Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un prince en son Hôtel

 | 
Elizabeth Gonzalez

Introduction

Texte intégral

Des oubliés de l’histoire

  • 1 Citons pour exemple les deux cents premières pages du livre de Bernard Quilliet consacrées au futur (...)
  • 2 Le document qui suit est la preuve que l’Hôtel des ducs d’Orléans en produisait également, mais mal (...)
  • 3 « L’historiographie bourguignonne, bien connue, elle [à la différence de l'historiographie provenan (...)
  • 4 À noter toutefois les deux excellents chapitres (IX et XXIII) que Françoise Autrand consacre au per (...)
  • 5 La dernière en date, celle d'Emmanuel Bourassin, Charles d’Orléans, prince des poètes, Monaco, Édit (...)
  • 6 Bizarrement, ce prince à l’activité politique pourtant intense après 1483 n’a que fort peu retenu l (...)
  • 7 B. Schnerb, L'État bourguignon 1363-1477, Paris, Perrin, 1999.
  • 8 De fait, la politique des ducs d’Orléans diffère de celle des ducs de Bourgogne. Par ses achats de (...)
  • 9 Comme le prouve la bibliographie thématique d’Edith Yenal dans laquelle il apparaît que les études (...)
  • 10 Tout comme son ancêtre le palatium, l’hôtel désigne à la fois un lieu et un groupe de personnes. Af (...)
  • 11 Cf. la bibliographie générale en fin de volume.
  • 12 Le royaume d’Angleterre apparaît sur ce point nettement mieux étudié. On se reportera notamment à l (...)
  • 13 G. Tessier, Trois comtes de Blois... Voir la troisième partie, « Vie privée et usages », p. 121-175
  • 14 M. Sommé, Isabelle de Portugal... L’auteur consacre une partie entière de sa thèse à l’Hôtel d’Isab (...)
  • 15 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 66.

1Autant les études portant sur la Bourgogne, ses ducs et le personnel à leur service abondent, autant celles consacrées aux princes d’Orléans de la fin du Moyen Âge sont quasi inexistantes, souvent incomplètes, voire très contestables1. Les facteurs explicatifs d’une telle distorsion ne manquent pas, à commencer par les sources. Abondantes, sérielles (les listes d’écrous2) ou collectives dans le cas de la principauté bourguignonne, elles sont localisées pour l’essentiel dans trois grands dépôts d’archives – Paris, Lille et Dijon, lieux principaux d’activité de la principauté-, tandis que celles des d’Orléans se caractérisent par leur extrême dispersion et fragmentation. Il faut également compter avec la tradition historiographique. Longtemps, l’histoire s’est faite à partir des sources bourguignonnes3, naturellement hostiles aux d’Orléans, et il fallut attendre le xixe siècle et Michelet pour que le premier prince de cette dynastie, Louis Ier d’Orléans, fût réhabilité. Eugène Jarry poursuivra l’œuvre entreprise avec son ouvrage publié en 1889 qui demeure, plus d’un siècle après sa parution, le seul à être entièrement consacré au frère de Charles VI4. De même, aucune biographie sérieuse n’est venue remplacer celle que Pierre Champion consacrait en 1911 à Charles d’Orléans5, ni celle que René de Maulde-La-Clavière écrivait sur Louis II6 en 1889. Bref, une historiographie bien vieillie aujourd’hui et peu stimulante, trop centrée sur la narration, et dépourvue de tout regard critique envers les sources. Enfin, le fait que la principauté orléanaise est loin d’avoir connu le sort de ce que d’aucuns qualifient de « royaume » ou « d’État » bourguignon7. Le destin politique exceptionnel de cette principauté phare du xve siècle ne pouvait que susciter la curiosité des chercheurs. À l’inverse, quel intérêt trouver à l’étude d’un assemblage de domaines trop éparpillés pour constituer la base d’une véritable puissance8, et dont les princes ne purent fonder durablement l’assise politique ? Louis Ier, aux débuts pourtant prometteurs, mourut assassiné à l’âge de 35 ans (1407) ; son fils Charles, après vingt-cinq années de captivité en Angleterre (1415-1440), se retira bien vite des affaires une fois de retour en France et ne laissa comme souvenir que celui de poète9 ; quant à son petit-fils Louis II, longtemps étouffé par sa mère, Marie de Clèves, il ne semble sortir de l’ombre qu’en 1498, moment où il devient roi de France. L’histoire des ducs d’Orléans au xve siècle reste à écrire. Même si tel n’est pas le but de ce travail, il me semble cependant que l’étude de leur entourage peut être un excellent moyen d’approcher au plus près ces oubliés de l’histoire, et l’entourage le plus proche des princes de cette époque, ce sont les hommes qui les servent, ceux de leur Hôtel10. Là encore, les travaux portant sur une institution dont tout le monde s’accorde à souligner l’importance mais que personne ne parvient à définir vraiment font cruellement défaut – à l’inverse, les études décrivant l’Hôtel ou Maison du pape sont beaucoup plus nombreuses11 – et, pour la France12, l’institution n’a été abordée jusqu’à présent qu’à travers des monographies comme celles de Georges Tessier13 ou, plus récemment, de Monique Sommé14. Seule une étude comparative qui tiendrait compte des spécificités de chaque Hôtel déjà étudié tout en s’ingéniant à faire ressortir les points communs à tous, permettra de répondre à la question que se posait déjà Ferdinand Lot en 195815 : qu’est-ce qu’un Hôtel à la fin du Moyen Âge ?

  • 16 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans..., 1994 et J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge. (...)
  • 17 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 220.

2Si ce travail ne se veut pas une histoire des ducs d’Orléans, il ne se veut pas davantage une étude de leur principauté : deux thèses récentes viennent en effet d’aborder le sujet16 et surtout, comme le dit très justement André Uyttebrouck, « la chancellerie, comme l’Hôtel d’ailleurs, était liée à la personne du prince et non à un territoire déterminé »17. Ce territoire ne sera donc appréhendé qu’à l’occasion des déplacements du prince et de son entourage. Pour autant, j’aurais tort d’écarter totalement l’assise foncière sur laquelle repose en partie la puissance des dominants de l’époque. Elle apparaîtra donc en soubassement. Enfin, toute institution étant soumise à des rythmes qui ont des contrecoups sur sa vie interne, je ne saurais étudier l’Hôtel sans tenir compte du contexte, du siècle dans lequel il s’inscrit.

« La mesure du siècle »18

  • 18 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Coli (...)
  • 19 R. Cazelles, La Société politique..., p. 67.

3Deux possibilités s’offraient à moi : circonscrire mon travail à l’un des trois principats, voire à un moment privilégié de l’un des trois (ainsi la période blésoise de Charles entre 1440 et 1465) ou bien, embrasser l’ensemble et inscrire mon étude dans la longue durée. J’ai opté pour cette dernière solution afin de pouvoir suivre les oscillations de l’Hôtel, ce que j’ai appelé son “cycle de vie”. La fourchette chronologique retenue couvre donc plus d’un siècle puisque mon étude débute dans les années 1380, au moment où, autour de Louis Ier, qui n’est alors que duc de Touraine, commence à se mettre en place l’Hôtel des ducs d’Orléans, pour s’achever logiquement en 1498, date à laquelle son petit-fils, Louis II, accède au trône de France. Il aurait été intéressant de pousser plus avant afin d’étudier la promotion d’un Hôtel qui de princier devient royal et de se demander, tout comme l’a fait Raymond Cazelles à propos de Philippe VI, précédemment comte du Maine, puis de Valois, « dans quelle mesure le changement de dynastie a-t-il fait circuler un sang nouveau dans les institutions ? »19. Ainsi Louis XII garde-t-il à ses côtés les hommes qui l’entouraient alors qu’il n’était que duc : que sont devenus les serviteurs de son prédécesseur, Charles VIII ? Les a-t-il tous remplacés ou bien en a-t-il conservé certains pour profiter de leur expérience ? Pour répondre à ces diverses interrogations, il eût fallu procéder à un dépouillement systématique des documents individuels et collectifs de l’après 1498. Faute de temps, un tel travail (colossal, car désormais il s’agissait de l’Hôtel du roi et non de celui d’un prince, si important soit-il) n’a pu être réalisé, et je devrai me contenter d’émettre quelques conjectures à partir de cas similaires.

  • 20 F. Piponnier, Costume et vie sociale...

4Choisir de prendre la mesure du siècle n’était cependant pas sans risque. En effet, si au total la masse des sources à ma disposition est considérable, toutes les périodes ne sont pas également représentées et des lacunes risquent d’apparaître ici ou là, laissant au final une étude en pointillé balayée par d’importantes zones d’ombres. Mais certains travaux m’ont encouragée à faire ce choix. Ainsi Françoise Piponnier n’a pas hésité à faire porter son étude sur le costume à la cour d’Anjou aux xive et xve siècles bien qu’aucun document n’ait subsisté pour la période allant de 1380 à 144520. D’autre part, inscrire mon étude dans la longue durée me permettait de mettre en exergue certains points inédits telles les périodes de tutelle exercées par Valentine Visconti (1408) et Marie de Clèves (1465-1483), moments clefs de la vie de l’Hôtel. Consciente de la difficulté, j’optai donc pour le long terme, tout en me réservant la possibilité d’effectuer des zooms thématiques ou chronologiques en fonction des sources.

Des sources éparses et fragmentaires

  • 21 Perte ou non conservation ? Peut-être tout simplement n’en a-t-on jamais rédigées, le besoin ne s’e (...)
  • 22 Les sources narratives, telle que la Chronique du Religieux de Saint-Denys écrite par Michel Pintoi (...)
  • 23 Il relevait le « sort misérable des archives de la Chambre des Comptes de Blois, dispersées, égarée (...)

5En l’absence de sources normatives, d’ordonnances traitant de la composition et de l’organisation de l’Hôtel des ducs d’Orléans21, j’ai principalement utilisé des documents dits bruts, pour l’essentiel des pièces comptables22. D’allure austère, ils permettent dans une certaine mesure de combler les lacunes documentaires. On peut les regrouper en deux ensembles : documents individuels et documents collectifs. Les lettres de nomination, parvenues le plus souvent sous forme de vidimus, les mandements émis par le duc et les quittances rendues par les bénéficiaires de la grâce ducale relèvent de la première catégorie. La seconde, visant à rassembler les données de la première en une seule et même liste, est plus diversifiée. Il peut s’agir de rôles de dépenses, de comptes de la Chambre aux deniers, de listes d’officiers de l’Hôtel, de listes des bénéficiaires de draps à l’occasion d’un décès survenu au sein de la famille ducale, etc. Au total, un corpus énorme mais d’une très grande disparité comme le soulignait déjà Pierre Champion dans sa biographie de Charles d’Orléans23.

  • 24 D’où des fiches biographiques moins développées pour le personnel de la seconde moitié du xve siècl (...)
  • 25 Ainsi, sur les quelques mille actes que comprend la série 6J des Archives départementales du Loiret (...)
  • 26 A. Leguai, De la seigneurie à l’État... : cf. le chapitre intitulé « Le Duché sans son maître » (Je (...)

6En effet, selon la période considérée, l’abondance et la nature des sources s’avèrent très inégales. Bien qu’étant, et de loin, le mieux pourvu en documents individuels, le principat de Louis Ier ne comporte qu’un seul compte général et aucune liste d’officiers. À l’inverse, les principats de Charles après son retour d’Angleterre et de Louis II voient se multiplier les listes d’officiers tandis que les documents individuels se raréfient24. Mais le véritable “ventre mou” de la documentation coïncide avec la captivité de Charles. Si sa chancellerie continue à émettre quelques actes en son nom, ceux-ci sont fort rares25 et concernent surtout les premières et dernières années de prison, moments où la délivrance était la plus espérée. Fallait-il pour autant écarter cette période ? Il m’a paru que non, la question du devenir de l’Hôtel une fois privé de ce qui justifie logiquement son existence méritant d’être posée26. Disparité dans le temps donc mais également dans l’espace.

  • 27 Un Catalogue analytique des archives de M. le baron de Joursanvault a heureusement été rédigé par J (...)
  • 28 Pour exemple, un ordre daté du 15 avril 1395 dont le mandement se trouve aux Archives départemental (...)

7Les fonds d’archives contenant les actes autrefois émis par la Chambre des comptes des ducs d’Orléans sont innombrables et, régulièrement, la maison Charavay en propose à la vente aux particuliers. Pour mieux comprendre cette extrême dispersion, un bref rappel historique s’impose. Les ducs avaient choisi la Chambre des comptes de Blois pour y entreposer leurs papiers. Or, celle-ci fut supprimée en 1775 et son contenu transféré à la Chambre des comptes de Paris. Quatorze années plus tard éclatait la Révolution. Durant cette période, d’importants fonds d’archives furent mis en vente. Par chance, un généalogiste bourguignon, le baron de Joursanvault, racheta une part importante des archives de la Chambre des comptes de Paris. Grâce à lui, les papiers des d’Orléans restèrent ainsi regroupés... pour un temps seulement. En effet, après sa mort, la collection qu’il avait réunie fut vendue à de multiples acquéreurs, entraînant par là-même la dispersion des archives des ducs d’Orléans27. Cela fait que, pour un même ordre, on peut retrouver le mandement ducal en province, la quittance à la British Library et le rôle récapitulatif y faisant mention aux Archives nationales28 !

L’analyse d’un milieu social

8Après avoir précisé ce que cette recherche ne serait pas, il convient maintenant de déterminer ce qu’elle entend être : l’étude d’une institution et de son personnel.

  • 29 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 213.
  • 30 « Ce qu’on a appelé en France l’Hôtel, et plus tard la Maison du roi, a dû nécessairement exister d (...)
  • 31 A. Luchaire, Manuel des institutions..., p. 532.
  • 32 É. Lalou, « Le fonctionnement de l’Hôtel du roi... », p. 145-155.
  • 33 C. Weill, Pierre de La Broce. Étude historique et historiographique, Mémoire de maîtrise dactylogra (...)
  • 34 J. Favier, Un Conseiller de Philippe le Bel, Enguerran de Marigny, Paris, PUF, 1963 ; É. Lalou, « E (...)

9Face à la difficulté qui consiste à définir ce qu’est un Hôtel au Moyen Âge, je suis partie d’une définition large, simple guide dans mes recherches qui, je l’espère, me permettront de terminer par une définition plus serrée. Communément décrit comme l’ensemble des offices au service du prince, l’Hôtel rassemble les services qui permettent au prince de vivre : « Il assure la vie quotidienne et matérielle du prince et de tous ceux qui vivent et se déplacent en sa compagnie »29. Cependant, cette définition édulcore à mon avis un peu trop le caractère politique de l’institution pour n’en retenir que la dimension matérielle. Il est vrai qu’au xiiie siècle, moment où se dessinent plus précisément les traits d’une organisation encore en gestation30, les six métiers à vocation purement domestique (paneterie, échansonnerie, cuisine, fruiterie, écurie et fourrière) – auxquels s’adjoignait le service hors cadre de la chambre31 – constituent la véritable ossature de l’Hôtel32. Pourtant, n’a-t-on pas déjà avec des figures comme celles de Pierre de La Broce33 ou d’Enguerrand de Marigny34, tous deux chambellans royaux, un aperçu du rôle politique que peut jouer cette institution ? Ce dernier terme, lourd de sens et pourtant couramment usité pour parler de l’Hôtel, mérite à lui seul réflexion. Peut-on seulement parler d’institution pour l’Hôtel et, si oui, l’Hôtel est-il une institution fermée ou ouverte, parcimonieuse ou prolifique ? Produit-elle des normes ? Comment vit-elle et comment y vit-on ? Y a-t-il construction d’une identité ? On l’aura compris : avant de pouvoir répondre à ces questions, il conviendra de rendre aux mots tout leur sens.

10Loin d’être une entité figée, aux traits immobiles, l’Hôtel change, se transforme au fil du temps. Aussi, toute étude synchronique ne peut-elle se concevoir sans son pendant diachronique. Il faut regarder vivre l’Hôtel à un moment déterminé mais également le voir évoluer, étudier les changements afférents à sa fonctionnalité, les accommodements provoqués par les circonstances (création de nouveaux offices, suspension ou disparition d’anciens, évolution d’autres, etc.). Bref, le replacer dans une perspective dynamique. De même, l’Hôtel n’étant pas la seule organisation sociale et politique attachée au prince, il est nécessaire de préciser la place qu’il tient dans l’ensemble des corps ou services qui entourent le duc. Car c’est bien de l’entourage du prince et des hommes qui le composent dont il est question ici, l’Hôtel n’étant finalement que le cadre dans lequel évolue un monde multiple et composite.

  • 35 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 9.
  • 36 Prosopographie et genèse de l’État moderne..., p. 10.
  • 37 Ceux qui n’ont pu être identifiés ne figurent pas dans la base de données (BdD). Ainsi en est-il de (...)
  • 38 J. Le Goff, introduction de l’ouvrage d’A. Guerreau, Le Féodalisme. Un horizon théorique, Paris, 19 (...)
  • 39 L'État moderne et les élites (xiiie -xviiie siècles). Apports et limites de la méthode prosopograph (...)
  • 40 R. Cazelles, La Société politique..., p. 7.
  • 41 Il m’eût été impossible de le faire pour l’ensemble des serviteurs, aussi les chambellans m’ont sem (...)

11Olivier Mattéoni le rappelait encore récemment dans l’introduction de sa thèse consacrée aux officiers locaux bourbonnais : « Depuis plus de trente ans, les études sur le personnel politique à la fin du Moyen Âge se sont multipliées »35, et Jean-Philippe Genet constatait que tous les travaux récents font une large place à ce qu’il qualifie de « sociographie de l’État »36. Rien d’étonnant donc à ce que le deuxième grand axe de ma recherche soit consacré aux serviteurs de l’Hôtel car ce qui fait l’Hôtel, ce sont les hommes qui le composent et les liens qui les unissent au duc. Ces liens sont multiples et il conviendra d’en dresser la typologie, de même que les mécanismes qui tissent ses liens devront faire l’objet d’une étude attentive. Mais pour cela, un travail préliminaire s’imposait : dresser la liste des officiers ayant appartenu à l’Hôtel des ducs d’Orléans entre les années 1380 et 1498. Encore fallait-il déterminer quels offices relevaient de l’Hôtel afin d’en recenser les détenteurs, travail rendu difficile en l’absence de toute liste. Grâce notamment aux documents individuels, il m’a cependant été possible d’en dénombrer plus d’une centaine (du garde huche au maître d’Hôtel en passant par l’écuyer d’écurie) en rapport plus ou moins étroit avec l’Hôtel, au rôle plus ou moins important en son sein. Le nom accompagnant le plus souvent l’office, la liste se constitua alors d’elle-même et ce sont 1 700 officiers sur un siècle qui ainsi apparurent37. L’analyse prosopographique pouvait dès lors être effectuée. Indispensable à toute étude de groupe (et l’Hôtel est un groupe), ses apports sont multiples. Ainsi, elle permet de comprendre l’ensemble d’une société en un lieu donné, ce qui assure sa cohérence et son fonctionnement, d’étudier son “fonctionnement-évolution” cher à Jacques Le Goff38. Mais elle a également ses limites comme le soulignait un colloque récent39. Inutile d’espérer « faire revivre les individus d’alors »40, rendre un visage à ces hommes dont certains sont connus, d’autres moins, certains pas du tout. Aussi est-ce davantage dans une étude biographique menée à grande échelle, grâce à l’observation de micro-situations, que j’ai pu saisir la réalité de l’Hôtel, son vécu. Si les seuls chambellans font l’objet d’un dictionnaire biographique41, les autres offices et leurs détenteurs n’ont pas pour autant été négligés et j’entends bien au fil de cette étude suivre le parcours de certains et ne pas les reléguer à un simple traitement statistique.

  • 42 Tableau réalisé à partir des principaux ouvrages de référence sur la période et sur la famille d’Or (...)

12L’histoire des princes et celle de leur Hôtel étant étroitement imbriquées, un tableau chronologique faisant ressortir les principaux événements liés au destin des ducs d’Orléans complète cette introduction42.

Une souris et des hommes

13L’étude du personnel de l’Hôtel constituant l’un des deux grands axes de ma recherche, il m’a fallu faire appel à l’informatique pour mener à bien ce travail. L’objectif étant double – d’une part, entreprendre une étude de groupe ; de l’autre, suivre le parcours de certains individus composant ce groupe –, j’ai eu recours à deux outils informatiques différents.

  • 43 Je me suis inspirée notamment, tout en l’adaptant à mon corpus, de la grille constituée par Xavier (...)
  • 44 Philippe de Florigny* est attesté comme chambellan du comte de Valois, futur duc d’Orléans, dès aoû (...)
  • 45 Plutôt que d’opérer une sélection qui ne ferait état que d’une seule mention d’office par année, il (...)

14Pour la confection du dictionnaire biographique, un simple traitement de texte a suffi. À partir de la grille prédéfinie située en début du dictionnaire43, j’ai établi une notice pour chacun des 285 officiers ducaux qualifiés au moins une fois de chambellan du duc d’Orléans entre 1382 (date de première apparition d’un chambellan ducal44) et 1498 (fin de l’étude entreprise). Pour certains, la moisson documentaire a été si riche que la fiche comporte plusieurs pages45. À l’inverse, pour d’autres, la rareté des sources récoltées en limite la longueur à une seule page. L’objectif final : rendre ce travail réutilisable par tous les prosopographes, qu’ils s’intéressent à un groupe social, à un office ou à un statut particulier. C’est pourquoi j’ai indiqué en face de chaque information la source d’où je l’avais extraite. Si le choix d’une telle présentation a l’inconvénient d’alourdir l’ensemble, elle offre le grand avantage, pour les chercheurs qui s’y reporteront, de leur permettre de relever le renseignement qui les intéresse et, le cas échéant, de se reporter à la source d’origine. De même, il m’a semblé opportun de reprendre les divers documents utilisés, mais qui apparaissent de façon éparse au sein de la notice, en les classant à la fin de chacune en deux grands groupes (sources et bibliographie). Ainsi, le chercheur intéressé par tel ou tel individu pourra, d’un seul coup d’œil, prendre connaissance des matériaux qui ont été utilisés pour l’élaboration de la notice biographique. Enfin, dans un souci de réutilisation et de plus grande maniabilité, l’édition informatique de ce dictionnaire, joint sur CD-Rom au présent ouvrage, a été préférée à une impression traditionnelle.

  • 46 Aucun renvoi n’y est fait en note car elle ne pouvait paraître sur le CD-Rom, les lecteurs ne dispo (...)
  • 47 Une table est une structure composée de lignes (on parle d’enregistrements) décrivant chacune un ob (...)
  • 48 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 17-19 et « Une base de données informatisée... ».

15L’étude de groupe, à finalité prosopographique, a nécessité l’utilisation d’une base de données46. Mon choix s’est porté sur Access dont la puissance, l’ergonomie et la compatibilité avec les autres logiciels de même nature en font un instrument de travail particulièrement performant. Plutôt que de regrouper toutes les données en une seule et même table47, j’ai opté, à l’instar d’Olivier Mattéoni, pour une structure éclatée48. Les informations recueillies sont ainsi réparties entre plusieurs tables, toutes reliées à la table “Identification”, laquelle assure la cohérence de l’ensemble (cf. l’organigramme qui suit). À partir de ce fichier central qui regroupe les renseignements de base sur chacun des personnages, j’ouvre ou non les autres tables, multipliables à l’infini en fonction des informations trouvées – alors qu’il n’y a qu’une table “Identification” par individu, on compte autant de tables que d’offices occupés, de déplacements effectués, etc. Prenons l’exemple de Guillaume de Braquemont*. Sept de ses parents ont pu être identifiés, d’où l’ouverture de sept tables “Parenté”, une par parent. Le fait d’avoir été au service de quatre autres princes en sus de Louis Ier et de Charles d’Orléans entraîne la création d’un nombre identique de tables “Service d’un autre prince”. À l’inverse, Guillaume ne figurant, à ma connaissance, dans aucun ordre ou organisation, la table correspondante n’a pas été ouverte. Un principe simple qui n’encombre pas inutilement la base de données et facilite les tris et les requêtes.

  • 49 B. Guenée, Entre l’Église et l’État..., p. 14-15.

16Loin d’être séparées, ces approches portant sur le groupe et sur l’individu sont complémentaires. Replacer l’individu au sein du même groupe social ou professionnel « permet de reconstruire des profils de carrière d’où se dégage une histoire sociale où vient tout naturellement s’insérer l’histoire d’une vie »49. Pour faciliter le passage d’une étude à l’autre, un lien informatique a été prévu entre base de données et traitement de texte et un même numéro identificateur est commun aux deux programmes.

STRUCTURE INFORMATIQUE DE LA BASE DE DONNÉES

STRUCTURE INFORMATIQUE DE LA BASE DE DONNÉES

Présentation sommaire de chacune des tables

Identification

17— comprend les informations de base (nom, prénom, surnom, origine géographique, dates de première et de dernière apparition, statut social, études, etc.) sur le personnage référencé de manière unique par un numéro qui sert de lien avec les autres tables.

Parenté

18— permet l’étude du milieu d’origine des officiers, l’établissement de réseaux de parenté, données importantes pour comprendre l’éventuelle promotion sociale de l’individu.

Hôtel ducal

19— permet de chiffrer le nombre d’officiers à une période donnée, au sein de l’Hôtel et en fonction de l’office ;

20— rend possible le calcul de la durée d’occupation d’une charge et ainsi l’évaluation de la stabilité au sein d’un office ;

21— permet de dessiner des profils de carrière au sein de l’Hôtel : quelles charges sont successivement occupées ? quel type d’office prépare à tel autre ?
*comme pour d’autres tables où figurent les sommes perçues, la conversion en deniers tournois se fait automatiquement afin de faciliter les comparaisons.

Office rempli pour le duc en-dehors de l’Hôtel

22— permet de voir quelles charges sont confiées par le duc à ses officiers en dehors de l’Hôtel, charges qui dépendent de la place occupée dans la hiérarchie des offices et de la faveur du prince.

Service d’un autre prince

23— au service de quel(s) autre(s) prince(s) retrouve-t-on l’officier ducal, avant, pendant ou après sa période d’activité au service des ducs d’Orléans et à quel(s) poste(s) ?

Interactions

24— permet de définir la nature des liens tissés entre officiers de l’Hôtel, entre officiers et ducs d’Orléans, entre officiers et personnages extérieurs à l’Hôtel.

Ordres et organisations

25— mise en lumière des principaux liens rattachés à ce thème : confraternité, confrérie, ordre de chevalerie, société littéraire (type Cour amoureuse) ;
— très utile, notamment pour une étude de l’ordre du Porc-Épic (ordre de chevalerie des ducs d’Orléans, appelé aussi ordre du Camail).

Déplacements

26— permet de suivre les officiers dans leurs déplacements, d’en estimer la nature, la durée, les destinations, et les défraiements qui s’ensuivent.

Généalogie 1. Généalogie des ducs d’Orléans et de leurs parents

Généalogie 1. Généalogie des ducs d’Orléans et de leurs parents

(1372-1407) Dates de naissances et de mort

  • 50 Toutes les dates sont données en nouveau style, ici comme par la suite. Hormis dans la présente chr (...)

Les temps forts de la vie d’une famille50

1372

13 mars

Naissance de Louis, futur duc d’Orléans. Il a pour parrain le duc d’Anjou.

1374

10 août

Signature du traité prévoyant le mariage de Louis avec Catherine, fille aînée du roi de Hongrie. Louis aurait ainsi recueilli la succession de Hongrie, ainsi que des droits sur le royaume de Naples et de Sicile et sur la Provence.

1376

4 janv.

Premier acte officiel dans lequel Louis apparaît comme comte de Valois. Il reçoit ce titre après la mort de Philippe d’Orléans (1er septembre 1375), comte de Valois et de Beaumont.

1378

8 avr.-21 sept.

Début du schisme avec l’élection d’Urbain VI à Rome (avril) puis de Clément VII à Avignon (septembre). La division de l’Église allait nourrir la rivalité entre Orléans et Bourgogne.

1380

4 nov.

Sacre de Charles VI. Le roi étant mineur, ce sont ses oncles qui gouvernent (les anciens conseillers de Charles V sont renvoyés).

1385

Pour devenir maître de toute la Lombardie, Jean-Galéas Visconti fait mettre à mort son oncle, Bernabo, seigneur de Milan. Une haine tenace allait opposer les membres des deux familles.

sept.

Par suite de la mort de Catherine et des fiançailles de ses sœurs, le projet du mariage hongrois échoue définitivement. Louis ne montera donc pas sur le trône de Hongrie.

1386

nov.

Louis, devenu majeur, reçoit de Charles VI le duché de Touraine en apanage, ainsi que, pour lui et ses descendants mâles, les comtés de Valois et de Beaumont dont l’usufruit constituait le douaire de la duchesse d’Orléans, Blanche de France, fille posthume de Charles IV. À la mort de la duchesse (février 1393), Louis prend possession de la propriété et de l’usufruit de tous ces biens.

1388

sept.-oct.

Expédition menée par Charles VI contre le duc de Gueldre. Louis, dont c’est la première participation à une expédition militaire, a sous ses ordres 300 lances.

3 nov.

Début du règne personnel de Charles VI et retour au pouvoir de l’équipe des Marmousets. L’instigateur du “coup d’État” serait, selon Michel Mollat, Louis d’Orléans « impatient d’agir » [La Guerre de Cent ans..., p. 53].

1389

27 janv.

Mariage de Louis et de Valentine Visconti, fille de Jean-Galéas, seigneur de Milan. La dot de Valentine se compose du comté d’Asti, en Italie, et du comté de Vertus, en France, ainsi que de 450 000 florins payables en plusieurs termes. S’ajoute à cela une clause (à l’origine des guerres d’Italie) prévoyant qu’en cas de mort de Jean-Galéas sans descendance mâle, tous ses biens et domaines reviendraient à sa fille.

sept.-fév. 1390

Voyage de Languedoc auquel participe Louis et beaucoup d’officiers de sa suite. Ils font étape en Avignon. Se dessine alors le projet que le pape Clément VII donne à Louis une partie de ses États reconquis avec l’aide de Charles VI et crée pour lui un royaume en Italie du Nord (le royaume d’Adria).

1390

juil.-oct.

Croisade de Barbarie menée par le duc de Bourbon. De nombreux familiers de Louis y participent (voir la ballade 769 d’Eustache Deschamps dans laquelle il énumère les chevaliers partant pour l’expédition de Barbarie).

déc.-avril 1391

Voyage en Prusse auquel participent certains chevaliers qui revenaient de Barbarie. Werner Paravicini a dressé la liste des bénéficiaires des subventions accordées par le duc d’Orléans à cette occasion [Die Preuβenreisen..., II, tableau 84, p. 198].

1391

fév.-avril

Louis se rend en Lombardie afin de visiter les domaines qu’il y possède. Il en profite pour se rendre auprès de son beau-père, Jean-Galéas, devant lequel il plaide la cause de Clément VII.

1392

4 juin

Charles VI échange avec son frère le duché de Touraine contre le duché d’Orléans à tenir par le duc en pairie héréditaire.

juil.-août

Voyage du Mans. Louis et de nombreux hommes de son Hôtel accompagnent Charles VI dans son expédition en Bretagne. Ils rebroussent chemin après que le roi eut connu sa première crise de folie dans la forêt du Mans. Les Marmousets sont écartés du pouvoir par les oncles de Charles VI.

1393

28 janv.

Bal des Ardents et imprudence de Louis qui approche de trop près sa torche des “hommes sauvages”.

janv.

Ordonnance confiant en cas de décès du roi la régence du royaume à son frère, Louis d’Orléans.

1394-1395

Campagne d’Italie menée par Enguerrand de Coucy, lieutenant général ducal, et “conquête” de Gênes qui finit par se livrer pacifiquement à Charles VI en août 1395.

1394

fév.

Départ pour le Piémont d’hommes du duc d’Orléans.

24 nov.

Naissance de Charles d’Orléans (il a pour parrain son oncle, le roi Charles VI). L’année suivante, à la mort de son frère aîné, il devient l’héritier ducal.

1395

mars-juil.

Louis fait partie de l’ambassade royale envoyée auprès de Benoît XIII (successeur de Clément VII, mort en septembre 1394) pour lui faire accepter la voie de cession. La mission est un échec et le projet du royaume d’Adria disparaît avec le pape défunt.

1396

avril

Éloignée de la cour par la rumeur populaire qui l’accuse d’ensorceler le roi, Valentine Visconti doit quitter Paris. Commence alors pour elle une vie itinérante qui la conduit d’un domaine de son mari à l’autre.

mai

Voyage de Hongrie. Départ de l’armée française conduite par Jean de Nevers et Enguerrand de Coucy pour combattre Bajazet. Beaucoup d’officiers du duc d’Orléans prennent part à la campagne.

25 sept.

Défaite de Nicopolis. De nombreux seigneurs sont tués ou faits prisonniers.

oct.-nov.

Voyage de Saint-Omer auquel participent Louis et des officiers de sa suite.

1397

5 fév.

Le duc d’Orléans est établi capitaine général du roi sur les frontières de Guyenne, avec, dans son ressort, les sénéchaussées de Saintonge, d’Angoulême, de Limousin, de Périgord, d’Auvergne et de Poitou. En juin 1404, ces charges retournent à Boucicaut.

1398

31 mars

Entrevue de Reims. Le traité d’alliance entre Louis et

Wenceslas de Luxembourg prévoit notamment le mariage de Charles d’Orléans avec Élisabeth de Görlitz, nièce de l’empereur et héritière de Bohême-Hongrie (promesse de mariage annulée en 1404).

juil.

Expédition royale en Périgord à laquelle les officiers de l’Hôtel participent en grand nombre. Le duc avait-il la promesse formelle du roi qu’il recevrait le comté de Périgord ? En tout cas, le comté lui revient après la capitulation d’Archambaud VI.

27 ou 28 juil.

Soustraction d’obédience à Benoît XIII contre l’avis de Louis.

1399

juin

Nouvelle croisade contre Bajazet conduite cette fois par Boucicaut. Le duc d’Orléans fait des dons importants à ceux de ses officiers qui y participent.

17 juin

Traité d’alliance entre Henri, duc de Lancastre, en exil à Paris, et le duc d’Orléans.

1er oct.

Henri de Lancastre, qui a renversé Richard II, est proclamé roi d’Angleterre sous le nom d’Henri IV. Les relations avec Louis d’Orléans se détériorent rapidement.

1400

20 août

Wenceslas de Luxembourg, déposé par les électeurs de l’Empire, est remplacé par Robert de Wittelsbach, parent d’Isabeau de Bavière. Louis d’Orléans perd un allié et compte un nouvel ennemi.

18 oct.

Charles VI prend le pape, menacé dans son palais d’Avignon, sous sa sauvegarde. Louis d’Orléans est chargé de faire respecter celle-ci.

1401

6janv.

Création de la Cour amoureuse.

avril

Rencontre à Mouzon des ducs d’Orléans et de Gueldre pour conclure une alliance anti-anglaise.

7 déc.

Les ducs d’Orléans et de Bourgogne entrent dans Paris avec une importante armée.

1402

6 janv.

Réconciliation entre les ducs d’Orléans et de Bourgogne.

18 avril

Le duc de Bourgogne parti, Louis se fait nommer par le roi gouverneur général des aides pour la guerre dans les pays de langue d’oïl.

19 mai

Passe d’armes entre sept officiers du duc d’Orléans et sept Anglais. Victoire française.

24 juin

Le duc de Bourgogne est à son tour nommé souverain gouverneur des aides. Il s’agit d’une association et non d’une substitution.

1er juil.

Les deux ducs sont momentanément éloignés du pouvoir et du gouvernement général des aides, cela jusqu’en janvier 1403, date à laquelle ils retrouvent cette charge pour quelques mois seulement.

1403

Opérations militaires dans le Luxembourg.

7 avril

Louis décide d’entreprendre, accompagné d’une importante armée, un voyage en Lombardie, région déstabilisée depuis la mort de son beau-père, Jean-Galéas (3 sept. 1402).

26 avril

Ordonnances annulant celles de 1393 : en cas de décès du roi, son fils aîné, même mineur, sera roi de France et régnera sans régence.

11 mai

Louis d’Orléans fait révoquer les ordonnances du 26 avril.

19 mai

Les deux ducs perdent la direction du gouvernement des aides rendue à trois généraux.

28 mai

Restitution d’obédience à Benoît XIII. C’est en grande partie l’œuvre de Louis d’Orléans.

19 oct.

Testament de Louis rédigé avant son départ en Lombardie à la fin du mois. En décembre, il est à Tarascon auprès de Benoît XIII.

1404

15 janv.

Louis prend congé du pape, ayant obtenu cinq bulles lui donnant pleine satisfaction ainsi qu’à son frère, le roi. Le voyage en Lombardie est annulé : les affaires ducales ont été réglées à Tarascon ; la situation du Milanais n’exige plus une intervention immédiate ; le projet de Robert de Bavière de franchir les Alpes a été reporté. Louis est de retour à Paris avant le 14 février.

27 avril

Mort de Philippe le Hardi. Jean sans Peur devient duc de Bourgogne.

1404-1407

Louis d’Orléans contrôle totalement le gouvernement.

1405

6 juil.

Louis devient lieutenant général du roi en Picardie et en Normandie.

août

Jean sans Peur marche sur Paris à la tête d’une importante armée. Louis mobilise à son tour ses troupes.

17 août

Le duc d’Orléans et la reine quittent Paris et gagnent Melun pour préparer leur riposte. Jean sans Peur fait échouer leur tentative d’enlèvement du dauphin qu’il ramène avec lui à Paris.

sept.

Les deux armées se font face à l’intérieur de Paris.

16 oct.

Réconciliation entre les ducs.

1406

21 avril

Jean sans Peur reçoit la lieutenance et capitainerie générale en Picardie et en Flandre occidentale. Louis est sans doute nommé à la même époque « lieutenant du roi et capitaine general sur le fait de guerre es pais et duchié de Guienne, en deça de la riviere de la Dordogne, et ou fait de la mer ».

6 juin

Mariage à Compiègne de Charles, futur duc d’Orléans, et d’Isabelle, fille de Charles VI, veuve de Richard II. À l’occasion des noces, Orléans et Bourgogne échangent des gages d’amitié.

18 sept.

« Loys, duc d’Orléans, par l’ordonnance du roy son frère, se party de Paris pour aler en la duchié de Guienne faire guerre aux Anglois [mais, ne venant pas à bout de la résistance] s’en retourna à Paris, donnant congié à ses gens d’armes » [Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 133],

1407

20 nov.

Nouvelle réconciliation entre les ducs d’Orléans et de Bourgogne.

23 nov.

Meurtre de Louis d’Orléans par des hommes de main du duc de Bourgogne dirigés par Raoul d’Auquetonville.

10 déc.

Valentine Visconti se rend à Paris afin de demander au roi réparation pour le meurtre commis (21 déc.). Elle n’obtient que des promesses pour ce qui est de punir les coupables et doit rendre à la couronne Château-Thierry, le comté de Dreux et quelques autres terres. Pour les autres possessions de son défunt mari, elle prête hommage au roi le 4 janvier.

1408

8 mars

Justification du duc de Bourgogne prononcée par Jean Petit.

15 mai

Seconde soustraction d’obédience.

28 août

Valentine Visconti revient à Paris réclamer justice.

11 sept.

Thomas Du Bourg, abbé de Cerisy, réfute la Justification de Jean Petit et Guillaume Cousinot demande justice pour le meurtre de Louis d’Orléans. Le dauphin, qui représente alors le roi, donne une réponse favorable, mais le retour victorieux de Jean sans Peur sur les Liégeois annule toutes les promesses.

28 nov.

Entrée triomphale de Jean sans Peur dans la capitale dont il devient bientôt maître sans partage. Les Bourguignons tiennent Paris jusqu’en 1413.

4 déc.

Mort au château de Blois de Valentine Visconti, à l’âge de 38 ans. « Et fut son cueur enterré à Paris avec ledit duc d’Orléans son mari, et son corps à Blois » [Enguerrand de Monstrelet, Chronique, t. 1, p. 394].

1409

9 mars

Paix de Chartres. C’est la première des “paix fourrées”. Les paix suivantes y feront toutes référence.

printemps

Une armée de réconciliation regroupant des partisans des deux partis entreprend le voyage de Lombardie pour venir en aide à Boucicaut qui, de Gênes, se prépare à intervenir dans le Milanais.

1410

15 avril

Formation de la ligue de Gien qui regroupe les ducs de Berry, de Bretagne et d’Orléans, les comtes d’Alençon, de Clermont et d’Armagnac. Pour sceller cette alliance, des mariages sont prévus et notamment celui de Charles d’Orléans, veuf d’Isabelle de France, avec Bonne d’Armagnac, fille du comte Bernard d’Armagnac, petite-fille du duc Jean de Berry. Le parti Armagnac est né.

2 nov.

Paix de Bicêtre pour le désarmement des partis.

1411

14 juil.

Manifeste de Jargeau envoyé par Charles d’Orléans et ses frères aux bonnes villes du royaume, au roi et à son conseil pour se disculper et demander justice du meurtre de leur père.

sept.-oct.

Paris est assiégée par les Armagnacs. Ils s’emparent de Saint-Denis et du pont de Saint-Cloud.

10 nov.

Les Parisiens, armés par le parti bourguignon, reprennent Saint-Cloud aux Armagnacs, faisant beaucoup de morts et de prisonniers.

1412

Sous l’influence de Bourgogne, Charles VI marche contre les princes coalisés. Il est devant Bourges le 9 juin ; commence alors le siège de la ville.

18 mai

Menacés, les princes coalisés s’allient par le traité de Bourges au roi d’Angleterre – une surenchère se livrait entre les partis pour bénéficier de son concours. Mais Armagnacs et Bourguignons signent à Auxerre, le 22 août, une nouvelle paix stipulant qu’il leur faut renoncer à toute convention avec l’Angleterre.

14 nov.

Traité de Buzançais : les Anglais n’acceptent de repartir que moyennant dédommagement financier (150 000 écus portés bientôt à 210 000) et remise en garantie de sept otages : six hommes de l’entourage de Charles et son plus jeune frère, Jean d’Angoulême.

1413

avril-août

Mouvement cabochien à Paris.

28 juil.-8 août.

Paix de Pontoise entre le roi et les princes coalisés.

fin août-déb. sept

Les Armagnacs font leur entrée dans Paris déserté par les Bourguignons.

1414

2 mars

Le Conseil, d’obédience armagnacque, obtient du roi qu’il déclare la guerre au duc de Bourgogne. Début du voyage de Picardie. Le siège est mis devant Arras.

4 sept.

Accord d’Arras : Bourguignons et Armagnacs s’engagent une nouvelle fois à observer la paix de Chartres.

1415

23 fév.

Paix d’Arras.

14 août

Débarquement anglais en Normandie.

25 oct.

Lors de la bataille d’Azincourt, une grande partie de la noblesse française meurt (on compte près de 7 000 morts) ou est faite prisonnière. Les rangs armagnacs sont les plus touchés et Charles d’Orléans fait prisonnier (le duc de Bourgogne, qui a signé avec l’Angleterre un traité de non-intervention, ne participe pas au combat).

mi-nov.

Charles d’Orléans est embarqué de Calais pour Douvres.

1418

29 mai

Les Bourguignons reprennent Paris, massacrant de nombreux Armagnacs. Le dauphin Charles, entouré de partisans des d’Orléans, part pour Bourges où il établit un gouvernement et des institutions.

1419

8-13 juil.

Paix de Pouilly entre le dauphin et le duc de Bourgogne.

10 sept.

Meurtre de Jean sans Peur au pont de Montereau. Les tueurs sont en majorité d’anciens officiers du duc Louis Ier d’Orléans passés au service du dauphin.

1420

21 mai

Traité de Troyes.

1422

31 août

Mort d’Henri V suivie de peu de celle de Charles VI (21 oct.). Jean, duc de Bedford, assure la régence en France au nom de son neveu, Henri VI, âgé de neuf mois.

1427

17 juil.

Soucieux de voir les armées des deux camps respecter ses terres, Charles d’Orléans confie à Dunois le soin de signer avec les Anglais un traité de neutralité. Cette convention reste lettre morte.

1428

12 oct.

Début du siège d’Orléans. La ville est défendue par Dunois et Raoul de Gaucourt.

1429

8 mai

Les Anglais lèvent le siège d’Orléans.

17 juil.

Sacre de Charles VII à Reims.

1430

7 janv.

Mariage de Philippe le Bon et d’Isabelle de Portugal.

10 janv.

Création de l’ordre de la Toison d’or.

1435

20 sept.

Traité d’Arras : réconciliation franco-bourguignonne.

1440

11 nov.

Charles d’Orléans, de retour de captivité, est accueilli à Gravelines par la duchesse de Bourgogne qui a œuvré en faveur de sa délivrance. La réconciliation entre les deux Maisons est scellée par le mariage de Charles et de Marie de Clèves, nièce de Philippe le Bon (26 nov.). Durant les années 1440-1450, Charles tente de jouer un rôle politique (d’où de nombreux déplacements).

1442

fév.

Les ducs d’Orléans, de Bourgogne, de Bourbon et d’Alençon qui voulaient fomenter une nouvelle Praguerie se réunissent à Nevers.

mai

Charles, sa femme et leur suite se rendent auprès de Charles VII alors à Limoges. Le roi achète la neutralité du duc d’Orléans à prix d’or.

1444

28 mai

Trêves de Tours entre la France et l’Angleterre. Charles est l’un des quatre commissaires délégués par le roi pour négocier avec les ambassadeurs anglais.

1445

mars

Délivrance de Jean d’Angoulême.

15 mai

Ordonnance de Louppy-le-Châtel qui crée l’armée permanente. L’ost féodal disparaît. Les hommes de l’Hôtel ducal sont par conséquent moins fréquemment au service des armées du roi.

1447

sept.

Suite à la mort de Filippo-Maria Visconti (mai), Charles d’Orléans gagne Asti qui, durant sa captivité, s’était soustraite à son contrôle pour passer sous celui des ducs de Milan. Avec l’aide du roi, Charles rétablit son autorité sur le comté mais le Milanais lui échappe. Asti devait demeurer aux d’Orléans jusqu’en 1531.
Pierre de Bourbon, seigneur de Beaujeu, cousin germain de Marie de Clèves, est pris par Charles d’Orléans et sa femme sous leur protection.

1449

29 oct.

La prise de Rouen symbolise la reconquête de la Normandie.

1451

Charles d’Orléans se fixe à Blois.

1453

17 juil.

Victoire de Castillon.

1457

nov.

Charles d’Orléans est chargé d’aller au-devant des ambassadeurs de Ladislas V de Habsbourg qui se rendent auprès du roi Charles VII à Tours.

1458

sept.-oct.

Procès de Jean, duc d’Alençon, mari de feu Jeanne, fille de Charles d’Orléans et d’Isabelle de France. Le duc plaide en vain la clémence pour son gendre.

1461

12 juil.

Mort de Charles VII. Charles d’Orléans est présent aux obsèques.

1462

27 juin

Naissance de Louis II d’Orléans. Il a pour parrain le roi Louis XI et pour marraine Marguerite d’Anjou, épouse de Henri VI. L’enfant porte le titre de duc de Valois jusqu’à la mort de son père.

1464

17 déc.

Charles débarque à Tours où doivent se tenir les États généraux. Son état de santé ne lui permet cependant pas de rester très longtemps.

1465

4-5 janv. (nuit)

Mort de Charles d’Orléans à Amboise. Son corps est porté à Blois pour y être enseveli.

1467

14 mai

Frédéric III accorde à Marie de Clèves l’investiture pour le comté d’Asti.

1473

nov.

Mariage de Pierre de Beaujeu et d’Anne de France, fille aînée de Louis XI. La Maison d’Orléans perd un de ses principaux soutiens.

1476

8 sept.

Célébration du mariage entre Louis d’Orléans et Jeanne de France dite la Boiteuse.

1479

Mort de Galeazzo-Maria Sforza. Le frère de celui-ci, Ludovic Sforza dit le More, exerce le pouvoir à Milan au nom de son neveu, Jean-Galéas. À sa mort (oct. 1494), Ludovic Sforza se fait acclamer duc de Milan. Louis d’Orléans le trouvera en travers de ses entreprises lombardes pendant près de vingt-cinq ans.

1483

30 août

Mort de Louis XI. Louis d’Orléans devient le premier prince de sang mais la régence de Charles VIII, mineur, revient à sa sœur Anne de France et au mari de celle-ci, Pierre de Beaujeu. Louis conteste ces dispositions et réclame la régence et le pouvoir. Les Beaujeu louvoient au mieux et acceptent finalement, à la demande du duc, de convoquer les États généraux.

22 nov.

Afin de circonvenir Louis d’Orléans, les Beaujeu lui font confier par le roi le gouvernement de Paris et de l’Ile-de-France. Ils le lui retirent en 1485.

1484

janv.-mars

Réunion des États généraux à Tours qui entérinent la régence des Beaujeu et leur confie la composition du conseil.

30 mai

Sacre de Charles VIII.

1485

août

Début de la “guerre folle” menée par Louis d’Orléans et le duc de Bretagne, François II.

2 nov.

Paix de Bourges qui marque la fin de la première phase de la “guerre folle” ; elle reprend dès l’année suivante.

1487

L’entreprise du duc d’Orléans se confond avec la guerre de Bretagne.

1488

fév.

Saisie par le roi des biens du duc d’Orléans.

28 juil.

Louis est fait prisonnier lors de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier qui oppose indépendantistes bretons et armée royale. Fin de la “guerre folle”.

1489

10 fév.

Anne, héritière de son père François II mort le 9 septembre précédent, est reconnue comme duchesse de Bretagne.

1491

27 juin

Louis d’Orléans est libéré après trois ans de prison et ses biens lui sont restitués.

nov.

Il reçoit le gouvernement de la Normandie.

6 déc.

Mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne. Anne et Charles se font abandon réciproque et perpétuel de tous les droits sur la Bretagne ; si le roi meurt prématurément, Anne s’engage à ne se remarier qu’avec son successeur ou le plus proche héritier de la couronne.

1492

10 oct.

Naissance du dauphin Charles-Orland. Louis d’Orléans est relégué au second rang dans l’ordre de la succession au trône.

1494

mars

Départ de Charles VIII pour l’Italie. Louis d’Orléans participe à l’expédition. Il est bientôt nommé lieutenant général de la flotte franco-génoise.

6-7 sept.

Victoire navale de Louis à Rapallo.

21 sept.

Louis tombe malade et reste à Asti, tandis que le gros de l’armée française descend vers l’Italie du Sud pour conquérir le royaume de Naples.

1495

22 fév.

Entrée triomphale de Charles VIII à Naples qu’il doit rapidement quitter s’il veut pouvoir rentrer en France, sa retraite étant coupée au nord par la ligue de Venise. Le royaume de Naples redevient bientôt aragonais.

20 juil.-22 sept.

Ludovic Sforza assiège la ville de Novare défendue par Louis d’Orléans qui finit par capituler.

oct.

Charles VIII reprend le chemin de la France ; il est suivi de peu par Louis.

1496

2 oct.

Mort du dauphin Charles-Orland. Louis redevient dès lors le prétendant au trône.

1498

7 avril

Mort de Charles VIII et avènement de Louis d’Orléans qui prend le nom de Louis XII.

27 mai

Sacre de Louis XII qui reprend à son compte les visées italiennes de Charles VIII, d’autant qu’il ajoute aux droits de la couronne de France sur Naples ceux de la maison d’Orléans sur le Milanais.

10 août-17 déc.

Procès pour la dissolution du mariage avec Jeanne de France. L’annulation obtenue, Louis XII épouse Anne de Bretagne (7 janvier).

1515

1er janv.

Mort de Louis XII.

Notes

1 Citons pour exemple les deux cents premières pages du livre de Bernard Quilliet consacrées au futur Louis XII, Louis II d’Orléans, et à ses ascendants. L’auteur se contente de résumer voire de plagier ce que René de Maulde-La-Clavière avait déjà exposé un siècle plus tôt, émaillant son récit de perles innombrables. Ainsi, il décrit Louis Ier d’Orléans comme « sensuel, mû par une passion effrénée pour les multiples jouissances de la vie, amoureux et, à l’occasion, amant de toutes les femmes, voire de tous les beaux garçons, englué précocement dans des débauches grandioses et compliquées comme seule savait en susciter cette époque brûlante » [B. Quilliet, Louis XII..., p. 22] ; il dresse le portrait d’une Valentine Visconti « douce et sans défense [...] qui ne sait guère que pleurer [la mort de son mari] et, quand elle songe enfin à payer de grosses sommes pour trouver des vengeurs, elle se fait gruger » [ibid., p. 25] ; il console rapidement Marie de Clèves, devenue veuve, avec « maistre Jehan de Luz, orfèvre habile dont l’intimité avec la duchesse peut laisser penser qu'il tenait un autre rôle à l’occasion » [ibid., p. 55], etc.

2 Le document qui suit est la preuve que l’Hôtel des ducs d’Orléans en produisait également, mais malheureusement aucune n’a été conservée pour les gages : « En la ville de Sully, le premier jour de septembre mil CCCC XLVIII, en la presence de messire Remon Fricon, chevalier et premier maistre d’ostel dudit seigneur, fut comptee la despense ordinaire de l’ostel de mondit seigneur pour le mois d’aoust dernier passé contenant XXXI jours entiers, et monta ladicte despense pour tout ledit mois la somme de IXXXII 1. XIX s. VIII deniers tournois comme par les escroes sur ce faictes signees de la main dudit messire Remon Fricon et le contrerole de ladicte despense » [AN, KK 270, f° 9].

3 « L’historiographie bourguignonne, bien connue, elle [à la différence de l'historiographie provenant de l’entourage des princes d’Orléans], notamment grâce à la réputation d’un Monstrelet ou d’un Chastelain » [N. Pons, « Les chancelleries parisiennes... », p. 162].

4 À noter toutefois les deux excellents chapitres (IX et XXIII) que Françoise Autrand consacre au personnage dans son Charles VI... L’ouvrage de Bernard Guenée, Un Meurtre, une société..., porte moins sur l’homme que sur la société qui l’entoure, le meurtre du frère du roi servant de révélateur. Il n’en demeure pas moins fondamental.

5 La dernière en date, celle d'Emmanuel Bourassin, Charles d’Orléans, prince des poètes, Monaco, Éditions du Rocher, 1999, tient plus du roman que de l’ouvrage scientifique.

6 Bizarrement, ce prince à l’activité politique pourtant intense après 1483 n’a que fort peu retenu l’attention des historiens.

7 B. Schnerb, L'État bourguignon 1363-1477, Paris, Perrin, 1999.

8 De fait, la politique des ducs d’Orléans diffère de celle des ducs de Bourgogne. Par ses achats de terre, Louis Ier « cherche moins à constituer une principauté homogène qu’à quadriller l’ensemble du royaume afin de le diriger » [A. Demurger, Temps de crises..., p. 87 et p. 96].

9 Comme le prouve la bibliographie thématique d’Edith Yenal dans laquelle il apparaît que les études consacrées au poète sont très nettement supérieures en nombre à celles consacrées au prince.

10 Tout comme son ancêtre le palatium, l’hôtel désigne à la fois un lieu et un groupe de personnes. Afin de distinguer les deux, j’ai réservé la majuscule au groupe tandis que la minuscule correspond au lieu (se reporter au chapitre I).

11 Cf. la bibliographie générale en fin de volume.

12 Le royaume d’Angleterre apparaît sur ce point nettement mieux étudié. On se reportera notamment à l’ouvrage de Chris Given-Wilson, The Royal Household... qui synthétise remarquablement les études les plus récentes sur le sujet. Malheureusement, il ne traite que des années 1360-1413.

13 G. Tessier, Trois comtes de Blois... Voir la troisième partie, « Vie privée et usages », p. 121-175.

14 M. Sommé, Isabelle de Portugal... L’auteur consacre une partie entière de sa thèse à l’Hôtel d’Isabelle de Portugal entre la date de sa constitution, janvier 1430, et celle de sa disparition, au début de l’année 1456, soit peu de temps avant le départ de la duchesse de la cour de Bourgogne. Voir également parmi les études récentes le chapitre que Françoise Autrand consacre à « L’hôtel du duc de Berry, creuset de la nouvelle société » [Jean de Berry..., p. 301-320],

15 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises..., II, p. 66.

16 L. Richard, Les Finances du duché d’Orléans..., 1994 et J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge..., 1997.

17 A. Uyttebrouck, Le Gouvernement du duché de Brabant..., p. 220.

18 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949.

19 R. Cazelles, La Société politique..., p. 67.

20 F. Piponnier, Costume et vie sociale...

21 Perte ou non conservation ? Peut-être tout simplement n’en a-t-on jamais rédigées, le besoin ne s’en faisant pas ressentir du fait que l’institution est calquée sur le modèle royal. Pourtant, on a conservé des ordonnances pour les Hôtels des ducs de Bourgogne, de Brabant, etc. De même, des ordonnances réglementant certains aspects particuliers de l’Hôtel des ducs d’Orléans ont été retrouvées, ainsi celle du 19 mars 1450 conservée aux Archives départementales du Loiret [ADL, 6J9 : 104], Toutefois, elles restent très rares.

22 Les sources narratives, telle que la Chronique du Religieux de Saint-Denys écrite par Michel Pintoin, n’ont pas été négligées pour autant. Moins arides que les documents comptables, elles permettent entre autres de voir comment les serviteurs repérés s’inscrivent dans l’histoire de leur époque, d’apprécier la place que leur accordent leurs contemporains et de considérer le discours qu’ils portent sur eux.

23 Il relevait le « sort misérable des archives de la Chambre des Comptes de Blois, dispersées, égarées, détruites, si nombreuses certaines années, insignifiantes pour telles autres » [P. Champion, Vie de Charles d’Orléans..., p. IV]. Plus récemment, Françoise Piponnier constatait que « malheureusement, les documents relatifs à la maison d’Orléans sont trop partiels, trop dispersés, pour espérer en tirer des indications sur la fortune de ses princes » [Costume et vie sociale..., p. 79].

24 D’où des fiches biographiques moins développées pour le personnel de la seconde moitié du xve siècle.

25 Ainsi, sur les quelques mille actes que comprend la série 6J des Archives départementales du Loiret, on ne compte qu’une dizaine de documents pour les années 1420-1437.

26 A. Leguai, De la seigneurie à l’État... : cf. le chapitre intitulé « Le Duché sans son maître » (Jean Ier fait prisonnier à Azincourt), utilisable pour établir une comparaison avec la gestion des domaines de Charles d’Orléans.

27 Un Catalogue analytique des archives de M. le baron de Joursanvault a heureusement été rédigé par J. de Gaulle à l’occasion de la mise en vente du fonds (80 000 pièces regroupées en 3 638 lots). Il donne un état de cette collection avant sa dispersion.

28 Pour exemple, un ordre daté du 15 avril 1395 dont le mandement se trouve aux Archives départementales du Loiret [ADL, 6J4 : 128] et la quittance à la British Library [BL, Add. Ch. 2581].

29 F. Piponnier, Costume et vie sociale..., p. 213.

30 « Ce qu’on a appelé en France l’Hôtel, et plus tard la Maison du roi, a dû nécessairement exister dès les commencements de la monarchie » [L. Douët-d’Arcq, Comptes de l'Hôtel..., p. I], thèse que l’on retrouve chez C. J. Given-Wilson : The history of the royal household begins with the history of kingship [The Royal Household..., p. 1].

31 A. Luchaire, Manuel des institutions..., p. 532.

32 É. Lalou, « Le fonctionnement de l’Hôtel du roi... », p. 145-155.

33 C. Weill, Pierre de La Broce. Étude historique et historiographique, Mémoire de maîtrise dactylographié, Université Paris I, 1987.

34 J. Favier, Un Conseiller de Philippe le Bel, Enguerran de Marigny, Paris, PUF, 1963 ; É. Lalou, « Enguerran de Marigny et l’évolution du métier de la Chambre du roi », dans Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier, J. Kerhervé et A. Rigaudière dir., Paris, Fayard, 1999, p. 269-278.

35 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 9.

36 Prosopographie et genèse de l’État moderne..., p. 10.

37 Ceux qui n’ont pu être identifiés ne figurent pas dans la base de données (BdD). Ainsi en est-il de nombreux petits officiers qui ne sont désignés que par leur nom de baptême, et/ou le titre de leur fonction.

38 J. Le Goff, introduction de l’ouvrage d’A. Guerreau, Le Féodalisme. Un horizon théorique, Paris, 1980.

39 L'État moderne et les élites (xiiie -xviiie siècles). Apports et limites de la méthode prosopographique...

40 R. Cazelles, La Société politique..., p. 7.

41 Il m’eût été impossible de le faire pour l’ensemble des serviteurs, aussi les chambellans m’ont semblé former un corpus homogène. Près de 300 sur un siècle, j’en avais déjà recensé plus de 150 dans le cadre de ma maîtrise. Toutefois, un dictionnaire biographique n’avait pas alors été conçu. Il m’a donc fallu repartir quasi de zéro.

42 Tableau réalisé à partir des principaux ouvrages de référence sur la période et sur la famille d’Orléans : F. Autrand, Charles VI... ; P. Champion, Vie de Charles d’Orléans... ; A. Demurger, Temps de crises... ; C. Gauvard, La France au Moyen Âge... ; B. Guenée, Un Meurtre, une société... ; E. Jarry, La Vie politique... ; R. de Maulde-La-Clavière, Histoire de Louis XII... ; M. Rey, Les Finances royales...

43 Je me suis inspirée notamment, tout en l’adaptant à mon corpus, de la grille constituée par Xavier de La Selle, Le Service des âmes à la cour..., p. 257. Les renseignements sont présentés en suivant un ordre constant et regroupés dans des rubriques thématiques distinctes et numérotées.

44 Philippe de Florigny* est attesté comme chambellan du comte de Valois, futur duc d’Orléans, dès août 1382 [BNF, PO 1165 : 11]. L’astérisque est destiné à repérer plus aisément les officiers qui ont été chambellans ; on le retrouvera par conséquent à chaque nouvelle mention de l’un d’eux.

45 Plutôt que d’opérer une sélection qui ne ferait état que d’une seule mention d’office par année, il m’a semblé utile, dans le cadre d’une éventuelle réutilisation, d’indiquer la quasi-totalité des références recueillies. De plus, l’attestation de nombreuses mentions souligne le rôle important joué par l’officier.

46 Aucun renvoi n’y est fait en note car elle ne pouvait paraître sur le CD-Rom, les lecteurs ne disposant pas forcément du logiciel prévu pour son application. Il m’a néanmoins semblé intéressant d’expliquer brièvement comment j’en avais tiré profit.

47 Une table est une structure composée de lignes (on parle d’enregistrements) décrivant chacune un objet, et de colonnes (on parle de champs) correspondant aux caractéristiques de l’objet.

48 O. Mattéoni, Servir le prince..., p. 17-19 et « Une base de données informatisée... ».

49 B. Guenée, Entre l’Église et l’État..., p. 14-15.

50 Toutes les dates sont données en nouveau style, ici comme par la suite. Hormis dans la présente chronologie, leur énoncé sera parfois fait dans Tordre année, mois, jour (ex. : 1414/01/25) afin de faciliter le repérage chronologique des attestations. L’ordre anglais de datation a été préféré à Tordre français car il permet de se situer dans le temps du premier coup d’œil : mis en vedette, le millésime facilite les repérages chronologiques et les confrontations.

Table des illustrations

Titre STRUCTURE INFORMATIQUE DE LA BASE DE DONNÉES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Généalogie 1. Généalogie des ducs d’Orléans et de leurs parents
Légende (1372-1407) Dates de naissances et de mort
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.