Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haro ! Noël ! Oyé !

 | 
Didier Lett
, 
Nicolas Offenstadt

Cri et crieurs dans l’image

Christine Bellanger

Texte intégral

1Le document figuré apporte de riches informations à l’étude du cri. Il permet en effet d’éclairer comment se déroule le rituel de l’information au Moyen Âge, tant dans le cadre de la proclamation publique émanant des autorités que dans celui des préconisations d’initiative privée. Il autorise également à s’interroger sur l’expression des pratiques criées dans certains rites sociaux et familiaux. Cet éclairage partiel repose sur un corpus – non exhaustif – d’une cinquantaine d’images issues de manuscrits s’échelonnant du xiiie siècle à la fin du xve siècle qui proviennent de quatre types de sources écrites : des chroniques qui rapportent dans le texte le déroulement de la publication et l’accompagnent d’une enluminure illustrant le récit ; des textes Littéraires, à thèmes bibliques ou historiques de l’Antiquité et du haut Moyen Âge mettant en scène des criées, traitées par les miniaturistes dans des décors, avec des références vestimentaires et des attributs des xive et xve siècles ; des ouvrages de dévotion, ornés de crieurs relevant de la « sphère privée ou semi-privée » ; un fonds documentaire d’origine juridique, accompagné d’enluminures complétant de manière picturale le sujet traité. Nous tenterons d’identifier le cri et les crieurs dans les représentations figurées, d’esquisser une typologie des crieurs et de leurs interventions dans l’image, de préciser le temps, le lieu, le rite du cri.

Identifier le cri et les crieurs

Les acceptions du terme « cri »

2Le terme de « cri » possède dans la littérature médiévale des significations variées que l’on retrouve dans sa représentation figurée. Trois acceptions du « cri » apparaissent à travers le corpus iconographique. En premier lieu, on rencontre le cri comme acte juridique, composante d’une procédure de communication officielle d’une communauté, par les pouvoirs disposant du droit de cri ; il correspond alors à la formule « signifier par cry publique », « par cri solempnel ». Cette annonce comporte deux éléments : le premier consiste en un appel à voix haute, précédé ou non d’un son instrumental annonçant la criée, le second correspond à l’annonce ou criée proprement dite, proclamant les actes publics, les ordonnances, les mandements ou transmettant simplement des nouvelles.

3En second lieu existe le cri à valeur informative d’intérêt privé, commandité par un particulier : il s’agit alors des « criées menues » des sources écrites. Elles annoncent les fêtes, les deuils, les processions, les pertes et les trouvailles d’objets, la commercialisation de produits alimentaires ou autres, ainsi que leur mise à prix… Ces « criées menues » ont une apparence formelle et graphique analogues à celles des criées officielles.

  • 1 Cité par J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà, Rome, 1980, p. 139.

4Enfin, le cri peut également avoir dans l’image une valeur d’expression émotionnelle, spontanée ou non, relevant de la sphère privée ou semi-publique. Il exprime alors des sentiments appartenant au registre de l’émotion, de la douleur ou du drame. On rencontre ce sens, à la fin du xiiie siècle, dans les statuts de Valréas et d’Hyères à propos de l’évocation des « cris et lamentations de ceux qui suivent le corps du mort dans les rues, à l’église ou au cimetière1 ».

5Comment les miniaturistes ont-ils représenté ces trois types de cri dans l’image ?

Les aspects graphiques du cri

6Le cri comme appel et comme annonce à la voix forte et claire est difficile à repérer dans les représentations figurées. En effet, si l’exercice de la parole est facilement identifié dans la réalité, par la bouche ouverte, il n’a pas son pendant dans les codes iconographiques du Moyen Âge. La figuration de la parole, comme la figuration du cri, est celle de la bouche fermée. Des modifications de l’expression du visage – comme celle de la forme de la bouche – de la position des lèvres, pour signifier le cri, sont peu présentes dans les images du corpus et rien ne distingue l’apparence des traits du visage du crieur de celle des personnages qui l’entourent.

  • 2 Cité par J.-M. Cauchies, La Législation princière pour le comté de Hainaut, Bruxelles, 1982, p. 21 (...)
  • 3 Voir par exemple les trompettes droites, longues parfois de deux mètres, comme celle représentée d (...)
  • 4 En ce qui concerne la représentation iconographique des instruments de musique, il faut se reporte (...)

7À défaut d’identification par des éléments du visage, ce sont les gestes du crieur et ses attributs qui expriment le cri. Deux attributs, éléments du rituel de la criée publique ou privée, apparaissent dans les représentations figurées : il s’agit de l’instrument de musique qui annonce la criée ou qui achève de l’annoncer ; c’est le pendant iconographique de ce que rapportent les textes sous la formule « et ces présentes faictes crier et publier solennellement par voix publique et sons de trompes en tous lieux ou il est accoutumé de faire criz »2. Les miniaturistes ont surtout représenté la trompe ou la trompette sous des formes et des dimensions variées et de couleur vive – pour signifier le métal (fig. 1)3. On peut voir à partir du xve siècle des trompettes en S, sans que l’on sache si cette représentation correspond à une diffusion effective ou si les miniaturistes les ont privilégiées en raison de leur aspect décoratif4. Le plus souvent, l’enlumineur insiste sur le moment où l’instrument est tenu à pleines mains, levé vers le ciel, annonçant la criée, les joues du sonneur gonflées.

  • 5 Bruxelles, BrB, ms. 9242, fol. 274, 1460.
  • 6 L’annonce est celle d’une levée d’impôt sous l’empereur Commode, mais elle correspond à celle de P (...)
  • 7 Bruxelles, BrB, ms.7, fol. 18v. (1465).
  • 8 Vienne, österreichische Nationalbibliothek, Codex 2549, fol. 59, 1467.

8De plus, un autre élément visuel de la criée publique ou privée apparaît dans l’image. Il s’agit du texte de la proclamation proprement dite, représenté comme une feuille de parchemin d’un blanc souvent éclatant, portant les traces de lignes d’écriture à l’encre noire, accompagnée ou non d’un sceau de cire de forme ronde, de couleur rouge. Ainsi dans une image issue des Chroniques du Hainaut (fig. 2) le cri se donne à lire puisque le miniaturiste a privilégié le moment de l’annonce proprement dite5. Le crieur procède ici à la lecture publique de l’acte écrit, en position surélevée sur un bâtiment évoquant une maison de ville, en présence d’une foule assemblée6. Dans les représentations figurées, si le cri est à entendre ou à voir, il peut aussi, dans une même image se donner à la fois à écouter – de façon sonore – et à lire. Dans l’Histoire de Charles Martel (fig. 3) une miniature montre, côte à côte dans une loggia, le trompette souffler à son de trompe et l’annonceur publier l’acte7. Parfois, l’enlumineur a privilégié le moment de la publication du texte (lecture), le musicien ayant déjà achevé sa tâche, instrument au repos : c’est le cas dans un épisode de Girart de Rousillon (fig. 4) le crieur proclame en place publique le bannissement du héros hors du royaume et la déchéance de ses droits8. Après avoir identifié le cri et les crieurs par les gestes et leurs attributs, tentons d’esquisser une typologie des crieurs et de leurs interventions dans l’image.

Typologie des crieurs et de leurs interventions

9Il convient de distinguer trois catégories de crieurs : les crieurs publics, les crieurs des « menues criées » et les crieurs dont le cri est émotionnel, spontané, relevant de la sphère privée ou semi-publique.

Les crieurs publics

  • 9 M. Hébert, « Vox preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », dan (...)

10Désignés dans les textes comme trompettes, trompilles, banniers, héraults, sergents, hucheurs, precons, inquants, crieur-inquanteur, nuntius et preco, serviens et preco, ils assurent différentes activités au sein de la communauté9. Dans ce cadre, les préposés aux criées publiques, officielles, sont figurés dans des attitudes précédemment décrites – appel à la voix, à son de trompe, puis annonce ; ils portent des insignes (souvent symboliques) comme la livrée ou le fanion et transmettent une grande diversité de messages tels que les arrêts municipaux, les proclamations d’ordonnances, les annonces judiciaires, les sonneries du guet ou bien encore l’annonce des entrées solennelles.

  • 10 Bruxelles, BrB, Exemples tirés de Saintes et de l’Histoire.

11La représentation figurée des annonces municipales (convocation aux assemblées, publication de règlements, de statuts urbains, proclamation concernant les marchés, organisation du guet…) est assez rare dans notre corpus iconographique, en raison sans doute de la nature des sources et de leurs commanditaires. Le faible nombre de chroniques urbaines et leur apparition tardive – fin xive siècle – expliquent la faible occurrence de cette représentation figurée. La scène figurée du manuscrit 9287, fol. 315v (fig. 1), appartient à cette catégorie10. De la loggia d’une maison de ville, le musicien a embouché sa trompette, tandis qu’un officier se prépare à faire la lecture d’un acte officiel – le sceau est ostensiblement représenté – à la foule assemblée. L’image et le texte illustrent un épisode antique « proclamant l’affranchissement des cités grecques par le général romain Titus Quintus Flaminius à l’issue de la deuxième guerre de Macédoine ». Deux arguments incitent à classer l’image dans cette catégorie de proclamation : l’analogie du contenu narratif avec les privilèges et les chartes d’affranchissement des villes du Moyen Âge, et le traitement graphique de l’architecture et de la criée, proches des réalités urbaines et de leurs représentations au milieu du xve siècle.

  • 11 Paris, Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF), ms. fr. 2691, fol. 95v.
  • 12 Voir D. Clauzel, C. Giry-Deloison, C. Leduc dir., Arras et la diplomatie européenne. xve- xvie siè (...)

12En plus des arrêts municipaux, les crieurs assurent la proclamation d’actes variés (ordonnances monétaires, de réformes, mandements, publications de trêves, traités de paix…), sous une apparence vestimentaire particulière incitant davantage à les identifier comme des officiers mandatés sur place, que comme des agents municipaux relayant une décision des autorités royales, princières ou ducales. Observons la chronique de Jean Chartier (fig. 5)11 où est illustrée la publication à Reims du traité d’Arras de 143512. Il est proclamé ici par deux hérauts à cheval et annoncé à son de trompe, par un instrument orné d’un étendard aux couleurs azur et or à fleurs de lys : le texte est lu dans un espace publique de la ville pour diffuser la nouvelle de la paix signée.

  • 13 Cité par N. Gonthier, le Châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, 1998, p. 125.
  • 14 Berlin, Staatsbibliothek Preuzischer Kulturbesitz, Dép. Breslau 1, ms. Rhed 3, fol. 44 (1468).

13Les images d’annonces de sentences judiciaires sont nombreuses en raison, sans doute, de l’importance des pouvoirs de justice des différentes autorités. Les préposés aux criées publiques participent alors aux rituels judiciaires : la voix du crieur annonce la sentence avant d’accompagner l’exécution judiciaire. L’iconographie de ce type de proclamation est proche de la narration du rituel des sources écrites – le 24 octobre 1480, une certaine « Pereyna de Fontaines pecheresse de son corps et acteinte de cryme de maquerellaige sera fustigée et batue de verges par les quarrefourgs de ceste ville de Dijon, ayant un chappeaul d’estrain sur la tête en publiant son cas à son de trompe »13. Ainsi le miniaturiste des Chroniques de Froissart (fig. 6) a peint le moment correspondant à la sonnerie à son de sacqueboute, par un musicien en livrée, pendant l’exécution du châtiment public. Il s’agit d’attirer les spectateurs et de renforcer le caractère infamant de la peine. L’accusé, à demi nu, face au pilori, entouré d’une foule nombreuse, est battu à coups de verges par deux sergents en présence d’agents du pouvoir qui veillent à la bonne application de la peine14.

  • 15 Journal de Jean de Roye, t. II, p. 95, juin 1465, B. Mandrot éd., Paris, 1894.
  • 16 Paris, BnF, ms. fr. 2824, fol. 21 (xiiie siècle).

14Les crieurs publics prennent également en charge la sonnerie du guet ; lisons Jean de Roye : « Maistre Jehan Balue fit le guet de nuit parmi la dicte ville d’Evreux et mena lui la compaignie du dit Joachin Rouault avecques clerons, trompettes et autres instruments par les rues et sur les murs. »15 Agents de surveillance contre l’incendie et contre les voleurs, annonceur de I heure du couvre-feu, ces crieurs sont peints en position surélevée sur les remparts d’une ville ou au-dessus d’une des portes d’une muraille, au centre d’une des tours de l’enceinte de la ville. Dans une miniature illustrant l’Histoire de la guerre sainte de Guillaume de Tyr16, placés sur les remparts d’une ville, trois guetteurs-sonneurs munis de trompettes, d’une flûte et d’un tambour, signalent l’arrivée de soldats (fig. 7).

  • 17 Sur les entrées, on se reportera à G. Kipling, Enter the King. Theatre, Liturgy and Ritual in the (...)
  • 18 Paris, BnF, ms. fr. 6465, fol. 417.
  • 19 Cité par B. Guenée, F. Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris 1968 p. 63.

15Enfin, les crieurs annonçant les entrées solennelles royales, princières ou d’autres dignitaires, sont légion17, occasion de production d images assez stéréotypées. Le cortège, composé des rois de France, d’Angleterre, du duc de Bourgogne ou des membres féminins des familles royales ou princières, pénètre dans la ville par une des portes principales, précédé de hérauts à cheval – ou à pied au-dessus des portes de la ville – tout en soufflant dans leurs trompettes portant étendard aux armes du prince. Une miniature de Fouquet (fig. 8) figure l’entrée du roi Charles V à Paris, le 28 mai 1364. Il est peint à son arrivée à la Porte Saint-Denis. Le cortège est précédé de quatre hérauts à cheval, vus de dos, sonnant de la trompe (ornée de panonceaux azur et or aux armes du roi), pour annoncer l’entrée du roi18. Les couleurs des étendards constituent une note vive et surtout elles doublent de manière chromatique la figuration du roi. La scène est proche du récit anonyme, d’un siècle postérieur, de l’entrée d’Henri VI à Paris : « Et estait le dit roy monté sur une hacquenée […] ce devant lui chevauchoient heraulx, truppettes et clarins, a moult grant nombre. »19

Les crieurs de « menues criées »

  • 20 Cf. F. Garrison, « Sur les ventes publiques dans le droit méridional des xiiie et xive siècle », d (...)
  • 21 Ces deux objets peuvent servir à l’identification de la nature de la criée, mais également pour un (...)
  • 22 E. Vincent, « Crieurs publics en Limousin », Bulletin de la société archéoloqique et historique du (...)
  • 23 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 1857, fol. 147, 1477-1482.

16Outre les criées d’intérêt public, pour lesquelles les crieurs sont des agents de l autorité, les textes font mention de communications d’origine privée, très diverses, commanditées par des particuliers auxquelles les représentations figurées font écho. Il peut s’agir, au moins dans les grandes villes, de crieurs spécialisés tels les crieurs de vin20 ou les sonneurs de morts. Examinons l’une des miniatures de Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (fig. 9 et 10). Elle associe la crucifixion de saint Denis – dans la partie supérieure – à un crieur de vin, un changeur, un orfèvre, un vendeur de fruits, dans la partie inférieure. Le crieur fait, semble-t-il, l’annonce de la vente, pour un marchand de vin, une coupe et un pichet à la main21. À côté du crieur de vin apparaissent fréquemment dans les textes, et plus rarement dans l’image, les sonneurs de morts. La Vie des saints du chanoine Collin rapporte qu’à Saint-Junien, on entendait le hucheur crier « bonnes gens, allez au nom de Dieu, à la gache – c’est-à-dire à l’exposition de la dépouille mortuaire- et vous souvenant de la mort du défunt, pensez à la vôtre et priez Dieu pour lui »22. On peut rapprocher ce crieur du crieur de mort figurant dans un livre d’heures de Marie de Bourgogne (fig. 11). Le crieur présent dans la marge est associé à la représentation de la messe de funérailles et à l’inhumation au cimetière23.

  • 24 M. Pastoureau, « Les couleurs de la mort », dans D. Alexandre-Bidon et C. Treffort dir., À réveill (...)

17Vêtu d’une tunique bleue, portant des chausses rouges et non une robe noire (costume de circonstance pour les funérailles des grands), il agite une cloche pour annoncer le décès d’un habitant de la communauté. Plusieurs arguments peuvent être avancés pour expliquer cette anomalie. Je suivrai ici les remarques de Michel Pastoureau : « Ce n’est pas parce qu’une chronique nous rapporte qu’en telle ou telle circonstance, un roi ou un prince a porté un vêtement noir qu’il l’a vraiment porté. Cela ne veut pas dire non plus qu’il ne l’a pas porté. »24 On peut également penser que le miniaturiste, tributaire de modèles, a reproduit, sans le modifier, un motif du répertoire. Enfin, le choix peut être décoratif, l’arrangement chromatique se faisant par rapport aux couleurs adoptées pour les autres éléments de l image. Le crieur tient à la main une bannière rouge à motif brodé, de couleur or qui peut correspondre aux armoiries du défunt ; de telles armoiries ornent le poêle funéraire recouvrant le cercueil des grands, pendant la messe des funérailles ou bien embellissent la cotte du crieur, sur la poitrine et le dos. Ce motif peut aussi être celui d’une bannière d’église.

Cri spontané et crieurs

  • 25 C’est notamment le cas du cri lié à la douleur du deuil : voir par exemple Venise, Biblioteca Marc (...)

18Il existe enfin dans les représentations figurées quelques rares cas de « crieurs spontanés ». Le cri issu de la sphère privée, souvent familiale, semble plus spontané, plus émotionnel – même s il reste pour partie tributaire de codes culturels et de gestes codifiés. Il s’agit des cris de douleur (physique ou morale), de joie, de colère. Dans ce cadre, des modifications de l’expression du visage sont rarement le signe du cri ; on préfère l’indiquer surtout par des gestes de la main : se tenir la main – en signe d’affliction – avoir la tête inclinée appuyée sur le poing, sont les formes graphiques de l expression du cri émotionnel25. À la fin du Moyen Âge, rares sont les expressions figurées du bruit et du désordre.

  • 26 Paris, BnF, ms. lat. 4895, fol. 36 (1331).

19Examinons une enluminure du Panthéon de Godefroy de Viterbe (fig. 12). La scène représente la mort d’Isaac. Cette image du deuil est située dans un cadre privé, familial, à l’intérieur de la maison du mort évoquée par la tenture murale. Une femme éplorée se tient la joue en signe d’affliction devant la dépouille mortelle ; deux autres se sont jetées sur le corps du mort et l étreignent, tandis qu’une troisième, debout, lève les bras écartés en hauteur en signe de lamentation26 – la veuve, les femmes de la parentèle, des pleureuses professionnelles ? Dehors, les hommes affligés sont assis côte à côte sur des bancs.

20Dans l’objectif de mettre en lumière l’apport spécifique des représentations figurées à l’histoire du cri et des crieurs, dans l’exercice de la fonction de communication, il s’agit d’élucider si l’iconographie du cri et du crieur est le reflet de la réalité et de traditions connues par les sources écrites ou s’il existe une iconographie stéréotypée, en mettant en évidence les raisons des choix des miniaturistes et de leurs commanditaires. L’analyse révèle en premier lieu qu’il existe une grande conformité de la description des cris et des crieurs publics entre textes et images. L’analogie existe pour le lieu du cri, le temps du cri, l’équipe du cri et le public du cri.

Lieu, temps et rite du cri

Le lieu et le temps du cri

  • 27 Chronique du Hainaut (Bruxelles, BrB, ms. 9242, fol. 274v).
  • 28 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 2549, fol. 59.
  • 29 Paris, BnF, ms. lat. 6067, fol. 58.
  • 30 Bruxelles, BrB, ms. 9287, fol. 315v.

21On rencontre dans les textes les formules : « Serons publiées par cry publique où il appartiendra », « Es lieux ou l’en a accoutumé de faire cry publiques tellement qu’aucun ne puisse l’ignorer. » Tous les crieurs du corpus sont plantés par les miniaturistes dans un décor urbain – identifiable à l’aspect dense et ordonné de son bâti, par la présence des bâtiments spécifiques, édifices religieux de grande taille, d’une maison communale, de murailles fortifiées, de portes… Les crieurs du corpus sont figurés au cœur, en limite ou en dehors de l’espace urbain. Au centre de la ville, ils se rencontrent en proportion analogue dans quatre types de lieux : sur une place publique27, rue dans une28 (pavée ou non), à un carrefour29, devant un monument urbain évoquant une maison de ville30. Ces quatre lieux correspondent à un espace public – nécessaire pour assurer une diffusion suffisante de l’annonce-, investi temporairement par les représentants de l’autorité faisant faire cri.

22D’autres crieurs sont figurés « sonnant » en limite de la ville. Il s’agit du crieur-guetteur représenté sur la muraille ou dans une tour, lorsque sa tâche consiste en la garde d’une section de courtine, d’une tour, et éventuellement à prévenir d un danger à son de trompe ; il s’agit également du crieur des sentences judiciaires figuré parfois près de la muraille, à l’intérieur de l’espace urbain où se tiennent les exécutions judiciaires. Quelques crieurs enfin sont figurés hors de la ville, au-delà des murailles, près d’une des portes où passe une entrée solennelle : ce sont les hérauts en tête du cortège royal ou princier.

23Concernant le temps du cri, les textes sont peu diserts. Les enlumineurs ont tous privilégié le jour comme étant le moment propice au rassemblement de la multitude devant entendre la criée. Le jour est reconnaissable dans l’image par l’absence de torche ou d’autres moyens graphiques pour dire la nuit.

  • 31 Göttingen, Niedersächsische Staats-und Universitätsbibliothek, ms. Philos. 63, fol. 94 (1403).

24Seule une image de notre corpus présente un sonneur de guet au sommet d’une tour, sonnant dans une corne, pour annoncer le couvre-feu ; il officie à la tombée de la nuit, signifiée par la représentation de la lune31.

L’entourage du crieur

  • 32 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 2549, fol. 59 ; Agen, Bibliothèque municipale, ms (...)
  • 33 Paris, BnF, ms. lat. 9187, fol. 30.
  • 34 M. Hébert, « Vox preconia... », art. cit., p. 689.

25Le préposé à la criée est rarement seul dans l’image. Dans la majorité des cas la scène comprend deux acteurs : la voix et le musicien. Mais ces derniers sont aussi parfois accompagnés d’autres agents du pouvoir aisément identifiables, comme le sergent à verges, par son bâton dressé (25 % du corpus des annonceurs publics)32 ou comme les sergents des Coutumes de Toulouse qui, armés de piques, conduisent les condamnés vers le lieu du supplice33. D’autres personnages posent problème. Il peut s’agir, à la lueur des sources écrites, de notables présents pour veiller à la bonne exécution de la criée ou des notables, témoins garants de la parole donnée dont la présence est indispensable34.

  • 35 Sauf Paris, BnF, ms. lat. 9137, fol. 30, où le public est réduit à une seule personne.
  • 36 Deux représentations féminines sur cinquante criées du corpus. Ce choix des miniaturistes me sembl (...)

26Les destinataires de l’annonce sont représentés en nombre variable, mais il s’agit très souvent d’un public de dix à quinze spectateurs (rarement inférieur à quatre personnes35) et majoritairement masculin36. On peut interpréter ce nombre limité par une convention iconographique médiévale selon laquelle, une personne dont la signification est clairement codifiée, représente tout un groupe de même nature.

  • 37 Berlin, Staatsbibliothek Preuzischer Kulturbezsitz, Dépôt Breslau 1, ms. Rhed 3, fol. 44 (six « je (...)

27Ce public se veut représentatif des populations urbaines laïques : on voit des habitants aisés, reconnaissables par l’apparence cossue des vêtements, à la mode des xive-xve siècles, mais également des habitants plus modestes dans une vêture simple, dépourvue de fourrure. Si tous les âges apparaissent dans l’image – ni les enfants ni les adolescents n’en sont absents37 – la majorité est composée d’adultes et de vieillards. Ce choix figuratif paraît conforme au but recherché d’efficacité de la publication. Elle doit être entendue par un nombre important et représentatif de l’ensemble de la communauté urbaine en classes d’âge, en groupes sociaux… La parole publique s’adresse à l’ensemble des habitants du lieu.

  • 38 Il est à cheval quand il apparaît comme un messager royal mandaté en ville.
  • 39 Mi-parti bleu et blanc pour le vice preco de Marseille en 1434, AC Marseille CC 468 fol. 15.

28Quant au crieur lui même, il est figuré majoritairement à pied38, de face ou de trois quarts face. Si, en règle générale, il porte des vêtements similaires à ceux de son public, il peut parfois avoir un vêtement différent – plus court ou plus long : vêtement évoquant une livrée sans qu’aucune couleur particulière n’apparaisse, sans formule mi-partie comme il est d’usage de le lire39. Dans 30 % des cas, le crieur est doté d’un étendard suspendu à la trompette qui identifie le commanditaire du cri. Il s’agit alors des images où le crieur effectue les criées pour le roi de France (couleurs azur et or à fleurs de lys). On doit sans doute interpréter l’existence de l’étendard royal comme une volonté de la part du commanditaire de marquer dans l’image la présence royale sur différents lieux du territoire du royaume. Comment interpréter l’absence d’étendard lors des criées publiques ? Est-ce lié à la nature des sources ? Les chroniques d’où sont issues les représentations figurées des crieurs ont des commanditaires royaux ou princiers et leurs illustrateurs ne montrent pas d armoiries concurrentes – celles des villes. Enfin, aucun insigne vestimentaire comme le ruban (infula) par exemple ne se rencontre, alors qu’il est mentionné dans quelques sources écrites en milieu provençal.

Le rituel de la publication

29Dans la moitié du corpus, le cri intervient au moment de l’annonce à son de trompe, dans 25 % des cas à l’instant de la publication proprement dite et dans le quart restant en associant « annonce à son de trompe et publication ». Pourquoi les miniaturistes ont-ils privilégié l’annonce ? Deux hypothèses : il peut s’agir d’un choix à motivations plastiques et dans ce cas la figuration de l’instrument en action permet de réaliser une scène décorative, mais on peut choisir aussi de marquer la mémoire des faits publiés par le souvenir du son produit. Par ailleurs, aucun phylactère n’est présent pour traduire l’annonce des formules que les textes mentionnent pourtant, comme « Oyez, oyez, on vous fait à savoir » ou « Noël ».

30D’autre part, les images du corpus décrivant les différents éléments de la gestuelle de la parole publique la font apparaître comme solennelle. Par une sorte de mise en scène, la solennité est rendue par l’espace vide autour des crieurs, où se focalisent tous les regards. Le choix privilégié de l’appel et la mise en scène se conjuguent pour faire du crieur une voix au service des pouvoirs ayant le droit de cri. Tout concourt à mettre en évidence l’autorité que le crieur représente et pour laquelle il délivre un message.

  • 40 Paris, BnF, ms. fr. 2691, fol. 229.

31On peut enfin opposer les choix iconographiques relatifs aux crieurs des criées publiques à ceux concernant les hérauts des entrées solennelles. Les hérauts sont situés en tête du cortège, devant les portes, à l’extérieur de la ville, à cheval, vus de dos (au mieux ils sont peints de profil). Il arrive même que le cadrage fasse disparaître la quasi-totalité de leur corps 40 alors qu’ils soufflent dans leur trompette levée. La surface picturale consacrée au crieur est occupée à la fois par la trompette et, surtout, par la bannière du personnage dont il annonce la venue. Il est alors réduit au rôle de « support de l’héraldique ou des armoiries » des autorités qu’il représente.

32Parallèlement, aucune image du corpus des entrées ne montre des crieurs de la ville recevant le prince. Les sources écrites mentionnent pourtant leur présence lors du rituel d’accueil. En privilégiant les agents du pouvoir royal ou princier dans l’image et par l’absence des crieurs aux armoiries urbaines, les miniaturistes veulent signifier l’allégeance de la ville au prince faisant son entrée.

33L’analyse des cris et des crieurs a révélé les analogies entre textes et images ; elle a mis en évidence une codification de la communication, des formules iconographiques – relativement stéréotypées – allant toutes dans le sens d’une focalisation sur le crieur, agent essentiel de la mémorisation. En dépit de quelques variantes, le personnage du crieur est assez peu individualisé et apparaît somme toute effacé derrière le message qu’il a charge de divulguer pour les autorités qu’il annonce.

Fig. 1. Enluminure des Exemples tirés des Saintes et de l’Histoire d’Antoine de la Salle (1461) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9287, fol. 315v (cliché Bibliothèque royale de Belgique).

Fig. 2. Enluminure des Chroniques du Hainaut de Jean Wauquelin (1450-1460) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9242, fol. 274.

Fig. 3. Enluminure de l’Histoire de Charles Martel (1465) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 7, fol. 18v.

Fig. 4. Enluminure de Girart de Roussillon (1467) © Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Bildarchiv, codex 2549, fol. 59.

Fig. 5. Enluminure de la Chronique de Jean Chartier (xve siècle) © Paris, BnF, ms. fr. 2691, fol. 95v.

Fig. 6. Enluminure des Chroniques de Froissart, livre III (1468) © Berlin, Staatsbibliothek Preussicher Kulturbesitz, Dépôt Breslau 1, vol. 3, fol. 44).

Fig. 7. Enluminure de l’Histoire de la guerre Sainte de Guillaume de Tyr (xiiie siècle) © Paris, BnF, ms. fr. 2824, fol. 21.

Fig. 8. Enluminure des Grandes Chroniques (xve siècle) © Paris, BnF, ms. 6465, fol. 417.

Fig. 9. Enluminure de la Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (1317) © Paris, BnF, ms. fr. 2092, fol. 30.

Fig. 10. Enluminure de la Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (1317) © Paris, BnF, ms. fr. 2092, fol. 30 (détail).

Fig. 11. Enluminure du livre d’Heures de Marie de Bourgogne (1477-1482) © Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, Bildarchiv, codex 1857, fol. 147 [détail].

Fig. 12. Enluminure du Panthéon de Godefroy de Viterbe (1331) © Paris, BnF, ms. lat. 4895, fol. 36.

Notes

1 Cité par J. Chiffoleau, La Comptabilité de l’au-delà, Rome, 1980, p. 139.

2 Cité par J.-M. Cauchies, La Législation princière pour le comté de Hainaut, Bruxelles, 1982, p. 218, AEM cart. 22, fol. 245, 1449.

3 Voir par exemple les trompettes droites, longues parfois de deux mètres, comme celle représentée dans un manuscrit des Exemples tirés de Saintes et de l’Histoire (fig. 1), Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique (dorénavant BrB), ms. 9287, fol. 315v. (xve siècle)

4 En ce qui concerne la représentation iconographique des instruments de musique, il faut se reporter aux références suivantes : C. Hοmο-Lechner, Sons et instruments de musique au Moyen Âge. Archéologie musicale dans l’Europe du viie au xve siècle, Paris, 1996. I. Marchesin, L image organum. Ordre et musique dans les miniatures des psautiers occidentaux (800-1200), Turnhout, 2001 ; M. Clouzot, Le Musicien en images. L’iconographie des musiciens et de leurs instruments de musique dans les manuscrits enluminés de la France du Nord, de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Angleterre et de l’Allemagne aux xiiie, xivexve siècles, Anvers (à paraître).

5 Bruxelles, BrB, ms. 9242, fol. 274, 1460.

6 L’annonce est celle d’une levée d’impôt sous l’empereur Commode, mais elle correspond à celle de Philippe le Bon, vers 1460, quand il accroît la pression fiscale dans les Pays-Bas bourguignons.

7 Bruxelles, BrB, ms.7, fol. 18v. (1465).

8 Vienne, österreichische Nationalbibliothek, Codex 2549, fol. 59, 1467.

9 M. Hébert, « Vox preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », dans É. Mornet et F. Morenzoni dir., Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, 1997, p. 692.

10 Bruxelles, BrB, Exemples tirés de Saintes et de l’Histoire.

11 Paris, Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF), ms. fr. 2691, fol. 95v.

12 Voir D. Clauzel, C. Giry-Deloison, C. Leduc dir., Arras et la diplomatie européenne. xve- xvie siècle, Arras, 1999 et en particulier N. Offenstadt, « La paix d’Arras, 1414-1415 : un paroxysme rituel ? », ibid., p. 65-80.

13 Cité par N. Gonthier, le Châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, 1998, p. 125.

14 Berlin, Staatsbibliothek Preuzischer Kulturbesitz, Dép. Breslau 1, ms. Rhed 3, fol. 44 (1468).

15 Journal de Jean de Roye, t. II, p. 95, juin 1465, B. Mandrot éd., Paris, 1894.

16 Paris, BnF, ms. fr. 2824, fol. 21 (xiiie siècle).

17 Sur les entrées, on se reportera à G. Kipling, Enter the King. Theatre, Liturgy and Ritual in the Medieval Civic Triumph, Oxford 1998 (référence due à P. Collomb que je remercie).

18 Paris, BnF, ms. fr. 6465, fol. 417.

19 Cité par B. Guenée, F. Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris 1968 p. 63.

20 Cf. F. Garrison, « Sur les ventes publiques dans le droit méridional des xiiie et xive siècle », dans Mélanges Pierre Tisset, Montpellier, 1970, p. 207-246.

21 Ces deux objets peuvent servir à l’identification de la nature de la criée, mais également pour une dégustation, Paris, BnF, ms. fr. 2092, fol. 30, 1317.

22 E. Vincent, « Crieurs publics en Limousin », Bulletin de la société archéoloqique et historique du Limousin, LXXXII (1947), p. 252.

23 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 1857, fol. 147, 1477-1482.

24 M. Pastoureau, « Les couleurs de la mort », dans D. Alexandre-Bidon et C. Treffort dir., À réveiller les morts, la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, 1993, p. 97.

25 C’est notamment le cas du cri lié à la douleur du deuil : voir par exemple Venise, Biblioteca Marciano ms lat 104, fol. 301v (Livre d’Heures de Marie de Navarre) ; Paris, BnF, ms. lat. 10525, fol. 28 (Psautier de saint Louis, c. 1253-1270) ; Paris, BnF, ms. fr. 1433, fol. 69v (xiiie siècle).

26 Paris, BnF, ms. lat. 4895, fol. 36 (1331).

27 Chronique du Hainaut (Bruxelles, BrB, ms. 9242, fol. 274v).

28 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 2549, fol. 59.

29 Paris, BnF, ms. lat. 6067, fol. 58.

30 Bruxelles, BrB, ms. 9287, fol. 315v.

31 Göttingen, Niedersächsische Staats-und Universitätsbibliothek, ms. Philos. 63, fol. 94 (1403).

32 Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, cod. 2549, fol. 59 ; Agen, Bibliothèque municipale, ms. 42, fol. 42v et 44v.

33 Paris, BnF, ms. lat. 9187, fol. 30.

34 M. Hébert, « Vox preconia... », art. cit., p. 689.

35 Sauf Paris, BnF, ms. lat. 9137, fol. 30, où le public est réduit à une seule personne.

36 Deux représentations féminines sur cinquante criées du corpus. Ce choix des miniaturistes me semble conforme à une conception et une pratique médiévales de la vie publique et politique particulièrement masculinisée.

37 Berlin, Staatsbibliothek Preuzischer Kulturbezsitz, Dépôt Breslau 1, ms. Rhed 3, fol. 44 (six « jeunes »).

38 Il est à cheval quand il apparaît comme un messager royal mandaté en ville.

39 Mi-parti bleu et blanc pour le vice preco de Marseille en 1434, AC Marseille CC 468 fol. 15.

40 Paris, BnF, ms. fr. 2691, fol. 229.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Enluminure des Exemples tirés des Saintes et de l’Histoire d’Antoine de la Salle (1461) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9287, fol. 315v (cliché Bibliothèque royale de Belgique).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 2. Enluminure des Chroniques du Hainaut de Jean Wauquelin (1450-1460) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 9242, fol. 274.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 3. Enluminure de l’Histoire de Charles Martel (1465) © Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 7, fol. 18v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 4. Enluminure de Girart de Roussillon (1467) © Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Bildarchiv, codex 2549, fol. 59.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 5. Enluminure de la Chronique de Jean Chartier (xve siècle) © Paris, BnF, ms. fr. 2691, fol. 95v.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Fig. 6. Enluminure des Chroniques de Froissart, livre III (1468) © Berlin, Staatsbibliothek Preussicher Kulturbesitz, Dépôt Breslau 1, vol. 3, fol. 44).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 7. Enluminure de l’Histoire de la guerre Sainte de Guillaume de Tyr (xiiie siècle) © Paris, BnF, ms. fr. 2824, fol. 21.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 8. Enluminure des Grandes Chroniques (xve siècle) © Paris, BnF, ms. 6465, fol. 417.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Fig. 9. Enluminure de la Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (1317) © Paris, BnF, ms. fr. 2092, fol. 30.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Légende Fig. 10. Enluminure de la Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons (1317) © Paris, BnF, ms. fr. 2092, fol. 30 (détail).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Fig. 11. Enluminure du livre d’Heures de Marie de Bourgogne (1477-1482) © Vienne, Osterreichische Nationalbibliothek, Bildarchiv, codex 1857, fol. 147 [détail].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Légende Fig. 12. Enluminure du Panthéon de Godefroy de Viterbe (1331) © Paris, BnF, ms. lat. 4895, fol. 36.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13440/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 633k

Auteur

Professeur agrégée d’histoire et de géographie, prépare une thèse à l’Université Paris l Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’iconographie du Christ aux outrages en Occident, à la fin du Moyen Âge. Elle a publié « Le Christ outragé : une iconographie judiciaire ? », dans C. Gauvard et R. Jacob dir., Les Rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 145-171.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site