Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Modèles de colonisation vénitienne : acquisition et gestion du territoire urbain en Méditerranée orientale (XIe-XIIIe siècles)

Federica Masè

Texte intégral

  • 1 Sur le quartier vénitien de Constantinople, voir en particulier H. F. Brown, « The Venitians and t (...)

1Dès la fin du XIe siècle, la Commune de Venise a reçu de l’empereur byzantin des concessions territoriales dans la ville de Constantinople, qui accompagnent les privilèges commerciaux. Très rapidement, la Commune a fait don de l’essentiel du quartier obtenu à des ecclésiastiques vénitiens – le patriarche de Grado et les monastères de San Giorgio Maggiore et de San Nicolò di Lido – en leur déléguant la gestion du territoire et notamment son urbanisation au bénéfice des Vénitiens et de leurs activités commerciales1.

  • 2 Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASV), Mensa Patriarcale, b. 9, Beni à Costantinopoli, C 2 (...)
  • 3 ASV, Cancelleria secreta, Liber Albus, Marsilii Georgii, Venetorum in Syria Baiuli, Memoriale poss (...)

2Le cœur du dossier d’archives concernant le patrimoine du patriarche de Grado à Constantinople est constitué par un catastico ou inventaire des revenus qu’il perçoit au milieu du XIIIe siècle2. Un document en tout point semblable et de la même époque (1244) est le memoriale possessionum rédigé par Marsilio Zorzi, le baile vénitien en Syrie. S’il s’agit toujours de revenus immobiliers perçus par des Vénitiens en Méditerranée orientale, cette fois ci le propriétaire et bénéficiaire est la Commune de Venise à Saint-Jean d’Acre dans le Royaume latin de Jérusalem3.

3On s’aperçoit ainsi que la Commune de Venise a adopté une stratégie très différente à Constantinople et à Acre. D’un côté, délégation des responsabilités aux établissements ecclésiastiques métropolitains, de l’autre, exploitation directe du quartier acquis. Pour déterminer les raisons de cette double démarche, notre intervention propose une comparaison entre ces deux exemples de colonisation vénitienne qui saisit des points communs, mais surtout des points divergents.

4Les deux quartiers présentent plusieurs points communs.

  • 4 Après une première étude réalisée par J. Prawer, art. cit., D. Jacoby a précisé les contours et l’ (...)
  • 5 D. Jacoby, « Les communes italiennes et les ordres militaires à Acre : aspects juridiques, territo (...)
  • 6 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 229-231.

5Dans les deux cas, Venise obtient la concession d’un quartier urbain bien placé, près de la mer, d’un seul tenant et délimité de manière très précise4. Par exemple, à Acre, la différence est criante par rapport aux établissements des ordres militaires qui n’ont pas fait l’objet d’une concession de la part du pouvoir en place. Par conséquent, ces ordres ont constitué leur patrimoine grâce aux donations et pâtissent d’une certaine dispersion. Leur œuvre de gestion se concentrera sur l’objectif de réunir leurs biens, notamment par le biais d’échanges. Sans compter qu’ils n’ont pas les privilèges juridictionnels octroyés à Venise. Leur seul avantage est qu’ils peuvent plus facilement étendre leur zone d’influence, puisqu’elle n’est pas officiellement délimitée5. La Commune a essayé d’étendre son quartier par la location et l’achat. Il faut considérer également que des Vénitiens résidaient et étaient propriétaires en dehors des fortifications6.

  • 7 C. A. Maltézou, « Les Italiens... », art. cit., p. 180 et F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moy (...)

6À Constantinople, où les limites n’étaient pas tracées par des murs, mais existaient, la population vénitienne avait aussi essaimé dans toute la ville, au grand dam des chroniqueurs byzantins. Par ailleurs, des Grecs ou autres étrangers s’étaient installés dans le quartier vénitien qui ne leur était pas fermé, pas plus qu’à Acre7.

7Dans les deux cas, les quartiers présentaient tous les équipements nécessaires à la vie de la communauté, qu’ils soient gérés par les ecclésiastiques ou par le pouvoir civil.

  • 8 Par ses privileges, le Pactum Warmundi de 1123 jette les bases de la réalisation d’un habitat perm (...)

8À Acre, ces éléments d’utilité commune étaient concentrés dans la partie sud du quartier à côté du palais du baile et de l’église de San Marco : fondaco, loggia, citerne, four, moulin, bain, poids et mesures8.

  • 9 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, C 23, 1220, juin, Constantinople, le podestat Giacomo Tiepolo, futur (...)
  • 10 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, C 1, 1107, septembre, Rialto, copie de 1212, février, Rialto, édité (...)
  • 11 S. Borsari, op. cit., p. 54-55 et n. 115 et E. Concina I Fondaci. Architettura, arte e mercatura t (...)

9À Constantinople, le fondaco, géré par la Commune était néanmoins bâti sur un terrain qui lui était concédé à cens par le patriarche de Grado9. Les scalae ou appontements concédées aux ecclésiastiques étaient un élément essentiel et privilégié pour le déroulement des activités commerciales. L’église « patriarcale » et paroissiale de Sant’Akindano possédait également un four ou moulin et les poids et mesures obligatoires pour tous les Vénitiens10. Dans d’autres colonies vénitiennes en Romanie, des monastères ou des églises étaient les dépositaires des poids et mesures, car ils étaient le cœur des quartiers vénitiens, mais ils garantissaient également symboliquement un commerce honnête11.

  • 12 E. Concina analyse le quartier d’Acre par rapport à ses modèles dans ID., I Fondaci..., op. cit., (...)
  • 13 S. Borsari, op. cit., p. 22-25 et 124.

10Ainsi les deux quartiers prennent comme modèle celui d’un confinium vénitien, serré autour de l’église et de la place, avec tous les équipements communs. De plus, la contiguïté et le lien fort de dépendance entre l’église de San Marco et le palais du baile à Acre reproduisent le modèle métropolitain de la basilique de San Marco avec le palais ducal. Ennio Concina propose même de voir les nouvelles implantations vénitiennes en Terre Sainte comme une reproduction du modèle de référence, le plus ancien exemple de quartier de Vénitiens d’outremer, celui de Constantinople12. D’ailleurs les échanges et les mouvements de Vénitiens d’une colonie à l’autre sont importants. Un exemple célèbre est celui des Vénitiens de Constantinople sauvés de la violence byzantine de 1171 par le navire de Romano Mairano qui les conduisit à Acre13.

  • 14 J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 633-634, 637-642 et D. Jacoby, « L’expansion... », ar (...)
  • 15 C. A. Maltézou, « Les Italiens... », art. cit., p. 190.

11Dans les deux cas, encore une fois, est attesté l’enracinement progressif des marchands vénitiens. Dans un premier temps, ils font des brefs séjours rythmés par le calendrier des convois maritimes, puis progressivement, mais assez rapidement (par exemple à Acre dans le deuxième quart du XIIe siècle14), ils se sédentarisent et s’établissent parfois pour plusieurs générations jusqu’aux événements respectivement de 1261 (traité du Nymphée) et de 1291 (chute d’Acre). L’intégration des Vénitiens résidents à Constantinople les amène jusqu’à se rallier à la cause byzantine contre leurs compatriotes vénitiens à l’occasion de la conquête de la ville par les Latins en 120415.

12Après 1261 et 1291, même si la présence vénitienne respectivement à Constantinople et à Acre n’est pas complètement anéantie, il n’existe plus de quartier vénitien avec la relative autonomie qu’il avait connu.

  • 16 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 249 ; E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. (...)

13À Acre, la victoire mamelouke contraint la plupart des résidents vénitiens au départ vers la métropole ou vers d’autres possessions vénitiennes en Méditerranée orientale, Chypre notamment. Toutefois, les marchands italiens continuent de fréquenter le marché acritain, mais les musulmans se sont installés en dehors de la ville croisée qu’ils laissent tomber en ruines16.

  • 17 F. Thiriet, La Romanie..., op. cit., p. 104 et 141-155 et R. Janin, Constantinople byzantine, Pari (...)
  • 18 Cf. I trattati con Bisanzio 1265-1285, M. Pozza et G. Ravegnani éd., Venise, 1996, p. 26-47 et 79- (...)

14À Constantinople, le quartier a été dévasté par les flammes au moment de la reconquête byzantine et la majorité des habitants l’ont quitté17. En 1277, l’empereur redonna aux Vénitiens une portion limitée de leur quartier avec les bâtiments destinés aux autorités et aux marchands de passage, avec seulement deux églises, Santa Maria et San Marco18.

15Face aux quelques points communs, trois caractéristiques distinguent les deux implantations : la différence de nature des concessions, la différence de la situation politique et les différences du site urbain.

  • 19 S. Borsari, op. cit., p. 3-13, 21, 26-29.
  • 20 A.S.V., Mensa Patriarcale, b. 9, C 3, 1206, février, Constantinople, copie 1208, avril, Constantin (...)
  • 21 S. Borsari fait le point sur les biens gardés par la Commune de Venise au XIIe siècle, mais la con (...)

16Déjà la nature des concessions est différente. À Constantinople, les Vénitiens sont soumis à l’empereur byzantin, la concession qu’ils obtiennent n’est que foncière. Elle est le corollaire des exorbitants privilèges commerciaux concédés aux Vénitiens en échange de leur aide militaire19. Évidemment, en 1204, les Vénitiens sont en position de force dans le nouvel empire latin. Néanmoins, la Commune persiste dans sa délégation aux ecclésiastiques, notamment par une deuxième concession de biens au patriarche de Grado en 1206, un siècle exact après la première (1107)20. Marino Zeno, le nouveau podestat des Vénitiens à Constantinople s’en charge au nom du doge Pietro Ziani. Le patriarche reçoit des espaces incultes situés en dehors de l’enceinte et appartenant à la Commune de Venise ainsi que les scalae (appontements) avec leurs revenus, mais également des propriétés « terrarum et casarum » à l’intérieur des murs encore détenues par la Commune21. Donc, on peut considérer que la nature de la concession n’est qu’un des éléments déterminant le choix de la délégation fait à Constantinople.

  • 22 J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 632-34.
  • 23 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 233 et Id., « Les Communes... », art. cit., p. 197-19 (...)

17À Acre, l’ampleur de la concession du roi latin est bien différente : le quartier vénitien peut être défini par Joshua Prawer comme « un État dans l’État »22. La Commune y exerce des droits régaliens, notamment en matière de justice ou d’urbanisme, définis par le pacte de 1123. La juridiction de Venise s’exerce sur tous les biens dans son quartier, ainsi que sur les personnes qu’elles soient des citoyens et sujets de Venise ou des étrangers installés dans le quartier vénitien avec quelques restrictions et à l’exception de la justice criminelle. La Commune possède également toute latitude dans le domaine urbanistique. Possibilité dont elle a amplement profité et dont restent de nombreuses traces. Si en matière de fortifications elle était néanmoins astreinte à demander l’autorisation royale, elle a pu s’en passer profitant des moments de faiblesse du pouvoir royal23.

  • 24 Sur la ville des croisés en général cf. D. Jacoby, « Crusader Acre... », art. cit., d’ailleurs, D.(...)

18D’ailleurs, la situation politique instable d’Acre, conquête latine récente, port, puis capitale du nouveau et éphémère Royaume Latin de Jérusalem sous la menace permanente des musulmans, ainsi que les conflits entre les communes italiennes qui ont reçu un quartier (Venise, Pise et Gênes) expliquent la connotation militaire d’Acre, ville fortifiée, découpée en quartiers, dont certains comme celui des Vénitiens ceints de murailles à partir du milieu du XIIIe siècle. Le cloisonnement de l’espace et l’omniprésence de fortifications ressortent clairement des plans de la ville de la fin du XIIIe siècle24.

  • 25 E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 131-133. Sur l’expansion du quartier voir (...)

19Ennio Concina relève une véritable évolution entre XIIe et XIIIe siècle dont la guerre de Saint-Sabas en 1256-58 constitue un tournant. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle le quartier vénitien est un quartier marchand, à partir de la victoire sur les Génois il devient un espace agrandi et fortifié25.

  • 26 Cf. entre autres mentions dans le memoriale dans G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, (...)
  • 27 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 237.

20Face au danger extérieur et intérieur, la Commune se devait de garder la responsabilité politique et militaire pour la défense de son implantation, dont la fonction principale demeurait néanmoins commerciale. La Commune est au service des marchands, la nature et l’usage des biens lui appartenant décrits par Marsilio Zorzi l’atteste clairement. Logements, boutiques et étals sont loués à l’année aux marchands vénitiens résidents à Acre ou au mois à ceux de passage qui arrivaient au rythme des caravane, c’est-à-dire des convois en provenance de Venise26. Vingt ans avant la chute de Saint-Jean-d’Acre, les administrateurs de la colonie vénitienne sont même chargés de contraindre les habitants vénitiens les plus riches, voire les autres, à résider dans le quartier. Dix ans après, les Vénitiens de passage sont contraints de profiter des espaces offerts en location par la Commune. Tant que certains sont libres, interdiction leur est faite de s’installer en dehors du quartier. Ces mesures visent principalement deux objectifs : renforcer le contrôle sur le commerce et sur les Vénitiens, ainsi que garantir la pleine occupation des immeubles propriété de Venise. La conséquence étant dans les deux cas l’assurance de revenus plus importants pour la Commune27.

21La situation politique et militaire différente entre Empire Byzantin et Royaume Latin de Jérusalem explique déjà que la Commune de Venise ait choisi de déléguer à des ecclésiastiques vénitiens la gestion du quartier constantinopolitain alors qu’elle garde celle du quartier d’Acre. Cependant, une troisième raison a eu à notre avis tout son poids : c’est la différence entre les deux sites urbains et l’action à envisager de la part des nouveaux gestionnaires.

22Dans les deux cas l’activité de construction a été fébrile, mais visant des fins différentes. À Constantinople, les ecclésiastiques vénitiens ont dû procéder à l’urbanisation de terrains vagues par l’édification de maisons et commerces, c’est notamment le cas du patriarche de Grado dans la zone portuaire en dehors de l’enceinte. À Acre, les activités de construction vénitienne se sont concentrées sur les équipements communs : fondaco, fortifications... Le tissu urbain arabe préexistant a été récupéré voire réaménagé.

  • 28 P. Magdalino, Constantinople médiévale. Etudes sur l’évolution des structures urbaines, Paris, 199 (...)

23Nous avons pu constater que la nouvelle concession de 1206 au patriarche de Grado concerne encore en bonne partie des terrains vagues. Si dans le rôle de bâtisseurs les ecclésiastiques vénitiens excellaient dans leur mère patrie, ce recours massif à leurs capacités peut également trouver son origine dans la situation propre de Constantinople. Paul Magdalino a constaté que le quartier concédé aux Vénitiens par l’empereur appartenait essentiellement à des ecclésiastiques byzantins. De plus, le chroniqueur Michel Attaleiatès, dans la seconde moitié du XIe siècle, évoque une ville ceinturée depuis longtemps par des échelles commerciales propriétés de grandes fondations religieuses28. Par conséquent, cette zone demeure entre les mains des ecclésiastiques qu’ils soient byzantins ou vénitiens.

  • 29 Très bonne vue d’ensemble par É. Hubert, « Propriété ecclésiastique et croissance urbaine (à propo (...)
  • 30 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9.

24La nécessité d’urbaniser les espaces non bâtis explique le recours des ecclésiastiques au système des concessions de longue durée, sorte de baux emphytéotiques. Pratique qu’ils utilisent très largement à Venise et ailleurs en Italie29. Toutefois le caractère spécifiquement commercial du quartier explique que, loin d’être simplement un moyen peu coûteux pour urbaniser les fonds en vue d’une rentabilisation future, ces baux constituent d’emblée un placement lucratif, que ce soit pour les bailleurs de fonds ou pour les preneurs à bail. D’ailleurs ces derniers sont cordialement invités à louer les bâtiments qu’ils auront construits sur le fonds du propriétaire. C’est un investissement et pas seulement un besoin. La preuve est donnée par les paiements toujours fixés en argent (à deux exceptions près) au lieu d’être en nature comme c’est habituellement le cas en Italie. Il ne s’agit pas de cens purement recognitifs, mais de véritables rentes30.

  • 31 Ibid., C 12, 1206, septembre, Constantinople ; C 13, 1206, octobre, Constantinople ; C 14, 1206. o (...)

25Si la construction des maisons est déléguée aux preneurs à bail, il ne s’agit cependant pas d’une réalisation anarchique. Le bailleur de fonds encadre l’œuvre d’urbanisation découpant des lots réguliers de terrain à bâtir contigus qui sont tous concédés au même moment avec le même cens, voire avec les mêmes fonctions professionnelles (par exemple le droit de tenir des tabulas ad cambium31). Les unités urbaines ainsi constituées semblent se retrouver dans le classement qui structure le catastico des biens du patriarche partagé en petits ensembles de logements.

  • 32 Pour les églises vénitiennes à Constantinople en général, cf. S. Borsari, op. cit., surtout p. 31- (...)
  • 33 S. Borsari, « Il crisobullo di Alessio I per Venezia », Annali dell’Istituto italiano per gli stud (...)

26À Constantinople, les Vénitiens ne se limitent pas à l’expansion du tissu urbain, mais ils bâtissent également trois églises à l’intérieur de l’enceinte qui sont le cœur des noyaux de peuplement du quartier. Chacune des trois dépend d’un des monastères propriétaires : San Marco de San Giorgio Maggiore, San Nicola de San Nicolò di Lido et Santa Maria nous semble liée à San Felice d’Ammiana32. Une quatrième église, Sant’Akindano est la plus ancienne et vraisemblablement la seule préexistante à l’installation des Vénitiens. Elle leur était concédée avant même le chrysobulle de 1082. En 1107, le doge à son tour la donne au patriarche de Grado. Elle est la seule paroisse vénitienne puisqu’elle appartient au patriarche. D’ailleurs l’autorité du patriarche s’étend sur toutes les églises vénitiennes de Constantinople et elle ne sera pas remise en question même après 1204 et la nomination d’un patriarche latin de Constantinople33.

  • 34 E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 129-131 et D. Jacoby, « L’expansion... », (...)

27Ainsi dans cette ville n’a pas été crée le binôme exclusif – San Marco d’outremer/San Marco de Venise – présent dans la communauté vénitienne d’Acre ou de Tyre. Dans ces implantations, une église dédiée à San Marco est l’église principale de la communauté, la seule paroisse, et elle dépend de la chapelle ducale marcienne à Venise34.

  • 35 D. Jacoby, « Crusader Acre... », art. cit., p. 36 et E. Concina, « Il quartiere veneziano... », ar (...)
  • 36 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 395. Commentaire sur les équipements et les fo (...)

28À Acre, c’est la Commune qui se charge de la réalisation d’importants travaux urbains. Déjà en 1259, un acte atteste la construction toute récente d’une nouvelle enceinte et de nouvelles portes qui encerclent un quartier vénitien élargi depuis la guerre de Saint Sabas. En 1286, la décision d’envoyer à Acre un chargement de matériaux de construction (pierre taillées, modillons, poix) est prise par le Sénat à Venise. Ce chargement est destiné à la réparation du fondaco et d’autres immeubles propriété de la Commune. Par la suite, pour financer les travaux concernant les murs des emprunts sont autorisés. Jusqu’au dernier moment, la Commune investit dans la construction civile et militaire. Son intérêt se concentre sur les équipements communs35. Le memoriale de Marsilio Zorzi répertorie parmi ses possessions le palais du baile, la loggia, le grand palais du fondaco, la citerne d’eau, la tour au bord de la mer. Tous ses immeubles comprenaient des logements et/ou boutiques destinés à la location. Dans le fondaco, deux pièces étaient même destinées à entreposer des matériaux de construction (bois, chaux et pierres)36.

  • 37 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 396. Cet exemple, entre autres, amène les hist (...)
  • 38 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2,13, p. 394.

29Le tissu urbain apparaît peu dans les sources. Apparemment, la même nécessité d’urbanisation flagrante à Constantinople n’était pas présente. L’espace concédé semble déjà bâti. Notamment, le réaménagement d’une mosquée en immeuble résidentiel atteste le choix d’une réhabilitation plutôt que de la construction de nouveaux bâtiments. La Machomaria est évoquée avec sa nouvelle fonction dans le memoriale de Marsilio Zorzi37. De même, dans cet inventaire toutes les propriétés de la Commune sont données en location, une seule maison (située dans le fondaco) paye un cens et depuis longtemps, précise le document38. Par conséquent, la concession de longue durée ne semble pas pratiquée. Tout est déjà bâti et loué pour des très courtes périodes, à l’année voire au mois.

  • 39 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 228-231.

30D’ailleurs, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, donc après la rédaction de l’inventaire et la guerre de Saint-Sabas, la Commune a entrepris une politique expansionniste du quartier en dehors de ses fortifications. Elle a commencé par prendre des biens de l’évêque en concession perpétuelle contre un cens annuel et des biens d’autres seigneurs en location. Puis elle a poursuivi par l’achat de maisons39.

31Les quartiers des Vénitiens de Constantinople et d’Acre ont donc beaucoup d’éléments en commun. Celui de Constantinople a peut-être été le modèle de celui d’Acre, encore que le modèle de référence commun est toujours la ville d’origine, Venise. Toutefois, nous avons pu vérifier que si la chronologie de ces implantations est proche, le contexte politique et militaire est assez différent, mais surtout la situation précise du site urbain et les nécessités, notamment en matière d’urbanisation, qu’il impose, ne sont pas vraiment les mêmes.

32L’importance de ces divergences explique la diversité de stratégie adoptée par la Commune pour l’organisation et la gestion des quartiers de ses ressortissants, directe à Acre ou déléguée aux ecclésiastiques à Constantinople.

Notes

1 Sur le quartier vénitien de Constantinople, voir en particulier H. F. Brown, « The Venitians and the Venitian Quarter in Constantinople to the close of the Twelfth Century », Journal of Hellenic Studies, 40 (1920), p. 68-88 ; S. Borsari, Venezia e Bisanzio nel XII secolo, i rapporti economici, Venise, 1988 ; C. A. Maltézou, « Il quartiere veneziano di Costantinopoli (scali marittimi) » Thesaurismata, 15 (1978), p. 30-61 et Ead., « Les Italiens propriétaires terrarum et casarum à Byzance », Byzantinische Forschungen, 22 (1996), p. 177-191 ; Constantinople 1054-1261, M. Balard et A. Ducellier éd., Paris, 1996.

2 Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASV), Mensa Patriarcale, b. 9, Beni à Costantinopoli, C 2, édité par F. Corner, Ecclesiae Venetae antiquis monumentis nunc etiam primum editis illustratae ac in decades distributae, Venise, 1749, vol. III, decas quarta, Ecclesia parochialis Sancti Silvestri papae ; et repris ensuite par G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, Urkunden zur Alteren Handels und Staatsgeschichte der Republik Venedig, Wien. 1856. Voir également la datation récente de ce document en 1240-1241 par D. Jacoby, « Venetian Settlers in Latin Constantinople (1204-1261) Rich or Poor ? », Ricchi e poveri nella società dell’oriente grecolatino, C. Maltézou éd., Venise, 1998, p. 181-204. Nous préparons une etude consacrée au rôle du patrimoine constantinopolitain du patriarche de Grado dans le développement du quartier des Vénitiens.

3 ASV, Cancelleria secreta, Liber Albus, Marsilii Georgii, Venetorum in Syria Baiuli, Memoriale possessionum, fol. 192-198, édité par G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 389-398. Document bien connu qui a été commenté dans plusieurs études notamment J. Prawer, « I veneziani e le colonie veneziane nel regno latino di Gerusalemme », Venezia e il Levante fino al secolo XV, Atti del I Congresso Internazionale di storia della civiltà veneziana, Venise, 1968, Florence, 1973, p. 625-656 et D. Jacoby, « L’expansion occidentale dans le Levant : les Vénitiens à Acre dans la seconde moitié du treizième siècle », The Journal of Medieval History, 3 (1977), p. 225-264.

4 Après une première étude réalisée par J. Prawer, art. cit., D. Jacoby a précisé les contours et l’organisation du quartier des Vénitiens d’Acre dans ID., « Crusader Acre in the Thirteenth Century : Urban Layout and Topography », Studi Medievali, 3a serie, XX, Spolète, 1979, p. 1-45, voir en particulier p. 30-36. La définition des limites du quartier des Vénitiens de Constantinople demeure plus complexe et hypothétique, voir en particulier FL F. Brown, « The Venitians... », art. cit., C. A. Maltézou, « Il quartiere... », art. cit. et surtout D. Jacoby, « The Venetian Quarter of Constantinople from 1082 to 1261 : Topographical considerations », Novum Millennium. Studies on Byzantine History and Culture dedicated to Paul Speck, C. Sode et S. Takacs éd., Ashgate, 2001, p. 153-170.

5 D. Jacoby, « Les communes italiennes et les ordres militaires à Acre : aspects juridiques, territoriaux et militaires (1104-1187, 1191-1291) », Etat et colonisation au Moyen Age, M. Balard éd, Lyon, 1989, p. 193-213, voir en particulier p. 193-200.

6 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 229-231.

7 C. A. Maltézou, « Les Italiens... », art. cit., p. 180 et F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris, 1959, p. 45.

8 Par ses privileges, le Pactum Warmundi de 1123 jette les bases de la réalisation d’un habitat permanent. Les équipements sont presque tous attestés par Marsilio Zorzi, cf. G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 390-394. Voir également le commentaire de E. Concina, « Il quartiere veneziano di S. Giovanni d’Acri 1110-1-291) ( », L Italia ed I paesi mediterranei, Atti del Convegno, Pisa, 1987, Pisa 1988, p. 129-133. Concernant les poids et mesures, cf. D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 234.

9 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, C 23, 1220, juin, Constantinople, le podestat Giacomo Tiepolo, futur doge, s’engage à payer 20 hyperpères par an au patriarche pour les propriétés lui appartenant qui servent pour le fondaco et ibid., C 2, XIIIe siècle, catastico, la Commune de Venise figure parmi les censitaires de la zone « apud Sanctum Johannem de Cornibus » pour la meme somme.

10 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, C 1, 1107, septembre, Rialto, copie de 1212, février, Rialto, édité dans F. Corner, op. cit., p. 66-71 : concession ducale au patriarche de Grado de l’église de Sant’Akindano avec toutes ses propriétés, revenus et privilèges, et notamment les seuls poids et mesures valables pour les Vénitiens.

11 S. Borsari, op. cit., p. 54-55 et n. 115 et E. Concina I Fondaci. Architettura, arte e mercatura tra Levante. Venezia e Alemagna, Venise, 1997, p. 70.

12 E. Concina analyse le quartier d’Acre par rapport à ses modèles dans ID., I Fondaci..., op. cit., p. 80-82.

13 S. Borsari, op. cit., p. 22-25 et 124.

14 J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 633-634, 637-642 et D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 227.

15 C. A. Maltézou, « Les Italiens... », art. cit., p. 190.

16 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 249 ; E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 127-128 et ID., Fondaci..., op. cit., p. 87.

17 F. Thiriet, La Romanie..., op. cit., p. 104 et 141-155 et R. Janin, Constantinople byzantine, Paris, 1964, p. 247-248. D’ailleurs le dernier document du dossier du patriarcat de Grado conservé aux Archives date de 1255, cf. ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, Beni à Costantinopoli, C 36, 1255, 7 juin, Constantinople. Un autre document à peine plus récent, et le dernier à notre connaissance concernant les biens du patriarche à Constantinople est conservé dans les archives notariales : ASV, Cancelleria Inferiore Notai, b. 8, Beltramus canonicus Sancti Marci, 1256, 1er septembre, Constantinople.

18 Cf. I trattati con Bisanzio 1265-1285, M. Pozza et G. Ravegnani éd., Venise, 1996, p. 26-47 et 79-110. E. Concina évoque la tentative échouée d’y reproduire le modèle acritain d’un espace marchand fortifié, cf. Id., Fondaci..., op. cit., p. 82-83. D’ailleurs, D. Jacoby précise que certains Vénitiens d’Acre se sont réfugiés dans le quartier vénitien de Constantinople après 1291, cf. Id., « L’expansion... », art. cit., p. 249.

19 S. Borsari, op. cit., p. 3-13, 21, 26-29.

20 A.S.V., Mensa Patriarcale, b. 9, C 3, 1206, février, Constantinople, copie 1208, avril, Constantinople, édité dans F. Corner, op. cit., p. 86-88.

21 S. Borsari fait le point sur les biens gardés par la Commune de Venise au XIIe siècle, mais la conquête de Constantinople et la nouvelle concession du podestat au patriarche de Grado modifient la situation. Pour une bonne definition des limites et propriétés du quartier vénitien cf. D. Jacoby, « The Venitian Quarter... », art. cit., surtout p. 160-162.

22 J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 632-34.

23 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 233 et Id., « Les Communes... », art. cit., p. 197-198.

24 Sur la ville des croisés en général cf. D. Jacoby, « Crusader Acre... », art. cit., d’ailleurs, D. Jacoby note que la fragmentation de l’espace urbain d’Acre est aussi un héritage de la ville arabe avant les Croisades, car le découpage en quartiers était une caractéristique des villes musulmanes en Orient p. 43-45 ; en particulier sur les murailles vénitiennes cf. ibid., p. 34-36 et E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 132-133.

25 E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 131-133. Sur l’expansion du quartier voir aussi D. Jacoby, « Crusader Acre... », art. cit., p. 7, 33-39 et surtout ID., « L’expansion... », art. cit., p. 227-231.

26 Cf. entre autres mentions dans le memoriale dans G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 393 : Omnes predicte domus incantantur cum caravana Venecia in Accon tantum vel plus.

27 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 237.

28 P. Magdalino, Constantinople médiévale. Etudes sur l’évolution des structures urbaines, Paris, 1996, p. 78-90.

29 Très bonne vue d’ensemble par É. Hubert, « Propriété ecclésiastique et croissance urbaine (à propos de l’Italie centro-septentrionale, XIIe-début du XIVe siècle) », dans Gli spazi economici della Chiesa nell’Occidente mediterraneo (secoli XII-metà XIV), Atti del sedicesimo Convegno Internazionale di studi tenuto a Pistoia, Rastignano, 1999, p. 125-155.

30 ASV, Mensa Patriarcale, b. 9.

31 Ibid., C 12, 1206, septembre, Constantinople ; C 13, 1206, octobre, Constantinople ; C 14, 1206. octobre, Constantinople.

32 Pour les églises vénitiennes à Constantinople en général, cf. S. Borsari, op. cit., surtout p. 31-39 et R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin. III Églises et monastères de Constantinople, Paris, 1969, p. 583-585. Quant à celle de Santa Maria, elle est liée à San Felice d’Ammiana dans un document édité par R. Morozzo della Rocca et A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano dei secoli XI-XIII, vol. II, Rome-Turin, 1940, n. 481, p. 21 et de plus dans une lettre d’innocent III dans ASV, Mensa Patriarcale, b. 3, 1200, 13 mai, Roma, Laterano, le pape mentionne les chapelles des monastères de San Giorgio et San Nicola, bien connues, mais aussi celle de San Felice.

33 S. Borsari, « Il crisobullo di Alessio I per Venezia », Annali dell’Istituto italiano per gli studi storici, II, 1969-1970, p. 126 et 129. L’acte de donation au patriarche : ASV, Mensa Patriarcale, b. 9, C 1, 1107, septembre, Rialto, copie 1212, février, Rialto, édité dans F. Corner, op. cit, p. 66-71. À propos de l’autorité du patriarche de Grado sur les églises cf. F. Thiriet, La Romanie..., op. cit., p. 81 et S. Borsari, op. cit., p. 31-39.

34 E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 129-131 et D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 228-229.

35 D. Jacoby, « Crusader Acre... », art. cit., p. 36 et E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 132-133.

36 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 395. Commentaire sur les équipements et les fonctions du quartier dans J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 642-651 et E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 129-133.

37 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2, 13, p. 396. Cet exemple, entre autres, amène les historiens à réflechir sur la délicate question de l’incidence des implantations byzantines et musulmanes préexistantes sur la configuration du quartier vénitien et d’Acre en général, notamment E. Concina, « Il quartiere veneziano... », art. cit., p. 129-130 ; ID., Fondaci..., op. cit., p. 81 ; D. Jacoby,, « Crusader Acre... », art. cit., p. 31, 43-45 ; J. Prawer, « I veneziani... », art. cit., p. 650-651.

38 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, op. cit., 2,13, p. 394.

39 D. Jacoby, « L’expansion... », art. cit., p. 228-231.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.