Versione classicaVersione mobile

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les monnaies arabes des souverains chrétiens (IXe-XIIIe siècles)

Cécile Bresc

Testo integrale

  • 1 Fouille française de l’Institut Archéologique Français d’Istanbul, sous la direction de Christine K (...)

1La découverte, en 1996, dans les fouilles françaises de Tell Bashir1 d’un petit trésor de dirhams, monnaies d’argent, ayyûbides et artuqides mélangées avec des monnaies croisées d’imitation des monnaies ayyûbides, nous a conduit à nous interroger sur la nature de cette partie du monnayage des États latins d’Orient dit « d’imitation », alors que les ateliers des principales villes frappaient deniers, gros et oboles sur le modèle des monnayages européens, ainsi que sur la raison de ces frappes, sur leur circulation et sur le problème que pose l’utilisation de l’arabe dans l’inscription des légendes.

2Immédiatement, ce monnayage en évoque deux autres, similaires dans leur utilisation de modèles monétaires musulmans. En effet, comme le notent P. Balog et J. Yvon, parlant des monnaies croisées,

  • 2 P. Balog et J. Yvon, « Monnaies à légendes arabes de l’Orient latin », Revue de Numismatique, 1958, (...)

[...] L’imitation des monnaies musulmanes n’est pas un fait nouveau. Elle est courante à l’autre bout de la Méditerranée, chez les Lombards de Saleme et d’Amalfi, dès le troisième quart du Xe siècle. Les Normands imitent les rub’a d’or de Sicile et poursuivent la fabrication des imitations d’Amalfi et de Saleme. En Sicile, Robert Guiscard frappe une monnaie à légendes arabes à son nom. Les premières imitations chrétiennes d’Espagne datent également de la fin du Xe et du XIe siècles. Elles portent des signes chrétiens. Bérenger Raymond, comte de Barcelone (1017-1035) porte son nom et son titre en caractères latins sur les monnaies à légendes arabes. C’est Alphonse VIII, roi de Castille (1158-1214) qui frappe monnaie d’or à légendes arabes mais chrétiennes2.

  • 3 A. Amandry, Dictionnaire de Numismatique, Paris, 2001, s. v. « Imitation », p. 284.

3Ces monnayages ne sont pas caractérisés uniquement par la reprise de légendes en arabe ; ils le sont aussi par l’adoption de standards monétaires : finesse des flans, poids, métal or, alois. La définition de l’imitation n’est pas aussi évidente qu’elle le semblerait au premier abord. Le Dictionnaire de Numismatique l’explique comme phénomène de « contrefaçon par une autorité souveraine d’une monnaie émise par une autre autorité souveraine, par abaissement du poids et/ou de son titre »3. Cette définition, imparfaite dans le cas des monnayages arabisants qui nous intéressent, permet cependant d’insister sur le caractère institutionnel de ces monnayages. Il s’agit d’émissions officielles en arabe, émises dans les ateliers subordonnés à l’autorité politique locale, et non de fausses monnaies.

  • 4 L’auteur pense aux monnaies de Bonhom et aux autres monnaies d’imitations catalanes, ainsi qu’aux m (...)
  • 5 Sont ici désignées les dirhams croisés, les millares et les tari de Saleme et Amalfi.
  • 6 Il s’agit des maravédis ibériques, des monnaies d’Eudes de Châteauroux et des tari siciliens.
  • 7 G. Hennequin, « Les monnaies et la monnaie », dans États, sociétés et cultures du Monde Musulman mé (...)

4Dans chacune des trois régions sur lesquelles nous allons nous pencher, les monnayages d’imitation ne sont ni uniformes ni homogènes : nous trouvons différentes catégories de monnaies, de l’imitation simple à la monnaie qui utilise des caractères arabes, mais sans être copiée sur un modèle islamique. Gilles Hennequin préfère distinguer trois catégories de monnayages, « [...] imitation barbare4, imitation à l’irréprochable apparence islamique5 et monnaies strictement chrétiennes6 qui utilisent l’arabe à la place du latin »7. L’auteur rattache cette troisième catégorie aux « zones de contact » entre monde musulman et Chrétienté.

5L’idée s’est alors imposée qu’une comparaison entre les monnayages émis dans ces trois zones pourrait éclairer le passage de la monnaie d’imitation, sans ou avec peu de signes particuliers, à la monnaie d’affirmation de foi. Une telle étude impose de se concentrer plus particulièrement sur quelques thèmes chers au numismate : le contexte monétaire de ces provinces, la frappe de l’or, sa circulation entre Orient et Occident, son usage, le concept d’imitation associé à l’adoption de la langue et de l’écriture arabe, et enfin celui d’autorité jouissant du droit de frappe, tout en insistant sur la diversité et la complexité des réalités monétaires.

6Il est ici nécessaire de rappeler brièvement les différents stades du développement des monnayages d’imitations par des autorités chrétiennes.

  • 8 Les poids tombèrent de 3,87-3,62 gr à 2,65-1,91 alors que parallèlement les alois ne cessaient de d (...)
  • 9 63 exemplaires de ces monnaies, toutes dates confondues, sont publiés. Il est impossible de savoir (...)
  • 10 Cette émission est attestée par une seule monnaie, datée de 1087.
  • 11 Dès 1157, des monnaies furent frappées à son nom, de bon aloi, pesant 4 gr pour un diamètre de 23-2 (...)
  • 12 La métrologie de ces millares est similaire à celle des « carrés » des Almohades ; les poids sont d (...)

7En Espagne, quatre moments jalonnent ces émissions qui apparaissent alors que se fait sentir une baisse des importations de monnaies d’or en provenance des régions de la Péninsule sous domination musulmane. D’abord nous connaissons 19 monnaies frappées avant le règne de Raymond Bérenger Ier (1035-1075), émises par des monnayeurs autorisés par les souverains à frapper monnaie. Le second moment correspond peut-être à une certaine affirmation politique, marquée par l’apparition de signes extérieurs ou par le nom du comte : nous connaissons 74 monnaies de Raymond Bérenger Ier (1035-1075), dont 25 « RAIMUNDUS COMES », qui s’accompagnent d’une chute métrologique8 et 2 monnaies à la croix émises à Besalú pour payer tribut au Pape. Puis viennent les émissions d’Alphonse VIII9, apparues dans la répétition d’un contexte monétaire de baisse du volume de monnaies en circulation, précédées par une émission d’imitation de dirhams sous Alphonse VI10, et par l’adoption des standards almoravides par Ferdinand II11. La dernière période correspond à une émission d’imitation de dirhams almohades carrés, au XIIIe siècle, essentiellement pour faciliter les échanges avec l’Afrique du Nord12.

  • 13 À l’origine, ces monnaies étaient de bon aloi, leur taux de métal précieux oscillait entre 80 et 99 (...)
  • 14 Ces monnaies, probablement émises en 1061 sont caractérisées par un aloi assez faible et très irrég (...)
  • 15 Les monnaies siciliennes sont particulièrement importantes pour l’utilisation qui y est immédiateme (...)
  • 16 Nous ne disposons d’aucune évaluation du nombre de monnaies lombardes, amalfitaines et normandes co (...)

8En Italie du Sud et Sicile, nous pouvons distinguer deux phénomènes bien différents. En premier lieu, bien avant la conquête normande, l’émission de quarts de dinars fatimides à Salerne et Amalfi, dans la seconde moitié du Xe siècle et au début du siècle suivant13, sur un standard monétaire toujours plus faible. Puis, dès le début de la conquête normande, avant même la prise de Palerme, l’apparition d’imitations des monnaies d’or fatimides14, que l’on suppose normandes, suivies par l’adoption immédiate des standards monétaires fatimides par Robert Guiscard et Roger, et notamment de l’écriture arabe15, donnant ainsi naissance au monnayage normand, original dans son utilisation mixte de l’arabe et du latin, frappé en Sicile, mais aussi à Saleme et Amalfi après leur annexion par les souverains siciliens16.

  • 17 D. M. Metcalf, « The gold Coinages of the Crusader States », dans Coins of the Crusader States, A. (...)
  • 18 177 besants sont connus et publiés. Les monnaies fatimides prises comme modèle pesaient 4,2 gr en m (...)
  • 19 283 monnaies au type alépin et 419 au type damascène sont connues, ce qui pour les imitations de Da (...)
  • 20 Ces dirhams présentent un pourcentage de 70 % de métal précieux, et leurs poids s’échelonnent de 2, (...)
  • 21 Seuls 13 besants chrétiens nous sont parvenus. Ces monnaies, plus légères que les autres besants, o (...)

9Dans l’Orient latin, quatre phases jalonnent l’évolution du monnayage d’imitation. Celui-ci commence, dans un premier temps, par l’émission de monnaies fatimides frappées avec des coins originaux17, saisis lors de la prise d’Acre dans l’atelier monétaire même, en 1124 ; dans ce cas, on ne peut pas parler d’imitation, mais plutôt de forgerie. Dès lors, les ateliers francs émettent des besants d’imitation18. La troisième phase de ce monnayage correspond, dans la première moitié du XIIIe siècle, à l’émission de dirhams imitant les dessins de ceux d’Alep19 et de Damas. Il s’agit d’imitations parfaites, présentant la même métrologie que leurs originaux, un bon aloi et des poids stables20. La dernière étape dans l’histoire des imitations croisées est due à l’intervention bien connue d’Eudes de Châteauroux à Acre oui suscita l’émission de monnaies – dinars et dirhams – chrétiennes en arabe21 entre 1251 et 1258 ou plus tard.

10Chacune des trois régions qui nous intéresse possède son contexte monétaire et historique propre qui, nous semble-t-il, influence le développement de son monnayage. La monnaie est, bien sûr, avant tout un outil économique, mais son apparition n’est pas évidente. Bien plus, elle est sujette à la réunion de conditions économiques et politiques variées et aléatoires. Nous commencerons par le cas catalan, historiquement le plus ancien.

Tableau récapitulatif des émissions monétaires

Espagne

Italie du Sud

Orient Latin

960

Tari d’imitation à Amalfi puis à Saleme

978

mention écrite du mancus

1010-1030

Bonhom, monnayeur à Barcelone

1039-1059

Eneas, monnayeur à Barcelone

1061-1085

1ers carroubes et 1/4 de dinars normands

1067

Mancus bilingue « Raimundus Comes »

1071-1072

1ers tari siciliens de Robert Guiscard

1085-1087

Dirhams d’Alphonse VI à

1123

1re mention du besant sarracénat

1124-1127

Emissions croisées à Tyr au nom d’al-Amir

1138

Introduction de l’arabe sur les cuivres

1157

Maravedis frappés par Ferdinand II

1172-1213

Frappe par Alphonse VIII des

1231

Frappe des augustales par Frédéric II

Frappe de dirhams d’imitation

1250

Besants à la croix, Eudes de Châteauroux

1263

Aragon, émission des millares

1278

Fin de l’émission des tari en Sicile

1497

Fin de l’émission des maravédis

  • 22 Les émissions des califes umayyades s’achèvent en 1008, relayées par les émissions des Taifas.
  • 23 A. Balaguer, « The influence of the Moslem coinages upon the monetary systems of the medieval Iberi (...)

11Que les émissions de mancus, monnaies d’or, apparaissent dans le comté de Catalogne résulte, bien sûr, de la diminution du volume de monnaies en circulation à un moment d’expansion économique, quand la demande d’encaisse de monnaies d’or croît dans un contexte où les populations étaient habituées à l’or andalou22. Ce dernier circulait largement à travers la péninsule Ibérique, grâce aux échanges commerciaux, aux tributs, aux razzias ou encore aux soldes de mercenaires23. Nous pouvons supposer que le métal or nécessaire à la frappe devait être fourni par les monnaies musulmanes elles-mêmes, refondues, auxquelles étaient ajoutés des objets en or.

  • 24 Ibid., p. 319.

12Les imitations catalanes n’étaient sans doute pas destinées aux relations commerciales avec les territoires musulmans mais à la circulation intérieure. Leur apparence grossière et l’apparition de signes et caractères latins leur interdisaient toute utilisation auprès de populations musulmanes, d’autant plus que leur standard monétaire ne cessa de baisser. Reste que nous ignorons complètement la place réelle que ces imitations tenaient dans le stock monétaire. Ainsi, le monnayage arabe de Besalú, connu pour avoir été frappé pour payer un cens au pape24, était en fait une émission brève et peu abondante, sans aucune fonction économique. L’utilisation de la croix sur une des faces destinait la monnaie à un usage religieux. Elle la sacralisait.

  • 25 A. Clemente et J. Cayón, Las monedas españolas. Del tremis al euro, Madrid, 1998, p. 325-360.
  • 26 En Castille et Léon, le monnayage ne reprend que sous Ferdinand Ier (1035-1065) et en Aragon sous S (...)

13Mais si la cause du monnayage barcelonais, le besoin de suppléer le manque d’or, peut désormais être tenue pour sûre, peut-être n’insiste-t-on pas assez sur l’importance de l’héritage carolingien : nombreux étaient les ateliers monétaires qui en Catalogne avaient survécu au démembrement de l’empire carolingien et qui frappaient des monnaies d’argent, notamment dans le comté d’Ampurias et à Gérone, et surtout à Barcelone25, alors que dans les royaumes ibériques voisins aucune émission n’était sortie d’un atelier depuis la chute du royaume wisigothique26. La date d’apparition des premières mentions du mancus en Catalogne, 978 AD, correspond au règne de Raymond Borrel III (956-1018) sous lequel deniers et oboles étaient émis à l’atelier de Barcelone.

14Cet héritage semble avoir été accompagné par un mouvement de renaissance des ateliers locaux, dans les comtés voisins de Barcelone qui formaient la Catalogne. Ainsi, si la frappe de mancus imités des dinars du calife umayyade Hisham II, sans doute émis à Besalú sous Bernard Ier (988-1020), marque la reprise de l’activité monétaire dans ce comté, les autres ateliers reprirent une activité suspendue depuis un demi-siècle avec des types monétaires uniquement latins.

15Peut-être peut-on voir dans l’évolution de la frappe de l’or en Catalogne le même développement que pour les monnaies féodales en France, en Lotharingie, en Germanie et en Italie, à la fin du IXe siècle et au début du XIe siècle : ce n’est qu’après une usurpation prudente de la frappe, accompagnée de l’immobilisation des types monétaires, que s’affirment souveraineté et indépendance, avec l’émission de monnaies portant signes et noms. L’émission d’imitation serait alors la première étape vers l’affirmation politique et la frappe d’un monnayage d’or christianisé.

  • 27 A. Vives, « La moneda castellana », dans Discursos leídos ante ta Real Academia de la Historia, Mad (...)
  • 28 Ibid., p. 79 : podriem [...] pensar que la fabricació d’aqueste peces estat propiciada pels banquer (...)
  • 29 Ibid., p. 78.

16Qu’en est-il de l’apparition du monnayage d’or en Castille sous Alphonse VIII ? A. Balaguer et avant elle A. Vives27 choisissent d’insister sur le contexte des parias en péninsule Ibérique, et sur la chute probable du stock monétaire or en circulation, conséquence de la conquête almohade des taifas post-almoravides. Ces taifas continuèrent à émettre jusqu’en 1170 des dinars sur le type de ceux des Almoravides, et ces monnaies circulaient au moyen des tributs et des soldes de mercenaires chrétiens à travers toute la Péninsule. Ces deux auteurs proposent que les morabatins d’Alphonse VIII devaient relayer les dinars manquant dans la circulation, il s’agit donc encore de suppléer le manque de monnaie28 ; ils supposent aussi que Tolède a dû bénéficier d’un accord particulier pour frapper monnaie et que ces émissions fossin el resultat d’una concessió reial atorgada a la ciutat29.

  • 30 A. Balaguer, « Troballes i circulació monetària : corpus de les troballes de moneda àrab a Cataluny (...)
  • 31 Il s’agit des masmudines et des millares, sans doute destinés à être exportés vers les territoires (...)

17Néanmoins, il ne faut pas oublier l’importance du monnayage almohade (les nouveaux maîtres de l’Afrique du Nord et d’al-Andalus émirent des doubles dinars muminî d’or et des dirhams carrés), et la place que ce monnayage prit immédiatement dans la circulation de la Péninsule, importance dont témoignent les nombreuses mentions textuelles ainsi que les découvertes de trésors30, et les imitations qu’on en fit31. Quand le monnayage d’or de Tolède apparaît, les monnaies almohades circulaient déjà, même si celles des Almoravides n’avaient pas encore disparu de la circulation.

  • 32 Nous connaissons de une à trois monnaies par année de frappe, pour un total d’une quarantaines de m (...)

18Les morabatins d’Alphonse VIII présentent les mêmes propriétés que leurs modèles, les dinars almoravides : un poids moyen très légèrement inférieur à 4 gr, un diamètre large, entre 23 et 27 mm, pour un flan mince, ainsi qu’un bon aloi. En revanche, les légendes sont en arabe, entièrement christianisées, une croix vient prendre place en haut du champ du droit et les trois premières lettres du nom du souverain ALF sont inscrites sous le champ de ce même droit. Nous avons remarqué qu’un nombre limité de ces monnaies par année de frappe est parvenu jusqu’à nous32, alors que la frappe s’est continuée pendant 41 ans, de 1172 à 1213. A. Balaguer note aussi qu’alors que les documents font mention de très nombreux payements en morabatins en Catalogne, aucun n’a jamais été retrouvé dans le comté. Ces quelques éléments posent le problème du volume de ces émissions, peut-être limitées à moins que les monnaies ne furent refondues.

  • 33 J. L Todesca, « Means of Exchange Islamic : Coinage in Christian Spain, 1000-1200 », dans Iberia an (...)

19Le morabatin d’Alphonse VIII, victime de son succès, pourrait éventuellement avoir été utilisé à la fois dans la circulation, en tant que monnaie physique, et comme unité de base utilisée pour établir les comptes, ce qui expliquerait qu’on la trouve mentionnée si souvent, mais qu’elle soit si rare. Il n’était pas surprenant de voir une monnaie réelle suppléée par d’autres monnaies : ainsi, en 1153, les Génois vendirent au comte de Barcelone le tiers de Tortose qu’ils venaient de recevoir comme butin pour le prix de 16 040 morabatins lupino, c’est-à-dire de Murcie, payés avec des monnaies du Maroc, d’Almeria, de Malaga et de Murcie33.

  • 34 L. Travaini, op. cit., p. 23.
  • 35 Ibid., p. 157 : nel ambito di questo gruppo, i primi tari sono difficilmente attribuibili all una o (...)

20La raréfaction de l’or est encore une des causes avancée pour expliquer le monnayage d’imitation sicilien34. Néanmoins, un autre monnayage, celui des imitations d’Amalfi et de Salerne en Italie du Sud le précède ou l’annonce. Ce monnayage, reprise du type du ruba’î ou quart de dinar du calife fatimide al-Mu’izz (952-975), illustre partiellement la définition citée ci-dessus du phénomène d’imitation et nous permet d’introduire une nuance. Dans le cas des premières imitations de Salerne et d’Amalfi, connues, avant d’être identifiées, par des documents des Xe et XIe siècles où les payements étaient indiqués en monnaies d’or moneta nostra amalfitana et tari moneta salernitana, ni Lucia Travaini ni Philip Grierson ne notent d’affaiblissement du poids ou du titre. Bien au contraire, ces deux auteurs insistent sur la ressemblance des deux monnayages, et sur la difficulté qu’ils ont rencontrée pour les distinguer35.

  • 36 P. Grierson, op. cit., p. 240 : La derivazione della monetazione amalfitana non è un fatto eccezion (...)

21Alors que P. Balog puis L. Travaini s’interrogèrent sur les raisons de l’utilisation exclusive de quarts de dinars, et non de dinars entiers, la question de la raison de ce premier monnayage n’est abordée que très brièvement par P. Grierson36, qui l’explique par le facteur psychologique de l’habitude de l’usage d’un type de monnaie précis. L. Travaini mentionne en revanche dans la présentation du cadre général des émissions siciliennes et du sud de l’Italie que

  • 37 L. Travaini, op. cit., p. 23.

[...] questi tarì furonno prodotti nel momento di pieno successo della moneta d’oro araba che imitavano, e in un momento di relativa stabilità del potere bizantino in Italia, e non furono creati in un momento di crisi, per mancanza di moneta « straniera », come sarebbe stato dopo la metà dell’XI secolo37

22et que la bonne qualité des premiers tari amalfitains et salernitains confirme leur utilisation dans les échanges interrégionaux.

  • 38 P. Grierson, op. cit., p. 242, assure que les tari de Saleme et Amalfi ne pouvaient circuler à Bari (...)

23Pourtant ces émissions nous permettent de nous poser des questions importantes : d’où venaient l’or frappé dans ces deux villes, quelle est la circulation réelle de ces tari d’imitation, quelle était la position de l’autorité locale face à l’afflux de monnaies étrangères ? Les trésors et découvertes isolées de ces premiers tari d’imitation ne permettent pas d’affirmer que leur circulation était limitée à la Campanie et aux Pouilles, alors que la documentation disponible sur les trésors en Italie du Sud ne relève qu’un seul trésor de tari de Saleme et d’Amalfi, celui d’Ordona et que ces monnaies sont justement indistinguables de leurs originaux. Pouvons-nous dans ce cas être sûr qu’elles ne circulaient pas aussi en Sicile et dans les territoires byzantins38 ? En revanche, il est tenu pour certain que les tari d’Amalfi et de Salerne plus tardifs, frappés vers le milieu du XIe siècle, altérés, avaient une circulation tout à fait locale, et s’adressaient à une population désormais incapable d’apprécier la qualité de l’espèce offerte, mais qui exigeait encore cette « image », comme garantie.

  • 39 G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire de l’Égypte musulmane au Moyen Âge », Annale (...)
  • 40 P. Grierson et L. Travaini, Medieval European Coinage, with a catalogue of coins in the Fitzwilliam (...)
  • 41 R. Montel (communication orale), partant de l’hypothèse que la production de produits spéciaux étai (...)
  • 42 Le facteur psychologique joue un rôle très important dans la demande d’encaisses privées.
  • 43 G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire », art. cit., p. 17, n. 1.

24Nous pouvons supposer que la demande d’encaisses privées pour ce type de monnaies devait être suffisamment forte pour justifier de la part de l’autorité l’émission d’espèces étrangères39, d’autant plus que les monnaies fatimides siciliennes circulaient abondamment dans la région, comme en témoignent les trésors découverts40 ; les liens économiques qui la liaient aux territoires musulmans étaient fortement établis41 ; la réputation d’excellente qualité des monnaies fatimides était déjà bien assise42. Notons que l’émission de telles espèces devait certainement assurer un gain à l’émetteur, la valeur du métal frappé étant supérieure à celle du métal brut et la frappe s’accompagnant du versement de droits seigneuriaux et de frais à l’atelier. Comme le note G. Hennequin, il est toujours moins coûteux de se constituer une encaisse en monnaies locales qu’en monnaies étrangères, grevées par différents prélèvements : prix du transport, taxes aux frontières, etc.43.

  • 44 Il faudrait ici revenir aux sources écrites et se pencher plus attentivement sur la formulation des (...)

25Mais cet or transformé en monnaie provenait-il des territoires byzantins ? S’agissait-il de solidi et de tétartéra refondus pour satisfaire la demande locale en monnaies arabes, ou le tari avait-il été imposé comme l’espèce officielle pour l’or ? Nous pouvons imaginer que le pouvoir avait ordonné la refonte de toutes les espèces byzantines, au profit du monnayage d’imitation local. Ou bien cet or provenait-il d’Europe ? En aucun cas il ne pouvait s’agir de monnaies fatimides, mais peut-être d’or brut provenant d’Égypte via la Sicile. Nous pouvons encore nous demander dans quelle mesure ces monnaies, amalfitana et salernitana, pouvaient jouer le rôle de monnaies de compte44, d’autant plus que nous ignorons la part réelle qu’elles représentaient dans le stock monétaire.

  • 45 L. Travaini, op. cit., p. 29-32 et p. 101-102 ; P. Balog, « Contribution to the Arabic Metrology an (...)

26Ces problèmes ne se posent pas dans le cas de la Sicile. L’existence d’un monnayage d’imitation, des quarts de dinars et des carroubes d’argent, qui aurait été émis avant la conquête de Palerme en 1072 par les Normands45 pourrait s’expliquer par la nécessité de soutenir l’économie de conquête en fournissant de la monnaie et d’alimenter le marché. En revanche, les émissions normandes postérieures devaient pourvoir l’économie de l’île et du sud de l’Italie en numéraire et excluaient le recours à toute monnaie musulmane. L’exportation des tari, bien qu’avérée par les documents textuels médiévaux, reste encore à élucider : en effet, les monnaies normandes retrouvées hors du royaume sont très rares et l’on ne peut qu’hypothéquer sur la réalité de leur circulation à l’étranger, à moins qu’elles ne furent toutes refondues. Il semble plutôt que nous ayons à faire à un monnayage exclusif, trahissant la volonté de ne pas utiliser de monnaies étrangères, et spécifiant la nature, composite, de l’autorité émettrice.

  • 46 Pour une approche approfondie des problèmes de métrologie des besants latins, on consultera D. M. M (...)
  • 47 Ibid., p. 90 ; D. M. Metcalf présente les monnaies qui avaient cours en Orient : in the Byzantine E (...)

27Dans l’Orient latin, l’étude des monnayages des principautés, notamment de l’or à l’imitation du monnayage fatimide, a connu dernièrement de nouveaux développements avec la systématisation des analyses métallurgiques qui permettent de mieux en connaître la chronologie46. Cependant, ici encore, nous voulons nous intéresser à l’émergence de cette imitation ; nous voudrions avant tout examiner les conditions qui conduisent à l’apparition d’un monnayage arabisé dans cette région. Notons que cette apparition coïncide avec l’organisation d’un système monétaire propre aux territoires croisés. Il est fondé, comme en Europe, sur l’argent et secondé par des émissions de bronze, suppléé encore par l’utilisation de monnaies étrangères, fatimides et byzantines47 pour l’or, toutes deux appelées besants, et aussi de deniers d’argent du Puy, de Lucques, de Melgueil, de Chartres, du Mans et de Valence.

28Nous pouvons ici nous poser les mêmes questions que lors de l’apparition des imitations à Amalfi et Saleme : d’où provenait le métal-or ? Pourquoi à un moment donné a-t-on ressenti le besoin de le frapper, alors que précédemment les monnaies circulant depuis l’étranger (Egypte et empire byzantin) suffisaient ? Quelle était la population visée ? Comment ces monnaies circulaient-elles : servaient-elles à payer les impôts, ou jouaient-elles le rôle de monnaie de compte ?

  • 48 Ibid., p. 111-112. Après Hattin, l’aloi des monnaies d’or latines ne dépasse plus les 68 % d’or fin (...)

29De même qu’en péninsule Ibérique, les imitations en or ne furent jamais d’aussi bonne qualité que leurs originaux fatimides. Si le taux de métal précieux contenu dans les premières émissions, émises probablement peu après 1127 et avant 1148/59, fut assez proche de celui des monnaies fatimides, on remarque dès la période 1148/59-1187 une très forte baisse de l’aloi. La bataille de Hattin, en 1187, et la perte de Jérusalem coïncident avec cette altération de la qualité48. Quant à la qualité de gravure, jamais elle ne rivalisa avec celle des graveurs égyptiens : les légendes, initialement lisibles, même si elles sont légèrement altérées, apparaissent de plus en plus barbarisées. Certaines monnaies sont à ce point grossières qu’il était peu probable qu’elles eussent pu circuler en dehors des États latins, et plus particulièrement en Égypte. Mais comment expliquer alors la parfaite graphie des besants christianisés ? Étaient-ils destinés à des populations capables de les lire ? Ou s’agissait-il d’affirmer la puissance d’Acre et du christianisme, par l’émission de remarquables monnaies ?

  • 49 Cf., Coin Hoards, vol I-VI, Londres, Royal Numismatic Society, 1975-1981 ; il faut surtout noter l’ (...)

30On peut considérer que les relations guerrières avec le voisin fatimide entraînèrent une chute conséquente du stock de dinars en circulation dans l’Orient latin, alors que l’intense activité économique qui s’y déployait avait un besoin crucial de numéraire pour se poursuivre. On remarque donc la disparition rapide des monnaies fatimides de la circulation49 et leur remplacement par les monnaies croisées et étrangères. Peut-être même ont-elles été refondues pour fournir le métal nécessaire aux émissions croisées.

  • 50 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader and the Latin East in the Ashmoleam Museum Oxford,2e éd. rev (...)
  • 51 Cf. le trésor de Kassab qui renfermait 1017 monnaies de billon. D. M. Metcalf, Coinage of the Crusa (...)
  • 52 D. M. Metcalf, « The gold coinages », art. cit., p. 91, envisage que les besants sarrasins aient eu (...)

31Comme pour les émissions de morabatins sous Alphonse VIII, il est difficile de comprendre la part que représentaient les besants sarrasins dans le stock monétaire en circulation à l’époque de leur frappe. Seuls quatorze trésors de ces monnaies sont connus, ce qui n’est rien comparé à l’énorme documentation sur les trésors de monnaies d’argent pour la même période50. Bien plus, si les trésors de besants contiennent au maximum une quinzaine de monnaies, qui parfois ne portent pas trace de frai, ceux d’argent en renferment facilement un bon millier51. Il est probable que le stock de besants sarrasins était inférieur à celui des monnaies européennes en circulation dans les États latins. Peut-on être certain du rôle de ces besants dans l’économie croisée ? Et ne pouvons-nous pas envisager que les payements exprimés en besants furent en fait versés avec d’autres numéraires, qui eux apparaissent dans les trésors de l’époque croisée52 ?

  • 53 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader, op. cit., p. 50 ; P. Grierson, « A rare Crusader bezant wit (...)

32Il nous semble que l’hypothèse d’une frappe symbolique puisse être envisagée. Il est clair que les besants sarrasins ne servaient pas à payer l’impôt mais qu’ils étaient émis pour répondre à une demande spécifique de numéraire en or portant cette image fatimide. On peut penser que ces monnaies servaient à affirmer la souveraineté, de type féodale, de la puissance émettrice vis-à-vis des chevaliers et de la noblesse, notamment par la coutume des largesses. Enfin, peut-être faut-il voir dans l’échec du besant à l’Agnus Dei, monnaie d’or frappée d’un agneau et émise vers 126853, la confirmation que la demande d’encaisses ne portait pas sur des monnaies d’or, mais bien sur ce type précis de besants, même altérés, et que ces émissions n’avaient pas comme but la mise en place d’un système monétaire pluri-métallique.

  • 54 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader, op. cit., p. 43 : The persistent idea outside numismatic ci (...)
  • 55 Sur le problème de l’attribution des émissions posthumes d’Alep au royaume d’Acre voir M. Bates, «  (...)

33Si les besants sont probablement destinés à l’économie intérieure des États latins54, il en est autrement des dirhams d’imitations émis vers le milieu du XIIIe siècle. Le monnayage de dirhams croisés, à l’épigraphie arabe irréprochable, est une impeccable imitation des modèles ayyûbides, damascène et alépin55. L’imitation est si parfaite que son existence n’a été révélée que depuis une dizaine d’années. Il est très probable que ce monnayage servait aux transactions avec les territoires ayyûbides, ainsi que l’atteste la présence de dirhams croisés dans des trésors mixtes de monnaies ayyûbides et artuqides du XIIIe siècle trouvés du côté musulman de la frontière. La finesse de ces monnaies d’argent était variable et légèrement inférieure à celle des originaux. On trouve ces imitations en si grand nombre que nous connaissons plus d’imitations que d’originaux. Ce succès permet a contrario d’expliquer l’échec de l’émission des dirhams chrétiens. En effet, quoique l’émission des dirhams chrétiens corresponde à une amélioration des standards monétaires, les marchands musulmans ont difficilement accepté une monnaie délibérément chrétienne, avec une grande croix pattée à la place de la kalima, et sans doute à une moindre valeur : l’image reste la garantie de la valeur intrinsèque de la monnaie.

  • 56 C’est le « bâton ou la carotte » de G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire », art. (...)

34L’argent utilisé pour ces émissions provient vraisemblablement directement d’Europe, sous forme de métal brut et de monnaies, apportés par des marchands, notamment italiens. Nous pouvons envisager que les droits de frappe à acquitter dans les ateliers croisés devaient être avantageux pour les marchands européens qui préférèrent y apporter leur argent plutôt qu’à un atelier ayyûbide. Les souverains latins favorisèrent sans doute ces émissions où ils trouvaient un intérêt financier. Nous ne pouvons cependant pas exclure un éventuel contrôle strict des mouvements à l’intérieur des États latins de l’argent, métal brut et métal frappé, qui aurait obligé les marchands à le faire transiter à un moment ou un autre par un atelier, c’est-à-dire celui d’Acre, au profit financier de l’atelier et du souverain56.

  • 57 Id., « Les monnaies et la monnaie », art. cit., p. 233, parle d’« énorme quantité » de millares, «  (...)

35Cette émission avait la même fonction que celle des millares, monnaies d’argent copiées sur le modèle des dirhams almohades : elles ont été émises pour permettre les échanges avec les voisins musulmans, en répondant à leur demande spécifique d’encaisses. Ces millares étaient destinés à l’Afrique du Nord et aux territoires d’al-Andalus sous le contrôle des Almohades et de leurs successeurs, et furent émis dans de nombreuses villes européennes pour lesquelles le commerce méditerranéen était important. Nous avons ainsi connaissance d’émissions de millares à Pise, Gènes, Agde, Montpellier, Maguelone, Barça, Majorque ou encore Lleida, et « jusqu’à l’île d’Oléron »57.

36Le sens du choix de l’écriture arabe sur le monnayage d’or chrétien semble au premier abord manifeste : il s’agissait d’offrir un objet monétaire similaire à celui qui était désiré, les dinars musulmans, fatimides, umayyades d’al-Andalus, ou ayyûbides, tout en réalisant un bénéfice en confisquant le profit qu’entraîne toute frappe. L’écriture arabe, bien qu’obscure pour les acteurs économiques de la chrétienté, restait le gage de la valeur de la monnaie qui la portait, bien que ceux-ci dussent, sans doute, être conscients de la baisse effective de qualité des émissions successives. L’imitation concernait, nous l’avons vu, les standards monétaires, mais surtout l’image qui est caractéristique d’une émission.

  • 58 Sous Roger II, dans les années 1130-1140, les tari sont frappés en arabe et en latin, chaque écritu (...)

37Néanmoins, cette explication n’est pas entièrement satisfaisante. Comment justifier l’écriture arabe sur les émissions chrétiennes, à Tolède et en Sicile notamment ? Les émissions normandes forment un système monétaire complexe, où l’arabe ne relève plus d’une nécessité monétaire ou économique, ainsi qu’en témoigne la création de types monétaires mixtes, aux légendes latines et arabes58. Bien plus, elles mettent en exergue la pluralité culturelle et religieuse à la cour du prince et illustrent l’alliance de ces cultures. L’introduction d’un symbole religieux clair aux yeux de tous, en l’occurrence une croix, dans les monnayages latin et castillan ne permettait plus d’entretenir le doute sur l’origine de la monnaie ; mieux, il la désigne comme chrétienne à une population habituée à utiliser un numéraire d’or musulman. Dans le cas des morabatins de Tolède, l’utilisation de l’arabe nous rappelle l’importance de la société mozarabe, pour qui et par qui ces monnaies furent émises.

  • 59 G. Hennequin, « Les monnaies et la monnaie », art. cit., p. 233.

38Différentes hypothèses peuvent être avancées, qui confortent le numismate dans l’idée que ces monnayages ont aussi une fonction autre que monétaire : G. Hennequin y perçoit « un gage de bonne volonté vis-à-vis de la partie arabophone de la population »59. Peut-être s’agit-il d’une conséquence du rôle tenu dans la vie politique et administrative par les mozarabes à Tolède ou par les fonctionnaires – chrétiens arabes, musulmans, convertis – dans l’administration centrale palermitaine ? On peut aussi y distinguer la manifestation de la victoire du christianisme, exprimée en langue arabe, langue· du savoir. Enfin, la dimension politique de cette utilisation de l’arabe reste incontestable : la volonté du prince s’exprime là avec toute sa puissance.

39Nous avons envisagé cette étude dans deux perspectives bien précises : éclairer la diversité des monnayages et insister sur la pluralité des usages de la monnaie, au-delà de ses trois fonctions classiques d’évaluation de la valeur, de réserve et de moyen d’échange, qui l’ancrent dans le domaine économique. À la distribution des monnaies arabes chrétiennes proposée par G. Hennequin selon leur apparence plus ou moins musulmane et/ou chrétienne, nous préférons utiliser des critères de circulation, d’usage et d’objectif, économique ou non, de ces monnaies

40Sans nier la dimension économique des monnayages que nous avons abordés ici, notre idée était qu’il était possible de les envisager autrement. Il est clair que les monnaies arabes des souverains chrétiens ne furent pas toutes émises dans le même but, mais bien pour répondre à des besoins différents : alors que les millares, les premiers tari lombards et les dirhams croisés devaient servir aux échanges commerciaux avec les voisins musulmans, ce ne fut pas le cas des mancus catalans, qui servirent à la circulation intérieure et permirent de suppléer à l’effondrement du stock de monnaies en circulation, ni celui des besants sarrasins qui étaient probablement destinés à la noblesse et à l’élite de la population, monnaies de prestige, peut-être monnaies de compte. S’il reste des incertitudes sur le morabatin d’Alphonse VIII, certes monnaie réelle, mais sans doute aussi monnaie de compte, celui-ci n’en demeure pas moins une monnaie de prestige, réputée, politiquement importante, car elle affirme, en arabe, le triomphe du christianisme et la puissance du souverain. Enfin, dans le cas du royaume normand, le choix de l’arabe comme image monétaire nous confronte à des difficultés d’ordre politique et religieux et débouche sur la question de la composition de l’élite du royaume.

41Toutes les monnaies que nous avons étudiées ici furent émises en toute légalité dans des ateliers officiels, et n’étaient pas considérées par leur contemporains comme de vulgaires faux, mais bien comme de réels moyens de payement, partie intégrante de systèmes monétaires complexes. Si nous nous sommes surtout penchée sur les causes et les conditions qui virent leur apparition, il faut encore insister sur leur effets : ne s’agissant pas de fausses monnaies il n’était pas question de tromper l’utilisateur ou de déséquilibrer une économie, mais de répondre à des demandes économiques, politiques bien particulières.

42Nous souhaitons finir en nuançant la définition d’imitation donnée en introduction, puisque l’altération de la valeur intrinsèque du modèle imité ne nous semble pas, dans le cas de nos monnaies, correspondre à ce phénomène et parce qu’elle omet les cas où les standards monétaires sont l’objet de l’imitation, alors que l’apparence extérieure de la monnaie, elle, est une création originale.

Allegati

Glossaire

Augustale : monnaie d’or frappée sur ordre de Frédéric II en Sicile à partir de 1231, plus par manifestation de son pouvoir impérial que dans un but commercial.

Besant sarracénat ou sarrasin : imitation du dinar frappée dans l’Orient latin, sur le modèle des dinars des califes fatimides al-Mustansir et al-Amir, puis copié sur les monnaies d’or égyptiennes de Saladin. Le légat du pape, Eudes de Châteauroux, imposa vers 1251 la christianisation des besants. Les ateliers en activité étaient Acre, Tyr, Tripoli, Antioche et peut-être le Krak de Moab.

Dinar : monnaie d’or émise par les musulmans dans les ateliers orientaux et ceux d’al-Andalus.

Imitation : des imitations de dinars des califes de Cordoue et des souverains Hammudides d’Afrique du Nord ont été frappées dès le début du XIe siècle sur ordre des comtes de Barcelone.

Dinar d’Offa : monnaie d’or émise en Angleterre sous le règne d’Offa (757-796).

Dirham et fractions : monnaie d’argent. Dans l’Orient latin, imitations de dirhams ayyûbides émis par les croisés au milieu du XIIe siècle, sur le modèle des dirhams d’al-Malik al-Salih de Damas et peut-être d’al-Malik al-Nasir d’Alep. Des dirhams à légendes chrétiennes furent aussi émis, après l’intervention d’Eudes de Châteauroux en 1251.

Les Normands frappèrent des fractions de dirhams en Sicile, avec des légendes en arabe sur lesquels on note l’apparition progressive du naskhi (Guillaume II et Tancrède).

Double : monnaie d’or almohade valant un dinar et pesant un miṯhqal de 4,6 gr. La double est aussi appelée masmudine. Toutes les monnaies d’or almohade sont frappées sur le type du carré dans un cercle.

Carroube : monnaie d’argent fraction du dirham, d’environ 0,20 gr ou 1/6e de dirham, qui fut frappée en grand nombre dans les territoires fatimides, essentiellement en Sicile, largement diffusée et très tôt imitée par les Normands lors de la conquête de l’île.

Mancus : terme qui désignait à l’origine des monnaies d’or dans les documents européens de la fin du VIIIe au XIe siècle, peut-être des dinars musulmans qui circulaient en Italie, Catalogne et Angleterre.

En péninsule Ibérique : dinars émis en al-Andalus et leurs imitations dans le comté de Barcelone depuis les règnes de Béranger Raymond Ier et de Raymond Béranger Ier.

Mancus de Bonhom : monnaies d’or émises par un monnayeur juif à Barcelone dans les années 1019-1030 J.-C./409-422 AH.

Maravedis : monnaie d’or frappée dès le XIIe siècle et jusqu’en 1497 dans les territoires portugais, de Castille et du Léon, sur les standards du morabitino almoravide.

Masmudine : double muminî (4,60 gr), d’après le nom du premier souverain almohade, Abd al-Mu’min.

Millares : monnaie d’argent frappée à l’imitation des dirhams almohades, de type carré, émise à partir de 1263 en Aragon, d’un poids de 1,36 gr, et destinée au commerce avec les pays musulmans d’Afrique du Nord et du sud de la péninsule Ibérique. Ces imitations sont reconnaissables des originaux par leur flan plus large et l’épigraphie grossière.

Morabatin : monnaie d’or émise par la dynastie des Almoravides, pesant environ 4 gr, toujours frappée avec grand soin en Afrique du Nord, mais moins soignée en péninsule Ibérique.

Ruba’i : quart de dinar émis dans les ateliers de Sicile et d’Afrique du Nord sous domination fatimide, d’environ un gramme. Modèle utilisé pour la frappe des tari.

Tari : nouvellement frappé. Monnaie d’or frappée en Sicile sous les Normands à partir de 1072 et jusqu’en 1278, qui à l’origine correspondait au quart de dinar et dont la stabilité de poids et d’aloi explique la large diffusion dans le bassin méditerranéen. Il existe aussi des tari d’Amalfï et Salerne, eux aussi frappés sur le modèle arabe, mais qui, progressivement, deviendront plus larges et plus fins, avec un aloi toujours plus faible.

Tercenaire : monnaie de compte crée sous Guillaume II, et monnaie réelle qui représentait un quart de celle de compte, il existait des demi-tercenaires et des quarts de tercenaire.

Tercia Ducalis : monnaie d’argent qui équivaut à une fraction d’un tiers de ducale, introduite dans le monnayage sicilien lors de la réforme monétaire de Roger II en 1140, et dont les légendes, au contraire du ducale, restent encore en arabe ou l’allient au latin.

Note

1 Fouille française de l’Institut Archéologique Français d’Istanbul, sous la direction de Christine Kepinski-Lecomte (CNRS-ERA 41) et Rifat Ergeç (directeur du Musée de Gazantiep). Lors de la campagne de 1995, un trésor de 33 dirhams entiers, 4 fragments de dirhams et un fals a été trouvé. Il est actuellement conservé au musée de Gazantiep et fera l’objet d’une publication prochainement.

2 P. Balog et J. Yvon, « Monnaies à légendes arabes de l’Orient latin », Revue de Numismatique, 1958, p. 133-168, ici p. 10, n. 2.

3 A. Amandry, Dictionnaire de Numismatique, Paris, 2001, s. v. « Imitation », p. 284.

4 L’auteur pense aux monnaies de Bonhom et aux autres monnaies d’imitations catalanes, ainsi qu’aux monnaies croisées.

5 Sont ici désignées les dirhams croisés, les millares et les tari de Saleme et Amalfi.

6 Il s’agit des maravédis ibériques, des monnaies d’Eudes de Châteauroux et des tari siciliens.

7 G. Hennequin, « Les monnaies et la monnaie », dans États, sociétés et cultures du Monde Musulman médiéval, J.-C. Garcin dir., t. II, Paris, 2000, p. 233.

8 Les poids tombèrent de 3,87-3,62 gr à 2,65-1,91 alors que parallèlement les alois ne cessaient de diminuer.

9 63 exemplaires de ces monnaies, toutes dates confondues, sont publiés. Il est impossible de savoir combien de dinars d’Alphonse VIII sont réellement parvenus jusqu’à nous.

10 Cette émission est attestée par une seule monnaie, datée de 1087.

11 Dès 1157, des monnaies furent frappées à son nom, de bon aloi, pesant 4 gr pour un diamètre de 23-27 mm.

12 La métrologie de ces millares est similaire à celle des « carrés » des Almohades ; les poids sont de 1,5 gr et les diamètres mesurent en moyenne 15 mm.

13 À l’origine, ces monnaies étaient de bon aloi, leur taux de métal précieux oscillait entre 80 et 99 %, et elles pesaient environ 1 gr, ce qui est semblable aux émissions fatimides. Puis on remarque une diminution des standards monétaires, poids et aloi, et l’élargissement des flans.

14 Ces monnaies, probablement émises en 1061 sont caractérisées par un aloi assez faible et très irrégulier, entre 15-73 % d’or fin, et une couleur pâle. Leur attribution est incertaine. Cf. L. Travaini, La Monetazione nell’Italia Normanna, Rome, 1995, p. 29-32 ; N. Lowick, « Un ripostiglio di monete d’oro islamiche e normanne da Agrigento », Bolletino di Numismatica, 6-7 (1986), p. 151-153.

15 Les monnaies siciliennes sont particulièrement importantes pour l’utilisation qui y est immédiatement faite de l’arabe dans les légendes. C’est l’exemple le plus précoce.

16 Nous ne disposons d’aucune évaluation du nombre de monnaies lombardes, amalfitaines et normandes conservées jusqu’à aujourd’hui.

17 D. M. Metcalf, « The gold Coinages of the Crusader States », dans Coins of the Crusader States, A. Berman éd., Londres, 1994, p. 90-126, notamment p. 91.

18 177 besants sont connus et publiés. Les monnaies fatimides prises comme modèle pesaient 4,2 gr en moyenne, pour un titre de plus de 95 % (jusqu’à 99,2 %). Les besants d’or sont émis sur quatre standards : à 90 % de fin d’or, pour les premières émissions, avant 1148, à 80 % et plus entre 1158-59 et 1187, entre 68 et 62 % de 1187 à 1260 (les besants chrétiens ont un aloi moyen de 65,5 % d’or) et finalement à environ 65 % d’or fin pour les Agnus Dei émis à Tripoli après 1268. Toutes ces monnaies ont un poids inférieur à ceux des monnaies fatimides et dépassent rarement les 4 gr, même si leurs poids s’échelonnent entre 3,09 à 4,34 gr.

19 283 monnaies au type alépin et 419 au type damascène sont connues, ce qui pour les imitations de Damas correspond à la grande majorité des monnaies de ce type connu. Cf. M. L. Bates et D. M. Metcalf, « Crusader coinage with Arabic inscriptions », dans A history of the Crusades, K. M. Setton dir., t. VI : The impact of the Crusades on Europe, H. W. Hazard et N. P. Zacourd éd., Londres, 1989, p. 421-482.

20 Ces dirhams présentent un pourcentage de 70 % de métal précieux, et leurs poids s’échelonnent de 2,80 à 2,95 gr, alors que les originaux ayyûbides ont un poids moyen de 2,90 gr.

21 Seuls 13 besants chrétiens nous sont parvenus. Ces monnaies, plus légères que les autres besants, ont un poids moyen de 3,11 gr et un taux de métal précieux compris entre 62,4 et 68,7 %. Les dates s’échelonnent entre 1251 et 1258. Nous connaissons aussi trois fractions de ces monnaies, des demis, à l’aloi meilleur que les besants. Les monnaies d’argent, dont la métrologie est semblable à celles des imitations antérieures, sont au nombre de 48 et portent la mention d’Acre comme atelier. Leur émission a elle aussi commencé en 1251. Après 1268, un besant portant un agneau est émis, sans doute à Tripoli, désigné sous le terme Agnus Dei.

22 Les émissions des califes umayyades s’achèvent en 1008, relayées par les émissions des Taifas.

23 A. Balaguer, « The influence of the Moslem coinages upon the monetary systems of the medieval Iberian Kingdoms », dans Problems of Medieval Coinage in the Iberian Area, M. Gomes Marques éd„ Santarem, 1984, p. 307-334, voir p. 310.

24 Ibid., p. 319.

25 A. Clemente et J. Cayón, Las monedas españolas. Del tremis al euro, Madrid, 1998, p. 325-360.

26 En Castille et Léon, le monnayage ne reprend que sous Ferdinand Ier (1035-1065) et en Aragon sous Sanche Ramirez (1063-1094).

27 A. Vives, « La moneda castellana », dans Discursos leídos ante ta Real Academia de la Historia, Madrid, 1901, p. 16 ; A. Balaguer, Del Mancus a la Dobla. Or y Paries d’Hispània, Barcelone, 1993, p. 104 : La numismàtica sembla corrobar igualment que Castella es beneftciava dels morabatins del rei Llop de Múrcia, fins al punt que hom ha observat una estricta relació entre la caiguda del regne de Múrcia, la darrera taifa almoràvit, a mans dels almohades (1170) i l’inici de les emissions de morabatins d’or per Alfons VIII a Toledo.

28 Ibid., p. 79 : podriem [...] pensar que la fabricació d’aqueste peces estat propiciada pels banquers i prestamistas jueus de Toledo [...] tombé per suplir la manca d’or àrab anomedat que començava a aplacar en el circulant, et p. 104 : Amb aquesta moneda s’intentava suplir les necessitats del circulant auri a Castella.

29 Ibid., p. 78.

30 A. Balaguer, « Troballes i circulació monetària : corpus de les troballes de moneda àrab a Catalunya », Acta Numismatica, 20 (1990), p. 83-109, voir p. 94.

31 Il s’agit des masmudines et des millares, sans doute destinés à être exportés vers les territoires almohades, via le commerce, frappés en Catalogne, en Aragon, à Majorque, à Valence et jusqu’à Montpellier.

32 Nous connaissons de une à trois monnaies par année de frappe, pour un total d’une quarantaines de monnaies, sachant que certaines années aucune monnaie n’est connue. Selon Tawfiq Ibrahim, les morabatins seraient plus nombreux, car ces monnaies se rencontrent fréquemment dans des collections privées.

33 J. L Todesca, « Means of Exchange Islamic : Coinage in Christian Spain, 1000-1200 », dans Iberia and the Mediterranean World of the Middle Ages, L. J. Simon éd., Leyde, 1995, p. 232-258, voir p. 256.

34 L. Travaini, op. cit., p. 23.

35 Ibid., p. 157 : nel ambito di questo gruppo, i primi tari sono difficilmente attribuibili all una o all’altra zecca, poiché da principio si mantenne un buon livello aureo unito ad una fedele imitazione, et p. 159 : Come quelli amalfitani, i primi tari di Salerno furono ottime imitazioni di quelli di al-Mu’izz [...] si noli che anche il peso di queste prime imitazioni è molto vicino a quelle del quarto di dinar islamico ; P. Grierson, « La monetazione amalfitana nei seoli XI e XII », dans Amalfi nel Medioevo (Convegno internazionale 14-16 giugno 1973), Saleme, 1977, p. 217-243, ici p. 239.

36 P. Grierson, op. cit., p. 240 : La derivazione della monetazione amalfitana non è un fatto eccezionale. bensi una caratteristica condivisa da mote monete, particolarmente quelle auree, nel corso della storia. Il pubblico accetta più facilmente le monete che seguano un modello consueto e familiare [...]. Non è quindi per nulla sorprendente che la monetazione d’oro amalfitana fosse d imitazione. Si limitava a copiare una delle due valute che le populazioni dell Italia meridionale erano abituate ad usare. Malheureusement l’auteur ne semble pas se demander pourquoi une autorité décide à un moment donné de frapper monnaie.

37 L. Travaini, op. cit., p. 23.

38 P. Grierson, op. cit., p. 242, assure que les tari de Saleme et Amalfi ne pouvaient circuler à Bari, Barletta, Terlizzi, Molfeta o altre località della costa adriatica car non troviamo alcun acceno ad esse nei documenti pubblicati. On pourrait avancer au contraire que seules sont mentionnées les monnaies byzantines, monnaies réelles et monnaies de compte, ce qui n’empêche nullement l’utilisation d’autres espèces (en l’occurrence les tari) et ne témoigne pas de leur absence.

39 G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire de l’Égypte musulmane au Moyen Âge », Annales Islamologiques, 12 (1974), p. 1-36, voir p. 19.

40 P. Grierson et L. Travaini, Medieval European Coinage, with a catalogue of coins in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, 1998, vol. 14 : « Italy (III). South Italy, Sicily, Sardinia », p. 401-430. Dans cet appendice, une importante liste de trésors trouvés dans la région est présentée et commentée.

41 R. Montel (communication orale), partant de l’hypothèse que la production de produits spéciaux était destinée à la vente en Sicile, a bien mis en évidence que la hausse du stock d’or en circulation à la Cava est parallèle à l’extension du défrichement de la montagne et à l’essor des champs de vignes.

42 Le facteur psychologique joue un rôle très important dans la demande d’encaisses privées.

43 G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire », art. cit., p. 17, n. 1.

44 Il faudrait ici revenir aux sources écrites et se pencher plus attentivement sur la formulation des payements, même si P. Grierson récuse cette hypothèse, cf P. Grierson, op. cit., p. 242 : Tuttavia i documenti dimostrano che dovevano esserci grandi quantità di monete amalfitane e il frasario chiarisce che era ben lungi dall’essere semplicemente valuta di conto.

45 L. Travaini, op. cit., p. 29-32 et p. 101-102 ; P. Balog, « Contribution to the Arabic Metrology and Coinage », Annali dell’lslituto Italiano di Numismatica, 27-28 (1980-1981), p. 115-154 ; N. Lowick, op. cit., p. 145-166.

46 Pour une approche approfondie des problèmes de métrologie des besants latins, on consultera D. M. Metcalf, « The gold Coinages of the Crusader States », art. cit.

47 Ibid., p. 90 ; D. M. Metcalf présente les monnaies qui avaient cours en Orient : in the Byzantine Empire, the gold numisma and tétartéron, which had suffered progressive debasement during the eleventh century, were replaced under Alexius I (1081-1118) by the good hyperpyron and its electrum third [...]. In the Caliphate, the gold dinar maintained its traditional high quality.

48 Ibid., p. 111-112. Après Hattin, l’aloi des monnaies d’or latines ne dépasse plus les 68 % d’or fin, et tombe même à 58 %.

49 Cf., Coin Hoards, vol I-VI, Londres, Royal Numismatic Society, 1975-1981 ; il faut surtout noter l’absence de monnaies postérieures à al-Amir (1101-1130).

50 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader and the Latin East in the Ashmoleam Museum Oxford,2e éd. rev. et corn, Londres, 1995, p. 308-323 : 59 trésors de monnaies latines et européennes sont relevés, provenant des différentes principautés de l’Orient latin ; ID., dans A. Berman éd., Coins of the Crusader States, op. cit., p. 426-436.

51 Cf. le trésor de Kassab qui renfermait 1017 monnaies de billon. D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader, op. cit., p. 319-320.

52 D. M. Metcalf, « The gold coinages », art. cit., p. 91, envisage que les besants sarrasins aient eu un rôle de monnaie de compte : one often cannot be sure whether the bizantii saracenati named in the documents are real dinars, or bezants, or merely legal dinars, that is to say, moneys of account. C’est notamment le cas pour le tercenaire, monnaie normande frappée sous Guillaume II.

53 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader, op. cit., p. 50 ; P. Grierson, « A rare Crusader bezant with the Christus vincit legend », American Numismatic Society. Museum Notes, 6(1954), p. 169-178.

54 D. M. Metcalf, Coinage of the Crusader, op. cit., p. 43 : The persistent idea outside numismatic circles that the bezants, like the dinars they imitated, were an international currency is a misapprehension [...] The bezants were intended primarily for circulation within the Latin Kingdom.

55 Sur le problème de l’attribution des émissions posthumes d’Alep au royaume d’Acre voir M. Bates, « Crusader Imitations of Ayyûbids Dirhams », dans Coins of the Crusader States, A. Berman éd., Londres, 1994, p. 127-140, et « Thirteenth century crusader imitations of Ayyûbid silver coinage : a preliminary survey », dans Near Eastern Numismatics, Iconography and History. Studies in Honor of George C. Miles, D. K. Kouymjian éd., Beyrouth. 1974, p. 393-409.

56 C’est le « bâton ou la carotte » de G. Hennequin, « Points de vue sur l’histoire monétaire », art. cit., p. 15-17.

57 Id., « Les monnaies et la monnaie », art. cit., p. 233, parle d’« énorme quantité » de millares, « faux-vrais carrés almohades ».

58 Sous Roger II, dans les années 1130-1140, les tari sont frappés en arabe et en latin, chaque écriture ayant sa face. De même, lors de la création de la tercia ducalis, tiers de la monnaie d’argent, les légendes sont dans les deux langues.

59 G. Hennequin, « Les monnaies et la monnaie », art. cit., p. 233.

Autore

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search