Versión clásicaVersión móvil

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

Michel Balard

Texto completo

  • 1 M. Bloch, « Un problème de contact social : la colonisation allemande en Pologne », Annales d’Hist (...)

L’expansion allemande n’est pas seulement en elle-même un des grands faits de l’histoire européenne. Elle nous met sous les yeux une des expériences les plus passionnantes dont puissent rêver les analystes des sociétés humaines : le contact et les réactions réciproques de deux types de civilisation. Mais c’est un coin du laboratoire où il est aujourd’hui bien difficile de voir clair1.

1Ce qu’écrivait Marc Bloch en 1934, pourrait s’appliquer à toutes les formes d’expansion occidentale, objet de notre colloque et me servir d’excuse pour les zones d’ombre et les omissions d’un exposé qui ne saurait être exhaustif. L’illustre médiéviste en appelait, pour traiter ce problème, à « un chercheur auquel son origine permette le divin privilège de l’indifférence », ce terme étant entendu, bien sûr, au moment de la montée du nazisme, dans le sens du rejet de toute prise de position idéologique et partisane. Je ne prétends pas posséder ce divin privilège, mais je voudrais montrer à quel point le thème de notre colloque a soulevé et soulève encore des passions non apaisées et quels sont les thèmes de recherche qui ont été les plus travaillés au cours des dernières années.

  • 2 M. Markowski, « “Crucesignatus” : its origin and early usage », Journal of Medieval History, 10/3 (...)
  • 3 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête”. L’occupation chrétienne d’al-Andalus, la soumissio (...)
  • 4 J. Flori, « Le vocabulaire de la “Reconquête chrétienne” dans les lettres de Grégoire VII », dans (...)

2Le vocabulaire de l’expansion est contesté. Trois mots ou expressions ont eu à travers l’histoire de profondes résonances. La « croisade » – vocable d’apparition tardive par rapport à l’événement qu’il désigne2 – devient de nos jours, quand il ne s’applique pas à toute entreprise urgente d’intérêt collectif, synonyme d’impérialisme occidental et de mouvement précurseur du sionisme, au moins pour les historiens des pays arabes qui ressentent comme une blessure toujours vive l’évocation de l’expansion occidentale en Syrie-Palestine aux XIIe-XIIIe siècles. La charge idéologique est tout aussi forte avec le mot Reconquista, violemment contesté par certains historiens ibériques3. La notion soutiendrait le principe d’une identité espagnole immuable et justifierait le droit de la monarchie asturienne à se poser en héritière des rois wisigothiques de Tolède et donc à récupérer l’Hispania, injustement tombée en 711 au pouvoir des musulmans. À moins de considérer, avec Jean Flori4, que la reconquête espagnole, vidée de son contenu idéologique, participe d’une logique commune avec celle de l’expansion occidentale, expression de la vitalité démographique de l’Occident médiéval et d’une reconquête chrétienne générale, promue par la papauté. Faute de meilleur vocable, c’est en ce sens que l’on utilisera le mot, fortement ancré dans la tradition historiographique ibérique.

  • 5 Voir l’introduction de Ch. Higounet à son livre, Les Allemands en Europe centrale et orientale au (...)

3À l’autre extrémité de l’Europe, le concept du Drang nach Osten abondamment utilisé par l’historiographie germanique, quelque peu triomphaliste au début du XXe siècle, se voit aujourd’hui heureusement remplacé par celui d’Ostbewegung, insistant sur la lente migration des populations allemandes, mais aussi flamandes et hollandaises vers l’est, et par celui d’Ostsiedlung, qui s’applique davantage à la colonisation du sol et au peuplement rural et urbain de régions jusque-là désertées. Tenants du slavisme et tenants du germanisme peuvent alors tenter de s’entendre dans l’explication d’un phénomène, trop longtemps gauchie par de forts préjugés nationalistes5.

  • 6 R. Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization and Cultural Change 950-1350, Londres, 1 (...)
  • 7 B. Bennassar, Histoire des Espagnols VIe-XVIIe siècles, Paris, 1985, p. 193-209 ; P. Guichard, Al- (...)
  • 8 Ch. Higounet, op. cit., p. 83-106.
  • 9 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris, 1996 ; M. Balard, Croisades et Orient latin (XIe-XIVe s (...)

4Ces remarques terminologiques conduisent à s’interroger sur le mot d’expansion qui sert de fil rouge aux travaux de ce colloque. Il sous-entend en effet que pendant cinq siècles l’Occident a connu un essor dans toutes les directions et a imposé sa domination sur le monde alors connu. Or, il n’en est rien. Procédant d’une forte poussée démographique, l’avancée a connu un sort variable selon les fronts que l’on considère. Le médiéviste anglosaxon Robert Bartlett a mis en évidence les homologies, mais aussi les divergences entre les diverses manifestations expansives de la chrétienté latine : succès durables sur certains fronts, échecs sur d’autres, et dans la plupart des cas, solutions de continuité6. En Espagne, la « reconquête » chrétienne a connu des phases rapides aux XIe et XIIIe siècles, interrompues par l’avancée des Almoravides puis des Almohades. La prise de Tolède et de Valence est suivie par les défaites de Zallaqa (1086) et d’Alarcos (1185), avant que la déroute musulmane de Las Navas de Tolosa (1212) ouvre les portes d’al-Andalus aux armées chrétiennes. Mais pendant plus de deux siècles, la conquête bute sur le sultanat de Grenade qui survit jusqu’en 14927 Dans l’Europe de l’Est, les grandes migrations des populations allemandes, hollandaises et flamandes s’épuisent au début du XIVe siècle, tandis que la croisade teutonique se brise sur les rives du lac Peïpous. En terre slave se constitue une frontière russe face à l’Occident8. En Syrie-Palestine, après l’heureux succès des croisés qui créent quatre États latins au tout début du XIIe siècle, le repli commence dans les années 1160-1170 et s’achève avec la perte d’Acre en 1291. Les projets de croisade formulés après cette date restent dans les cartons, tandis que les expéditions occidentales contre les Ottomans ne peuvent empêcher la turcisation progressive des Balkans9. Quelque front que l’on considère, l’expansion n’est jamais continue : des blocages et des régressions l’interrompent ou l’annihilent.

  • 10 Ch. Higounet, op. cit., p. 257-270 ; R. Bartlett, op. cit., p. 306-314.
  • 11 J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2 vol., Paris, 1969-1970, t. II, p. 9-67 et 341 (...)
  • 12 R. Bartlett, op. cit., p. 307-309.
  • 13 Ibid, p. 307-308.
  • 14 N. Housley, The Later Crusades. From Lyons to Alcazar 1274-1580, Oxford, 1992, p. 51-53, 58-59 et (...)

5La diversité des acteurs mis en cause est frappante. Alors que la colonisation moderne doit tout aux initiatives d’États conquérants, le rôle des monarchies dans l’expansion médiévale est beaucoup plus effacé. Les entreprises des Ottoniens et des Saliens dans l’Europe de l’Est sont rapidement mises en échec par une violente réaction païenne ; elles sont relayées au XIIe siècle par des formes d’expansion plus diffuses, organisées par des seigneurs ou des « entrepreneurs » de colonisation (locatores), en dehors de toute direction impériale. Les derniers Saliens et les Staufen, empêtrés dans la Querelle des Investitures et dans leurs prétentions à une hégémonie universelle, n’ont pu mener une politique suivie à l’Est et ont dû laisser l’initiative à leurs vassaux10. Il en est de même en Syrie-Palestine où certes les interventions des souverains occidentaux ont été plus nombreuses, mais éphémères ; ils se contentèrent soit d’aider à la reconquête des villes prises par les Ayyoubides (Troisième Croisade), soit de renforcer la défense des États latins (saint Louis)11. Mais la création de ces derniers doit tout à des groupes de chevaliers francs, à des clercs, à des marchands et à des paysans, réunis sous la direction de quelques barons latins en quête de leur salut mais aussi de butin et de terres nouvelles12. Les États qu’ils constituent prennent ainsi un caractère régional particulier : la principauté d’Antioche est normande, le comté de Tripoli toulousain et le royaume de Jérusalem lotharingien. La Reconquista fait exception, puisque dans la péninsule Ibérique l’expansion a été conduite par les monarchies chrétiennes du Nord, mais on ne saurait oublier le rôle particulier des communautés urbaines, dotées de leurs fueros, de leurs milices et d’un esprit de « frontière ». Comme l’a souligné R. Bartlett, c’est un consortium chevaleresque, clérical et mercantile qui a dirigé les principaux mouvements d’expansion européenne, en l’absence presque complète de toute direction monarchique, d’autant qu’à partir de 1300 le renforcement des plus importants royaumes d’Occident semble avoir été un frein à la dilatation de l’Europe latine13. Les ambitions orientales des Angevins de Naples achoppent au soir des Vêpres siciliennes et les projets de croisade des Valois sont contrecarrés par les débuts de la guerre de Cent Ans14.

  • 15 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 86.
  • 16 J. Richard, L’esprit de la croisade, Paris, 1969, p. 30-33 ; J. Flori, Pierre l’Ermite et la Premi (...)
  • 17 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 88-92 ; M-T. Ferrer i Mallol, « Le (...)

6Les formes d’expansion sont tout aussi diverses que ses acteurs. Trois pourraient être mises en évidence : une expansion politique et militaire, une expansion économique et une expansion religieuse et culturelle. Sans entrer dans les détails, on se contentera de souligner les homologies et les divergences d’un secteur à l’autre. L’assaut chrétien contre al-Andalus est antérieur de quelques décennies à la Première Croisade. Plus que d’une reconquête systématique d’un héritage perdu, les premières campagnes militaires des années 1060 eurent pour objectif de contraindre les pouvoirs musulmans du nord de l’Espagne à signer des traités pour le paiement de tributs15. La légitimation idéologique de l’expansion chrétienne péninsulaire, diffusée par l’Eglise, n’intervient qu’après coup, de même que dans le cas de la Première Croisade, l’idée que Jérusalem est l’héritage du Christ, injustement enlevé à la chrétienté et que celle-ci a le devoir de reconquérir16 Il semble bien qu’au cours du XIIIe siècle, les conquêtes décisives au détriment d’al-Andalus se réalisent sous le signe de la croisade, par analogie avec le développement de cette idéologie dans tout l’Occident chrétien. Mais ce qui les distingue des expéditions vers la Terre sainte, en dehors de la direction monarchique des entreprises de conquête, est le processus de repeuplement qui accompagne l’élimination partielle de la population musulmane antérieurement établie17. Les campagnes militaires ouvrent toujours la voie à une immigration de paysans et au repeuplement de villes, bénéficiaires de fueros. C’est aussi la permanence du processus offensif de la part des royaumes chrétiens, bien que le califat almohade ait réussi à ralentir l’avancée chrétienne dans la seconde moitié du XIIe siècle. En revanche, après la phase d’expansion qui suit en Orient la création des quatre États francs, les croisades des XIIe et XIIIe siècles n’apparaissent que comme des tentatives éphémères de consolidation des biens acquis, ou de reprise des territoires perdus au profit des musulmans.

  • 18 J. Powell, Anatomy of a Crusade 1213-1221, University of Pensylvania Press, 1986, p. 107-120 et 17 (...)
  • 19 A. Dupront, Le mythe de croisade, 4 vol., Paris, 1997.
  • 20 E. Sivan, L’Islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux Croisa (...)

7En ce sens, il est totalement abusif de voir dans les croisades, comme le font certains journalistes avides de sensationnel, la phase initiale d’une lutte titanesque de la Croix et du Croissant, qui aurait des prolongements jusqu’à nos jours. Si la papauté a été, jusqu’au début du XIIIe siècle, à l’initiative de chacune des expéditions, la direction effective lui échappe totalement, comme le montrent les échecs du patriarche Daimbert de Pise, l’impuissance d’innocent III devant la déviation de la IVe Croisade vers Constantinople, puis la déroute du légat pontifical Pélage dans le delta du Nil18. La Croisade est une entreprise trop sérieuse pour qu’on en laisse la conduite à des clercs. Progressivement, d’ailleurs, l’Europe chrétienne s’en désintéresse et si le mythe de croisade, cher à Alphonse Dupront19, paraît solidement ancré dans les consciences, les réponses aux nombreux appels se font rares à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. D’autre part, seule une frange du monde musulman est concernée par l’expansion de la chrétienté en Syrie-Palestine : la contre-offensive du djihad a pour centres Damas, Le Caire ou Alep, mais on ne voit guère le calife abbasside et les milieux bagdadiens réagir devant l’offensive de la chrétienté, sinon pour confirmer les futures conquêtes de Saladin dans le Sahil, mais pas au-delà20. Ce n’est qu’à partir de l’expansion coloniale du XIXe siècle que des intellectuels arabes voulurent voir dans les conflits limités du temps des croisades une lutte homérique entre les deux grandes religions monothéistes, ce qui fut loin d’être le cas.

  • 21 Ch. Higounet, op. cit., p. 76-81.
  • 22 Ibid., p. 235-252 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âg (...)

8À l’autre extrémité de l’Europe, la « diaspora aristocratique » et guerrière se combine avec une migration paysanne de grande ampleur. L’historiographie slave retient surtout la brutalité de la croisade contre les Wendes, conduite par les deux armées du margrave Albert l’Ours et du duc de Saxe, Henri le Lion, appuyées par une flotte danoise. Leurs dévastations vidèrent d’habitants des zones entières du Mecklembourg et de la Poméranie et ne firent que retarder l’évangélisation, qui ne fut acceptée qu’au début du XIIIe siècle21. Le relais passe ensuite aux teutoniques, ordre militaire appelé par le duc Conrad de Mazovie contre les Prutènes. Conquêtes brutales, révoltes et échecs illustrent l’histoire de l’Ordenstaat : occupation de la Prusse, affrontement des principautés russes, pénétration en Livonie, conflit avec les Polonais à propos de la Pomérélie, puis lutte contre la Lituanie païenne, autant d’épisodes d’une croisade souvent sanglante, au cours de laquelle colonisation et conversion au christianisme s’opposèrent plus qu’ils ne se complétèrent22. La croisade teutonique fixe la frontière russe face à l’Occident et durcit l’opposition entre catholicité et orthodoxie.

  • 23 R. Pastor De Togneri, Del Islam al cristianismo. En las fronteras de dos formaciones economico-soc (...)
  • 24 R. Soto, « La situacio dels andalusins (musulmans i batejats) a Mallorca desprès de la conquesta c (...)
  • 25 J. Torrò, El naixement d’une colònia. Dominacio i resistència a la frontera valenciana (1238-1276) (...)

9Dans les trois secteurs majeurs que l’on a examinés, l’expansion occidentale prend la forme d’un processus de substitution totale ou partielle de la population antérieure. Le « repeuplement », pour reprendre l’expression utilisée par l’historiographie ibérique, a été minutieusement étudié au cours des dernières décennies23. Tantôt, comme dans le cas de la conquête de la vallée de l’Èbre ou dans celle des Baléares24, la population indigène a fui, a été en grande partie expulsée ou réduite en esclavage ; tantôt, comme à Valence ou dans la vallée du Guadalquivir25, des pactes de capitulation garantirent la permanence de la population andalusi, organisée en aljamas. Mais généralement, la « conquête » eut pour conséquence de vastes transferts de population et la dégradation de la condition des Andalusi, désormais placés sous le contrôle de l’aristocratie et des monarchies ibériques désireuses de préserver des sources stables de revenus. Écartant l’assimilation, les monarchies ibériques virent dans la ségrégation la possibilité de maintenir un groupe social subordonné, générateur de profits.

  • 26 Ch. Higounet, op. cit., p. 105-106.
  • 27 Ibid., p. 239-251.

10La situation est quelque peu différente en Allemagne de l’Est, où la colonisation et la mise en valeur du sol s’effectuent sur des terres souvent vides d’habitants ou peu propices à l’agriculture. Les margraves du nord-est de l’Allemagne et les autorités ecclésiastiques, parfois même les familles princières et seigneuriales slaves, unirent leurs efforts pour attirer des pionniers, sachant bonifier les terres marécageuses ou forestières. Dès le début du XIIe siècle, des contrats de colonisation s’adressant aussi bien aux Flamands, aux Hollandais qu’aux Westphaliens, Saxons et Franconiens stimulent le flux migratoire vers l’est, en une avance toujours renouvelée. Le nombre de migrants n’est pas considérable, puisque selon des estimations raisonnables, il n’aurait représenté que 4 % de la population du vieux pays allemand, soit environ 200 000 personnes26. L’immigration rurale a un caractère diffus, répond à des incitations non concertées, mais est à l’origine d’un renouvellement progressif s’étendant sur plus d’un siècle. Il faut aussi compter avec les fondations urbaines, qui absorbent une partie non négligeable de la croissance démographique. D’abord points d’appui militaire, les villes nouvelles créées sur les bords de la Baltique ou le long des principaux fleuves, sont devenues des centres de colonisation villageoise, des sièges de commanderie et des marchés. Au total, la colonisation allemande aurait créé au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge près de 1 400 villages, 90 villes et attiré quelque 400 000 habitants27. L’avancée du front pionnier s’accompagne de la christianisation et de la germanisation progressive des confins slaves.

  • 28 M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Edesse 1098-1150, Paris, 1988.
  • 29 J. Prawer, « Colonization Activities in the Latin Kingdom », dans Id., Crusader Institutions, Oxfo (...)
  • 30 R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, 1998 ; A. Bo (...)
  • 31 M. Balard, La Romanie génoise (XIIe-début du XVe siècle), 2 vol., Rome, 1978 (BEFAR, 235), t. I, p (...)

11Il est plus difficile d’évaluer le « peuplement » occidental de la Syrie franque. Il semble fort inégalement réparti. Le comté d’Edesse n’intéresse que l’entourage chevaleresque et clérical des comtes28. On a longtemps considéré que dans les autres États, et en particulier dans le royaume de Jérusalem, les Occidentaux se cantonnaient dans les villes littorales, et surtout dans les principaux ports, Tripoli, Acre, Jaffa. Maîtres du sol, les seigneurs laïques et ecclésiastiques faisaient de leurs châteaux des centres de commandement pour lever la rente sur les paysans indigènes, mais ne se mêlaient guère à eux. Les Latins constituaient, de toute façon, une infime minorité dirigeante, à peine 100 000 habitants dans la seconde moitié du XIIe siècle29. Des fouilles archéologiques menées récemment sur le territoire d’Israël ont remis en cause le caractère exclusivement citadin de la population franque30. Sur 830 noms de lieux attestés dans les sources médiévales des ΧΙIe-ΧΙΙIe siècles, 178 sites contiennent des bâtiments croisés : bourgs ruraux, manoirs, résidences d’officiers locaux, églises, presses à huile, moulins. Mais l’installation rurale des Francs concerne surtout les régions syro-palestiniennes occupées majoritairement par les chrétiens orientaux. Les Latins ont délaissé les zones profondément islamisées de leurs États. Sans avoir l’ampleur de la colonisation de l’Europe de l’Est, l’installation des Francs en Syrie-Palestine et la création de comptoirs occidentaux en Méditerranée orientale et en mer Noire31 entraînent une migration vers le Levant, suite logique du mouvement d’inurbamento par lequel les grandes villes italiennes ont opéré leur croissance au détriment de leur plat-pays.

  • 32 S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in t (...)
  • 33 Ph. Dollinger, La Hanse XIIe-XVIIe siècles, Paris, 1988 ; R. S. Lopez, Storia delle colonie genove (...)
  • 34 E. Ashtor, Levant Trade in the later Middle Ages, Princeton, 1983.

12La domination commerciale des Italiens et des Catalans représente un aspect majeur de l’expansion économique de l’Occident. Une expansion certes liée à la croisade, mais qui précède celle-ci de plus d’un siècle. Il est aujourd’hui démontré que le commerce du Levant n’est pas né avec la prise de possession par les Francs du littoral syrien32. À partir du XIe siècle, les flottes chrétiennes dominent les mers d’où disparaît lentement la présence viking et musulmane. Grâce à elles, les marchands occidentaux ont établi un double réseau commercial, l’un dans les mers nordiques avec la Hanse qui, à partir de Hambourg et de Lübeck, étend son hégémonie de Londres à Novgorod, l’autre en Méditerranée, à partir de Venise, de Gênes et de Barcelone surtout, dont les marchands mènent leurs affaires jusqu’en Russie et en Chine d’une part, au Maghreb, en péninsule Ibérique et dans le monde atlantique d’autre part33. Cette hégémonie se traduit par une inégalité des échanges – produits manufacturés contre matières premières et denrées alimentaires – et par la naissance discutée du sous-développement en Méditerranée orientale, dont les productions artisanales sont efficacement concurrencées par celles de l’Occident34.

  • 35 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 82-83.
  • 36 Ibid., p. 91.
  • 37 Voir en dernier lieu F. Micheau, « La transmission à l’Occident chrétien : les traductions médiéva (...)

13Les formes de l’expansion religieuse et culturelle varient, elles aussi, selon les fronts que l’on examine. S’opposent à cet égard le monde méditerranéen où le christianisme latin fait face à l’orthodoxie, à l’islam et à des cultures anciennes brillantes, et l’Europe de l’Est et du Nord, où la chrétienté latine rencontre des sociétés clairsemées, polythéistes et idolâtres. Dans la péninsule Ibérique, l’Église cherche surtout à reconstituer le réseau épiscopal de l’époque wisigothique, tout en éliminant le vieux rite hispanique et en rattachant solidement les nouveaux sièges à Rome35. À la fin du XIIIe siècle, 51 évêchés sont établis dans les royaumes espagnols et au Portugal. La conversion au christianisme latin des Andalusi, entravée par l’aristocratie laïque, n’affecta tout au plus que la servitude domestique urbaine, désireuse d’améliorer sa situation ou de profiter d’un affranchissement anticipé36. En revanche, on soulignera l’importance du relais hispanique dans la transmission à l’Occident de la philosophie, de la médecine et de la science antiques reçues par les Arabes. La question est trop connue pour que l’on y insiste37.

  • 38 B. Z. Kedar, Crusade and Mission. European Approaches toward the Muslims, Princeton University Pre (...)
  • 39 Ibid., p. 119-126.
  • 40 B. Hamilton, The Latin Church in the Crusader States. The Secular Church, Londres, 1980.
  • 41 N. Coureas, The Latin Church in Cyprus 1195-1312, Aldershot, 1997.
  • 42 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Age, Rome, 1977 ; G. Fedalto, La Chiesa l (...)

14Dans le monde oriental, les tentatives missionnaires eurent peu de succès. Au Maghreb, les premiers disciples de saint François puis Ramon Llull, qui faisait de la conversion des Sarrasins l’objectif principal de sa vie, subirent le martyre, sans avoir pu établir de nouveaux foyers de chrétienté38. En Égypte, le Poverello d’Assise fut accueilli comme un illuminé et renvoyé d’où il venait39. En Terre sainte, les Latins établirent une hiérarchie ecclésiastique latine sur les bases de l’organisation territoriale grecque, mais celle-ci ne survécut pas à la chute des États latins40. En Chypre et dans l’empire latin de Constantinople, se crée une Église « coloniale », face à l’Église grecque, sous l’hégémonie des Lusignan et de Venise41 En mer Noire et en Asie, l’expansion de la chrétienté latine suit celle des marchands. Jean Richard et Giorgio Fedalto ont reconstitué l’histoire de la mission et des sièges épiscopaux qui ne survivent pas à la disparition de la présence occidentale42. Seuls subsistent au-delà de la fin du Moyen Âge les évêchés des comptoirs coloniaux génois et vénitiens, à Chio et en Crète.

  • 43 Ch. Higounet, op. cit., p. 71-81 ; R. Bartlett, op. cit., p. 5-23.

15Le succès fut plus durable en Europe orientale. Le clergé allemand a commencé par l’évangélisation des Slaves du Nord, pratiquement achevée vers 1250. Le christianisme latin y est apparu d’autant plus attrayant qu’il apportait avec lui le prestige d’une culture, inconnue d’une Europe illettrée et non-urbanisée. Mais au-delà, sur les rives de la Baltique, la conversion des Prutènes, des Estoniens et des Lithuaniens a été longue, difficile et souvent sanglante. Si la destruction du temple d’Arkona en 1168 marque la fin du paganisme chez les Slaves de l’Ouest, il fallut attendre 1386 pour que la dynastie lithuanienne, longtemps en lutte contre les teutoniques, accepte le christianisme, après une guerre sainte de près de trois siècles. L’archevêché de Riga qui, depuis 1251, a autorité sur les diocèses de Prusse et de Livonie, impose partout la langue latine et le rite romain dans les nouvelles Églises. Toute la zone bordière de la Baltique orientale est ainsi rattachée à Rome. La conversion au christianisme est vue dans ces régions comme une occidentalisation, un tournant culturel majeur vers les normes d’une civilisation romano-germanique, apportant avec elle l’usage de l’écrit, la fondation de villes et l’avènement d’une économie monétaire. Avec cette extension vers l’est, la chrétienté latine a doublé de superficie entre l’an mille et le XIVe siècle43.

  • 44 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 93.
  • 45 R. Bartlett, op. cit., p. 301.
  • 46 Ibid., p. 299-300.

16On ne pourra, faute de temps, qu’évoquer quelques-unes des conséquences de l’expansion occidentale. Créatrice de fronts pionniers, particulièrement en Europe de l’Est, celle-ci suscite migrations et diasporas, un intense brassage de populations. Dans la péninsule Ibérique, des paysans en provenance de la chrétienté latine viennent prendre possession de terres désertées par les Andalusi. Parmi ceux-ci se distinguent désormais ceux qui conservent leurs terres dans le cadre des aljamas et ceux qui, dépossédés, travaillent les terres des colons chrétiens44. Dans les comptoirs italiens de Méditerranée orientale et en Chypre, l’immigration latine fait vivre côte à côte Occidentaux, Grecs, Juifs, Tatars et peuples balkaniques. Cette longue coexistence entraîne une lente orientalisation des élites latines, peu soutenues par leurs métropoles. En revanche dans les États latins d’Orient, la minorité dominante, conduite par des chevaliers, des clercs et des bourgeois occidentaux, s’oppose à une majorité indigène, étrangère par la langue, la culture, la structure sociale et la religion45 En Europe orientale, certaines régions comme le Brandebourg sont définitivement germanisées, tandis qu’en Silésie et en Poméranie, où s’exerce une germanisation culturelle, les descendants des premiers colons allemands se slavisent peu à peu46. Dans les pays baltes, où les villes sont de fondation allemande, la population indigène reste majoritaire dans les campagnes et garde sa langue, sa culture et son organisation sociale. Les formes de l’acculturation qui s’exerce dans les deux sens – à preuve les emprunts linguistiques réciproques entre l’allemand et les langues slaves – et la nature des relations sociales dépendent en grande partie de la manière dont s’est effectuée l’expansion. Dans l’ensemble, les barrières culturelles entre Occidentaux et indigènes restent durables, même si chez les Occidentaux la connaissance de l’Autre s’est approfondie, sans abolir toutefois un racisme de comportement face à des cultures jugées moins évoluées. Ainsi s’expliquent les résistances des indigènes face à l’assimilation culturelle ; le meilleur exemple en est l’État lithuanien qui naît en réponse à la menace allemande et, l’emportant sur l’Ordre teutonique, domine l’Europe de l’Est à la fin du Moyen Âge.

  • 47 P. Deschamps, Terre sainte romane, Paris, 1964 ; Ch. Higounet, op. cit., p. 351-353.

17Dans les domaines intellectuel et artistique, l’expansion occidentale a laissé des traces profondes. La diffusion du latin, la fondation d’écoles épiscopales et d’universités, la poussée de l’architecture romane en Terre sainte et l’expansion du gothique dans la péninsule Ibérique et en Europe de l’Est sont autant de marques du rayonnement de l’Occident dans les terres nouvellement annexées à la chrétienté47. On ne peut que comparer les châteaux des teutoniques, véritables « casernes monastiques » aux forteresses-éperons construites par les ordres militaires en Terre sainte. Les Cisterciens, les Prémontrés et, dans une moindre mesure, les ordres mendiants, recouvrent la « Nouvelle Europe » d’un blanc manteau d’églises.

  • 48 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal XI al XVI secolo, Venise, 1961 ; E. Crouzet-Pavan, Ve (...)
  • 49 J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 590-611 ; (...)

18Les chocs en retour de l’expansion occidentale ont été quelque peu négligés par les historiens. Ils ne peuvent pourtant échapper à l’attention. Dans les républiques maritimes italiennes, qui ont beaucoup profité de l’essor commercial, s’opposent à la fin du Moyen Âge un parti « colonial » favorable au maintien de relations étroites avec les comptoirs orientaux, ce qui implique face aux Turcs de gros efforts financiers, et un parti glus soucieux des affaires italiennes et moins porté au soutien de l’outre-mer48. À cette position se superposent les fortes concurrences nées de l’expansion : guerres coloniales entre Gênes et Pise, puis entre Gênes et Venise, essor de la piraterie et de la course chez les Génois et les Catalans, hésitations devant les efforts à consentir pour sauver Byzance. Toute la politique des cités marchandes méditerranéennes est dictée par le souci de maintenir, voire de développer, les réseaux commerciaux établis. Si Venise réussit à préserver un certain consensus chez ses citoyens, Gênes et Barcelone connaissent des crises multiples où s’opposent les bénéficiaires de l’expansion à l’aristocratie terrienne et au menu peuple urbain49.

  • 50 R. Bartlett, op. cit., p. 306-314.

19Guerres coloniales, échange inégal et efforts missionnaires, l’expansion occidentale au Moyen Âge ne serait-elle que le prélude à la colonisation moderne ? En fait des divergences importantes les opposent l’une à l’autre. On ne peut guère parler de « colonies » pour la période médiévale, tout au plus de comptoirs commerciaux, dont la relation avec leur métropole n’est pas du même ordre qu’à l’époque moderne. En effet les mouvements d’expansion que l’on a relevés n’aboutissent jamais à une subordination politique d’une zone envers une autre. Le royaume de Valence, le royaume de Jérusalem et l’Ordenstaat teutonique, nés de la conquête, sont des répliques autonomes et non des dépendances des États européens d’Occident. Ils diffusent les modèles d’organisation sociale qui y sont en pratique, mais en dehors de toute direction politique de l’un d’entre eux. Les privilèges urbains, les universités, les ordres religieux internationaux, l’usage du latin apportent une certaine homogénéisation culturelle à laquelle résistent certaines sociétés indigènes, à la périphérie de l’Europe. Malgré tout, la chrétienté latine a eu avant 1492 une expérience des entreprises coloniales, dans l’implantation de nouveaux établissements territoriaux et dans les contacts avec des peuples de cultures différentes50.

20S’il est contestable, le terme d’expansion occidentale utilisé pour notre colloque n’en reste pas moins fédérateur de phénomènes majeurs dans l’histoire de l’Occident entre les XIe et XVe siècles. Le fait d’en parler ici à Madrid, capitale d’un État qui a joué un rôle moteur dans la colonisation moderne, me paraît pour cette raison hautement symbolique. Ayons pour ce faire, comme disait Marc Bloch, le « divin privilège de l’indifférence » !

Notas

1 M. Bloch, « Un problème de contact social : la colonisation allemande en Pologne », Annales d’Histoire économique et sociale, 6 (1934), p. 593 et suiv.

2 M. Markowski, « “Crucesignatus” : its origin and early usage », Journal of Medieval History, 10/3 (1984), p. 157-165 ; D. A. Trotter, Medieval French Literature and the Crusades (1100-1300), Genève, 1987, p. 31-70.

3 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête”. L’occupation chrétienne d’al-Andalus, la soumission et la disparition des populations musulmanes (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers d’Histoire, 78 (2000), p. 79-97.

4 J. Flori, « Le vocabulaire de la “Reconquête chrétienne” dans les lettres de Grégoire VII », dans De Toledo a Huesca. Sociedades medievales en transición a finales del siglo XI (1080-1100), C. Laliena Corbera et J. Utrilla Utrilla éd., Saragosse, 1998, p. 247-267.

5 Voir l’introduction de Ch. Higounet à son livre, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Paris, 1989, p. 13-19.

6 R. Bartlett, The Making of Europe. Conquest, Colonization and Cultural Change 950-1350, Londres, 1993.

7 B. Bennassar, Histoire des Espagnols VIe-XVIIe siècles, Paris, 1985, p. 193-209 ; P. Guichard, Al-Andalus 711-1492, Paris, 2000, p. 149-226.

8 Ch. Higounet, op. cit., p. 83-106.

9 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris, 1996 ; M. Balard, Croisades et Orient latin (XIe-XIVe siècles), Paris, 2003.

10 Ch. Higounet, op. cit., p. 257-270 ; R. Bartlett, op. cit., p. 306-314.

11 J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2 vol., Paris, 1969-1970, t. II, p. 9-67 et 341-357.

12 R. Bartlett, op. cit., p. 307-309.

13 Ibid, p. 307-308.

14 N. Housley, The Later Crusades. From Lyons to Alcazar 1274-1580, Oxford, 1992, p. 51-53, 58-59 et 447-448.

15 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 86.

16 J. Richard, L’esprit de la croisade, Paris, 1969, p. 30-33 ; J. Flori, Pierre l’Ermite et la Première Croisade, Paris, 1999, p. 161-164 et La guerre sainte. La formation de l’idée de croisade dans l’Occident chrétien, Paris, 2001. p. 311-320.

17 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 88-92 ; M-T. Ferrer i Mallol, « Les phénomènes migratoires entre les musulmans soumis à la couronne catalanoaragonaise », dans Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), M. Balard et A. Ducellier éd., Paris, 2002, p.259-284 ; P. Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), 2 vol., Damas, 1990-1991 ; C. Laliena et Ph. Sénac, Musulmans et chrétiens dans te haut Moyen Âge : aux origines de la Reconquête aragonaise, Paris, 1991 ; Ph. Sénac, La Frontière et les hommes (VIIe-XIIe siècle). Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la Reconquête aragonaise, Paris, 2000.

18 J. Powell, Anatomy of a Crusade 1213-1221, University of Pensylvania Press, 1986, p. 107-120 et 175-193.

19 A. Dupront, Le mythe de croisade, 4 vol., Paris, 1997.

20 E. Sivan, L’Islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux Croisades, Paris, 1968, p. 100-101.

21 Ch. Higounet, op. cit., p. 76-81.

22 Ibid., p. 235-252 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âge XIe-XVIe siècle, Paris. 2002, p. 256-273.

23 R. Pastor De Togneri, Del Islam al cristianismo. En las fronteras de dos formaciones economico-sociales. Toledo : siglos XI-XIII, Barcelone, 1975, p. 87-126 ; J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle, Madrid, 1997 ; P. Guichard, Les Musulmans de Valence, op. cit. ; Ph. Sénac, op. cit.

24 R. Soto, « La situacio dels andalusins (musulmans i batejats) a Mallorca desprès de la conquesta catalana de 1230 », Mélanges de la Casa de Velázquez, 30/1 (1994), p. 167-206.

25 J. Torrò, El naixement d’une colònia. Dominacio i resistència a la frontera valenciana (1238-1276), Valence, 1999 ; M. A. Ladero Quesada, Los mudéjares de Castilla y otros estudios de historia medieval andaluza, Grenade, 1989 ; J. F. O’Callaghan, « The Mudejars of Castille and Portugal in the Twelth and Thirteenth centuries », dans Muslims under Latin Rule 1100-1300, J. M. Powell éd., Princeton University Press, 1990, p. 11-56.

26 Ch. Higounet, op. cit., p. 105-106.

27 Ibid., p. 239-251.

28 M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Edesse 1098-1150, Paris, 1988.

29 J. Prawer, « Colonization Activities in the Latin Kingdom », dans Id., Crusader Institutions, Oxford, 1980, p. 102-142.

30 R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, 1998 ; A. Boas, Crusader Archaeology, Londres, 1999.

31 M. Balard, La Romanie génoise (XIIe-début du XVe siècle), 2 vol., Rome, 1978 (BEFAR, 235), t. I, p. 229-354 ; G. Pistarino, Genovesi d’Oriente, Gênes, 1990.

32 S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the documents of the Cairo Geniza, 5 vol., Berkeley, 1967-1990 ; C. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983.

33 Ph. Dollinger, La Hanse XIIe-XVIIe siècles, Paris, 1988 ; R. S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Mediterraneo, Gênes, 1937 et Su e giù per la storia di Genova, Gênes, 1975 ; F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris 1959 ; M. BALARD, La Romanie génoise, op. cit. ; G. Pistarino, I signori del mare, Gênes, 1992.

34 E. Ashtor, Levant Trade in the later Middle Ages, Princeton, 1983.

35 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 82-83.

36 Ibid., p. 91.

37 Voir en dernier lieu F. Micheau, « La transmission à l’Occident chrétien : les traductions médiévales de l’arabe au latin », dans J.-C. Garcin et alii, États, sociétés et cultures du Monde musulman médiéval Xe-XVe siècles, Paris, 2000, t. II, p. 399-419.

38 B. Z. Kedar, Crusade and Mission. European Approaches toward the Muslims, Princeton University Press, 1984, p. 189-199.

39 Ibid., p. 119-126.

40 B. Hamilton, The Latin Church in the Crusader States. The Secular Church, Londres, 1980.

41 N. Coureas, The Latin Church in Cyprus 1195-1312, Aldershot, 1997.

42 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Age, Rome, 1977 ; G. Fedalto, La Chiesa latina in Oriente, 3 vol., Vérone, 1973-1977.

43 Ch. Higounet, op. cit., p. 71-81 ; R. Bartlett, op. cit., p. 5-23.

44 J. Torrò, « Pour en finir avec la “Reconquête” », art. cit., p. 93.

45 R. Bartlett, op. cit., p. 301.

46 Ibid., p. 299-300.

47 P. Deschamps, Terre sainte romane, Paris, 1964 ; Ch. Higounet, op. cit., p. 351-353.

48 G. Luzzatto, Storia economica di Venezia dal XI al XVI secolo, Venise, 1961 ; E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, 1999, p. 139-191 ; B. Arbel, « Colonie d’oltremare », dans Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, t. IV : Il rinascimento. Politico e cultura, A. Tenenti et U. Tucci éd., Rome, 1996, p. 947-985 ; B. Doumerc, « Il dominio del mare », ibid., p. 113-180.

49 J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961, p. 590-611 ; C. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, 2 vol., Paris-La Haye, 1962, t. II, p. 725-850.

50 R. Bartlett, op. cit., p. 306-314.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search