Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métro, dépôts, réseaux

 | 
Noëlle Gérôme
, 
Michel Margairaz

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent volume résulte d’une double rencontre. Le contenu restitue pour l’essentiel le texte des contributions présentées lors des journées d’études organisées les 21 et 22 novembre 1998 à Aubervilliers conjointement par la RATP, la Société d’ethnologie française, les Universités Paris I et Paris VIII. Mais, en amont, les études elles-mêmes proviennent de la rencontre sur le même terrain des archives des entreprises de transports publics parisiens de différents chercheurs guidés par des ethnologues et des historiens en étroite coopération avec des archivistes, en particulier ceux de la RATP. Peu après la publication du Guide des sources, il a paru opportun d’en manifester l’un des prolongements immédiats sous la forme de travaux inédits appuyés sur des sources primaires. On a volontairement mêlé des textes élaborés par des historiens confirmés et d’autres, les plus nombreux, provenant du travail de jeunes chercheurs, mémoires de maîtrise ou de DEA pour l’essentiel. C’est dire que ces approches ne constituent souvent que des jalons pour des travaux à venir. Même si les diverses périodes et domaines d’investigations apparaissent à la fois discontinus et fort inégalement abordés, les matériaux réunis ici donnent un aperçu suggestif de la richesse du gisement que constituent les fonds d’archives des entreprises de transports collectifs de la région parisienne. En outre, l’occasion a été saisie de réunir universitaires et responsables de centres d’archives afin de mieux définir les spécificités de ces fonds et de leurs divers modes d’utilisation.

2Parmi les multiples voies d’approches de ces sources empruntées par les travaux présentés, nous avons privilégié l’entrée par les territoires et par les personnels, qui constitue ainsi la trame du volume. Cela reflète l’importance de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale, non sans leur dimension ethnologique, dans toute appréhension des transports urbains parisiens. Mais ces objets d’étude se trouvent eux-mêmes traversés par l’histoire politique et institutionnelle, l’histoire économique et technique, aussi bien à l’échelle locale, régionale voire nationale. Dans ses apports comme dans ses limites, cet ensemble témoigne à sa manière du fait que les archives des entreprises de transports collectifs représentent bien les ingrédients d’une histoire large, totale aurait-on dit naguère...

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540