Version classiqueVersion mobile

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La croisade du roi de Suède Magnus Eriksson contre Novgorod (1348-1351)

Jean-Marie Maillefer

Texte intégral

1Au milieu du XIVe siècle s’étendait sur les marches orientales du royaume de Suède l’un des derniers fronts du christianisme latin face au paganisme, dans les pays baltes et sur les rives du golfe de Finlande peuplées de Caréliens et Ingriens, tandis que les Églises d’Orient paraissaient rester hostiles à toute idée de rapprochement avec Rome : l’installation du métropolite de Russie à Moscou à partir de 1325 concrétisait la constitution d’un pôle orthodoxe concurrent de Rome dans l’Est européen, et les progrès de l’hésychasme byzantin à partir de 1341 semblaient remettre en cause les espoirs placés dans l’union religieuse du monde chrétien.

2L’idée de croisade avait repris vie sous le pontificat de Benoît XII (1334-1342). Le pape prêcha la croisade en 1336 ; le roi de France Philippe VI prit alors la croix et son exemple fut suivi par d’autres souverains. L’événement fut répercuté dans toute l’Europe et selon Froissart il fut « publié par le monde et apportait grand plaisir à tous les seigneurs... ».

3Par son mariage avec Blanche de Namur en 1335, le roi de Suède-Norvège Magnus Eriksson (né en 1317, il règne de 1319 à 1364 et meurt en 1374) était entré dans un lignage particulièrement sensible à l’aventure de la croisade. En effet cinq des frères de Blanche de Namur allèrent combattre en Prusse où l’un d’eux périt en 1335 ; un autre trouva la mort à Chypre en 1337. En 1334 Magnus Eriksson s’était déplacé lui-même à Namur pour y négocier son mariage, et il n’est pas impossible qu’il ait fait le voyage de retour via la Prusse en compagnie des trois fils du comte de Namur qui y passèrent l’hiver 1334-1335. Il est peu probable dans ces conditions que l’appel à la croisade ne soit pas alors parvenu à la cour de Suède.

4L’arrivée au Saint-siège de Clément VI (1342-1352) contribua encore à raviver l’esprit de croisade. Des expéditions furent mises sur pied en Orient qui aboutirent notamment à la prise de Smyrne en 1344. Clément VI se tourna aussi vers les diocèses Scandinaves pour prêcher la croisade. Le 30 septembre 1343, une bulle pontificale avait mandé à l’archevêque d’Uppsala et à ses suffragants d’exhorter les Suédois à prendre part à la croisade contre l’Islam. Deux ans plus tard, Clément VI réitéra son appel aux évêques du Nord de l’Europe. Ces sollicitations pontificales ne laissèrent pas indifférent le souverain suédois, mais ses préoccupations politiques l’orientaient vers l’Estonie et ses voisins directs, Finnois et Russes.

5Dès 1336 le souverain suédois avait en effet commencé à prendre des initiatives en direction du nord-est européen. Au printemps 1336, des émissaires venus d’Estonie avaient été reçus en Suède ; c’est sans doute la raison pour laquelle l’évêque de Dorpat était présent à Stockholm en juillet 1336 lors du couronnement de Magnus Eriksson. De son côté le roi suédois avait dépêché des ambassadeurs en Livonie et l’un d’eux, par ailleurs avoué du château de Viborg en Carélie suédoise, s’était rendu auprès de l’ordre teutonique à Frauenburg (Frombork) à la fin septembre 1336.

6Il est probable que le souverain suédois cherchait alors à prendre le contrôle de l’Estonie, territoire conquis par les Danois un peu plus d’un siècle plus tôt mais où la suzeraineté danoise n’était plus que théorique dans les années 1330. En 1343, profitant d’une révolte de la paysannerie estonienne, les Suédois avaient tenté un débarquement militaire à Reval. Pour justifier sa politique interventionniste, Magnus Eriksson pouvait s’appuyer sur un argument juridique : sa mère, Ingeborg, avait épousé en secondes noces un noble danois, Knut Porse, à qui le roi Christophe II de Danemark avait confié en 1329 le duché d’Estonie. Depuis la mort de Knut (dès 1330), Magnus Eriksson se sentait en droit de revendiquer l’Estonie au nom de ses deux demi-frères. L’affaire se compliqua avec l’arrivée sur le trône de Danemark de Valdemar IV Atterdag en 1340, lequel chercha à vendre l’Estonie à l’ordre teutonique. Le traité de cession fut finalement signé en faveur des chevaliers teutoniques et il affirmait que les héritiers de Knut Porse ainsi que le roi de Suède avaient renoncé à leurs droits sur le duché d’Estonie. La chose n’est toutefois pas si sûre car Magnus vidima plusieurs actes du Maître de Livonie en 1348-1349.

  • 1 Diplomatarium svecanum (Svenskt diplomatarium), VI : 1-2, Stockholm, 1878 (rééd. 1967)-1916.

7Plusieurs indices montrent en tout cas que Magnus Eriksson prit la croix et se préparait soigneusement à la croisade dans les années 1340. Dès 1343, il avait fait désigné son fils cadet Hȧkon pour ceindre à sa majorité la couronne de Norvège, puis en 1344 son aîné Erik fut reconnu comme héritier du trône de Suède. Cette même année, le souverain créa la charge nouvelle de gouverneur général du royaume, officialis regis generalis. Enfin Magnus Eriksson et la reine Blanche rédigèrent leur testament le 1er mai 1346. Le roi y mentionnait ses projets de croisade (mais ceux-ci n’apparaissent plus dans la version norvégienne datée du 15 juillet 1347, ce qui suggère que la décision effective de partir en croisade fut prise dans l’intervalle) ; Magnus Eriksson s’y déclarait prêt à accomplir le vœu d’aller combattre les Infidèles et, au cas où il viendrait à décéder, il demandait à ses exécuteurs testamentaires de dépêcher à ses frais cent hommes tout équipés contre les ennemis de Dieu (DS no 4069)1.

  • 2 Les Révélations célestes et divines de Ste Brigitte de Suède, J. Ferraige trad., Paris, 1624, VIII (...)

8Dans ses Révélations, sainte Brigitte, qui exerça des fonctions auprès de la reine à la cour de Suède entre 1336 et 1349, confirme l’engagement du souverain. Elle l’encourageait à « envoyer ses serviteurs et ses mercenaires dans les nations infidèles »2, et une demi-douzaine de révélations sont consacrées à cette entreprise. Le roi Magnus prit en effet conseil auprès de Brigitte et tout indique qu’elle prit une part active dans la préparation religieuse de la croisade :

  • 3 Révélations, op. cit., VIII : 39.

Un roi de Suède demanda à l’épouse du Christ [i.e. Brigitte] de consulter Dieu pour savoir s’il Lui était agréable qu’il allât à la guerre contre les païens car il le désirait. Lorsque l’épouse posa la question, le Christ lui apparut et dit : Si le roi veut aller contre les païens [...] je lui conseille deux choses [...] : qu’il ait d’abord bon cœur et le corps bien dispos. Le cœur sera bon s’il n’est motivé que par l’amour de Dieu et par le salut des âmes [...]. Ensuite il doit s’assurer d’avoir tous ses sujets et chevaliers volontaires et hommes de bien. Pour cette raison, qu’il parcoure tout son royaume pour voir comment la justice est rendue et comment et par qui les jugements et les décrets sont faits, car celui qui s’efforce de mettre les autres au Ciel, doit commencer par corriger ses erreurs [...]3.

9Ces recommandations correspondent exactement à la définition que l’on a pu donner de la croisade : une vaste opération postulant le rétablissement de la paix entre les princes chrétiens et une attitude d’esprit propre à concilier aux participants la faveur divine.

10Sainte Brigitte proposa même au roi la stratégie à suivre : elle l’enjoignait de procéder avec humilité et d’agir pacifiquement avec une petite troupe encadrée par des clercs :

  • 4 Ibid., VIII : 40.
  • 5 Ibid., VIII : 43.

Il est dit que nul ne doit être forcé contre son gré d’accéder au Ciel [...]. C’est pourquoi ceux qui vont dans les pays des Infidèles, doivent en premier lieu leur offrir la paix, la foi et la liberté [...]4.
Le Christ dit à son épouse : Le roi qui recherche le bien des âmes et qui veut assaillir les païens doit avoir deux bannières. Sur la première doit être peinte la Passion, qui marque la miséricorde ; sur la seconde sera représenté le glaive de Ma justice. Lorsque le roi arrivera chez les païens qu’il lève d’abord la bannière de la miséricorde et qu’il propose la paix à ceux qui la voudront recevoir. Mais qu’il brandisse la bannière de la justice à ceux qui la refuseront. Mettant ainsi sa confiance en Ma bonté, il ne doit pas craindre la multitude de Mes ennemis ni se retirer par pusillanimité, et n’écouter point la voix de ceux qui disent : Retirez-vous, il ne faut plus combattre5.

11Le souverain suédois semble avoir pris sa décision définitive de lancer une croisade contre Novgorod en 1347. Il dépêcha auprès de Clément VI des émissaires qui se trouvaient à Avignon en septembre 1347. Les Annales islandaises affirment que

  • 6 Islandske Annaler indtil 1578, G. Storm éd., Christiania, 1888 (rééd. 1977), p. 233.

Magnus s’adressa au pape et proposa de christianiser des gens en Russie s’il trouvait suffisamment de force6.

12En outre, pour la première fois de son règne, le roi effectua plusieurs tournées en Finlande entre la mi-juillet 1347 et février 1348. Au début avril 1348, il se rendit dans l’ouest de son royaume, au port de Helsingborg, probablement pour y accueillir des contingents de chevaliers venus de Norvège, du Danemark et d’Allemagne. En effet la Grande Chronique rimée suédoise mentionne que

Magnus avait rassemblé une grande armée venue d’Allemagne et du Danemark, en compagnie du comte de Holstein et d’autres [seigneurs].

13Magnus n’avait donc pas entièrement tenu compte des conseils de sainte Brigitte, laquelle ne lui épargna pas ses critiques virulentes pour s’être laissé entraîner à réunir une imposante armée :

  • 7 Révélations, op. cit., VI : 41.

Le Fils de Dieu parle à son épouse et lui dit que ce roi est un enfant [...] à cause de sa conduite et de son armée innombrable. Le berger David n’a-t-il pas vaincu le géant ? Mais comment ? Par la force et l’intelligence peut-être ? Certes non, mais par la vertu divine, car si Dieu n’avait pas réduit à néant l’audace du géant et donné le courage à l’esprit du jeune David, comment ce dernier aurait-il pu affronter ce géant ? [...] Ainsi celui qui combat avec l’aide de Dieu, vaincra facilement. Celui qui a une totale confiance en Dieu, il n’a pas besoin de force physique, seulement de foi et de charité. Mais les hommes du siècle estiment pouvoir vaincre grâce à la force physique [...] et attribuent plus la victoire à l’activité humaine qu’à la vertu divine [...]. De même fait ce roi : il est d’avis qu’il est beau et excellent de marcher avec une grande armée et beaucoup de soldats mais il ne considère pas tout le malheur qui se dissimule en dedans. Il ne considère pas les désolations et les douleurs qui s’ensuivront, ni qu’ils s’en iraient misérables et affamés et qu’ils reviendraient encore plus misérables. Il lui semble pure folie de partir avec une petite troupe, mais un grand profit y est caché. Qu’il aille donc avec une petite armée et avec humilité7.

14Un passage du Chronicon Holtzacie, témoignage postérieur (milieu du XVe siècle) mais précis et concordant, confirme que la stratégie défendue par sainte Brigitte suscita le scepticisme des professionnels de la guerre et en particulier de Henri de Holstein :

  • 8 Scriptores rerum svecicarum medii œvi, III, Uppsala, 1876.

En route, Henri se rendit au domaine de cette femme, la très pieuse veuve Brigitte qu’on appelait sainte ; [on disait que] si on l’interrogeait, elle pouvait prédire au comte Henri le sort de la guerre. Le comte Henri lui demanda donc si elle pouvait lui prédire l’issue de l’expédition qu’il se préparait à entreprendre. Elle lui répondit que s’il voulait pénétrer dans cette terre de Finlande, il devrait le faire sans armes. Se tournant vers les siens, le comte dit : Cette femme n’a point cure que je sois tué par les Finnois. Je m’y rendrais en armes au nom de Dieu8.

15Un passage des Révélations montre que la réaction du souverain suédois fut identique :

  • 9 Révélations, op. cit., VIII : 47.

[...] On lui avait prescrit un certain nombre d’hommes, mais sous l’influence du Diable, le roi pensa : les amis de Dieu ne connaissent rien à la guerre, c’est pourquoi j’irai quérir des hommes aguerris au combat. Alors le Diable lui envoya plusieurs de ses serviteurs par le conseil desquels il fut gouverné9.

16Malgré ce débat sur l’importance des forces à engager dans la croisade, le roi de Suède paraît tout de même avoir voulu suivre les conseils que sainte Brigitte prodiguait car il ne s’agissait pas seulement, semble-t-il, de convertir des païens mais aussi d’amener les orthodoxes à la foi catholique :

  • 10 Ibid., VIII : 43.
  • 11 Ibid., VIII : 47.

[...] Que le roi prenne aussi avec lui des prêtres de bonnes mœurs et des religieux de divers ordres qui méprisent vraiment le monde ; il y en a plusieurs chez les païens qui préfèrent leur secte à tout autre chose, auxquels il faut répondre fort sagement. Que les prêtres instruisent le peuple10.
Les amis de Dieu, les prêtres et les religieux doivent être prêts, avec une sapience spirituelle, à répondre aux païens qui viennent à eux avec leur secte [...]. Les Frères de l’ordre de saint Dominique, de saint François et les Bernardins sont partis avec le roi, d’autant que ces trois ordres sont appelés pour la conversion des païens11.

17Plusieurs versions de la Chronique de Novgorod indiquent en effet que le souverain suédois aurait, au début de l’année 1348 (ou même dès 1347 selon la Quatrième chronique), envoyé à Novgorod une ambassade chargée de discuter de l’union des Églises romaine et orthodoxe.

Magnus, roi des Suédois, délégua à Novgorod des émissaires qui déclarèrent : envoyez vos théologiens à une conférence et j’y enverrai les miens pour y discuter du dogme ; ils établiront quelle foi est la meilleure ; si c’est la vôtre, je rejoindrai votre foi, mais si c’est la nôtre alors vous l’embrasserez et nous serons unis comme un seul homme. Mais si vous n’acceptez pas l’union, alors je viendrai contre vous avec toutes mes forces.

  • 12 Diplomatarium svecanum, op. cit., no 4327.

18L’archevêque Basile de Novgorod et les chefs de la ville rétorquèrent qu’une telle question n’était pas de leur ressort mais de celui des Grecs « de qui ils avaient reçu leur foi orthodoxe ». L’idée qu’une telle confrontation théologique fut réellement envisagée à ce moment est peut-être confirmée par le fait qu’au printemps 1348 Clément VI désigna deux clercs pour aller en Suède pro servicio sedis apostolice12.

  • 13 Ibid., no 4323 et 4331.

19Magnus Eriksson passa tout le mois de mai 1348 à Stockholm, pour mettre la dernière main aux préparatifs de la croisade. Plusieurs chartes privées attestent que des nobles suédois étaient dans l’imminence d’un départ pour la Russie13, tandis que les Annales islandaises se font l’écho des difficultés rencontrées par le roi pour organiser en Norvège la levée des paysans. Le jour de la Pentecôte 1348, le roi de Suède s’embarqua en présence de la reine Blanche et de la plupart des membres de son conseil. Il fit voile vers la Carélie et trouva une ambassade russe sur les îles Berezovyi (devant l’actuel Primorsk) ; selon la Chronique de Novgorod, il aurait lancé l’ultimatum suivant :

Je n’ai point de griefs contre vous, mais adoptez ma foi sinon je marcherai contre vous avec toutes mes forces.

20Puis il alla mettre le siège devant Orechovec, place-forte qui contrôlait l’embouchure de la Neva sur le lac Ladoga tandis que ses troupes occupaient la rive méridionale du lac Ladoga et que d’autres se répandaient au sud de la Neva où « il entreprit de baptiser le peuple de l’Izhera (un affluent de la Neva) ». Le prosélytisme fût donc une préoccupation au moins aussi importante que l’action militaire au début de la croisade. La Grande Chronique rimée suédoise souligne ainsi que les Suédois

  • 14 Scriptores rerum svecicarum, op. cit., 1 : 2, p. 55.

[...] coupèrent les barbes des prisonniers orthodoxes, les rebaptisèrent et leur firent promettre de convertir leur pays à la vraie Foi14.

21Non sans exagération, les Annales islandaises affirment

  • 15 Islandske Annaler, op. cit., p. 223.

[...] qu’avec l’aide de saint Olaf, le roi des Russes embrassa la vraie Foi et avec lui beaucoup de ses sujets15.

  • 16 Diplomatarium svecanum, op. cit., no 4529, 16 février 1350.

22Un diplôme du roi Magnus montre qu’on ramena en Suède certains de ces nouveaux convertis et que l’une au moins d’entre eux fut placée dans un monastère suédois16.

23Selon le chroniqueur de Lubeck, Detmar, le siège d’Orechovec dura six semaines et la ville fut prise le 6 août 1348. La Chronique des archevêques de Lund raconte que Magnus fit 500 prisonniers dont un certain nombre de hauts dignitaires russes qui furent emmenés en Suède, probablement comme otages et dans l’espoir de rançons. La prise d’Orechovec marqua en effet un tournant dans la conduite de la croisade : le caractère religieux passa au second plan au moins chez certains chevaliers, professionnels de la guerre attirés dans cette entreprise par l’appât du gain. Sainte Brigitte dénonça leur mauvaise influence :

  • 17 Révélations, op. cit., VIII : 47.

Oyez maintenant ce que ce roi a fait [...], je suis allée [c’est la Vierge qui s’adresse à Brigitte] avant lui en la terre des ennemis, quand je les ai amassés en un lieu que je lui devais donner [allusion à la prise d’Orechovec]. Peu de temps après, les instruments du diable vinrent à ce roi, pleins d’un cœur malin et d’un esprit méchant ; [...] leur cupidité fut plus grande aux possessions terrestres qu’au secours des âmes [...]. Le roi, obéissant à leurs pernicieux conseils, a retiré mes ennemis de mes mains [...]. Le roi, ayant méprisé les conseils des amis de Dieu, obéit aux conseils des hommes ; et ne considérant point la force divine et ne pensant point à mes conseils, il s’en retourna sans aucun fruit [...]17.

24Ainsi après la prise d’Orechovec, les traditions de la guerre médiévale avaient pris le dessus et un certain nombre de prisonniers furent relâchés contre rançon, notamment à l’instigation de mercenaires allemands. La Grande Chronique rimée suédoise en a conservé le souvenir ;

  • 18 Scriptores rerum svecicarum, op. cit., I : 2, p. 55.

Magnus fit selon les conseils des Allemands | Les Russes lui promirent or et argent | et d’adopter la foi catholique | [...] et il les laissa repartir libres...]18.

  • 19 Diptomatarium svecanum, op. cit., no 4424.

25L’expédition de 1348 ne fut qu’un succès de courte durée. Les troupes de Magnus avaient été vaincues le 23 juillet sur les bords du lac Ladoga à Zhabce pole et l’occupation d’Orechovec ne dura que sept mois : assiégée dès le 15 août 1348 par les Russes, elle fut reprise le 24 ou 25 février 1349 ; 400 hommes de la garnison laissée par Magnus furent massacrés. Dès la fin de l’été 1348, le roi était rentré en Suède pour préparer une nouvelle campagne en Russie. Ainsi voyons-nous le 1er mai 1349, un noble suédois engager un domaine pour emprunter 40 marks mais se réserver la possibilité de le racheter « s’il revenait vivant de Russie »19. L’entreprise du souverain suédois était toutefois contrecarrée par la contrebande organisée par les marchands hanséatiques en direction de Novgorod et par le départ de chevaliers mercenaires comme Dietrich von Elmer. Magnus sollicita l’appui du pape et joua tour à tour de menaces et de séduction envers les cités de la Hanse pour obtenir un blocus commercial de Novgorod. Durant l’année 1349, des envoyés suédois se trouvent à Reval et à Riga où ils sont accompagnés par le comte Henri de Holstein, allié de Magnus Eriksson. Une ambassade suédoise se rendit aussi à Avignon : elle dépeint Magnus comme le défenseur des Caréliens et des Ingriens qui venaient nouvellement d’embrasser la foi catholique et qui étaient victimes d’une brutale répression de la part des Russes. Les envoyés suédois expliquaient qu’il s’agissait de sauvegarder l’œuvre missionnaire placée sous le signe de la croisade et commencée en 1348.

26En 1350, le roi de Suède, après avoir effectué un pèlerinage en Norvège sur le tombeau de Saint-Olaf à Pâques, reprit l’offensive. On peut reconstituer les grandes lignes de cette seconde phase (été-novembre 1350) de la croisade grâce à un texte apocryphe en russe, appelé Testament du roi suédois Magnus (Rukopisanie Magnusha Sveiskago Korol’a) et supposé avoir été écrit par ce souverain dans un monastère russe où il serait mort (en réalité il est mort noyé en Norvège). Les détails en sont confirmés par la Grande Chronique rimée suédoise, les Annales islandaises et la Quatrième Chronique de Novgorod. Incapable de reprendre Orechovec où les Russes s’étaient retranchés, le roi Magnus conduisit son armée en Ingrie et se serait emparé de Koporje ; puis surpris par les Russes sur la rivière Luga, il ne réussit à s’échapper qu’en faisant creuser un chenal jusqu’à la mer, mais la plus grande partie de sa flotte fut détruite par une tempête au large de Narva. Ainsi l’expédition s’acheva sur un désastre.

27Aux yeux de sainte Brigitte, la mauvaise tournure prise par la croisade s’explique comme un châtiment de Dieu :

  • 20 Révélations, op. cit., VIII : 47.

[Le diable] a jeté un grand orage dans le cœur du roi, afin qu’ayant rassemblé une grande multitude de combattants, il se retirât de son entreprise à cause de la pauvreté et de la famine...20

  • 21 Sveriges traktater med främmande magter, O. S Rydberg éd., I-II, Stockholm, 1877-1883, II, no 299  (...)

28Il semble toutefois que le souverain suédois n’avait pas encore perdu tout espoir et conservait assez d’énergie pour essayer de mobiliser de nouvelles forces. Revenu en Estonie en décembre 1350, il fit arrêter et confisquer les biens des marchands de Reval pour n’avoir pas respecté le blocus contre Novgorod. Il sillonna l’Estonie et la Livonie jusqu’en avril 1351 dans le but de trouver des appuis auprès de l’ordre teutonique et du clergé. Le 5 mars il lança depuis Haapsalu (résidence de l’évêque d’Ösel) un appel aux Gotlandais pour qu’ils se préparent à affréter bateaux et équipages. Le soutien pontifical arrivait enfin sous la forme de six bulles datées du 14 mars 135121 : le Pape accordait au roi de Suède la moitié du nouveau denier de Saint-Pierre pour l’aider à mener la guerre contre les Russes ; il demandait aux évêques des trois royaumes nordiques de prêcher la croisade contre les Russes ; il enjoignait à l’ordre teutonique de soutenir Magnus de toutes ses forces et ordonnait aux évêques d’Ösel, de Dorpat et au prévôt de Riga d’empêcher les marchands de leurs diocèses de vendre des armes, des chevaux, des navires et de la nourriture aux Russes, qualifiés d’ennemis de la Croix. En attendant, le Conseil du royaume de Suède avait négocié un prêt avec le nonce apostolique pour cause de magna pericula guerrarum. Néanmoins, tout indique que la croisade prit fin avec l’échange mutuel de captifs auquel, selon la Chronique de Novgorod, on procéda à Dorpat fin mai ou début juin 1351.

  • 22 Pour une bibliographie générale, nous renvoyons à : E. Christiansen, The Northern Crusades. The Ba (...)

29Ainsi, malgré tous ses efforts, Magnus Eriksson ne parvint pas à reprendre les hostilités et du abandonner sa croisade. Son échec s’expliquait par la résistance des Russes et par la Grande Peste qui, ayant atteint la Suède en 1349, désorganisa l’appareil militaire rassemblé par le souverain suédois et aggrava ses difficultés financières. Il avait aussi été causé par l’attentisme de l’ordre teutonique et par l’hostilité de la Hanse. Il n’en reste pas moins que l’on peut s’interroger sur les mobiles de cette croisade. Certes un des buts du roi Magnus Eriksson était probablement de faire reconnaître la suzeraineté suédoise sur l’Estonie et sur les terres conquises en Russie22, mais on ne peut minimiser l’objectif religieux qui était tout aussi patent au témoignage même de sainte Brigitte :

  • 23 Révélations, op. cit., VIII : 46.

Quand cet évêque [...] qui va avec le roi contre les Infidèles, sera arrivé chez les païens et se trouvera en quelque terre qui sera acquise à Jésus-Christ, qu’il y fasse établir par les Chrétiens une église cathédrale en quelque lieu honnête et convenable afin que les Chrétiens s’y puissent abriter comme auprès d’une mère pour les nécessités de leur âme [...] et si l’évêque ne peut établir là qu’un ou deux prêtres [...], qu’il s’en contente, car [le Christ] est puissant pour augmenter les dons et dilater l’épiscopat23.

30Le roi Magnus s’employa ainsi quelques années plus tard à faire reconnaître Viborg en Carélie comme siège épiscopal. Mais il faut peut-être interpréter la croisade suédoise contre Novgorod dans un contexte plus large. Il faut noter que cette entreprise intervint précisément au moment où, de Byzance, Jean VI Cantacuzène relançait en 1347-1350 l’idée de réunir un concile œcuménique afin de rapprocher les Églises latine et orthodoxe. Depuis longtemps le climat n’avait jamais semblé aussi propice à l’union des Églises chrétiennes et en 1348 Cantacuzène soumit au Pape un projet d’expédition commune contre les Turcs. Dans ces conditions, l’objectif de la croisade entreprise à la même époque par le roi de Suède s’inscrivait peut-être dans un projet grandiose : amener les Russes orthodoxes dans le giron catholique, en profitant notamment de la querelle sur l’hésychasme qui affaiblissait alors l’Église byzantine.

Notes

1 Diplomatarium svecanum (Svenskt diplomatarium), VI : 1-2, Stockholm, 1878 (rééd. 1967)-1916.

2 Les Révélations célestes et divines de Ste Brigitte de Suède, J. Ferraige trad., Paris, 1624, VIII : 2.

3 Révélations, op. cit., VIII : 39.

4 Ibid., VIII : 40.

5 Ibid., VIII : 43.

6 Islandske Annaler indtil 1578, G. Storm éd., Christiania, 1888 (rééd. 1977), p. 233.

7 Révélations, op. cit., VI : 41.

8 Scriptores rerum svecicarum medii œvi, III, Uppsala, 1876.

9 Révélations, op. cit., VIII : 47.

10 Ibid., VIII : 43.

11 Ibid., VIII : 47.

12 Diplomatarium svecanum, op. cit., no 4327.

13 Ibid., no 4323 et 4331.

14 Scriptores rerum svecicarum, op. cit., 1 : 2, p. 55.

15 Islandske Annaler, op. cit., p. 223.

16 Diplomatarium svecanum, op. cit., no 4529, 16 février 1350.

17 Révélations, op. cit., VIII : 47.

18 Scriptores rerum svecicarum, op. cit., I : 2, p. 55.

19 Diptomatarium svecanum, op. cit., no 4424.

20 Révélations, op. cit., VIII : 47.

21 Sveriges traktater med främmande magter, O. S Rydberg éd., I-II, Stockholm, 1877-1883, II, no 299 ; Diplomatarium svecanum, op. cit., no 5251-5255.

22 Pour une bibliographie générale, nous renvoyons à : E. Christiansen, The Northern Crusades. The Baltic and the Catholic Frontier 1100-1525, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1980 (rééd. Penguin, 1997 ; traduction française : Les Croisades nordiques, 1996). J. Fennell, « The Campaign of King Magnus Eriksson against Novgorod in 1348 : An Examination of the Sources », Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, NF 14 (1966), Munich (repris dans J. Fennel, The Emergence of Moscow 1304-1359, Berkeley-Los Angeles, 1968, p. 265-275). J. H. Lind, « The Russian Sources of King Magnus Eriksson’s campaign against Novgorod 1348-1351 reconsidered », Medieval Scandinavia, vol. 12 (1988), Odense, p. 248-272. J. H. Lind, « Magnus Eriksson som birgittinsk konge i lyset af russiske kilder », dans Birgitta, hendes voerk og hendes klostre i Norden. Nordiskt Birgitta. Symposium i Manager 1990, Odense, 1991, p. 103-128 (contient en annexe la traduction en danois du Testament de Magnus, roi de Suède). J. H. Lind, « Early Russian Swedish rivalry », Scandinavian Journal of History, 16/4 (1991), p. 269-295. A. V. Murray éd, Crusade and conversion on the Baltic Frontiers 1150-1500, Londres, Ashgate, 2001. M. Nordberg, I kung Magnus tid. Norden under Magnus Eriksson 1317-1374, Stockholm, 1995 (2e éd., 1997). C. Selch Jensen, K. Vlllads Jensen, J. H. Lind, « Communicating Crusades and Crusading Communications in the Baltic Region », Scandinavian Economic History Review, XLIX/2 (2001), p. 5-25. W. Urban, The Baltic Crusade, De Kalb, Northern Illinois University Press, 1975.

23 Révélations, op. cit., VIII : 46.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search