Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haro ! Noël ! Oyé !

 | 
Didier Lett
, 
Nicolas Offenstadt

Le cri dans le paysage sonore de la mort à la fin du Moyen Âge

Murielle Gaude-Ferragu

Texte intégral

  • 1 D. Alexandre-Bidon, « Gestes et expressions du deuil », dans D. Alexandre-Bidon et C. Treffort dir (...)
  • 2 Ibid., p. 126.
  • 3 P. Nagy-Zombory, Le Don des larmes au Moyen Âge : un instrument spirituel en quête d’institution ( (...)
  • 4 J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’A (...)

1Mise en scène sociale de la douleur, participant des rites de passage de la mort, le cri est au cœur des cérémonies funèbres du Moyen Âge1. Accompagnant, depuis l’Antiquité, les gestes excessifs du deuil – se tirer les cheveux, se frapper la poitrine, tordre ses mains –, il fut combattu par l’Église qui tenta d’imposer un comportement mesuré face à la douleur2. La morale chrétienne prohibait l’excès. La mort devait en outre être vécue comme l’accession à l’au-delà. Aussi valorisa-t-elle au sein du cérémonial les gestes pondérés et les larmes3. Certaines villes reprirent ces interdictions, à l’instar de Valréas qui, à la fin du xiiie siècle, condamna les cris et les lamentations pendant les funérailles sous le prétexte qu’ils terrifiaient le peuple, empêchaient la célébration de l’office divin et n’étaient « utiles en aucune façon »4.

  • 5 Cf. supra, note 1.
  • 6 Les récits isolés d’obsèques se multiplient dans la première moitié du xve siècle. Ils sont écrits (...)
  • 7 Dans les années 1920, Marcel Mauss et Marcel Granet ont démontré l’existence dans les cérémonies f (...)

2Prohibé par les autorités ecclésiastiques et civiles, le cri reste pourtant une composante essentielle du rituel funèbre à la fin du Moyen Âge. Si les expressions gestuelles et sonores du deuil dans l’iconographie ont été étudiées par Danièle Alexandre-Bidon5, les sources écrites (chroniques et récits isolés de funérailles) devraient permettre de compléter certaines questions6. Il s’agit d’une part de déterminer si dans ces relations, les cris apparaissent comme spontanés, vecteurs privilégiés de l’émotion ressentie face au décès d’un proche ou plutôt comme ritualisés, expression obligatoire de la douleur7. Il faut aussi s’interroger sur leur structure et leur intensité : s’agit-il de gémissements, de hurlements, ou de paroles articulées ? Quelle est leur fonction au sein du cérémonial ?

  • 8 Y.-H. LE Maresquier-Kesteloot, Recherches sur les officiers municipaux de la ville de Paris au xve(...)

3Mais l’étude des cris funèbres ne s’arrête pas aux seules manifestations de deuil. Il faut également appréhender le rôle des crieurs des morts dans le rituel. La recherche récente s’intéresse à leur statut et à leurs missions8. Les chroniques et récits d’obsèques ainsi que la comptabilité royale et princière permettront de compléter ces travaux.

Les crieurs des corps

Le statut des crieurs

  • 9 Cité par A. Franklin, Les Rues et les cris de Paris au xiiie siècle, Paris, rééd. 1984, p. 162.
  • 10 Titre V : « Cis tytres parole des crieurs de Paris », Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. (...)
  • 11 Les taverniers sont obligés de faire annoncer leur vin dans les rues de Paris.
  • 12 Les actes de l’autorité royale sont plutôt publiés depuis la fin du xive siècle par les crieurs du (...)
  • 13 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. 50.
  • 14 Ibid., p. 73.
  • 15 La première criée mentionnée dans cette ville date de 1236. Il s’agit d’une criée pour le vin, E. (...)
  • 16 Ibid., p. 250. Jacques Chiffoleau note également qu’à Orange, un crieur des morts est attesté dès (...)

4Dès le xiiie siècle, des crieurs publics participent aux enterrements, précédant le cortège funèbre en agitant une clochette et sollicitant les prières de la population pour l’âme du défunt. L’ouvrage de Guillaume de Villeneuve, Les crieries de Paris (xiiie siècle), en témoigne : « Quant mort i a homme ne fame, Crier orrez : proiez por s’ame, A la sonete par ces rues. »9 Ces crieurs sont établis dans la capitale en 1220 par Philippe Auguste qui cède aux marchands hansés de Paris, le « criage et le mesurage » des vins. Leur statut est par la suite défini dans le Livre des métiers d’Etienne Boileau, rédigé vers 126810. Leur fonction essentielle est alors le « criage » de vin11 mais ils sont également chargés de publier les avis privés, comme les décès12. Ces officiers municipaux sont nommés par le prévôt des marchands et les échevins de la ville et portent le titre de « crieurs de corps et de vin »13. La grande ordonnance de 1416 sur l’administration de la ville de Paris fixe leur nombre à vingt-quatre titulaires14. Leur présence est par ailleurs attestée dans la plupart des villes du royaume, à l’instar de Limoges qui en emploie dès le début du xiiie siècle15. Ils sont, comme à Paris, chargés d’annoncer le prix officiel du vin mais aussi les décès. Ils sont rétribués en fonction de la condition sociale du défunt : « De hucher (crier) l’enterrement du plus grand et du plus riche, ils doivent avoir 3 sols, pour chaque personne de condition moyenne et pour le pauvre, 1 8 deniers »16.

  • 17 C. Vincent, Les Confréries médiévales dans le royaume de France, xiiie- xve siècle, Paris, 1994, p (...)
  • 18 E. Vincent, art. cit., p. 258.
  • 19 AD du Pas-de-Calais, A 354, rouleau 1.

5Indépendamment de ces officiers municipaux, il existe des crieurs attachés aux confréries de dévotion, qui proclament les décès de leurs membres17. Ainsi, à la fin du Moyen Âge, la confrérie des « Pauvres à vêtir » de Limoges en entretient deux18. Enfin, lors de funérailles princières, des serviteurs de l’hôtel remplissent parfois ce rôle. Le compte des obsèques de Robert, fils de Mahaut d’Artois, décédé en 1312, révèle que quarante-cinq sous furent donnés « a xviij valles qui crierent le cors par ij jours aval Paris a sonnetes »19. Il ne s’agit sans doute pas de crieurs de la ville de Paris – toujours spécifiquement nommés – mais plutôt de serviteurs de la comtesse.

Les fonctions des crieurs

  • 20 AD du Cher, 8° G 1455, fol. A-Gv, cité par F. Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son ac (...)
  • 21 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864, p. 428.
  • 22 Ibid., p. 439.
  • 23 M. Fogel, op. cit., p. 32-38. Les crieurs ne parcouraient pas tous ces lieux à chaque publication (...)

6Les crieurs des corps ont tout d’abord une fonction informative : sur l’ordre de la famille du défunt qui les rémunère, ils proclament, parfois pendant plusieurs jours, le décès d’un individu. La mort de Jean, duc de Berry, en 1416, est criée à Paris pendant quatre jours20. Puis ils informent la population de la date des funérailles. Lors des obsèques de Charles VII en 1461, vingt-quatre crieurs parcourent les rues de la capitale, annonçant l’heure et le lieu de la célébration des vigiles21. Ils renouvellent ce cri le lendemain matin, devant l’Hôtel-Dieu, pour informer les Parisiens du départ du convoi vers l’abbaye de Saint-Denis22. La nouvelle se clame dans les rues principales de la ville, aux carrefours historiques, devant les principales institutions ecclésiastiques (tel le parvis de Notre-Dame), les lieux de présence du pouvoir royal (le Palais, le Châtelet…), sur les places publiques (comme les marchés) et aux portes de l’enceinte23.

  • 24 Ainsi, pour annoncer les obsèques de Charles VII (1461), les vingt-quatre crieurs de Paris portent (...)
  • 25 Cf. supra, note 20.
  • 26 Mathieu d’Escouchy, op. cit., p. 439.

7Si l’annonce a une valeur informative qui se rapproche de toute publication d’actes, elle s’en écarte pourtant car elle s’accompagne de différents « marqueurs funèbres ». Les crieurs sont souvent vêtus d’habits de deuil – robes et chaperons noirs-, sur lesquels sont parfois fixés de petits écus aux armes du défunt24. Certains possèdent leurs propres vêtements de deuil, d’autres doivent les louer, comme les crieurs qui ont annoncé le décès de Jean de Berry à Paris25. Autre marqueur funèbre, chacune de leur proclamation est accompagnée d’une demande de prières pour le salut du trépassé. Pour les obsèques de Charles VII, les crieurs parcourent Paris en prononçant la phrase suivante : « Priez pour l’ame du très hault, très puissant et très excellant prince le Roy Charles, VIIe de ce nom (et disoit deux fois), et venez en la grant eglise de Nostre-Dame de Paris »26.

  • 27 Le chanoine Collin, dans son ouvrage (La Vie des saints) écrit au xiiie siècle, indique qu’à Limog (...)
  • 28 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. 109.
  • 29 C’est l’opinion de Guillaume Durand, Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, t. I, éd. A (...)
  • 30 Le son acoustique produit par la cloche est d’après R. Murray Schafer, Le Paysage sonore, Paris, 1 (...)

8Enfin, la proclamation se fait rarement à son de trompe, comme pour les publications d’actes officiels, mais au moyen d’une ou de deux grosses clochettes27. Son tintement est parfois codifié, le nombre de sonneries étant proportionnel au statut du défunt. À Paris, si la personne décédée est noble, elle a droit « au cry a deux sonnectes ensemble » et non à une simple sonnette28. Le cri est donc associé dans la mort aux sonneries de cloches. Celles-ci ont, d’une part, une fonction liturgique – que l’on retrouve dans la sonnerie du glas qui marque l’ensemble des cérémonies funèbres – et, d’autre part, un rôle apotropaïque puisqu’il s’agit d’écarter toute influence maléfique pouvant nuire à l’âme du défunt29. Elles ont enfin une fonction sociale et religieuse liée au cri : leur sonnerie permet d’informer la communauté du décès d’un de ses membres afin d’obtenir ses prières30. Le cri mortuaire, complété par le son de la cloche, est d’ailleurs en lui-même perçu comme une prière pour le défunt.

  • 31 Participant au convoi de la reine Anne de Bretagne en 1514, ils « sonnoient incessamment, affin qu (...)

9Mais le rôle des crieurs ne s’arrête pas à l’annonce du décès : lors de la célébration des funérailles, ils accompagnent le défunt de son domicile au lieu de sa sépulture. Placés en tête du convoi, près des religieux et des porteurs de torches, habillés de vêtements noirs, ils agitent leurs clochettes, multipliant les demandes d’intercession pour le trépassé31. Par la mise en place de cet espace sonore, ils annoncent le passage du cortège, renforçant la solennité de la procession. Ils dramatisent cet instant des funérailles et créent une atmosphère de deuil, propice à la prière.

  • 32 En leur absence, la population était prévenue de la mort du prince et des célébrations grâce à la (...)

10En définitive, les activités des crieurs des corps ne posent pas de problèmes spécifiques, mêlant fonctions informative, sociale et religieuse. Cependant, si leur présence aux enterrements est largement attestée à la fin du Moyen Age, notamment par l’existence d’ordonnances municipales faisant référence à leur statut, ils apparaissent tardivement dans les sources royales puisqu’il faut attendre 1422 pour les voir mentionnés aux funérailles de Charles VI. Ils sont par ailleurs rarement évoqués dans les obsèques princières32. Aussi, s ils participent largement dès le xiiie siècle aux funérailles « communes », leur présence est loin d’être systématique dans les cérémonies royales et aristocratiques, et ce, au moins jusqu’au xve siècle.

Le cri, expression normée de la douleur

  • 33 Les récits hagiographiques sont déjà évoqués dans cet ouvrage par Didier Lett et Nicolas Offenstad (...)
  • 34 Les règles de deuil féminin sont énoncées dans l’ouvrage d’Aliénor de Poitiers, Les Honneurs de la (...)
  • 35 Cf. l’Introduction de Didier Lett et de Nicolas Offenstadt dans cet ouvrage.
  • 36 G. Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove dans son édition des Œuvres du même auteur, Br (...)
  • 37 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, 1993, p. 337.
  • 38 D. Alexandre-Bidon, art. cit., p. 125.

11Dans les chroniques et les récits isolés d’obsèques, les auteurs s’intéressent surtout à la mort des « grands » – rois et princes – passant sous silence celle des plus humbles33. Aussi les informations qu’ils fournissent sur les cris ne sont pas généralisables. La réclusion des femmes, rituel exclusivement aristocratique34, explique que les émotions de la veuve, de la mère ou des filles du défunt soient rarement mentionnées, alors que des historiens, à partir d’une autre documentation, constatent au contraire que les cris de douleur sont plutôt féminins35. À l’annonce d’un décès princier, les chroniqueurs se soucient principalement des réactions du successeur. Georges Chastellain évoque ainsi la souffrance ressentie par Charles le Téméraire à la mort de son père en 1467 : « Dont luy toutesfois, comme fils de bonne nature, fit le greigneur deuil du monde, et le plus desconfortable ; crioit, ploroit, tordoit ses mains, se laissa cheoir sur sa couche, et ne tenoit règle, ne mesure, et tellement qu’il fit chascun s’esmerveiller de sa démesurée douleur. »36 L’auteur insiste donc sur la souffrance extrême que ressent le nouveau duc face à la perte de son père. Ce cri, poussé dans la sphère privée, semble spontané, expression d’une forte émotion. En réalité, on retrouve ces réactions dans d’autres récits. À l’annonce de la mort de Gaston Fébus, le 1er août 1391, Yvain, son fils bâtard, a, sous la plume de Jean Froissart, les mêmes gestes : il pleure, se lamente et tord ses mains37. Lors d’une telle annonce, il existait donc un modèle – au moins littéraire – de comportement, comprenant manifestations sonores et gestes incontrôlés, qui expriment la force de la douleur ressentie38.

  • 39 Lors de l’exposition de Pierre II, duc de Bourbon, en 1503, le chroniqueur précise qu’il vint « gr (...)
  • 40 G. Chastellain, op. cit., p. 233.
  • 41 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 87.

12Si la nouvelle d’un décès est propice aux cris, ceux-ci sont également émis lors de la célébration des funérailles, à des instants particulièrement dramatiques du rituel. Ils sont d’une part poussés par la population lors de l’exposition du défunt dans son palais. L’émotion est d’autant plus forte que le visage est dans un premier temps laissé à découvert39. Des cris sont d’autre part émis lors du passage du convoi mortuaire, dernière apparition publique du prince avant la mise en terre. Au sein du cortège qui mène le corps de Philippe le Bon de son palais à la collégiale de Bruges en 1467, la douleur ressentie semble vive : les habitants de la ville, écrit Chastellain, « fondoient en larmes, tordoient mains et battoient leurs paumes, crians comme si le monde finist »40. Les cris sont enfin mentionnés lorsqu’on dépose la dépouille du prince dans le caveau. Lors de l’inhumation de la reine Anne de Bretagne, « mains grans pleurs, cris, soupirs et lamentations ce firent à ces piteulx apeaulx […] non seullement les princes et princesses, mais les gens de tous les étatz qui là estoient, sembloit que autre mestier n’eussent aprins que de plourer, tortre les mains et cryer. »41

  • 42 La veuve est généralement recluse dans le palais, mais même quand elle participe aux cérémonies, e (...)
  • 43 Comme l’écrit Bernard Cerquiglini, La Parole médiévale, discours, syntaxe, texte, Paris, 1981, p.  (...)
  • 44 Paris, BnF, ms. fr. 5054, fol. 245.

13Dans ces récits, les chroniqueurs insistent donc sur l’ampleur des cris émis. Ils ne proviennent pas des parents – qui semblent suivre silencieusement la cérémonie –, ni seulement des proches – serviteurs et amis –, mais de l’ensemble de la population42. Ils sont souvent liés aux pleurs mais aussi à des gestes exprimant l’excès. Leurs mentions posent cependant plusieurs problèmes. On aimerait tout d’abord savoir si l’auteur décrit la réalité de l’événement. On est ici confronté au problème insoluble du rapport entre réalité et écriture, mais celui-ci semble finalement avoir peu d’importance. Car s’il évoque ces cris, c’est qu’ils font partie du modèle social dominant, ils pouvaient être émis dans le rituel, quelle que soit leur réalité dans le cérémonial évoqué. Problème plus grave, la chronique a le défaut de figer les événements et les émotions43. Aussi le narrateur codifie-t-il tous les cris. Il évoque leur existence de manière stéréotypée, sans en préciser, par exemple, la nature et l’intensité. Si les exemples cités précédemment semblent correspondre à des cris aigus, accompagnant la démesure des gestes, ils s’apparentent parfois davantage à des gémissements. Dans les Vigilles de Charles VII, Martial d’Auvergne évoque en ces termes la douleur ressentie par tous les serviteurs à la mort du roi (1461) : ils pleurèrent « A chaudes lermes fondamment / Et les Escoissoys hault crioient / Par fourme de gémissement »44. Ce type de cri, proche des pleurs, correspondrait davantage aux émotions mesurées attendues par l’Église.

  • 45 V. Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix, souverain de Béarn. Document inédit du xve si (...)
  • 46 Lors du trajet funèbre qui allait du château à l’église d’Orthez, le chevalier qui menait le deuil (...)
  • 47 Ibid., p. 416.
  • 48 La présence de pleureuses aux funérailles fut condamnée tout au long du Moyen Âge par les clercs, (...)
  • 49 P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pa (...)
  • 50 M. Mauss, art. cit., p. 431.

14Par ailleurs, certains cris sont des paroles articulées émises à forte voix, comme en témoignent les cérémonies funèbres commémoratives célébrées en l’honneur des comtes de Foix-Béarn. Ce rituel est particulièrement intéressant car il montre que les cris n’ont rien de spontané ; ils sont poussés en groupe à des moments précis, et prennent la forme de paroles, Biaffore de Monseigneur, cri béarnais de détresse45. En 1414, lors des cérémonies célébrées en l’honneur d’Archambaud (1412), ils ponctuent par exemple les évanouissements simulés de la veuve – qui doit feindre la pâmoison quand un chevalier lui annonce la mort du comte46. Puis ils sont répétés pendant la célébration de la messe et lors de l’offrande : tous les barons et chevaliers doivent alors faire deux fois le tour de la chapelle ardente, « criant toujours lesdits barons et autres, Biaffore de Monseigneur »47. Cette mise en scène de la douleur est décuplée par les prestations de pleureuses professionnelles qui, malgré les interdictions répétées de l’Église48, participent toujours dans les régions méridionales aux funérailles princières. Elles sont engagées pour jouer un rôle précis : « On décida que les pleureuses seraient là et que les femmes se dévoileraient, pousseraient de grands cris et mèneraient grand deuil en l’honneur de Monseigneur. »49 L’existence de pleureuses aux cérémonies funèbres est attestée depuis la plus haute Antiquité. Elles reproduisent toujours les mêmes gestes (tordre leurs mains, s’arracher les cheveux, déchirer leurs vêtements et parfois meurtrir leur corps) et leurs cris, si inarticulés qu’ils soient, sont souvent rythmés et modulés50. Ils expriment un « langage de la douleur » compris par tous. Ces professionnelles prennent sur elles le deuil de la famille, par leurs hurlements et leurs gestes de douleur, ainsi épargnés aux proches.

  • 51 Lors des proclamations d’actes officiels, le terme « cri » s’emploie également pour des discours q (...)
  • 52 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 32.

15La nature et l’intensité des cris est donc variable entre gémissements, hurlements et paroles articulées. Les chroniqueurs emploient même ce terme pour de véritables discours51. Lors des funérailles de la reine Anne de Bretagne en 1514, l’émotion est à son comble parmi les serviteurs de l’hôtel et les dames d’honneur au moment où le corps est déposé dans la bière. Pleurs et cris ponctuent alors la scène : « Lors fut la grant pitié et les grans regrectz, force pleurs et lamentacions et à hault cris […]. Car l’un cryoit : Ha ! noble dame ! autres : Ha ! souveraine et notable princesse, fault-il pour jamais perdre la veue de vostre noble face ! »52

  • 53 D. Alexandre-Bidon, art. cit., p. 122.

16Si la structure des cris est difficile à déterminer, on peut en revanche souligner qu’ils apparaissent rarement comme l’expression spontanée d’émotions individuelles. Émis dans la sphère publique, ils ont au contraire un caractère obligatoire ; ils sont un acte attendu du cérémonial, nécessaires à son bon déroulement. Les agents de leur expression ne sont d’ailleurs pas des proches du défunt (conjoint et enfants) mais les seigneurs et la population des environs. Leurs cris apparaissent alors comme une réponse organisée à un événement dramatique dans un rituel qui met en scène la douleur selon un procédé théâtral complexe qui mêle l’excès de la parole et des gestes. Il faut cependant se méfier de l’opposition entre cri émotionnel et cri normé, opposition qui paraît surtout formelle car l’émotion n’est pas forcément absente des cris codifiés : « L’organisation du deuil n’exclut pas la souffrance : elle lui donne un sens, elle lui permet de s’extérioriser comme pour mieux s’apaiser. »53

Les significations plurielles des cris mortuaires

Hypothèses anthropologiques

  • 54 J.-Cl. Schmitt, Les Revenants. Les vivants et tes morts dans la société médiévale, Paris, 1994, p. (...)
  • 55 L.-V. Thomas, Rites de mort, pour la paix des vivants, Paris, 1985, p. 179.
  • 56 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 32.

17À l’annonce du décès, le cri des proches parents sert à extérioriser la douleur et la peine qu’ils ressentent. Il a alors une fonction thérapeutique et permet de commencer le travail du deuil. Car le rituel des funérailles ne doit pas seulement permettre au mort d’effectuer un bon passage dans l’au-delà, il doit aussi aider les survivants à faire face à cette disparition. Le cri a donc une vertu cathartique en tant qu’expression libératoire des angoisses. Pendant les funérailles, l’expression de la souffrance de la famille est surtout prise en charge par les serviteurs de l’hôtel, les seigneurs et la population des environs. En poussant ces cris de douleur, ils multiplient les conduites de solidarité et d’hommage envers elle et le défunt. Il existe en effet une croyance quasi universelle en l’agressivité du mort, et les rites d’hommage ont pour but de l’apaiser54. Enfin, au sein d’un rituel de passage comme celui des funérailles, les cris ont pour fonction de marquer toutes les étapes de la séparation avec le trépassé55. Première phase de cette séparation, la fermeture du cercueil occulte l’image du défunt et interdit tout contact avec lui. Aussi est-elle l’un des moments particulièrement dramatiques où des cris sont poussés56. Le départ du mort pour sa dernière demeure marque une nouvelle étape de la séparation ; pleurs et cris expriment alors cette mise à distance. Enfin, l’inhumation est le moment déchirant par excellence, la rupture avec le monde des vivants, que ponctuent également de nombreux cris.

Une fonction politique

  • 57 C. Thiry, La Plainte funèbre, Turnhout (Typologie des sources du Moyen Âge occidental fasc. 30), 1 (...)
  • 58 Georges Chastellain a par exemple composé une complainte en l’honneur de Philippe le Bon, Georges (...)

18Sous la plume des chroniqueurs, pleurs et cris sont toujours liés au regret que l’on éprouve face à la disparition du prince. Or ce regret n’existe que parce que le défunt était un bon prince. À cet égard, leurs récits s’apparentent aux déplorations funèbres, genre poétique florissant à la fin du Moyen Âge, qui insistent, d’une part sur le deuil considérable mené par la population au décès de son seigneur et d’autre part, sur les vertus exemplaires du défunt57. Les chroniqueurs, parfois eux-mêmes auteurs de tels poèmes, suivent un schéma identique58. Les larmes et cris expriment la douleur populaire qui, elle-même, traduit les qualités humaines et politiques du prince, regretté par tous.

  • 59 V. Lespy, art. cit., p. 414.

19Vecteurs privilégiés de l’expression ritualisée et socialisée d’une profonde douleur, les cris sont donc nécessaires au bon déroulement du cérémonial tel qu’il est imaginé. Si l’émotion n’en est pas absente, elle est canalisée, s’extériorisant à des moments précis du rituel. Les cris témoignent par ailleurs que le modèle de comportement désiré par l’Église, fait de résignation et d’acceptation de la mort, qui se traduirait par des larmes et des gestes mesurés, n’est pas observé à la fin du Moyen Age. L’exemple des comtes de Foix-Béarn révèle que dans la France méridionale, les funérailles restent même bruyantes, mêlant cris de détresse et hurlements des pleureuses. Cette étude a cependant un goût d’inachevé, tant le cri reste insaisissable. Sa structure même est difficile à cerner : entre gémissements, hurlements et paroles prononcées à forte voix, la limite reste floue. Si pour les Foix-Béarn, ils font partie d’une véritable mise en scène et sont émis en groupe à des moments précis, les autres récits ne les évoquent que de manière allusive, figée, et empêchent toute conclusion. Leurs fonctions mêmes restent imprécises… Il semble néanmoins qu’au sein des funérailles princières, le cri serve avant tout à témoigner des qualités du défunt, comme l’évoque l’organisateur des cérémonies commémoratives célébrées pour Archambaud de Grailly : « Comme le comte […] avait été un bon, haut et puissant seigneur, ses honneurs devaient se faire le lendemain avec grande tristesse et grande douleur. »59 Le deuil, signifié par des pleurs et des cris, devait traduire la grandeur du défunt, propulsé par de telles célébrations, dans la sphère de la Gloire et de la Renommée.

Notes

1 D. Alexandre-Bidon, « Gestes et expressions du deuil », dans D. Alexandre-Bidon et C. Treffort dir., À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, 1993, p. 126.

2 Ibid., p. 126.

3 P. Nagy-Zombory, Le Don des larmes au Moyen Âge : un instrument spirituel en quête d’institution ( ve- xiie siècle), Paris, 2000, p. 7. Cf. aussi E. de Martino, Morte et pianto rituale. Dal lamento funebre antico al pianto di Maria, Turin, 1983 (1re édition, 1958).

4 J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320-vers 1480), Rome, 1980, p. 139.

5 Cf. supra, note 1.

6 Les récits isolés d’obsèques se multiplient dans la première moitié du xve siècle. Ils sont écrits par des membres de l’Hôtel du prince et décrivent, sur plusieurs folios, sa mort et ses funérailles. Les plus complets concernent la maison de Bourgogne (Jean sans Peur et Philippe le Bon) et la maison de Foix-Béarn (Archambaud de Grailly et Jean Ier). Au début du xvie siècle, ils font l’objet de livres envoyés aux cours princières du royaume (cf. Récit des funérailles d’Anne de Bretagne par Bretaigne, son héraut d’armes, publ. par L. Merlet et M. de Gombert, Paris, 1 858).

7 Dans les années 1920, Marcel Mauss et Marcel Granet ont démontré l’existence dans les cérémonies funéraires australiennes et chinoises d’un langage codifié de la douleur, M. Mauss, « L’expression obligatoire des sentiments (rituels oraux funéraires australiens) », Journal de psychologie, 18 (1921), p. 425-433 ; M. Granet, « Le langage de la douleur d’après le rituel funéraire de la Chine classique », Journal de psychologie, 19 (1922), p. 97-1 18.

8 Y.-H. LE Maresquier-Kesteloot, Recherches sur les officiers municipaux de la ville de Paris au xve siècle. Le personnel chargé de l’exécution et du contrôle des opérations commerciales, Thèse de 3e cycle soutenue en 1982 à la Sorbonne. Cette thèse est parue sous le titre, Le Commerce fluvial dans la région parisienne. Les officiers municipaux de la ville de Paris au xve siècle, Paris, 1997. On peut également consulter sur le sujet l’article de Michel Hébert, « Voce preconia. Note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », dans É. Mornet et F. Morenzoni dir., Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, 1 997, p. 689-701. On peut enfin se référer à l’étude plus ancienne d’E. Vincent, « Crieurs publics en Limousin », Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, 82 (1947), p. 249-268.

9 Cité par A. Franklin, Les Rues et les cris de Paris au xiiie siècle, Paris, rééd. 1984, p. 162.

10 Titre V : « Cis tytres parole des crieurs de Paris », Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. 33.

11 Les taverniers sont obligés de faire annoncer leur vin dans les rues de Paris.

12 Les actes de l’autorité royale sont plutôt publiés depuis la fin du xive siècle par les crieurs du Châtelet de Paris, M. Fogel, Les Cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviie siècle, Paris, 1989, p. 27.

13 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. 50.

14 Ibid., p. 73.

15 La première criée mentionnée dans cette ville date de 1236. Il s’agit d’une criée pour le vin, E. Vincent, art. cit., p. 252. Ils obtiennent un statut régulier en 1369 lorsqu’une ordonnance des consuls de la ville fixe leur nombre et leur rétribution. Dans certaines communautés urbaines moins autonomes du royaume, ils dépendent parfois, non de la municipalité, mais d’un seigneur, F. Garrisson, « Sur les ventes publiques dans le droit méridional des xiiie et xive siècles », Recueil de mémoires et travaux publié par la Société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, Mélanges Pierre Tisset, Fascicule VII, 1970, p. 209.

16 Ibid., p. 250. Jacques Chiffoleau note également qu’à Orange, un crieur des morts est attesté dès le milieu du xiiie siècle. Il reçoit comme salaire les hauts de chausse et les souliers du défunt, J. Chiffoleau, op. cit., p. 120.

17 C. Vincent, Les Confréries médiévales dans le royaume de France, xiiie- xve siècle, Paris, 1994, p. 89.

18 E. Vincent, art. cit., p. 258.

19 AD du Pas-de-Calais, A 354, rouleau 1.

20 AD du Cher, 8° G 1455, fol. A-Gv, cité par F. Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1340-1416), Paris, 1966, t. 3, p. 409.

21 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, éd. G. du Fresne de Beaucourt, Paris, 1863-1864, p. 428.

22 Ibid., p. 439.

23 M. Fogel, op. cit., p. 32-38. Les crieurs ne parcouraient pas tous ces lieux à chaque publication (ibid., p. 40). Il existait des registres (les rôles de carrefours) où chacun d’eux consignait son parcours mais ils ont aujourd’hui disparu (ibid., p. 27).

24 Ainsi, pour annoncer les obsèques de Charles VII (1461), les vingt-quatre crieurs de Paris portent chaperons et robes noirs, sur lesquelles sont fixés de petits écus aux armes royales, Mathieu d’Escouchy, op. cit., p. 428.

25 Cf. supra, note 20.

26 Mathieu d’Escouchy, op. cit., p. 439.

27 Le chanoine Collin, dans son ouvrage (La Vie des saints) écrit au xiiie siècle, indique qu’à Limoges, le soir du décès, un crieur était chargé d’agiter une clochette, en s’écriant « Bonnes gens, allez au nom de Dieu à la gâche (c’est-à-dire l’exposition du corps), et vous souvenant de la mort du défunt, pensez à la vôtre et priez Dieu pour lui », E. Vincent, art. cit., p. 252.

28 Y.-H. Le Maresquier-Kesteloot, op. cit., p. 109.

29 C’est l’opinion de Guillaume Durand, Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, t. I, éd. A. Davril et T.-M. Thibodeau, Turnhout (Corpus Christianorum, Continuatio medievalis, 140), 1995, p. 56.

30 Le son acoustique produit par la cloche est d’après R. Murray Schafer, Le Paysage sonore, Paris, 1979, de type communautaire alors que celui de la trompe serait davantage autoritaire.

31 Participant au convoi de la reine Anne de Bretagne en 1514, ils « sonnoient incessamment, affin que l’on priast pour l’âme de la très crestienne royne et duchesse ». Ils sont placés en tête du convoi, juste derrière des sergents à verge et autres gens d’armes, des religieux et des porteurs de torches, dans Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 69.

32 En leur absence, la population était prévenue de la mort du prince et des célébrations grâce à la sonnerie du glas (cf. le compte des dépenses faites par la ville de Dijon lors de l’enterrement de Philippe le Hardi en 1404 : « pour ses penes et salaires d’avoir sonner les cloiches de ladicte esglise, tant pour assambler ceulx de ladicte ville pour aller […] au devant du corps de notre très redoublé seigneur, monseigneur de Bourgoingne, et au fere ses obsèques… » Dijon, AM, L 336, fol. 185v).

33 Les récits hagiographiques sont déjà évoqués dans cet ouvrage par Didier Lett et Nicolas Offenstadt (cf. supra Introduction), aussi ne sont-ils pas repris ici.

34 Les règles de deuil féminin sont énoncées dans l’ouvrage d’Aliénor de Poitiers, Les Honneurs de la cour, ouvrage réédité par J. Paviot, « Eléonore de Poitiers. Les États de France (Les honneurs de la cour) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, Paris (1998), p. 113-115.

35 Cf. l’Introduction de Didier Lett et de Nicolas Offenstadt dans cet ouvrage.

36 G. Chastellain, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove dans son édition des Œuvres du même auteur, Bruxelles, 1 863-1 864, t. V, p. 228.

37 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, 1993, p. 337.

38 D. Alexandre-Bidon, art. cit., p. 125.

39 Lors de l’exposition de Pierre II, duc de Bourbon, en 1503, le chroniqueur précise qu’il vint « grant habundance de peuple, à grans lamentacions & cris », dans J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, Paris, 1 860-1 897, t. III : Preuves fondamentales, p. 223. Il semble qu’à cette occasion le palais ait été largement ouvert au public, même s’il est difficile de croire que l’ensemble des habitants d’une ville défilait devant le corps. Sans doute des représentants étaient-ils délégués.

40 G. Chastellain, op. cit., p. 233.

41 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 87.

42 La veuve est généralement recluse dans le palais, mais même quand elle participe aux cérémonies, elle ne pousse pas de cris, P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres chez les Foix-Béarn au xve siècle », Annales du Midi, 90 (1978), p. 331-351.

43 Comme l’écrit Bernard Cerquiglini, La Parole médiévale, discours, syntaxe, texte, Paris, 1981, p. 247, on ne connaît les cris qu’à travers une représentation, celle qu’en donne le narrateur : « De cette voie qui s’est tue, on n’entend pas les échos, mais la représentation […]. Le discours est activité codifiée d’insertion et d’indexation de la parole attribuée. »

44 Paris, BnF, ms. fr. 5054, fol. 245.

45 V. Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix, souverain de Béarn. Document inédit du xve siècle », Revue d’Aquitaine, IV (1860), p. 368.

46 Lors du trajet funèbre qui allait du château à l’église d’Orthez, le chevalier qui menait le deuil devait à cinq reprises se rendre auprès de la comtesse pour lui dire « des paroles si tristes que Madame tombait en défaillance ». Elle était relevée par deux chevaliers servants, ibid., p. 416. Cet exemple montre à quel point l’émotion pouvait être normée.

47 Ibid., p. 416.

48 La présence de pleureuses aux funérailles fut condamnée tout au long du Moyen Âge par les clercs, leurs lamentations rituelles caractérisant les religions païennes. Elles allaient aussi à l’encontre de l’espérance chrétienne de la Résurrection. L’institution ecclésiale tenta de substituer à leurs cris le chant des psaumes, M. Lauwers, La Mémoire des ancêtres. Le souci des morts, Paris, 1996, p. 288. Elle fournit également un autre modèle de piété funéraire, valorisant les pleurs versés par Marie au moment de la Crucifixion, E. de Martino, op. cit.

49 P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pau et du Béarn, 5 (1977), p. 9.

50 M. Mauss, art. cit., p. 431.

51 Lors des proclamations d’actes officiels, le terme « cri » s’emploie également pour des discours qui peuvent être très longs.

52 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 32.

53 D. Alexandre-Bidon, art. cit., p. 122.

54 J.-Cl. Schmitt, Les Revenants. Les vivants et tes morts dans la société médiévale, Paris, 1994, p. 18.

55 L.-V. Thomas, Rites de mort, pour la paix des vivants, Paris, 1985, p. 179.

56 Récit des funérailles d’Anne de Bretagne…, op. cit., p. 32.

57 C. Thiry, La Plainte funèbre, Turnhout (Typologie des sources du Moyen Âge occidental fasc. 30), 1978, p. 33.

58 Georges Chastellain a par exemple composé une complainte en l’honneur de Philippe le Bon, Georges Chastelain, La Mort du duc Philippe, dans Œuvres, éd. par Kervyn de Lettenhove t. VII, Bruxelles, 1 865, p. 237-280.

59 V. Lespy, art. cit., p. 414.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris XIII Paris-Nord, travaille sur l’histoire politique et religieuse aux xive et xve siècles. Sa thèse a porté sur les funérailles princières à la fin du Moyen Âge dans le royaume de France et elle a rédigé des articles portant sur les funérailles des ducs de Bourbon, sur le testament du Louis Ier d’Orléans et sur la symbolique du cœur.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540