Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Troisième partie. L’hôtel, un instrument de pouvoir ?

Chapitre IX. Du service domestique au rôle politique

Texte intégral

  • 1 Ce constat a été fait pour différents Hôtels, ainsi par Monique Sommé pour qui « l’hôtel est l’org (...)
  • 2 « Le roi y prend des hommes de confiance et parfois même s’appuie sur l’Hôtel pour gouverner en de (...)
  • 3 D’ailleurs, on peut se demander s’ils ne limitent pas ce rôle, parmi les membres de l’Hôtel, aux s (...)

1Bien souvent, l’Hôtel est appelé à d’autres tâches que ce pourquoi il a été constitué. Il sort alors de son rôle strictement domestique pour intervenir dans la sphère du politique1. Si l’on en croit des historiens comme Colette Beaune, certains princes auraient même été jusqu’à gouverner avec l’Hôtel2. Idée intéressante, mais insuffisamment développée par ceux qui la mettent en avant3 et qu’il m’est impossible d’explorer dans le cas des ducs d’Orléans faute de sources. De plus, on voit mal l’apothicaire ou le gardien d’ours jouer un rôle quelconque dans la gestion des affaires gouvernementales. Cependant, le rôle de l’Hôtel dans les affaires militaires me semble indéniable. Aussi consacrerai-je ce dernier chapitre aux interventions tant collectives qu’individuelles des serviteurs des ducs d’Orléans sur le plan militaire mais aussi diplomatique.

L’Hôtel, une arme pour faire la guerre ou sceller la paix

  • 4 « Le rôle militaire de l’hôtel est mis en évidence par Monstrelet lorsqu’il raconte comment les ge (...)

2Qu’il s’agisse d’intimider l’ennemi par une démonstration de force ou de participer aux campagnes militaires menées par le duc, l’Hôtel se transforme alors en une véritable armée prête au combat4.

L’Hôtel en armes

  • 5 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 167. Voir également le Journal de Nicolas de Baye, p (...)
  • 6 Les Lombards étaient en effet souvent soupçonnés de sorcellerie.
  • 7 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 268. Pour plus de détails sur ces deux venues, voir (...)
  • 8 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 3.

3À la nouvelle de l’assassinat de Louis, Valentine Visconti se rend à Paris après plus de dix ans d’absence. Elle vient réclamer justice au roi pour le meurtre de son mari et pour obtenir l’assurance que les droits de ses enfants seront bien sauvegardés. Lors de ses deux déplacements (en décembre 1407 et en août 1408), elle est accompagnée non seulement de parents proches, mais également de « grande quantité de gens et de chevaulx »5. Démonstration de force destinée à protéger la duchesse (la rumeur accuse toujours cette dernière, parce que lombarde6, d’être à l’origine de la maladie du roi), mais aussi à montrer la puissance des d’Orléans : malgré le rude coup qui leur a été porté, il faut continuer à compter avec eux. Par mesure de précaution, Valentine n’emmène cependant pas avec elle le nouveau duc d’Orléans, Charles, son fils aîné. Celui-ci la rejoint lors de sa deuxième visite, « huit jours après ou environ, acompaigné de trois cens hommes d’armes »7. Pour la plupart, ils appartiennent à l’Hôtel du défunt. Cette métamorphose de l’Hôtel dans le cadre de circonstances particulières n’avait rien d’exceptionnel. Le caractère dual de l’Hôtel – qui lui donnait une structure à la fois civile et militaire8 – se retrouve notamment à l’occasion des campagnes militaires.

  • 9 Olivier de La Marche, « Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoigne, dit le Hardy », Mémoires,(...)
  • 10 Lors de son expédition en Guyenne en 1406 « pour faire guerre aux Angloys », Louis Ier d’Orléans e (...)
  • 11 Pour le voyage du Mans, Eugène Jarry cite les noms de Guillaume de Braquemont*, Jean de Trie*, Pie (...)
  • 12 À la fin du xive et au début du xve siècle, il est simplement indiqué que le don fait par le duc e (...)

4« Quand le prince chevauche pour la guerre, ceulx de sa maison chevauchent après la personne du prince, les chevaliers les plus près de luy, les escuiers après et puis la garde »9. De fait, si l’armée commandée par le duc n’est pas uniquement composée des membres de son Hôtel10, l’Hôtel participe et encadre toutes ses campagnes militaires. Reste à savoir si cette participation concerne tous les membres de l’Hôtel, ou seulement une partie, si la mobilité de l’Hôtel est totale ou partielle. Pour pouvoir trancher, il faudrait détenir et confronter l’ensemble des listes recensant l’intégralité des participants aux diverses expéditions menées par le duc. L’état actuel de la documentation ne le permet pas. On peut néanmoins avancer des hypothèses. Ainsi, lors des voyages de Languedoc ou du Mans, Louis Ier se fait accompagner des principaux dignitaires de son Hôtel11. Il n’est cependant pas exclu que quelques serviteurs subalternes aient fait partie de la suite ducale (il fallait bien répondre aux besoins quotidiens du prince). Lors de telles circonstances, la mobilité de l’Hôtel aurait donc été très partielle. Tout au contraire, elle paraît beaucoup plus importante durant le voyage de Lombardie de 1403 ou à l’occasion de la campagne d’Italie de 1494-1495. Sur cette dernière, les sources sont rares. Elles concernent toutes l’avant et l’après-campagne. Comme pour les voyages du début du xve siècle, Louis II finance l’habillement des serviteurs qui l’accompagnent, c’est-à-dire leur équipement militaire12. Pierre Claux, « escuyer de cuisine de mondit seigneur », reçoit ainsi

  • 13 BNF, PO 2164 : 955. Autre exemple, celui de Pierre Clarcy, également écuyer de cuisine, qui rend q (...)

« la somme de dix escuz d’or que ledit seigneur luy a donnez pour achapter unes brigandines et aultres harnoys pour la guerre »13.

  • 14 René de Maulde-La-Clavière a pu le retracer à partir des sources narratives [Histoire de Louis XII(...)
  • 15 Caen, Mancel, ms. 10 : 160.
  • 16 BNF, PO 2165 : 981.
  • 17 BNF, nouv. acq. fr. 3105 : 219.
  • 18 La plupart sont conservées à la Bibliothèque nationale [BNF, PO 2155 : 313 ; nouv. acq. fr. 3640 : (...)

5Mais si les sources comptables sont muettes sur le déroulement de la campagne elle-même14, ce silence est rompu au retour des troupes. On voit alors le duc aider au paiement des frais occasionnés par la maladie contractée en Italie par certains des serviteurs qui l’ont accompagné. Le mal se déclare à Lyon. Jehannot d’Arason, « huissier de la chambre de mondit seigneur », rend quittance en août 1496 de sept livres tournois « pour soy faire pencer et guerir de la maladie de fievres qui lui est survenue en la ville de Lion »15. Il n’est alors question que de fièvres, comme pour beaucoup de maladies de l’époque lorsqu’on ne parvient pas à les identifier. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’un nom est donné au mal : en septembre 1497, Jehannot de Lair, « lacquest de mondit seigneur », perçoit la somme de dix livres tournois « que mondit seigneur luy a donnee en la ville de Molins pour soy faire guerir de la grosse verolle »16, et Boniface de Merse, écuyer d’écurie, rend quittance de 72 sous 6 deniers tournois « en deux escuz au soleil qu’il a baillez par l’ordonnance et commandement de mondit seigneur a Argelonze, l’ung de ses paiges, pour s’en aller faire guerir de la grosse verolle chez son pere »17. Une partie des troupes de Louis II revient donc de son voyage en Italie atteint de la vérole de Naples ou syphilis. Au vu des sources conservées, il semble que le mal ait surtout frappé le personnel subalterne, celui qui fut sans doute davantage au contact des “filles à soldats”. Les quittances rendues par les malades permettent ainsi de constater que le duc s’était rendu dans la péninsule non seulement avec les chevaliers ou écuyers de son Hôtel, mais aussi en compagnie de plus petits serviteurs. La mobilité de l’Hôtel dut être à cette occasion importante. Conjecture qu’il est cependant impossible de vérifier, à l’inverse du voyage de Lombardie pour lequel on a conservé, non seulement les quittances rendues au moment du paiement des gages, mais aussi plusieurs listes complètes des participants18.

  • 19 « Dès 1401, Robert était en Italie pour écraser Jean-Galéas » [B. Guenée, Un Meurtre, une société. (...)
  • 20 Sur le voyage en Lombardie, ses causes, son déroulement et ses conséquences, se reporter au chapit (...)
  • 21 F. Autrand, « Pouvoir et savoir... », p. 21. Et même un troisième objectif si l’on en croit Gilber (...)

6Par crainte que le nouveau roi des Romains, Robert de Wittelsbach, ne profite des troubles consécutifs à la mort de Jean-Galéas Visconti pour tenter à nouveau d’envahir le Milanais19, Louis Ier d’Orléans décide en effet d’intervenir afin de sauvegarder ses intérêts dans la région20. À cet objectif premier s’en ajoute un deuxième : installer le pape Benoît XIII sur le siège de saint Pierre à Rome21. Grâce aux documents conservés, il est possible de suivre les différentes phases de cette expédition. Les préparatifs d’abord, avec une série de mandements datés de septembre 1403 dans lesquels le duc ordonne à son trésorier de verser à chacun de ceux qui l’accompagneront une somme destinée à son équipement, laquelle somme, dit-il,

  • 22 BNF, PO 2991 : 11.

« nous lui avons donnee et ordonnons de grace especial par ces presentes pour lui aidier a soy habiliter pour venir avec nous et nostre compaignie, en ce voyage que nous entendons presentement faire es parties de Lombardie et d’Ytale »22.

  • 23 BNF, PO 1821 : 2 et nouv. acq. fr. 3640 : 439, 440.
  • 24 ADL, 6J7 : 59.
  • 25 Rouen, Leber 3163.
  • 26 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 445.

7L’itinéraire ensuite, que l’on peut retracer grâce à l’indication du lieu où sont donnés les mandements ducaux. Le 24 septembre 1403, le duc est encore à Paris23 ; le 15 octobre, il est à Châteauneuf-sur-Loire24 ; un mois plus tard, le 16 novembre, on le retrouve à Lyon25 et à la mi-décembre, il prend ses quartiers à Beaucaire, près de Tarascon26. Les négociations entreprises avec le pape aboutissent bientôt, tandis que le projet de descente en Italie n’est plus d’actualité : dans un mandement en date du 4 janvier 1404 concernant les gages qu’il fait payer à ses officiers pour les quinze premiers jours de janvier, nulle mention n’est faite de la Lombardie :

  • 27 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 452.

« [...] lesquelz [officiers] nous avons ordonné venir en nostre compaignie et nous servir ou voyage par nous fait par devers nostre Saint Pere le pappe »27.

  • 28 BNF, PO 2155 : 332.
  • 29 E. Jarry, La Vie politique..., p. 303. Le premier mandement confirmant sa présence dans la capital (...)
  • 30 Pour mémoire, je rappelle ce que j’ai déjà démontré précédemment (voir chapitre IV) : lors de la c (...)

8Louis reprend alors le chemin de la capitale. Le 2 février il est à Lyon28 et il arrive à Paris avant le 1429. S’il peut regagner aussi rapidement la capitale, c’est qu’il n’a plus avec lui une armée aussi nombreuse qu’à l’aller. De nombreux hommes ont été remerciés et l’Hôtel a retrouvé ses dimensions initiales30.

  • 31 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 93.
  • 32 BNF, nouv. acq. fr. 3653 : 1015. La transcription intégrale de cette liste – que je n’ai pas jugé (...)
  • 33 Le 26 septembre 1403, il avait rendu quittance de 500 fr. d’or « pour moy habillier pour aler avec (...)
  • 34 Combien étaient-ils ? Aucune source ne l’indique mais on peut facilement imaginer qu’un prince de (...)
  • 35 Chris Given-Wilson note également cet aspect à propos de l’Hôtel royal d’Angleterre accompanying t (...)
  • 36 Voir le chapitre précédent.
  • 37 Sa suite personnelle est composée d’un chevalier, de quinze écuyers et d’une trompette [BNF, nouv. (...)
  • 38 Le 27 novembre 1403, Louis d’Orléans mande de payer les gages de plusieurs écuyers qui sont du voy (...)
  • 39 Ainsi les deux frères Jean et Pierre Foucault étaient tous deux échansons ducaux ; seul Pierre acc (...)

9Enguerrand de Monstrelet chiffre à « six cent chevaucheurs ou environ »31 le nombre de participants à l’expédition. Les listes de gages permettent de juger de la véracité de son témoignage. La plus complète a été dressée le 16 octobre 1403, « pour leurs gages de XV jours a commencer de la date de ces presentes »32. Elle contient les noms de plus de 250 individus. Les principaux sont accompagnés « d’ecuyers soubz eulx », ce qui gonfle notablement le chiffre de 250 et le porte non loin de celui avancé par le chroniqueur. C’est ainsi que Louis de Bourbon33 reçoit 150 francs « pour lui et ses gens »34 ; que Guillaume Le Bouteiller* touche 118 francs pour lui, un chevalier, sept écuyers, deux archers et une trompette ; que le sire de Montpezat* perçoit 20 francs pour lui et 7 livres 10 sous tournois pour un écuyer qui l’accompagne, etc. Ce classement financier dégressif-lequel connaît parfois quelques exceptions – correspond également à un classement par office. À l’exception des quatre premiers cités (Louis de Bourbon, Louis de Harcourt, le sire de Thorigny et Alain de Beaumont*), les autres individus sont en effet regroupés en fonction de la charge qu’ils occupent au sein de l’Hôtel ducal : les chambellans sont suivis des écuyers d’honneur, d’écurie ou de cuisine, lesquels précèdent les secrétaires, les chirurgiens, et ainsi de suite jusqu’aux cochers qui closent la liste. Tout l’Hôtel semble être du voyage, certains en armes pour combattre, d’autres, tels les valets de fourrière, les fauconniers ou les ménestrels pour assurer l’intendance ou les divertissements – l’allure très militaire de l’expédition n’efface pas pour autant les besoins quotidiens de la vie d’un Hôtel35. Il y a des noms ou des catégories d’office qui ne figurent cependant pas sur la liste. Guillaume de Braquemont*, bien que maréchal de guerre, a dû rester en Luxembourg pour en assurer la défense36. En son absence, Pierre de Mornay* assure la charge de maréchal37. C’est à lui que revient le soin de diriger les troupes et de certifier le paiement de leurs gages38. Comme exemple d’office qui ne fait pas partie du voyage, je citerai celui de maître de la Chambre aux deniers. Aucun titulaire de cette charge ne figure parmi les participants. Car, si la mobilité de l’Hôtel fut importante en 1403, elle ne fut pas totale : il fallait bien qu’une partie de ses membres restât à Paris pour assurer la gestion des affaires courantes et préparer le retour du duc39.

  • 40 Le 16 novembre 1403, Louis Ier d’Orléans donne l’ordre d’allouer à son trésorier la somme de 8 958 (...)
  • 41 Comme le fourrage destiné aux chevaux, les logements réquisitionnés pour le duc ou certains membre (...)

10Un tel voyage mobilisait non seulement des hommes, mais également des sommes considérables. Il fallait équiper les participants, payer leurs gages40, pourvoir aux frais de déplacements41, etc. Aussi, en prévision des dépenses qu’allait susciter une telle expédition, le duc chargea-t-il avant son départ Jean Le Flament et Jean Poulain

  • 42 BNF, PO 2155 : 309. Sur l’utilisation des objets précieux comme instruments de thésaurisation immé (...)

« de vendre, engaigié ou faire fondre la vaisselle et joyaux [...] au mieulx et plus prouffitablement qu’ilz verront et aviseront qu’il sera a faire pour nous et a nostre prouffit »42.

  • 43 Le 20 décembre 1403, Guillaume de Coucy* rend ainsi quittance de 35 francs « pour nous, XX frans, (...)

11Grâce aux liquidités obtenues, Louis Ier peut remplir les coffres qu’il emporte avec lui – ce transport de fonds si considérables dut d’ailleurs poser d’énormes problèmes pratiques. Les quittances rendues par les officiers43 et collectées par le trésorier général prouvent en effet qu’ils étaient payés sur place pour un mois ou pour quinze jours (payés au début pour un mois, ils le sont ensuite tous les quinze jours). Cette périodicité appelle deux remarques. D’une part, il fallait bien que les participants eussent de quoi subvenir à leurs besoins en campagne (un paiement après campagne était donc exclu) ; d’autre part, le duc ne pouvait ni ne voulait délivrer à ses hommes leurs gages en une seule fois : certains auraient alors pu avoir la tentation de quitter l’expédition ; qui plus est, comment rémunérer une fois pour toute une campagne dont la durée n’était évidemment pas connue au départ ?

Au service de la paix

12La guerre civile opposant les Armagnacs aux Bourguignons fut jalonnée de plusieurs paix. Dès la paix de Chartres de 1409, les serviteurs sont impliqués dans les clauses du traité, à la fin desquelles Charles VI croit devoir ajouter :

  • 44 RSD, Chronique, IV, livre XXIX, chap. XXVI.

Et ego volo vobisque precipio ut firmiter teneatis quicquid feci, et quod nunc ordinabo ulterius in ista materia, scilicet quod vos simul maneatis ut boni amici, simulque faciant servitores et familiores utriusque partis, et quod nunquam pro isto casu nec quod inde sequutum est aliquid mutuo petatis44.

  • 45 Ibid.

13La paix fut ici uniquement jurée par les princes de sang royal présents à ce moment45. Dix ans plus tard, lors de la paix de Pouilly, les serviteurs sont non seulement inclus dans les clauses du traité, mais il doivent également jurer son bon respect sur les saints évangiles :

  • 46 Ibid., VI, livre XL, chap. IV.

Et hii precipue juraverunt super sacrasancta Dei evvangelia nominandi nostri fideles et dilecti ex parte nostra dalfini [suit une vingtaine de noms parmi lesquels ceux d’anciens serviteurs de Louis Ier comme messire de Barbazan]. Et ex parte nostra ducis Burgundie juraverunt nostri dilecti et fideles [suit une nouvelle vingtaine de noms dont celui de Régnier Pot]46.

  • 47 N. Offenstadt, Discours et gestes de paix..., p. 389.

14Théoriquement, le serment aux traités et aux trêves devait être juré par tous les sujets. Mais, « dans les paix de la guerre civile, au cours de laquelle les partis s’appuient sur des réseaux, on prête [tout particulièrement] attention à s’assurer du serment des entourages »47. Dès lors, les serviteurs devenaient garants de l’application de ce qui venait d’être juré. Pour renforcer la paix, il était parfois même prévu que les forces en présence mêlent certains de leurs officiers. Ainsi, lors du traité de Saint-Maur qui précède la paix de Pouilly, les deux parties élaborent un projet d’échange de leurs serviteurs :

  • 48 ADN, B 312, no 15 404. Texte repris par Pierre de Fénin, Mémoires..., p. 279.

« Advis et pourparlez pour l’apaisement de ce royaume [...]. Item a esté advisé que, pour nourrir et continuer tousjours bonne amoure entre mondit seigneur le daulphin et mondit seigneur de Bourgogne, il est chose tres amable de mettre des gens et serviteurs de mondit seigneur de Bourgogne avec mondit seigneur le daulphin et en son service, et des gens et serviteurs de mondit seigneur le daulphin avec mondit seigneur de Bourgogne »48.

  • 49 « Au moment de la guerre civile, la fusion prend la forme – restée discours – du mélange des servi (...)

15Ce projet de fusion des deux Hôtels fut-il suivi d’effets ou resta-t-il du domaine du discours comme l’affirme Nicolas Offensdadt49 ? En l’absence de liste recensant les divers membres de chaque Hôtel, il s’avère difficile de vérifier si échanges il y eut. Le but de l’échange qui était d’établir une certaine confiance pouvait tout aussi bien avoir des effets pervers : les serviteurs agrégés se transformaient en autant d’agents espions à l’affût des moindres faits et gestes de leur nouveau patron afin de les rapporter à leur ancien maître. L’absence de sources et la certitude des risques encourus donnent à penser que ces échanges restèrent effectivement du domaine du discours. Pourtant, on aurait tort de ne pas prendre au sérieux ces velléités de fusion. D’abord, parce qu’elles placent les serviteurs au coeur des négociations et, de ce fait, démontrent une nouvelle fois l’importance accordée par le prince aux personnes de son entourage. Ensuite, parce que si l’on ne peut pas parler de fusion en 1412, le traité de Buzançais prouve l’utilisation réelle du serviteur comme monnaie d’échange. Pour que les Anglais, appelés à la rescousse par les Armagnacs contre les Bourguignons, acceptent de quitter le royaume une fois la paix d’Auxerre signée, Charles d’Orléans est obligé de leur promettre le versement d’une forte somme d’argent. Ne disposant pas des 150 000 écus exigés et souhaitant faire patienter les Anglais, il leur remet en otages son jeune frère, Jean d’Angoulême, et six de ses serviteurs :

  • 50 Le mandement est daté du 22 septembre 1413 [BL, Add. Ch. 64]. Les très nombreux documents possédés (...)

« Comme pour certains traictiez, accords et promesse faiz en l’annee passee par nostre tres chier et tres amé oncle, monseigneur le duc de Berry, nous [Charles d’Orléans], et autres, avecques beaux cousins les ducs de Clarence et d’York, le conte de Dorset, et autres seigneurs du païs d’Angleterre, envers lesquelx nostre dit oncle, nous, et autres, par iceulx traictiez soyons obligiez en certaine somme de deniers, pour sceureté desquelx nous avons mis en hostages et baillé en garde nostre tres cher et tres amé frere, Jehan, conte d’Angolesme, et autres en sa compaignie a nostre dit cousin de Clarence »50.

  • 51 Proposé comme otage au traité de Buzançais, « il semble bien n’avoir jamais été le prisonnier de C (...)

16Les officiers proposés pour servir d’otages ne sont pas des serviteurs subalternes chargés d’assurer le service quotidien de Jean, mais des personnages de premier rang. Il s’agit de Macé Le Borgne*, Guillaume Le Bouteiller fils*, Archambaud de Villars*, Jean de Saveuses*, Jean Davy et Hector de Pontbriant*51.

  • 52 B. Schnerb, Enguerrand de Bournonville..., p. 89.
  • 53 Ibid.

17Enfin, on sait qu’une telle fusion fut réalisée en 1409 comme l’atteste la composition du contingent de 1 000 hommes d’armes envoyé en renfort au maréchal Boucicaut qui se préparait à intervenir dans le Milanais : « La composition de cette armée destinée à conforter les ambitions françaises en Italie, devait être une claire manifestation de la grande réconciliation scellée à Chartres. C’est pourquoi, parmi les capitaines qui conduisirent outre-monts les renforts mis sur pied par le gouvernement royal, on trouvait des fidèles de tous les princes de lys, unis provisoirement : Hugues d’Amboise était chambellan du duc d’Orléans, Louis de Loigny, futur maréchal de France, était un familier du duc d’Anjou, Hector, bâtard de Bourbon (l’homme du destin), était un fils naturel du duc Louis II de Bourbon, quant à Jean de La Trémoïlle, seigneur de Jonvelle, Guy de Bar, seigneur de Presles, et Enguerrand de Bournonville, ils étaient, tous trois, des hommes du duc de Bourgogne »52. Doit-on y voir le symbole de « la grande réconciliation scellée à Chartres »53 ou alors la volonté de se surveiller les uns les autres ? Les deux ne sont pas incompatibles.

18L'implication de l’Hôtel en tant que groupe conduit à une militarisation de l’officier en tant qu’individu.

Des serviteurs domestiqués par le duc à des fins politiques

Vers une militarisation de l’officier

19L’Hôtel prend assurément une allure de plus en plus militaire. Il convient cependant de distinguer parmi ses membres trois types de serviteurs : ceux qui exercent le métier des armes et assurent la garde rapprochée du duc ; ceux qui, par leur naissance noble et la charge occupée au sein de l’Hôtel, sont appelés le cas échéant à prendre les armes ; tous les autres enfin qui, sans être a priori prédisposés aux fonctions militaires, participent aux expéditions menées par le duc, comme je l’ai montré plus haut. Seuls les deux premiers groupes m’intéressent ici.

  • 54 Il s’agit de Jean Hucher, Robert Quarre, Thomas Bel, Thomas Chambre, Thomas Jançon et Thomas Logue
  • 55 BNF, PO 2155 : 342.
  • 56 Office que je vois apparaître pour la première fois en décembre 1411. Il est alors détenu par Robe (...)
  • 57 BNF, PO 2330 :71.
  • 58 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., II, p. 66.
  • 59 Rouen, nouv. acq., ms. 1057, no 9.
  • 60 « Au temps du duc Philippe le Bon, la garde du duc de Bourgogne, en temps de paix, ne comprenait q (...)

20S’agissant des hommes d’armes, l’essentiel des données concerne les archers et se limite à leurs effectifs. En février 1393, tandis que l’Hôtel se constitue, ils sont six à détenir l’office54. Le chiffre va ensuite croissant pour se stabiliser autour d’une vingtaine, et cela jusqu’à l’accession de Louis II au trône de France – on peut aisément penser que la garde du duc d’Orléans, devenu roi, connaît alors une forte hausse. Louis Ier mande ainsi de payer leurs gages à ses 16 archers en juillet 140455 ; en octobre 1442, Symonnet Du Pont, archer de corps de Charles56, rend quittance de ses gages « tant pour lui que pour dix neuf autres semblablement archers dudit seigneur »57 ; en 1484, « le jeune duc [Louis II] s’est formé une garde personnelle de 24 archers »58 et en juin 1492, la garde particulière ducale est composée de 22 archers et de 11 « coustilleurs », tous rémunérés « a V sous tournois par jour »59. Sur le siècle, je n’ai donc pas constaté de croissance exponentielle comme il y en eut en Bourgogne60. Mais si les d’Orléans n’étaient entourés que d’une garde restreinte, elle était épaulée par d’autres serviteurs tels les chambellans, les chevaliers d’honneur ou les écuyers de corps qui devaient également veiller à la sécurité du duc. En fait, il revenait à tout serviteur en contact avec son patron de s’assurer qu’aucun danger ne le menaçait. La fonction domestique première n’excluait donc pas une certaine militarisation de l’officier, particulièrement flagrante lors des voyages précédemment étudiés, mais aussi à l’occasion de circonstances particulières. La guerre civile qui oppose les Armagnacs aux Bourguignons en est riche d’exemples.

21Si tous les serviteurs étaient alors concernés – le simple fait de rester dans l’Hôtel de l’une ou l’autre des parties les impliquait dans le conflit –, certains l’étaient davantage que d’autres. Le duc attendait tout particulièrement des officiers supérieurs qu’ils prennent ouvertement position en sa faveur, qu’ils rassemblent des troupes en vue d’un éventuel affrontement et qu’ils assurent la garde et la défense de ses places fortes.

  • 61 Les noms en sont donnés par Michel Pintoin dans sa chronique [RSD, Chronique, IV, livre XXXII, cha (...)
  • 62 Jean d’Achy*, Hue d’Amboise*, Guillaume Bataille*, Robert de Bonnay*, Louis de Bosredon*, Guillaum (...)
  • 63 Dans son article sur le parti navarrais, Raymond Cazelles a pu démontrer que son cœur était formé (...)

22Le 9 octobre 1411, les principaux capitaines du parti armagnac envoient au roi et à l’Université de Paris une lettre dans laquelle ils demandent justice pour le meurtre de Louis d’Orléans (œuvre de propagande commanditée par le duc et destinée à être diffusée, ou initiative personnelle d’un groupe d’hommes ayant foi en une cause ?). La missive est datée de Saint-Ouen et porte les signatures de vingt-cinq partisans Orléanais61. Parmi eux, dix-neuf appartenaient à l’Hôtel de Louis Ier et/ou à celui de son fils Charles62, preuve s’il en est que les Hôtels princiers forment bel et bien le noyau des partis63. D’autres, qui ne figurent pas parmi les signataires, n’en dépêchent pas moins leurs hommes pour aller combattre aux côtés du duc. Une composition financière est ainsi trouvée en octobre 1412 entre Pierre de Mornay* et Ponchon de La Tour, écuyer d’écurie, lequel Ponchon

  • 64 BL, Add. Ch. 3419.

« nous feust venu servir en l’annee derrenierement passee avec certain nombre de gens d’armes et de trait, et idem en ceste presente annee, pour contrester et resister a l’encontre de ceulx qui nous faisoient guerre »64.

23Pour les principaux membres de l’entourage du duc, c’est aussi se déclarer en sa faveur que de servir de relais auprès des Grands qu’il veut rallier à sa cause. Jean Du Refuge, maître des requêtes ducales, rend quittance de 50 écus d’or en octobre 1409

  • 65 Reims, Tarbé, cart. IV : 132. Archambaud de Villars reçoit à son tour 120 l.t. en février 1410 « p (...)

« pour aler presentement en la compaignie de monseigneur de Gaules par devers monseigneur le comte d’Armagnac, en Gascongne, pour les affaires et besongnes de mondit seigneur »65.

  • 66 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 72, n. 2.

24Le but de ce voyage : négocier l’accord conclu en avril 1410 à Gien entre Charles d’Orléans et plusieurs importants seigneurs dont Bernard d’Armagnac. Parmi les assistants, on ne sera pas étonné de retrouver Pierre de Mornay, sire de Gaules*66, l’un des principaux artisans du pacte scellé.

  • 67 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 77.

25Le deuxième, et plus matériel engagement que le duc attend de ses officiers supérieurs, c’est de mettre des hommes d’armes à sa disposition. En effet, les déclarations faites, les accords conclus, il faut se préparer au combat. En prévision d’un affrontement, le duc charge certains de ses serviteurs de rassembler des troupes. Les habitants des régions dépendantes des d’Orléans sont à l’évidence les premiers concernés par cette mobilisation. Robert d’Esne*, gouverneur « de la seignourie de Coucy, du duchié de Valois, conté de Beaumont et des terres adjointes », est ainsi chargé en octobre 1410 d’enrôler « tous nobles chevaliers et escuiers, amis bienvueillans et subgés [relevants de ces terres] »67. Le duc cherche également à recruter des hommes dans des contrées plus lointaines connues pour leurs dispositions favorables à la cause orléanaise, tel le comté de Périgord qui avait appartenu à Louis I er. C’est ainsi que Jean Le Margeriel dit Bobin, « escuier d’onneur de mondit seigneur », rend quittance de 50 livres tournois le 24 juillet 1410

  • 68 BNF, PO 1850 : 10

« pour aler presentement de Bloys a Montauban, et es parties d’environ, ou il m’envoye pour assembler et amener par devers mondit seigneur certaine quantité de gens d’armes »68,

26et Macé Le Borgne* reçoit l’année suivante 15 livres tournois

  • 69 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 617.

« pour aler es marches d’Auvergne et de Bourbonnois faire partir gens d’armes desdiz pais, lesquelx se disoyent a mondit seigneur le duc »69.

  • 70 BNF, PO 3005 : 20.
  • 71 Le commandement des soixante hommes d’armes et des dix hommes de trait « que nous [Charles d’Orléa (...)

27N’allons cependant pas imaginer que ces hommes rejoignent le parti armagnac pour la beauté du geste. Une quittance rendue par Etienne de Villebresme à son retour de voyage en compagnie de Jean Le Margeriel nous apprend ainsi que les deux “agents recruteurs” transportaient avec eux « la somme de mil livres tournois en escus d’or pour ilec faire prest et payement a plusieurs cappitaines de gens d’armes »70. À la prise de position initiale s’ajoutait l’intérêt de recevoir des gages en contrepartie. Seul ce dernier aspect motive les professionnels de la guerre, hommes d’armes et de trait, engagés par le duc. Ils viennent augmenter le nombre des partisans Orléanais que le duc est parvenu à mobiliser. À noter toutefois que leur commandement est confié à un membre de l’Hôtel qui garde ainsi le contrôle des opérations71.

  • 72 BNF, PO 1280 : 128.

28Enfin, et toujours dans cette logique de faire de son Hôtel et des membres qui le composent les premiers concernés par la lutte à venir, le duc confie aux serviteurs détenteurs d’un office local le soin de défendre les places dont ils ont été investis. Je citerai l’exemple de Jean de Garencières* et celui de Robert d’Esne*. Le 22 août 1405, Jean de Garencières* est commis par le duc pour visiter ses châteaux et forteresses des duché d’Orléans et comté de Blois, ordonner les réparations nécessaires et pourvoir à leur garde72. Quant à Robert d’Esne*, il reçoit 107 livres tournois en décembre 1410

  • 73 BNF, PO 2461 : 21.

« pour convertir ou paiement des gens d’armes a lui ordonnez par mondit seigneur tenir en ses pais et forteresses de Valoys, de Beaumont et dudit Coucy pour la sceureté et deffense d’iceulx »73.

29D’autres sont envoyés assurer la défense d’un lieu menacé par l’ennemi, qu’il s’agisse d’une place appartenant au duc ou d’une zone qu’il entend défendre. Ainsi Jean de Fismes, écuyer d’honneur, rend quittance de neuf écus d’or en décembre 1411

  • 74 BNF, ms.fr. 6211 : 88.

« sur les gaiges de moy et de trois hommes d’armes en ma compaignie pour aler en garnison a Yenville pour la seurté du païs de mondit seigneur »74.

30Quelques mois plus tôt, Jean Des Hayes, écuyer d’écurie, rendait quittance de 140 livres tournois

  • 75 BNF, nouv. acq. fr. 9190 : 75.

« pour certains fraiz, missions et despens qu’il me convendra faire es païs et conté d’Angouleme, en ma compaignie certains gentilz hommes, arbalestriers et autres, pour deffendre ledit païs des perilz et inconveniens qui y pourraient survenir »75.

  • 76 Jean de Garencières présenté comme « diplomate et soldat, l’homme de confiance de Louis, intimemen (...)

31L’Hôtel comprenait ainsi de nombreux individus, tel Jean de Garencières*76, qui cumulaient des fonctions domestiques, militaires et diplomatiques.

Des ambassadeurs zélés

32Véritable vivier dans lequel le prince puise pour en sortir des hommes de confiance qu’il place à des postes clefs de l’administration centrale ou locale, l’Hôtel procure également au prince des ambassadeurs zélés.

  • 77 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 215.
  • 78 Voir le colloque de la SHMESP sur La Circulation des nouvelles au Moyen Âge, et notamment l’articl (...)
  • 79 A. Van Gennep, Les Rites de passage..., p. 39.

33Tandis que le port des missives ordinaires revenait aux professionnels du transport qui peuplaient l’écurie ducale (chevaucheurs, poursuivants d’armes, etc.), simples « lettres vivantes »77 qui n’avaient aucun pouvoir de négocier, la charge de transmettre les missives les plus importantes, celles qui demandaient réponse, voire discussion, était confiée à des personnages qui avaient le pouvoir du duc pour discuter78. Arnold Van Gennep les assimile à des « porte-paroles » mettant indirectement en contact deux autorités79. François de Rochechouart* reçoit ainsi 12 livres tournois en septembre 1497 :

  • 80 BNF, PO 2165 : 984.

« Pour un voyage qu’il a fait par l’ordonnance de mondit seigneur, partant de sa maison pour aller a Chartres devers l’evesque dudit lieu et doyen de l’eglise de Chartres leur porter lettres et parler a eulx de par ledit seigneur, ouquel voyage il a vacqué par l’espace de XII journees entieres au feur de XX sous par jour valient ladicte somme de XII livres tournois »80.

  • 81 Voir les exemples cités dans le chapitre I de Guillaume Maigret, fruitier, de Jean d’Étampes, pane (...)

34De telles missions ne pouvaient revenir qu’à des hommes en qui le duc plaçait toute sa confiance, à des serviteurs qui se trouvaient au plus près du prince. J’ai déjà pu démontrer que la confiance ducale ne dépendait pas forcément de la charge détenue dans l’Hôtel81. Il n’empêche que les officiers supérieurs, au premier rang desquels les chambellans – souvent accompagnés d’officiers de moindre importance – étaient, plus que tout autre, prédisposés à remplir le rôle d’ambassadeur ducal.

35La nature de la mission effectuée apparaît parfois dans les documents. C’est ainsi que Charles d’Orléans ordonne en août 1411 que soient délivrées 48 livres tournois à Macé Le Borgne* :

  • 82 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 626. Il y a fort à penser que l’épidémie dont il est ici fait mention n (...)

« Pour ung voyage par luy fait par nostre ordonnance et commendement de nostre chastel d’Yevre a nostre ville de Blois par devers nostre tres chier et tres amé frere, le conte d’Angoulesme, et noz tres chieres et tres amees suer et fille, pour iceulx admener dudit Blois a Chasteauneuf pour eschever l’espidemie »82.

36Mais le plus souvent, surtout lorsqu’il s’agit de missions confidentielles, les sources sont muettes quant aux raisons du déplacement. Gastelet de Renty* rend quittance de 50 écus le 25 février 1405 nécessaires

  • 83 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 464.

« pour aler presentement et hastivement de par mondit seigneur en certain lieu ou il nous envoye pour aucunes besongnes lesquelles il a tres a cuer »83.

  • 84 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 216.

37Si un même officier pouvait participer à des missions de nature très différente, on note cependant une nette tendance à la spécialisation : « Les responsables avaient conscience qu’un ambassadeur serait d’autant plus efficace que le terrain des négociations lui serait plus familier »84. Une double spécialisation se fait jour, géographique et thématique, les deux étant souvent imbriquées. Les mêmes hommes sont ainsi envoyés dans une même région, auprès d’un même personnage, le duc misant sur leur connaissance du pays et la confiance que leur porte leur interlocuteur. À la fin du xive siècle, Jean de Garencières* et Jean de Saquainville* sont ainsi dépêchés à plusieurs reprises en Lombardie auprès de Jean-Galéas Visconti. Guy de Brilhac* fait à son tour de nombreux séjours en Astesan au milieu du xve siècle. Quant à Guillaume Bataille*, il semble avoir été plus particulièrement chargé des affaires bretonnes – ses origines l’y prédisposaient – et ibériques. Arrêtons-nous sur le cas de Jean Prunelé* car c’est un exemple typique d’ambassadeur nommé par le duc en raison de ses bonnes connaissances du terrain et du dossier.

  • 85 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans..., p. 726.
  • 86 Voir sa notice dans le dictionnaire biographique joint. On y retrouvera la transcription des diver (...)
  • 87 E. Jarry, La Vie politique..., p. 82-83.

38D’abord gouverneur du comté de Blois au nom de Guy de Châtillon85, il passe durant les années 1380 au service de Louis Ier d’Orléans qui le retient comme chambellan86. Lorsque le duc décide d’acheter les comtés de Blois et de Dunois, Jean Prunelé, qui connaît bien le dossier et les contractants, est tout désigné pour servir d’intermédiaire dans la transaction effectuée entre les deux hommes. La vente est conclue en octobre 139187 et Louis Ier mande en mars 1392 que soient remis 100 francs d’or à Jean Prunelé

  • 88 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 150.

« pour lui aidier a se deffrayer de frais et missions qu’il a soustenuz et que de present il convient qu’il soustiengne pour occasion du trettié d’entre nous et nostre tres cher et tres amé pere, le conte de Bloiz »88.

  • 89 « En ces temps-là, toute ambassade donnait lieu à une relation, composée par le secrétaire, ordina (...)
  • 90 ADL, 6J3 : 35 et 6J4 : 19.
  • 91 « Guy de Châtillon vendait à Louis et à Valentine les comtés de Blois et de Dunois, le château de (...)
  • 92 Ibid., p. 181.
  • 93 BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 311 et ADL, 6J6 : 7.

39En mai 1392, le duc charge en effet Jean Prunelé et Hugues de Guingant, secrétaire ducal – les ambassades comprenaient généralement un secrétaire chargé de consigner les décisions prises89 – d’aller prendre possession en son nom des comtés de Blois et de Dunois90 dont Guy de Châtillon garde néanmoins l’usufruit91. À la mort de celui-ci, le 22 décembre 139792, Jean Prunelé fait logiquement partie de l’ambassade qui vient recueillir l’héritage du défunt comte93. Il aura ainsi suivi l’affaire du début à la fin.

  • 94 Jacquet Malmonte touche 3 écus d’or pour porter des lettres du duc d’Orléans au duc de Bourbon, «  (...)

40Lors des missions accomplies pour le duc, le serviteur ne percevait pas de gages pour l’office qu’il détenait au sein de l’Hôtel mais il touchait une somme d’argent destinée à « lui aidier a se deffrayer ». Les documents individuels ou collectifs – voir notamment, dans les comptes ducaux, la rubrique « Voyages » où étaient reportés tous les déplacements effectués – permettent de préciser le montant des sommes reçues. Tandis qu’un chevaucheur touchait moins de dix sous par jour94, un chambellan pouvait recevoir jusqu’à dix francs par jour. Louis de Montjoye* rend ainsi quittance de 600 livres tournois le 30 décembre 1405 :

  • 95 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 471bis.

« En prest et paiement pour deux mois a cause de dix frans par jour a nous ordonnez par mondit seigneur pour aler presentement es parties de Lorraine et d’Almaigne pour certaines besoignes et affaires qui grandement touchent mondit seigneur »95.

  • 96 ADL, 6J2 : 32.

41Pour une même mission, les différences étaient ainsi notables entre les participants : le coût du train de vie de chacun était en effet pris en compte. Prenons l’exemple de l’ambassade envoyée en novembre 1392 par Louis Ier d’Orléans en Hainaut et Hollande auprès des comtes de Blois et de Hainaut. Jean de Saquainville*, chambellan, reçoit 240 livres tournois, à raison de 8 francs par jour ; Jean Blondel, écuyer tranchant, 180 livres tournois au prix de 6 francs par jour, et maître Jean Gilet, secrétaire, 90 livres tournois pour 3 francs par jour, chacun « en prest et payement pour ung mois »96.

  • 97 À son retour de mission en Turquie, Jean de La Cloche, qui avait déjà reçu une avance avant son dé (...)
  • 98 BNF, PO 965 : 7. Charles VII ordonne pareillement de payer 800 écus d’or à Robert Mallière pour un (...)

42L’office détenu au sein de l’Hôtel servait donc de base pour le calcul des débours effectués lors des missions accomplies. Néanmoins, il arrivait souvent qu’à office égal, le montant affecté diffère. Louis de Montjoye* et Jean de Saquainville* sont tous deux chambellans mais, alors que le premier reçoit dix francs d’indemnisation par jour, le second n’en touche que huit. Cette différence peut s’expliquer par l’importance du personnage. De même, la valeur plus ou moins grande que le duc accordait à la mission confiée peut expliquer que tel individu perçoive des gages plus élevés que tel autre. Une destination éloignée, dangereuse, faisait très certainement monter les prix : il fallait bien persuader les serviteurs d’accomplir la mission97. Enfin, le coût de la vie dans les régions traversées jouait également son rôle. En 1451, Charles d’Orléans mande de défrayer Benoîtin Damien pour deux voyages effectués l’année précédente. Une indemnisation de 15 sous 10 deniers tournois par jour est ordonnée pour le voyage qui a conduit Benoîtin à Chalon-sur-Saône, tandis qu’il reçoit 18 sous 6 deniers tournois par jour pour avoir été à Lille, et cela « pour la grand cherté de vivres qui est oudit païs »98.

43Le paiement s’effectuait généralement au retour de la mission, après que l’officier eut rendu compte du nombre de jours qu’il avait mis « en alant, sejournant et retournant ». Parfois, marque de confiance insigne ou simple geste d’encouragement, le duc remettait la somme prévue avant que la mission n’ait été effectuée. Mais le plus souvent, une partie était remise au départ, et le reste au retour en guise de « parpaiement ». C’est ainsi que, dans un même mandement, Louis Ier ordonne que soit fait « prest et payement pour ung mois » à Jean de Saquainville*, Jean Blondel et maître Jean Gilet et

  • 99 ADL, 6J2 : 32 (cf. supra).

« a leur retour leur faire parpayement de tout ce qui par cedules de nostre chambre des comptes vous apparaîtra a eullz estes deu pour reste d’icellui voiage »99.

44Cette pratique ne semble pas être liée à la condition sociale de l’individu concerné comme on aurait pu le penser. En effet, si un serviteur subalterne perçoit ses gages avant son départ afin d’avoir les moyens financiers pour effectuer sa mission, nombre d’officiers connus pour leur aisance touchent de la même manière une partie de leurs gages à leur départ. Jean de Garencières*, « lequel nous [Louis Ier] envoyons presentement es parties de Lombardie par devers le conte de Vertus, seigneur de Milan », rend ainsi quittance de 360 francs de gages le 9 décembre 1392 :

  • 100 ADL, 6J2 : 52 et 68.

« En prest et payement pour deux moys au feur de six frans de gaiges par jour, oultre et pardessus la pension de cinq cens livres tournois par an qu’il prent de nostre octroy [...], et a son retour lui faictes parpayement de tout ce qui lui sera deu pour reste dudit voyage »100.

***

  • 101 Voir le chapitre V.

45En analysant le passage Du service domestique au rôle politique, on se retrouve au cœur de ce qui a constitué la problématique de cette étude : la distinction entre le rôle politique collectif de l’Hôtel et le rôle politique individuel tenu par certains de ses membres. De façon générale, l’écart se creuse entre les offices purement domestiques et les charges auliques qui confèrent à leur détenteur un pouvoir politique. Les officiers les plus importants, tels que les chambellans, les chevaliers d’honneur, les écuyers d’écurie, etc., sont perçus davantage comme des hommes de terrain que comme de simples serviteurs. Ainsi que je l’ai souligné précédemment101, on assiste cependant à la fin du Moyen Âge à un réel retour au domestique. Autrement dit, le pouvoir du prince ne repose plus, comme auparavant, sur l’Hôtel. Dès lors, le duc ne ressent plus le besoin d’agréger à l’institution les hommes auxquels il confie des fonctions politiques.

Tableau 20. Nombre de présences attestées au conseil

Nom

Prénom

Titre

Nbre

LE BOUTEILLER

Guillaume

123

MORNAY

Pierre de

48

LE DUR

Nicole

45

BRAQUEMONT

Guillaume de

35

AMBOISE

Hue d’

31

MONTAIGU

Jean de

Sens (archevêque de)

29

FONTAINES

Jean de

28

SAVEUSES

Jean de

21

VERTUS

Philippe de

21

ROUSSAY

Jean de

20

ESNE

Mansart d’

18

TUILLIÈRES

Robert de

18

TRIE

Guillaume de

17

LE FUZELIER

Jean

16

MONTJOYE

Louis de

15

DUNOIS

12

DU PESCHIN

Jacques

9

CRAON

Pierre de

8

LAIRE

Guillaume de

8

LE MERCIER

Jean

8

PONTBRIANT

Hector de

8

FRICON

Rémond

7

LE FUZELIER

7

L’HÔPITAL

François de

7

PRUNELÉ

Jean

7

SAINT-MARS

Hue de

7

SERRES

Bernardon de

7

CUGNAC

Antoine de

5

GAUCOURT

Raoul de

5

VILLARS

Archambault de

5

Ce tableau ne prend en compte que les individus dont la présence au conseil ducal est attestée au moins cinq fois.

Graphique 15. Nombre de réunions du conseil par an

Graphique 15. Nombre de réunions du conseil par an

Notes

1 Ce constat a été fait pour différents Hôtels, ainsi par Monique Sommé pour qui « l’hôtel est l’organisme chargé de pourvoir aux besoins quotidiens de la duchesse et de ses proches [mais également] un lieu d’exercice du pouvoir, car en Bourgogne les officiers supérieurs des hôtels du duc, mais aussi de la duchesse, sont les conseillers du prince, ses chefs de guerre et ses ambassadeurs » [Isabelle de Portugal..., p. 221].

2 « Le roi y prend des hommes de confiance et parfois même s’appuie sur l’Hôtel pour gouverner en dehors des circuits habituels. Ainsi Édouard III finance-t-il sur la Garde-Robe ses premières campagnes, Richard II gouverne-t-il avec son Hôtel, de même que Charles V entre 1357 et 1359 » [C. Beaune, « Les structures politiques comparées... », p. 37].

3 D’ailleurs, on peut se demander s’ils ne limitent pas ce rôle, parmi les membres de l’Hôtel, aux seuls conseillers qui n’en font pourtant pas systématiquement partie (cf. chapitre IV). Voir le tableau 20 et le graphique 15 reportés à la fin du présent chapitre, ainsi que le tableau 22 situé p. 387-407 de la thèse manuscrite.

4 « Le rôle militaire de l’hôtel est mis en évidence par Monstrelet lorsqu’il raconte comment les gens de la duchesse poursuivirent des écorcheurs en Hainaut au mois d’avril 1441 » [M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 234 ; elle cite Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 6, p. 2-3].

5 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 167. Voir également le Journal de Nicolas de Baye, p. 238 ; la Geste des nobles François, p. 118 ; RSD, Chronique, livre XXVIII, chap. XXXIII.

6 Les Lombards étaient en effet souvent soupçonnés de sorcellerie.

7 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 268. Pour plus de détails sur ces deux venues, voir F. Autrand, Charles VI..., p. 356-357 (Valentine devant le roi) et p. 431-433 (La résistance du parti d’Orléans), ainsi que B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 185 et p. 202-208.

8 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 3.

9 Olivier de La Marche, « Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoigne, dit le Hardy », Mémoires, t. IV, p. 75.

10 Lors de son expédition en Guyenne en 1406 « pour faire guerre aux Angloys », Louis Ier d’Orléans emmena ainsi « grant nombre de gens d’armes et d’archers jusques à six mille combattants » [Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 132]. Si l’on retrouve à ses côtés « ses principaux familiers » [RSD, Chronique, III, livre XXVII, chap. XV], la grande majorité devaient être des hommes d’armes à la solde du roi en ses guerres contre les Anglais. Attention par conséquent à ne pas mettre sur le même plan toutes les expéditions dirigées par le duc. Il y a celles qu’il fait en son nom et qui rassemblent pour l’essentiel des hommes de son Hôtel, et celles qu’il dirige pour le roi et qui concentrent surtout des professionnels de la guerre.

11 Pour le voyage du Mans, Eugène Jarry cite les noms de Guillaume de Braquemont*, Jean de Trie*, Pierre de La Vieuville*, Karados Des Quesnes*, Jean de Fontaines*, Renaud de Pacy*, Jean Du Coudray*, Jean de Beaucouroy, Jean Mauvoisin, Jean de Chardonnay, Robert Le Sénéchal, etc. [La Vie politique..., p. 94].

12 À la fin du xive et au début du xve siècle, il est simplement indiqué que le don fait par le duc est destiné « a soy abiller et mettre en point ». Louis Ier mande ainsi le 16 septembre 1403 que soit délivré « a nostre amé et feal secretaire, maistre Jacques de Noviant, la somme de cent frans d’or, laquelle somme nous lui avons donnee et donnons de grace especial par ces presentes pour lui aidier a soy habillier pour venir avecques nous et en nostre compaignie en ce voyaige que nous entendons presentement faire es parties de Lombardie et d’Itale » [BNF, PO 2129 : 4]. L’importance de la somme donnée et le contexte dans lequel elle a été remise ne laissent planer aucun doute : le don ducal est destiné à l’achat d’une armure de guerre.

13 BNF, PO 2164 : 955. Autre exemple, celui de Pierre Clarcy, également écuyer de cuisine, qui rend quittance le 20 juin 1495 de 10 écus d’or valant 17 1. 10 s.t. « pour achater unes brigandines et autres harnois pour la guerre » [BL, Add. Ch. 2679].

14 René de Maulde-La-Clavière a pu le retracer à partir des sources narratives [Histoire de Louis XII..., III, p. 67-333].

15 Caen, Mancel, ms. 10 : 160.

16 BNF, PO 2165 : 981.

17 BNF, nouv. acq. fr. 3105 : 219.

18 La plupart sont conservées à la Bibliothèque nationale [BNF, PO 2155 : 313 ; nouv. acq. fr. 3640 : 445 et 452, nouv. acq. fr. 3653 : 1015]. La bibliothèque municipale de Rouen détient également l’une d’entre elles [Leber 3163].

19 « Dès 1401, Robert était en Italie pour écraser Jean-Galéas » [B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 155].

20 Sur le voyage en Lombardie, ses causes, son déroulement et ses conséquences, se reporter au chapitre que lui consacre Eugène Jarry [La Vie politique..., chap. XVII, p. 288-303].

21 F. Autrand, « Pouvoir et savoir... », p. 21. Et même un troisième objectif si l’on en croit Gilbert Ouy qui prête à Louis d’Orléans des ambitions impériales [« Humanisme et propagande politique en France... » et « Où mène le Chemin de long estude ?... »]. Cette hypothèse me semblant peu vraisemblable à la date de 1403, je ne l’ai pas retenue.

22 BNF, PO 2991 : 11.

23 BNF, PO 1821 : 2 et nouv. acq. fr. 3640 : 439, 440.

24 ADL, 6J7 : 59.

25 Rouen, Leber 3163.

26 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 445.

27 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 452.

28 BNF, PO 2155 : 332.

29 E. Jarry, La Vie politique..., p. 303. Le premier mandement confirmant sa présence dans la capitale date du 3 mars 1404 [BNF, PO 2155 : 334].

30 Pour mémoire, je rappelle ce que j’ai déjà démontré précédemment (voir chapitre IV) : lors de la campagne, les effectifs de l’Hôtel augmentent de 75 %, passant de 189 serviteurs en 1402 à 331 en 1403. L’expédition terminée, le duc se sépare des “occasionnels” recrutés pour la circonstance (cf. le graphique 2).

31 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 93.

32 BNF, nouv. acq. fr. 3653 : 1015. La transcription intégrale de cette liste – que je n’ai pas jugé bon d’insérer ici – m’a permis d’en tirer les observations qu’on trouvera dans le texte.

33 Le 26 septembre 1403, il avait rendu quittance de 500 fr. d’or « pour moy habillier pour aler avecques lui [le duc d’Orléans] et en sa compaignie ou voyage de Lombardie et d’Ytale » [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 49].

34 Combien étaient-ils ? Aucune source ne l’indique mais on peut facilement imaginer qu’un prince de ce rang se déplaçait avec une suite composée de plusieurs officiers.

35 Chris Given-Wilson note également cet aspect à propos de l’Hôtel royal d’Angleterre accompanying the king ‘en masse’ when he went to war [...]. Not only the natural fighting men, such as the knights and esquires, but also the clerks, valets, grooms, carters and so forth, from the highest to the lowest servants, would be expected to arm themselves and ride or march with the king wherever the campaign took them, and the senior members at least would be expected to bring other fighting men with them [The Royal Household..., p. 63].

36 Voir le chapitre précédent.

37 Sa suite personnelle est composée d’un chevalier, de quinze écuyers et d’une trompette [BNF, nouv. acq. fr. 3653 : 1015].

38 Le 27 novembre 1403, Louis d’Orléans mande de payer les gages de plusieurs écuyers qui sont du voyage de Lombardie, « en rapportant ces presentes expediees par nostre amé et feal conseiller Jehan le Flament avecques quittances des dessus nomez ou certification de nostre mareschal » [BNF, PO 2411 : 5]. Autres exemples, la liste des gages des officiers payés par Jean Poulain pour les 15 derniers jours de décembre certifiée à Beaucaire par Pierre de Mornay, maréchal du duc d’Orléans, et par Macé Héron, son secrétaire, 14031218/[BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 445,] ou le certificat délivré le 12 janvier 1404 par Pierre de Momay et par Macé Héron du paiement par Jean Poulain aux officiers du duc de leurs gages pour les 15 premiers jours de janvier [ADL, 6J7 : 61].

39 Ainsi les deux frères Jean et Pierre Foucault étaient tous deux échansons ducaux ; seul Pierre accompagne le duc en Lombardie ; l’absence de Jean s’explique-t-elle par un empêchement personnel ou par la volonté du duc de laisser une partie de son personnel à Paris ? Peut-être s’inscrit-elle tout simplement dans le cadre du service à tour.

40 Le 16 novembre 1403, Louis Ier d’Orléans donne l’ordre d’allouer à son trésorier la somme de 8 958 francs 10 sous tournois qu’il a fait payer, pour un mois de gages, aux officiers qui doivent le servir et venir en sa compagnie au voyage qu’il entend faire ès parties de Lombardie et d’Italie [Rouen, Leber 3163].

41 Comme le fourrage destiné aux chevaux, les logements réquisitionnés pour le duc ou certains membres de sa suite, etc.

42 BNF, PO 2155 : 309. Sur l’utilisation des objets précieux comme instruments de thésaurisation immédiatement disponibles en cas de besoin, voir l’article de Claude Ribéra-Pervillé, « Les diamants des rois de France... ».

43 Le 20 décembre 1403, Guillaume de Coucy* rend ainsi quittance de 35 francs « pour nous, XX frans, et pour deux escuiers soubz nous, XV frans, pour noz gaiges des XV dereniers jours de ce present mois de decembre » [BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 451].

44 RSD, Chronique, IV, livre XXIX, chap. XXVI.

45 Ibid.

46 Ibid., VI, livre XL, chap. IV.

47 N. Offenstadt, Discours et gestes de paix..., p. 389.

48 ADN, B 312, no 15 404. Texte repris par Pierre de Fénin, Mémoires..., p. 279.

49 « Au moment de la guerre civile, la fusion prend la forme – restée discours – du mélange des serviteurs » [N. Offenstadt, Discours et gestes de paix..., p. 240].

50 Le mandement est daté du 22 septembre 1413 [BL, Add. Ch. 64]. Les très nombreux documents possédés par la British Library concernant le traité de Buzançais [BL, Add. Ch. 56-72 et Add. Ch. 1397-1516] pourraient donner lieu à un article qui viendrait compléter celui de Gustave Dupont-Ferrier, « La captivité de Jean d’Orléans... ».

51 Proposé comme otage au traité de Buzançais, « il semble bien n’avoir jamais été le prisonnier de Clarence » [G. Dupont-Ferrier, « La captivité de Jean d’Orléans... », p. 50].

52 B. Schnerb, Enguerrand de Bournonville..., p. 89.

53 Ibid.

54 Il s’agit de Jean Hucher, Robert Quarre, Thomas Bel, Thomas Chambre, Thomas Jançon et Thomas Logue.

55 BNF, PO 2155 : 342.

56 Office que je vois apparaître pour la première fois en décembre 1411. Il est alors détenu par Robert Clert aux gages de huit livres tournois par mois.

57 BNF, PO 2330 :71.

58 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., II, p. 66.

59 Rouen, nouv. acq., ms. 1057, no 9.

60 « Au temps du duc Philippe le Bon, la garde du duc de Bourgogne, en temps de paix, ne comprenait que 24 archers [...]. Son fils, fort préoccupé de sa sécurité, fit sensiblement augmenter ce nombre : 42 en 1469, 64 en 1475, 102 fin 1475 » [W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 3].

61 Les noms en sont donnés par Michel Pintoin dans sa chronique [RSD, Chronique, IV, livre XXXII, chap. XXVI]. Voir également l’article de F. Guessard, « Gauluet ou le sire de Gaules (1380-1423) », BEC, 9 (1847-1848), p. 472-473.

62 Jean d’Achy*, Hue d’Amboise*, Guillaume Bataille*, Robert de Bonnay*, Louis de Bosredon*, Guillaume de Braquemont*, Guillaume de Chaumont*, Jean de Craon*, Jean de Dreux*, Jean de Fontaines*, Raoul de Gaucourt*, Jean de Hangest*, François de L’Hôpital*, Jean de La Heuze*, Gadifer de La Salle*, Guillaume Le Bouteiller*, Jean de Malestroit*, Pierre de Mornay*, Guillaume de Trie*. On notera que tous sont ou ont été chambellans ducaux.

63 Dans son article sur le parti navarrais, Raymond Cazelles a pu démontrer que son cœur était formé par la famille du prince, par son Hôtel, ses vassaux et clients [« Le parti navarrais... »].

64 BL, Add. Ch. 3419.

65 Reims, Tarbé, cart. IV : 132. Archambaud de Villars reçoit à son tour 120 l.t. en février 1410 « pour le paiement d’un voyage ou monseigneur et son conseil m’envoient presentement en Gascongne devers monseigneur le conte d'Armagnac et devers le viconte de Castelbon pour certaines besongnes grandement touchans mondit seigneur » [BNF, PO 3002 : 47].

66 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 72, n. 2.

67 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 77.

68 BNF, PO 1850 : 10

69 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 617.

70 BNF, PO 3005 : 20.

71 Le commandement des soixante hommes d’armes et des dix hommes de trait « que nous [Charles d’Orléans] avons mandé et fait venir par devers nous a Paris pour nous compagner et servir en ladicte ville et a noz gaiges » est ainsi confié à Pierre de Mornay*, 1414/01 [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 106].

72 BNF, PO 1280 : 128.

73 BNF, PO 2461 : 21.

74 BNF, ms.fr. 6211 : 88.

75 BNF, nouv. acq. fr. 9190 : 75.

76 Jean de Garencières présenté comme « diplomate et soldat, l’homme de confiance de Louis, intimement lié à toute la vie politique de ce prince » [A. Piaget, « Jean de Garencières », p. 427].

77 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 215.

78 Voir le colloque de la SHMESP sur La Circulation des nouvelles au Moyen Âge, et notamment l’article d’Y. Grava, « Les ambassades provençales... » qui définit bien ce qu’il faut entendre par ambassades et ambassadeurs.

79 A. Van Gennep, Les Rites de passage..., p. 39.

80 BNF, PO 2165 : 984.

81 Voir les exemples cités dans le chapitre I de Guillaume Maigret, fruitier, de Jean d’Étampes, panetier, et de Jean de La Cloche, valet de chambre, tous trois officiers ducaux.

82 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 626. Il y a fort à penser que l’épidémie dont il est ici fait mention n’est autre que la peste.

83 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 464.

84 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 216.

85 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans..., p. 726.

86 Voir sa notice dans le dictionnaire biographique joint. On y retrouvera la transcription des divers manuscrits dont je ne fais ici que rappeler les références.

87 E. Jarry, La Vie politique..., p. 82-83.

88 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 150.

89 « En ces temps-là, toute ambassade donnait lieu à une relation, composée par le secrétaire, ordinairement assez jeune, qui en avait fait partie » [B. Guenée, « Michel Pintoin : sa vie, son œuvre », Chronique du religieux de Saint-Denys, I, p. XXXV].

90 ADL, 6J3 : 35 et 6J4 : 19.

91 « Guy de Châtillon vendait à Louis et à Valentine les comtés de Blois et de Dunois, le château de Châteaudun [et plusieurs autres domaines]. Il gardait, sa vie durant, le titre de comte et l’usufruit de tous ces biens » [E. Jarry, La Vie politique..., p. 83].

92 Ibid., p. 181.

93 BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 311 et ADL, 6J6 : 7.

94 Jacquet Malmonte touche 3 écus d’or pour porter des lettres du duc d’Orléans au duc de Bourbon, « par l’espace de IX jours au feur de VI sous parisis par jour », 1409/04/10 [BNF, PO 1895 : 3].

95 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 471bis.

96 ADL, 6J2 : 32.

97 À son retour de mission en Turquie, Jean de La Cloche, qui avait déjà reçu une avance avant son départ, reçoit un supplément de gages « pour consideracion des bons et agreables services que nostre amé vallet de chambre nous a faiz a grans perilz et diligences es parties de Venize, de Turquie, et autre part ou nous l’avions nagueres envoyé », 1397/12/08 [BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 308].

98 BNF, PO 965 : 7. Charles VII ordonne pareillement de payer 800 écus d’or à Robert Mallière pour un voyage en Languedoc, auquel voyage ledit Robert a vaqué par onze mois, « pour tout ledit voiage pour ses fraiz et despens d’icellui attendu la grant chierté de vivres qui estait oudit pais, et pour autres mises qu’il fist en messageries a envoier devers nous sur aucunes des materes desquelles lui avions baillé et chargé », 1429/02/10 [BNF, PO 1821 : 14].

99 ADL, 6J2 : 32 (cf. supra).

100 ADL, 6J2 : 52 et 68.

101 Voir le chapitre V.

Table des illustrations

Titre Graphique 15. Nombre de réunions du conseil par an
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.