Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-Propos

Régine Le Jan

Texte intégral

1Pour la troisième fois de son histoire, la Société des Historiens médiévistes français de l’Enseignement supérieur public a choisi de tenir son congrès annuel dans un établissement français d’enseignement supérieur établi à l’étranger, la Casa de Velázquez, continuant ainsi une tradition initiée à Rome en 1996 et poursuivie à Göttingen en 2000. Comme ce fut le cas pour le congrès de Rome, la publication des actes du congrès est le fruit d’une entreprise commune aux deux institutions.

2Le thème de l’expansion occidentale au Moyen Âge s’imposait en Espagne, terre de Reconquête. Cependant, les termes de Reconquista, utilisé pour désigner la reconquête chrétienne de l’Espagne, de croisade, appliqué aux entreprises militaires des chrétiens en Orient, et de Drang nach Osten, qui désigne la poussée germanique vers l’Est, s’avèrent réducteurs ! contestables et contestés par les chercheurs. Le concept même d’expansion, qui sous-entend l’essor de l’Occident dans toutes les directions pendant cinq siècles, ne s’applique que très partiellement au mouvement qui a porté des Occidentaux en terre non chrétienne. Le processus d’expansion n’a été ni continu ni général, il connaît même des reculs. Il commence dès la fin du Xe siècle au Nord et à l’Est, alors même que l’Europe méridionale est encore menacée par des attaques musulmanes, il débouche à la fin du Moyen Âge sur l’essor atlantique et asiatique de l’époque moderne, qui préfigure la « mondialisation », tandis que le repli occidental s’accélère en Méditerranée. Le thème conduit en fait à replacer l’essor occidental dans un processus global et pluriséculaire. Il rend également compte du processus complexe et multiforme qui a poussé des marchands, des chevaliers, des clercs, des pèlerins et des paysans, tant vers le Nord, des marges celtiques de l’Ouest aux extrémités orientales, que vers le Sud, du Portugal aux comptoirs de la mer Noire et aux conquêtes syro-palestiniennes. S’il annonce l’époque moderne, il s’en sépare par ses axes géographiques, orientés presque autant vers le Nord et l’Est que vers le Sud, par ses modalités et par ses conséquences puisqu’il ne suscite pas de véritables colonies, qui auraient été créées sur l’initiative d’États conquérants. L’expansion occidentale médiévale doit en effet peu de chose aux monarchies, elle est l’œuvre conjointe des chevaliers, des marchands et des clercs. Sauf dans la péninsule Ibérique, où le mouvement de reconquête a conduit à l’intégration et au repeuplement, les monarchies occidentales ne s’étendent pas hors de leurs frontières : tandis que de nouveaux États chrétiens se créent à l’Est, associés à une migration aristocratique et paysanne de grande ampleur, les principautés chrétiennes de Syrie-Palestine apparaissent largement comme des répliques occidentales plaquées sur une partie réduite du territoire musulman, sans peuplement chrétien massif. Et la création de comptoirs commerciaux italiens, qui annoncent dans une certaine mesure les entreprises modernes, ne relève pas d’un impérialisme économique occidental.

3L’ambition du colloque était de démonter les causes, les formes et les conséquences de l’expansion. Il y a largement réussi et le volume d’actes rend compte de la diversité géographique, des décalages chronologiques, de la complexité des motivations et des formes multiples de l’expansion occidentale au Moyen Âge. Celle-ci s’insère dans des perspectives globales où la part de la démographie, de l’économie, de l’idéologie se mêle étroitement au souci de convertir les païens à la vraie foi. Elle ne se réduit donc jamais à un affrontement religieux entre chrétiens et païens, même si l’on saisit bien la spécificité médiévale qu’est le rôle majeur joué par l’Église. Les ordres militaires occupent donc la place de choix qui leur revient. En même temps, on n’a pas négligé les interactions et les réactions des peuples au détriment desquels se faisait l’expansion, le durcissement idéologique qu’entraînait en certaines régions l’avance des Latins, les contradictions relevées entre les échecs militaires des Occidentaux et leurs succès économiques.

4Le volume d’actes que je viens de présenter rapidement fait le tour d’une question passionnante, qui a été largement renouvelée par la recherche au cours de ces dernières années. Il est donc à la mesure du congrès qui a réuni les médiévistes français à Madrid. La rencontre fut en tous points parfaite, grâce à une organisation impeccable, à un accueil chaleureux des institutions invitantes et à la qualité des communications qui y ont été présentées. Il m’est agréable de remercier, au nom de tous les historiens médiévistes français, les organisateurs, Gérard Chastagnaret, directeur de la Casa de Velázquez, et Patrice Cressier, alors chargé des études anciennes et médiévales. Le directeur de l’Institut français de Madrid, Roger Barrié, le recteur de l’Université de Castille-La Manche, Luis Arroyo Zapatero, et son vice-recteur des relations culturelles et du campus de Ciudad Real, Miguel Cortès, ont accueilli nos séances de travail à Madrid et à Tolède, où Ricardo Izquierdo Benito, professeur d’histoire médiévale, s’est dépensé sans compter. Notre congrès a été honoré de la présence de Javier Aguirre Sábada, Manuel Gónzalez Jiménez, José Marques et Mohammed Hammad, représentants des sociétés d’historiens médiévistes d’Espagne, du Portugal et du Maroc ainsi que d’Eloy Benito Ruano, secrétaire perpétuel de la Real Academia de la Historia. Nous remercions également Monsieur l’ambassadeur de France en Espagne, Alfred Sieffer-Gallardin, qui nous a personnellement reçus dans les salons de l’ambassade. La qualité scientifique du congrès doit beaucoup aux membres du comité scientifique (Michel Balard, Henri Bresc, Anne-Marie Eddé, Pierre Guichard, Stéphane Lebecq, Denis Menjot, Jean-Pierre Molénat, Michel Parisse) et bien sûr aux communicants eux-mêmes. Enfin Patrice Cressier, assisté de Maria José Guadalupe, a assumé la lourde tâche de préparer le manuscrit, avec l’aide de Vincent Lautié, responsable des Publications de la Casa de Velázquez.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540