritage de son père Udo14, et plus largement à étendre sa domination sur les peuples slaves jusqu’à la Penne15. Mais c’est surtout l’église de Hambourg qui lui fournit une partie des cadres de la nouvelle organisation qu’il entend mettre en place :

  • 16 Ibid., III, 21.

L’archevêque, se réjouissant de la création de ces églises, choisit parmi ses évêques et ses prêtres des hommes sages, qu’il envoya au prince afin qu’ils fortifient dans la foi les populations récemment converties16.

  • 17 D. Henri IV 87, dans MGH. Die Urkunden der deulschen Könige und Kaiser VI, Die Urkunden Heinrichs (...)
  • 18 E. Assmann, « Salvo Saxoniae limite. Ein Beitrag zum Problem des Limes Saxoniae », Zeitschrift der (...)
  • 19 Voir par exemple G. Glaeske, Die Erzbischöfe von Hamburg-Bremen als Reichsfürsten (937-1258), Hild (...)

12Les trois sièges d’évêchés doivent donc devenir d’authentiques centres du pouvoir de Gottschalk, idée renforcée par l’intervention d’Adalbert de Hambourg contre les prétentions des Billung à détenir la forteresse de Ratzebourg : un diplôme d’Henri IV rédigé en avril ou mai 106217, sans doute peu avant la décision d’ériger la forteresse en siège épiscopal, prévoit la donation au duc Ordulf de la place forte, mais l’archevêque qui apparaît comme intercesseur dans l’acte a bien fait spécifier qu’étaient exclues de cette donation toutes les terres du Limes Saxonicum qui séparent les possessions des Billung de la région de Ratzebourg18, ce qui, de ce fait, interdit au duc de disposer de Ratzebourg comme voie d’accès en pays abodrite, et surtout Adalbert fait préciser que sont exclues les dîmes qui devront être versées à l’évêque dans le ressort duquel se situe la forteresse. Ce diplôme n’a finalement jamais été expédié au destinataire, il est resté dans les archives du roi salien et il ne fait guère de doute, compte tenu de l’influence de l’archevêque Adalbert dans les années 1060-1065, qu’il faut y voir aussi sa volonté délibérée d’entraver l’expansion des Billung en territoire abodrite. Cette volonté s’explique à la fois par les mauvaises relations que les Billung entretiennent avec l’église de Brême en général – et avec l’archevêque Adalbert en particulier19 – mais aussi sans doute par un dessein proprement politique qui soutient la constitution d’un État princier chrétien au-delà de l’Elbe.

  • 20 Adam de Brème, III, 20. Sur ce modèle du « prince interprète », cf. H. D. Kahl, « Heidnisches Wend (...)

13On voit donc bien ici que ce qui est directement et indissociablement lié à la christianisation de cet espace, comme c’est le cas dans toute l’Europe centrale et orientale, c’est la construction d’un État, qui s’appuie sur le modèle ottonien en lieu et place de sociétés plus ou moins hiérarchisées, et dont la christianisation soutient en fait la volonté d’inventer-ou de renforcer selon les cas – le caractère centralisé et administratif de l’État princier. On voit donc se greffer sur les structures sociales et sur l’organisation de pouvoir préexistantes de nouveaux éléments qui aboutissent toujours à l’exaltation de la figure du prince et à la mise en place d’un groupe séparé : le clergé – qui compte toujours une bonne part si ce n’est la totalité d’étrangers – qui est intégré au nouvel appareil politique et administratif sur le modèle ottonien ; on assiste donc à une « occidentalisation » précoce d’une grande partie de l’appareil du pouvoir qui reste cependant au service d’un prince qui est toujours un prince « indigène ». En outre, toujours selon le modèle caroligien-ottonien, c’est le prince qui est en charge de la christianisation de son peuple, ce que Gottschalk prend à cœur au point de prêcher lui-même en langue slave pour expliquer les saints mystères à son peuple20. Mais ni la persuasion, ni la contrainte n’empêchent le déclenchement d’une vaste rébellion contre l’autorité de Gottschalk qui trouve la mort lors de ce qu’il est convenu d’appeler la « réaction païenne » de 1066.

Kruto et la réaction païenne

  • 21 Adam de Brème, III, 50-51.

14Au printemps 1066, à la diète de Tribur, Adalbert tombe en disgrâce à l’issue d’une kabbale fomentée par son vieil ennemi l’archevêque Anno de Cologne. Quelques mois plus tard, le 7 juin 1066, Gottschalk est assassiné à Lenzen et toute la région se soulève contre les Nakonides. Cette révolte dans laquelle le prince Gottschalk trouve la mort est présentée par Adam de Brême et Helmold de Bosau comme une « réaction païenne » parce qu’ils privilégient le thème du martyr des chrétiens et celui de la destruction des églises, deux éléments qu’il ne s’agit pas de mettre en doute. Mais l’hostilité déclarée aux Nakonides n’est pas qu’une hostilité envers l’œuvre de christianisation : si les opposants à Gottschalk, ceux qui prennent sa succession, sont des païens déclarés dont la première préoccupation semble avoir été de mettre à mort tout ce que le pays comptait de chrétiens21, ils représentent aussi une autre forme de pouvoir c’est-à-dire des primores, des « chefs de famille », qui ne veulent pas voir le pouvoir de leur groupe disparaître dans la grande œuvre de Gottschalk qui consiste – idéalement – à supprimer toutes les formes d’autonomie locale au profit d’une forme d’organisation politique qui ressemble à un État princier. Ici encore, il est possible d’interpréter la révolte contre Gottschalk à plusieurs niveaux : d’une part comme la volonté des chefs des grandes familles de retrouver entièrement leur vocation naturelle à commander et pas seulement par délégation du pouvoir princier, d’autre part comme la tentative des peuples soumis aux Abodrites – notamment les Wagriens – de recouvrer leur indépendance, enfin comme la volonté de ces peuples slaves de secouer le joug des Saxons qui apparaissent comme les principaux spoliateurs.

15L’enchaînement des événements n’est connu que par Helmold qui écrit plus de cinquante ans après l’événement : il semble cependant qu’après l’assassinat de Gottschalk, son fils aîné Butue ait pu temporairement prendre le pouvoir. Mais les grands protestent contre cette succession avec les arguments suivants :

  • 22 Helmold de Bosau, I, 25 : Quid enim proderit nobis occiso Godescalco libertatem armis attemptasse, (...)

À quoi nous sert d’avoir atteint la liberté par les armes en assassinant Gottschalk si son fils réclame son héritage dans la principauté ? Celui-là nous pressurera plus durement encore que son père et par l’alliance avec les Saxons il jettera à nouveau le pays dans le malheur. Ils se conjurèrent donc et placèrent Kruto à la tête de la principauté, excluant les fils de Gottschalk de leur héritage22.

16Butue part alors chercher de l’aide chez les Billung qui parviennent à le réinstaller de façon très marginale et très précaire, ce qu’Helmold exprime par les mots suivants :

  • 23 Ibid. : At tamen status Buthue semper erat infirmus nec ad plenum roborari potuit, eo quod Christi (...)

Butue ne pouvait pas parvenir à rétablir sa puissance parce que, en tant que fils d’un père chrétien et en tant qu’ami des ducs (des Billung), il passait aux yeux de son peuple pour un traître à la liberté23.

  • 24 Ibid., 25-26. Sur ce point cf. W. Lammers, op. cit., p. 134-135.

17En fait, avec l’aide du duc Billung et surtout des troupes des Nordalbingiens qui sont les premiers touchés par les destructions opérées par Kruto, Butue semble s’être partiellement maintenu comme pouvoir concurrent de celui de Kruto jusqu’en 1072 où il est massacré, avec tous ses partisans, dans l’attaque de la forteresse de Plön où ils s’étaient retranchés24. Quant au second des fils de Gottschalk, Henri, qui n’était encore qu’un enfant en 1066, il s’est réfugié au Danemark avec sa mère Sigrid qui a été chassée de la cité de Mecklembourg par les païens, entièrement nue, ce qui constitue évidemment un affront envers son père le roi des Danois.

  • 25 Adam de Brême, III, 51.

18Les Abodrites ont donc rejeté à la fois l’alliance des Saxons et celle des Danois qui représentent les puissances chrétiennes de la région. Ils ont fait alliance en revanche avec les tribus Liutizes comme le montre leur participation à la grande fête donnée à Réthra pour le dieu Radegast, en l’honneur duquel on sacrifie dans une cérémonie solennelle, au mois de novembre 1066 donc six mois après le début de la révolte, le vieil évêque Jean de Mecklembourg25 : le fait que ce soit l’évêque attaché au principal centre du pouvoir de Gottschalk qui soit spécialement épargné en vue de la manifestation du triomphe final du paganisme n’est sans doute pas un hasard.

  • 26 M. Hellmann, « Grundzüge der Verfassungsstruktur des Liutizen », dans Siedlung und Verfassung der (...)
  • 27 J. Banaszkiewicz, « Origo et religio : versio germano-slavica ou des manières dont se construit l’ (...)

19Depuis la première grande révolte des Slaves en 983, il semble que le sanctuaire de Réthra soit devenu le lieu de rassemblement des peuples slaves de la région qui n’entendent se soumettre ni à la domination germanique, ni à la christianisation : rien n’atteste d’une importance aussi grande de ce sanctuaire auparavant26. Il faut donc en conclure à une identification de plus en plus forte des païens à leurs idoles, justement par « réaction » à la tentative de christianisation. Certains auteurs soupçonnent même l’influence indirecte du christianisme dans l’apparition, finalement assez tardive, de sanctuaires organisés possédant un véritable « clergé » et des bâtiments27. La « réaction païenne » ne se solde donc pas seulement par la destruction des églises et par le massacre des prêtres chrétiens, elle implique aussi une certaine forme de réorganisation du paganisme lui-même, ce qui constitue finalement une forme paradoxale d’expansion occidentale vers le monde slave.

  • 28 Thietmar, VI, 25 : Unanimi consilio ad placitum suimet necessaria discucientes, in rebus efficiend (...)
  • 29 W. H. Fritze, « Beobachtungen zu Entstehung und Wesen des Lutizenbundes », Jahrbuch für die Geschi (...)
  • 30 Helmold de Bosau, I, 26. Il semble que le souvenir de cet exil ait été particulièrement durable. C (...)

20Si on en croit Thietmar de Mersebourg28, les Liutizes du XIe siècle sont constitués d’une fédération de peuples, connus aussi par Adam de Brême et Helmold, dont le seul centre politique serait le sanctuaire de Réthra où se réunit le commune placitum qui est largement associé aux décisions des priores qu’il faut sans doute interpréter comme les gardiens des forteresses : contrairement aux Abodrites, ils ne connaissent pas à cette époque de principauté29. Il est donc très tentant d’interpréter la « réaction païenne » des Abodrites en 1066 et leur alliance avec les Liutizes comme une manifestation de la volonté des chefs des grandes familles abodrites de revenir à cette forme d’organisation politique et sociale. Il n’est cependant pas facile de connaître la nature exacte du pouvoir établi par Kruto sur l’ensemble des peuples de la région car la « réaction païenne » n’a pas détruit le « principat » des Abodrites même s’il est raisonnable de penser qu’elle y a modifié les conditions de l’exercice du pouvoir. Le seul élément fiable dont on dispose c’est le déplacement du centre de gravité politique de la région de Mecklembourg vers le pays wagrien d’où Kruto est probablement originaire : on assiste alors à un mouvement d’expansion des Wagriens vers l’ouest, dont font essentiellement les frais les populations du Stormarn et du Holstein dont plus de 600 familles auraient émigré en-deçà de l’Elbe30, les autres restant tributaires du nouveau prince des Abodrites. Quant aux Billung, dont on pourrait attendre qu’ils contre-attaquent au moins pour protéger ces populations installées dans la basse vallé de l’Elbe, ils semblent avoir été paralysés par les troubles développés au même moment dans l’empire, la Saxe tout entière étant entrée en rébellion contre l’empereur Henri IV en 1073, ce qui semble avoir monopolisé toute leur énergie.

Henri et l’impossible restauration du culte chrétien

21En 1093, Henri, le second fils de Gottschalk réfugié avec sa mère au Danemark depuis 1066, débarque avec une multitude de bateaux danois sur les côtes des Wagriens pour reprendre son héritage : il parvient à se débarrasser de Kruto en le faisant assassiner lors d’un banquet, avec, selon Helmold, la complicité de son épouse Slavina :

  • 31 Helmold de Bosau, I, 34 : Et accepit Heinricus Slavimm in uxorem et obtinuit principatum et terram (...)

Et Henri prit Slavina pour épouse et obtint la terre et la principauté. Et il occupa les forteresses qui étaient auparavant à Cruto et se vengea de ses ennemis31.

  • 32 Ibid. : Audientes igitur universi Slavorum populi hii videlicet qui habitabant ad orientent et aus (...)

22Immédiatement, Henri se rend auprès du duc Magnus de Saxe pour lui faire allégeance et promet la paix à toutes les populations nordalbingiennes si durement éprouvées sous le règne de Kruto. La riposte ne se fait pas attendre : les populations slaves « du sud et de l’est » selon Helmold, entendons les Abodrites et les Polabes, « apprenant qu’était apparu parmi eux un prince qui voulait les soumettre aux lois chrétiennes et leur imposer un tribut »32, se rassemblèrent pour le chasser au profit d’un nouveau pouvoir païen. Cette conjuration fut cependant battue, avec l’aide du duc Magnus lui-même et des troupes nordalbingiennes, à la bataille de Schmilau, près de Ratzebourg.

23Ce passage d’Helmold montre ici encore la structure « fédérale » des populations qui étaient sous le contrôle de Kruto : Henri a pris le pouvoir et les forteresses de Kruto par la ruse et a confirmé son droit à détenir cette terre en épousant sa veuve, mais ceci ne vaut que pour le pays wagrien et pour les Nordalbingiens qui leur sont directement soumis. En revanche, les Polabes et les Abodrites au sens étroit ne sont pas prêts à reconnaître sa suprématie qu’il doit conquérir par les armes et avec l’aide des Saxons.

24Henri remet de l’ordre dans tout le pays slave, garantit la paix aux Nordalbingiens qui reconstruisent leurs églises, mais n’impose pas le christianisme aux populations slaves qui reconnaissent sa domination en lui payant tribut :

  • 33 Ibid. : Porro in universa Slavia necdum erat eccelsia vel sacerdos, nisi in urbe tantum quae nunc (...)

Mais dans tout le pays slave il n’y eut ni église ni prêtre, en-dehors de la cité (urbs) qu’on appelle maintenant Alt-Lübeck, parce que c’est là que résidait le plus souvent Henri avec sa familia33.

  • 34 Sur ce site qui a connu de nombreuses campagnes de fouilles cf. W. Lammers, op. cit., p. 108-118, (...)
  • 35 C’est la Trave qui forme la frontière entre les deux peuples selon Adam de Brême, III, 20.

25Malgré son mariage « païen », Henri reste un prince fidèle au christianisme, mais il n’est pas en mesure d’entraîner l’ensemble de son peuple, ni même de ses fidèles dans la conversion. Aussi le culte chrétien reste-t-il cantonné à l’église privée de la familia d’Henri, sur le site du Vieux Lübeck34, une presqu’île à la confluence de la Schwartau et de la Trave dont Gottschalk et Kruto avaient vu déjà l’intérêt stratégique, mais qui n’avait jamais été un lieu de résidence princière, ni un centre du pouvoir politique ou religieux. Il me semble tout à fait remarquable qu’Henri ait choisi pour résidence principale un lieu neutre, à la jonction géographique des territoires des Wagriens, des Polabes35 et des Abodrites, au lieu de réinvestir les vieux centres du pouvoir princier comme Ratzebourg ou Mecklembourg qui avaient été des sanctuaires païens et des cités épiscopales.

  • 36 H. D. Kahl, op. cit., p. 110.
  • 37 Voir le détail dans W. Lammers, op. cit., p. 95, et W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Sta (...)
  • 38 Chronicon sancti Michaelis Luneburgensis, L. Weiland éd., MGH SS XXIII, Leipzig 1925, p. 396 : Occ (...)

26Au centre de la forteresse d’Alt-Lübeck Henri a fait ériger une église dont les fondations ont été retrouvées lors des fouilles de 1949. Mais cette église est destinée à rester une église « privée », ce qui revient à dire que, même chrétien, Henri n’a pas exercé son pouvoir comme un prince chrétien36 en raison de la grande résistance de cette société slave à l’expansion occidentale, au moins dans sa forme religieuse. L’échec final de la domination d’Henri, pourtant reconnu comme rex Slavorum par de nombreuses sources contemporaines37, me semble inscrit dans sa sépulture : en effet, la dépouille du prince des Abodrites a été inhumée, selon la chronique du monastère38, dans l’église de Saint-Michel de Lünebourg, fondation des Billung où son propre père avait été élevé. Sans doute Henri souhaitait-il reposer en terre chrétienne, alors qu’il n’avait pas réussi à christianiser sa propre terre. Peut-être craignait-il aussi que sa sépulture ne soit violée par les païens.

27Quelques années après la mort d’Henri (1127) et l’assassinat de ses deux fils, le début de la « croisade des Wendes » (1136) ouvre le pays abodrite à la colonisation systématique sous l’égide des princes saxons.

28On observe dans l’histoire des Nakonides l’incapacité à construire un État princier autochtone qui soutienne la christianisation dans une région qui est contrôlée plus ou moins directement par l’empire germanique. Gottschalk, pas plus qu’Henri, n’ont pu entraîner leurs peuples derrière eux dans la voie de la conversion contrairement à ce qui se passe quasiment partout ailleurs à la même époque. Pourquoi ?

  • 39 A. Gieysztor, « Les paliers de la pénétration du christianisme en Pologne aux Xe-XIe siècles », da (...)

29En fait, pour profiter pleinement des avantages du baptême collectif à la suite du prince, il fallait posséder un appareil d’État protégeant des dangers de la sujétion envers le pays d’où venait la mission39, en l’occurrence l’empire germanique, comme c’est le cas notamment dans la Pologne des Piasts ou dans la Hongrie des Arpads. C’est justement ce qui faisait défaut aux Abodrites, sans doute parce que leur territoire était déjà englobé dans l’empire germanique lui-même, sous la forme d’une « marche », c’est-à-dire d’un espace placé sous le contrôle militaire d’une grande famille saxonne, les Billung : alliés des Saxons depuis longtemps comme on l’a vu, les Nakonides passent aux yeux des chefs des grandes familles et de leur peuple pour les co-responsables de la spoliation qui s’exerce par une pression fiscale maximale, entre autres par l’intermédiaire de la levée de la dîme. Cet aspect du problème était parfaitement connu des contemporains : ainsi Adam rapporte-t-il les propos du roi des Danois Sven Estridsen, qui a été un des ses principaux informateurs :

  • 40 Adam de Brême, III, 23.

J’ai aussi entendu le très véridique roi des Danois déclarer, en commentant au fil de la conversation ces événements, que les peuples slaves auraient certainement pu être convertis depuis longtemps, n’eût été l’avarice des Saxons. “Ils songent davantage à lever des impôts, m’a-t-il dit, qu’à convertir les païens”. Et ces misérables ne voient pas à quel danger les expose leur cupidité. Ils ont d’abord troublé, par leur goût du lucre, la chrétienté en pays slave. Après quoi, par leur cruauté, ils ont poussé à la rébellion ceux dont ils avaient fait leurs sujets. Et maintenant, sans se soucier du salut des peuples qui ont voulu croire, ils ne font que les dépouiller. Par un juste décret de Dieu, nous voyons ainsi triompher de nous des gens dont la Providence a laissé le cœur s’endurcir, de façon que soit punie par eux notre iniquité40.

30Ainsi le roi des Danois explique-t-il la « réaction païenne » de 1066 et Helmold place dans la bouche du prince slave Pribislav en 1156 le même genre de doléances.

  • 41 A. Gieysztor, op. cit., p. 347.

31La christianisation n’est donc possible que si elle va de pair avec la construction de l’État indigène lui-même, et le christianisme fournit généralement le programme idéologique et les cadres de l’ordre nouveau mis en place par la nouvelle monarchie41 : dans ce mouvement, les « réactions païennes » – qui ont existé partout, mais avec plus ou moins de succès – peuvent être comprises aussi comme une protestation contre la mise en place d’une société centralisée, c’est-à-dire contre le modèle politique exporté par l’Occident chrétien.

Notes

1 On trouvera les meilleures cartes de localisation de cette « enclave » païenne dans l’ouvrage de J. Petersohn, Der südliche Ostseeraum im kirchlich-politischen Kräftespiel des Reichs, Polens und Dänemarks vom 10. bis 13. Jahrhundert. Mission Kirchenorganisation Kultpolitik, Cologne-Vienne, 1979, passim.

2 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis Ecclesiae pontificum, B. Schmeidler éd., Hanovre-Leipzig, 1917 (MGH Script, in us. schol. 2). Sur cette œuvre on peut se rapporter à l’étude classique de l’éditeur du manuscrit, B. Schmeidler, « Zur Entstehung und zum Plan der hamburgischen Kirchengeschichte Adams von Bremen », Neue s Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 50 (1935), p. 221-228. Par commodité, j’ai utilisé la traduction de B. Brunet-Jailly parue dans la collection l’Aube des peuples, Gallimard, 1998.

3 Helmold de Bosau, Chronica Slavorum, H. Stoob éd., Darmstadt, 1963.

4 Annales qui dicitur Einhardi, anno 798 - Annales Regni francorum, anno 789 et 798, Fr. Kurze éd., Hanovre, 1895, p. 84-85 et 102-105.

5 Oldenbourg a été fondé en 968 (et non pas en 948) comme diocèse suffragant de l’église de Hambourg-Brême. Sur tout ceci, H. Beumann, « Die Gründung des Bistums Oldenburg und die Missionspolitik Ottos de Grossen », dans Aus Reichsgeschichte und Nordischer Geschichte. Karl Jordan zum 65. Geburtslag, H. Fuhrmann éd., Stuttgart, 1972, p. 54-69, et J. Petersohn, op. cit., p. 18-22.

6 W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Stammes- und Reichverfassung und ihrer Entwicklung vom Stammesstaat zum Herrschaftsstaat », dans Siedlung und Verfassung der Slaven zwischen Elbe, Saale und Oder, H. Ludat éd., Giessen, 1960, p. 141-219, ici p. 163.

7 Adam de Brême raconte les deux événements en les mélangeant : II, 42-44.

8 Thietmar de Mersebourg, Chronicon, R. Holtzmann et W. Trillmilch éd., Berlin, 1957, VIII, 5 : libertatem sibi more Liutizio [...] vendicabant.

9 Sur les caractères des Liutices, W. Brüske, Untersuchungen zur Geschichte des Lutizenbundes. Deutsch-wendischen Beziehungen des 10-12. Jahrhunderts, Münster-Cologne, 1955, et J. Petersohn, op. cit., p. 38-40.

10 Adam de Brême, III, 19-20.

11 W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Stammes- und Reichverfassung », art. cit., p. 183.

12 K.W. Struve, « Die slawischen Brugen in Wagrien », Offa, 17/18 (1959/1961), p. 57, repris par W. Lammers, Geschichte Schleswig-Holstein IV/1, Neumünster, 1981, p. 97-100.

13 Adam de Brême, III, 33 et III, 59. La création de ce patriarcat qui a occupé l’archevêque Adalbert jusqu’à la fin de sa vie, mais n’a jamais été réalisé, devait être une compensation pour l’indépendance des églises du Danemark où le roi réclamait la création d’une province ecclésiastique. H. Ludat, « Die Patriarcatsidee Adalberts von Bremen und Byzanz », Archiv für Kulturgeschichte, 34 (1952), p. 221-246. Sur l’importance du chiffre douze, H. Fuhrmann, « Provincia constat duodecim episcopatibus », Studia Gratiana, Il (1967), p. 389-404.

14 Adam de Brème, II, 79, et Helmold de Bosau, I, 20.

15 En particulier Adam de Brême, III, 22.

16 Ibid., III, 21.

17 D. Henri IV 87, dans MGH. Die Urkunden der deulschen Könige und Kaiser VI, Die Urkunden Heinrichs IV, D. von Gladiss, éd., Berlin, 1941, p. 112-113. Ce diplôme est conservé en original et on peut en trouver un fac-similé dans W. Lammers, op. cit., pl. 9, p. 120. Voir aussi K. Jordan, « Die Urkunde Heinrichs IV. für Herzog Ordulf von Sachsen vom Jahre 1062 », Archiv für Diplomatik, 9/10 (1963-64), p. 53-66.

18 E. Assmann, « Salvo Saxoniae limite. Ein Beitrag zum Problem des Limes Saxoniae », Zeitschrift der Gesellschaft für Schleswig-Holsteinische Geschichte, 77 (1953), p. 195-203.

19 Voir par exemple G. Glaeske, Die Erzbischöfe von Hamburg-Bremen als Reichsfürsten (937-1258), Hildesheim, 1952, p. 60-97.

20 Adam de Brème, III, 20. Sur ce modèle du « prince interprète », cf. H. D. Kahl, « Heidnisches Wendentums und christliche Stammesfürsten. Ein Blick in die Auseinandersetzung zwischen Gentil-und Universalreligion im abendländischen Hochmittelalter », Archiv für Kulturgeschichte, 44 (1962), p. 72-118, et G. Bührer-Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue : les missionaires du monde germanique à la rencontre des peuples païens », dans L’Étranger au Moyen Âge, XXXe Congrès de la SHMES (Gottingen, juin 1999), Paris, 2000, p. 259-270.

21 Adam de Brème, III, 50-51.

22 Helmold de Bosau, I, 25 : Quid enim proderit nobis occiso Godescalco libertatem armis attemptasse, si iste heres principalus extiterit ? lam enim plus isle nos affliget quam pater appositusque populo Saxonum novis provinciam involvet doloribus. Statimque conspirata manu statuerunt Crutonem in principatum, exclusis fil iis Godescalci, quibus iure debebatur dominium.

23 Ibid. : At tamen status Buthue semper erat infirmus nec ad plenum roborari potuit, eo quod Christiane parente natus et amicus principum apud gentem suam ut proditor libertatis haberetur.

24 Ibid., 25-26. Sur ce point cf. W. Lammers, op. cit., p. 134-135.

25 Adam de Brême, III, 51.

26 M. Hellmann, « Grundzüge der Verfassungsstruktur des Liutizen », dans Siedlung und Verfassung der Slaven zwischen Elbe, Saale und Oder, H. Ludat éd., Giessen 1960, p. 105-113, ici p. 109-110.

27 J. Banaszkiewicz, « Origo et religio : versio germano-slavica ou des manières dont se construit l’identité communautaire dans le Haut Moyen Âge », dans Clovis. Histoire et mémoire, M. Rouche dir., t. II : Le baptême de Clovis, son écho à travers l’histoire, Paris, 1997, p. 315-328.

28 Thietmar, VI, 25 : Unanimi consilio ad placitum suimet necessaria discucientes, in rebus efficiendis omnes concordant. Voir aussi VII, 64 où les Liutizes se retirent du champ de bataille après une délibération du commune placitum.

29 W. H. Fritze, « Beobachtungen zu Entstehung und Wesen des Lutizenbundes », Jahrbuch für die Geschichte Mittel-und Ostdeutschlands, 7 (1958), p. 1-38, ici p. 34.

30 Helmold de Bosau, I, 26. Il semble que le souvenir de cet exil ait été particulièrement durable. Cf. W. Lammers, op. cit., p. 136.

31 Helmold de Bosau, I, 34 : Et accepit Heinricus Slavimm in uxorem et obtinuit principatum et terram. Occupavitque municiones, quas ante habuit Cruto et reddidit hostibus suis ultionem.

32 Ibid. : Audientes igitur universi Slavorum populi hii videlicet qui habitabant ad orientent et austrum, quod surrexisset inter eos princeps, qui dicat subiacendum Christianis legibus ettributa principibus solvenda, vehementer indignita sunt, conveneruntque omnes una voluntate et eadem sententia, ut pugnarent adversus Heinricum, et statuerunt in locum eius, qui erat Christicolis obpositus omni tempore.

33 Ibid. : Porro in universa Slavia necdum erat eccelsia vel sacerdos, nisi in urbe tantum quae nunc Vetus Lubika dicitur, eo quod Heinricus cum familia sua sepius illic moraretur.

34 Sur ce site qui a connu de nombreuses campagnes de fouilles cf. W. Lammers, op. cit., p. 108-118, et W. Neugebauer, « Der Stand der Erforschung Alt-Lübeck » dans Vor-und Frühformen der europäischen Stadt im Mittelalter, H. Jahnkuhn éd., Göttingen, 1974, p. 231.

35 C’est la Trave qui forme la frontière entre les deux peuples selon Adam de Brême, III, 20.

36 H. D. Kahl, op. cit., p. 110.

37 Voir le détail dans W. Lammers, op. cit., p. 95, et W. H. Fritze, « Probleme der abodritischen Stammes-und Reichsverfassung », op. cit., p. 199, n. 488.

38 Chronicon sancti Michaelis Luneburgensis, L. Weiland éd., MGH SS XXIII, Leipzig 1925, p. 396 : Occisus est Heinricus rex Sclavorum, cuius corpus delatum Luneburg sepultumque in ecclesia sancti Michahelis. Figure aussi au Nécrologe du monastère : Heinricus rex Sclavorum. Si on peut mettre en doute l’information selon laquelle Henri a été assassiné, dans la mesure où Helmold, qui est contemporain des événements, ne le mentionne pas, il me semble plausible que le scribe du début du XIIIe siècle devait connaître l’emplacement des tombes dans l’église principale de son propre monastère.

39 A. Gieysztor, « Les paliers de la pénétration du christianisme en Pologne aux Xe-XIe siècles », dans Studi in onore A. Fanfani, t. I, 1962, p. 327-357, ici p. 338.

40 Adam de Brême, III, 23.

41 A. Gieysztor, op. cit., p. 347.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540