Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La « Reconquête », clef de voûte du Moyen Âge espagnol

Miguel Angel Ladero Quesada

Texte intégral

La Reconquête : le mot et l’idée1

  • 1 M. Jean-Pierre Molénat a bien voulu prendre le soin de faire la révision linguistique de ce texte. (...)

1Le mot de Reconquête (Reconquista) semble être relativement récent. Il se peut qu’il ait été forgé au XVIIIe siècle. Mais le concept qu’il exprime a constitué une clé pour l’interprétation de l’histoire espagnole dans les textes écrits du XIIe siècle à nos jours, parce qu’il conçoit le Moyen Âge hispanique comme un vaste processus de récupération du territoire perdu par suite de l’invasion islamique du VIIIe siècle, un processus qui, moyennant la conquête, aurait culminé avec la restauration de cette Hispania, ou Espagne « perdue », selon l’expression déjà employée par un chroniqueur chrétien du milieu du VIIIe siècle.

2Évidemment on ne saurait accepter aujourd’hui une conception aussi simple de la Reconquête, mais la réflexion doit toujours garder présents deux points. En premier lieu, le concept de récupération/restauration a été le moteur idéologique et l’élément de propagande le plus important de ceux utilisés par les dirigeants des royaumes espagnols durant les siècles médiévaux. Ensuite, et bien évidemment, les guerres de conquête, les entreprises de colonisation du territoire et les situations frontalières ont donné leur singularité à chacun des siècles et des royaumes concernés.

  • 2 Un exposé plus ample dans mon rapport, « La ’’Decadencia” española como argumento historiográfico » (...)
  • 3 J. Ortega y Gasset, España invertebrada. Bosquejo de algunos pensamientos históricos, Madrid, Revis (...)
  • 4 A. Castro, España en su historia. Cristianos, moros y judíos, Buenos Aires, 1948, et La realidad hi (...)
  • 5 Cl. Sánchez-Albornoz, « España y Francia en la Edad Media. Causas de su diferenciación política », (...)

3Certains auteurs, qui n’étaient généralement pas des historiens, ont estimé que la Reconquista avait été la cause ultime aussi bien de l’apogée espagnol du XVIe siècle que du déclin (decadencia) des siècles ultérieurs2. Je ne m’attacherai pas maintenant à exposer leurs points de vue, à l’exception de deux d’entre eux dont l’influence a été considérable, quels que soient leurs rapports avec la réalité historique. Pour José Ortega y Gasset, le concept de Reconquista était trop flou, inutile pour résumer huit siècles d’histoire, incapable de rendre raison de la invertebración espagnole qui trouverait son origine dans la defectuosa embriogénesis (une sorte de malformation avant la naissance) de l’époque wisigothique, et dans l’absence d’un régime féodal achevé3. Américo Castro, pour sa part, refusait l’image d’un affrontement radical entre les chrétiens reconquistadores et un Islam d’al-Andalus étranger à la véritable substance historique de l’Espagne. De son point de vue, il se serait produit une sorte de symbiose culturelle, à laquelle il faudrait ajouter le rôle des juifs, et de cette symbiose serait né l’être historique de l’Espagne et ses particularités les plus durables, en dépit de l’intolérance imposée à l’époque moderne4. Claudio Sánchez-Albornoz a montré à plusieurs reprises la faiblesse de ces points de vue, en tant qu’historien de ces aspects principaux de notre histoire5. Il me semble que rien de véritablement nouveau ne soit venu s’ajouter aux termes de ces polémiques durant le dernier demi-siècle.

  • 6 Voir l’excellent état de la question dressé par M. González Jiménez avec un exposé et une critique (...)

4Un autre point de vue, plus récent, adopte une perspective idéologique fondée sur la théorie des modes de production et critique le concept de Reconquête comme inadéquat à rendre compte de la réalité historique et trompeur, parce qu’il serait une représentation mentale construite pour servir à la propagande, et prône une explication faisant appel au choc entre deux formations socio-économiques, celle d’al-Andalus, de type tributaire-marchande, et celle du Nord, de type féodal6.

5Une étude de toutes ces questions doit poser celles-ci dans le cadre de l’histoire des civilisations médiévales, tant celle de l’Islam que celle de l’Europe occidentale, et de leurs rapports à travers la frontière de contact établie dans la péninsule Ibérique, mais ne devrait pas négliger les spécificités de la situation, à savoir l’héritage démographique et culturel de l’Hispania antique, dont profitèrent aussi bien al-Andalus que les pays chrétiens du Nord, ainsi que les influences mutuelles entre ces deux parties. Il ne serait donc pas correct de mettre sur le même plan des situations hétérogènes dès l’origine, et aussi dans leurs conséquences, telles que l’histoire de l’Orient latin, l’expansion allemande vers l’est et la Reconquista en Espagne, même si elles peuvent toutes être considérées comme des aspects de l’expansion médiévale européenne.

  • 7 Une synthèse dans mon essai, « España : reinos y señoríos medievales », dans Lecturas sobre la Espa (...)

6En ce qui concerne la Reconquista, il faut découper en termes plus brefs la longue période médiévale pour bien poser les questions à étudier par l’historien. Les VIIIe-XIe siècles, c’est-à-dire ceux de la prédominance d’al-Andalus, et les luttes et rapports de celle-ci avec les pays chrétiens du Nord de la Péninsule, constituent presque toujours une affaire interne. Depuis le milieu du XIe siècle jusqu’au milieu du XIIIe s’est produit la grande expansion territoriale de l’Espagne chrétienne, impulsée par les moteurs idéologiques de la Reconquête et de la croisade, et par son appartenance à l’Occident, tandis qu’al-Andalus parvient à son islamisation radicale sous la domination nord-africaine des Almoravides et des Almohades. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, se termine le temps de la Reconquête, même si l’idée en survit par rapport à ce dernier réduit andalousien constitué par le royaume de Grenade, à l’existence prolongée jusqu’à la fin du XVe siècle. D’autre part, durant le Bas Moyen Âge se sont développés des rapports sociaux et culturels entre les chrétiens et les musulmans soumis, ou mudéjares, dans des circonstances diverses selon les royaumes et régions7.

7À partir de ces idées, je tenterai d’esquisser une explication sur la complexité et la diversité des réalités historiques qui se cachent, pour les médiévistes actuels, sous le manteau du vieux mot de « Reconquête ».

La Reconquête comme récupération de l’Hispania perdue

8Le souvenir du royaume hispano-wisigothique n’a pas cessé d’agir depuis le VIIIe siècle. Sur le plan juridique tout d’abord, le Liber ludiciorum promulgué par le roi Receswinthe en 654 resta en usage dans le royaume des Asturies et parmi les Hispani des comtés catalans. Les rois des Asturies se réclamèrent en outre de l’héritage politique des Wisigoths : les chroniques de la fin du IXe siècle attribuent à Alphonse II (791-842) la restauration à sa cour de l’ordre palatin qui avait été celui des rois wisigoths de Tolède.

  • 8 J. A. Maravall Casesnoves, « La idea de reconquista como programa de nuestra Historia medieval », d (...)

9Cette entreprise de restauration gothiciste sous-tendait une affirmation idéologique de première importance et de très longue durée qui a constitué une grande source de concepts et d’images de l’Espagne8. Il y eut d’abord une réalité originaire, la volonté de résistance face aux conquérants, dont se font écho les chroniques, et l’affirmation de la continuité. Même un chroniqueur musulman pouvait écrire, au début du XIe siècle, qu’Alphonse V de León était « le roi des Goths d’aujourd’hui ».

  • 9 « Introduction » à La reconquista y el proceso de diferenciación política (1035-1217), M. A. Ladero (...)

10Quand Alphonse VI de León et Castille s’empara de Tolède, il prit le titre d’Imperator totius Hispanie, c’est-à-dire qu’il se présenta comme le pouvoir politique supérieur aux autres qui se partageaient la Péninsule, en se réclamant de la condition d’héritier des rois goths, une fois conquise l’ancienne capitale de leur royaume. À ce moment, la mise en pratique de son « idée impériale » aurait été encore possible, étant donné la faiblesse des royaumes de taifas musulmans, mais cette possibilité avorta par suite des événements des décennies suivantes et disparut après la mort, en 1157, de son petit-fils Alphonse VII qui s’était fait couronner empereur à León, en 1135. Au contraire, se consolida l’existence de plusieurs « royaumes d’Espagne » – Aragon et Catalogne, Navarre, Castille et León, Portugal –, mais l’idée impériale laissa un héritage solide. Celui-ci consistait d’abord dans l’affirmation de la préséance du royaume de Castille et León sur les autres, même si ces derniers tentèrent toujours d’éviter que de ce principe ne dérive quelque conséquence pratique9.

  • 10 L. Vázquez de Parga, La división de Wamba, Madrid. 1943 ; P. Linehan, op. cit.

11D’autre part, tous acceptaient l’image d’une réalité historique et culturelle commune dans laquelle s’inséraient les différents royaumes. Arrêtons-nous un peu sur ce point. La papauté, instance suprême d’organisation de la chrétienté latine, agit constamment depuis le temps de la reforme grégorienne avec l’idée unique d’Hispania qu’elle rendit compatible avec la réalité d’une diversification politique croissante dans la Péninsule au cours de la seconde moitié du XIIe siècle. D’autre part, les images mentales de la restauration de l’ordre hispano-gothique étaient présentes dans la considération de l’archevêque de Tolède comme primat d’Espagne, et dans la restauration des sièges épiscopaux dans les territoires conquis sur les musulmans, en référence à l’ancienne division de l’époque wisigothique, décrite dans un texte connu comme la « Division de Wamba », sans aucun doute un faux, mais qui recueille les noms des diocèses authentiques des Ve-VIIe siècles10.

  • 11 A. Castro, Español, palabra extranjera, Madrid, 1970.
  • 12 P. Linehan, op. cit., p. 196-197, 378 et 400 ; J. Ochoa Sanz, Vincentius Hispanus. Canonista boloñé (...)

12Au cours du XIIe siècle a commencé l’usage du mot « espagnol », dont l’origine se trouve en Occitanie et qui fut employé d’abord par les étrangers à la Péninsule, ce qui ne doit pas nous surprendre. Il se produit souvent que soit mieux aperçu de l’extérieur ce qu’il y a de commun dans une société, ou ce qui la définit11 En tout cas, à partir de cette époque, nombre de clercs des royaumes espagnols fréquentaient les écoles, puis les universités, les plus renommées de l’Occident, Bologne et Paris. Ils y jouissaient d’une culture théologique et juridique commune et prenaient conscience des singularités de leur condition hispanique, tel ce chanoine Vincent Hispanus, qui fut doyen de la cathédrale de Lisbonne vers 1215, et soutenait que l’Espagne était un imperium parce qu’elle avait été restaurée par le courage et les efforts de ses habitants : meritis et probitate [...] Sed soli Yspani virtute sua obtinuerunt imperium et episcopos elegerunt. Ainsi la théorie impériale continuait à survivre, fondée sur la non-inclusion de l’Hispania dans le Saint-Empire parce que ses habitants avaient recouvré leur espace de pouvoir politique propre en pleine indépendance. Baldo de Ubaldis reprit l’idée un siècle plus tard, quand il affirma que l’Hispania n’était pas sous « le dominium naturel de l’empereur », mais est talis prouincia que non subsist imperatori [...] si dominus Castellae deficeret in totum regnum suum regnicolae possent sibi eligere regem de iure gentium12.

  • 13 Alfonso X, Setenario : en razón del imperio quisiera que fuera llamado así su señorío e non regno, (...)
  • 14 C. de Ayala, Directrices fundamentales de la politico peninsular de Alfonso X, Madrid, 1986 ; J. O’ (...)

13Le dominus Castellae était donc empereur de l’Espagne. On retrouve cette idée chez Ferdinand III († 1252) qui voulait donner le nom d’empire à son royaume et être couronné empereur comme l’avaient été certains de ses ancêtres13. Certains chroniqueurs d’autres régions d’Europe se firent echo de l’idée, tels Albéric de Trois-Fontaines ou Mathieu Paris, selon qui Ferdinand III « est nommé roi de toute l’Espagne à cause de son éminence ». Des historiens de notre temps suggèrent qu’Alphonse X de Castille (t 1284) accepta d’être candidat à la couronne du Saint-Empire en 1257, pour profiter du titre dans la Péninsule et y obtenir ainsi une véritable primauté impériale14.

14D’autre part, au XIIIe siècle s’étaient déjà dessinés les traits caractéristiques de ce que nous appelons le « caractère national » de chaque peuple européen, comme en témoignent certains textes littéraires et même le testament d’Alphonse X, dans lequel le roi réfléchit sur la complémentarité des caractères des Espagnols et des Français.

  • 15 L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Ch. Pellistrandi éd., Madrid, 1992 ; D. Catalán Menén (...)
  • 16 Esta nuestra estoria de las Espannas general la levamos Nos de todos los reyes et de todos los sus (...)

15Ces circonstances intellectuelles nouvelles ont stimulé un renouveau des idées gothicistes, en même temps que se réalisaient les grandes conquêtes territoriales, entre 1212 et 1266, et que se consolidait la « conception unitaire du groupe humain espagnol au-dessus des différentes organisations politiques » (Maravall). Nous trouvons ces arguments chez les grands historiens du XIIIe siècle : Lucas de Tuy (Chronicon Mundi, 1236), Rodrigo Jiménez de Rada (De rebus Hispaniae ou Historia gothica, 1243) et Alphonse X Le Sage, auteur de la première histoire générale d’un pays européen écrite en langue vernaculaire, le castillan dans ce cas (Estoria de España ou Primera Crónica General, vers 1270-1280)15. « Nous voulons faire – écrit le roi – une histoire générale des Espagnes, de tous les rois et de tous les faits des temps passés et du temps présent, tant ceux qui touchent aux maures que ceux des chrétiens et même, le cas échéant, ceux des juifs »16.

  • 17 Un aperçu intéressant les points de vue catalans dans F. Sabaté, « La noció d’Espanya a la Cataluny (...)

16L’historiographie postérieure diffusa ces idées. Du vivant d’Alphonse X, Juan Gil de Zamora les exprimait très clairement dans son Liber de Preconiis Hispaniae dédié à l’infant héritier don Sanche. La Primera Crónica General trouva des continuateurs et des adaptateurs tant en Castille qu’au Portugal, en Navarre et dans la Couronne d’Aragon. Sa conception historique pan-hispanique influa sur les chroniques générales et particulières de tous les royaumes hispaniques parce que la conscience commune d’être espagnols n’empêchait nullement la défense et l’exaltation des singularités de chaque territoire17.

17Il ne fait pas de doute que le gothicisme a contribué à maintenir vivant le sentiment d’une communauté hispanique au-delà de la division entre royaumes. Il a inspiré le développement de l’idée impériale des rois de León entre les Xe et XIIe siècles. Il a été la composante idéologique la plus importante de la Reconquête, la plus ancienne et la mieux ancrée dans la situation spécifique de la Péninsule, à laquelle vint s’ajouter au XIIe siècle, l’idée européenne de croisade. Remanié par l’historiographie du XIIIe siècle, le gothicisme contribua à souligner la conscience hispanique de singularité par rapport à d’autres parties de l’Europe.

18Tout cela favorisait, du point de vue politique, les rois de Castille et León qui continuaient à se présenter comme héritiers des rois wisigoths, en même temps que leur horizon extérieur s’élargissait beaucoup à partir d’Alphonse X (1252-1284), el rey sabio. Mais les idées gothicistes se retrouvent aussi dans les autres historiographies hispaniques, et elles ont atteint un niveau d’influence pratique plus fort à partir du deuxième tiers du XVe siècle, quand l’Espagne, nation parmi d’autres de l’Europe et dans le sens historique et culturel attaché à ce mot au Bas Moyen Âge, s’acheminait vers le rapprochement ou l’union dynastique de ses principaux royaumes.

  • 18 R. B. Tate, Ensayos sobre la historiografia peninsular del siglo XV, Madrid, 1973. Synthèse et état (...)

19C’est ainsi que l’on peut mieux comprendre les historiens et chroniqueurs du temps des Rois Catholiques (1474-1516), et même auparavant la Compendiosa historia hispánica de Rodrigo Sanchez de Arévalo, écrite à Rome entre 1462 et 1469, ou la Crónica Abreviada de Diego de Valera, où nous lisons que so la nación de Espana se cuentan la Francia gótica, que es Lenguadoque, Narbona, Tolosa e toda su provincia, e los reynos de Castilla, de León, de Aragon, de Navarra, de Granada e de Portugal. Voici à nouveau l’évocation de l’Hispania wisigothique18.

Reconquête et formation territoriale des régions et des royaumes

20Un coup d’œil sur les cartes politiques de la péninsule Ibérique vers 1050 et 1300 permet aisément de comprendre l’importance des changements survenus en deux siècles. Au milieu du XIe siècle, c’était surtout al-Andalus qui comptait, bien qu’elle se trouvât fragmentée en divers royaumes de taifas, mais le royaume de León avait également atteint une extension considérable. Celui-ci se trouvait en voie de croissance et était inégalement peuplé, avec des régions bien définies, depuis la Galice jusqu’à la Castille et l’Álava. En troisième lieu on trouvait une frange au sud des Pyrénées, au long de laquelle se succédaient le royaume de Pampelune, le nouveau royaume d’Aragon et les comtés de la Vieille Catalogne. Jusqu’au XIIe siècle, les écrivains chrétiens, surtout ceux des Pyrénées, se référaient souvent à al-Andalus comme à l’Hispania, ce que faisaient également parfois aussi les gothicistes de León pour mieux souligner leur projet de récupération.

21Vers 1265 la grande Reconquête était terminée, et peu après, entre 1297 et 1304, les dernières questions de frontière entre les royaumes chrétiens furent réglées. Seule d’al-Andalus subsistait Grenade, couvrant quelques 33 000 km2 dans l’actuelle Andalousie orientale. Le Portugal montrait déjà le même profil territorial que de nos jours. La Couronne de Castille et León, depuis la Galice jusqu’à Murcie, de la Biscaye à Séville, regroupait les deux tiers de la surface péninsulaire, et montrait déjà les ensembles régionaux restés vivants aujourd’hui. La Navarre, l’Aragon, la Catalogne, Valence et Majorque disposaient de territoires qui n’ont pas, ou presque pas, changé, et formaient des réalités historiques dont l’évolution s’est continuée sans rupture jusqu’à l’Espagne actuelle.

22C’est-à-dire que l’Espagne et le Portugal dans lesquels nous vivons actuellement ont pris leur forme au cours de ces deux siècles, pour ce qui concerne leur territoire, leurs singularités géo-historiques, leurs régions, seules Grenade et les îles atlantiques – les Canaries, Madére et les Açores – s’y étant ajoutées à la fin du XVe siècle. Aucune autre période de l’histoire hispanique ne peut prétendre à une importance comparable sous ces aspects. Plus encore, la conquête, l’aménagement et la régionalisation du territoire sont le reflet d’autres réalités bien plus complexes et profondes – sociales, politiques, culturelles –, qui font du Moyen Âge central le temps où sont nés, ou bien ont mûri, la plupart des éléments qui composent la réalité historique à l’origine de notre pays actuel. Ainsi, pour bien comprendre des situations qui se prolongent jusqu’à nos jours, il faut connaître l’évolution politique des royaumes, et, en même temps, les diversités régionales qui sont le produit des conquêtes et des processus de colonisation.

L’évolution politique

23L’équilibre militaire entre al-Andalus et les royaumes et comtés chrétiens du Nord s’était rompu quelques décennies avant la conquête de Tolède par Alphonse VI, en 1085. Les chrétiens, déjà les protecteurs des royaumes musulmans moyennant le paiement des parias, devenaient les dominateurs, et, à plus long terme, les conquérants d’al-Andalus qui jadis les avait soumis ou refoulés.

24Il ne faut pas attendre l’intervention des Almoravides d’Afrique du Nord en al-Andalus pour voir arriver à maturité dans l’Espagne chrétienne les justifications idéologiques de la conquête. Une certaine idée de croisade était peut-être déjà présente chez les nobles du Nord des Pyrénées qui aidèrent Sancho Ramirez, roi d’Aragon, à conquérir Barbastro en 1064, bien que la ville soit redevenue musulmane quelques mois plus tard. Mais ce qui importait à ce moment là était, sans doute, l’épanouissement de l’idée de Reconquête, qui renforçait la conscience « gothiciste » des rois de León.

25L’« africanisation » d’al-Andalus et le bellicisme des Almoravides, puis des Almohades, réplique de celui des chrétiens, durcit un processus de conquête qui devint beaucoup plus lent et empêcha la possibilité de quelque coexistence pacifique que l’on veuille imaginer. De plus, la nouvelle situation contribua indirectement à fragmenter l’unité d’action hispano-chrétienne qui était encore possible vers la fin du XIe siècle, du vivant d’Alphonse VI.

26L’irruption des Africains du Nord contribua donc à empêcher un processus de fusion pan-hispanique, sous domination chrétienne bien évidemment, qui aurait été encore le dessein d’Alphonse VI. Au contraire, l’affrontement entre al-Andalus et les royaumes chrétiens se développa tout au long d’une frontière de guerre qui laissait peu de chance à la coexistence entre les deux sociétés.

27Plus encore, les royaumes chrétiens n’agissaient pas toujours en commun face à l’Islam péninsulaire. Les affrontements étaient fréquents et au cours de ceux-ci se sont dessinées des frontières entre les royaumes et ont été attribués les territoires à conquérir par chacun d’eux, cela surtout au courant du XIIe siècle, entre la mort d’Alphonse VI (1109) et celles d’Alphonse VIII de Castille (1214) et de Pierre II d’Aragon (1213). Le Portugal acquit à partir de la quatrième décennie du XIIe siècle la condition de royaume indépendant, que la Navarre retrouva après un temps d’union avec l’Aragon (1076-1134). Le comte de Barcelone, Raymond Bérenger IV gouverna aussi l’Aragon à partir de 1137, au nom de sa femme, ce qui rendit possible la formation de la Couronne d’Aragon – l’expression a été forgée au XIXe siècle – quand son fils, Alphonse II, unit les deux héritages en 1162. La Castille et le León, à leur tour, redevinrent des royaumes séparés après l’échec du dessein impérial d’Alphonse VII († 1157), et ne se réunirent pas sous un même roi avant 1230. Finalement, l’Álava et le Guipúzcoa furent définitivement intégrés vers la fin du XIIe siècle dans l’espace politique castillan, auquel ils avaient déjà été liés jusqu’en 1037. Il en fut de même pour la Biscaye, après une longue période d’oscillation entre les rois de Castille et de Navarre.

  • 19 Cf. mon étude, « Sobre la evolución de las fronteras medievales hispánicas (siglos XI a XIV », dans(...)

28La conquête des territoires d’al-Andalus se poursuivait cependant, bien que de manière lente et discontinue au XIIe siècle, mais rapide et cohérente à partir de la deuxième décennie du XIIIe siècle. Seule la Navarre ne disposait pas d’une frontière avec al-Andalus et ses guerriers et colons devaient agir sous le pouvoir d’un autre roi ou seigneur. Les rois de Castille et d’Aragon, depuis le milieu du XIIe siècle, signèrent divers traités de partage des territoires à conquérir par chacun. Il n’en fut pas de même entre la Castille, le León et le Portugal, ce qui provoqua des affrontements. Mais, dans tous les cas, à mesure que la Reconquête progressait et que mûrissait la différenciation politique entre les royaumes chrétiens, s’établissaient aussi entre eux les frontières, dans un processus qui arriva à maturité au deuxième tiers du XIIIe siècle, avec quelques remaniements aux alentours de 130019.

Les processus de colonisation

  • 20 La bibliographie sur ce sujet est très vaste. Cf., E. Cabrera Muñoz, « Población y poblamiento, his (...)

29Pour mieux comprendre comment se sont constitués tant l’espace de l’Espagne médiévale que les faits de régionalisation à l’intérieur de cet espace, il convient d’ajouter une distinction entre les zones de colonisation, s’étalant du nord vers le sud, et celle séparant les royaumes d’ouest en est20.

Les terres du nord

  • 21 L. Vázquez de Parga, J. M. Lacarra et J. Uría, Las peregrinaciones a Santiago de Compostela, 3 vol. (...)

30Le secteur, ou zone, nord comprend les territoires qui faisaient déjà partie des royaumes et comtés chrétiens avant le milieu du XIe siècle. Il s’y était accompli durant les siècles antérieurs une vaste colonisation rurale, qui permit à ces territoires de fonctionner comme une sorte de vivier de colons migrant vers les terres nouvellement conquises, ainsi que la réussite de grands changements internes touchant le peuplement rural et la renaissance de la vie urbaine. Ces changements n’ont rien à voir avec les conquêtes militaires effectuées plus au sud, mais avec l’accroissement de la population, la colonisation intérieure et les déplacements des habitants vers des villages plus grands ou des villes dotées de franchises. Le chemin de Saint-Jacques encouragea l’immigration tant de francos d’outre-Pyrénées que de paysans du pays vers les villes qu’il traversait. Les rois de Castille et León ont stimulé, pour leur part, le nouveau peuplement des villes qui servaient de relais avec les terres de nouvelle colonisation au sud du Duero et celui des secteurs frontaliers avec d’autres royaumes chrétiens, notamment dans la seconde moitié du XIIe siècle. Enfin, le développement de la navigation et du commerce cantabriques, à partir du dernier tiers du même siècle, a favorisé une transformation globale du peuplement dans les terres de la côte nord. Ces faits de colonisation, de fondation ou renouvellement de villes, de transformation du peuplement rural se sont produits sur toutes les terres du Portugal, du León et de la Castille au nord du fleuve Duero, en Galice et dans les Asturies, sur la côte et dans les montagnes cantabriques et basques, de Valladolid à La Corogne, de León ou Burgos jusqu’à Saint-Sébastien, Vitoria ou Bilbao. Les changements ont affecté aussi les terres de Navarre et du vieil Aragon (Jaca, Pampelune, Estella...) et celles de la Vieille Catalogne, où Barcelone grandit comme port méditerranéen21.

Les terres nouvelles, 1085-1213

  • 22 J. González, « La Extremadura castellana al mediar el siglo XIII », Hispania, 34/127 (1974), p.265- (...)

31Le rapport entre conquête militaire et colonisation devient très étroit dans la deuxième zone, ou secteur, où les conquêtes ont commencé au cours du dernier tiers du XIe siècle (Coïmbre, 1064 ; Tolède, 1085 ; Huesca, 1094) et ont continué pendant tout le XIIe (Saragosse, 1118 ; Coria, 1142 ; Lisbonne et Santarém, 1147 ; Tortosa et Lérida, 1147-1149 ; Calatrava, 1147 ; Cuenca, 1177 ; Plasencia, 1186). L’avance des chrétiens a permis, en premier lieu, la repoblación ou colonisation d’une arrière-garde qui était auparavant presque complètement vide. En Castille et León, ce sont les terres qu’on nommait alors Extremaduras, situées entre le fleuve Duero et le Système Central, où se peuplèrent des villes telles que Salamanque, Ciudad Rodrigo, Ávila, Ségovie, Sepúlveda, Osma ou Soria. Au Portugal, ce sont la plus grande partie des Beiras, l’Estrémadure et d’autres terres au nord du Tage. Les conquêtes ont en outre permis l’incorporation de Tolède et son royaume, c’est-à-dire de la plus grande part de la Nouvelle Castille, celle de Saragosse avec la moyenne vallée de l’Èbre, de.la Nouvelle Catalogne, entre le Llobregat et l’Èbre, et celle de l’Extremadura aragonaise de Teruel, dont le nom signale que les méthodes de colonisation employées ont été les mêmes que dans les régions castillanes ainsi dénommées, ce qui se passait également dans la plus grande partie de la Nouvelle Castille22.

  • 23 État de la question dans mes études, « Monarquía y ciudades de realengo en Castilla. Siglos XII a X (...)

32Dans ces régions, les villes étaient la tête et le moteur de la colonisation. Elles administraient de vastes étendues de territoire nommées tierras ou alfoces, où étaient établis des milliers de hameaux, parfois aussi de villages plus importants, suivant des lignes où se mêlaient une certaine rationalité économique avec les intérêts du nouvel ordre social qui se mettait en place, fondé sur les libertés des habitants définies dans des droits locaux ou fueros et sur une grande autonomie administrative exercée par les concejos (assemblées de vecinos, habitants de plein droit) sous la direction de chevaliers non-nobles (caballeros villanos). L’économie restait sans doute presque exclusivement agraire, mais les nouveaux habitants de Tolède et des villes de la moyenne vallée de l’Èbre ont développé aussi un type d’économie urbaine, marchande et manufacturière, d’origine andalousienne, qui fournit le modèle suivi par d’autres villes et régions. Enfin, une autre particularité socioéconomique de cette zone, partagée plus tard avec d’autres, a été une certaine dissociation entre l’agriculture et un élevage qui utilisait de vastes extensions de territoire non intégrées dans le terroir cultivé, ce qui permit le développement de la transhumance des troupeaux. Le phénomène parvint à son plein développement en Castille et León après les conquêtes du XIIIe siècles, quand prit forme la Mesta, mais il a eu aussi un développement considérable dans certaines régions de l’Aragon et du Portugal23.

Les terres nouvelles, 1213-1266

  • 24 Pour Valence il faut toujours considérer les résultats des recherches de J. I. Burns : The Crusader (...)

33Les conquêtes du XIIIe siècle, entre 1213 et 1266, aboutirent à l’incorporation de très vastes territoires, qui forment la troisième des zones à étudier. Les nouveaux royaumes de Valence et Majorque appartiennent au secteur d’expansion catalan et aragonais. À Valence, les conquérants ont accepté la permanence d’une partie de la population musulmane à cause du nombre insuffisant des nouveaux colons. Une situation semblable s’était déjà produite au XIIe siècle dans la vallée de l’Èbre. À Majorque, il semble par contre que les musulmans libres aient disparu et que les immigrants chrétiens aient réussi à repeupler tout le territoire insulaire24.

  • 25 J. González, El repartimiento de Sevilla, 2 vol., Séville, 1951 ; la très belle synthèse de M. Gonz (...)

34L’aire d’expansion castillane, léonaise et portugaise comprenait le nouveau royaume de Murcie, à l’est, l’Andalousie de la Sierra Morena et de la vallée du Guadalquivir – puisque Grenade resta comme émirat vassal de la Castille –, l’Alentejo et l’Algarve. Dans tous ces territoires, sauf peut-être dans l’Algarve, restèrent peu de musulmans libres, ou mudéjares, parce que la plus grande partie de la population musulmane émigra soit à Grenade soit dans le Nord de l’Afrique. D’autre part, en même temps que s’accomplissait la conquête et le peuplement du Sud, on entreprit la colonisation des terres vides de la vallée du Guadiana, de toute l’actuelle Estrémadure espagnole au sud du Tage, et de l’Alentejo portugais, qui n’avait pas été possible auparavant par suite du danger militaire. Sur ces terres d’arrière-garde, le faible nombre de colons contribua à consolider les grands domaines seigneuriaux des ordres militaires de Calatrava, Alcántara, Santiago et Saint-Jean de Jérusalem qui avaient auparavant assuré la défense de la frontière au cours de la seconde moitié du XIIe siècle25.

  • 26 Voir mes travaux : Andalucía a fines de la Edad Media. Estructuras. Valores. Sucesos, Cádix, Univer (...)

35Le rôle central des villes fut décisif dans les processus de colonisation et d’aménagement du territoire. Valence, Cordoue, Séville comptaient parmi les plus grandes villes de la Péninsule et elles étaient à la tête d’une constellation de villes moyennes et de nombreux gros villages. À Séville, le développement de la navigation et du commerce atlantique a été rapide, avec l’obligation supplémentaire de la défense et du contrôle du détroit de Gibraltar. Mais, en général, la première vague de colonisation rurale fut insuffisante de par sa courte durée et n’arriva pas à réaliser tous les objectifs prévus à l’avance, surtout par suite du changement de la tendance démographique à la fin du XIIIe siècle, et, en Andalousie, par l’effet des guerres contre les Grenadins et les Mérinides d’Afrique du Nord, à partir de 1275. Cela a laissé une trace de longue durée dans les formes de peuplement et dans les types de paysage agraire. La colonisation de la zone sud avait pourtant triomphé, malgré ces limitations, et quand se terminèrent les mauvais temps du XIVe siècle, l’Andalousie connut une reprise rapide, par ses seules ressources, et vécut un XVe siècle de forte croissance démographique et économique, ce qui nous permet de comprendre pourquoi, entre 1480 et 1510, il a été possible de réaliser la conquête et la colonisation du royaume de Grenade et des îles Canaries. Dans ce dernier cas, les immigrants portugais ont eu aussi leur mot à dire, comme à Madère et aux Açores. Soulignons enfin l’utilisation des procédés déjà utilisés au XIIIe siècle dans ces nouvelles repoblaciones de la fin du XVe siècle26.

  • 27 Je renvoie à mon article, « Las regiones históricas y su articulación política en la Corona de Cast (...)
  • 28 Une synthèse dans mon rapport, « El ejercicio del poder real en la Corona de Aragon (siglos XIV y X (...)

36En conclusion, entre le XIe et le XIIIe siècles, se développa une nouvelle organisation générale du territoire, nuancée par les faits militaires et les diversifications politiques, selon les circonstances et les époques d’incorporation de chaque région et les diversités de la mise en scène du nouveau système social. Les grandes régions qui prirent forme dans ce long processus de conquêtes et de colonisation sont parvenues jusqu’à nos jours. Dans le modèle castillan, les régions, même dotées du titre de royaume par la volonté des conquérants, s’intègrent dans un espace politique homogène et le roi dispose partout des mêmes institutions, ou presque, et des mêmes ressorts de pouvoir27. Au Portugal, cela a été encore plus aisé, parce qu’il s’agissait d’un seul royaume, même si l’Algarve en conserva aussi le titre. Tel est aussi le cas de la Navarre. Par contre, le modèle de la Couronne d’Aragon a encouragé les caractères politiques et administratifs spécifiques de chaque membre – Aragon, Catalogne, Valence, Majorque –, qui se sont consolidés au cours du siècle suivant et jusqu’à la fin de la Reconquête, entre le milieu du XIIIe et le milieu du XIVe siècle28.

37Il n’est pas possible ici d’étudier les caractères des nouvelles sociétés ni leur organisation politique. Cela conduirait à faire de ces pages une sorte d’abrégé d’histoire médiévale espagnole, même si notre objet était seulement de mettre en relief tant les points communs que les particularités qu’elles offrent par rapport à d’autres modalités régionales de l’histoire et de la culture européenne durant ces siècles. Nous ferons cependant quelques remarques sur deux points. Le premier concerne les conséquences qui trouvent leur origine dans les rapports séculaires entre les habitants de l’Espagne médiévale et le monde islamique. Le second porte sur quelques aspects de leur intégration dans la civilisation de l’Europe médiévale.

Reconquête et rapports avec le monde islamique

  • 29 Don Juan Manuel, Libro de los Estados (Biblioteca de Autores Españoles, vol. 51, ch. XXX, p. 292) :(...)

38À partir de la fin du XIe siècle, la situation générale d’affrontement avec le monde islamique devint plus aiguë, par suite de la confluence de divers éléments, dont le premier était, sans doute, l’argument de la récupération du territoire perdu, comme le soulignait encore, vers 1340, don Juan Manuel, en un texte bien connu qui met à l’écart les motivations religieuses : « Il y a guerre entre les chrétiens et les Maures, et il y en aura jusqu’à ce que les chrétiens récupérent les terres que les Maures leur ont arrachées ; parce que, en ce qui touche la secte ou foi et la loi religieuse musulmane, il n’y aurait pas cause de guerre car Jésus-Christ n’a jamais ordonné qu’on tue ou qu’on oblige personne pour qu’il accepte la foi chrétienne, tant il ne veut nullement des adhésions forcées »29.

39Cependant le motif religieux existait sans doute, surtout à partir du XIIe siècle, tant par suite de la radicalisation européenne – c’est-à-dire la croisade-, que de celle de l’Islam – guerre sainte des Almoravides et des Almohades, expulsion des chrétiens mozarabes et des juifs d’al-Andalus. Il faut dire que les deux parties ont eu sans cesse recours à l’encouragement religieux dans leurs appels à la guerre.

40Un autre élément qui contribua à accentuer les différences a été le développement de la théorie de la mission chez les auteurs ecclésiastiques du XIIIe siècle, tels Ramón Marti, Raymond Llull ou Pedro Pascual, parce que, même si l’objectif de leurs écrits était d’attirer et de convertir les musulmans, leurs réflexions signalaient avec une grande netteté les positions et les distances entre les hommes des deux religions, et elles venaient s’ajouter au monde imaginaire avec lequel les chrétiens de l’Espagne se représentaient au négatif les infidèles du monde islamique proche.

  • 30 Pour le Bas Moyen Âge, mon livre, Los mudéjares de Castilla y otros estudios de historia medieval a (...)

41La longue confrontation a permis, et même promu, des traits de coexistence et des attitudes respectueuses au cours des guerres, des trêves et des capitulations entre vainqueurs et vaincus, à côté de cruautés, de captivités et de malheurs innombrables. Elle a provoqué aussi l’exaspération de certains autres aspects qui aboutirent, au cours du Bas Moyen Âge, à une intolérance accrue envers l’infidèle ou l’apostat, par réaction à la proximité de l’Islam ou à la présence des juifs. C’est là sans doute une influence, mais non une donnée d’acculturation. Sur les frontières, il y a toujours eu place pour les contacts pacifiques et les échanges culturels, et, ce qui me semble plus important, les mudejares qui ont vécu dans les royaumes chrétiens ont contribué à promouvoir ces échanges dans certains domaines. Mais, tout bien pesé, les personnalités collectives des deux parties restèrent différentes, tant du point de vue religieux que culturel30.

  • 31 D’autres reflexions récentes sur ce sujet dans P. Guichard et D. Menjot, « Les emprunts aux vaincus (...)

42Quelles étaient donc les possibilités et les limites des rapports interculturels ? Il est bien évident qu’il y eut au Moyen Âge des faits de transfert culturel entre al-Andalus et l’Espagne chrétienne, mais, à mon avis, il n’en est pas moins clair qu’il n’y a eu ni fusion culturelle ni même cette harmonieuse vie en commun (convivencia) qui fait partie, de nos jours, des trouvailles les plus chères à l’imaginaire et à la propagande pseudo-historique. Les chrétiens ont reçu certes l’influence de la culture d’al-Andalus sous diverses formes, mais ils l’ont intégrée, sans qu’en soient diminuées ni l’identité de leur culture ni leur condition de conquérants et de membres d’une autre société. Cette constatation ne devrait pas faire oublier pourtant le poids des influences que l’Espagne et l’Occident médiéval, par le biais de la Péninsule, ont reçu d’al-Andalus, ou, plus amplement, de l’Islam classique. En voici un bref inventaire31 :

  • 32 Sur l’origine grecque de la plus grande part de cette science « arabe », voir F. Rodríguez Adrados,(...)

431) Des influences intellectuelles et littéraires. Déjà au Xe siècle, avec Gerbert d’Aurillac, mais surtout au cours des XIIe et XIIIe siècles, par suite des traductions d’ouvrages philosophiques et scientifiques dont l’origine est presque toujours grecque, bien qu’auparavant traduits en persan et en arabe, et par ce biais, et celui des commentaires des auteurs musulmans, arrivés en al-Andalus. La dernière étape était fournie par la traduction en latin. Cette voie s’applique aussi à la diffusion des littératures orientales (Pedro Alfonso, ouvrages de littérature sapientielle) et des écrits ésotériques et eschatologiques (influence indirecte, peut-être, de l’imaginaire andalou sur l’au-delà de Dante)32.

44En fait, pendant des siècles, en Espagne, le prestige imaginaire est resté fort du musulman savant (moro sabio), maître de connaissances supérieures et cachées aux chrétiens. Au niveau populaire et folklorique, la présence de musiciens et de jongleurs mudéjars était encore très appréciée au XVe siècle.

452) Des influences esthétiques et relevant des techniques du bâtiment, du décor, de l’usage de matériaux tels que le plâtre, la brique cuite ou séchée au soleil, le coffrage du pisé, la céramique, le bois. L’art dit mudéjar atteignit son. apogée entre la seconde moitié du XIIIe et la fin du XVe siècle, mais l’influence des traditions de métier dans la maçonnerie, la poterie ou la menuiserie, a été beaucoup plus durable dans l’architecture populaire de diverses régions du pays. On trouve aussi des influences, différentes selon les régions et les époques, dans d’autres aspects de la vie matérielle, comme l’alimentation ou le vêtement, toujours minoritaires par rapport au contexte des habitudes de type européen. Il est notable que plusieurs de ces modes « mauresques » aient connu leur plus grande acceptation chez les aristocrates du XVe siècle, pendant le dernier grand affrontement avec ce qui restait d’al-Andalus, c’est à dire Grenade, et plus tard encore.

463) Des influences techniques et institutionnelles sur l’économie agricole et urbaine. Par exemple, sur les techniques d’irrigation des cultures et d’utilisation de l’énergie hydraulique, sur la réglementation de l’usage de l’eau. Dans le cadre de l’économie de nombreuses villes, les formes et les lieux de l’activité artisane et marchande (alcaicerias, alhóndigas, ateliers-boutiques), certaines formes d’organisation corporative des métiers urbains par l’almotacén, institution qui a été également implantée dans certaines villes situées plus au nord, telles que Barcelone.

474) Des influences enfin dans le domaine monétaire et des finances publiques. C’est la continuité dans l’usage de types monétaires en or d’origine islamique, tels le mancuso dans la Barcelone du XIe siècle, le morabetino en Castille, León et Portugal au XIIe, ou la dobla jusqu’à la fin du XVe siècle. Pour ce qui concerne les finances, c’est l’usage de techniques de gestion et de comptabilité et de droits fiscaux provenant des anciens almojarifazgos des villes d’al-Andalus, comme les douanes, les alcabalas sur les ventes, le quinto real sur le butin de guerre.

Reconquête et formes d’appartenance et d’intégration dans l’Occident médiéval

48Dans cette dernière partie de mon intervention, je voudrais montrer comment, quel que soit le point de vue ou l’aspect de la réalité que nous considérons, le fait dominant a été l’appartenance des pays de l’Espagne au monde religieux, politique et culturel de l’Occident médiéval, aussi bien par suite de l’héritage romain et germanique que, surtout, du fait de l’intégration dans l’Europe du plein Moyen Âge à partir du dernier tiers du XIe siècle. Le système social, les fondements économiques et les formes de répartition et d’exercice du pouvoir sont tout à fait similaires à ceux du reste de l’Europe, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient identiques à ceux de la France du Nord ou de n’importe quelle autre partie de l’Occident, qui a toujours été une civilisation riche en diversités régionales. À l’intérieur de l’Espagne médiévale, il y avait aussi de telles diversités et de là vient une bonne part de notre identité commune.

491) Au départ de notre démarche, nous trouvons la situation d’isolement caractéristique des siècles du Haut Moyen Âge (VIIIe-milieu du XIe siècle). Il existe des rapports avec l’Europe carolingienne et post-carolingienne, mais, à l’exception de la future Catalogne, ils sont sporadiques et ne touchent pas seulement les territoires chrétiens du Nord, mais également le califat de Cordoue, qui reçoit et envoie quelques ambassades au cours du Xe siècle. Un autre type de contacts serait constitué par les incursions des Normands sur les côtes de Galice et du Cantabrique, entre le milieu du IXe siècle et le début du XIe, mais il faut les considérer plutôt comme une forme de relation avec une autre périphérie de l’Europe, celle de la Mer du Nord et ses alentours, située également à l’extérieur du monde carolingien. En ce qui concerne la situation ecclésiastique, l’Église asturo-léonaise s’organisa sous la protection des rois, ce qui s’observe clairement encore au concile de Coyanza (1055), et il semble que durant ces siècles, ce qui importait le plus était les rapports avec les chrétiens d’al-Andalus, et, par ce biais, la permanence de l’héritage ecclésiastique de l’Hispania wisigothique et même des influences provenant des églises proche-orientales.

502) Le rapprochement décisif avec l’Occident médiéval s’est produit au cours de la seconde moitié du XIe siècle. Ce fut la mise au point du chemin de Saint-Jacques et des routes maritimes vers la Galice où se trouvait le tombeau de l’apôtre. Ce fut aussi la réception de la « réforme grégorienne » par Alphonse VI en León et Castille et par Sancho Ramírez en Aragon, fait capital qui coïncide avec le processus de restauration de sièges épiscopaux à partir de celui de Tolède (1086), et qui provoqua la disparition de l’ancienne liturgie hispana, l’entrée en nombre d’un clergé franco, la présence à partir de ce moment de légats pontificaux dans les royaumes d’Espagne et de clercs espagnols dans les conciles ecclésiastiques, et, au cours des siècles suivants, dans les écoles et les universités. En outre, les ordres bénédictins de Cluny et de Cîteaux s’épanouirent successivement dans la Péninsule, et, au début du XIIIe siècle, la présence hispanique était grande au sein des nouveaux ordres mendiants. Domingo de Guzman, un Castillan, fut le fondateur de l’un des principaux de ceux-ci. Nous sommes donc devant une révolution profonde des habitudes et des systèmes d’organisation, une révolution silencieuse décisive aussi par ses conséquences d’ordre politique, culturel et social.

51Parmi ses effets on trouve l’introduction de l’idée de croisade, dès le deuxième quart du XIIe siècle, en tant qu’élément idéologique qui vient appuyer et compléter celui de la restauration-Reconquête. L’acceptation de l’idée de croisade permit d’accueillir sans réserve les ordres militaires de Terre sainte, d’en établir d’autres spécifiques à la Péninsule (Calatrava, Santiago et Alcantara) et de demander des ressources financières aux églises et aux fidéles des royaumes espagnols eux-mêmes. Les arguments religieux stimulaient de plus l’arrivée de gens d’autres pays : pèlerins vers Compostelle, croisés vers la frontière. Souvent ils devenaient des immigrants définitifs.

523) Les royaumes de l’Espagne chrétienne ont noué, à leur tour, des rapports solides avec d’autres pouvoirs politiques européens à partir du dernier tiers du XIe siècle. Les mariages successifs d’Alphonse VI, très influencés par Cluny, en fournissent l’exemple le meilleur et le plus ancien, mais la politique matrimoniale des rois de Castille montre la continuité de ces pratiques. Les alliances avec l’Aragon et Barcelone ont dominé la première moitié du XIIe siècle, mais, à partir du second mariage d’Alphonse VII avec Rica de Pologne, et de son rapprochement avec Louis VII de France, se sont noués des liens familiaux avec les Plantagenêt et les Capétiens, dont les noces d’Alphonse VIII avec Aliénor Plantagenêt, et celles de sa fille Blanche avec Louis VIII, constitueraient les meilleurs exemples. Déjà au XIIIe siècle s’ajoute le lien avec les Staufen par le mariage de Ferdinand III avec Béatrice de Souabe. Le fils de ceux-ci, Alphonse X, équilibra son attitude progibeline par un nouveau rapprochement avec la France de Louis IX, dont le résultat fut le mariage de son fils aîné, Ferdinand, avec Blanche, fille du roi français, mais aussi un rapprochement avec l’Angleterre, puisqu’il était le beau-frère d’Édouard Ier.

53Les rapports des rois d’Aragon et des comtes de Barcelone avec les grands nobles du nord des Pyrénées venaient du Haut Moyen Âge, mais ils se renforcèrent depuis la conquête de la moyenne vallée de l’Èbre par Alphonse Ier, et par suite de la politique occitane de ses successeurs, Raymond Bérenger IV et Alphonse II, poursuivie jusqu’à la défaite de Muret (1213). En ce qui concerne le Portugal, rappelons l’aide importante des croisés venus par mer pendant les sièges de Lisbonne et de Santarém (1147) et celui d’Alcácer do Sal (1217), et le protagonisme du pape et du roi de France dans le processus de substitution de Sanche II par son frère Alphonse II, comte de Boulogne, en 1247-1248. Il est donc bien évident que les royaumes d’Espagne s’intégraient pleinement dans le réseau de rapports politiques de l’Occident européen.

544) Cette tendance à l’homogénéité avec le reste de l’Europe s’observe aussi dans l’ensemble de l’ordre social et dans chacun de ses aspects. Les guerres et les colonisations ont certes promu une mobilité sociale plus souple et des situations particulières dans maintes régions au cours de différentes époques. Rappelons-nous encore l’importance des libertés urbaines et paysannes et l’existence de groupes de chevaliers non-nobles, la caballería villana, en rapport avec la capacité militaire de tous les hommes libres, munis d’armement et obligés de suivre les appels de mobilisation lancés par le roi. Mais il est également vrai que les cadres généraux d’organisation sont les mêmes que ceux d’autres parties de l’Occident. L’ordre social trouve son fondement dans la religion et seuls les chrétiens sont des membres à part entière de cette société définie par les ordres, les privilèges particuliers de chaque groupe ou de chaque ville ou territoire, marquée déjà par la permanence des gens dans le même statut et le même office au cours des générations, et où le pourcentage des groupes sociaux, avec plus de 80 % de paysans, n’admettait pas beaucoup de changements.

55Il est vrai aussi que la royauté, surtout celle de Castille et León, a toujours gardé entre ses mains de nombreux ressorts de pouvoir – judiciaires, fiscaux, militaires – et qu’elle payait souvent les services de la noblesse avec de l’argent, ou moyennant la cession temporaire de la terre (prestimonios, tierras), et non avec des fiefs héréditaires, excepté dans le cas catalan, mais les structures politiques se fondaient sur des liens de fidélité et de vassalité, et, au cours des XIIe et XIIIe siècles, prit forme une noblesse lignagère, à l’égal de celle d’autres pays de l’Occident. Le fait le plus original a peut-être été le développement précoce de l’autonomie communale dans les villes de León et Castille, et la naissance des assemblées d’États, les Cortes, dès la fin du XIIe siècle.

565) Il va sans dire que l’Espagne chrétienne accueillit sans réserves les nouveaux courants architectoniques et artistiques dès le dernier tiers du XIe siècle, ainsi que les courants littéraires. Il y eut des thèmes épiques autochtones (Bernardo del Carpio, Fernán Gonzalez, Les Sept Infants de Lara, Le Cid), à côté des thèmes carolingiens diffusés grâce au chemin de Saint-Jacques, tandis que la continuité d’une poésie lyrique influencée par les modèles andalousiens n’empêchait pas l’acceptation des troubadours dans les cours royales et aristocratiques. Vers la seconde moitié du XIIe siècle, les langues néo-latines, castillan, galicien, catalan, avaient atteint leur niveau littéraire et les initiatives culturelles d’Alphonse X (1252-1284) consolidèrent cet usage écrit du castillan et du galicien, de même que celles des rois d’Aragon entre Jacques Ier et Pierre IV celui du catalan.

57Si l’on veut parvenir à une véritable compréhension des fondements médiévaux de l’Espagne, il serait absurde d’oublier ou de minimiser l’importance des aspects du patrimoine culturel hispanique que je viens de décrire sommairement, ainsi que de ne pas reconnaître leur poids historique.

58Au cœur du mot de Reconquista se cachent donc des réalités historiques très complexes et variables selon les époques, mais toujours axées sur les luttes et les rapports de deux sociétés, voire deux systèmes de civilisation, d’un côté et de l’autre d’une frontière mobile, sur les débris et les souvenirs de l’Hispania gothique.

59Les conséquences de la Reconquête sur l’histoire espagnole ont été nombreuses et durables, à commencer par la formation territoriale des régions et des royaumes et par les résultats des grands processus de colonisation et de peuplement. Au cours des siècles médiévaux il s’est mis en place chez nos ancêtres un nouvel ordre social, politique et culturel, c’est-à-dire une façon d’être européens, et, d’autre part, un type de rapports avec le monde islamique proche caractérisé par la conscience aiguë d’une altérité, où se mêlaient la familiarité, produit de la fréquence des rapports, et la méfiance relevant des affrontements. C’est à partir de ces données du passé, à côté d’autres plus récentes, qu’il devient possible d’imaginer un futur meilleur pour nous tous.

Notes

1 M. Jean-Pierre Molénat a bien voulu prendre le soin de faire la révision linguistique de ce texte. Je lui exprime ici mes remerciements les plus sincères.

2 Un exposé plus ample dans mon rapport, « La ’’Decadencia” española como argumento historiográfico », dans Lecturas sobre la España histórica, Madrid, Real Academia de la Historia, 1998, p. 213-285.

3 J. Ortega y Gasset, España invertebrada. Bosquejo de algunos pensamientos históricos, Madrid, Revista de Occidente, 1921.

4 A. Castro, España en su historia. Cristianos, moros y judíos, Buenos Aires, 1948, et La realidad histórica de España, México, 1954.

5 Cl. Sánchez-Albornoz, « España y Francia en la Edad Media. Causas de su diferenciación política », Revista de Occidente, 2 (1923), p. 294-316 ; « España y el Islam », Revista de Occidente, 24 (1929), p. 1-30 ; quelques essais réunis dans son De la invasión islámica al Estado continental, Séville, 1974 ; et surtout son livre monumental España, un enigma histórico, 2 vol., Buenos Aires, 1957 (voir aussi les commentaires ajoutés dans l’édition de 1973), ainsi que ses nombreuses recherches sur le royaume des Asturies : cf. le résumé « La España cristiana de los siglos VIII al XI : el reino astur-leonés (722-1037) » dans Historia de España [fondée par Menéndez Pidal], VII/1, Madrid, 1980. D’autres points de vue et interpretations dans A. Barbero et M. Vigil, La formación del feudalismo en la Peninsula Ibérica, Madrid, 1978, et dans J. M. Mínguez, La Reconquista, Madrid, 1989.

6 Voir l’excellent état de la question dressé par M. González Jiménez avec un exposé et une critique des différents points de vue : « ¿ Re-conquista ? Un estado de la cuestión », dans Tópicos y realidades de la Edad Media, E. Benito Ruano coord., Madrid, Real Academia de la Historia, 2000, p. 155-178. Aussi, J. A. García de Cortázar et alii, dans l’introduction à La organización social del espacio en la España medieval. La Corona de Castilla en los siglos VIII a XV, Barcelone, 1985, et D. W. Lomax, The Reconquest of Spain, Londres, 1978 (trad, espagnole, La Reconquista, Barcelone, 1984). Des precisions sur la chronologie de l’idée de reconquête dans O. Engels, Reconquista und Landesherrschaft, Vienne-Munich, 1989, et J. Flori, « Réforme, reconquista, croisade. L’idée de reconquête dans la correspondance pontificale d’Alexandre II à Urbain II », Cahiers de Civilisation Médiévale, 40 (1997), p. 317-335. Sur la frontière entre Al-Andalus et l’Espagne chrétienne voir E. Manzano Moreno, La frontera de Al-Andalus en época de los omeyas, Madrid, 1991 ; A. Bazzana, P. Guichard et Ph. Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale », Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Age, Rome-Madrid, Casa de Velázquez – École française de Rome, 1992, p. 35-59, et P. Guichard, « Avant Tordesillas : la délimitation des terres de reconquête dans l’Espagne des XIIe et XIIIe siècles », dans Le partage du monde, M. Balard et A. Ducellier éd., Paris, 1998.

7 Une synthèse dans mon essai, « España : reinos y señoríos medievales », dans Lecturas sobre la España histórica, op. cit., p. 11-69.

8 J. A. Maravall Casesnoves, « La idea de reconquista como programa de nuestra Historia medieval », dans El concepto de España en la Edad Media, Madrid, 1954 (3e éd. 1981) ; R. Homet, « La pérdida de España, mito motor de la Reconquista », Temas Medievales, 4 (1994), p. 89-113 ; G. Martin, « La chute du royaume wisigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des VIIIe et IXe siècles. Sémiologie sociohistorique », Cahiers de Linguistique Hispanique Médiévale, 9 (1984) ; A. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg. Die Deutung des Krieges im christlichen Spanien von der Westgoten bis ins frühe 12. Jahrhundert, Münster, 1998. Et les reflexions de P. Linehan dans son vaste tableau History and the Historians of Medieval Spain, Oxford, 1993.

9 « Introduction » à La reconquista y el proceso de diferenciación política (1035-1217), M. A. Ladero Quesada coord., t. IX de l’Historia de España [fondée par Menéndez Pidal], Madrid, 1998.

10 L. Vázquez de Parga, La división de Wamba, Madrid. 1943 ; P. Linehan, op. cit.

11 A. Castro, Español, palabra extranjera, Madrid, 1970.

12 P. Linehan, op. cit., p. 196-197, 378 et 400 ; J. Ochoa Sanz, Vincentius Hispanus. Canonista boloñés del siglo XIII, Madrid, 1960 ; The Cambridge History of medieval political thought, J. H Burns éd., Cambridge, 1988, p. 463, n. 35.

13 Alfonso X, Setenario : en razón del imperio quisiera que fuera llamado así su señorío e non regno, e que fuese él coronado emperador según lo fueron otros de su linaje.

14 C. de Ayala, Directrices fundamentales de la politico peninsular de Alfonso X, Madrid, 1986 ; J. O’Callaghan, El Rey Sabio. El reinado de Alfonso X de Castilla, Séville, 1996.

15 L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Ch. Pellistrandi éd., Madrid, 1992 ; D. Catalán Menéndez-Pidal, La « Estoria de España » de Alfonso X. Creación y evolución, Madrid, 1992 ; G. Martin, Histoires de l’Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Paris, 1997 ; voir aussi le dossier « Luc de Tuy : chroniqueur, hagiographe, théologien », Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 24 (2001), p. 201-311, et E. Mitre Fernández, « ¿Un sentimiento de comunidad hispánica ? La historiografía peninsular », dans La época del gótico en la cultura española, t. XVI de l’Historia de España [fondée par Menéndez Pidal], Madrid, 1994, p. 407-434.

16 Esta nuestra estoria de las Espannas general la levamos Nos de todos los reyes et de todos los sus fechos que acaescieron en el tiempo pasado, e de los que acaescen en el tiempo present en que agora somos, tan bien de moros como de christianos et aun de judíos si y acaesciere.

17 Un aperçu intéressant les points de vue catalans dans F. Sabaté, « La noció d’Espanya a la Catalunya medieval », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 19 (1998), p. 375-390 (aussi dans El comtat d’Urgell a la Península Ibèrica, F. Sabaté et J. Farré coord., Lérida, 2002, p. 113-130) ; M. Zimmermann, « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Ph. Sénac éd., Perpignan, 1995 (repris dans En els orígens de Catalunya. Emancipació politica i afirmació cultural, Barcelone, 1989). Aussi, R. Homet, « Aspectos de la imaginaria política : los conceptos de cristiandad, España y nacionalidad en las grandes crónicas catalanas », Temas Medievales, 5 (1995), p. 245-258.

18 R. B. Tate, Ensayos sobre la historiografia peninsular del siglo XV, Madrid, 1973. Synthèse et état de la question dans mon article, « Proyecto politico y grupos sociales en la España de los Reyes Católicos », dans Lecturas sobre la España histórica, op. cit., p. 71-112.

19 Cf. mon étude, « Sobre la evolución de las fronteras medievales hispánicas (siglos XI a XIV », dans Identidady representation de la frontera en la Espana medieval (siglos XI-XIV), C. Ayala, P. Buresi et Ph. Josserand éd., Madrid, Casa de Velázquez, 2001, p. 5-49.

20 La bibliographie sur ce sujet est très vaste. Cf., E. Cabrera Muñoz, « Población y poblamiento, historia agraria y sociedad rural », dans La historia medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998). XXV Semana de Estudios Medievales de Estella, Pampelune, 1999, p. 659-746. Je signale seulement quelques titres, parmi lesquels les actes de plusieurs colloques où se trouvent des rapports des principaux spécialistes : La reconquista y repoblación de los reinos hispánicos. Asamblea General de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Saragosse, 1991 ; De Al-Andalus a la sociedad feudal : los repartimientos bajomedievales, Barcelone, 1990 ; Las sociedades de frontera en la España medieval, Saragosse, 1993 ; Repoblación y reconquista. III Curso de Cultura Medieval, Aguilar de Campoo, Centro de Estudios del Románico, 1993 ; L’Incastellamento. Actas de las reuniones de Girona (26-27 noviembre 1992) y de Roma (5-7 mayo 1994), M. Barcelo et P. Toubert éd., Rome, École Française de Rome – Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma, 1998. Il faut toujours tenir compte de la synthèse de S. de Μoxo, Repoblación y sociedad en la España cristiana medieval, Madrid, 1979. Pour l’ensemble castillan, J. A. García de Cortázar et alii, Organización social del espacio en la España medieval. La Corona de Castilla en los siglos VIII a XV, Barcelone, 1985 ; J. A. García de Cortázar, « Organización social del espacio. Propuestas de reflexión y análisis histórico de sus unidades en la España medieval », Studia Historica, II/6 (1988), p. 195-236, et La sociedad rural en la España medieval, Madrid, 1988 ; M. González Jiménez, « Frontier and Settlement in the Kingdom of Castile (1085-1350) », dans Medieval Frontier Societies, R. Bartlett et A. MacKay éd., Oxford, 1989, p. 49-74 ; J. Gautier-Dalché, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media, Madrid, 1979. L’héritage urbain de l’Espagne musulmane a été très bien étudié jadis par L. Torres Balbás (Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, 1970) ; voir aussi B. Pavón Maldonado, Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, 1992, ainsi que C. Mazzoli Guintard, Ciudades de Al-Ándalus. España y Portugal en la época musulmana (s. VIII-XV), Grenade, 2000.

21 L. Vázquez de Parga, J. M. Lacarra et J. Uría, Las peregrinaciones a Santiago de Compostela, 3 vol., Madrid, 1959. Voir aussi, Bibliografia del Camino de Santiago, 2 vol., F. de los Reyes Gómez coord., Madrid, 2000 ; El Camino de Santiago y la articulación del espacio hispánico. XX Semana de Estudios Medievales de Estella, Pampelune, 1994 ; Las peregrinaciones a Santiago de Compostela y San Salvador de Oviedo en la Edad Media, Oviedo, 1993 ; J. Passini, Villes médiévales du chemin de Saint Jacques de Compostelle (de Pampelune à Burgos). Villes de fondation et villes d’origine romaine, Paris, 1984. Au livre classique de Cl. Sánchez-Albornoz, Despoblación y repoblación del valle del Duero, Buenos Aires, 1966, on doit ajouter les recherches et les prises de position des trente dernières années : Del Cantábrico al Duero. Trece estudios sobre organización social del espacio en los siglos VIII a XIII, J. A. García de Cortázar éd., Santander, 1999, et « Poblamiento y modelos de sociedad e,n la transición de la Antigüedad al Feudalismo entre el Cantábrico y el Duero », dans Sautuola VI. Estudios en homenaje al profesor Dr. Gacía Guinea, Santander, 1999, p. 501-511. Plusieurs rapports dans Despoblación y colonización del valle del Duero. Siglos VIII-XX, Ávila, Fundación Sánchez-Albornoz, 1995. E. Pastor Díaz de Garayo, Castilla en el tránsito de la antigüedad al feudalismo. Poblamiento, poder político y estructura social del Arlanza al Duero (siglos VII-XI), Valladolid, 1996 ; I. Martín Viso, Poblamiento y estructuras sociales en el norte de la Peninsula Ibérica. Siglos VI-XIII, Salamanque, 2000. Sur de developpement des villes, voir les états de la question réunis dans El fenómeno urbano medieval entre el Cantábrico y el Duero, J. A. Solórzano Telechea et B. Arízaga Bolumburu éd., Santander, 2002. Pour les terres pyrenaiques les contributions de A. J. Martín Duque et M. Riu Riu dans Los núcleos pirenaicos (718-1035) : Navarra, Aragón, Cataluña, t. VII/II de l’Historia de España [fondée par Menéndez Pidal], Madrid, 2000 ; J. J. Larrea, La Navarre du IVe au XIIe siècle. Peuplement et sociéte, Paris-Bruxelles, 1998. Pour la Catalogne, outre les travaux classiques de R. d’Abadal i de Vinyals, voir l’ouvrage fondamental de P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1976 ; M. Zimmermann, « Le concept de Marca Hispánica et l’importance de la frontière dans la formation de la Catalogne », dans La Marche Supérieure d’Al-Andalus et l’Occident chrétien, Madrid, 1991, et « Le rôle de la frontière dans la formation de la Catalogne (IXe-XIIe siècles)”, dans Las sociedades de frontera en la España medieval, Saragosse, 1993, p. 7-29 ; F. Sabaté, L’expansió territorial de Catalunya. Conquesta o repoblació ?, Lérida, 1996 ; L1. To Figueras, Familia i hereu a la Catalunya nord-oriental (segles X-XII), Barcelone, 1997. Les origines de Barcelone dans J. E. Ruiz Doménech, « The urban origins of Barcelona : agricultural revolution or commercial development », Speculum, 52 (1977), p. 265-286, et Ricard Guillem o el somni de Barcelona, Barcelone, 2001.

22 J. González, « La Extremadura castellana al mediar el siglo XIII », Hispania, 34/127 (1974), p.265-424 ; L. M. Villar García, La extremadura castellano-leonesa. Guerreros, clérigos y campesinos (711-1252), Valladolid, 1986 ; G. Martínez Díez, Las comunidades de villa y tierra de la Extremadura castellana (Estudio histórico-geográfico), Madrid, 1983 ; A. Barrios García a synthétisé ses vastes recherches sur l’Estrémadure pendant un quart de siècle dans Historia de Ávila, t. II : Edad Media (siglos VIII-XIII), Ávila, Institución Gran Duque de Alba, 2000, et dans le chapitre IV (« El poblamiento medieval salmantino »), de l’Historia de Salamanca, J. L. Martín coord., t. II : Edad Media, Salamanque, 1997 (voir aussi le chapitre I, « La repoblación de los territorios salmantinos », par J. M. Mínguez dans le même ouvrage). Pour Tolède et la Nouvelle-Castille, J. González, Repoblación de Castilla la Nueva, 2 vol., Madrid, Universidad Complutense, 1975 ; J.-P. Molénat, Campagnes et Monts de Tolède du XIIe au XVe siècle, Madrid, 1997, et « Structures agraires en Nouvelle-Castille, la Manche tolédane et la Ribera del Tajo : de la structure islamique à la structure chrétienne », dans Castrum 5. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, A. Bazzana éd., Madrid-Rome-Murcie, Casa de Velázquez, École française de Rome, Ayuntamiento de Murcia, 1999, p. 171-179. Les travaux de C. de Ayala et les thèses dirigées par lui, notamment les deux ouvrages de E. Rodríguez-Picavea Matilla, La formación del feudalismo en la meseta meridional castellana. Los señoríos de la Orden de Calatrava en los siglos XII-XIII, Madrid, 1994, et La villa y la tierra de Talavera en la plena edad media. Orígenes, consolidación y crecimiento de un concejo de realengo (siglos XI-XIII), Talavera, 1996. Voir un état des questions dans Μ. A. Ladero Quesada, « La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios : Corona de Castilla y León », dans Las Órdenes Militares en la Peninsula Ibérica, Ciudad Real, 2000, t. I, p. 9-31 ; P. Buresi, La frontière entre Tage et Sierra Morena. XIe-XIIIe siècle (thèse de doctorat, dir. P. Guichard, Université de Lyon II, 2000) ; P. Guichard et P. Buresi, « L’espace entre Sierra Morena et Manche à l’époque almohade », dans Alarcos 1195. Actas del Congreso internacional conmemorativo del VIII centenario de la batalla de Alarcos, R. Izquierdo Benito et F. Ruiz Gómez éd., Cuenca, 1996, p. 125-143 ; J.-P. Molénat, « Les divers notions de “Frontière” dans la région de Castilla-La Mancha au temps des Amoravides et des Almohades », ibid., p. 105-123. L’Estrémadure actuelle, A. Bernal Estévez, Poblamiento, transformación y organización social del espacio extremeho (siglos XIII al XV), Badajoz, 1998, et J. L. de la Montaña Conchiña, La Extremadura cristiana (1142-1350). Poblamiento, poder y sociedad, Cáceres, Universidad de Extremadura, 2003. Pour le Portugal, en plus des recherches très nombreuses des historiens portugais et notamment des travaux de J. Mattoso parmi lesquels le fondamental Identiflcaçâo de um país. Ensaio sobre as origens de Portugal. 1096-1325, 2 vol., Lisbonne, 1985 (2e éd.), voir R. Durand, Les campagnes portugaises entre Douro et Tage aux XIIe et XIIIe siècle, Paris, 1982 ; quelques précédents dans Ch. Picard, Le Portugal musulman (VIIIe-XIIIe siècle). L’Occident d’al-Andalus sous domination islamique, Paris, 2000. L’Aragon a été étudié par J. M. Lacarra dans de nombreux travaux de recherche et d’édition de textes : Colonización, parias, repoblación y otros estudios, Saragosse, 1981 ; Estudios dedicados a Aragón, Saragosse, 1987 ; M. L. Ledesma Rubio, Cartas de población del reino de Aragon en los siglos medievales, Saragosse, 1991 ; De Toledo a Huesca. Sociedades medievales en transición a finales del siglo XI (1080-110), C. Laliena Corbera et J. F. Utrilla éd., Saragosse, 1998 ; C. Laliena Corbera, « La formación de las estructuras señoriales en Aragón (ca. 1080-ca. 1206) », dans Señorío y feudalismo en la Península Ibérica (ss. XII-XIX), Saragosse, 1993, t. I, p. 553-585. Le grand ouvrage de Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècles). Le peuplement musulman au nord de l’Ebre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, 2000 ; voir aussi, Cl. Stalls, Possessing the land : Aragon’s expansion in Islam’s Ebro frontier under Alfonso the Battler, 1104-1134, Leyde-New York-Cologne, 1995. Pour la Nouvelle Catalogne, en plus de la vaste étude de J. M. Font Rius, qui fait réference à tout le Principat : Cartas de población y franquicia de Cataluña, 3 vol., Madrid-Barcelone, 1969-1983 ; La transformació de la frontera al segle XI. Reflexions des de Guisona arran del IX centenari de la consagració de l’església de Santa Maria, F. Sabaté éd., Lérida, 2000 ; X. Eritja Ciuro, De l’« almunia » a la « turris » : organització de l’espai a la regió de Lleida (segles XI-XIII), Lérida, 1998 ; A. Virgili, « Ad detrimentum Yspanie. La cruzada de Turtusa y la feudalización de la región de Tortosa (1148-1200) », dans L’Incastellamento, op. cit., p. 99-121 ; et beaucoup des travaux inclus dans la série éditée par J. Bolòs et J. J. Busqueta, Territori i Societal a l’Edat Mitjana, 3 vol., Lérida, Universitat de Lleida, 1997.

23 État de la question dans mes études, « Monarquía y ciudades de realengo en Castilla. Siglos XII a XV », Anuario de Estudios Medievales, 24 (1994), p. 719-774 ; Las ferias de Castilla. Siglos XII a XV, Madrid, Real Academia de la Historia, 1994, et « Economía mercantil y espacio urbano : ciudades de la Corona de Castilla en los siglos XII a XV », Boletín de la Real Academia de la Historia, 191/2 (1994), p. 235-293. M.-C. Gerbet, Un élevage original au Moyen Âge. La péninsule Ibérique, Biarritz, 2000 ; M. Diago Hernando, Mesta y transhumancia en Castilla (siglos XIII a XIX), Madrid, 2002 ; Vida rural y ganadera, G. Colón Domènech et J. Sánchez Adell éd., Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura, 75 (1999) ; J. A. Fernández Otal, La Casa de Ganaderos de Zaragoza. Derecho y trashumancia a fines del siglo XV, Saragosse, 1993.

24 Pour Valence il faut toujours considérer les résultats des recherches de J. I. Burns : The Crusader Kingdom of Valencia, 2 vol., Harvard-Oxford, 1967 ; Medieval Colonialism. Postcrusade Exploitation of Islamic Valencia, Princeton, 1975 ; Islam under the Crusaders. Colonial survival in the thirteenth-century kingdom of Valencia, Princeton, 1973 ; Muslims, Christians and Jews in the crusader kingdom of Valencia, Cambridge, 1984, et celles de P. Guichard, surtout sa collaboration dans Nuestra Historia, Valencia, 1980, t. III, p. 9-107 et sa thèse Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Paris, 1990-1991. E. Guinot Rodríguez, Cartes de poblament medievals valencianes, Valence, 1991, et Els fundadors del regne de Valencia, Valence, 1999 ; R. Ferrer Navarro, Conquista y repoblación del reino de Valencia, Valence, 1999 ; P. López Elum, La conquista y repoblación valenciana durante el reinado de Jaime I, Valence, 1995, et Los castillos valencianos en la Edad Media (Materiales y técnicas de construcción), 2 vol., Valencia, 2002 ; J. Torró, El naixement d’una colonia. Dominació i resistencia a la frontera valenciana (1238-1276), Valence, 1999. Sur Majorque je renvoie au rapport de A. Santamaría dans La reconquista y repoblación de los reinos hispánicos. V Asamblea General de la Sociedad Española de Estudios Medievales, Saragosse, 1991, et de R. Soto dans De Al Andalus a la sociedad feudal : los repartimientos bajomedievales, Barcelone, 1990.

25 J. González, El repartimiento de Sevilla, 2 vol., Séville, 1951 ; la très belle synthèse de M. González Jimènez, En torno a los orígenes de Andalucía. La repoblación del siglo XIII, Séville, 1988. Murcie dans les nombreux travaux de J. Torres Fontes, parmi lesquels les premiers volumes de la Colección de Documentas para la historia del reino de Murcia [CODOM] 1963- ; un résumé des repartimientos dans son rapport dans De Al Andalus a la sociedad feudal : los repartimientos bajomedievales, Barcelone, 1990 ; la solide thèse de D. Menjot, Murcie castillane. Une ville au temps de la frontière (1243-milieu XVe siècle), 2 vol., Madrid, Casa de Velázquez, 2002. Sur le Portugal : St. Boissellier, Naissance d’une identité portugaise. La vie rurale entre Tage et Guadiana, de l’Islam à la Reconquête (Xe-XIVe siècles), Lisbonne, 1999. Voir aussi quelques ouvrages mentionnés dans la note 22.

26 Voir mes travaux : Andalucía a fines de la Edad Media. Estructuras. Valores. Sucesos, Cádix, Universidad de Cádiz, 1999 ; Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, 1989, et « Mudéjares y repobladores en el reino de Granada (1485-1501) », Cuadernos de Historia Moderna, 13 (1992), p. 47-71. Historia del reino de Granada, M. Barrios Aguilera et R. Peinado Santaella coord., Grenade, Universidad de Granada, 2000, t. I : De los orígenes a la época mudéjar (hasta 1502) ; A. Malpica Cuello, Poblamiento y castillos en Granada, Grenade, 1996 ; J. M. Ruiz Povedano, Málaga, de musulmana a cristiana. La transformación de la ciudad a finales de la Edad Media, Málaga, 2000 ; E. Aznar Vallejo, La incorporación de las Islas Canarias a la Corona de Castilla (1475-1525), Las Palmas de Gran Canaria, 1992 (2e éd.) ; E. Serra Ràfols, « La repoblación de las Islas Canarias », Anuario de Estudios Medievales, 5 (1968), p. 409-429.

27 Je renvoie à mon article, « Las regiones históricas y su articulación política en la Corona de Castilla durante la Baja Edad Media », En la España Medieval, 15 (1992), p. 213-247. L’ensemble castillan comprenait, en plus des anciens royaumes de Castille, León et Galice, ceux qui avaient pris forme pendant les processus de conquête : Tolède, Jaén, Cordoue, Seville, Murcie, Grenade, Canaries. On est en présence de titres de royaumes créés pour l’honneur de ces terres, mais qui n’ont pas de contenu politique spécifique, tout au plus, parfois, un contenu administratif.

28 Une synthèse dans mon rapport, « El ejercicio del poder real en la Corona de Aragon (siglos XIV y XV) ; instituciones e instrumentos de gobierno », En la España Medieval, 17 (1994), p. 31-93. J. A. Sesma Muñoz, « La fijación de fronteras económicas entre los estados de la Corona de Aragon », Aragón en la Edad Media, 5 (1983), p. 141-163. La Catalogne, dont le titre de Principal (Principauté) apparaît vers le milieu du XIVe siècle, et les royaumes d’Aragon et de Valence étaient séparés par de véritables frontières, et chacun d’eux disposait de ses institutions politiques (Cortes) et administratives, et de sa législation spécifique, de même que le royaume de Majorque. Pour l’espace catalan, F. Sabaté, El territori de Catalunya. Percepció i divisió territorial al llarg de l’Edat Mitjana, Barcelone, 1998.

29 Don Juan Manuel, Libro de los Estados (Biblioteca de Autores Españoles, vol. 51, ch. XXX, p. 292) : Et por esto ha guerra entre los cristianos et los moros, et habrá fasta que hayan cobrado los cristianos las tierras que los moros les tienen forzadas ; ca cuanto por la ley nin por la secta que ellos tienen, non habrían guerra entre ellos ca Jesucristo nunca mandó que matasen ni apremiasen a ninguno porque tomase la su ley, ca él non quiere servicio forzado.

30 Pour le Bas Moyen Âge, mon livre, Los mudéjares de Castilla y otros estudios de historia medieval andaluza, Grenade, Universidad de Granada, 1989, et « Réalité et imagination : la perception du monde islamique en Castille au cours du Bas Moyen Âge », dans Questions d’Histoire. Orient et Occident du IXe au XVe siècle, G. Jehel coord., Paris, 2000, p. 159-198. Pour les temps antérieurs, R. Barkai, Cristianos y musulmanes en la España medieval (Et enemigo en el espejo), Madrid, 1984 ; Ph. Sénac, L’Occident médiéval face à l’Islam : l’image de l’autre, Paris, 2000 (2e éd.).

31 D’autres reflexions récentes sur ce sujet dans P. Guichard et D. Menjot, « Les emprunts aux vaincus. Les conséquences de la “Reconquête” sur l’organisation institutionnelle des États castillan et aragonais au Moyen Âge », dans État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance, M. Balard éd., Lyon, 1989, p. 379-396. Pour les VIIIe-XIIe siècles, A. Galmés de Fuentes, « Síntesis cultural cristiano-islámica » et « El guerrero tópico y la realidad sociocultural de la Edad Media », dans Tópicos y realidades de la Edad Media, E. Benito Ruano coord., Madrid, Real Academia de la Historia, 2000, t. I, p. 119-153 et 2002, t. II, p. 157-177.

32 Sur l’origine grecque de la plus grande part de cette science « arabe », voir F. Rodríguez Adrados, Modelos griegos de la sabiduría castellana y europea. Literatura sapiencial en Grecia y la Edad Media, Madrid, Real Academia Española, 2002. Aussi, l’édition du Libro de la escala de Mahoma, traduit sous l’ordre d’Alphonse X, Madrid, 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540