Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les expressions de puissance d’agir chez Spinoza

 | 
Chantal Jaquet

Deuxième partie. La positivité du faux

Introduction

Texte intégral

  • 1 Éthique IV, I.

1Si l’entendement est la puissance éternelle du vrai, il n’est pas question toutefois de reléguer l’imagination au rang de ces puissances trompeuses qui asservissent l’homme durablement. Spinoza ne se borne pas à faire valoir la puissance de l’esprit à travers la vérité, il va la chercher au sein même de la fausseté. Il faut se rappeler à cet égard que « rien de ce qu’a de positif une idée fausse n’est supprimé par la présence du vrai en tant que vrai »1. L’auteur de l’Éthique dégage ainsi la positivité des idées fausses et fait émerger la puissance de l’impuissance en réhabilitant les notions confuses après leur avoir assigné une juste place et une véritable définition. Il a pour habitude de vider une notion de son sens usuel pour la reconstruire progressivement et de bouleverser totalement les significations établies, tout en conservant les mêmes vocables. Chez lui, le conservatisme de la lettre s’accompagne d’une révolution de l’esprit.

  • 2 Cf. Définitions III et IV.

2Spinoza cherche non seulement à donner un contenu adéquat à des termes traditionnellement confus, mais à reconnaître une place à tout ce qui est inadéquat d’un point de vue spéculatif. Ainsi, dans un système régi par la nécessité, le possible, le contingent, l’imparfait, le libre arbitre, par exemple, semblent n’avoir pas de droit de cité, de sorte que le lecteur serait enclin à croire qu’ils sont proscrits et qu’il faut en faire l’économie. Or, en réalité, il n’en est rien. Tout le problème pour Spinoza est de définir avec précision le domaine et la sphère d’extension où ces concepts ont légitimement cours. Preuve en est que les concepts de possible ou de contingence, qui n’ont aucune pertinence dans une ontologie de la substance et qui témoignent d’une connaissance inadéquate, sont réintroduits dans la partie IV2, et s’imposent aux êtres humains qui, compte tenu de leur ignorance, ont besoin de ces catégories. Spinoza le proclame ouvertement dans le Traité théologico-politique :

  • 3 Ch. IV, § 1, p. 183, G. III, p. 58.

« Pour l’usage de la vie, il vaut mieux – bien plus c’est indispensable – considérer les choses comme possibles. »3

3De la même manière, la critique du libre arbitre ne doit pas occulter la présence chez Spinoza d’une théorie de la décision qui prévaut dans le domaine juridique et politique, lorsqu’il s’agit de définir des lois et des règles de droit. Nous ne devons pas en effet nous embarrasser de la considération de la nécessité universelle et de la série des causes qui déterminent l’homme lors de l’institution des lois, car cette entreprise non seulement passe nos forces, mais s’avère inutile. Il suffit de nous arrêter à la cause prochaine immédiatement productrice, à savoir la décision humaine. Spinoza s’en explique dans le Traité théologico-politique :

  • 4 Ibid.

« J’ai dit que ces lois dépendent d’une décision des hommes parce que nous devons définir et expliquer les choses par leurs causes prochaines, et que cette considération universelle sur le destin et l’enchaînement des causes ne peut nullement nous servir pour former et mettre en ordre nos pensées touchant les choses particulières. Ajoutons que nous ignorons totalement la connexion et l’enchaînement même des choses, c’est-à-dire de quelle façon les choses sont véritablement ordonnées et enchaînées. »4

4Pour éviter une impossible et vaine régression à l’infini, il faut s’en tenir à la cause prochaine qui joue le rôle de cause première et qui suffit pour rendre compte des choses particulières et pour les définir, comme le montrait déjà le § 52 du Traité de la réforme de l’entendement. La critique du libre arbitre n’exclut donc pas la résurgence d’un vocabulaire de la volonté, de la décision, du choix dans la sphère des affaires humaines. En somme, la théorie de la décision constitue le noyau de positivité qui demeure après dissipation de l’illusion du libre arbitre.

  • 5 Cf. Éthique IV, définition VII.
  • 6 Cf. Éthique IV, chapitre IV : « Et donc la fin ultime de l’homme que mène la raison, c’est-à-dire (...)

5Par conséquent, pour comprendre la puissance de l’esprit, il s’avère nécessaire de réévaluer la portée de notions qui paraissent confinées au second plan, voire bannies du système, et de rectifier des interprétations réductrices qui les minimisent ou qui les dissolvent tout entières, en retenant uniquement la critique opérée à leur encontre, sans prendre en compte le travail de reconstruction qui dégage ce qu’elles ont de positif. Il n’est pas rare, en effet, de voir, par exemple, la critique spinoziste de l’idée d’une finalité dans la Nature comprise comme un rejet sans appel, alors que Spinoza reconnaît que tout homme agit nécessairement en vue d’une fin, à savoir l’utile qui lui est propre, et redéfinit ce concept en montrant qu’il « n’est rien d’autre que l’appétit à cause de quoi nous faisons quelque chose »5. Fort de ce présupposé, le commentateur a ensuite beau jeu de souligner l’incohérence d’un système qui non seulement réintroduit subrepticement une forme de finalité dans la préface de l’Éthique IV, en prescrivant à l’homme un modèle de nature supérieure, mais lui assigne ouvertement une fin ultime (finis ultimis) dans le chapitre IV6. C’est oublier toutefois que le travail critique de Spinoza consiste moins à rejeter en bloc un concept qu’à délimiter d’une manière nouvelle son champ de validité.

6C’est pourquoi le second volet de la recherche consacrée à la puissance de l’esprit consiste à méditer sur des notions comme le temps, la durée, le bien, le mal, la volonté, la conscience qui se situent à l’arrière-plan et qui semblent dévaluées par le système, pour en dégager la positivité. Les chapitres intitulés « La perfection de la durée », « La positivité des notions de bien et de mal », « Le rôle positif de la volonté », et « La positivité de la conscience » sont ainsi destinés à compléter le tableau de la puissance de l’esprit et participent de ce travail de restauration de notions jugées mineures ou entachées de confusion, en tant qu’elles ont partie liée à l’imagination. Tandis que le premier chapitre manifeste la positivité de la part périssable de l’esprit, en réévaluant la durée et son cortèges d’images, le second réhabilite les notions de bien et de mal, en insistant non seulement sur le pouvoir de l’imagination, mais sur celui de la raison qui produit des normes et des modèles en vue d’atteindre une nature supérieure. En dégageant le rôle de la volonté chez Spinoza, le troisième met l’accent sur la nature politique de la puissance de l’esprit qui ne peut cesser d’être velléitaire pour devenir volontaire sans un État assurant la sécurité et la liberté. Le dernier, enfin, est exemplaire de ce retournement de l’impuissance en puissance qui se joue à travers le passage de la conscience illusoire à la conscience de soi, de Dieu, et des choses.

Notes

1 Éthique IV, I.

2 Cf. Définitions III et IV.

3 Ch. IV, § 1, p. 183, G. III, p. 58.

4 Ibid.

5 Cf. Éthique IV, définition VII.

6 Cf. Éthique IV, chapitre IV : « Et donc la fin ultime de l’homme que mène la raison, c’est-à-dire son plus haut désir par lequel il s’emploie à maîtriser tous les autres, c’est celui qui le porte à se concevoir adéquatement lui-même, ainsi que toutes les choses qui peuvent tomber sous son intelligence. »

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540