Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le ravitaillement de la Terre sainte

L’exemple des possessions des ordres militaires dans le royaume de Sicile au XIIIe siècle

Kristjan Toomaspoeg

Note de l’éditeur

ABRÉVIATIONS :
BCP, Qq H 12 : Biblioteca Comunale di Palermo, manuscrit n° Qq H 12.
Naples, RA : Archivio di Stato di Napoli, Registri Angioini.
Palerme, Magione : Archivio di Stato di Palermo, Tabulario della Magione.
RCA : I Registri della cancelleria Angioina, R. Filangeri et alii éd., Naples (Testi e documenti della storia napoletana pubblicati dall’Accademia Pontaniana), 1950-[42 vol., en publication].

Texte intégral

  • 1 Cf. A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Paris, 1993 (éd. revue du livre publié en 1985), (...)

1La présence européenne des grands ordres religieux militaires de la Terre sainte est un phénomène étudié depuis le début des Temps Modernes et auquel l’historiographie des dernières trois décennies a apporté une lumière nouvelle, en créant le concept de « réseau » templier, hospitalier et teutonique1 qui aurait formé une espèce de base arrière, logistique, du combat destiné à maintenir en vie les fragiles États latins du Proche-Orient des XIIe et XIIIe siècles. En effet les ordres militaires, qui nécessitèrent un soutien permanent en hommes, en vivres et en argent pour financer leurs activités, donc un appui logistique efficace que la Terre sainte ne fut pas en mesure de leur fournir, construisirent en Europe à partir du début du XIIe jusqu’au milieu du XIIIe siècle les bases d’un patrimoine immobilier qui leur servit de lieu de production et de recrutement et où ils trouvèrent un grand appui politique à leurs activités. À peine cinquante ans après sa fondation, chacun des trois ordres possédait un patrimoine considérablement plus important en Europe qu’au Proche-Orient, tout en participant également aux échanges commerciaux et aux activités maritimes du Vieux Continent.

2La présence des Templiers, des Hospitaliers et des Teutoniques en Italie méridionale, grand « carrefour » de la Méditerranée, fournit un exemple du ravitaillement de la Terre sainte à partir de l’Europe qui nous permet de préciser et de compléter l’image du « grenier européen » des ordres militaires.

  • 2 Cette problématique est éclairée principalement par : 1) les documents du chartrier des Hospitalier (...)

3À travers l’étude des sources de l’ancien royaume de Sicile2, nous allons donc tenter une observation du soutien en vivres, argent et hommes fourni par les ordres à l’Outremer.

L’installation des ordres militaires dans le royaume de Sicile3

  • 3 Cf. K. Toomaspoeg, « L’insediamento dei grandi ordini militari cavallereschi in Sicilia, 1145-1220  (...)
  • 4 L. T. White jr., Latin monasticism in Norman Sicily, Cambridge, 1938 (The Medieval academy of Ameri (...)
  • 5 C’est-à-dire les comtés des Pouilles et de Sicile-Calabre et la principauté de Capoue, qui formèren (...)
  • 6 G. Bresc-Bautier, « Les possessions des églises de Terre sainte en Italie du Sud (Pouille, Calabre, (...)

4À partir des études de Lynn Townsend White jr., durant les années 19304, l’attention des historiens s’est arrêtée sur un rapport particulier existant entre l’Italie méridionale5 et les congrégations de la Terre sainte, y compris les ordres militaires, un rapport défini par Geneviève Bresc-Bautier comme le fruit de la recherche d’un arrière-pays économique par les églises latines du Proche-Orient6.

5Les raisons de l’implantation des fondations latines dans le royaume de Sicile s’expliquent par la position géographique du royaume : les grands ports des Pouilles et de la Sicile permettent un accès rapide et relativement facile vers la Terre sainte. Toutefois, le royaume de Sicile n’était pas un simple territoire de passage et ses terres abondantes et fertiles pouvaient aussi produire le nécessaire pour secourir la Palestine et la Syrie.

  • 7 15 février 1113, Pie postulatio voluntatis..., BCP, Qq H 12, f° 306-307 ; Cartulaire général de l’O (...)
  • 8 Latorem presencium, dans Papsturkunden für Tempter und Johanniter. Archivberichte und Texte, R. Hie (...)
  • 9 Possessiones et bona, dans Regesto Vaticano per la Calabria, F. Russo éd., Rome, 1974, t. I, no 259 (...)

6En février 1113, lorsque le pape Pascal II prit les Hospitaliers sous sa protection, en reconnaissant leur ordre qui n’était encore qu’un établissement de charité sans ambitions militaires, il mit sous leur autorité les maisons de Saint-Gilles, Asti, Pise, Bari, Otrante, Tarante et Messine7. À tort, on a vu dans cette lettre la preuve de la présence des Hospitaliers en Italie du Sud : en réalité, la lettre ne fait qu’indiquer les voies de l’implantation de la nouvelle congrégation où un rôle essentiel est joué par les grands ports des Pouilles et de la Sicile. Cette lettre est à analyser ensemble avec une autre de même date qui est censée faciliter la collecte de l’aumône par les Hospitaliers en Europe8 et avec une autre encore qui, le 2 janvier 1113, avait confirmé les biens et les droits de Sainte-Marie de la Vallé Josaphat en Sicile et en Calabre9.

  • 10 Cf. H. Houben, « Templari e Teutonici nel Mezzogiomo normanno-svevo », dans Il Mezzogiorno normanno (...)

7La voie à l’installation des futurs ordres militaires en Italie méridionale fut ainsi ouverte par Pascal II dès 1113 mais il fallut attendre encore plus de trente ans avant que cette décision ne se fût concrétisée. D’une part, les ordres militaires proprement dits durent encore se former et de l’autre, la situation interne de l’Italie du Sud ne devint favorable aux ordres qu’à la suite de la création de la monarchie par Roger II en 1130 ce qui créa un pouvoir centralisé dans la région. Toutefois, le conflit entre Roger II et le pape Innocent II ralentit ce processus jusqu’aux années 114010.

  • 11 Archivio di Stato di Palermo, Commenda della Magione, vol. 411. f° 107-108, 412, no I ; BCP, Qq H 1 (...)

8L’installation des ordres ne prit de la vigueur que dans le cadre des enjeux liés à la seconde croisade (1146-1149). Certes, les Templiers et les Hospitaliers eurent des biens déjà auparavant dans quelques endroits isolés du royaume et, en octobre 1137, Roger II fit émettre un privilège général au bénéfice de l’Hôpital en Sicile11 qui s’insère très bien dans le cadre des faveurs qu’il accorda aux congrégations de la Terre sainte. Toutefois, ce furent les nécessités de la seconde croisade qui portèrent dans le sud les Templiers et les Hospitaliers qui bénéficièrent alors pour la première fois de leur statut d’ordres militaires.

  • 12 BCP, Qq H 12, f° 91 ; J. Delaville Le Roulx, op. cit., t. I, no 174, p. 136 ; L. T. White jr., op. (...)

9Ainsi, pour donner un exemple, en juin 1147, lorsque l’évêque élu de Messine et de Troina, Arnaldus, dota les Hospitaliers de biens dans la zone d’Aidone12, il expliqua sa concession par la volonté de rédemption de l’âme de Roger Ier qui « avec l’aide de Dieu [...] acquiert toute l’île de Sicile et y construisit [...] plusieurs églises ». La référence au comte Roger Ier (1062-1101) dessine une comparaison directe avec la croisade en Terre sainte.

10La perception des Hospitaliers et des Templiers en Sicile comme défenseurs des frontières de la chrétienté occidentale fut l’une des raisons principales de leur succès dans le royaume de Sicile, même s’il faut y ajouter d’autres éléments comme le soutien accordé par les Génois aux Hospitaliers et par les Pisans aux Templiers. Il faut aussi prendre en compte le fait que les deux ordres construisirent la majorité de leur patrimoine au début de la présence de la dynastie souabe en Sicile, lorsque le roi Frédéric II n’avait pas encore acquis l’âge de majorité et le domaine royal subit une dilapidation générale.

11Enfin, le cas de l’ordre Teutonique fut particulier. D’une part, il fut installé à Barletta et à Palerme en 1197 par l’empereur Henri VI avant tout comme une espèce de base logistique de l’armée impériale. D’autre part, l’Ordre absorbait au moins deux hôpitaux des croisés et pèlerins allemands préexistants, à Messine et à Brindisi, ce qui permet de percevoir son installation dans le royaume aussi comme un processus de plus longue durée, lié au ravitaillement de la Terre sainte.

  • 13 Ainsi, le 1 août 1211, dans son camp devant Bari, Otton IV émit un privilège important en faveur de (...)
  • 14 Cf. K. Toomaspoeg, Les possessions de l’Ordre Teutonique en Sicile (1197-1492). Histoire d’un inter (...)

12Le poids de chacun des ordres dans le royaume fut déterminé dans une fourchette chronologique très resserrée, entre 1210 et 1230, dans le cadre de la politique active de Frédéric II. Les Hospitaliers furent attirés par l’empereur Otton IV, concurrent de Frédéric II13, ce qui obligea la cour frédéricienne à émettre de nombreux privilèges et concessions en leur faveur. De même, les Teutoniques conclurent à partir du milieu des années 1210 une alliance avec Frédéric II, consolidée en 1219 lorsque, en contrepartie d’une participation directe à la répression de la révolte des Arabes de la Sicile occidentale, ils reçurent de la part de la Cour une série de fiefs en Sicile14. En revanche, les Templiers qui avaient été les plus favorisés pendant la minorité de Frédéric II n’eurent que peu de nouvelles possessions une fois que le roi eut affirmé sa position, c’est pourquoi l’ordre du Temple n’eut jamais de grande fortune en Italie méridionale.

Les activités productives

13Le gros du patrimoine des ordres militaires dans le royaume de Sicile s’est formé avant l’année 1220 et se divisait assez également entre les sites urbains et les propriétés rurales. Le nombre des fiefs des ordres était déjà important et, en ce qui concerne du moins les possessions connues encore aux époques moderne et contemporaine, on peut calculer sans difficulté l’étendue des terres et leur capacité de production agricole.

  • 15 ID., Les possessions, op. cit.
  • 16 Ce sujet sera approfondi dans K. Toomaspoeg, Templari e Ospedalieri in Sicilia Medievale (Gran Prio (...)
  • 17 20 juin 1285, BCP, Qq H 12, f° 478 ; G. Pecorella,/Templari nei manoscritti di Antonino Amico, Pale (...)

14Cependant, ce calcul n’a guère de sens dans la mesure où tout porte à penser que la plus grande partie de ce patrimoine resta inculte pendant tout le XIIIe siècle. Les grands fiefs de l’ordre Teutonique en Sicile centrale ne furent mis en valeur qu’à partir des années 1250, avec plus d’intensité à partir de la fin du siècle et le début du siècle suivant, sous l’influence de la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291 qui eut pour conséquence une plus grande autonomie de la province teutonique de Sicile et obligea ses commandeurs à rechercher des ressources nouvelles15. De la même manière, les vastes possessions des Hospitaliers à Milici et à Castanea n’eurent une véritable importance économique qu’au XVe siècle16 et les activités économique des Templiers dans leur fief principal en Sicile, le casai de Murro, ne sont documentées qu’à partir de 128517.

  • 18 Les Hospitaliers reçurent ce droit des mains de l’impératrice et reine Constance entre le 28 septem (...)
  • 19 Octobre 1210, publié d’après l’original disparu dans J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomat (...)
  • 20 Avril 1216, BCP, Qq H 12, f° 468 ; E. Winkelmann, op. cit., I, no442, p. 375-376, régeste dans Böhm (...)

15Les sources sur l’agriculture extensive des fiefs et la céréaliculture des ordres sont presque toujours indirectes : il s’agit de privilèges de nature économique. Ainsi, les Hospitaliers et les Teutoniques furent exemptés de toute taxe sur la production et le déplacement des denrées agricoles ainsi que dans certains cas, sur la vente de leur propre production. En outre, leurs envois de vivres vers la Terre sainte furent exonérés de taxes douanières par la Cour de Henri VI et de Constance18. Le cas des Templiers est plus ambigu car il leur manqua en Sicile un privilège général comparable à ceux dont bénéficièrent les Hospitaliers et les Teutoniques même si leurs possessions jouirent quelquefois de privilèges individuels : leurs terres d’Aidone furent en 1210 exemptées des taxes à la Cour19 et les Templiers furent avant 1216 exemptés de la taxe de marinaria à Paternò20.

  • 21 Cf. H. Houben, « Zur Geschichte », art. cit., p. 50-110.

16Le peu d’indices que nous possédons pour le début du XIIIe siècle permet de croire en l’activité des ordres dans le domaine de la céréaliculture, même si cela ne fut qu’à une échelle encore réduite. Ce n’est que vers le milieu du siècle, que les ordres commencèrent à donner en usufruit une partie de leurs grandes propriétés agricoles, celles qui étaient situées dans des endroits les plus accessibles à partir des centres administratifs. De cette manière, les Teutoniques développèrent des domaines agricoles autour de leurs possessions à Barletta puis à Manfredonia où ils reçurent avec une concession pontificale en 1260 le monastère de Saint-Léonard de Siponto21. De même, les Hospitaliers parvinrent à mettre en valeur leurs terres près de Messine et les Templiers firent de même dans la zone de Caltagirone.

Le ravitaillement de la Terre sainte en vivres

  • 22 Sur ce phénomène, cf. K. Toomaspoeg « Confratres, procuratores, negociarum gestores et factores eor (...)

17Tandis que la tâche principale des maisons italiennes des ordres militaires fut de ravitailler la Terre sainte, leurs capacités productives restèrent pendant beaucoup de temps encore insuffisantes et leurs structures administratives internes inefficaces. Les provinces des ordres dans les Pouilles, en Sicile et en Campanie ne se formèrent définitivement qu’aux alentours de 1250 et jusqu’à alors le nombre de frères sur place dans ces régions resta limité et leur rapport avec la population locale ne fut pas développé au point de former un véritable réseau d’agents économiques locaux22.

  • 23 Cf. J. Koudelka, éd., « Pergamene del convento domenicano di Messina (1218-1397) », Archivum Fratru (...)

18Jusqu’aux années 1260, les Teutoniques, bien que possédant déjà un commandeur pour la Sicile, dont la résidence était fixée à Palerme, géraient directement à partir d’Acre leur maison de Messine. De même, le maître des Templiers, Thomas Bérard, intervint en 1259 directement dans l’administration de Messine, non sans résistance de la part des frères locaux23.

19Ce n’est qu’à partir de l’époque angevine que, dans l’Italie du Sud, se forment définitivement les provinces proprement dites des ordres, dotées d’un réseau de commanderies locales, capables de gérer leur territoire et leur économie, et c’est aussi à ce moment qu’apparaissent les sources qui attestent effectivement la production du grain par les ordres militaires et son envoi vers la Terre sainte.

  • 24 Cf. Collection des chroniques françaises, J.-A. Buchon éd., t. VI, Chronique de Ramon Muntaner, Par (...)
  • 25 Ibid., p. 238.
  • 26 29 octobre 1268, J. Delaville le Roulx, op. cil., t. III, no 3321, p. 189-190, régeste dans Regesta (...)
  • 27 Prieur des Hospitaliers de Sicile (Messine) au moins à partir de 1268 (4 février 1268, BCP, Qq H 12 (...)

20On sait que Charles Ier d’Anjou fut attaché aux Templiers et aux Hospitaliers et qu’il leur accorda une place importante dans sa politique méditerranéenne en ce qui concernait à la fois la croisade et le contrôle des territoires qu’il gouvernait, en Italie et en Grèce24. À peine arrivé en Sicile, il s’entoura de Templiers et d’Hospitaliers, tels Guillaume de Beaujeu25, Philippe d’Egly26 ou Jacques de Taxi27 qui furent ses conseillers et familiers, formèrent une grande partie des officiers de sa Cour et mirent quelquefois leurs épées à son service. La même attitude favorable caractérisait aussi ses rapports avec l’ordre Teutonique, mais à cause de l’origine germanique de ses frères, celui-ci ne fut jamais appelé à participer à l’administration du royaume angevin de Sicile.

  • 28 Il s’agit des documents suivants : 18 juillet 1269, Naples, RA, 4, f° 148 et 21 juillet f° 145, RCA (...)

21Dans le même temps, le frère de saint Louis fut aussi caractérisé par une aspiration à la croisade, un élément qui, avec son attitude déjà en soi positive à l’égard des ordres militaires, explique l’émission d’une série de documents de la chancellerie angevine (en règle générale des mandements adressés par le roi aux hauts officiers de la Cour, tels les maîtres portulans ou les secreti) et qui autorisent entre 1269 et 1283 les trois ordres à exporter des vivres et des animaux du royaume de Sicile vers la Terre sainte28.

  • 29 1272-1273, Naples, RA, 15, f° 8 ; RCA, t. IX, no 47, p. 30.

22Ces documents, notamment dans le cas des Teutoniques, ne précisent pas toujours les quantités des denrées concernées. En prenant en compte les chiffres documentés, nous voyons cependant que les Hospitaliers eurent le droit de transporter sans taxes en Terre sainte 17 325 hl de froment, 8 800 d’orge et 1 100 de légumes secs (des fèves) ; tandis que les Templiers eurent droit à 9 900 hl de froment et 5 500 d’orge et les Teutoniques à 1 100 hl de froment. Outre vers Acre, les Hospitaliers transportèrent aussi en 1272-1273 des victuailles vers la Grèce29.

  • 30 20 février 1270, Naples, RA 5, f° 145 ; RCA, t. III, no 474, p. 189.
  • 31 1282-1283, Naples, RA, 1284A, f° 31 ; RCA, t. XXVI, no 97, p. 14.
  • 32 2 février 1271, Naples, RA., 10, f° 81 ; RCA, t. VI, p. 175.

23Il s’agissait de denrées destinées à nourrir à la fois les hommes et les chevaux des ordres et les documents précisent qu’il était strictement interdit de les vendre, en particulier aux « ennemis de la foi », ce qui fait supposer que telles pratiques étaient courantes. Pour éviter la vente de grain et de légumes secs, leur transport fut placé sous la surveillance des trois maîtres des ordres, du patriarche de Jérusalem et d’autres hauts personnages. À ces envois s’ajoutent ceux des chevaux (l’exportation des chevaux en dehors du royaume fut depuis toujours une question délicate, vue leur valeur) : il s’agissait de chevaux élevés dans la partie continentale du royaume de Sicile, comme ceux que les Hospitaliers purent transporter à Acre en 1270 (alors, il s’agissait de 16 chevaux et mules)30 et en 1282-1283 (chevaux de la Campanie)31 mais, en 1271, on parle aussi d’un envoi de chevaux depuis l’Espagne à travers Messine vers Acre par les Hospitaliers32.

  • 33 Cf. H. Houben, « La presenza dell’Ordine Teutonico a Barletta (secc. XII-XV) », dans Barletta croce (...)

24Les actes angevins permettent d’effectuer une série de suppositions et d’apporter quelques conclusions. D’abord, comme cela a été dit, les ordres furent en principe depuis la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle déjà exonérés des taxes sur le transport des vivres en Terre sainte ; les exemptions de Charles d’Anjou font donc penser que ce droit n’aurait pas été régulièrement utilisé auparavant. Ensuite, les actes indiquent les lieux d’acheminement des denrées et dans certains cas aussi ceux de leur production. Nous voyons que la majorité des transports eurent comme point d’embarquement le port de Brindisi, tandis que le principal centre de stockage de la production agricole pour les trois ordres, fut Barletta. En effet, les Maisons des Templiers, Hospitaliers et Teutoniques de Barletta furent celles qui établirent les rapports les plus étroits avec la Terre sainte et qui eurent une position relativement centrale dans les hiérarchies administratives des ordres en Italie méridionale. Dans le cas des Teutoniques, Barletta fut, dans la première moitié du XIIIe siècle, périodiquement la résidence de leur grand maître Hermann de Salza33 et plus tard, au début du XIVe siècle, les Hospitaliers et les Teutoniques formèrent à la base de Barletta une espèce de tête de pont pour la reconquête de la Méditerranée orientale.

  • 34 1316, Naples, RA, 1316A, f° 159v, G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale a (...)

25À Barletta fut portée la production des fiefs des ordres, comme celui de Saint-Léonard de Siponto des Teutoniques près de Manfredonia. En 1316 encore, les Teutoniques reçoivent une licence d’exportation du grain à partir de Bari, Brindisi et Manfredonia34. En dehors les Pouilles, les activités agricoles des ordres sont attestées aussi à Capoue et à Salerne en Campanie où les Hospitaliers élevaient des chevaux et cultivaient le froment.

  • 35 1274-1275, Naples, RA, 1274, C. Minieri-Riccio, Regno di Carlo I, 1275-1283, dans Archivio storico (...)

26Le fait que les principaux centres de production soient situés dans les Pouilles est lié au développement des ports et du trafic maritime de la région où les ordres militaires jouèrent un rôle important : ainsi, en 1274, les précepteurs des Teutoniques, des Hospitaliers et des Templiers à Brindisi furent appelés à déléguer un frère de chacun des ordres pour surveiller la construction du phare de Brindisi propter vascella eorum transfretantia ultra mare35.

  • 36 Entre le 28 septembre et le 25 décembre 1197, l’impératrice et reine Constance autorisa les Hospita (...)

27Une question assez importante posée par les envois vers la Terre sainte est celle des bateaux utilisés par les ordres, non seulement pour le transport des denrées mais aussi pour acheminer vers Acre chevaliers et pèlerins (qui étaient une importante source de revenus pour celui qui les prenait à bord)36.

  • 37 Sur la flotte des Templiers, cf. A. Demurger, op. cit., p. 216-219.
  • 38 Romoaldi II archiepiscopi Salernitani Annales a. 893-1178, W. Arndt éd., Hanovre, 1866 (Monumenta G (...)
  • 39 18 avril 1273, Naples, RA, 3, P 132, BCP, Qq H 12, P 131, régeste dans C. Minieririccio, Il regno d (...)

28Les Templiers construisirent déjà à la fin du XIIe siècle leur propre flotte en Méditerranée, flotte qui resta importante jusqu’à la fin de l’ordre, comme nous l’indique l’histoire de Roger de Flor37 Il en fut même pour les Hospitaliers : déjà en 1165, un groupe de cardinaux de l’Église romaine se rendit à Messine à bord d’un bateau de l’ordre38. En 1273, on apprend que les Hospitaliers avaient vendu au roi de Sicile contre 100 onces d’or une galère neuve et complètement équipée (on dresse l’inventaire de l’équipement de bord)39. Dans le même temps, quelquefois on atteste aussi l’utilisation de bateaux génois par les Hospitaliers.

  • 40 K. Forstreuter, « Die preuβische Kriegsflotte im 16. Jahrhundert », dans Beiträge zur preuβischen G (...)
  • 41 Archivio di Stato di Napoli, Fascicoli, busta MR (2), f° 154 ; RCA, t. IX, Additiones, no 22, p. 29 (...)
  • 42 29 janvier 1278, Naples, RA, 28, f° 59 ; RCA, t. XIX, no 144, p. 39.

29Les Teutoniques n’eurent jamais de flotte propre en Méditerranée bien qu’ils en construisirent une en Prusse déjà à partir de 123640 et ils y utilisèrent exclusivement les bateaux vénitiens. Pour donner un exemple, en août 1273, lorsque Charles d’Anjou dressa au maître portulan la liste des navires exonérés de droits naviguant à Barletta, ils mentionna quatre vaisseaux des Templiers, un des Hospitaliers et un bateau, dit Sanctus Marcus, appartenant au citoyen de Venise Petrus Bugarus et naviguant avec les victuailles des Teutoniques41. Il s’agit probablement du marin vénitien Pietro Barbo dont le bateau transporta du froment des Teutoniques en 1277-127842.

  • 43 2 septembre 1272, RA, 15, f° 109, régeste dans C. Minieri-riccio, Il regno di Carlo I di Angiò negl (...)

30Le rôle des ordres dans le trafic maritime s’avère essentiel pendant l’expédition de saint Louis en Afrique du Nord. Tout porte à penser que les Hospitaliers participèrent alors au transport des troupes siciliennes ; après la croisade, ils furent chargés de récupérer et de transporter en Sicile le bois des machines de guerre construites par l’armée royale43.

L’argent des ordres militaires

31À la base des registres angevins, nous pouvons facilement obtenir une « image d’Épinal » des Templiers, Hospitaliers et Teutoniques produisant dans leurs fiefs du Mezzogiorno le grain destiné à ravitailler les chevaliers et les chevaux en Terre sainte. Certes, pendant l’époque angevine il s’agit bien d’envois de quantités non négligeables de vivres, suffisants chaque fois pour nourrir toute une armée pendant plusieurs mois ; cependant, nous ne savons pas quelle fut effectivement la destination finale du grain qui fut probablement en partie vendu. De plus, ces acheminements de vivres dépendaient aussi, logiquement, de la qualité des récoltes, bonnes ou mauvaises.

  • 44 29 janvier 1278, Naples, RA, 28, f° 59 ; RCA, t. XIX, no 144, p. 39.
  • 45 5 février 1277, Naples, RA, 26, f° 48 ; RCA, t. XV, no 147, p. 37.
  • 46 5 juillet 1306, se trouve dans une transcription du 27 octobre 1601 à Vienne, dans Deutschordens Ze (...)

32Ainsi, dans une lettre écrite en janvier 1278, Charles d’Anjou ordonne à tous les maîtres portulans du royaume de Sicile de restituer aux Teutoniques une quantité de froment qui leur avait été séquestrée au port de Brindisi. Ce froment venait des partibus ultramarinis et devait aller à Venise44 Donc, en ce moment précis, la Méditerranée orientale produisait suffisamment du grain pour pouvoir en envoyer à Venise, tandis qu’une année auparavant, en 1277, les Hospitaliers firent parvenir à Acre 5 500 hl de blé45. L’envoi du grain par les Teutoniques à Venise s’explique à la lumière d’un document du siècle suivant : en juillet 1306, le dauphin Robert autorisa les Teutoniques à envoyer sans payer de taxes une quantité non précisée de froment, de fèves et de pois chiche – produits dans les Pouilles – à Venise, pour rembourser aux Vénitiens les frais de voyage des frères que le grand maître des Teutoniques voulait envoyer à Chypre à bord de bateaux vénitiens46.

33Les Templiers, les Hospitaliers et les Teutoniques sont à juste droit associés au développement de la circulation monétaire médiévale, et la Sicile fut l’un des premiers lieux où se manifesta ce rôle de banquier des ordres.

  • 47 Juillet 1206, BCP, Qq H 12, f° 76-77.
  • 48 Documenti del commercio veneziano nei secoli XI-XIII, R. Morozzo Della Rocca et A. LOMBARDO éd., Tu (...)

34En août 1184, le vice-chancelier Matteo Agello donna, à Palerme, en consigne aux Hospitaliers de Saleme (il était salernitain d’origine) une série de biens immeubles et, aux alentours de 1193, alors déjà chancelier de Tancrède, il confia à son procurateur, précepteur des Hospitaliers de Salerne, 300 onces d’or et d’autres biens. Le fils de Matteo, l’archevêque de Salerne, Nicola, déposait à la même époque en tout 3 000 onces d’or et d’autres biens précieux chez les Hospitaliers de Messine, Barletta et Capoue47. Ces dépôts sont à comparer avec celui, fait en 1181 par le Procurateur de Saint-Marc de Venise à la maison locale des Hospitaliers48 et qui sert souvent à dater le début des activités financières de grande envergure de l’Hôpital.

  • 49 Naples, RA, 2, f° 16, RCA, t.I, p. 119 ; Naples, RA, 2, f° 80-81, RCA, t. V, p. 199.
  • 50 Naples, RA, 10, f° 103 ; RCA, t. VI, p. 218.
  • 51 6 avril 1273, RA, 3, f° 54, régeste dans C. Minieri-Riccio, Il regno di Carlo I d’Angiò dal 2 genna (...)
  • 52 Juillet 1304, régeste dans A. Potthast, op. cit., no 25444, p. 2037 ; Regesta pontificum romanorum. (...)

35Les sources nous attestent au long du Moyen Âge que les ordres possèdent des ressources importantes en argent comptant qu’ils utilisent quelquefois pour exercer des prêts ou pour effectuer des financements de longue durée. De plus, en 1268, le Templier Arnulfus fut le trésorier de Charles d’Anjou49, en 1271 un autre Templier, Martano, représentait la Chambre Royale50 et en 1273 le prieur des Hospitaliers de Messine, Jacques de Taxi, fut le gardien du Trésor du roi51. En 1304, le précepteur des Templiers de Sicile (désormais divisée en deux royaumes) représenta le Trésor Royal de l’île et paya aux mains de Gerardo Lanfredini de la société des Bardi, agent de la Chambre Apostolique, deux mille onces d’or d’un cens dû par la Sicile au pape52.

  • 53 8 aprile 1317, BCP, Qq H 12, f° 158-159, régeste dans C. Marullo di Condojanni, op. cit., no 77, p. (...)

36En 1317, la flotte du roi Frédéric III de Sicile arrêta près de Faro de Messine (Capo Peloro) deux galères génoises commandées par Alafranchino Ciba qui transportaient un véritable trésor des Hospitaliers d’une valeur totale de plus de 1 143 onces d’or, composé de monnaies françaises et siciliennes, de diverses espèces de tissus, de vases d’argent et autres53. Enfin, la comptabilité des chevaliers teutoniques, la seule d’un ordre militaire médiéval de l’Italie méridionale à avoir été conservée, même si pour une période brève et plus tardive, nous atteste une intense activité de prêteur d’argent exercée par les Teutoniques à Palerme au XVe siècle.

37L’insertion des ordres militaires dans les circuits monétaires se manifesta aussi dans la gestion des possessions agricoles. Les ordres mettaient l’accent sur les locations à cens qui leur assuraient un ravitaillement régulier en monnaie et laissaient au second plan la gestion directe, ce qui faisait que plus que de produire des denrées agricoles, ils produisaient de l’argent. Les locations emphytéotiques à cens fixe furent entreprises par les ordres à partir des années 1220 et 1230 et se caractérisèrent, non seulement dans le royaume de Sicile, par un esprit plus porté à maintenir en bon état les biens qu’à en tirer des profits. Les terrains et les immeubles furent loués aux familiers et clients des ordres contre des loyers modiques : ce fut toujours mieux que de les laisser dans l’abandon. Cette stratégie permit de consolider le groupe des familiers et de créer des quartiers entiers d’immeubles des ordres : ainsi le Borgo San Giovanni des Hospitaliers à Messine et la Ruga Nova Alamannorum des Teutoniques à Palerme.

  • 54 Cf. Palerme, Magione, parchemins no 72, 74, 79, 80, 81, 84, 92 et 156. Cf. aussi A. Mongitore, op. (...)
  • 55 Cf Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile, op. cit.

38Prenons un exemple concret, celui des activités de l’ordre Teutonique dans l’agriculture intensive suburbaine de la vigne et des oliviers dans le territoire de Palerme : entre 1258 et 1261, les Teutoniques y envisagèrent une gestion commune des terres par le biais des locations au tiers ou au quart de récolte54. Or, en 1263, ils changèrent très brusquement les conditions des baux : les cens annuels de tous les terrains, y compris ceux déjà concédés aux preneurs, étaient désormais perçus en argent comptant. Les Teutoniques reçurent, aux alentours de juillet 1262, un nouveau commandeur (Johann de Walcheren) : cela pourrait expliquer la rapidité de l’instauration du cens en argent, qui semble avoir été une décision politique clairement définie du chapitre général de l’Ordre, nécessiteux de ressources en argent comptant55.

39Par la suite, tous les ordres militaires du royaume pratiquent dans 90 % des cas, y compris celui des fiefs, une économie de rente monétaire, jusqu’à l’apparition des formes de gestion plus subtiles au XVe siècle. Ce fait explique pourquoi les vivres acheminés par les ordres vers la Terre sainte provenaient d’une zone très réduite autour des grands ports des Pouilles : ailleurs, les chevaliers ne firent que percevoir les loyers de leurs possessions et ne s’occupèrent que rarement de la production agricole proprement dite.

40Doit-on déduire du petit nombre de zones de production des vivres, de la prédomination de la rente en argent comptant dans les possessions des ordres et de l’insertion de ces derniers dans les circuits monétaires que les ordres militaires aient contribué aux besoins de leurs maisons mères aussi ou surtout par les envois d’argent ? Il est difficile de déterminer le rôle de l’argent comptant dans le ravitaillement de la Terre sainte par rapport aux denrées agricoles, faute de sources comptables des Trésors des ordres militaires pour le XIIIe siècle, sources qui pourraient indiquer les sommes encaissées par les chapitres généraux.

  • 56 Cf. 1376, BCP, Qq H 12, f° 185, régeste dans C. Maruixo di Condojanni, op. cit., no 93, p. 115 ; 6 (...)
  • 57 30 mai 1457, Archivio di Stato di Palermo, Protonotaro del Regno, 49, f° 251v-253.

41Toutefois, de la période postérieure à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, nous connaissons des modalités de la participation des Hospitaliers et des Teutoniques aux besoins de leurs Maisons-mères. Les Teutoniques de Sicile et des Pouilles envoyèrent des sommes d’argent à leur chapitre général à Venise, puis, une fois que celui-ci se déplaça en Prusse, se limitèrent à prendre en charge les frais des envoyés et des visiteurs de leur ordre en Italie du Sud. Les Hospitaliers furent appelés par leur chapitre, chaque fois que la flotte turque ou égyptienne attaqua Rhodes, à céder toutes leurs possessions en bail contre des cens en argent anticipés qu’ils durent envoyer au chapitre56. Dans le même temps, ils eurent à payer aussi des taxes régulières, imposées pour leurs commanderies57.

42Le rôle de l’argent semble ainsi important dans le ravitaillement de la Terre sainte, ce qui ne doit toutefois pas porter à négliger l’importance des cargaisons de vivres et des chevaux en provenance de l’Italie méridionale.

Le ravitaillement de la Terre sainte en hommes

43Au contraire des commanderies des ordres militaires de France, la péninsule Ibérique et d’ailleurs les maisons de l’Italie méridionale, ne furent pas au XIIIe siècle de véritables lieux de recrutement, mais eurent en revanche la fonction de centres de regroupement des frères et des croisés destinés à la Terre sainte.

44Nous trouvons dans le sud au moins quatre grands hôpitaux de croisade d’envergure des ordres : Saint-Jean de Messine et de Barletta, Sainte-Marie-des Allemands de Messine, Sainte-Marie du Temple de Barletta et une série d’établissements moins importants, tel Saint-Jean des Teutoniques à Agrigente. À Messine et à Barletta, le nombre des frères des ordres fut élevé et leur séjour ne dura que le temps nécessaire avant de s’embarquer pour Acre.

  • 58 Leurs noms se trouvent dans Palerme, Magione, parchemins no 209 (28 mai 1290), 211 (2 juillet 1290) (...)
  • 59 S. Runciman, A History of the Crusades, Cambridge, 1950-1954, t. II, p. 1036.
  • 60 Le 17 février 1295 (Palerme, Magione, 272) seul un des Teutoniques siciliens de 1290, Heinrich de M (...)
  • 61 Bolanden est parti pour Acre en avril 1291 (Palerme, Magione, 229) et y est mort le 18 mai de la mê (...)

45Les sources démontrent en particulier le rôle des Teutoniques de Sicile. En 1291, l’hôpital teutonique de Messine abrita une quinzaine de chevaliers58. Après l’appel fait par le grand maître de l’Ordre Conrad de Feuchtwangen59 en 1291, beaucoup parmi eux repartirent pour la Terre sainte pour défendre la ville d’Acre et y moururent en bataille peu après60, guidés par le commandeur de la province teutonique de Sicile, Heinrich de Bolanden61.

46Le rôle des provinces italiennes des ordres militaires fut donc aussi celui de maintenir en état les hôpitaux de croisade. Il se peut que cette activité ait été la plus importante des trois modes de contribution aux nécessités de la Terre sainte : envoi de vivres, d’argent et d’hommes.

47À travers les sources présentées, il est possible de tirer quelques conclusions et de lancer quelques hypothèses.

48D’abord, les envois de vivres et de chevaux vers le Proche-Orient ne furent pas permanents et ils sont attestés à une grande échelle uniquement pendant la période angevine lorsque la Grèce et l’Italie méridionale furent regroupées sous la couronne angevine qui mena une politique méditerranéenne active. Pendant cette période, la majorité des envois furent effectués avant la division du royaume de Sicile en deux à la suite de l’insurrection des Vêpres en 1282.

49Ensuite, les capacités de production agricole des ordres furent très réduites jusqu’à l’avènement de la dynastie angevine. Après cet événement, les zones de production continuèrent à être très circonscrites car dans la majeure partie de leurs possessions, les ordres militaires donnèrent la préférence aux rentes en argent comptant, au détriment de la gestion directe. Tous les ordres furent parfaitement insérés dans les circuits monétaires de l’économie sicilienne et méditerranéenne et il semble qu’une grande partie du ravitaillement du Proche-Orient ait été effectué non en vivres mais en argent.

50Enfin, les possessions des ordres militaires en Italie méridionale servirent aussi à ravitailler la Terre sainte en hommes : on y trouve une série d’hôpitaux où se logèrent les Templiers, Hospitaliers et Teutoniques, les croisés et les pèlerins dans l’attente d’un embarquement pour la Méditerranée orientale.

51Les informations fournies par les sources du XIIIe siècle sont incomplètes et isolées en comparaison avec les fonds documentaires que l’on possède pour les époques postérieures, mais elles suffisent pour confirmer le rôle essentiel de l’Italie méridionale et des ordres militaires dans le ravitaillement de la Terre sainte. Outre un simple envoi de vivres, ce ravitaillement impliqua aussi la participation aux échanges commerciaux et le maintien des hôpitaux de croisade dans les grandes villes portuaires du sud.

Notes

1 Cf. A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Paris, 1993 (éd. revue du livre publié en 1985), p. 106-113 ; M. Barber, The New Knighthood. A History of the Order of the Temple, Cambridge, 1994, p. 265-321. Pour la « dimension européenne » des Teutoniques, cf. K. Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer, Bonn, 1967 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 2).

2 Cette problématique est éclairée principalement par : 1) les documents du chartrier des Hospitaliers de Messine (qui incorporait après 1315 aussi les parchemins des Templiers), détruits à l’époque moderne mais copiés par l’historien Antonino Amico entre 1625 et 1629 : Biblioteca Comunale di Palermo, manuscrit n° Qq H 12 ; 2) les actes de l’ancien chartrier des Teutoniques des Pouilles (cf. H. Houben, « Zur Geschichte der Deutschordensballei Apulien. Abschriften und Regesten verlorener Urkunden aus Neapel in Graz und Wien », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 107/1-2 (1999), p. 50-110) ; 3) le chartrier des Teutoniques de Sicile qui forme actuellement le fonds Tabulario della Magione de l’Archivio di Stato di Palermo ; 4) les registres de la chancellerie angevine de Naples (Archivio di Stato di Napoli, Registri Angioini).

3 Cf. K. Toomaspoeg, « L’insediamento dei grandi ordini militari cavallereschi in Sicilia, 1145-1220 », dans La presenza dei cavalieri di San Giovanni in Sicilia. Convegno internazionale, (Palermo, Palazzo dei Normanni, 17 giugno 2000 - Messina, Palazzo Zanca, 18 giugno 2000), Rome, Fondazione Melitense « Donna Maria Marullo di Condojanni », 2001 (Collana di Studi, tomo I, anno I), p. 41-51, et Id, « Le patrimoine des grands ordres militaires en Sicile, 1145-1492 », dans Mélanges de l’École française de Rome, 113/1-(2001), p. 313-341.

4 L. T. White jr., Latin monasticism in Norman Sicily, Cambridge, 1938 (The Medieval academy of America, 31).

5 C’est-à-dire les comtés des Pouilles et de Sicile-Calabre et la principauté de Capoue, qui formèrent à partir de 1130 le royaume de Sicile.

6 G. Bresc-Bautier, « Les possessions des églises de Terre sainte en Italie du Sud (Pouille, Calabre, Sicile) », dans Roberto il Guiscardo e il suo tempo. Relazioni e comunicazioni nelle prime Giornate normanno-sveve (Bari, maggio 1973), Rome, 1975 (Fonti e studi del Corpus membranarum italicarum, 11), rééd. Bari, Centro di studi normanno-svevi, Università degli Studi di Bari, 1991, p. 13-39.

7 15 février 1113, Pie postulatio voluntatis..., BCP, Qq H 12, f° 306-307 ; Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de S. Jean de Jérusalem, 4 vol., J. Delaville le Roulx éd., Paris, 1894-1904, t. I, no 30, p. 29 ; Codex Italiae Diplomaticus quo non solum multifariae Investiturarum Literae, ab Augustissimis Romanorum Imperatoribus Italiae Principibus & Proceribus concessae atque traditae ; verum etiam alia insignia varii generis Diplomata, tarn edita quam multa anecdota, ipsos concernentia continentur, J.-C. Lünig éd., Francfort-sur-le-Main - Lepizig, 1725-1735, t. IV, col. 1451 ; Sacrorum Conciliorum nova et amplissima collectio, G. D. Mansi éd., Florence, 1759, t. XXI, p. 87 ; Patrologiae Cursus completus. Series latina, J.-P. Migne éd., Paris, 1844, t. 163, col. 314 ; Codice diplomatico del Sacro Militare Ordine Gerosolimitano oggi di Malta, raccolto da vari documenti di quell archivio, per servire alla Storia dello stesso Ordine. In soria e illustrato con una serie cronologica degran maestri, che lo governarono in quei tempi, con alcune Notizie Storiche, Genealogiche, Geografiche ed altre Osservazioni, S. Pauli éd., Lucques, 1733-1737, t. I, p. 268-269 ; J. Taaffe, The history of the Holy Military Sovereign Order of St. John of Jerusalem, Londres, 1852, t. IV, ap. no 5. Régeste dans P. Jaffé éd., Regesta Pontificum Romanorum ab condita Ecclesia ad annum post Christum natum MCXCVIII (2e éd. par S. Loewenfeld, F. Kaltenbrunner et P. Ewald), Leipzig, 1885, t. I, no 6341, p. 749 ; C. Marullo Di Condojanni, La Sicilia ed il Sovrano Ordine Militare di Malta, Messine, 1953, no 157, p. 128.

8 Latorem presencium, dans Papsturkunden für Tempter und Johanniter. Archivberichte und Texte, R. Hiestand éd., Göttingen, 1972 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Gottingen, Philologisch-historische Klasse, Dritte Folge, 77, Vorarbeiten zum Oriens Pontificius, 1), no 1, p. 203.

9 Possessiones et bona, dans Regesto Vaticano per la Calabria, F. Russo éd., Rome, 1974, t. I, no 259, p. 66.

10 Cf. H. Houben, « Templari e Teutonici nel Mezzogiomo normanno-svevo », dans Il Mezzogiorno normanno-svevo e le Crociate. Atti delle quattordicesime giornate normannosveve (Bari, 17-20 ottobre 2000), G. Musca éd., Bari, 2002, p. 251-288

11 Archivio di Stato di Palermo, Commenda della Magione, vol. 411. f° 107-108, 412, no I ; BCP, Qq H 12, f° 47, f° 311-312 ; A. Minutolo, Memorie del gran priorato di Messina, Messine, 1699, p. 7-8 ; R. Pirri, Sicilia Sacra disquisitionibis et notis illustrata. Editio tertia emendata, auctore Vito M. Amico, dans Thesaurus antiquitatum et historiarum nobilissimarum insularum Siciliae, Sardiniae, Palerme, 1733, p. 931 ; J. Delaville LE Roulx, op. cit., t. I, no 124, p. 103-104. Cf. C. R. Brühl, Diplomi e cancelleria di Ruggero II. Palerme, 1983, p. 139-141.

12 BCP, Qq H 12, f° 91 ; J. Delaville Le Roulx, op. cit., t. I, no 174, p. 136 ; L. T. White jr., op. cit., p. 370 ; E. Wiest, « Die Anfänge der Johaniter im Königreich Sizilien bis 1220 », dans Von Schwaben bis Jerusalem, S. Lorenz et U. Schmidt éd., Sigmaringen, 1995, p. 167-186, notamment p. 170.

13 Ainsi, le 1 août 1211, dans son camp devant Bari, Otton IV émit un privilège important en faveur des Hospitaliers de Sicile : E. Winkelmann éd., Acta imperii inedita saeculi XIII et XIV. Urkunden und Briefe zur Geschichte des Kaiserreichs und des Königreichs Sizilien, Innsbruck, 1880, I, no 63, p. 60-61 ; régeste dans J. F. Böhmer éd., Regesta Imperii, part V : Die Regesten des Kaiserreichs unter Philipp. Otto IV, Friedrich IL Heinrich (VII), Conrad IV, Heinrich Raspe, Wilhelm und Richard (1198-1272), 3 vol., Julius Ficker éd., Innsbruck, 1881-1901, t. I, no 447, p. 130.

14 Cf. K. Toomaspoeg, Les possessions de l’Ordre Teutonique en Sicile (1197-1492). Histoire d’un intermédiaire entre la Méditerranée et le monde germanique, thèse de Doctorat (3e cycle) sous la direction de Henri Bresc. Université Paris X-Nanterre, 1999 (actuellement sous presse : Les Teutoniques en Sicile, 1197-1492, Collection de l’École française de Rome).

15 ID., Les possessions, op. cit.

16 Ce sujet sera approfondi dans K. Toomaspoeg, Templari e Ospedalieri in Sicilia Medievale (Gran Priorato di Napoli e Sicilia del Sovrano Militare Ordine di Malta, Melitensia), Tarente, sous presse.

17 20 juin 1285, BCP, Qq H 12, f° 478 ; G. Pecorella,/Templari nei manoscritti di Antonino Amico, Palerme, 1921, p. 52.

18 Les Hospitaliers reçurent ce droit des mains de l’impératrice et reine Constance entre le 28 septembre et le 25 décembre 1197, Paris, Bibliothèque Nationale, Collection Moreau, 1201, f° 192b ; S. Pauli, op. cit., t. I, no 185, p. 228-229 ; E. Winkelmann, op. cit, I, no 71, p. 66 ; Delaville le Roulx, op. cit, t.I, no 1001, p. 632-633 et les Teutoniques bénéficièrent d’un privilège similaire d’Henri VI et de Constance qui n’est pas conservé : il est mentionné pour la première fois lorsque Frédéric II confirme, en 1219, les privilèges de l’ordre Teutonique en Sicile (A. Mongitore, Monumenta historica sacrae domus mansionis SS. Trinitatis militaris ordinis Theutonicorum urbis Panormi et magni ejus praeceptoris. Origo, privilegia, immunitates, praeceptores, commendatarii, ecclesiae suffraganae, proventus, aliaque memorabilia ejusdem sacrae domus recensentur et illustrantur. Auctore sacrae theologiae doctore D. Antonio Mongitore, Palerme, 1721, p. 23-24, cf. aussi D. Clementi éd., « Calendar of the Diplomas of the Hohenstaufen emperor Henry VI concerning the Kingdom of Sicily », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 35 (1955), no 141, p. 215-216, et R. Ries éd., « Regesten der Kaiserin Constanze, Konigin von Sizilien, Gemahlin Heinrichs VI », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 28 (1926), no 60, p. 56). En 1202, la Cour de Frédéric II précise que l’exemption des taxes sur le transport dont bénéficient les Teutoniques de Sicile concerne aussi les exportations vers l’Outremer : décembre 1202, A. Mongitore, op. cit., p. 18-19.

19 Octobre 1210, publié d’après l’original disparu dans J.-L.-A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1859-1861, t.I p. 177-178, régeste dans Bûhmer et Ficker, op. cit., t. I, no 636, p. 168-169.

20 Avril 1216, BCP, Qq H 12, f° 468 ; E. Winkelmann, op. cit., I, no442, p. 375-376, régeste dans Böhmer et Ficker, op. cit., t. II, no384, p. 694 ; G. Pecorella, op. cit., p. 51.

21 Cf. H. Houben, « Zur Geschichte », art. cit., p. 50-110.

22 Sur ce phénomène, cf. K. Toomaspoeg « Confratres, procuratores, negociarum gestores et factores eorum... Storia dei familiares dei Cavalier ! Teutonici in Sicilia (1197-1492) », Sacra Militia, 1 (2000), p. 149-163.

23 Cf. J. Koudelka, éd., « Pergamene del convento domenicano di Messina (1218-1397) », Archivum Fratrum Praedicatorum, 44 (1974), no 33, p. 86-88.

24 Cf. Collection des chroniques françaises, J.-A. Buchon éd., t. VI, Chronique de Ramon Muntaner, Paris, 1827, p. 119 ; A. Demurger, op. cit., p. 238.

25 Ibid., p. 238.

26 29 octobre 1268, J. Delaville le Roulx, op. cil., t. III, no 3321, p. 189-190, régeste dans Regesta Pontificum Romanorum inde ab A. post Christum natum MCXCVIII ad A. MCCCIV, A. Potthast éd., Berlin, 1874-1875., t. II, no 20489, p. 1647.

27 Prieur des Hospitaliers de Sicile (Messine) au moins à partir de 1268 (4 février 1268, BCP, Qq H 12, f° 127-129 ; C. Marullo di Condojanni, op. cit., no 58, p. 106-107) jusqu’en 1279, puis prieur des Hospitaliers des Pouilles (Barletta). Il fut délégué du pape auprès du roi Charles d’Anjou (1271, Naples, RA, 1271 A, f° 43 ; RCA, t. VII, p. 233 sq.) devenant son conseiller étroit et officier de son armée (cf. 16 décembre 1271, Naples, RA, 10, P 56 ; RCA, t. VI, p. 147).

28 Il s’agit des documents suivants : 18 juillet 1269, Naples, RA, 4, f° 148 et 21 juillet f° 145, RCA, t. I, no 402, p. 293 et no 410, p. 295 ; 20 février 1270, Naples, RA 5, f° 145, RCA, t III, no 474, p. 189 ; 16 mars 1270, Naples, RA, 5, f° 148, RCA, t III, no 489, p. 192 ; 1269-70, Naples, RA, 5, f° 208, RCA, t III, no 715, p. 239 ; 1269-70, Naples, RA, 4, f° 154t, RCA, t. III, Additiones no 3, p. 286-287 ; 18 mars 1271, Naples, RA, 10, f° 49, RCA, t. VI, no 706, p. 140 ; 18 mars 1271, Naples, RA, 4, f° 109t, RCA, t. II, no 473, p. 124 ; 23 mars 1271, Naples, RA, 2, f° 102t, RCA, t. VII, p. 62 ; 1271, Naples, RA, 1271 A, f° 96, RCA, t. VII, no 99, p. 199 ; 1271, Naples, RA, 9, f° 223 ou 228, RCA, t. VII, no 198, p. 45, 1271, Naples, RA ; 1271 A, f° 98, RCA, t. VII, no 107, p. 200 ; 1271-72, Naples, RA, 17, f° 49, RCA, t. VIII, no 564, p. 202 ; 1272-1273, Naples, RA, 15, f° 8, RCA, t. IX, no 47, p. 30 ; 22 janvier 1274, Naples, RA, 18, f° 93t, RCA, t. XI, no 145, p. 122 ; 1275, Naples, RA, 24, f° 57, RCA, t. XIII, n° 153, p. 34 ; 5 février 1277, Naples, RA, 26, f° 48, RCA, t. XV, no 147, p. 37 ; 1265-1281, Naples, RA, 4, f° 31t, RCA, t. II, no 206, p. 58 ; 1282-1283, Naples, RA, 1284A, f° 31, RCA, t. XXVI, no 97, p. 14.

29 1272-1273, Naples, RA, 15, f° 8 ; RCA, t. IX, no 47, p. 30.

30 20 février 1270, Naples, RA 5, f° 145 ; RCA, t. III, no 474, p. 189.

31 1282-1283, Naples, RA, 1284A, f° 31 ; RCA, t. XXVI, no 97, p. 14.

32 2 février 1271, Naples, RA., 10, f° 81 ; RCA, t. VI, p. 175.

33 Cf. H. Houben, « La presenza dell’Ordine Teutonico a Barletta (secc. XII-XV) », dans Barletta crocevia degli Ordini religioso-cavallereschi medioevali. Seminario di studio (Barletta 16 Giugno 1996), Tarente, 1997 (Gran Priorato di Napoli e Sicilia del Sovrano Militare Ordine di Malta, Melitensia, 2), p. 23-50.

34 1316, Naples, RA, 1316A, f° 159v, G. Yver, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècles, Paris, 1903 (BEFAR, 88), p. 118.

35 1274-1275, Naples, RA, 1274, C. Minieri-Riccio, Regno di Carlo I, 1275-1283, dans Archivio storico italiano, série III, 26 ; G. Yver, op. cit., p. 165.

36 Entre le 28 septembre et le 25 décembre 1197, l’impératrice et reine Constance autorisa les Hospitaliers à transporter sur leurs bateaux des pélerins sans payer des taxes : Paris, Bibliothèque Nationale, Collection Moreau, 1201, f° 192b, S. Pauli, op. cit., t.I, no 185, p. 228-229 ; E. Winkelmann, op. cit., I, no 71, p. 66, J. Delaville le Roulx, op. cit., t. I, no 1001, p. 632-633.

37 Sur la flotte des Templiers, cf. A. Demurger, op. cit., p. 216-219.

38 Romoaldi II archiepiscopi Salernitani Annales a. 893-1178, W. Arndt éd., Hanovre, 1866 (Monumenta Germaniae Historica. Scriptores, 19), no 18, p. 434.

39 18 avril 1273, Naples, RA, 3, P 132, BCP, Qq H 12, P 131, régeste dans C. Minieririccio, Il regno di Carlo I d’Angiò dal 2 gennaio 1273 al 7 gennaio 1285, Florence, 1875, t. I, p. 20 ; J. Delaville le Roulx, op. cit., t. III, no 3503, p. 289 ; C. Marullo di Condojanni, op. cit., no 59, p. 107.

40 K. Forstreuter, « Die preuβische Kriegsflotte im 16. Jahrhundert », dans Beiträge zur preuβischen Geschichte im 15. und 16. Jahrhundert, Göttingen, 1960, p. 73-64 (Studien zur Geschichte Preuβens, 7).

41 Archivio di Stato di Napoli, Fascicoli, busta MR (2), f° 154 ; RCA, t. IX, Additiones, no 22, p. 294-295.

42 29 janvier 1278, Naples, RA, 28, f° 59 ; RCA, t. XIX, no 144, p. 39.

43 2 septembre 1272, RA, 15, f° 109, régeste dans C. Minieri-riccio, Il regno di Carlo I di Angiò negli anni 1271 e 1272, Naples, 1875, p. 82 ; J. Delaville le Roulx, op. cit., t. III, no 3473. p. 276 ; 14 novembre 1272, Naples, RA, 15, f° 122b, régeste dans C. Minieri Riccio, Il regno di Carlo I di Angiò negli anni 1271 e 1272, Naples, 1875, p. 101, J. Delaville le Roulx, op. cit., t. III, no 3483, p. 279.

44 29 janvier 1278, Naples, RA, 28, f° 59 ; RCA, t. XIX, no 144, p. 39.

45 5 février 1277, Naples, RA, 26, f° 48 ; RCA, t. XV, no 147, p. 37.

46 5 juillet 1306, se trouve dans une transcription du 27 octobre 1601 à Vienne, dans Deutschordens Zentralarchiv, Ableilung Welschland, 125, f° 400-400v, copies du XVIIIe siècle dans Abteilung Welschland, 151/2, f° 84-85, 152/1, f° 75-76 ; cf. H. Houben, « Zur Geschichte », op. cit.

47 Juillet 1206, BCP, Qq H 12, f° 76-77.

48 Documenti del commercio veneziano nei secoli XI-XIII, R. Morozzo Della Rocca et A. LOMBARDO éd., Turin, 1940, no 324, cité dans A. Demurger, op. cit., p. 210.

49 Naples, RA, 2, f° 16, RCA, t.I, p. 119 ; Naples, RA, 2, f° 80-81, RCA, t. V, p. 199.

50 Naples, RA, 10, f° 103 ; RCA, t. VI, p. 218.

51 6 avril 1273, RA, 3, f° 54, régeste dans C. Minieri-Riccio, Il regno di Carlo I d’Angiò dal 2 gennaio 1273 al 7 gennaio 1285, Florence, 1875, I, p. 14 ; J. Delaville le Roulx, op. cit., t. III, no 3498, p. 287.

52 Juillet 1304, régeste dans A. Potthast, op. cit., no 25444, p. 2037 ; Regesta pontificum romanorum. Erga Templarios (1139-1313), G. Lamattina éd., Rome, 1984, no 853, p. 191 (manuscrit consultable dans la Biblioteca Apostolica Vaticana).

53 8 aprile 1317, BCP, Qq H 12, f° 158-159, régeste dans C. Marullo di Condojanni, op. cit., no 77, p. 111.

54 Cf. Palerme, Magione, parchemins no 72, 74, 79, 80, 81, 84, 92 et 156. Cf. aussi A. Mongitore, op. cit.

55 Cf Toomaspoeg, Les Teutoniques en Sicile, op. cit.

56 Cf. 1376, BCP, Qq H 12, f° 185, régeste dans C. Maruixo di Condojanni, op. cit., no 93, p. 115 ; 6 novembre 1440, BCP, Qq H 12, f° 241-242, régeste dans ibid., no 123, p. 121 ; 30 décembre 1440, BCP, Qq H 12, f° 242v-243 ; 6 novembre 1460, BCP, Qq H 12, P 260-262, régeste dans ibid, no 136, p. 124 ; 25 août 1470, BCP, Qq H 12, f° 271-272, régeste dans ibid., no 142, p. 126 ; 16 janvier 1497, BCP, Qq H 12, f° 281, régeste dans ibid., no 150, p. 127.

57 30 mai 1457, Archivio di Stato di Palermo, Protonotaro del Regno, 49, f° 251v-253.

58 Leurs noms se trouvent dans Palerme, Magione, parchemins no 209 (28 mai 1290), 211 (2 juillet 1290) et 215 (15 août 1290).

59 S. Runciman, A History of the Crusades, Cambridge, 1950-1954, t. II, p. 1036.

60 Le 17 février 1295 (Palerme, Magione, 272) seul un des Teutoniques siciliens de 1290, Heinrich de Metz, était encore présent à Palerme.

61 Bolanden est parti pour Acre en avril 1291 (Palerme, Magione, 229) et y est mort le 18 mai de la même année. Cf. K. Forstreuter, op. cit., p. 119.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540