Version classiqueVersion mobile

Haro ! Noël ! Oyé !

 | 
Didier Lett
, 
Nicolas Offenstadt

Les cris du démoniaque

Exorciser les possédés dans les récits hagiographiques des xxiie et xxiiie siècles

Florence Chave-Mahir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’intéresser au cri du possédé au Moyen Âge central, c’est prêter l’oreille à des sons terrifiants qui fusent de la bouche de celui ou de celle qui a été envahi par la présence diabolique. En effet, le possédé est, pour l’homme du Moyen Âge, un être que le péché a placé sous l’autorité du démon. Dans les textes, il est désigné par les mots tels que : possessus, obsessus, energumenus, demoniacus qui insistent chacun à leur manière sur la soumission de la victime au démon. L’homme est possédé (possessus) par le diable qui en fait sa chose, assiégé selon la terminologie militaire (obsessus), il est « agi » par une puissance étrangère (energumenus), il est la part du démon (demoniacus). L’autre façon de désigner la victime du diable est d’évoquer son tourment. Le verbe le plus souvent employé, vexare, apparaît dans la phrase de l’Évangile où la Syrophénicienne dit au sujet de sa fille : filia mea male a daemonio vexatur 1. La possédée est remuée violemment, tourmentée, accablée et éprou...

Auteur

Agrégée d’histoire, prépare actuellement une thèse de doctorat portant sur l’image et la pratique de l’exorcisme aux xie-xiiie siècles à travers l’hagiographie, la liturgie, la théologie et la prédication, sous la direction de Nicole Bériou.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search