Version classiqueVersion mobile

Haro ! Noël ! Oyé !

 | 
Didier Lett
, 
Nicolas Offenstadt

Le cri du nouveau-né, la famille et la terre

Robert Jacob

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cœur du Moyen Âge, plus d’un droit coutumier attachait au premier cri poussé par l’enfant au moment de sa naissance certains effets sur la transmission des biens dans la famille. C’est ce que nous apprennent des textes normatifs de provenance diverse et de contenu analogue. Lorsqu’il naît un enfant, écrivent-ils, et que cet enfant crie de telle sorte que son cri soit entendu aux quatre murs de la maison, ou à ses quatre angles, ou « du feu jusques à l’huis », ses père et mère, ou l’un des deux seulement, bénéficieront de prérogatives auxquelles ils n’auraient pu prétendre sans cette circonstance. Voici, par exemple, la charte de Grammont de 1 190 : « S’il naît un enfant de deux conjoints en mariage légitime et si l’enfant meurt aussitôt tout en ayant été entendu au moins à l’intérieur des murs de la maison, à la mort du père ou de la mère, l’héritage et l’argent sont attribués au conjoint survivant.1 » Ou encore le Miroir des Saxons, rédigé vers 1215-1 225 : « Si le fils, après l...

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l’histoire du droit. Il a consacré divers travaux à l’articulation des liens de dépendance de la société féodale et des structures de la famille (Les Époux, le seigneur et la cité. Coutume et pratiques matrimoniales des bourgeois et paysans de France du Nord au Moyen Âge, Bruxelles, 1990) ainsi qu’au système symbolique de la seigneurie foncière (« Le meurtre du seigneur dans la société féodale. La mémoire, le rite, la fonction », Annales ESC (1990), p. 247-263).

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search