Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Troisième partie. L’hôtel, un instrument de pouvoir ?

Chapitre VIII. Politique personnelle ou fidélité au prince ?

Texte intégral

  • 1 Voir notamment F. Autrand, Charles VI... et B. Guenée, Un Meurtre, une société...
  • 2 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 318-320 et « “Monseigneur veut que ses gens deviennent riches” : (...)
  • 3 Jean de Montaigu incarne pour Michel Pintoin le type même du favori victime des caprices de dame F (...)
  • 4 Bernard Guenée l’illustre parfaitement dans les chapitres « Images » et « Hiérarchies » de son ouv (...)
  • 5 L’expression est employée par Olivier de La Marche pour parler de l’ascension sociale : « Et commu (...)
  • 6 Les historiens médiévistes s’accordent tous pour penser comme Peter Lewis « qu’il ne faut pas sous (...)
  • 7 « L’Hôtel du prince offrait la perspective d’une véritable carrière dans laquelle la promotion n’é (...)

1Pour chaque Hôtel princier, il est possible de citer le nom d’au moins un de ces parvenus élevés socialement grâce à la faveur princière. Ainsi, durant le règne de Charles VI, Jean de Montaigu à la cour du roi1, Thibaut Portier à celle de Jean de Berry2 ou Pierre de Brébant* auprès de Louis Ier sont autant d’exemples d’ascensions fulgurantes vivement critiquées3. L’idée que chacun doit rester à la place où Nature l’a mis à sa naissance est en effet très prégnante et conditionne les mentalités4. N’allons cependant pas imaginer que la société médiévale est une société figée où toute idée de « croissance d’estat »5 est exclue. Ce qui est condamné dans ces exemples, c’est moins l’ascension que la manière dont elle s’est accomplie, jugée trop rapide et dépendant trop de la faveur du prince. La mobilité sociale dans la France de la fin du Moyen Âge existe bel et bien6, et l’Hôtel peut être considéré comme un des ces ascenseurs sociaux qui permettent de quitter graduellement son état premier7. Aussi convient-il d’étudier comment les serviteurs ducaux parviennent à construire leur carrière. Quels choix sont-ils alors amenés à faire ?

Faire carrière

  • 8 Dictionnaire historique..., A. Rey dir., vol. 1, p. 636-637.
  • 9 Olivier Mattéoni préfère d’ailleurs l’expression “vie professionnelle” et se refuse à parler de “c (...)

2En ce sens, le terme de carrière n’existe pas au Moyen Âge. Ou, s’il existe, il n’a pas la signification qu’on lui donne aujourd’hui. Ce n’est pas avant le xviie siècle que carrière signifie « temps pendant lequel on exerce une profession qui présente des étapes, des degrés successifs »8. La volonté de changer de condition est cependant manifeste chez beaucoup, même si le mot n’existe pas encore9, et l’Hôtel offre de multiples possibilités de promotion pour qui parvient à les exploiter.

Comment ? Les facteurs de l’ascension sociale

  • 10 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 181. Jean-Patrice Boudet montre bien comment l (...)
  • 11 Ainsi, toute personne qui se rendait à la cour des papes pour audience, confirmation d’élection ou (...)
  • 12 R. Cazelles, La Société politique…, p. 389.

3Parmi ces différents facteurs, l’accès au prince, source de toute promotion, est sans aucun doute le plus important. Le service ducal permet aux serviteurs qui sont en contact régulier avec lui d’atteindre son oreille, et « ceux qui ont l’oreille du prince partagent son pouvoir dans une certaine mesure »10. Le contact direct avec la personne que l’on sert dispense d’avoir recours à des intermédiaires pour faire aboutir ses requêtes. Inutile dès lors de “graisser la patte” à un tiers pour obtenir ce que l’on souhaite comme cela se pratiquait fréquemment11. Mais comme tous ne pouvaient prétendre accéder à la familiarité du prince, et que « les personnages politiques sortis de rien sont rares dans une cour où il faut des parents ou des appuis solides pour se faire une place »12, nombre de serviteurs avaient recours à des intermédiaires obligés.

  • 13 Voir les exemples de Jehannet de Saveuses* et de Lyonnel de Braquemont* évoqués supra dans le chap (...)
  • 14 La plupart des renseignements qui suivent sont extraits des documents que contient la Pièce Origin (...)

4Tous les éléments des réseaux, toutes les personnes qui avaient pouvoir ou entregent (parents, patrons, relations sociales, etc.) étaient sollicités. Et d’abord les parents, dont on attendait spontanément de l’aide. De fait, ils étaient les meilleurs soutiens de l’ascension sociale. Il était normal qu’un parent bien placé dans l’Hôtel facilite la carrière au sein de ce même Hôtel d’un frère, d’un fils ou d’un neveu13. Prenons un exemple que je n’ai pas encore mentionné jusqu’à présent, celui des Damien14. Le père, Benoîtin, est nommé argentier ducal en janvier 1448. Il profite de l’importance de sa charge pour placer deux de ses fils au service de Charles : Benoît, surnommé le petit Benoît, est successivement huissier d’armes puis échanson ; Andrieu, d’abord attesté comme écuyer d’écurie, succède à son père à la tête de l’Argenterie en juin 1455 afin que :

  • 15 AN, KK 271, f° 1-2.

« Benoitin puisse mieulx vacquer et entendre au fait de nostre dicte tresorerie d’Ast et autres grans charges que lui avons baillees et comises en nostre dit païs d’Ast, icellui, pour ces causes et autres a ce nous mouvans, avons deschargé et deschargeons par ces presentes dudit office de nostre argenterie et a icellui office avons commis, retenu et ordonné, et par ces presentes comectons, retenons et ordonnons ledit Andrieu Damyen, son filz [...], pour ledit office de nostre argentier »15.

5Cet acte est daté du 30 juin. Pour que la nomination devienne effective, Andrieu doit prêter serment entre les mains de la personne désignée par le duc soit, comme le mandement l’indique, « a nostre amé et feal conseillier et premier chambellan, Jehan de Saveuze, gouverneur de nostre conté de Blois ». C’est chose faite dès le lendemain :

  • 16 Ibid.

« Le premier jour de juillet l’an mil CCCC cinquante cinq prins et receu le serment de Andrieu Damyen, argentier de monseigneur le duc, contenu au blanc de ces presentes selon ce qu’il est acoustumé faire en tel cas », signé Jehan de Saveuzes16.

  • 17 Sur les délais entre nomination et serment, voir par exemple O. Mattéoni, Servir le prince..., p.  (...)
  • 18 BNF, PO 965 : 15.
  • 19 BNF, PO 965 : 16.
  • 20 Cf. F. Autrand, « Vénalité ou arrangements de famille... ».
  • 21 Benoîtin apparaît pour la dernière fois « commis a la recette de la tresorerie d’Ast » en 1463. An (...)

6L’importance de l’office demande en effet que le délai entre nomination et prestation de serment soit le plus court possible, l’officier n’étant investi de sa charge qu’une fois le serment prêté17. Toutefois, la passation de pouvoirs semble s’être faite progressivement, Benoîtin étant toujours mentionné comme argentier en titre dans les premiers temps. Ainsi, en juillet 1455, « Benoitin Damien, argentier de mondit seigneur le duc, a payé par la main de Andrieu Damien, son filz, a ung mercier... »18. Cet exemple laisse penser que Benoîtin a chapeauté son fds dans l’apprentissage de sa nouvelle fonction. Ce n’est au demeurant qu’en janvier 1457 qu’Andrieu – qui pourtant a prêté serment depuis dix-huit mois – apparaît argentier en titre dans les sources19. Il semble donc que Benoîtin ait personnellement préparé son fds à lui succéder, Charles d’Orléans ne faisant qu’entériner par ses lettres un « arrangement de famille »20. De même, Andrieu succède à son père à la tête de la trésorerie d’Asti lorsque ce dernier disparaît des sources21, et son frère, Charles Damien, à son tour, le remplace comme trésorier d’Asti de juillet 1481 à juin 1494, date où son nom apparaît pour la dernière fois. Le patriarche décédé, c’est à son héritier principal que revient le soin de poursuivre l’œuvre entreprise depuis près d’un demi siècle. Ainsi, originaire d’Asti, la famille des Damien a-t-elle su profiter de la bienveillance ducale pour asseoir durablement son implantation locale.

  • 22 L’insertion dans un réseau de clientèle jouait un rôle comparable à « l’appartenance à une chapell (...)
  • 23 BL, Add. Ch. 265.
  • 24 Il est désigné par Charles en mai 1421 comme « serviteur de nostre tres chier et tres amé frere, J (...)
  • 25 ADL, 6J9 : 39.
  • 26 « Toujours sur les chemins, arrêté à Londres, détroussé en Champagne, emprisonné un peu partout, e (...)
  • 27 « Une ascension professionnelle et sociale est une longue affaire, d’autant plus longue qu’on part (...)

7À défaut d’avoir des parents dans la place susceptibles d’œuvrer en faveur de la promotion des membres de leur famille, certains clients utilisaient leur patron comme relais pour atteindre le prince et entrer dans son Hôtel22. C’est ainsi que Jean de Moucy, à l’origine serviteur de Guillaume Le Bouteiller fils*23, intègre d’abord l’entourage de Jean d’Angoulême24, puis celui de Charles d’Orléans : le 29 janvier 1442, il est qualifié de valet de chambre ducal25. Il faut avouer que, dans son cas, les nombreux voyages qu’il effectua entre la France et l’Angleterre durant la captivité de Charles durent jouer un rôle essentiel26. Une fois entré dans l’Hôtel, il fallait encore trouver le réseau influent pour avoir l’oreille du prince et ainsi espérer gravir les échelons en son sein. Bref, une longue marche attendait les individus que ni leur naissance, ni leurs relations ne prédisposaient aux plus hautes fonctions27.

  • 28 Chris Given-Wilson apporte une réponse nuancée à cette question : As with any institution of size, (...)
  • 29 Laquelle pension est portée à 300 livres tournois par an en avril 1413 « pour ce que ycellui Raoul (...)
  • 30 Tels Jacques de Moulins, Jean Boudet ou Louis Ruzé.
  • 31 On peut citer l’exemple de Jean sans Peur qui, devenu duc, licencia 180 serviteurs de son défunt p (...)

8Heureusement, d’autres facteurs contribuaient à l’ascension. La fidélité à la Maison d’Orléans faisait incontestablement partie du nombre. L’avancement pouvait se faire du vivant du duc, après un long état de service – la notion “d’avancement à l’ancienneté” existait-elle déjà ?28 –, ou bien à l’occasion de l’arrivée au pouvoir du successeur du prince défunt. Écuyer, panetier puis premier panetier de Louis Ier, Jean de Coutes dit Minguet* fut retenu comme chambellan par Charles qui, par cette promotion, entendait récompenser la loyauté sans faille d’un serviteur dévoué à sa cause, et ce malgré les difficultés que connut la Maison d’Orléans après le meurtre de Louis Ier. Davantage que l’arrivée d’hommes nouveaux, les premières années du principat de Charles furent ainsi marquées par la montée en grade de serviteurs de son père qui avaient déjà fait leurs preuves, comme dans le cas de Minguet, ou par la reconduction de serviteurs de haut rang, tel Raoul de Saint-Rémy* qui perçoit désormais une pension de 250 livres tournois par an en sus de ses gages de capitaine de Châteaurenard29. Dans les deux cas, il s’agit d’un renouvellement de confiance à des hommes que le duc espérait garder à ses côtés. Tout autre est la situation en 1483, lorsque Louis II évince sa mère du pouvoir pour désormais l’exercer. Certes, il garde auprès de lui des hommes rompus aux affaires, et notamment les officiers de finances30, mais il renouvelle en grande partie l’Hôtel laissé par Marie de Clèves en y plaçant des hommes à lui, à la fois pour des raisons d’effectifs – Louis II avait déjà son propre Hôtel et ne pouvait pas garder des serviteurs qui auraient fait double emploi avec les siens31 –, mais également pour des raisons plus personnelles : il ne devait pas tenir à se retrouver entouré d’hommes ayant été à la solde de sa mère. En résumé, la mort du prince pouvait, sinon stopper, du moins ralentir une carrière qu’il fallait parfois recommencer ailleurs, comme elle pouvait être à l’origine de son essor.

  • 32 Le 15 juillet 1455, il remplace Antoine de Cugnac au poste de capitaine de Pierrefonds [R. de Maul (...)
  • 33 Jean Prunelé commença sa carrière au service du comte de Blois qui lui conservera toujours sa conf (...)
  • 34 Voir la partie consacrée aux qualités attendues des officiers dans la thèse d’Olivier Mattéoni [Se (...)
  • 35 Il rend ainsi quittance en juin 1435 de 45 l.t. en remboursement de « cinq saufconduiz du roy d’An (...)
  • 36 « Il paraît évident que si les Bournonville ont pu capter la bienveillance de grands seigneurs et (...)

9Le service d’un autre membre de la famille ducale facilitait également l’entrée et l’avancement dans l’Hôtel du duc. Charles avait pu apprécier les mérites de Philippe de Boulainvilliers* au service de son fils adoptif, Pierre de Beaujeu, avant de le retenir à son service, d’abord comme capitaine de place32, puis en tant que chambellan. On peut raisonnablement penser que l’Hôtel de Beaujeu servit de tremplin à l’officier pour entrer dans celui d’Orléans. Ce sont ces mêmes mérites, cette compétence éprouvée qui incitèrent Louis Ier à retenir à son service Bertrand Guasch*, chambellan de son beau-père Jean-Galéas Visconti, ou Jean Prunelé*, gouverneur du comté de Blois pour le compte de Guy de Châtillon33. De fait, l’étude des qualités exigées des officiers locaux opérée par Olivier Mattéoni révèle la place prépondérante de trois d’entre elles : sens, diligence et loyauté34. L’importance accordée à ces dernières semble avoir guidé les ducs d’Orléans dans leur “choix d’embauche”. J’ajouterai que le fait de se rendre indispensable prédispose le prince à s’attacher tel ou tel officier. On l’a vu dans le cas de Jean de Moucy. L’exemple de Jean de Saveuses* est en bien des points comparable. D’abord écuyer d’écurie ducal, il fut promu chambellan dès 1437. Ses dispositions à avancer de l’argent et sa capacité à obtenir des saufconduits lors de la captivité de Charles35 en faisaient un appui précieux que le duc avait tout intérêt à maintenir dans son entourage. De même, la valeur guerrière de l’individu pouvait jouer en sa faveur pour une promotion au sein de l’Hôtel. Toute chose que décrit Bertrand Schnerb dans le cas des Bournonville, versant bourguignon36, et dont l’exemple ne manque pas au temps de la guerre civile du côté des d’Orléans.

10En somme, les facteurs de l’ascension sociale sont divers et multiples. Reste qu’il faut parvenir à surmonter les obstacles, tels que les rivalités entre courtisans pour accaparer la faveur du prince ou les embûches semées pour bloquer l’ascension d’individus issus de groupes différents et inférieurs.

À quelles fins ? Accroître son état

  • 37 It was more common, however, for men to be brought into the household at all levels when vacancies (...)
  • 38 « Pour beaucoup d’hommes de ce temps, accéder à un office ne constituait qu’une étape dans leur vi (...)

11S’élever dans la hiérarchie de l’Hôtel. — Une fois entré dans l’Hôtel, l’individu cherche à se créer une situation sociale en s’élevant dans la hiérarchie de l’institution. Cette logique ne s’applique cependant pas à tous, certains étant promus d’emblée aux plus hautes charges37, tandis que d’autres n’avaient que peu de chances de quitter les emplois subalternes – par manque d’appuis ? parce que là n’était pas leur intérêt premier38 ? S’il est impossible d’établir un parcours type, on peut cependant distinguer certains offices paliers dans le cadre d’une carrière et présenter quelques exemples d’itinéraires personnels.

  • 39 Voir supra le chapitre V.
  • 40 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 300 et suiv.
  • 41 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 248.
  • 42 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 1129.
  • 43 Ibid., p. 1085.
  • 44 Je tiens à préciser que les offices remplis avant ceux d’échanson ou de panetier n’ont pas été rep (...)

12J’ai déjà eu l’occasion de montrer en quoi l’office d’écuyer d’écurie représentait un office tremplin39. Les charges de panetier ou d’échanson n’avaient d’abord pas paru déterminantes dans le cadre d’une carrière. Pourtant, à en croire Monique Sommé40 et, avant elle, Françoise Piponnier, ces charges constituent une « première étape d’une carrière de cour »41. Cela se vérifie pour deux auteurs connus, Perceval de Cagny et Olivier de La Marche. Le premier entre à la Maison des ducs d’Alençon en 1390 : « Il débuta par l’office de panetier, devint écuyer d’écurie puis maître d’Hôtel »42. Quant au second, il fut successivement page, écuyer panetier, écuyer tranchant et enfin maître d’Hôtel de la Maison de Bourgogne43. Une semblable progression s’observe-t-elle au sein de l’Hôtel des ducs d’Orléans ? Autrement dit, ces charges sont-elles plus porteuses que d’autres ? Afin de répondre à cette question, j’ai isolé les fonctions de panetier et d’échanson remplies pour les ducs d’Orléans au cours de la période considérée, et reporté dans le tableau ci-après les évolutions constatées dans les itinéraires personnels à partir du moment où l’une ou l’autre de ces charges est attestée. En outre, un tel tableau permet de suivre le parcours de certains serviteurs dans l’Hôtel44.

Tableau 19. Le changement de condition dans l’Hôtel des détenteurs des offices de panetier ou d’échanson

Tableau 19. Le changement de condition dans l’Hôtel des détenteurs des offices de panetier ou d’échanson

Tableau 19. Le Changement de condition… (suite)

Tableau 19. Le Changement de condition… (suite)
  • 45 Ce chiffre ne tient pas compte des identifications incertaines signalées dans la BdD par un point (...)
  • 46 Des 37 lignes que comprend ce tableau, il convient d’en retrancher deux afin d’éviter les doublons (...)
  • 47 Les autres se répartissent de la façon suivante : 9 % d’écuyers tranchants, 3 % d’écuyers, 3 % de (...)
  • 48 Monique Sommé les place parmi les charges les plus importantes de l’Hôtel [Isabelle de Portugal... (...)

13J’ai recensé 172 officiers qualifiés au moins une fois de panetier ou d’échanson des ducs d’Orléans45. Parmi eux, près de 80 % restent tels – ce qui n’incite guère à voir les charges de panetier et d’échanson comme des offices d’avenir – tandis que seuls 20 % progressent dans l’Hôtel. Il s’agit des 35 serviteurs figurant dans le tableau 1946. Un premier et rapide examen peut laisser croire que les offices étudiés sont effectivement, pour certains individus, des offices paliers leur permettant d’atteindre les plus hautes sphères de l’Hôtel : près de la moitié deviennent chambellans, 17 % acquièrent la qualité d’écuyer d’écurie, et 14 % sont appelés à devenir maître d’Hôtel47. Un examen plus approfondi portant sur le nom des détenteurs des charges étudiées amène à relativiser cette impression première. En effet, les individus cités sont, dans leur grande majorité, ou bien issus de familles déjà bien implantées dans l’Hôtel (les Braquemont, Fontaines, Garencières, etc.), ou bien appartiennent à des familles de renom comme celle des Coucy. Certes, on dénombre des personnages sortis de rien comme Pierre Paviot ou François Faret, mais ces cas sont plus rares et conduisent peu souvent à l’office suprême de chambellan. Davantage que l’office, il semblerait donc, une fois encore, que ce soit son détenteur qui en fasse une charge prometteuse. Je relativiserai donc les assertions de Françoise Piponnier et de Monique Sommé qui font des charges de panetier et d’échanson des offices de première importance promettant à leurs détenteurs l’entrée dans les plus hautes sphères de l’Hôtel48. Il s’agit dans les deux cas d’offices d’attente plutôt que d’offices tremplins. Cependant, il est intéressant de constater que ce sont ces offices et non d’autres que le duc confie pour un temps à des hommes qu’il entend élever dans l’Hôtel. Un tel choix ne devait pas être anodin et mérite d’être souligné.

  • 49 « Les serviteurs de l’Hôtel occupent souvent en parallèle des postes locaux » [propos tenus par Ho (...)
  • 50 « L’appartenance à l’Hôtel – donc la familiarité avec le prince – facilitait l’obtention des offic (...)
  • 51 Ce cumul de deux salaires – voire plus, un même officier pouvant se voir attribuer plusieurs offic (...)
  • 52 « Placé non loin des frontières anglaises, il [l’Angoumois] avait une importance militaire de prem (...)
  • 53 Se succèdent à la capitainerie des villes et châteaux de Chambord, Guillaume Prunelé* (1411/12/10- (...)
  • 54 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans... et J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge...

14Obtenir une charge locale relevant du duc. — En dehors de l’Hôtel, le serviteur pouvait espérer obtenir une charge locale dépendant du duc. Pratique courante semble-t-il, que l’on retrouve aussi bien dans le cas du duché de Bourgogne49 que dans celui de la principauté bourbonnaise50. Cela répondait à deux objectifs principaux : placer des hommes de confiance au sein de l’administration locale afin de mieux la contrôler ; arrondir le salaire des officiers de l’Hôtel par un autre salaire51. Ce sont ainsi 198 serviteurs qui ont occupé une charge en dehors de l’Hôtel, soit 11,6 % de ses membres. Les postes les plus importants de par leur situation – lieux stratégiques ou résidences ducales – étaient confiés aux individus les plus fiables. Ainsi, lors de la guerre contre les Anglais, les régions frontalières des zones occupées ou des provinces menacées de l’être revenaient-elles à des individus expérimentés. À titre d’exemple, je citerai le cas de la sénéchaussée d’Angoulême52 dont le gouvernement fut successivement confié par le duc à Guillaume Le Bouteiller* puis à Guillaume Bataille*. De même en était-il des places menacées par le danger bourguignon. Après le meurtre de Louis Ier, son épouse, Valentine Visconti, se retire avec ses enfants à Blois qu’elle entreprend de fortifier, craignant une attaque bourguignonne. De ce moment, Blois devient le principal point d’ancrage des d’Orléans, et ce pendant une grande partie du xve siècle. La charge de gouverner la ville et son château, tout à la fois symboles et lieux de pouvoir, ne pouvait revenir qu’à des hommes de confiance : Archambaud de Villars*, Raoul de Gaucourt*, Jehan de Saveuses*, Guyot Pot* se succèdent ainsi à la tête de la capitale blésoise. Les places environnantes, véritable ceinture de sécurité de la ville, sont pareillement confiées à des hommes auxquels le duc pouvait se fier53. Le même phénomène se retrouve pour le duché d’Orléans comme ont pu le constater Lisa Richard ou Jean Thibault54. Aussi, plutôt que de me lancer dans une fastidieuse énumération des détenteurs des principales places fortes dépendant des ducs d’Orléans, il m’a semblé plus intéressant de réfléchir aux deux points suivants : d’une part, le rapport entre l'office occupé au sein de l’Hôtel et celui attribué par le duc en dehors ; d’autre part, le problème de la non-résidence.

  • 55 Voir tableau 6.
  • 56 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 692.
  • 57 BL, Add. Ch. 3475.

15S’agissant des charges occupées au sein et hors de l’Hôtel, il convient de préciser qu’elles ne sont pas exclusives les unes des autres. L’obtention d’un office local n’est pas réservée aux seuls membres de l’Hôtel, l’inverse se vérifie également : ce n’est pas parce qu’un individu est rattaché à l’Hôtel ducal qu’il obtient forcément du prince une charge en dehors ; de même, il est possible de détenir un office hors de l’Hôtel avant d’y figurer. Ainsi en est-il de Guillaume Maigret, maître enquêteur des eaux et forêts des comtés de Valois et de Beaumont dès 1396, et que l’on ne voit apparaître au sein de l’Hôtel comme maître de la Chambre aux deniers qu’à partir de 140755. Il aura fallu plus de dix ans pour que Guillaume soit rattaché à l’Hôtel. Jusque-là, seule sa charge locale le liait au duc. Il est à noter cependant qu’un tel écart entre la nomination à un office local et le rattachement de son détenteur à l’Hôtel est peu fréquent. Le plus souvent, le duc laissait passer le moins de temps possible entre les deux nominations. Citons le cas de Jean d’Escroz* qui est d’abord nommé en novembre 1415 au poste de « garde et capitaine de nostre chastel de Chasteau-Regnault que nagaires souloit tenir feu Ector de Pontbriant, vacquant a present par la mort et trespas d’icelui si comme on dit »56, avant d’apparaître pour la première fois comme chambellan ducal en juin 141657. Un autre exemple, plus tardif et moins circonstancié, illustrera peut-être mieux l’assertion précédemment avancée. François de Villebresme est ainsi receveur du duché d’Orléans en mai 1483. On le retrouve comme serviteur de Louis II seulement cinq mois plus tard. Certes, les pertes documentaires peuvent expliquer de tels décalages, mais il n’en demeure pas moins que le souci ducal de rattacher ses officiers aux deux administrations, locale et centrale, prouve leur extrême imbrication. Cette précision fournie, je m’attacherai principalement au rapport entre l’office occupé au sein de l’Hôtel et l’office attribué en dehors.

16La distribution des charges s’effectuait en fonction de l’importance de l’office occupé dans l’Hôtel. C’est ainsi que les plus hautes charges, telles que celles de gouverneur ou de maître des eaux et forêts, revenaient aux officiers supérieurs de l’Hôtel comme les chambellans ou les maîtres d’Hôtel. On relève cependant un certain nombre d’exceptions. Parmi divers exemples possibles, voici le cas de Louis de Villars. Écuyer tranchant de Charles, il est ordonné par le duc le 2 mai 1416 :

  • 58 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 694.

« Garde et cappitaine de nostre chastel de Chambort ou lieu de feu messire Guillaume Prunellé, chevalier, a son vivant nostre chambellan, vacant a present par sa mort si comme on dit »58.

17Cette nomination, qui remplace un chambellan par un écuyer tranchant, pourrait a priori surprendre. Elle appelle trois remarques. D’abord, Louis de Villars n’étant autre que le fils d’un des principaux serviteurs ducaux, le poids de la parenté est une fois de plus attesté. Ensuite, et cet exemple tend une nouvelle fois à le prouver, l’office d’écuyer tranchant est plus important qu’on pourrait le penser de prime abord. Enfin, cette désignation s’inscrit dans un contexte particulier : les conséquences de la défaite d’Azincourt. Guillaume Prunelé* est l’un de ces milliers de combattants tués le 25 octobre 1415 qu’il fallut remplacer rapidement. L’urgence de la situation explique pour une bonne part un cas, sinon exceptionnel, du moins peu commun. Quand le cas se produisait, le duc ajustait généralement office local et office dans l’Hôtel par la promotion du serviteur à ses côtés.

18L’octroi d’une charge locale posait le problème, cruellement ressenti par les contemporains, de la non-résidence, et les ordonnances de réforme y font constamment référence. Il semble en effet que tous les officiers locaux – de l’arpenteur au gouverneur, en passant par le garde des étangs – aient accordé la primauté au service dans l’Hôtel, la charge locale étant considérée comme secondaire. Dès lors, afin de rester aux côtés du prince, les serviteurs détenteurs d’un office hors de l’Hôtel déléguaient à des lieutenants le soin de résider sur place et de s’occuper des affaires courantes. C’est ainsi qu’en mars 1396 :

  • 59 BNF, nouv. acq. fr. 9190 : 51.

« Philippe Viole, lieutenant de noble homme monseigneur Philippe de Florigni, chevalier, chambellan du roy nostre seigneur et premier de monseigneur le duc d’Orleans, souverain maistre et enquesteur des eaues et forez dudit seigneur ou duchié d’Orleans, au receveur dudit duchié ou a son lieutenant, salut. Savoir vous faisons que nous avons vendu... »59.

  • 60 Doit-on lire Marvillier ?

19Le soin de nommer son second revenait à l’officier en titre comme le montre cet acte de Jean de Coutes*, capitaine des ville et château de Châteaudun, dans lequel il désigne Pierre de Marnillier60 :

  • 61 BNF, PO 1878 :3.

« Pour garder, exercer et gouverner ledit office de cappitainerie [...] aux gaiges de dix livres tournois par chacun an aux termes que je prens mes gaiges dudit office et que il m’a esté ordonné par mondit seigneur le duc, et estre rabatuz [...] sur mes diz gaiges que je prens par chacun an a cause de mondit office »61.

  • 62 Un document daté du 30 juin 1404 nous apprend en effet que Jean de Coutes* « a cinquante livres to (...)

20De plus, il rémunérait son adjoint sur ses propres gages, prélevant une partie de la somme qu’il recevait pour la remettre à celui qui exerçait l’office en son nom. Dans le cas présent, Jean de Coutes* donne à l’officier qui tient sa place un cinquième de ce qu’il perçoit pour cette dernière – conservant au passage les quatre cinquièmes62 ! D’après ce que j’ai pu en juger, ce rapport est assez courant et donne une bonne idée de ce qui revenait au lieutenant et de ce que l’officier en titre conservait.

  • 63 E. Jarry, La Vie politique..., p. 32.
  • 64 Le duché de Luxembourg faisait partie de ces terres acquises par Louis Ier – moyennant la somme de (...)
  • 65 Parce que sa présence aux côtés de Louis Ier s’avérait de plus en plus nécessaire, la tension ne c (...)

21Le problème de la non-résidence ne se posait cependant pas pour tous. En effet, certains postes – en raison de leur éloignement des terres où résidait le duc ou d’une grande importance stratégique – demandaient que l’officier en titre, véritable incarnation d’un duc rarement présent, exerçât en personne les fonctions relevant de sa charge. C’est le cas du gouvernement d’Asti ou de celui de Luxembourg. En épousant Valentine Visconti, Louis Ier d’Orléans était devenu détenteur du comté d’Asti, avant-poste français en péninsule italienne. Peu de temps après la signature du contrat de mariage, il prenait possession de la place et instituait François de Chassenage* son gouverneur. Ce dernier « avait la mission spéciale de recevoir les serments, de nommer les capitaines, châtelains, gardes, juges, sergents, receveurs et officiers de toute sorte, et de fixer leurs gages »63, toutes choses qui rendaient indispensable une présence permanente. De même en était-il de la lieutenance générale du duché de Luxembourg qu’occupa d’abord Guillaume de Braquemont*, représentant de Louis Ier, nouveau mainbour du duché64. Bien que maréchal de guerre ducal, Guillaume ne participe pas à l’expédition de 1403 en Lombardie, son poste de lieutenant ne pouvant souffrir une quelconque absence. Les montres reçues à Erlon en décembre 1403 pour assurer la garde du Luxembourg sont bien la preuve qu’il reste en place durant l’expédition. Louis parti avec le plus gros de ses troupes, il ne s’agissait pas en effet de dégarnir un front qui aurait pu être l’objet d’attaques bourguignonnes. Au début de l’année 1407, Guillaume est démis de sa fonction de gouverneur65 et remplacé par Mansart Du Bos* jusqu’à la mort de Louis (le duché fut ensuite perdu par les d’Orléans). Aussi bien pour le comté d’Asti que pour le duché de Luxembourg, le duc avait choisi des serviteurs de tout premier ordre pour exercer en personne les charges locales qui leur avaient été confiées.

22Il est un autre cas où le problème de la non-résidence ne se posait pas : lors de circonstances exceptionnelles. Ainsi, quand la situation l’exigeait – comme pendant la guerre civile ou les attaques anglaises –, l’officier était en personne sur le terrain afin d’assurer la mise en défense de la place dont il avait été investi. En tant que maréchal de guerre, Pierre de Mornay dit Gauluet* aurait dû recevoir les montres et revues des gens d’armes mobilisés par le duc dans le cadre de la guerre civile. Charles en juge autrement et préfère déléguer cette tâche à Jacques de Montenay* :

  • 66 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 101. L’acte est daté du 19 août 1413.

« [...] en l’absence de nostre amé et feal conseiller, chambellan et mareschal, le sire de Gaules, lequel nous avons fait demourer en nostre ville d’Orleans »66.

  • 67 Il remplace à ce poste Jean Prunelé*, nommé gouverneur de Charles [E. Jarry, La Vie politique..., (...)

23Les événements requièrent la présence dans la capitale ducale de son gouverneur en titre depuis octobre 1404, Pierre de Momay*67. De même, avec la captivité de Charles, le problème du choix entre le service du prince dans l’Hôtel ou à l’extérieur ne se pose plus : sans service domestique à effectuer, les serviteurs qui ne sont pas partis chercher fortune auprès d’un autre prince peuvent exercer leur office local en personne. On assiste ainsi à un repli sur leur circonscription d’élection des officiers ducaux dont la présence est plus que jamais ressentie comme essentielle au regard des événements.

  • 68 C’est le cas de Philippe le Bon qui, à la différence de ses père et grand-père, ne dépendait pas f (...)
  • 69 J’ai vainement cherché à déterminer le nombre d’officiers qui coupaient les ponts avec leur patron (...)
  • 70 Son cas mérite que l’on s’y arrête. Certes, il apparaît pour la dernière fois comme valet de chamb (...)

24Obtenir un office au service d’un autre prince. — Le service ducal ne laissait pas seulement espérer une charge extérieure et, par conséquent, des revenus supplémentaires (sans surcroît de travail puisque, le plus souvent, son bénéficiaire déléguait ses fonctions). Il pouvait également ouvrir sur le service du prince le plus recherché car le plus prestigieux du royaume : celui du roi. Non que ce dernier rémunérât mieux ses serviteurs que tous les autres princes – le roi était souvent désargenté et des princes comme ceux de Bourgogne parfois plus en fonds que lui68 –, mais c’était le roi, et l’accès à son service n’avait pas son égal. Tout individu cherchait donc à entrer dans sa Maison. En aidant un des membres de son entourage à accéder au roi, le duc risquait de le voir se détacher de son service et de le perdre69. Ainsi de Jean de La Cloche70 ou de Pierre de La Vieuville* qui, sitôt après être entrés au service de Charles VI, disparaissent de celui de Louis Ier d’Orléans. La coïncidence est trop manifeste pour être fortuite. La rupture était parfois moins nette comme dans le cas d’Hervé de Mauny père* qui cumule service ducal et service royal avant de donner la préférence à ce dernier.

  • 71 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté... : voir notamment le chapitre II consacré à « L’influence de (...)
  • 72 Ses notices biographiques lui permettent d’affirmer que « le duc d’Orléans a pu placer ses protégé (...)
  • 73 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 3.
  • 74 M. H. Keen, « Gadifer de La Salle... », p. 77-78.
  • 75 Échanson puis chambellan de Louis Ier, Guillaume de La Champagne* apparaît pour la première fois c (...)
  • 76 A. Demurger, « Guerre civile... », p. 159.
  • 77 Jean Davy, bailli de Gisors, puis de Chartres, et enfin de Rouen [ibid., p. 248-249].
  • 78 J’ai ainsi pu constater que, parmi les seuls chambellans, on dénombrait plusieurs capitaines de pl (...)
  • 79 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 159 et suiv. Comme pour les baillis et sénéchaux, l’auteur co (...)
  • 80 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 188.
  • 81 S’appuyant entre autres sur l’étude d’Alain Demurger, Colette Beaune estime que les baillis et sén (...)
  • 82 À en croire Peter Lewis, les choses changent au cours du siècle et la résidence, jusqu’alors consi (...)

25Le risque de perdre un homme était donc indéniable. Toutefois, ceux qui restaient fidèles à leur patron premier – il était fréquent de voir un même individu cumuler les deux services – pouvaient, quand ils ne faisaient pas passer les intérêts royaux avant les intérêts ducaux, servir la cause des d’Orléans. Obtenir pour un de ses serviteurs un poste dans les rouages de l’administration royale était alors un véritable placement, aussi bien sur le plan financier que stratégique : d’une part, c’était un moyen de le récompenser sans dépense ; d’autre part, cela permettait de peupler l’administration royale de ses clients et ainsi, d’avoir la haute main sur les finances et les décisions royales. On le voit nettement durant le principat de Louis Ier d’Orléans. Celui-ci use de la forte influence qu’il exerçait alors sur le roi, son frère, pour placer le plus grand nombre de ses fidèles ou bien auprès de ce dernier, dans son Hôtel ou son conseil, ou alors à la tête de régions qui autrement auraient échappé à son contrôle. Michael Nordberg, pour l’administration centrale71, et Alain Demurger, pour l’administration locale72, ont établi « l’influence des ducs [d’Orléans et de Bourgogne] sur l’administration par le truchement de leurs partisans placés aux postes-clé de celle-ci »73. Parmi divers exemples possibles confortant leur analyse, je citerai ceux de Gadifer de La Salle* et de Guillaume de La Champagne*. Le premier, en relation avec le duc d’Orléans dès 1390, lui doit ses nominations aux postes de chambellan du roi et de sénéchal de Bigorre74. De même pour le second qui commence sa carrière auprès de Louis, puis entre au service de Charles VI comme chambellan et capitaine-châtelain tout en restant attaché au duc75. Inutile de s’appesantir davantage sur un sujet déjà bien étudié, si ce n’est pour en nuancer un aspect. Le contrôle d’une région ne passait pas uniquement par les baillis et les sénéchaux comme le laisse entendre Alain Demurger. Ainsi de la Normandie qu’il range parmi les « secteurs entiers »76 échappant au duc parce que Louis d’Orléans n’avait réussi à placer qu’un seul de ses hommes à la tête d’un bailliage normand77. En fait, à défaut d’occuper les postes de baillis de la région, Louis était parvenu à la quadriller par le biais des capitaineries78. Or le capitaine-châtelain était « le premier des officiers de la châtellenie »79 et son action était plus réelle que celle du bailli ou du sénéchal qui, sur le plan local, « n’était plus qu’une grande et inutile figure »80, une de ces charges honorifiques qui rapportaient plus qu’elles n’occupaient81. Le prince gardait le plus souvent à ses côtés le serviteur ainsi distingué ; quant à ce dernier, il percevait un nouveau salaire pour une charge, à laquelle il tenait – en attestent les nombreux procès portés devant le Parlement lorsqu’il s’en trouvait privé, du fait de la guerre civile par exemple –, mais qui lui laissait toute liberté pour rester près du pouvoir82. Selon les périodes, la place de ce dernier changeait, aussi le serviteur se trouvait-il souvent amené à faire des choix.

Des choix à faire

L’individu calcule

  • 83 M. Douglas, Ainsi pensent..., p. 9 : « Cette théorie est la base de toute l’analyse économique et (...)
  • 84 M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 142. Ses propos ne sont pas sans faire penser au modèl (...)

26Fidèle aux enseignements durkheimiens, l’anthropologue Mary Douglas rejette la théorie du choix rationnel individuel selon laquelle « l’individu calcule ce qui est le plus dans son intérêt et règle sa conduite en conséquence »83. À l’autre extrême, l’historienne Mireille Vincent-Cassy minimise, non pas le rôle des individus, au contraire, mais celui du groupe auquel ils appartiennent : « Chacun ne s’y trouve [à la cour] qu’à titre individuel et attend du prince un avantage qui lui permettra de progresser personnellement [...], le but de chacun n’étant pas de changer le système, mais d’obtenir une ascension individuelle »84. Entre négation de tout libre arbitre, dévalorisation du rôle de l’individu au profit d’une instance supérieure (la société ou, comme dans le cas présent, une micro-société tel l’Hôtel – mais l’Hôtel est-il vraiment une société en miniature ?), et individualisme exacerbé, n’existe-t-il pas une position médiane qui combinerait la recherche de sa propre satisfaction et celle du groupe auquel on appartient ?

  • 85 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 207.

27L’analyse de Peter Lewis me semble très bien prendre en compte la possible imbrication de la solidarité et de l’individualisme. L’auteur constate d’abord que la stabilité des offices est remarquable au xve siècle. Il l’explique ensuite par le désir qu’ont les individus de s’enrichir, de faire une carrière, de fonder un patrimoine, d’assurer les carrières de leurs parents et amis85. Ambition personnelle et recherche de promotion du groupe (pris au sens de famille) se trouvent ainsi intimement liés, tout du moins au service de l’État. Il y aurait bien altruisme comme l’entend Mary Douglas, mais en faveur des siens. Cela explique, aux yeux de l’individu, le caractère plus ou moins attractif de l’Hôtel des d’Orléans et les fidélités fluctuantes qui en découlent.

Des fidélités fluctuantes

28Plusieurs facteurs conditionnent les choix des serviteurs : des facteurs indépendants de leur volonté tels que la conjoncture ou la place occupée par les ducs d’Orléans dans l’ordre de la succession au trône ; d’autres, au contraire, où leur volonté est au cœur de toute décision lorsqu’ils sont en quête d’un résultat bien précis.

  • 86 Voir notamment le chapitre II.

29J’étudierai d’abord les premiers, sans chercher à retracer l’histoire d’un large xve siècle, mais en repérant les grandes césures politiques en fonction de leur impact sur les d’Orléans et de leur influence sur les destins individuels de leurs serviteurs, césures pouvant expliquer que leur Hôtel ait été plus recherché à certains moments qu’à d’autres. De nombreux points comme la captivité de Charles ayant déjà été abordés86, je ne les développerai pas à nouveau, me contentant de les évoquer quand ils servent ici mon propos.

  • 87 La première crise de folie de Charles VI posa l’épineux problème de savoir qui assurerait le pouvo (...)
  • 88 « En ce qui concerne les revenus de Philippe [le Hardi] qui provenaient du roi, aides, pensions et (...)

30J’ai pu démontrer que les carrières s’ordonnaient autour de deux composantes majeures, parfois concomitantes, parfois successives : le service du roi et le service du duc. Or, plusieurs éléments se combinent durant le principat de Louis Ier pour faire de son Hôtel un lieu presque aussi attractif que celui du roi : de retour au pouvoir, les Marmousets aident le jeune prince à occuper le devant de la scène politique, place qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort ; la maladie de son frère et le bas âge de ses neveux qui meurent les uns après les autres le vouent à devenir, en cas de décès du roi, le régent du royaume, voire à prendre sa place à la tête du pays87. En attendant, il profite des “absences” répétées de son frère pour placer ses hommes aux postes de commandes, pour mettre la main sur les finances de l’État, et ainsi, mener un train de vie quasi royal, dispensant largement son argent, toutes choses qui attirent nombre d’individus désireux de s’assurer un poste bien rémunéré, et qui deviennent vite insupportables à ses parents bourguignons, lesquels parviennent de moins en moins à bénéficier des largesses royales88. Le dénouement est connu : Jean sans Peur fait assassiner Louis Ier lors de la nuit de la Saint-Clément 1407. Dès lors, les malheurs s’accumulent et l’Hôtel d’Orléans perd brusquement son caractère attractif, et cela pendant de nombreuses années.

  • 89 B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 182.
  • 90 Cette mainmise progressive sur l’appareil d’État apparaît clairement dans l’article d’Alain Demurg (...)
  • 91 Bien que déjà évoqué par Alain Demurger [« Guerre civile... », p. 168], il m’a paru intéressant de (...)

31Le meurtre de Louis Ier annonce donc le déclin de la Maison d’Orléans. Valentine Visconti se retranche à Blois tandis que Jean sans Peur s’empare de Paris : « Il chassait les serviteurs du roi dont il avait à se plaindre et donnait leurs offices “a ceulx qui lui plaisoit” »89. Deux vagues successives d’épuration touchent alors les officiers soupçonnés d’être à la solde du duc d’Orléans ou de ses alliés90. La première (1408-1410) frappe les hommes placés par Louis Ier au sein des organes centraux du gouvernement comme l’Hôtel ou le conseil du roi. C’est ainsi que de nombreux chambellans de Charles VI, tels que Guillaume de Laire* ou Pierre de Mornay*, disparaissent de son Hôtel et sont remplacés par des créatures bourguignonnes. Lors de la seconde vague (1411-1413), Jean sans Peur s’en prend cette fois aux agents locaux du pouvoir. Les baillis et sénéchaux d’obédience armagnacque sont déboutés de leur charge, et de nombreux procès – rapportés par le greffier Nicolas de Baye – opposent devant le Parlement nouveaux promus et anciens détenteurs de la charge qui n’acceptent pas de s’en voir arbitrairement privés. De ce point de vue, l’exemple de Raoul de Laire* est significatif91.

  • 92 Guillaume apparaît pour la dernière fois comme chambellan du roi en 1408 et, en janvier 1410, « il (...)

32Frère de Guillaume de Laire*, également victime de l’opération d’épuration menée par Jean sans Peur92, Raoul de Laire* fit appel devant le Parlement pour conserver sa sénéchaussée du Limousin. Son rival, Guy d’Autré, a l’appui du duc de Bourgogne. Ce dernier obtient du roi qu’il se prononce en faveur de son protégé le 10 janvier 1413 :

  • 93 Nicolas de Baye, Journal..., II, p. 99.

« Ce dit jour, le Borgne [de la Heuze] a dit à la Court de par le roy que pour certeinnes causes le roy welt que ledit d’Autré soit receu et face le serment acoustumé, et ne welt point que Loire y demeure. Appoinctié que ledit d’Autré sera receu, attenduz les mandemens du roy reiteratifs. Si a fait le serment acoustumé ledit d’Autré »93.

  • 94 Ibid., p. 98.

33Le caractère politique de cette décision est double : remplacer un partisan des princes armagnacs par un homme dévoué à Jean sans Peur, et donc se gagner un nouvel office local ; prendre position dans une région jusque-là contrôlée par les seuls partisans du duc d’Orléans (Berry et Armagnac en tête). Le Borgne de La Heuze dit d’ailleurs clairement que ce remplacement a été motivé « pour doubte que l’en a que messire Raoul de Loire ne se tourne contre le roy [comprenons le duc de Bourgogne] ou païs de Rouergue qui est dangereux de present »94.

  • 95 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 2, p. 194.

34Toujours dans cette logique d’écarter les Armagnacs du pouvoir, le duc de Bourgogne réussit à circonvenir Charles VI pour que ce dernier considère comme ses propres ennemis ceux du duc. En 1411, il obtient du roi que plusieurs mandements royaux soient pris à l’encontre des partisans d’Orléans déclarés « ses ennemis, rebelles et inobédiens a lui et a la couronne de France »95, sujets à prise de corps et de biens. Les partisans du duc pouvaient dès lors, s’ils ne se rangeaient pas du côté du roi, et donc de Jean sans Peur, être accusés de crime de lèse-majesté. La menace était grave et généra deux prises de positions opposées décrites par Enguerrand de Monstrelet :

  • 96 Ibid., p. 195.

« A l’occasion desquelz mandemens, quand ilz furent publiez comme dit est, y eut plusieurs seigneurs et autres vaillans gens de guerre qui se refroidèrent et targèrent d’aler ou service du duc d’Orléans et des seigneurs qui estaient avecques lui »96.

  • 97 Ibid., p. 196.

35Cette noble attitude valut à ceux qui l’adoptèrent le courroux royal – « en plusieurs et divers lieux furent prins et arrestez très grant nombre de ceulx qui tenoient la partie d’Orléans, dont aucuns furent exécutez, et les autres mis prisonniers et raençonnez comme ennemis du royaume »97 –, tandis que ceux qui firent passer leur intérêt personnel avant la fidélité au prince obtempérèrent à la semonce prononcée :

  • 98 Ibid., p. 195.

« Et au contraire, de doubte qu’ilz ne cheussent en l’indignacion du roy, se tirèrent devers lui ou devers ceulx qui tenoient son parti »98.

  • 99 RSD, Chronique, IV, livre XXXII, chap. XXXVII.

36C’est ainsi que Jean de Hangest*, grand-maître des arbalétriers de France, « qui avait aussi embrassé le parti dudit duc contre le roi, rentra de lui-même dans le devoir avec vingt autres chevaliers et écuyers, et vint implorer son pardon »99.

  • 100 D’autant que les tentatives menées par le duc pour jouer à nouveau un rôle dans le concert des Gra (...)
  • 101 N’ayant pu obtenir la régence du royaume en 1483, il s’allie à François II contre les Beaujeu, pui (...)
  • 102 B. Quilliet, Louis XII..., p. 158.

37Le désastre d’Azincourt et la captivité de Charles qui s’ensuit, portent un nouveau coup à l’Hôtel des ducs d’Orléans. Durant vingt-cinq ans, l’Hôtel, privé de son chef, vivote, et ce n’est pas le retour de Charles qui contribue à lui donner un nouvel élan. Certes, les besoins domestiques du duc nécessitent de nouveau la présence à ses côtés d’un certain nombre de serviteurs, mais son activité politique réduite n’incite guère un individu ambitieux à choisir l’Hôtel des d’Orléans comme tremplin d’une carrière100. De surcroît, à la différence de la période précédente, la France a un roi, Charles VII, en bonne santé, fort de ses derniers succès sur les Anglais, et un dauphin, le futur Louis XI, en pleine force de l’âge et qui ne demande qu’à gouverner. Contrairement à son père, Charles a donc peu de chances de se retrouver à la tête du royaume. L’Hôtel des ducs d’Orléans ne refait surface que durant les quinze années de pouvoir personnel de Louis II (1483-1498). Le duc renoue alors avec la politique incisive de son grand-père, cherchant par tous les moyens à jouer un rôle au sein de l’État101. Cousin germain de Charles VIII, il peut prétendre un jour monter sur le trône, prétention d’autant plus fondée qu’il est longtemps le premier prince de sang après le roi, Anne de Bretagne ne donnant un héritier au trône qu’en 1492. Or le dauphin meurt le 2 octobre 1496 avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans : dès ce moment, le duc d’Orléans redevient héritier présomptif de la couronne102. Autant d’éléments qui contribuent à replacer l’Hôtel des ducs d’Orléans aux premières loges de la scène politique et, par conséquent, à le rendre de nouveau attractif – d’autant qu’avec la mort des principaux princes de l’époque (Charles le Téméraire, René d’Anjou, etc.), beaucoup de nobles étaient à la recherche d’un patron prometteur.

  • 103 R. C. Famiglietti, The French Monarchy in Crisis..., II, p. 704.

38Ainsi, les événements ont souvent dicté à l’individu ses choix. Généralement, ils expliquent les ruptures de fidélité : les officiers subalternes doivent assurer leur subsistance et celle de leur famille ; quant aux officiers supérieurs, il leur faut pouvoir continuer à tenir leur rang. D’où les changements de Maison qui peuvent ou non s’accompagner d’un changement de cause. En passant au service de Jean de Berry après la mort de Louis Ier, ni Jean de Harpedenne*, ni Robert de Bonnay* ne trahissent la cause armagnacque puisque le duc de Berry est l’allié du duc d’Orléans. À l’inverse de Jean de Calleville* et de Jean de Roussay*, tous deux attestés au service de Jean sans Peur une fois la guerre civile entamée. Le cas de Jean de Roussay* mérite que l’on s’y arrête. Voilà un homme qui doit tout aux d’Orléans, un de ceux que l’on retrouve le plus fréquemment aux côtés de Louis Ier, et qui pourtant, de peur de voir sa carrière contrariée, n’hésite pas à entrer au service de leur ennemi avéré : le 23 août 1412, il figure parmi les chambellans du duc de Bourgogne103. Jean de Roussay* représente le type même de l’individu dont les intérêts personnels passent avant la fidélité à un prince qui n’est plus en mesure de l’aider à sauvegarder les avantages acquis.

  • 104 J. Huizinga, L’Automne du Moyen Âge, p. 24.
  • 105 « Les dépouilles de Guillaume Le Bouteiller furent partagées entre plusieurs partisans du roi angl (...)
  • 106 G. Dupont-Ferrier, « La captivité de Jean d’Orléans... », p. 66.
  • 107 BNF, ms.fr. 6210 :321.

39Sans nier l’importance des événements, on aurait tort de minimiser la liberté d’action de l’individu, sinon comment expliquer que, malgré leur connaissance vécue des difficultés des d’Orléans, certains aient fait passer leur fidélité au prince avant leurs ambitions personnelles ? Il est ainsi des cas où, malgré les nombreux déboires que connurent les d’Orléans, les serviteurs firent preuve d’une « fidélité à toute épreuve »104. C’est le cas de la famille des Le Bouteiller par exemple. J’ai déjà souligné le rôle important joué par Guillaume* auprès de Louis Ier. La mort de ce dernier ne le fait pas s’éloigner des d’Orléans, au contraire : il devient l’un des principaux soutiens de Charles et n’hésite pas à faire entrer ses deux fils au service d’une Maison pourtant en difficulté : l’aîné, Charles*, est attesté pour la première fois comme chambellan ducal en 1411 ; quant au cadet, Guillaume*, il figure parmi les six otages envoyés en Angleterre avec Jean d’Angoulême. La confiscation des biens de Guillaume père après sa mort en 1418105 n’ébranle pas la fidélité des Le Bouteiller à la cause armagnacque. Charles rejoint les troupes de Charles VII et trouve la mort à la bataille de Baugé. Son frère, Guillaume, retenu prisonnier jusqu’en 1440, « sut garder intacte jusqu’à sa mort la vieille fidélité de sa famille aux princes d’Orléans »106. On le retrouve ainsi en 1444 « conseiller et chambellan de monseigneur le duc d’Orleans et procureur general de monseigneur le conte d’Angolesme »107.

40J’ai développé ici le cas d’une famille qui sut rester fidèle à une Maison malgré une conjoncture défavorable. Il est également des cas où, quand bien même la conjoncture est favorable, l’individu choisit de quitter l’Hôtel des d’Orléans. Cela peut être parce que l’office occupé n’offre pas de possibilité d’avancement et que son objectif est de faire carrière à tout prix, le passage dans l’Hôtel des d’Orléans ne constituant qu’une étape. Il cherche alors à obtenir ailleurs un meilleur poste – tel Jean de La Cloche qui, de valet de chambre qu’il était chez Louis Ier, devient trésorier de Charles VI – ou à conserver le même, mais avec une plus forte rémunération. L’état des finances ducales explique ainsi beaucoup de ralliements et de défections. Faire acte de munificence ne permettait donc pas seulement au prince de se positionner par rapport aux princes de même rang. Cela lui permettait également de s’assurer un entourage fidèle, un entourage pour qui fidélité au prince et politique personnelle ne faisaient qu’un.

***

  • 108 B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 21.

41« Elle [la société médiévale] se voyait, elle ne pouvait pas s’imaginer autrement qu’organisée en une hiérarchie »108. Toute ascension en son sein n’était cependant pas exclue. L’Hôtel offrait ainsi à certains la possibilité de faire carrière, encore fallait-il qu’ils en aient le désir, que la fonction occupée offrît des possibilités d’avancement et qu’ils ne soient pas dépourvus d’une certaine envergure – l’influence politique exercée par un individu dépendait le plus souvent de ce qu’il arrivait à faire de son office. Mais faire carrière supposait bien souvent d’avoir à faire des choix, d’où le titre donné à ce chapitre : l’officier faisait-il passer avant tout ses intérêts, quitte à délaisser une Maison en difficulté à laquelle il devait pourtant en partie son ascension, ou bien demeurait-il fidèle à un prince, lequel incarnait bien souvent également une cause ? Au final, les choses étaient rarement aussi tranchées et les deux positions moins antinomiques qu’il n’y paraît.

Notes

1 Voir notamment F. Autrand, Charles VI... et B. Guenée, Un Meurtre, une société...

2 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 318-320 et « “Monseigneur veut que ses gens deviennent riches” : les parvenus à l’Hôtel du duc de Berry », p. 18-20.

3 Jean de Montaigu incarne pour Michel Pintoin le type même du favori victime des caprices de dame Fortune [RSD, Chronique, IV, livre XXX, chap. XIV] ; Thibaut Portier est « la bête noire de Froissait comme de l’auteur du Songe véritable » [F. Autrand, Jean de Berry..., p. 318] ; quant à Pierre dit Clignet de Brébant*, il subit entre autres les attaques du Religieux [RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XXVIII] et de l’auteur du Pastoralet [voir sa fiche biographique sur CD-Rom].

4 Bernard Guenée l’illustre parfaitement dans les chapitres « Images » et « Hiérarchies » de son ouvrage [Un Meurtre, une société..., p. 19-45].

5 L’expression est employée par Olivier de La Marche pour parler de l’ascension sociale : « Et communement le prince met varletz servans de ses paiges, et montent à estat d’escuiers pour la bouche ; et de là viennent à croissance d’estat selon leurs vertus et la maison dont ils sont » [« Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoigne, dit le Hardy », Mémoires, t. IV, p. 25-26].

6 Les historiens médiévistes s’accordent tous pour penser comme Peter Lewis « qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance de la mobilité sociale dans la France de la fin du Moyen Âge » [La France à la fin du Moyen Âge..., p. 271].

7 « L’Hôtel du prince offrait la perspective d’une véritable carrière dans laquelle la promotion n’était pas exclue » [F. Autrand, Jean de Berry..., p. 316] ; The royal household certainly could act as an agent of social mobility [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 57] ; « La cour du roi, comme celle des princes et des grands seigneurs, offre donc une possibilité de mobilité sociale » [M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 142], etc.

8 Dictionnaire historique..., A. Rey dir., vol. 1, p. 636-637.

9 Olivier Mattéoni préfère d’ailleurs l’expression “vie professionnelle” et se refuse à parler de “carrière ducale” pour certains officiers [Servir le prince..., p. 348-349].

10 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 181. Jean-Patrice Boudet montre bien comment l’influence d’Olivier Le Daim « apparaît donc fondée sur la confiance, la “croyance” du roi. Elle est d’autre part assurée par la “familiarité”, par “l’accès” du barbier auprès de la personne du roi, par la possibilité – comme on le dira au xviie siècle – “d’avoir son oreille”, d’être présent dans son intimité » [« Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 224].

11 Ainsi, toute personne qui se rendait à la cour des papes pour audience, confirmation d’élection ou poursuite d’un procès, se devait de présenter des cadeaux, non seulement au pape, mais également aux membres influents de la Curie, à ceux qui pourraient être des aides précieux pour faire passer une requête plus facilement : « Les dons [en argent, mais aussi en nature comme les viandes, les tissus ou les bijoux] étaient proportionnels au prestige que l’on possédait en Curie et à la capacité de pouvoir influencer le pape dans ses décisions » [A. Paravicini Bagliani, La Cour des papes..., p. 124].

12 R. Cazelles, La Société politique…, p. 389.

13 Voir les exemples de Jehannet de Saveuses* et de Lyonnel de Braquemont* évoqués supra dans le chapitre VI.

14 La plupart des renseignements qui suivent sont extraits des documents que contient la Pièce Originale 965 (Damien).

15 AN, KK 271, f° 1-2.

16 Ibid.

17 Sur les délais entre nomination et serment, voir par exemple O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 251-257.

18 BNF, PO 965 : 15.

19 BNF, PO 965 : 16.

20 Cf. F. Autrand, « Vénalité ou arrangements de famille... ».

21 Benoîtin apparaît pour la dernière fois « commis a la recette de la tresorerie d’Ast » en 1463. Andrieu apparaît pour la première fois à cette même charge en janvier 1465.

22 L’insertion dans un réseau de clientèle jouait un rôle comparable à « l’appartenance à une chapelle cardinalice [laquelle] constituait un indéniable tremplin pour une carrière ecclésiastique de haut niveau » [A. Paravicini Bagliani, La Cour des papes..., p. 145].

23 BL, Add. Ch. 265.

24 Il est désigné par Charles en mai 1421 comme « serviteur de nostre tres chier et tres amé frere, Jehan, conte d’Angolesme » [BL, Add. Ch. 4347].

25 ADL, 6J9 : 39.

26 « Toujours sur les chemins, arrêté à Londres, détroussé en Champagne, emprisonné un peu partout, en dépit de la guerre il n’interrompit jamais longtemps ses voyages » [G. DupontFerrier, « La captivité de Jean d’Orléans... », p. 51]. Pierre Champion cite plusieurs d’entre eux [Vie de Charles d’Orléans..., p. 176, p. 183, p. 193 et p. 297]. Voir également les missions attestées dans les sources [BNF, PO 2158 : 528 ; PO 2239 : 30 ; etc.].

27 « Une ascension professionnelle et sociale est une longue affaire, d’autant plus longue qu’on part de plus bas » [B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 276].

28 Chris Given-Wilson apporte une réponse nuancée à cette question : As with any institution of size, there were always opportunities for promotion, but it should be emphasised, firstly, that only a small minority of household servants were ever promoted, and secondly, that it was most unusual indeed for a man to move more than one rung up the ladder, however long he stayed in the household [...]. There were a few notable exceptions, but they were very few [The Royal Household..., p. 57]. Certes, il existait des promotions, mais le plus souvent de modeste amplitude.

29 Laquelle pension est portée à 300 livres tournois par an en avril 1413 « pour ce que ycellui Raoul nous ait bien et loialment servy depuis le trespassement de feu nostre tres redoubté seigneur et pere que Dieux pardoint, et fait encore chascun jour et esperons que encores face ou temps advenir » [Caen, Mancel, ms. 12 : 14].

30 Tels Jacques de Moulins, Jean Boudet ou Louis Ruzé.

31 On peut citer l’exemple de Jean sans Peur qui, devenu duc, licencia 180 serviteurs de son défunt père pour faire place au personnel de son propre Hôtel [L. Mirot, « Le licenciement des serviteurs de Philippe le Hardi... »].

32 Le 15 juillet 1455, il remplace Antoine de Cugnac au poste de capitaine de Pierrefonds [R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 170].

33 Jean Prunelé commença sa carrière au service du comte de Blois qui lui conservera toujours sa confiance et son amitié [BNF, PO 2393 : 21].

34 Voir la partie consacrée aux qualités attendues des officiers dans la thèse d’Olivier Mattéoni [Servir le prince..., p. 258-272].

35 Il rend ainsi quittance en juin 1435 de 45 l.t. en remboursement de « cinq saufconduiz du roy d’Angleterre, lesquelz par l’ordonnance de mondit seigneur le duc j’ay nagueres poursuiz et obtenuz pour moy et pour maistre Jehan Le Fuzelier, maistre Hugues Perrier, Denisot Roger et Jehan Le Noir, pour aler et venir devers mondit seigneur » [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 151]. Pour d’autres exemples, voir sa notice biographique.

36 « Il paraît évident que si les Bournonville ont pu capter la bienveillance de grands seigneurs et de princes qui ont favorisé leurs carrières, c’est en raison de leur efficacité d’hommes d’armes et de chefs de guerre » [Enguerrand de Bournonville..., p. 250].

37 It was more common, however, for men to be brought into the household at all levels when vacancies had to be filled [C. J. Given-Wilson, The Royal Household...., p. 57].

38 « Pour beaucoup d’hommes de ce temps, accéder à un office ne constituait qu’une étape dans leur vie professionnelle faite d’autres emplois qu’ils continuaient d’ailleurs souvent d’exercer en même temps qu’ils étaient officiers ducaux » [O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 348]. Le service à tour laissait du temps libre à la majorité des serviteurs, et l’on peut facilement imaginer que l’orfèvre ducal avait parallèlement à son office sa propre échoppe, que les officiers subalternes, souvent peu et mal rémunérés, offraient également leurs services à d’autres employeurs ou qu’ils possédaient leur propre lopin de terre dont les fruits subvenaient à leurs besoins premiers.

39 Voir supra le chapitre V.

40 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 300 et suiv.

41 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 248.

42 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 1129.

43 Ibid., p. 1085.

44 Je tiens à préciser que les offices remplis avant ceux d’échanson ou de panetier n’ont pas été reportés dans le tableau : ainsi d’Aleaumet de La Motte qui a commencé comme écuyer tranchant avant de devenir échanson.

45 Ce chiffre ne tient pas compte des identifications incertaines signalées dans la BdD par un point d’interrogation.

46 Des 37 lignes que comprend ce tableau, il convient d’en retrancher deux afin d’éviter les doublons. En effet, Oudart de Brueil a d’abord été panetier puis échanson ; quant à Jean de Coutes*, il est qualifié de panetier puis de premier panetier.

47 Les autres se répartissent de la façon suivante : 9 % d’écuyers tranchants, 3 % d’écuyers, 3 % de premiers écuyers de corps, 3 % de valets de chambre, 3 % de fauconniers (cas pour le moins singulier), 3 % de maîtres des garnisons des vins (ce qui cette fois ne surprend guère pour un ancien échanson) et 3 % de serviteurs.

48 Monique Sommé les place parmi les charges les plus importantes de l’Hôtel [Isabelle de Portugal..., p. 300 et suiv.].

49 « Les serviteurs de l’Hôtel occupent souvent en parallèle des postes locaux » [propos tenus par Holger Kruse lors de sa présentation de la base de données prosopographique des ducs de Bourgogne, IRHT, janvier 1998].

50 « L’appartenance à l’Hôtel – donc la familiarité avec le prince – facilitait l’obtention des offices militaires et politiques » [O. Mattéoni, « Une base de données informatisée... », p. 107] et « l’obtention d’un office de bailli ou de sénéchal, de maître des Eaux et Forêts, de capitaine ou de capitaine-châtelain, semble, pour tous ces hommes, avoir été facilitée par leur appartenance à la maison ducale ». Ainsi, sur les 24 baillis et sénéchaux du Bourbonnais qui se succédèrent entre 1356 et 1523, 19 appartenaient à l’Hôtel des ducs de Bourbon [thèse dactylographiée d’O. Mattéoni, Servir le prince..., vol. II, p. 425].

51 Ce cumul de deux salaires – voire plus, un même officier pouvant se voir attribuer plusieurs offices – permettait au duc d’accroître les revenus de ses serviteurs, sans avoir à augmenter les sommes qu’il leur octroyait pour les services rendus dans l’Hôtel. Le même constat peut être fait pour les offices ou bénéfices au service d’un autre prince obtenus grâce à l’appui ducal.

52 « Placé non loin des frontières anglaises, il [l’Angoumois] avait une importance militaire de premier ordre » [E. Jarry, La Vie politique..., p. 126].

53 Se succèdent à la capitainerie des villes et châteaux de Chambord, Guillaume Prunelé* (1411/12/10-1413/12/16), Louis de Villars (1416/05/02), Guillaume Quiéret (1432/12/03-1444/07/15), Gilles Des Ormes (1457-1471) et Macé de Villebresme (1479/08/21-1504/02/07) ; de Château-Renault, Philippe Du Mesnil-Renart* (1410/10), Jean d’Escroz* (1415/11/20-1420/07/08) ; de Châteaudun, Guillaume de Chaumont* (1387/08/12), Jean de Coutes* (1400/01/17-1426/12/19) ; de Marchenoir, Guillaume de Montigny* (1405/11-1419/07/09) ; de Romorantin, Jacques Du Peschin* (1404/07/16-1420/11/14), Jean de Boulainvilliers* (1426/03/14-1426/07/02). Pour chacun, j’ai indiqué les dates de première et de dernière apparition connues.

54 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans... et J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge...

55 Voir tableau 6.

56 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 692.

57 BL, Add. Ch. 3475.

58 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 694.

59 BNF, nouv. acq. fr. 9190 : 51.

60 Doit-on lire Marvillier ?

61 BNF, PO 1878 :3.

62 Un document daté du 30 juin 1404 nous apprend en effet que Jean de Coutes* « a cinquante livres tournois de gages chascun an » [BNF, PO 918 : 6].

63 E. Jarry, La Vie politique..., p. 32.

64 Le duché de Luxembourg faisait partie de ces terres acquises par Louis Ier – moyennant la somme de 100 000 ducats, il avait acheté à Josse de Moravie le duché de Luxembourg et le comté de Chiny en août 1402-, et qui s’insinuaient « comme un coin entre les deux blocs des possessions bourguignonnes » [F. Autrand, Charles VI..., p. 387].

65 Parce que sa présence aux côtés de Louis Ier s’avérait de plus en plus nécessaire, la tension ne cessant de monter entre Orléans et Bourgogne, ou bien alors parce qu’il était toujours prisonnier du duc de Lorraine ? En tout cas, sa destitution n’est en rien synonyme de perte de confiance ducale, Guillaume participant aux côtés de Charles à la guerre civile et conservant son office de chambellan jusqu’en mai 1415 au moins [voir sa fiche biographique].

66 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 101. L’acte est daté du 19 août 1413.

67 Il remplace à ce poste Jean Prunelé*, nommé gouverneur de Charles [E. Jarry, La Vie politique..., p. 310, n. 3 ; L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans..., p. 726 et A. Demurger, « Guerre civile... », p. 280].

68 C’est le cas de Philippe le Bon qui, à la différence de ses père et grand-père, ne dépendait pas financièrement de la générosité royale sous forme de redistribution des aides royales, d’octroi de pensions ou de dons.

69 J’ai vainement cherché à déterminer le nombre d’officiers qui coupaient les ponts avec leur patron premier après avoir obtenu un office au service du roi. Cet échec dans mes recherches s’explique de deux façons : d’une part, les écarts entre les dates de dernière apparition au service ducal et de première apparition au service royal sont souvent trop importants pour en tirer la moindre conclusion ; d’autre part, je ne dispose pour certains officiers que d’une seule date attestant de leur service auprès de l’un ou l’autre prince.

70 Son cas mérite que l’on s’y arrête. Certes, il apparaît pour la dernière fois comme valet de chambre de Louis en novembre 1398 [ADL, 6J6 : 25] pour ne plus figurer ensuite qu’au service du roi ; cependant, il semblerait qu’il n’ait pas rompu tout lien avec les d’Orléans, sinon, comment expliquer que Charles parraine son fils en 1414 ? Le 16 mars 1414, le duc d’Orléans fait en effet remettre 96 l.t. à Girardin Endorne, changeur parisien, « pour VI tasses d’argent verees et martellees pesans XII marc, lesquelles nous avons pieça fait prendre et achater de lui au pris de VIII fr. chacun marc, et donnees lors a la femme de nostre bien [amé] Jehan de La Cloche, tresorier de France, nostre commere, duquel nous feismes tenir l’enfant sur fons a Orleans » [Centre Jeanne d’Arc, ms. 40].

71 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté... : voir notamment le chapitre II consacré à « L’influence des ducs sur l’administration française » et le chapitre VIII qui analyse « La réorganisation du Conseil en 1407 » : sur 26 membres que comprend alors le conseil en plus des princes de sang, 20 sont Orléanais, 2 bourguignons et 4 neutres.

72 Ses notices biographiques lui permettent d’affirmer que « le duc d’Orléans a pu placer ses protégés à la tête d’un tiers des bailliages et sénéchaussées » [A. Demurger, « Guerre civile... », p. 159]. Et de poursuivre : « En 1407, le duc d’Orléans domine sans partage le conseil royal ; avec ses alliés, Berry en tête, il contrôle les deux tiers des bailliages et sénéchaussées » [ibid., p. 161].

73 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 3.

74 M. H. Keen, « Gadifer de La Salle... », p. 77-78.

75 Échanson puis chambellan de Louis Ier, Guillaume de La Champagne* apparaît pour la première fois comme chambellan de Charles VI en juillet 1404 [BNF, PO 662 : 14]. Le 20 juillet de la même année, il est nommé capitaine et garde du château et de la ville d’Avranches aux gages de 400 l.t. par an, en remplacement de Jean de La Ferté-Fresnel [BNF, PO 662 : 14-15]. Il est attesté pour la dernière fois, aussi bien au service du duc qu’à celui du roi, en novembre 1407 [BNF, PO 662 : 22]. La mort de son protecteur semble avoir mis un coup d’arrêt à sa carrière.

76 A. Demurger, « Guerre civile... », p. 159.

77 Jean Davy, bailli de Gisors, puis de Chartres, et enfin de Rouen [ibid., p. 248-249].

78 J’ai ainsi pu constater que, parmi les seuls chambellans, on dénombrait plusieurs capitaines de place : Avranches eut successivement pour capitaine Jean de La Ferté-Fresnel* et Guillaume de La Champagne* ; Bayeux, Yves de Vieuxpont* ; Caen, Jean de Villiers*, Jean de Garencières* et Jehannet de Garencières* ; Château-Gaillard, Guillaume Martel* et Jean Martel* ; Conches, Robert Le Baveux* ; Orbec, Guillaume de Fayel* ; Rouen, Pierre de Brébant* ; Valognes, Jean de La Haye* ; Vernon, Jehannet d’Estouteville* [É. Gonzalez, Les Chambellans des ducs Louis et Charles d’Orléans..., Il, p. 149-152].

79 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 159 et suiv. Comme pour les baillis et sénéchaux, l’auteur constate cependant au fil du temps une délégation de certaines des tâches revenant à l’origine au seul capitaine-châtelain.

80 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 188.

81 S’appuyant entre autres sur l’étude d’Alain Demurger, Colette Beaune estime que les baillis et sénéchaux touchent entre 500 et 600 livres tournois [« Les structures politiques comparées... », p. 108]. Fourchette qui me paraît correcte à en juger d’après la rémunération du poste de sénéchal de Limousin : pour cette charge qu’il détient entre 1390 et 1418, Guillaume Le Bouteiller* perçoit 400 l.t. par an ; un demi siècle plus tard, Mathurin Brachet* touche 500 l.t. par an. Une augmentation d’1/5e qui répond probablement à la conjonction de plusieurs critères : importance de la charge au moment où elle est confiée, importance de l’individu à qui elle est confiée..., sans oublier les questions monétaires déjà évoquées (dépréciation de la monnaie, crise des liquidités, etc.). Bref, une multitude de critères qui peuvent expliquer les différences de rémunération d’un poste à l’autre, d’une période à l’autre, d’un homme à l’autre.

82 À en croire Peter Lewis, les choses changent au cours du siècle et la résidence, jusqu’alors considérée comme secondaire, devient dès lors nécessaire : « À la fin du xve siècle, le nombre de baillis et de sénéchaux qui ont également un office dans l’Hôtel est considérable ; et c’est l’office de l’Hôtel qu’ils ont le droit de “négliger”, non celui qui fait d’eux, d’une façon particulière, des serviteurs du roi dans le pays » [La France à la fin du Moyen Âge..., p. 220]. Les baillis et sénéchaux n’étaient-ils pas déjà au début du siècle « des serviteurs du roi dans le pays » ? En quoi leur position aurait-elle changé, nécessitant désormais une présence assidue dans leur région d’élection ?

83 M. Douglas, Ainsi pensent..., p. 9 : « Cette théorie est la base de toute l’analyse économique et de la pensée politique, et pourtant, nous avons l’impression du contraire ».

84 M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 142. Ses propos ne sont pas sans faire penser au modèle de Bentham selon lequel l’ordre social serait automatiquement produit à partir des actions égoïstes des individus rationnels.

85 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 207.

86 Voir notamment le chapitre II.

87 La première crise de folie de Charles VI posa l’épineux problème de savoir qui assurerait le pouvoir en cas de décès du roi, le dauphin n’étant pas en âge de gouverner. Plusieurs ordonnances furent alors édictées dont une en janvier 1393 qui prévoyait que la régence serait confiée à Louis d’Orléans. Cette ordonnance était le seul texte qui permît au duc d’Orléans de réclamer, par analogie, en cas d’absence du roi, la responsabilité du pouvoir. On comprend que Philippe le Hardi eut à cœur de la faire abroger. En avril 1403, il obtint que soient prises de nouvelles ordonnances supprimant l’éventualité d’une régence. Peine perdue car, dès le 11 mai, les ordonnances du 26 avril étaient révoquées : « Louis d’Orléans, qui voulait être le premier et exercer le pouvoir sans contrôle, avait vite fait annuler des mesures qui étaient bien dirigées contre lui » [B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 165 ; sur le même sujet, voir également les pages qui précèdent].

88 « En ce qui concerne les revenus de Philippe [le Hardi] qui provenaient du roi, aides, pensions et dons, nous trouvons que pendant les années étudiées, leur quote-part augmentait d’une façon presque ininterrompue : 38,5 %, 43 %, 42 %, 43 % et 59 %. Pendant la première année du gouvernement de Jean sans Peur que nous avons pu étudier de ce point de vue, 1405-1406, cette fraction s’est abaissée radicalement à 24 % et continuait de diminuer pendant les années suivantes pour atteindre 21 %, puis 12 % » [M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 37].

89 B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 182.

90 Cette mainmise progressive sur l’appareil d’État apparaît clairement dans l’article d’Alain Demurger, « Guerre civile... » [voir notamment les pages 161-170].

91 Bien que déjà évoqué par Alain Demurger [« Guerre civile... », p. 168], il m’a paru intéressant de le développer à nouveau pour illustrer mon propos.

92 Guillaume apparaît pour la dernière fois comme chambellan du roi en 1408 et, en janvier 1410, « il fut destitué de sa charge [de gouverneur du Dauphiné] et remplacé par le bourguignon Régnier Pot » [M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 50].

93 Nicolas de Baye, Journal..., II, p. 99.

94 Ibid., p. 98.

95 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 2, p. 194.

96 Ibid., p. 195.

97 Ibid., p. 196.

98 Ibid., p. 195.

99 RSD, Chronique, IV, livre XXXII, chap. XXXVII.

100 D’autant que les tentatives menées par le duc pour jouer à nouveau un rôle dans le concert des Grands du royaume tournent rapidement court. En 1451, il se retire à Blois [P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 380].

101 N’ayant pu obtenir la régence du royaume en 1483, il s’allie à François II contre les Beaujeu, puis contre le roi lors de la “guerre folle”. Réconcilié avec Charles VIII en 1491, il participe à ses côtés à la campagne d’Italie (1494-1495).

102 B. Quilliet, Louis XII..., p. 158.

103 R. C. Famiglietti, The French Monarchy in Crisis..., II, p. 704.

104 J. Huizinga, L’Automne du Moyen Âge, p. 24.

105 « Les dépouilles de Guillaume Le Bouteiller furent partagées entre plusieurs partisans du roi anglais » [A. Longnon, Paris pendant la domination anglaise..., p. 86-87 ; il cite entre autre le cas d’un “hostel avecques ses appartenances et appendances, assis en nostre bonne ville de Paris en la grant rue Saint-Martin lez la porte des Vielz-Murs”, qui revint à Roland Dunkerque].

106 G. Dupont-Ferrier, « La captivité de Jean d’Orléans... », p. 66.

107 BNF, ms.fr. 6210 :321.

108 B. Guenée, Un Meurtre, une société..., p. 21.

Table des illustrations

Titre Tableau 19. Le changement de condition dans l’Hôtel des détenteurs des offices de panetier ou d’échanson
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Tableau 19. Le Changement de condition… (suite)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.