Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’ordre Teutonique en Prusse au XIIIe siècle

Expansion de la chrétienté latine et souveraineté politique

Sylvain Gouguenheim

Note de l’éditeur

Abréviations :
HB = Historia diplomatica Friderici secundi, J. Huillard-Bréholles éd., 6 vol., Paris, 1852-1861, réimpr., Turin, 1963.
Hemes = Codex diplomaticus Ordinis Sanctae Mariae Theulonicorum, J. Hennes éd., vol. 1 et 2, Mayence, 1845-1861. PUB = Preussisches Urkundenbuch, vol. I/1 et I/2, Königsberg, 1882-1909.

Texte intégral

  • 1 K. Gorski. L’ordine teutonico, Turin, 1971 ; H. Boockmann, Der deutsche Orden, 12 Kapitel aus seine (...)

1Dans le processus qui vit l’ordre Teutonique, fondé en 11981, devenir maître de nouvelles principautés (Prusse et Livonie), la période 1226-1309 est décisive. L’aventure prussienne s’inscrit dans le mouvement de l’Ostbewegung, et illustre en même temps un épisode de l’expansion chrétienne médiévale, couronné de façon magistrale par la création d’une nouvelle principauté en Europe. S’affirme de la sorte la plus éclatante réussite politique à mettre à l’actif de cette institution originale : les ordres religieux militaires. En 1309 le Grand Maître Siegfried von Feuchtwangen s’installe en Prusse, au moment où, à Paris, Philippe le Bel élimine les Templiers.

  • 2 K. Forstreuter, Der Deutsche Order am Mittelmeer, Bonn. 1957 (Quellen und Studien zur Geschichte de (...)

2L’ordre, bâti sur le modèle du Temple et de l’Hôpital, en reprit les règles. Il avait pour mission de secourir et protéger les pèlerins allemands en Palestine, tout en s’associant aux opérations militaires. Sa présence manifestait la participation de l’empire à la croisade. Tout au long du XIIIe siècle, il lutte contre l’islam et obtient en Terre sainte des domaines en nombre croissant2.

  • 3 Hennes, I, 7 : Ex innata nobis pietate eidem domui et fratribus [...] concedentes et indulgentes, u (...)
  • 4 HB, I, 2, p. 438.

3Très lié aux Staufen, en particulier sous le Grand Maître Hermann de Salza (1209-1239), il obtient, dès 1197, des terres en Allemagne et en Sicile. Les souverains, Philippe de Souabe en 1206, puis Frédéric II en 1221, lui accordent le privilège d’acquérir des fiefs d’empire3. Dès 1216, le Grand Maître est inscrit parmi la « famille de la cour impériale » et reçoit en conséquence nombre de faveurs4. En 1221, la « protection spéciale et la défense » de l’empereur s’applique à l’ordre, à ses biens impériaux et aux hommes qui en dépendent.

  • 5 H. Boockmann, « Die Bedeutung Thüringens und Hessens für den Deutschen Orden », dans Die Rolle der (...)
  • 6 Hessisches Urkundenbuch, A. Wyss éd., t. I, Leipzig, 1879, p. 44 ; H. Boockmann, « Die Anfänge des (...)

4Certaines familles nobles, tels les landgraves de Thuringe, participent aussi à son essor (Hermann de Salza était d’une famille de ministériaux thuringiens)5. Grâce à leur appui, l’ordre obtint de nombreuses possessions, à l’origine de deux bailliages. L’hôpital de Marbourg, légué aux Franciscains par la veuve du Landgrave Louis IV, Élisabeth, passa sous le contrôle des Teutoniques en 1234 et devint un de leurs centres spirituels6.

  • 7 Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Siebenbürgens (UBS), no 19, C. Werner et F. Zimmermann(...)
  • 8 UBS. 40 (30 avril 1224) : Vestris ergo piis precibus benignius annuentes prefatam terram in ius et (...)

5L’ordre s’affirme comme allemand, ou plutôt impérial, originalité évidente en comparaison des Templiers ou des Hospitaliers. Les Teutoniques, structura specialis de la famille royale, se retrouvent étroitement associés à la dynastie. Mais leur puissance foncière demeure restreinte, cantonnée aux quelques acquisitions possibles en Terre sainte, subordonnées aux aléas de la lutte contre l’islam. S’ils voulaient égaler en puissance Hospitaliers et Templiers, il leur fallait gagner ailleurs de nouveaux biens. Hermann de Salza tente une première fois l’opération, en répondant favorablement à André II de Hongrie (1205-1235) qui lui accorde le Burzenland en Transylvanie, afin de protéger le royaume contre les Coumans païens (1211)7. L’entreprise tourne court, en raison de l’opposition de la monarchie et de la noblesse hongroises à la montée en puissance de l’ordre qui usurpe ses privilèges et se considère seul maître en sa terre. La décision pontificale, répondant à la demande de l’ordre, de prendre le Burzenland in ius et proprietatem, provoque la riposte hongroise8. En 1225, les Teutoniques sont expulsés manu militari et, en dépit de leurs réclamations et du soutien pontifical, ne purent jamais revenir. C’est alors qu’arrive à la connaissance d’Hermann de Salza l’offre du duc de Masovie.

6À partir de 1226 est donc entamée la conquête de la Prusse, qui, loin de se limiter à une entreprise missionnaire habituelle, fut l’occasion de bâtir une principauté autonome, dont les Teutoniques étaient les seuls maîtres. C’est ce dont nous allons traiter, en examinant successivement, la prise de possession de la Prusse, la construction de la souveraineté et la christianisation de ce nouvel espace politique.

Prise de possession de l’espace Prussien. Des terres peu christianisées en proie aux incursions païennes

  • 9 Christianus primus post beatum Adalbertum genti Prutenorum épiscopus consecratus est : Chronicon Mo (...)
  • 10 PUB, I/1, no 41.
  • 11 Mentionné dans un acte du 2 juillet 1223 : M. Perlbach, Preussische Regesten bis zum Ausgang des XI (...)

7Lorsque le duc Conrad fait appel aux Teutoniques, c’est afin de lui prêter main-forte à la frontière nord de la Masovie, dans la terre de Culm (Culmerland), exposée aux assauts des païens (Pruteni). Ceux-ci venaient de l’ensemble des territoires situés à l’est de la Vistule, jusqu’au Niémen et aux frontières de la Livonie et de la Lituanie. La Prusse, terre non christianisée malgré quelques tentatives aux alentours de l’an mil (saint Adalbert, Brunon de Querfurt) ou lors des campagnes du prince polonais Boleslas Bouche Torse (1102-1138), fait l’objet au début du XIIIe siècle d’une politique plus ambitieuse. Se sont chargés de l’évangéliser des Cisterciens issus des monastères d’Oliva et de Lekno. L’un des moines, Christian, devient en 1215 le premier évêque de Prusse9. Cette mission s’effectue principalement dans le Culmerland, territoire entièrement situé sur la rive droite de la Vistule, au creux du coude formé à cette hauteur par le fleuve. Il s’étend vers l’est, enserré entre les fleuves Ossa et Drwenca, qui en constituent les limites définies dans les diplômes ducaux. C’est une région de plaine, dont l’altitude s’élève légèrement vers l’est, où se dressent les collines morainiques de la région de Lobau. Au-delà vivaient les Prutènes. Ainsi exposé, le Culmerland constituait une terre ouverte, facilement accessible aux attaques venues de l’est. Il suffisait ensuite de franchir la Vistule, opération qui n’avait rien d’insurmontable, pour ravager la Cujavie ou la Masovie. Contrôler le Culmerland c’est donc, pour le duc de Masovie, exercer sa domination sur la rive droite de la Vistule et s’abriter derrière ce glacis défensif, capable sinon d’arrêter, du moins de freiner les Prutènes. On comprend que la région ait été truffée de fortifications, tel que le révèle le traité de 1222 passé entre l’évêque Christian et le duc Conrad10 et dont l’ensemble relève du commandement d’un castellanus11. Le Culmerland revêtait sans conteste une importance stratégique de premier ordre pour la Masovie, à un moindre degré pour la Poméranie. Les autres princes polonais, plus éloignés, y étaient moins sensibles, même si le duc de Silésie Henri le Barbu y a très tôt acquis des zones de colonisation et des forteresses.

8Au début du XIIIe siècle, au moment où s’amorcent les missions cisterciennes en direction de la Prusse, le Culmerland est une terre de contact et d’affrontement, où se croisent, parfois coexistent des colons chrétiens polonais ou allemands et des païens convertis ou en voie de l’être. Aucune paroisse n’a encore été constituée dans cette terre qui relève de la juridiction du siège épiscopal de Plock et va de ce fait constituer le point de départ de la mission de l’évêque Christian.

9Au total, un pays qui relève du pouvoir ducal masovien, une marche frontière, dont la sécurité n’est pas garantie et dont la faiblesse menace la Masovie elle-même. Les incursions prutènes se multiplient entre 1216 et 1226, malgré les croisades effectuées en 1222-1223. Parallèlement, l’incessant conflit entre les princes de la famille des Piasts entrave toute réelle politique d’ensemble et attise les convoitises des païens, encouragés de surcroît par les offres d’alliance de tel ou tel prince polonais, à l’issue plus qu’incertaine pour les chrétiens. C’est pour conserver sa liberté d’action au sud, en Grande Pologne, et se protéger au nord des païens, que Conrad de Masovie décide de faire appel aux Teutoniques.

  • 12 H. Kluger, op. cit., p. 59-61, et M. Löwener, « Itinerare Hilfsmittel zur chronologischen Einordnun (...)

10Seule la bulle d’or de Rimini, de mars 1226, fait mention de cet appel. L’offre de Conrad dû être lancée en 1225. Les messagers du duc de Masovie ont sans doute joint le Grand Maître au début de 1226, et sont donc partis au plus tard en novembre-décembre122512. Cette date est à mettre en relation avec la situation aux frontières de la Masovie : les attaques prutènes redoublent en 1225, après l’échec des campagnes de 1222-1223.

  • 13 Schtesisches Urkundenbuch, H. Appelt dir., Graz-Cologne, 1971, t. I, 2, p. 219 ; B. Zientara, Henry (...)

11Pour quelle raison faire appel à l’ordre allemand ? Conrad ne le connaissait pas personnellement, mais les Teutoniques étaient présents en Silésie depuis 1222, lorsqu’ils obtinrent une donation de la part d’Henri le Barbu13. Serait-ce l’entreprenant prince silésien qui aurait suggéré ce recours au duc de Masovie ? Ce n’est pas impossible, d’autant qu’il avait participé aux campagnes de 1222-1223 et qu’il possédait des fortifications dans le Culmerland. Par ailleurs, le comportement des Teutoniques à la 5e croisade leur avait valu une réputation flatteuse, qui s’étendit à des terres proches de la Masovie : Bohême ou Silésie.

Les aspects juridiques

  • 14 La bulle d’or de Rimini est conservée en deux exemplaires : « K » et « W » au Geheimes Staatsarchiv (...)

12Par la bulle de Rimini14, Frédéric II confirme aux Teutoniques la donation de Conrad (le Culmerland) et y ajoute l’autorisation de s’emparer des terres prussiennes, dans lesquelles l’ordre jouira de pouvoirs identiques à ceux d’un prince d’empire, sans pour autant incorporer au Reich la future principauté. Frédéric II affirme agir conformément au rôle de l’empereur qui est de n’œuvrer « pas moins à la soumission qu’à la conversion ». Le contexte idéologique est plus politique que religieux, le contenu du diplôme est à l’avenant.

  • 15 M. Perlbach, « Zur Kritik der altesten preussischen Urkunden », Preussisch-polnische Studien zur Ge (...)
  • 16 T. Jasinski : « The Golden Bull Allegedly Issued in 1226 by Friedrich II for the Teutonic Order », (...)

13L’acte pose une foule de problèmes, sujet de controverses depuis plus d’un siècle15. Récemment T. Jasinski est parvenu à la conclusion que les deux exemplaires sont des faux de chancellerie, volontairement antidatés et rédigés en 1235, afin de permettre à l’ordre de récupérer la terre de Dobrin que lui contestait le duc de Masovie et, d’autre part, d’échapper à la tutelle pontificale établie par la décision de Grégoire IX de prendre la Prusse in ius etproprietatem (Bulle de Rieti, juin 1234)16.

14Ce n’est pas le lieu ici de discuter l’argumentation de T. Jasinski. Il est certain que les diplômes conservés ne peuvent avoir été écrits en 1226 et que les critères d’ordre paléographique les rattachent aux années 1234-1235. En revanche, l’interprétation historique proposée par T. Jasinski ne paraît pas totalement convaincante. En outre, le texte de la bulle présente des incorrections grammaticales, des ruptures de construction, qui semblent attester des interpolations tardives. Nous aurions eu en fait une première décision impériale dès 1226, remaniée et complétée à l’avantage de l’ordre en 1235. Cela permettrait d’expliquer une contradiction majeure entre le texte impérial et les traités passés ultérieurement entre l’ordre et le duc de Masovie : la Bulle de Rimini accorde aux Teutoniques bien plus que ne le fait Conrad, y compris dans le dernier traité, de loin le plus avantageux pour l’ordre, celui de Kruschwitz (juin 1230). Si l’on peut comprendre que le duc de Masovie ne puisse accorder aux Teutoniques les droits d’un prince d’empire, ce qui ne relève pas de sa compétence, en revanche il est plus étonnant de voir que l’empereur donne à l’ordre le droit d’envahir la Prusse dès 1226, alors que Conrad n’y fait qu’une timide allusion en 1230.

  • 17 Frédéric II accorde des droits de souveraineté pour une terre hors de l’empire : il ne brade donc p (...)

15Quoi qu’il en soit, l’essentiel réside dans le contenu de l’acte impérial, que les Teutoniques ont pris soin de conserver, recopier et faire confirmer. Disposant de la haute justice, des droits de fortification et de battre monnaie, protégé de toute intervention extérieure, le Grand Maître peut exercer en Prusse une autorité souveraine. Sans être fait prince d’empire (cela n’eût été possible qu’en annexant la Prusse à l’empire, or celle-ci lui demeure extérieure), il en a les pouvoirs et le prestige. Ce point est essentiel : par l’acte de Rimini, décision est prise de créer une nouvelle principauté en Europe, hors de l’empire, mais bénéficiant des privilèges impériaux. L’empire ne s’agrandit pas, l’ordre devient, en Prusse, le maître d’une principauté territoriale avec tous les avantages des Reichsfürsten, sans en subir les charges (aucun lien de vassalité envers l’empire n’est établi)17.

16Néanmoins l’ordre attendit quatre ans avant d’envoyer un premier contingent en Prusse. Ce délai s’explique par les impératifs de la croisade de Frédéric II qui requéraient toute l’attention d’Hermann de Salza. En 1229 les deux hommes sont en Terre sainte ; en 1230 Hermann négocie les conditions de l’accord de San Germano entre le pape et l’empereur. Mais, en homme politique avisé, il voulait aussi, avant d’entreprendre l’expansion prussienne, assurer ses arrières vis-à-vis du duc de Masovie.

  • 18 L’idée de « diplômes-étapes » et de négociations fut émise par M. Perlbach, Preussichepolnische Stu (...)
  • 19 PUB, I/1, no 64 du 23 avril 1228.
  • 20 PUB, I/1, no 71, 75, 76, 78. Nous analysons les no 75 et 78.

17Cinq diplômes font état d’accords passés entre les envoyés d’Hermann de Salza et Conrad de Masovie. Ce qui s’apparente à une longue période de négociations a donné lieu à des actes dont l’importance fut croissante18. En effet, le premier accord, passé à Biecz en avril 1228, est d’un contenu assez mince : Conrad donne à l’ordre la terre de Culm ainsi que le village d’Orlow, (celui-ci devant probablement servir de base arrière et de premier établissement à l’abri des frontières du duché), sans préciser les droits y afférant et sans aucun engagement ni d’un côté ni de l’autre19. Moins qu’un traité en bonne et due forme, cet acte est davantage un document de travail. Ensuite, des quatre autres diplômes délivrés par Conrad (dont trois en 1230), deux sont importants20.

18Dans le premier acte de 1230, le duc propose cette fois toute une série de droits seigneuriaux valables dans l’ensemble du territoire de Culm dont il renouvelle la donation : l’offre a pris consistance. L’ordre reçoit une terre, s’engage à défendre son bienfaiteur contre d’éventuels ennemis, en lui promettant fidélité. L’affaire est plus sérieuse, comme si les deux partenaires s’étaient apprivoisés et connaissaient mieux leurs possibilités réciproques. Sans que l’on puisse parler de vassalité au sens propre, en 1230 les Teutoniques sont engagés comme une troupe armée, au service du duc de Masovie. Les termes de fief ou de bénéfice n’apparaissent d’ailleurs pas dans le discours d’Hermann de Salza tel que le reprend la Bulle de Rimini.

  • 21 Ce traité, où les Prutènes sont appelés Saraceni ( !) et dont le style détone par rapport aux autre (...)

19En tout cas, les deux parties ne sont pas sur un pied d’égalité. En revanche, lors du traité de Kruschwitz de juin 1230, le rapport de forces a évolué en faveur de l’ordre : il obtient des droits plus nombreux et plus précis21. On note aussi que le danger représenté par les Prutènes est plus aigu en 1230 qu’auparavant (il n’y a aucune allusion à ce phénomène dans les actes de 1228 et 1229).

  • 22 Le 18 janvier 1230, Grégoire IX confirme la donation du castrum de Culm et ordonne d’arracher leur (...)

20Les Teutoniques se voient confier une mission multiple : empêcher les incursions prutènes en Masovie, conquérir la Prusse non encore christianisée et favoriser ainsi l’œuvre d’évangélisation des Cisterciens, servir enfin de troupe auxiliaire au duc Conrad, laissant ce dernier libre de mener sa politique de conquête du pouvoir en Pologne. En échange ils obtiennent le droit d’exercer leur pleine souveraineté sur le Culmerland et les futures acquisitions en Prusse. Ils prirent soin de faire confirmer par la papauté, étape par étape, les plus importants de ces accords, empêchant ainsi tout retour en arrière22. Dès lors, en possession de toutes les garanties juridiques, le Grand Maître donna le feu vert à l’entreprise confiée au preceptor Hermann Balk.

Les aspects militaires

  • 23 Pierre de Duisbourg, Chronicon terrae Prussie, K. Scholtz et D. Wojtecki éd., Darmstadt, 1984 (Ausg (...)

21La chronologie des événements est bien établie. Entre 1230 et 1249 les Teutoniques s’implantent le long de la Vistule, descendant le fleuve jusqu’à la mer. Ils fondent des villes quasi équidistantes, associées à des forteresses : Thom (1231), Culm (1232), Graudenz (1234), Marienwerder (1233), Elbing (1237), régions prutènes de Pomésanie et Pogésanie. Parallèlement des traités sont conclus avec les païens convertis ou avec les princes polonais, ce qui n’empêche ni une guerre d’éclater entre l’ordre et le duc de Pomérélie Swantopolk (1242-1253) – guerre qui montre que la fracture civilisationnelle entre chrétiens et païens n’était pas toujours déterminante, même dans ces terres de mission – ni les convertis de se révolter devant la nouvelle domination (1240-1249). Après l’accalmie relative de 1250-1260 (conquête du Samland), éclate en 1260 une gigantesque révolte des convertis, alliés à leurs anciens coreligionnaires, qui chasse les Teutoniques de la totalité de leurs points d’appui, à l’exception du Culmerland et des forteresses d’Elbing, Balga, Könisgberg. L’ordre n’est sauvé que par le secours de princes allemands et du roi de Bohême Ottokar II. La Prusse finit par être soumise en 1283, au prix de rudes combats, dont Pierre de Duisbourg narre, non sans exagération, l’âpreté23.

  • 24 K. Neitmann, « Die Pfandsverträge des Deutschen Ordens in Preussen », Zeitschrift für Ostforschung,(...)

22Les années 1283-1309 voient un lent grignotage entamer les frontières de la Cujavie et de la Pomérélie. Toute une série d’engagères effectuées par le duc de Cujavie entre 1303 et 1317 ourlent ainsi la périphérie sud de la Prusse de plusieurs domaines qui enrichissent les possessions de l’ordre24. Le tout culmine avec la prise de Dantzig en 1308-1309 et l’annexion de la Pomérélie.

23Les Teutoniques, conduits par le Preceptor Hermann Balk, progressèrent donc en érigeant un chapelet de forts (sorte de limes inversé), le long de l’axe fluvial menant à la Baltique, sur la rive droite, à l’orée des terres contestées entre païens et chrétiens. Une fois la Baltique atteinte, l’ordre poursuivit son avance le long de la côte. Le périmètre dessiné et fortifié, il pouvait envisager une pénétration à l’intérieur des terres païennes.

24On remarque l’habileté de la manœuvre, appuyée sur les voies naturelles de communication, soucieuse de s’assurer le contrôle de points stratégiques militaires et commerciaux et n’envisageant de porter le fer à l’intérieur du pays ennemi qu’une fois les bases arrières assurées et toute possibilité de contournement éliminée.

  • 25 T. Torbus, Die Konventsburgen im Deutschordensland Preussen, Munich, 1998.

25L’érection de forteresses a laissé de célèbres traces dans toute la région, en premier lieu la magnifique demeure de la Marienbourg. Tomasz Torbus a consacré une thèse volumineuse et remarquée aux châteaux de l’ordre25. Combinant sources littéraires et archéologiques, il montre que le plan typique, quadrangulaire, s’est imposé à partir de 1270-1280, la première phase de construction s’étant au contraire caractérisée par son irrégularité, liée à l’urgence de la situation. L’important est que cet aspect soit devenu exclusif : l’ordre a uniformisé volontairement son architecture militaire, dans le but d’imposer partout la même image de son pouvoir, illustrant ainsi sa souveraineté.

Affirmation d’un pouvoir souverain

L’encadrement du territoire

  • 26 PUB, I/1, no 105 ; G. Kisch, Die Kulmer Handfeste. Rechtshistorische und textkritische Untersuchung (...)

26Les premiers dignitaires de l’ordre apparaissent dans la Kulmer Handfeste de 123 326. Celui qui gouvernait la Prusse et le Culmerland portait le titre de Magister ou Preceptor Prussie. Il était le représentant du Grand Maître qui, résidant à Acre, se dérangea rarement pour visiter la Prusse. Le Maître de Prusse exerçait donc un pouvoir considérable, assisté d’un maréchal et des commandeurs des commanderies principales (Elbing, Christburg, Königsberg). L’autonomie de la branche prussienne de l’ordre s’accrut au long du XIIIe siècle. Le Culmerland constituait l’équivalent d’un bailliage, sous les ordres d’un Commendator terre culmensis, mis en place en 1246 et qui joua un rôle considérable jusqu’en 1309.

27Après des tâtonnements inévitables en raison des aléas de la conquête, l’administration fut organisée par le Grand Maître Henri d’Hohenlohe en 1246 (les premiers sceaux apparaissent alors). C’est en effet à lui que l’on doit la mise en place d’une hiérarchie administrative cohérente et non à Eberhard de Seyne dont la réforme de 1251 ne consista qu’en un certain nombre de mesures pratiques : installation à Elbing du siège du chapitre provincial, renforcement de l’organisation des commanderies ; il rappela aussi la subordination de la branche prussienne au gouvernement central de l’ordre en Terre sainte.

  • 27 K. Militzer, op. cit. ; M. Löwener, Die Einrichtung von Verwaltungsstrukturen in Preussen durch den (...)
  • 28 M. Löwener, Die Einrichtung, op. cit.. p. 84.

28K. Militzer, M. Löwener ou S. Józwiak ont traité de l’administration de la Prusse et du Culmerland. Leurs points de vue divergent parfois, mais il semble que l’on puisse aboutir aux conclusions suivantes27. Le terme de Magister est employé pour le maître de Prusse (Magister Prussie). Hermann Balk, chargé de la conquête de la Prusse porta le titre de Preceptor per Prussiam ou de Provisor Prussie. Le commandeur de bailliage peut être désigné comme preceptor ou provisor, ces deux termes pouvant également s’appliquer au dirigeant d’une commanderie (mais il se peut que les provisores n’aient désigné que les chefs des forteresses et non de la commanderie). Dans le cas du bailliage du Culmerland l’expression utilisée fut celle de commendator terrae. Les termes de preceptor, commendator voire provisor pouvaient donc être utilisés l’un à la place de l’autre. M. Lowener insiste sur le fait que c’est le déterminant qui importe, c’est-à-dire le territoire concerné, et non le titre, ce qui l’amène à conclure que les offices et la hiérarchie de l’ordre doivent être compris comme des gewachsene und wachsende Strukturen, nicht aber als Bestandteile eines allein von der Ordenszentrale geschaffenen Systems28.

29La domination politique de l’ordre s’exerçait à travers les mailles du filet des commanderies, cellule de base de l’organisation territoriale propre aux ordres militaires ; autant celles-ci étaient nombreuses (onze) et de taille réduite dans le Culmerland, autant elles étaient plus vastes et donc en faible nombre dans le reste de la Prusse (Pomésanie autour de Christburg, Pogésanie et Elbing, Ermland avec Balga, Samland commandé par Königsberg). Intelligemment, le ressort de chacune de ces commanderies de Prusse était calqué sur le territoire d’une tribu prussienne, ce qui permettait de conférer une indispensable homogénéité à l’encadrement de la population, appelée à croître avec la colonisation.

La colonisation du territoire

30L’histoire des Teutoniques en Prusse ne se comprend pas sans son inclusion dans le double mouvement d’Ostbewegung et d’Ostsiedlung qui anime l’Allemagne des XIIe et XIIIe siècles. Point remarquable : l’ordre n’attendit pas la fin de la conquête pour procéder à la mise en valeur de ses territoires, mais s’y attela d’emblée. Le processus engagé en Prusse se voulait total : les villes fondées épaulaient les forteresses nécessaires aux opérations militaires tout en manifestant le changement de civilisation (l’urbanisme était l’une des marques du christianisme) ; l’appel à une main d’œuvre venue d’Allemagne permettait la mise en valeur d’espaces jusqu’ici largement incultes, tout en assurant la plénitude démographique indispensable à l’exercice du nouveau pouvoir et à une christianisation effective. Point n’était besoin d’attendre un succès militaire définitif pour exploiter le pays, d’autant qu’à elles seules, les armes ne pouvaient assurer le triomphe de l’entreprise.

  • 29 Stadt und Orden. Das Verhältnis des Deutschen Ordens zu den Städten in Livland. Preussen und im Deu (...)
  • 30 Proposition de M. Löwener, Die Einrichtung, op. cit.

31L’expansion urbaine procéda de la construction de forteresses29. Aux fondations le long de la Vistule ou sur la côte vinrent s’ajouter dans l’intérieur des terres d’autres centres urbains (Osterode, Allenstein, Kreuzburg, etc.). Dès le départ, l’ordre se montra soucieux d’assurer sa souveraineté en délivrant ses premiers privilèges urbains, ceux, identiques, de Thom et Culm en décembre 1233 (ou 123230).

32De manière significative, la Kulmer Handfeste est le premier acte officiel des Teutoniques en Prusse que nous ayons conservé. Sa précocité est remarquable : à cette date, l’ordre n’en est qu’aux prémices de la conquête. Si ce texte, par ses avantages, a pu attirer des colons allemands, de toute évidence, le but n’était pas là : il s’agissait de poser les fondements juridiques de la souveraineté territoriale de l’ordre (puisqu’il avait également force de loi dans tout le Culmerland). L’ordre s’affirme d’emblée comme le seul maître et propriétaire du sol, le Landesherr, duquel procède tout pouvoir.

33Il détient les monopoles de la haute justice, de la construction de forteresses ou encore du droit de battre monnaie (la monnaie de Culm est de surcroît la seule autorisée dans le Culmerland, phénomène exceptionnel au XIIIe siècle). Le privilège affirme aussi ses regalia, sur l’or, l’argent, le sel, les castors (dont la fourrure fait l’objet d’un fructueux commerce). Par ailleurs il exerce un droit de patronage sur l’ensemble des églises et impose un service militaire à ses sujets. Pour le reste, il n’innove pas : le droit de Culm est emprunté à celui de Magdebourg ; des consuls existent. Mais le développement urbain, à l’instar de ce qui se produit au même moment en Allemagne sous la pression des princes d’empire (Statutum de 1231-1232), est entravé : les villes ne peuvent créer l’équivalent d’un contado. Si les villages sont Stadtverbunden, ils ne sont pas Stadteigen ; liés aux villes, ils dépendent de l’unique autorité de l’ordre.

  • 31 Codex Warmiensis, II, 514.
  • 32 PUB, I/1, no 181.

34Les Teutoniques ont néanmoins accepté une présence extérieure, mais non concurrente : la ville de Lübeck exerce son influence le long des côtes de la Baltique. En particulier, après avoir participé à la fondation d’Elbing, les Lübeckois lui transmettent en 1240 un exemplaire de leur droit urbain31. Si, en 1246, Henri d’Hohenlohe, présent à Elbing, confirme l’usage du droit de Lübeck, il stipule qu’en matière de justice d’appel, les bourgeois d’Elbing ne relèvent pas de Lübeck mais du Maître de Prusse32. C’était aller à l’encontre de la pratique juridique urbaine des villes allemandes, mais c’était manifester la souveraineté de l’ordre. Lübeck pouvait, auprès de certaines villes, exercer une influence, pas un pouvoir.

35En outre, Henri de Hohenlohe mentionne que devait être rejeté dans le droit de Lübeck tout ce qui allait « à l’encontre de Dieu, de l’ordre et du pays ». De toute évidence étaient visées les dispositions accordées par Frédéric II en 1226, qui faisaient de Lübeck une cité libre, soumise à la seule immédiateté impériale. Il était hors de question qu’Elbing, par l’intermédiaire du droit lübeckois, devienne indépendante. Par ce droit d’inventaire se manifestait et se constituait en même temps la souveraineté de l’ordre.

36En regard de la colonisation urbaine, celle des campagnes fut plus lente, ce qui s’explique aisément : la mise en valeur des terres supposait la pacification complète du Culmerland et de la Prusse, longue à venir. Il fallait également du temps et de solides arguments pour attirer la main d’œuvre depuis l’empire. Enfin, nous sommes handicapés par la maigreur des sources, en particulier pour les premières décennies de la présence de l’ordre, et l’archéologie n’offre que peu de secours. Il est toutefois probable que dès le début de l’entreprise des colons arrivèrent (de Silésie, de Hesse, de Thuringe), venant se mêler aux Polonais déjà installés. La Kulmer Handfeste comporte quelques articles relatifs à la colonisation rurale.

  • 33 Ainsi Dietrich commandeur de Königsberg au prutène Wergule (Samland Urkundenbuch, I, 72, 15 novembr (...)

37La grande apostasie de 1260 et les vingt années de guerre qui s’ensuivirent réduisirent presque à néant cette première vague. Tout en entreprenant la reconquête, l’ordre reprit sa politique agraire. Des villages sont fondés, des colons allemands appelés, des Prutènes restés fidèles récompensés par l’octroi de privilèges personnels qui leur confèrent une position supérieure au sein du monde rural et en font l’équivalent de petits seigneurs (certains se sont vus accorder, en sus de droits sur les terres et les hommes, celui d’exercer la haute justice33).

  • 34 PUB, I/2, no 215 : Ouch sollen sie uns [... ] czu bekenntnisse der herschaft ein krompfundt wachs u (...)

38Dans ses privilèges, l’ordre conserve toujours la perception d’un cens recognitif et les obligations militaires. Service concret, dont on escompte l’efficacité, et paiement symbolique concourent à la reconnaissance de la souveraineté Teutonique. Partout son emprise est affirmée avec force (le mot Herrschaft apparaît en 126234).

Les puissances concurrentes écartées

39Les bulles de Rimini et de Riéti affirmaient que l’ordre ne dépendait d’aucune autre puissance en Prusse. C’était écarter toute prétention des princes polonais, en particulier du duc de Masovie. Cette liberté se manifestait aussi à l’intérieur du territoire conquis. Aucune classe seigneuriale ne pouvait se constituer, l’ordre, seul propriétaire du sol, mesurant chichement les attributions de terres, usant peu des liens de vassalité (il n’est ainsi pas gêné par leurs aspects transfrontaliers), préférant déléguer ces pouvoirs à des Prutènes convertis qu’il serait aisé de déposséder en cas de problème en alléguant l’apostasie ou une rupture de fidélité. De fait, rares sont les nobles venus s’installer en Prusse, pour l’essentiel des ministériaux, qui trouvent une promotion sociale dans le service de l’ordre. Pas de danger non plus en provenance des villes, leurs unions étant interdites et les possibilités d’extension du pouvoir urbain dans l’arrière-pays entravées.

40L’ordre ne craignait même pas la puissance épiscopale : dans le troisième tiers du siècle, il contrôle trois des quatre évêchés prussiens. Seul celui d’Ermland est réservé aux Dominicains, mais il s’est toujours comporté en fidèle allié de l’ordre.

  • 35 PUB, I/1, no 130, 207-208 et 254 ; K. Neitmann, Die Staatsverträge des Deutschen Ordens in Preussen (...)
  • 36 M. Grzegorz, « Die territorialen Ewerbungen des Deutschen Ordens in Pommerellen vor 1308 », Zeitsch (...)

41Élément et preuve de souveraineté, l’ordre fixa les frontières avec les duchés voisins, de façon précise, dans des traités officiels (avec Casimir de Cujavie en 1238, Swantopolk de Pomérélie en 1248, Sambor de Pomérélie en 1251, etc.35). Les Teutoniques ont fort bien maîtrisé cette technique d’organisation de l’espace qu’est la fixation d’une frontière. Cela ne les empêcha pas de chercher à s’étendre, notamment par un patient grignotage aux dépens de la Pomérélie, dans la région de Zantir et du Grand Werder36.

42Peu de princes d’empire pouvaient finalement se vanter de détenir un pouvoir aussi assuré et aussi protégé que celui du Maître de Prusse.

La christianisation

Conversions et résistances

43Les Cisterciens ont vite disparu, remplacés par les Mendiants. Franciscains et Dominicains ont œuvré en Prusse, se partageant le travail. Aux Dominicains la prédication de la Croisade, aux Mineurs l’évangélisation des païens. Dans cette chrétienté nouvelle ces ordres nouveaux pouvaient développer au mieux leur influence.

44L’ordre semble s’être peu soucié d’évangélisation – il n’avait pas été appelé dans ce but – et paraît surtout avoir fait passer en priorité ses intérêts de nouveau maître (imposition de taxes, service militaire, etc.). Aussi comprend-on que les convertis se révoltèrent entre 1242 et 1249, puis, de manière encore plus brutale, entre 1260 et 1283. Si les combats furent violents, et si l’ordre ne triompha que grâce à l’appui fourni par des Croisés venus d’Empire et appelés à la rescousse à maintes reprises par la papauté, il est erroné de parler d’extermination du peuple prutène comme on l’a fait aux XIXe ou XXe siècles.

  • 37 Déclaration du Maître de Prusse Johann von Wegeleben en 1263 (PUB I/2, no 204) : Do dy neuwen crist (...)

45En 1249, lors du traité de Christburg, les Prutènes se virent accorder la liberté individuelle et des droits semblables à ceux des chrétiens. Ils les perdirent, comme le traité l’avait stipulé, à l’occasion de la révolte de 1260 à la suite de laquelle l’ordre refusa désormais de délivrer des privilèges collectifs pour ne plus récompenser que de manière individualisée ceux des convertis restés fidèles. La mainmise des Teutoniques sur les populations locales s’est alourdie à l’occasion du tournant de 1260. Désormais, les paysans prutènes vécurent avec des droits moindres que ceux des colons allemands37.

L’ordre contrôle les évêchés

  • 38 PUB, I/1, no 142 à 144.
  • 39 PUB, I/1, no 176.

46En 1243 la conquête n’est pas encore achevée, mais les temps sont néanmoins jugés mûrs. Lorsque vient la phase d’encadrement, la période missionnaire touche à sa fin. Sans doute, en anticipant, les papes ont-ils préjugé de la solidité du succès, ou ont-ils estimé indispensable la présence épiscopale pour montrer aux convertis que le christianisme avait un autre visage que celui des « moines soldats ». En tout cas, l’implantation diocésaine intégrait la Prusse à la chrétienté latine. Envisagée dès 1239-1240, elle fut réalisée par le très actif légat Guillaume de Modène en 1243, sous la direction attentive d’innocent IV38. En 1246 les quatre églises de Prusse (Culmerland, Ermland, Pomésanie et Samland) sont placées sous l’autorité de la métropole de Riga, échappant à celle de Gniezno39.

47Le pape Innocent IV a directement nommé les premiers évêques : le dominicain Heidenreich à Culm en 1245, un autre dominicain, Ernst, en Pomésanie, le 10 janvier 1249, puis deux membres de l’ordre Teutonique : Anselme, consacré évêque d’Ermland le 28 août 1250, et en septembre 1254 Henri de Strittberg évêque de Samland.

  • 40 PUB, I/2, no 217.

48Les chapitres cathédraux suivent : Heidenreich établit le sien en 1251 et lui fait adopter la règle de saint Augustin, ceux de Pomésanie et de Samland apparaissent en 1284 et 1285 ; tous deux sont constitués de membres de l’ordre. Le chapitre du diocèse de Culm avait adopté la règle des Teutoniques dès 126440. Ainsi, les évêchés qui, à l’origine, contrôlaient un tiers de l’espace prussien, sont passés sous la domination territoriale de l’ordre. Leur contrôle est aussi un moyen et un signe de la souveraineté.

  • 41 PUB, I/1, no 277 et I/2, no 188.

49Certains de ces évêques participèrent activement non seulement à l’œuvre d’évangélisation mais aussi à une vie politique agitée : on voit Heidenreich de Culm ou Anselme d’Ermland intervenir comme arbitre ou négociateur dans les querelles politiques opposant l’ordre aux princes polonais41.

La papauté et la christianisation de la Prusse : des ambitions théocratiques ?

  • 42 Parmi les importants privilèges d’Honorius III : ceux de décembre 1216, octobre 1218, décembre 1220 (...)

50Dès les premières décisions d’innocent III (entre 1206 et 1215), il apparut clairement que la papauté s’intéressait de près à la mission prussienne. Christian de Prusse fut soutenu par Honorius III, les Teutoniques constamment aidés par les papes du XIIIe siècle (ils obtinrent un nombre considérable de privilèges généraux, les mettant sur un pied d’égalité avec les Templiers ou les Hospitaliers42). Le Saint-Siège confirmait les privilèges que lui transmettait l’ordre, lançait des appels réitérés à le soutenir auprès des laïcs et du clergé impérial et polonais. À maintes reprises, il appela à la Croisade, accordant toujours à ceux qui se rendaient en Prusse la même indulgence qu’aux combattants de Terre sainte.

  • 43 Parmi ses tenants : E. Christiansen, Les Croisades nordiques. L’Occident médiéval à la conquête des (...)
  • 44 PUB, I/1, no 108 : ita ut per vos aut alios dicta terra [Prussia] nullius umquam subiciatur dominio (...)

51La thèse, longtemps adoptée, d’une volonté théocratique pontificale aspirant à contrôler l’ensemble de la Baltique semble un contresens43. La papauté n’a pas cherché à s’emparer de la Prusse pour en faire un des joyaux du territoire de Saint-Pierre. Elle n’y a pas eu d’ambition politique, mais a en réalité voulu en faire, en toute logique, un élément nouveau de la chrétienté latine, tout en protégeant son représentant, l’ordre Teutonique. C’est en ce sens qu’il faut lire la décision de prendre la Prusse in ius et proprietatem (bulle de Rieti, juin 1234) tout en la concédant à l’ordre, qui la détient librement, en n’étant soumis à aucune domination44.

  • 45 Liber Censuum, I, 2 : [...] reges et principes, in ius et proprietatem Beati Petri et sancte Romane (...)

52La formule s’appliquait aux terres dont les détenteurs versaient un cens à l’Église de Rome, en échange de sa protection45. Certes, ce cens n’était pas qu’honorifique et le possesseur de la terre reconnaissait un droit supérieur au Saint-Siège, en quelque sorte le domaine éminent, en échange de quoi il bénéficiait de sa protection spirituelle. Dans le cas de territoires acquis aux dépens des ennemis de la chrétienté, c’était une manière de faire consacrer par le droit ce que la force avait obtenu. Si le pape était le seigneur suprême de ces territoires, et leur protecteur, il en laissait l’usufruit au conquérant. Le contrôle politique du souverain pontife restait théorique, en revanche l’usufruitier pouvait se considérer totalement libre, puisque désormais aucune puissance extérieure ne prétendrait dominer sa terre.

53Il y a d’ailleurs fort à parier qu’en ce qui concerne la Prusse, la décision fut prise à la demande du Grand Maître, comme ce fut le cas pour le Burzenland. De lui-même, le Grand Maître est venu se placer sous la protection apostolique, afin d’obtenir l’indépendance ; il est sans doute erroné de voir en l’affaire la manifestation d’une volonté expansionniste et théocratique de la papauté. La bulle pontificale ne va enfin pas à l’encontre de celle de Rimini, puisque Frédéric II s’abstenait d’incorporer la Prusse à l’empire.

  • 46 PUB, I/l, no 134 (11 avril 1240).
  • 47 Innocent III, 1212 (PUB, I/1, no 7), Honorius III, 1220 (PUB, I/1, no 37) et 1225 (PUB, I/1, no 54) (...)
  • 48 PUB, I/l, no 267.

54La politique pontificale ne fut ni unilatérale ni aveugle. Grégoire IX reçut les plaintes de Christian de Prusse contre l’ordre et fit enquêter à ce sujet46. Alexandre IV enregistra celles des convertis contre l’ordre : réaction inévitable car depuis Innocent III le Saint-Siège s’était porté garant de la liberté et de la sûreté des néophytes de Prusse47. Il advint même que la papauté prît le parti des princes polonais contre l’ordre, alors que l’inverse était plutôt de règle. Un bel exemple en est fourni par la décision d’innocent IV du 19 mai 1253 en faveur de Casimir de Cujavie, autorisé à annexer la terre des Polexiens qui se sont spontanément convertis48. L’ordre estimait que la région, étant en Prusse, devait lui revenir. Mais le pape fit valoir qu’on avait donné aux Teutoniques la Prusse à condition de la conquérir : dès lors qu’une région passait volontairement au christianisme, elle ne relevait plus de la domination de l’ordre mais du prince le plus proche...

55L’ordre Teutonique s’affirma donc très vite comme le maître de la terre, du droit, et des armes. Installé hors de l’empire, il devait se transformer en prince territorial – sur le modèle des princes d’empire – pour s’affirmer en puissance souveraine et indépendante, à l’abri des tentations polonaises. Ainsi l’État prussien est né de la conquête militaire et du cadre fixé à Rimini et arraché à Conrad de Masovie en 1230. Si l’État moderne vient de l’impôt général et de l’armée permanente, alors les Teutoniques en ont dessiné les premiers contours en Prusse. Un ordre militaire n’est-il pas une armée permanente ?

56Au XIIIe siècle l’État prussien n’est pas achevé, en revanche il est incontestable que la transformation de l’ordre en une puissance politique s’est effectuée très tôt, avant même que la conquête ne soit assurée. Les textes fondateurs datent des vingt premières années de la présence de l’ordre. On peut donc parler de volonté de puissance politique.

57Ce qui, enfin, demeure saisissant, est le constant souci de contrôler l’espace et d’y dessiner les marques de la domination. Construction de villes, contrôle de l’axe de la Vistule, délimitation minutieuse de frontières linéaires, division administrative : l’espace prussien fut conquis, encadré, animé. Sa maîtrise impliquait la naissance du politique. La transformation d’un espace conquis en un territoire organisé et contrôlé, loin du champ d’action impérial (Königsfern), permit de pérenniser la conquête.

58L’aventure prussienne, seulement entamée au XIIIe siècle, témoigne de la remarquable capacité d’adaptation des ordres militaires, en mesure d’ériger une principauté et de l’intégrer à l’Europe chrétienne. Le processus de latinisation de la Prusse est un bel exemple de géopolitique médiévale.

Notes

1 K. Gorski. L’ordine teutonico, Turin, 1971 ; H. Boockmann, Der deutsche Orden, 12 Kapitel aus seiner Geschichte, Munich, 1982 ; K. Militzer, Von Akkon zur Marienburg. Verfassung, Verwaltung und Sozialstruktur des Deutschen Ordens 1190-1309, Marbourg, 1999 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 56).

2 K. Forstreuter, Der Deutsche Order am Mittelmeer, Bonn. 1957 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 2) ; H. Kluger, Hermann von Salza und Kaiser Friedrich II. Ein Beitrag zur Frühgeschichte des Deutschen Ordens, Marbourg, 1987 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 37).

3 Hennes, I, 7 : Ex innata nobis pietate eidem domui et fratribus [...] concedentes et indulgentes, ut quicumque liber homo aut ministerialis vel cuiuscunque conditione fuerit, aliquid de hiis bonis, que ab imperio tenet [...] eis tradere aut etiam vendere voluerit, plenam de hoc et liberam habeat facultatem ; renouvellement de Frédéric II (HB, II, 1, p. 159-160).

4 HB, I, 2, p. 438.

5 H. Boockmann, « Die Bedeutung Thüringens und Hessens für den Deutschen Orden », dans Die Rolle der Ritterorden in der Christianisierung, Z. H. Nowak éd., Torun, 1983, p. 57-68 (Ordines militares. Colloquia Torunensia Historica, 1).

6 Hessisches Urkundenbuch, A. Wyss éd., t. I, Leipzig, 1879, p. 44 ; H. Boockmann, « Die Anfänge des Deutschen Ordens in Marburg und die frühe Ordensgeschichte », dans Sankt Elisabeth. Fürstin, Dienerin, Heilige. Aufsätze, Dokumentation, Katalog (Ausstellung zum 750. Todestag der hl. Elisabeth), Sigmaringen, 1981, p. 137-150. Les liens avec la dynastie se poursuivirent : en 1240 Conrad de Thuringe succède à Hermann de Salza. Parmi les nobles qui l’ont accompagné lors de son entrée dans l’ordre figurent Hartmann d’Heldrungen, Grand Maître en 1274-1283, et Dietrich de Grüningen, maître de Prusse en 1248-1258.

7 Urkundenbuch zur Geschichte der Deutschen in Siebenbürgens (UBS), no 19, C. Werner et F. Zimmermann éd., Hermanstadt, 1892 ; H. Zimmermann, Der Deutsche Orden im Burzenland. Eine diplomatische Untersuchung, Cologne-Weimar-Vienne, 2000 (Studia Transylvanica, 26) et « Der deutsche Ritterorden im Siebenbürgen », dans Siebenbürgen und seine Hospites Theutonici, Cologne-Weimar-Vienne, 1996, p. 187-224.

8 UBS. 40 (30 avril 1224) : Vestris ergo piis precibus benignius annuentes prefatam terram in ius et proprietatem B. Petri suscipimus, et earn sub speciali apostolice sedis protectione ac defensione perpetuis temporibus permanere sancimus...

9 Christianus primus post beatum Adalbertum genti Prutenorum épiscopus consecratus est : Chronicon Montis sereni (MGH SS, XXIII, p. 186) ; F. Blanke, « Die Missionsmethode des Bischofs Christian von Preussen », Altpreussische Forschungen, 4 (1927), p. 20-42, repris dans E. Beumann, Heidenmission und Kreuzzugsgedanke in der deutschen Ostpolitik des Mittelalters, Darmstadt, 1963, p. 337-363 ; K. Zielinska-Melkowska, « Świety Chrystian - cysters - misyjni biskup Prus », Nasza Przeslość, 83 (1994), p. 56-92.

10 PUB, I/1, no 41.

11 Mentionné dans un acte du 2 juillet 1223 : M. Perlbach, Preussische Regesten bis zum Ausgang des XIII. Jahrhunderts, Königsberg, 1875, no 50.

12 H. Kluger, op. cit., p. 59-61, et M. Löwener, « Itinerare Hilfsmittel zur chronologischen Einordnung des Quellenmaterials - dargestellet am Beispiel der Herrschaftsgründung des Deutschen Ordens in Preussen », dans Fremdheit und Reisen im Mittelalter, I. Erfen et K.-H. Spiess éd., Stuttgart, 1998, p. 165-176, se sont attachés à débrouiller les fils chronologiques de cette histoire.

13 Schtesisches Urkundenbuch, H. Appelt dir., Graz-Cologne, 1971, t. I, 2, p. 219 ; B. Zientara, Henryk Brodaty i jego czasy [Henri le barbu et son temps], Varsovie, 1975.

14 La bulle d’or de Rimini est conservée en deux exemplaires : « K » et « W » au Geheimes Staatsarchiv preussischer Kulturbesitz (Deutschordensarchiv), Hauptabt. XX, Pg. Uk., Schbl. 20 A et Schbl. 109, no 2. Il existe plusieurs éditions, dont : Preussisches Urkundenbuch, I, 1, 56 (W) et W. Hubatsch, Quellen zur Geschichte des Deutschen Ordens, Göttingen, 1954, p. 46-53 (K et W).

15 M. Perlbach, « Zur Kritik der altesten preussischen Urkunden », Preussisch-polnische Studien zur Geschichte des Mittelalters, t. I, Halle, 1886, p. 45-56 ; I. Matison, « Die Lehnsexemption des Deutschen Ordens und dessen staatsrechtliche Stellung in Preussen », Deutsches Archiv, 21 (1965), p. 194-248.

16 T. Jasinski : « The Golden Bull Allegedly Issued in 1226 by Friedrich II for the Teutonic Order », Questiones Medii Aevi Novae, 3 (1998), p. 221-244 ; P. Zinsmaier, Regesta Imperii, t. V : 1198-1272, Nachtrage und Erganzungen, Cologne-Vienne, 1983 (notice accompagnant le diplôme BF 1598).

17 Frédéric II accorde des droits de souveraineté pour une terre hors de l’empire : il ne brade donc pas les droits de l’empereur comme on l’écrit parfois. Ainsi il se garde bien de donner aux Teutoniques d’Allemagne ou de Sicile les mêmes privilèges qu’en Prusse.

18 L’idée de « diplômes-étapes » et de négociations fut émise par M. Perlbach, Preussichepolnische Studien, op. cit., t. I, p. 61, 69 ou 73, et reprise par G. Labuda, « Über die Urkunden zur Gründung des Deutschen Ordens im Kulmerlande und in Preussen in den Jahren 1226-1234 », dans Die Ritterorden zwischen geistlicher und weltlicher Macht im Mittelalter, Z. H. Nowak éd., Toruń, 1990 (Ordines Militares. Colloquia Torunensia Historica, 5), p. 21-44.

19 PUB, I/1, no 64 du 23 avril 1228.

20 PUB, I/1, no 71, 75, 76, 78. Nous analysons les no 75 et 78.

21 Ce traité, où les Prutènes sont appelés Saraceni ( !) et dont le style détone par rapport aux autres actes de la chancellerie masovienne, fut longtemps considéré comme faux par les historiens polonais, au contraire de leurs collègues allemands. T. Jasiñski montre son authenticité : « Uwagi o Autentyczňosci Przywileju Kruszwickiego z Czerwca 1230 R. » [Remarques sur l’authenticité du privilège de Kruschwitz de juin 1230], dans Personae Colligationes Facta, Toruń, 1991, p. 226-239. Le document, rédigé dans l’entourage d’Hermann de Salza, fut imposé à Conrad.

22 Le 18 janvier 1230, Grégoire IX confirme la donation du castrum de Culm et ordonne d’arracher leur terre aux Prutènes et de l’intégrer à la chrétienté (PUB, I/1, no 72). Ainsi, certainement à l’instigation d’Hermann de Salza, il rajoute à l’offre de Conrad la Prusse, sous couvert d’une mission de christianisation. Le 12 septembre 1230 (PUB, I/1, no 80), il confirme la donation de Culm et la possession de ce qui sera conquis sur les païens.

23 Pierre de Duisbourg, Chronicon terrae Prussie, K. Scholtz et D. Wojtecki éd., Darmstadt, 1984 (Ausgewahlte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 25).

24 K. Neitmann, « Die Pfandsverträge des Deutschen Ordens in Preussen », Zeitschrift für Ostforschung, 41 (1992), p. 1-67.

25 T. Torbus, Die Konventsburgen im Deutschordensland Preussen, Munich, 1998.

26 PUB, I/1, no 105 ; G. Kisch, Die Kulmer Handfeste. Rechtshistorische und textkritische Untersuchungen, Stuttgart, 1931.

27 K. Militzer, op. cit. ; M. Löwener, Die Einrichtung von Verwaltungsstrukturen in Preussen durch den Deutschen Orden bis zur Mitte des 13. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1998 ; S. Jôzwiak, Centralne y terytorialne organy wladzy zakonu krzyzackiego w Prusach w latach 1228-1410, Toruń, 2001.

28 M. Löwener, Die Einrichtung, op. cit.. p. 84.

29 Stadt und Orden. Das Verhältnis des Deutschen Ordens zu den Städten in Livland. Preussen und im Deutschen Reich, U. Arnold éd., Marbourg, 1993 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 44).

30 Proposition de M. Löwener, Die Einrichtung, op. cit.

31 Codex Warmiensis, II, 514.

32 PUB, I/1, no 181.

33 Ainsi Dietrich commandeur de Königsberg au prutène Wergule (Samland Urkundenbuch, I, 72, 15 novembre 1261).

34 PUB, I/2, no 215 : Ouch sollen sie uns [... ] czu bekenntnisse der herschaft ein krompfundt wachs unnd einen colmischen pfennigk adder funff prewsche in des stadt alle ior uff sanct Mertens tag uff das schlos Balge zcu brengenn.

35 PUB, I/1, no 130, 207-208 et 254 ; K. Neitmann, Die Staatsverträge des Deutschen Ordens in Preussen 1230-1449. Studien zur Diplomatie eines spätmittelalterlichen deutschen Territorialstaates, Cologne-Vienne, 1986.

36 M. Grzegorz, « Die territorialen Ewerbungen des Deutschen Ordens in Pommerellen vor 1308 », Zeitschrift für Ostforschung, 38 (1989), p. 34-57.

37 Déclaration du Maître de Prusse Johann von Wegeleben en 1263 (PUB I/2, no 204) : Do dy neuwen cristen von Prewszen den Cristgelouben hatten abgeworfen, wedir uns unde ander cristglowbige luwthe growsamlich robiten, die kirche gotis mit viel pynen queleten unde domethe billichen ere freyheit vorloren, wir wellen ouch her widderumme, das dieiene, die mit uns getruwelich bestunden, sich sullen vroywen eynes sunderlich vorteyles derfreiheit.

38 PUB, I/1, no 142 à 144.

39 PUB, I/1, no 176.

40 PUB, I/2, no 217.

41 PUB, I/1, no 277 et I/2, no 188.

42 Parmi les importants privilèges d’Honorius III : ceux de décembre 1216, octobre 1218, décembre 1220 et janvier 1221. Tabulae ordinis Theutonici : ex tabularii regii Berolinensis codice potissimum, E. Strehlke éd., Berlin, 1869, no 303, 305, 306 et 314.

43 Parmi ses tenants : E. Christiansen, Les Croisades nordiques. L’Occident médiéval à la conquête des peuples de l’Est, Paris, 1996.

44 PUB, I/1, no 108 : ita ut per vos aut alios dicta terra [Prussia] nullius umquam subiciatur dominio potestatis ; G. Labuda, « Die Urkunden über die An lange des Deutschen Ordens im Kulmerland und in Preussen in den Jahren 1226-1243 », dans Die Geistlichen Ritterorden Europas, J. Fleckenstein et M. Hellmann éd., Sigmaringen, 1980, p. 299-316 (Vorträge und Forschungen, 26), estime que le pape a pris in ius et proprietatem la seule Prusse, mais en 1245 Innocent IV (PUB, I/1, no 160) déclare que la papauté a pris in ius et proprietatem Cul mensem et acquis itas Pruscie terras...

45 Liber Censuum, I, 2 : [...] reges et principes, in ius et proprietatem Beati Petri et sancte Romane ecclesie persistentes censuales esse [... ] deberent.

46 PUB, I/l, no 134 (11 avril 1240).

47 Innocent III, 1212 (PUB, I/1, no 7), Honorius III, 1220 (PUB, I/1, no 37) et 1225 (PUB, I/1, no 54), Grégoire IX, 1227 (PUB, I/1, no 61) et 1234 (PUB, I/1, no 116), etc.

48 PUB, I/l, no 267.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.