Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette réflexion, il s’avère bien difficile de répondre à la question de Ferdinand Lot posée en introduction – qu’est-ce qu’un Hôtel à la fin du Moyen Âge ? – car il n’y a pas un Hôtel à la fin du Moyen Âge. D’une cour à l’autre, d’une période à l’autre, ses contours changent. On ne peut par conséquent, à partir du seul Hôtel des d’Orléans, définir ce qu’il est (tout comme il serait illusoire de vouloir le définir à partir de celui de Bourgogne par exemple). Certains éléments permettent cependant d’en mieux distinguer les contours. Je suis partie d’une définition large permettant à terme de parvenir à une définition à la fois plus restreinte et plus politique de l’institution.

  • 1 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 213 (rappel de la définition déjà donnée en introducti (...)
  • 2 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... ».

2Tout comme son ancêtre le palatium, l’Hôtel est d’abord un lieu qui peut prendre la forme d’une simple résidence ou d’un château ; c’est ensuite l’ensemble des services qui permettent au prince de vivre, « assurant la vie quotidienne et matérielle du prince et de tous ceux qui vivent et se déplacent en sa compagnie »1. Mon étude permet ainsi de suivre l’évolution de cette institution au destin si étroitement mêlé à celui des ducs, prospérant ou s’appauvrissant avec eux, mais aussi d’en souligner l’importance, que l’on aurait tort de cantonner au seul rôle domestique. Certes, ce rôle est premier, mais comme le souligne Werner Paravicini, il n’est pas le seul : par essence, il s’agit d’une structure importante car non seulement elle organise la vie quotidienne du prince mais elle garantit sa sécurité, lui permet d’impressionner ses concurrents, intègre les couches dirigeantes, gouverne et administre les domaines ducaux2.

3Toutefois, ces différentes fonctions ne sont pas forcément concomitantes : selon les époques, certaines prennent le dessus sur d’autres. L’Hôtel apparaît donc comme une structure souple qui s’adapte aux besoins du prince mais également aux circonstances : privé de son chef, « périphérie dépourvue de centre », l’Hôtel s’atrophie (les offices domestiques sont supprimés en France lors de la captivité anglaise de Charles) sans pour autant disparaître totalement. L’Hôtel parvient donc à exister sans son prince. Il secrète sa propre vie, même si elle se déroule alors au ralenti.

  • 3 Françoise Piponnier insiste à juste titre sur « la personnalité d’une cour » [Costume et vie socia (...)

4Enfin l’Hôtel est aussi un groupe d’hommes, plus restreint que la Cour auquel on a trop tendance à l’assimiler, qui sont autant de clients au service d’un patron ; car si la majorité d’entre eux n’ont effectivement que des attributions strictement domestiques, d’autres cumulent fonctions domestiques et politiques, voire ne sont là qu’à titre purement politique. La singularité de l’Hôtel des d’Orléans par rapport à ceux des autres princes laïcs ou ecclésiastiques est par conséquent à chercher ailleurs : chaque cour et donc chaque Hôtel a bien sa propre « personnalité », liée au sort de ses maîtres3, qui l’utilisent comme instrument de pouvoir, et à l’attitude de ses serviteurs, qui s’en servent à des fins personnelles, y voyant une occasion d’ascension sociale.

5Ainsi l’Hôtel participe au resserrement d’un lien, contractuel plus qu’affectif, entre le duc et ses officiers. Il participe également à la représentation, voire à la mise en scène du pouvoir princier (que l’on songe à l’exemple des funérailles ducales). Enfin, son implication dans les affaires du temps, notamment en période de crises, s’avère souvent essentielle, bien plus que celle d’instances reconnues telles la Chambre des comptes.

6Fort de ses multiples fonctions, l’Hôtel est à lui seul un véritable microcosme, rassemblant des serviteurs nombreux et très divers, du moins en périodes d’activité et de prospérité. Ce monde est par conséquent très disparate : tout comme il n’y a pas d’Hôtel type, il n’y a pas de serviteur type. Peut-on pour autant parler d’un milieu favorisant le brassage de populations ? Chacun doit en fait vivre avec ses pairs, les serviteurs les plus importants ne se mêlant pas aux subalternes. Cette absence de cohésion explique sans doute la volonté ducale de faire croire à un groupe soudé. C’est pourquoi il habille tout son personnel à ses couleurs (bien que la hiérarchie des étoffes choisies respectent même alors celle des offices), cherche à agréger à son Hôtel les membres d’une même famille (pères, fils, frères, cousins souvent simultanément au service du duc), favorise les mariages avec les demoiselles au service de sa femme.

7Pour autant, ce monde ne vit pas en vase clos : il existe une capillarité réelle de l’Hôtel avec l’extérieur, tout groupe vivant d’échanges permanents avec la société qui l’environne. Le prince cherche lui-même à favoriser ces réseaux de relation, ayant tout intérêt à faire de son Hôtel (institution qui, parmi celles dont il dispose, s’y prête sans doute le mieux) un espace ouvert : ce n’est pas un hasard, par exemple, s’il nomme chambellan Jean de Harpedenne*, neveu du connétable Olivier de Clisson. Pour connaître le groupe et comprendre son rôle dans l’exercice du pouvoir, il faut donc tenir compte de ce qu’ont été ses membres avant, pendant et après leurs fonctions dans l’Hôtel – d’autant plus que les individus qui composent ce groupe passent facilement d’un Hôtel à l’autre en fonction de leurs intérêts ; force est en effet de constater que l’obtention d’un office n’est pas nécessairement une fin en soi mais peut être considérée par certains comme une simple étape dans leur carrière.

8Mais la réalité de l’Hôtel ainsi décrite vaut-elle pour toute la période ? Malgré un évident glissement sémantique dans la façon dont on le nomme (on en vient à le désigner du terme de Maison), il se caractérise sur l’ensemble du siècle par une certaine stabilité sur le plan qualitatif, stabilité que l’on ne retrouve pas sur le plan quantitatif (les effectifs, eux, varient beaucoup). Pour mieux apprécier les changements structurels, il faudrait donc retenir une période plus large englobant non seulement le xve (qui ne fait pas figure de siècle de transition s’agissant de l’Hôtel) mais les siècles précédants et suivants – lorsque la réalité de l’Hôtel se rapproche de plus en plus de celle de la Cour à l’époque moderne.

  • 4 P.-R. Gaussin, Louis XI..., p. 408.
  • 5 J. Garrisson, Royauté..., p. 217. Le roman de Philippe Beaussant, Le Roi-Soleil se lève aussi, Par (...)

9Ainsi, c’est à partir de la fin du xve siècle que la dimension politique des offices paraît de nouveau secondaire : « L’Hôtel du roi conservait encore des attributions politiques et administratives. Mais il tendait de plus en plus à être essentiellement la réunion des services domestiques du souverain »4. Il est révélateur qu’au début du xvie siècle, le grand chambellan se voie « entouré de chambellans ordinaires et de valets de chambre. Ensemble ils s’occupent de la vie matérielle du roi dans ses appartements, gèrent les problèmes et les cérémonies du lever comme du coucher »5. Cette évolution serait liée aux progrès de l’État moderne : on ne peut plus confondre comme avant fonctions publiques et fonctions privées, la séparation en est nette, franche, sans plus guère de confusion possible.

Notes

1 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 213 (rappel de la définition déjà donnée en introduction).

2 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... ».

3 Françoise Piponnier insiste à juste titre sur « la personnalité d’une cour » [Costume et vie sociale..., p. 69].

4 P.-R. Gaussin, Louis XI..., p. 408.

5 J. Garrisson, Royauté..., p. 217. Le roman de Philippe Beaussant, Le Roi-Soleil se lève aussi, Paris, Gallimard, 2000, est une bonne et agréable illustration de cette évolution.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.