Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Troisième partie. L’hôtel, un instrument de pouvoir ?

Chapitre VII. Le rapport au prince

Texte intégral

1On peut concevoir l’Hôtel comme une pyramide dont le prince occuperait le sommet et les serviteurs les différents paliers. Si les officiers qui en constituaient la base – palefreniers, porte-barils, charretiers... – et tous les nombreux aides ou valets des différents services n’étaient selon toute vraisemblance pas en contact direct avec le duc, les autres entretenaient avec lui des relations variant selon leur fonction, leur personnalité, la période considérée, etc. Après avoir étudié ce sur quoi se fonde le rapport au prince, il conviendra de définir la nature des relations qu’il nourrissait avec ses serviteurs. Ce faisant, il sera nécessaire de se demander s’il ne s’agissait que d’un rapport de dominant à dominés, si chacun vivait dans un monde étroitement cloisonné ou si le prince entretenait des relations plus personnelles avec ses officiers.

Un contrat entre deux parties

2Le rapport au prince se fonde sur un contrat entre deux parties dont les termes sont exposés dans les lettres de nomination. Le lien ainsi créé entre le prince et ses serviteurs est cependant fragile et il demande à être entretenu et renforcé pour être maintenu.

Les termes de ce contrat

3Le 2 novembre 1397, Louis Ier d’Orléans mande à sa Chambre aux deniers d’enregistrer la présente lettre de nomination faisant de Pierre de Vaulx le médecin de la duchesse :

  • 1 Caen, Mancel, ms. 11 : 98.

« Savoir faisons que, pour le bon rapport et tesmoingnage qui nous a esté fait de la souffisance, loyaulté et bonne diligence de maistre Pierre de Vaulx, maistre es ars et en medecine, ycelui avons retenu et retenons par ces presentes phisicien de nous et de nostre dicte compaigne pour servir oudit office devers elle pour et ou lieu de maistre Pierre d’Arech aux gaiges, drois, profis, livraisons et emolumens acoustumez samblables »1.

4Et le 17 mai 1411, Charles d’Orléans informe la même Chambre aux deniers qu’il concède l’office de chambellan à Guéraut de Bourgoignon* :

  • 2 La lettre est enregistrée le jour même par Alain Du Bey, garde de la prévôté d’Orléans, et sera «  (...)

« Savoir faisons que nous, confians a plain des senz, loyaulté, preudommie et bonne diligence de nostre tres chier et bien amé messire Guéraut de Bourgoignon, chevalier, icellui, par l’advis et deliberacion de nostre conseil, avons aujourduy retenu et retenons par ces presentes en nostre chambellan pour nous servir oudit office aux gaiges ou pension de cent livres tournois par an, a les prandre et avoir chascun an des deniers de noz finances par les mains de nostre tresorier general tant comme il nous plaira, parmi ce qu’il nous a promis et juré de nous servir bien et loyalment en tous cas et en tous noz afaires et besoignes »2.

  • 3 Raymond Cazelles explique la rareté des lettres de provision venues jusqu’à nous par des pertes, c (...)
  • 4 La formule « retenu pour nous servir » est la plus fréquemment utilisée dans les chartes. On la re (...)

5Ces deux exemples – précieux car rares pour la fin du Moyen Âge3 – contiennent les principaux points du contrat qui lie les individus : l’officier est retenu par le duc pour le servir4 ; en échange de ses services, il est prévu qu’il touche des émoluments dont le montant est précisé dans le second cas. Dans le premier, il est simplement stipulé que Pierre de Vaulx est retenu « aux gaiges, drois, profis, livroisons et emolumens acoustumez samblables », formule fréquemment utilisée à l’époque et qui renvoie, comme ici, à ce que touchait le prédécesseur du nouvel impétrant, ou bien à ce que ses confrères avaient coutume de percevoir.

6Octroyer un office assorti de gages et/ou de pension était un moyen de s’assurer les services d’un individu recherché. En l’agrégeant à son Hôtel, en lui assurant une situation rémunérée, le prince en faisait son obligé. Mais cela suffisait-il pour attacher durablement un homme au service d’un autre homme, notamment dans le cas des officiers les plus importants dont les cours princières se disputaient les services ?

7Le lien créé était fragile et, pour éviter qu’il ne se rompe, le duc se devait de l’entretenir et de le renforcer. C’est pourquoi l’attribution d’une pension à un serviteur qui jusqu’alors ne percevait que des gages en contrepartie de ses services profitait aux deux parties. Elle gonflait notablement les revenus de l’intéressé et le distinguait de ses collègues qui continuaient à ne toucher que des gages. Elle permettait au duc de conserver à ses côtés un serviteur qui aurait pu être tenté par une autre Maison où ses services auraient été mieux appréciés. C’est ainsi que Charles ordonne en juillet 1451 :

  • 5 BNF, PO 1241 : 12.

« Pour consideracion des grans, bons, notables et agreables services que nostre amé et feal conseillier et premier maistre de nostre hostel, messire Remon Fricon, chevalier, nous a faiz le temps passé, fait continuelment chacun jour, et esperons que plus face, a icellui pour ces causes et autres nous mouvans, et ad ce que plus honnorablement il puisse soustenir son estat et soy entretenir en nostre service, avons donné et ordonné, donnons et ordonnons de grace especial par ces presentes, oultre et pardessus les gaiges ordinaires qu’il prent de nous chacun mois pour sa despense, la somme de deux cens livres tournois a icelle prendre et avoir par maniere de pension chacun an tant comme il nous plaira »5.

  • 6 BNF, PO 2163 : 913.

8De la même façon, Louis II accorde en 1493 à son premier écuyer d’écurie, François de Guierlay*, « la somme de soixante livres tournois a luy ordonnee par ledit seigneur de pension oultre et pardessus ses gages ordinaires »6. À cette solution onéreuse et contraignante – notamment dans le cas des pensions viagères –, les ducs d’Orléans, souvent désargentés au cours de la période, semblent avoir préféré d’autres moyens.

  • 7 M. Lever, Le Sceptre et la marotte..., p. 65 ; « Le seigneur prodigue apparaît d’autant plus puiss (...)
  • 8 A. Page, Vêtir le prince..., p. 96.
  • 9 Je citerai un seul exemple : en mars 1396, Senestre Trente, marchand parisien, rend quittance de 9 (...)
  • 10 Parmi les nombreux ouvrages récents sur la question, celui de Maurice Godelier, L’Énigme du don...(...)

9Le temps du don et ses significations. — Le don était certainement le plus souple de tous ces moyens et, par conséquent, le plus pratiqué. Il cumulait nombre d’avantages. Son caractère ponctuel permet ainsi de l’utiliser en fonction de l’état des finances ducales. En période faste, « la richesse des dons exalte la munificence du donateur, donc sa puissance7 » et « lorsqu’il est répété pour la même personne, il devient un bon indicateur de la considération dont celui-ci jouit à la cour »8. Les dons attribués à Boniface de Morez par exemple sont innombrables9. Ils ne font que renforcer l’image de favori dont jouissait le Lombard auprès de Louis Ier. Phénomène structurant par excellence, le don mérite d’être étudié de façon approfondie. Il conviendra cependant de ne pas trop s’attarder sur un sujet qui a déjà fait l’objet de très nombreuses études depuis l’Essai sur le don de Marcel Mauss10.

10Agréger un individu à l’Hôtel était déjà en soi une faveur assimilable à un don, comme en témoigne la formule employée par le duc lors de certaines nominations :

  • 11 Par exemple, BL, Add. Ch. 48.

« A icelluy avons donné et octroyé, donnons et octroyons de grace especial par ces presentes l’office de... »11.

  • 12 Ainsi, dans ceux d’Olivier Mattéoni, Servir le prince..., p. 380-385 ou de Monique Sommé, Isabelle (...)

11À ce don premier venaient s’en ajouter d’autres dont la valeur dépendait non seulement du prix de l’objet offert, mais aussi de la symbolique qu’il revêtait. À valeur égale, un cadeau se révélait ainsi d’autant plus important que sa charge symbolique était grande. L’étude des paroles prononcées, des gestes accomplis, des lieu et moment du don permettrait de mieux en apprécier l’importance. Si les pièces comptables, qui constituent l’essentiel du corpus documentaire, procurent de multiples exemples de dons, elles ne permettent malheureusement pas une telle étude. Certes, elles nous renseignent sur la qualité et le montant des objets offerts, mais rien n’est dit quant au reste. Il est donc impossible d’établir une table de correspondance entre le don, sa valeur marchande et sa charge symbolique. Dans ces conditions, je me garderai bien de dresser une énième liste, comme on peut en trouver déjà dans bon nombre d’ouvrages12, par peur de ne pas refléter la réalité de l’époque mais une réalité trop proche de la nôtre, une réalité fondée sur la valeur marchande des choses. À défaut d’une étude systématique, il est néanmoins possible de mettre en avant quelques exemples. J’ai choisi d’en développer trois relevant de circonstances particulières : le mariage, la maladie et le deuil.

  • 13 Voir É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 159-160.
  • 14 « Les jeunes mariés recevaient également un présent en nature que le duc faisait remettre le jour (...)

12Il était fréquent que les princes versent une somme d’argent à leurs serviteurs au moment de leur mariage13. Cette somme venait « en accroissement de son mariage », c’est-à-dire pour permettre l’achat de terres dans le cas des offices supérieurs14, ou bien « pour aider a supporter les frais » lorsqu’il s’agissait comme ici d’un office subalterne :

  • 15 BNF, PO 2160 : 715.

« A Jehan Rapin, serviteur en l’eschansonnerie de mondit seigneur, la somme de six escus d’or [8 l. 5 s.t.] a lui donnez par ledit seigneur pour lui aider a supporter et paier la despense qui lui a convenu faire a ses nopces »15.

  • 16 Louis Ier fit verser 1 115 francs à Hance Karat pour l’haincelin et la ceinture d’or qui allait av (...)
  • 17 BL, Add. Ch. 2710 et 2711.
  • 18 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 25 et p. 28, n. 22.

13Le geste prenait un relief plus remarquable encore lorsque le duc l’accompagnait de sa présence le jour des épousailles. En effet, si les dons à l’occasion d’un mariage sont innombrables durant le principat de Louis Ier, je n’ai relevé que deux exemples attestant de la présence du duc lors de la cérémonie : pour les noces de Jean de Béthencourt* et pour celles d’Hector de Pontbriant*. À l’occasion du mariage du premier, célébré en 1392, le duc portait « un haincelin fait en maniere de plates », spécialement façonné pour l’occasion, et sur lequel il fit poser par Hance Karat, orfèvre, « des petits colliers d’or pendens au col de XLII petits loux fait de brodure »16. Il avait fait acheter auprès de Pierre Pagan un drap de damas vert broché d’or « pour faire un poile pour mettre sur le sire de Bethencourt a la messe de ses espousailles »17. Et pour fêter les dites épousailles, le duc accueillit la noce dans son hôtel de Bohême18. Dix ans plus tard, il honore à nouveau de sa présence le mariage de son écuyer d’écurie, Hector de Pontbriant*. Louis Ier fait alors remettre 16 livres tournois à Hennequin de La Fontaine, tailleur de robes,

  • 19 BL, Add. Ch. 2411. Le prix des draps achetés à un marchand de Lucques n’est pas indiqué dans le ma (...)

« pour sa pene, salere, façon et estoffes de deux pourpoins de drap de Luques blanc, lesquelx icelui seigneur a fait faire par ledit Hennequin, l’un pour le roy nostre seigneur, et l’autre pour ledit monseigneur le duc pour les noces de Hector de Pontbriant, son escuier d’escuierie »19.

  • 20 Citons quelques exemples : Jean dit Sauvage de Villiers* et Jean de Trémagon*, chambellans, Jean P (...)

14Beaucoup d’autres serviteurs de Louis Ier se marièrent durant son principat, certains touchèrent à cette occasion des sommes considérables pouvant atteindre plusieurs centaines voire plusieurs milliers de livres tournois20 ; mais en honorant de sa présence le mariage de ces deux serviteurs, le duc conférait à l’acte une charge symbolique incontestable et certainement plus fortement ressentie par les bénéficiaires que n’importe quel objet de prix.

  • 21 BNF, PO 661 : 3-4.
  • 22 Notre-Dame de Cléry semble avoir été un lieu de dévotion privilégié par les officiers des ducs d’O (...)
  • 23 BNF, PO 2160 : 669.

15Les dons pouvaient, comme ici, être liés à un événement heureux de la vie de l’officier et de sa famille. Ils pouvaient aussi accompagner un événement malheureux comme la maladie ou la mort. En 1457, le duc fait d’abord remettre trois livres tournois à Jean Chamoisy, son panetier, pour le défrayer des dépenses qu’a occasionnées sa maladie puis, un mois plus tard, il lui alloue deux écus d’or « pour aller en pelerinage a Clery »21. Jean Chamoisy était-il sur la voie de la guérison ? Allait-il remercier Notre-Dame de Cléry pour avoir échappé à la mort22 ? Cette dernière hypothèse semble la plus vraisemblable puisqu’on le retrouve au service ducal en septembre de la même année23. Tous n’eurent pas sa chance. Le 2 novembre 1394, Thierry de Neufville, secrétaire ducal, certifiait que Godefroy Le Fèvre

  • 24 ADL, 6J4 : 86.

« bailla et delivra le XIXe jour d’octobre dernier passé en la ville de Chartres du commandement et ordonnance de mondit seigneur a feu messire Jehan Halegourt, jadiz chapellain d’icellui seigneur, lui estant malade de la maladie dont il est alé de vie a trespassement, la somme de douze escuz d’or laquelle mondit seigneur lui avoit donné pour lui aidé aquerir ses neccessitez durant sa dicte maladie »24.

16Le 14 novembre, le même Thierry de Neufville rendait quittance de 36 francs

  • 25 ADL, 6J4 : 107.

« que icellui seigneur [lui] a ordené estre baillier pour faire l’obseque de feu honnorable homme et saige messire Jehan Halegourt, son chappellain »25.

  • 26 BL, Add. Ch. 6699. Isabelle de France, le dauphin, etc., figurent également sur cette même liste. (...)
  • 27 A. Page, Vêtir le prince..., p. 38.
  • 28 C. Ribéra-Pervillé, « Les diamants... », p. 76.
  • 29 BNF, PO 2163 : 929.

17À ces dons circonstanciés s’ajoutaient des dons plus traditionnels lors des périodes consacrées à l’échange de cadeaux. Le 1er janvier marquait le début de l’année même si le millésime changeait à Pâques. Sans être le premier jour de l’année, c’était déjà le jour des étrennes. Les dons que les princes se faisaient rivalisaient de somptuosité. Ainsi, pour l’année 1402, Louis Ier offre au roi un joyau d’une valeur de 2 300 francs et à la reine une croix d’un montant de 850 francs26. Les membres de l’Hôtel ne sont pas pour cela oubliés puisque, pour la même année, Alain de Beaumont* et Guillaume Le Bouteiller* reçoivent chacun un hanap et une aiguière « d’argent dorez poinçonnez » d’une valeur de 50 francs : « Les étrennes donnent une bonne mesure de la considération manifestée par le duc à ces personnages de la Cour »27. Elles constituaient une part non négligeable des dépenses princières : sous Charles VI, « le duc de Bourgogne Philippe le Hardi comme son neveu Louis d’Orléans consacraient environ 5 % de leurs revenus en distribution d’étrennes »28. Certes, la part de revenus devait considérablement varier en fonction de l’état des finances ducales, mais l’habitude demeure et elle se retrouve au début et à la fin de la période considérée. En témoignent les nombreux ordres de paiements de Louis Ier à différents ateliers – il n’y avait en effet pas un mais plusieurs fournisseurs et artisans pour une même année, ce qui donnait lieu à plusieurs chartes – et l’inscription dans le compte de 1494 des « sommes cy aprés declairees a eulx données par ledit seigneur [Louis II] pour les estrennes du premier jour de l’an »29. Le plus souvent, on a trace des pièces d’orfèvrerie offertes, mais il pouvait également s’agir d’autres types de biens dont le simple fait d’être l’objet de cadeaux prouve la valeur. Le 9 décembre 1401, Guillaume Ligier, concierge de l’hôtel de Bohême,

  • 30 Rouen, Leber 3165. Louis Ier ordonnait déjà, en janvier 1395, de rembourser Pierre Cordelle, son r (...)

« confesse avoir eu et receu de Guillaume Cirtte [ou Crotte], receveur du demaine de mondit seigneur a Braie-Conte-Robert, vint dozaines de fromages du pais de Brie, lesquielx mondit seigneur a fait venir dudit pais pour donner aux estraines prochainement venant. Tesmoing mon seel cy mis le IXe jour de décembre l’an mil CCCC et un »30.

18Il existait donc bien un “temps du don” que le prince utilisait pour revivifier les liens avec le personnel de son Hôtel. On touche ici à un des sens possible donné à l’acte. Quels étaient les autres ?

  • 31 J. Godbout, L’Esprit du don, p. 16.
  • 32 BL, Add. Ch. 2983.
  • 33 ADL, 6J6 : 8.
  • 34 Louis Ier mande ainsi en octobre 1396 que soient remis 163 francs à Regnauldin Doriac, changeur pa (...)
  • 35 À noter que deux d’entre eux, Charles de Savoisy* et Guillaume Martel*, figurent aux côtés du duc (...)
  • 36 « Qu’est-ce que signifie “apprivoiser” demande le petit prince au renard [...]. Ça signifie “créer (...)

19Le don gratuit n’existe pas, et le duc faisait notamment usage de ce procédé à trois fins : nouer des relations, les entretenir, obliger celui qui avait accepté le don. Tout d’abord, il s’agissait de créer des liens. Le cadeau, « bien au service du lien social »31, était abondamment utilisé pour attirer un personnage dans la dépendance ducale. La captation de fidélités, par des distributions de présents, est surtout employée sous Louis Ier, le plus fortuné des trois princes étudiés. Charles de Savoisy* n’est pas encore chambellan du duc d’Orléans qu’il reçoit pour ses étrennes de 1396 « un annel d’un dyament »32. L’année suivante, le duc lui fait remettre un cheval bai brun à courte queue acheté 225 livres tournois à Jean de Roussay*33. Guillaume Martel* et Jean de Hangest* bénéficient également de la libéralité ducale alors qu’ils ne font pas encore partie de son Hôtel34. Pourquoi le duc tenait-il tant à s’attacher ces personnages ? Parce qu’ils étaient déjà chambellans du roi ? Sûrement, mais ce n’était pas l’unique raison, Louis Ier n’ayant pas cherché à s’attacher tous les chambellans ou officiers principaux de son frère, Charles VI. Leurs fiches biographiques montrent qu’il s’agissait de personnages d’importance que le duc avait tout intérêt à attirer à lui. Conçue comme un investissement, la munificence princière, inscrite dans une politique plus large, finit par porter ses fruits puisque les individus convoités se retrouvent bientôt au service ducal35. Louis Ier est parvenu à les apprivoiser grâce à sa politique de dons36. Mais séduire ne suffisait pas si l’on tenait à garder à ses côtés un serviteur puissant. Il fallait, et l’acte de donner devient là signifiant d’une deuxième phase de la relation interpersonnelle, alimenter le lien en le nourrissant de nouveaux biens.

  • 37 M. Mauss, « Essai sur le don... », p. 268.
  • 38 C. Ribéra-Pervillé, « Les diamants... », p. 77.

20Les étrennes et les autres occasions variées de dons étaient autant de moyens de rappeler la relation instaurée : « Ils étaient faits en vue non seulement de payer des services et des choses, mais aussi de maintenir une alliance profitable »37. Ainsi, « l’inférieur qui reçoit un présent acquitte sa dette par une fidélité renouvelée à l’égard du généreux donateur »38. Le plus souvent, le duc prenait sur ses biens propres pour donner à l’intéressé. Mais il pouvait également faire profiter les membres de son Hôtel des avantages obtenus du roi en leur octroyant par exemple un office local assorti de juteux bénéfices. La capacité ducale à capter la faveur royale pouvait déterminer nombre d’adhésions.

  • 39 M. Douglas, Ainsi pensent..., p. 24.
  • 40 Thème de la Table ronde internationale organisée les 11-13 décembre 1998 à l’Institut historique a (...)

21Enfin, troisième et dernière implication, le don oblige. La générosité, loin d’être libre et indéterminée, est clairement réglée par le désir de soumettre celui auquel on donne, et de lui imposer une forme de pouvoir, « une forme de contrôle social » selon Mary Douglas39. Par une politique délibérée de dons, le duc dominait l’ensemble des serviteurs tributaires de sa libéralité. Il était le mieux placé pour « négocier le don »40 quand le cas se présentait. Ainsi, en 1404, Louis Ier compose-t-il avec son écuyer tranchant, Bertrand Du Mesnil. Le mandement ducal est intéressant :

  • 41 BNF, PO 1946 : 17.

« Louis [...], pour consideracion des bons et agreables services que nostre chier et bien amé escuier tranchant, Bertran du Mesnil, nous a faiz par long temps, nous, a ycellui, pour et en accroissement de son mariage, ayons donné la somme de trois mil livres tournois, et pour ladicte somme de IIIM livres tournois, et afin que d’icelle il feust plus seur, lui eussions dés lors fait bailler certains gaiges d’or et d’argent, et il soit ainsi que nostre dit escuier se soit trait par devers nous, humblement requerant que presentement lui voulsissions faire payer la somme de deux mil livres et parmi ce, il seroit content de ladicte somme de IIIM francs et nous rendroit et restitueroit noz dit gaiges, laquelle chose nous lui avons accordee » 41.

  • 42 BNF, PO 1946 : 20.
  • 43 BNF, PO 1946 :21.

22En obtenant satisfaction, Bertrand Du Mesnil semble être le grand vainqueur de cette négociation. En fait, l’arrangement tourne au profit du duc : d’une part, il a moins à débourser ; d’autre part, en contentant son serviteur, il lui impose son ascendant. En effet, si Bertrand Du Mesnil touche 500 livres tournois quelques mois après sa requête42, il devra patienter plus de deux ans pour toucher les 1 500 francs restants43. Louis Ier a pu d’autant plus facilement retourner la situation en sa faveur que le donataire se mettait dans la dépendance du donateur en le sollicitant.

23Faire face à l’affaiblissement des liens traditionnels. — Les dons entretenaient le lien créé par les lettres de nomination. Mais si les clauses prévues par ces dernières suffisaient au xive et au début du xve siècle pour établir une relation d’homme à homme, l’affaiblissement des liens à la fin du Moyen Âge nécessite la multiplication des libéralités pour s’assurer durablement les services des individus les plus notoires. Le document ci-après en fournit la preuve :

  • 44 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 797.

« De par le duc d’Orlians. Nostre amé et feal conseillier et garde de noz seaulx, maistre Pierre Sauvage. Nous avons donné et donnons par ces presentes congié et licence a messire Guillaume Du Broullart, chevalier, seigneur de Vardonville, de achater en noz duchié d’Orlians ou conté de Bloys, lequel que bon lui semblera, jusques a la somme de deux cens livres tournois de rente par [an] ainsi que d'icelle il deviendra nostre homme feodal et les tendra de nous en fief et tout tel droit de fief comme quint ou requint denier ou tel autre redevoir que a cause de icelle rente nous pourrait estre tenu ; aussi, lui avons pareillement donné et avecques ce le retenons pour nostre chambellan. Sy voulons que des choses dessus dictes vous lui en bailleez noz lettres patentes telles et si bonnes qu’il lui appartendra. Donné a Calais soubz noz seing manuel [1 mot effacé] de noz armes le XXIIIIe jour de juillet l’an mil CCCC trente et neuf. Et avecques ce lui donnons congié de porter nostre ordre »44.

  • 45 En général, Louis Ier procédait en deux temps. Il délivrait une première lettre dans laquelle il r (...)
  • 46 Bernard Guenée va jusqu’à dire que, « au milieu du xve siècle, la féodalité a épuisé ses vertus po (...)
  • 47 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 342.
  • 48 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 204.
  • 49 « Pendant la première moitié du xve siècle encore, le roi de France s’appuie autant sur le lien de (...)

24Charles d’Orléans fait appel à trois types de liens différents dans cette seule lettre de retenue pour s’attacher Guillaume Du Broullard* : il en fait son vassal, le nomme son chambellan et l’autorise à porter son ordre de chevalerie, l’ordre du Porc-Épic. L’ordre dans lequel ces concessions sont accordées n’est sans doute pas indifférent. L’hommage vient en premier : le duc cherchait-il, avant son retour définitif en France, à se constituer une clientèle de fidèles qui composeraient son Hôtel ? Si tel était le cas, il n’aurait fait que reproduire le modèle de son père qui, au début du siècle, afin d’étendre sa zone d’influence, multiplia les hommages assortis pour certains d’une charge au sein de l’Hôtel45. La nomination à l’office de chambellan perdrait alors toute signification. Elle n’aurait plus qu’un caractère honorifique comme pouvaient en avoir nombre de nominations effectuées par Louis Ier. Pourtant, au moins deux éléments incitent à croire qu’il s’agissait bien d’une nomination à caractère effectif. D’abord, si cette nomination n’est pas première, elle constitue l’élément central de la lettre. Par ailleurs, les historiens s’accordent pour constater le déclin de la féodalité à la fin du Moyen Âge46, et « l’impression prévaut que les nobles ont mis en œuvre une stratégie consciente pour adapter la vieille structure féodo-vassalique aux exigences des temps nouveaux »47. Des liens autres apparaissent ou se développent. Il s’agit des alliances, des retenues civiles ou militaires, des ordres de chevalerie, etc., autant de formes de liens à la base de la société contractuelle. Ils viennent renforcer « la vieille structure féodo-vassalique » dont on peut, certes, constater le déclin relatif, mais que l’on aurait tort d’enterrer trop vite. L’exemple ci-dessus le montre bien : même si la société féodale classique semble loin, « ce sont toujours les cadres juridiques, le vocabulaire de la vassalité, qui continuent de définir les relations avec le souverain »48. Ce système symbolique a beau ne plus être une réalité49, il n’en demeure pas moins très fort non seulement comme modèle, mais même intrinsèquement : alors que les liens nouveaux n’engagent que l’homme, les liens classiques engagent toujours l’homme et ses hoirs. Ainsi, Jean le jeune, comte de Saumes*, prête hommage à Louis Ier en ces termes :

  • 50 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 35.

« Nous, Jehan le jeune, comte de Saulmes, comme monseigneur le duc d’Orliens nous ait retenu a foy et hommage liges et sommes devenuz son vassal et lui avons promis par la foy et serement de nostre corps de le servir doresnavant toute nostre vie nous et noz hoirs comme vray et loyal homme serviteur doit servir son seigneur »50.

Un des buts de ce contrat : alimenter la clientèle princière

  • 51 Voir le premier chapitre consacré aux vocables.
  • 52 B. Guillemain, La Cour pontificale... et P. lugie, « Les familiae cardinalices... » pour ne citer (...)
  • 53 L’historiographie anglaise a bénéficié d’une meilleure conservation des documents. Dans le sillage (...)
  • 54 Voir à ce sujet les travaux précurseurs de Roland Mousnier cités dans la contribution d’Ariane Bol (...)
  • 55 Pour une remise en contexte tant historique qu’historiographique de la question, je renvoie à la p (...)

25L’Hôtel, que l’on peut rattacher aux formes nouvelles de la société contractuelle, n’était donc pas uniquement destiné au service privé du prince. Sa constitution avait également pour but de procurer une clientèle à son chef. Certes, les termes de “client” et de “clientèle” n’appartiennent pas au répertoire lexical du Moyen Âge51, mais la notion existait bel et bien. Le roi, les différents princes, tant laïques qu’ecclésiastiques, ainsi que les principaux seigneurs disposaient chacun d’un entourage de familiers jouant ce rôle. Si d’importants travaux portent sur les clientèles cardinalices de la papauté d’Avignon au xive siècle52, on peut regretter que les clientèles laïques n’aient pas fait l’objet d’études semblables. La faute en incombe aux sources qui ne permettent pas de reconstituer, du moins pour le royaume de France53, le système clientélaire avec précision. Il faut attendre le xvie siècle pour que, grâce aux listes conservées, le phénomène puisse être étudié54. À défaut d’une analyse poussée, je me contenterai donc d’émettre quelques remarques sur le sujet55.

26Le système clientélaire est une relation d’échange à la fois personnelle, inégalitaire et réciproque. Personnelle car elle consiste en une relation d’homme à homme. Inégalitaire parce qu’elle suppose que l’un de ces deux hommes est plus puissant que l’autre. Réciproque enfin puisqu’elle repose sur le besoin mutuel de chacune des parties : le patron a besoin de ses clients tout autant que ceux-ci ont besoin de lui. Cette dépendance partagée amène tout naturellement à s’intéresser à ce qui fait l’avantage d’avoir une clientèle ou de lui appartenir. En premier lieu, j’envisagerai la question du point de vue du patron puis je me placerai du côté du client.

  • 56 M. Harsgor, « Maîtres d’un royaume... », p. 142.
  • 57 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 380.

27Pour le patron, la clientèle a trois fonctions principales : fonder sa puissance ; pouvoir disposer d’une force armée ; intégrer les forces essentielles du royaume. Une clientèle nombreuse renforce d’abord le prestige du patron : « Dans la lutte pour l’agrandissement de leur position de puissance, ces maîtres du royaume cherchent à élargir, le plus possible, leur domination directe sur le plus grand nombre d’hommes : ce sont les fidèles, les clients du personnage, partie intégrante de sa position sociale et politique »56. La clientèle est ensuite à l’origine de la force armée ducale : « Les clients accompagnaient leurs patrons, leur faisaient escorte, leur rendaient des services d’allure très vassalique et même de type militaire »57. Lors de la guerre civile opposant les Armagnacs aux Bourguignons, les principaux serviteurs de l’Hôtel s’alignent ainsi aux côtés du duc avec leurs hommes. Gaillart de La Roque* par exemple rend quittance en août 1411 de 500 livres tournois :

  • 58 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 625.

« Pour les gaiges de moy, cinquantesme hommes d’armes, et vint cinq arbalestriers a cheval de ma compaignie pour un mois entier commençant le XVe jour de juillet derrenier passé desserviz en la compaignie et service de mondit seigneur contre son ennemi et adversaire de Bourgoigne »58.

28Quant à Charles d’Orléans, il ordonne en 1414 que soient payés les « chevaliers, escuiers et autres serviteurs » qui l’accompagnent

  • 59 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 97 et nouv. acq. fr. 3105 : 180.

« ou voyage qu’il fait de present en la compagnie et service du roy nostre seigneur es parties de Compiegne et ailleurs sur les marches de Picardie pour mettre a son obeissance le duc de Bourgogne et ses complices, adversaires et rebelles du roy nostre dit seigneur »59.

29Le duc fait de même appel à sa clientèle lors des expéditions militaires menées au sein du royaume de France comme en dehors, notamment dans la péninsule Italienne. À l’occasion de la campagne d’Italie de 1494-1495, Louis II mande que soient délivrées 110 livres tournois à Lancelot Du Lac, son serviteur et échanson, pour, dit-il,

  • 60 Caen, Mancel, ms. 10 : 157.

« luy aider a soy entretenir et acoustrer plus honnestement en nostre dit service, et aussi en faveur et recompense des bons, grans, louables et recommandables services qu’il nous a faiz par cy devant, fait par chascun jour, et mesmement nous estans derrenierement assiegez en la ville de Novaire ou illec en plusieurs assaulx il c’est vun et vaillemment porté a la repulsion de nos dicts ennemys »60.

  • 61 Voir les travaux de Christophe Piel déjà cités.
  • 62 C. Goldmann, Les Garencières-Le Baveux, vie et mort d’un lignage de la moyenne noblesse normande ( (...)
  • 63 Je renvoie de nouveau à mon premier chapitre consacré aux vocables et dans lequel j’aborde déjà ce (...)

30L’Hôtel offre enfin la possibilité d’agréger certains représentants importants des principaux lignages nobles du royaume – les d’Estouteville61 ou les Garencières62, deux grandes familles nobles normandes, constituent de bons exemples d’une telle stratégie – et de capter les fidélités de personnages appartenant à des zones étrangères et dont le duc désire s’assurer l’aide ou du moins la neutralité63.

31En résumé, le but du patron semble être de gagner la fidélité à toute épreuve du plus grand nombre d’hommes possibles. Mais la vision d’un patron tout puissant dominant le client est à nuancer fortement, tant le client peut faire de son statut un élément de stratégie sociale.

  • 64 « Philippe Viole, lieutenant de noble homme monseigneur Philippe de Florigni, chevalier, chambella (...)
  • 65 G. Prosser, After the Reduction : re-structuring Norman Political Society and the Bien Public (145 (...)
  • 66 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 412.
  • 67 Il s’agit d’obtenir du duc l’affranchissement d’une rente de 60 livres parisis qu’il prend sur cer (...)

32La clientèle des ducs d’Orléans est composée des serviteurs de leur Hôtel auxquels s’ajoutent des personnes extérieures comme les pensionnaires fieffés de Louis Ier. Pour les plus importants des premiers, de même que pour les seconds, ces liens sont souvent pluriels : comme un patron a plusieurs clients, un client peut avoir plusieurs patrons. Dans le cas des serviteurs français, le second patron est généralement le roi. Mais peut-on parler de second patron quand il s’agit du roi ? En effet, les serviteurs ducaux indiquent toujours le roi en premier dans la titulature qui les rattache aux deux princes64. Question de convenances, certes, mais aussi question d’intérêt : la faveur royale prime sur toutes les autres car elle ouvre toutes les portes. En conséquence, si le patron choisit ses clients, s’il cherche à capter les individus les plus notoires ou en passe de le devenir, l’inverse se vérifie également : le client choisit son patron en fonction de ses besoins. C’est l’idée développée par Gareth Prosser d’une extrême fluidité, de l’importante circulation des hommes qui passent d’un office à l’autre, d’un Hôtel à l’autre65. Il n’existe donc pas de clientèle figée. On peut constater ce phénomène de passage d’une clientèle à une autre à la suite du meurtre de Louis Ier : Bertrand Du Mesnil, Charles de La Rivière*, Enguerrand de Marcoignet etc., délaissent alors les d’Orléans pour l’Hôtel de Louis de Guyenne, dauphin en titre. Ainsi, de même que le patron utilise le client, le client instrumentalise son patron. Ce dernier peut, par exemple, servir d’intermédiaire auprès du roi pour faire aboutir les requêtes de son client, voire lui permettre d’entrer en contact avec le souverain. De manière plus indirecte, le fait même que le patron bénéficie des faveurs royales rejaillit sur le client par le jeu de redistributions diverses. Dans les deux cas, le patron n’est plus alors qu’un intermédiaire entre le client et une puissance supérieure. Faire partie d’une clientèle contribue de la sorte à un processus d’ascension sociale. Enfin, de personne qui oblige, le client peut faire du patron son obligé. La captivité de Charles en offre un exemple intéressant : « Entre tous, Charles d’Orléans protégera ceux de ses serviteurs qui, durant sa captivité d’Angleterre, l’ont aidé de leurs deniers ou consolé de leur présence. Ce fut pour beaucoup l’origine de leur fortune »66. Ainsi pour Jean de Saveuses*, Hue de Saint-Mars*, Hance de Cologne, Denisot Rogier... qui n’hésitent pas ensuite à se prévaloir du rôle qu’ils ont joué, comme le montre une supplique de 1450 adressée à Charles67. Les raisons mises en avant par Denisot Rogier pour faire aboutir sa demande sont exposées dans la réponse ducale ; il s’agit des services :

  • 68 Rouen, Leber 3185.

« [...] que continuelment et par long temps il nous a faiz mesmement nous estans prisonnier ou royaume d’Angleterre, esquelx il a emploié la pluspart de son aage, et les dangiers et perilz en quoy il a pour nous exposé sa personne en plusieurs voyaiges ou il a esté par nous envoyé durant le temps des guerres, tant dudit royaume d’Angleterre en ce royaume de France comme ailleurs, et souffert plusieurs paines, prisons et travaulx »68.

  • 69 M. Harsgor, « Maîtres d’un royaume... », p. 142. Cf. la lettre de Charles VIII datée de 1487 sur l (...)

33Le caractère contractuel des relations du duc avec ses officiers, qui apparaît clairement dans les arguments développés ici par Denisot Rogier, n’avait pas que des avantages. Le fait que client et patron soient étroitement liés par des liens de réciprocité pouvait entraîner des effets pervers pour le client notamment en cas de disgrâce du patron, laquelle entraîne en général celle du client. Ainsi, « Denis Le Mercier, chancelier du duc d’Orléans, le futur Louis XII, eut sa maison détruite par ordre du roi à cause de sa qualité de “conducteur, conseiller et entremecteur” de son maître rebelle »69.

  • 70 Cette dépendance mutuelle est notamment manifeste dans le cas des médecins employés au service du (...)

34Cette rapide exposition montre que les relations client/patron relèvent davantage de l’interdépendance que de la sujétion : le patron a besoin de ses clients autant que ceux-ci ont besoin de lui70. D’un côté comme de l’autre, la stratégie politique sous-tend le lien clientélaire. Toutefois, la recherche d’influence est au cœur de la stratégie patronale tandis que l’aspect matériel, consistant surtout à obtenir des offices et les revenus afférents, prédomine du côté du client.

Les relations entre le prince et les serviteurs de son Hôtel

Des obligations mutuelles

  • 71 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 97.

35Les relations qu’entretient le duc avec ses officiers s’inscrivent dans le cadre du système clientélaire précédemment étudié. Le serviteur est tenu de servir loyalement et fidèlement le prince en échange de quoi le prince l’entretient et le protège, lui et sa famille. Cette idée d’assistance se retrouve en de multiples circonstances, notamment lorsque l’officier connaît des difficultés financières liées au service ducal ou à des problèmes personnels. L’aide à la rançon illustre bien le premier cas. Lors de la reprise du pont de Saint-Cloud par les partisans du duc de Bourgogne le 10 novembre 1411, 900 chevaliers et écuyers Orléanais furent tués71, et ceux dont on pouvait espérer une rançon furent faits prisonniers :

  • 72 Guillaume Cousinot, Geste des nobles..., p. 138. Voir également le récit de Michel Pintoin : Perac (...)

« Si furent prins Messire Guillaume Bataille, Messire Arnauton des Bordes, Messire Mansart du Bos et autres chevaliers de renom »72.

36Bien qu’étant lui-même à court d’argent, Charles d’Orléans se devait d’aider les serviteurs qui avaient engagé leur vie, leur fortune et leur honneur pour la défense de sa cause. Par mandement du 26 septembre 1412, il fait bailler 500 livres tournois à Arnaulton Des Bordes*

  • 73 BL, Add. Ch. 3418 et quittance rendue par Amaulton moins d’un mois plus tard, le 19 octobre 1412 [ (...)

« qui ait esté pris en nostre guerre a la journee du pont de Saint-Clost et longuement detenu prisonnier et mis a raençon et grant finance, laquele il ne pourroit bonnement paier sans nostre aide et secours »73.

37Mais les raisons de son aide ne sont pas toujours liées aux services qui lui sont rendus. Le duc assiste pareillement un serviteur qui subit un revers de fortune. Le 16 septembre 1460, apprenant que son valet de chambre, Jacques Malicorne, était tombé dans la pauvreté, Charles d’Orléans écrivait à son gouverneur des finances :

  • 74 BNF, nouv. acq. fr. 3643 : 871, cité dans P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 415.

« Nostre amé et feal. Pour ce que avons sceu que Malicome, nostre serviteur, est en grant necessité, nous voulons et vous mandons que lui bailliez et delivrez audit Malicome IIII escus jusques ad ce que ayons autrement pourveu en son fait. Et gardez que en ce n’y est faulte »74.

  • 75 Voir les exemples rapportés dans P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 407 et suiv.

38Pierre Champion explique la libéralité ducale par sa propension à vouloir aider les personnes nécessiteuses. Certes, les actes de charité ducaux étaient nombreux75, mais les motivations princières ne relevaient pas de la seule bienfaisance. Il en allait de l’intérêt ducal de ne pas laisser un de ses serviteurs dans la détresse : d’abord, parce que cela aurait nui à son image ; ensuite, parce que s’il voulait être bien servi, le duc se devait d’assurer le bien-être des membres de son Hôtel. De la même manière, il avait tout intérêt à ne pas laisser entre les mains de ses ennemis un de ses serviteurs. En aidant son officier à retrouver la liberté, il récupérait non seulement un homme, mais aussi un bien qu’il avait payé. À la satisfaction des services déjà rendus s’ajoutait l’espoir d’en obtenir de nouveaux. D’où la formule fréquemment usitée :

  • 76 On la retrouve par exemple dans un mandement de Louis Ier en date du 24 octobre 1395 dans lequel l (...)

« Pour consideracion des bons et agreables services qu’il nous a faiz ou temps passé, fait chascun jour, et esperons que face ou temps advenir »76.

  • 77 BNF, PO 678 :20-21.
  • 78 Était-il également parent des différents La Motte au service ducal ? Le patronyme était fort coura (...)

39L’aide ducale ne se limitait pas à la personne de son serviteur. Elle touchait également les membres de sa famille. De son vivant, l’officier cherchait ainsi à faire profiter ses proches de la libéralité ducale. Directement comme Richard Pocaire, « maistre d’ostel de monseigneur le duc et de madame la duchesse d’Orleans », qui, « a [sa] supplication et requeste »77, obtint que Charles délivre en mars 1452 sept livres tournois à son parent, Hector de Lamote78. Indirectement en parvenant à faire entrer frères, fils ou neveux au service ducal : la famille de Braquemont est une parfaite illustration de cette stratégie.

  • 79 BNF, PO 2155 : 335. Marguerite et Nicolas Bataille offrent un exemple similaire de couple d’artisa (...)
  • 80 Le 13 janvier 1494, Louis II ordonne à son trésorier de délivrer « a la vesve feu maistre Loys Ruz (...)

40À la mort de l’officier, sa veuve n’était pas abandonnée. Le duc s’acquittait auprès d’elle des sommes dues au disparu. Perette, femme de feu Thomassin Potier, « jadis nostre fourreur et varlet de chambre », reçoit ainsi de Louis Ier, en mars 1404, 46 livres 12 sous et 6 deniers tournois « en quoy nous sommes tenus a ladicte Perette et audit feu Thomassin, son mari, pour plusieurs robes et garnemens qu’ilz ont fourrez »79 ; les veuves de Louis Ruzé, gouverneur général des finances, et de Jean Hurault, écuyer de cuisine, sont semblablement remboursées des sommes que Louis II avait empruntées à leur défunt mari80. Tout comme le duc écoutait les requêtes de ses serviteurs, il écoutait celles de leurs veuves et pouvait y donner bonne suite. On le voit ainsi remettre à la veuve et aux enfants d’Eustache de La Motte la somme dont ce dernier était demeuré débiteur en qualité de maître des garnisons de vins du duc d’Orléans :

  • 81 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 422.

« Loys [Ier], a noz amez et feaulx gens de noz comptes, salut et dileccion. Nous avons oy humble supplicacion de la femme et enfans de feu Eustace de La Mote dit Petiot, jadiz escuier et nostre premier eschanson, contenant que comme dés le quatriesme jour de fevrier l’an mil quatre cens nous eussions ledit Petiot ordené maistre de noz garnisons de vins aux gaiges de deux cens livres tournois par an oultre et par dessus les gaiges, droiz, prouffis, livraisons et autres emolumens qu’il avoit acoustumé prendre et avoir a cause dudit office de premier eschanson, et lequel office de maistre de noz dittes garnisons de vins ledit Petiot a tousjours depuis exercé bien et diligemment jusques au jour de son trespassement qui fu le huitiesme jour de may darrenierement passé [...], que durant le temps dessus dit il a euz en sa garde elle et ses diz enfans soient demourez en reste par devers nous en la somme de neuf vins quatre livres tournois, laquelle reste il ne nous pourraient bonnement paier attendu la longue et griesve maladie ou ledit Petiot a esté par grant et longue espace de temps en laquelle il a moult grandement frayé et despendu de sa chevance si comme il dient en nous humblement requerant que ces choses considerees, et que ledit Petiot par tout le temps de sa jeunesse nous a servi continuelment et moult travaillié son corps en pluseurs loingtains voyages ou il a esté pour nous et autrement en pluseurs manieres, nous leur veuillons sur ce faire et impartir nostre grace pour ce est il que nous inclinans favorablement a la supplicacion de la ditte vesve et enfans [...] avons de plus ample grace donné, quittié et remis, donnons, quittons et remettons a la dicte vesve et ses diz enfans le feur plus de la dicte reste et debte [...]. Donné a Paris le XXIXe jour d’aoust l’an de grace mil quatre cens et deux »81.

  • 82 Caen, Mancel, ms. 10 : 121. On notera que le montant de l’aide consentie dépendait du rang social (...)

41Enfin, le duc se sentait également responsable du devenir des veuves d’officiers au service de son épouse. En attestent les 32 sous que Jehanne Chevalier, « femme de feu Gillet Chevalier, en son vivant queux de madame la duchesse d’Orleans », reçoit de Louis II, laquelle somme « ledit seigneur luy a donné pour luy aider a vivre »82.

  • 83 Voir le cas de Jeanne de Souday, veuve de Jean de Trémagon [É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et (...)
  • 84 « La libéralité du prince n’étant pas confidentielle, ne peut-on pas considérer que celle-ci parti (...)
  • 85 À la mort de son trésorier général Jean Chardon, Charles d’Orléans se charge de placer les deux fi (...)
  • 86 Voir la supplique retranscrite plus haut de la veuve d’Eustache de La Motte et de ses enfants. Aut (...)

42Pourquoi se préoccuper ainsi du sort de femmes qui, a priori, ne sont plus d’aucune utilité au duc dès lors que leur mari est mort ? Du vivant de son conjoint, l’épouse servait de relais entre le duc et l’officier. Mais à sa mort ? Comme j’ai déjà eu l’occasion de le démontrer83, la veuve continue à jouer un rôle au sein de l’Hôtel : celui de dépositaire de la mémoire de l’officier ducal et de faire-valoir pour le duc84. Aussi ce dernier continue-t-il à leur servir de patron, à elle et à ses enfants85, façon de signifier à ceux qui sont alors à son service qu’il saura, même après leur mort, récompenser leur fidélité en secourant leur veuve, leur famille, si celles-ci font appel à lui86.

  • 87 BNF, PO 2155 : 309. En prévision des dépenses que devait susciter l’expédition de Lombardie, Louis (...)
  • 88 Le compte de novembre 1392 atteste que le duc d’Orléans reçut « le IXe jour de decembre, quant il (...)

43Tout cela contribuait à renforcer les liens entre le prince et les membres de son Hôtel. Le prince leur faisait des dons ; les serviteurs lui en faisaient également dans la mesure de leurs moyens. Mais si tous faisaient don de leur personne à celui qui les avait engagés, bien peu pouvaient se permettre de lui offrir, comme Jean de Roussay*, « une fyole d’argent doree »87 – question d’argent, mais aussi question de convenances : un inférieur pouvait-il offrir un cadeau à son supérieur ? De même, rares étaient ceux qui pouvaient se prévaloir d’avoir eu le duc à leur table. Seuls des personnages éminents tels que Pierre de Chevreuse* et Jean de Trie* accueillirent Louis Ier à souper en leur hôtel88. Si les dons offerts au duc étaient donc rares, les prêts étaient, eux, très fréquents et ne dépendaient pas de la situation sociale du créancier. La question des dettes étant aussi importante que celle des dons, elle mérite à son tour une étude détaillée.

  • 89 M. Mollat, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, Aubier, 1988.
  • 90 J.-P. Boudet, « Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 220.
  • 91 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 208.

44Les princes de la fin du Moyen Âge empruntaient souvent à des créanciers qui en faisaient métier, mais aussi à des membres de leur entourage. Ainsi, Jacques Cœur89, puis Olivier Le Daim90, ne remplissaient-ils pas seulement le rôle de factotum auprès du roi, mais également celui de créancier du souverain. D’autres personnages plus modestes mettaient également leur bourse à la disposition de leur seigneur. Isabelle de Portugal par exemple s’adressait à une grande variété de prêteurs : « Parmi eux se trouvent des membres de l’Hôtel »91. Bref, la pratique était courante à l’époque et les ducs d’Orléans ne dérogent pas à la règle. À travers leur exemple, j’essayerai de décomposer le mécanisme du prêt en me demandant qui sont les prêteurs, quand le duc fait appel à eux, et enfin, quelles conséquences peut avoir le prêt sur le rapport au prince.

  • 92 Jean Froissart, Chroniques, t. 14, p. 53, cité dans F. Autrand, Jean de Berry..., p. 316.
  • 93 En 1406, « par le moien dudit duc d’Orléans, [il] espousa la comtesse de Blois douairière, jadis v (...)

45« Monseigneur veut que ses gens deviennent riches » rapporte Froissart au sujet du duc de Berry92. Cette volonté se retrouve chez les princes d’Orléans qui dispensaient gages, pensions, dons « et autres emolumens » pour mieux s’attacher les hommes à leur service, mais aussi pour se ménager une réserve monétaire dans laquelle ils puisaient si besoin était. Il convient ici de distinguer deux catégories d’officiers. La première regroupe des officiers déjà pourvus avant même leur entrée au service ducal. Je citerai l’exemple de Guillaume Le Bouteiller*. La seconde catégorie rassemble ceux qui devaient effectivement leur fortune au prince qu’ils servaient. Ainsi en est-il de Boniface de Morez, objet de très nombreux dons ducaux, ou de Pierre dit Clignet de Brébant*, redevable à son protecteur des hautes charges obtenues et des richesses accumulées, que l’union avec l’un des plus beaux partis du royaume de France, la comtesse de Blois, ne fit qu’augmenter93. Dans les deux cas, les faveurs ducales venaient, sinon établir une fortune, du moins contribuer à l’entretenir. Dès lors, les serviteurs ducaux devenaient autant de créanciers potentiels pour le duc.

  • 94 Outre l’exemple retranscrit, voir également BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 654 et 656 ; ADL, 6J8 : 125 (...)

46De même que j’ai distingué deux catégories d’officiers, il convient de différencier deux circonstances de l’emprunt : la nécessité et le quotidien. Les nombreux prêts contractés par Charles d’Orléans lors de la guerre civile et à son retour de captivité trahissent un besoin toujours croissant d’argent. L’expression « a nostre grand besoing » revient d’ailleurs de façon récurrente dans nombre de mandements de remboursements ducaux94. Le 5 septembre 1415, soit près de quatre ans après un emprunt daté du 10 novembre 1411, Charles fait ainsi bailler à son physicien, Pierre de Vaulx, 42 livres tournois en remboursement et remerciement :

  • 95 BL, Add. Ch. 3127. Voir aussi le mandement daté du 18 août 1413 dans lequel Charles fait rembourse (...)

« Pour ce qu’il nous eust presté a nostre grant besoing six tasses d’argent blanc [...] pour convertir en noz affaires et icelles tasses eust baillees et delivrees a nostre bien amé Estienne Courtet lors commis de par nous a la vendicion et engaigement de certaine vaisselle »95.

47En juin 1445 encore, il ordonne aux gens de ses comptes de rembourser « plusieurs de noz officiers et serviteurs [de] certaines grosses sommes de deniers » empruntées

  • 96 BNF, PO 2158 : 576.

« pour secourir et aidier a nostre tres chier et tres amé frere le conte d’Angolesme, lequel a esté par moult long temps detenu en Angleterre jusques a nagueres que icellui nostre frere a esté eslargy »96.

  • 97 Par exemple, voir BNF, nouv. acq. fr. 1460 : 114 ; nouv. acq. fr. 3638 : 126, 129, etc.
  • 98 1496 (compte général), « A Odin Mondoulcet, valet de chambre de mondit seigneur, la somme de quatr (...)

48Pour autant, il ne faudrait pas en conclure que le prince n’empruntait de l’argent à ses serviteurs que lorsqu’il se trouvait démuni. Le plus souvent, le duc empruntait de petites sommes à son entourage « pour en faire nostre volenté »97 ou « pour faire ses plaisirs »98, sans que le motif de l’emprunt soit précisé. Il arrivait cependant que l’occasion de la dette soit connue. Jean Mirart* se voit ainsi rembourser six écus,

  • 99 BNF, PO 2154 : 260.

« lesquelx il avoit prestez a mondit seigneur [Louis Ier] pour achater pluseurs chiens courans en la ville de Saint-Omer »99 ;

49et Hubert de Gronches, maître d’Hôtel de Louis II, rend quittance en juin 1484 de 75 sous tournois, laquelle somme, dit-il,

  • 100 Caen, Mancel, ms. 10 : 94.

« nous avons paiee et baillee par le commandement dudit seigneur [d’Orléans] aux trompetes de monseigneur le mareschal de Bourgoigne que ledit seigneur leur a donné pour avoir joué devant luy »100.

  • 101 BNF, ms. fr. 6211 : 653.

50Le duc n’avait, semble-t-il, jamais de liquidités sur lui et les serviteurs qui se trouvaient à ses côtés faisaient office de “prêteurs ambulants”. La fréquence des sommes avancées est d’ailleurs un bon indicateur de leur présence auprès de lui. Elle permet de distinguer ceux qui appartenaient à ce premier cercle de fidèles qui suivaient partout le prince. Boniface de Morez était de ceux-là. Il rend ainsi quittance en décembre 1393 de 697 francs 10 sous tournois, « lesquielx mondit seigneur me devoit pour prest a lui par moy fait a plusieurs et diversses foiz et en divers lieux »101. L’ampleur des prêts consentis permet par ailleurs de se faire une idée de la richesse de l’officier sollicité. Le duc empruntait généralement de modestes sommes à ses serviteurs les moins fortunés, tandis que les plus nantis lui procuraient des montants plus importants. Toutefois, il faut prendre garde à ne pas généraliser. Il arrivait que le prince n’emprunte qu’une petite somme à un serviteur relevant pourtant des plus hautes sphères de l’Hôtel. Tout dépendait de la somme dont il avait besoin.

  • 102 « Un roi ne manque pas de créanciers, même lorsqu’il voyage, comme Charles III en 1397 qui revient (...)
  • 103 Voir l’exemple supra de Pierre de Vaulx.
  • 104 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 178.
  • 105 Au sujet de ce prêt, voir ADL, 6J8 : 158-159, et BL, Add. Ch. 3162.

51Les prêts accordés au prince profitaient aux deux parties : le duc disposait à ses côtés d’un vivier de serviteurs qui constituaient autant de prêteurs potentiels ; en prêtant au duc, le serviteur entrait dans sa familiarité et s’assurait du maintien de sa faveur102. Si les liens entre les deux parties en sortaient renforcés, cela risquait cependant de nuire à l’une ou à l’autre. Le serviteur n’était pas toujours remboursé des sommes prêtées ou il l’était parfois avec un délai de plusieurs années103. Quant au duc, en empruntant à l’un de ses officiers, il devenait son obligé, ce qui n’était pas sans conséquence sur l’inamovibilité et la vénalité des offices : « Tant que ses officiers étaient ses créanciers, le prince pouvait difficilement les déplacer ou ne pas accepter le successeur de leur choix. Les emprunts faits par les princes à leurs officiers jouèrent donc un rôle considérable dans la construction de l’hérédité et de la vénalité des offices »104. Cet effet pervers du prêt explique que le duc préférait, notamment dans le cas de grosses sommes, faire appel à des personnes extérieures. D’abord parce qu’elles en avaient davantage les moyens. Juste après avoir été fait prisonnier, Charles d’Orléans emprunte ainsi 41 000 livres tournois à Jean Tarenne, changeur et bourgeois de Paris105. Ensuite parce que la dette ne prenait dès lors plus la même signification. Le prince n’entrait pas dans la dépendance de ses serviteurs et, de ce fait, conservait tout pouvoir sur les membres de son Hôtel. Cela le rendait-il pour autant indifférent à leur sort ?

Un patron attentif

52En les accompagnant dans leur vie extra-professionnelle, en écoutant leurs requêtes, en partageant avec eux des activités communes, le duc donne l’image d’un patron attentif au sort de ses serviteurs. Mais s’agit-il d’un suivi désintéressé qui rejoindrait l’amour que le prince dit dans son testament leur porter, ou bien le duc espère-t-il avoir davantage prise sur son entourage en lui renouvelant des manifestations d’intérêt ?

  • 106 Jean de Cugnac, panetier et premier valet de chambre de Louis II, rend quittance en juillet 1475 d (...)
  • 107 Il est ainsi fait mention dans trois comptes successifs (de 1493 à 1497) de l’aide apportée par Lo (...)
  • 108 Le 27 février 1398, Jean de Bueil* rend quittance de 500 livres tournois sur 1 000 l.t. données pa (...)
  • 109 Christiane Klapisch-Zuber en examine l’utilisation dans les rapports sociaux et politiques à Flore (...)

53Du moment où un individu entrait au service ducal, il n’avait pour ainsi dire plus de vie privée. Le duc ou son épouse participaient à tous les événements importants que connaissaient les membres de leur “famille”, finançant l’installation du jeune ménage106, aidant à payer les études des fils107, contribuant à la constitution de la dot des filles et aux frais du mariage108, etc. Bien que le parrainage des enfants, considéré à juste titre comme un véritable « acte politique »109, ait déjà retenu l’attention de plus d’un chercheur, j’ai choisi de développer cet exemple car, dans le cas des d’Orléans, il est un bon reflet de l’adaptation d’une pratique aux circonstances du moment.

  • 110 Je n’ai trouvé que deux cas où Louis II joue le rôle de parrain : le 31 août 1464, Charles d’Arbon (...)
  • 111 L’article publié dans les Études offertes à Bernard Guenée et dans lequel je parlais déjà du baptê (...)
  • 112 Godefroy Le Fèvre fait figure d’exception. Par mandement ducal en date du 12 juillet 1397, Gilot S (...)

54Les exemples relevés concernent dans leur quasi-totalité les principats de Louis Ier et de Charles110, aussi limiterai-je mon étude à une comparaison entre ces deux périodes111. Trois différences apparaissent nettement : présence, nombre et statut. Tandis que Louis Ier, parrain en titre, ne participait que très rarement à la cérémonie112 – il faisait tenir l’enfant sur les fonts baptismaux par un membre de son entourage, sorte de parrain par procuration –, Charles ou son épouse étaient présents et effectuaient eux-mêmes les gestes rituels du baptême. C’est un fait attesté par de multiples documents, tel celui du 9 août 1457 :

  • 113 BNF, PO 2160 : 667.

« Au curé de Saint-Sauveur de Blois ledit jour qui a baptisé l’enfant de maistre Guillaume de Villebresme que mondit seigneur a tenu sur fons V s.t., au clerc dudit curé X d., et a la saige femme qui a porté ledit enfant baptiser XIII s. IX d.t. »113.

55Peu de temps auparavant, le 1er août, le même curé recevait une somme identique pour avoir baptisé

  • 114 BNF, PO 2160 : 668.

« l’enfant de Jehan Aubert, clerc des offices de l’ostel de mondit seigneur, que madame la duchesse a tenu sur fons » 114.

  • 115 Louis Ier mande ainsi que la somme de 131 francs, deux sous, et six deniers tournois soit baillée (...)
  • 116 Excepté avant sa captivité : le 4 septembre 1414, Girardin Adourne, changeur parisien, rend quitta (...)

56À la différence de son prédécesseur qui désignait une tierce personne pour le représenter lors de la cérémonie du baptême, Charles déléguait sa propre épouse quand il ne pouvait être là. De même, alors que le premier rachetait son absence par l’attribution de cadeaux coûteux à la mère de l’enfant baptisé – il s’agissait toujours de vaisselle et, le plus souvent, de hanaps et d’aiguières115 – le second rétribuait les acteurs de la cérémonie (le curé et son clerc, la sage-femme) mais n’offrait aucun objet de valeur à sa désormais commère116. On l’aura compris : Louis Ier avait les moyens financiers de ne pas être présent alors que Charles tâchait de compenser son absence de moyens par l’honneur de sa présence. À cette question d’argent se superpose une question plus générale d’attitude envers ses serviteurs. Louis Ier était un grand prince qui devait disposer de peu de temps pour ses gens, et le simple fait de l’avoir comme compère augmentait déjà le capital d’honneur de la famille. De plus, il était souvent sur les routes et n’aurait pu, même s’il l’avait voulu, assister à tous les baptêmes de ses filleuls. À l’inverse, Charles, une fois installé à Blois, n’en sortait que rarement ; il ne pouvait pas tenir le rang de l’un des plus grands princes d’Occident comme son père. Par conséquent, il cultivait cette image de simplicité, de proximité avec les membres de son Hôtel.

  • 117 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 407.
  • 118 Louis Ier « fait lever l’enfant sur fons » de ses chambellans Guillaume de Braquemont*, Jean de Ga (...)
  • 119 Louis d’Orléans parraine avec Pierre de Villaines dit Le Bègue, l’un des Marmousets, le fils dont (...)
  • 120 Voir l’article déjà cité de Bernard Jussen qui assimile le parrainage à une forme de parenté [« Le (...)
  • 121 Aucun document que j’ai pu consulter ne le laisse apparaître.
  • 122 C. Klapisch-Zuber, « Compérage et clientélisme... », p. 129.

57À en croire Pierre Champion, les filleuls de Charles d’Orléans étaient plus nombreux que ceux de Louis Ier et « de pauvres enfants s’y rencontraient avec les fds de ses officiers qu’il voulait honorer »117. D’un point de vue strictement quantitatif, les exemples recueillis semblent confirmer cette assertion. Mais pour connaître précisément le nombre respectif de filleuls de Louis et de Charles et mieux apprécier la recrudescence de leur nombre sous ce dernier, il faudrait pouvoir recenser le nombre d’enfants qui portaient leur prénom. Qualitativement, il va sans dire que les choix des deux ducs différaient. De fait, l’alliance spirituelle s’accommodait mal d’une inégalité sociale trop prononcée sous Louis Ier qui ne parrainait que les enfants de ses principaux officiers118 ou ceux de personnalités extérieures d’importance119. Le parrainage impliquait la compaternité et Louis, fils et frère de roi, ne pouvait faire entrer dans sa parenté le premier venu120. Quant à savoir si Charles distribuait cet honneur comme il distribuait son ordre de chevalerie, il paraît en effet qu’au sein de l’Hôtel le privilège était plus répandu tout en restant cependant l’apanage d’une certaine élite. Pierre Champion semble s’être laissé emporter par cette image de bonhomie de Charles qu’il entend à tout prix donner en faisant du duc le parrain de pauvres enfants121. Il ne faut en effet jamais oublier que « le rapport de compérage n’est pas un rapport dyadique, noué entre deux individus seulement, comme le rapport de patron à client. Il inclut le conjoint du compère et éventuellement quelques autres de ses parents »122. Quel intérêt aurait eu Charles à avoir comme compères de pauvres hères ? Aucun. Tout comme sous le principat de Louis Ier, le parrainage était utilisé par Charles, non seulement pour se rapprocher de ses serviteurs, mais aussi pour avoir plus de prise sur eux, sur leurs enfants devenus ses filleuls et qui peut-être à leur tour le serviraient un jour, ainsi que sur leur famille qui désormais était rattachée à la sienne.

  • 123 J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 202.
  • 124 « Les frères de Charles V apparaissent comme des joueurs très assidus s’adonnant aux jeux d’échecs (...)
  • 125 « Le jeu de cartes bénéficie également des faveurs du prince et les sommes qu’il y dépense se situ (...)
  • 126 « Grand joueur d’échecs », il a contribué à promouvoir l’image d’un jeu, « alors tenu [à la différ (...)
  • 127 Soit 22 livres 10 sous tournois si l’on prend pour base un écu couronne = 22 sous 6 deniers tourno (...)
  • 128 Tel son médecin Jean Cailleau, un de ses partenaires habituels, à qui il réussit à gagner un trait (...)
  • 129 Certes, ils étaient nobles et riches pour la plupart, mais en aucun cas les pairs ou les égaux des (...)
  • 130 « En matière de paume, ses dépenses atteignent un niveau inégalé en cette fin de xive siècle » [J. (...)
  • 131 Ibid., p. 207.

58Le jeu offrait au duc une semblable possibilité de contrôle. Pour l’ensemble des princes de l’époque, le jeu était un moment de détente, de récréation important : « Ainsi, dans les familles royales et princières du royaume de France, les jeux faisaient partie de la vie quotidienne »123. À l’instar des autres Grands du royaume124, les ducs d’Orléans étaient des joueurs invétérés. En témoigne le tableau 18 dressé en grande partie grâce aux traces laissées dans la comptabilité princière de sommes dues par les ducs à la suite d’une défaite au jeu avec un ou plusieurs partenaires. On y voit Louis Ier pratiquer tous les jeux de son temps, que ce soit la paume, les échecs, ou le nouveau jeu de cartes125 ; Charles jouait aux tables (sorte de jacquet) mais surtout aux échecs dont il était passé maître126, et Louis II était un grand amateur de jeu de paume. Quant à leurs compagnons de jeu, ils différaient selon les périodes. Durant le principat de Louis Ier, il s’agissait de personnages de haut rang tel le duc de Bourbon ou de grands officiers de l’Hôtel qui pouvaient miser de 20 écus127 (Jean Mirait*) à 500 livres tournois (Jean de Hangest*). Au contraire sous Charles, les sommes engagées ne dépassaient pas quatre livres tournois et ses partenaires étaient essentiellement des proches partageant son goût des échecs128 ; cependant soit ils n’occupaient pas un office subalterne, soit ils appartenaient à une famille de renom (Jean Pot) ou se trouvaient au service du roi (Charles de La Rivière et Jean de Nantouillet)129. Il en allait de même sous Louis II, bien que les sommes engagées ne nous soient pas connues. Mais quelles étaient les motivations des uns et des autres à jouer ainsi régulièrement ? Pour les serviteurs, avoir le prince pour partenaire constituait toujours un honneur insigne, voire une marque de faveur ; sous Louis Ier s’y ajoutait l’espoir de gains éventuels aux dépens d’un duc prêt à perdre des sommes considérables130. Il est vrai que le duc y trouvait en contrepartie son intérêt. En resserrant grâce au jeu les liens qu’il entretenait avec des serviteurs flattés d’être ses partenaires, il pouvait d’autant mieux les contrôler et finalement assurer la cohésion du groupe. Le jeu pouvait même servir le prince pour ses intrigues politiques à l’extérieur de l’Hôtel. Ainsi Louis II n’hésitait pas à jouer à la paume avec des bourgeois parisiens pour affermir sa position dans la ville131 : le contrôle des lieux passait par le contrôle des hommes.

Tableau 18. Les ducs d’Orléans et le jeu

Tableau 18. Les ducs d’Orléans et le jeu

59Dans son testament rédigé le 19 octobre 1403, soit juste avant son départ pour la Lombardie, Louis Ier manifeste son attachement envers ses serviteurs :

  • 132 AN, K 534, n° 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces..., p. 201.

« Item, je prie et requier a mes gens, officiers et serviteurs que en ensuivant le bon exemple des gens de feu mon tres redoubté seigneur et pere dont Dieu ait l’ame que le plus brief qu’ilz pourront aprés mon trespassement pour l’amours de moy ilz se vestent de gris brun ou d’un brun terne et qu’ilz le portent autant de temps comme ceulx de mon lignage porteront le noir et en ce ilz me monstreront signe de grant amour et qu’ilz aient mon ame pour recommandee car Dieu scet que je les ayme en ame et en corps, en honneur et en chevance. Et si plaist a Dieu avoir mercy de moy, je pense a faire mon devoir de prier Dieu pour eulx en l’autre siecle »132.

  • 133 « Ce jour [le 15 janvier 1423], par l’ordonnance de la Court, fu cloz et seellé du contreseel de l (...)
  • 134 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 489 : « Que le roi ne s’oppose pas aux dons et legs [soit 3 997 l (...)

60Le cas n’est pas singulier ainsi que l’attestent nombre de testaments contemporains. Tel Charles VI, les princes y lèguent souvent d’importantes sommes à leurs « povres officiers et serviteurs »133 ; d’autres, comme Jean de Berry134 ou, dans l’exemple qui suit, Charlotte de Savoie, recommandent à leur parents

  • 135 Extrait du testament de la reine Charlotte de Savoie publié par D. Godefroy, Histoire de Charles V (...)

« d’entretenir tous et chacuns nos officiers en leurs estats et offices, et ainsi qu’ils sont de present, lesquels leur avons donnez et nommez, et qu’il les entretienne en leurs libertez, privileges et franchises, telles qu’ont accoustumé jouyr les officiers des Roys et Reynes »135.

61Rien n’est légué dans le testament du duc d’Orléans, mais les sentiments y sont clairement énoncés : “aimez-moi comme je vous aime” – on remarquera au passage la place centrale qu’occupe encore la notion de réciprocité. Quelle signification le prince donnait-il aux mots « amour » et « ayme[r] » ? Quel message voulait-il faire passer ? Peut-on y voir cette fois un acte, sinon des paroles, totalement désintéressé ? Je ne le pense pas.

  • 136 « Et pour tout ce que dessus est dit, faire, entériner et accomplir et mettre a fin et execution d (...)

62En 1403, Louis Ier d’Orléans était au faîte de sa puissance. Il pouvait espérer que ses descendants continueraient la politique qu’il avait entreprise et que son lignage irait prospérant. Dans cette optique, il fallait qu’il lègue à ses successeurs, non seulement des biens, mais aussi des hommes de confiance sur lesquels ils pourraient s’appuyer. Or ces hommes de confiance, n’en avait-il pas déjà fait ses serviteurs ? En leur témoignant son amour, il maintenait les liens qui les unissaient à lui et assurait la cohésion du groupe par-delà la mort. Nul doute en effet que les officiers désignés comme ses exécuteurs testamentaires – dernier honneur, mais non le moindre, que leur conférait le duc : il prouve l’importance de ces hommes mais aussi de l’Hôtel – rapporteraient aux autres membres du groupe les dernières volontés ducales136. Jusqu’au dernier moment, le duc demeurait donc un patron attentif... à ses propres intérêts.

***

  • 137 M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 148 et suiv. : « Comment pourrait-il y avoir amitié ré (...)

63L’Hôtel est utilisé par le prince afin de construire, de consolider son pouvoir. Dans ce but, il alimente de façons diverses les liens qui l’unissent à ses serviteurs qui sont autant de relais avec l’extérieur. Les rapports qu’il entretient avec eux sont par conséquent des plus intéressés et laissent peu de place à tout sentiment qui pourrait ressembler à de l’affection, voire à de l’amitié (il n’y a d’amitié qu’entre égaux comme le souligne Mireille Vincent-Cassy137) Instrumentalisé par le duc qui voit en lui le moyen de s’assurer une clientèle stable, fiable et compétente, l’Hôtel est semblablement utilisé par ses serviteurs qui espèrent grâce à lui changer d’état. Pour autant, tous ne recherchaient-ils que leur intérêt ? La fidélité au prince ou à une cause ne joua-t-elle pas dans certains cas ?

Notes

1 Caen, Mancel, ms. 11 : 98.

2 La lettre est enregistrée le jour même par Alain Du Bey, garde de la prévôté d’Orléans, et sera « collacionnee en la chambre de noz comptes pour une foiz seulement » [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 616].

3 Raymond Cazelles explique la rareté des lettres de provision venues jusqu’à nous par des pertes, certes, mais pas seulement : « Les nominations qui ne posent aucun problème, ni pour le paiement des gages y afférents, ni pour les cumuls, ni pour la contrariété des ordonnances ne font pas normalement l’objet de lettres. » [La Société politique..., p. 333]. Concevable pour le xive siècle, cette seconde série d’arguments me semble plus discutable dans le cadre du xve siècle où l’on a pu constater que l’écrit prenait le pas sur l’oral. Les lettres de nomination ne constituent-elles d’ailleurs pas l’essentiel du corpus à partir duquel Olivier Mattéoni a rédigé sa thèse, Servir le prince... ?

4 La formule « retenu pour nous servir » est la plus fréquemment utilisée dans les chartes. On la retrouve également employée dans les sources littéraires : « Icelluy Guillaume Bische se tira à Soissons et à Paris, et Guyot d’Usie se tira en sa maison en Bourgoingne, et à ces deux fit le conte de grans biens en leur exil, et mesme le Roy de France retint en son hostel ledit Guyot d’Usie, et, à la verité, ledit Guyot estoit pour lors ung des gentilz escuyers de la maison » [Olivier de La Marche, Mémoires, t. II, p. 420].

5 BNF, PO 1241 : 12.

6 BNF, PO 2163 : 913.

7 M. Lever, Le Sceptre et la marotte..., p. 65 ; « Le seigneur prodigue apparaît d’autant plus puissant que ses cadeaux sont somptueux » [M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 143].

8 A. Page, Vêtir le prince..., p. 96.

9 Je citerai un seul exemple : en mars 1396, Senestre Trente, marchand parisien, rend quittance de 96 livres tournois dues pour quatre pièces de drap de damas noir achetés de lui « pour faire deux houpelandes longues fourrees de martres de Prusse qu’il a donné, l’une a messire Jehan de Roussay, chevalier, chambellan dudit seigneur, et l’autre a Boniface de Mores, escuier d’escuierie d’icellui seigneur » [BL, Add. Ch. 2205]. Il pourrait bien s’agir de la houppelande inventoriée sur la liste des présents offerts aux étrennes du 1er janvier 1396 et sur laquelle Boniface de Morez figure en compagnie des ducs de Berry et de Bourgogne, de l’amiral de France, Jean de Vienne, du maréchal de France, Louis de Sancerre, et de Jean de Roussay* [BNF, ms. fr. 10431 : 609].

10 Parmi les nombreux ouvrages récents sur la question, celui de Maurice Godelier, L’Énigme du don... renouvelle les travaux en ce domaine tout en faisant la synthèse de ceux de ses prédécesseurs. Voir également l’étude de Bartolomé Clavero, La Grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1999. À noter enfin que l’École doctorale d’histoire de Paris I a consacré sa dernière séance de l’année universitaire 2001 au thème « Donner et recevoir », ce qui confirme l’intérêt porté au sujet par les historiens [Hypothèses 2001..., p. 229-298].

11 Par exemple, BL, Add. Ch. 48.

12 Ainsi, dans ceux d’Olivier Mattéoni, Servir le prince..., p. 380-385 ou de Monique Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 347-352.

13 Voir É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 159-160.

14 « Les jeunes mariés recevaient également un présent en nature que le duc faisait remettre le jour des festivités » [P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 136]. Jean de Roussay* perçoit ainsi, en sus des 4 000 francs accordés par le duc, 707 francs d’orfèvrerie le jour de ses noces [BNF, PO 2605 : 2].

15 BNF, PO 2160 : 715.

16 Louis Ier fit verser 1 115 francs à Hance Karat pour l’haincelin et la ceinture d’or qui allait avec [BL, Add. Ch. 2092].

17 BL, Add. Ch. 2710 et 2711.

18 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 25 et p. 28, n. 22.

19 BL, Add. Ch. 2411. Le prix des draps achetés à un marchand de Lucques n’est pas indiqué dans le mandement de paiement ducal [BL, Add. Ch. 2395], mais on peut supposer qu’il devait être élevé, les draps de Lucques étant parmi les plus luxueux de l’époque.

20 Citons quelques exemples : Jean dit Sauvage de Villiers* et Jean de Trémagon*, chambellans, Jean Poulain, trésorier général, Macé Héron, secrétaire, touchent chacun 2 000 francs d’or ; Robert Le Sénéchal, échanson, en perçoit 1 000 [Caen, Mancel, ms. 11 : 100] et Philippe de Boucarvillier, panetier, touche 300 francs [BNF, ms. fr. 6210 : 300], Ces sommes leur sont accordées « en accroissement de leur mariage ». Les serviteurs subalternes reçoivent des sommes nettement plus modiques destinées à les défrayer des dépenses occasionnées : Colin Le Rebelle, valet de fourrière, rend ainsi quittance de 30 écus « pour lui aidier a son mariage » [ADL, 6J6 : 97] et Miton, enfant de cuisine, se voit attribuer six écus « pour avoir une robe neusve le jour de ses noces » [BNF, PO 2153 : 215].

21 BNF, PO 661 : 3-4.

22 Notre-Dame de Cléry semble avoir été un lieu de dévotion privilégié par les officiers des ducs d’Orléans. Ce pèlerinage à la Vierge avait en effet un rayonnement non négligeable, et cela dès Philippe le Bel [informations communiquées par Élisabeth Lalou qui prépare un Itinéraire de Philippe IV le Bel]. De surcroît, situé à 16 kilomètres du centre d’Orléans, sa proximité avec la capitale du duché en facilitait l’accès aux serviteurs ducaux. Or, « les grands pèlerinages ont moins de succès que ceux qui conduisent les fidèles à une quinzaine de kilomètres de leur domicile » [C. Gauvard, La France au Moyen Âge..., p. 363].

23 BNF, PO 2160 : 669.

24 ADL, 6J4 : 86.

25 ADL, 6J4 : 107.

26 BL, Add. Ch. 6699. Isabelle de France, le dauphin, etc., figurent également sur cette même liste. Il faudrait connaître les cadeaux offerts par les bénéficiaires de la munificence ducale pour prendre la mesure de cette “guerre des dons”.

27 A. Page, Vêtir le prince..., p. 38.

28 C. Ribéra-Pervillé, « Les diamants... », p. 76.

29 BNF, PO 2163 : 929.

30 Rouen, Leber 3165. Louis Ier ordonnait déjà, en janvier 1395, de rembourser Pierre Cordelle, son receveur de Valois et de Beaumont, « pour XVIII XIIes de fromages de nostre païs de Chauny, lesquels nous avons fait venir et apporter devers nous, et yceulx donner et distribuer a nostre plaisir » [F. M. Graves, Quelques pièces..., p. 118]. À propos des fromages célèbres de l’époque, voir l’article de Bruno Laurioux, « Du bréhémont et d’autres fromages renommés au xve siècle », dans Scrivere il Medioevo. Lo spazio, la santità, il cibo. Un libro dedicato ad Odile Redon, B. Laurioux et L. Moulinier-Brogi éd., Rome, Viella, 2001, p. 319-336.

31 J. Godbout, L’Esprit du don, p. 16.

32 BL, Add. Ch. 2983.

33 ADL, 6J6 : 8.

34 Louis Ier mande ainsi en octobre 1396 que soient remis 163 francs à Regnauldin Doriac, changeur parisien, pour un hanap d’or acheté et pris de lui « et ycellui fait bailler a nostre amé et feal chevalier et chambellan, le seigneur de Viezpont, pour donner de par nous a la femme messire Guillaume Martel, chambellan de monseigneur le roy » [BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 266]. Bien qu’adressé à la femme de Guillaume, le don ne lui était pas vraiment destiné. Il s’agissait de séduire le mari en passant par l’épouse, véritable relais entre le duc et l’officier.

35 À noter que deux d’entre eux, Charles de Savoisy* et Guillaume Martel*, figurent aux côtés du duc au mariage d’Hector de Pontbriant* [cf. É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 160].

36 « Qu’est-ce que signifie “apprivoiser” demande le petit prince au renard [...]. Ça signifie “créer des liens” lui répond le renard » [A. de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Paris, Gallimard, 1975, p. 68 (éd. orig. : New York, 1943)]. Voir également la définition que le renard donne du rite [ibid., p. 70].

37 M. Mauss, « Essai sur le don... », p. 268.

38 C. Ribéra-Pervillé, « Les diamants... », p. 77.

39 M. Douglas, Ainsi pensent..., p. 24.

40 Thème de la Table ronde internationale organisée les 11-13 décembre 1998 à l’Institut historique allemand de Paris, sous la direction de Gadi Algaz, Valentin Groebner et Bernhard Jussen (actes à paraître).

41 BNF, PO 1946 : 17.

42 BNF, PO 1946 : 20.

43 BNF, PO 1946 :21.

44 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 797.

45 En général, Louis Ier procédait en deux temps. Il délivrait une première lettre dans laquelle il retenait comme vassal le seigneur dont il recherchait l’alliance. Puis, dans une seconde lettre, il lui attribuait un office, le plus souvent celui de chambellan. Gérard Du Boulay* et Jean le jeune, comte de Saumes* illustrent cet enchaînement.

46 Bernard Guenée va jusqu’à dire que, « au milieu du xve siècle, la féodalité a épuisé ses vertus politiques » [L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 231].

47 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 342.

48 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 204.

49 « Pendant la première moitié du xve siècle encore, le roi de France s’appuie autant sur le lien de vassalité que sur celui de sujétion. Charles VII entendait toujours être “obéy de ses vassaulx et subjects” [...]. Mais Louis XI, tirant enfin leurs conséquences des théories que les avocats de son père répétaient au Parlement depuis bientôt vingt ans, néglige tout argument féodal » [B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 230-231].

50 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 35.

51 Voir le premier chapitre consacré aux vocables.

52 B. Guillemain, La Cour pontificale... et P. lugie, « Les familiae cardinalices... » pour ne citer que les principaux.

53 L’historiographie anglaise a bénéficié d’une meilleure conservation des documents. Dans le sillage de K. Bruce McFarlane, elle s’est beaucoup intéressée à la “féodalité bâtarde” et, partant, aux relations clientélaires. Voir notamment l’ouvrage de Simon Payling, Political Society in Lancastrian England. The Greater Gentry of Nottinghamshire, Oxford, 1991, et la récente synthèse de Michael Hicks, Bastard Feudalism, Londres, Longman, 1995.

54 Voir à ce sujet les travaux précurseurs de Roland Mousnier cités dans la contribution d’Ariane Boltanski, « Clientélisme et construction monarchique... ».

55 Pour une remise en contexte tant historique qu’historiographique de la question, je renvoie à la présentation de Christophe Piel, « Les clientèles, entre sciences sociales et histoire... ».

56 M. Harsgor, « Maîtres d’un royaume... », p. 142.

57 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 380.

58 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 625.

59 BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 97 et nouv. acq. fr. 3105 : 180.

60 Caen, Mancel, ms. 10 : 157.

61 Voir les travaux de Christophe Piel déjà cités.

62 C. Goldmann, Les Garencières-Le Baveux, vie et mort d’un lignage de la moyenne noblesse normande (fin xiiie siècle- xve siècle), 3 vol., Thèse de doctorat dactylographiée, Université Paris IV, 1991.

63 Je renvoie de nouveau à mon premier chapitre consacré aux vocables et dans lequel j’aborde déjà ce sujet.

64 « Philippe Viole, lieutenant de noble homme monseigneur Philippe de Florigni, chevalier, chambellan du roy nostre seigneur et premier de monseigneur le duc d’Orleans, souverain maistre et enquesteur des eaues et forez dudit seigneur ou duchié d’Orleans », 1396/03/08 [BNF, nouv. acq. fr. 9190 : 51].

65 G. Prosser, After the Reduction : re-structuring Norman Political Society and the Bien Public (1450-1465), Unpublished University of London PhD, 1996.

66 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 412.

67 Il s’agit d’obtenir du duc l’affranchissement d’une rente de 60 livres parisis qu’il prend sur certains biens acquis par Denisot Rogier des héritiers de Nicole Le Dur.

68 Rouen, Leber 3185.

69 M. Harsgor, « Maîtres d’un royaume... », p. 142. Cf. la lettre de Charles VIII datée de 1487 sur la saisie des partisans d’Orléans et notamment Denis Le Mercier [AN, Y 6 (1), no 829, f° 116]. De la même façon, on peut citer l’exemple d’Hugues de Guingant dont les biens furent confisqués au début du siècle : le 21 novembre 1411, « la Court a ordonné, que pour ce que l’en disoit que le roy avoit donné les biens de maistre Hugues de Guinghan pour ce que tenoit la partie du duc d’Orleans et ly estoit favorable, et y estoit en garnison ou s’efforçoit d’y estre le chevalier du guet à Paris, dont la femme dudit Guinghan avoit appellé, que inventaire desdiz biens se fera, presens les parties, et seront mis iceulx biens en main seure de par le roy, quousque, et seront les parties oyes au Vermendois prouchain. Audit inventoire faire est commiz maistre J. du Boiz, graphier criminel, et J. Dauviller, huissier, et chascun d’eulx, et ce fait, se partiront ceulx qui sont en l’ostel dudit Guinghan » [Nicolas de Baye, Journal..., II, p. 36].

70 Cette dépendance mutuelle est notamment manifeste dans le cas des médecins employés au service du prince : « En qualité de médecins, ils ont sur leur patron et client une influence considérable » [M. Préaud, Les Astrologues..., p. 16].

71 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 97.

72 Guillaume Cousinot, Geste des nobles..., p. 138. Voir également le récit de Michel Pintoin : Peracta insigni victoria, cum domino de Cambourg, insigni barone Britanie, et domino Guillelmo Bataille, dominoque Mansarde de Bosco multi pugiles ex generosis proavis ducentes originem odibile jugum redempcionis subierunt [RSD, Chronique, IV, livre XXXII, chap. XXXV].

73 BL, Add. Ch. 3418 et quittance rendue par Amaulton moins d’un mois plus tard, le 19 octobre 1412 [BL, Add. Ch. 240]. Michel Mollat insiste sur la gêne financière des seigneurs capturés : « Certains seigneurs pourtant aisés furent obligés d’emprunter et de vendre terres et châteaux, et même la dot de leur femme, pour payer des rançons successives » [La Guerre de Cent ans..., p. 127]. Ce dut être le cas de Guillaume Bataille* par exemple, fait prisonnier et rançonné deux années consécutives, en 1411 (lors de la reprise de Saint-Cloud par les partisans bourguignons) et 1412 (à l’occasion du siège de Bourges par les troupes royales).

74 BNF, nouv. acq. fr. 3643 : 871, cité dans P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 415.

75 Voir les exemples rapportés dans P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 407 et suiv.

76 On la retrouve par exemple dans un mandement de Louis Ier en date du 24 octobre 1395 dans lequel le duc mande que soient délivrés 2 000 fr. d’or à Yves de Vieuxpont*, son chambellan, « pour consideration des bons et agreables services qu’il nous a faiz ou temps passé, fait chascun jour, et esperons que face ou temps advenir, et aussi pour lui aidier a paier sa rançon ou païs d’Alemaigne ou il a esté longtemps prisonnier » [BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 247].

77 BNF, PO 678 :20-21.

78 Était-il également parent des différents La Motte au service ducal ? Le patronyme était fort courant et il est difficile, voire impossible, en l’absence de documents faisant preuve, d’établir des liens de parenté entre eux.

79 BNF, PO 2155 : 335. Marguerite et Nicolas Bataille offrent un exemple similaire de couple d’artisans travaillant pour les d’Orléans comme l’atteste une quittance datée du 5 août 1401 et dans laquelle la veuve reconnaît avoir reçu 50 livres 14 s.t., reste d’une somme de 266 livres 14 s.t. due « pour les tapisseries des chambres pour la gesine de Madame [la duchesse d’Orléans] qu’elle fit de Philippe Monseigneur d’Orleans a Asnieres, ou mois de juillet 1396 » [Rouen, Leber 3159]. Soulignons au passage que, dans les deux cas, la femme n’a d’identité qu’à travers son défunt époux, seul d’ailleurs à être rattaché à l’Hôtel ducal en tant que valet de chambre, comme si elle n’existait que par rapport à lui, de son vivant comme après sa mort.

80 Le 13 janvier 1494, Louis II ordonne à son trésorier de délivrer « a la vesve feu maistre Loys Ruzé la somme de trois mil cinq cens livres tournois pour deux mil escus couronne que ledit feu Ruzé nous presta japieça par nostre cedulle, et a la vesve feu Jehan Hurault la somme de huit vings quinze livres tournois pour cent escus couronne que ledit feu Jehan Hurault presta et bailla a nostre maistre d’ostel Georges d’Auxy pour faire la despense de nostre train que ledit Georges mena aprés nous en Bretaigne » [BNF, PO 1265 : 64].

81 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 422.

82 Caen, Mancel, ms. 10 : 121. On notera que le montant de l’aide consentie dépendait du rang social que l’officier détenait de son vivant.

83 Voir le cas de Jeanne de Souday, veuve de Jean de Trémagon [É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 163-168].

84 « La libéralité du prince n’étant pas confidentielle, ne peut-on pas considérer que celle-ci participe à la mise en scène du pouvoir ? » [ibid., p. 165].

85 À la mort de son trésorier général Jean Chardon, Charles d’Orléans se charge de placer les deux fils du défunt. Charles Chardon, filleul du duc, est d’abord secrétaire puis chapelain de Louis II. Quant à Christophe Chardon, il occupe la charge de « chappellain de la chappelle Notre-Dame fondee derriere le cueur de l’esglise de Saint-Sauveur de Blois » [BNF, PO 678 : 28, 33, etc.]. Avant lui, on peut citer le cas de Jean sans Peur qui n’oubliait pas que son chambellan, Enguerrand de Bournonville, était mort pour lui alors qu’il défendait Soissons contre les Armagnacs : il assurait une fonction et des revenus à son fils, Antoine, et prenait sous sa protection la maîtresse et les enfants bâtards du défunt [B. Schnerb, Enguerrand de Bournonville..., p. 135-136].

86 Voir la supplique retranscrite plus haut de la veuve d’Eustache de La Motte et de ses enfants. Autre requête, présentée cette fois à Charles en 1461, « l’umble supplicacion de nostre amee Guillemine, jadis femme de feu Jehan Lessaieur, en son vivant nostre orfevre et varlet de chambre, tant en son nom que ou nom et comme aiant la garde de Chariot Lessaieur son filz, nostre filleul » [BNF, PO 1698 : 2].

87 BNF, PO 2155 : 309. En prévision des dépenses que devait susciter l’expédition de Lombardie, Louis Ier avait confié à Jean Poulain et à Jean Le Flament le soin de « vendre, engaigié ou faire fondre la vaisselle et joyaux [...] au mieulx et plus prouffitablement qu’ilz verront et aviseront qu’il sera a faire pour nous et a nostre prouffit ». Parmi les objets consignés, on trouve la fiole d’argent « que messire Jehan de Roussay donna semblablement a mondit seigneur aux dictes estrennes [de 1403] ».

88 Le compte de novembre 1392 atteste que le duc d’Orléans reçut « le IXe jour de decembre, quant il ala soupé en l’ostel de messire Pierre de Chevreuse que le roy y soupa, C escuz 112 frans » [ADL, 6J4 : 2], et celui de décembre 1393 certifie que le duc toucha 300 écus « le landemain ensuivant qu’il souppa en Tostel messire Jehan de Trye » [ADL, 6J4 : 59].

89 M. Mollat, Jacques Cœur ou l’esprit d’entreprise, Paris, Aubier, 1988.

90 J.-P. Boudet, « Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 220.

91 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 208.

92 Jean Froissart, Chroniques, t. 14, p. 53, cité dans F. Autrand, Jean de Berry..., p. 316.

93 En 1406, « par le moien dudit duc d’Orléans, [il] espousa la comtesse de Blois douairière, jadis vefve de feu Loys conte de Blois, laquelle estoit seur au conte de Namur, auquel il despleut moult dudit mariage » [Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 127]. Voir également ce qu’en dit le Religieux de Saint-Denis dans sa Chronique, III, livre XXVI, chap. XXVIII, p. 363-365.

94 Outre l’exemple retranscrit, voir également BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 654 et 656 ; ADL, 6J8 : 125, etc.

95 BL, Add. Ch. 3127. Voir aussi le mandement daté du 18 août 1413 dans lequel Charles fait rembourser 67 livres 10 sous tournois à « Huguette de Villebresme, mere de nostre amé et feal secretaire maistre Jehan de Villebresme [...] pour six tasses d’argent [...] que ladicte Huguette nous presta liberalment ou mois de novembre CCCC et XI et icelles delivra et fist bailler pour nous et en nostre nom a nostre bien amé Estienne Courtet pour faire hastivement avecques autre grant quantité de vaisselle qu’il avoit de nous finance d’argent comptant pour paier et entretenir les gens d’armes et souldoiers que nous avions lors, lesquelles VI tasses ont esté prisees et évaluees ladicte somme de LXVII1. X s.t. » [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 100].

96 BNF, PO 2158 : 576.

97 Par exemple, voir BNF, nouv. acq. fr. 1460 : 114 ; nouv. acq. fr. 3638 : 126, 129, etc.

98 1496 (compte général), « A Odin Mondoulcet, valet de chambre de mondit seigneur, la somme de quatre escuz d’or au soleil pour le rembourser de pareille somme qu’il a baillee contant es mains de mondit seigneur pour faire ses plaisirs et volentez » [Caen, Mancel, ms. 10 : 166].

99 BNF, PO 2154 : 260.

100 Caen, Mancel, ms. 10 : 94.

101 BNF, ms. fr. 6211 : 653.

102 « Un roi ne manque pas de créanciers, même lorsqu’il voyage, comme Charles III en 1397 qui revient du Bassin parisien en Navarre, laissant derrière lui un sillage superbe de dons et de dettes. Car prêter à un prince, c’est entrer dans sa familiarité » [B. Leroy, « La cour des rois de Navarre dans la deuxième moitié du xive siècle et au début du xve siècle », Le Royaume de Navarre..., p. 318]. L’association entre dons et dettes faite ici par l’auteur confirme l’étroite imbrication des deux questions.

103 Voir l’exemple supra de Pierre de Vaulx.

104 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 178.

105 Au sujet de ce prêt, voir ADL, 6J8 : 158-159, et BL, Add. Ch. 3162.

106 Jean de Cugnac, panetier et premier valet de chambre de Louis II, rend quittance en juillet 1475 de 100 l.t. reçues de Louis Ruzé, trésorier de Marie de Clèves, « que ladicte [dame] a donnee et ordonnee a moy et a Jehanne Bataille, ma femme, pour nous en mesnaiger en nostre nouvel mesnaige et ce oultre et par dessus noz gaiges et bienffaiz et mesmement oultre la somme de trois cens livres tournois que ladicte dame nous a donné ou traicté de nostre mariaige » [Caen, Mancel, ms. 10 : 20].

107 Il est ainsi fait mention dans trois comptes successifs (de 1493 à 1497) de l’aide apportée par Louis II pour payer les études du fds de son précepteur devenu son médecin : « Au filz de maistre Jehan Thomas, magister, la somme de vingt quatre escuz d’or a luy donnee de pension ceste dicte presente annee pour l’entretenir aux escolles » [BNF, PO 2163 : 914 ; PO 2164 : 969 ; PO 2165 : 989].

108 Le 27 février 1398, Jean de Bueil* rend quittance de 500 livres tournois sur 1 000 l.t. données par le duc « pour et en accroissement du mariage de Katherine, nostre fille » [BNF, ms. fr. 6210 : 402]. Le 4 octobre 1451, Jehan Viart, clerc d’offices de Charles, reconnaît avoir reçu de Jehan Chardon, trésorier et receveur de ce dernier, 8 livres et 5 sous tournois « que mondit seigneur le duc m’a aujourdui donné pour moy aidier a faire la feste et le disner des nopces de ma fille » [ADL, 6J10 : 64].

109 Christiane Klapisch-Zuber en examine l’utilisation dans les rapports sociaux et politiques à Florence [« Compérage et clientélisme... »].

110 Je n’ai trouvé que deux cas où Louis II joue le rôle de parrain : le 31 août 1464, Charles d’Arbonville* reçoit 17 sous et six deniers tournois « pour pareille somme par lui baillee pour le bapteme de l’enfant de la femme Pietre André qu’il a tenu sur fons ou nom de monseigneur le duc de Valois » [BNF, PO 1501 : 29]. Par ailleurs, il avait pour filleul l’un des fils de Jean Burgensis, son médecin.

111 L’article publié dans les Études offertes à Bernard Guenée et dans lequel je parlais déjà du baptême portait sur le seul principat de Louis Ier [É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 160-163].

112 Godefroy Le Fèvre fait figure d’exception. Par mandement ducal en date du 12 juillet 1397, Gilot Saget, orfèvre, touche 60 francs pour « un hanap et une aiguiere d’argent doré poinsonnés donnés a la femme de Godefroy Le Fevre, nostre varlet de chambre, dont nous avons tenu l’enffant sur fons » [BL, Add. Ch. 3013].

113 BNF, PO 2160 : 667.

114 BNF, PO 2160 : 668.

115 Louis Ier mande ainsi que la somme de 131 francs, deux sous, et six deniers tournois soit baillée à Jean Tarenne « pour un hanap d’or couvert poinsonné a un fretelet garni d’un saphir et de quatre perles que nous avons fait prendre et acheter de lui pour donner a la femme messire Lionnel de Chaumont pour son enfant que nous avons fait lever sur fons », 1391/07/08 [BNF, PO 2797 : 3].

116 Excepté avant sa captivité : le 4 septembre 1414, Girardin Adourne, changeur parisien, rend quittance de 100 livres tournois dues pour six tasses d’argent « lesquelles mondit seigneur a fait prendre et achater de moy [...] et icelles données et fait presenter de par mondit seigneur a sa commere la femme de Bouchait de Mornay* [...] le jour que nous feismes tenir et lever sur fons leur premier filz lequel porte nostre nom » [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 108 et 111].

117 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 407.

118 Louis Ier « fait lever l’enfant sur fons » de ses chambellans Guillaume de Braquemont*, Jean de Garencières*, Jean de Trémagon*, Jean de Trie*, Lyonnel de Chaumont*, Raoul de Gaucourt* et de son physicien, Guillaume Boucher [ADL, 6J6 : 89].

119 Louis d’Orléans parraine avec Pierre de Villaines dit Le Bègue, l’un des Marmousets, le fils dont Isabeau de Bavière accoucha le 22 janvier 1397. Le prénom de Louis fut donné à l’enfant [M. Thibault, Isabeau de Bavière..., p. 231]. Par ailleurs, il est le parrain du cinquième enfant de Jean Jouvenel né en 1393 (rien ne dit qu’il a tenu l’enfant sur les fonts) [L. Battifol, Jean Jouvenel, prévôt des marchands de la ville de Paris (1360-1431), Paris, 1894, p. 317-324].

120 Voir l’article déjà cité de Bernard Jussen qui assimile le parrainage à une forme de parenté [« Le parrainage... », p. 467-468].

121 Aucun document que j’ai pu consulter ne le laisse apparaître.

122 C. Klapisch-Zuber, « Compérage et clientélisme... », p. 129.

123 J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 202.

124 « Les frères de Charles V apparaissent comme des joueurs très assidus s’adonnant aux jeux d’échecs, de paume et de dés. [De même], les descendants de Philippe le Hardi suivirent son exemple. Ainsi Jean sans Peur jouait-il aux dés [...]. Philippe le Bon, lui, manifestait une passion très vive pour les jeux, aussi bien la paume que les cartes. Charles le Téméraire s’y intéressa beaucoup moins. [Quant au] roi René, [il] appréciait particulièrement les cartes et les échecs » [ibid., p. 201-202].

125 « Le jeu de cartes bénéficie également des faveurs du prince et les sommes qu’il y dépense se situent à un niveau identique à celles jouées aux dés ou à la paume » [ibid., p. 275].

126 « Grand joueur d’échecs », il a contribué à promouvoir l’image d’un jeu, « alors tenu [à la différence des autres jeux] pour une saine et morale distraction » [J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 277 et p. 468, et P. Champion, Charles d’Orléans, joueur d’échecs...].

127 Soit 22 livres 10 sous tournois si l’on prend pour base un écu couronne = 22 sous 6 deniers tournois, cours de l’écu à la fin du xive siècle [J. Belaubre, Histoire numismatique..., p. 304 et J. Day, Monnaies..., p. 168].

128 Tel son médecin Jean Cailleau, un de ses partenaires habituels, à qui il réussit à gagner un traité de médecine [P. Champion, Charles d’Orléans, joueur d’échecs..., p. 3].

129 Certes, ils étaient nobles et riches pour la plupart, mais en aucun cas les pairs ou les égaux des ducs. Peut-être faut-il donc relativiser l’affirmation d’Hervé Martin selon laquelle, dans le jeu, les brassages non seulement entre sexes mais entre classes restaient rares [Mentalités médiévales..., p. 265].

130 « En matière de paume, ses dépenses atteignent un niveau inégalé en cette fin de xive siècle » [J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 274].

131 Ibid., p. 207.

132 AN, K 534, n° 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces..., p. 201.

133 « Ce jour [le 15 janvier 1423], par l’ordonnance de la Court, fu cloz et seellé du contreseel de la chancelerie le roole ouquel, selon l’advis d’icelle court et d’aucuns officiers de l’Ostel du roy, estoient escripts les noms des officiers et serviteurs du roy Charles VI, nagaires trespassé, avec les sommes qui leur estoient a distribuer de la somme de VIM frans, a cause de certain lays de XIIM frans laissez en testament par ledit feu roy Charles a ses povres officiers et serviteurs » [Clément de Fauquembergue, Journal, I, p. 82] (suit la liste des officiers concernés) « et sera distribué a chascun d’eulx plus ou moins, selon son service et sa povreté ou neccessité, et en la fin de la distribucion sembloit que on devroit avoir regard a Phelippot de Braban, qui a servi XX ans, et a Jaquet de Lievreville, qui a servy longtemps et est povre » [ibid., p. 86].

134 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 489 : « Que le roi ne s’oppose pas aux dons et legs [soit 3 997 l.t.] que le duc a faits à ses “officiers, familiers et serviteurs” ! Inquiet de l’avenir de ses gens, le mourant supplie de ne pas les abandonner : qu’il veuille bien les laisser dans leurs offices “pour amour et honneur de notre personne” ! ».

135 Extrait du testament de la reine Charlotte de Savoie publié par D. Godefroy, Histoire de Charles VIII.., p. 363-365. Les différentes dispositions prises dans son testament par une autre grande dame de l’époque en faveur des gens de sa Maison sont exposées par Maria Narbona Cárceles dans son article sur la reine Blanche de Navarre [« La “Discrecion hermosa” : Blanca de Navarra, reina de Francia (1331 ?-1398)... », p. 98].

136 « Et pour tout ce que dessus est dit, faire, entériner et accomplir et mettre a fin et execution due, je faie, nomme et eslis mes executeurs mondit seigneur le roy, le chancelier de France [je n’ai ensuite reporté que les noms des serviteurs ducaux], maistre Pierre Beaublé, maistre Pierre L’Orfevre, mon chancelier ou celui qui le sera pour le temps, maître Guillaume Cousinot, Nicole Le Dur, messire Jean de Bueil, messire Saquet de Blaru, messire Guillaume de Laire, chevalier, Jehan Le Flament, maistre Hugues de Guinguant » [AN, K 534, no 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces..., p. 218]. Auxquels noms Eugène Jarry ajoute ceux de Guillaume de Braquemont*, Philippe de Florigny* et Jean de Roussay* [La Vie politique..., p. 297].

137 M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 148 et suiv. : « Comment pourrait-il y avoir amitié réciproque quand l’ami du seigneur est qualifié de serviteur, valet ou officier ? ».

Table des illustrations

Titre Tableau 18. Les ducs d’Orléans et le jeu
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.