Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expansion occidentale vers le Levant à la fin du Moyen Âge

La mise en place de structures de domination commerciale

Damien Coulon

Texte intégral

  • 1 Cf. A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire. Traduction annotée du texte de Maqrīzī, Le Caire, (...)

J’étais au Caire le substitut de l’inspecteur de la police des marchés (ḥisba) du Caire, le qādī Diyā al-Dīn. J’entrai un jour chez lui, vêtu d’un costume de drap [importé des pays d’Europe], muni d’une bordure rectangulaire en laine. – Comment ! me dit-il, comment peux-tu t’habiller de drap, c’est une étoffe qui ne convient qu’aux mules1 !

  • 2 La zone géographique définie par ce terme s’étend aux pays de la côte orientale de la Méditerranée (...)
  • 3 Voir entre autres parmi les nombreux travaux consacrés à la confection des draps d’Occident au Moy (...)
  • 4 Voir en particulier W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, 2 vol., Amsterdam, 1967 (réimpression (...)
  • 5 Cf. W. Heyd, op. cit., t. II, p. 696-706, et E. Ashtor, « Les lainages », art. cit., p. 663-669.
  • 6 La présente étude n’a d’autre but que de mettre en valeur quelques-uns des aspects commerciaux de (...)

1C’est par cette réplique cinglante que le chroniqueur égyptien al-Maqràzà (1364-1442) rapporte de quelle façon les draps de laine importés par les Occidentaux au Levant2 y étaient considérés, du moins par certains notables de son pays, au tournant des XIVe et XVe siècles. Cette opinion peut paraître tout à fait singulière pour un historien de l’Europe, car d’abondantes sources occidentales contemporaines présentent les draps de façon presque opposée : certaines pièces pouvaient en effet atteindre des prix très élevés et d’une manière générale, ils constituaient même le principal produit manufacturier3, ainsi que l’article le plus commercialisé à travers l’Europe et la Méditerranée, entre autres vers les pays d’Islam4. Comment, dès lors, expliquer une telle contradiction entre les sources, mais aussi et surtout, le paradoxe d’importations de textiles étrangers dans des régions qui en produisaient pourtant depuis longtemps et de grande qualité5 ? Comment, d’autre part, les Européens sont-ils parvenus à équilibrer leur balance commerciale avec des produits d’exportation a priori si peu appréciés et des articles d’importation aussi onéreux que les épices, qui constituaient en fait la véritable raison d’être de ce négoce avec le Levant ? Au travers de ces interrogations relatives à des articles de première importance pour l’économie de l’Occident médiéval, se trouvent en fait soulevées, comme on le verra, quelques questions déterminantes pour l’expansion commerciale européenne vers le Levant à la fin du Moyen Âge, et plus généralement pour une certaine forme d’hégémonie occidentale6.

  • 7 Cf. E. Ashtor, « Les lainages », art. cit., p. 681-686 ; sur sa lancée, l’auteur parle même d’un p (...)

2Il est tentant dans un premier temps d’essayer d’expliquer ces paradoxes par des conditions de production différentes dans les deux zones considérées. L’historien du Proche-Orient médiéval Eliyahu Ashtor s’est en effet efforcé de démontrer un processus de « décadence » de l’industrie textile dans cette région, du fait de trois causes principales : une moindre qualité de la matière première par rapport à l’Occident ; des structures de production trop réduites qui ne pouvaient lutter contre la concurrence des « grandes entreprises » européennes ; ce qui de surcroît empêchait les petits ateliers de tissage orientaux d’adopter les nouvelles techniques permettant des hausses de rendement. Toutes ces conditions défavorables expliqueraient que les produits textiles occidentaux soient finalement revenus moins chers et plus compétitifs que ceux du Levant, d’où leur afflux dans cette région en dépit des coûts de transport7.

  • 8 D. Cardon, op. cit., p. 576-577 ; Dominique Cardon en vient ainsi à remettre clairement en cause l (...)
  • 9 Elle est de fait magnifiquement représentée dans un manuscrit des Séances (Maqāmāt) d’al-Harīrī, e (...)

3Toutefois, dans sa récente étude approfondie sur la draperie, Dominique Cardon a fortement nuancé ces gains de productivité en Occident – au demeurant très délicats à calculer pour la période médiévale – en raison de l’éclatement des structures de production qui pouvait les réduire, voire les annuler8. En outre, l’une des innovations techniques les plus décisives pour les hausses de rendement dans les activités textiles, la roue à filer, est également bien attestée au Proche-Orient9.

  • 10 M. Shatzmiller, Labour in the Medieval Islamic World, Leyde-New York-Cologne, 1994, p. 240-249.
  • 11 Voir en particulier les critiques formulées par Françoise Micheau et Thierry Bianquis, dans leur c (...)
  • 12 Deux grandes périodes sont en gros envisagées pour l’ensemble de ce « monde musulman » : celle des (...)

4De surcroît, l’historienne arabisante Maya Shatzmiller a, quant à elle, abouti à des conclusions diamétralement opposées à celles de Eliyahu Ashtor : elle constate en effet une croissance des activités textiles dans le monde musulman médiéval, révélée selon elle par des phénomènes de division du travail et de spécialisation toujours plus poussés dans ce domaine, et soutenue par une demande en expansion10. Mais si le postulat de déclin des activités économiques cher à E. Ashtor mérite effectivement d’être reconsidéré, comme on le verra plus loin, ce constat d’activités textiles croissantes dans le monde musulman, présenté par M. Shatzmiller, nécessite lui aussi d’être remis en cause : de fait, le concept de métier sur lequel elle a fondé toute son étude est discuté, tandis que l’échantillon de sources sur lequel elle s’appuie paraît assez réduit, en particulier pour la fin du Moyen Âge11, et que la périodisation envisagée pour dégager des lignes d’évolution ne semble pas assez nuancée12. Bref, le débat entre les deux auteurs suscite ainsi plus d’interrogations qu’il ne résout les problèmes soulevés précédemment.

  • 13 F. Melis, Aspetti, op. cit., p. 727-728.
  • 14 Cf. F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, 1985, p. 57-58 ; voir également p. 64, et J. F (...)

5Sans doute faut-il donc appréhender la question par un autre aspect, ce que suggèrent d’ailleurs les conclusions auxquelles Federigo Melis avait lui-même abouti en étudiant l’impressionnante documentation laissée par la compagnie Datini de Prato ; l’ampleur des activités proto-industrielles en Toscane lui paraissait en effet clairement déterminée par les décisions et les objectifs des grands négociants qui assuraient la distribution des produits dans un espace très étendu, plutôt que par celle des artisans pourtant à l’origine de ces activités13. Ou comme le disait également Fernand Braudel, ces grands négociants ont « rompu les relations entre le producteur et celui à qui est destinée finalement la marchandise ; seuls ils connaissent les conditions du marché aux deux bouts de la chaîne, et donc, le bénéfice escomptable »14. De fait, dans le domaine du commerce du Levant, des types de draps bien précis étaient avant tout exportés aux XIVe et XVe siècles. Car ces articles se caractérisaient par une très grande diversité sur laquelle il n’est pas inutile de revenir brièvement, pour mieux comprendre les logiques de choix des hommes d’affaires.

  • 15 Cf. E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, 1969, p. 146 et su (...)
  • 16 Le seul critère du prix ne permet en effet qu’imparfaitement de déterminer différents niveaux de q (...)
  • 17 Cf. F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervik e delle altre città (...)

6Elle résultait de nombreux facteurs, tels que la multiplicité des centres de production, dont chacun disposait de normes de qualité et de dimensions spécifiques, ou le grand nombre d’opérations nécessaires à leur confection, qui pouvaient avoir été effectuées avec une application inégale ; enfin, plus simplement, la différence d’objectifs de production avait bien entendu une incidence sur la qualité des produits finis, étant entendu que les draps les plus ouvragés coûtaient bien sûr très cher et s’adressaient donc à une élite sociale, par opposition aux tissus grossiers volontairement destinés à une clientèle beaucoup plus humble. Notons au passage que ces différentes qualités pouvaient ainsi justifier des jugements contradictoires sur les lainages occidentaux, même si ce type de tissus ne jouissait pas à l’évidence de la même renommée que les autres au Proche-Orient15. Or, il est malheureusement bien difficile d’obtenir d’après la documentation commerciale des détails techniques sur les procédés de fabrication ou le degré de finition des draps exportés vers le Levant, de sorte que le seul critère précis de distinction entre les draps qui puisse être recueilli reste celui de leur origine exacte, qui est généralement indiquée dans les contrats. De fait, de nets écarts de prix peuvent ainsi être relevés selon les régions, révélant indirectement, et certes approximativement, différents niveaux de qualité16 ; ainsi en témoignent les données chiffrées présentées par F. Melis et E. Ashtor, et rassemblées ici sous forme de tableaux pour rendre les comparaisons plus faciles17 :

Prix moyens des draps de différents centres d’Europe occidentale, sur les places de Barcelone, Majorque et Valence, entre 1393 et 1410 (exprimés en florins de Florence) [d’après F. Melis]

Prix moyens des draps de différents centres d’Europe occidentale, sur les places de Barcelone, Majorque et Valence, entre 1393 et 1410 (exprimés en florins de Florence) [d’après F. Melis]

Prix de draps de différents centres occidentaux à Damas (exprimés en ducats de Venise) [d’après E. Ashtor]

Prix de draps de différents centres occidentaux à Damas (exprimés en ducats de Venise) [d’après E. Ashtor]
  • 18 Le facteur du coût de transport, répercuté dans les prix de vente, accroît évidemment les écarts e (...)
  • 19 Cf. E. Ashtor, Levant Trade, op. cit., p. 153-54 ; dans « L’exportation de textiles occidentaux », (...)

7Même si les écarts de valeurs ne sont pas exactement identiques sur les deux ensembles de places commerciales dans lesquelles ces prix ont été enregistrés18, et que l’on ne saurait tenir pour représentatifs de toute la production textile italienne les prix spécialement élevés de la draperie florentine, cet échantillon de données confirme bien certaines données essentielles. Tout d’abord, on notera que la valeur des draps atteignait une vaste amplitude, qui pouvait donc dépasser un rapport du simple au triple à Damas – voire bien davantage dans les principaux centres de la couronne d’Aragon. On constate ensuite que la hiérarchie des draps selon leur origine est bien concordante : ceux de Flandre, de Brabant et surtout de Toscane, coûtaient en général bien plus cher que ceux des autres centres textiles, en particulier ceux du nord-ouest de la Méditerranée, de Catalogne notamment. Or, les travaux d’Eliyahu Ashtor montrent également – sans toutefois fournir de données chiffrées d’ensemble – qu’à la fin du XIVe siècle et dans la première moitié du XVe siècle, les draps catalans furent sans doute les plus nombreux à parvenir sur les marchés du Levant19. Cette appréciation est d’autant plus sûre et remarquable qu’elle se fonde sur le dépouillement d’une documentation essentiellement italienne, qui n’a manifestement pas pu entraîner une exagération de la part des draps catalans.

  • 20 Cf. D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Age : un siècle de relations avec (...)

8Et de fait, une récente étude consacrée au grand commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie révèle qu’entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle, il n’était pas rare qu’un seul bâtiment emportât près de 1 000 draps de Catalogne vers ces destinations20. À raison d’une dizaine de navires par an partis du port de Barcelone, c’est donc par milliers que les draps catalans ont été débarqués au cours d’une seule année sur les marchés du Levant – en particulier à la fin du XIVe et au début du XVe siècle.

  • 21 R. S. Lopez, op. cit., p. 129.
  • 22 Ce que confirme bien par ailleurs F. Melis, cf. Aspetti, op. cit., p. 727-728.

9Ainsi peut donc aussi s’expliquer le jugement dédaigneux des élites sociales égyptiennes à l’égard des draps de laine occidentaux, qui se fondait sans doute essentiellement sur ces articles bon marché parvenus en grand nombre en Égypte et en Syrie. Quant au paradoxe de leur importation dans une région pourtant productrice, il peut lui aussi se justifier par les informations qui précèdent : c’est en fait parce que les marchands occidentaux et en particulier les Catalans proposaient une autre gamme de produits textiles qui s’adressait au plus grand nombre et non pas prioritairement à une élite, qu’ils trouvèrent là un nouveau débouché de grande ampleur. Ce phénomène correspond ainsi fort bien aux mécanismes décrits par Roberto S. Lopez : « Ce qui alimenta la révolution commerciale [européenne], ce fut surtout la multiplication et la diversification simultanées des acheteurs aussi bien que des marchandises »21. Or ces consommateurs moyens achetant des produits de qualité ordinaire étaient aussi très nombreux hors d’Europe, en particulier dans les centres urbains de Méditerranée orientale, et les marchands qui commercialisaient les textiles avaient évidemment tout intérêt à étendre au maximum l’aire de diffusion d’articles qui, à l’unité, n’apportaient que de faibles bénéfices22.

  • 23 Cf. J. Reglá, « El comercio entre Francia y la Corona de Aragon en los siglos XIII y XIV y sus rel (...)
  • 24 Cf. E. Ashtor, « L’exportation de textiles », art. cit., p. 331-335 ; Levant Trade, op. cit., p. 1 (...)

10Plusieurs éléments confirment et complètent ces constats essentiels. On notera tout d’abord que la percée commerciale des draps de Catalogne fut relativement tardive, puisque l’activité textile n’était apparue dans cette région qu’à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle23, soit bien après l’émergence des centres flamands, brabançons, lombards et toscans, qui rayonnaient déjà pleinement à la même époque ; en quelques décennies seulement, cette récente production était donc parvenue à s’imposer sur les marchés du Levant, malgré la diffusion ancienne des autres draps occidentaux, dont la réputation n’était plus à démontrer et qui répondait déjà à la demande en tissus de haute qualité. Il faut ensuite souligner que les Catalans n’étaient pas les seuls à exporter leurs produits textiles vers l’Orient méditerranéen : bien des sources nous montrent en effet que les marchands italiens, vénitiens et génois en particulier, participaient aussi à l’écoulement de ces tissus, à commencer par les listes de prix établies à Damas et Alexandrie par les facteurs de la célèbre compagnie Datini, qui citaient régulièrement et en bonne place les draps catalans24 Enfin, de son côté, al-Maqrīzī confirme clairement que les draps d’Occident étaient bien utilisés par une large gamme de consommateurs en Égypte et en Syrie, et en priorité par de petites gens :

  • 25 Traduction d’A. Raymond et de G. Wiet, Les marchés du Caire, op. cit., p. 169.

J’ai connu une époque où presque personne ne s’habillait de drap [...]. Il servait exclusivement aux Maghrébins, aux Européens et aux Alexandrins, ainsi qu’au menu peuple du Caire. Les notabilités, les principaux fonctionnaires ou les personnes distinguées ne mettaient du drap qu’en cas de pluie et enlevaient leur tenue de draps lorsque cessait le mauvais temps [...]. Après les récents événements, les draps [produits localement] augmentèrent de prix, et la nécessité contraignit les Égyptiens à abandonner certains usages délicats de la vie courante : la plupart des gens se vêtirent de drap [importé des pays d’Europe], et l’on pu voir les émirs, les vizirs, les qādī et des personnages moins élevés que nous avons mentionnés précédemment s’habiller de drap [...]. Alors la population adopta les mêmes vêtements et les Européens en importèrent des quantités inimaginables25.

11Ainsi le déclin que constatait E. Ashtor dans le domaine textile au Proche-Orient, serait donc davantage une conséquence, qu’une cause de la concurrence des draps d’Occident. Mais de ce faisceau convergent d’indices, il résulte surtout qu’un véritable commerce de masse a ainsi été organisé par les marchands occidentaux à destination du Levant, dans le domaine des exportations de draps, en particulier catalans, à partir du dernier tiers du XIVe et pendant les deux premiers du XVe siècle.

  • 26 Mise en évidence par F. C. Lane, dans « Progrès technologiques et productivité dans les transports (...)
  • 27 Voir par exemple l’échantillon de navires occidentaux ayant fréquenté le seul port de Beyrouth ent (...)

12Ce nouveau mode de commercialisation visant des classes moyennes éloignées n’aurait évidemment pu voir le jour sans un certain nombre d’améliorations ou de nouvelles dispositions techniques dans le domaine des transports maritimes. Sans entrer dans des détails qui n’ont pas leur place ici et qui sont par ailleurs bien connus, il faut cependant rappeler le rôle décisif joué par « la révolution nautique médiévale » entre 1250 et 135026, dans l’intensification des échanges à travers la Méditerranée ; elle explique en effet pour une large part, qu’à partir de la fin du XIVe siècle les Occidentaux aient été en mesure d’armer, au départ de différents ports, une centaine de navires vers l’Orient méditerranéen27.

  • 28 F. Melis, « Werner Sombart e i problemi della navigazione nel Medioevo », dans L’opera di Werner S (...)
  • 29 Cf. M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo XV,2e éd., (...)
  • 30 M. Del Treppo, op. cit., p. 557-558 : Ma più che il fenomeno di discriminazione dei noli, in quest (...)

13Mais il ne faudrait pas non plus sous-estimer dans le domaine des transports l’incidence de la pratique des « nolis différenciés » sur l’abaissement des coûts de fret dans le commerce au long cours, mise en évidence par Federigo Melis28. Celui-ci avait en effet bien montré que les prix d’affrètement connurent des progressions proportionnelles à la valeur des différentes marchandises, à partir de la fin du XIVe et du début du XVe siècle ; autrement dit, le coût de transport des articles bon marché ne subit qu’une augmentation très modérée, voire resta stable, ce qui encouragea leur exportation en grand nombre et les rendit encore plus abordables sur les marchés du Levant, par rapport aux articles les plus chers. Ce processus qui avait été mis en évidence pour des transports au départ de ports italiens a depuis été confirmé pour d’autres régions et notamment la Catalogne29. Or, en fait, dans le cas des transports de draps catalans au départ de Barcelone, les tarifs diminuèrent même entre la fin du XIVe et le milieu du XVe siècle, amplifiant ainsi la réduction relative de leur prix de vente et leur consommation en Égypte et en Syrie30.

  • 31 Rappelons que ce ternie arabe d’origine grecque, désignait un bâtiment faisant à la fois office de (...)
  • 32 Voir parmi les nombreux titres rejatifs à ces questions, W. Heyd, op. cit., t. Il, p. 464-467 ; D.(...)
  • 33 Cf. B. Lewis, Comment l’islam a découvert l’Europe, Paris, 1984, p. 187.
  • 34 Voir entre autres, W. Heyd, op. cit., t.I, p. 99-106, et C. Cahen, « Un texte peu connu relatif au (...)

14D’autres facteurs commerciaux jouaient également un rôle de premier plan dans ces exportations de masse : la présence de communautés marchandes occidentales, représentées par leur consul, et d’établissements de négoce – les fameux funduq-s31 – dans les pays du Levant, comme dans les autres ports musulmans de Méditerranée, constituaient en effet des relais essentiels assurant l’écoulement d’importants flux de marchandises européennes dans ces contrées32. Vénitiens, Génois et Catalans pouvaient en particulier s’appuyer sur ces instruments efficaces aux XIVe et XVe siècles, tandis que réciproquement, aucune population musulmane n’en disposait en Europe. Cette dissymétrie apparemment surprenante était en fait à l’origine directement liée à la situation de domination commerciale des musulmans en Méditerranée : jusqu’aux Xe-XIe siècles, en effet, l’Europe ne les intéressait guère, puisqu’ils n’y trouvaient aucun produit de valeur qui eût mérité de développer un trafic régulier, à la différence de l’Asie du Sud où ils allaient chercher les précieuses épices, ou de l’Extrême-Orient où ils se procuraient eux-mêmes les soieries33. Dès cette époque lointaine, les marchands européens – amalfitains en particulier34 – durent donc assurer eux-mêmes les liaisons avec Alexandrie, pour s’approvisionner en épices, notamment. Mais cette situation qui au départ reflétait le désintérêt manifeste des négociants musulmans pour l’Europe, se transforma peu à peu avec l’essor du grand commerce occidental, en un nouvel instrument de sa domination.

  • 35 Sans toutefois expliquer clairement par quels mécanismes les Occidentaux parvenaient à contrebalan (...)

15Les exportations de masse rendues possibles par toutes ces nouvelles dispositions n’ont enfin pas pu ne pas peser sur la balance commerciale entre Orient musulman et Occident chrétien. Celle-ci reste cependant très délicate à déterminer, en raison du caractère particulièrement lacunaire des sources à notre disposition. Compte tenu du coût élevé des épices, en raison notamment de leur origine souvent lointaine, et du fait que ces articles constituaient de très loin la principale marchandise importée du Levant, il paraissait logique dans un premier temps d’en déduire une balance nettement déficitaire pour les Européens. Cependant, Claude Cahen avait déjà mis en doute l’ampleur de ce déséquilibre dès la période des croisades35. Or, de fait, les explications qui précèdent confirment que, faute de disposer d’un produit de grande valeur faisant contrepoids aux épices, c’est par ces exportations de masse que les Européens sont parvenus à équilibrer leur balance commerciale ou du moins à en limiter le déficit, au cours des derniers siècles du Moyen Âge. Ce constat doit bien sûr être nuancé par l’existence de quelques marchandises de forte valeur, à commencer par certains draps de luxe, eux aussi produits dans les manufactures occidentales, mais également par de l’argent, brut ou travaillé, ou encore du corail, qui venaient accroître la valeur des exportations européennes ; mais ces articles n’ont jamais pu faire contrepoids à eux seuls, à la valeur des épices d’Asie du Sud ou de l’or du Soudan dans les échanges avec le monde arabo-musulman.

  • 36 Id., « L’alun avant Phocée », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 41 (1963), p. 446-447 ; dans (...)
  • 37 Cf. R. S. Lopez, op. cit., en particulier p. 150-159. Dans le cas particulier des relations de Bar (...)

16Ces exportations massives et régulières ont ainsi créé des liens de dépendance étroits du Levant, et même de la plus grande partie des pays méditerranéens, vis-à-vis de l’Occident, jetant les bases d’une économie de type « colonial », pour reprendre les termes de Claude Cahen36, et consacrant la situation de domination commerciale des Européens37.

  • 38 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry in the Later Middle Ages », Israel Oriental Studies, 7 (1977 (...)
  • 39 Cf. M. L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre : un chapitre de technologie médié (...)
  • 40 O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain, Cambridge, 1994, p. 232 et A. Fábregas García,(...)
  • 41 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry », art. cit., p. 227 ; M. L. von Wartburg, art. cit., p. 126 (...)

17Mais le cas des draps est certes particulier, puisqu’ils constituent le principal produit d’exportation pour les Occidentaux à la fin du Moyen Âge et les arguments développés précédemment pourraient être réfutés au nom d’un manque de représentativité ; les autres articles occidentaux n’étant de fait pas exportés en masse, loin s’en faut. Examinons donc rapidement l’exemple d’une autre marchandise, choisie cette fois parmi les importations européennes et produite au Levant, pour compléter les données qui viennent d’être exposées : le sucre. La culture de la canne dans le Levant a elle aussi été étudiée par E. Ashtor, qui expliqua une nouvelle fois le phénomène de concurrence décisive du sucre produit en Méditerranée occidentale – en Sicile et en péninsule Ibérique – à la fin du Moyen Âge, par le déclin des structures de production au Proche-Orient, techniquement moins compétitives que celles d’Occident. Dans sa démonstration, il s’appuyait notamment sur la permanence de l’utilisation de moulins à roues horizontales en Méditerranée orientale, moins efficaces que ceux disposant de roues verticales38. Or, des études spécialisées ultérieures ont bien montré que ces installations à roues horizontales permettaient d’obtenir une puissance suffisante dans le cas de la production du sucre chypriote, par exemple39. En revanche, la documentation occidentale et catalane en particulier, met bien en évidence un phénomène essentiel de redistribution des sources d’approvisionnement en sucre pour les Occidentaux : jusqu’au milieu du XIVe siècle en effet, ceux-ci continuaient d’aller chercher surtout à Chypre, mais aussi en Syrie-Palestine et en Égypte, le sucre de canne, qui était pourtant cultivé depuis le Xe siècle environ dans le sud de la péninsule Ibérique, ainsi qu’en Sicile, bien plus proches d’eux. Mais en fait, en al-Andalus, le sucre constituait un produit de luxe réservé aux couches sociales les plus élevées ; c’est pourquoi sa culture et plus encore sa commercialisation y restèrent longtemps très limitées40. En Méditerranée orientale, au contraire, la production était en grande partie destinée à l’exportation vers l’Europe, depuis la conquête de la Terre sainte et de l’île de Chypre par les croisés, qui y développèrent précisément dans ce but la culture de la canne et alimentèrent ainsi activement le courant d’échange entre les deux rives de la Méditerranée ; les infrastructures développées à Chypre par la puissante famille vénitienne des Corner en témoignent de façon exemplaire, ainsi que leur organisation commerciale et financière, déjà entièrement conditionnées par une logique d’« économie de plantation », à vocation d’« exportation coloniale »41. La réorientation tardive des sources d’approvisionnement occidental en sucre vers la Sicile et la péninsule Ibérique correspond donc en fait essentiellement à l’adoption dans ces régions des nouvelles logiques et infrastructures d’exportations, toujours au nom d’une plus grande efficacité commerciale.

  • 42 When closely examined, all the factors which enabled Europe to succeed, were available to Islam mu (...)
  • 43 Ibid., p. 406.
  • 44 Cl. Cahen « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », dans(...)

18Comment expliquer qu’une telle évolution privilégiant les objectifs mercantiles se soit produite en Europe, ou plus exactement dans certains foyers occidentaux, et pas ailleurs, ou dans des proportions très atténuées, sur les autres rives de la Méditerranée ? Dans son ouvrage centré sur le travail dans le « monde musulman », Maya Shatzmiller conclut en effet que tous les facteurs économiques qui devaient permettre à l’Europe d’assurer sa domination, caractérisèrent pourtant les pays musulmans à une époque bien antérieure, mais sans parvenir au même résultat42 ; selon elle, la capacité de production et ses instruments en terre d’Islam ne sont pas à remettre en cause, mais les liens entre la force de travail et les institutions ou les propriétaires auxquels ils appartenaient43. Elle rejoint ainsi certaines des conclusions que Claude Cahen avait déjà tirées, pointant notamment la différence de mentalité et d’engagement d’une « aristocratie utilisatrice du commerce » qui se cantonnait dans les pays du Proche-Orient à un rôle de consommateur, et donc d’importateur de biens censés témoigner de son opulence44 ; par cette attitude, elle ne cherchait donc pas à stimuler certaines productions ou l’exportation de denrées locales pour équilibrer une balance commerciale dont elle ne se préoccupait nullement.

  • 45 Cf. Encyclopédie de l’Islam, vol. VI, 1986, articles « Mamlūk » et « Mamlüks », et États, sociétés (...)
  • 46 Cf. D. Martel-Thoumian, « Les élites urbaines sous les Mamlouks circassiens », Egypt and Syria in (...)
  • 47 Cf. W. Heyd, op. cit, t. II, p. 448 ; A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay (825-841/1422-1 (...)
  • 48 Facteur également relevé par Eliyahu Ashtor (cf. « Les lainages », art. cit., p. 85), mais qui est (...)

19Parmi l’ensemble des facteurs qui peuvent être invoqués pour tenter d’expliquer la différence d’évolution entre Orient et Occident, cet argument d’une aristocratie qui ne s’est jamais véritablement intéressée au commerce, à la différence de ce que l’on observe dans certaines villes d’Italie du Nord où les élites marchandes pouvaient rejoindre ses rangs, se révèle en effet décisif. En Égypte et en Syrie, les Mamlüks constituaient une aristocratie militaire qui avait confisqué le pouvoir45 – le sultan lui-même étant issu de ses rangs – et limitait les possibilités d’autonomie des notables civils46. Il contrôlait en effet non seulement certains domaines de production, notamment à travers les ateliers officiels de tissage des sultans ou dār alṭirāz, mais aussi le commerce, en particulier celui des précieuses épices, en le grevant de nombreuses taxes et en s’arrogeant même par moments un monopole de la vente aux marchands occidentaux47 ; si bien qu’à la fin du Moyen Âge, le transit des épices par l’Égypte et la Syrie constituait en fait la principale ressource des sultans du Caire. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que la marge de manœuvre et l’esprit d’initiative des marchands – et des artisans – se soient trouvés bridés par les prérogatives étendues du pouvoir mamlūk. Cette situation, loin de favoriser la promotion sociale des premiers, constituait bien entendu un indéniable facteur interne de sclérose économique48.

20À l’opposé, il n’est plus besoin de démontrer qu’une véritable aristocratie marchande vit le jour à Gênes, Venise ou Florence, qu’elle contrôlait ou participait sous des formes diverses au gouvernement de la cité et n’avait plus de comptes à rendre à un empereur désormais éliminé du jeu politique dans cette région ; elle savait mettre à profit la très large autonomie ainsi acquise pour poursuivre ses objectifs d’expansion commerciale, même si d’âpres conflits urbains internes l’en détournaient régulièrement et la divisaient aussi. Et si elle tendit à fusionner avec l’élément nobiliaire, ce fut là encore pour mieux asseoir son pouvoir, constituant ainsi un patriciat urbain aux assises sociales plus larges, mais sans jamais perdre de vue ses objectifs d’enrichissement, notamment par le biais du commerce.

  • 49 La couronne d’Aragon se composait en effet essentiellement de quatre entités de base différentes ( (...)
  • 50 Voir dans ce domaine le récent article de P. Ortí Gost, « El Conseil de Cent durant l’Edat Mitjana (...)
  • 51 Telles sont du moins les grandes lignes d’évolution qui se dégagent des relations commerciales de (...)

21La situation de Barcelone illustre bien également le rôle déterminant de cette autonomie urbaine pour l’expansion commerciale de la ville aux XIVe et XVe siècles. Rappelons tout d’abord que la structure très décentralisée de la couronne d’Aragon favorisait une telle indépendance49. De surcroît, l’appui financier que la ville pouvait apporter au roi dans l’épuisant conflit contre la Castille (1356-1375) ou contre une noblesse encore bien turbulente sous le règne de Pierre le Cérémonieux (1336-1387), lui permit d’obtenir en contrepartie des privilèges, en particulier sur le plan fiscal, qui consacraient cette autonomie50. Aussi n’est-il pas étonnant d’assister à une vigoureuse expansion commerciale de la cité, notamment vers le Levant, une génération après les premiers effets de la peste noire, en gros au cours du dernier tiers du XIVe siècle. Mais l’équilibre des forces qui assurait une certaine indépendance à la ville se rompit peu après l’avènement d’Alphonse le Magnanime (1416-1458) ; ce souverain entendait en effet satisfaire ses ambitieux projets personnels en exploitant de façon autoritaire le potentiel financier et marin de la cité : les forces navales de Barcelone et de la Catalogne tout entière se trouvèrent ainsi détournées de leur vocation commerciale et absorbées par la difficile conquête du royaume de Naples ; cette situation nouvelle qui entraîna une rupture temporaire entre le roi et l’aristocratie marchande barcelonaise, provoqua également un repli commercial dont profitèrent les ports concurrents. Ce n’est qu’une fois Naples conquise, en 1442, et les derniers contrecoups de la conquête passés, que les marchands purent enfin se consacrer pleinement à leurs activités et qu’un nouvel essor commercial vit le jour au cours des années 145051.

  • 52 Concernant l’usage de ce terme parfois utilisé un peu hâtivement, il est vrai, on s’accordera avec (...)
  • 53 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, op. cit., p. 58-59.

22Cette autonomie politique plus ou moins large constitue donc bien l’une des conditions essentielles de l’épanouissement d’une bourgeoisie marchande et du triomphe de ses objectifs. Ainsi parvient-elle à mettre en place et à consolider des réseaux de grand commerce, lesquels échappent en effet facilement au contrôle du politique et permettent ainsi l’émergence d’une véritable logique capitaliste52 ; comme le relevait en effet Fernand Braudel, « plus ces chaînes [marchandes] s’allongent, plus elles échappent aux règles et aux contrôles habituels, plus le processus capitaliste émerge clairement. Il émerge de façon éclatante dans le commerce au loin, le Fernhandel [...]. Dans cette vaste zone opérationnelle, il a la possibilité de choisir, et il choisit ce qui maximise ses profits », notamment la commercialisation de masse et les premières formes d’une économie coloniale. Or, ce phénomène, poursuit F. Braudel, est bien visible en Europe occidentale et en particulier dans les villes d’Italie dès la fin du Moyen Âge53.

23Les nouvelles méthodes et les forces ainsi à l’œuvre donnent un élan décisif au mouvement d’expansion commerciale occidentale. Soulignons bien que ce « processus capitaliste » reste encore très marginal parmi l’ensemble des activités économiques à la fin du Moyen Âge : il ne se développe en fait que dans quelques cités seulement, mais représente bien le niveau supérieur de la hiérarchie des échanges. À leur tour, les puissants marchands qui l’animent vont ainsi imposer d’autres formes de pouvoir et de domination, parfois de façon implacable ; c’est précisément ce qu’illustre le destin de l’empire Byzantin qui disparaît en 1204, certes temporairement, mais bien du fait de la convoitise des négociants vénitiens qui rallient à leur cause les croisés qu’ils transportaient, une fois ceux-ci éloignés de leurs bases de départ. Quant à l’Égypte et à la Syrie-Palestine, elles échappent encore à la fin du Moyen Âge à un tel sort, essentiellement grâce à leur position éloignée de l’Occident et au pouvoir fort que continuent d’y maintenir les sultans mamlūks. Mais qu’on ne s’y trompe pas : celui-ci repose en grande partie sur la rente de situation que constitue pour eux la facile politique de taxation du grand commerce des épices qui transite nécessairement par l’Égypte ou la Syrie, pour passer de l’océan Indien à la Méditerranée. Or, il faut bien voir-là une attitude de repli qui compromet désormais toute possibilité d’expansion pour les Mamlūks et annonce leur fin prochaine, tant sur le plan politico-militaire, par la conquête de leur État par les Ottomans en 1517, que sur le plan commercial par l’accès désormais direct que les Portugais parviennent à établir avec l’Inde en contournant le cap de Bonne-Espérance en 1498.

  • 54 Le cas de Barcelone est un peu plus particulier, dans la mesure où la ville s’appuyait également d (...)
  • 55 Sur la logique centre/périphéries et la notion d’« économie-monde », voir F. Braudel, La dynamique (...)
  • 56 Il en résulte que la périodisation traditionnelle séparant le Moyen Âge et les Temps modernes, à l (...)

24Entre-temps, dans le reste de la Méditerranée, Venise, Gênes et Barcelone s’étaient déjà dotées chacune de leur réseau d’îles, de comptoirs ou plus simplement de correspondants commerciaux, que l’on retrouvait jusqu’en mer du Nord et en Perse54. Cette expansion, et la compétition qui en découlait, évoquent bien entendu la logique de commandement de centres sur des périphéries qui leur sont liées, et par là, la constitution d’une « économie-monde », toutes deux également bien décrites par Fernand Braudel et présentées comme des corollaires directs du « processus capitaliste » mis en évidence précédemment55. Chacun de ces ports domine et structure en effet plusieurs espaces périphériques à différentes échelles : à proximité même de la ville, dans son arrière-pays, et dans différentes contrées outre-mer. Il ne s’agit pas là bien entendu d’une domination méthodique quadrillant toute l’Europe ou même l’ensemble du pourtour méditerranéen : de très larges pans territoriaux continuent en effet d’être totalement délaissés par les négociants de ces ports, qui n’y trouvent aucun intérêt pour leurs activités ; de vastes espaces restent ainsi soumis pour longtemps à des logiques d’économie rurale et seigneuriale, très éloignées de celles qui viennent d’être décrites. Il n’en reste pas moins que ce début de structuration et de hiérarchie de l’espace par quelques foyers portuaires témoigne d’une nouvelle dynamique d’expansion commerciale qui trouvera son plein épanouissement à une tout autre échelle et imposera son système de domination, souvent brutale et creusant encore davantage les inégalités, dans le contexte colonial après le temps des « grandes découvertes ». Mais ses principales bases avaient déjà été jetées dès la fin du Moyen Âge, notamment dans le cadre du grand commerce méditerranéen, laboratoire fécond et précurseur d’expériences mercantiles56.

Notes

1 Cf. A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire. Traduction annotée du texte de Maqrīzī, Le Caire, 1979, p. 169. Le terme utilisé par al-Maqrīzī pour désigner ces draps est celui de djūkh qui s’applique effectivement aux « draps importés des pays d’Europe » (comme l’ont traduit quelques lignes plus haut André Raymond et Gaston Wiet), par opposition à celui de şūf utilisé pour les productions locales ; ce que confirme également E. Ashtor : « Les lainages dans l’Orient médiéval », dans Produzione. commercio e consume dei panni di lana. Atti della seconda settimana di studio, M. Spallanzani éd., Florence, Istituto Francesco Datini, 1976, p. 671-672.

2 La zone géographique définie par ce terme s’étend aux pays de la côte orientale de la Méditerranée, à savoir l’Égypte et la Syrie-Palestine, qui dépendaient politiquement du sultan mamlūk du Caire entre 1250-1260 et 1517 ; quelques informations relatives aux domaines byzantin et turc, ainsi qu’à l’île de Chypre viendront en outre compléter les données de la présente étude.

3 Voir entre autres parmi les nombreux travaux consacrés à la confection des draps d’Occident au Moyen Âge, F. Melis, Aspetti della vita economica medievale, Sienne, 1962 (voir en particulier la dernière partie consacrée à l’« industria laniera », p. 455-729), et plus récemment, D. Cardon, La draperie au Moyen Age, essor d’une industrie européenne, Paris, 1999.

4 Voir en particulier W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, 2 vol., Amsterdam, 1967 (réimpression anastatique de l’édition de Leipzig, 1885-1886), t. II, p. 706-707 ; E. Ashtor, « L’exportation de textiles occidentaux dans le Proche-Orient musulman au Bas Moyen Âge (1370-1517) », dans Studi in memoria di Federigo Melis, Naples, 1978, t. II, p. 391-432 (repris dans E. Ashtor, East-West Trade in the Medieval Mediterranean, Londres, Variorum Reprints, 1986), et du même auteur, Levant Trade in the Later Middle-Ages, Princeton, 1983, p. 152-154. Les textiles constituent également de loin la principale exportation occidentale vers les espaces byzantins et turcs, cf. M. Balard, La Remanie génoise (XIIe-début du XVe s.), 2 vol., Gênes-Rome, 1978, t. II, p. 834-839.

5 Cf. W. Heyd, op. cit., t. II, p. 696-706, et E. Ashtor, « Les lainages », art. cit., p. 663-669.

6 La présente étude n’a d’autre but que de mettre en valeur quelques-uns des aspects commerciaux de l’expansion de l’Occident vers le Levant méditerranéen ; il va sans dire que de nombreux autres facteurs se combinent aux éléments nécessairement présentés de façon simplifiée dans ce cadre limité ; ainsi les questions monétaires et financières ont-elles été par exemple volontairement écartées.

7 Cf. E. Ashtor, « Les lainages », art. cit., p. 681-686 ; sur sa lancée, l’auteur parle même d’un phénomène de dumping des lainages européens au Proche-Orient ; cf. ibid., p. 673-681. On notera que ce déclin n’est pas propre qu’au secteur textile, mais concernerait en fait l’ensemble de l’économie du Levant à partir de la fin du XIVe siècle, selon Eliyahu Ashtor ; cf. Levant Trade, op. cit., p. 200-216.

8 D. Cardon, op. cit., p. 576-577 ; Dominique Cardon en vient ainsi à remettre clairement en cause les résultats auxquels Walter Endrei avait abouti et qui lui avaient permis de démontrer les gains de productivité obtenus grâce au grand métier à draps ; cf ibid., p. 570-571. Sur le thème de la dispersion des ateliers textiles européens « limitant les possibilités de développement technique et financier », voir également R. S. Lopez, La révolution commerciale dans l’Europe médiévale, Paris, 1974, p. 189, et F. Melis, Aspetti, op. cit., p. 728-729.

9 Elle est de fait magnifiquement représentée dans un manuscrit des Séances (Maqāmāt) d’al-Harīrī, enluminé à Bagdad en 1237 ; selon Dominique Cardon, ce document constituerait même « la plus ancienne représentation connue de fileuse à la roue à filer dans le monde méditerranéen » ; elle serait en fait venue de Chine, d’où son transit par le Proche-Orient avant d’avoir atteint l’Occident ; cf. D. Cardon, op. cit., p. 232-233 et fig. 91, p. 235. Il est vrai qu’Eliyahu Ashtor insiste surtout sur la carence de truand et de moulin drapier au Levant ; mais il n’hésite toutefois pas à conclure qu’« il n’y a pas eu de progrès dans les techniques de la draperie [...]. On pourrait donc considérer, croyons-nous, la ruine de la draperie orientale comme un phénomène du recul technologique, lequel a eu une si grande importance dans la décadence de la civilisation arabe » : « Les lainages », art. cit., p. 685-686.

10 M. Shatzmiller, Labour in the Medieval Islamic World, Leyde-New York-Cologne, 1994, p. 240-249.

11 Voir en particulier les critiques formulées par Françoise Micheau et Thierry Bianquis, dans leur compte rendu de l’ouvrage de Maya Shatzmiller, respectivement paru dans le Bulletin Critique des Annales Islamologiques, 12 (1995), p. 177-182 (voir spécialement les p. 180-181), et le Journal of Economic and Social History of the Orient, 39 (1996), p. 439-442 (en particulier p. 439). Les données relatives aux activités textiles dans le monde musulman ne s’appuient en effet pour le XVe siècle que sur trois sources : le manuel de hisba intitulé Kitâb al-hisba li-Ibn al-Mubarrad al-Dimashqī, dont Maya Shatzmiller reconnaît elle-même qu’il exagère le nombre des ateliers de tissage à Damas (cf. M. Shatzmiller, op. cit., p. 76) et les dictionnaires biographiques d’al-Sakhāwī et d’Ibn Taghrī-Birdī (publiés par C. F. Petry dans son ouvrage The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, 1981). Comme le souligne Th. Bianquis, aucune information n’est tirée des chroniques (mise à part celle d’al-Maqrīzī citée plus haut, dans la même édition, mais qui est en fait partielle).

12 Deux grandes périodes sont en gros envisagées pour l’ensemble de ce « monde musulman » : celle des VIIIe-XIe siècles et celle des XIIe-XVe siècles ; il faudrait manifestement distinguer au sein de cette seconde phase le XVe siècle et les dernières années du précédent, qui d’après la documentation commerciale européenne ne s’inscrivent pas dans la continuité de la période antérieure, comme on le verra plus loin.

13 F. Melis, Aspetti, op. cit., p. 727-728.

14 Cf. F. Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, 1985, p. 57-58 ; voir également p. 64, et J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Age, Paris, 1987, p. 230-237.

15 Cf. E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, 1969, p. 146 et suiv., et « Les lainages », art. cit., p. 661-663. Maya Shatzmiller ne relève de son côté que bien peu de métiers liés au travail de la laine parmi les activités textiles du monde musulman médiéval ; cf. M. Shatzmiller, op. cit., p. 119-123.

16 Le seul critère du prix ne permet en effet qu’imparfaitement de déterminer différents niveaux de qualité ; mais compte tenu de l’absence généralisée d’indications précises relatives aux tissus commercialisés, il reste le moyen le plus commode pour révéler des différences entre les tissus et esquisser des comparaisons.

17 Cf. F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervik e delle altre città della Lys attomo al 1400 », Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan, 1962, t. III, p. 217-243 (voir en particulier les p. 223-229), et E. Ashtor, « L’exportation de textiles », art. cit. Ces données sont présentées en système décimal, avec chiffres après la virgule, par commodité de lecture et de comparaison, selon le modèle fourni par Federigo Melis lui-même, dans l’article précité.

18 Le facteur du coût de transport, répercuté dans les prix de vente, accroît évidemment les écarts entre les draps de Flandre, Brabant et Toscane d’une part et ceux du Nord-Est de la péninsule Ibérique, de l’autre, sur les places de Barcelone, Valence et Majorque (premier tableau).

19 Cf. E. Ashtor, Levant Trade, op. cit., p. 153-54 ; dans « L’exportation de textiles occidentaux », art. cit., p. 338, il précise que « les renseignements relatifs aux draps de la Flandre, du Brabant et des régions avoisinantes sont, pour autant que nous le sachions, peu nombreux dans les documents se rapportant au commerce du Levant au bas Moyen Âge ».

20 Cf. D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Age : un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (1330-1430 environ), thèse soutenue en 1999, en cours de publication par la Casa de Velázquez, § 6.1.1.1. Le cas de la nef de Bartomeu Amar, pour lequel un inventaire de chargement avait été dressé en vue de répartir des dédommagements obtenus de la Commune de Gênes, après le pillage de ce navire par des pirates génois, fournit un cas d’étude exceptionnellement complet : le nombre des draps embarqués y était supérieur à 1 100 ; en valeur, ils atteignaient 65 % du chargement (pour un total de 13 600 livres) ; ce navire devait gagner Rhodes, Chypre et Beyrouth au cours de l’hiver 1416 ; cf. Biblioteca de Catalunya, Junta de Comerç, Reg. 199 V. Les sources notariées barcelonaises apportent quant à elles des exemples de navires emportant plus de 700, voire 800 draps vers Beyrouth et Alexandrie ; mais ces nombres ne sont en fait que des minima, puisque cette documentation reste par définition incomplète.

21 R. S. Lopez, op. cit., p. 129.

22 Ce que confirme bien par ailleurs F. Melis, cf. Aspetti, op. cit., p. 727-728.

23 Cf. J. Reglá, « El comercio entre Francia y la Corona de Aragon en los siglos XIII y XIV y sus relaciones con el desenvolvimiento de la industria textil catalana », Actas del Primer Congreso Internacional de Pireneístas, Saragosse, 1950, et M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », Anuario de Estudios Medievales, 4 (1967), p. 109-168 (voir en particulier p. 111).

24 Cf. E. Ashtor, « L’exportation de textiles », art. cit., p. 331-335 ; Levant Trade, op. cit., p. 151 et 268 ; et « Les lainages », art. cit., p. 680, n. 246. F. Meus, Documenti per la storia economica dei sec. XIII-XVI, Florence, 1972, p. 318, et Aspetti, op. cit., p. 384. Voir également J. Day, Les douanes de Gênes, 1376-1377, 2 vol., Paris, 1963, t. I, p. 232 et t. II, p. 663, 674, 821 et 873. Les manuels de commerce italiens recommandent également la vente de draps catalans en Égypte et en Syrie : voir entre autres Il manuale di mercatura di Saminiato de’Ricci, A. Borland ! éd., Gênes, 1963, p. 121 ; G. di A. Da Uzzano, « La pratica della mercatura », dans Della decima e di varie altre gravezze imposte dal commune di Firenze, G. F. Pagnini del Ventura éd., Lisbonne et Lucques, 1765-1766, rééd. Bologne, 1967, t. IV p. 110 et 114.

25 Traduction d’A. Raymond et de G. Wiet, Les marchés du Caire, op. cit., p. 169.

26 Mise en évidence par F. C. Lane, dans « Progrès technologiques et productivité dans les transports maritimes de la fin du Moyen Âge au début des Temps modernes », Revue Historique, 510 (1974), p. 277-302, spécialement p. 288-292.

27 Voir par exemple l’échantillon de navires occidentaux ayant fréquenté le seul port de Beyrouth entre 1394 et 1408, recueilli par Federigo Melis, qui fait état d’une moyenne de près de 58 bâtiments occidentaux par an ; cf. « Note sur le mouvement du port de Beyrouth d’après la documentation florentine aux environs de 1400 », dans Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien. Actes du VIIIe Colloque International d’Histoire Maritime (Beyrouth, 1966), M. Mollat éd., Paris, 1970, p. 371-374 ; dans la mesure où Alexandrie était à peu près aussi fréquenté au cours de cette période, et sachant que des données nous échappent puisque les sources sont évidemment incomplètes (tout en retranchant les navires qui auraient pu gagner à la fois Beyrouth et Alexandrie au cours d’un même voyage commercial), la barre symbolique des cent navires par an est sans doute atteinte sans difficulté.

28 F. Melis, « Werner Sombart e i problemi della navigazione nel Medioevo », dans L’opera di Werner Sombart nel centenario della nascita, Milan, 1964 (Biblioteca della rivista Economia e Storia, 8), p. 119-149, repris dans I trasporti e le comunicazioni nel Medioevo, L. Frangioni éd., Florence, 1984 (Istituto Intemazionale di Storia Economica F. Datini, 6), p. 3-68.

29 Cf. M. Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo XV,2e éd., Naples, 1972, p. 547-561, et D. Coulon, op. cit., § 4.5.1.

30 M. Del Treppo, op. cit., p. 557-558 : Ma più che il fenomeno di discriminazione dei noli, in questo caso dei panni, è évidente la riduzione subita dai medesimi [...]. Così [...] gli armatori s adoperavano in tutti i modi per ridurre il costo di trasporto dei panni catalani, che eranno particolarmente adatti ad una clientela povera come la grande maggioranza dei consumatori di quei paesi, rendendo possibile la grande espansione dell’industria tessile catalana nel Mediterraneo.

31 Rappelons que ce ternie arabe d’origine grecque, désignait un bâtiment faisant à la fois office de halle pour stocker des marchandises et d’hôtel pour héberger des marchands étrangers de passage ; cf. Encyclopédie de l’Islam, vol. II, 1960, article « funduq », à compléter par H. Ahrweiler, « Encore à propos du funduq », dans Itinéraires d’Orient. Hommages à Claude Cahen, R. Curiel et R. Gyselen éd„ Paris, 1994 (Res Orientales, 6), p. 195-196.

32 Voir parmi les nombreux titres rejatifs à ces questions, W. Heyd, op. cit., t. Il, p. 464-467 ; D. Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux XIIe et XIIIe siècles : du comptoir à la colonie ? », dans Coloniser au Moyen Âge, M. Balard et A. Ducellier dir., Paris, 1995, p. 76-89, et D. Coulon, « Les marchands catalans installés en Égypte et en Syrie-Palestine aux XIVe et XVe siècles : essai d’évaluation », dans Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), M. Balard et A. Ducellier dir., Paris, 2002, p. 501-511.

33 Cf. B. Lewis, Comment l’islam a découvert l’Europe, Paris, 1984, p. 187.

34 Voir entre autres, W. Heyd, op. cit., t.I, p. 99-106, et C. Cahen, « Un texte peu connu relatif au commerce oriental d’Amalfi au Xe siècle, « Archivio Storico per le Provincie Napoletane, 34 (1953-1954), p. 8-13 (réédité dans Turcobyzantina et Oriens christianus, Londres, Variorum Reprints, 1974).

35 Sans toutefois expliquer clairement par quels mécanismes les Occidentaux parvenaient à contrebalancer leurs importations orientales : « On peut se demander si la balance des comptes, avec les objets de commerce que nous avons énumérés, était si négative qu’on le pense [...]. Il faut bien penser que les marchands [occidentaux] n’auraient pas maintenu et développé leur commerce en Orient s’il ne leur avait été profitable ; il pouvait certes l’être par la revente en Occident d’objets achetés moins chers en Orient, mais l’Occident aurait-il pu accepter longtemps cette ponction s’il n’avait pu accroître ses productions commercialisables ? » : C. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983, p. 134.

36 Id., « L’alun avant Phocée », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 41 (1963), p. 446-447 ; dans la conclusion de cet article, Claude Cahen relevait en effet que, dès le XIIe siècle, l’Égypte importait d’Italie des produits manufacturés (les draps de laine en particulier), achevés grâce à une matière première qu’elle lui avait fournie : l’alun.

37 Cf. R. S. Lopez, op. cit., en particulier p. 150-159. Dans le cas particulier des relations de Barcelone avec le Levant, on ne relève plus dans la documentation des XIVe et XVe siècles d’exemples de navires syriens ou égyptiens qui seraient parvenus en Catalogne, alors qu’à la fin du XIIe siècle, Benjamin de Tudèle signalait encore que des marchands « d’Alexandrie en Égypte, de la terre d’Israël et d’Afrique » fréquentaient ce port ; cf. « Récits de voyages hébraïques au Moyen Âge », dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte XIIe-XVIe siècle, D. Régnier-Bohler dir., Paris, 1997 (p. 1281-1390), p. 1304.

38 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry in the Later Middle Ages », Israel Oriental Studies, 7 (1977), p. 226-280, voir en particulier les p. 257-262 et 279 ; les roues verticales pouvant effectivement être plus grandes et fournissant donc plus de puissance, tout en restant stables sous l’effet de la pression hydraulique, à la différence des roues horizontales.

39 Cf. M. L. von Wartburg, « Production du sucre de canne à Chypre : un chapitre de technologie médiévale », dans Coloniser au Moyen Âge, M. Balard et A. Ducellier dir., Paris, 1995, p. 126-130.

40 O. R. Constable, Trade and Traders in Muslim Spain, Cambridge, 1994, p. 232 et A. Fábregas García, Motril y el azúcar : comerciantes italianos y judíos en el reino de Granada, Motril, 1996, p. 57-85.

41 E. Ashtor, « Levantine Sugar Industry », art. cit., p. 227 ; M. L. von Wartburg, art. cit., p. 126-127 ; Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della Serenissima, t. III : La formazione dello stato patrizio, G. Arnaldi, G. Cracco et A. Tenenti dir., Rome, 1997, p. 540-541. Les expressions entre guillemets sont de M. L. Von Wartburg (art. cit., p. 129) et de J.-Cl. Hocquet (dans la Storia di Venezia, op. cit., p. 541).

42 When closely examined, all the factors which enabled Europe to succeed, were available to Islam much earlier. The Islamic environment showed the existence of all the key elements which resulted in progress, and a better economic performance, in Europe. Each had its Islamic equivalent and was familiar to the Islamic scene : M. Shatzmiller, op. cit., p. 405.

43 Ibid., p. 406.

44 Cl. Cahen « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », dans Studies in the Economic History of the Middle East, M. A. Cook éd., Londres-New York-Toronto, 1970, p. 35-36.

45 Cf. Encyclopédie de l’Islam, vol. VI, 1986, articles « Mamlūk » et « Mamlüks », et États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècle, J.-Cl. Garcin dir., 3 vol., Paris, 1995-2000, t. I, p. LXXXVI-LXXXVII et 350-352.

46 Cf. D. Martel-Thoumian, « Les élites urbaines sous les Mamlouks circassiens », Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, vol. III, U. Vermeulen et J. van Steenbergen éd., Louvain, 2001, p. 272. Fait significatif, les marchands jouent un rôle très secondaire parmi ces élites, principalement composées d’administrateurs, d’individus exerçant des fonctions légales, ou ayant un rapport avec l’enseignement ou encore avec la religion ; cf. ibid., p. 273-274, 281 et C. F. Petry, op. cit., p. 312-325.

47 Cf. W. Heyd, op. cit, t. II, p. 448 ; A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay (825-841/1422-1438), Damas, 1961, p. 293 et 304-309 ; S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter (1171-1517), Wiesbaden, 1965, p. 355-357, et J.-Cl. Garcin, « Transport des épices et espace égyptien entre le XIe et le XVe siècle », dans Les transports au Moyen Âge, n° 85 (1978) des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, p. 309-312.

48 Facteur également relevé par Eliyahu Ashtor (cf. « Les lainages », art. cit., p. 85), mais qui est mis sur le même plan que beaucoup d’autres plus discutables (cf. supra).

49 La couronne d’Aragon se composait en effet essentiellement de quatre entités de base différentes (les royaumes de Valence, de Majorque et d’Aragon proprement dit, et les comtés catalans, parmi lesquels celui de Barcelone était le plus important). La monarchie constituait en fait la seule institution commune à ces quatre éléments, auxquels s’ajoutèrent définitivement au cours du XIVe siècle, les royaumes de Sardaigne et de Sicile.

50 Voir dans ce domaine le récent article de P. Ortí Gost, « El Conseil de Cent durant l’Edat Mitjana », dans El temps del Conseil de Cent, vol. I : L emergència del municipi, segles XIII-XIV, n° 4 (2001) de Barcelona Quaderns d’Història, p. 21-48 ; l’article de Stephen P. Bensch, paru dans le même numéro de cette revue, illustre bien quant à lui la façon dont les liens entre pouvoir royal, pouvoir municipal et grand commerce se sont progressivement établis à Barcelone au cours du XIIIe siècle ; cf. « Poder, dinero y control del comercio en la formación del régimen municipal de Barcelona », p. 49-58.

51 Telles sont du moins les grandes lignes d’évolution qui se dégagent des relations commerciales de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie jusqu’au milieu du XVe siècle ; la guerre civile des années 1462-1472 vint ensuite brutalement interrompre cette reprise et la compromit semble-t-il définitivement ; cf. M. Del Treppo, op. cit., p. 8-52, et D. Coulon, « Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale : la nouvelle politique d’Alphonse le Magnanime (1416-1442 environ) », dans La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanime. XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona (Napoli 18-24 settembre 1997), G. D’agostino et G. Buffardi éd., Naples, 2000, t. II, p. 1055-1079, et Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., § 3.2.1.

52 Concernant l’usage de ce terme parfois utilisé un peu hâtivement, il est vrai, on s’accordera avec Guy Bois sur le fait que l’usurier du Moyen Âge « n’annonce en rien le capitalisme » ; cf. La grande dépression médiévale XIVe-XVe siècles. Le précédent d’un crise systémique, Paris, 2000, p. 30. En revanche, on ne peut le suivre dans ses arguments cherchant à démontrer que le capitalisme constitue un anachronisme pour la période médiévale (cf. ibid., entre autres p. 52), puisqu’il ne prête quasiment aucune attention au grand commerce, dans lequel il apparaît bien sous sa forme marchande, comme l’ont clairement exposé Federigo Melis (cf. Aspetti, op. cit., p. 728), puis Fernand Braudel (cf. infra). Sur cette question, voir en outre les travaux complémentaires des économistes ; les définitions qu’ils donnent du capitalisme correspondent bien aux phénomènes observés dans le cadre du grand commerce avec le Levant aux XIVe et XVe siècles ; cf. M. Beaud, Histoire du capitalisme, Paris, 1999, p. 63-66, et J. Brémond et A. Gélédan, Dictionnaire des sciences économiques et sociales, Paris, 2002, article « capitalisme ».

53 F. Braudel, La dynamique du capitalisme, op. cit., p. 58-59.

54 Le cas de Barcelone est un peu plus particulier, dans la mesure où la ville s’appuyait également dans ses relations commerciales sur les possessions de la Couronne : Sardaigne et Sicile, notamment, puis Naples.

55 Sur la logique centre/périphéries et la notion d’« économie-monde », voir F. Braudel, La dynamique du capitalisme, op. cit., p. 84-89, et Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 3 vol., Paris, 1979, t. III, p. 12-21. « Par économie-monde [explique F. Braudel], mot que j’ai formé à partir du mot allemand de Weltwirtschaft, j’entends l’économie d’une portion seulement de notre planète, dans la mesure où elle forme un tout économique » : La dynamique du capitalisme, op. cit., p. 85. Plusieurs passages de cet ouvrage essentiel se rapportent particulièrement bien aux phénomènes évoqués dans notre étude : « La Méditerranée, conquise un temps par l’Islam, s’est rouverte au Chrétien, et le commerce du Levant offre à l’Occident cette antenne lointaine et prestigieuse sans quoi il n’y a sans doute pas d’économie-monde digne de ce nom », ibid., p. 100 ; et, pour expliquer le déclin de la Méditerranée : « Le monde méditerranéen, à partir des années 1570, a été harcelé, bousculé, pillé par les navires et les marchands nordiques [...]. Ils se sont rués sur les richesses en place de la mer Intérieure et les ont saisies par tous les moyens, les meilleurs et les pires. Ils ont inondé la Méditerranée de produits à bon marché, souvent de la camelote, mais imitant sciemment les textiles excellents du Sud, l’ornant même des sceaux vénitiens universellement renommés afin de la vendre sous ce label sur les marchés ordinaires de Venise. Du coup l’industrie méditerranéenne perdait à la fois sa clientèle et sa réputation », ibid., p. 93.

56 Il en résulte que la périodisation traditionnelle séparant le Moyen Âge et les Temps modernes, à la fin du XVe siècle, coupe donc artificiellement ce mouvement d’expansion européen. De fait, le long apogée de Venise ou la constitution de l’empire colonial portugais, qui s’étendent précisément de part et d’autre de cette coupure, invitent à la remettre en cause dans ces domaines. Certains ouvrages traitant plus généralement de l’expansion commerciale européenne privilégient d’ailleurs un nouveau découpage regroupant la fin du Moyen Âge et les débuts de l’époque moderne : cf. entre autres les publications sous la direction de J. D. Tracy : The Rise of Merchant Empires. Long Distance Trade in the Early Modem World 1350-1750, Cambridge, 1990, et The political Economy of merchant Empires. State Power and World Trade (1350-1750), Cambridge 1991.

Table des illustrations

Titre Prix moyens des draps de différents centres d’Europe occidentale, sur les places de Barcelone, Majorque et Valence, entre 1393 et 1410 (exprimés en florins de Florence) [d’après F. Melis]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Prix de draps de différents centres occidentaux à Damas (exprimés en ducats de Venise) [d’après E. Ashtor]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540