Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Deuxième partie. La vie du groupe

Chapitre VI. Un groupe soudé ?

Texte intégral

  • 1 Derrière le chariot qui transportait le corps de Charles d’Orléans d’Amboise à Blois « marchaient (...)
  • 2 Louis Ier recommande « que le plus brief qu’ilz pourront aprés mon trespassement pour l’amours de (...)
  • 3 ...a centre of social life [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 61].

1Lors des funérailles de son patron, la Maison entière d’Orléans, revêtue de noir, accompagnait le corps jusqu’à sa dernière demeure1 et portait le deuil aussi longtemps que le défunt duc l’avait prescrit dans son testament2. Exemple unique de solidarité ou pratique constitutive d’une identité forgée au sein d’un espace social commun, véritable « centre de vie sociale »3, au sein duquel les serviteurs d’un même prince étaient amenés à se côtoyer ? Quelles relations existaient entre les officiers du duc d’Orléans ? Le service commun suffisait-il à faire d’un groupe professionnel composé d’officiers aux tâches multiples une communauté reposant sur des intérêts plus larges ? Quel type de cohabitation émerge des liens vécus au sein d’un espace clos ?

Un réseau complexe de liens divers

2Toutes les formes qui cimentent un groupe, qui assurent sa cohésion, participent du lien social. Plutôt que d’esquisser une typologie du lien social tel qu’il se développe à l’intérieur de l’Hôtel, il m’a paru plus approprié d’observer comment cet ensemble de variantes structurelles et fonctionnelles a été combiné et utilisé par les structurants et par leurs dirigeants.

Les liens qui se tissent au sein de l’Hôtel

3D’emblée, il convient de préciser que seuls les liens unissant entre eux les différents membres du groupe seront étudiés dans ce qui va suivre, les relations entre serviteurs et prince faisant l’objet d’une étude spécifique dans le chapitre intitulé « Le rapport au prince ». Pour autant, ce serait une erreur d’écarter le prince de la formation des liens entre serviteurs. Il intervenait fréquemment, de façon plus ou moins directe. De même, n’allons pas croire que la présente étude se limitera strictement aux liens constitutifs horizontaux. Communauté fortement hiérarchisée, l’Hôtel peut voir se former des liens verticaux entre officiers principaux et officiers subalternes.

  • 4 « Le terme de pseudo-parenté sert à désigner des relations sociales qui s’expriment en terme de pa (...)
  • 5 Par exemple, les testaments du Parlement de Paris conservés aux Archives nationales sous la cote X (...)

4D’une façon générale, les liens qui unissent les serviteurs entre eux sont difficiles à saisir. La table “Interactions” de la base de données laisse ainsi apparaître un maillage extrêmement ténu : sur un peu moins d’une centaine d’interactions relevées, seul un tiers concerne des liens tissés entre des membres de l’Hôtel. Les deux autres tiers ont trait à des liens entre officiers et prince, ou entre officiers et personnes extérieures à l’Hôtel. De plus, tous les types de liens ne sont pas également représentés. Alors que les liens afférents à la parenté dite réelle ou classique (par la consanguinité ou le mariage) constituent la quasi-totalité de l’ensemble, les autres formes, comme celles relevant de la pseudo-parenté4, n’apparaissent que rarement, voire pas du tout. Cette distorsion s’explique de deux manières. D’abord, par la préférence donnée lors du dépouillement à certains types de documents plutôt qu’à d’autres5. Ensuite, par le silence des sources quand il s’agit de systèmes d’alliances tels que l’amitié, le parrainage ou le compérage. L’indigence de la documentation collectée requiert donc une extrême prudence pour ce qui est de l’interprétation mais ne devrait néanmoins pas empêcher d’échafauder des hypothèses.

  • 6 « Compte tenu de la complexité et les enjeux d’une exécution, le testateur désignera ceux en qui i (...)
  • 7 Il teste en mars 1401 [BNF, ms. fr. 23271, f° 77 édité par A. Tuetey, « Testaments... », p. 301-30 (...)
  • 8 Testament postérieur à celui de Jean de Trie*.
  • 9 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 614.
  • 10 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 254, p. 161.
  • 11 S’agit-il toujours de Laurent de Rue, abbé en 1398 ? [E. Jarry, La Vie politique..., p. 220].
  • 12 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 64, p. 75.
  • 13 R. C. Famiglietti, The French Monarchy in Crisis..., II, p. 555.
  • 14 Ibid., II, p. 542.

5Ainsi dans le cas des testaments. L’importance du choix des exécuteurs a encore récemment été soulignée6, et elle se vérifie largement dans le cas des testaments rédigés au début du xve siècle par Jean de Trie*, chambellan de Louis Ier7, et Pierre L’Orfèvre, son chancelier8. A priori diamétralement opposés – alors que Pierre L’Orfèvre désigne au sein de l’Hôtel ducal les personnes chargées d’assurer l’exécution de ses dernières volontés, Jean de Trie* les choisit toutes, à une exception près, celle de Pierre l’Orfèvre, hors de l’Hôtel –, les deux actes ont en commun plus d’un point. On notera d’abord que le statut social des individus retenus est identique ou supérieur à celui du testateur. Pierre L’Orfèvre désigne ainsi comme ses exécuteurs Guillaume Cousinot, conseiller influent de Louis Ier, avocat au Parlement promis à une belle carrière9, et François de L’Hôpital*, chambellan de Louis Ier dès 1390, mais aussi chambellan du roi Charles VI, maître et enquêteur des eaux et forêts d’île-de-France, de Champagne et de Brie10. Quant à Jean de Trie*, il fait appel à Pierre L’Orfèvre précédemment cité, de même qu’à l’abbé de Chaâlis11, supérieur d’une des plus prestigieuses abbayes cisterciennes d’île-de-France, à Guillaume de Dormans, archevêque de Sens12, à Hervé Le Coich, chambellan du roi et du dauphin13, et à Nicolas Le Charron, changeur et bourgeois de Paris14. Choisir des personnages de marque donnait plus de valeur au document et assurait sa bonne exécution.

  • 15 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 254, p. 161.
  • 16 Ibid., II, notice 796, p. 221.
  • 17 A. Tuetey, « Testaments... », p. 303.

6L’existence préalable d’un autre lien entre disposants et exécutants est un second point commun aux deux actes. François de L’Hôpital*, qui a épousé Catherine L’Orfèvre15, et Guillaume Cousinot, mari de sa sœur Laurence16, sont ainsi devenus les gendres de Pierre L’Orfèvre. De par son mariage avec Marguerite de Trie, sœur de Jean de Trie*, Hervé Le Coich en est le beau-frère. C’est d’ailleurs à lui et à sa femme que, dans son testament, Jean confie ses biens, biens dont ils pourront jouir « durant ladicte minorité dudit Loys [son fils] seulement »17. Les testateurs choisissent le plus souvent au sein de leur parenté, naturelle ou par alliance, leurs exécuteurs testamentaires, de même que les tuteurs des enfants en bas âge qu’ils laissent à leur mort. À la suite du décès de Robert de Béthune*, chambellan ducal, Nicolas de Baye rapporte que, le 28 mars 1409 :

  • 18 Nicolas de Baye, Journal..., I, p. 262. On remarquera que le propre frère de Robert, Jean de Béthu (...)

« Messire J. de Craon, seigneur de Dompmars, Mahiu de Roye, seigneur de Muret, J. de Roboiz, seigneur de Roboiz, Sarrazin d’Arly, seigneur du Quesnoy, Guillaume de Trye, seigneur de Plainville, Roland de Wiquarque, seigneur de Harque, Gasselin du Boiz, seigneur de Rainseval et le seigneur de la Hamade, tous chevaliers, et aussy Rasse de Montcaverel, escuier, seigneur de Bonnecourt, tous amis charnelx et parens de damoiselle Jehanne et Jaqueline, mineurs d’ans, filles de feu noble messire Robert de Bethune, jadiz chevalier et viconte de Meaulx, et de madame Ysabel de Guistelle, sa femme, ont esleu et nommé à estre tuteurs desdiz enfans mineurs lesdiz messire J. de Craon, cousin germain desdictes damoiselles, et Mahiu de Roye, cousin remué de germain d’icelles damoiselles »18.

  • 19 À propos des amis charnels, on lira avec intérêt l’article précurseur de J. Turlan, « Amis et amis (...)
  • 20 J. Turlan, « Amis et amis charnels... », p. 669.
  • 21 « Au milieu du xve siècle [...], l’expression “ami charnel” quand elle est employée, se trouve plu (...)
  • 22 Le nouveau petit Robert, p. 71.

7« Amis charnels » a encore ici le sens qu’on lui connaît au xive siècle et qui désigne des parents par le sang dont l’un des rôles – l’exemple ci-dessus l’illustre bien – consiste à intervenir dans la vie juridique des sous-âgés en conférant la tutelle aux personnes par eux désignées19. L’expression tombe en désuétude vers le début du xve siècle20, ce qui explique que le terme de « parens » lui soit associé21 pour bien la différencier du mot d’ami, sans qualificatif, qui prend à cette époque le sens qu’il a conservé de nos jours : « personne liée d’amitié avec (une autre personne), ou qui est l’objet de l’amitié de quelqu’un »22.

  • 23 Michel Gaillart, conseiller et gouverneur général de toutes les finances de Louis II, est qualifié (...)
  • 24 Renaud de Roye* apparaît comme « compagnon d’armes et ami dévoué de Boucicaut » [Le Livre des fais (...)
  • 25 « Item, et quant le roy ou prince a dyné ledit maistre d’ostel s’en va dyner en la sale avecques t (...)
  • 26 Voir les ballades où Eustache Deschamps donne les noms des compagnons des parties de beuverie de L (...)
  • 27 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 469 et suiv. et Charles d’Orléans., « Préface », Ball (...)
  • 28 Or, « le jeu est une occasion de rencontre » [J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 206].

8Les documents consultés, tant comptables que narratifs, font peu de place à l’amitié, et les deux occurrences du mot « ami » qui ont été relevées concernent des liens entre serviteur et prince dans le premier cas23, et entre serviteur et personne extérieure à l’Hôtel dans le second24. À croire que les bons sentiments étaient absents de toute relation sociale entre membres de l’Hôtel. Une telle hypothèse me semble inconcevable pour des gens qui, en dehors de leur travail, passaient autant de temps ensemble. Ils prenaient leurs repas en commun25, partageaient avec Louis Ier le goût du vin26 ou participaient aux concours de poésies que Charles organisait à Blois27, ils prenaient part aux mêmes jeux28, etc. Jean Mirart*, chambellan de Louis Ier, rend ainsi quittance de 30 écus d’or :

  • 29 ADL, 6J5 : 21.

« [...] pour les bons et agreables services que je lui ay fait, et aussi pour me aidier a racheter un mien cheval lequel je avoye engagé a messire Gadiffer de La Sale au jeu des quartes »29.

  • 30 Voir notamment l’article de C. Gauvard, « Cuisine et paix... ». L’auteur y souligne le caractère b (...)

9Autant d’actes qui participent de la sociabilité, qui contribuent à créer des affinités, à produire du lien. Certes, le lien social ainsi construit était fragile, et il suffisait d’une querelle pour qu’il se brisât. Le partage du repas ou de la boisson ne servait pas toujours à symboliser la paix. Il pouvait la rompre30. Dans plusieurs poèmes où il se met en scène, Eustache Deschamps décrit les brimades dont il est l’objet et qui lui font redouter les repas pris en commun. Citons pour exemple le rondeau 579 :

Je n’ose aler souper a court
Pour Savoisi et pour Poitiers
Qui lopinent trop volentiers.

Sur ce me font souper trop court
5 Mangier n’y puis, n’a quart, n’a tiers.
Je n’ose aler souper a court
Pour Savoisi et pour Poitiers.

  • 31 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, IV, p. 38. Le rondeau 580 met en scène les mêmes protagonist (...)

L’un d’eulx a ma viande court,
Et l’autre au vin ; poussins, plouviers,
10 M’arrache des poins ; amy chiers,
Je n’ose aler souper a court
Pour Savoisi et pour Poitiers
Qui lopinent trop volentiers31.

  • 32 Voir à ce sujet les avis divergents entre partisans du premier degré (A. Desguine, G. Raynaud), et (...)
  • 33 Ils veillaient, avec le portier, à ne pas laisser entrer de personnes non autorisées, surtout aux (...)
  • 34 Hormis dans des cas très particuliers exposés par N. Nabert [Les Réseaux d’alliance en diplomatie. (...)

10Qu’elles soient réelles ou imaginaires32, ces plaintes reflètent l’atmosphère qui devait régner à des tables où la bousculade était générale et où les huissiers de salle devaient faire régner l’ordre33. On peut cependant supposer que des groupes informels d’amis, ou du moins de compagnons, devaient se constituer et que, si le vocable “ami” est le plus souvent une extrapolation d’historiens contemporains, il correspond à une réalité de l’époque. Simplement, il semblerait que l’amitié ne soit pas un sentiment que les gens exprimaient volontiers par écrit34, d’autant que les occasions entre membres de l’Hôtel de le faire devaient être rares. Les gestes ou les discours tenus, s’ils nous avaient été rapportés, auraient certainement mieux permis d’appréhender la nature des sentiments entre individus d’un même groupe.

  • 35 Il serait cependant hâtif d’en conclure que les serviteurs ne choisissaient jamais leurs compères (...)
  • 36 Thème que je ne développe pas davantage car il fait déjà l’objet d’une sous-partie dans mon articl (...)

11De même en est-il de la parenté spirituelle qui découle du parrainage. Non qu’elle soit totalement absente des sources, mais elle n’apparaît que lorsque le duc est partie prenante dans le lien créé. Je n’ai ainsi relevé aucun exemple de compérage entre serviteurs35, ou alors il s’agissait de compaternité par procuration, un serviteur désigné par le duc – au hasard ? parce qu’il entretenait de bonnes relations avec la famille ? en raison de son rang social élevé ? – effectuant les gestes rituels du parrainage (présenter l’enfant et le lever sur les fonts baptismaux) en lieu et place du duc, parrain en titre. C’est notamment vrai sous le principat de Louis Ier, celui-ci déléguant le plus souvent à l’un des membres de son entourage le soin d’être présent le jour du baptême36. Enguerrand de Marcoignet, écuyer d’écurie ducal, est ainsi désigné par le duc :

  • 37 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 211 bis.

« [...] pour donner de par nous [un hanap et d’une aiguière d’argent dorés] a l’enfant de nostre amé et feal chambellan messire Jehan de Tremagon, lequel nous avons fait tenir sur fons de par nous par ledit Enguerran »37.

  • 38 Voir infra le chapitre intitulé « Le rapport au prince ».

12Le duc se veut-il plus proche de ses officiers après 1440 ? Toujours est-il que Charles d’Orléans et sa troisième épouse, Marie de Clèves, participent en personne à la cérémonie38. On ne retrouve plus alors ce lien créé par procuration entre membres de l’Hôtel.

  • 39 Les liens définis comme “non établis” dans la BdD ont ainsi été laissés de côté, de même que les p (...)

13À l’inverse des différentes formes de solidarités pseudo-parentales qui viennent d’être évoquées, les relations de parenté considérées dans un sens restreint apparaissent plus nettement dans les sources consultées. Elles nous font surtout connaître les liens qui unissent les individus dans le cas de la parenté naturelle qui rassemble ascendants, descendants et collatéraux. Afin de repérer les liens les plus fréquemment mis en avant, j’ai reporté dans le tableau ci-après les liens de parenté dont je suis sûre39 :

Tableau 17. Liens de parenté naturelle entre les serviteurs

Lien familial

Nombre

Pourcentage

cousin

7

1,8 %

fils

89

22,3 %

frère

141

35,3 %

grand-père

6

1,5 %

neveu

21

5,3 %

oncle

28

7,0 %

père

101

25,3 %

petit-fils

6

1,5 %

Total

399

100,0 %

  • 40 Par exemple, Alain de Beaumont père*, chambellan ducal, rend quittance de 73 livres tournois le 18 (...)
  • 41 Première mention de la double titulature le 30 avril 1411 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 603].
  • 42 BL, Add. Ch. 3619.
  • 43 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 53.

14Les liens entre père et fils et entre frères sont les plus souvent invoqués, ce qui explique qu’à eux seuls ils représentent 82,9 % des identifications. La plupart ont été permises par les quittances rendues en commun – ainsi, lors du voyage de Lombardie40 – ou, en l’absence de l’intéressé, par un parent. Voici le cas d’Archambaud de Villars*, maître d’Hôtel de Louis Ier, puis chambellan et maître d’Hôtel de Charles41. Captif en Angleterre aux côtés de Jean d’Angoulême (Archambaud est l’un des sept otages du traité de Buzançais), il conserve néanmoins les charges qu’il occupait avant son emprisonnement et continue de toucher, par l’entremise de parents proches, les gages afférents. Maintenu capitaine en titre de la ville et du château de Blois, la lieutenance en est confiée à « Louys de Villars, mon filz aisnel » et les gages perçus pour lui par « l’abbé de Saint-Jehan-d’Angely, son frere ». Lorsque l’office de maréchal lui est confié en remplacement de l’office de maître des eaux et forêts d’Orléans, c’est de nouveau son frère qui lui sert de procureur pour la perception des gages qui serviront à « aider audit Archambault et supporter ses affaires et neccessitez qu’il a ou royaume d’Angleterre ou il est despieça en ostage »42. À son retour en France, vers 1430, « moult ancien et debilité », il doit renoncer à sa capitainerie (Charles VII nomme à sa place le bâtard d’Orléans, Dunois) et son fils, Louis de Villars, est du même coup privé de la lieutenance43. Les Villars perdent la faveur que leur témoignait le duc jusqu’alors.

15Nombreux sont les exemples d’individus qui partagent ainsi le sort de leurs parents naturels, entraînés vers le haut lorsque la grâce ducale touche le chef de famille, et le suivant dans sa chute lorsque le duc lui retire sa confiance. Il convient par conséquent de suivre le parcours non seulement des individus, mais également de leur lignage afin de voir comment la bienveillance princière, à partir d’un homme, peut être captée par ses parents. Si la place du père, dans l’Hôtel aussi bien qu’au dehors, est bien sûr essentielle, celle des frères et des oncles joue également un rôle considérable. Jehannet de Saveuses* doit ainsi son ascension fulgurante – en l’espace de quatre ans, il passe de l’office de panetier à celui de chambellan – à son oncle, Jean de Saveuses*. Quant à Lyonnel de Braquemont*, la notoriété de ses frères, Robert* et surtout Guillaume*, dut à n’en pas douter jouer un rôle primordial dans sa promotion. Petit dernier entré à l’Hôtel ducal, Lyonnel commence lui aussi sa carrière comme panetier, et lui aussi devient chambellan au bout de quatre ans seulement. Au Moyen Âge, un parent bien placé se devait d’aider les membres de sa famille au sens large (valets et serviteurs inclus) et de les faire profiter de sa bonne fortune.

  • 44 B. Guenée, Entre l’Église et l’État..., p. 29.
  • 45 Titre d’une communication de Michel Morineau parue dans Sociabilité, pouvoirs et société, F. Théla (...)
  • 46 Dans Les Structures élémentaires de la parenté, Claude Lévi-Strauss traite de la circulation des f (...)
  • 47 Voir les travaux utilisés dans mon article « L’officier, sa femme et le duc... ».

16À défaut de parenté naturelle suffisamment influente, et comme « il n’y a pas d’ambition solitaire »44, on recherchait l’alliance par mariage avec tel important personnage afin d’être mieux intégré au groupe et de goûter à « la douceur d’être inclus »45. Par ces alliances, on cherchait également à s’attirer les faveurs ducales pour gravir plus rapidement les échelons du cursus honorum. Ogier de Nantouillet et Jean de Coutes* obtiennent de la sorte des postes de première importance à la suite de leur union avec des filles de Jean Le Mercier* (généalogie 2). L’importance du rôle joué par les femmes dans ces stratégies familiales a déjà maintes fois été soulignée par les anthropologues et les sociologues46, puis par les historiens47. Je n’y reviendrai donc pas.

  • 48 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État..., p. 53-93.
  • 49 Bernard Guenée préconise de « mesurer comment un réseau familial déborde d’une institution à l’aut (...)
  • 50 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 96.

17Si les femmes facilitent l’agrégation et la promotion au sein du groupe, elle concourent également à sa cohésion, comme le souligne notamment Françoise Autrand au sujet des gens du Parlement de Paris48. Les généalogies 2 et 3 illustrent bien le phénomène pour le principat de Louis Ier. Faute d’études prosopographiques aussi nombreuses que pour le début du xve siècle, il m’a été impossible de proposer des arbres aux ramifications aussi denses pour les principats suivants. Les mariages au sein du groupe devaient cependant être toujours nombreux. À titre d’exemple, on trouvera celui qui unit deux des principales familles au service des ducs d’Orléans dans la seconde moitié du siècle, les Villebresme et les Chardon (généalogie 4). À l’origine de ces unions, on trouve les familles bien sûr, mais également le duc qui voyait en elles un moyen de mieux souder les membres de son entourage, de se procurer des relais avec l’extérieur49, voire d’attirer dans sa sphère d’influence de nouveaux venus. Les réseaux ainsi créés ne résistaient toutefois pas toujours aux épreuves du temps et les solidarités lignagères n’étaient pas à toute épreuve. La guerre, civile et étrangère, entraîna ainsi de nombreuses divisions au sein des familles. Ces divisions résultaient parfois d’une tactique comme dans le cas des d’Estouteville qui, plutôt que de perdre tous leurs biens, préférèrent se partager entre « vrai roi de France » et Anglais50. Mais il n’y avait pas toujours de stratégie concertée et la querelle opposant Armagnacs et Bourguignons fit brutalement voler en éclats plus d’un lignage. Ainsi en est-il des Craon ou des Garencières pour lesquels les solidarités familiales ne fonctionnèrent pas.

  • 51 B. Jussen, « Le parrainage... », p. 467.

18Pseudo-parenté ou parenté classique, tous les membres de l’Hôtel ou presque sont liés par ce type de relations qui se superposent et se chevauchent, enserrant le serviteur dans un large réseau de solidarités. On peut donc assimiler l’Hôtel à une vaste famille, composée de cellules plus ou moins larges et plus ou moins puissantes. De manière générale, « la parenté était tout simplement le mode d’expression privilégié servant à la formation d’un groupe. Au Moyen Âge, presque tous les groupes sociaux en employaient le répertoire terminologique pour se caractériser eux-mêmes et se fixer des normes »51. Pour affermir sa puissance, pour témoigner de sa force (le droit de disposer d’une armée appartenait au seul roi), le prince avait à coeur de renforcer le degré de dynamisme de son entourage en ajoutant, aux liens déjà existants, deux autres formes marquant l’insertion dans la famille élargie : son ordre de chevalerie et sa livrée.

Généalogie 2. Les Le Mercier et leur alliés

Généalogie 2. Les Le Mercier et leur alliés

Gégéalogie 3. Montaigu et leurs alliés

Gégéalogie 3. Montaigu et leurs alliés

Généalogie 4. Alliance les Villebresme et les Charrdon

Généalogie 4. Alliance les Villebresme et les Charrdon

Un corps social constitué ?

  • 52 Voir L'Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw dir., dernière étude en date sur le sujet.
  • 53 Il est regrettable que l’article de C. Ribéra-Pervillé, « Chevalerie et orfèvrerie vers 1400 : l’o (...)
  • 54 J’ai pour projet de poursuivre et de compléter le travail entrepris par Claude Ribéra-Pervillé. Le (...)

19Apparus au xive siècle en Occident, les ordres de chevalerie se sont rapidement multipliés, chaque prince cherchant à réunir autour de lui la fine fleur de la chevalerie. Les ducs d’Orléans ne dérogèrent pas à la règle en instituant l’ordre du Porc-Épic également appelé ordre du Camail. À la différence de son illustre “cousin” bourguignon, l’ordre de la Toison d’or fondé en janvier 143052, l’ordre de chevalerie des ducs d’Orléans n’a fait l’objet d’aucune étude récente, fiable et complète53. J’en donnerai ici une présentation succincte54.

  • 55 A. Favyn, Théâtre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, p. 730.
  • 56 Voir M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal..., p. 158 ou J. Richard, « La Toison d’or... », dans (...)
  • 57 BL, Add. Ch. 3052 cité dans E. Jarry, La Vie politique..., p. 220 : « Ce collier ressemble singuli (...)

20En l’absence d’un livre des statuts de l’ordre, d’un document officiel attestant de sa création, voire d’une mention dans les chroniques de l’époque, il est difficile de dater sa fondation. Selon André Favyn, la source connue la plus ancienne, l’ordre aurait été institué en 1394 par Louis Ier en l’honneur de la naissance de son fils et futur héritier, Charles d’Orléans55. La création d’un ordre de chevalerie étant généralement concomitante d’un événement important dans une Maison princière, tous les historiens reprirent, sans la mettre en doute, la date proposée par Favyn56. Et pourtant, il semble que divers indices permettent de la remettre en cause. La chronologie d’abord. Charles succédera en effet à son père, mais rien ne le laisse supposer à cette date, son frère aîné, Louis, étant alors encore en vie (il décédera l’année suivante). De même, les premiers colliers de l’ordre n’apparaissent pas avant 13 9 857. Pourquoi le duc aurait-il attendu quatre ans avant de distribuer l’un des principaux symboles de son ordre si ce n’est parce que ce dernier n’existait pas encore ?

  • 58 BNF, PO 383 : 10.
  • 59 S. L. Hindman, Christine de Pizan’s « Epistre Othea »..., p. 44-51. On distingue bien les colliers (...)
  • 60 Seuls les panneaux latéraux figurent ici. Le tableau dans son entier est présenté en couleur dans (...)

21Car un ordre de chevalerie, c’est un ensemble d’emblèmes dont le collier est, sinon le plus important, du moins le plus symbolique. C’est d’ailleurs souvent de lui que l’ordre tire son nom. Les documents comptables le décrivent comme « un colier d’un camail d’argent a un porc espy d’or pendant a icellui colier »58. Le camail désigne le collier proprement dit qui couvre entièrement le haut du buste à la manière de la pièce d’armure du même nom, et le porc-épic n’est autre que le pendentif accroché au dit collier. Les deux réunis, constitutifs d’un même ensemble, apparaissent nettement sur la figure 3, décrite par Sandra Hindman59, et sur les figures 4 et 5, reproductions partielles d’un triptyque attribué à Rogier van der Weyden60. Les premiers bénéficiaires eurent droit à un collier entièrement en or mais, par la suite, les matériaux employés sont toujours les mêmes : argent pour le camail et or pour le pendentif. D’où une grande différence de prix entre les premiers dont le montant pouvait s’élever à plus de cent francs, et les seconds dont la valeur est invariablement, matériaux et façon comprise, d’une trentaine de livres tournois. Révélateur de problèmes financiers, ou volonté d’insérer des degrés dans l’ordre, d’établir une hiérarchie entre ses bénéficiaires ?

22En juin 1414, Charles mande que soient délivrés 27 livres et 15 sous tournois à son orfèvre et valet de chambre, Aubertin Boillefèves,

  • 61 BL, Add. Ch. 3145.

« pour un colier d’argent a camail avec le porc espy d’or de nostre ordre [...] baillier et delivrer en nostre presence a nostre bien amé escuier tranchant, Gervaise Achoppait »61.

  • 62 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 1360.
  • 63 M. Pastoureau, « Un nouvel ordre de chevalerie », dans L’Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw d (...)
  • 64 BM de Carpentras, ms. 1793, f° 3.
  • 65 BM de Carpentras, ms. 1793, f° 271. Jean, seigneur de Toulongeon et de Sennecey (mort en 1463) éta (...)

23Le collier pouvait être comme ici remis en la présence ducale. Pendant sa captivité, Charles d’Orléans qui continue à le décerner, mais qui ne pouvait être là lors de sa délivrance, donne par écrit congé de porter son ordre à l’intéressé62. On notera au passage que, s’il autorise le port de son ordre, aucun document n’atteste qu’il fournit le collier ou qu’il délivre l’argent nécessaire à sa confection. Que le duc soit ou non présent, la remise de son ordre « donnait lieu à des rituels soigneusement codifiés »63. Le serment prêté par le récipiendaire en constituait probablement l’élément central. Si son contenu nous est inconnu (il ne différait sans doute guère de celui prêté pour d’autres ordres : fidélité au chef de l’ordre, recherche d’exploits guerriers, défense des dames, etc.), deux documents postérieurs au retour de Charles nous apprennent à qui il était prêté. Non pas au duc comme on aurait pu le croire mais, dans le premier cas, « es mains de l’un de nos chambellans »64 et, dans le second, « au sieur de Thoulongeon »65.

  • 66 M. Aurell, La Noblesse en Occident (ve-xve siècle), Paris, Armand Colin, 1996, p. 159.
  • 67 « La Toison d’or est demeurée un cénacle, un milieu relativement clos. En nombre comme en qualité  (...)
  • 68 BNF, ms. fr. 10432, no 722, p. 150.
  • 69 Guillaume Le Bouteiller* reçoit en janvier 1399 un collier d’or [BNF, ms. fr. 10432, no 141, p. 44 (...)
  • 70 Guillaume Le Jay, Jean Le Margeriel, Pierre de Trou, Pierre Du Saillant, etc.
  • 71 Gervaise Achoppait, Hutin d’Arson, Louis de Villars, Philippe de Hédouville...
  • 72 Berthy de Villiers, Henri Pourcel, Louis Cochet...
  • 73 Louis de Combort (1451), Pierre Chauvet (1452).
  • 74 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 287.

24Quant aux bénéficiaires de l’ordre, s’agit-il uniquement, comme l’écrit Martin Aurell, de « quelques grands personnages »66 ? Si tel semble avoir été le cas des élus bourguignons au nombre limité67, l’ordre des ducs d’Orléans paraît ne pas avoir été un ordre élitiste. Certes, on compte parmi les premiers nommés les parents de Louis Ier – ses cousins le comte de Nevers, Jean de Bourbon et Charles d’Albret68 – et ses officiers les plus éminents69 mais, par la suite, et notamment sous Charles, le recrutement se révèle beaucoup plus large. On trouve ainsi parmi les nouveaux nommés des écuyers d’écurie70, des écuyers tranchants71, des échansons72 et même des panetiers73. Peut-on dès lors encore parler d’ordre de chevalerie ? Oui, selon Philippe Contamine qui note l’admission de simples écuyers au sein d’autres ordres tels que le Dragon du comte de Foix ou le Croissant du roi René74. Or, tous les officiers ducaux auxquels l’ordre a été conféré ont le statut d’écuyers. Leur rang au sein de l’Hôtel des princes d’Orléans pose cependant problème, notamment pour les panetiers. Cette ouverture à des membres subalternes de l’Hôtel est-elle le signe d’un certain avilissement par suite d’un excès de libéralité dans l’attribution, ou bien faut-il y voir le fruit d’une politique concertée de la part d’un duc à la recherche d’alliances ?

  • 75 Faute d’exemples, il ne sera pas question de son fils et héritier, Louis II.
  • 76 BNF, PO 383 : 14.
  • 77 BNF, PO 383 : 26.
  • 78 « Par patentes de Saint-Omer, 18 novembre 1440, Charles confère l’ordre, d’un seul coup, à onze ge (...)
  • 79 Liste établie à partir de BNF, ms. fr. 22289, et complétée avec l'article de C. d’Orlac, « Les che (...)

25Alors que Louis Ier utilisait son ordre pour renforcer des liens déjà existants avec des seigneurs importants extérieurs à son Hôtel ou avec des serviteurs notoires de son entourage, Charles dut adapter sa politique d’attribution à ses moyens et à ses besoins75. Ses moyens financiers étaient restreints, aussi ne retrouve-t-on plus comme du temps de son père des colliers tout en or. En revanche, ses besoins de créer des alliances et de fidéliser un personnel étaient grands, aussi distribua-t-il son ordre en de multiples circonstances. En 1415, il honore ainsi des serviteurs extérieurs à son Hôtel. Mais l’honneur leur est-il destiné, ou ne s’agit-il pas plutôt, en les utilisant comme intermédiaires, de plaire à une tierce personne aux pouvoirs et à l’influence étendus ? Bertrand de Ry, « varlet tranchant de madame la royne », reçoit en mars un collier de l’ordre pour les services qu’il a rendus au duc, mais aussi, et surtout, « pour contemplacion d’elle [la reine Isabeau] »76, et Jean de Charay, « escuier d’escuierie de monseigneur le duc de Berry », est pareillement distingué « en faveur de nostre oncle »77. Une politique identique est à nouveau reprise par Charles à partir de 1435, mais cette fois, il s’agit moins de s’attirer la bienveillance de puissants personnages que de se rendre populaire78 et d’attirer dans son entourage des serviteurs dont il entend s’assurer la fidélité. De là un élargissement du recrutement et un ordre qui finit par comprendre près de 250 membres79, soit dix fois plus que le nombre généralement rencontré pour de pareilles confréries. Si l’ordre continua à subsister jusqu’en 1498 – date à laquelle Louis II devenu roi lui préféra l’ordre de Saint-Michel –, il n’était plus, comme au temps de sa fondation, le reflet de la munificence d’un prince attaché aux valeurs de la chevalerie mais un moyen pour le duc de se gagner une clientèle et de créer ou de renforcer des liens entre ses serviteurs.

Figure 3. Christine de Pizan présentant son livre, l’Epistre d’Othea à Louis d’Orléans.
Londres, British Library, ms. Harley 4431, f° 95r.
© avec la permission de la British Library

Figure 4. Panneaux latéraux du triptyque de Rogier van der Weyden.
Riggisberg, Fondation Abegg, inv. 14.2.63.
© Abegg-Stiftung, Riggisberg, photo Christoph von Viràg

Figure 5. Détail du panneau latéral gauche représentant le donateur portant le Camail d’Orléans.

26Renforcer la cohésion du groupe et la rendre visible aux yeux de tous, tel est le but poursuivi par le prince. L’ordre du Porc-Épic, conféré à un nombre croissant de serviteurs, n’échut pourtant jamais à tous les membres de l’Hôtel. Il fallait donc qu’il y eût un autre élément fédérateur pour l’ensemble des serviteurs. Quoi de plus efficace que le vêtement à une époque où l’élément visuel était aussi important ? Livrée ducale et habillements à la devise sont ainsi utilisés par le duc pour donner de sa Maison l’image d’un corps uni, dans les circonstances exceptionnelles comme dans la vie quotidienne.

  • 80 A. Page, Vêtir le prince..., p. 115.
  • 81 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 243.
  • 82 Le duc de Bourgogne faisait ainsi confectionner une livrée identique à tout son équipage lorsque l (...)
  • 83 BNF, PO 2151 : 85, et quittance dudit tailleur [BL, Add. Ch. 2050].

27À l’origine, la livrée désignait une distribution de draps accordée une ou deux fois l’an (en été et en hiver) par le prince. Elle concernait pratiquement tous ceux qui émargeaient aux comptes de l’Hôtel. En dépit des différences de qualité des matières premières, dépendant du rang de chacun, tout le monde paraissait vêtu de façon identique, « à la manière d’un uniforme »80. Un « lien puissant »81, manifestation visuelle d’une solidarité verticale mais également horizontale, était par ce moyen établi par le prince. Le renouvellement des livrées n’était pas systématiquement lié à des circonstances particulières. Mais des circonstances particulières pouvaient entraîner un renouvellement de livrée, un voyage important par exemple82. Louis Ier mande ainsi en janvier 1390 que soit baillés 53 francs d’or à un tailleur de robes demeurant à Toulouse « pour la façon de CVI robes de livree que nous lui avons ordonné faire a Noël derrenier passé pour les officiers de nostre hostel »83. Il profite du voyage de Languedoc pour faire renouveler la garde-robe de son personnel. En 1396, le voyage de Saint-Omer suscite quant à lui la confection d’une livrée spécialement distribuée pour l’occasion :

  • 84 BNF, PO 2153 : 226 (compte de 1396-1397). Un exemple similaire se trouve dans le lexique 1.

« Item, pour la livree que monseigneur a faite pour le voyage de Saint-Omer et a ses varies de chambre, sommelliers de corps, menestrels et autres officiers de son hostel IIc XII robes bastardes de vert d’Angleterre doublees de noir, en chascune XII bendes entretaillees a viz des VI couleurs de mondit seigneur, façon et estoffe… IIc l.p. »84.

  • 85 Ainsi, à l’occasion de l’enterrement de la première épouse du roi René d’Anjou en 1453 [F. Piponni (...)
  • 86 F. Piponnier et P. Mane, Se vêtir..., p. 161.

28Mais la livrée, telle qu’elle est définie initialement, ne se rencontre plus au xve siècle. Sans disparaître totalement – on la retrouve notamment lors des distributions collectives de draps à l’occasion d’événements exceptionnels comme les mariages ou les deuils85 –, elle a évolué. Les dons de robes font progressivement place à l’attribution de sommes d’argent dans le cas des offices les plus importants, et « les distributions en nature ne concernent plus à la fin du xve siècle que les offices subalternes »86. Pierre Barbete, drapier demeurant à Paris, confesse ainsi en juin 1494 avoir reçu de Jacques Hurault, trésorier général de Louis II, 21 livres, deux sous et six deniers tournois

  • 87 BL, Add. Ch. 2497.

« pour la vendicion de dix aulnes de gris qu’il a baillees et livrees pour faire des robbes pour les galopins de la cuisine dudit seigneur [...]. Item, LXVII s. VI d.t. pour trois aulnes autre gris pour faire des chausses auxdits galopins. Item, XVII s. VI d.t. pour sept quartiers doubleuré pour doubler lesdictes chausses »87.

  • 88 R. Delort, « Notes sur les livrées... », p. 365 et F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 291
  • 89 AN, KK 271, f° 22v à f° 26.

29Ce changement n’a cependant pas affecté l’ensemble des cours princières au même moment. Alors que Robert Delort le situe à la fin du xive siècle et Françoise Piponnier au milieu du xve siècle88, j’ai relevé dans le cas de l’Hôtel des ducs d’Orléans un exemple attestant de sa survivance en janvier 1456. Sont concernées presque toutes les catégories de l’Hôtel, des maîtres d’Hôtel aux chevaucheurs en passant par les écuyers d’écurie et les chantres. Les officiers tels que les chambellans n’apparaissent toutefois pas au nombre des bénéficiaires89.

  • 90 « Dès la fin du xive siècle on commence à appeler “livrée” des vêtements où s’associent les couleu (...)
  • 91 Autant les exemples attestant de l’emploi de ces devises sont nombreux sous Louis Ier, autant ils (...)
  • 92 En juin 1402, Louis Ier ordonne que l’on rembourse un marchand de Lucques « pour II pieces [...] d (...)

30Désormais, le duc distribue à ses officiers supérieurs des robes de devise que l’on pourrait qualifier de livrées ornées. Ce type de vêtement n’est pas nouveau90. Les devises adoptées par Louis Ier – loup, arbalète, porc-épic, orties91 – figuraient déjà sur nombre de draps offerts, lors de distributions collectives comme pour le voyage de Saint-Omer où sont représentées ses six couleurs, ou à l’occasion d’événements privés s’inscrivant de fait dans le domaine du public. Prenons comme exemple le mariage d’un de ses principaux écuyers d’écurie, Hector de Pontbriant*. Le roi et le duc honorent de leur présence la cérémonie92 et s’y font accompagner par certains de leurs serviteurs les plus en vue, tels Charles d’Ivry, Jean de Montaigu, Charles de Savoisy*, Raoul de Gaucourt* et Guillaume Martel* qui, en 1402, reçoivent chacun cinquante livres tournois :

  • 93 BL, Add. Ch. 3105.

« [...] pour payer certaine orfaivrerie a la devise de monseigneur le roy et de la nostre, laquelle est de feuilles de may et d’orties d’or souldiz, pour mettre sur certaines robes par nous a eulx donné a la feste des nopces de nostre bien amé escuier d’escuierie, Hector de Pontbriant »93.

  • 94 De même, « bon nombre des titulaires d’offices inférieurs à la cour de Bourgogne, comme à la cour (...)

31Ce qui est nouveau, c’est le choix sélectif des bénéficiaires de ces robes. 11 n’y a qu’à l’occasion de circonstances particulières liées à la mise en scène du pouvoir que les vêtements de fonctions des titulaires d’offices subalternes, souvent gris, sont rehaussés de broderies portant la devise du duc94. Le groupe retrouve alors sa cohésion.

  • 95 J.-P. Boudet, « Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 234.

32Il existe donc des occasions où l’Hôtel apparaît comme un corps social constitué, lors d’événements particulièrement importants pour la Maison tel le deuil du prince. Il existe également des signes de reconnaissance qui confortent cette idée de cohésion, comme l’ordre du Porc-Épic ou la livrée ducale donnés aux serviteurs de l’Hôtel. Toutefois, selon Jean-Patrice Boudet, les membres de l’Hôtel, attachés par définition à la personne du prince et dépendant étroitement de la faveur princière, n’ont pas du tout l’esprit de corps95. S’il ne s’agit pas en permanence d’un corps social constitué, les serviteurs de l’Hôtel ne formaient cependant pas seulement une juxtaposition d’individualités n’ayant en commun que le service du prince. Liés par toutes sortes de solidarités, les serviteurs du duc d’Orléans donnent une existence plus complexe à ce qui apparaît être plus qu’un groupe : une communauté groupée autour de larges intérêts communs, tant professionnels que familiaux. Pour autant, la cohabitation allait-elle toujours sans heurts ?

La cohabitation au sein d’un espace clos

33Même en déplacement, l’Hôtel est comparable à une ville qui rassemble entre ses murs un fourmillement ordonné d’individus, lesquels ne sont pas coupés de tout contact avec l’extérieur.

Lieux et circonstances de la coexistence

  • 96 André Uyttebrouck cite les noms de deux médecins qui avaient leur chambre au palais ducal du Coude (...)
  • 97 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 39.
  • 98 C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 13.

34Les résidences princières ne disposaient pas de place suffisante pour loger tous les serviteurs en fonction. Aussi, seuls les officiers dont le prince avait un besoin constant à ses côtés, tels les valets de chambre ou leurs aides, les médecins96, et les officiers les mieux en cour étaient hébergés par le duc. Les plus humbles devaient probablement se contenter d’une paillasse pour dormir dans la salle du commun qui servait également aux repas (il suffisait de démonter les tréteaux après manger), tandis que les plus importants avaient leur propre chambre. C’est le cas d’Ogier de Nantouillet, écuyer de corps de Louis Ier, de Philippe de Florigny* et de Jean de Roussay*, ses premiers chambellans, qui jouissaient chacun de leur chambre à l’hôtel parisien de la Poterne97. Quant aux autres, « leurs habitations s’égayent dans la capitale »98. Louis Ier mande ainsi en 1398 que soit versé 100 francs à Jean de Billy, son premier valet de chambre,

  • 99 BNF, ms.fr. 6210 :245.

« pour lui aidier a remettre sus une partie de sa maison ou il demeure a Paris qui, par fortune de feu, a nagaires esté arasé »99.

  • 100 Mary Whiteley [« Royal and Ducal Palaces in France... », p. 48, p. 53, p. 56, etc.] et Simone Roux (...)

35Dispersés la nuit, ils se retrouvent le jour à servir le prince au sein d’un même lieu, l’hôtel. La question de savoir si ce lieu était ou non divisé entre espaces publics et espaces privés partage nombre d’historiens contemporains100. Je n’entrerai pas dans ce débat car mon propos est tout autre. De par leurs fonctions, les serviteurs ducaux ne dépendaient d’ailleurs pas, comme les curiaux ou les simples visiteurs, d’une éventuelle distinction entre espaces publics et espaces privés. Ils avaient accès aux deux. Ce qui retient mon attention en revanche, ce sont les lieux où ils pouvaient se rencontrer, se retrouver, les lieux où se tissaient les liens de solidarité et ceux où se cristallisaient les antagonismes sociaux.

  • 101 « Les deux ensembles urbains les plus importants [que possédait Louis Ier] » [C. Ribéra-Pervillé, (...)
  • 102 Voir l’article que je lui ai consacré [É. Gonzalez, « Châtelet ou hôtel ? La résidence ducale à Or (...)
  • 103 Par exemple, celle de F. Bournon, « L’hôtel royal de Saint-Pol à Paris ».
  • 104 S. Roux, « Résidences princières parisiennes... ».
  • 105 M. Whiteley, « L’aménagement intérieur des résidences royales et princières... », p. 303.
  • 106 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 39.
  • 107 Information concerning the physical layout of these buildings is very limited, but presumably the (...)
  • 108 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 32.
  • 109 Étienne Du Parc au début du principat de Louis Ier.

36Il s’avère presque impossible de se représenter la géographie de l’hôtel, de reconstituer l’organisation interne des résidences princières tant la documentation est lacunaire en ce domaine. Cela est notamment vrai dans le cas des hôtels ayant appartenu aux ducs d’Orléans. Quelques rares documents faisant état de divers travaux effectués donnent le nom, parfois la fonction des pièces – ainsi pour l’hôtel de Bohême et l’hôtel de la Poterne à Paris101, pour le Châtelet à Orléans102 – mais rien ne permet de reconstituer leur agencement. Probablement devait-il être similaire à celui des hôtels royaux, objets de plusieurs études103, ou à l’hôtel de Bourbon, décrit par Simone Roux grâce à deux inventaires, l’un de 1457 et l’autre de 1465104. Pour le moins, on peut lister les salles où les serviteurs ducaux avaient des chances, sinon de se retrouver intentionnellement, du moins de se croiser dans le cadre de l’exercice de leur fonction : la grande salle, « toujours de vastes dimensions »105, la salle du commun attestée à l’hôtel de la Poterne106, les chambres, les préaux, les galeries qui joignent les différents corps de bâtiments et, bien sûr, les pièces attribuées spécialement à certains offices (cuisine, échansonnerie, fruiterie, etc.)107. À quoi s’ajoutent les aires de plaisirs tel le jeu de paume du séjour d’Orléans près de la porte de Buci108. Les sommes considérables perdues par Louis Ier à ce jeu qu’il pratiquait volontiers avec certains de ses serviteurs attestent de la fréquentation du lieu. Pour autant, n’allons pas imaginer que tous les membres de l’Hôtel y avaient accès. Un clivage séparait les ayants droit et les autres, clivage que l’on retrouve par ailleurs et qui fait se demander si tous les officiers étaient amenés à se rencontrer ou bien s’il existait un cloisonnement par office. Le service commun du prince mettait forcément en contact la plupart des serviteurs de l’Hôtel mais, à moins d’être parents, un galopin de cuisine avait-il des chances de croiser un chambellan ? Le confesseur du prince était-il en contact avec le commun qui avait son propre confesseur109 ? L’Hôtel était à l’image de la société : à moins d’appartenir à un même groupe, à une même classe, les occasions de rencontres volontaires devaient être rares tant les différences étaient grandes entre les uns et les autres.

  • 110 Voir l’exemple cité supra de Double Prezibili, peut-être italien, échanson de Louis Ier, qui rend (...)
  • 111 Se reporter au tableau 14 et aux identifications géographiques définies dans la BdD.
  • 112 Sur le thème de la retraite, je renvoie à mon article intitulé « L’heure de la retraite a sonné... (...)
  • 113 B. Guenée, « L'âge des personnes authentiques... », p. 279.
  • 114 Ibid., p. 264.
  • 115 Sur la rivalité qui opposait jeunes et vieux, voir le chap. 8 de la thèse de C. Gauvard, De grace (...)
  • 116 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 264.
  • 117 D’où la présence dans son entourage de personnages aussi notoires que Philippe de Florigny*, ancie (...)
  • 118 Aux obsèques de Charles d’Orléans, « on trouve autour de Monseigneur de Valois [Louis II] deux enf (...)
  • 119 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 272 et B. Quilliet, Louis XII..., p. 62.

37Il n’y avait en effet pas un serviteur type mais des serviteurs aux profils divers. Le chapitre sur « La composition du groupe » a permis d’établir son hétérogénéité. Trois différences m’ont semblé notables. Les origines géographiques d’abord. Elles posent un problème de langue et d’incompréhension, non seulement entre les étrangers et les sujets du roi de France110, mais également, parmi ces derniers, entre membres de provinces différentes111. La coexistence de plusieurs générations constitue un autre point essentiel. Aux deux extrémités, on trouve les enfants confiés au prince par leurs parents et qui se retrouvent aux cuisines, à l’écurie ou, dans le cas des fils de notables, attachés à la personne du prince en qualité de pages, et les serviteurs pour lesquels l’heure de la retraite va bientôt sonner112. Mais si enfants et adultes étaient amenés pour certains à se côtoyer, il n’y avait pas de querelles de pouvoir entre eux. Celles-ci opposaient les « jeunes » âgés de moins de 40 ans, et les « sages » qui avaient dépassé la cinquantaine et ne s’effaçaient pas113. Elles divisaient surtout les quadragénaires qui avaient le nombre et la puissance et leurs cadets immédiats qui attendaient leur heure prochaine114. Plus le nombre de vieux était important, moins les jeunes pouvaient faire entendre leur voix, et plus les tensions entre générations étaient vives115 (on le voit par exemple au Parlement de Paris). De la composition de l’ambassade de 1395 en Avignon, Bernard Guenée conclut que l’Hôtel du jeune Louis Ier – il avait alors vingt-trois ans – devait être peuplé d’un nombre important d’officiers de son âge : « L’âge des princes a sans doute quelque influence sur celui de leurs serviteurs » écrit-il116. Possible, mais je pencherais plutôt pour un équilibre entre jeunes et moins jeunes, Louis Ier ayant besoin à ses côtés d’hommes expérimentés et, par conséquent, plus âgés, pour affermir ses positions face à ses oncles117. Louis II est semblablement entouré de compagnons de son âge, élevés avec lui118, et d’hommes plus mûrs chargés de l’aider dans la conduite de ses affaires comme Guyot Pot*, nommé très tôt son gouverneur119. De surcroît, le prince pouvait-il imaginer meilleur entourage que de jeunes serviteurs promis à un bel avenir mêlés à de plus vieux au passé prestigieux ?

  • 120 Étienne Caidière, jardinier, touche ainsi 10 livres tournois de gages pour l’année 1483/10-1484/09 (...)
  • 121 Pierre dit Clignet de Brébant*, ainsi surnommé dérisoirement par l’auteur du Pastoralet : « Pompai (...)
  • 122 RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XXVIII.

38Les différences sociales entre membres de l’Hôtel forment un troisième élément de distinction. Distinction entre les serviteurs et leurs aides ou valets, hommes de peine de basse extraction, mais aussi entre les serviteurs eux-mêmes. L’Hôtel est en effet un univers très hiérarchisé. Outre la distinction fondamentale entre nobles et non-nobles, les écarts sont considérables entre offices subalternes et offices supérieurs, entre jardiniers et chanceliers par exemple : écarts de rétributions pouvant aller de 10 livres tournois pour les premiers à 500 livres tournois de gages par an pour les seconds120, différences de considération accordée par le prince ou qu’ils se portent entre eux, etc. Au sein d’un même office, on relève également des différences importantes. Ainsi, parmi les chambellans, entre un personnage tel Jean de Trie*, issu d’un lignage noble, à la parenté déjà bien implantée dans le service de l’État, et un Pompal121, « homme obscur et sans naissance »122, qui devait toute sa fortune à son maître et protecteur. Un tel homme était-il bien reçu par ceux qu’il pouvait désormais considérer comme ses pareils, ou bien était-il rejeté et mis au ban du groupe qu’il avait intégré ? Comment se passait la cohabitation entre gens de naissance et créatures ducales ? La jalousie, l’envie, ne risquaient-elles pas de dégénérer ? Plus généralement, comment se déroulait la cohabitation entre gens d’origines aussi diverses ?

Coexistence paisible et coexistence troublée

  • 123 Christine de Pizan, le Livre de Prudence, cité dans C. Gauvard, « L’image du roi justicier... », p (...)
  • 124 La clientèle du duc de Berry est pour beaucoup à l’origine de la pauvre renommée de ce prince [F. (...)
  • 125 J.-C. Mühlethaler, « Le tyran à table... », p. 56.
  • 126 Eustache Deschamps, « Fuir te doit un chascun et chascune », Œuvres complètes, ball. CXVIII (v. 1) (...)

39Le prince recherchait la concorde, « vertu qui lie et conjoint les gens d’une cité et d’un pais et les fais paisiblement habiter ensemble et demourer » selon Christine de Pizan123. S’il l’obtenait, c’était l’assurance pour lui d’être bien servi, d’attirer à ses côtés des hommes de qualité et de renom et d’éviter de donner de sa personne124 et de sa cour une image négative. Le thème de la cour corrompue – « thème constamment repris au xiie siècle dans l’entourage d’Henri II Plantagenêt, il revient en force à l’époque de Charles V »125 –, était en effet l’un des plus répandus de la littérature politique de la fin du Moyen Âge au point qu’Eustache Deschamps qualifiait la cour de « porte d’enfer »126 et qu’il encourageait à vivre du sien, si petit soit-il, plutôt que de s’exposer aux dangers de la cour :

  • 127 Eustache Deschamps, De la doleur qui puet advenir a ceulx qui suivent court de prince (v. 25-26), (...)

Prince, li homs qui suffisance instruit,
Vit liement, et n’eust c’un seul pain cuit ;127.

  • 128 Voir les poèmes qui illustrent le thème de « La société de cour », dans Eustache Deschamps..., J.- (...)
  • 129 À propos des flatteurs, voir l’article de M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... ». La flatterie se (...)
  • 130 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 176-177.

40Le poète n’avait pas de mots assez forts pour dissuader ses contemporains d’aller se commettre dans ce lieu de perdition et de corruption128 où il fallait savoir user de flatterie pour espérer se concilier les bonnes grâces du prince129. Mais loin de décourager les postulants, et alors que les curiaux eux-mêmes conseillaient à leur proches de se méfier130, la cour attirait car elle procurait fortune et pouvoir à ceux qui savaient y faire. D’ailleurs, Deschamps lui-même n’y passa-t-il pas la majeure partie de sa vie ?

  • 131 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 158.

41La mauvaise réputation des officiers contribua à forger une image négative de la cour : « Le roi, devenu adulte, prend-il de mauvaises décisions ? C’est, disent ses sujets, qu’il est entouré de mauvais conseillers »131. Ils déversent des propos malveillants sur autrui dans les oreilles du prince qu’ils servent et sont à l’origine des brouilles et des conflits. Ainsi en est-il du choc qui opposa les ducs d’Orléans et de Bourgogne. Michel Pintoin rend leurs serviteurs responsables de la querelle qui les divisa :

  • 132 RSD, Chronique, III, livre XXII, chap. IV.
  • 133 Ibid., III, livre XXVIII, chap. XXX.

Sic emula nimis et pertinaci de superioritate contencione perdurante, odii scintillas sub dissimulacionis latentes cinere assentores aulici adulacionis flatu continue evaporare studebant, ut sic ingens incendium suscitantes duces ad inimicias publicas concitarent132 et Utrinque etiam non deerant zisaniorum et discoriarum satores, qui ducum animos quocumque libuerant inclinantes, cum falsa pro veris ingererent, adulacionibus hanc temeritatem demulcendo, eos ad contemptum mutuum excitabant [...] Ad id ducem Burgundie primum, proc dolor ! inclinaverunt viri nequissimi et ut ferro vindicaret perpessas contumelias 133

  • 134 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 96.
  • 135 E. Jarry, La Vie politique..., p. 260.
  • 136 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 272.

42Enguerrand de Monstrelet affirme de même qu’entre les deux princes « n’y avoit-il pas grant amour, en partie par les rappors que faisoient leurs gens chascun à son maistre et seigneur, l’un à l’autre »134. L’historiographie a longtemps adhéré à ces accusations sans chercher à les remettre en question : « Le choc rentre les ducs d’Orléans et de Bourgogne] se produisit par l’intermédiaire des familiers des princes » écrivait ainsi Eugène Jarry135. Certes, il est indéniable que le mensonge et la flatterie durent alimenter les haines et susciter la discorde, mais on peut se demander dans quelle mesure ils n’étaient pas mis en avant par les auteurs de l’époque pour disculper les princes, pour justifier leur attitude en rejetant la faute sur leur entourage. René de Maulde-La-Clavière tombe dans le même écueil qu’Eugène Jarry en présentant Louis II comme un innocent corrompu par son entourage et par les événements : « L’éducation, par malheur, gâta ces dons charmants. Duc d’Orléans à deux ans et demi, entouré de courtisans qu’on accusa Louis XI d’avoir placés près de lui pour le corrompre, accablé et ulcéré dès son enfance par la tyrannie du roi, son esprit s’irrita, ses passions s’enflammèrent »136. Or, si l’entourage devait déterminer nombre de prises de positions ducales (le duc chargeait ses proches de lui raconter par le menu les derniers événements survenus), le prince demeurait celui qui, en dernier ressort, décidait de la conduite à suivre.

  • 137 ...whenever a crisis threatened, it seemed that the royal household was not far from the centre of (...)

43L’Hôtel princier, véritable cœur de la cour, concentrait aussi les critiques et participait à la formation de l’image négative de cette dernière137 :

  • 138 Eustache Deschamps, « Qui ainsi fait, il prant bonne ordenance » (v. 17-18), dans Eustache Descham (...)

Lors a hostel sanz pechiez et sanz vices ;
Sa maison fait partout bien renommer138.

  • 139 C. Gauvard, « Violence citadine... », p. 1124.

44À l’instar de la ville qui n’est pas corsetée dans sa muraille et dont la violence intègre celle du plat pays environnant139, l’Hôtel n’est pas un monde replié sur lui-même. Les contacts avec l’extérieur sont fréquents, qu’il s’agisse de contacts collectifs (ainsi, lors des déplacements de l’Hôtel), ou individuels (les serviteurs ont plus d’une occasion de sortir et de se mêler à la population locale, que ce soit dans le cadre de leur activité professionnelle ou en-dehors). Groupe en proie à des attaques venant de l’extérieur comme lors de la rivalité entre Bourgogne et Orléans, il est également miné de l’intérieur par des tensions et des violences. La nature des troubles et les fauteurs de trouble feront l’objet d’un premier point où j’étudierai les violences internes à l’Hôtel et celles opposant serviteurs et individus extérieurs au groupe. Dans un second point, il conviendra de voir qui rétablit le lien social brisé et comment. La défense du lien social et le retour au calme sont-ils le fruit de l’intercession du prince et de ses agents, ou bien l’État justicier intervient-il ?

  • 140 Ead., « Les hôtels princiers et le crime... », p. 23.
  • 141 « “Embler” son prochain est jugé sans indulgence dans une société où toute atteinte à la propriété (...)
  • 142 « Item, doivent garder lesdits sommeilliers la vaisselle d’or et d’argent et en rendre compte audi (...)
  • 143 En septembre 1389, Arnoul de Puiseux et Lancelot Boyau, tous deux maîtres d’Hôtel ducal, annoncent (...)
  • 144 « En ma tente m’ont robé » [Eustache Deschamps, « Je pri Dieu qu’il les maudie » (v. 9), dans Œuvr (...)
  • 145 Caen, Mancel, ms. 10 : 42.

45« La convoitise que peuvent susciter les hôtels parisiens incite au crime, et en particulier au vol » souligne Claude Gauvard140. De fait, le déploiement de richesses dont faisaient étalage les princes devait susciter plus d’une convoitise. À l’occasion des repas par exemple, la vaisselle destinée au service de table reposait sur les dressoirs – en guise de décoration ou à des fins effectivement utilitaires ? – et la tentation devait être grande de dérober un hanap ou une aiguière façonnés en or et cerclés de pierreries. Toutefois, l’accusation de vol était à l’époque chose si grave qu’il semble que l’on hésitait à la proférer141 – les textes font d’ailleurs davantage état de perte ou de disparition. Des officiers étaient spécialement préposés à la garde de la vaisselle et, en cas de perte, ils en étaient rendus responsables142. Cela n’empêchait cependant pas que de nombreux objets soient égarés143. Si les délits concernaient surtout les biens ducaux, les biens des serviteurs eux-mêmes n’étaient pas à l’abri du danger. Eustache Deschamps, maître d’Hôtel de Louis Ier, accuse ainsi nommément certains officiers ducaux de l’avoir volé144, et Jean, bâtard de La Trémoïlle, enfant d’honneur de Louis II en 1474, son panetier en 1483, rend quittance en août 1478 de 20 livres tournois à Louis Ruzé, alors trésorier de Marie de Clèves, « laquelle [somme] ladicte dame lui a donnee en faveur de son page qui l’avoit desrobé »145. Cet exemple invite à s’interroger sur le degré d’implication du maître de maison dans une affaire où ses serviteurs se trouvent mêlés. Marie de Clèves dédommage-t-elle en totalité ou en partie Jean de La Trémoïlle ? Le dédommage-t-elle parce que le vol a eu lieu sous son toit – difficile à savoir car le texte est muet sur le lieu du crime –, ou bien s’agit-il d’un simple don destiné à aider un serviteur en difficulté ?

  • 146 N. Gonthier, Cris de haine..., p. 133.
  • 147 À propos de « L’honneur blessé », voir le chap. 16 de la thèse de C. Gauvard, De grace especial... (...)
  • 148 Ibid., p. 708.

46Les violences verbales étaient certainement plus nombreuses que les vols. Elles menaient aux violences corporelles lorsque l’insulte devenait une atteinte si cuisante à l’honneur d’un individu qu’elle le portait aux pires extrémités afin de s’en laver146. Toutefois, si la parole pouvait être source de violence, elle n’avait pas suffisamment de poids en elle-même pour conduire au crime. Il fallait qu’elle se double de gestes fondateurs comme faire tomber le chaperon de son adversaire, geste injurieux au plus haut point147 : « Les hommes de ce temps ne s’affrontaient pas sans échanges de paroles et de gestes »148. Quelles paroles et quels gestes ont pu valoir à Deschamps d’être roué de coups par certains serviteurs de Louis Ier, ceux-là même qu’il accusait déjà de l’avoir volé ?

  • 149 Eustache Deschamps, « Je pri Dieu qu’il les maudie » (v. 5-7 et 10-11), dans Œuvres complètes, IV, (...)

M’ont maintes foys assailly
Et fait trop de villenye,
Batu, feru et laidi
[...]
Et sur le ventre sailly,
De piez et de poins foulé ;149.

  • 150 Voir la note 32 où je m’interroge sur la véracité des accusations de Deschamps.

47Le poète se pose ici en victime – seul de surcroît face à plusieurs agresseurs –, mais rien ne dit qu’il n’avait pas cherché la rixe, si rixe il y a eu150. Attestée par un document comptable, l’agression qui suit ne fait à l’inverse aucun doute :

  • 151 ADL, 6J9 : 39.

« Item, ledit jour [29 janvier 1442] a esté baillié par nostre ordonnance et commandement a maistre Gorre, le cirurgien, la somme de six escus et demi d’or et six solz huit deniers tournois pour sa paine et sallere d’avoir guary Roullant, nostre huissier d’armes, d’ung coup de dague qui luy avoit esté baillié par Hayos, nostre huissier d’armes »151.

  • 152 Claude Gauvard souligne l’importance du nombre de gens armés dans les Hôtels qu’elle compare à « d (...)
  • 153 RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XVII.

48De par leur office, les huissiers d’armes étaient légitimement armés, ce qui n’était pas forcément le cas de tous les officiers de l’Hôtel152. Étaient-ils pour autant plus portés à la violence que d’autres serviteurs ? Je répondrai par la négative, les serviteurs non possesseurs d’armes pouvant utiliser n’importe quel instrument contondant pour perpétrer leur forfait. Mais revenons sur le cas précis qui nous intéresse. Ce texte ne révèle rien sur les circonstances de l’agression. En revanche, il indique que l’huissier d’armes agressé a été guéri grâce à l’intervention d’un chirurgien payé par le duc. Une nouvelle fois, le maître de maison se sent manifestement concerné par une affaire impliquant ses serviteurs. Dans le cas présent, il ne fait aucun doute que l’attentat a eu lieu sous son toit. Le fait que le duc se sente responsable des actes de ses gens n’est pas sans rappeler une autre affaire opposant un serviteur de l’Hôtel et ses valets à des personnes extérieures à l’Hôtel. Elle implique « l’illustre chevalier Charles de Savoisy »153, chambellan du roi et de Louis Ier d’Orléans.

  • 154 Elle se trouve mentionnée dans cinq chroniques : Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 73- (...)
  • 155 Voir notamment C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 18-22 et B. Guenée, Un Meur (...)
  • 156 Ainsi le RSD et Pierre Cochon qui le décrivent haranguant ses gens pour laver l'offense subie.
  • 157 Thèse avancée par Enguerrand de Monstrelet et Gilles Le Bouvier.
  • 158 Survenue un an plus tôt, cette affaire oppose les gens de Charles de Savoisy* à Jean Morgueval, pr (...)
  • 159 E. Jarry, La Vie politique..., p. 314.

49Cette affaire, qui oppose le 14 juillet 1404 des gens de Charles de Savoisy* aux étudiants de l’Université de Paris, est relatée dans de nombreuses sources de l’époque154. Les historiens contemporains ont ainsi pu l’analyser minutieusement155 ; ne disposant pas de nouvelles pièces à apporter au dossier, je me contenterai de juger du degré d’implication de certains de ses acteurs : Savoisy se sent-il responsable des actes commis par ses gens ? Louis Ier fait-il montre de solidarité envers son chambellan ? Lors du procès que l’Université finit par obtenir, Savoisy est jugé responsable. L’était-il ? Les sources divergent à ce sujet, certaines le décrivant comme à l’origine de l’aggravation des événements156, alors que d’autres le déresponsabilisent et notent simplement que ses gens retournèrent à son hôtel pour s’armer157. À la différence de l’affaire Morgueval où Savoisy plaida coupable et obtint du roi une lettre de rémission158, il nie en bloc les accusations portées contre lui devant le Parlement, se désolidarisant par là-même de ses hommes. Mal lui en prend car il est condamné à voir son bel hôtel abattu et à verser une forte amende. Quant à certains de ses gens, ils sont astreints à faire amende honorable ou bien bannis. Comment expliquer l’inclémence du conseil royal alors qu’un an plus tôt, Savoisy était sorti indemne d’une affaire où, pour le coup, sa responsabilité était manifeste ? Absent lors du procès de son chambellan159, il semblerait que Louis Ier n’ait rien tenté cette fois pour infléchir la décision royale. L’année précédente, son soutien à Savoisy avait permis à ce dernier d’obtenir plus facilement le pardon du roi. En prenant parti en faveur d’un membre de son Hôtel, le duc d’Orléans évitait que la condamnation ne rejaillisse sur l’ensemble du groupe, il évitait que son Hôtel ne soit perçu comme un lieu de dissipation et il préservait l’honneur du groupe et le sien. Pourquoi dès lors ne pas réitérer son geste ? Les serviteurs de Savoisy étaient décidément trop turbulents (deux affaires en deux ans), et l’on peut penser que Louis Ier, qui cherchait à purger son Hôtel, ne voulut pas s’impliquer en cautionnant une nouvelle fois l’action de vils valets.

  • 160 C. Gauvard, « Renommées d’être sorcières... », p. 710.
  • 161 Claude Gauvard cite l’exemple de Jean Laisné venu trouver une sorcière pour qu’elle accuse d’un vo (...)
  • 162 Voir sa thèse, De grace especial...
  • 163 « Les enquêtes sur la criminalité urbaine s’accordent à constater combien les crimes opérés entre (...)

50Les valets étaient en effet pour la plupart, sinon issus des bas-fonds de la société, du moins en contact étroit avec eux. De ce fait, ils facilitaient l’intégration de la prostitution et de la sorcellerie à la vie des hôtels princiers160. La sorcellerie fait pénétrer dans les intrigues de cour, certains officiers faisant appel à des sorciers ou à des sorcières pour discréditer un rival auprès du prince161. Prouver l’implication d’un individu dans un acte de sorcellerie représentait en effet l’un des moyens les plus sûrs de l’envoyer hors du monde. Les cas relevés sont cependant rares. Peut-être les valets étaient-ils davantage en relation avec des professionnels du crime qu’ils engageaient eux-mêmes ou qu’ils faisaient engager par le prince à son insu pour les aider à commettre leurs forfaits ? Toutefois, à l’image de ce que Claude Gauvard a pu montrer pour la société du temps de Charles VI162, la criminalité au sein des Hôtels princiers semble avoir été une criminalité ordinaire émanant de personnes ordinaires. Les luttes de pouvoir, les oppositions entre serviteurs pour accaparer la faveur du prince et pour bloquer l’ascension de groupes rivaux abondaient – d’où des rivalités acharnées où les humiliations, les frictions et les heurts étaient le lot commun. Ces luttes pouvaient opposer des individus issus d’offices différents, mais il est plus probable qu’elles se développaient essentiellement au sein d’un même office, entre pairs163. Quels enjeux auraient pu opposer un chambellan et un trompette ? Les écarts étaient tellement importants qu’à moins de circonstances particulières, un officier de rang inférieur n’avait aucune raison de s’en prendre à un serviteur de rang supérieur. La violence entre pairs devait être beaucoup plus fréquente (on a pu le constater avec l’exemple des huissiers d’armes). C’est entre personnes de même statut, ou d’un statut avoisinant, que la violence, fille de jalousies longtemps entretenues, éclatait. Le lien social en sortait brisé. Qui allait le restaurer et par quels moyens ?

  • 164 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 139.
  • 165 C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 24.
  • 166 C’est du moins ce qu’indique ce règlement intérieur que j’aurais tendance à dater de la première m (...)
  • 167 Dans l’hôtel de Louis XI « Yvon d’Illiers, prévôt de l’hôtel, devait y faire régner l’ordre, aidé (...)
  • 168 « La police de cette société si nombreuse et si diverse s’opère sous l’égide du prévôt de l’Hôtel (...)
  • 169 « Tous les services de la Maison sont placés sous l’autorité d’un officier unique, le Grand-Maître (...)

51« Le bon prince se reconnaît à ce qu’il fait régner la paix. Il le fait en pratiquant la justice »164. Si la justice rendue par le roi et ses agents est assez bien connue, celle dispensée par les princes l’est beaucoup moins. Pourtant, on sait qu’il existe au sein de l’Hôtel un dispositif judiciaire. Il est cependant mal connu165. Qui faisait la police au sein de l’Hôtel ? Qui décidait des sanctions à prendre ? Le duc en personne ? Il semblerait plutôt que le pouvoir judiciaire ait été délégué (je n’ai en effet trouvé aucun exemple de justice rendue directement par le duc), mais à qui ? Les dignitaires les plus fréquemment cités sont les maîtres d’Hôtel et les prévôts de l’Hôtel. Alors que les premiers paraissent avoir eu la haute main en matière de justice au début du xve siècle166, la deuxième moitié du siècle amorce une passation de pouvoir167 qui s’achève au xvie siècle : le pouvoir juridictionnel appartient désormais au seul prévôt de l’Hôtel168. Ce schéma a l’avantage d’être simple et de tenir compte de l’évolution qui s’est produite au cours du siècle. Toutefois, à vouloir trop simplifier, on finit par gommer nombre de nuances qui ne sont pas que des détails sans importance. Si les prévôts de l’Hôtel ont bien compétence judiciaire à la fin du siècle, les maîtres d’Hôtel continuent au xvie siècle à exercer certains pouvoirs disciplinaires169. De même, réduire la justice princière à deux dignitaires serait une erreur. Il pouvait arriver qu’un autre personnage important de la Maison ducale soit amené à rendre la justice. En février 1451, Charles d’Orléans ordonne ainsi à son trésorier général, Jean Chardon,

  • 170 ADL, 6J10 : 45. L’arrêt ducal a été rapidement observé puisque, dès le lendemain, Jean Bernard ren (...)

« de tenir quicte et paisible nostre bien amé serviteur et escuier de cuisine, Jehan Bernard, de la somme de cent livres parisis en deducion et rabaiz de la somme de deux cens livres parisis en quoy nagueres, par nostre amé et feal chancelier et co[mm]issaire quant a ce, il a esté comdempné pour certaines justes et raisonnables causes plusaplain declarees es lettres de comdempnacion sur ce faictes, laquelle somme de C livres parisis dessus dicte nous avons donnee et donnons de grace especial par ces presentes audit Jehan Bernard pour consideracion des bons et agreables services qu’il nous a faiz ou fait de son dit office et autrement, en faveur aussi et pitié de ses enfens qui sont mineurs d’ans et pour lui aidier a les nourrir, entretenir et mectre sus, et pour certaines autres causes et consideracions a ce nous mouvans, en paiant toutesvoies les autres cent livres parisis dedens le terme de Pasques prochain venant et non autrement »170.

  • 171 Voir F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 61-64.
  • 172 Chiffre établi à partir de la BdD.
  • 173 Claude Gauvard décrit les Hôtels princiers comme autant « d’enclaves lâcheuses » pour la juridicti (...)

52Cet exemple est d’une richesse telle qu’il mérite que l’on s’y arrête un instant. Il nous apprend ainsi que la condamnation a été prononcée par le chancelier ducal, ce qui n’est pas sans rappeler le rôle tenu par le chancelier royal un siècle plus tôt. Sa fonction était alors étroitement unie à ce que les gens du Moyen Âge considéraient comme le rôle essentiel du roi, celui de justicier suprême171. Peut-on en déduire que le chancelier avait conservé, du moins en partie, ses attributions judiciaires, ou bien est-ce là un cas singulier lié à la nature du crime commis ? Difficile à savoir car rien n’est dit à son sujet – il est simplement fait mention des lettres de condamnation qui ont été émises. La peine prononcée est, elle, indiquée : Jean Bernard doit s’acquitter de 200 livres parisis auprès, semble-t-il, de l’administration ducale, et non auprès de la victime ou de sa famille dans le cadre d’un accord entre les parties comme cela se pratiquait souvent. C’est à se demander si l’offensé n’était pas le prince ou l’un de ses représentants. Toujours est-il que l’amende est d’importance, surtout quand on sait qu’un écuyer de cuisine touchait en moyenne 120 livres tournois de gages par an172. C’est là qu’intervient le duc qui, en tenant quitte son serviteur de la moitié de la somme à payer, interrompt le cours de la justice rendue par un autre de ses serviteurs. Cela prouve sa toute-puissance au sein de son Hôtel, véritable État dans l’État173. Cela témoigne également de sa volonté de se créer une clientèle personnelle, de renforcer les liens avec ses serviteurs en faisant preuve d’indulgence à leur égard. Cela montre enfin que le duc n’était pas insensible aux problèmes que pouvait connaître un membre de sa “famille”. Les raisons qui ont déterminé le duc à intervenir – probablement à la suite d’une requête de Jean Bernard – sont en effet rappelées dans l’ordre ducal. Il s’agit des bons et agréables services rendus au prince et des difficultés rencontrées par l’écuyer de cuisine pour élever ses enfants. La première raison ne fut sans doute pas déterminante, nombre de serviteurs pouvant invoquer leur dévouement au duc et à son Hôtel pour obtenir une rémission. Il est plus probable que la seconde raison décida le duc à faire preuve de bienveillance. Tout comme pour les hommes d’armes, la grâce doit intervenir nécessairement pour un bon père de famille ayant un travail. De surcroît, en faisant acte de miséricorde, le duc se rendait populaire aux yeux de son entourage et pouvait susciter de nouvelles adhésions.

  • 174 Ead., « L’image du roi justicier... », p. 189.
  • 175 Ead., « Prison, prisonnier », dans Dictionnaire encyclopédique..., A. Vauchez dir., II, p. 1259-12 (...)
  • 176 J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge..., p. 425.
  • 177 Ibid., p. 449.

53La nature des sanctions dépendait de la nature du crime, du fait qu’il s’agît ou non d’un récidiviste, des interventions de familles haut placées, d’amis, etc. Bref, à crime égal, la sanction n’était pas toujours la même. Elle pouvait aller du simple blâme au rejet de l’Hôtel, « peine qui apparaît, après la prison, comme un des châtiments suprêmes »174. La prison fermée – à distinguer de la prison ouverte qui renvoie à une prise sur parole – était en effet considérée comme infamante et rares étaient les cas d’enfermement qui dépassaient plusieurs jours175. Il en existait pourtant, et le prince devait disposer des bâtiments nécessaires pour accueillir les condamnés. Le Châtelet d’Orléans comportait ainsi une geôle « où le prévôt, en vertu de son autorité judiciaire, enfermait ceux qui troublaient la paix de la cité »176. Jean Prunelé*, gouverneur et capitaine d’Orléans – le prévôt est placé sous son autorité à partir de 1392 –, fit ainsi arrêter plusieurs bourgeois dans l’Hôtel ducal au début du xve siècle177. Cependant, le mauvais entretien des lieux et la complicité des parents ou des amis favorisaient les évasions. Piètre André, peintre et huissier de salle de Charles d’Orléans, est ainsi remboursé en novembre 1464 des frais engagés

  • 178 BNF, PO 2160 : 720 (payement global de 4 livres 10 sous tournois regroupant plusieurs voyages effe (...)

« pour aler et poursuir Pasquier, serviteur [de] Gauvain Du Perray, lequel estoit eschappé des prisons de mondit seigneur, et le poursuy ledit Pietre jusques a Tours esperant le trouver ce qu’il ne fist et s’en retourna a Blois serchant pars ou il a vacqué trois jours »178.

  • 179 « Sur les criminels qu’ils jugent, les maîtres d’Hôtel perçoivent des amendes, ce qui ne les incli (...)

54Mais les sanctions les plus fréquentes étaient les amendes179 et les peines imposées à titre d’expiation comme les pèlerinages. Pour assurer son salut et celui de sa victime, le criminel devait également faire célébrer des messes à la mémoire du mort et faire brûler des cierges. Est-il finalement possible d’établir une hiérarchie des peines ? Y a-t-il des peines plus infamantes que d’autres ?

  • 180 « La sélection du personnel subalterne au sein des Hôtels [...] reste très lâche et ne se fait pas (...)

55Par son contenu, par les paroles prononcées, le blâme, que l’on aurait a priori tendance à classer parmi les sanctions bénignes, pouvait en réalité attenter à l’honneur de celui qui le recevait et le marquer à vie. Il était dans ce cas plus préjudiciable que l’amende qui, une fois payée, lavait de la faute commise. De même, si le rejet de l’Hôtel excluait du groupe celui qui en était frappé, il évitait au criminel d’être, lui ou les siens, l’objet de la vengeance des individus lésés. À l’instar de la prison, il protégeait le fauteur de troubles d’un éventuel lynchage. Il lui permettait également de prendre un nouveau départ ailleurs. Pour en juger, il faudrait connaître le degré de diffusion de la décision prise. Sans doute l’exclusion d’un serviteur notoire devait-elle davantage porter à conséquence que celle d’un officier subalterne, lequel retrouvait sans trop de difficultés à s’employer dans un autre Hôtel180. Encore que le personnage notoire pouvait aussi être récupéré par un prince ennemi de celui qui l’avait chassé...

  • 181 « Il est probable que, dans une perspective de réforme, les juges ont cherché plus ou moins consci (...)

56En prenant de telles mesures, le prince cherchait à purger son Hôtel, à y mettre de l’ordre181. Les peines étaient également administrées à titre exemplaire afin de dissuader une population souvent turbulente de commettre les mêmes erreurs. Reste à savoir si la leçon portait.

***

  • 182 En cela, le terme de « creuset » employé par Françoise Autrand pour parler de l’Hôtel me semble im (...)

57Au sein de l’Hôtel, l’individu, toujours pris dans un cercle de relations, n’est jamais isolé. Pour autant, peut-on dire que le tout y absorbe la personne ? Certes, l’Hôtel est composé de plusieurs groupes, parfois liés entre eux et dont l’addition forme un seul ensemble ; mais le plus souvent des individus d’un âge, d’un rang social, d’une origine géographique différents cohabitaient plus qu’ils ne se mêlaient182. L’Hôtel concentre sur un espace réduit une gamme si diverse de gens que, malgré les liens existants entre eux, les antagonismes personnels éclataient parfois au grand jour. Il revenait alors au prince de rétablir l’ordre et ainsi la bonne image de sa Maison aux yeux de l’extérieur. Les Hôtels princiers apparaissent à cet égard sinon comme des espaces clos – des liens incessants existaient avec l’extérieur, pacifiques ou conflictuels – du moins comme des enclaves au sein de l’État. Leurs maîtres s’intercalent en effet entre le roi et ses sujets malgré la volonté de celui-là d’imposer son monopole sur la justice. Des conflits de juridiction en découlaient parfois. Paradoxalement, des luttes internes à l’Hôtel pouvaient ainsi permettre au duc de ressouder ce groupe miné par de nombreuses dissensions et disposer ainsi d’un instrument efficace pour mener à bien sa politique.

Notes

1 Derrière le chariot qui transportait le corps de Charles d’Orléans d’Amboise à Blois « marchaient trois pages, vêtus de velours, conduisant trois chevaux caparaçonnés de même. Toute la maison du duc avait pris le deuil en drap noir » [J. Roman, « Comptes des obsèques... », p. 226].

2 Louis Ier recommande « que le plus brief qu’ilz pourront aprés mon trespassement pour l’amours de moy ilz se vestent de gris brun ou d’un brun terne [de brun tenné ?] et qu’ilz le portent autant de temps comme ceulx de mon lignage porteront le noir » [AN, K 534, no 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces..., p. 201].

3 ...a centre of social life [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 61].

4 « Le terme de pseudo-parenté sert à désigner des relations sociales qui s’expriment en terme de parenté (de référence ou d’adresse) sans pour autant résulter de liens de parenté effectivement reconnus (par la consanguinité ou le mariage). On parle parfois de quasi-parenté ou de parenté fictive » [P. Bonte, « Parenté », dans Dictionnaire de l’ethnologie..., P. Bonte et M. Izard dir., p. 548-552].

5 Par exemple, les testaments du Parlement de Paris conservés aux Archives nationales sous la cote X la n’ont pas été vus. Seules ont été consultées les 48 pièces retranscrites par Alexandre Tuetey [« Testaments... »]. Parmi elles, deux sont l’œuvre de membres de l’Hôtel (Jean de Trie* et Pierre L’Orfèvre), ce qui limite le nombre d’exécuteurs testamentaires recensés et, par là même, le lien existant entre testateurs et exécutants.

6 « Compte tenu de la complexité et les enjeux d’une exécution, le testateur désignera ceux en qui il a toute confiance » [D. Courtemanche, Œuvrer pour la postérité..., p. 63].

7 Il teste en mars 1401 [BNF, ms. fr. 23271, f° 77 édité par A. Tuetey, « Testaments... », p. 301-304].

8 Testament postérieur à celui de Jean de Trie*.

9 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 614.

10 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 254, p. 161.

11 S’agit-il toujours de Laurent de Rue, abbé en 1398 ? [E. Jarry, La Vie politique..., p. 220].

12 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 64, p. 75.

13 R. C. Famiglietti, The French Monarchy in Crisis..., II, p. 555.

14 Ibid., II, p. 542.

15 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 254, p. 161.

16 Ibid., II, notice 796, p. 221.

17 A. Tuetey, « Testaments... », p. 303.

18 Nicolas de Baye, Journal..., I, p. 262. On remarquera que le propre frère de Robert, Jean de Béthune*, ne fait pas partie de ce conseil de famille et que la tutelle de ses nièces ne lui est de même nullement confiée. Son passage au service de Jean sans Peur en est sans doute la cause [Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 372]. Quant à la mère des fillettes, était-elle morte à cette date pour ne pas se voir confier leur garde, ou bien sa mise à l’écart résulte-t-elle de son appartenance à une famille d’obédience bourguignonne ?

19 À propos des amis charnels, on lira avec intérêt l’article précurseur de J. Turlan, « Amis et amis charnels... » ; à compléter par deux études plus récentes : C. Gauvard, « Amour naturel et amis charnels » dans De grace especial..., p. 643-651, et N. Nabert, Les Réseaux d’alliance en diplomatie..., p. 266-292.

20 J. Turlan, « Amis et amis charnels... », p. 669.

21 « Au milieu du xve siècle [...], l’expression “ami charnel” quand elle est employée, se trouve plutôt juxtaposée à celle de “parents” » [C. Gauvard, De grace especial..., II, p. 643].

22 Le nouveau petit Robert, p. 71.

23 Michel Gaillart, conseiller et gouverneur général de toutes les finances de Louis II, est qualifié de « nostre cher et grant ami » par le duc [BNF, PO 1265 : 64]. Sa fidélité à la maison d’Orléans (il est au service de ses ducs depuis les années 1450) explique peut-être l’emploi d’un terme qui définit habituellement une relation entre égaux [C. Gauvard, De grace especial..., II, p. 677 et M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... », p. 149]. Cela dit, il n’est pas le seul à avoir témoigné de sa fidélité aux d’Orléans et pourtant, il est le seul que le duc qualifie d’ami. Les autres sont désignés comme « bien amez », formule de l’amour employée systématiquement pour des officiers et non pour des parents du prince [F. Foronda, « Les lettres de Louis XI... », p. 63].

24 Renaud de Roye* apparaît comme « compagnon d’armes et ami dévoué de Boucicaut » [Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre dit Bouciquaut..., p. 61].

25 « Item, et quant le roy ou prince a dyné ledit maistre d’ostel s’en va dyner en la sale avecques tous ceulx qui ont servy le roy ou prince et sont assis selon leur ordre et degré » [Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », § 36, p. 29. ]

26 Voir les ballades où Eustache Deschamps donne les noms des compagnons des parties de beuverie de Louis Ier [Œuvres complètes, V, ball. 927, p. 134-136 ; VII, ball. 1343, p. 120-121, etc.].

27 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 469 et suiv. et Charles d’Orléans., « Préface », Ballades et rondeaux, p. 13.

28 Or, « le jeu est une occasion de rencontre » [J.-M. Mehl, Les Jeux..., p. 206].

29 ADL, 6J5 : 21.

30 Voir notamment l’article de C. Gauvard, « Cuisine et paix... ». L’auteur y souligne le caractère biface de la commensalité, objet de paix comme de troubles. Il en va de même pour le jeu qui canalise mais également dévoile les tensions et les conflits [H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 273].

31 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, IV, p. 38. Le rondeau 580 met en scène les mêmes protagonistes dans une situation comparable [Œuvres complètes, IV, p. 39]. Cf. également la ballade 803, « Maudiz soyez de par Eustace » qui reprend des thèmes identiques (v. 11-14) [Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 201-202].

32 Voir à ce sujet les avis divergents entre partisans du premier degré (A. Desguine, G. Raynaud), et partisans du second (T. Lassabatère, M. Roccati) qui pensent que les plaintes de Deschamps ne sont pas forcément à prendre au pied de la lettre, qu’il s’agit peut-être d’un jeu entre amis où le poète assume le rôle du sot, de l’amuseur. Entre persécuteurs et compagnons, il est difficile de se prononcer.

33 Ils veillaient, avec le portier, à ne pas laisser entrer de personnes non autorisées, surtout aux heures des repas [P. Jugie, « Lesfamiliae cardinalices... », p. 53].

34 Hormis dans des cas très particuliers exposés par N. Nabert [Les Réseaux d’alliance en diplomatie..., p. 272-275].

35 Il serait cependant hâtif d’en conclure que les serviteurs ne choisissaient jamais leurs compères parmi leurs pairs.

36 Thème que je ne développe pas davantage car il fait déjà l’objet d’une sous-partie dans mon article « L’officier, sa femme et le duc... », p. 160-163.

37 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 211 bis.

38 Voir infra le chapitre intitulé « Le rapport au prince ».

39 Les liens définis comme “non établis” dans la BdD ont ainsi été laissés de côté, de même que les parentés incertaines. Il sera néanmoins intéressant d’y revenir ultérieurement car la présence de deux individus de même nom au même moment dans l’entourage ducal n’est certainement pas fortuite.

40 Par exemple, Alain de Beaumont père*, chambellan ducal, rend quittance de 73 livres tournois le 18 décembre 1403 « c’est assavoir pour nous, XXX l.t., pour Alain et Regnaut de Beaumont noz enfans, XX l.t. » [BNF, ms. fr. 6210 : 212].

41 Première mention de la double titulature le 30 avril 1411 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 603].

42 BL, Add. Ch. 3619.

43 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 53.

44 B. Guenée, Entre l’Église et l’État..., p. 29.

45 Titre d’une communication de Michel Morineau parue dans Sociabilité, pouvoirs et société, F. Thélamon dir., p. 19-32.

46 Dans Les Structures élémentaires de la parenté, Claude Lévi-Strauss traite de la circulation des femmes entre les clans, dans le prolongement de la perspective ouverte par Marcel Mauss [« Essai sur le don... »] et d’Arnold Van Gennep qui classe l'échange de femmes parmi les rites d’agrégation au groupe [Les Rites de passage..., p. 47].

47 Voir les travaux utilisés dans mon article « L’officier, sa femme et le duc... ».

48 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État..., p. 53-93.

49 Bernard Guenée préconise de « mesurer comment un réseau familial déborde d’une institution à l’autre » [Politique et histoire..., p. 181].

50 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 96.

51 B. Jussen, « Le parrainage... », p. 467.

52 Voir L'Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw dir., dernière étude en date sur le sujet.

53 Il est regrettable que l’article de C. Ribéra-Pervillé, « Chevalerie et orfèvrerie vers 1400 : l’ordre du Porc-Épic... » n’ait pas été édité. Il remettait en cause bien des idées reçues et posait nombre de jalons pour une étude plus approfondie de la question.

54 J’ai pour projet de poursuivre et de compléter le travail entrepris par Claude Ribéra-Pervillé. Les sources rassemblées sont nombreuses, et ce qui suit n’est qu’un aperçu d’une étude à venir plus importante.

55 A. Favyn, Théâtre d’honneur et de chevalerie, Paris, 1620, p. 730.

56 Voir M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal..., p. 158 ou J. Richard, « La Toison d’or... », dans L’Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw dir., p. 19, pour ne citer que les plus récents.

57 BL, Add. Ch. 3052 cité dans E. Jarry, La Vie politique..., p. 220 : « Ce collier ressemble singulièrement au collier de l’ordre du Camail, et nous le voyons apparaître pour la première fois ».

58 BNF, PO 383 : 10.

59 S. L. Hindman, Christine de Pizan’s « Epistre Othea »..., p. 44-51. On distingue bien les colliers de l’ordre du Porc-Épic attachés au cou du duc et des hommes qui l’entourent, sans doute des officiers de son Hôtel.

60 Seuls les panneaux latéraux figurent ici. Le tableau dans son entier est présenté en couleur dans une monographie récente de Dirk de Vos, Rogier van der Weyden. Das Gesamtwerk, Munich, Hirmer Verlag, 1999. L’auteur y confirme notamment l’attribution de l’œuvre au maître flamand. Le volet gauche (figure 5) est à rapprocher du portrait de Louis de Gruuthuse, membre de la Toison d’or, reproduit dans l’ouvrage de Maximiliaan Martens dir., Lodewijk van Gruuthuse. Mecenas en europees diplomaat ca. 1427-1492, Bruges, 1992, p. 15. Les colliers des deux hommes sont bien mis en évidence, et l’on notera qu’à la différence du sire de Gruuthuse, le chevalier de Villa porte comme seul joyau l’ordre des d’Orléans.

61 BL, Add. Ch. 3145.

62 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 1360.

63 M. Pastoureau, « Un nouvel ordre de chevalerie », dans L’Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw dir., p. 65.

64 BM de Carpentras, ms. 1793, f° 3.

65 BM de Carpentras, ms. 1793, f° 271. Jean, seigneur de Toulongeon et de Sennecey (mort en 1463) était le fils de Jean, seigneur de Toulongeon et de Sennecey, maréchal de Bourgogne de février 1423 à juillet 1427, et de Catherine de Roussillon [Europäische Stammtafeln, D. Schwennicke éd., XV, tableau 186].

66 M. Aurell, La Noblesse en Occident (ve-xve siècle), Paris, Armand Colin, 1996, p. 159.

67 « La Toison d’or est demeurée un cénacle, un milieu relativement clos. En nombre comme en qualité » [J.-M. Cauchies, « Conclusion et synthèse... », dans L’Ordre de la Toison d’or..., P. Cockshaw dir., p. 247].

68 BNF, ms. fr. 10432, no 722, p. 150.

69 Guillaume Le Bouteiller* reçoit en janvier 1399 un collier d’or [BNF, ms. fr. 10432, no 141, p. 44].

70 Guillaume Le Jay, Jean Le Margeriel, Pierre de Trou, Pierre Du Saillant, etc.

71 Gervaise Achoppait, Hutin d’Arson, Louis de Villars, Philippe de Hédouville...

72 Berthy de Villiers, Henri Pourcel, Louis Cochet...

73 Louis de Combort (1451), Pierre Chauvet (1452).

74 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 287.

75 Faute d’exemples, il ne sera pas question de son fils et héritier, Louis II.

76 BNF, PO 383 : 14.

77 BNF, PO 383 : 26.

78 « Par patentes de Saint-Omer, 18 novembre 1440, Charles confère l’ordre, d’un seul coup, à onze gentilshommes bretons » [R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 300, n. 5].

79 Liste établie à partir de BNF, ms. fr. 22289, et complétée avec l'article de C. d’Orlac, « Les chevaliers du Porc-Épic... ». À noter que tous ne sont pas des serviteurs ducaux.

80 A. Page, Vêtir le prince..., p. 115.

81 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 243.

82 Le duc de Bourgogne faisait ainsi confectionner une livrée identique à tout son équipage lorsque la mission était d’importance [S. Abraham-Thisse, « Achats et consommation de draps... », p. 31].

83 BNF, PO 2151 : 85, et quittance dudit tailleur [BL, Add. Ch. 2050].

84 BNF, PO 2153 : 226 (compte de 1396-1397). Un exemple similaire se trouve dans le lexique 1.

85 Ainsi, à l’occasion de l’enterrement de la première épouse du roi René d’Anjou en 1453 [F. Piponnier, « Étoffes de villes... », p. 163], ou lors des obsèques de Charles d’Orléans en 1465.

86 F. Piponnier et P. Mane, Se vêtir..., p. 161.

87 BL, Add. Ch. 2497.

88 R. Delort, « Notes sur les livrées... », p. 365 et F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 291.

89 AN, KK 271, f° 22v à f° 26.

90 « Dès la fin du xive siècle on commence à appeler “livrée” des vêtements où s’associent les couleurs de la “devise” du souverain » [F. Piponnier et P. Mane, Se vêtir..., p. 161].

91 Autant les exemples attestant de l’emploi de ces devises sont nombreux sous Louis Ier, autant ils se font rares par la suite. Il semblerait que seul le porc-épic subsiste sous Louis II.

92 En juin 1402, Louis Ier ordonne que l’on rembourse un marchand de Lucques « pour II pieces [...] de Lucques blanc pour fere deux pourpoins, l’un pour monseigneur le roy, et l’autre pour nous, pour la feste des nopces de nostre bien amé escuier d’escuierie, Ector de Pontbriant » [BL, Add. Ch. 2395].

93 BL, Add. Ch. 3105.

94 De même, « bon nombre des titulaires d’offices inférieurs à la cour de Bourgogne, comme à la cour d’Anjou, ne reçoivent jamais de vêtements de “devise”. La composition de leur garde-robe et le choix des couleurs ne trahissent pas leur appartenance à l’entourage princier » [F. Piponnier, « Étoffes de villes... », p. 166].

95 J.-P. Boudet, « Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 234.

96 André Uyttebrouck cite les noms de deux médecins qui avaient leur chambre au palais ducal du Coudenberg [Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 184]. Il y a fort à penser que les médecins de Charles d’Orléans devaient loger auprès du duc, dans son château de Blois.

97 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 39.

98 C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 13.

99 BNF, ms.fr. 6210 :245.

100 Mary Whiteley [« Royal and Ducal Palaces in France... », p. 48, p. 53, p. 56, etc.] et Simone Roux [« Résidences princières parisiennes... », p. 90] distinguent les deux dès la fin du xive siècle. Françoise Boudon et Monique Chatenet pensent à l’inverse qu’un espace réellement privé n’apparaît qu’après 1530 [« Les logis du roi... », p. 70]. Avant cette date, elles manient les deux termes de privé et de public avec précaution. Comme elles, il me semble qu’une distinction trop tranchée entre usage privé et usage public des salles s’avère sommaire et met mal en valeur tous les aspects publics de la vie dite aujourd’hui privée des princes. On ne peut cependant pas nier qu’il y a tout de même des degrés dans le caractère public d’une pièce. Certaines ont une fonction publique et d’autres, comme les appartements princiers, ne le sont que parce qu’une grande part de la vie des princes est publique.

101 « Les deux ensembles urbains les plus importants [que possédait Louis Ier] » [C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 24-29 et p. 35-40].

102 Voir l’article que je lui ai consacré [É. Gonzalez, « Châtelet ou hôtel ? La résidence ducale à Orléans... »].

103 Par exemple, celle de F. Bournon, « L’hôtel royal de Saint-Pol à Paris ».

104 S. Roux, « Résidences princières parisiennes... ».

105 M. Whiteley, « L’aménagement intérieur des résidences royales et princières... », p. 303.

106 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 39.

107 Information concerning the physical layout of these buildings is very limited, but presumably the service rooms were grouped around either the kitchen or the hall, and since kitchen and hall were never far apart, quite often both. [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 59]. Les vestiges architecturaux conservés à Châteaudun – et notamment deux pièces où les cheminées occupent la totalité d’un mur – ont permis à Bruno Laurioux d’évoquer les cuisines de la résidence de Dunois dans le cadre d’une installation scénographique permanente intitulée « La Cuisine, art de vivre au Moyen Âge ».

108 C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens... », p. 32.

109 Étienne Du Parc au début du principat de Louis Ier.

110 Voir l’exemple cité supra de Double Prezibili, peut-être italien, échanson de Louis Ier, qui rend quittance en présence de son valet Jehan « qui entendoit mieulx françois que son dit maistre » [Caen, Mancel, ms. 11 : 111].

111 Se reporter au tableau 14 et aux identifications géographiques définies dans la BdD.

112 Sur le thème de la retraite, je renvoie à mon article intitulé « L’heure de la retraite a sonné... ».

113 B. Guenée, « L'âge des personnes authentiques... », p. 279.

114 Ibid., p. 264.

115 Sur la rivalité qui opposait jeunes et vieux, voir le chap. 8 de la thèse de C. Gauvard, De grace especial..., et en particulier les pages 375-382. Si l’auteur admet que des tensions existaient bien entre les âges (stéréotype largement répandu à l’époque par les écrivains contemporains), elle prouve que les conflits de générations n’étaient pas caractéristiques de la criminalité médiévale : « d’une manière générale, c’est à l’intérieur des mêmes classes d’âges que se déploie la criminalité » (p. 377).

116 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 264.

117 D’où la présence dans son entourage de personnages aussi notoires que Philippe de Florigny*, ancien chambellan de son père, Charles V, chambellan de son frère, Charles VI, et le sien dès 1382 [BNF, PO 1165 : 11].

118 Aux obsèques de Charles d’Orléans, « on trouve autour de Monseigneur de Valois [Louis II] deux enfants de son âge : le fils de messire Charles d’Arbonville et le petit Pacy » [P. Contamine, « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », p. 20] ; « Louis [...] eut comme premiers camarades les fils du sire d’Arbonville et le fils du sire de Pacy, “le petit Pacy” » [R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 272, n. 2].

119 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 272 et B. Quilliet, Louis XII..., p. 62.

120 Étienne Caidière, jardinier, touche ainsi 10 livres tournois de gages pour l’année 1483/10-1484/09 [BNF, PO 2162 : 829-830], tandis que dans le même temps, Denis Le Mercier, chancelier, perçoit 500 livres tournois [ibid.].

121 Pierre dit Clignet de Brébant*, ainsi surnommé dérisoirement par l’auteur du Pastoralet : « Pompai, c’est Clugnet de Brebant, / Qui fu de sy tres grant beubant / Et sy plains de pompe et d’orgoel / Que son pareil ne vit nulz d’oel. » [Pastoralet, v. 8903-8906].

122 RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XXVIII.

123 Christine de Pizan, le Livre de Prudence, cité dans C. Gauvard, « L’image du roi justicier... », p. 184.

124 La clientèle du duc de Berry est pour beaucoup à l’origine de la pauvre renommée de ce prince [F. Autrand, Jean de Berry..., p. 316-320 et p. 412 : « La mainmise sur les finances ducales [...] a valu au prince sa mauvaise réputation »].

125 J.-C. Mühlethaler, « Le tyran à table... », p. 56.

126 Eustache Deschamps, « Fuir te doit un chascun et chascune », Œuvres complètes, ball. CXVIII (v. 1). Sur le sujet, voir notamment l’article de Françoise Autrand, « De l’Enfer au Purgatoire... ». L’auteur reprend et analyse les principales critiques émises contre la cour par les écrivains de l’époque (Nicolas de Clamanges, Eustache Deschamps, Alain Chartier, Jean Meschinot...).

127 Eustache Deschamps, De la doleur qui puet advenir a ceulx qui suivent court de prince (v. 25-26), dans Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 203. Thématique récurrente, on la retrouve quelques siècles plus tard sous la plume de Stendhal : « De tout ceci, on peut tirer cette morale, que l’homme qui approche de la cour compromet son bonheur, s’il est heureux... » [La Chartreuse de Parme, Paris, Gallimard, 1983, p. 498].

128 Voir les poèmes qui illustrent le thème de « La société de cour », dans Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 195-217, ainsi que les ballades compilées dans l’édition qu’en propose le marquis de Queux de Saint-Hilaire et Gaston Raynaud : Des perilz qui sont a suir la court, V, ball. DCCCCLXVIII ; « Le bon sens n’est pas à la cour », V, ball. MXVII ; « Il fait bon d’être loin de la cour », V, ball. MXVIII ; « Conseils de vivre hors de la cour », VI, ball. MCLXXXII ; « Résolution de quitter la cour », I, ball. LVI, etc.

129 À propos des flatteurs, voir l’article de M. Vincent-Cassy, « Flatter, louer... ». La flatterie semble être un mal inhérent à la cour à en juger par ces quelques vers de Jean de La Fontaine : « Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire, / Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère, / Et tâchez quelquefois de répondre en Normand. » [morale de « La Cour du Lion », Fables, livre VII].

130 P. S. Lewis, La France à la fin du Moyen Âge..., p. 176-177.

131 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 158.

132 RSD, Chronique, III, livre XXII, chap. IV.

133 Ibid., III, livre XXVIII, chap. XXX.

134 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 96.

135 E. Jarry, La Vie politique..., p. 260.

136 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 272.

137 ...whenever a crisis threatened, it seemed that the royal household was not far from the centre of the stage [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 23].

138 Eustache Deschamps, « Qui ainsi fait, il prant bonne ordenance » (v. 17-18), dans Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 179.

139 C. Gauvard, « Violence citadine... », p. 1124.

140 Ead., « Les hôtels princiers et le crime... », p. 23.

141 « “Embler” son prochain est jugé sans indulgence dans une société où toute atteinte à la propriété est considérée comme un crime particulièrement grave » [J.-P. Leguay, « La criminalité en Bretagne... », p. 74]. Jacques Binot, serviteur de l’Hôtel d’Isabeau de Bavière, est ainsi condamné à mort à la suite d’un vol important de bijoux et d’orfèvrerie [C. Gauvard, « Violence citadine... », p. 1125].

142 « Item, doivent garder lesdits sommeilliers la vaisselle d’or et d’argent et en rendre compte audit eschançon ou maistre d’ostel et si par leur deffault en est perdu il le paieront sur leurs gaiges » [Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », § 10, p. 28].

143 En septembre 1389, Arnoul de Puiseux et Lancelot Boyau, tous deux maîtres d’Hôtel ducal, annoncent la disparition d’une tasse d’argent, « laquelle Jehan Poulain, argentier et tresorier de mondit seigneur [1 mot effacé], avoit baillee pour l’escuerie d’icellui seigneur a Jaques de Paroy, garde huche dudit seigneur, laquelle fut perdue le midi vie jour de septembre en l’ostel de Behaingne, et laquelle tasse d’argent a esté publiee souffisemment es lieux acoustumez a faire cry en la ville de Paris par Jehan Lemaire, crieur du roy nostre seigneur, le jeudi ensuivant, et ne a pour ce esté rapportee » [BNF, PO 2398 : 7]. En 1395, Julien Le Viezmaire, roi des ribauds du duc d’Orléans, fait crier la description de la vaisselle perdue à Villeneuve-lès-Avignon [A. Terroine, « Le roi des ribauds de l’Hôtel du roi... », p. 261], etc.

144 « En ma tente m’ont robé » [Eustache Deschamps, « Je pri Dieu qu’il les maudie » (v. 9), dans Œuvres complètes, IV, ball. 772, p. 270-271].

145 Caen, Mancel, ms. 10 : 42.

146 N. Gonthier, Cris de haine..., p. 133.

147 À propos de « L’honneur blessé », voir le chap. 16 de la thèse de C. Gauvard, De grace especial..., et en particulier les pages 724-726 pour ce qui est du chaperon.

148 Ibid., p. 708.

149 Eustache Deschamps, « Je pri Dieu qu’il les maudie » (v. 5-7 et 10-11), dans Œuvres complètes, IV, ball. 772, p. 270-271.

150 Voir la note 32 où je m’interroge sur la véracité des accusations de Deschamps.

151 ADL, 6J9 : 39.

152 Claude Gauvard souligne l’importance du nombre de gens armés dans les Hôtels qu’elle compare à « des réservoirs d’hommes prêts à dégainer » [« Les hôtels princiers et le crime... », p. 20].

153 RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XVII.

154 Elle se trouve mentionnée dans cinq chroniques : Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 73-75 ; Gilles Le Bouvier, Chroniques, p. 14 ; Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, p. 419-420 ; Pierre Cochon, Chronique normande, p. 367-368 et le RSD, Chronique, III, livre XXV, chap. XIV. Le procureur de la nation anglaise de la faculté des arts de l’Université l’a rapportée dans son registre, le Liber procuratorum nationis anglicanae, I, p. 882. Quant aux greffiers civil et criminel du Parlement de Paris, respectivement Nicolas de Baye et Jean de Cessières, ils transcrivirent dans leurs registres les séances relatives au procès qui se tint au Parlement. Citons enfin le sermon Estote misericordes prononcé par Jean Gerson lors du procès de Savoisy.

155 Voir notamment C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 18-22 et B. Guenée, Un Meurtre, une société...

156 Ainsi le RSD et Pierre Cochon qui le décrivent haranguant ses gens pour laver l'offense subie.

157 Thèse avancée par Enguerrand de Monstrelet et Gilles Le Bouvier.

158 Survenue un an plus tôt, cette affaire oppose les gens de Charles de Savoisy* à Jean Morgueval, procureur du roi en son Hôtel. Mécontents d’un jugement rendu par ce dernier, les valets de Savoisy font irruption dans l’hôtel de Morgueval et le rouent de coups. Le commanditaire de cette « expédition punitive » n’est autre que leur maître, Charles de Savoisy* [C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 18-19].

159 E. Jarry, La Vie politique..., p. 314.

160 C. Gauvard, « Renommées d’être sorcières... », p. 710.

161 Claude Gauvard cite l’exemple de Jean Laisné venu trouver une sorcière pour qu’elle accuse d’un vol qui s’est produit au sein de l’hôtel de la reine un dénommé Guiot qui est son « haineux » à la cour d’Isabeau de Bavière [ibid., p. 708].

162 Voir sa thèse, De grace especial...

163 « Les enquêtes sur la criminalité urbaine s’accordent à constater combien les crimes opérés entre gens de condition identiques sont majoritaires [...]. Ainsi, publiquement, on se mesure et se compare entre pairs » [N. Gonthier, Cris de haine..., p. 96].

164 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 139.

165 C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 24.

166 C’est du moins ce qu’indique ce règlement intérieur que j’aurais tendance à dater de la première moitié du siècle : « Et premierement le maistre d’ostel comme chief de la maison du roy ou d’autres princes et par dessus tous autres officiers [...] a dominacion sur tous pour les punir se aucune chose ilz forfezoient, ung chascun selon son endroit et selon les faultes et cas par eulx faiz et commis sans aucune contradicion ou faulte, et ce dans ladicte maison du roy et n’y respondront point les dessusdits devant aucuns juges ne justiciers quelzconques senon devant ledit maistre d’ostel, excepté que fussent appelez par devant le roy ou prince » [Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », § 1, p. 28].

167 Dans l’hôtel de Louis XI « Yvon d’Illiers, prévôt de l’hôtel, devait y faire régner l’ordre, aidé par six archers et six sergents pour l’accompagner aux affaires de son dit office » [P.-R. Gaussin, Louis XI..., p. 410].

168 « La police de cette société si nombreuse et si diverse s’opère sous l’égide du prévôt de l’Hôtel et de son personnel de lieutenants, d’archers et de scribes. Au fur et à mesure que la cour augmente en nombre, le rôle du prévôt croît en importance ; sa juridiction est souveraine pour tous les crimes et délits commis dans les maisons royales et lieux habités par le souverain » [J. Garrisson, Royauté.... p. 218].

169 « Tous les services de la Maison sont placés sous l’autorité d’un officier unique, le Grand-Maître de l’Hôtel ou Grand-Maître de France [...]. Il exerce certains pouvoirs disciplinaires, notamment à l’égard des maîtres d’hôtel, qui lui sont directement subordonnés » [G. Zeller, Les Institutions de la France au xvie, p. 102].

170 ADL, 6J10 : 45. L’arrêt ducal a été rapidement observé puisque, dès le lendemain, Jean Bernard rendait quittance [ADL, 6J10 : 43].

171 Voir F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 61-64.

172 Chiffre établi à partir de la BdD.

173 Claude Gauvard décrit les Hôtels princiers comme autant « d’enclaves lâcheuses » pour la juridiction royale [« Les hôtels princiers et le crime... », p. 29].

174 Ead., « L’image du roi justicier... », p. 189.

175 Ead., « Prison, prisonnier », dans Dictionnaire encyclopédique..., A. Vauchez dir., II, p. 1259-1260.

176 J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge..., p. 425.

177 Ibid., p. 449.

178 BNF, PO 2160 : 720 (payement global de 4 livres 10 sous tournois regroupant plusieurs voyages effectués par ledit Piètre André). Le duc dépêche ici un membre de son Hôtel pour rattraper le serviteur d’un de ses officiers, Gauvain Du Perray, preuve que sa juridiction s’étendait à l’ensemble du personnel de sa Maison.

179 « Sur les criminels qu’ils jugent, les maîtres d’Hôtel perçoivent des amendes, ce qui ne les incline pas à une grande sévérité corporelle et leur fait préférer la composition à la corde » [C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... », p. 25].

180 « La sélection du personnel subalterne au sein des Hôtels [...] reste très lâche et ne se fait pas sur des critères soignés de bonne renommée. D’autres valets, au passé criminel douteux, ont pu être embauchés » [ibid., p. 23].

181 « Il est probable que, dans une perspective de réforme, les juges ont cherché plus ou moins consciemment à purger les Hôtels des princes qui ne présentent pas un profil exemplaire » [C. Gauvard., « Renommées d’être sorcières... », p. 715].

182 En cela, le terme de « creuset » employé par Françoise Autrand pour parler de l’Hôtel me semble impropre [« L’hôtel du duc de Berry, creuset de la nouvelle société », Jean de Berry..., p. 301 ; « “Monseigneur veut que ses gens deviennent riches”... », p. 13, p. 20, etc.].

Table des illustrations

Titre Généalogie 2. Les Le Mercier et leur alliés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Gégéalogie 3. Montaigu et leurs alliés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Généalogie 4. Alliance les Villebresme et les Charrdon
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 3. Christine de Pizan présentant son livre, l’Epistre d’Othea à Louis d’Orléans.Londres, British Library, ms. Harley 4431, f° 95r.© avec la permission de la British Library
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Figure 4. Panneaux latéraux du triptyque de Rogier van der Weyden.Riggisberg, Fondation Abegg, inv. 14.2.63.© Abegg-Stiftung, Riggisberg, photo Christoph von Viràg
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Figure 5. Détail du panneau latéral gauche représentant le donateur portant le Camail d’Orléans.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 402k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.