Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haro ! Noël ! Oyé !

 | 
Didier Lett
, 
Nicolas Offenstadt

Cris et trompettes1

Les échos de la guerre chez les historiens et les chroniqueurs

Isabelle Guyot-Bachy

Texte intégral

  • 1 Ce titre est un signe d’amicale connivence à l’article de Nicolas Offenstadt, « Cris et cloches. L (...)
  • 2 Bertran de Born, cité par F. Cardini, La Culture de la guerre ( xe- xviiie siècle), Paris, 1992 (B (...)

« Je vous le dis, je ne me délecte pas autant à
manger, boire et dormir qu’à entendre crier :
“Sus I” des deux côtés, hennir les chevaux démontés
sous l’ombrage et crier : “Au secours ! au
secours !” et à voir tomber humbles et grands dans
l’herbe des fossés et voir, fichés dans les flancs des
morts, les éclats de lances avec leurs flammes »2.

  • 3 Geoffroi de Paris, Chronique métrique, A. Diverrès éd., Paris, 1956 (Publ. de la Faculté des Lettre (...)
  • 4 Recueil des historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 633-674.
  • 5 Récits d’un bourgeois de Valenciennes ( xive siècle), J. C. Kervyn de Lettenhove éd., Louvain, 187 (...)

1Un rapide tour d’horizon de quelques textes historiographiques écrits dans le royaume de France entre le xiie et le début du xve siècle laisse l’impression d’une très faible prise en compte du cri. Néanmoins, s’il est un contexte dans lequel la surdité des auteurs, voulue ou spontanée, est moins forte, c’est celui de la guerre. Pour ne prendre qu’un échantillon d’exemples tirés du xive siècle, le cri lié à la guerre représente douze des dix-sept occurrences du cri dans toute la Chronique métrique de Geoffroi de Paris3, trois sur quatre relevées dans les trente dernières années du Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor4, quinze sur vingt rencontrées dans les Récits d’un Bourgeois de Valenciennes5.

  • 6 P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées du roi de Franc (...)

2Ces textes permettent d’appréhender deux types de cri : le cri normé, tel le cri d’armes, rituel du monde des combattants6, et le cri émotionnel qui s’exprime ici dans deux registres particuliers, l’agressivité et la souffrance. À partir du milieu du xive siècle, la guerre, omniprésente dans les vies, les esprits et souvent les écrits, a-t-elle modifié la perception et la mise en valeur du cri ? Sa présence dans le texte traduit-elle alors un souci croissant de réalisme ou est-elle tributaire d’une grille de lecture qu’il resterait à définir ?

Le chroniqueur et la guerre

Guerre et projet historiographique

  • 7 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1991 (2e éd.), p. 22-24

3L’histoire au Moyen Âge a moins pour ambition de rendre compte de ce qui s’est passé que de ce qui a été fait, des facta et gesta particulièrement dignes de mémoire7. À ce titre, la guerre est un de ses objets privilégiés et les eventus bellorum ont eu très tôt une place reconnue à côté des faits mémorables des pontifes, des miracles des saints et autres mirabilia.

4Cependant, jusqu’aux χie-χiie siècles, le genre de la chronique, guidé par le souci de brièveté, ne laisse bien souvent qu’une part restreinte à la narration construite et détaillée, ne retenant que le motif du conflit, la mention des adversaires, les victoires remportées. Ainsi, une chronique pourtant de premier plan comme celle que rédigea Sigebert de Gembloux au xiie siècle n’est-elle que de peu d’intérêt pour notre sujet.

5On pourrait dire la même chose des chroniques universelles, grande affaire des milieux monastiques à partir du xiie siècle. L’intérêt pour la guerre et le fait militaire n’y disparaît pas, mais a tendance à se diluer dans un projet plus globalisant. Ranulf Higden (1299-1364) a beau mentionner, dans le prologue de son Polychronicon, le chevalier à la guerre parmi « les sept sortes de personnes dont les actes sont souvent rappelés dans les histoires », les bruits de la guerre paraissent se briser sur les murs des monastères. Guillaume de Nangis, Jean de Saint-Victor, à l’abri des murs de leur cloître, ne les enregistrent pratiquement pas.

  • 8 B. Guenée, op. cit., p. 203-207.

6Au même moment pourtant, trois phénomènes se produisent : on assiste d une part à I émergence d’un public laïque amateur de littérature et particulièrement de textes historiques. Or ce public est largement celui de la noblesse dont la guerre est le métier, la fonction sociale. D’autre part, la réflexion des historiens sur les buts et les méthodes du travail historiographique aboutit à la fusion des genres (annales, chroniques, histoires)8, permettant aux auteurs d’offrir des narrations plus détaillées, tout en restant dans une structure chronologique ordonnée. Enfin, à partir du milieu du xive siècle, la guerre ne quitte plus la scène historiographique, elle est même au cœur de certains projets, ainsi chez Froissart ou Enguerran de Monstrelet qui, dans leur prologue, exposent leur dessein de rapporter les hauts faits d’armes, les guerres et les discordes qui se sont produits entre les princes de la Chrétienté. Ceci a pour conséquence directe la multiplication des récits de bataille et le poids croissant de la guerre dans le texte. Et pourtant, les occurrences du cri dans ces récits restent assez faibles. On pourrait imaginer que la prise en compte et la transcription du cri, donnée avant tout orale, liée à la perception auditive, aient été tributaires de la forme du témoignage, direct ou indirect, dont pouvait bénéficier l’auteur du texte ou de l’expérience personnelle que celui-ci avait des réalités de la guerre. Ainsi pourrait s’expliquer la quasi-surdité des moines.

Le chroniqueur et la guerre

  • 9 B. Guenée, « Michel Pintoin, sa vie, son œuvre », Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant (...)
  • 10 P. Contamine, « Froissart : art militaire, pratique et conception de la guerre », dans J. J. N. Pa (...)
  • 11 M. Zink, op. cit., p. 49-61.

7Si Suger accompagna le roi dans plusieurs de ses expéditions et en a livré des récits souvent pittoresques, on ne relève que sept occurrences de cri sur l’ensemble des chapitres ayant trait à des batailles ou à des faits guerriers. Michel Pintoin, le chantre de Saint-Denis, qui voit la guerre de près et qui par ailleurs est particulièrement bien introduit dans le monde des combattants9, reprend jusqu’à l’usure deux ou trois formules pour exprimer le cri : ad arma ingeminantes ; meum gaudium, meum gaudium… Ici, la faible prise en compte et la relative pauvreté de l’expression sont peut-être moins liées à l’expérience personnelle qu’à la culture spécifique des auteurs. L’attitude peut paraître plus paradoxale chez les chroniqueurs non monastiques des xive et xve siècles, ceux-là même qui disent mettre la guerre au cœur de leur ouvrage, faisant une large place aux récits de combats et de sièges auxquels ils ont quelques fois participé. Jean le Bel a pris part à la campagne d’Ecosse en 1327. Il a su en donner un récit vivant mais entièrement visuel, dans lequel l’action est largement privilégiée. Jean Froissart n’aurait assisté à aucune bataille rangée ni à aucun siège sauf peut-être en 1382, lors de la campagne en Flandre, s’il a effectivement accompagné son protecteur, Guy de Blois. Et si son « enquête » bénéficie des témoignages d’anciens combattants des deux camps recueillis lors de son séjour en Angleterre entre 1361 et 1365, il existe incontestablement une certaine distance entre lui et la guerre10. De ce fait, ses épisodes guerriers se succèdent comme autant de tableaux, construits sur un modèle uniforme, avec des règles strictement définies. L’écriture romanesque fonctionne comme un filtre, mettant en valeur quelquefois le cri d’armes, signe de la prouesse chevaleresque, éliminant le cri émotionnel, sans cloute parce qu’il pourrait nuire à la venustas historie11.

  • 12 Guillaume Guiart, La Branche des royaus lignages, N. de Wailly et L. Delisle éd., Recueil des histo (...)

8Quelques auteurs cependant font figures d’exception. Geoffroi de Villehardouin, vassal du comte Thibaud III de Champagne, ou Robert de Clari, petit chevalier picard, tous deux combattants de profession, vécurent la croisade comme la grande aventure d’une vie. Ecrivains occasionnels, c’est d’une écriture plus spontanée qu’ils rédigèrent leurs souvenirs pour que soit conservé ce qu’ils avaient vu et entendu. Pareillement désireux de « raconter la vérité de la guerre », Guillaume Guiart, porte-étendard des sergents d’Orléans dans les campagnes de Flandre entre 1296 et 1304, est l’un des très rares à enregistrer abondamment les cris émotionnels, à user spontanément des mots et des images pour rendre la fureur du combat, exprimer la souffrance des blessés, le triomphe des vainqueurs12.

Au cœur de la bataille, champ lexical et environnement expressif du cri

  • 13 Ce terme paraît propre à Michel Pintoin chez qui il revient au moins deux fois (éd. cit., I, 277 e (...)

9Le corpus examiné comprend des textes en latin et en français, en prose et en vers. Si la forme ne paraît pas avoir de conséquence, la langue adoptée, par le biais du vocabulaire, offre des possibilités plus ou moins variées. Dans les textes latins, l’action de crier et le cri sont rendus par des termes empruntés au latin classique : clamor et sa famille (conclamare, exclamare) employés par Suger et le Religieux de Saint-Denis à l’exclusion ou presque de toute autre expression ; le péjoratif vociferari ; ululare et lugare qui tiennent davantage de la plainte ou appellent une comparaison avec le cri animal ; fremitus qui convient aux hommes comme aux chevaux, titulus13, auxquels vient s’ajouter le moins classique ingeminare particulièrement cher au Religieux de Saint-Denis (ingeminantes, ingeminatur ad mortem, ad arma).

10Le vocabulaire français semble plus riche et s’étoffe au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. À « cri » s’agrègent « criée », « crierie », « s’escrier », « s’entrescrier ». On rencontre aussi « voiz », « hu » et les mots dont il constitue la racine (« hucher », « huement », « hustin »), « braiz/braire », « jupper/japer », ce dernier entaché d’un sens péjoratif, « hahay » chez Jean le Bel, « revel » sous la plume de Froissart.

  • 14 Certains de ces qualificatifs (dur, horrible, laid) sont étudiés par J. Picoche, Le Vocabulaire ps (...)

11La variété du français se marque encore dans le plus grand choix de qualificatifs associés au cri. Alors que les textes latins n’en offrent qu’une demi-douzaine (terribilis, alta voce, altissonis/jocundis vocibus, dissonis, horrisonis…), les textes français évoquent les « haut escrie », les « criées dures et fortes, merveilleuses », les « grant crieries », le « moult beau hustin », les « criz horribles ou espovantables », les « criz a voiz si haultes et si clères, les criz espovantables et amères »…, et font preuve d’une plus grande recherche pour affiner la qualification du cri, en allant au-delà de la simple traduction du réservoir de termes proposés par le latin14.

12Ainsi s’efforcent-ils de répondre en partie à la principale difficulté qui se pose à qui veut introduire un cri dans un texte : comment en rendre la sonorité et l’intensité ? Plus que le recours très rare aux onomatopées, la redondance des termes, pratique médiévale courante, est peut-être un moyen d’y pallier. Les chroniqueurs parlent alors de soldats qui « braient et grondent », d’assaut mené « à grant bruit et à grant hustin » ou avec « grands cris et grandes huées » ; ils évoquent le « cri et le hahay », la « grant noise et grant crierie ».

13La distance entre émetteur et récepteur du cri est également délicate à rendre. Elle est notée quelquefois avec précision :

  • 15 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16660-64.

« Lors prennent [les Flamands] si haut à
japer
En disant hou ! à grant
alaine,
Que d’une lieue entière en
plaine
A l’eure de ce
huement,
Les oïst on légiérement. »15

  • 16 Chronique des quatre premiers Valois, S. Luce éd., Paris, 1862 (Société de l’Histoire de France), (...)
  • 17 Ibid, p. 179.

14« La frainte et la noise » de la bataille de Poitiers « estoit ouye de plus de trois lieues loing », d’après l’auteur de la Chronique des quatre premiers Valois16, qui reprend des termes identiques pour décrire le même phénomène quelques années plus tard, lors de la bataille de Navarette en 136717. La précision affichée ne préjuge pas de la vraisemblance ni des circonstances réelles.

  • 18 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 952-954.
  • 19 Jean le Bel, éd. cit., II, 309.

15Le cri est plutôt donné à voir qu’à entendre : « Là véissiez crier et braire »18, « Quant les seigneurs de France virent leurs loges ardoir et véirent les cris et les huées… »19 Et pourtant bien rares sont les gestes qui accompagnent le cri et permettraient de mieux le visualiser. Tout juste Guillaume Guiart, le soldat-chroniqueur, avec son sens exceptionnel de l’observation, raconte-t-il que les Français

« Crient environ eus Monjoie
De toutes parz et si souvent
Qu’il en sont vermeil et rouvent. » (v. 17286-17287)

  • 20 Chronique du Religieux de Saint-Denys, II, 500 : Nam manus tendentes ad sydera, cum tubarum et tym (...)

16En revanche, il y a tout lieu d’être circonspect quand Michel Pintoin raconte que les habitants de Nicopolis, à l’annonce de l’arrivée de Bajazet, levèrent les mains au ciel en mêlant leurs voix et leurs cris au son des trompettes et au bruit des tambours. Plutôt que de rapporter ici un détail concret donné par l’un de ses informateurs, le Religieux ne décrit-il pas une fois de plus les choses comme elles auraient dû se dérouler20 ?

  • 21 Geoffroi de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, E. Faral éd. et trad., 2e éd, Paris, 1961 (...)
  • 22 Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana (1095-1127), H. Hagenmeyer éd., Heidelberg, 1913, II, (...)
  • 23 Guillaume Guiart, éd. cit.
  • 24 Jean Le Bel, Œuvre, J. Vlard et E. Deprez éd., Paris, 1904 (Société de l’Histoire de France), I, 67 (...)

17Les images viennent parfois à la rescousse du chroniqueur, non sans éviter, elles aussi, les stéréotypes. Par trois fois, Villehardouin affirme que les cris étaient tels qu’« il sembla que terre et mer fondist »21 ; Foucher de Chartres évoque les adversaires des chrétiens vociferantes et tanquam canes vel lupi ululantes22, et Guillaume Guiart « les vilains [qui] braient comme maufez [diables] »23, comparaison à forte connotation péjorative que l’on retrouve sous la plume de Jean le Bel24. L’image est rarement neutre, son but n’est pas de servir le réalisme mais plutôt de contribuer à qualifier moralement le cri.

18Les cris sur le champ de bataille ne sont finalement qu’un élément sonore parmi d’autres enregistrés par l’oreille du témoin, retenus par le chroniqueur, pour rendre l’âpreté du combat. Le chroniqueur des Quatre premiers Valois le dit bien : à Poitiers, c’est la conjonction de « la frainte des chevaux, des criz des blechiés, le son des araynes, des clerons et des criz des enseignes » qui était « moult merveilleuse chose et espuantable à ouïr ». Et les récits bruissent davantage du son des instruments et des hennissements des chevaux que de celui de la voix humaine. Même si les instruments peuvent, eux aussi, se contenter de « crier » ou « braire », leur registre est souvent plus étendu et plus varié et le vocabulaire pour l’exprimer plus riche, ainsi sous la plume de Guillaume Guiart :

  • 25 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 18590-18593.

« Qui lors oïst tentir araines
Qu’en fait par les II oz sonner,
Tabours croistre, corz bourdonner,
Flagiex piper et trompes braire… »25

La guerre : lieu et temps naturels d’un cri ordonné, occasion d’un cri désordonné

  • 26 Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, précédée d’additions à la chronique française de Guil (...)

19Au bout du compte, s’il semble bien que le cri, pour se faire entendre dans toute sa force et sa signification, ait besoin du soutien des instruments et soit perçu, au moins à certains moments de la bataille, en parfaite simultanéité avec eux – phénomène repérable chez tous les chroniqueurs, du chroniqueur parisien anonyme relatant la bataille de Cassel à Enguerran de Monstrelet racontant la prise de Vervins par les Armagnacs26-, c’est sans doute parce qu’il appartient à un ensemble de signes codifiés et donnés comme tels par les chroniqueurs qui savent alors parfaitement qui crie, les moments du cri, les mots, les expressions de sa manifestation et les effets engendrés par celle-ci.

  • 27 Chronique du Religieux de Saint-Denys, I, 218.
  • 28 Robert de Clari, Chronique, P. Lauer éd., Paris, 1924 (CFMA, 40), LVIII.
  • 29 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., II, 93.
  • 30 Gesta Francorum expugnantium lherusalem, Recueil des Historiens de la Croisade, Historiens occiden (...)
  • 31 Jean le Bel, éd. cit., Il, 58 : « Si ce mist à l’aventure et fery dedens si radement que celle prem (...)

20Particulièrement marqué au moment de l’assaut, – « criée » peut même être synonyme de « bataille » : « Lors commence là la criée » (Guillaume Guiart, v. 15890) –, le cri encadre en fait toute l’action militaire, de la semonce au cri de paix. Ce cri est exclusivement le fait des combattants. Mais pas n’importe lesquels. Nul cri d’inconnu, si ce n’est dans des cas tout à fait exceptionnels qui tiennent davantage d’une reconstruction a posteriori par l’auteur. C’est ce que paraît faire le Religieux de Saint-Denis dans son récit de la bataille de Roosebeke, en mettant en scène un individu surgissant au cœur de la mêlée pour ranimer le courage des Français sous l’anonymat éclatant (Quidam enim in hac acte persistens, cujus hucusque nomen, ac celitus descendisset, manet incognitum…) mais efficace (dicto cicius status pugne immutatur) des messagers divins27. En général, celui qui crie est désigné par son nom ou sa fonction. Ainsi Michel Pintoin rapporte par les expressions voce preconia ou exhortatoria verba le cri du héraut. Ailleurs, il est sous-entendu par une tournure impersonnelle : « Tant qu’on fist crier par l’ost qu’il n’y eust si hardi qui avant alast en la cité, car ce serait peril d’y aller. »28 Le cri est alors lié à l’ordre commandé, il n’y a d’ailleurs pas d’ordre sans cri. Il sert à l’information, à la communication à l’intérieur de l’ost. Lien vital entre les hommes, il doit être entendu à tout prix : « Et s’en coururent le plus vivement qu’ilz porent devers l’ost crians : “à l’arme !” […] et tant que leurs voix furent oyes. »29 Réveillant et armant en un instant les soldats endormis30, alertant les renforts et leur permettant une intervention salutaire31, il anime le groupe des combattants et assure sa survie en le constituant en corps solidaire.

  • 32 Jean Le Bel met en scène Édouard III lors de la tentative de reprise de Calais par Geoffroy de Cha (...)
  • 33 Chronique des Quatre premiers Valois, p. 109 : « Monseigneur Jehan Sonnain crya : “Retraiez vous à (...)

21Confié aux hérauts, il est, à des moments clefs, repris « en voix » par le chef. Particulièrement réceptif au cri d’alarme, le lançant quelquefois lui-même, celui-ci met en branle le processus d’armement ou de défense32. Le cri du chef se fait entendre aussi pour marquer le terme de l’engagement et poser des limites au déchaînement de la violence qu’il avait d’abord suscitée33. Son registre sonore est plus retentissant (« à haute voix », « moult haut », « a tout cler ») que celui du relais ordinaire des hérauts et peut ouvrir toute une harangue visant à encourager les combattants, à renouveler leur ardeur chancelante, voire à faire rebrousser chemin aux fuyards. Geoffroi de Paris, dans son récit de Courtrai, met un tel cri dans la bouche du comte d’Artois (v. 1207). Guillaume Guiart évoque des gens d’armes :

  • 34 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16712-16716.

« Criant : “Arrière, gent mauvaise,
Où bien et honeur se defface.
Que redoutez-vous ? Qui vous chace.
Couarz, peureus et failliz”… »34

  • 35 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet éd., Paris, 1954 (2e éd.), ch. XXI, p. 158.
  • 36 Ibid, p. 160.

22De telles occurrences sont par excellence les lieux où sont opposées des catégories de combattants (chevaliers/gens de pied, vilains) et où des valeurs sont accolées à chacune d’elles (courage/couardise). Elles aident à identifier le chef, non seulement en tant qu’individu nommé, mais aussi à le reconnaître comme tel, en rappelant clairement quelles doivent être ses qualités (décision, courage) et en les présentant aux chevaliers et à l’ensemble de l’ost comme des exemples à suivre. Le modèle est encore plus clair lorsque le roi commande en personne. Lors du second siège du Puiset, au moment d’affronter Thibaut, comte de Chartres, « le roi », dit Suger, « avec sa grandeur d’âme habituelle (consueta magnanimitate), descend en armes de son cheval […] [et] invite à l’audace (ad audaciam invitat) les hommes qu’il a fait descendre avec lui, les presse de ne pas fléchir, leur crie de combattre en gens de cœur (ut fortissime dimicent clamat)35. Quelques heures plus tard, alors que l’ost royal était au bord de la déroute, Louis, raconte toujours le moine dionysien, « monté sur un cheval d’emprunt, résistait avec courage (animosus resistabat), criait très fort pour faire revenir ses chevaliers (clamosus revocabat), appelant par leur nom les plus audacieux (audaciores), les pressait de ne pas fuir »36 Suger présente ainsi un Louis VI, figure exemplaire et suprême d’une chevalerie aux valeurs fortement affirmées, dont le cri unifie l’ost et rend au final la victoire possible.

  • 37 Jean le Bel, éd. cit., I, 66.
  • 38 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., ch. 89 : « Et quant ilz perçurent qu’ils estoient tous ensemble (...)
  • 39 Jean le Bel, éd. cit., II, 46 : « Adoncques sourdi ung grand cry parmy l’ost » ; Geoffroi de Vllleh (...)

23Mais le cas le plus fréquent demeure celui du cri collectif de l’ost. Son caractère indivis est systématiquement souligné. L’ost crie d’un même cœur, d’une seule voix : « Les Écossais juppent tout à une voix », dit Jean le Bel37, d’autres chroniqueurs recourent aux termes omnes ou nostri, ou préfèrent marquer par le singulier la fusion des voix individuelles : Cum terribili clamore, rumor quoque et clamor nostrorum… Ces figures de style, loin d’être des artifices littéraires, paraissent correspondre à une pratique réelle et consciente sur le champ de bataille. Enguerran de Monstrelet le dit clairement, le cri ne s’élève qu’une fois l’ost assemblée38 Alors, tel un phénomène monolithique qui aurait son être propre, il se détache du corps de ceux qui le profèrent et « se lève » ou « sourd »39.

  • 40 Jean Froissart, Chroniques, S. Luce, G. Raynaud, L. et A. Mlrot éd., Paris, VI (1876), p. 118-119.

24Le cri d’armes ne fait qu’institutionnaliser ce cri unanime qui, dans un environnement codifié, fonde la communauté combattante, son unité et son identité. Le cri semble d’abord choisi, Froissart le montre à l’occasion de la bataille de Cocherel : « Quant cil signeur de France eurent ordonné à leurs avis leurs batailles […] il regardèrent entre yaus et pourparlèrent longement quel cri pour le journée il crieraient, et à laquèle bannière il se retrairoient. […] Si fu ordonné de commun accord que on crierait : “Nostre Dame ! Claiekin !” et que on s’ordonneroit celle journée dou tout par le dit monsigneur Bertran. »40 Le cri identifie celui qui va mener l’action et se glorifier, tout en donnant une âme à l’ost.

25Au cœur du combat, ce cri permet aussi d’identifier les deux groupes adverses, de les « matérialiser » aux yeux de l’observateur et dans l’esprit du lecteur :

  • 41 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 942-944.

« Et le François Monjoie ! huchent
Et l’autre partie s’escrie
Saint Jorge la chevalerie !41

  • 42 Jean Froissart, éd. cit., VI, p. 124.

Là crioient li Englèss
Et li Navarois d’un lés :
Saint Jorge, Navare ! et li François :
Nostre Dame, Claiekin ! »42

  • 43 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 2874-2877 : « L’oriflamme fu desploiée, Monjoie souvent escriée » ; (...)
  • 44 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., II, 89.

26Parfaitement caractérisé (« à haute voix », oltisonis vocibus…), soutenu et amplifié, nous l’avons vu, par le son des instruments, accompagné de gestes biens codifiés (déploiement de la bannière, jeter du bâton)43, ce cri correspond à un rituel précis et efficace : avant la bataille, il déclenche l’assaut et fait passer de l’état d’attente, de préparation, au combat. Exutoire – mais exutoire ordonné –, il libère la violence un temps contenue : « Et lors, les gens d’icellui connestable, tant hommes d’armes comme archers, en eslevant grans cris, commencèrent de toutes pars à férir et à effondrer en eulx, et les navrer et les occire cruelement. »44

27Efficace et libéré, il est alors sensé déclencher la peur chez l’ennemi et provoquer sa déroute :

  • 45 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 19340-46.

« Lo oïssiez crier Monjoie ! […]
Avoiz si hautes et si clères,
Espoventables et amères,
Que Flamens qui les granz cops sentent
De touz costez s’en espoventent. »45

  • 46 Chronique des Quatre premiers Valois, éd. cit., p. 140.

28Puis, comme il avait fait passer de la paix à la guerre, à la fin du combat, après la victoire ou la retraite, le cri met aussi un terme au déchaînement de la violence et rétablit l’ordre46.

Le cri : manifestation d’un désordre

29Mais le cri, qui dit avant tout l’action, la communauté des combattants et les valeurs qui la soudent, peut aussi avoir des contre-exemples et être une manifestation occasionnelle de désordre.

Cris et ruse : aux limites des lois de la chevalerie ?

  • 47 Suger, éd. cit., ch. XV, p. 96.
  • 48 Jean Froissart, éd. cit., XV, p. 148-149.

30Il peut s’agir d’abord d’un simple détournement du rituel et de ses significations. Ainsi le cri d’armes, instrument d’identification et d’identité par excellence, peut-il servir à tromper l’adversaire ? On en rencontre un premier exemple (ils sont peu nombreux) chez Suger47. Se faisant passer pour Guillaume de Garlande, « chevalier élégant, preux aux armes », dit le moine dionysien, afin d’échapper à ses ennemis et au roi venus faire le siège de la Ferté-Baudoin, Hugues de Crécy « s’écriait bien haut (conclamaret) qu’il était poursuivi par Hugues, invitait les gens, de la part du roi, à barrer le passage à ce dernier comme à un ennemi ». « Par ces stratagèmes », ajoute Suger, partagé entre l’admiration et la réprobation, « tant par ces ruses de langage que par la vaillance de son cœur (tanquam hostem lingue cautela quam animi strenuitate), il réussit dans sa fuite à se jouer seul d’une multitude ». Deux siècles plus tard, il semble bien qu’il n’y ait plus d’hésitation et que l’usage du cri de guerre à des fins de stratégie soit tout à fait licite. Il est d’ailleurs le plus souvent le fait de l’ost à laquelle l’auteur est favorable. Le cri est alors utilisé dans sa forme la plus codifiée et la ruse fonctionne justement parce que les uns et les autres se réfèrent à ces codes. Il suppose une participation collective à ce qui peut être vu comme un jeu, et là encore, il soude l’ost. Ainsi Froissart raconte-t-il comment le comte James de Douglas, mortellement blessé, rassemble ses compagnons et leur ordonne : « Redresciez ma bannière […] et criez Douglas ! et ne dictes ne à my ne à ennemy que nous aions, que je soye ou parti où je suy. Car nostres ennemis, s’ilz le savoient, ilz s’en reconforteroient, et nostres amys s’en desconfieroient […] et fu la bannière relevée ; et escrierent : “Douglas !” et pour ce que ilz estoient si avant, leurs gens qui estoient derrière et qui oïrent crier, moult haut : “Douglas ! Douglas !” pour venir celle part se mistrent en brousse tout ensamble, et commenchierent, ceulx qui lances avoient, à bouter et à pousser de telle vertu que ilz reculerent très vaillaument de celle empainte [attaque] les Anglois. »48

Un cri hors normes

31Les mots, les premiers, disent la réception de ce cri hors normes : « terribiles clamores, espovantables, orribles, a voiz espovantables et amères, grande hideur à entendre »,– mais sans toujours se démarquer nettement des cris propres aux combattants. En revanche, la manifestation du désordre se traduit plus sûrement par une durée inhabituelle du cri, ou du moins par une durée qui tranche étrangement avec la brièveté et l’instant précis caractéristique du cri d’assaut. Lors du siège de Florence par Henri VIII, Geoffroi de Paris note :

  • 49 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 3858-3859.

« Là maint cri, maint hu, mainte voiz
I estoit nuit et jor ouïe. »49

  • 50 Suger, éd. cit., ch. XV, p. 92.
  • 51 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 15516-17 : « Diex comme les dames i pleurent, Et démainent grant cri (...)
  • 52 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 15924 et 15957 : « Vilains braient comme maufez ; Mainz en i a qui m (...)
  • 53 Robert de Clari, éd. cit., LXXI.
  • 54 Chronique du Religieux de Saint-Denys, VI, 352 : […] de porta ad portam currere non cessavit, done (...)

32Ceux qui crient en ces occasions exceptionnelles n’ont pas d’ordinaire voix à le faire : c’est la clamor refugorum qu’évoquait déjà Suger50, les femmes et les enfants dont les « crieries » (et non le cri) mêlées de pleurs et de gestes désordonnés sont un « moult piteux bruit » à entendre51, mais aussi les piétions, les ennemis, ceux qui ont peur – autant de contre-exemples à la valeur chevaleresque rencontrés sous la plume de Guillaume Guiart52. Il existe encore les cris qui accompagnent les injures et les marques de dérision lancées à l’encontre des ennemis ou de ceux que l’on juge responsables de la défaite. Robert de Clari en a un douloureux souvenir : « Quand les Grieux les virent traire arrière (les Français et les Vénitiens), si s’accueillent à huer et à escrier si durement que trop ; et monterent sur les murs et avaloient leur braies et leur monstroient leur culs… »53. On trouve enfin – désordre suprême mais rarissime – le cri du chef de guerre qui s’enfuit en abandonnant ses troupes, comme le fit Jean de Villiers, sire de l’Isle-Adam et maréchal de France, lors de la prise de Pontoise par les Anglais54.

Le grand silence des blessés

  • 55 Cf. supra : « La frainte des chevaux, des criz des blechiés, le son des araynes, des clerons et de (...)
  • 56 Gesta Francorum et aliorum Hierosolymitanorum, Recueil des Historiens de la Croisade, Historiens o (...)

33Cette étude ne pourrait s’achever sans s’étonner de l’absence d’un cri pourtant attendu, celui des blessés qui gisent sur le champ de bataille. Rares, exceptionnellement rares sont les auteurs qui en font mention ou y font une allusion même brève. Le chroniqueur des Quatre premiers Valois les entend, comme un bruit parmi d’autres55 ; l’auteur anonyme des Gesta Francorum et aliorum Hierosolymitanorum évoque non les cris mais les lamentations (flere et ululare) des Turcs en présence des cadavres des leurs, arrachés à leur sépulture par les Francs56. Seul Guillaume Guiart, peut-être parce qu’il fut marqué dans sa chair par la violence des combats (il fut blessé en 1304 lors de l’attaque de la Haignerie), livre plusieurs descriptions que nous pourrions qualifier de réalistes et dont l’émotion n’est pas absente :

  • 57 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16185-90, 19165-67, 19409-12.

« Destries trébuchent et se plient
Hommes sains fuient, navrez crient
Plaies saingnent que nus ne bande.
La noise est si durement grande
Par voiz issues non pareilles,
Que li escouters est merveilles
[…] Li navrés […]
Giètent les criz espoventables,
Quant de leur sanc sentent le ru […]
Les vis occient,
Les morz foulent,
Aucuns d’eus en la mer s’escoulent,
Qui de paour braient et grondent :
Là se noient, là s’entrafondent. »57

  • 58 N. Chareyron, Jean le Bel. Le Maître de Froissart, Grand Imagier de la guerre de Cent Ans, Bruxell (...)
  • 59 Sur cette question du regard porté sur la guerre à travers les âges, on lira avec intérêt l’ouvrag (...)
  • 60 Ma conclusion rejoint celle de Philippe Contamine à propos de Froissart, art. cit. supra note 10 : (...)

34Il n’est pas impossible que les chroniqueurs et leurs contemporains aient été davantage des « visuels » que des « auditifs ». Jean le Bel, pour ne prendre que cet exemple, s’il est peut-être le « grand imagier » de la Guerre de Cent Ans, n’en est assurément pas le « preneur de son »58. Fidèles au but fixé en leur temps à l’histoire, les historiens et chroniqueurs du Moyen Âge dirent moins ce qui s’était passé, ce que l’on avait entendu sur le champ de bataille, que ce qui s’y était fait et qui était digne de mémoire. Dans cette perspective, les cris émotionnels, manifestation d’un désordre, n’avaient pas leur place. En revanche le cri « codifié », ritualisé des combattants fut fort bien appréhendé. Non tant par souci d’un réalisme qu’engendreront des guerres modernes autrement plus destructrices59, mais parce qu’il permettait de reconnaître, au cœur de l’œuvre historiographique, les hauts faits d’armes, et parce qu’il correspondait à la vision de la guerre qu’avait la société pour laquelle ces histoires étaient écrites60.

Notes

1 Ce titre est un signe d’amicale connivence à l’article de Nicolas Offenstadt, « Cris et cloches. L’expression sonore dans les rituels de paix à la fin du Moyen Âge », Hypothèses 1997. Travaux de l’École doctorale d’histoire de l’Université Paris I, Paris, 1998, p. 51-58. La présente étude, par conséquent, écarte de son champ d’observation les cris de paix.

2 Bertran de Born, cité par F. Cardini, La Culture de la guerre ( xe- xviiie siècle), Paris, 1992 (Bibliothèque des Histoires), p. 414-415.

3 Geoffroi de Paris, Chronique métrique, A. Diverrès éd., Paris, 1956 (Publ. de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 129).

4 Recueil des historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 633-674.

5 Récits d’un bourgeois de Valenciennes ( xive siècle), J. C. Kervyn de Lettenhove éd., Louvain, 1877.

6 P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées du roi de France (1337-1494), Paris-La Haye, 1972, p. 196-198 et Annexe XIII, p. 667-668.

7 B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1991 (2e éd.), p. 22-24.

8 B. Guenée, op. cit., p. 203-207.

9 B. Guenée, « Michel Pintoin, sa vie, son œuvre », Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422 publiée en latin et traduite par M.-L. Bellaguet, 6 vol., Paris, 1839-1852 (en trois tomes contenant chacun deux volumes), Paris, 1994, ici I, p. XXV-XXVI. Voir par ailleurs, V. Jouët, Et un temps pour parler… La communication orale sous le règne de Charles VI : le témoignage de la Chronique du Religieux de Saint-Denis, thèse multigraphiée, Paris I, 1 999. L’auteur remarque (p. 109) que le terme clamor est toujours lié à une action violente et souvent mise en relation avec des groupes émetteurs, tels soldats, marins, piétons, assiégés ou assiégeants.

10 P. Contamine, « Froissart : art militaire, pratique et conception de la guerre », dans J. J. N. Palmer éd., Froissart : Historian, Woodbridge Suff., 1981, p. 132-145 et M. Zlnk, Froissart et le temps, Paris, 1998, p. 1-18.

11 M. Zink, op. cit., p. 49-61.

12 Guillaume Guiart, La Branche des royaus lignages, N. de Wailly et L. Delisle éd., Recueil des historiens des Gaules et de la France, XXII (1865), p. 171-300.

13 Ce terme paraît propre à Michel Pintoin chez qui il revient au moins deux fois (éd. cit., I, 277 et VI, 136). Il fait référence au cri héraldique. Ce sens de titulus est très rare. Le dictionnaire de Du Gange donne comme unique référence un passage des Gesta episcoporum de Gilles de Liège ou d’Orval, moine cistercien. Cette œuvre n’est pas répertoriée dans le fond de Saint-Denis au xve siècle, cf. D. Nebbiai-Dalla Guarda, La Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France du ixe au xviiie siècle, Paris, 1985.

14 Certains de ces qualificatifs (dur, horrible, laid) sont étudiés par J. Picoche, Le Vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart, 2 vol., Paris, 1976 et Amiens, 1984.

15 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16660-64.

16 Chronique des quatre premiers Valois, S. Luce éd., Paris, 1862 (Société de l’Histoire de France), p. 54.

17 Ibid, p. 179.

18 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 952-954.

19 Jean le Bel, éd. cit., II, 309.

20 Chronique du Religieux de Saint-Denys, II, 500 : Nam manus tendentes ad sydera, cum tubarum et tympanarum sonitu voces in celum extollunt et terribiles clamores in signum exuberantis leticie. Sur cette pratique du Religieux, voir B. Guenée, « Fiction et réalité dans l’œuvre du Religieux de Saint-Denis : l’exemple de la paix de Tournai (1385) », Revue des Langues Romanes 97 (1993), p. 3-13.

21 Geoffroi de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, E. Faral éd. et trad., 2e éd, Paris, 1961, VI, 172, VII, 218, VII, 241.

22 Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana (1095-1127), H. Hagenmeyer éd., Heidelberg, 1913, II, 3, 1.

23 Guillaume Guiart, éd. cit.

24 Jean Le Bel, Œuvre, J. Vlard et E. Deprez éd., Paris, 1904 (Société de l’Histoire de France), I, 67 : Les Ecossais juppent tout à une vois comme des grands diables.

25 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 18590-18593.

26 Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, précédée d’additions à la chronique française de Guillaume de Nangis, A. Hellot, Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France IX (1885), p. 119 : « […] firent sonner leurs trompez, tabours […] et avec ce crier » ; Enguerran de Monstrelet (II, 91) : « […] et firent sonner leurs trompêtes en criant à haulte voix : “vive le duc d’Orléans”. »

27 Chronique du Religieux de Saint-Denys, I, 218.

28 Robert de Clari, Chronique, P. Lauer éd., Paris, 1924 (CFMA, 40), LVIII.

29 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., II, 93.

30 Gesta Francorum expugnantium lherusalem, Recueil des Historiens de la Croisade, Historiens occidentaux, III, p. 491-543, ici, p. 500 : De clamore autem illo et sonitu crebro ictuum umbonum que repercussione commota est tota civitas, et excitati sunt dormientes.

31 Jean le Bel, éd. cit., Il, 58 : « Si ce mist à l’aventure et fery dedens si radement que celle premiere bataille eust esté desconfite, se n’eussent esté les aultres II qui sourvindrent par les cris et les huées qu’on y faisoit. »

32 Jean Le Bel met en scène Édouard III lors de la tentative de reprise de Calais par Geoffroy de Charny : « Adonques sailli hors le noble roy et son filz aussi crians : “A la mort ! à la mort !” ; ibid., II, 83 ; le duc de Lancastre harcelé par les Écossais doit reculer : « Le cry vint jusques au roy. Si monta hastivement sur ung coursier sans attendre chevalier, n’escuier et ala tout droit où le hahay estoit », ibid., II, 91 ; Enguerran de Monstrelet (éd. cit., II, 89) : « Lesquelz criz oyz par le connestable et autres capitaines, firent sans delay armer leurs gens et pour mieulz en sçavoir la vérité envoièrent… »

33 Chronique des Quatre premiers Valois, p. 109 : « Monseigneur Jehan Sonnain crya : “Retraiez vous à la haie !” ; ibid, p. 140, après la prise de Mantes par Du Guesclin : « Et fit crier par la ville que nul ne meffeist à femme ne à enfant, maiz la ville avoit ainçoiz este pillie. »

34 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16712-16716.

35 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet éd., Paris, 1954 (2e éd.), ch. XXI, p. 158.

36 Ibid, p. 160.

37 Jean le Bel, éd. cit., I, 66.

38 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., ch. 89 : « Et quant ilz perçurent qu’ils estoient tous ensemble en ordonnance de bataille, si se rassemblèrent ensemble et en faisant grant bruit et grans criz se boutèrent tous à cheval dedens les archers et arbalestriers… »

39 Jean le Bel, éd. cit., II, 46 : « Adoncques sourdi ung grand cry parmy l’ost » ; Geoffroi de Vlllehardouin, éd. cit., VI, 161 : « Et li criz fu levez en l’ost » ; ibid., VII, 219 : « Li criz live en l’ost ».

40 Jean Froissart, Chroniques, S. Luce, G. Raynaud, L. et A. Mlrot éd., Paris, VI (1876), p. 118-119.

41 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 942-944.

42 Jean Froissart, éd. cit., VI, p. 124.

43 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 2874-2877 : « L’oriflamme fu desploiée, Monjoie souvent escriée » ; Enguerran de Monstrelet, éd. cit., Il, 148 ; Jean Froissart, éd. cit., XV, p. 140.

44 Enguerran de Monstrelet, éd. cit., II, 89.

45 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 19340-46.

46 Chronique des Quatre premiers Valois, éd. cit., p. 140.

47 Suger, éd. cit., ch. XV, p. 96.

48 Jean Froissart, éd. cit., XV, p. 148-149.

49 Geoffroi de Paris, éd. cit., v. 3858-3859.

50 Suger, éd. cit., ch. XV, p. 92.

51 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 15516-17 : « Diex comme les dames i pleurent, Et démainent grant crierie » ; Récits d’un Bourgeois de Valenciennes, 74e histoire : « Et avoit dedens la ville grant noise et grant crierie de femmes et d’enfants » ; 114e histoire : « Et moult piteux bruit de femmes et d’enffans […] et les autres crioient merci » ; Chronique du Religieux de Saint-Denys, I, 378 : Tunc ubique clamor omnia variis terrencium ac pavencium vocibus, mixto mulierum ac puerorum ploratu, complet ; ubique fit concursacio incerta nunc hos nunc illos sequencium, rogancium viros natosque cui se fato committerent.

52 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 15924 et 15957 : « Vilains braient comme maufez ; Mainz en i a qui merci crient. »

53 Robert de Clari, éd. cit., LXXI.

54 Chronique du Religieux de Saint-Denys, VI, 352 : […] de porta ad portam currere non cessavit, donec novit gentes suas ingentes thesauros suos ex rapinis accumulatos foras emisisse. Et tunc in muris ascendens, et more viri similis desolati exclamons : « Totum amissum est, et quisque salutem suam procuret », et mox fugiens cum suis castrum suum Insuie Ade peciit indilate.

55 Cf. supra : « La frainte des chevaux, des criz des blechiés, le son des araynes, des clerons et des criz des enseignes qui était moult merveilleuse chose et espuantable à ouïr. »

56 Gesta Francorum et aliorum Hierosolymitanorum, Recueil des Historiens de la Croisade, Historiens occidentaux, III, p. 121-163, ici p. 139 : Quod videntes Turci doluerunt nimis, fueruntque tristes usque ad necem. Nam quotidie dolentes, nihil aliud agebant nisi flere et ululare.

57 Guillaume Guiart, éd. cit., v. 16185-90, 19165-67, 19409-12.

58 N. Chareyron, Jean le Bel. Le Maître de Froissart, Grand Imagier de la guerre de Cent Ans, Bruxelles, 1996.

59 Sur cette question du regard porté sur la guerre à travers les âges, on lira avec intérêt l’ouvrage de F. Cardini, La Culture de la guerre…, op. cit., p. 413-438, La guerre « fraîche et joyeuse », ou la « sale guerre » ?

60 Ma conclusion rejoint celle de Philippe Contamine à propos de Froissart, art. cit. supra note 10 : « Il a fourni à son public le discours sur la guerre que celui-ci attendait, parce que ce discours le flattait, le rassurait, lui donnait bonne conscience, procurait du style et du panache à des actions sauvages, à des comportements sordides, métamorphosait en preux des bandits de grand chemin. »

Auteur

Agrégée et docteur en histoire, maître de conférences à l’Université Paris XII Val-de-Marne. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor. Un historien et sa communauté au début du xive siècle (Turnhout, 2000). Elle s’intéresse particulièrement au rôle de l’histoire dans la construction d’une culture politique dans le royaume de France avant la guerre de Cent ans.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site