Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Première partie. Une institution singulière : l’hôtel

Chapitre III. Dépenses et gestion de l’Hôtel

Texte intégral

  • 1 Voir le texte dans A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413...

1Parmi les nombreux maux imputés par les contemporains à la cour et à son noyau, l’Hôtel, il en est un qui prime nettement : le déficit financier. L’ordonnance cabochienne1 n’est que le texte le plus connu d’une série d’actes visant à restreindre la munificence des princes. Ainsi, à la date du 9 juin 1417, Clément de Fauquembergue consigne dans son Journal :

  • 2 Clément de Fauquembergue, Journal, I, p. 25.

« Item, a baillé ledit chancellier certain advis du Grand Conseil pour avoir finances, ci ataché : Advis fait par les gens du Conseil du Roy pour trouver finance :[...] Item, d’aviser comment l’en pourra prandre sur les aides venans en la main du Roy, tant en restraingnant les despences des hostelz du Roy, de la Royne et monseigneur le Daulphin, comme autrement (IIIIXX mil fr.) »2.

  • 3 Chris Given-Wilson souligne les plaintes invariablement formulées à l’encontre de l’Hôtel des rois (...)
  • 4 M. Rey, Les Finances royales..., p. 21.
  • 5 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 225 et p. 268 : « L’Hôtel consommait au moins la moitié des r (...)
  • 6 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté...
  • 7 L’aspect matériel a dû être écarté faute de sources suffisantes. Pour les dépenses de bouche, les (...)

2Lieu commun de l’époque3 ou réalité effective ? Les travaux récents confirment que les Hôtels princiers et royaux des xive et xve siècles s’avèrent bel et bien des « gouffres financiers »4, des institutions « budgétivores »5, et l’Hôtel des ducs d’Orléans dut très certainement participer du même mouvement. Malheureusement, une documentation trop indigente ne m’a pas permis, à l’instar de Jean Rauzier pour le duché de Bourgogne6, d’établir la balance entre recettes et dépenses afin d’estimer l’importance et la nature d’un déficit vraisemblable, surtout lorsque l’on connaît les difficultés financières dont souffrit la Maison d’Orléans après la mort de Louis Ier, seul des trois ducs à avoir bénéficié de revenus considérables (ce qui ne l’empêcha pas de laisser à sa mort de nombreuses dettes). Aussi, seules la gestion du personnel de l’Hôtel et les dépenses qu’elle occasionne seront abordées dans le présent chapitre7.

Un système complexe de rémunération

3L’administration financière instaurée par Louis Ier au début des années 1390 permit le développement d’organismes de paiement entièrement consacrés à l’Hôtel et à la rémunération de son personnel.

La mise en place du système

4Tant que Louis Ier ne disposa pas de fonds suffisants pour rétribuer les gens de son entourage, ce fut le personnel des finances royales qui y suppléa. Ainsi Eustache de La Motte dit Petiot, écuyer, premier échanson du duc de Valois, rend quittance le 16 mars 1384 de 100 francs or au receveur général des aides ordonnées pour la guerre

  • 8 BNF, PO 2063 : 45.

« sur la somme de cinq cens frans d’or donnez audit escuier par le roy nostre seigneur pour les bons et agreables services qu’il avoit faiz audit monseigneur de Valois et pour li aidier a marier »8.

5Sept ans plus tard, en 1389, les dépenses ducales sont toujours payées par l’argentier de Charles VI comme en témoigne

  • 9 M. Thibault, Isabeau de Bavière..., p. 121, n. 4.

« le compte de Arnoul Bouchier, argentier du roy [...] dont les parties ont esté paiees et delivrees tant aux gens et officiers dudit seigneur, comme aux gens et officiers de Madame la Royne et de Monseigneur le duc de Thouraine »9.

6Cet acte – qui concerne très vraisemblablement les dépenses de l’an passé – semble être le dernier du genre car, la même année, le duc d’Orléans met en place un système financier distinct de celui de son frère. L’importance d’un tel document justifie une transcription quasi intégrale :

  • 10 BNF, PO 2151 : 71.

« Instruction faicte par nous, Loys, duc de Touraine, conte de Valois, a Jehan Poulain, nostre varlet de chambre, sur la recepte de noz finances et la maniere d’en distribuer les deniers :
Premierement
Ledit Poulain recevra toutes noz finances, tant les mil frans a nous ordennez par monseigneur le roy prendre et avoir par chascun mois des deniers des aides de la guerre [...], comme toutes autres finances qui nous pouront competer et appartenir tant ordinairement comme extraordinairement ou royaume de France. Et de la reception, il sera tenu de bailler sa lettre de recongnoissance pour en compter par devant nous ou par devant ceulx qui de par nous y seront commis et députez toutesfois que requis en sera. Item, quant a la distribucion des deniers, ledit Poulain les paiera et distribuera ainsi que par nous mandé li sera par nostre mandement ouvert signé de secretaire et scellé de nostre grant seel et par quictance et non autrement, excepté tant seulement ce qui touchera nostre plaisance, laquelle nous li commanderons et dirons de bouche, et lesquelles parties ainsi paiees et baillées tant par mandement comme autrement, ainsi que dessus est dit, ledit Poulain sera tenu de mectre par escript en un roolle en la fin de chascun mois pour les nous montrer a fin que ledit roolle soit signé de secretaire et seellé au bout de nostre grant seel pour valoir descharge audit Poulain.
Item, sera contenu en la fin dudit roolle fait par chacun mois, comment nous serons memoratifs de toutes les parties qui auront esté paiees et bailliees par nostre commendement et lesquelles parties nous aurons aggreables, ou cas toutesvoies qu’il n’en y aurait aucunes qui aggreables ne nous fussent, lesquelles nous pourrons faire rayer s’il nous plest... »10.

  • 11 BNF, PO 2151 : 70. Dans les premiers temps, les rôles de dépenses sont assez succincts et mêlent u (...)

7Datée du 5 janvier 1389, cette instruction est appliquée sans plus tarder par Louis Ier puisque le 13, en présence de Philippe de Florigny* et de Jean de Garencières*, tous deux ses chambellans, il approuve le rôle de dépenses qui lui est soumis par Jean Poulain pour le mois de décembre 138811. Cependant, les revenus ducaux ne sont pas encore suffisamment importants pour que Louis Ier soit en mesure de faire face seul aux frais occasionnés par son Hôtel. Aussi, l’argent avancé pour l’achat d’approvisionnements indispensables à la vie de l’Hôtel ou d’accessoires nécessaires à l’exercice d’un métier est encore fréquemment remboursé par le personnel financier royal comme l’attestent ces deux cédules de Guillaume Maigret. Le fruitier ducal y certifie avoir reçu, le 4 février 1391, 48 sous parisis de Charles Poupart, argentier du roi :

  • 12 BL, Add. Ch. 2568.

« [...] qui deubz m’estoient pour les oustilz des cousteaulx et espees achetés par moy pour la fruiterie dudit monseigneur de Thouraine »12,

8et le 12 février 1391, 32 sous parisis du même Charles Poupart :

  • 13 BL, Add. Ch. 2569. Cf. le voyage de Louis Ier en Lombardie lors du premier trimestre 1391 [E. Jarr (...)

« [...] pour deux grans bouges de cuir de vache achetees par moy pour mettre et porter les espees, oustilz, cousteaulx et autres choses necessaires pour la fruiterie dudit seigneur, et pour son voyage qu’il doit briefment faire ou pais de Lombardie »13.

9De même, nombre d’officiers ducaux bénéficièrent au début non de rémunérations fixes mais de dons ponctuels tenant lieu de gages. Citons parmi d’autres l’exemple de Boniface de Morez, écuyer d’écurie, à qui Louis Ier mande en août 1390 que soit versée la somme de 500 francs or :

  • 14 BNF, PO 2049 : 6. La somme perçue par Boniface de Morez peut paraître disproportionnée au regard d (...)

« [...] que nous lui avons donné et donnons de grace especial par ces presentes pour consideracion des bons et agreables services qu’il nous a faiz et fait encores, et pour aidier a supporter les despens qu’il lui est communement faire en nostre service chacun jour et mesmement depuis qu’il vint en nostre service, nous ne lui avons fait aucun don d'argent »14.

  • 15 E. Jarry, La Vie politique..., p. 27, η. 1 et M. Rey, Les Finances royales..., p. 602-604.
  • 16 Après l’avoir fixée à 1 000 francs par mois à son retour de la campagne de Gueldre [ADL, 6J3 : 1], (...)
  • 17 Ils finirent par atteindre 80 à 90 % des revenus de Louis Ier à la fin de son principat [A. Demurg (...)
  • 18 Les premiers à recevoir dès 1389-1390 des gages sont les petits serviteurs : fourriers, valets de (...)
  • 19 Il le demeure jusqu’à sa mort que l’on peut dater du début de 1409 : dans un mandement ducal du 2 (...)

10L’augmentation des recettes ducales – liée aux ressources issues de ses domaines15, ainsi qu’à la pension16 et aux très nombreux dons17 accordés par son frère – permit à Louis Ier d’instituer un système désormais régulier de gages et de pensions18 et, par là même, de fidéliser le personnel attaché à son service. Restait encore à légiférer en matière de paiement du personnel. Par un mandement en date du 31 juillet 1392, Louis ordonne à Jean Poulain, désormais trésorier général19 :

  • 20 ADL, 6J3 : 83.

« Pour ce qu’il a pleu a monseigneur le roy que a present nous aions et tenions estat et hostel et que la despense de nostre dit hostel soit faicte et paiee par noz gens et officiers, nous voulons et vous mandons que tous les deniers qui conviendront et seront neccessaires pour la despense de nostre dit hostel, vous baillez et delivrez a nostre amé et feal maistre Guy Filleul, maistre de nostre chambre aux deniers, en prenant de lui ses lettres telles comme il appartendra, pour en compter en temps et en lieu par lesquelles rapportant avec ces presentes, nous voulons et mandons tout ce que ainsi paié lui aurez pour ladicte cause soit alloé en voz comptes, rabatu de votre recepte, par noz amez et feaulx gens de noz comptes »20.

11Deux des principaux acteurs du système de paiement interviennent dans ce document : le trésorier général et le maître de la Chambre aux deniers. Quel est le rôle imparti à chacun et qu’en est-il des services qu’ils gèrent ?

Les organismes de paiement

  • 21 M. Rey, Les Finances royales..., p. 22. Il les détaille longuement une à une dans les pages qui su (...)
  • 22 Voir M. Rey précédemment cité, mais également J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 237 et suiv. ; (...)

12« À l’intérieur de chacun des Hôtels, existaient des caisses nombreuses et spécialisées. Tout d’abord la Chambre aux deniers, la principale de toutes ces trésoreries, et l’Argenterie [...] ; les Garnisons des vins, l’Écurie, la Vénerie, l’Aumône »21. Toutes ces différentes caisses ont déjà fait l’objet de nombreux développements22 aussi limiterai-je mon propos à celle qui concerne le plus directement l’étude des serviteurs de l’Hôtel, à savoir la Chambre aux deniers.

  • 23 J. Favier, Dictionnaire..., p. 501 et M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 97.
  • 24 M. Rey, Les Finances royales..., p. 56. Pour plus de renseignements sur cet officier déjà bien étu (...)
  • 25 Il s’agissait généralement du trésorier ou du receveur général des finances mais, dans les années  (...)
  • 26 BNF, ms. fr. 6211 : 83.

13L’Hôtel avait son administration financière et sa comptabilité particulière gérées par la Chambre aux deniers, apparue dès la fin du xiiie siècle23, et dont les fonds étaient alimentés par la trésorerie générale ou la recette générale. La gestion en revenait au maître de la Chambre aux deniers, assimilé par Maurice Rey à « un comptable qui encaisse et qui débourse »24. Chargé de tenir le compte des dépenses de l’Hôtel, il était secondé par un contrôleur, un secrétaire, et de nombreux clercs d’office. Il recevait de l’agent financier principal25 une somme d’argent destinée à être « par luy tournee, convertie et employee ou fait et paiement de la despense de l’ostel de mondit seigneur [le duc] »26. Cette somme était assignée au paiement du personnel mais également aux achats en vivres et en matériel indispensables au bon fonctionnement de l’institution, comme l’atteste le document intitulé :

  • 27 AN, KK 270, f° 1.

« Compte cinquieme de Jehan Doulcet, maistre de la chambre aux deniers de tres hault et tres puissant prince, monseigneur le duc d’Orleans et de Milan, des receptes et mises par lui faictes a cause de la despense de l’ostel de mondit seigneur et de madame la duchesse pour ung an entier commençant le premier jour de juillet l’an mil CCCC XLVIII et fenissant le dernier jour de juing aprés ensuivant mil CCCC XLIX inclus »27.

  • 28 Autre personnage clef qui faisait consigner par les clercs d’offices, sur les écrous journaliers, (...)

14« Despense ordinaire de l’ostel » et « gaiges ordinaires des gens, officiers et serviteurs de monseigneur » y font l’objet d’un traitement séparé mois par mois. Ainsi, lorsque le montant attribué était entièrement destiné à défrayer les serviteurs, le secrétaire du maître de la Chambre aux deniers prenait soin de spécifier que cet argent devait être par le maître d’Hôtel28

  • 29 AN, KK 270, f° 6v. Voir aussi les exemples cités dans le chapitre II.

« convertie et employee ou paiement des gaiges des gens et officiers d’icellui seigneur [...], lesquelx gaiges sont prins en despense par ledit maistre de la chambre [aux deniers] cy aprés en la somme de VIc LXI1. XV s.t. »29.

  • 30 Qu’il y ait un officier à cette date prouve l’existence de l’organisme qu’il dirige avant même que (...)
  • 31 Aucune source n’a été retrouvée pour les deux dernières années du principat de Louis II.
  • 32 Cf. chapitre précédent.

15Dix maîtres de la Chambre aux deniers de l’Hôtel des ducs d’Orléans se sont succédé entre 139 130 et 149631 (tableau 6). Les enseignements que l’on peut tirer d’une vision synoptique de leurs itinéraires sont multiples. Sur un plan strictement chronologique, il apparaît en premier lieu que la liste n’est pas continue. Les nombreux trous qui figurent ça et là ont deux origines principales. La première tient à l’absence de sources pour certaines années. Ainsi en va-t-il pour la période qui s’étend de 1457 à 1463, pour laquelle il est possible d’avancer, faute de mieux, des hypothèses : ou bien Jean Doulcet est resté en poste après 1457 (date de sa dernière apparition), ou alors Jean Sarre est entré en fonction avant 1463 (année de sa première apparition), ou encore un maître de la Chambre aux deniers non repéré se serait intercalé entre ces deux dates ; dernière possibilité : l’office n’a pas été pourvu durant cette période. C’est ce qui se produisit vraisemblablement entre 1465 et 1473 : d’une part, l’Hôtel du jeune Louis II aux effectifs encore réduits ne nécessitait pas un tel officier ; de l’autre, Marie de Clèves, promue au rang de chef de famille, disposait de ses propres officiers des finances chargés de rétribuer les serviteurs de son jeune fils. L’absence de maître de la Chambre aux deniers entre 1415 et 1439 relève, quant à elle, d’un second champ d’explication. Privé de son chef, l’Hôtel n’a plus de raison d’être. Ce n’est donc pas seulement l’officier mais également l’office qui disparaît. Cette disparition est en soi symptomatique du déclin de l’Hôtel durant cette période32.

Tableau 6. Les maîtres de la Chambre aux deniers de l’Hôtel des ducs d’Orléans

Tableau 6. Les maîtres de la Chambre aux deniers de l’Hôtel des ducs d’Orléans
  • 33 À titre comparatif, la durée moyenne d’occupation de l’office de trésorier ducal est de 10 ans et (...)
  • 34 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 339.
  • 35 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 298, n. 3. À ma connaissance, il est le (...)
  • 36 Voir tableau 6.
  • 37 BdD no 644.

16Un calcul simple permet ensuite d’évaluer la longévité dans l’office des personnages reportés sur ce tableau. On ne perdra cependant pas de vue qu’un tel calcul, effectué à partir des dates de première et de dernière apparition, ne peut qu’être approximatif. De surcroît, il n’est pas exclu que certaines dates m’aient échappé. Ces réserves émises, plusieurs constatations se font jour, à commencer par la stabilité non négligeable qu’assure à ses détenteurs la charge de maître de la Chambre aux deniers. Si l’on retranche du siècle étudié les vingt-cinq années de captivité de Charles, ce sont dix titulaires qui se succèdent en 75 ans, soit une durée moyenne d’occupation de l’office de sept ans et demi33. De fait, quatre officiers sur dix tinrent leur charge pendant plus de sept ans (Guy Filleul, Jean Haudry, Bertault de La Borde et François Doulcet). Aux deux extrémités, on trouve ceux qui semblent n’être restés que peu de temps en place (Guillaume Maigret, Jean Le Lièvre) et ceux demeurés en charge pendant une période supérieure à 12 ans (Jean Doulcet, Jacques de Moulins). Situées dans la deuxième moitié du xve siècle, les dates recueillies pour ces derniers corroborent ce qu’Olivier Mattéoni et avant lui Jean Kerhervé avaient pu constater : « La fin du Moyen Âge se caractérise par un allongement des durées d’occupation des offices »34. Dans le cas de Jacques de Moulins, si l’on additionne sa période d’activité au service de Marie de Clèves à celle au service de Louis II, on arrive à un total de 29 ans ! Une telle fidélité à la Maison d’Orléans valut à ces deux officiers de larges récompenses. Jean Doulcet fut ainsi anobli en 1454-145535 et au moins deux des membres de sa famille furent retenus par le duc à son service : François (son fils ?) obtint à son tour la charge de maître de la Chambre aux deniers après 149036 et Guillaume, au lien de parenté non établi, fut d’abord auditeur des comptes puis contrôleur des finances d’avril 1493 à septembre 149737.

  • 38 Pour avoir fait carrière dans les offices de recette, le contrôleur n’ignorait rien des ficelles d (...)
  • 39 Cf. J. Verger, Les Gens de savoir... et les travaux de F. Autrand sur les conseillers du Parlement (...)
  • 40 Le phénomène semble courant comme l’atteste, pour l’Hôtel de l’épouse de Philippe le Bon, l’obliga (...)

17Enfin, grâce à ce même tableau, il est possible de donner une idée du parcours professionnel emprunté par les maîtres de la Chambre aux deniers des ducs d’Orléans. Deux d’entre eux (Guy Filleul et Jean Sarre), au sortir de leur charge, entrent ainsi à la Chambre des comptes ducale comme auditeurs : de contrôlés, ils deviennent alors contrôleurs38. Quant à l’office de maître des eaux et forêts, il semble servir, selon le cas, de marchepied (Guillaume Maigret) ou de sinécure (Jean Chardon). À signaler enfin que tous sont d’une fidélité quasi exclusive à la famille d’Orléans – seul le roi Charles VI fait exception –, passant du service du duc à celui de son épouse et vice versa. Cela ne fait que confirmer l’idée de perméabilité qui existait entre les deux Hôtels, ainsi que la volonté de préserver au sein de la “famille” ducale un officier qui avait fait ses preuves dans l’exercice de ses fonctions. Faire ses preuves n’exigeait pas des aptitudes spécifiques. Nul besoin pour devenir maître de la Chambre aux deniers d’être gradué de l’université – le seul titre bien vague de « maître »39 porté par la plupart de ces hommes semble suffire –, mais plutôt celui de détenir les qualités nécessaires à un tel emploi : compétence (savoir lire, écrire et surtout, compter), fiabilité (d’importantes sommes d’argent passaient entre leurs mains) et solvabilité (il fallait qu’ils soient en mesure, si besoin était, d’avancer au duc l’argent requis pour le paiement des dépenses de l’Hôtel40) La longévité dans l’office, tout comme pour les autres officiers de finance, s’explique ainsi par la confiance que le duc mettait dans ses hommes. Cette confiance avait un prix...

Les différentes formes de rétributions

  • 41 Cf. les lettres de nomination où ils sont évoqués. Je citerai comme exemple les lettres patentes d (...)
  • 42 Je renvoie à la bibliographie tant les ouvrages ou articles ayant servi à établir un tel lexique s (...)

18Plutôt que de passer en revue un à un les différents « drois, prouffiz et emolumens accoustumez » perçus par les serviteurs ducaux41, j’ai choisi d’offrir sous forme de lexique une synthèse de ce que l’on sait aujourd’hui des multiples formes de rémunérations que l’officier pouvait attendre de son patron42. Afin d’illustrer une définition qui se veut la plus explicite mais aussi la plus concise possible, on trouvera chaque fois un ou plusieurs exemples jugés suffisamment représentatifs pour être retenus (chaque exemple illustre un élément de la définition et non nécessairement un emploi du mot). Cette typologie ne saurait cependant être complète sans certaines remarques (questions sémantiques, cumuls, problèmes de paiement, etc.) qui suivront sa présentation.

Lexique 1. Les différents émoluments

Gages

19Contrepartie de l’office payable en argent ou en nature ; indemnisation forfaitaire d’entretien équivalent au temps de service effectif accompli au sein de l’Hôtel. En cela, les gages diffèrent des pensions touchées par certains à titre purement gracieux.

  • Hubert de Gronches, maître d’Hôtel, touche 240 l.t. de gages/an, 1487 [Caen, Mancel, ms. 10 : 124]
  • Charles mande au receveur de Blois de bailler blé et avoine, jusque à la valeur de 50 ecus d’or, à maître Guillaume Cousinot, chancelier, « pour lui aidier a supporter la despense qu’il lui a convenu et convient chascun jour faire en nostre service », 1422/09/25 [BL, Add. Ch. 308]
  • Jean de Coutes* rend quittance de 35 l.t. « pour le paiement de mes gaiges de trente cinq jours que j'ay servi mondit seigneur le duc au pris de XXX fr. par mois, c’est assavoir ou mois de mars dernier passé dix jours, et en ce mois d’avril XXV jours », 1410/04/28 [BNF, PO 918 : 19]

Salaire

20Terme généralement réservé pour définir les gages d’offices peu importants, ou d’offices liés à des tâches manuelles ou techniques bien précises.

21– « Saichent tuit que Je, Jehan Chomery, secretaire de monseigneur le duc d’Orleans, confesse avoir eu et receu de Pierre Renier, tresorier general de mondit seigneur le duc, la somme de quinze livres, douze solz, huit deniers tournois, laquelle mondit seigneur [...] m’a ordonné estre baillee, et que je afferme par mon serment avoir paié pour mondit seigneur en pluseurs et diverses parties, tant pour la paine et salaire de plusieurs clers qui ont escript les traitiez et abstinance de guerre fais a Buxancoys avecques le duc de Clarence [...] et pour parchemin, pappier, cire et plusieurs mesages envoier [...] pour ceste cause », 1414/09/12 [BNF, PO 759 : 30]

Pension

22Gratification distinctive, perçue en supplément des gages. D’abord limitée aux membres les plus éminents de l’Hôtel, elle se généralise à l’ensemble du personnel. Il existe deux types de pensions : les pensions à vie (rares car à caractère contractuel) et les pensions à volonté (plus fréquentes car révocables à tout moment). Elles sont attribuées par le duc pour récompenser officiers et serviteurs de leur collaboration passée, présente et future ou pour se créer des partisans dans l’entourage de princes étrangers (équivalent alors à des fiefs de bourse).

  • 1493/10/01-1494/09/30, « A François de Guierlay, premier escuier d’escuierie de mondit seigneur, la somme de soixante livres tournois a luy ordonnee par ledit seigneur de pension, oultre et pardessus ses gages ordinaires » [BNF, PO 2163 : 913]
  • 1493/10-1494/09, « Aux quatre charretiers de mondit seigneur la somme de quarente huit livres tournois qui est a chascun XII livres tournois que ledit seigneur leur a ordonné de pension ceste dicte presente annee, en oultre et pardessus leurs gaiges » [BNF, PO 2163 : 914]
  • Louis Ier octroie à Guyot de Renty*, chambellan, une pension de 600 l.t. par an « a prendre et avoir sa vie durant », 1404/12/21 [BNF, PO 2464 : 10]
  • Jean de Trie*, chambellan, rend quittance de 379 l.t. « pour la parpaie de nostre pension de xiie l.t. pour ceste presente annee [...], laquelle pension mondit seigneur nous a ordonné prendre et avoir chascun an tant comme y lui plaira », 1395/01/31 [BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 230]
  • 1404/10/01-1405/09/30 (compte) : « A monseigneur le duc de Lorraines japieça retenu de par monseigneur le duc d’Orleans a IIM l.t. de pension chascun an a icelle prendre et avoir des deniers de ses finances a deux termes [...], et pour laquelle pension il est devenu homme lige de mondit seigneur le duc et lui en a fais foy et hommage lige » [AN, KK 267, f° LXXIIv]

Livrée

23À l’origine, distribution vestimentaire accordée une ou deux fois l’an aux serviteurs de l’Hôtel (la hiérarchie s’exprimait par la qualité du drap et surtout son aunage). Sans disparaître totalement, elle est progressivement transformée en versement de sommes d’argent destinées à l’acquisition d’une robe par l’officier lui-même.

  • Gilet Robillart, drapier parisien, rend quittance de 140 livres tournois dues « pour onze pieces de draps noirs contenant ensemble huit vins aulnes par lui baillez et délivrez pour la livree que ledit seigneur a faite aux gens de son hostel pour le voyage de Saint-Omer », 1397/02/09 [BNF, nouv. acq. fr. 3639 : 274]
  • « Roole des parties et sommes de deniers ordonnees par madame la duchesse d’Orléans, de Milan, estre paiees et baillees par Michel Gaillart, son tresorier, aux chevaliers, escuiers, officiers [...] et autres serviteurs estans ordinaires de l’ostel de ladicte dame et noz seigneurs et damoiselles ses enffans, pour leur livree et entretenement de robes de ceste presente annee. C’est assavoir a Loys de Pons, escuier, seigneur de Mornac… XXX livres tournois, [etc.] », 1469 [BNF, PO 2161 : 739]

Livraisons

24Elles consistent en repas (c’est ce qu’on appelle “manger à cour” ou “avoir bouche à cour”), en vin de coucher, en luminaires, chandelles et torches.

25– Louis Ier octroie à Jean Bernard dit Racaille, valet de chambre, 10 livres tournois par mois « tant comme il nous plaira » en considération des services faits et à faire et « afin qu’il puisse mieulx et plus aisiement avoir ses neccessitez en nostre service [à prendre] oultre et pardessus les hostelages et livroisons qu’il a accoustumé prendre et avoir ordinairement en nostre hostel a cause de son dit office », 1393/06/25 [ADL, 6J4 : 48]

Dons

26Suppléments devenus en quelque sorte naturels des gages, ils émanent du duc ou de personnes ou collectivités (villes, châtellenies) qui désirent s’attirer la bienveillance ducale : l’officier sert alors d’intermédiaire. Octroyés par le prince pour récompenser un serviteur de ses « bons et agreables services », ils se caractérisent par leur absence de régularité et leur caractère protéiforme. De l’importance de l’office ne dépend pas leur valeur (critères autres). À souligner leur forte charge symbolique.

  • Louis de Chaumontel, écuyer d’écurie, rend quittance de 50 l.t. « laquelle ledit seigneur m’a donnez [...] pour moy aidier a paier certaines despens qu’il m’a convenu faire en la maladie que j’ay derrenierement eue », 1398/04/30 [ADL, 6J6 : 69]
  • « Louis, duc d’Orleans [...], a nostre amé et féal conseiller Jehan Le Flament, salut et dilection. Comme par noz lettres en laz de soye et cire vert, en usant des droiz, noblesces et libertez de nostre conté de Bloiz, nous ayons anobli nostre bien amé queux Oudin Pigon », 1403/10/16 [BNF, nouv. acq. fr. 20028 : 51]
  • Charles ordonne que soit remboursé 21 livres, 10 sous tournois pour « un camail d’argent de nostre ordre [...], icelui avons donné a nostre chier et bien amé pannetier Pierre Chauvet », 1452/04/14 [BNF, PO 723 : 7]
  • « A Michel Hebert, escuier de cuisine, la somme de XL l.t. laquelle ledit seigneur lui a donnee pour et en recompence de certain bois qu’il luy avoit donné pour bastir et ediffier une sienne maison assise a Madon », 1494/01 [BNF, PO 2163 : 929]
  • Jehan La Bannoys, archer de la compagnie du duc, rend quittance de 10 l.t. données par le duc « pour soy en aller a son plaisir par le pais pour chercher lieu de devotion a soy retirer et demeurer pour servir Dieu », 1497/09/22 [BNF, PO 1612 : 2]

Frais divers

27Remboursement de frais de missions, défraiement d’un voyage entrepris par un serviteur pour son propre compte, argent versé pour l’acquisition de matériel nécessaire à l’exercice de ses fonctions (encre, papier...), indemnités pour travail supplémentaire, etc. Ils s’ajoutent aux gages ou pension par ailleurs perçus.

  • Louis Ier envoie son secrétaire, Louis de Buno, et son chambellan, Régnier Pot* « avecques les ambaxateurs de Hongrie, par devers nostre cousin le duc de Lancastre pour certaines besongnes que nous avons tres a cueur » [BL, Add. Ch. 3371] à raison de 2 fr./jour pour Louis de Buno [BL, Add. Ch. 3372] et 5 fr./jour pour Régnier Pot, 1395/05/12 [BL, Add. Ch. 3373]
  • « A Courcol, aide en cuisine dudit seigneur, la somme de huit livres tournois que ledit seigneur luy a donnee pour lui aider a faire son voiage a Saint Jaques en Galice », 1494/01 [BNF, PO 2163 : 929]
  • « A lui [Jean Lessayeur, orfèvre] pour la façon d’un signet d’argent taillé aux armes de mondit seigneur le duc pour maistre Hugues Le Vois, son secretaire, XIII sous IX deniers tournois », 1456/06/29 [AN, KK 271, f° 10]

Profits indirects

28Il peut s’agir de dons de recettes, de clergies, de jeux de dés, de commissions et pots-de-vin, etc.

29– Charles baille et afferme à Jamet Hubelin la clergie et greffe de son bailliage de Blois pour la somme de 20 livres tournois par an, mais après une supplique de l’intéressé, le duc le tient définitivement quitte de cette somme « pour ce que icelluy serviteur est continuellement occuppé et embesoingné en noz affaires », 1460/10/27 [BNF, PO 1543 : 4]

Recommandations

30Le duc intercède auprès d’un autre prince, laïque ou ecclésiastique, pour l’obtention d’un office ou d’un bénéfice destiné à l’un de ses serviteurs.

31– Hance de Couloingnes est ainsi désigné par Charles comme « nostre varlet de chambre, grenetier du grenier a sel establi par monseigneur le roy en nostre ville et seigneurie de Coucy », 1451/03/03 [BNF, PO 879 : 6]

  • 43 BNF, ms. fr. 6211 : 65.
  • 44 BNF, PO 1427 : 24.
  • 45 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté..., p. 439.
  • 46 « Certaines pensions à volonté, surtout quand elles étaient comptées par jour, ressemblent de si p (...)
  • 47 Comme dans ce mandement où Charles ordonne que son premier maître d’Hôtel, Rémond Fricon*, perçoiv (...)
  • 48 Mathurin Brachet*, chambellan de Louis II, reçoit ainsi dans le même temps 90 livres tournois pour (...)

32Le 17 janvier 1412, Charles d’Orléans demande aux gens de ses comptes que soit désormais versé à son chambellan Louis de Fayel* « la somme de trois cens livres tournois de gaiges ou pension par an »43. En janvier 1464, Guillaume Quiéret rend quittance de 100 livres tournois « qui deue m’estoit a cause des gaiges ou pensions a moy ordonné par ledit seigneur pour ung an entier »44. Les exemples de cette nature où gages et pension (ou gages et dons) sont associés pullulent, et la recherche actuelle en conclut à une certaine confusion entre les deux termes, imputable au caractère assez flou du vocable médiéval de « gaiges »45 et à la difficulté pour l'historien de définir précisément le mot de pension46. Si une telle difficulté d’interprétation sémantique est indéniable, de nombreux textes de l’époque permettent heureusement de contourner l’obstacle de façon directe47 ou indirecte48, et de distinguer ainsi les diverses formes de rétribution.

  • 49 « Toutes les personnes composant l’Hôtel recevaient, les unes, des gages en argent et des livraiso (...)
  • 50 Bertrand Schnerb constate ainsi que « le titulaire d’un office de l’hôtel qui, par une fréquentati (...)
  • 51 Françoise Autrand pose ainsi la question pour l’Hôtel de Jean de Berry : « Mais le duc paie-t-il ? (...)
  • 52 Ead., « Offices et officiers... », p. 295-296.
  • 53 Somme à laquelle j’étais parvenue dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, Les Chambellans..., I, (...)
  • 54 Ainsi en est-il de Boniface de Morez, Guillaume Quiéret, Jean Cailleau, Macé Héron, Philippot Prég (...)

33Alors qu’aux xiiie et xive siècles, un officier ne touchait le plus souvent qu’une seule de ces rémunérations49, les travaux portant sur l’extrême fin du Moyen Âge attestent une multiplication des avantages perçus50. Les tentatives effectuées pour vérifier cette assertion dans le cas de l’Hôtel des ducs d’Orléans se sont révélées infructueuses. En effet, la disproportion de sources entre le début et la fin de la période étudiée rend fallacieuse toute requête à vaste échelle effectuée à partir de la base de données. Quant aux coupes transversales, elles n’auraient eu de signification que s’il avait été possible (ce que j’ai vainement essayé de faire) de comparer deux dates suffisamment éloignées l’une de l’autre. Il faut se rendre à la raison : le phénomène d’accroissement des avantages n’est pas quantifiable ni par conséquent vérifiable pour les serviteurs des d’Orléans. Les cumuls, nés de l’incapacité à payer régulièrement les gages51, existaient pourtant bel et bien comme dans toutes les institutions de ce temps qui faisaient fi des critiques des réformateurs comme des velléités d’interdiction des autorités52. La carrière de Guillaume Le Bouteiller* en est un exemple. Conseiller et chambellan de Louis Ier puis de Charles d’Orléans, il exerce dans le même temps d’autres charges de première importance hors de l’Hôtel (sénéchal d’Angoulême, lieutenant général du duché de Luxembourg, etc.). Parallèlement, on le retrouve au service du roi aux mêmes titres de conseiller et de chambellan, ainsi que comme sénéchal de Limousin, capitaine de Meulan et capitaine du château d’Aixe. Au total, il pouvait compter sur plus de 4 000 livres tournois de rémunérations fixes par an53, à quoi s’ajoutaient les multiples dons tant ducaux que royaux ainsi que les revenus provenant de ses terres. Mais si ce cas est exemplaire, il n’en est pas pour autant singulier. De semblables cas de cumuls – certes, rarement aussi nombreux et aussi prestigieux – ont pu être relevés tout au long de la période, y compris parmi les serviteurs détenteurs d’un office moins éminent que celui de chambellan54.

  • 55 J. Day, Monnaies..., p. 41 et p. 81.
  • 56 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 242-245.
  • 57 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, V, ball. M, p. 253.

34En dispensant de la sorte charges et dons, les princes d’Orléans entendaient récompenser les membres les plus proches de leur entourage, mais également pallier la dépréciation de la monnaie et la crise des liquidités particulièrement notable dans les années 1395-1415 et 1440-146055. Celle-ci dut frapper de plein fouet un lignage déjà confronté à de nombreuses difficultés financières et, sinon retarder, du moins tempérer la tendance générale à la monétarisation des services rendus observable au xve siècle56. Si les « livraisons » de vivres n’apparaissent plus dans les comptes des ducs d’Orléans – loin semble être le temps où les officiers « mengent a court pour servir leur seigneur »57 –, la mixité des rémunérations alliant paiement en argent et en nature se maintient encore longtemps. Ainsi, en juin 1428, Jacquet Colin

  • 58 BNF, PO 815 : 5.

« garde de la tappicerie de monseigneur le duc d’Orleans estant a Blois, cognut et confessa avoir eu et receu de Pierre Taillebois, receveur general du domaine de mondit seigneur le duc a Blois, la somme de dix livres tournois, quatre sextiers de froment et ung tonneau de vin qui deuz lui estoient a cause de la garde de ladicte tappicerie pour le terme de la nativité saint Jean-Baptiste derrenierement passé »58.

  • 59 BNF, PO 2503 : 7.
  • 60 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 265.
  • 61 L’exemple de Hugues Perrier, secrétaire ducal, est en cela révélateur. Alors qu’il recevait depuis (...)
  • 62 En janvier 1408, Valentine Visconti ordonne à son conseiller Jean Braque de payer à Guyot de Renty (...)

35De même, Jean Decarraoul dit Le Breton, portier du château de Blois, reçoit du receveur du domaine et comté de Blois en juillet 1479 « la somme de quinze livres tournois, demy muy de blé, et ung tonneau de vin pour ses gages et pension »59. Au total, quelles que soient les formes de rémunérations perçues, le serviteur ducal pouvait prétendre à une certaine aisance grâce au cumul. Encore aurait-il fallu qu’aucune suspension de gages ou de pensions, qu’aucune diminution de dons, qu’aucun retard de paiement ne viennent contrarier le système. Cela relève du domaine de l’utopie. Quand on sait que la quasi-totalité des Maisons princières connaissaient souvent ce type de problèmes, on ne sera pas étonné que celle des d’Orléans y fût davantage sujette que d’autres. Si les suspensions de gages demeurent liées à des circonstances particulières (la captivité de Charles et le paiement de sa rançon par exemple), les retards de paiements – courants à l’époque60 – apparaissent quant à eux plus fréquents et étalés sur l’ensemble de la période. Ils donnaient lieu à des régularisations d’entretien effectuées du vivant du duc61 ou après sa mort62. Les deux cas méritent commentaire.

  • 63 « Faute de disponibilités, Charles VII ne méritera pas tout de suite le surnom de “Bien servi”. Pe (...)
  • 64 BL, Add. Ch. 4246.
  • 65 ADL, 6J5 : 55.
  • 66 ADL, 6J9 : 63.
  • 67 AN, K 534, no 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces... Voir l’étude de M. Gaude-Ferragu (...)

36De son vivant, le prince savait que de l’importance et de la régularité des gages dépendait la qualité du service63. Il était donc de son intérêt de rémunérer correctement ses officiers, et de ne pas accumuler les retards. Aussi, aux plaintes et requêtes exprimées par des serviteurs en attente de paiement, le duc avait tôt fait de répondre par un nouveau mandement adressé aux gens de ses comptes afin que ceux-ci s’exécutent au plus vite. Á la suite d’une réclamation émanant de Mahieu Régnault, son physicien, Louis Ier mande en mai 1392 à Jean Poulain de s’acquitter des 200 francs de don déjà ordonnés par lui (en septembre 1390 et février 1392) et que Mahieu Régnault n’avait pour lors jamais touchés64. En août 1396, il s’adresse à Jean Le Flament, gouverneur général de toutes ses finances, pour qu’Eustache Deschamps, conseiller et maître de son Hôtel, perçoive les 500 francs octroyés par lettres données le 18 avril 1394 « neantmoyns n’en ait esté encores aucunement contenté si comme il nous a donné a entendre »65. Charles somme Jean Le Fuzelier en 1443 de faire payer 150 livres tournois à son chambellan Jean Foucault*, laquelle somme lui avait déjà été ordonnée par le duc mais qui « n’a peu estre payé »66. Et ceci n’est qu’un échantillon de cas similaires où l’officier doit rappeler au duc la faveur par lui accordée. La mort du prince ne signifiait pas pour autant le gommage des sommes dues, loin de là. Le défunt avait pris soin dans son testament de mentionner qu’après sa mort, ses héritiers s’acquittent des dettes ou des retards contractés : « que toutes les debtes que je pourray devoir au jour de mon trespassement soient paiee jusques au derrain denier » ordonne ainsi Louis Ier67. Cela concernait l’ensemble des créanciers de l’Hôtel, mais aussi et surtout ses serviteurs auxquels il témoignait explicitement son attachement :

  • 68 Ibid.

« Dieu scet que je les ayme en ame et en corps, en honneur et en chevance. Et si plaist a Dieu avoir mercy de moy, je pense a faire mon devoir de prier Dieu pour eulx en l’autre siecle »68.

37Aux motifs religieux évidents, s’ajoute le souci de laisser auprès de ses descendants des hommes dont il a pu évaluer la compétence de son vivant, et celui de ne pas dissuader les futures recrues. Car qui continuerait à servir une famille qui n’honore pas ses engagements ?

La mise en œuvre du système

Les modalités de paiement

  • 69 Très précisément le 10 octobre 1396, date de première apparition de Jean Le Flament, gouverneur gé (...)

38Au paiement simple (figure 1) des premières années se substitue, au fur et à mesure que l’administration financière se met en place et que le nombre de gens de finances augmente, un paiement plus complexe (figure 2), moins direct, faisant intervenir un plus grand nombre d’acteurs. Le mandement émane toujours du duc qui l’adresse à l’officier des finances chargé du paiement du serviteur concerné. Mais, dès la fin du xive siècle69, un officier chargé de centraliser toutes les opérations financières, le gouverneur général des finances ou général conseiller sur le fait des finances, vient s’intercaler entre le duc et l’officier payeur. Le trésorier général ne sert plus dès lors que d’intermédiaire entre ce personnage clef des services financiers et le bénéficiaire de la grâce ducale. En résumé, cela donne les schémas suivants :

39Les innombrables documents individuels conservés pour l’Hôtel des d’Orléans permettent d’affiner le séquençage du déroulement des opérations. Plus encore, ils établissent qu’aucun changement significatif n’intervient entre le début et la fin de la période étudiée. J’ai retenu deux opérations pour lesquelles, fait rarissime, l’ensemble des pièces nous est parvenu. L’une se situe au début du siècle :

  • 70 BNF, PO 1853 : 15.
  • 71 BNF, PO 1853 : 16.
  • 72 BNF, PO 1853 : 17. Le petit trou situé en haut des pièces était destiné à laisser passer une ficel (...)

1404/05/26, Louis Ier mande à Jean Le Flament, « nostre amé et féal conseiller [...], que des deniers de noz finances par nostre amé et feal tresorier general Jehan Poulain vous faites bailler et delivrer tantost ces lettres veues a Denis Mariete, auditeur de noz comptes, la somme de vingt deux livres dix solz tournois »70
1404/05/28, Jean Le Flament ordonne à Jean Poulain, « tresorier general de mondit seigneur, accomplissez le contenu es lettres de mondit seigneur ausquelles ces presentes sont attachees soubz mon signet en paiant et delivrant a Denis Mariete, auditeur des comptes de mondit seigneur, la somme de vint deux livres dix solz tournois » 71
1404/06/07, Denis Mariète « confesse avoir eu et receu de Jehan Poulain, tresorier general de mondit seigneur, la somme de vint deux livres dix solz tournois »72 ;

40l’autre à la fin des années 1490 :

  • 73 Caen, Mancel, ms. 10 : 157.
  • 74 Caen, Mancel, ms. 10 : 156.
  • 75 BL, Add. Ch. 4506.

1495/10/12, « Loys, duc d’Orleans, de Millan et de Valloys [...], a nostre amé et feal chancelier et general gouverneur de toutes noz finances maistre Denis Le Mercier, salut et dilection. Nous voulions et vous mandons que par nostre amé et feal conseiller, tresorier, argentier et receveur general de nos dictes finances Jaques Hurault, vous faites paier, bailler et delivrer a nostre cher et bien amé serviteur et eschanson, Lancelot Du Lac, la somme de cent dix livres tournois »73
1496/03/11, Denis Le Mercier ordonne à Jacques Hurault d’accomplir le mandement ducal74
1496/07/02, Lancelot Du Lac rend quittance à Jacques Hurault pour la somme reçue75.

  • 76 Pour une synthèse récente et complète sur cette instance suprême en matière financière, je renvoie (...)

41L’impression qui ressort de ces exemples est que mandement ducal et ordre de paiement précèdent le règlement proprement dit, lequel était certifié par une cédule remise par l’intéressé à l’agent payeur qui se devait d’apporter ces multiples écritures à l’instance supérieure de contrôle, la Chambre des comptes76, s’il voulait en obtenir quitus. De fait, si la plupart du temps un tel enchaînement se trouvait respecté, il pouvait arriver que la quittance précède le mandement, que le serviteur ducal touche de l’argent avant même que ne soit émis l’ordre de le lui donner. Toutefois, afin de ne pas encourir de difficultés auprès de la Chambre des comptes, un acte ducal était émis a posteriori afin de servir de preuve à une institution très tatillonne. Le 26 juin 1414, Charles ordonne par écrit aux gens de ses comptes de remettre 4 livres 10 sous tournois à son secrétaire, Pierre Sauvage. Ce dernier avait rendu quittance trois jours auparavant de la même somme reçue

  • 77 BNF, PO 2956 : 2-3.

« pour offrir pour mondit seigneur et par son ordonnance aux reliques de monseigneur Saint Quentin [en Vermandois] et pour distribuer aux povres ce dit jour »77.

  • 78 M. Rey, Les Finances royales..., p. 421.

42La pièce ducale a été produite pour avaliser une opération déjà effectuée. Loin d’être particulière à l’Hôtel des d’Orléans, une telle pratique se retrouve dans les autres cours princières de l’époque : « Le roi ordonnait de bouche tel versement immédiat, quitte à faire régulariser postérieurement l’opération par un mandement écrit »78. Quelle que soit l’importance de la somme allouée, l’existence d’une trace écrite est donc essentielle. Et si son émission s’avère nécessaire dans le cas de mandements écrits ducaux, elle l’est encore plus dans celui de commandements de bouche. Ce qui pose la question du rapport de l’oral et de l’écrit à la fin du Moyen Âge : le fonctionnement de l’Hôtel révélerait-il une phase de transition où l’écriture l’emporterait sur la parole ?

Ordre oral, ordre écrit

  • 79 De même, la littérature médiévale fut l’œuvre de la voix avant d’être celle de la lettre [P. Zumth (...)
  • 80 R. Cazelles, La Société politique..., p. 331.
  • 81 Reims, Tarbé, cart. IV : 56.

43Longtemps la parole a eu plus d’importance que l’écrit qui n’en constituait que l’appui79. Raymond Cazelles relève ainsi pour le xive siècle que « la nomination à un emploi affecte des formes variées. Ce peut être un simple ordre oral donné au chef du service [...]. La nomination faite “de bouche” a même plus de valeur qu’un parchemin »80. Pour corroborer une semblable assertion, citons l’acte daté de 1382 par lequel le bailli de Béarn rappelle une nomination effectuée par « commandement et commission a luy fais de bouche et de vive vois »81. Toutefois, la méfiance envers les ordres oraux transparaît dès le début du xve siècle. Le roi en son grand conseil interdit le 20 avril 1402 aux chambellans, secrétaires, huissiers, sergents d’armes et autres officiers de procéder aux élargissements et délivrances et d’emmener de fait, où il leur plaît, les prisonniers du Châtelet

  • 82 AN, X2a 14, f° 84v.

« soubz umbre d’aucuns commandemens de bouche qui sont legierement pris par impression et importunité, requestes et prieres des amies des parties ainsi emprisonnees »82.

44La parole ne prédomine plus comme avant, et l’écrit lui est désormais toujours associé. Je retiendrai comme exemple la clause 29 du traité d’Arras de 1435 qui prévoit :

  • 83 E. Cosneau, Les Grands traités..., p. 144.

« Pource que cy aprés mondit seigneur de Bourgoigne, tant es lectres qui se feront de la paix comme en autres lectres et escriptures, et aussi de bouche recognoistra et nommera et pourra nommer et recognoistre, là ou il appartiendra, le Roy son souverain seigneur, offrent et consentent lesdiz ambaxeurs du Roy que lesdictes nominacions et recognoissance, tant par escript que de bouche, ne portent aucun prejudice à ladicte exemption personnelle de mondit seigneur de Bourgoigne, sa vie durant »83.

45Mais un tel acte, où l’on multiplie les garde-fous afin de s’assurer de sa bonne application, ne permet pas à lui seul de conclure à une éventuelle mutation. Plus révélateur me semble l’observation du processus de paiement au sein d’une entité telle que l’Hôtel.

  • 84 Acte ducal daté du 14 novembre 1390 [ADL, 6J3 : 21].
  • 85 Se reporter au texte retranscrit au début du présent chapitre.
  • 86 B. Guenée, L Occident aux xive et xve siècles..., p. 197.
  • 87 Il en va de même pour le geste (cf. les travaux de C. Gauvard et de R. Jacob).

46Alors que les quittances étaient presque toujours rendues par écrit (condition sine qua non pour percevoir ses gages), les mandements ducaux pouvaient être adressés à l’officier payeur « tant par lettres comme par nostre commandement de bouche »84. Louis Ier d’Orléans avait prévu ces deux modes de règlement dans son instruction datée de janvier 138985, et les deux sont largement utilisés lors de son principat. Comment expliquer qu’à un moment la préférence soit accordée à une forme plutôt qu’à une autre ? L’émission de mandements écrits se justifie aisément. Il fallait que le trésorier ou le maître de la Chambre aux deniers fût en mesure de présenter des pièces justificatives – quittances ou écrous – au moment de la reddition de ses comptes « pour échapper aux pertes de mémoire de la tradition orale, pour mieux asseoir son contrôle, pour satisfaire cette exigence de la précision numérique qui tenaille de plus en plus les contemporains »86. La rédaction de documents écrits est donc naturelle et automatique, qu’elle intervienne avant ou après le paiement, l’acte écrit officialisant alors le discours87. Les commandements de bouche semblent dépendre davantage des circonstances. On trouve dans le texte de janvier 1389 précédemment cité une première raison de leur emploi :

  • 88 BNF, PO 2151 : 71.

« Item, quant a la distribucion des deniers, ledit Poulain les paiera et distribuera ainsi que par nous mandé li sera par nostre mandement ouvert signé de secretaire et scellé de nostre grant seel et par quictance et non autrement, excepté tant seulement ce qui touchera nostre plaisance, laquelle nous li commanderons et dirons de bouche »88.

  • 89 La « plaisance » signifie le plaisir, le goût ou la volonté [Le Littré sur CD-Rom].
  • 90 M. Rey, Les Finances royales..., p. 421.

47De la « plaisance »89 du prince dépendait donc un certain nombre de décisions prises de vive voix. Si un tel énoncé permet d’écarter les gages, pensions et autres versements réguliers pour lesquels la volonté ducale intervenait seulement au moment de leur institution et de leur cessation, il n’offre pas les moyens de cerner précisément les circonstances à l’origine du commandement d’actes ponctuels. L’immédiateté soulignée par Maurice Rey90 me paraît être une autre cause de nombreux commandements de bouche. Le prince, désireux de dispenser ses bienfaits alors qu’il ne dispose pas à ses côtés de clerc ou de secrétaire pour consigner sa volonté, n’hésite pas à remettre à plus tard la régularisation de l’opération. Son pouvoir n’est-il pas suffisamment fort pour prendre une décision sans avoir à s’embarrasser de paperasserie ? C’est du moins ce qu’il pense. Un rappel de mandement figurant dans le compte de dépense de Jean Poulain pour le mois de juillet 1389 fournit une troisième explication :

  • 91 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 129.

« Item, a monseigneur despoy [de Chepoy], chevalier, chambellan de monseigneur, qui lui estoient deubz a cause de prest par lui fait a mondit seigneur ou voiaige que le roy nostre seigneur a fait derrain passé a Chartres, et dont il ne veult les parties autrement cy estre declarés par commandement de bouche de mondit seigneur, tant seuleument pour ce … XL francs »91.

48La parole assure la confidentialité du geste, et le duc l’utilise fréquemment lorsqu’il entend ne pas dévoiler ses desseins, notamment dans le cadre de missions tenues secrètes. Dans sa quittance, le serviteur prend d’ailleurs le soin de ne rien dévoiler des intentions de son maître, comme le fait par exemple Guillaume Bataille* qui reçoit 300 livres tournois le 28 janvier 1411 :

  • 92 BNF, PO 212 : 29. Cf. la fiche biographique de Guillaume Bataille* pour plus de précisions sur cet (...)

« [...] pour un voyage qu’il [Charles d’Orléans] nous a enchargié faire de par luy es parties d’Espaigne et ailleurs pour certaines besongnes qui grandement touchent mondit seigneur, lesquelles il a tres a cueur et n’en veult autre declaration estre faicte »92.

  • 93 « Les Chambres des comptes répondent à un certain nombre de besoins : un prince doit connaître le (...)
  • 94 Voir M. Sommé, « La Chambre des comptes de Lille, auxiliaire vigilante du pouvoir ducal... ».
  • 95 J. Kerhervé, L'État breton..., I, p. 395.
  • 96 Louis Ier, alors duc de Touraine, reconnaît avoir reçu 1 000 francs d’or de Jean Poulain « pour en (...)

49Dans un cas comme celui-ci, l’agent payeur ne risque pas grand chose au moment de la reddition de ses comptes : même si le motif est tu et si l’ordre ducal n’a été exprimé que verbalement, il dispose au moins de la quittance de l’intéressé, preuve que l’argent a bel et bien été remis et qu’il n’y a pas eu malversation. Les choses se compliquent en l’absence d’acte écrit prouvant le commandement et/ou la réception de la somme attribuée. Le trésorier a beau alléguer la parole princière, cela ne suffit pas pour obtenir quitus. Doit-on en conclure à une remise en cause de l’autorité ducale ou bien plutôt à une volonté de préservation des intérêts ducaux par la Chambre des comptes ? Instance créée par le prince et agissant dans l’intérêt du prince93, la Chambre des comptes contrôlait de fait ses libéralités intempestives et défendait ses intérêts malgré lui94. Il n’empêche qu’à force de développer un « formalisme exacerbé »95 – même le duc était soumis à tutelle financière96 –, elle dut largement contribuer, dans le domaine administratif, à l’effacement progressif du pouvoir verbal au profit de la preuve écrite.

La multiplication des écritures

  • 97 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 198.
  • 98 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 429.
  • 99 Le duc fait ainsi délivrer 200 francs d’or à Jean de Targy, écuyer d’écurie, pour considération de (...)
  • 100 À la demande de Jean Chardon qui a perdu ses lettres de nomination à l’office de maître de la Cham (...)
  • 101 Le souci de la conservation et de l’archivage a existé très tôt : il remonte au xiie siècle, mais (...)

50« La multiplication des écritures est à la fin du Moyen Âge massive et générale » constate Bernard Guenée97. Jean Kerhervé confirme : « Le xve siècle fut incontestablement en Bretagne comme ailleurs celui de l’inflation galopante de la paperasserie administrative »98. Cela concerne aussi bien les documents individuels, tels les mandements et quittances dont il vient d’être question, que les documents collectifs au premier rang desquels se situent les comptes. Pour ce qui est des premiers, chaque acte était rédigé en deux exemplaires. L’original revenait à l’officier concerné qui devait être à même de le présenter à tout moment : lors de son investiture, à l’occasion du versement de ses gages99 ou du solde de ses comptes100, ou encore en cas de litige avec un autre officier prétendant au même poste. Une copie ou vidimus était conservée par la Chambre des comptes pour permettre le contrôle des versements effectués et afin d’éviter toute contestation future. Le souci de préserver une trace écrite des lettres expédiées dénote alors une certaine volonté d’archivage des actes de la pratique101 :

  • 102 AN, KK 267, f° LXIII.

1404/10/01-1405/09/30 (compte) : « A maistre Jacques de Nouviant, secretaire de monseigneur le duc, retenu de par mondit seigneur a C livres tournois de pension chascun an si comme il appert par lettres de mondit seigneur sur ce faittes, desquelles le vidimus fait soubz le seel du chastellet de Paris, collacionné en la chambre des comptes de mondit seigneur, est rendu sur les comptes precedens »102.

  • 103 Celle des ducs d’Orléans a été étudiée par J. Thibault, « Le personnel de la Chambre des Comptes d (...)

51La parole, elle, ne pouvait s’archiver. Cela contribue à expliquer la préférence grandissante accordée au texte sur le verbe, et la création dans la seconde moitié du xive siècle de la plupart des Chambres des comptes au sein du royaume de France103. Mais avant de conserver, il fallait s’assurer de l’exactitude des documents soumis à vérification. La Chambre procédait alors à l’audition et à l’examen de la comptabilité ducale.

  • 104 Je renvoie à la typologie esquissée dans l’introduction.
  • 105 Voir en particulier les travaux de P. Cockshaw, J. Kerhervé, G.-M. Leproux ou O. Mattéoni.

52Rarement considérés pour eux-mêmes mais plutôt pour les renseignements qu’ils offrent (nombre d’officiers au service du prince à une date donnée, émoluments perçus par chacun d’eux, etc.), les comptes sont avant tout des instruments de gestion104. C’est sous cet angle que je les étudierai, sans omettre une seconde fonction qui, jusqu’à présent, a peu retenu l’attention des historiens : ils sont aussi des symboles du pouvoir, des instruments de son affirmation. La procédure de reddition ayant déjà fait l’objet de plusieurs analyses105, je m’abstiendrai de la décrire à nouveau pour me concentrer sur les ennuis qui guettent l’officier payeur soupçonné de détournement de fonds et sur le rôle du prince dans les cas litigieux. S’abstient-il de toute intervention ou bien entre-t-il en conflit avec la Chambre accusatrice afin d’obtenir l’apurement des comptes de ses serviteurs ?

  • 106 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 845-859. L’enquête éditée par Holger Kruse montre par ailleur (...)
  • 107 Cf. l’extrait cité supra dans le chapitre I qui concerne aussi bien les serviteurs que les agents (...)
  • 108 Cela concerne essentiellement les sommes figurant dans la rubrique des « deniers baillés comptant  (...)

53La Chambre des comptes agit dans l’intérêt princier en contrôlant l’action du maître de la Chambre aux deniers, du trésorier, ainsi que de tout autre agent payeur. Son but est d’éviter que le prince ne se fasse « rober » par des officiers peu scrupuleux106, et les fraudes devaient être suffisamment nombreuses pour que Charles d’Orléans insère dans son ordonnance de mai 1454 diverses clauses à leur sujet107. Mais, là où les auditeurs des comptes voyaient abus ou malversation, il pouvait s’agir seulement d’un oubli ducal visant à régulariser l’opération à laquelle le comptable avait dû consentir à la suite d’un commandement de bouche108. Immanquablement, en l’absence de trace écrite, l’agent financier était pris à partie et toute décharge lui était refusée. Jean Poulain en fit l’expérience à ses débuts, dès la reddition de ses deux premiers comptes :

  • 109 Exercice courant d’octobre 1391 à septembre 1392 [ADL, 6J3 : 22].

« Ce sont les parties du secont compte Jehan Poulain, tresorier de monseigneur le duc d’Orleans, sur lesquelles ont fait doubte les auditteurs des comptes de mondit seigneur pour ce que d’icelles parties il n’a aucun mandemens de monseigneur combien que ycelles parties soient paiees par le commandement de bouche de monseigneur »109.

  • 110 En principe, l’agent de finances est responsable sur ses propres deniers des sommes que les gens d (...)
  • 111 Voir le cas similaire de Martin Cornille, destitué de son office de receveur général des finances (...)

54Dans la mesure où il était le premier comptable à soumettre ses écritures à la Chambre, celle-ci voulut peut-être dissuader par sa fermeté toute tentative future de malversation. Toujours est-il qu’aucun document postérieur ne l’incrimine, qu’il n’eut rien à verser en guise de dédommagement110, et qu’il conserva son office jusqu’en 1409, date probable de sa mort111. La Chambre aurait-elle fait preuve d’un certain laxisme à son égard ? C’est là qu’intervient le duc.

  • 112 J. Kerhervé, L'État breton..., I, p. 399.

55La Chambre des comptes n’avait pas compétence financière générale en dernier ressort comme on peut le lire trop souvent. Son autorité trouvait ses limites lorsqu’elle se heurtait à la volonté ducale112. Sans parler des irrégularités couvertes par le prince, il suffit d’évoquer les interventions souveraines ayant pour but de disculper un officier accusé à tort. Reprenons l’exemple du second compte de Jean Poulain qui fut l’objet de contestations. Le 18 octobre 1392, soit peu après son examen, Louis Ier fait rédiger un rôle

  • 113 ADL, 6J3 : 22.

« signez de secretaires de monseigneur et scellez de son grant seel, en la fin desquelx rolle monseigneur dit avoir veues toutes ycelles parties et ycelles eues agreables et d’aucunes petites parties non comprises en rolles »113.

56Suivent les « parties » payées par Jean Poulain et pour lesquelles le trésorier n’avait pu précédemment fournir de mandements écrits :

  • 114 Ibid.

« Sur une partie de maistre Jehan Gillet, secretaire de monseigneur, montant XLIIII livres tournois, pour la parpaie d’un voiage par lui fait si comme il appert par son compte particulier sur ce fait rendu en la chambre des comptes de monseigneur [...]
Sur une partie de Gilles Hane de X sous que monseigneur donna a son fils, fillel de mondit seigneur, non comprise en aucun rolle »114, etc.

57Il en va de même pour le premier compte de Jean Poulain qui avait également donné lieu à contestation de la part des auditeurs du duc. Louis Ier certifie par mandement écrit daté du 14 novembre 1390 :

  • 115 ADL, 6J3 : 21.

« [...] que toutes les parties de ce present role [d’octobre 1390] ont esté faites et distribuees par nostre commandement et ordonnance fait audit Jean Poulain, tant par lettres comme par nostre commandement de bouche [...]. Si voulons que par rapportant ce present roolle, les mandements et quitances [...], icelui Jean Poulain demeure plainement quicte et deschargié par tout ou il appartendra sans aucun contredit »115.

  • 116 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 400.
  • 117 BNF, PO 2635 :6.

58On l’aura compris : « La Chambre n’avait d’autre autorité que celle que voulait bien lui laisser son maître »116… ou sa maîtresse lors des périodes de tutelle. Ainsi, en septembre 1470, Marie de Clèves tient quitte de la somme de 142 livres tournois l’ancien maître de la Chambre aux deniers de feu le duc, Jean Sarre, dont il est dit au moment de la reddition de son compte qu’il « est demouré debteur envers nous »117.

  • 118 BNF, PO 1241 : 5 ; PO 678 : 17, etc.
  • 119 Il n’y a pas de PO à ce nom. Il doit s’agir de Jean Boutemie, alors secrétaire ducal.

59La parole a-t-elle cependant perdu tout effet ? N’a-t-elle plus aucun pouvoir depuis que l’écrit semble régner sur l’ensemble des opérations financières de l’Hôtel ? La prolifération des écritures est indéniable, et les exemples précédemment cités attestent de leur importance. Toutefois, n’enterrons pas trop vite le verbe. Les quittances rendues, non par écrit, mais devant un témoin qui « certiffie a tous a qui il appartient »118 le paiement de sommes attribuées par le duc, perdurent tout au long du xve siècle. Durant le voyage de Lombardie de 1403, auquel participèrent plusieurs secrétaires aptes à rédiger des actes écrits, nombre d’officiers rendirent quittance de leurs gages devant un parent ou un autre officier garants du versement et de la réception de la somme due à l’intéressé. Le 9 septembre 1449, « en la presence de moy, Jehan Boutenac119, secretaire de monseigneur le duc d’Orleans », Jean Fricon, échanson de Charles d’Orléans, confesse avoir reçu la somme de 4 livres, 16 sous et 3 deniers tournois,

  • 120 11 s’agit de Catherine d’Argueil, nièce de Charles d’Orléans. Fille de Marguerite d’Orléans et de (...)
  • 121 BNF, PO 1251 : 6.

« pour restitucion de semblable somme qu’il a baillé par l’ordonnance de mondit seigneur pour avoir fait copier le livre des balades de mondit seigneur pour l’envoier a madame d’Argueil120 pour don a elle fait par mondit seigneur »121.

  • 122 BNF, PO 3005 : 51.

60Pareillement, le 12 juillet 1470, Pierre Prunelé* confesse devant témoin avoir reçu 45 livres tournois « en quoie qui lui est deu de ses gaiges par lui desserviz ou vivant de feu monseigneur le duc que Dieu absoille »122. Il n’en demeure pas moins que la reconnaissance de paiement est ensuite couchée par écrit. Si la parole conserve une importance certaine, elle n’a plus suffisamment de poids en elle-même. La civilisation médiévale du xve siècle est bel et bien devenue une civilisation de l’écrit, y compris pour régler les rapports humains qui semblent les plus étroits.

***

61Le système de paiement mis en place par Louis Ier au début des années 1390 permit au premier des ducs d’Orléans-Valois de constituer et de développer un Hôtel considérable. En 1407, ce sont ainsi plus de 150 serviteurs qui en relèvent. Qui étaient-ils ? Constituaient-ils un groupe homogène et uni sur lequel le prince pouvait s’appuyer ?

Notes

1 Voir le texte dans A. Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413...

2 Clément de Fauquembergue, Journal, I, p. 25.

3 Chris Given-Wilson souligne les plaintes invariablement formulées à l’encontre de l’Hôtel des rois d’Angleterre durant la seconde moitié du xive siècle : Complaints of various sorts about the household were a feature of almost every parliament. These related mainly to two grievances : firstly, that the household was failing to pay for its provisions, and secondly that the overall size and therefore cost of the household was excessive [The Royal Household..., p. 111]·

4 M. Rey, Les Finances royales..., p. 21.

5 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 225 et p. 268 : « L’Hôtel consommait au moins la moitié des recettes de l’État sous François II ». Monique Sommé constate également que, dans les années 1430-1450, « les dépenses quotidiennes des Hôtels absorbent alors une part de plus en plus importante des ressources ordinaires de l’État bourguignon, 30 à 40 % » [Isabelle de Portugal..., p. 217] ; quant à Pierre-Roger Gaussin, il estime que sous Louis XI, « l’Hôtel, en réunissant celui du roi et celui de la reine, absorbait environ le dixième de l’ensemble des dépenses de l’État » [Louis XL.., p. 411].

6 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté...

7 L’aspect matériel a dû être écarté faute de sources suffisantes. Pour les dépenses de bouche, les listes journalières ne deviennent importantes qu’après 1450.

8 BNF, PO 2063 : 45.

9 M. Thibault, Isabeau de Bavière..., p. 121, n. 4.

10 BNF, PO 2151 : 71.

11 BNF, PO 2151 : 70. Dans les premiers temps, les rôles de dépenses sont assez succincts et mêlent un peu tout. Par la suite, ils s’allongent et s’organisent [cf. F. M. Graves, Quelques pièces...].

12 BL, Add. Ch. 2568.

13 BL, Add. Ch. 2569. Cf. le voyage de Louis Ier en Lombardie lors du premier trimestre 1391 [E. Jarry, La Vie politique..., p. 70-73 et F. Autrand, Charles VI..., p. 265].

14 BNF, PO 2049 : 6. La somme perçue par Boniface de Morez peut paraître disproportionnée au regard de l’office occupé (un écuyer d’écurie touchait environ 100 livres tournois de gages par an au début du xve siècle). C’est oublier que Louis Ier l’avait à son service depuis septembre 1389 au moins [E. Jarry, La Vie politique..., p. 51], qu’il lui confia des missions d’importance (notamment en Lombardie d’où Boniface était originaire), et qu’il le tenait en grande affection : de son vivant, il en fit son premier écuyer de corps [ADL, 6J5 : 23] et le combla de dons multiples [BNF, PO 2049 : 6 ; BL, Add. Ch. 2182, 2205, etc.] ; à sa mort, que l’on peut dater de fin 1398 [Jean Froissait, Chroniques, XVI, p. 92 et suiv.], il fit célébrer pour son âme des messes dans plusieurs couvents [BL, Add. Ch. 4283, Add. Ch. 4284, Add. Ch. 4285].

15 E. Jarry, La Vie politique..., p. 27, η. 1 et M. Rey, Les Finances royales..., p. 602-604.

16 Après l’avoir fixée à 1 000 francs par mois à son retour de la campagne de Gueldre [ADL, 6J3 : 1], Charles VI la porte à 4 500 francs en 1392 [AN, KK 267, f° V].

17 Ils finirent par atteindre 80 à 90 % des revenus de Louis Ier à la fin de son principat [A. Demurger, Temps de crises..., p. 88 et C. Gauvard, La France au Moyen Âge..., p. 453 d’après M. Rey, Les Finances royales...].

18 Les premiers à recevoir dès 1389-1390 des gages sont les petits serviteurs : fourriers, valets de chiens ou de faucons, etc. La modicité des sommes perçues explique qu’ils aient eu la primeur de ces rémunérations fixes. À l’inverse, pour ce qui est des pensions, les premiers à se voir octroyer une allocation régulière de 500 francs par an figurent parmi les membres les plus importants de l’Hôtel. Il s’agit d’abord, en novembre 1391, de Philippe de Florigny* et de Jean de Bueil* [BNF, PO 2152 : 138]. Suivent en 1393 Jean de Roussay* [ADL, 6J3 : 38], Jean de Trie* [BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 186], Jean Prunelé* [ADL, 6J3 : 40], Jean de Garencières* [BNF, ms. fr. 6211 : 146], etc. Tous ne percevaient jusqu’alors que des dons, certes importants, mais à caractère irrégulier.

19 Il le demeure jusqu’à sa mort que l’on peut dater du début de 1409 : dans un mandement ducal du 2 février 1409, Jean Poulain est qualifié de « nagaires nostre tresorier general » par Charles [BNF, PO 2156 : 407]. Son successeur, Pierre Rénier, fait sa première apparition à cet office en mai de la même année.

20 ADL, 6J3 : 83.

21 M. Rey, Les Finances royales..., p. 22. Il les détaille longuement une à une dans les pages qui suivent.

22 Voir M. Rey précédemment cité, mais également J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 237 et suiv. ; É. Lalou, « Introduction », Les Comptes sur tablettes de cire... ; F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 71-72 ; M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 97-118 ; A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 176.

23 J. Favier, Dictionnaire..., p. 501 et M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 97.

24 M. Rey, Les Finances royales..., p. 56. Pour plus de renseignements sur cet officier déjà bien étudié, se reporter par exemple à M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 97-102 et p. 317-323.

25 Il s’agissait généralement du trésorier ou du receveur général des finances mais, dans les années 1440, en liaison avec le paiement de la rançon de Charles, ils font place à un officier « commis [par le duc] a recevoir les deniers venans et yssans des dons, aydes, et empruns pour nous et de par nous fait et a faire pour le fait de nostre finance et de nostre delivrance » [BNF, PO 678 : 4].

26 BNF, ms. fr. 6211 : 83.

27 AN, KK 270, f° 1.

28 Autre personnage clef qui faisait consigner par les clercs d’offices, sur les écrous journaliers, le montant des gages remis aux serviteurs présents. Après vérification, il apposait son seing manuel au bas des listes qui lui étaient soumises, se portant ainsi garant des versements effectués.

29 AN, KK 270, f° 6v. Voir aussi les exemples cités dans le chapitre II.

30 Qu’il y ait un officier à cette date prouve l’existence de l’organisme qu’il dirige avant même que Louis Ier ne légifère en matière de paiement du personnel (cf. texte du 31 juillet 1392 cité supra).

31 Aucune source n’a été retrouvée pour les deux dernières années du principat de Louis II.

32 Cf. chapitre précédent.

33 À titre comparatif, la durée moyenne d’occupation de l’office de trésorier ducal est de 10 ans et 3 mois sur un siècle (je n’ai pas soustrait les années de détention de Charles, l’office de trésorier étant alors toujours pourvu), avec un minimum de 7 mois (Michel Gaillart) et un maximum de 23 ans (Jacques Hurault).

34 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 339.

35 R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII..., I, p. 298, n. 3. À ma connaissance, il est le seul à être parvenu à s’intégrer au second état de la société médiévale.

36 Voir tableau 6.

37 BdD no 644.

38 Pour avoir fait carrière dans les offices de recette, le contrôleur n’ignorait rien des ficelles du métier. D’où une méfiance atavique envers le comptable [J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 395 et II, p. 847].

39 Cf. J. Verger, Les Gens de savoir... et les travaux de F. Autrand sur les conseillers du Parlement de Paris : tous se font appeler “maître” sans pour autant être toujours “maître ès-arts” ; certains ont la licence en droit, mais d’autres ne possèdent aucun grade universitaire.

40 Le phénomène semble courant comme l’atteste, pour l’Hôtel de l’épouse de Philippe le Bon, l’obligation dans laquelle se trouva Jean Fabien, maître de la chambre aux deniers de la duchesse, « d’avancer de l’argent sur sa cassette personnelle » [M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 114].

41 Cf. les lettres de nomination où ils sont évoqués. Je citerai comme exemple les lettres patentes de Louis Ier d’Orléans établissant Guillaume Bataille* « seneschal de nostre dicte conté d’Angolesme et capitaine general des chasteaulx cy aprés declarez, c’est assavoir le grant chastel de la ville d’Angolesme et le petit chastellet, le chastel de Merpuis et le chastel de la Tour Blanche, [et pour cela] ordonnons prendre et avoir doresnavant chacun an la somme de deux mille livres tournois de gaiges ou pension [...] avecques les autres drois, profiz et emolumens qui y appartiennent », 1402/07/01 [BNF, nouv. acq. fr. 3640 : 416].

42 Je renvoie à la bibliographie tant les ouvrages ou articles ayant servi à établir un tel lexique sont nombreux.

43 BNF, ms. fr. 6211 : 65.

44 BNF, PO 1427 : 24.

45 J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté..., p. 439.

46 « Certaines pensions à volonté, surtout quand elles étaient comptées par jour, ressemblent de si près à des gages que les deux termes ont peut-être été employés l’un pour l’autre. » [B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les pensionnaires fieffés... », p. 146]. Cf. les arguments avancés par O. Mattéoni (chapitre X) et par J. Rauzier (chapitre III du livre 2) pour tenter de différencier les deux.

47 Comme dans ce mandement où Charles ordonne que son premier maître d’Hôtel, Rémond Fricon*, perçoive désormais « oultre et pardessus les gaiges ordinaires qu’il prent de nous chacun mois pour sa despense, la somme de deux cens livres tournois, a icelle prendre et avoir par maniere de pension chacun an tant comme il nous plaira », 1451/07/02 [BNF, PO 1251 : 12].

48 Mathurin Brachet*, chambellan de Louis II, reçoit ainsi dans le même temps 90 livres tournois pour trois mois de gages et rend quittance de 100 livres tournois « de pension le quartier de juillet, aoust et septembre derrain passé » [BNF, nouv. acq. fr. 3105 : 206].

49 « Toutes les personnes composant l’Hôtel recevaient, les unes, des gages en argent et des livraisons en nature ; les autres, des gages seulement ; d’autres enfin, seulement des livraisons » [L. Douët-d’Arcq, Comptes de l’Hôtel..., p. VII].

50 Bertrand Schnerb constate ainsi que « le titulaire d’un office de l’hôtel qui, par une fréquentation plus ou moins assidue, entrait dans la familiarité du prince, bénéficiait d’un système complexe de rémunération comprenant, outre une éventuelle pension annuelle et des gages ordinaires comptés par les “escroes” de la dépense de l’hôtel, des dons extraordinaires : récompenses pour de “bons et agreables services”, aide financière permettant de s’habiller, de se monter et de s’armer, indemnisation pour “perte de chevaux” ou autres, don “en augmentation de mariage” ou “rachetement de prison”, c’est-à-dire aide à la rançon. » [Enguerrand de Bournonville..., p. 82].

51 Françoise Autrand pose ainsi la question pour l’Hôtel de Jean de Berry : « Mais le duc paie-t-il ? On peut se le demander quand les registres contiennent les plaintes des mal payés » [« Le duc de Berry, un maître qui paie bien ? », p. 42],

52 Ead., « Offices et officiers... », p. 295-296.

53 Somme à laquelle j’étais parvenue dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, Les Chambellans..., I, p. 93.

54 Ainsi en est-il de Boniface de Morez, Guillaume Quiéret, Jean Cailleau, Macé Héron, Philippot Prégent, etc.

55 J. Day, Monnaies..., p. 41 et p. 81.

56 M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 242-245.

57 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, V, ball. M, p. 253.

58 BNF, PO 815 : 5.

59 BNF, PO 2503 : 7.

60 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 265.

61 L’exemple de Hugues Perrier, secrétaire ducal, est en cela révélateur. Alors qu’il recevait depuis 1409 des sommes ponctuelles venant rembourser les frais occasionnés par le service ducal, mais aucune rémunération fixe, Charles d’Orléans ordonne en 1412 que « comme nostre amé et feal secretaire maistre Hugues Perrier, depuis le trespassement de feue nostre tres redoubtee dame et mere que Dieux absoille, nous ait continuellement et loyament servi a grans diligences en plusieurs et diverses manieres ou nous l’avons voulu employer sans ce qu’il ait eu de nous ne encores ait bienfais, prouffiz ne emolumens souffisans a soy soustenir et vivre honnestement en nostre service, savoir faisons que nous, ce consideré et voulans en ce pourveoir a nostre dit secretaire pour lui aidier a soustenir les frais, missions et despens qu’il lui a convenu et convendra encores faire en nostre dit service tant qu’il y sera et demourra, a icellui nostre secretaire [...] avons tauxé et ordonné [...] par ces presentes la somme de douze solz parisis par jour a prendre et avoir doresnavant des deniers de noz finances » [BNF, PO 2239 : 14].

62 En janvier 1408, Valentine Visconti ordonne à son conseiller Jean Braque de payer à Guyot de Renty*, « jadiz chambellan de feu monseigneur le duc, tout ce qui lui est deu et sera du temps passé a cause de six cens livres tournois de pension que feu monseigneur le duc d’Orleans lui ordonna japieça prendre et avoir chascun an sa vie durant de et sur votre recepte et doresnavant par chascun an aux termes en la maniere acoustumez » [BNF, nouv. acq. fr. 3105 : 172]. Après la mort de Charles, Marie de Clèves s’acquitte pareillement des sommes dues à de nombreux officiers de son défunt mari. Cette mesure concerne autant les officiers reconduits dans leur office – tel Oudin Pisseleu, écuyer panetier de feu le duc et à présent de la duchesse [BNF, PO 2291 : 8-9] – que ceux n’appartenant plus à la Maison ducale comme Jean de Branvillier qui reçoit 12 livres 10 sous tournois de Michel Gaillart en avril 1469 « sur ce qui puet estre deu a cause de ses gaiges desserviz du temps de feu monseigneur le duc en office de pennetier » [BL, Add. Ch. 4486].

63 « Faute de disponibilités, Charles VII ne méritera pas tout de suite le surnom de “Bien servi”. Peut-on l’être quand on rémunère mal et irrégulièrement ? » [M. Mollat, La Guerre de Cent ans..., p. 73].

64 BL, Add. Ch. 4246.

65 ADL, 6J5 : 55.

66 ADL, 6J9 : 63.

67 AN, K 534, no 4, retranscrit par F. M. Graves, Quelques pièces... Voir l’étude de M. Gaude-Ferragu, « Le corps du prince. Le testament de Louis d’Orléans... ».

68 Ibid.

69 Très précisément le 10 octobre 1396, date de première apparition de Jean Le Flament, gouverneur général de toutes les finances. S’il remplit l’office, sa titulature n’indique le plus souvent que le seul titre de conseiller. Pierre Cockshaw relève un cas similaire sous le principat de Philippe le Hardi : « Dine Raponde apparaît comme un personnage extrêmement important à qui l’on confie des missions de confiance et qui, avec quelques autres, a la haute main sur les finances ducales : son seul titre est cependant le plus vague et le plus galvaudé qui soit, conseiller du duc » [Le Personnel de la chancellerie de Bourgogne-Flandre..., p. 143].

70 BNF, PO 1853 : 15.

71 BNF, PO 1853 : 16.

72 BNF, PO 1853 : 17. Le petit trou situé en haut des pièces était destiné à laisser passer une ficelle qui permettait de relier entre eux les documents relatifs à un même ordre. On peut le vérifier à la British Library qui a conservé les archives en l’état, alors que la Bibliothèque nationale a préféré les séparer pour mieux les coller dans de grands registres.

73 Caen, Mancel, ms. 10 : 157.

74 Caen, Mancel, ms. 10 : 156.

75 BL, Add. Ch. 4506.

76 Pour une synthèse récente et complète sur cette instance suprême en matière financière, je renvoie au colloque organisé par P. Contamine et O. Mattéoni, La France des principautés. Les Chambres des comptes...

77 BNF, PO 2956 : 2-3.

78 M. Rey, Les Finances royales..., p. 421.

79 De même, la littérature médiévale fut l’œuvre de la voix avant d’être celle de la lettre [P. Zumthor, La Lettre et la voix...] et l’oralité conservait toute son importance comme preuve dans les règlements de conflits [C. Gauvard, De grace especial...].

80 R. Cazelles, La Société politique..., p. 331.

81 Reims, Tarbé, cart. IV : 56.

82 AN, X2a 14, f° 84v.

83 E. Cosneau, Les Grands traités..., p. 144.

84 Acte ducal daté du 14 novembre 1390 [ADL, 6J3 : 21].

85 Se reporter au texte retranscrit au début du présent chapitre.

86 B. Guenée, L Occident aux xive et xve siècles..., p. 197.

87 Il en va de même pour le geste (cf. les travaux de C. Gauvard et de R. Jacob).

88 BNF, PO 2151 : 71.

89 La « plaisance » signifie le plaisir, le goût ou la volonté [Le Littré sur CD-Rom].

90 M. Rey, Les Finances royales..., p. 421.

91 BNF, nouv. acq. fr. 3638 : 129.

92 BNF, PO 212 : 29. Cf. la fiche biographique de Guillaume Bataille* pour plus de précisions sur cette mission en péninsule Ibérique.

93 « Les Chambres des comptes répondent à un certain nombre de besoins : un prince doit connaître le montant et la répartition de son revenu, il doit s’assurer que les comptes sont rendus et contrôlés aussi fréquemment que possible et, dans la mesure où il doit vivre du sien, il doit veiller à ce que son domaine soit géré correctement et, surtout, ne soit pas dilapidé. » [J.-P. Genet, « Conclusion », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes...].

94 Voir M. Sommé, « La Chambre des comptes de Lille, auxiliaire vigilante du pouvoir ducal... ».

95 J. Kerhervé, L'État breton..., I, p. 395.

96 Louis Ier, alors duc de Touraine, reconnaît avoir reçu 1 000 francs d’or de Jean Poulain « pour en ordener et faire a nostre plaisir », 1391/11/13 [BNF, PO 2152 : 135]. Cf. également J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 247-251 et M. Sommé, Isabelle de Portugal..., p. 185.

97 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles..., p. 198.

98 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 429.

99 Le duc fait ainsi délivrer 200 francs d’or à Jean de Targy, écuyer d’écurie, pour considération de ses bons et agréables services, « et aussi en recompensacion de ce qui lui estoit deu de ses gaiges de cinquante livres tournois par an pour la garde de nostre chatel de Langes depuis le temps que nous eusmes le gouvernement de nostre duchié de Touraine jusques a present, desquels gaiges il n’a esté point paiez par nostre receveur de Touraine pour ce que nostre dit escuier encores n’avoit de nous lettres de justification dudit office », 1391/08/20 [PO 2797 :3].

100 À la demande de Jean Chardon qui a perdu ses lettres de nomination à l’office de maître de la Chambre aux deniers ducale délivrées le 27 juin 1439, Charles lui en concède de nouvelles, « lesquelles lui sont neccessaires de avoir et recouvrer de nous pour soy en aider en la reddicion de ses comptes, et sur ce nous a requis icelles lui octroier de nouvel. Savoir faisons que nous, confiens a plain des sens, discrecion, suffisance, loyaulté, preudommie et bonne diligence de la personne de nostre dit secretaire [...], avons donné et octroié, donnons et octroions de grace especial par ces presentes ledit office de maistre de nostre dicte chambre aux deniers aux gaiges, droiz, livraisons, prerogatives, prouffiz et emolumens acoustumez... », 1443/10/16 [BNF, PO 678 : 10].

101 Le souci de la conservation et de l’archivage a existé très tôt : il remonte au xiie siècle, mais il ne concernait alors que les documents relatifs au domaine (voir les cartulaires et les chartriers).

102 AN, KK 267, f° LXIII.

103 Celle des ducs d’Orléans a été étudiée par J. Thibault, « Le personnel de la Chambre des Comptes de Blois... ».

104 Je renvoie à la typologie esquissée dans l’introduction.

105 Voir en particulier les travaux de P. Cockshaw, J. Kerhervé, G.-M. Leproux ou O. Mattéoni.

106 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 845-859. L’enquête éditée par Holger Kruse montre par ailleurs comment un haut fonctionnaire des finances peut utiliser son pouvoir pour s’enrichir sur le dos des autres serviteurs en détournant leurs gages par exemple [« Les malversations commises par le receveur général Martin Cornille... »].

107 Cf. l’extrait cité supra dans le chapitre I qui concerne aussi bien les serviteurs que les agents comptables. Ces derniers sont encore plus directement intéressés par cette autre disposition émanant du même acte : « Mondit seigneur ordonne que nulles de ses finances ne soient distribuees ne baillees a quelque personne que ce soit se ce n’est par descharge ou consentement de Jehan Le Flament par lui de nouvel ordonné general gouverneur de ses dictes finances » [BNF, PO 2159 : 652]. À noter que Philippe le Bon édicta la même année une ordonnance de finance condamnant les abus commis en son Hôtel [H. Kruse, « Les malversations commises par le receveur général Martin Cornille... », p. 310].

108 Cela concerne essentiellement les sommes figurant dans la rubrique des « deniers baillés comptant ».

109 Exercice courant d’octobre 1391 à septembre 1392 [ADL, 6J3 : 22].

110 En principe, l’agent de finances est responsable sur ses propres deniers des sommes que les gens des comptes refusent d’allouer en ses comptes.

111 Voir le cas similaire de Martin Cornille, destitué de son office de receveur général des finances en avril 1448, et rétabli peu de temps après malgré les nombreux témoignages l’accusant [H. Kruse, « Les malversations commises par le receveur général Martin Cornille... », p. 288-300].

112 J. Kerhervé, L'État breton..., I, p. 399.

113 ADL, 6J3 : 22.

114 Ibid.

115 ADL, 6J3 : 21.

116 J. Kerhervé, L’État breton..., I, p. 400.

117 BNF, PO 2635 :6.

118 BNF, PO 1241 : 5 ; PO 678 : 17, etc.

119 Il n’y a pas de PO à ce nom. Il doit s’agir de Jean Boutemie, alors secrétaire ducal.

120 11 s’agit de Catherine d’Argueil, nièce de Charles d’Orléans. Fille de Marguerite d’Orléans et de Richard de Bretagne, elle fut mariée au fils aîné du prince d’Orange. Pierre Champion la décrit comme une « dame dont la beauté, la vertu et l’esprit faisaient l’admiration de toute la Bourgogne » [Vie de Charles d’Orléans..., p. 452]. Par ailleurs, il mentionne le manuscrit offert par Charles à sa nièce en 1449 [ibid., p. 505-506].

121 BNF, PO 1251 : 6.

122 BNF, PO 3005 : 51.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Les maîtres de la Chambre aux deniers de l’Hôtel des ducs d’Orléans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540