Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Deuxième partie. La vie du groupe

Chapitre V. La pratique de l’office

Texte intégral

  • 1 Tel ce règlement qui prévoit que « y doit avoir deux ou trois clercs d’office pour prandre et escr (...)
  • 2 Assez peu disertes comme a pu le constater Pierre Cockshaw pour l’office de chancelier : « Jamais (...)
  • 3 Par exemple, les Comptes de l’écurie du roi Charles VI... qui renseignent sur les attributions du (...)

1Une fois pourvu de son office, le serviteur devait accomplir les tâches qui en relevaient s’il voulait satisfaire le prince et toucher les émoluments afférents à sa charge. Pour cela, encore fallait-il qu’il soit au courant de ce que l’on attendait de lui. Les sources normatives1, les lettres de nomination2, ou les documents comptables récapitulatifs3 sont davantage des sources de renseignements pour l’historien que pour l’intéressé qui n’en avait que rarement connaissance. À l’inverse, ce dernier pouvait compter sur la transmission orale véhiculée par le maître d’Hôtel ou par le chef de service pour être informé de ce qu’il avait à faire. De même, l’usage et l’exercice d’un même métier aux côtés d’autres serviteurs rompus à certaines pratiques aidaient à l’apprentissage. Enfin, tous n’étaient pas des novices, et l’expérience acquise précédemment au sein d’un autre Hôtel princier facilitait l’adaptation. Reste à savoir si l’emprise du quotidien et les exigences princières ne venaient pas bouleverser un système apparemment bien ordonné où chacun trouvait sa place.

La théorie et la pratique

2Le chambellan s’occupait-il de la chambre du prince ? L’échanson lui servait-il à boire ? Le médecin traitait-il uniquement ses problèmes de santé ? Qui, réellement, travaillait aux cuisines ? Autrement dit, y a-t-il adéquation entre le titre, les fonctions qu’il suppose et l’exercice de l’office ?

Le titre

  • 4 M. Ornato, Dictionnaire des charges...
  • 5 L’équipe de “Recherche sur l’Humanisme français des xive et xve siècles” dirigée par Gilbert Ouy, (...)
  • 6 G. Dupont-Ferrier, Les Officiers royaux des bailliages et sénéchaussées... et Nouvelles études sur (...)
  • 7 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises...
  • 8 M. Rey, Le Domaine du roi... et Les Finances royales...
  • 9 M. Ornato, Dictionnaire des charges…, p. 27.

3Outre les études monographiques déjà citées dans le chapitre I, le médiéviste dispose d’un outil incomparable avec le Dictionnaire des charges de Monique Ornato. À lui seul, il contient les définitions – volontairement succinctes – de toutes « les charges, emplois et métiers relevant des institutions monarchiques en France aux xive et xve siècles »4. Autant dire qu’il dépasse largement le cadre de l’Hôtel. Entrepris au début des années soixante-dix au sein d’une équipe de chercheurs désireux de normaliser le vocabulaire employé pour définir les institutions5, il se présente comme un « travail de compilation et de structuration » élaboré à partir d’ouvrages de références tels ceux de Gustave Dupont-Ferrier6, de Ferdinand Lot et Robert Fawtier7 ou de Maurice Rey8. Les informations recueillies ont permis l’établissement de « définitions donnant une idée rapide de la réalité de la profession exercée »9. Afin d’évaluer dans quelle mesure ces définitions rendent effectivement compte de la réalité de l’office, je les ai confrontées à des études plus récentes ainsi qu’aux sources de l’époque.

  • 10 Ibid., p. 100.

4« Officiers chargés du logement du roi en déplacement, au nombre de deux, servent à tour de rôle sous la direction de la Chambre aux deniers » peut-on lire à l’entrée du mot “fourrier”10. De cette définition, il ressort que les fourriers ont en charge les déplacements princiers, que la fonction est collégiale, et qu’elle se limite à une partie de l’année, définition qui correspond, du moins dans sa première partie, à ce que l’on peut trouver dans les sources. À la suite du voyage de Saint-Omer de 1396, Guillaume de La Chambre, fourrier de Louis Ier d’Orléans, rend quittance de 400 écus

  • 11 Archives communales de Laon conservées aux Archives départementales de l’Aisne, CC 337.

« pour la bonne diligence qu’il avoit fait de faire garder et rendre les tentes et pavillons de ladicte ville [de Laon] qui baillies avoient esté pour ledit monseigneur d’Orliens a la feste du mariage de la Royne d’Engleterre »11.

  • 12 Eugène Jarry communique quelques-uns des noms des serviteurs qui furent de ce voyage [La Vie polit (...)
  • 13 Cité dans G. Zeller, Les Institutions..., p. 96. Nadine Blamoutier propose quant à elle de traduir (...)
  • 14 En 1396, pour le mariage de Richard II et d’Isabelle de France, pro statu regis, prope et Ardram, (...)
  • 15 Pour plus de précisions, on se reportera à l’article de F. Lachaud, « Les tentes et l’activité mil (...)
  • 16 « C’est à se demander si la présence de ces quantités de victuailles n’incitait pas le duc à dépla (...)
  • 17 La charge de le garder incombait au concierge : « Le concierge assure cette présence constante du (...)

5En l’absence de lieu d’hébergement bâti, les fourriers avaient été chargés de se procurer de quoi abriter le duc et sa suite – composée pour l’essentiel de gens de son Hôtel12 –, et de veiller à la préparation du campement. Le recours à des tentes, appelées « baraques en toile » par Benvenuto Cellini dans ses Mémoires13, était à l’époque chose courante, notamment à l’occasion des rencontres diplomatiques – comme ici pour le mariage de Richard II et d’Isabelle de France14 –, ou lors des campagnes militaires15. Le reste de l’année, le duc se déplaçait fréquemment de château en château – pour visiter ses diverses provinces, ou bien vivre des ressources de ses pays comme le suggère Françoise Autrand16 ? –, et la charge de préparer le logement princier revenait aux fourriers17. Dans plusieurs de ses poèmes, Charles d’Orléans dépeint d’ailleurs explicitement leurs fonctions :

  • 18 Ballade CV, « En la forest de Longue Actente » (v. 5-7) [Charles d’Orléans, Poésies, P. Champion é (...)

Devant sont allez mes fourriers
Pour appareiller mon logeis
En la cité de Destinee18

6ou

  • 19 Rondeau 101 (v. 1-4) [Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, p. 482-484].

Les fourriers d’Esté sont venus
Pour appareillier son logis,
Et ont fait tendre ses tappis
De fleurs et verdure tissus19.

  • 20 Ainsi, au cours du principat de Louis Ier, Denisot Le Roy, Guillaume Ligier et Oudin Moyne sont to (...)
  • 21 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 659-687.
  • 22 De même, l’étude de l’Hôtel en déplacement reste à faire. Sa mobilité est-elle totale ou partielle (...)
  • 23 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 174.

7Le nombre de fourriers n’est jamais indiqué, Charles d’Orléans se contentant d’employer un pluriel sans plus de précision. Grâce à la base de données, il est toutefois possible d’affirmer que leur nombre était supérieur à deux certaines années20. Ces années seraient à mettre en relation avec l'itinéraire et les séjours des ducs d’Orléans, les déplacements princiers nécessitant l’envoi préalable de fourriers pour aménager le logis ducal, réquisitionner les hôtels avoisinants pour y loger les membres de l’Hôtel et leurs chevaux ou, à défaut, dresser les tentes qui tiendraient lieu de résidence. Si un tel itinéraire existe pour le principat de Charles21, il reste à dresser pour ceux de Louis Ier et de Louis II22. On peut cependant, sans risque de se tromper, concevoir que le nombre de fourriers – assistés dans leurs tâches par de nombreux aides ou valets – fluctuait en fonction de la fréquence des déplacements, ainsi que de l’importance du train ducal. Le chiffre de deux, avancé dans la définition du Dictionnaire des charges, me paraît donc inférieur à la réalité, surtout si l’on retient l’hypothèse vraisemblable du service à tour. En effet, si l’activité des fourriers était en partie occasionnelle, l’office n’en était pas moins permanent, les fourriers n’ayant pas pour seule fonction de préparer les déplacements princiers : « Tout au long de Tannée, ils doivent aussi veiller à approvisionner l’Hôtel en bois de chauffage, et il leur appartient de faire réparer les serrures et les clés du palais ducal »23. Ce seul travail nécessitait la présence continue auprès du duc d’un, voire de plusieurs hommes.

  • 24 M. Ornato, Dictionnaire des charges..., p. 103.

8Proche des fourriers, on trouve le garde de la tapisserie. La définition qu’en donne le Dictionnaire des charges est bien vague : « Employé sous les ordres de l’Argentier »24 ; de plus, elle ne renvoie pas à l’office de fourrier à laquelle elle est pourtant étroitement associée. Les tapisseries, comme les meubles ou la vaisselle, accompagnaient le prince dans ses déplacements – elles se transportaient relativement facilement et elles réchauffaient les pièces restées longtemps inhabitées tout en les décorant –, et il pouvait arriver qu’un même homme cumule les deux offices. C’est le cas par exemple de Guillaume Ligier entre janvier 1391 et juillet 1397. Tout comme les fourriers, les gardes de la tapisserie avaient en charge la préparation du logis ducal, et tout particulièrement son ameublement ; Gilbert de Boulenois, « garde des materaz de monseigneur le duc d’Orleans et commis de par lui garde de sa tapisserie », rend ainsi quittance de 10 livres tournois le 14 juillet 1403 :

  • 25 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 437. Voir aussi l’exemple cité par E. Jarry, La Vie politique..., p. 31 (...)

« [...] pour mon salere et despens et de mes aides d’aler de Paris a Orleans pour ilec tendre la tapisserie et chambres de mondit seigneur le duc, et pour acheter des crochez pour tendre lesdictes chambres et tapisseries pour le voyage que mondit seigneur y fait presentement »25.

  • 26 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 310.
  • 27 Il ne lut pas le seul : « Louis d’Anjou et Philippe le Hardi ont dépensé beaucoup d’argent pour en (...)
  • 28 BNF, PO 213 : 2. Il s’agit de l’illustration d’un roman d’aventures du temps intitulé Theseus de C (...)
  • 29 BL, Add. Ch. 2734.
  • 30 BL, Add. Ch. 2778.

9Partie intégrante de l’environnement princier, les tapisseries précédaient le duc en voyage de façon à ce qu’il se retrouve chez lui, « dans son décor familier »26, quel que soit le lieu où il avait décidé de séjourner. Au garde de la tapisserie revenait le soin de veiller au transport d’un des biens les plus précieux du prince, précieux par son coût, mais aussi par la symbolique qu’il véhiculait. D’importantes sommes d’argent étaient en effet consacrées à leur achat, comme en témoignent les nombreuses acquisitions effectuées par Louis Ier27 au maître d’œuvre de la fameuse tenture de l’Apocalypse d’Angers. Quelques exemples : en 1391, le duc mande que la somme de 1 200 francs soit versée à Nicolas Bataille pour « un drap [...] de l’histoire de Theseus et de l’aigle d’or »28 ; le 3 mai 1396, le mandement s’élève cette fois à 1 700 francs « pour cause de trois tappis de haultelice que nous avons fait prendre et acheter de lui »29, et le 23 mai 1399, le maître d’oeuvre rend quittance de 582 francs pour deux chambres, l’une de tapisserie d’Arras à marguerites sur fond blanc, « et l’autre de tappicerie de Paris a bestes et a licornes, laquelle mondit seigneur a donné a Robin Le Senechal, son eschanson »30.

10Chargé de leur transport et de leur installation, le garde de la tapisserie devait également veiller à leur bonne conservation. Gilbert de Boulenois rend quittance en mars 1407 de 11 livres et 5 sous tournois

  • 31 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 495. Cet exemple prouve que les lieux inhabités entre deux séjours du p (...)

« pour aler presentement a Pierrefons et a Soissons pour visiter la tapicerie que mondit seigneur a ausdiz lieux et pour ycelle netoier, essorer et mectre au soleil »31,

  • 32 BNF, PO 3005 : 22.
  • 33 L’écuyer tranchant est défini comme un « gentilhomme membre de la paneterie », et les enfants de c (...)
  • 34 Ibid., p. 57.
  • 35 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 2. Assertion à nuancer dans le cas des petit (...)

11et Jacquet Colin fut remboursé de la somme de 8 livres, 6 sous, et 8 deniers tournois en juillet 1416 pour avoir « achaté estoffes c’est assavoir toille, ruban, fil et autres choses neccessaires pour rappareillier aucuns de noz tappis »32. La restauration en fut probablement confiée à un artisan spécialisé dans ce type de tâche. Les actes de la pratique ne le disent pas. On retiendra cependant que, grâce à eux, l’office de garde de la tapisserie et les diverses fonctions qui incombaient à son détenteur apparaissent plus concrètement que dans le Dictionnaire des charges. Il en va de même pour de nombreux autres offices comme ceux d’écuyer tranchant ou d’enfant de cuisine pour lesquels la seule définition qui figure dans le dictionnaire ne permet pas d’imaginer quel était leur rôle au sein de l’Hôtel33. Plus généralement, la définition donnée relève davantage de la théorie que de la réalité à laquelle prétend pourtant ce dictionnaire. L’exemple des chambellans est en cela révélateur. Définis comme des « officiers de cour chargés de tout ce qui concerne le service intérieur de la chambre du roi, au nombre de six, serv[ant] à tour de rôle, accompagnés chacun d’un écuyer et d’un valet »34, ils assumaient en fait de tout autres fonctions comme le résume bien Werner Paravicini : « Jamais un chambellan ne fera le lit de son maître, c’est l’affaire du valet de chambre ou plutôt du subordonné de celui-ci : la tendance est à séparer de plus en plus nettement l’office, de plus en plus honorifique, de la fonction effective, de plus en plus “mécanique” »35.

  • 36 M. Ornato, Dictionnaire des charges..., p. 27.

12En résumé, le Dictionnaire des charges ne permet pas de se faire une idée précise de la réalité de l’office. Une mise à jour, qui tiendrait compte des travaux récents, serait la bienvenue. En attendant un tel travail, ce dictionnaire demeure un utile point de départ pour se faire une « idée rapide »36 de l’office tel qu’il est pensé mais non tel qu’il est vécu. Il a permis de surcroît d’insister à nouveau sur les différences qui existent entre le titre et la réalité de l’emploi.

La réalité

13De même que le seul titre ne permet pas de situer l’officier au sein de la hiérarchie de l’Hôtel – la faveur ducale venait parfois bouleverser l’ordre apparent et faire du détenteur d’un office jugé subalterne un officier principal –, il ne suffit que rarement pour rendre compte du vécu de l’office. Dès lors, pour dépasser le stade de la théorie et montrer les serviteurs ducaux au travail, il convient de recourir, comme dans le cas du fourrier ou du garde de la tapisserie, aux actes de la pratique et notamment aux documents comptables qui décrivent le mieux les serviteurs au travail, à savoir les mandements et les quittances.

  • 37 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 9.
  • 38 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 398.
  • 39 BNF, PO 2160 : 666.

14Si l’on en croit Pierre Cockshaw, « n’importe quel officier pouvait exercer à peu près n’importe quelle fonction, si telle était la volonté du seigneur »37. Cette assertion, un peu trop globalisante à mon sens – on a peine à imaginer un garde-huche exerçant les tâches qui relèvent du roi des ribauds –, se vérifie néanmoins dans certains cas. Citons par exemple celui de Jean Gontier dit La Hire, barbier du commun de Charles d’Orléans et, par conséquent, chargé d’exécuter les rasages et les saignées des gens de l’Hôtel38. Il se voit ainsi ordonner en juin 1457 le paiement de 27 sous et 6 deniers tournois « pour don a lui fait par ledit seigneur pour avoir tondu ses deux espagnolz, Braquet et Dyament »39. Bien que ne relevant pas a priori de ses fonctions, la tâche exécutée ne s’écarte pas de façon criante du titre de son détenteur. Tout autres sont les cas de Jean Brayer et Denisot Rogier. Le premier supplée en 1417 le maître de l’artillerie de Charles comme l’atteste le certificat rendu par Guillaume de Crocy, capitaine de Janville. Il y assure avoir reçu certaines armes et munitions

  • 40 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 706.

« de Jehan Brayer, sommelier de l’eschançonnerie de monseigneur le duc d’Orliens et novellement commis de par mondit seigneur a achater canons, arbalestes, trait et autres abillemens de guerre pour les provisions des chasteaulx, villes et forteresses de mondit seigneur estans par deça Saine en absence de Jehan Rome, maistre et garde de l’artillerie de mondit seigneur »40.

  • 41 Comme en août 1422 où Denisot Rogier reçoit 400 écus d’or de Jacques Boucher, trésorier ducal, « p (...)
  • 42 BL, Add. Ch. 295.

15L’urgence de la situation (faire face aux attaques anglaises et bourguignonnes en l’absence du chef de la dynastie) explique que l’intérim ait été assuré par un officier que son titre rattachait plus logiquement au service de table qu’à l’armement. Issu des cuisines, Denisot Rogier est appelé, lui aussi, à jouer un rôle auquel son titre de queux était loin de nous faire penser. Véritable homme de confiance de Charles d’Orléans, il traverse la mer sans relâche durant les années de captivité de son maître pour lui apporter tantôt de l’argent41, tantôt des pièces administratives requérant sa signature42. Sont d’ailleurs mis en avant dans une supplique adressée au duc et datée de 1450

  • 43 Rouen, Leber 3185.

« les services que continuelment et par long temps il nous a faiz mesmement nous estans prisonnier ou royaume d’Angleterre, esquelx il a emploié la pluspart de son aage, et les dangiers et perilz en quoy il a pour nous exposé sa personne en plusieurs voyaiges ou il a esté par nous envoyé durant le temps des guerres, tant dudit royaume d’Angleterre en ce royaume de France comme ailleurs, et souffert plusieurs paines, prisons et travaulx »43.

16Dans les deux cas, le rôle de la conjoncture est à souligner. Qui sait si Jean Brayer et Denisot Rogier seraient sortis de leur cuisine si les événements ne les y avaient poussés ?

17Garder son titre tout en étant amené à effectuer une tout autre tâche que ce qu’il supposait paraît donc très circonstanciel. À l’inverse, les serviteurs ducaux pouvaient, par le cumul de titres proches, sinon effectuer deux, trois, voire quatre tâches analogues (parfois simultanément), du moins en être responsables – avoir le titre n’implique pas forcément que l’on effectue soi-même les tâches qui en relèvent, le titulaire pouvant s’en décharger sur ses subordonnés. Cela se vérifie notamment pour les gens de finances. Le tableau qui suit, constitué à partir de l’exemple des argentiers – j’aurais tout aussi bien pu prendre celui des gardes des joyaux, également très révélateur –, vise à illustrer ce phénomène.

Tableau 15. Cumul d’offices : cas des argentiers

Nom

Prénom

Dates d’exercice de l’office d’argentier

Autres offices occupés concurremment

Mariète

Denis(ot)

1389/06/24-1402/07/20

valet de chambre
(1389/10/24-1392/09/06)
contrôleur de la chambre aux deniers
(1393/10/30-1394/03/15)
garde des joyaux
(1401/08/16-1402/08/24)

Poulain

Jean

1389/09/12

valet de chambre
(1388/12-1392/02/03)
commis à recevoir les finances
(1389/01/05-1392/02/03)
garde des finances
(1389/02-1392/03/13)
trésorier
(1389/06/26-1402/10/04)

Sauvage

Pierre

1414/12/16-1416/06/07

secrétaire
(1408/03/14-1416/06/07)

Hardouin

Jean

1442/04/13-1442/05/06

secrétaire
(1442/04/13-1442/05/06)

Le Gantier

Jean

1443/01/16-1445/11/14

contrôleur des dépenses de l’Hôtel
(1442/01/24-1456/01)

  • 44 Jourdain Dehors, jusqu’en 1399, et Guillaume Foucault, à partir de 1399, tous deux valets de chamb (...)

18Dans le cas des offices ayant trait au monde de l’argent, on ne sera pas surpris de trouver un même homme détenteur de plusieurs titres aux fonctions similaires. Plus étonnant pourrait paraître le cas des argentiers également valets de chambre ou secrétaires. La polyvalence des valets explique que l’on puisse les retrouver également comme argentier ou comme garde des coffres44. Quant aux secrétaires, spécialistes des écritures, le tableau 16 ci-après les montre très liés au monde des finances, et ce dès le principat de Louis Ier.

Tableau 16. Cumul d’offices : cas des secrétaires

Nom

Prénom

Dates d’exercice de l’office de secrétaire

Autres offices occupés concurremment

Haudry

Jean

1397/11/16-1404/10/06

maître de la chambre aux deniers

Héron

Macé

1399/12/29-1407/10/29

garde des coffres

Couleurin

Jean

1402/10/22-1406/06/19

maître des garnisons (de vin)

Garbet

Nicole

1404/05/25-1406/02/02

précepteur

Sauvage

Pierre

1408/03/14-1416/06/07

garde des coffres
(1409/04/16-1414/07/03)
argentier
(1414/12/16-1416/06/07)

Chardon

Jean

1439/06/27-1444/12/21

maître de la chambre aux deniers
(1439/06/27-1444/12/21)
trésorier
(1444/12/20-1456/04/29)
receveur général des finances
(1444/12/20-1456/04/29)

Doulce

Guillaume

1441/06/28-1463/11/25

trésorier général

Hardouin

Jean

1442/04/13-1442/05/06

argentier

Le Fuzelier

Pierre

1445/09/16-1465/01

maître des requêtes

Boutemye

Jean

1449/09/09-1452/05/04

clerc d’office

Pesquet

Renaud

1450/08/23-1450/12/26

clerc d’office

Astesan

Nicolas

1455/07

serviteur

Colin

Étienne

1456/04/24-1457/07/24

valet de chambre
(1455/11-1457/05/10)
sergent d’armes
(1456/05/27-1456/08/21)

Callipel

Guillaume

1483/10/01-1485/09

maître des requêtes

Cotereau

Jean

1484/01/16-1497/09/22

notaire-secrétaire

Serme

Jean

1484/06/24-1494/06/28

contrôleur de la dépense

Hubes

Nicolas de

1497/06

valet de chambre

  • 45 Caen, Mancel, ms. 10 : 151.

19Les exemples de cumuls foisonnent, et il conviendrait de les étudier systématiquement. D’ores et déjà, les sondages effectués permettent de dire qu’ils concernent majoritairement des offices proches tels que ceux d’écuyers de corps et d’écuyers d’écurie ou de maître d’Hôtel et de chambellan. Le cas de Geoffroy Cotereau est d’autant plus surprenant. Sommelier d’échansonnerie depuis octobre 1484, il apparaît pour la première fois comme jardinier ducal en octobre 1493 et cumule les deux postes jusqu’en juin 1496 au moins, preuve qu’il ne s’agit pas d’une fonction d’appoint occupée temporairement pour seconder le jardinier en titre, mais bien d’une charge à part entière pour laquelle il touche 120 livres tournois de pension par an. C’est ainsi qu’il s’intitule « som[m]elier d’eschansonnerie et jardinier de mondit seigneur le duc » le 18 septembre 1495 dans la quittance de 10 livres tournois qu’il rend « pour la façon et entretenement du jardin dudit seigneur ceste presente annee »45. Continue-t-il en parallèle à exercer son office de sommelier de l’échansonnerie pour lequel il touche 60 livres tournois de gages par an, ou bien n’est-ce plus qu’un titre dénué de toute réalité ? Les sources n’apportent pas de réponse. On se gardera par conséquent de tirer des conclusions quant à la possible conjonction d’offices aussi éloignés à partir de ce cas unique.

  • 46 BNF, nouv. acq. fr. 9191 : 59.
  • 47 BNF, PO 1589 : 2.

20À défaut d’exemples suffisamment nombreux, j’ai également dû renoncer à vérifier l’idée que l’Hôtel permette de changer de titre en fonction des besoins. Ainsi m’étais-je imaginée que l’on assistait au moment des déplacements princiers à une véritable “valse des portefeuilles” conduisant tel écuyer tranchant à prendre temporairement le titre d’échanson si la demande l’exigeait, tandis que tel clerc d’office était promu pour un temps au rang de secrétaire. Certes, j’ai bien relevé quelques cas de changements ponctuels de situation – Jean Mauvoisin, écuyer d’écurie ducal de 1389 à 1403, apparaît une fois durant cette période en tant qu’échanson46 ; Georges de Brilhac*, du temps où il occupait la charge d’écuyer tranchant avant de devenir chambellan, est aussi attesté une fois comme panetier47 –, mais ni dans les proportions attendues, ni en rapport avec un événement précis. Le personnel supplétif recruté pour l’occasion, les nombreux aides mis à la disposition des différents services, et les officiers promus, non pas temporairement, mais définitivement à un office plus élevé, suffisaient pour assurer le surcroît de travail. Nul besoin par conséquent de permuter les personnes et d’intervertir les rôles.

21Que peut-on conclure de ces différentes remarques ? D’abord, l’hypothèse de départ qui distingue le titre de la réalité se vérifie largement. Les fonctions sont souvent plus étendues et variées que le titre ne le laisse supposer. Ensuite, l’Hôtel n’est pas, comme je le pensais initialement, une institution permettant les changements temporaires de situation. L’étude de l’ascension sociale permettra cependant de mesurer les nombreux changements qui le traversent et de constater qu’il n’est pas une institution figée. Enfin, quelles que soient les fonctions, leur importance réelle se mesure moins au titre porté qu’à la confiance que le prince daigne témoigner à ses serviteurs.

Étude de quatre offices clefs

22Ne pouvant décrire chacune des 113 charges relevées pour l’Hôtel des ducs d’Orléans, j’ai retenu quatre offices clefs pour une étude plus approfondie. Il s’agit des offices de chambellan, d’écuyer d’écurie, de maître d’Hôtel et de valet de chambre.

Pourquoi ces quatre offices ?

  • 48 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 175.
  • 49 Il faut savoir que, si le terme d’honorifique est celui que l’on retrouve le plus fréquemment sous (...)

23Deux raisons ont déterminé ce choix : d’une part, il s’agit d’offices sur lesquels nous sommes assez bien renseignés (les sources à leur sujet abondent), ce qui permet d’en faire une analyse, sinon exhaustive, du moins assez complète ; d’autre part, il m’a semblé qu’ils illustraient, chacun à sa façon, une des dimensions que peut prendre une charge au sein de l’Hôtel. C’est ainsi que les maîtres d’Hôtel, auxquels, si l’on en croit les études récentes, revient le soin de superviser la gestion de l’Hôtel et de veiller à son bon fonctionnement, peuvent être considérés comme un prototype de l’officier domestique : « Ils assument véritablement la direction de la Maison ducale. Leur rôle n’est pas honorifique »48. À l’inverse, l’office de chambellan apparaît, pour la période étudiée, comme la charge honorifique par excellence49. Entre les deux, on trouve les valets de chambre qui font figure d’officiers spécialisés, et les écuyers d’écurie dont l’office peut paraître un simple marchepied, un office tremplin utilisé pour se hisser plus haut dans la carrière des honneurs.

  • 50 B. Schnerb, Enguerrandde Bournonville..., p. 82.

24En fait, si ce schéma est recevable dans ses grandes lignes, les choses ne sont pas aussi tranchées et les chevauchements se révèlent nombreux entre les différents groupes. Ainsi, les offices d’écuyer d’écurie ou de valet de chambre peuvent, dans certains cas, être attribués à titre purement honorifique. Bien qu’emprunté au camp adverse, le cas d’Enguerrand de Bournonville n’en est pas moins exemplaire : détenteur à la cour de Bourgogne de l’office d’écuyer d’écurie, « il n’existe [pour lui] aucune trace d’un véritable service d’écuyer d’écurie effectué auprès de Philippe le Hardi ou de Jean sans Peur »50. Le titre de valet de chambre peut de même être attribué à un fournisseur, à un artisan que le duc souhaite attacher à son service (ou récompenser de ses services, façon de faire patienter des créanciers par exemple), sans pour autant exiger de lui qu’il effectue les tâches attendues dans le cadre de cet office. Face à une telle confusion – tel office étant tantôt effectif, tantôt honorifique –, tout classement se révèle impossible. Aussi, plutôt que de traiter séparément les quatre offices retenus, il m’a semblé préférable de mener une étude synoptique en faisant ressortir plusieurs thèmes. Mais au préalable, une présentation rapide de chacun s’avère nécessaire.

Description de chacun

25Les sources permettent de se faire une idée assez précise des fonctions de maître d’Hôtel et d’écuyer d’écurie. Le premier tient à jour les dépenses de l’Hôtel. Il contrôle les dépenses d’approvisionnements effectuées par les différents chefs de service, de même qu’il signe (et sûrement vérifie au préalable) les listes de gages versés aux officiers de l’Hôtel par le maître de la Chambre aux deniers. Le duc peut également lui faire remettre directement une somme destinée au paiement des serviteurs de son Hôtel. Charles d’Orléans mande ainsi le 4 septembre 1448 que soient versés 500 écus d’or à Rémond Fricon*, premier maître d’Hôtel,

  • 51 AN, KK 270, f° 6v.

« pour estre par lui convertie et employee ou paiement des gaiges des gens et officiers d’icellui seigneur du mois d’aoust precedens oudit an, lesquelx gaiges sont prins en despense par ledit maistre de la chambre cy aprés en la somme de VIc LXI 1. XV s.t. »51.

26Haut responsable du personnel de l’Hôtel, il surveille l’accomplissement des obligations de chacun et peut, le cas échéant, sanctionner les écarts ou manquements au règlement :

  • 52 Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la (...)

« Et premierement le maistre d’ostel comme chief de la maison du roy ou d’autres princes et par dessus tous autres officiers a faire servir en tous les offices ainsi qu’il appartient et a a commander a ung chascun selon son office qu’il soit prest a tel heure, car le roy peult dyner ou soupper a tel heure, et a dominacion sur tous et chascuns les officiers, gentilz hommes et autres de ladicte maison pour les punir se aucune chose ilz forfezoient, ung chascun selon son endroit et selon les faultes et cas par eulx faiz et commis sans aucune contradicion ou faulte, et ce dans ladicte maison du roy et n’y respondront point les dessus dits devant aucuns juges ne justiciers quelzconques senon devant ledit maistre d’ostel, excepté que fussent appelez par devant le roy ou prince »52.

  • 53 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 148.
  • 54 Bien que de nature très différente, leurs écrits indiquent chez l’un et l’autre une connaissance c (...)
  • 55 Il s’agit d’Archambaud de Villars*, d’Enguerrand de Marcoignet, d’Eustache Deschamps, de Gilles Ma (...)
  • 56 BNF, PO 3002 : 27.

27Peut-on en conclure pour autant que c’est un office qui requiert « un véritable travail et une présence assidue »53 ? Un véritable travail, soit – aussi bien l’œuvre d’Eustache Deschamps que celle d’Olivier de La Marche en témoignent54 –, mais une présence assidue, cela semble beaucoup plus douteux. Sur les 40 maîtres d’Hôtel recensés, un quart détenait dans le même temps un office pour le duc en dehors de l’Hôtel (capitaine de place, maître des eaux et forêts, etc.) et parmi eux, cinq servaient également un autre prince, le roi55. Dans le premier cas, il peut s’agir d’offices d’appoints, de sinécures pensionnées sans fonction réelle, le travail sur place étant effectué par des subordonnés. La chose est plus difficile à concevoir dans le second cas, les officiers de l’époque faisant généralement passer le service du roi avant celui d’un autre membre de la famille royale. De surcroît, les missions confiées à certains les tenaient pour un temps à l’écart de la Maison ducale. Parmi divers exemples possibles, j’ai retenu celui d’Archambaud de Villars* qui semble avoir passé plus de temps sur les routes qu’auprès du duc, lequel lui fait remettre 112 livres et 10 sous tournois le 28 juillet 1406 « pour aler presentement es parties d’Alemaigne ou nous [Louis Ier] l’envoions pour certaines besoignes qui grandement nous touchent »56. Resté au service de la Maison d’Orléans après le meurtre de Louis, il effectue, toujours en qualité de maître d’Hôtel, plusieurs voyages pour le compte de Charles. Le 29 décembre 1409, il rend quittance de 14 livres tournois :

  • 57 BNF, PO 3002 : 48.

« [·..] pour un voyage par moy fait de Blois en Lymosin devers monseigneur le connetable par l’ordonnance de mondit seigneur, ouquel voyage j’affirme par serment avoir vacqué par l’espace de VII jours entiers »57,

28et le 13 février 1410, il reconnaît avoir touché 120 livres tournois :

  • 58 BNF, PO 3002 : 47.

« [...] pour le paiement d’un voyage ou monseigneur et son conseil m’envoient presentement en Gascongne, devers monseigneur le conte d’Armagnac et devers le viconte de Castelbon, pour certaines besongnes grandement touchans mondit seigneur »58.

  • 59 Voir le traité de Buzançais du 14 novembre 1412 parmi « Les temps forts de la vie d’une famille » (...)

29En résumé, un homme très impliqué dans les affaires de son maître, un serviteur de toute confiance que Charles d’Orléans sacrifiera avec six autres chevaliers de son Hôtel pour accompagner son jeune frère, Jean d’Angoulême, comme otages en Angleterre en 141259.

30La collégialité de la fonction – caractéristique commune aux quatre charges retenues – assurait la permanence de l’office en l’absence d’un de ses titulaires. Et si la charge était détenue par un unique officier, on trouvait comme en 1471 un remplaçant pour en assurer l’intérim :

  • 60 BNF, PO 1251 : 27.

« Je, Jehan bastard Fricon, escuier d’escuierie de madame la duchesse d’Orleans et de Milan et servant de maistre d’ostel en l’absence de messire Gilbert Du Puy, chevalier, conseiller et maistre d’ostel d’icelle dame »60.

31Dans le cas présent, l’office est confié au détenteur d’une des plus importantes charges de l’Hôtel : l’écuyer d’écurie.

  • 61 P. Kauch, « L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel... », p. 183.
  • 62 ADL, 6J4 : 12, 18, etc.
  • 63 Jean Rauzier a pu calculer qu’un tiers des fournisseurs de chevaux de l’Hôtel de Philippe le Hardi (...)
  • 64 ADL, 6J5 : 115 pour la transaction.
  • 65 Le prix d’un cheval variait beaucoup. On pouvait en trouver à dix livres tournois, tarif généralem (...)

32L’importance de la charge procède de l’importance du service dont elle relève. L’Écurie est en effet un des services les plus importants de l’Hôtel vu le nombre impressionnant de chevaux dont le prince dispose pour son usage personnel et celui de ses serviteurs61. S’ensuit un nombre considérable de documents ayant trait aux fonctions d’écuyer d’écurie. Leur étude permet de reconstituer le travail accompli par le détenteur de la charge. Dans un premier temps, il prise les bêtes susceptibles d’être achetées à des marchands de chevaux62 – lorsqu’il s’agit de grandes quantités – ou à des particuliers, parfois eux-mêmes membres de l’Hôtel63. Philippe de Néry, maître d’Hôtel de Louis Ier, rend ainsi quittance de 100 écus pour un cheval pris de lui par le duc et donné à Lyonnel de Braquemont*, lui-même membre de l’Hôtel ducal64. Le prince trouve ici le moyen de faire un don à deux de ses serviteurs : don direct à Lyonnel en lui offrant un animal de prix ; don déguisé à Philippe en lui payant certainement plus cher que sa valeur réelle l’objet de la transaction65. Loin d’être singulier, cet exemple n’est qu’un aperçu de la forte circulation de “l’objet-cheval” au sein de l’Hôtel.

  • 66 AN, K.K. 267, f° XLV.
  • 67 En décembre 1464, Louis de Néry, écuyer d’écurie de Marie de Clèves, certifie « que Jehan Martin, (...)
  • 68 BNF, PO 2049 : 3.

33Grâce à la somme qui lui est impartie chaque année pour « tourner et convertir ou fait et despense de ladicte escuierie »66, l’officier achète les animaux sélectionnés, ainsi que le matériel nécessaire à la monte67. L’Écurie ducale est ainsi normalement à même de fournir les montures nécessaires aux déplacements incessants du duc, de l’Hôtel et de ses officiers. Il peut cependant arriver que, le duc ayant besoin sur le champ d’un nombre de montures supérieur à celui prévu, on ait recours à des animaux employés le temps d’un voyage. C’est ainsi qu’en mars 1390, Boniface de Morez est chargé par Louis Ier de payer le louage des chevaux dont lui et sa compagnie ont eu besoin « pour venir hastivement de Dijon a Paris »68. À l’écuyer d’écurie revient également le soin de pourvoir à l’entretien des chevaux (achat de nourriture, de paille pour la litière, etc.) et de rendre compte de leur état au duc. Louis Ier s’acquitte ainsi en août 1395 du reste dû à un marchand parisien pour un cheval pris de lui,

  • 69 ADL, 6J4 : 113.

« lequel cheval a esté morfondu et afolé en nostre service telement que jamaiz l’en ne s’en pourra aidier si comme il nous a esté certiffié par nostre amé et feal écuier d’écurie, Enguerrand de Marcoignet »69.

34Enfin, c’est à l’écuyer d’écurie que revient la charge de conduire les bêtes là où le prince en a besoin : le 8 février 1390, Burgand Le Coich rend quittance de 100 francs or

  • 70 BNF, PO 801 : 6.

« que monseigneur m’a ordenez prandre et avoir pour une foiz pour amener d’Avignon a Paris plusieurs des coursiers de mondit seigneur et autres chevaulx d’icelui seigneur »70,

  • 71 BNF, PO 2152 : 139.

35et l’année suivante, Boniface de Morez reçoit 20 francs « pour mener a Orleans devers monseigneur V destriers avec le harnois »71. Bref, des tâches très spécialisées qui demandaient une bonne connaissance des chevaux que tous les titulaires de l’office ne possédaient pas. En conséquence, ils ne les accomplissaient pas, se contentant de toucher les gages ou pensions relevant de l’office. Les nombreux aides et commis qui les assistaient dans leurs fonctions devaient pallier ces défaillances. On peut dès lors se demander si, pour certains, le titre d’écuyer d’écurie ne servait pas de solution d’attente ?

  • 72 Voir les tableaux 10 et 11 du chapitre IV.
  • 73 « Le mot “favori” n’apparaît dans la langue vulgaire qu’au début du xvie siècle » [J.-P. Boudet, « (...)
  • 74 Tels Alain Budes*. Amaulton Des Bordes*, Bouchart de Momay*, François de Guierlay*, Gilbert Bertra (...)
  • 75 Vir non alto sanguine procreatus, nec ex generosis proavis ducens originem [RSD, Chronique, III, l (...)
  • 76 É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 158-159.
  • 77 On sait cependant qu’à la cour de Bourgogne le fait d’être étranger ne contrariait nullement la pr (...)
  • 78 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 507.

36De fait, il ne s’agissait pour eux que d’une étape dans la carrière des honneurs72. On peut dans leur cas parler d’office tremplin vers de plus hautes charges mieux rémunérées. La promotion était du ressort du prince, et ses “favoris”73 constituaient autant de prétendants possibles74. Comment dès lors expliquer que des officiers tels Boniface de Morez ou Ogier de Nantouillet, qui faisaient figure de favoris, soient demeurés écuyers d’écurie ? Étaient-ils de naissance trop modeste pour se voir confier la charge de chambellan ? Certes, ni l’un ni l’autre n’étaient issus de grande famille, mais cela ne représentait en rien un obstacle pour le duc qui pouvait, et Louis Ier en avait les moyens, faire d’un « homme obscur et sans naissance » un des principaux hommes d’État de son temps75. Le cas extrême et le plus connu, car décrié par des chroniqueurs comme Enguerrand de Monstrelet, et surtout, le Religieux de Saint-Denis, est celui de Pierre dit Clignet de Brébant*76. Peut-être Boniface de Morez était-il promis, sinon à un avenir aussi brillant, du moins à une belle carrière. Sa mort prématurée en 1398 laisse la question sans réponse. Il n’est pas impossible également que son statut d’étranger (il était d’origine lombarde) ait constitué un frein à son ascension77. Quant à Ogier de Nantouillet, également très redevable à Louis Ier, il apparaît pour la dernière fois au service des d’Orléans le 31 août 1407 en qualité de premier écuyer de corps78. Cette fois, c’est la mort de son protecteur qui devait stopper sa carrière : il disparaît de la scène politique après novembre 1407. Dans les deux cas, il semblerait que l’office d’écuyer d’écurie, associé à celui d’écuyer de corps, ait représenté une fin en soi, et que, grâce à eux, Boniface et Ogier aient détenu au sein de l’Hôtel un poids qui n’avait rien à envier à celui d’offices jugés supérieurs. Certes, leurs gages ou pensions étaient inférieurs à ceux d’un chambellan ou d’un maître d’Hôtel, mais les nombreux dons et les faveurs diverses octroyés par le duc compensaient largement le manque à gagner.

  • 79 Cette documentation m’avait permis de consacrer mon mémoire de maîtrise aux chambellans de Louis I(...)
  • 80 Voir les notices biographiques.
  • 81 BNF, PO 1853 : 2 ; nouv. acq. fr. 20028 : 6, etc.
  • 82 Voir le tableau 20 du chapitre IX, et le tableau 22 situé p. 387-407 de la thèse manuscrite.
  • 83 Robert de Bonnay*, « chambellan de nostre tres chier et tres amé frere, Phelipe, conte de Vertuz » (...)
  • 84 « Pour ce que icellui Raoul de Saint-Rémy nous ait bien et loialment servy depuis le trespassement (...)
  • 85 Cf. sa fiche biographique.
  • 86 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 353.
  • 87 BNF, PO 2158 : 581.
  • 88 Première mention dans le compte de 1484/10-12 [Mancel, ms. 10 : 95].

37Alors que les fonctions des maîtres d’Hôtel et des écuyers d’écurie paraissent ainsi clairement définies, celles des valets de chambres et des chambellans sont beaucoup plus floues. Par manque de sources ? Assurément dans le cas des premiers, sûrement pas dans celui des seconds qui font partie des officiers sur lesquels nous sommes le mieux documentés79. Leurs activités hors de l’Hôtel en tant que chargés de missions, de gouverneur de place, de commandants de troupe, et de nombreux autres charges encore, sont souvent détaillées avec une minutie rare80. C’est dans le cadre de l’Hôtel, en revanche, qu’il devient plus difficile de les suivre. On les voit bien apparaître comme principaux conseillers du prince – ainsi, au bas des premiers actes de Louis Ier où figure la mention « Par monseigneur le duc, les chambellans presents »81 ; par la suite, ils se trouvent toujours en bonne place au sein du conseil ducal82 –, ou comme compagnons de jeux, mais rien n’est dit au sujet de leur activité de chambellan. Cela renforce l’idée que le titre de chambellan, à la différence de ceux de maître d’Hôtel ou d’écuyer d’écurie, ne suppose pas de fonction réelle, qu’il s’agit effectivement d’un titre honorifique : les termes de rôle, d’attributions ne conviendraient-ils d’ailleurs pas mieux que celui de fonction dans leur cas ? En effet, ce titre est dispensé par le prince pour distinguer parmi ses serviteurs – ou parmi ceux d’un autre membre de la famille ducale – les hommes que le duc entend récompenser de leur fidélité83. Une fidélité mise à rude épreuve en 1407 avec le meurtre de Louis Ier et en 1415 avec la captivité de Charles. Le duc saura récompenser comme il se doit ceux qui resteront fidèles à la Maison d’Orléans malgré les difficultés traversées. Une récompense qui peut prendre la forme d’une attribution de pension comme pour Raoul de Saint-Rémy, déjà chambellan de Louis Ier et à qui Charles attribue en 1413 une pension de 300 livres tournois par an84, ou celle d’une promotion au sein de l’Hôtel. Jean de Coutes dit Minguet* est ainsi promu chambellan par Charles dès son accession au pouvoir alors qu’il était panetier sous Louis Ier. Jean de Saveuses* est pareillement récompensé de tous les services rendus au duc lors de sa captivité : nommé chambellan dès 1437, il est institué premier chambellan trois ans plus tard et comblé de nombreux bienfaits par le duc à son retour85. De même, après 1483, Louis II rappelle à ses côtés les serviteurs congédiés par Marie de Clèves après la mort de Charles « par souci d’économie »86 : Philippe de Hédouville*, attesté pour la première fois au service des d’Orléans en juillet 1449 comme écuyer tranchant87, se voit confier la charge de chambellan88.

38Il est d’autres cas où le titre de chambellan était dispensé plus généreusement qu’à l’accoutumée : lors des campagnes militaires notamment, les chambellans servant de cadres à toute expédition (par exemple en 1403 ou lors de la période de guerre civile), ou lorsque le duc usait du titre de chambellan comme d’un don. Ainsi, en 1404, Louis Ier, dans l’intention manifeste de faire plaisir au pape Benoît XIII par l’entremise de ses neveux, accompagne les cadeaux de nouvel an qu’il leur fait de l’appellation de chambellan. Mais peut-être sont-ce à l’inverse les présents offerts qui viennent compléter la désignation de Jean* et de Rodrigo de Luna* comme chambellans. Cela signifierait alors que le simple fait d’être qualifié de « chambellan de monseigneur le duc » représente à lui seul la plus importante gratification que le duc puisse accorder à quelqu’un : le titre avait plus de valeur que n’importe quel cadeau.

39Encore plus difficile à définir que le titre de chambellan est celui de valet de chambre. Certes, il est possible de distinguer, comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire, deux types de valets de chambre (les serviteurs effectivement attachés à la chambre du prince et les artisans ou fournisseurs auquel le duc attribue le titre à seul fin de s’assurer de leurs services), mais aller au-delà de cette distinction, notamment en définissant les tâches qui incombent au premier type, relève du domaine de l’impossible faute de sources. Quelques rares documents comptables permettent néanmoins de se faire une idée très incomplète de ce en quoi devaient consister leurs fonctions. Jean de Billy, premier valet de chambre ducal, reçoit ainsi 30 francs en juillet 1390

  • 89 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 138. La Bièvre traversait les jardins de l’hôtel ducal de Saint-Marcel (...)

« que mondit seigneur lui a ordonné prendre et avoir pour faire curer et nestoier la riviere de Byevre qui passe par Saint Marceau par l’ostel de mondit seigneur, et aussi pour faire faire les jardins dudit hostel et autres reparacions »89,

  • 90 BNF, PO 2154 : 280.

40soit une tâche assez ordinaire d’intendant que tout autre officier de l’Hôtel aurait certainement pu assurer. Deux autres pièces mettant en scène un valet de chambre sont plus proches de l’idée que l’on peut avoir de l’office. La première concerne à nouveau Jean de Billy. Il est chargé cette fois de « l’achat de linge et de lis fait à Reims » en avril 140290. Dans la seconde, Jean de Bruxelles reçoit six livres tournois

  • 91 AN, KK 271, f° 69v.

« pour avoir fourny, baillé et livré les menuz neccessitez de la chambre de mondit seigneur durant les mois de juillet, aoust et septembre, octobre, novembre, decembre, janvier, fevrier, mars et en ce present mois d’avril [1456], et pour fournir pareillement desdictes neccessitez les moys de may et juing prochains venans »91.

  • 92 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 2.

41Si, comme le pense Werner Paravicini, les valets de chambre déléguaient à leurs subordonnés – des officiers d’origine obscure, absents des listes de gages, et que les valets de chambre en titre se chargeaient eux-mêmes de rémunérer – le soin de faire le lit de leur maître92, du moins s’occupaient-ils personnellement de l’approvisionnement en linge de maison et en « menuz neccessitez ». Sans doute avaient-ils d’autres tâches, mais je n’ai rien trouvé de plus les concernant. Peut-être l’office n’était-il pas si spécialisé que cela et le titre de valet de chambre pouvait-il lui aussi avoir parfois valeur honorifique, n’être que la première marche d’une importante carrière. Après tout, n’est-ce pas en qualité de valet de chambre que Pierre de Brézé ou Olivier Le Daim commencèrent la leur ?

Étude comparative

  • 93 Mode de calcul pour le nombre d’officiers par année : sont pris en compte pour une année N les off (...)

42Parmi les nombreux critères permettant de juger de l’importance d’une charge au sein de l’Hôtel, le plus facile à mesurer est le critère numérique. À eux seuls, les détenteurs des quatre offices étudiés représentent près d’un tiers des 1 700 officiers recensés, c’est dire s’ils tiennent une place considérable au sein de l’Hôtel. Parmi eux, certains sont mieux représentés que d’autres. C’est le cas des chambellans qui constituent 17 % du corpus avec 285 serviteurs au cours du siècle, tandis que les titulaires des trois autres charges réunies en totalisent 15 % : 111 écuyers d’écurie (6,5 %), 104 valets de chambre (6,1 %) et 40 maîtres d’Hôtel (2,3 %). Afin de comparer leur évolution au fil du temps, j’ai établi les courbes correspondant à chacune de ces quatre charges (graphique 6)93.

  • 94 Gaillart de La Roque* rend quittance en août 1411 de 500 livres tournois sur 2 000 1.t. « pour les (...)

43La différence, très nette avant la captivité de Charles, entre la courbe représentant le nombre de chambellans et celles des autres officiers attire dès l’abord l’attention. Elle traduit l’utilisation qu’un prince prospère pouvait faire de ce titre en l’attribuant à des personnes influentes dont il tenait à s’assurer ou bien la fidélité (c’est le moment où le titre de chambellan est le plus utilisé pour créer ou renforcer des liens), ou bien la neutralité. Elle traduit également le rôle de ces officiers dans une conjoncture de crise : le duc fait appel à eux et aux écuyers de leur compagnie pour combattre « son ennemi et adversaire de Bourgoigne »94. Elle traduit enfin l’estime et la confiance qu’accordait le duc aux officiers qui en étaient pourvus. L’engouement pour l’office était bien réel, les intéressés recherchant le titre mais également les émoluments et autres avantages qui allaient de pair. Après 1415 les quatre courbes se rejoignent et se mêlent dans un enchevêtrement inextricable qui nuit à la lisibilité du graphique. C’est pourquoi, des graphiques distincts permettent aux pages suivantes de mieux discerner l’évolution de chacune des courbes. Leur allure est similaire (même si l’on enregistre quelques petites différences), pics et creux se répondant d’un graphique à l’autre. En cela, la représentation figurée s’avère à nouveau être une parfaite illustration du cycle de vie de l’Hôtel.

Graphique 6. Effectifs comparés par charge

Graphique 6. Effectifs comparés par charge

Graphique 7. Nombre de chambellans sur la période

Graphique 7. Nombre de chambellans sur la période

Graphique 8. Nombre de maîtres d’Hôtel sur la période

Graphique 8. Nombre de maîtres d’Hôtel sur la période

Graphique 9. Nombre d’écuyers d’écurie sur la période

Graphique 9. Nombre d’écuyers d’écurie sur la période

Graphique 10. Nombre de valets de chambre sur la période

Graphique 10. Nombre de valets de chambre sur la période
  • 95 Mode de calcul pour les moyennes de gages (ou pensions) : sont pris en compte pour une année N les (...)

44Le coût financier d’une charge est un autre critère distinctif permettant de juger de l’importance accordée à un office. Pour donner une appréciation globale des revenus de l’officier, il aurait fallu prendre en compte tous les émoluments par lui perçus : les sommes fixes, mais également les nombreux dons princiers et les différents « drois, prouffiz et emolumens accoustumez » relevant de l’office. Aux fins comparatives, un tel recensement étant impossible du fait de l’éparpillement des sources, seuls les gages et les pensions afférents à la charge ont été pris en compte et reportés sur les graphiques ci-après95.

  • 96 Un seul cas de pension a été relevé sur l’ensemble de la période. Il s’agit de celui de Guillot Sa (...)
  • 97 Attention, il s’agit de moyennes, et les plus fortes sommes touchées par certains peuvent déformer (...)

45De la confrontation entre les quatre histogrammes ressortent plusieurs points. En premier lieu, la prépondérance-excepté pour les valets de chambre96 – des pensions sur les gages jusque dans les années 1415-1420, très nette dans le cas des chambellans, la première mention de gages n’apparaissant qu’avec Jean Foucault* en 1441. Une nouvelle fois, la captivité de Charles marque un avant et un après. Avant, les ducs d’Orléans – du moins Louis Ier – sont assez heureux pour supporter le caractère contractuel des pensions. Après, les pensions sont accordées plus parcimonieusement car l’état des finances ducales ne permet plus de tels engagements. La Maison d’Orléans peut, comme au début du siècle, dispenser les titres pour se fidéliser les personnes influentes qu’elle cherche à faire entrer dans sa sphère, mais elle n’a plus les moyens de donner de l’argent sans contrepartie. Le deuxième constat a trait au montant des sommes versées. Chambellans et maîtres d’Hôtel touchent cinq à dix fois plus que les écuyers d’écurie et les valets de chambre lors de la première période97. Les différences tendent à diminuer lors de la seconde période tout en restant notables (de deux à quatre fois plus). Faut-il y voir seulement une baisse générale des rémunérations liée aux problèmes financiers que connaissent les ducs d’Orléans, ou bien cela traduit-il la volonté d’ajuster le titre et les fonctions qu’il suppose ?

Graphique 11. Revenus des chambellans

Graphique 11. Revenus des chambellans

Graphique 12. Revenus des maîtres d’Hôtel

Graphique 12. Revenus des maîtres d’Hôtel

Graphique 13. Revenus des écuyers d’écurie

Graphique 13. Revenus des écuyers d’écurie

Graphique 14. Revenus des valets de chambre

Graphique 14. Revenus des valets de chambre
  • 98 L’Hôtel du roi « est le rendez-vous de la noblesse ou de l’aristocratie de Navarre. Les hauts post (...)

46Les officiers les plus représentés et les mieux rémunérés sont-ils pour autant ceux qui détiennent la plus forte influence au sein de l’Hôtel ? A priori, je serais tentée de répondre oui, les chambellans détenant en effet un pouvoir considérable. Principaux conseillers du duc, ils font figure de véritables éminences grises, consultés par le duc sur tous les sujets, envoyés sur tous les fronts, employés dans toutes les circonstances. Devenir chambellan ducal constituerait donc l’apogée d’une carrière – ou du moins, une étape importante –, un but vers lequel tendrait tout officier noble à son entrée dans l’Hôtel. Cependant, si c’est le cas pour la plupart, d’autres n’avaient que leur titre à faire valoir, un titre qui, comme dans le cas de Jean ou de Rodrigo de Luna*, ne venait pas consacrer une carrière mais servait à montrer aux yeux de tous que tel ou tel était allié à la cause ducale. Les neveux de Benoît XIII sont ainsi utilisés par Louis Ier pour témoigner de son alliance avec le pape avignonnais, les honneurs étant en la circonstance plus appropriés que l’argent. L’usage que le roi de Navarre faisait de ce même titre corrobore cette thèse98.

  • 99 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 341.
  • 100 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 216.

47Parmi les membres des trois autres offices étudiés, on compte des hommes qui surent utiliser leur charge pour atteindre les plus hautes sphères du pouvoir. Les exemples de Boniface de Morez et d’Ogier de Nantouillet ont bien montré comment un écuyer d’écurie pouvait devenir l’un des principaux personnages de l’Hôtel. Parmi les valets de chambre, rappelons que certains obtinrent d’importantes charges financières faisant d’eux des hommes clefs de l’administration financière ducale. Enfin, même si le qualificatif de domestique paraît largement vérifié dans le cas des maîtres d’Hôtel, il se trouve des individus, tel Philippe de Hédouville, qui surent tirer profit de leur charge pour entrer dans la familiarité du prince : « Avec Georges de Brilhac et Guyot Pot, Philippe de Hédouville devint bientôt l’un des trois principaux serviteurs du duc Charles »99. C’est de cette familiarité avec le prince, résultant d’une proximité certaine soulignée par Françoise Piponnier dans le cas des valets de chambre100, que les détenteurs des quatre offices étudiés tiennent leur importance au sein de l’Hôtel, une proximité qui n’implique cependant pas un contact permanent avec le duc (le service à tour ne nécessitait pas une présence constante). Tous semblent, dans des proportions plus ou moins grandes, avoir dû s’absenter de l’Hôtel pour le service du prince, du roi ou pour affaires personnelles. Autant que le contact avec le prince, la confiance et l’estime dans lesquelles ce dernier tenait certains de ses serviteurs me semblent essentielles pour comprendre, à office égal, la réussite plus grande de certains. En résumé, ce n’est pas tant l’office qui fait l’homme, que l’homme qui fait l’office.

***

  • 101 A. Luchaire, Manuel des institutions..., p. 528.
  • 102 G. Zeller, Les Institutions de la France au xvie siècle, p. 102.
  • 103 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 3.

48L’étude des offices de chambellan, de maître d’Hôtel, d’écuyer d’écurie et de valet de chambre est révélatrice de l’écart, du décalage qui existait entre une charge, les tâches qu’elle supposait et son vécu. Ce constat nécessite toutefois d’être nuancé. D’une part, parce qu’il porte sur des offices dont on a pu évaluer l’importance. Le palefrenier, même aidé de valets et de commis, n’avait certainement pas d’autres fonctions que de panser les chevaux ou de les conduire là où le duc le souhaitait : Le titre et La réalité étaient confondus dans le cas des petits offices. D’autre part, parce qu’il faut tenir compte de l’évolution de chacune de ces charges dans le temps. Prenons l’exemple des chambellans. De purement domestique au xiiie siècle101, leur rôle devient honorifique au cours du xive, pour redevenir domestique sous l’Ancien Régime102. L’évolution est identique pour les trois autres offices. Ce qu’écrit Werner Paravicini pour la Maison de Bourgogne paraît s’appliquer à l’ensemble des Hôtels du royaume de France : « Il semble que la valorisation de toute position curiale ait fait des progrès sous Philippe le Bon et surtout sous Charles le Téméraire, ait rapproché l’office et la fonction »103.

Notes

1 Tel ce règlement qui prévoit que « y doit avoir deux ou trois clercs d’office pour prandre et escrire chascun jour en chascun office les escroes pour les grossoir et mettre a raison et pour les faire compter au bureau » [Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », § 27, p. 29].

2 Assez peu disertes comme a pu le constater Pierre Cockshaw pour l’office de chancelier : « Jamais et nulle part ses fonctions ne sont clairement définies. La seule que mentionne les lettres de nomination est la garde des sceaux (grand sceau et contre-sceau) » [Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 7-8].

3 Par exemple, les Comptes de l’écurie du roi Charles VI... qui renseignent sur les attributions du maître de l’Écurie royale [« introduction » des Comptes de l’écurie..., G.-M. Leproux éd., p. 18].

4 M. Ornato, Dictionnaire des charges...

5 L’équipe de “Recherche sur l’Humanisme français des xive et xve siècles” dirigée par Gilbert Ouy, devenue aujourd’hui le “Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris” avec à sa tête Jean-Philippe Genet.

6 G. Dupont-Ferrier, Les Officiers royaux des bailliages et sénéchaussées... et Nouvelles études sur les institutions financières...

7 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises...

8 M. Rey, Le Domaine du roi... et Les Finances royales...

9 M. Ornato, Dictionnaire des charges…, p. 27.

10 Ibid., p. 100.

11 Archives communales de Laon conservées aux Archives départementales de l’Aisne, CC 337.

12 Eugène Jarry communique quelques-uns des noms des serviteurs qui furent de ce voyage [La Vie politique..., p. 180].

13 Cité dans G. Zeller, Les Institutions..., p. 96. Nadine Blamoutier propose quant à elle de traduire par « des tentes comme les bohémiens » [La Vie de Benvenuto Cellini écrite par lui-même (1500-1571), A. Chastel dir., Éd. Scala, 1986-2001, livre II, paragr. X, p. 244].

14 En 1396, pour le mariage de Richard II et d’Isabelle de France, pro statu regis, prope et Ardram, paxillis, cordis grossis et funibus sustenta centum et viginti tentoria erecta fuerunt, liciis ad majorem securitatem circumcincta, in fronte quorum unum magnificencius, ad instar quadrate et magne capacitatis aule, eminebat. [RSD, Chronique, II, livre XVII, chap. XII].

15 Pour plus de précisions, on se reportera à l’article de F. Lachaud, « Les tentes et l’activité militaire : les guerres d’Édouard Ier Plantagenet, 1272-1307 », dans Tentures médiévales dans le monde occidental et arabo-islamique, F. Piponnier dir., Rome, 1999, p. 443-461.

16 « C’est à se demander si la présence de ces quantités de victuailles n’incitait pas le duc à déplacer son Hôtel d’un lieu à l’autre de ses domaines » [F. Autrand, Jean de Berry..., p. 307].

17 La charge de le garder incombait au concierge : « Le concierge assure cette présence constante du maître dont il garde le logis. Il le représente » [S. Roux, « Résidences princières parisiennes... », p. 82-83].

18 Ballade CV, « En la forest de Longue Actente » (v. 5-7) [Charles d’Orléans, Poésies, P. Champion éd., I, p. 165-166].

19 Rondeau 101 (v. 1-4) [Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, p. 482-484].

20 Ainsi, au cours du principat de Louis Ier, Denisot Le Roy, Guillaume Ligier et Oudin Moyne sont tous trois fourriers ducaux entre 1395 et 1397. De même, entre janvier et juin 1496, Étienne Guasmer, Georges de La Couste, Jean Bordier et Jean Salle exercent ce même office.

21 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 659-687.

22 De même, l’étude de l’Hôtel en déplacement reste à faire. Sa mobilité est-elle totale ou partielle ? Qui suit le prince ? Certains officiers ne restent-ils pas dans sa résidence principale afin d’assurer le suivi des affaires ? Enfin, comment l’Hôtel prend-il possession d’un nouvel espace ?

23 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 174.

24 M. Ornato, Dictionnaire des charges..., p. 103.

25 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 437. Voir aussi l’exemple cité par E. Jarry, La Vie politique..., p. 311, η. 1.

26 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 310.

27 Il ne lut pas le seul : « Louis d’Anjou et Philippe le Hardi ont dépensé beaucoup d’argent pour en acquérir » [M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal..., p. 188].

28 BNF, PO 213 : 2. Il s’agit de l’illustration d’un roman d’aventures du temps intitulé Theseus de Cologne [cf. Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 1421-1422]. Il serait intéressant de savoir pourquoi Louis Ier s’est passionné pour ce thème. Cela a-t-il un rapport avec ses ambitions impériales ?

29 BL, Add. Ch. 2734.

30 BL, Add. Ch. 2778.

31 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 495. Cet exemple prouve que les lieux inhabités entre deux séjours du prince n’étaient pas entièrement dépouillés pour autant et qu’une partie du mobilier (sans doute la moins luxueuse) restait sur place.

32 BNF, PO 3005 : 22.

33 L’écuyer tranchant est défini comme un « gentilhomme membre de la paneterie », et les enfants de cuisine comme des « membres de la cuisine au nombre de deux, [qui] servent à tour de rôle » [M. Ornato, Dictionnaire des charges..., p. 95 et p. 96].

34 Ibid., p. 57.

35 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 2. Assertion à nuancer dans le cas des petits offices, tel celui de barillier ou celui de valet de pied, qui devaient être effectifs et non délégués.

36 M. Ornato, Dictionnaire des charges..., p. 27.

37 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 9.

38 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 398.

39 BNF, PO 2160 : 666.

40 BNF, nouv. acq. fr. 3642 : 706.

41 Comme en août 1422 où Denisot Rogier reçoit 400 écus d’or de Jacques Boucher, trésorier ducal, « pour icelle somme apporter par devers nous, presentement, par ledit Denisot ou pais d’Angleterre, pour certains grans noz afferes et autrement pour faire nostre plaisir et voulenté » [BNF, PO 2527 : 7]. Pour d’autres exemples, voir l’ouvrage de Pierre Champion [Vie de Charles d’Orléans..., p. 176, p. 183 et p. 193].

42 BL, Add. Ch. 295.

43 Rouen, Leber 3185.

44 Jourdain Dehors, jusqu’en 1399, et Guillaume Foucault, à partir de 1399, tous deux valets de chambre de Charles VI, furent chargés successivement de la garde des coffres du roi [M. Rey, Les Finances royales..., p. 457].

45 Caen, Mancel, ms. 10 : 151.

46 BNF, nouv. acq. fr. 9191 : 59.

47 BNF, PO 1589 : 2.

48 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 175.

49 Il faut savoir que, si le terme d’honorifique est celui que l’on retrouve le plus fréquemment sous la plume des historiens contemporains [C. Gauvard, B. Guillemain, H. Martin, B. Schnerb, etc.], d’autres lui préfèrent ceux de décoratif ou de figuratif [A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 179, η. 172].

50 B. Schnerb, Enguerrandde Bournonville..., p. 82.

51 AN, KK 270, f° 6v.

52 Estat et nombre des officiers..., édité en annexe par P. Contamine dans « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », § 1, p. 28.

53 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 148.

54 Bien que de nature très différente, leurs écrits indiquent chez l’un et l’autre une connaissance concrète de l’office. Pour Eustache Deschamps, maître d’Hôtel de Louis Ier de 1392 à 1399 au moins, on se reportera par exemple à la ballade 1437 « Des offices des hostelz, c’est assavoir panneterie, eschançonnerie, cuisine, escurie, fruiterie et fourriere » extraite des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, VIII, p. 103-104, ou au très détaillé Dit des .IIII. offices, VII, p. 175-192.

55 Il s’agit d’Archambaud de Villars*, d’Enguerrand de Marcoignet, d’Eustache Deschamps, de Gilles Malet et de Robert Rioust*.

56 BNF, PO 3002 : 27.

57 BNF, PO 3002 : 48.

58 BNF, PO 3002 : 47.

59 Voir le traité de Buzançais du 14 novembre 1412 parmi « Les temps forts de la vie d’une famille » en introduction.

60 BNF, PO 1251 : 27.

61 P. Kauch, « L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel... », p. 183.

62 ADL, 6J4 : 12, 18, etc.

63 Jean Rauzier a pu calculer qu’un tiers des fournisseurs de chevaux de l’Hôtel de Philippe le Hardi étaient des membres de l’Hôtel [Finances et gestion d’une principauté…, p. 333].

64 ADL, 6J5 : 115 pour la transaction.

65 Le prix d’un cheval variait beaucoup. On pouvait en trouver à dix livres tournois, tarif généralement des roncins [Caen, Mancel, ms. 10 : 104] comme à plus de 200 ou 300 livres tournois, prix que pouvaient atteindre les bons coursiers [ADL, 6J8 : 71]. Des critères aussi divers que la race, l’âge, la robe, la longueur de la queue, etc., intervenaient dans l’estimation du prix. Pour plus de renseignements, se reporter à P. Contamine, « Glanes d’hipponymie médiévale (France, xive-xve siècles) », dans Commerce, Finances et Société..., p. 369-378.

66 AN, K.K. 267, f° XLV.

67 En décembre 1464, Louis de Néry, écuyer d’écurie de Marie de Clèves, certifie « que Jehan Martin, sellier demourant a Blois, a baillé et livré ou mois de novembre denierement passé et en ce present mois de decembre pour ladicte escuerie, c’est assavoir vingt licol double gamy de deux resnes pour le moreau de madicte dame, deux colliers doubles... » [BNF, PO 2097 : 10].

68 BNF, PO 2049 : 3.

69 ADL, 6J4 : 113.

70 BNF, PO 801 : 6.

71 BNF, PO 2152 : 139.

72 Voir les tableaux 10 et 11 du chapitre IV.

73 « Le mot “favori” n’apparaît dans la langue vulgaire qu’au début du xvie siècle » [J.-P. Boudet, « Faveurs, pouvoir et solidarités... », p. 225].

74 Tels Alain Budes*. Amaulton Des Bordes*, Bouchart de Momay*, François de Guierlay*, Gilbert Bertrand*, Hector de Pontbriant*, Jacques Du Peschin*, Jean de Dreux*, Jean de Saveuses*, Louis de Hédouville* et Pierre de Brébant* promus à l’office de chambellan [cf. les notices biographiques correspondantes].

75 Vir non alto sanguine procreatus, nec ex generosis proavis ducens originem [RSD, Chronique, III, livre XXVI, chap. XXVIII, p. 362-363].

76 É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... », p. 158-159.

77 On sait cependant qu’à la cour de Bourgogne le fait d’être étranger ne contrariait nullement la promotion au sein de l’Hôtel. Le rang social et l’efficacité sont en fait les deux moteurs d’une belle carrière [séminaire de W. Paravicini et B. Schnerb sur « Les étrangers à la cour de Bourgogne », années 2000-2001]. La carrière de Castellain Vasc, capitaine lombard qui servit la Maison de Bourgogne au début du xve siècle, fournit un exemple significatif d’intégration d’un homme de guerre étranger au cadre social et institutionnel des pays bourguignons. Chef de guerre, Castellain Vasc connut une ascension rapide dans les armées et dans l’Hôtel du duc Jean sans Peur : « L’attribution honorifique d’un office de l’hôtel [celui d’écuyer d’écurie] indique combien les services du capitaine de gens d’armes sont appréciés et correspond à une étape importante dans le processus d’ascension sociale de notre personnage » [B. Schnerb, « Un capitaine italien... », p. 17].

78 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 507.

79 Cette documentation m’avait permis de consacrer mon mémoire de maîtrise aux chambellans de Louis Ier et de Charles avant sa captivité [É. Gonzalez, Les Chambellans des ducs Louis et Charles d’Orléans...]. Fabien Cattez a quant à lui opté pour l’étude des chambellans de Philippe le Bon de 1419 à 1430 [Les Chambellans au début du principat de Philippe le Bon...].

80 Voir les notices biographiques.

81 BNF, PO 1853 : 2 ; nouv. acq. fr. 20028 : 6, etc.

82 Voir le tableau 20 du chapitre IX, et le tableau 22 situé p. 387-407 de la thèse manuscrite.

83 Robert de Bonnay*, « chambellan de nostre tres chier et tres amé frere, Phelipe, conte de Vertuz », est ainsi retenu par Charles d’Orléans en avril 1409 « nostre conseiller et chambellan et aussi chambellan dudit beau frere de Vertuz pour servir nous et nostre dit frere esdiz offices ausdiz gaiges ou pension de trois cens livres tournois » [BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 522]. Robert ne pouvant se trouver aux côtés des deux frères à la fois, toute idée de présence assidue est là encore à écarter.

84 « Pour ce que icellui Raoul de Saint-Rémy nous ait bien et loialment servy depuis le trespassement de feu nostre tres redoubté seigneur et pere que Dieux pardoint et fait encore chascun jour et esperons que encores face ou temps advenir, savoir faisons que afin que icellui nostre chambellan ait de quoi mieulx entretenir son estat et estre honorablement en nostre service nous, par l’advis et deliberacion de nostre conseil, avons donné et tauxé, ordonnons et tauxons par ces presentes a nostre dit chambellan la somme de trois cens livres tournois de pension par an [...] tant comme il nous plaira » [Caen, Mancel, ms. 12 : 14].

85 Cf. sa fiche biographique.

86 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 353.

87 BNF, PO 2158 : 581.

88 Première mention dans le compte de 1484/10-12 [Mancel, ms. 10 : 95].

89 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 138. La Bièvre traversait les jardins de l’hôtel ducal de Saint-Marcel [C. Ribéra-Pervillé, « Les hôtels parisiens..., p. 30-32].

90 BNF, PO 2154 : 280.

91 AN, KK 271, f° 69v.

92 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 2.

93 Mode de calcul pour le nombre d’officiers par année : sont pris en compte pour une année N les officiers pour lesquels date de première apparition dans Hôtel ducal <= N, et date de dernière apparition dans Hôtel ducal >= N.

94 Gaillart de La Roque* rend quittance en août 1411 de 500 livres tournois sur 2 000 1.t. « pour les gaiges de moy, cinquantesme hommes d’armes et vint cinq arbalestriers a cheval de ma compaignie pour un mois entier [...] desserviz en la compaignie et service de mondit seigneur contre son ennemi et adversaire de Bourgoigne » [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 625].

95 Mode de calcul pour les moyennes de gages (ou pensions) : sont pris en compte pour une année N les officiers pour lesquels date de première apparition dans Hôtel ducal <= N, date de dernière apparition dans Hôtel ducal >= N, et gages (ou pensions) =/= 0.

96 Un seul cas de pension a été relevé sur l’ensemble de la période. Il s’agit de celui de Guillot Saget qui, le 13 mai 1406, rend quittance de 20 livres tournois « sur ce qu’il me puet et pourra estre deu a cause de ma pansion de L livres tournois [...] par an » [BNF, PO 2605 : 6].

97 Attention, il s’agit de moyennes, et les plus fortes sommes touchées par certains peuvent déformer les résultats obtenus. L’allure générale des graphiques est cependant un indicateur suffisant pour autoriser cette interprétation.

98 L’Hôtel du roi « est le rendez-vous de la noblesse ou de l’aristocratie de Navarre. Les hauts postes de chambellan lui sont réservés. Quelques étrangers peuvent en avoir le titre, si le roi veut garder dans sa fidélité un grand dont il peut user dans les relations internationales » [B. Leroy, « La cour des rois Charles II et Charles III de Navarre (vers 1350-1425) », Le Royaume de Navarre..., p. 243].

99 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 341.

100 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 216.

101 A. Luchaire, Manuel des institutions..., p. 528.

102 G. Zeller, Les Institutions de la France au xvie siècle, p. 102.

103 W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 3.

Table des illustrations

Titre Graphique 6. Effectifs comparés par charge
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Graphique 7. Nombre de chambellans sur la période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Graphique 8. Nombre de maîtres d’Hôtel sur la période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Graphique 9. Nombre d’écuyers d’écurie sur la période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Graphique 10. Nombre de valets de chambre sur la période
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Graphique 11. Revenus des chambellans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Graphique 12. Revenus des maîtres d’Hôtel
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique 13. Revenus des écuyers d’écurie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique 14. Revenus des valets de chambre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.