Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Deuxième partie. La vie du groupe

Chapitre IV. Quel groupe ? Sa composition

Texte intégral

1La société politique de la fin du Moyen Âge est composée d’une infinité de sociétés restreintes. Parmi elles, l’Hôtel est un de ces groupes sociaux qui doit être pensé et observé comme un organisme vivant à l’évolution biologique propre, véritable microcosme où coexistent une multitude de particules qui gravitent dans l’orbite du prince. Après s’être intéressé aux soubresauts connus par l’institution en rapport avec l’histoire de ses dirigeants, il convient maintenant de décrire le groupe en lui-même. Qui étaient les hommes au service des ducs d’Orléans et comment les offices se structuraient-ils ?

Configuration du groupe

Les offices qui relèvent de l'Hôtel

  • 1 Notamment à celles qui se trouvent à la BNF, ms. fr. 7852-7855, et aux ordonnances bourguignonnes (...)
  • 2 J. Chapelot, Le Château de Vincennes..., p. 27.
  • 3 Pierre Kauch les assimile à « ces actes tendant à réformer les abus et à réduire un train de maiso (...)
  • 4 Pièce annexe des Mémoires du maître d’Hôtel de Philippe le Bon puis de Charles le Téméraire [Olivi (...)
  • 5 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 1086.

2Les études contemporaines ne proposent pas de liste indiquant la composition d’un Hôtel princier à la fin du Moyen Âge, aussi m’a-t-il fallu dresser une typologie des serviteurs de l’Hôtel (lexique 2) afin de distinguer les offices qui en relèvent et circonscrire mon étude à eux seuls. Faute d’ordonnances établissant la liste des officiers pour l’Hôtel des ducs d’Orléans, j’ai eu recours aux ordonnances d’autres Hôtels princiers1. Documents de premier ordre pour l’étude de l’Hôtel dont elles fixent la taille, la structure et le fonctionnement2, les ordonnances sont le fidèle reflet moins de la réalité que de la façon dont le prince voulait que sa Maison fut composée3. Il en va de même de l’Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoigne, dit le Hardy d’Olivier de La Marche4, « pièce écrite [en 1474] à la demande d’Édouard IV d’Angleterre qui voulait se constituer une Maison semblable avant d’opérer sa descente en France »5. Pour savoir dans quelle mesure la réalité s’est écartée de ce souhait, pour obtenir une vision exacte de l’Hôtel à un moment donné, la confrontation entre ces sources normatives et les documents de la pratique s’avère par conséquent indispensable.

  • 6 Non qu’il n’en ait pas été rédigés comme l’affirme Monique Sommé qui fait de la cour de Bourgogne (...)
  • 7 BNF, PO 2158 à 2165 et nouv. acq. fr. 9190 ; Caen, Mancel, ms. 10 ; Rouen, nouv. acq. 1057, no 9.

3À défaut d’écrous journaliers6, plusieurs listes de gages ont été conservées pour l’Hôtel des d’Orléans après 14497. Elles donnent les noms des offices et de leurs détenteurs, ainsi que les gages perçus par chacun. Leur croisement, avec les documents dont il a été fait état dans les chapitres précédents, a permis l’élaboration du lexique 2 où figurent 132 offices relevant de l’Hôtel au xve siècle, dont 113 pour celui des d’Orléans. Cette liste, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, présente l’avantage de mieux cerner les composantes d’un Hôtel princier. Elle appelle néanmoins un certain nombre de remarques.

  • 8 « Dans tous les offices de l’Hôtel on distinguait essentiellement le service du roi, qu’on appelai (...)
  • 9 Procédé qui concerne également les aumôniers, échansons, écuyers d’écurie, écuyers d’honneur, écuy (...)
  • 10 C’est le cas des valets de chambre, des valets de pied, des valets servants et des valets tranchan (...)
  • 11 Le Littré sur CD-Rom et D. Alexandre-Bidon, Les Enfants au Moyen Âge..., p. 190.
  • 12 Simone Abraham-Thisse, qui marque bien la distinction entre marchands et artisans, n’exclut toutef (...)
  • 13 Jean Du Vivier s’intitule ainsi « orfevre et varlet de chambre du roy », 1392/04/13 [BNF, PO 2152  (...)
  • 14 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 343-344.
  • 15 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 127 et suiv.
  • 16 A. Page, Vêtir le prince...
  • 17 Colart de Laon est à la fois peintre et valet de chambre du roi et du duc d’Orléans [BL, Add. Ch. (...)
  • 18 Ainsi de Nicolas Bataille qualifié de « nostre amé varlet de chambre » par Louis Ier dans un mande (...)

4Dans un souci de plus grande lisibilité, il m’a semblé utile de la présenter sur une seule page, ce qui a nécessité un certain nombre d’aménagements. Ainsi, je n’ai pas distingué service du prince et service du commun8. De même, seuls les titres de chambellan, de maître d’Hôtel ou de fauconnier apparaissent, qu’il s’agisse de chambellan ou de grand chambellan, de maître d’Hôtel ou de premier maître d’Hôtel, de fauconnier ou de maître fauconnier, etc.9 Aides et valets ont été confondus (aide de l’échansonnerie, valet d’écurie, valet de chiens...) sauf pour ceux dont l’office était clairement défini10. Quant au vocable d’enfant, il regroupe à la fois les enfants et galopins des textes, deux termes qui désignent l’un et l’autre de « jeunes garçons »11. Reste le titre plus équivoque de valet de chambre. Il désigne tantôt des serviteurs effectivement rattachés à la chambre du prince, tantôt des fournisseurs (épicier, drapier, etc.) ou des artisans (imagier, orfèvre, tailleur, etc.)12 que le duc agrégeait à son Hôtel en leur accordant le titre de valet de chambre, lequel n’avait dans ce cas qu’une valeur purement honorifique et distinctive. Cet usage est courant et se retrouve à la cour des rois et reines de France13, des ducs de Bourgogne14, d’Anjou15 ou de Savoie16. Nullement exclusif du service d’un autre prince17, il traduit la volonté ducale d’attacher à son service des marchands à la réputation bien assise et des artisans hautement qualifiés dont les cours princières se disputaient le savoir-faire18. Les cas qui viennent d’être évoqués se justifient aisément ; d’autres paraissent plus problématiques.

  • 19 R. Cazelles, La Société politique..., p. 305.
  • 20 S. Abraham-Thisse, « Achats et consommation de draps... », p. 27.
  • 21 Ce n’est pas pour autant une règle stricte. Le quinzième compte de Jean Poulain de 1404/10/01-1405 (...)
  • 22 BNF, PO 2162 et nouv. acq. fr. 9190 ; Caen, Mancel, ms. 10.

5Ainsi en est-il du “titre” de serviteur que l’on rencontre parfois dans les textes ou que j’ai moi-même attribué aux officiers désignés comme relevant de l’Hôtel sans que la charge qu’ils y occupaient soit précisée. Leur nombre est heureusement infime pour l’Hôtel des d’Orléans puisque moins de 3 % des individus du corpus sont rangés sous cette étiquette. Serviteurs parmi les serviteurs (au sens large du terme cette fois), ils n’en font pas moins partie intégrante de l’Hôtel, ce qui semble plus discutable pour ce qui est des conseillers. Raymond Cazelles insiste sur le fait que, dans un premier sens assez général, « il ne s’agit pas d’une fonction précise, mais plutôt d’une qualité officielle ou officieuse [...], le roi ne conférant généralement pas en terme exprès le titre seul de conseiller »19. De la même façon, Simone Abraham-Tisse distingue parmi les bénéficiaires des largesses vestimentaires de Philippe le Hardi « ses proches, ses conseillers et les gens de son Hôtel »20. Certes, le duc d’Orléans choisit généralement ses conseillers parmi les gens de son Hôtel21 et 138, soit 8 % d’entre eux, indiquent les deux fonctions dans leur titulature, mais faire du titre de conseiller un office au même titre que ceux d’aumônier ou de veneur serait à mon avis une erreur. C’est pourquoi je n’ai pas jugé bon de le faire figurer dans le lexique 2. À l’inverse, j’ai retenu les « gens de finance »22 que sont le commis à recevoir les finances, le gouverneur général de toutes les finances, le maître des finances et le receveur général des finances. Gestionnaires de l’administration centrale, ils n’auraient a priori rien à voir avec les autres charges, mais plusieurs éléments m’ont cependant incitée à les aligner aux côtés des autres membres de l’Hôtel. Dans son Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoigne..., Olivier de La Marche précise en effet :

  • 23 Olivier de La Marche, Mémoires, t. IV, p. 9-10.

« Le duc a en son ostel la chambre des finances, en laquelle se rapportent tous les deniers de ses pays [...] ; et à ce bureau sieent iceulx quatre, en chief le maistre de la chambre aux deniers [...]. Là siet l’argentier [...]. Là siet le receveur general »23.

  • 24 BNF, PO 2161 : 731, 734, 742 et 768 et PO 2162 : 817 ; Caen, Mancel, ms. 10 : 48, 52, 72 ; Rouen, (...)
  • 25 BNF, PO 2162 : 905, PO 2164 : 970 et nouv. acq. fr. 9190 : 52 ; Caen, ms. 10 : 95, 107, 124, 134.

6Un tel document ne peut pourtant pas servir de preuve à lui seul, les écarts entre sources normatives et sources de la pratique ayant déjà été soulignés. De plus, la chambre des finances dont parle Olivier de La Marche peut très bien désigner le local abrité par l’hôtel-bâtiment et non les membres de l’Hôtel-institution. Enfin, il est certain que les protonotaires de l’Église ou le trésorier des guerres qu’il met sur le même plan que l’argentier ou le receveur général ne peuvent être inclus dans l’Hôtel. Pourquoi dans ce cas prendre en compte les uns et pas les autres ? Plus probante me semble être en revanche la présence du contrôleur des finances ou du général gouverneur des finances au sein des listes de gages des officiers de l’Hôtel. Là encore, il convient de préciser que ces listes concernent la période de tutelle de Marie de Clèves24, et que tous les officiers ont pu être inscrits sans distinction sur un même rôle pour des raisons de commodité. L’appellation « gens de finances », aussi floue soit-elle, figure cependant sur les listes de gages de Louis II, et cela de 1484 à 149625. Ce dernier élément m’a décidée à maintenir dans la liste établie des officiers dont la présence demeure discutable.

  • 26 Monique Sommé est amenée au même constat pour l’Hôtel de Bourgogne [Isabelle de Portugal..., p. 23 (...)

7Tout aussi discutable le fait que le lexique 2 concerne l’ensemble de la période. En cela, il gomme les évolutions qu’a pu connaître l’Hôtel au cours du siècle. Or l’Hôtel, bien qu’étroitement lié à ses dirigeants, a sa vie propre, laquelle suppose toutes sortes de changements dus à des départs, des décès ou à l’apparition de nouvelles charges26. Davantage que les hommes qu’il est toujours possible de remplacer, l’étude structurelle de l’institution permet de voir évoluer sa composition, de mesurer les modifications intervenues dans son organisation. Constate-t-on un maintien des mêmes offices tout au long du xve siècle ou bien certains disparaissent-ils pour faire place à d’autres ? Leur poids respectif demeure-t-il le même entre le début et la fin de la période ou bien certains acquièrent-ils une importance qu’ils n’avaient pas au départ tandis que d’autres voient leur influence diminuer ?

8Pour répondre à ces questions, je dispose des dates de première et de dernière apparition – à ne pas confondre avec celles de création et de disparition d’un office – reportées dans la table “Hôtel ducal” de la base de données. Un pointage effectué à partir des premières m’a permis de distinguer sept phases correspondant à des moments clefs de la vie du groupe [voir tableau 7 page suivante].

Tableau 7. Constitution de l’Hôtel des ducs d’Orléans

Tableau 7. Constitution de l’Hôtel des ducs d’Orléans

9De ce tableau sort renforcée l’idée que l’Hôtel des ducs d’Orléans existe bien avant le texte fondateur de juillet 1392. Il montre également que c’est sous le premier prince de la dynastie que l’institution se constitue, près des trois quarts des offices apparaissant pour la première fois avant la mort de Louis Ier. Et parmi le quart restant, un peu moins de 10 % donnent l’impression d’être réellement nouveaux. En voici quelques exemples.

  • 27 Les dernières années sont marquées par des attaques de goutte [P. Champion, Vie de Charles d’Orléa (...)
  • 28 Alors que Louis Ier et Louis II entretinrent une vénerie importante composée d’une douzaine de mem (...)
  • 29 J. Roman, « Comptes des obsèques... », p. 226.
  • 30 Un garde des dromadaires et un garde de l’autruche sont mentionnés dans le compte de 1401-1402 ren (...)
  • 31 Dès le règne de Charles VI, « la prostitution parisienne et la sorcellerie sont parfaitement intég (...)
  • 32 BNF, PO 2165 : 981.
  • 33 J. Rossiaud, La Prostitution médiévale, p. 78.

10La “période anglaise” est marquée par la création d’un garde des sceaux nommé de sa prison par le duc. De retour à Blois, Charles veille à ce que sa chapelle soit assez fournie – elle ne compte pas moins de 16 chantres pour les seules années 1450-1456 –, et s’entoure de plusieurs médecins qui sont autant de témoins des problèmes de santé qui le minent27. S’il ne peut aller chasser et néglige sa vénerie28, le gardien d’ours dont la présence est mentionnée dans les comptes d’obsèques de janvier 146529 témoigne de l’intérêt suscité à l’époque par les ménageries30. Les enfants d’honneur et le gouverneur ducal qui entourent le jeune Louis II sont liés à la période de minorité inconnue jusqu’alors chez les d’Orléans. Enfin, laquais, prévôt et dame de joie se présentent comme des créations de la dernière décennie du siècle. Si l’apparition tardive de l’office de laquais ne surprend pas, il est plus difficile d’imaginer que prévôt et dame de joie n’existaient pas avant la fin du siècle. Pour le prévôt, un problème de source pourrait expliquer qu’on ne le voit apparaître qu’à partir de 1494. Quant aux dames de joie, elles entretenaient des liens avec l’Hôtel depuis de nombreuses années31, mais ces liens n’étaient jusqu’alors pas officialisés. Leur inscription sur les listes de gages à la fin du siècle32 – ce qui jusque-là n’était pas considéré comme un office le devient de fait en terme de gestion – sanctionne la fin de leur exclusion sociale dans les milieux princiers : « La monarchie n’avait plus honte de ses dames de joie »33. Une telle reconnaissance qui survient sur le tard peut sembler paradoxale à un moment où la prostitution recommençait à susciter la désapprobation et le rejet de la société. Plutôt qu’une réelle volonté d’intégration, ne doit-on pas voir de la part des Grands de l’époque un désir de mieux canaliser les prostituées employées en les agrégeant à l’Hôtel ?

11Déterminer quand disparaît une charge à partir des seules dates de dernière apparition se révèle encore plus difficile que de dater sa création, d’autant que l’Hôtel de Louis II ne s’éteint pas mais, au contraire, s’agrandit en devenant royal. C’est pourquoi j’ai renoncé à dresser un tableau semblable au précédent. À l’inverse, il m’a semblé possible d’évaluer la place respective des divers offices et de déterminer si elle évolue au cours de la période étudiée.

  • 34 « Il est difficile d’imaginer autour de Charles d’Orléans un plus grand nombre d’apothicaires, de (...)
  • 35 « Il [Jean Cailleau] fut son intime ami et tous deux avaient la passion des livres et des échecs » (...)
  • 36 BNF, PO 570 : 14.
  • 37 En 1454, il prête hommage lige à Charles pour la prévôté de l’église de Saint-Sauveur de Blois [BN (...)
  • 38 E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., p. 376.

12Globalement, l’importance des offices est restée la même durant tout le siècle. Les petits métiers comme ceux de charretier ou de valet d’étable demeurent de petits métiers tandis que les plus importants conservent leur prépondérance. S’il y a eu des changements, c’est avant le xve siècle qu’ils se sont produits. L’exemple le plus net est celui des chambellans : véritables bras droits du prince dès le principat de Louis Ier, ils le demeurent tout au long de la période étudiée. Dans leur cas, l’évolution s’est accomplie dès les origines, soit peu après la naissance de l’Hôtel royal. Des personnages tels Pierre de La Broce ou Enguerrand de Marigny ont largement contribué à politiser et à accroître l’importance de l’office en en faisant une charge clef particulièrement recherchée. Il en va de même pour d’autres offices : de leurs détenteurs et de la manière dont ils ont su les utiliser dépend la place plus ou moins grande qui leur est accordée au sein de l’Hôtel. Mais si le serviteur joue un rôle prépondérant pour accroître le poids de sa charge, la place occupée au sein de l’Hôtel par un office peut également dépendre du prince et de ses besoins. Dans ce cas, il s’agit davantage d’une évolution liée à la conjoncture. Ainsi en est-il des métiers ayant trait au soin du corps (barbier, chirurgien, médecin, etc.) durant le principat de Charles. Outre le fait que leur nombre se multiplie34, ils deviennent plus visibles et leur place aux côtés du prince gagne en importance. L’exemple le plus révélateur demeure celui de Jean Cailleau. Médecin et « meilleur ami de Charles » après 144035, il touche en sus de ses gages de 15 livres tournois par mois, une pension annuelle de 120 livres tournois portée en 1464 à 300 livres tournois « pour l’aider a s’enstretenir a nostre service ouquel il est continnuement occupé »36. À quoi s’ajoutent de nombreux présents et les revenus de plusieurs prébendes concédées par le duc37. Au total, d’importants émoluments qui font de lui l’égal des chambellans de Charles et l’un des principaux personnages de son principat : conseiller du duc, il l’accompagne ainsi lors du voyage que ce dernier entreprend en Italie en 1447-144838. Tous ses confrères ne pouvaient en dire autant.

13Malgré toutes ces incertitudes, tous ces manques et ces problèmes laissés en suspens, malgré la difficulté qui consiste à donner une photographie de l’Hôtel, il a paru intéressant de dresser une typologie de ses serviteurs au xve siècle. Une telle liste dépourvue de structure (les offices y sont alignés par ordre alphabétique) pose la question de savoir si des regroupements existaient et si oui, lesquels ?

Lexique 2. Les serviteurs de l’Hôtel

14aide

15apothicaire

16archer

17archer de corps

18argentier

19astrologue

20audiencier

21aumônier

22barbier

23barillier

24botteleur

25boucher

26boulanger

27bouteiller

28braconnier

29broyeur du mortier

30bûchier

31chambellan

32chancelier

33chantre

34chapelain

35charretier

36chauffe-cire

37chevalier

38chevalier d'honneur

39chevaucheur

40chirurgien

41clerc d'office

42clerc de chapelle

43cocher

44commis à la chambre aux deniers

45commis à recevoir les finances

46concierge

47confesseur

48contrôleur de la chambre aux deniers

49contrôleur des finances de l’Hôtel

50dame de joie

51échanson

52écuyer

53écuyer d'écurie

54écuyer d'honneur

55écuyer de corps

56écuyer de cuisine

57écuyer servant

58écuyer tranchant

59enfant d'honneur

60enfant de chapelle

61enfant de cuisine

62enfant de salle

63fauconnier

64fol

65fourrier

66fruitier

67garde de la chambre

68garde de la garde-robe

69garde de la tapisserie

70garde de la vaisselle

71garde des coffres

72garde des finances

73garde des joyaux

74garde des sceaux

75garde des tentes

76garde-huche

77gardien d’ours

78gouverneur de l'Hôtel

79gouverneur du duc

80gouverneur général de toutes les finances

81harpeur

82hâteur

83héraut d’armes

84homme d'armes

85huissier

86huissier d'armes

87huissier de chambre

88huissier de salle

89jardinier

90laquais

91lavandière

92lingère

93maître d'Hôtel

94maître de la chambre aux deniers

95maître de salle

96maître des œuvres

97maître des finances

98maître des garnisons

99maître des requêtes

100maréchal

101maréchal des logis

102médecin

103ménestrel

104messager

105muletier

106notaire-secrétaire

107organiste

108oubloyer

109page

110palefrenier

111panetier

112pâtissier

113physicien

114porte-baril

115porte-chappe

116porteur

117portier

118potagier

119poursuivant d'armes

120précepteur

121prévôt

122procureur

123queux

124receveur général des finances

125roi d'armes

126roi des ribauds

127saucier

128secrétaire

129sergent d'armes

130sert-de-l'eau

131serviteur

132sommelier

133sommelier de corps

134sommelier des matelas

135souffleur

136tonnelier

137trésorier

138trompette

139valet

140valet de chambre

141valet de pied

142valet servant

143valet tranchant

144veneur

145voiturier

146Les offices dont les noms sont écrits en italique ne sont pas représentés au sein de l'Hôtel des d’Orléans mais on les retrouve dans d’autres Hôtels princiers.

Le regroupement des différents offices

  • 39 J. Chapelot, Le Château de Vincennes..., p. 27 ; É. Lalou, « Le fonctionnement de l’Hôtel du roi.. (...)
  • 40 L. Douët-d’Arcq, Comptes de l'Hôtel... ; É. Lalou, Les Comptes sur tablettes de cire...

147À l’origine, l’Hôtel était divisé en six métiers (Paneterie, Échansonnerie, Cuisine, Fruiterie, Écurie, Fourrière)39 – auxquels vint bientôt s’ajouter la Chambre –, et les différentes charges se ventilaient entre eux40. Avec la multiplication des offices aux xive et xve siècles dont rend compte le lexique 2, on peut se demander si ce cadre ne s’avère pas désormais trop étroit pour y faire entrer l’ensemble des charges recensées, voire même s’il existe encore.

148Les dépenses quotidiennes de bouche de l’Hôtel des ducs d’Orléans conservées pour la deuxième moitié du xve siècle s’organisent toujours autour des six métiers traditionnels comme en témoignent les listes journalières émises sous Charles d’Orléans :

  • 41 BNF, PO 2160 : 688.

« Vendredi ixe jour d’avril mil CCCC soixante et ung, monseigneur le duc d’Orleans, de Milan, madame la duchesse a Blois, mademoiselle, messeigneurs de Beaujeu et de Longueville, et le commun illec »41.

  • 42 Je renvoie par exemple aux ordonnances bourguignonnes mentionnées supra.
  • 43 BNF, PO 2158 : 581.

149Suivent les six métiers avec, pour chacun, la nature et le prix des achats effectués ledit jour par les chefs de service en viande, poisson, etc. De nombreuses listes journalières du même type subsistent et leur étude systématique permettrait de reconstituer la composition des repas de la famille d’Orléans. Établies dans un but précis, de telles listes ne permettent pas d’en conclure pour autant au maintien du cadre originel. Si les six métiers traditionnels existent toujours, ils ne constituent plus comme auparavant l’armature de l’Hôtel. Quantité d’autres sont venus s’ajouter dans les textes normatifs42 et le phénomène de dispersion est encore plus frappant si l’on s’en tient uniquement aux listes de gages. Conservées pour l’Hôtel des ducs d’Orléans à compter de juillet 144943, elles ne sont vraiment complètes et exploitables qu’à partir de la tutelle de Marie de Clèves. Y figurent alors non seulement les noms et les gages des officiers retenus, mais également leurs offices, ce qui n’était pas le cas précédemment. Les serviteurs de l’Hôtel, désormais regroupés par grands corps – chambellans, maîtres d’Hôtel, écuyers d’écurie, etc. – sont alignés les uns à la suite des autres selon l’importance de leur rémunération (classement dégressif) et les six métiers se retrouvent noyés dans le lot. La volonté de rationalité qui prévaut depuis l’époque moderne ne pouvait se satisfaire d’un tel classement par défaut, aussi les historiens se sont-ils efforcés d’opérer des regroupements plus larges sensés refléter l’organisation de l’institution. Avant de proposer une vision de ce que pouvait être la structure d’un Hôtel princier à partir de l’exemple de celui des d’Orléans, il n’est donc pas inutile de passer rapidement en revue les tentatives les plus récentes.

  • 44 A. Demurger, Temps de crises..., p. 128-130 ; C. J. Given-Wilson, The Royal Household...
  • 45 A. Demurger, Temps de crises..., p. 129.
  • 46 Every residence of every great lord in the Middle Ages had two focal points, the lord s chamber, a (...)
  • 47 « Sous cette rubrique peuvent se ranger tous les services qui s’occupent du logement, de l’habille (...)
  • 48 Ibid., p. 186.
  • 49 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 317.

150Alain Demurger, pour le royaume de France, et Chris Given-Wilson, pour celui d’Angleterre, distinguent l’un et l’autre deux Hôtels au sein du même organisme44 : l’Hôtel d’en haut qui rassemble les « véritables politiques de la cour »45, et l’Hôtel d’en bas à vocation purement domestique. Le regroupement opéré par Chris Given-Wilson est d’autant plus intéressant qu’il le fait coïncider avec la géographie de l’hôtel-bâtiment, associant service du prince et espace social46. Cette distinction, aussi digne d’attention soit-elle, ne peut cependant être retenue, les deux Hôtels étant, comme on l’a vu, étroitement imbriqués. Tout aussi discutable la séparation effectuée par André Uyttebrouck entre les services domestiques qui regroupent les « officiers qui peuvent être considérés comme attachés à la personne privée du duc »47, et les services d’intérêt général assemblant des « serviteurs qui font aussi figure [...] de “fonctionnaires publics” (personnel de la chancellerie, messagers, hérauts d’armes, conseillers) »48. Quant à la distinction opérée par Monique Sommé entre nobles et non-nobles assimilés aux « gens de profession »49, elle semble des plus artificielles, des roturiers pouvant exercer des charges ou accomplir des missions supposées relever du domaine des nobles et vice versa. En résumé, toute tentative de regroupement se doit d’éviter les simplifications abusives, d’être beaucoup plus souple et fidèle aux sources.

  • 50 BNF, PO 2161 : 739.
  • 51 Ce principe, inauguré à la cour de France à la fin du xive siècle [F. Lot et R. Fawtier, Histoire (...)
  • 52 « A Jehanne la Folle, pouvre fille de joye, la somme de soixante douze solz, six deniers tournois (...)
  • 53 Claude Gauvard met l’accent sur « l’extrême porosité des hôtels, largement ouverts aux bas-fonds d (...)
  • 54 Cf. l’article qu’Anne Terroine a consacré à cet office [« Le roi des ribauds de l’Hôtel du roi...  (...)

151Il est ainsi possible de distinguer au sein de l’Hôtel à partir des seuls comptes et listes de gages un centre et une périphérie. Le centre est constitué des serviteurs « estans ordinaires de l’ostel »50, officiellement rattachés à l’institution par une lettre de retenue et dont le nom, l’office occupé et les émoluments perçus figurent sur les rôles. Qu’ils servent à l’année ou à tour51, ces officiers constituent l’élément permanent de l’Hôtel et l’étude prosopographique qui suit portera sur eux. En marge se situe une frange informelle composée de plusieurs groupes satellites dont les membres n’apparaissent pas forcément dans les comptes. Tel est le cas des dames de joie qui ne figurent dans ceux des ducs d’Orléans qu’à partir de 149752, alors que les prostituées, tout comme les hommes de main d’ailleurs, fréquentaient assidûment les Hôtels princiers dès le xive siècle53. Doit-on en conclure que le roi des ribauds54, déjà chargé du recrutement des filles communes, servait également d’agent payeur ? La disparition de sa charge au milieu du xve siècle – à mettre en relation avec l’apparition des dames de joie dans les comptes peu après – incline à le penser. La question du règlement des stipendiés reste, quant à elle, entière. Par qui étaient-ils payés et selon quelles modalités ?

  • 55 BL, Add. Ch. 2137.
  • 56 BNF, PO 831, no 18659.
  • 57 BNF, PO 420, no 9418.
  • 58 BNF, PO 2159 : 658.
  • 59 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 224 et A. Uyttebrouck, Le (...)
  • 60 J. Rossiaud, La Prostitution médiévale, p. 255.
  • 61 1392/10 (compte), « A plusieurs menestrels ausquelx monseigneur [le duc d’Orléans] a donné L frans (...)
  • 62 À propos de vénerie médiévale, se reporter à l’ouvrage collectif La Chasse au Moyen Age. Actes du (...)
  • 63 AN, KK 267, f° IIIIxx Vv-IIIIxx VII.
  • 64 C’est ainsi qu’Alain de Beaumont fils, écuyer tranchant, Eustache de La Houssaye*, chambellan, Gil (...)
  • 65 Se reporter au graphique 2 où figure la courbe des effectifs de l’Hôtel des d’Orléans.
  • 66 « D’un écrou à l’autre quelques noms peuvent ainsi apparaître et disparaître, ce sont des personne (...)

152Bien différent est le cas des deux groupes suivants et dont les membres figurent dès l’origine dans la comptabilité ducale. Ainsi en est-il de certains fournisseurs de l’Hôtel. Ils ont beau ne pas être rattachés à l’institution en tant que valets de chambre, leurs liens avec celle-ci transparaît nettement à travers les quittances émises. C’est le cas de Michel Mercati, marchand et bourgeois de Paris en janvier 139655, de Phelipot de Compans, drapier parisien, fournisseur en draps de laine de Louis et de Charles d’Orléans56, de Thomas Le Borgne, marchand de toile parisien57, de Robert Greffoy, « pelletier de monseigneur le duc d’Orleans » en juin 145658, etc. Un autre groupe est constitué par le personnel supplétif recruté temporairement pour répondre à un besoin ponctuel et venir renforcer le personnel permanent. Personnel étranger à l’entourage ducal, il est appelé pour un temps plus ou moins prolongé ou pour une tâche spécifique. Il peut s’agir de clercs surnuméraires auxquels le prince fait appel lorsque le besoin devient brusquement pressant d’écrire un grand nombre de lettres en un minimum de temps59, de filles de joie extraordinaires recrutées à l’occasion de fêtes60, de ménestrels conviés lors d’un banquet organisé en l’honneur de la venue d’hôtes prestigieux61, ou encore de membres de la vénerie recrutés en pleine saison de chasse62. Gillet de Beaulieu, veneur, Guillemin Cochet, valet de chiens, Jaquet Du Pin, page de chiens, sont ainsi payés pour leurs « gaiges desserviz es mois d’aoust et septembre » alors que leurs confrères touchent leurs gages pour l’année entière courant d’octobre 1404 à septembre 140563. Le phénomène est encore plus net à l’occasion du voyage de Lombardie. L’Hôtel, qui suit en grande majorité Louis Ier et dont les couches supérieures constituent les véritables cadres de l’expédition, voit ses effectifs augmenter de 75 % (de 189 en 1402, ils passent à 331 en 1403). Une fois rentré à Paris, le duc se sépare de la plupart de ces “occasionnels”64 et l’institution renoue avec des chiffres conformes à la normale65. De façon générale, le recours à une main-d’œuvre temporaire en fonction des besoins du prince accroît la flexibilité de l’institution qui ne se limite pas au personnel fixe66.

  • 67 Ce concept de “couronnes concentriques” a largement été développé par Annie Kriegel qui distingue (...)
  • 68 C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 203.

153La distinction centre / périphérie a le mérite de mettre en lumière le caractère informel et fluctuant des effectifs au service du prince. Elle peut néanmoins sembler à la fois trop floue et trop tranchée. C’est pourquoi elle demande à être, non pas remplacée, mais complétée par une autre notion tout aussi intéressante : celle de couronnes concentriques gravitant autour d’un noyau personnifié par le prince67. Pour être la plus significative possible, une telle figuration appelle au préalable la définition de critères distinctifs précis. Ce peut être l’importance accordée aux offices et aux serviteurs qui les occupent. Les couronnes les plus proches du noyau seront alors constituées des membres les plus importants de l’Hôtel, les plus éloignées correspondant à des charges mineures et à des officiers subalternes. La faveur acquise auprès du prince peut également servir de critère pour la schématisation de l’ensemble, les mieux en cour étant placés au plus près du centre, alors que les moins en vue sont rejetés le plus loin possible. De même, les offices qui relèvent du monde des bas-fonds se retrouvent plutôt aux confins de la constellation qu’en son centre. Bref, une infinité de critères qui offrent autant de combinaisons possibles. Comme le fait très justement remarquer Chris Given-Wilson qui applique ce schéma à l’entourage du roi d’Angleterre (the king’s affinity), ces distinctions ne sont cependant pas toujours très précises et des chevauchements entre couronnes sont fréquents68. Enfin, l’ensemble est loin d’être immuable et des passages d’une couronne à l’autre peuvent se produire. Cela ne fait que confirmer l’idée que l’Hôtel est un organisme souple qui sait s’adapter aux circonstances.

Obtenir un office au sein de l’Hôtel

154Au seul duc appartient le choix de nommer qui lui plaît. Cette prérogative princière connaît néanmoins des aménagements sous formes de conseils, de sollicitations et de recommandations, voire de pressions.

  • 69 Béatrice Leroy le souligne à propos de l’image du roi dans son article [« Le prince écrivain polit (...)
  • 70 « L’en doit mettre gens aprins es offices, / En chascun art qui saichent gouverner, / Bons et loia (...)
  • 71 « Saiges preudoms ne demande nul gré :/Le bien commun lui souffist et science [...] Qui vertus a e (...)
  • 72 Voir par exemple Eustache Deschamps, « Vueilliez tousjours telz gens acompaignier », dans Eustache (...)

155Les écrivains de la fin du Moyen Âge n’ont de cesse de le répéter : le prince doit savoir choisir ses officiers s’il entend être bien servi et donner une image digne de lui, la valeur de son entourage témoignant de sa propre valeur69. Ainsi, d’après Eustache Deschamps, il lui faut s’entourer de gens compétents et fidèles70, modestes et vertueux71, dont le poète pourra vanter les mérites72. Pour le guider dans ses choix, il peut écouter les recommandations que lui dispensent les membres de son entourage. C’est ainsi qu’Hannequin Colins, sergent des montagnes de Reims, est confirmé par Charles d’Orléans dans son office de sergenterie qu’il tenait du vivant de Valentine Visconti :

  • 73 Mandement ducal daté du 31 janvier 1409 [BNF, PO 816 : 3].

« [...] pour les bons rapport et tesmoingnaige qui faiz nous ont esté de la personne de Hannequin Colins, chevaucheur de nostre escuierie, considerant aussi les bons et agreables services qu’il a faiz pour long temps a servire nostre tres redoubtee dame et mere dont Dieux ait l’ame »73.

  • 74 R. Cazelles, La Société politique..., p. 336-337. La pratique généralisée de la recommandation n’e (...)
  • 75 Les périodes de minorité ont en effet déjà été abordées dans le chapitre II.

156Ces recommandations, fréquentes car jugées utiles et légitimes par les contemporains74, se font plus pressantes durant les périodes de minorité ou de faiblesse politique ducale. Seules ces dernières seront étudiées ici75.

  • 76 Voir chapitre II, n. 3.
  • 77 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 523 et 526 ; nouv. acq. fr. 3641 : 544.
  • 78 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 523.
  • 79 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 544.
  • 80 Différents indices laissent penser que le conseil est alors un organe décisif du gouvernement duca (...)

157Les débuts des principats de Louis Ier et de Charles sont en cela significatifs. Louis se voit alors imposer la présence d’hommes tout dévoués à ses oncles76. Quant à Charles, les énormes difficultés dont il hérite de son père le livrent aux mains des puissants qui ont choisi de se ranger à ses côtés. Dans trois mandements datés de 1409, il dit clairement que sa décision lui a été dictée « par l’ordonnance de madame la royne et de monseigneur de Berry, nostre oncle »77. Les bénéficiaires en sont Jean Bracque, « retenu en nostre conseiller »78, Jean de Moussures* et Simon Louvel. Ces deux derniers percevront désormais respectivement trois cents et cent livres « de gaiges ou pension par an ». Il est à noter que, dans le cas de Simon Louvel, le conseil ducal intervient également en sa faveur. L’acte est en effet pris « par l’ordonnance de madame la royne et de monseigneur le duc de Berry, nostre oncle, et par l’advis et deliberacion de nostre conseil »79. D’une manière générale, le conseil joue un rôle effectif durant les premières années du principat de Charles80, et les Grands doivent compter avec lui s’ils veulent influencer le jeune duc.

158L’ingérence d’Isabeau de Bavière et de Jean de Berry dans les affaires de Charles d’Orléans, et notamment dans le choix des membres de son Hôtel, signifie-t-elle que le duc avait perdu tout contrôle sur ses affaires, se voyant imposer des hommes qui étaient placés à ses côtés pour lui dicter sa conduite ? Non, car ces hommes ne sont pas nouveaux, ce ne sont pas des créatures de la reine et de son parent propulsées dans la sphère ducale pour infléchir les décisions de Charles. Les trois mandements rappellent pour chacun :

« [les] grans, notables et agreables services qu’il a faiz par long temps a feux nostre tres redoubté seigneur et pere, et nostre tres redoubtee dame et mere dont Dieux ait les ame ».

  • 81 Dès 1392 selon Jean Thibault [Orléans à la fin du Moyen Âge..., p. 462], et ce jusqu’à la mort du (...)
  • 82 BNF, ms. fr. 6211 : 691.
  • 83 « Charles [...], comme par noz autres lettres patentes nous avons retenu nostre chier et bien amé (...)

159Jean Braque a détenu l’office de maître d’Hôtel de Louis Ier durant tout son principat81 ; Jean de Moussures* est attesté pour la première fois comme chambellan du duc en avril 139882 et Simon Louvel apparaît comme écuyer d’écurie ducal dès novembre 1392. Charles lui renouvelle sa confiance en le retenant de nouveau à son service mais, cette fois, en qualité d’écuyer d’honneur83. Dès lors que ces hommes étaient déjà acquis à la cause orléanaise, pourquoi la reine et le duc de Berry firent-ils pression sur Charles pour qu’ils les conservent à son service ? Quel était leur intérêt ?

  • 84 Certes, Jean de Moussures* et Simon Louvel touchaient précédemment des « gaiges, droiz, proffiz, l (...)
  • 85 Tels Guillaume Le Bouteiller*, Guillaume de Braquemont*, Jean de Fontaines*, Pierre de Mornay*... (...)
  • 86 La présence de Jean Braque n’est attestée que deux fois, les 4 et 5 septembre 1409 [BNF, nouv. acq (...)

160Il convient de préciser d’abord que ces hommes ne sont pas imposés à Charles. Ce qui lui est imposé, c’est leur rémunération régulière. Ni la reine ni Jean de Berry ne cherchent à placer des hommes à eux, aucun des trois n’ayant appartenu ou ne figurant à leur service. Ils interviennent seulement pour que ces officiers soient maintenus par Charles à son service et régulièrement rémunérés en échange84. Par là, ils les dissuadent d’aller chercher un office dans un autre Hôtel ; de surcroît, et c’est peut-être ici que se situe leur intérêt, ils s’attachent des hommes qui leur sont désormais redevables et dont ils peuvent espérer une certaine reconnaissance. Les offices sur lesquels la reine et Berry agissent sont en effet de première importance. À défaut de pouvoir contrôler le conseil ducal composé pour l’essentiel de fidèles de Louis Ier85 et où Jean Braque et Jean de Moussures* ne font que de très rares apparitions86, ils peuvent espérer peser sur la politique ducale et sur les décisions à venir de Charles. Le groupe ne s’en trouve pas déstabilisé pour autant puisqu’il s’agit d’individus connus de lui.

Radiographie du groupe

Combien ? Évaluation des effectifs

161Pour l’ensemble de la période étudiée, j’ai recensé quelques 1 700 individus officiellement et nommément rattachés à l’Hôtel des ducs d’Orléans. Ce chiffre, établi en fonction des sources rencontrées, ne saurait constituer un fidèle reflet de la réalité. Diverses raisons engagent à penser qu’il est au moins de deux fois supérieur.

  • 87 BL, Add. Ch. 2523.
  • 88 1394/10/12, « Aux archiers de mondit seigneur le duc, IIc frans qui deuz leur estoient pour cause (...)
  • 89 BNF, PO 2158 : 581.

162Même si c’est en proportion infime, certains serviteurs ducaux ont certes pu échapper à ma vigilance. Mais surtout, il faut prendre en compte le fait que, parmi les officiers du duc effectivement repérés, tous ceux qui n’ont pu être identifiés, au moins par un nom ou un prénom, ont délibérément été écartés du corpus. C’est le cas des très nombreux détenteurs de petits offices que sont les aides, valets ou pages et dont le nom n’est que rarement indiqué. Le plus souvent, les textes précisent seulement leur nombre au service du duc à une date donnée : telle cette quittance, rendue le 12 janvier 1494 par Jean Marquet, marchand drapier et chaussetier, pour 35 paires de chausses dont 24 paires à 24 pages du duc87. Il en va de même des archers qui forment la garde personnelle ducale. Ils sont considérés dans leur ensemble et leurs noms ne figurent pas systématiquement dans les rôles de dépenses88. Quant aux titulaires uniques d’une charge, ils devaient être suffisamment connus de tous pour que le clerc d’office chargé de la rédaction du rôle des dépenses ne ressente pas la nécessité de reporter leur nom, se contentant d’indiquer comme dans cette liste de gages de juillet 1449 : « Au barbier 7 l. 10 s.t. [...]. Au tapissier 7 1. 10 s.t. »89. En l’absence de quittances rendues par les intéressés, il s’avère impossible de les identifier et, par conséquent, de les comptabiliser avec les autres serviteurs ducaux, d’où une estimation très certainement inférieure à la réalité.

  • 90 Voir le chapitre « Entourages et clientèles cardinalices » dans B. Guillemain, La Cour pontificale (...)
  • 91 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 86.

163Elle serait encore plus nettement inférieure à la réalité si l’on tenait compte des multiples serviteurs ou valets attachés à de nombreuses catégories d’officiers. Comme les curialistes de la cour des papes, les officiers ducaux avaient en effet leur propre familia90, et « un nombre plus ou moins élevé de serviteurs et de chevaux était affecté à chaque membre de la cour selon son rang »91. Si la plupart de ces valets restent totalement inconnus, les sources permettent de lever le voile sur quelques-uns d’entre eux. Ainsi apprend-on que Double Prezibili, échanson de Louis Ier, certifie le 19 décembre 1397 avoir reçu 100 francs d’or pour ses bons et agréables services :

  • 92 Caen, Mancel, ms. 11 : 111.

« Et a ce fu present Jehan, varlet dudit Double, qui entendoit mieulx françois que son dit maistre, lui fu dit par les notaires qu’il dist et exposast a icelui son maistre comme il recevoit ladicte somme ce qu’il s’en teinst pour content [...] que ainsi l’avoit dit et expose en son langaige »92.

  • 93 BNF, PO 477 : 18.

164Il ressort d’un tel acte que l’échanson de Louis Ier était très probablement étranger (peut-être italien), et que pour mener à bien ses affaires, il s’était attaché un valet bilingue à même de lui traduire les actes écrits ou les paroles le concernant. Plus généralement, les documents évoquent sans les nommer les “gens” de tel ou tel officier ducal. Citons le cas de Guillaume Le Bouteiller* qui se déclare satisfait de l’accord passé avec le roi au sujet du remboursement des sommes qu’il a engagées pour la guerre menée contre les routiers qui sévissaient dans sa sénéchaussée de Limousin « a cause des gaiges et estat de moy et des gens de mon hostel que j’ay tenus en ma compaignie »93 ; ou celui plus connu de Charles de Savoisy* rapporté par Enguerrand de Monstrelet pour le mois de juillet 1404 :

  • 94 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 73. Pour le développement de cette affaire, se repor (...)

« En ce temps, l’Université de Paris faisant processions générales en alant à Saincte-Katherine du Val des Escoliers, se mut une dissencion entre aucuns de ladicte Université et les gens de messire Charles de Savoisy, qui menoient leurs chevaux boire à la rivière de Seine »94.

  • 95 Louis Ier fait donner 10 francs à Denis Canel, « varlet de monseigneur de La Riviere qui a gardé l (...)
  • 96 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 320.
  • 97 Le dépouillement des registres de suppliques déposées sous les pontificats de Clément VII et de Be (...)

165Mais, s’il arrivait que le duc rémunère leurs services95, les valets d’officiers n’en constituaient pas pour autant ses serviteurs directs. Ces hommes dépendaient de l’officier auquel ils étaient attachés et, par conséquent, ne relevaient pas de l’Hôtel ducal stricto sensu96. D’ailleurs, les suppliques les concernant étaient adressées au pape par l’officier qu’ils servaient et non par le prince97. C’est pourquoi il ne convient pas de les compter parmi les serviteurs de l’Hôtel. Je m’en suis donc tenue au chiffre initial de 1 700 pour dresser une courbe des effectifs entre 1380 et 1498 (graphique 2). À titre comparatif, des points de repères figurant d’autres Hôtels princiers contemporains ont été reportés sur la même page. Le tableau ci-dessous indique les chiffres précis et les sources d’où ils sont extraits :

Tableau 8. Nombre de serviteurs des principaux Hôtels de la fin du Moyen Âge

Date

Nom

Nbre

Source

1384

Philippe le Hardi

248

R. Vaughan, Philip the Bold..., 1962.

1389

Charles VI

700

M. Rey, Les Finances royales..., p. 573.

1398

Jean de Berry

245

L. Douët-d’Arcq, Choix de pièces..., I, p. 149.

1426

Philippe le Bon

234

W. Paravicini, « Structure... », p. 4.

1430

Philippe le Bon

310

M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 232.

1459

Charles VII

256

AN, K 1713, no 11.

1475

Charles le Téméraire

590

W. Paravicini, « Structure... », p. 4.

1495

Charles VIII

366

A.-M. Lecoq, « Les résidences... », p. 83, n. 1.

L'Hôtel de Louis XI ne figure pas car l’unique nombre recensé est celui de 236 pour « les seuls petits emplois » [P.-R. Gaussin, Louis XI..., p. 409].

  • 98 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 465.

166Le graphique 2 doit être étudié à la fois dans sa globalité et, en ne s’intéressant qu’à la seule courbe, de façon séquentielle. Je ne m’attarderai pas sur ce second aspect car il recoupe ce qui a déjà été dit dans le chapitre sur « le cycle de vie de l’Hôtel », l’allure hachée de la courbe traduisant bien le parcours tumultueux des princes d’Orléans. Restent cependant certains pics ou creux qui ne sont pas tous explicables : si l’on peut, sans trop d’erreur, justifier le pic des années 1455-1457 par le voyage de Charles d’Orléans chargé d’aller au-devant des ambassadeurs de Ladislas V de Habsbourg (roi de Hongrie, de Pologne et de Bohême), qui venaient visiter le roi Charles VII à Tours98, le reflux des effectifs pour les années 1405-1407 et 1445-1448 ne me semble dû qu’à l’absence de sources.

Graphique 2. Effectifs comparés. Hôtel des d’Orléans / Hôtels princiers

Graphique 2. Effectifs comparés. Hôtel des d’Orléans / Hôtels princiers
  • 99 The growth in the size of the domus [...] can be explained by an enhanced desire for ease, comfort (...)
  • 100 Eustache Deschamps, « Veuilliez tousjours telz gens acompaignier », dans Eustache Deschamps..., J. (...)
  • 101 BNF, PO 2151 : 85.
  • 102 « ...en tout 216 personnes, hommes et femmes [de l’Hôtel du feu duc, mais aussi de la duchesse et (...)

167L’analyse globale du graphique permet quant à elle d’évaluer l’importance numérique de l’Hôtel et, par là même, de mesurer l’influence des ducs d’Orléans au xve siècle. L’Hôtel peut en effet être considéré, dans ce monde du paraître, comme la vitrine de la puissance princière. Des effectifs importants sont signe de grandeur et de splendeur99, ce qui explique que le prince ait à cœur de se montrer en belle et nombreuse compagnie100. Pour cela, les occasions ne manquent pas, et les voyages constituent une façon itinérante de faire étalage de luxe. Lorsque le prince se déplace, il entend montrer qu’il est entouré d’une suite nombreuse et fastueuse, quitte à gonfler pour l’occasion les effectifs habituels en recrutant des occasionnels en sus du personnel fixe. L’exemple déjà cité du voyage de Lombardie de 1403 en constitue une preuve éclatante, mais on pourrait également signaler le voyage de Languedoc de 1389-1390 pour lequel Louis Ier fait tailler 106 « robes de livree » pour les officiers qui l’accompagnent101 ou, plus tard, le voyage entrepris par Charles d’Orléans en 1457 : les effectifs sont alors portés à plus d’une centaine de serviteurs alors qu’ordinairement, ils plafonnent autour de 80. L’ultime voyage du prince est repris à leur compte par ses descendants. Il s’agit des obsèques. La présence des serviteurs de la Maison de Charles dans le cortège funèbre, et la distribution de draps de deuil plus ou moins précieux selon la qualité des bénéficiaires, participent de la même idée : donner l’impression de richesses, tant humaines que matérielles102. Dans le cas des d’Orléans, il s’agissait bien d’impression car, depuis de nombreuses années, leur Hôtel ne supportait plus la comparaison avec les autres.

  • 103 Se reporter au graphique 2. Françoise Autrand confirme : « En-dessous de l’Hôtel royal et très au- (...)

168Excepté durant le principat de Louis Ier, qui compte un nombre d’officiers comparable à ceux des principaux Hôtels princiers de l’époque, soit deux à trois cents personnes103, la courbe se situe bien en deçà de la normale pendant tout le reste de la période. L’opposition, notamment avec la Bourgogne, est frappante. Alors que les princes bourguignons sont entourés d’un personnel de plus en plus nombreux, les ducs d’Orléans doivent se contenter d’effectifs minimum. La taille de l’Hôtel s’avère par conséquent un excellent indice de prospérité.

Qui ? Profils des membres du groupe

  • 104 Belon, Gillon, Janeton de l’Espine, Jeanne, Jeanne Drouete, Jeanne La Folle, Marguerite et Simonet (...)

169Un univers exclusivement masculin ? — Il ressort très nettement des sources consultées que les ducs d’Orléans étaient majoritairement servis par des hommes : sur 1 700 serviteurs identifiés, on ne compte en effet que huit femmes104, auxquelles s’ajoute une servante anonyme mentionnée dans le compte de Jean Poulain de mai 1389 :

  • 105 ADL, 6J3 : 3.

« Item, a la lavendiere de monseigneur, par commandement de bouche de mondit seigneur, tant seulement… X fr. »105.

  • 106 La proportion de femmes semble avoir été plus grande dans d’autres Hôtels. Ainsi, l’ordonnance d’A (...)
  • 107 Au sein de l’Hôtel d’Isabelle de Portugal, tous les postes clefs sont détenus par des hommes [M. S (...)
  • 108 Conclusion à laquelle parvient Anna-Manis Münster dans son article comparatif « Funktionen der dam (...)
  • 109 On compte 13 fols entre juin 1391 (Coquinet), et septembre 1497 (Nanete).
  • 110 Voir M. Lever, Le Sceptre et la marotte...
  • 111 Le 2 mai 1394, Louis Ier ordonne aux gens de ses comptes de s’acquitter de toutes les dépenses des (...)

170Chiffre infime qui traduit, certes de façon excessive106, le peu de place accordé aux femmes dans les Hôtels princiers de l’époque, tant masculins que féminins. Les reines et les duchesses étaient en effet servies pour l’essentiel par des hommes, détenteurs des principaux postes107, et le personnel féminin ne constituait qu’une petite partie des effectifs108. Numériquement minoritaires, les femmes se retrouvaient le plus souvent employées, au sein des Hôtels masculins, à des offices subalternes. Elles occupent ainsi les charges de lavandières (3), lingères (1), dames de joie (1) ou folles (4) dans l’Hôtel des ducs d’Orléans. Si ce dernier office pouvait également être détenu par un homme109 – preuve que la charge était loin d’être mineure110 –, seules des femmes occupent les trois premiers. À l’inverse, tous les autres offices sont remplis par des hommes. Il faut regarder du côté des Hôtels féminins pour trouver des femmes à des postes à responsabilité tel que celui de « chambellane »111, équivalent probable de l’office de chambellan.

171Le recours privilégié à des hommes pour le service du prince ne doit pas laisser croire que l’Hôtel était un milieu presque exclusivement masculin. Outre les femmes impossibles à repérer car absentes des listes de gages comme l’ont longtemps été les prostituées, les femmes sont présentes en tant qu’épouses d’officiers. Il ne s’agit peut-être pas toujours d’une présence physique : tous les titulaires d’un emploi à l’Hôtel n’y logeant pas, faute de place, on voit mal où les femmes d’officiers auraient été installées. La plupart devaient rester à garder la demeure familiale et leur époux leur rendaient visite lorsqu’ils n’étaient pas de service. Philippe de Hédouville* certifie ainsi le 24 mai 1458 qu’Étienne Colin, trésorier,

  • 112 BNF, PO 1501 : 20.

« a aujourdui payé contant a Brille, eschançon de mondit seigneur, la somme de LV sous tournois pour don a lui fait par icellui seigneur pour aller en son pays veoir famme »112.

  • 113 Pour plus de précisions sur cette « équation ternaire », je renvoie à l’article qui se trouve dans (...)
  • 114 Jean de Villiers*, chambellan ducal, rend quittance de 750 livres tournois « pour le parpaiement d (...)

172Dans la plupart des cas, il s’agit plutôt d’une présence symbolique qui vient s’intercaler entre le duc et son officier113. En plus des épouses que l’on retrouve parfois au service de la femme du duc114, il faut aussi compter avec les mères, les sœurs, les filles et autres parentes au rôle social affirmé (elles assurent notamment la cohésion du groupe par le truchement des mariages). En définitive, l’Hôtel ducal ne comprend pas que des hommes, et la présence féminine, quoique masquée en raison de la méfiance encore vivace envers la femme, est bien réelle.

  • 115 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 252.
  • 116 Philippe de Novare, Des .IIII. tenz d’aage d’ome, M. de Fréville éd., Paris, 1888.
  • 117 Les sources nous apprennent qu’en 1418, Guillaume Le Bouteiller* était provecte etatis militem [RS (...)
  • 118 Jean Froissart nous apprend ainsi que Boniface de Morez trouva la mort en 1398 à la suite d’une ch (...)
  • 119 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 260.
  • 120 Prenons pour exemple le parcours de Jean Prunelé. Il apparaît pour la première fois dans les sourc (...)

173Âge. — À quel âge entre-t-on dans l’Hôtel ? À quel âge le quitte-t-on ? Combien de temps y reste-t-on ? Y a-t-il un âge nécessaire pour l’obtention de certains offices ? Quel est l’âge des « personnes authentiques », c’est-à-dire celles qui comptent, qui ont quelque poids au sein de l’institution115 ? Autant de questions qui, pour la plupart, resteront sans réponse tant il est délicat – exception faite des enfants ou galopins que leur seul titre rattache au « premier âge d’homme »116 – de donner un âge aux serviteurs qui composent l’Hôtel117. Si quelques dates de décès liées à une mort accidentelle ou violente (assassinat, bataille, échauffourée) sont précisées dans les sources118, ces dernières demeurent encore bien silencieuses quant aux dates de naissance. L’historien peut tenter de contourner cet obstacle documentaire en « reconstruisant »119 l’âge des individus les plus notoires à partir des dates de première et de dernière apparition de leur période de vie active120, mais cette méthode, qui ne peut porter que sur un échantillon restreint du fait de son ampleur, s’avère bien empirique. Je ne me hasarderai donc pas à la mettre en pratique, me contentant d’évaluer l’âge nécessaire pour l’obtention de certaines charges et surtout, de calculer la longévité dans l’office et au sein de l’Hôtel ducal.

  • 121 Élisabeth Mornet précise « qu’entre 25 – mais pas avant – et 45 ans, la majorité des nobles consid (...)

174À moins d’être de sang royal ou issu d’une lignée prestigieuse, « on accède rarement à de hautes fonctions avant un âge donné »121. De fait, au sein de l’Hôtel des d’Orléans, les offices les plus importants tels que ceux de chambellan, de chancelier ou de gens de finance étaient le plus souvent confiés à des hommes d’expérience que l’on retrouve aux côtés du duc en tant que conseillers. À l’inverse, il semble ne pas y avoir eu de règle stricte pour les autres charges. Tel individu pouvait devenir secrétaire entre 20 et 30 ans et le demeurer sa vie entière (c’est le cas de Bernard Vilot qui demeure 40 ans au même poste) alors que tel autre pouvait changer de charge au sein d’un même métier : de galopin de cuisine qu’il était, Renaud Gervais devient queux en mars 1456 au moins. De façon générale, l’âge nécessaire pour l’obtention d’un office était très variable. Il dépendait du statut social, de l’âge auquel on entrait dans l’Hôtel, de l’entregent, etc. L’indigence des sources ne permet malheureusement pas d’aller plus avant sur ce sujet. Elles autorisent en revanche un développement assez complet quant à la longévité dans l’office et au sein de l’Hôtel.

  • 122 Je n’ai pas tenu compte de ceux que l’on voit figurer seulement quelques jours.
  • 123 En réalité, 285, mais j’ai écarté ici ceux pour lesquels date de première et de dernière apparitio (...)
  • 124 À noter qu’ils sont près de 70, soit 30 %, à conserver leur charge plus de 10 ans, ce qui correspo (...)
  • 125 Ibid., p. 341.

175Une première estimation – portant sur les officiers dont les dates de première et de dernière apparition sont différentes – peut être faite à l’échelle du siècle. La vue générale qui en résulte permet de distinguer les offices les plus longuement occupés de ceux qui retiennent peu de temps leurs détenteurs. Aux deux extrémités, on trouve ainsi les médecins qui, en moyenne, restent au service du prince 16 ans et 4 mois tandis que le barillier ou le porteur figurent seulement un mois dans les listes122. Aussi intéressants soient-ils, ces chiffres ne tiennent pas compte d’une donnée essentielle : le nombre d’officiers recensés pour un même office. Or, l’indication du nombre d’officiers permet de mieux mesurer la valeur de la moyenne calculée. En effet, plus leur nombre est important, et plus la moyenne est fiable. L’exemple des chambellans est en cela on ne peut plus significatif : 230 sur un siècle123, ils occupent en moyenne leur office 6 ans et 7 mois, avec deux records de longévité détenus respectivement par Raoul de Gaucourt* (40 ans) et François de L’Hôpital* (32 ans)124. À l’inverse, plus le nombre d’officiers est infime, plus il risque de fausser la durée moyenne d’occupation de l’office. Ainsi en est-il des sauciers au nombre de quatre sur le siècle et pour lesquels l’écart-type est élevé : les durées d’occupation s’échelonnent entre 2 mois (Jean Richart) et 31 ans et 5 mois (Jean d’Allemer dit Toutneuf), ce qui rend difficile toute interprétation. Si, dans le cas des offices subalternes, un tel cas de figure est courant, il l’est beaucoup moins dans celui des offices à responsabilité où le duc tenait à garder leurs détenteurs s’ils donnaient satisfaction125. Médecins et chanceliers sont de ceux-là. Bien que n’étant respectivement que sept et six, ils occupent leur poste en moyenne 16 ans et 4 mois pour les premiers, et 11 ans et 7 mois pour les seconds avec un faible écart-type au contraire des sauciers. On l’aura compris : la durée moyenne de longévité est à considérer avec précaution et toute analyse doit tenir compte des exceptions et des situations particulières.

176Il est possible d’affiner ces premiers résultats par principats, sans tenir compte des années de captivité de Charles. En retenant une dizaine d’offices que, d’une liste à l’autre, on retrouve constamment dans le groupe de tête, j’ai distingué dans le tableau ci-après trois séquences correspondant aux périodes d’activité de Louis Ier, Charles et Louis II.

Tableau 9. Durée moyenne d’occupation d’un des dix offices retenus

Tableau 9. Durée moyenne d’occupation d’un des dix offices retenus
  • 126 O. Mattéoni, « La durée d’occupation des offices » dans Servir le prince..., p. 339-348.

177La comparaison entre la première et la troisième période laisse apparaître pour la plupart des offices (8/10) un accroissement de la durée moyenne d’occupation. Le cas le plus manifeste est celui des écuyers d’écurie dont la longévité est 2,3 fois plus grande en 1483-1498 qu’en 1389-1407. L’allongement des durées d’occupation des offices à la fin du Moyen Âge est par conséquent une nouvelle fois affirmé. Plutôt que de répéter ce que Jean Kerhervé et Olivier Mattéoni126 ont déjà très bien démontré à ce sujet, j’ai choisi de m’intéresser aux seuls officiers de bouche que sont ici les échansons, panetiers, écuyers tranchants et queux. La durée moyenne de maintien en charge des trois premiers varie peu. Courte car inférieure à cinq ans au début du siècle, elle reste courte à la fin du même siècle. Le cas des queux ayant officié lors du principat de Charles est l’exemple type du manque de fiabilité d’une moyenne calculée à partir d’un nombre infime de titulaires. En effet, quel crédit accorder à un chiffre qui inclut un serviteur attesté sur 40 ans ? Ou bien il s’agit d’une erreur dans la transcription des sources, ou alors Renaud Gervais était un chef d’exception que la Maison d’Orléans tenait à garder.

178Afin d’étudier d’encore plus près le phénomène, j’ai isolé un seul de ces offices, celui d’écuyer d’écurie, et j’ai constitué deux tableaux correspondant aux deux principats extrêmes, ceux de Louis Ier et de Louis IL On trouvera sur un même tableau les dates de première et de dernière apparition de l’office retenu, les autres charges par lui occupées lors de sa carrière au service du duc (ce qui permet d’apprécier son parcours) et, pour terminer, le temps passé dans l’Hôtel des d’Orléans.

Tableau 10. Les écuyers d’écurie au service de Louis Ier

Tableau 10. Les écuyers d’écurie au service de Louis Ier

Tableau 10. Les écuyers d’écurie…(suite)

Tableau 10. Les écuyers d’écurie…(suite)

Tableau 11. Les écuyers d’écurie au service de Louis II

Tableau 11. Les écuyers d’écurie au service de Louis II

179Si l’on excepte ceux qui ne sont restés que quelques mois au service des ducs d’Orléans (de dix sous Louis Ier, ils ne sont plus qu’un sous Louis II), les écuyers d’écurie demeurent assez longtemps au service ducal : 50 % passent plus de cinq ans aux côtés de Louis Ier et 80 % auprès de Louis II. Il semblerait qu’il n’y ait pas que la stabilité dans l’office qui s’accroît en cette fin de xve siècle. La stabilité au service d’un même prince est également en hausse. Le tableau 10, portant sur un plus grand nombre d’officiers (44) que le tableau 11 (10), permet d’étudier le parcours des écuyers d’écurie ducaux de façon plus détaillée.

  • 127 Il est fréquent sous Louis Ier de trouver les deux titres portés indistinctement par un même offic (...)
  • 128 Il est qualifié pour la première fois de « conseiller, chambellan et premier escuyer d’ecurie » en (...)

180Avant de devenir écuyers d’écurie, les officiers pour lesquels on connaît le poste occupé sont principalement des officiers de bouche (quatre échansons, deux écuyers tranchants, un panetier), sept sur huit cumulent l’office d’écuyer de corps avec celui d’écuyer d’écurie127, et trois connaissent une promotion remarquable en devenant ensuite chambellan. Il en va de même pour deux d’entre eux dans le tableau 11, ce qui fait de l’office d’écuyer d’écurie un office tremplin au sein d’une carrière. Le tableau 11 se singularise par l’absence d’office occupé avant celui d’écuyer d’écurie. Ces hommes auraient-ils été au service de Marie de Clèves avant de passer au service de son fils ? Il n’en est rien. Aucun d’entre eux ne figure parmi les serviteurs de la duchesse avant 1483. Ce sont par conséquent tous des hommes nouveaux, à l’exception de François de Guierlay*. Son parcours mérite que l’on s’y arrête. Né vers 1442, il fait ses premiers pas à la cour d’Orléans comme page dès 1456. Peu avant la mort de Charles, il apparaît comme écuyer d’écurie ducal. Marie de Clèves le maintient à ce même poste au service du jeune Louis II. Il y reste jusqu’en septembre 1497. Sa fidélité à la Maison d’Orléans a payé : il est alors qualifié de premier écuyer d’écurie et ce, depuis que Louis II a évincé sa mère du pouvoir. Sa fidélité, mais également la présence au sein de l’entourage princier d’un parent supposé (son père ?), cité comme chambellan en 1462, et le mariage contracté en 1470 avec la sœur d’Antoine de Cugnac, maître d’Hôtel ducal, expliquent une ascension, certes lente, mais continue, et qui finit par le hisser au poste de chambellan à la veille de l’accession au trône de Louis II128. Son avenir dans les hautes sphères du pouvoir est dès lors assuré.

  • 129 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 279.
  • 130 Certains clercs ont occupé plusieurs offices, ce qui explique un total supérieur (76) à celui (49) (...)

181Statut social. — À l’image des serviteurs de l’État qui, « dans leur masse étaient désormais des laïcs »129, le monde de l’Hôtel est essentiellement un monde de laïcs. Il y a certes quelques clercs, mais ils constituent un peu moins de 3 % du corpus. Néanmoins, il est intéressant de détailler dans le tableau ci-après les offices qu’ils détiennent130 :

Tableau 12. Répartition des clercs par office (XVe siècle)

Personnel ecclésiastique

- aumônier

8

- chapelain

13

- clerc de chapelle

7

- confesseur

7

- divers

2

Sous-total

37 (49 %)

Personnel financier

- argentier

1

- divers

8

Sous-total

9(12 %)

Personnel administratif

- chancelier

1

- clerc d’office

8

- maître des requêtes

4

- secrétaire

7

Sous-total

20 (26 %)

Autres

- chambellan

1

- médecin et physicien

3

- précepteur

1

- divers

5

Sous-total

10(13 %)

Total

76

  • 131 Il n’est pas indiqué expressément qu’il ait été clerc, mais d'après Anne-Marie Legras, spécialiste (...)

182De toute évidence, les offices occupés sont en rapport avec l’état de clerc et leurs dispositions à l’étude. Près de la moitié d’entre eux se consacrent au service religieux, un quart sont préposés aux écritures, et 12 % manipulent l’argent ducal. Parmi les “autres”, je distinguerai l’unique chambellan mentionné. Il s’agit de Rodrigo de Luna*, hospitalier, « neveu de nostre Saint Pere le pape », que Louis Ier agrège à son Hôtel lors de sa visite à Benoît XIII en 1403131. Eu égard à la condition de son oncle, il ne pouvait pas faire moins que de le nommer au rang de chambellan. En l’occurrence, il s’agit d’une nomination à caractère purement diplomatique et, par conséquent, à valeur strictement honorifique.

  • 132 F. Autrand, « Noblesse ancienne et nouvelle noblesse... », p. 632.
  • 133 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 56.

183Pour le reste, le milieu est partagé entre nobles et non-nobles, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait « qu’en ces premières années du xve siècle et pour longtemps encore, il n’y a que des nobles et des non-nobles »132. Plus surprenante est l’ampleur de la baisse du nombre de nobles au sein de l’Hôtel entre la première et la deuxième moitié du xve siècle (graphique 3) : ils diminuent de moitié au profit des roturiers. Certes, le pourcentage de nobles a diminué au cours du siècle, mais pas dans d’aussi larges proportions133. Plusieurs explications peuvent être avancées pour tenter de comprendre une telle évolution : d’abord, le fait que l’Hôtel de Louis Ier est numériquement plus important et que cette importance joue en faveur d’un groupe d’hommes très courtisés durant ces années de crise ; ensuite, une ouverture notable de l’Hôtel à d’autres couches de la société au cours du siècle ; enfin, des sources différentes entre le début et la fin de la période. La sur-représentation nobiliaire en début de siècle pourrait s’expliquer par la nature des sources exploitées qui, essentiellement individuelles, concernent ainsi surtout les offices dits supérieurs (chambellan, maître d’Hôtel, etc.). À l’inverse, à partir des années 1450, les documents individuels se raréfient tandis que les listes collectives se multiplient. Tous les offices y étant représentés, elles donnent une appréciation plus globale et, partant, plus juste de la composition de l’Hôtel. Ces trois explications me paraissent autant recevables les unes que les autres et nullement incompatibles, aussi me garderais-je bien de trancher en faveur de l’une ou de l’autre. La sous-représentation nobiliaire naît de leur addition.

184Si le nombre de nobles enregistre pour l’ensemble de l’Hôtel une baisse marquante entre la première et la deuxième moitié du siècle, qu’en est-il au sein de chaque office ? La proportion de nobles change-t-elle également, et quels sont les offices les plus touchés ? J’ai repris les mêmes dates que celles précédemment retenues (1401, 1451 et 1491) et sélectionné trois offices pour lesquels j’étais sûre que le pourcentage de nobles serait important (chambellan, maître d’Hôtel et écuyer d’écurie). Cela donne les résultats suivants :

Tableau 13. La proportion de nobles par office

Tableau 13. La proportion de nobles par office
  • 134 « Ces chambellans de l’époque bourguignonne sont issus de familles nobles » [A. Uyttebrouck, Le Go (...)
  • 135 Il s’agit du seigneur d’Estellan*, du seigneur de Montmorency* et de Pierre Du Puy, seigneur de Va (...)

185Les maîtres d’Hôtel se caractérisent par leur constance : du début à la fin, ils sont recrutés parmi les nobles. Pour ce qui est des écuyers d’écurie, les variations sont très faibles et ne permettent pas d’en conclure à une baisse ou à une hausse du pourcentage de nobles. La surprise vient des chambellans. Alors que l’office, à l’instar de ce qui se passait en Brabant134, était attribué quasi exclusivement à des nobles sous Louis Ier, le principat de Louis II semble l’ouvrir aux non-nobles. S’agit-il une fois encore d’un effet d’optique dû à la nature des sources différentes entre les deux principats ? J’ai repris un à un les six cas et trouvé que dans trois cas sur six, l’intéressé, à défaut d’être noble, était qualifié de “seigneur de”135. Cela ne signifie pas forcément qu’ils aient été nobles, mais, si tel est le cas, il n’y aurait désormais plus que trois non-nobles parmi les chambellans, et le pourcentage passerait à 14 %. Chiffre encore bien élevé, mais comme le nombre à partir duquel il a été calculé est inférieur à celui du début du siècle, toute conclusion relative à une ouverture de l’office aux non-nobles s’avérerait hâtive.

  • 136 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 280 et suiv. Bertrand Schnerb constate ainsi (...)
  • 137 Citons le cas de Guyot de Renty* qui, après avoir été écuyer tranchant, est promu chambellan sans (...)
  • 138 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 286-287.

186Parmi les nobles officiant au sein de l’Hôtel, il faut distinguer les écuyers des chevaliers. Le graphique 3 illustre parfaitement « l’inexorable déclin de la chevalerie au cours du xve siècle »136. Si la proportion d’écuyers qui deviennent chevaliers augmente (preuve que la chevalerie attire toujours comme dignité propre à renforcer le prestige social), le pourcentage de chevaliers décroît. L’exemple des chambellans illustre parfaitement ce phénomène. Alors qu’ils sont 85 % à être chevaliers sous Louis Ier – soit dès leur entrée en fonction, soit au moment de leur nomination, l’adoubement allant de pair, à de rares exceptions près137, avec la promotion au sein de l’Hôtel –, ce pourcentage tombe à 42 % dans la deuxième moitié du siècle. Est-ce à dire que les chambellans de Charles et de Louis II sont moins prestigieux que ceux de leur ancêtre ? Les seuls noms de Georges de Sully*, de François Brézille* ou encore de Louis de Pons* infirment cette hypothèse. L’Hôtel est à l’image de la société : si la chevalerie, « même ou parce que raréfiée, persiste à être prise au sérieux »138, l’entrée en chevalerie n’est plus une condition sine qua non pour être ou devenir chambellan.

Graphique 3. Statut social (xve siècle)

Graphique 3. Statut social (xve siècle)
  • 139 RSD, Chronique, III, livre XXIII, chap. XVI.
  • 140 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 385.
  • 141 À moins d’avoir la chance, comme Monique Sommé, de disposer des écrous des allées et venues « où s (...)
  • 142 Il relève ainsi que « les Jouvenel sont d’origine champenoise, troyenne plus exactement, mais sont (...)
  • 143 Un Normand par exemple recherche probablement davantage à acheter des terres non loin de son lieu (...)

187Origine géographique. — Il arrive parfois que les sources déclinent l’identité régionale d’un individu. Michel Pintoin nous apprend ainsi que Robert de Braquemont* était « chevalier normand »139, et Guillaume Du Chastel* apparaît comme un « escuier du païs de Bretaigne »140 dans un document comptable. Toutefois, les cas où l’origine géographique est précisée sont extrêmement rares. À défaut, le chercheur la détermine à partir de la mention de “seigneur de”141. Cela suppose que le serviteur soit propriétaire, ce qui limite les résultats aux membres de la noblesse et aux officiers suffisamment riches pour s’être portés acquéreurs de terres. De plus, cela peut laisser une grande marge d’erreur, l’origine et l’implantation géographique pouvant être différentes comme le souligne Pierre-Roger Gaussin142. Ces réserves faites, j’ai pu identifier l’origine géographique de 273 officiers sur 1 700, soit un peu moins d’un cinquième du corpus considéré – échantillonnage certes restreint mais qui permet néanmoins de se faire une idée de l’origine des serviteurs des ducs d’Orléans143, ou du moins de ceux de Louis Ier et de Charles, les données recueillies pour le principat de Louis II étant insuffisantes pour faire l’objet d’une analyse.

  • 144 Le tableau 14 qui constitue le support de cette analyse cartographique a été placé à l’issue du co (...)

188Les origines géographiques des personnes recensées ont tout d’abord été regroupées selon une dizaine de grands ensembles régionaux communément utilisés pour subdiviser le royaume de France à la fin du Moyen Âge144. Cela m’a permis de cartographier les données correspondant au principat de Louis Ier et à celui de Charles à son retour de captivité (cartes 1 et 2). Bien que les effectifs soient cinq fois moins importants pour le principat de Charles, il m’a cependant semblé riche d’enseignements de considérer les deux cartes en parallèle pour mieux faire ressortir similitudes et différences. En regard, j’ai représenté les possessions territoriales des ducs d’Orléans (carte 3). La comparaison entre ces trois figurations est intéressante à plus d’un titre. Elle permet ainsi de s’interroger sur les stratégies spatiales de recrutement : ce dernier était-il ou non local ?

Cartes 1 et 2. Origine géographique des serviteurs de l’Hôtel des ducs d’Orléans

Carte 3. Possessions territoriales des ducs d’Orléans

  • 145 Voir la première partie de la thèse d’Olivier Mattéoni, ainsi que le chapitre VIII de la troisième (...)
  • 146 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 325-337.

189Dans les deux cas, les plus forts contingents se situent au nord de la Loire (85 % sous Louis Ier et 79 % sous Charles) alors que peu d’hommes viennent des régions méridionales. Ce phénomène n’a rien d’exceptionnel : il en irait de même à la cour du roi par exemple. De manière comparable, seuls quelques serviteurs sont issus des régions excentrées, tel le Dauphiné, ou de principautés homogènes, comme le Bourbonnais145 ou la principauté berrichonne146. Le prince y est suffisamment puissant, sa cour a un degré d’attraction suffisamment fort pour retenir les hommes à la recherche d’un office. Plus remarquable est la proportion d’étrangers qui faisaient partie de l’Hôtel des d’Orléans. Leur nombre relativement important résulte du mariage de Louis Ier avec Valentine Visconti, et de la politique extérieure conduite par les princes d’Orléans. On notera cependant que leur origine diffère d’un principat à l’autre : si le Saint-Empire romain germanique était aussi présent que l’Italie sous Louis Ier, seule cette dernière se maintient sous Charles.

  • 147 À ce sujet, on lira avec intérêt le chapitre intitulé « Le rôle de l’Allemagne dans la politique d (...)
  • 148 C. Gauvard, La France au Moyen Âge..., p. 457.

190La politique d’alliances avec les seigneurs allemands est en effet spécifique au principat de Louis Ier qui, dans sa lutte avec la Maison de Bourgogne, veut par tous les moyens contrarier les desseins de son oncle, Philippe le Hardi, puis de son cousin, Jean sans Peur147. Ainsi s’explique la « trentaine de pactes [scellés par Louis Ier] dans les zones traditionnellement bourguignonnes de l’Empire »148. Prenons comme exemple l’alliance signée en mars 1398 avec Huart d’Autels* que Louis Ier retient comme :

  • 149 BNF, nouv. acq. fr. 20027 : 171.

« Nostre chambellan et conseillier feal et especial a la pension annele de cinq cens livres tournois par chascun an [...], pour laquele pension ledit messire Hubert est devenuz nostre homme lige et nous a fait foy et hommage et a promis de nous servir envers tous et contre tous, exeptez seulement tres haulx et tres puissans princes Wenceslas, par la grace de Dieu roy des romains et de Behaigne, et Joce, marquis de Morave »149.

  • 150 Guillaume Cousinot, Chronique..., p. 114 et RSD, Chronique, III, livre XXVIII, chap. XXX.
  • 151 On retrouve de nombreux partisans de Louis Ier parmi les baillis et sénéchaux du règne de Charles (...)

191Si le duc recherchait des alliés parmi les grands de l’Empire, il recruta également de plus petites gens tel cet « escuier aimant » qui, lors de la nuit de la Saint-Clément, « se gicta [sur le corps de son maître], cuidant le garantir »150. Charles ne pouvait prétendre à de semblables alliances. Et puis, la Bourgogne et son duc n’étaient plus l’ennemi qu’ils avaient été du temps de son père. Par contre, les intérêts des d’Orléans en Italie demeuraient. Á la suite de l’expédition de 1447, quelques Italiens, tels les Damien père et fils, suivent Charles à son départ d’Asti : on les retrouve à sa cour désormais installée à Blois. Ainsi replié sur ses terres, le duc engage à son service 41 % d’hommes issus des pays de Loire. Ce recrutement, majoritairement local, contraste avec celui pratiqué par Louis Ier. Jamais celui-ci n’a agi comme un prince territorial. En achetant des terres éloignées de sa principauté et en obtenant pour ses gens des offices locaux au service du roi151, il visait moins à constituer une principauté homogène qu’à quadriller l’ensemble du royaume afin de pouvoir mieux le contrôler.

  • 152 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 130.

192La forte représentation des régions côtières que sont la Normandie, la Bretagne et le Nord constitue une autre singularité du principat de Louis Ier. À elles seules, ces trois régions fournissent 45 % des serviteurs de l’Hôtel des d’Orléans, soit près de la moitié. On peut penser que des hommes dont les terres étaient directement menacées par une nouvelle invasion anglaise se tournèrent vers celui qui représentait alors « l’avocat le plus acharné d’une politique belliqueuse envers l’Angleterre »152. Il faut néanmoins affiner cette explication en fonction des régions considérées.

  • 153 F. Autrand, Charles VI..., p. 388.
  • 154 Cet héritage lui valut également des terres dans les vicomtés de Caen, Falaise, Vire et Auge [E. J (...)
  • 155 On trouvera la transcription des lettres d’alliance dans M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal... (...)
  • 156 « Dès lors, le duc d’Orléans compte de nombreux fidèles dans ces régions » [E. Jarry, La Vie polit (...)
  • 157 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 2, p. 156.
  • 158 A. Demurger, « Guerre civile... », p. 236.
  • 159 Ibid., p. 236. Michel Pintoin date son exécution de 1412, die januarii decima sexta [RSD, Chroniqu (...)
  • 160 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 229.

193Il n’est guère surprenant de trouver ainsi 26 % de Normands dans l’Hôtel de Louis Ier puisque ce dernier possédait non seulement le comté de Dreux, concédé par son frère en 1401153, mais également d’importants domaines tels que la vicomté de Saint-Sauveur-Lendelin échu à la duchesse Blanche d’Orléans à la mort de son père, Charles de Navarre, et dont Louis Ier hérita en 1393154. Ce n’est pas la seule explication. En effet, il n’y avait en Normandie aucun prince assez important pour retenir des hommes à la recherche d’un patron. Ils allèrent donc chercher place et si possible fortune auprès de la principale figure politique du moment, le frère du roi. Il semblerait que, dans le cas de la Bretagne, ce soit l’alliance conclue en octobre 1397 entre Louis d’Orléans et Olivier de Clisson155 qui suscita l’entrée de nombreux Bretons au sein de l’Hôtel156. Quant au Nord, il faut distinguer entre l’Artois et la Flandre, déjà bourguignonnes, et la Picardie qui le devient partiellement à l’occasion du traité d’Arras, le roi de France conservant la partie méridionale de la région. On comprend donc que dans ce groupe la majorité soit d’origine picarde ; pour les autres, les conséquences purent être dramatiques. Citons l’exemple de Mansart Du Bos*, « chevalier de Picardie »157, dont la seigneurie d’Ignaucourt faisait un vassal de Jean sans Peur158. « Farouche capitaine armagnac, il fut pris à Saint-Cloud en novembre 1411 et décapité aux Halles sur l’ordre du duc de Bourgogne “pour ce que icellui messire Mansart estoit son homme lige, et ce nonobstant l’avoit défié” »159. Véritable acte de trahison condamné comme il se devait, il prouve que « l’hommage était toujours chose sérieuse »160.

Tableau 14. Origine géographique des serviteurs des ducs d’Orléans (statistiques détaillées)

Tableau 14. Origine géographique des serviteurs des ducs d’Orléans (statistiques détaillées)

194Niveau de culture / formation intellectuelle. — Une distinction lettrés / illettrés à partir des seuls titres et grades universitaires ne suffit pas pour refléter la réalité culturelle de l’Hôtel. Il faut en fait différencier deux groupes. Au sein du premier, il convient de distinguer les officiers pour lesquels titres et grades sont précisés de ceux, non détenteurs d’un titre, mais dont l’appartenance à une société littéraire ou la possession de manuscrits peut laisser croire qu’ils possèdent une certaine culture. Le second groupe réunit tous les serviteurs de l’Hôtel pour lesquels aucune indication n’a pu être trouvée, soit la majorité. Je m’essayerai cependant à formuler quelques hypothèses quant à leur formation et à leur niveau d’instruction.

195Le premier groupe comprend les gradués qui ont obtenu un titre auprès d’une université (baccalauréat, licence ou doctorat), ainsi que les simples maîtres, détenteurs d’un peu de culture acquise dans une institution d’enseignement ou ailleurs, et dont les connaissances ont parfois été sanctionnées par un diplôme (maîtres ès arts ou en théologie). Au total, 131 serviteurs ducaux, soit 7,7 % de l’Hôtel. Parmi eux, 12 % sont licenciés ès lois, 6 % maîtres ès arts ou en théologie et 72 % sont de simples maîtres. Bien que largement majoritaire, le seul titre de maître est trop imprécis pour donner lieu à une étude statistique. En revanche, celui de licencié ès lois correspond à une réalité universitaire justifiant une répartition graphique par office :

Graphique 4. Les serviteurs licenciés ès lois

Graphique 4. Les serviteurs licenciés ès lois
  • 161 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 89. Jacques Verger consta (...)
  • 162 F. Autrand, Charles VI..., p. 375-376. Pour davantage de précisions sur les prémices de l’humanism (...)
  • 163 N. Gorochov, Le Collège de Navarre..., p. 671-672.

196À partir de cette représentation figurée, j’ai isolé les trois offices comportant le plus fort pourcentage de légistes et, pour chacun d’eux, distingué les disciplines étudiées (graphique 5). La comparaison entre les deux graphiques est riche d’enseignements. Alors que la place des légistes demeure prépondérante parmi les chanceliers (55 %) et les maîtres des requêtes (56 %), elle est noyée dans la catégorie “autres” chez les secrétaires qui, pour l’essentiel (90 %), n’ont d’autre titre que celui de maître. D’après Pierre Cockshaw, « la possession d’un titre universitaire n’étant pas exigée des secrétaires de la chancellerie, le titre de maître qui précède leur nom dans les comptes, les acquits ou les chartes ne doit pas être compris comme indiquant la possession d’un titre universitaire mais bien comme un titre honorifique »161. En bref, peu de secrétaires passaient par l’université, ce qui favorisa dans les dernières années du xive siècle la formation d’un premier cercle d’humanistes français autour de Louis Ier162. Quel meilleur exemple que celui de Jean de Montreuil devenu secrétaire ducal dans les années 1389-1391 sans avoir passé aucun grade163 ?

  • 164 G. Bailhache, « Les maîtres des requêtes de l’hôtel du roi... ». À compléter avec F. Lot et R. Faw (...)

197Alors que les disciplines étudiées se comprennent aisément dans le cas des chanceliers et des secrétaires, il est un pourcentage a priori surprenant. Il s’agit des 6 % de maîtres des requêtes docteurs en théologie. En l’occurrence, ce “pourcentage” ne correspond qu’à un seul individu : Jean de Morave, conseiller et maître des requêtes de Louis Ier. Également chanoine, probablement diplômé en droit canon, il met tout naturellement en avant le grade le plus prestigieux qu’il a obtenu. Cela n’en rend que plus important l’office et son détenteur. De façon générale, ne devenaient maîtres des requêtes de l’Hôtel que des personnages ayant une bonne, voire une très bonne formation juridique. Intermédiaires obligés entre le plaignant ou solliciteur et le prince, ils avaient pour tâche d’instruire les affaires, de les mettre en état puis d’en faire rapport devant le conseil, d’où des compétences requises en de nombreux domaines, ce qui peut expliquer des études poussées164.

Graphique 5. Titres et grades par office

Graphique 5. Titres et grades par office
  • 165 J. Huizinga, Herfsttij der Middeleeuwen, Haarlem, éd. 1969, p. 115-116 (la phrase est omise dans l (...)
  • 166 Dès 1982, dans l’introduction du premier volume de La Cour amoureuse, puis dans de nombreux articl (...)
  • 167 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, p. 4.

198Parmi les non-détenteurs du titre de maître ou d’un grade universitaire, un nombre indéterminé témoigne d’un certain savoir, c’est pourquoi je les ai associés au même groupe que les serviteurs précédemment étudiés. La question reste cependant entière : comment appréhender leur niveau culturel ? Par l’appartenance à une société littéraire telle la Cour amoureuse ? Présentée longtemps comme un « beau salon littéraire »165 riche de 950 membres, « l’amoureuse assemblée », fondée en 1401 à l’initiative de Louis de Bourbon et de Philippe le Hardi, répond davantage, comme l’ont maintes fois démontré Caria Bozzolo et Hélène Loyau166, à un dessein politique qu’à un rassemblement des plus belles plumes que comptait le royaume de France. Les princes y faisaient entrer avant tout leurs clients, quel que soit leur niveau de culture. De fait, ce dernier nous est inconnu pour la plupart des membres, et on peut même se demander si certains savaient lire et écrire... Le nombre des partisans des ducs d’Orléans s’élève à 54, soit à peine 6 % de l’ensemble de la Cour amoureuse. Ce très faible pourcentage peut s’expliquer par la conjoncture politique. Dès 1401 en effet, les relations entre l’oncle bourguignon et son neveu Orléanais n’étaient pas des meilleures – une première confrontation est évitée de justesse entre leurs deux armées à la fin de l’année – et si Louis Ier d’Orléans, entouré de quelques fidèles serviteurs, est convié à figurer dans les rangs de l’institution à ses débuts, les troubles politiques qui suivirent eurent des répercussions sur sa composition : « Les derniers membres à entrer dans l’association ne sont que des créatures bourguignonnes »167.

  • 168 Guillaume Maigret, Jean Boutier, Macé Héron et Raoul de Justines sont qualifiés de maîtres ; Miche (...)
  • 169 Gadifer de La Salle*, Guillaume de Tignonville*, Hector de Chartres*, Jean de Châteaumorand* et Re (...)
  • 170 Voir T. Lassabatère, La Cité des Hommes. La vision politique d’Eustache Deschamps, Thèse de doctor (...)
  • 171 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., II-III, notice 681, p. 165.
  • 172 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 93, η. 1.
  • 173 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 263.
  • 174 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 219.
  • 175 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 198, p. 137.

199Avec toutes les réserves possibles, il est cependant intéressant d’étudier le profil des 54 Orléanais admis à la Cour amoureuse. Parmi eux, peu de détenteurs d’un titre. Ils ne sont que six à être maîtres ou bien gradués de l’université168. Les 48 autres devaient avoir, soit un niveau culturel jugé satisfaisant, soit, plus probablement, une surface sociale suffisamment importante pour faire partie du cénacle. Ainsi en est-il pour sept d’entre eux qui cumulent l’un et l’autre. Chancelier (Guillaune Cousinot), maître d’Hôtel (Eustache Deschamps) ou bien chambellans169 au sein de l’Hôtel des d’Orléans, ils ont tous laissé une œuvre littéraire importante. L’exemple le plus célèbre est celui d’Eustache Deschamps, maître d’Hôtel ducal et auteur de plus de 80 000 vers170. En revanche, si Renaud de Trie* est un personnage notoire, on connaît fort peu de choses ayant trait à son activité proprement littéraire. Caria Bozzolo et Hélène Loyau n’ayant pu l’identifier avec certitude171, elles n’ont pas jugé bon de reporter la mention qui fait de lui l’un des auteurs du Livre des cent ballades172. Quant à Gadifer de La Salle*, le mystère demeure au sujet de la composition du Canarien. En fut-il ou non l’auteur ? Pour Philippe Contamine, ce ne serait pas lui mais son compagnon de (més)aventures, Jean de Béthencourt, qui aurait tenu la plume173. À l’inverse, le Dictionnaire des lettres françaises attribue à Gadifer la paternité de l’œuvre174. Maurice Keen, Caria Bozzolo et Hélène Loyau sont plus prudents en ne tranchant en faveur ni de l’un, ni de l’autre175. Cette dernière position me semble la plus raisonnable. En effet, si bien des éléments penchent en faveur d’une rédaction par Gadifer, ou du moins par son chapelain – Gadifer connaissait mieux que Jean les diverses péripéties de la conquête puisqu’il en fut l’instigateur et qu’il resta sur place tandis que Jean partait chercher de l’aide auprès du roi de Castille-, aucun élément réellement déterminant ne peut confirmer cette hypothèse.

  • 176 Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, p. 619, p. 711 et p. 733.

200S’il ne fait pas de doute que ces personnages appartenaient au monde des lettres, peut-on en dire autant des autres « amoureux sujets » Orléanais ? Assurément dans le cas de ceux que l’on compte parmi les 24 ministres collaborateurs du « Prince de la baillie d’amours ». Probablement pour une partie des autres membres, mais pour combien ? Il faut s’y résoudre : on ne peut pas se prononcer sur le niveau de culture de l’ensemble. L’appartenance à la Cour amoureuse relève de la stratégie politique des Grands qui cherchent à placer leurs fidèles dans toutes les institutions de l’époque plutôt qu’elle n’est un indicateur culturel. Le nombre d’auteurs d’œuvres littéraires, qu’ils aient ou non appartenu à la Cour amoureuse, s’avère au total plus fiable. J’en ai recensé 33, dont les sept mentionnés plus haut (Gadifer de La Salle*, Guillaume de Tignonville*, Hector de Chartres*, etc.). Chiffre modeste mais au moins représentatif d’une certaine culture, même si tous n’ont pas laissé une œuvre qui fera date. La plupart d’entre eux, tel l’écuyer d’écurie Simonet Cailleau, n’ont écrit que quelques poèmes lors de concours de poésie organisés à Blois par Charles176. De tout cela, n’allons pas conclure que l’Hôtel était majoritairement composé d’illettrés. Les signatures relevées au bas des documents individuels permettent d’évaluer, sinon la culture des serviteurs des d’Orléans, du moins leur taux d’alphabétisation.

  • 177 P. Contamine, « L’écrit et l'oral en France à la fin du Moyen Âge... », p. 108. Claudine Billot pe (...)
  • 178 E. Gonzalez, Les Chambellans des ducs Louis et Charles d'Orléans..., I, p. 61. Hervé Martin arrive (...)
  • 179 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 261.

201« L’un des moyens d’appréhender l’instruction des gens, à son niveau le plus élémentaire, est de relever et d’examiner leurs seings manuels »177. Sur 1 700 officiers, j’ai pu relever 424 signatures différentes et identifier 53 individus qui, sans avoir laissé de trace autographe, savaient de toute évidence écrire ; l’ensemble représente 28 % du corpus. On est loin des 60 % pour les seuls chambellans de Louis Ier et de Charles avant 1420178. À cela deux raisons. La première est que le calcul portait alors sur un office supérieur détenu pour l’essentiel par des nobles. Or, beaucoup de nobles « possédaient pour le moins une instruction élémentaire : ils avaient appris quelques rudiments de latin, ils savaient lire, écrire, compter »179. Désormais, c’est l’ensemble des serviteurs qui est pris en compte, de l’office le plus important à l’office le moindre. La seconde tient une fois encore à la disproportion des sources entre le début et la fin du siècle. Alors que sous le principat de Louis Ier les quittances signées foisonnent, elles se font rares passé le milieu du siècle.

  • 180 Voir « Le livre dans les testaments » dans D. Courtemanche, Œuvrer pour la postérité..., p. 170-17 (...)
  • 181 Yves, seigneur de Vieuxpont*, disposait de 16 livres dans son château de Chailloué en Normandie [C (...)

202La possession de livres constitue un autre moyen pour saisir le niveau de culture des serviteurs de l’Hôtel. Un dépouillement systématique des inventaires conservés ou des legs testamentaires de manuscrits180 permettrait de se faire une idée de l’importance de la culture écrite au sein de l’Hôtel. Les officiers possédaient-ils des livres et, si oui, en quelle quantité181 ? Quels étaient leurs genres littéraires de prédilection ? Ces livres circulaient-ils au sein du groupe ? Le duc en donnait-il à ses serviteurs ? Ces derniers lui en offraient-ils à leur tour ? Bref, quelle était la place de l’objet livre au sein de l’Hôtel ? Cette piste des plus intéressantes reste à suivre car, pour l’instant, je n’ai relevé que quelques exemples tel celui de Guillaume de Tignonville* qui rend quittance de 90 francs en juin 1396

  • 182 ADL, 6J8 : 144.

« pour cause de deux livres qu’il [le duc] avoit fait prendre et recevoir de lui et appelé le Livre des Proprietez et l’autre des Fables de Ysopet »182.

  • 183 Voir F. Autrand, « Culture et mentalités. Les librairies des gens du Parlement... ».
  • 184 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 385.

203Cependant, ne nous berçons pas d’illusions. Les résultats risquent d’être très nettement en deçà de l’enquête menée par Françoise Autrand pour les gens du Parlement de Paris, milieu cultivé par excellence183. Ainsi, parmi les nobles, « les testaments mentionnent rarement des livres et, dans les listes de cadeaux, ils passent après les chevaux, les chiens et les oiseaux »184.

  • 185 J. Verger, Les Gens de savoir..., p. 52-59.
  • 186 Voir D. Alexandre-Bidon, « L’enfant au château » dans Les Enfants au Moyen Âge..., p. 189-195.
  • 187 Cf. F. Autrand, « Naissance illégitime et service de l’État... ».
  • 188 Il apparaît pour la première fois comme maître d’Hôtel de Louis II en juillet 1483.
  • 189 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 188.

204Le second et dernier groupe est constitué des serviteurs dont le niveau culturel nous est totalement inconnu. L’absence de sources à leur sujet ne signifie pas pour autant que tous aient été totalement incultes. D’abord, parce que nombre d’entre eux avaient dû passer par ces petites écoles qui dispensaient les connaissances élémentaires (lecture et écriture), et dont le nombre ne cessait de croître à la fin du Moyen Âge185 ; ensuite, parce que l’Hôtel faisait figure de lieu d’apprentissage pour les enfants confiés par leurs parents au prince dès leur plus jeune âge186. “Nourris” au sein de l’Hôtel, un galopin de cuisine pouvait espérer, tel Renaud Gervais, devenir queux, un valet de chiens, comme Yvonnet Martin, être promu à l’office de veneur, par simple transmission d’un savoir au sein du même métier. Enfants d’honneur et pages, généralement issus de familles nobles, pouvaient prétendre à de plus hautes fonctions encore. Il convient cependant de distinguer parmi eux les enfants légitimes des bâtards187. Alors que les premiers, tels Antoine de Cugnac188 ou François Brézille*, accédaient directement aux plus hautes charges, les seconds devaient gravir les échelons du cursus honorum avant de devenir premier échanson comme Jean de La Trémoïlle, ou fauconnier dans le cas de Louis de Pons* ; Jean de Renty*, bien qu’également enfant naturel, parvint quant à lui à se hisser au rang de chambellan après avoir été successivement page, valet servant et panetier. Il faut reconnaître que le fait d’avoir un frère chambellan ducal ainsi que de nombreux parents supposés au service des d’Orléans dût faciliter son ascension. De façon générale, l’appartenance à une famille attestée de longue date dans l’entourage du prince ou la familiarité avec le duc favorisaient l’ascension au sein de l’Hôtel. Charles d’Arbonville cumulait les deux. Fils de Charles d’Arbonville père*, conseiller et chambellan de Charles puis de Marie de Clèves, il est attaché à l’entourage du jeune Louis II en qualité de page dès 1465. Les deux enfants ont alors sensiblement le même âge : « Ainsi se nouait des amitiés durables, à l’origine de mainte prestigieuse carrière »189. Nul doute que celle de Charles d’Arbonville fils ne s’arrêta pas à l’office d’écuyer tranchant, même si les sources ne le mentionne plus après 1487.

205L’Hôtel constituait donc une famille d’accueil tant pour les nobles que pour les roturiers. Pour les familles, c’était l’un des lieux privilégiés pour placer un, voire plusieurs membres de leur progéniture dont l’éducation était ainsi prise en charge par le prince ; pour le prince, cela permettait de maintenir ou de créer des liens de fidélité espérés indéfectibles.

***

206Si l’Hôtel des ducs d’Orléans est presque entièrement constitué à la mort de Louis Ier, sa structure interne se transforme au cours du xve siècle. La multiplication des fonctions va de pair avec une spécialisation des offices concomitante de la naissance de l’État moderne. Le nombre de serviteurs dépend non seulement des besoins, mais également de la prospérité des chefs de la Maison. Or celle-ci a beaucoup varié au cours du siècle. On ne peut donc que constater ces fluctuations en fonction de la conjoncture et souligner la souplesse de l’institution qui, en sus des serviteurs fixes, dispose d’un volant d’occasionnels recrutés le cas échéant. La quasi-totalité des serviteurs employés sont des hommes, le plus souvent des laïcs, à l’âge difficilement déterminable mais dont la longévité dans l’office est liée à l’importance de ce dernier. Enfin, le faible niveau culturel de la plupart d’entre eux ne paraît pas avoir systématiquement freiné leur progression au sein de l’Hôtel ou l’exercice de leurs fonctions. Reste désormais à étudier la pratique de ces charges dans leur dimension à la fois théorique et concrète.

Notes

1 Notamment à celles qui se trouvent à la BNF, ms. fr. 7852-7855, et aux ordonnances bourguignonnes de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire dont l’édition est en cours sous la direction de Werner Paravicini dans la revue Francia depuis le début des années 1980.

2 J. Chapelot, Le Château de Vincennes..., p. 27.

3 Pierre Kauch les assimile à « ces actes tendant à réformer les abus et à réduire un train de maison plutôt qu’à l’établir » [« L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel... », p. 184]. De même André Uyttebrouck pour qui elles « visent avant tout à mettre fin à la gabegie régnant dans les services du prince, principalement en limitant le nombre de ses officiers » [Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 156]. Leur fréquent renouvellement semble indiquer qu’elles étaient sans doute peu respectées dans la pratique. On pourrait le comprendre comme un signe de leur force puisque ce sont des éléments constitutifs de l’Hôtel. Toutefois leur rapprochement avec les statuts universitaires paraît devoir nuancer cette dernière lecture. En effet, selon Jacques Verger, les statuts universitaires, très nombreux au Moyen Âge, devaient pour être efficaces être publiés régulièrement, mais cette répétition peut attester la popularité de l’idée de réforme ou de réformation : rédiger un statut, c’est exprimer la vision idéale d’une institution ; c’est aussi espérer un retour à une “pureté primitive”, à une restauration intellectuelle, morale, spirituelle... À ce propos, on se reportera avec profit aux travaux de Jacques Verger et notamment à son article « Les statuts des universités françaises au Moyen Âge », dans Les Universités françaises au Moyen Âge, Leyde, Brill, 1995, p. 103-121.

4 Pièce annexe des Mémoires du maître d’Hôtel de Philippe le Bon puis de Charles le Téméraire [Olivier de La Marche, Mémoires, t. IV, p. 1-157].

5 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 1086.

6 Non qu’il n’en ait pas été rédigés comme l’affirme Monique Sommé qui fait de la cour de Bourgogne Tunique émettrice d’états journaliers [Isabelle de Portugal..., p. 223], mais seuls subsistent des écrous des dépenses pour l’Hôtel des d’Orléans [BNF, PO 2160-2165]. Voir la n. 2 de l’introduction.

7 BNF, PO 2158 à 2165 et nouv. acq. fr. 9190 ; Caen, Mancel, ms. 10 ; Rouen, nouv. acq. 1057, no 9.

8 « Dans tous les offices de l’Hôtel on distinguait essentiellement le service du roi, qu’on appelait la Bouche, du service des gens de l’hôtel ou du Commun » [L. Doüet-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel..., p. IV et F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 68].

9 Procédé qui concerne également les aumôniers, échansons, écuyers d’écurie, écuyers d’honneur, écuyers de corps, écuyers de cuisine, écuyers tranchants, fruitiers, panetiers, queux, sommeliers, valets de chambre, valets tranchants et veneurs.

10 C’est le cas des valets de chambre, des valets de pied, des valets servants et des valets tranchants.

11 Le Littré sur CD-Rom et D. Alexandre-Bidon, Les Enfants au Moyen Âge..., p. 190.

12 Simone Abraham-Thisse, qui marque bien la distinction entre marchands et artisans, n’exclut toutefois pas qu’un façonnier joue parfois également le rôle de pourvoyeur de matières premières : « Déjà intermédiaire commercial, le tailleur se fait aussi fournisseur » [« Achats et consommation de draps... », p. 37].

13 Jean Du Vivier s’intitule ainsi « orfevre et varlet de chambre du roy », 1392/04/13 [BNF, PO 2152 : 157] ; Colart de Laon, « paintre et varlet de chambre du roy », 1402/09/30 [BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 424], etc. On notera que leur spécialité figure toujours avant le titre de valet de chambre dans leur titulature. Il en va de même pour l’Hôtel de la reine [M. Thibault, Isabeau de Bavière..., p. 111].

14 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 343-344.

15 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 127 et suiv.

16 A. Page, Vêtir le prince...

17 Colart de Laon est à la fois peintre et valet de chambre du roi et du duc d’Orléans [BL, Add. Ch. 2588].

18 Ainsi de Nicolas Bataille qualifié de « nostre amé varlet de chambre » par Louis Ier dans un mandement ducal daté du 3 mai 1396 [BL, Add. Ch. 2734].

19 R. Cazelles, La Société politique..., p. 305.

20 S. Abraham-Thisse, « Achats et consommation de draps... », p. 27.

21 Ce n’est pas pour autant une règle stricte. Le quinzième compte de Jean Poulain de 1404/10/01-1405/09/30 mentionne ainsi « messire Gauchier de Passac, conseillier et chambellan de monseigneur le duc de Berry, retenu de par monseigneur le duc d’Orleans en son conseiller a M l.t. de pension chascun an si comme il appert par lettres de mondit seigneur sur ce faittes » [AN, KK 267, f° LXVIv].

22 BNF, PO 2162 et nouv. acq. fr. 9190 ; Caen, Mancel, ms. 10.

23 Olivier de La Marche, Mémoires, t. IV, p. 9-10.

24 BNF, PO 2161 : 731, 734, 742 et 768 et PO 2162 : 817 ; Caen, Mancel, ms. 10 : 48, 52, 72 ; Rouen, nouv. acq. 1057, no 9.

25 BNF, PO 2162 : 905, PO 2164 : 970 et nouv. acq. fr. 9190 : 52 ; Caen, ms. 10 : 95, 107, 124, 134.

26 Monique Sommé est amenée au même constat pour l’Hôtel de Bourgogne [Isabelle de Portugal..., p. 239 et p. 369].

27 Les dernières années sont marquées par des attaques de goutte [P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 565] et une vue en baisse nécessitant le port de lunettes : « En la presence de moy, Guillaume de Villebresme, secretaire de monseigneur le duc d’Orleans et de Milan, Jehan Le Moyne dit Le Grant Mercier, a confessé avoir eu et receu de maistre Macé Guernadon, conseiller et tresorier de mondit seigneur le duc, la somme de soixante solz tournois pour deux paires de lunettes a double verre fin et quatre paire de lunettes a verre sangle fin pour mondit seigneur le duc », 1464/04/14 [BNF, PO 3005 : 42].

28 Alors que Louis Ier et Louis II entretinrent une vénerie importante composée d’une douzaine de membres, un seul veneur est attesté pour le principat de Charles après 1440. Il s’agit de Jacques Du Bois.

29 J. Roman, « Comptes des obsèques... », p. 226.

30 Un garde des dromadaires et un garde de l’autruche sont mentionnés dans le compte de 1401-1402 rendu par Martin Gouge, « au nom de feu Jean Gouge, son frere, tresorier general dudit duc de Berry et d’Auvergne » [BNF, ms. fr. 7853].

31 Dès le règne de Charles VI, « la prostitution parisienne et la sorcellerie sont parfaitement intégrées à la vie des hôtels princiers et royaux » [C. Gauvard, « Renommées d’être sorcières... », p. 710].

32 BNF, PO 2165 : 981.

33 J. Rossiaud, La Prostitution médiévale, p. 78.

34 « Il est difficile d’imaginer autour de Charles d’Orléans un plus grand nombre d’apothicaires, de barbiers, de chirurgiens et de médecins » [P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 499].

35 « Il [Jean Cailleau] fut son intime ami et tous deux avaient la passion des livres et des échecs » [ibid., p. 500].

36 BNF, PO 570 : 14.

37 En 1454, il prête hommage lige à Charles pour la prévôté de l’église de Saint-Sauveur de Blois [BNF, PO 570 : 9]. Puis il quitte Blois pour Orléans où il devient doyen de l’église Saint-Aignan, dignité qu’il cumule désormais avec celle de chanoine de Saint-Martin de Tours [E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., p. 376].

38 E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., p. 376.

39 J. Chapelot, Le Château de Vincennes..., p. 27 ; É. Lalou, « Le fonctionnement de l’Hôtel du roi... », p. 147 ; J. Viard, « L’hôtel de Philippe VI... », p. 465.

40 L. Douët-d’Arcq, Comptes de l'Hôtel... ; É. Lalou, Les Comptes sur tablettes de cire...

41 BNF, PO 2160 : 688.

42 Je renvoie par exemple aux ordonnances bourguignonnes mentionnées supra.

43 BNF, PO 2158 : 581.

44 A. Demurger, Temps de crises..., p. 128-130 ; C. J. Given-Wilson, The Royal Household...

45 A. Demurger, Temps de crises..., p. 129.

46 Every residence of every great lord in the Middle Ages had two focal points, the lord s chamber, and the hall. Chamber and hall symbolise the ‘upstairs’ and ‘downstairs’ elements of the householdand often quite literally, for the hall, where the lesser servants congregated, was usually on the ground or first floor, with the chamber at first or second floor level [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 29].

47 « Sous cette rubrique peuvent se ranger tous les services qui s’occupent du logement, de l’habillement, de la nourriture et des déplacements du duc et de sa cour » [A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 161 et p. 186].

48 Ibid., p. 186.

49 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 317.

50 BNF, PO 2161 : 739.

51 Ce principe, inauguré à la cour de France à la fin du xive siècle [F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 70], se développa dans tous les Hôtels princiers de l’époque, qu’ils soient breton [J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 228-230], bourbonnais [O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 148], bourguignon [M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 226-230 et W. Paravicini, « Structure et fonctionnement... », p. 5], etc. Il réduit le service princier à une partie de l’année et instaure un système de rotation limitant le nombre d’officiers présents aux côtés du duc.

52 « A Jehanne la Folle, pouvre fille de joye, la somme de soixante douze solz, six deniers tournois que mondit seigneur luy a donnee en la ville de Molins pour s’en aller en sa maison a Paris », cité dans le « roolle de plusieurs parties et sommes de deniers payees [...] de l’ordonnance et commandemant de monseigneur le duc d’Orleans, de Milan, pour le fait de sa tresorerie durant les moys de juillet, aoust et septembre mil CCCC quatre vingt dix sept » [BNF, PO 2165 : 981].

53 Claude Gauvard met l’accent sur « l’extrême porosité des hôtels, largement ouverts aux bas-fonds de la société » [« Les hôtels princiers et le crime... », p. 21-22]. À compléter par J. Rossiaud, La Prostitution médiévale, p. 77 et suiv.

54 Cf. l’article qu’Anne Terroine a consacré à cet office [« Le roi des ribauds de l’Hôtel du roi... »].

55 BL, Add. Ch. 2137.

56 BNF, PO 831, no 18659.

57 BNF, PO 420, no 9418.

58 BNF, PO 2159 : 658.

59 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 224 et A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 218.

60 J. Rossiaud, La Prostitution médiévale, p. 255.

61 1392/10 (compte), « A plusieurs menestrels ausquelx monseigneur [le duc d’Orléans] a donné L frans pour plusieurs esbatements qu’ilz firent en l’ostel de monseigneur le jour que le roy nostre seigneur et messeigneurs les ducs de Berry, de Bourgogne et Bourbon disnerent nagaires en l’ostel de monseigneur » [ADL, 6J3 : 103].

62 À propos de vénerie médiévale, se reporter à l’ouvrage collectif La Chasse au Moyen Age. Actes du colloque de Nice (22-24juin 1979), Paris, Les Belles Lettres, 1980.

63 AN, KK 267, f° IIIIxx Vv-IIIIxx VII.

64 C’est ainsi qu’Alain de Beaumont fils, écuyer tranchant, Eustache de La Houssaye*, chambellan, Gilles de La Motte, panetier, Hue d’Arras, huissier d’armes, Hugues de Coutes, échanson, Jean Poteau, écuyer de cuisine, Jean et Pierre Foucault, échansons, Pierre de Chartres* et Raoul de Maule*, chambellans... disparaissent définitivement de l’Hôtel ducal.

65 Se reporter au graphique 2 où figure la courbe des effectifs de l’Hôtel des d’Orléans.

66 « D’un écrou à l’autre quelques noms peuvent ainsi apparaître et disparaître, ce sont des personnes comptées temporairement dans l’Hôtel » [M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 239].

67 Ce concept de “couronnes concentriques” a largement été développé par Annie Kriegel qui distingue les couronnes extérieures que sont la couronne des électeurs communistes et celle des lecteurs de la presse communiste – couronnes intermédiaires qui relient le parti au monde extérieur –, de la couronne du peuple communiste (les militants) qui elle-même renferme le noyau dur et homogène des permanents, c’est-à-dire des membres de l’appareil [Les Communistes français dans leur premier demi-siècle (1920-1970), Paris, Éd. du Seuil, 1985 (éd. orig. : Paris, 1968)].

68 C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 203.

69 Béatrice Leroy le souligne à propos de l’image du roi dans son article [« Le prince écrivain politique... », p. 102].

70 « L’en doit mettre gens aprins es offices, / En chascun art qui saichent gouverner, / Bons et loiaulx, non apantis et nices [...]. Et qui aient par longue experience / Esté veuz leur fait bien ordonner » [Eustache Deschamps, « Qui ainsi fait, il prant bonne ordenance », Œuvres complètes, I, ball. L, p. 139 (v. 1-3 et 6-7) reprise et commentée dans le florilège constitué sous la direction de J.-P. Boudet et H. Millet, Eustache Deschamps..., p. 179-180 pour la ballade et p. 191 pour le commentaire].

71 « Saiges preudoms ne demande nul gré :/Le bien commun lui souffist et science [...] Qui vertus a et eschive tout vice, / Qui het estat et toute ambicion » [Eustache Deschamps, Œuvres complètes, II, ball. CCXCV, p. 153 (v. 7-8 et 13-14)] et « Sobres en tout, loyaulx et vertueux » [ibid., VII, ball. MCCCCLXXVI, p. 180 (v. 9)]. Olivier de La Marche prédit pareillement à l’honnête officier une amélioration de son état : « Et se le poursuivant se gouverne bien, et qu’il soit trouvé homme de bien et de vertu, il parviendra au noble office de herault » [Mémoires, t. IV, p. 67-68].

72 Voir par exemple Eustache Deschamps, « Vueilliez tousjours telz gens acompaignier », dans Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 206-208.

73 Mandement ducal daté du 31 janvier 1409 [BNF, PO 816 : 3].

74 R. Cazelles, La Société politique..., p. 336-337. La pratique généralisée de la recommandation n’est en effet pas critiquée tant qu’elle permet de recruter des officiers fiables.

75 Les périodes de minorité ont en effet déjà été abordées dans le chapitre II.

76 Voir chapitre II, n. 3.

77 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 523 et 526 ; nouv. acq. fr. 3641 : 544.

78 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 523.

79 BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 544.

80 Différents indices laissent penser que le conseil est alors un organe décisif du gouvernement ducal : le rythme des séances est soutenu (voir graphique 15), plusieurs noms sont cités après celui du duc comme pour venir cautionner ses décisions (cf. le tableau 22 situé p. 387-407 de la thèse manuscrite), et rarissimes sont les résolutions prises par Charles sans qu’il soit fait mention de son conseil. De fait, nombre de mandements attestent non seulement de son rôle consultatif, mais aussi de son pouvoir décisionnel. Denis Mariète, secrétaire et auditeur des comptes de Charles, rend ainsi quittance le 6 septembre 1410 de 60 sous tournois en remboursement des dépenses occasionnées par une mission ordonnée « par le commandement et ordenance de monseigneur le duc et de messeigneurs de son conseil » [BNF, PO 1853 : 25] ; Lyonnel de Braquemont* se voit ordonner le paiement de 25 l.t. en novembre 1412, « laquelle [somme] nous [Charles], par l’advis et deliberacion de nostre conseil, avons ordonné et voulons lui estre baillee sur un voyage ou nous l’envoyons presentement de ceste nostre ville de Blois ou pays de Normendie par devers nostre tres chier et amé cousin le conte d’Alençon pour aucunes choses qui grandement nous touchent » [BL, Add. Ch. 243], etc.

81 Dès 1392 selon Jean Thibault [Orléans à la fin du Moyen Âge..., p. 462], et ce jusqu’à la mort du duc : le 3 décembre 1407, il touche encore 700 l.t. « a cause de XIIc l.t de pension » [BNF, ms.fr. 6210 :332].

82 BNF, ms. fr. 6211 : 691.

83 « Charles [...], comme par noz autres lettres patentes nous avons retenu nostre chier et bien amé Symon Louvel en nostre escuier d’onneur pour nous servir continuelment ou dit office... », 1409/09/05 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 544].

84 Certes, Jean de Moussures* et Simon Louvel touchaient précédemment des « gaiges, droiz, proffiz, livroisons, hostellage et esmolumens a cause de leur dit office », mais ils ne faisaient pas partie du cercle très fermé des pensionnaires ducaux.

85 Tels Guillaume Le Bouteiller*, Guillaume de Braquemont*, Jean de Fontaines*, Pierre de Mornay*... pour ne citer que ceux dont les noms sont les plus fréquemment indiqués au bas des actes rendus par le duc (l’ensemble des mentions fait l’objet des tableaux 22 et 23 de la thèse manuscrite).

86 La présence de Jean Braque n’est attestée que deux fois, les 4 et 5 septembre 1409 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 543, 544], et celle de Jean de Moussures* une seule fois, le 8 décembre 1409 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 549].

87 BL, Add. Ch. 2523.

88 1394/10/12, « Aux archiers de mondit seigneur le duc, IIc frans qui deuz leur estoient pour cause de leurs gages des mois d’aoust et septembre prochains precedans » [BNF, PO 2153 : 184].

89 BNF, PO 2158 : 581.

90 Voir le chapitre « Entourages et clientèles cardinalices » dans B. Guillemain, La Cour pontificale..., p. 251-277.

91 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 86.

92 Caen, Mancel, ms. 11 : 111.

93 BNF, PO 477 : 18.

94 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 73. Pour le développement de cette affaire, se reporter à l’ouvrage de B. Guenée, Un Meurtre, une société... et à l’article de C. Gauvard, « Les hôtels princiers et le crime... ». Cf. également infra chapitre VI.

95 Louis Ier fait donner 10 francs à Denis Canel, « varlet de monseigneur de La Riviere qui a gardé le destrier de monseigneur avec les autres varlets, et lequel varlet servira devers monseigneur de La Riviere », 1389/07 [BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 129] ; Charles mande que soient versées 10 livres tournois à Jean Gaulart, « escuier, serviteur de nostre amé et feal escuier et chambellan le sire de Montpesat, lequel est venu par devers nous nous apporter lettres de par son dit maistre et d’icelles porter la response », 1411/04/30 [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 601] ; Louis II fait payer « a François de La Fosse, serviteur de Guion de Suly, la somme de trente six solz, trois deniers tournois pour des corneilles qu’il a fait prandre et apporter audit seigneur », 1497/09 [BNF, PO 2165 : 981].

96 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 320.

97 Le dépouillement des registres de suppliques déposées sous les pontificats de Clément VII et de Benoît XIII a notamment permis d’établir la liste d’une cinquantaine de chambellans de Louis Ier ayant présenté des requêtes en curie en faveur de leurs protégés à l’occasion de son voyage avorté de Lombardie [informations communiquées par Hélène Millet]. Cet exemple confirme que les serviteurs des d’Orléans avaient bien leur propre clientèle.

98 P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. 465.

99 The growth in the size of the domus [...] can be explained by an enhanced desire for ease, comfort, and splendour [C. J. Given-Wilson, The Royal Household..., p. 22].

100 Eustache Deschamps, « Veuilliez tousjours telz gens acompaignier », dans Eustache Deschamps..., J.-P. Boudet et H. Millet dir., p. 206-208.

101 BNF, PO 2151 : 85.

102 « ...en tout 216 personnes, hommes et femmes [de l’Hôtel du feu duc, mais aussi de la duchesse et de leurs enfants] reçurent la livrée de deuil, chiffre élevé, mais l’hôtel proprement dit était probablement inférieur d’au moins la moitié » [P. Contamine, « Les derniers mois de la vie de Charles d’Orléans... », p. 20] ; en Anjou, le roi René fit vêtir 223 hommes et 35 femmes de drap noir pour l’enterrement de sa première épouse en 1453 [F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 196].

103 Se reporter au graphique 2. Françoise Autrand confirme : « En-dessous de l’Hôtel royal et très au-dessus des maisons des barons, il y a donc un niveau d’Hôtels princiers, avec un effectif de 200 à 250 personnes » [« Le duc de Berry, un maître qui paie bien ? », p. 37], et Pierre Kauch en donne un nouvel exemple avec l’Hôtel d’Antoine de Bourgogne, duc de Brabant, qui compte un peu plus de 200 personnes [« L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel... », p. 184].

104 Belon, Gillon, Janeton de l’Espine, Jeanne, Jeanne Drouete, Jeanne La Folle, Marguerite et Simonette.

105 ADL, 6J3 : 3.

106 La proportion de femmes semble avoir été plus grande dans d’autres Hôtels. Ainsi, l’ordonnance d’Antoine de Brabant prévoit 25 femmes sur 300 serviteurs [P. Kauch, « L’organisation et le contrôle financier de l’hôtel... », p. 184 et p. 197].

107 Au sein de l’Hôtel d’Isabelle de Portugal, tous les postes clefs sont détenus par des hommes [M. Sommé, Isabelle de Portugal..., 3e partie].

108 Conclusion à laquelle parvient Anna-Manis Münster dans son article comparatif « Funktionen der dames et damoiselles d’honneur... ».

109 On compte 13 fols entre juin 1391 (Coquinet), et septembre 1497 (Nanete).

110 Voir M. Lever, Le Sceptre et la marotte...

111 Le 2 mai 1394, Louis Ier ordonne aux gens de ses comptes de s’acquitter de toutes les dépenses des obsèques de Marguerite de Landes, « jadiz chambellane de nostre tres chiere et tres amee compaigne la duchesse » [BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 193]. Précédemment, il avait fait don à l’occasion d’étrennes d’un diamant à dame Marguerite [Marguerite d’Enghien ?], chambellane de Valentine Visconti [BNF, PO 2797 : 7]. Il est pareillement fait mention d’une chambellane au service de Michelle de France, première épouse de Philippe le Bon, dans le compte bourguignon de la recette générale des années 1419-1420 [ADN, B 1920, f° 77].

112 BNF, PO 1501 : 20.

113 Pour plus de précisions sur cette « équation ternaire », je renvoie à l’article qui se trouve dans les études offertes à Bernard Guenée [É. Gonzalez, « L’officier, sa femme et le duc... »].

114 Jean de Villiers*, chambellan ducal, rend quittance de 750 livres tournois « pour le parpaiement de la somme de IIM frans, lesquelx mondit seigneur nous a donnez, pour une foiz de grace especial, pour et en accroissement du mariage de Marguerite, nostre femme, demoiselle de madame la duchesse », 1395/09/02 [BNF, nouv. acq. ff. 1460 : 216]. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

115 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 252.

116 Philippe de Novare, Des .IIII. tenz d’aage d’ome, M. de Fréville éd., Paris, 1888.

117 Les sources nous apprennent qu’en 1418, Guillaume Le Bouteiller* était provecte etatis militem [RSD, Chronique, VI, livre XXXVII, chap. V], ou que Jean de Marigny, « attendu son grant aage », est déchargé en 1431 par Charles d’Orléans de son office de prévôt de Blois [Caen, Mancel, ms. 12 : 36], mais ces exemples restent rares et le plus souvent, « on n’indique l’âge que lorsqu’il est indispensable » [F. Autrand, « La force de l’âge... », p. 211],

118 Jean Froissart nous apprend ainsi que Boniface de Morez trouva la mort en 1398 à la suite d’une chute de cheval [Froissart, XVI, p. 92 et suiv., cité par E. Jarry, La Vie politique..., p. 227, η. 1] ; quant à Clément de Fauquembergue et à Michel Pintoin, ils rapportent l’épisode sanglant qui coûta la vie en juillet 1417 au bailli de Rouen, Raoul de Gaucourt*, tué par « les gens du menu peuple et les ouvriers » [RSD, Chronique, VI livre XXXVIII, chap. X].

119 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques... », p. 260.

120 Prenons pour exemple le parcours de Jean Prunelé. Il apparaît pour la première fois dans les sources en 1381 comme « gouverneur de la conté de Blois » [BNF, PO 1513 : 2], charge importante qui laisse supposer qu'il avait alors dépassé la trentaine. En 1385, la mention d’un fils chapelain en l’église de Saint-Sauveur de Blois [BNF, PO 2393 : 4] permet même de lui donner plus de quarante ans. Chambellan de Charles VI et de Louis d’Orléans, il administre les terres de ce dernier (sénéchal de Touraine, puis gouverneur du duché d’Orléans) jusqu’en 1404, année de sa destitution [J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge..., p. 10 et p. 429]. Seul l’âge (il aurait alors la soixantaine) peut expliquer la perte d’une charge qui requiert disponibilité et santé. En effet, loin de tomber en disgrâce, Jean Prunelé voit la même année sa pension de temporaire devenir viagère [BNF, nouv. acq. fr. 3641 : 533] et sa présence au conseil ducal est attestée par de nombreux actes jusqu’en 1411. Il devait mourir en 1417 [Fr.-A. Aubert de La Chesnaye-Desbois et R. Badier, Dictionnaire de la noblesse...].

121 Élisabeth Mornet précise « qu’entre 25 – mais pas avant – et 45 ans, la majorité des nobles considérés a accédé [...] aux principales instances de pouvoir danoises [« Âge et pouvoir... », p. 143-144].

122 Je n’ai pas tenu compte de ceux que l’on voit figurer seulement quelques jours.

123 En réalité, 285, mais j’ai écarté ici ceux pour lesquels date de première et de dernière apparition étaient identiques.

124 À noter qu’ils sont près de 70, soit 30 %, à conserver leur charge plus de 10 ans, ce qui correspond à une longue durée d’occupation de l'office [cf. O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 341, n. 5].

125 Ibid., p. 341.

126 O. Mattéoni, « La durée d’occupation des offices » dans Servir le prince..., p. 339-348.

127 Il est fréquent sous Louis Ier de trouver les deux titres portés indistinctement par un même officier. Ainsi, Jean Peliçon, qualifié d’écuyer de corps dans un mandement ducal de décembre 1393 [BNF, PO 2223 : 2] s’intitule écuyer d’écurie dans la quittance qu’il rend [BNF, PO 2223 : 3]. De même, un écuyer d’écurie pouvait se voir attribuer les tâches d’un écuyer de corps et vice versa : le 20 décembre 1404, Ogier de Nantouillet, premier écuyer de corps, reçoit 4 500 livres tournois « pour yceulx tourner et convertir ou fait et despense de ladicte escuierie de ceste presente annee » [AN, KK 267, f° XLV].

128 Il est qualifié pour la première fois de « conseiller, chambellan et premier escuyer d’ecurie » en novembre 1494 [Caen, Mancel, ms. 10 : 144] et [BL, Add. Ch. 2675].

129 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 279.

130 Certains clercs ont occupé plusieurs offices, ce qui explique un total supérieur (76) à celui (49) qui a servi de base au calcul des 3 %.

131 Il n’est pas indiqué expressément qu’il ait été clerc, mais d'après Anne-Marie Legras, spécialiste de la question, les membres des ordres religieux et militaires, même non prêtres, doivent être considérés comme des clercs en raison des vœux prononcés lors de leur entrée et de leur appartenance à un ordre religieux. Par ailleurs, il est fort probable que Jean de Luna*, également neveu du pape, ait lui aussi été clerc, mais comme les sources à son sujet sont encore plus silencieuses que pour son frère, je ne l’ai pas comptabilisé avec Rodrigo.

132 F. Autrand, « Noblesse ancienne et nouvelle noblesse... », p. 632.

133 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 56.

134 « Ces chambellans de l’époque bourguignonne sont issus de familles nobles » [A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 180].

135 Il s’agit du seigneur d’Estellan*, du seigneur de Montmorency* et de Pierre Du Puy, seigneur de Vatan*.

136 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 280 et suiv. Bertrand Schnerb constate ainsi que, pour les Bournonville, « c’est le frère aîné qui est systématiquement adoubé, les autres gardant souvent le titre d’écuyer [...]. Aleaume est chevalier alors que son frère Enguerrand reste écuyer » [Enguerrand de Bournonville..., p. 241]. Ce dernier, à la différence de son frère, connaîtra pourtant le succès que l’on sait.

137 Citons le cas de Guyot de Renty* qui, après avoir été écuyer tranchant, est promu chambellan sans que cette promotion soit accompagnée d’un passage du statut d’écuyer à celui de chevalier puisque sa titulature indique toujours « escuier chambellan ». La bâtardise de Guyot est très probablement à l’origine de cette fixité.

138 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 286-287.

139 RSD, Chronique, III, livre XXIII, chap. XVI.

140 BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 385.

141 À moins d’avoir la chance, comme Monique Sommé, de disposer des écrous des allées et venues « où sont indiquées les rétributions pour frais de voyages des serviteurs à tour à l’occasion de leur départ dans leur famille ou de leur venue à la cour » [Isabelle de Portugal..., p. 255].

142 Il relève ainsi que « les Jouvenel sont d’origine champenoise, troyenne plus exactement, mais sont implantés à Paris. Nous les avons fait figurer en Champagne » [P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII... », p. 83, n. 35].

143 Un Normand par exemple recherche probablement davantage à acheter des terres non loin de son lieu d’origine plutôt qu’à l’autre bout du royaume.

144 Le tableau 14 qui constitue le support de cette analyse cartographique a été placé à l’issue du commentaire portant sur les représentations figurées.

145 Voir la première partie de la thèse d’Olivier Mattéoni, ainsi que le chapitre VIII de la troisième où l’auteur conclut à « un recrutement surtout local » [Servir le prince..., p. 301-310].

146 F. Autrand, Jean de Berry..., p. 325-337.

147 À ce sujet, on lira avec intérêt le chapitre intitulé « Le rôle de l’Allemagne dans la politique de Louis d’Orléans » [M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 152-184], ainsi que les pages consacrées par Jean Schoos à la progression territoriale des ducs d’Orléans : « Entwicklung der territorialen Macht Orléans’im Nordosten. – Seine Vasallen » [Der Machtkampf zwischen Burgund und Orléans..., p. 126-136].

148 C. Gauvard, La France au Moyen Âge..., p. 457.

149 BNF, nouv. acq. fr. 20027 : 171.

150 Guillaume Cousinot, Chronique..., p. 114 et RSD, Chronique, III, livre XXVIII, chap. XXX.

151 On retrouve de nombreux partisans de Louis Ier parmi les baillis et sénéchaux du règne de Charles VI [A. Demurger, « Guerre civile... »]. De même, nombre de capitaines de places sont issus des rangs Orléanais [É. Gonzalez, Les Chambellans des ducs Louis et Charles d’Orléans..., II, p. 152].

152 M. Nordberg, Les Ducs et la royauté..., p. 130.

153 F. Autrand, Charles VI..., p. 388.

154 Cet héritage lui valut également des terres dans les vicomtés de Caen, Falaise, Vire et Auge [E. Jarry, La Vie politique..., p. 103].

155 On trouvera la transcription des lettres d’alliance dans M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal..., p. 199-200. Voir également l’interprétation qu’elle en donne aux pages 160-161.

156 « Dès lors, le duc d’Orléans compte de nombreux fidèles dans ces régions » [E. Jarry, La Vie politique..., p. 192].

157 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 2, p. 156.

158 A. Demurger, « Guerre civile... », p. 236.

159 Ibid., p. 236. Michel Pintoin date son exécution de 1412, die januarii decima sexta [RSD, Chronique, IV, livre XXXII, chap. XLII].

160 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 229.

161 P. Cockshaw, Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 89. Jacques Verger constate également que les véritables gradués de l’université ont toujours été rares parmi les secrétaires de chancellerie [Les Gens de savoir..., p. 59].

162 F. Autrand, Charles VI..., p. 375-376. Pour davantage de précisions sur les prémices de l’humanisme français, se reporter aux nombreux travaux de Gilbert Ouy.

163 N. Gorochov, Le Collège de Navarre..., p. 671-672.

164 G. Bailhache, « Les maîtres des requêtes de l’hôtel du roi... ». À compléter avec F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 83-84 et G. Zeller, Les Institutions..., p. 115, p. 190 et p. 216.

165 J. Huizinga, Herfsttij der Middeleeuwen, Haarlem, éd. 1969, p. 115-116 (la phrase est omise dans les éditions françaises).

166 Dès 1982, dans l’introduction du premier volume de La Cour amoureuse, puis dans de nombreux articles. Entre autres, C. Bozzolo et M. Ornato, « Princes, prélats, barons et autres gens notables. À propos de la Cour amoureuse dite de Charles VI », dans Prosopographie et genèse de l’État moderne..., p. 159-170.

167 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, p. 4.

168 Guillaume Maigret, Jean Boutier, Macé Héron et Raoul de Justines sont qualifiés de maîtres ; Michel Le Boeuf a le grade de maître ès arts et Guillaume Cousinot, celui de licencié ès lois.

169 Gadifer de La Salle*, Guillaume de Tignonville*, Hector de Chartres*, Jean de Châteaumorand* et Renaud de Trie*. Au sujet de Jean de Châteaumorand*, on peut se demander si ce n’est pas plutôt sa fidélité à Louis de Bourbon qui lui permit d’intégrer l’organisation [voir A. Demurger, « Guerre civile... », p. 243 et C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 197, p. 137].

170 Voir T. Lassabatère, La Cité des Hommes. La vision politique d’Eustache Deschamps, Thèse de doctorat dactylographiée, Université Paris IV, 2002.

171 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., II-III, notice 681, p. 165.

172 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 93, η. 1.

173 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 263.

174 Dictionnaire des Lettres Françaises..., G. Hasenohr et M. Zink dir., p. 219.

175 C. Bozzolo et H. Loyau, La Cour amoureuse..., I, notice 198, p. 137.

176 Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, p. 619, p. 711 et p. 733.

177 P. Contamine, « L’écrit et l'oral en France à la fin du Moyen Âge... », p. 108. Claudine Billot pense au contraire que la signature est un « discutable marqueur d’alphabétisation » [réaction orale lors d’un séminaire de l’UMR 9963 tenu à Villejuif en janvier 1993].

178 E. Gonzalez, Les Chambellans des ducs Louis et Charles d'Orléans..., I, p. 61. Hervé Martin arrive au même pourcentage de 60 % de nobles bourguignons capables de signer en 1474 [Mentalités médiévales..., p. 385].

179 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 261.

180 Voir « Le livre dans les testaments » dans D. Courtemanche, Œuvrer pour la postérité..., p. 170-172.

181 Yves, seigneur de Vieuxpont*, disposait de 16 livres dans son château de Chailloué en Normandie [C. de Robillard de Beaurepaire, Inventaire du mobilier du château de Chailloué de l’année 1416 publié d'après un manuscrit du temps, Rouen, 1866, p. 9-10].

182 ADL, 6J8 : 144.

183 Voir F. Autrand, « Culture et mentalités. Les librairies des gens du Parlement... ».

184 H. Martin, Mentalités médiévales..., p. 385.

185 J. Verger, Les Gens de savoir..., p. 52-59.

186 Voir D. Alexandre-Bidon, « L’enfant au château » dans Les Enfants au Moyen Âge..., p. 189-195.

187 Cf. F. Autrand, « Naissance illégitime et service de l’État... ».

188 Il apparaît pour la première fois comme maître d’Hôtel de Louis II en juillet 1483.

189 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 188.

Table des illustrations

Titre Tableau 7. Constitution de l’Hôtel des ducs d’Orléans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 2. Effectifs comparés. Hôtel des d’Orléans / Hôtels princiers
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 9. Durée moyenne d’occupation d’un des dix offices retenus
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau 10. Les écuyers d’écurie au service de Louis Ier
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Tableau 10. Les écuyers d’écurie…(suite)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Tableau 11. Les écuyers d’écurie au service de Louis II
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 13. La proportion de nobles par office
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graphique 3. Statut social (xve siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Cartes 1 et 2. Origine géographique des serviteurs de l’Hôtel des ducs d’Orléans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Carte 3. Possessions territoriales des ducs d’Orléans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tableau 14. Origine géographique des serviteurs des ducs d’Orléans (statistiques détaillées)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Graphique 4. Les serviteurs licenciés ès lois
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Graphique 5. Titres et grades par office
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13581/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.